Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

Transmission anthroponymique en Gascogne Toulousaine (seconde moitié du xiie siècle)

Mireille Mousnier

Texte intégral

Les paramètres de la documentation

  • 1 Les principaux travaux récents sur l'abbaye de Gimont sont :
    Higounet (Charles), « Sur les transfor (...)

1Le stock documentaire est constitué par un cartulaire conservé aux Archives Départementales du Gers (série I, 1545 et 1546). Les deux volumes, rédigés dans une belle écriture consignent les documents relatifs au patrimoine de l'abbaye cistercienne de Planselve, dite plus tard Gimont, fondée en 1142 par Berdoues, dans la filiation de Morimond1. Chaque charte est précédée d'un court rappel de l'identité des partenaires de l'abbaye. Cela ne va pas sans créer quelques différences avec le texte qui suit : le plus souvent il s'agit de différences orthographiques ; parfois aussi des précisions supplémentaires, dans une liste d'enfants par exemple. Le cartulaire est d'une grande richesse de formes en langue romane, y compris pour les nominations. Son intérêt linguistique est donc certain.

  • 2 Abbé Clergeac, Cartulaire de l'abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905.

2L'édition en a été réalisée par l'abbé Clergeac2. L'auteur a apporté quelques libertés dans la réalisation de son travail, qui n'étaient pas sans conséquences à signaler pour les recherches sur l'anthroponymie. Tout d'abord il contracte l'identification des partenaires faite au préalable et celle du début du texte, en une seule rédaction synthétique de l'ensemble des personnes concernées au premier chef. Par là même, il nous prive d'un certain nombre de légères variations de transcription. Par ailleurs, il supprime en cours de texte des formules à caractère stéréotypé, ce qui ne modifie pas le sens général, mais ne constitue pas une transcription absolument fidèle. Il faut reconnaître cependant que, dans ce dernier cas, les noms des personnes sont toujours repris et sans modification, y compris dans les répétitions d'un patronyme. Il était donc possible de travailler, pour mon propos sur l'édition du document.

3Le cartulaire comprend 810 chartes. La plupart sont relatives à un seul acte juridique. Quelques autres, surtout les premières d'une grange, font intervenir plusieurs partenaires successifs pour plusieurs actes, rassemblés en une seule compilation. Le scribe se dispense alors parfois d'énumérer la totalité des témoins. Quelques actes, enfin, sont transcrits deux fois, mais les doublons sont très peu fréquents, et l'édition ne les répète pas. 33 chartes sont sans date, et le fait que les chartes ne soient pas classées chronologiquement de manière systématique ne permet donc pas de supposer leur datation dans une fourchette chronologique assez précise.

4Si l'on considère que 17 chartes sont antérieures à 1150 et 37 postérieures à 1200, il y en a donc 723 réparties sur la seconde moitié du XIIe siècle. Malgré un écart global entre les textes les plus éloignés dans le temps (de 1142 à 1236) de 94 ans, 93 % des chartes sont donc concentrées sur 50 ans (79 % le sont entre 1158 et 1190). Une telle situation est relativement classique dans les cartulaires des abbayes cisterciennes, puisqu'elle correspond à la grande phase de la naissance, et de l'expansion des implantations monastiques, et de la constitution de leurs temporels. Il n'a donc pas paru utile d'introduire une périodisation que la fourchette générale du cartulaire paraissait rendre possible. C'est donc un état d'une situation donnée, que je vais dresser, un tableau valable pour la seconde moitié du XIIe siècle, de manière prépondérante.

  • 3 Une bibliographie étendue pour la région Midi-Pyrnées est regroupée dans Perouas (Louis), Barriere(...)

5La localisation de l'abbaye et de ses biens, entre Toulouse et Auch, entre Languedoc et Gascogne, aux marges peu hospitalières de ces vastes ensembles ne présente pas de véritable unité géographique : les 6 granges de l'abbaye sont réparties sur deux grands axes essentiels, les vallées rapprochées de l'Arratz et de la Gimone, et le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Par là même, si Ton met à part les trois granges très proches de l'abbaye, les autres, sans être éloignées, se trouvent Tune au contact de la Lomagne, l'autre du Toulousain, l'autre du Comminges. Une première étape a été le dépouillement des chartes réalisé dans le cadre de chaque grange, de manière à voir s'il y avait des comportements très différents dans la dévolution anthroponymique, liés à d'éventuelles différences régionales. Il ne semble pas en fait que Ton puisse repérer de notables divergences. La Gascogne toulousaine, ainsi appelée depuis la fin du XIXe siècle, se révèlait un concept géographique suffisant, et ce d'autant que des recherches similaires n'avaient pas encore été menées sur les régions limitrophes3.

6Le stock onomastique est de 7 926 noms de personnes, de manière brute. Le propos de cette recherche n'étant pas centré sur les noms de baptême ou les noms propres, je n'ai pas entrepris d'élimination des doublons (et plus) portant sur les individus. Pour chaque charte sont pris en compte les groupes familiaux tels qu'ils sont exposés, et dans un premier temps, en les classant par nombre de générations concernées. Dans la plupart des cas, il s'agit des protagonistes de l'acte, dont la liste est indiquée en début de texte. Mais, les segments révélés en cours ou fin de texte ne sont pas supprimés pour autant car ils peuvent apporter des précisions utiles sur une composition plus complète des familles. C'est donc un dépouillement exhaustif du nombre de groupes familiaux et du nombre de générations de chacun d'entre eux, qui suit dans le tableau ci-dessous.

Composition des fragments

2 générations

3 générations

total

groupes

439

21

460

 %

95

5

100

7La prépondérance écrasante des groupes à deux générations peut s'interpréter, sur le plan anthropologique, par des mécanismes simples de durée de vie, confortés sur le plan du droit par le fait que les infantes ne sont pas mentionnés puisqu'ils n'ont pas de capacité juridique.

8À partir de ces premières données, j'ai reconstitué la généalogie des familles. Cette reconstitution a été faite dans le sens le plus large possible des liens familiaux, tenant compte de tous les ascendants et descendants connus. Un groupe familial ainsi reconstruit n'est pas identifiable par un seul nom propre car plusieurs familles ont pu s'allier. Ce qui était recherché était plutôt le plus grand nombre possible de générations et non le plus grand nombre possible de familles : par exemple les 4 parents ascendants masculins de Raimond de cha Isla et de sa femme, ainsi que les frères et sœurs de ceux-ci, et tous leurs descendants, ne comptent que pour une famille. La répartition dans le temps des documents, et la constance de la présence de certaines familles auprès de l'abbaye a permis de faire apparaître un nombre plus important de groupes à 3 générations, mais aussi à 4 et même 5.

Nombre de groupes familiaux identifiés dans les fragments de texte ou reconstitués

3 générations

4 générations

5 générations

familles

28

5

1

9Par ailleurs, ces reconstitutions de groupes familiaux montrent qu'un texte est loin de mentionner tous les descendants directs, ni bien évidemment tous les liens familiaux possibles. En établir et rétablir le plus possible, c'est ainsi multiplier les types de relations de parenté dans une famille et mieux cerner le phénomène de la transmission. Gardons cependant à l'esprit qu'il demeure toujours plus d'inconnues que de certitudes.

Les paramètres de la dévolution

10A partir des groupes donnés et reconstitués, ce sont les types de liens familiaux, de génération à génération, qui ont été étudiés. Je n'ai pas tenu compte, cette fois-ci, des doublons et répétitions, ni des liens de parenté trop vagues, en particulier lorsque sont utilisés des vocables comme propinquus, consanguineus, cognatus, consobrinus, socius et que les ascendants ne sont pas connus. J'ai séparé le père seul, la mère seule, les parents réunis, dans leur relation aux enfants. Les aïeux sont les grands-pères, grands-mères, grands-oncles et grands-tantes. La même étendue de compréhension est valable pour les bisaïeuls. La relation oncle-enfants comporte aussi les tantes, cas peu fréquent et peu utile pour la différenciation. De même l'unique trisaïeule n'est pas indiquée dans le tableau. Le sexe des enfants n'est pas discriminant pour étudier les types de relations familiales. Il le sera par la suite, dans le cadre de la dévolution, individu par individu.

11Par ailleurs, dans un même groupe familial, par exemple à trois générations, on peut voir intervenir une relation aïeul/enfants, deux relations père-enfants, une relation oncle-enfants. Chacune d'elle a donc été prise en compte, et tous les types possibles de relations identifiés. Le tableau rassemble toutes les situations où les types de relations interviennent.

Types de relations familiales

nombre

 %

père/enfants

272

49,9

mire/enfants

65

11,9

parents/enfants

73

13,4

aïeul/enfants

42

7,7

bisaïeul/enfants

12

2

oncle/enfants

82

15,1

total

546

100

12Cette répartition est à la fois caractéristique de l'état anthropologique de la population, et des pratiques juridiques en matière de dévolution des biens. La viduité d'un père seul n'est jamais signalée ; celle d'une mère seule ne l'est qu'exceptionnellement au point que je peux supposer le veuvage, mais pas le prouver. La mention des deux parents n'est pas suffisamment importante par rapport aux autres cas (17,9 % par rapport à 66,3 % de pères seuls et 15,8 % de femmes seules) pour que l'on puisse être absolument certain que le couple parental, quand il est vivant, est toujours cité in extenso.

13La relation père-enfants est manifestement prépondérante, sans que l'on puisse en déduire que c'est un état de droit. Quelques cas de familles ont posé le problème du remariage : la femme est citée seule, en début de texte, puis vient l'énoncé du nom du mari, puis celui des enfants (par leur nom de baptême). L'imprécision du vocabulaire ne permet pas de savoir s'il s'agit de ses enfants à elle, ou de leurs enfants à eux. Intervient-elle en premier parce que détentrice en propre du bien ? Est-elle remariée et considérée comme mineure juridiquement ? Je considère, étant donné l'ensemble de la documentation relative à la Gascogne toulousaine, que la première hypothèse est la bonne, et qu'il s'agît d'un seul lit. De plus, les cas ne sont pas nombreux au point de modifier sensiblement les pourcentages. L'intervention des collatéraux, à divers degrés de parenté, est significative de leur rôle dans la dévolution des biens et permet de les intégrer à l'étude de la dévolution des noms.

14La transmission peut porter sur trois éléments de nature différente : le système de dénomination, le nom de baptême et le nom propre. Le petit nombre de cas de transmission de systèmes anthroponymiques de l'ascendant, amène à privilégier, tout d'abord les noms de baptême, puis les noms propres et le système lui-même.

La dévolution des noms de baptême masculins

15Introduisons tout de suite la différenciation par le sexe pour régler le cas des filles tant il est simple et manifeste. Globalement, les mères ne transmettent rien à personne, et les filles ne reçoivent rien de personne. La situation est tellement générale et spectaculaire que les rares exceptions peuvent être vite énumérées :

  • deux fois un père transmet son nom de baptême à sa fille
  • deux fois une mère à sa fille
  • deux fois une grand-mère paternelle à une petite-fille
  • une fois une bisaïeule maternelle à une arrière-petite-fille
  • deux fois une tante paternelle à une nièce.

16Notons qu'il s'agit là de transmission aux filles. Cela est vraiment peu pour les centaines de relations possibles. Il n'y a par contre pas une seule exception pour la transmission par les femmes aux garçons, qui est inexistante. Il s'agit donc pour moi de travailler sur les relations de filiation entre les hommes.

17La recontitution des familles à travers plusieurs fragments permet d'identifier le maximum de liens familiaux individuellement établis. En conséquence, chaque ascendant peut être décompté, dans la transmission, une fois comme grand-père, une fois comme père, une fois comme oncle, par exemple, dans une famille à trois générations. Ce ne sont plus les types de situations qui sont répertoriés, mais toutes les situations personnelles possibles. Les femmes ne participant pas dans la transmission aux garçons, elles n'apparaissent donc pas dans les tableaux, plutôt que de multiplier les lignes avec 0 mention.

18Lorsque le lien de filiation peut être identifié comme étant paternel ou maternel (pour les grands-pères et les oncles), cela est séparé à l'intérieur du comptage général.

  • 4 Idem, p. 162.

19Intervient alors un facteur qui n'a pas été sans perturber grandement l'étude de la transmission du système anthroponymique : la présence et la fréquence des noms de baptême doubles. Beaucoup d'individus appartiennent à un système anthroponymique qui ressemble au type IVa (nomen paternum + indication de lieu). Mais plusieurs éléments tendent à montrer que le système est un IIId avec prénom double : les répétitions tronquées en cours de texte n'utilisent que le nom de baptême (y compris double) ; les énumérations de descendants par leurs seuls noms de baptême montrent de nombreux noms doubles ; le surnom du fils ne se rapporte pas au père, ni à l'éventuel nomen paternum du père ; l'emploi du génitif pour le surnom est exceptionnel, et surtout pas dans les formes de type IVa4. Il semble donc que ce type soit infiniment plus rare qu'il n'y paraît.

20Le père portant un prénom double peut transmettre l'un à un fils et l'autre à un autre, ou ne pas transmettre pour partie. Le fils ayant un prénom double peut recevoir l'un de son père, l'autre d'un autre parent, ou ne pas recevoir pour partie. Le père peut transmettre un nom de baptême en commun à l'ensemble des prénoms doubles de ses fils. Mais la seule fois où l'on retrouve un Willelmus en commun entre trois frères ayant tous trois un prénom composé, l'ignorance de leur ascendance ne permet pas d'en tirer une conclusion. Toutes les situations ont été comptabilisées.

Transmission des prénoms masculins

nombre

 %

père/fils

82

63,6

aïeul/petit-fils
dont : paternel
Maternel

15
5
3

11,7

bisaïeul/arrière petit-fils

7

5,4

oncle/neveu
dont : paternel
maternel

25
8
7

19,4

total

129

100

21Les pourcentages établis montrent le rôle majoritaire du père dans la dévolution, suivi de l'oncle puis de l'aïeul. Il faut cependant garder en mémoire que les segments familiaux à deux générations sont infiniment plus nombreux que ceux à trois générations, ce qui fausse la perspective. On peut donc établir un ratio des résultats obtenus par rapport au types des situations observées. Une réserve cependant s'impose à la démarche : les femmes avaient été prises en compte dans les situations observées. Je tiens pour acquis qu'après avoir supprimé les femmes seules, et recalculé le pourcentage des types de situations où interviennent tous les hommes (seuls et époux) par rapport au nouveau stock de situations, le nombre de femmes est trop faible au niveau des collatéraux, des aïeux et bisaïeuls pour modifier considérablement les résultats.

Ratio des résultats obtenus/situations observées

 % situations

 % transmissions

ratio

père/fils

71,8

63,6

88,5

aïeul/petit-fils

8,7

11,7

134

bisaïeul/arrière petit-fils

2,5

5,4

216

oncle/neveu

17

19,4

114

total

100

100

22Tout en tenant compte du petit nombre de cas possibles, les rôles du bisaïeul et de l'aïeul doivent être majorés alors que celui du père doit être revu à la baisse et donc être nuancé.

23Il m'a paru intéressant, pour conforter cette remarque, d'établir un autre tableau, en tenant compte de tous les cas où il n'y a pas transmission aux autres enfants.

Non transmission des noms de baptême

nombre

 %

père/fils

402

74,7

aïeul/petit-fils
dont : paternel
maternel

19
13
6

3,5

bisaïeul/arrière petit-fils

5

0,9

oncle/neveu
dont : paternel
maternel

112
30
21

20,9

total

538

100

24Le classement dans l'ordre de dévolution reste inchangé par rapport au phénomène de la transmission, avec la part prépondérante du père, suivi du rôle de l'oncle, puis de l'aïeul. Mais si l'on met en rapport les pourcentages de transmission et ceux de non transmission, on obtient un ratio de transmission par type de lien de filiation qui modifie nettement la répartition.

Ratio de transmission/non transmission

 % transmis

 % non transmis

ratio

père/fils

63,6

74,7

87

aïeul/petit-fils

11,7

3,5

330

bisaïeul/arrière petit-fils

5,4

0,9

600

oncle/neveu

19,4

20,9

92

total

100

100

  • 5 Idem, p. 147, l'auteur a fait une constatation voisine pour le cartulaire de Sainte Marie d'Auch.

25Il semblerait que l'on puisse confirmer que les grands-pères et arrière-grands-pères aient une capacité à transmettre infiniment supérieure à celle du père ou de l'oncle. Disons autrement que la famille a plus volontiers recours aux noms de baptême de ses aïeux qu'à ceux du père et de l'oncle. Cette constatation doit être corrigée par deux remarques. La première est que, pour ces deux catégories, le nombre de situations observées reste très faible, et qu'une unité influe fortement sur le pourcentage, alors même que l'ensemble de la généalogie n'est pas connu. La seconde est que la dévolution porte, de manière massive sur des prénoms dominants qui, vu leur fréquence dans les actes, ne sont peut-être pas significatifs d'une volonté de dation (une évaluation sommaire montre qu'environ 45 % des noms utilisés correspondent aux quatre noms majeurs de Arnaud, Bernard, Raimond et Guillaume)5. Et que conclure au sujet d'un Arnaud Guillaume (nom de baptême double) qui cumule ainsi le nom de son père, celui de son grand père et celui de deux oncles !

26Se pose enfin la question de la place du prénom transmis dans l'énumération des enfants. Très peu de textes reprennent la même famille avec une énumération complète des enfants. Bien plus fréquemment, les enfants apparaissent les uns après les autres à travers diverses chartes, laissant supposer des absences au moment de la conclusion de la transaction, ou bien leur arrivée plus tardive à la majorité juridique. La stabilité de l'énumération semble à peu près assurée, alors que l'intégralité de celle-ci ne l'est pas. Aussi les chiffres suivants, qui comptent le nombre de fois où la place de la transmission est attestée dans une série d'enfants, se fonde surtout sur des situations uniques, ou bien, lorsqu'il y a reconstitution de la famille, sur l'ordre le plus large connu. Mais il n'y a guère de certitudes en la matière, et nous ne sommes pas même assurés que les enfants soient indiqués dans l'ordre chronologique de leur naissance.

Place du nom de baptême transmis, dans une énumération d’enfants

père

aïeul

oncle

premier énuméré

14

3

5

2e

10

3

7

3e

10

0

2

4e

5

1

2

27Remarquons à nouveau, la sur-représentation de l'aïeul par rapport au nombre de situations observables. Plus que des affirmations, ce sont des tendances qui se dégagent. Le père ne transmet pas son nom de baptême essentiellement au premier fils énuméré : les choses ont l'air d'être peu fixées par rapport à la succession de ses enfants. L'aïeul intervient surtout sur le premier et le second énumérés, ainsi que l'oncle. Insistons sur le fait que, le plus souvent, ces deux personnages transmettent leurs noms dans l'énumération alors que le père ne l'a pas fait. Si l'on analyse les quelques cas où des combinaisons sont repérées : quatre fois le père transmet avant l'oncle et trois fois l'oncle avant le père. Et lorsqu'enfin ce sont les trois éléments qui sont combinés, on trouve les noms transmis dans l'ordre suivant : grand-père paternel-oncle-père, et père-grand-père paternel-oncle maternel. Voilà bien trop peu de cas pour en extraire un système,, mais si l'on se souvient que la connaissance de la famille est incomplète, et du nombre de fois où le père ne transmet que tardivement dans l'ordre de succession, il est probable qu'oncle et aïeul interviennent tout particulièrement sur les deux premiers cités.

La transmission du système anthroponymique

28Plusieurs approches sont possibles : celle du système anthroponymique proprement dit, dans sa grande typologie, et celle des noms propres eux-mêmes. Commençons par ces derniers. Il est tentant de supposer que les fils portent les nomina propria de leurs pères, et qu'on pourrait le croire quand les parents sont dénommés, accompagnés du seul nom de baptême du ou des enfants ; en supposant de plus que, si la situation est différente, elle est mentionnée. Il est tentant de supposer aussi que quand plusieurs frères sont énumérés seuls (sans parents), le nom propre n'étant indiqué qu'à la fin, ils portent tous le même. Mais malgré cela, dans cette partie, je n'ai utilisé que les noms propres assurés et mentionnés tels quels. Cela va peut-être me permettre de nuancer les suppositions.

29Le nombre des situations observées n'est pas très élevé, mais suffisant pour que là encore quelques grandes tendances puissent se dégager. Des réserves doivent être faites, cependant, car les situations ne sont pas aussi simples qu'il y paraît. Les répétitions en cours de texte montrent des modifications en particulier d'un système III vers un système IV. Du coup, l'absence de répétition ne nous assure pas que nous soyons en présence d'un nom type III et non pas d'un type IV tronqué. Par ailleurs, le nombre des prénoms doubles ne permet pas de distinguer avec certitude ce qui est de la non-transmission d'un nom type IIIa (nom propre différent), ou de l'utilisation d'un prénom double pour le fils.

Transmission du nom propre

Transmission du nom propre

30La répartition ne mentionne que les types concernés par la dévolution du nom, les autres n'étant pas alors décomptés. Elle ne reflète pas nécessairement l'ensemble de la typologie employée pour les hommes en Gascogne toulousaine.

31De manière importante, le nom propre est transmis aux enfants, (68,6 % des cas). Mais, type par type, il convient d'apporter des précisions. S'il y a nom différent en type IIIa, cela est impossible à déceler car l'utilisation du génitif pour le nomen paternum n'est pas un usage, et donc les confusions sont possibles avec un prénom double. Une mention à part doit être faite pour les noms de type II ; il s'agit du recours à un titre, et qui plus est dans une forme linguistique gasconne bien connue : En (Dominus) pour les hommes et Na (Domina) pour les femmes. Les 8 cas sont des mères transmettant à 8 filles leur titre. C'est d'ailleurs les seules fois où les femmes apparaissent dans la dévolution.

32Par contre, de manière très nette (22,4 % des cas), il n'y a pas transmission des nomina propria quand ils comportent une indication de lieu. Et si l'on isole le type IIId seul, la transmission ne représente alors que 63,2 % des cas. Il s'agit de fils qui ne portent pas le même nom de lieu que leur père. Cette constatation conduit à relativiser l'hypothèse qu'il y avait transmission à peu près systématique du nom, en particulier avec indication de lieu. Quant à expliquer cette différence, rien ne peut être assuré. Quelques pistes pourraient être suivies, mais avec une autre documentation : l'existence d'enfants de lits différents, l'héritage du nom de l'oncle maternel ou de l'aïeul maternel, le partage de fiefs nobles entre des enfants, etc.

33La situation se complique quand on sait que la dénomination d'un individu n'est pas stable, et qu'il peut, même si c'est rare, changer de nom propre. Il est vrai que rares sont les familles concernées par plusieurs textes. La difficulté vient de ce que le cas le plus net, Brunus de Molans devenu Brunus de Vilanova, n'est accompagné d'aucune indication permettant de savoir la raison de cette modification. Mais par ailleurs, il montre une pratique que l'on retrouve beaucoup plus souvent : les frères ne portent pas le même nom. Dans le cas de Brunus, deux de ses frères portent le nom de Molans, un autre celle de Vilanova. A terme, deux s'appellent de Molans et deux de Vilanova.

34Il a donc semblé intéressant d'aborder la dénomination de frères, lorsqu'elle est formellement attestée.

Dénomination des frères

nombre

 %

surnom identiques

40

61

surnom différents

25

39

total

65

100

35Les résultats sont très proches de ceux observés pour la transmission du père aux fils (ayant même nom propre, ou nom différent). La tendance se confirme donc pour les noms de type IIId : s'il y a prédominance nette du phénomène de la transmission, il n'est pas du tout général et le mécanisme est perturbé par des facteurs, peut-être sociologiques.

Dévolution du système anthroponymique

Dévolution du système anthroponymique

36La transmission du système anthroponymique est très largement dominante puisqu'elle représente 85,7 % des cas répertoriés. La modification intervient sur deux types (IIb et IVd). De manière plus détaillée, le IIBb se transforme en IIId et le IVd en IIb. Le phénomène commun aux deux systèmes est l'utilisation d'un composant du nom lié à la titulature (en et na). De IIb en IIId, le nom de lieu est indiqué, mais plus le titre ; de IVd en IIb, le titre reste mentionné, mais plus l'indication de lieu. On est donc en présence de la classe aristocratique. Mais est-ce réellement le système qui a changé d'une génération à l'autre ? Dans les 16 modifications en IVd, 3/4 sont relatives à la transmission mère (IVd)/fille (IIb) : or les mécanismes de dévolution pour le sexe féminin restent d'une imprécision quasi totale. Dans le cas des hommes, ne peut-on envisager plutôt une pratique scripturaire tendant à n'écrire qu'un nom tronqué : l'indication du titre (IIb) étant plus pertinente que celle du lieu (IIId), soit au niveau du père qui transmet ou du fils qui reçoit. Il ne s'agit plus alors d'une modification allant d'un système très complexe vers un système plus simple mais d'un codage social des usages de l'aristocratie.

37Le système anthroponymique paraît très stable, à la fois dans la prédominance du type III et dans la transmission de celui-ci.

Conclusion

381. Les femmes ne sont pas concernées par les phénomènes de la transmission anthroponymique : elles ne donnent pas, elles ne reçoivent pas non plus. Leur nomination semble n'obéir à aucune règle, à aucune intention, à aucun codage. Faut-il aller plus loin et dire que le choix de leurs noms de baptême est aléatoire, fantaisiste et libre ?

392. Pour le sexe masculin, le nombre de noms de baptême tranmis montre une homonymie très fréquente avec le père, puis l'oncle. Mais si l'on étudie par rapport au nombre de situations observées, et aux cas de non transmission, se dégage un nouveau concept : la capacité à transmettre. Elle est très importante pour le bisaïeul, ainsi que l'aïeul, bien moindre pour l'oncle et encore moindre pour le père. Cela est confirmé lorsqu'on regarde la place du nom de baptême choisi dans l'énumération des enfants : l'aieul et l'oncle interviennent majoritairement sur les deux premiers enfants, alors que la place du père est beaucoup moins nette et son poids dans la transmission moins évident : il passe souvent après les deux autres, ou bien tardivement dans l'énumération, alors même que la méconnaissance de la famille ne permet pas de savoir si oncle ou aïeul ne sont pas intervenus déjà auparavant.

  • 6 Pour la période contemporaine, voir l’article de Fine (Agnès), « L'héritage du nom de baptême », d (...)

403. Si la relation d'homonymie existe, elle n'est pas figée, automatique, elle ne privilégie pas un lien familial particulier ou une branche familiale particulière. Finalement, les questions restent multiples. Quel est le poids respectif des stocks paternels et maternels ? Y a-t-il une lignée dominante ? Y a-t-il un programme familial sur le nom de baptême ? une dation strictement organisée ? Les modalités du choix semblent peu complexes, dans la seconde moitié du XIIe s., surtout par rapport à des situations très postérieures6. Mais elles sont aussi mal identifiées puisque les généalogies complètes ne sont pas reconstituées, et que le rôle du parrainage (et donc de la parenté spirituelle) ne peut être étudié, ni celui des décès. Et si ce n'est pas le prénom de l'ascendant qui est donné, mais si c'est lui qui le choisit, toutes les innovations sont alors possibles.

41Tenons pour assuré que la dévolution est un mécanisme masculin. Quant à l'aîné, si tant est que ce soit le premier fils énuméré, il n'a pas de sort particulier évident et pas de relation préférentielle à son grand-père, son oncle ou son père. Par ailleurs, quels liens peut-on établir avec la transmission des biens ? Le droit d'aînesse n'est pas du tout attestée en Gascogne toulousaine pour cette seconde moitié du XIIe s. et pour longtemps encore.

424. La transmission du nom propre semble acquise. Mais si on s'en tient en particulier aux surnoms par indication de lieu, et ils constituent la plus grande partie des cas observables, deux indices montrent que ce n'est pas une règle générale : dans plus d'un tiers des situations, le nom propre du fils est différent de celui du père, et dans la même proportion, des frères ont des noms différents.

43Par contre, la stabilité du système anthroponymique est très importante : les segments familiaux, sur 3, 4 et même 5 générations quand on peut les observer, présentent le même type, essentiellement le IIId d'ailleurs. Les seules exceptions ne proviennent sans doute pas de modification du type, mais de pratiques des scribes qui tronquent des nominations, ou bien plutôt d'usages dans l'aristocratie par recours au titre et non à l'anthroponymie complète.

Annexes

ANNEXES. Quelques généalogies commentées

Ce type de segment de généalogie, très simple et très fréquent, ne montre aucune transmission entre le père et les fils. Le manque d'informations, par ailleurs, ne permet pas d'établir d'autres liens.

Ce fragment ne montre pas si la dénomination de lieu est transmise. La reprise de Bernard en second peut être l'indice d'un nomen paternum, encore que cela ne soit pas assuré. En tout cas, à la troisième génération, il n'est pas fixé. On peut alors penser à des noms doubles qui semblent fréquents. Par contre, Raymond s'est transmis du père au fils qui ne reçoit donc rien de son grand-père.

Odo de Montalt et Raimond de cha Isla sont des oncles, dont on ne sait s'ils sont paternels ou maternels, de Raimond de cha Isla, le personnage central. Ce dernier a reçu de son oncle, son nom et son surnom de lieu. Son frère, sans doute ainé, n'a rien reçu de son père ni de ses deux oncles. Lui-même n'a rien transmis à son fils ni à son petit-fils. Ce dernier tient de son propre père le nom (et donc Guilhelm Arnaud est vraisemblablement un nom double) et le surnom de lieu.

Les deux premiers fils de Raimond Guilhelm n'ont rien reçu de leur père. Les surnoms de lieu sont même différents. Par contre, le troisième est doté des deux noms de son père. Le quatrième a le premier nom en commun avec son père. Les femmes manifestent un comportement anthroponymique atypique.

Raimond Assi de Vilanova ne transmet pas son nom ni à ses fils ni à ses quatre neveux, ni à son petit-neveu. Il transmet son surnom de lieu à son premier fils. Condes (dont la graphie varie considérablement), ne transmet rien à ses fils, mais son nom à son petit-fils issu de son quatrième fils. Les quatre frères ont des surnoms de lieu différents (de Molans et de Vilanova) sans que la raison en soit connue. Encore plus obscure est la raison qui a fait que Brun de Molans, I'ainé, s'est ensuite fait appeler Brun de Vilanova.

Guilhelm a transmis son nom à son fils. Il est possible que celui-ci n'ait pas eu de descendance. Nom et surnom sont transmis à son petit-fils qui hérite donc de son grand-père maternel et de son oncle maternel mais pas de son père.

Notes

1 Les principaux travaux récents sur l'abbaye de Gimont sont :
Higounet (Charles), « Sur les transformations de l'habitat et des structures agraires en Gascogne aux XIIe et XIIIe siècles : Gimont avant la bastide », dans Études géographiques offertes à Louis Papy, Bordeaux, 1978, p. 369-75 ;
Lacaze (Martine), Le temporel de l'abbaye cistercienne de Gimont en Gascogne. Milieu XIIe s.-milieu XIVe s., maîtrise, dactyl, Toulouse 1988 ;
Mousnier (Mireille), La Gascogne toulousaine (1100-1300), une dynamique spatiale originale, 440 p., à paraître.

2 Abbé Clergeac, Cartulaire de l'abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905.

3 Une bibliographie étendue pour la région Midi-Pyrnées est regroupée dans Perouas (Louis), Barriere (Bernadette), Boutier (Jean), Peyronnet (Jean-Pierre), Tricard (Jean), Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, CNRS, Paris 1984, p. 202-203. Plus récents, les travaux de Benoît Cursente ont porté sur les formes masculines et féminines, sur le système anthroponymique lui-même, pour la région d'Auch, en particulier dans Cursente (Benoît), « Étude sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre métropolitain de Sainte Marie d'Auch (XIe-XIIIe siècles) », dans Genèse médievale de l'anthroponymie moderne, éd. M. Bourin, Université de Tours, 1989, p. 143-178.

4 Idem, p. 162.

5 Idem, p. 147, l'auteur a fait une constatation voisine pour le cartulaire de Sainte Marie d'Auch.

6 Pour la période contemporaine, voir l’article de Fine (Agnès), « L'héritage du nom de baptême », dans Annales ESC, juillet-août 1987, p. 853-677 ; dans le cadre des Pyrénées audoises.

Table des illustrations

Titre Transmission du nom propre
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Dévolution du système anthroponymique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Généalogie l
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
Titre Généalogie 2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Généalogie 3
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Généalogie 4
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre Généalogie 5
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Généalogie 6
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 35k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site