Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

Le choix du nom d'enfant en Poitou (xie-xiie siècles) : l'importance de noms familiaux

Eleanor Krawutschke et George Beech

Texte intégral

1Cette étude est une enquête sur les procédés suivis par les parents au Moyen Âge pour nommer leurs enfants. Non pas sur les noms eux-mêmes, bien qu'on ne puisse éviter d'en parler, mais plutôt sur les procédés qui ont guidé les parents dans le choix qu'ils ont fait. Pourquoi ont-ils choisi tel ou tel nom pour ce garçon ou cette fille, question très simple mais essentielle pour comprendre la constitution et l'évolution du répertoire des noms de personne à l'époque médiévale. Une meilleure connaissance des habitudes de dénomination, un sujet de valeur en soi-même, promet aussi de mener à une meilleure compréhension des structures familiales européennes au Moyen Âge. C'est là un thème d'une importance capitale pour les historiens de la société médiévale surtout dans les dernières années. Enfin, inutile de dire combien le généalogiste s'intéresse aux questions de dénomination, plus particulièrement celui qui s'occupe du Haut Moyen Âge où les documents sont rares et peu explicites. La connaissance des principes suivis dans la dénominaton des enfants (si principes il y a eu) faciliterait la reconstitution des arbres généalogiques et l'histoire des familles.

  • 1 P. Lebel, Les noms de personne en France, Paris, 6e éd., 1968, p. 36-59.
  • 2 G. Beech « Les noms de personne poitevins du IXe au XIIe siècle », Revue internationale d'onomasti (...)

2Avant de présenter les résultats de cette enquête, il convient de résumer très rapidement ce qu'on sait actuellement sur les modes de dénomination avant le Xe siècle1. Le système onomastique de la Gaule mérovingienne et carolingienne du VIe au Xe siècle résultait de la fusion de deux systèmes anthroponymiques issus du passé. D'une part le système romain, d'autre part le système germanique importé par les Francs lors de leur installation sur le territoire de la Gaule après le IVe siècle. Au moment des invasions germaniques, le plus ancien des deux, le romain, a évolué de sa forme classique des tria nomina au nom unique et s'est ainsi apparenté au système germanique, lui même restreint à un seul nom. Entre les Ve et Xe siècles, l'onomastique romaine a progressivement cédé la place à sa contrepartie germanique pour laisser peu de traces aux XIe et XIIe siècles. Comportant plusieurs sortes de noms (noms simples, composés, hypocoristiques) le système germanique s'est caractérisé par sa variété énorme de noms différents ; il y en avait des milliers. Mais les IXe et Xe siècles ont vu l'abandon progressif de beaucoup d'entre eux et l'introduction de noms nouveaux ce qui a mené à la formation d'un nouveau répertoire onomastique aux XIe et XIIe siècles. Caractérisé par des noms d'origine chrétienne et francaise ce nouveau répertoire était beaucoup plus limité en variété, 500 ou 600 noms différents en tout2.

  • 3 Bien que les chartes utilisées dans cet article viennent du Xe au XIIe siècles, elles datent, dans (...)
  • 4 C'est Eleanor Krawutschke qui a fourni la base de ce travail dans son mémoire de maîtrise à Wester (...)
  • 5 Cartulaire de l'abbave de Saint-Cyprien de Poitiers, éd. L. Redet, Archives Historiques du Poitou, (...)

3L'étude suivante se situe dans la période de ce renouvellement, surtout après son accomplissement3. Il s'agit d'une enquête limitée dans l'espace (province de Poitou) et dans le temps (XIe au XIIe siècles) sur les modes de dénomination dans un grand nombre de familles, ce qui a permis d'établir des statistiques sur l'importance de tel ou tel procédé. Réalisée aux U.S.A. par moi-même et une de mes élèves, Eleanor Krawutschke4, cette enquête est fondée sur des données extraites de chartes de six abbayes poitevines de l'époque : Saint-Cyprien de Poitiers, Saint Junien de Nouaillé, Saint-Maixent, Sainte-Marie de l'Absie, Notre Dame de Talmond, et Saint-Sauveur de Charroux5. La méthode employée était élémentaire. Il s'agissait de construire des arbres généaloqiques à partir des données des chartes. Ceci est possible à cause du fait que les moines administrateurs des abbayes ont demandé très souvent aux parents d'un donateur (un grand nombre des chartes monastiques enrégistrent des donations de particuliers aux monastères) de confirmer son acte afin d'éviter d'éventuelles contestations. Ainsi un homme, sa femme, leurs enfants et parfois d'autres parents comme frères, oncles, grands-parents, etc., sont nommés et identifiés à la fin des chartes.

  • 6 G. Beech, « Noms de personne », p. 91-96.

4Plus de sept cent familles ont ainsi été reconstituées, le plus souvent pour deux générations seulement, comprenant de trois à cinq ou six personnes, parents et enfants compris. Néanmoins, un petit nombre de familles, dont les membres jouaient un plus grand rôle dans les affaires de l'époque, et par conséquent figuraient plus souvent dans les transactions, ont pu être suivies pendant trois générations. Une poignée de grandes familles aristocrates reste visible à travers sept ou huit générations et deux ou trois siècles. Toutefois, les conclusions présentées ici ont été basées sur des statistiques tirées de la grande masse des familles et non de celles qui sont les mieux connues. Autre question de méthodologie : comment peut-on savoir si un enfant qui porte le même nom qu'un de ses parents, a été effectivement nommé par référence à ce parent ? Il faut souligner que les scribes des chartes ne le disent jamais et la possibilité n'est pas exclue que l'homonymie entre parent et enfant soit parfois le résultat du pur hasard et que le nom attribué ait été tiré d'un autre stock que celui de la parenté. Mais il serait difficile d'expliquer le nombre significatif des similitudes comme faits de pure coïncidence et les historiens ont toujours considéré comme justifiée cette déduction que, dans un tel cas, les parents avaient choisi tel nom par ce qu'il était un nom familial. Finalement il convient d'ajouter une dernière observation sur la condition sociale des gens et des familles étudiés. On n'a pas essayé de distinguer entre familles de différentes strates sociales, compte tenu du fait que les rédacteurs des chartes monastiques ne font pas eux-mêmes cette distinction sauf dans le cas de quelques grandes familles comme les ducs d'Aquitaine et des seigneurs châtelains. Par conséquent il est très difficile pour l'historien moderne de le faire. Et pourtant c'est sûr qu'on est ici en présence, essentiellement, de familles de l'aristocratie et d'une couche aisée de la paysannerie6. On reviendra ci-dessous sur la question de différences dans les modes de dénomination entre ces deux couches sociales.

  • 7 E. Krawutschke, op. cit., p. 26-27.
  • 8 Ibid., p. 38, 55, 69, 88, 101, 115, 122, 133.

5Dans l'étude de la transmission de noms familiaux de parents aux enfants, le problème est de savoir si cela se faisait rarement ou fréquemment et de déterminer de quel côté, paternel et maternel, on empruntait des noms. Pour des raisons de clarté il sera distingué entre noms masculins et noms féminins et pour commencer, les premiers. On est généralement d'accord que les gens du Haut Moyen Âge ont transmis leurs noms familiaux à leurs enfants de trois façons différentes : soit par répétition (l'enfant porte le même nom qu'un parent, une pratique qui s'appelle aussi l'appellation) ; soit par variation thématique (l'un des deux ou trois éléments du nom du parent : les noms de personne germaniques de haut Moyen Âge se constituaient normalement de plusieurs éléments) ; soit par allitération ou répétition de la lettre initiale du nom. Les chartes poitevines examinées ici montrent clairement que la simple répétition du nom était beaucoup plus courante que les deux autres procédés. En ce qui concerne l'allitération, il est souvent difficile de savoir si on l'a consciemment employée, étant donné que beaucoup de noms les plus populaires commençaient par G ou par A. Ce qui peut paraître un emploi voulu de l'allitération peut n'avoir été que le résultat du hasard. Il est concevable et même probable que tel Geoffroi qui avait un fils Girard n'entendait pas par là signaler un lien de parenté. De toute façon il s'agit en l'occurrence d'un petit nombre d'exemples, donc bien insignifiants7. De même pour les variations thématiques. Nous n'avons découvert que dix exemples de cette pratique et tous datent du Xe s., aucun des XIe et XIIe siècles8. Il est tout à fait vraisemblable que l'allitération et la variation thématique étaient en voie de disparition et que ce phénomène se rattache au renouvellement du répertoire onomastique qui se faisait au même moment en Poitou.

6Toutefois l'imposition du nom d'un parent à un enfant est restée en vigueur au cours des trois siècles envisagés ici et une discussion de cette pratique forme la partie centrale de cette étude. On traitera la question, à l'égard des garçons d'abord puis des filles. Dans chaque cas il sera distingué entre noms familiaux tirés des deux côtés de la famille, en commençant avec les garçons et le coté paternel.

7En tous, 120 cas de répétition du nom du père par le fils ont été décélés sur les 700 familles étudiées. À première vue, ce chiffre paraît insignifiant ; 17 % des cas, ce qui semble peu (cf. fascicule — planche 23). Cependant, une analyse plus poussée permet de dégager quelques conclusions plus intéressantes. Pour la grande majorité des familles, un seul fils est nommé dans les chartes ; dans un nombre réduit d'entre elles, ce sont deux, trois, quatre fils et même davantage qui apparaissent. En regroupant les familles selon le nombre de fils présents, et en analysant séparément chaque catégorie, les résultats deviennent tout à fait différents. Sur 456 familles ou figure un fils unique, 45, soit 10 %, portent le même nom que leur père ; sur 149 familles de deux fils, il y a répétition par l'un ou l'autre 36 fois, soit 24 %. La fréquence d'homonymie dans la famille s'élève à 34 % quand il y a trois fils présents et à 57 % pour les familles de quatre fils ou plus. La signification de cette statistique n'est guère douteuse. Il ne faut pas croire que les chiffres tirés des listes de témoins dans les chartes traduisent l'exacte structure des familles en question. Pour toutes sortes de raisons, un ou même plusieurs fils étaient absents au moment de la rédaction de la charte. Les uns étaient domiciliés loins de leurs parents, les autres morts prématurément ; d'autres n'étaient pas encore nés, etc. Si tous les fils vivants et morts avaient été réunis en même temps, on aurait sans doute enregistré un pourcentage beaucoup plus élevé de répétition de noms, comme c'est le cas dans les familles comportant de nombreux fils. Donc pas d'hésitation non plus sur leurs motivations - perpétuation de la famille non seulement physiquement, mais aussi figurativement par la répétition d'un nom déjà connu pour ses rapports avec telle ou telle famille.

8Dans 46 cas, la documentation a permis la reconstitution au moins partielle de familles pendant trois générations. Les pratiques de dénomination dans ces familles confirment notre hypothèse, en démontrant la transmission du nom du grand-père à son petit-fils 16 fois, soit 35 % des exemples (cf. fascicule — planche 22). Malheureusement 15 sur ces 18 généalogies sont si fragmentaires qu'on ignore le nom du père à la deuxième génération ; donc il est impossible d'établir de façon certaine que le nom était répété pendant trois générations de suite. Mais au moins une de ces familles a pratiqué ce qu'on appelle l'alternance dans la transmission de noms de famille, une pratique qui consistait à alterner deux noms sur deux générations, le fils recevant le nom de son grand-père et donnant le nom de son père à son fils. Il est bien probable, pour des raisons qui seront évoquées plus loin, que l'alternance a été très répandue dans la région.

9À part le père et le grand-père, la seule autre source connue de noms masculins du côté paternel était celle des frères du père, les oncles paternels. Sur 108 exemples où le nom d'au moins un oncle paternel est connu concomitamment avec celui d'un fils (cf. fascicule — planche 22), la répétition des noms s'est produite 11 fois, soit 10 %. Compte tenu de fait que, normalement, on ne connaît que le nom d'un seul oncle lorsque très souvent il a du y en avoir deux ou trois, ce pourcentage semble assez important et l'on est fondé à penser que les oncles paternels fournissaient un nombre considérable de noms à leurs neveux. C'est peut-être un autre indice de l'importance de ce parent dans la vie familiale de l'époque.

10Théoriquement, les ascendants de la mère pouvaient fournir autant de noms aux enfants mâles que ceux du père, mais voici précisement la question à mettre à l'épreuve : les parents ont-ils puisé les noms de leurs fils plus souvent, aussi souvent, ou moins souvent du coté maternel, et pourquoi ? Et, en tout cas, quels parents maternels ont-ils eu la préférence ? Si peu nombreuses qu'elles soient, les chartes poitevines répondent très nettement à ces questions. La contribution maternelle était beaucoup moins importante que la paternelle. Sur 328 possibilités, on a pu vérifier 20 emprunts seulement, soit 6 % par rapport à 147 cas de répétition sur 854 possibles du côté paternel, soit 17 % (cf. fascicule — planche 22). Regroupés selon les différents parents, les résultats sont les suivants : il est frappant de constater que c'est la mère elle-même qui a parfois donné son nom à son fils, soit sous forme masculinisée, soit en lui transmettant une partie (variation thématique) de son nom (quatre exemples en tout). Néanmoins cette interprétation doit être faite avec prudence, puisque cinq des cas en question montrent un fils nomme Petronus (Peron) ou Petrus (Pierre) et une mère Petronilla ou Peronelle. Ce qui parait indiquer qu'une relation de parenté entre les deux aurait pu provenir du pur hasard, étant donné la popularité des deux noms.

11Une autre source plausible de noms masculins serait le grand-père maternel, mais deux cas seulement sont attestés sur 46 possibilités (cf. fascicule — planche 22). En même temps, 16 petits-fils sur 46 portaient le même nom que leur grand-père paternel, ce qui souligne très nettement la supériorité de l'influence de la parenté paternelle dans la dénomination des fils. En revanche, les noms d'oncles maternels paraissent avoir joui d'une certaine faveur, même si celle-ci n'atteignait pas le taux de fréquence d'emprunts du nom de l'oncle paternel. Sur un total de 108 possibilités on a sept cas d'emprunts à des oncles maternels contre onze cas d'emprunts des oncles paternels. En somme, la récolte de noms masculins transmis de parents maternels se révèle très petite par rapport à celle de parents paternels. Mais il faut signaler que les parents maternels figuraient beaucoup moins souvent dans les chartes que leurs contreparties, d'où il s'ensuit que nous les connaissons beaucoup moins bien, et il est bien possible que la rareté même des mentions ait faussé quelque peu la statistique. Par contre, le fait même qu'ils étaient appelés si rarement à approuver les donations de leurs beaux-frères et belles-filles suggère leur manque d'influence dans la vie de ceux-ci et explique peut-être que ces derniers les aient negligés dans le choix du nom des enfants.

12En ce qui concerne les noms des filles, nous savons très peu de choses et les données peuvent donc être présentées très rapidement et sommairement. N'étant pas normalement les héritières du patrimoine familial, les filles n'ont pas été tenues de consentir aux donations de leur père ou autres parents, d'ou le fait que les scribes des chartes les mentionnent rarement. Il semble que les parents maternels conféraient leurs noms aux filles presque aussi souvent que les parents paternels, ce qui contraste avec la grande disparité entre les deux orientations dans la dénomination des garcons.

13D'abord le côté paternel. Il y a plusieurs exemples où la fille portait une forme féminisée du nom de son père : Olivier - Oliva ; Clemens - dementia. Et deux fois le nom d'un oncle paternel : Stephanus - Stephana, et Boschardus - Boscharda. Deux fois également c'est une tante paternelle qui a fourni le nom et une seule fois une grand-mère (cf. fascicule — planche 22). La mère est la seule source attestée de noms féminins du coté maternel, et l'absence apparente de noms de tantes ou de la grand'mère est frappant. Frappant aussi le faible pourcentage général de cas certains de transmission de noms familiaux aux filles. Le taux de 6.7 % en général est très bas par rapport à celui de 14 % pour les garçons. Mais les chartes analysées ici nous apportent trop peu de renseignements pour qu'on puisse leur faire confiance, et je crois qu'il faut être extrêmement prudent en tirant des conclusions d'une telle documentation. Il n'y a aucune raison de penser qu'on cherchait moins souvent dans la famille les noms des filles que ceux des garçons.

14Jusqu'ici, on a abordé la question de la transmission de noms familiaux sans prendre en considération le nombre d'enfants dans la famille. Mais il est essentiel de savoir comment les parents ont procédé, étant donné qu'au début du mariage ils pouvaient envisager une famille nombreuse. Les sources médiévales qui nous sont parvenues sur la population de l'époque sont peu abondantes, très imprécises, et difficile à interpréter, mais elles ne laissent aucun doute sur une natalité très forte à partir du XIe siècle. Une forte mortalité avait tendance à freiner ce qui aurait produit autrement une véritable explosion démographique au XIIe et XIIIe siècles, mais il n'est pas déraisonnable de postuler cinq à six enfants par famille en moyenne, dont on pouvait s'attendre à ce que deux ou trois survivent jusqu'à l'âge de la maturité. En conséquence, il ne suffit pas de se demander si les parents avaient transmis un nom familial à leur postérité, mais de savoir comment ils avaient abordé le problème de la dénomination en considérant qu'ils auraient probablement à se féliciter, ou à se consoler, de cinq ou six enfants en tout. A-t-on attribué un nom familial à un seul enfant, à plusieurs, à tous ? Et dans tous les cas, le nom de quels parents, de quel côté, et pour quels enfants ?

15Première constatation sur les familles poitevines : les noms familiaux n'étaient pas du tout limités à un seul enfant. L'exemple de la famille aristocrate de Château Larcher, au sud-ouest de la ville de Poitiers, au début du XIIe siècle, en est une preuve convaincante (cf. fascicule — planche 23). Jourdain qui a succédé à son père Boson comme seigneur du château, s'est marié avec Amélie, fille du seigneur d'un château voisin, Morthemer, et sept fils au moins sont nés de cette union. L'arbre généalogique de la famille permet de confirmer qu'au moins quatre de ces fils ont reçu des noms familiaux, partagés également entre les deux côtés. Du coté paternel ce sont le père, Jourdain, et le grand-père, Boson, qui ont fourni leurs noms, tandis que le grand-père Samuel et un oncle Pierre étaient représentés du coté maternel. Les deux autres fils, Olivier et Job, portaient des noms dont on ne connaît pas l'origine, mais qui n'étaient, ni l'un ni l'autre, germaniques et il est peut-être à remarquer que ces deux fils étaient des moines, sujet à discuter plus tard. À la même époque, une charte de l'abbaye de Saint-Cyprien de Poitiers jette de la lumière sur deux frères, Guillaume et Airaud de Mairé, et leurs familles de la région de Niort (cf. fascicule — planche 24). Chacun avait quatre fils et une ou deux filles ; trois des fils portaient les mêmes noms, Guillaume, Airaud et Eudes, dont deux étaient les noms de leurs pères et oncles. Des lacunes dans la documentation empêchent une reconstitution aussi complète pour d'autres familles, mais la répétition de deux noms familiaux se trouve assez fréquemment. Donc les parents pouvaient attribuer — et ont effectivement attribué — des noms familiaux à plusieurs enfants.

16Ceci soulève inévitablement la question de savoir si les parents étaient libres du choix du nom de leurs enfants. N'est-il pas possible qu'au contraire la coutume et la tradition familiale, maintenue et imposée par la parenté, c'est à dire, par les grands-parents, les oncles, les tantes, etc., aient rendu obligatoire l'emploi de noms de famille ? L'exemple des familles poitevines les mieux connues donne cette impression, mais pour pouvoir l'affirmer de façon définitive, il faudrait se baser sur des généalogies plus détaillées que celles que nous avons ici. Quoi qu'il en soit de ces réserves, on est amené à se demander s'il existait une hiérarchie de noms familiaux qui voulait qu'on donne la préférence à tel ou tel nom pour tel ou tel enfant ; ou, en d'autres termes, si les noms familiaux devaient être appliqués dans un certain ordre. Les statistiques citées ci-dessus rendent plausible et même probable cette supposition. Pour ce qui est des fils, le nom du père l'emportait largement sur tous les autres parents, suivi par les noms du grand-père et de l'oncle, tous du côté paternel. Loin derrière viennent les noms de la famille de la mère ; la mère elle-même, son père, et ses frères.

  • 9 S. Painter, « The Lords of Lusignan in the 11th and 12th centuries », Speculum, XXX11, 1957, p. 27 (...)
  • 10 A. Richard, Histoire des comtes de Poitou, Paris, 1903, I, 507.
  • 11 Pierre (1039-58) est devenu Guillaume Aigret et Guy-Geoffroi, Guy-Geoffroi-Guillaume ; ibid., I, p (...)

17Peut-on aller plus loin et penser que la coutume imposait la transmission du nom du père au fils — donc que tout le monde le faisait ? Il en était incontestablement ainsi au moins en deux cas bien connus. La famille aristocratique moyenne des seigneurs de Lusignan a eu pour chef un Hugues pendant huit ou neuf générations de suite entre c. 960-12009. De même pour les ducs d'Aquitaine, où sept générations de Guillaume se sont succédées sans interruption entre 935 et 113610. Il est vrai que deux fois durant cette période, un frère portant un autre nom a herité inopinément de son frère aîné mort sans descendance masculine. Mais il est significatif que chacun des deux a aussitôt changé son nom en Guillaume11. Dans ces cas il semble que la continuation de la famille exigeait non seulement un fils, mais un fils nommé Guillaume presque comme si, sans le bon nom, l'autorité eût manqué.

18Il est évident aussi que c'était le fils aîné, et non pas n'importe quel fils, qui devait recevoir le nom de son père. L'héritage du nom du père était directement lié à la pratique successorale de primogéniture par laquelle le fils aîné héritait du patrimoine familial et du titre (s'il y en avait un) presque sans partage et à l'exclusion de ses frères et sœurs.

19A-t-on souvent, ou même toujours, réservé le nom du père au fils aîné en Poitou ? Pour pouvoir répondre à cette question, il faudrait savoir si les scribes ont nommé les enfants dans leurs chartes dans l'ordre de l'âge. Vraisemblablement oui, mais la preuve en manque. Quelquefois, les mêmes enfants sont mentionnés dans plusieurs chartes différentes et, à de très rares exceptions près, toujours dans le même ordre. Après tout, quel autre ordre aurait-on pu observer sinon celui de l'âge ? De toute façon, supposons qu'il en était ainsi ; dans ce cas il est clair que dans les exemples où l'un des fils avait le même nom que son père, c'était le plus souvent (à 66 %) le fils aîné. Mais les autres fois (33 %) c'était le deuxième, troisième, quatrième, et même le neuvième fils qui avait reçu le nom du père, et l'origine du nom du premier fils ne peut pas être élucidée. Il existe plusieurs explications plausibles pour ce phénomène. Premièrement, il se peut que la primogéniture n'ait pas été en vigueur, et que les parents aient choisi de ne pas tenir compte de leur fils aîné et de désigner comme successeur un frère plus jeune. On n'a qu'à imaginer la situation crée par la naissance d'un fils aîné handicapé, aveugle, infirme, ou incapable pour quelqu'autre raison de diriger les affaires de la famille. Mieux vaudrait alors attendre le deuxième né pour lui conférer le nom familial principal. L'alternance de deux noms masculins toutes les deux générations pourrait aussi expliquer ces cas exceptionnels.

  • 12 Cartulaire de Talmond, p. 61.
  • 13 H. Imbert, « Notice sur les vicomtes de Thouars de la famille de ce nom », Mémoires de la Société (...)
  • 14 G. Beech, A Rural Society in Medieval France : the Gatine of Poitou in the Eleventh and Twelfth Ce (...)

20Il n'en reste pas moins que la meilleure explication est que, de temps en temps, on a préféré des noms masculins du côté maternel à ceux du côté paternel. Le mari aurait pu contracter un mariage avec une femme d'un niveau supérieur au sien, ce qui s'est produit assez souvent dans le monde aristocratique. Quoi de plus normal pour les parents de la femme que de vouloir voir se perpétuer leurs noms familiaux dans les enfants de cette famille qui leur devait son ascension sociale et son fondement territorial, et non aux parents paternels ? Plus clair encore est le cas d'un homme se mariant avec une femme qui, faute de frères ou par suite de leur mort inattendue, s'est vue constituer héritière unique de ses parents, cas très prisée par un jeune célibitaire à la recherche d'une femme. En pareil cas, il était tout à fait raisonnable que les parents de la femme exigeassent l'emploi de leurs noms, puisque leur petit-fils né de cette union deviendrait leur héritier. Une charte poitevine nous donne un exemple parfait d'un tel mariage. Au début du XIe siècle, le fondateur de la seigneurie châtelaine de Talmond en Vendée, Guillaume le Chauve, avait deux fils, Guillaume et Pippin, et une fille, Asceline, qui devint héritière du château et des terres familiales par la mort de ses frères. Après son mariage avec un homme d'origine inconnue nommé Kadelo, elle accoucha de deux fils qui reçurent les noms de son père et de son frère, et non pas des noms de la parenté paternelle12. Compte tenu de la très haute mortalité de l'époque médiévale, il est probable que l'héritage par les filles s'est produit assez souvent. Ceci s'accorderait bien avec le fait que, tout au moins parmi l'aristocratie, peu de familles se soient identifiées exclusivement par un seul nom principal (un leitname) comme l'ont fait les Hugues de Lusignan et les Guillaume d'Aquitaine. Mieux représentées sont les familles qui, comme les vicomtes de Thouars, se sont servi de quatre ou cinq noms (Aiméri, Arbert, Geoffroi, Raoul, et Guillaume) régulièrement génération après génération pendant presque trois siècles13. Même processus chez les soigneurs de Parthenay où prédominaient Guillaume, Joscelin et Ebles14.

  • 15 G. Beech, « Les noms de personne », p. 100.

21Même si des considérations familiales ont très souvent dicté le choix des noms familiaux, il serait faux de croire que les parents n'avaient aucune liberté de choisir d'autres noms. Surtout dans les familles nombreuses, il est bien concevable qu'après avoir loyalement accordé les noms principaux aux premiers nés, on pouvait puiser des noms à d'autres sources pour les derniers nés. Il est difficile de confirmer cette supposition dans des cas individuels, mais en prenant en considération tout le répertoire de noms de personne en usage courant, on peut avancer quelques hypothèses sur ces autres sources. Les noms les plus populaires dans le Poitou pendant notre période tombent dans deux catégories : premièrement noms chrétiens tirés principalement du Nouveau Testament (Pierre, Jean, Étienne, André, Simon : donc noms d'apôtres, évangélistes, martyrs) et, deuxièmement, noms germaniques comme Guillaume, Rainaud, Aimeri, Geoffroi, Bernard, Robert, Giraud, Gautier15.

  • 16 G. Beech, « Noms de personne », p. 87-89.
  • 17 Ibid., p. 94.
  • 18 Des chercheurs anglais sont arrivés à la même conclusion dans des études régionales en Angleterre (...)

22Le succès des noms du Nouveau Testament a été noté un peu partout en Europe occidentale aux XIe et XIIe siècles, et semble s'expliquer par l'essor de l'Église et surtout de la papauté dès l'époque de la Réforme Grégorienne après les années 107016. Le clergé semble avoir réussi de plus en plus à persuader les gens de prendre des noms chrétiens au détriment des noms germaniques sans associations religieuses qui avaient dominés au Haut Moyen Âge. Mais il faut ajouter qu'on ne peut pas appeler ces noms chrétiens des noms cléricaux ou monastiques. Les clercs et les moines portaient des noms germaniques presque aussi souvent que les laïcs, et le plus qu'on puisse dire est que le nom de Pierre se rencontre un peu plus souvent chez des prêtres et que les noms de Benoît et Martin étaient de préférence des noms monastiques17. Donc il semble qu'en Poitou on doive exclure la double hypothèse mentionnée plus haut selon laquelle, premièrement, les gens avaient donné des noms religieux aux fils destinés dès la naissance à l'église ou au monastère, et deuxièmement que des changements de noms ont eu lieu au moment de l'ordination ou de l'entrée au cloître. L'exemple du fils du seigneur de Château Larcher, nommé Job, et qui est devenu moine, semble donc exceptionnel. À cet égard il est remarquable aussi qu'on ne prenait pas, en Poitou, des noms de saints régionaux, hommes ou femmes. Aucun retentissement, dans l'onomastique personnelle, de la renommée de ces personnages, même si on la constate dans les noms de lieux18.

  • 19 D. Postles, « Baptismal Name... », op. cit., p. 4-5.

23Peut-on envisager une influence cléricale dans l'imposition des noms, surtout à partir de la dernière moitié du XIe siècle quand on assiste à une grande expansion de noms de personne chrétiens ? Dès la fin du XIIe siècle l'attribution du nom d'enfant faisait partie du sacrement de baptême administré par le prêtre à l'église et l'influence de ce dernier aide à expliquer la montée dès lors de noms chrétiens. Mais à l'époque antérieure les deux cérémonies n'étaient pas encore associées et l'enfant a pu être nommé par ses parents avant le baptême19. Le silence des chartes poitevines sur ce sujet nous empêche d'évaluer le rôle des prêtres dans la dénomination des enfants pendant notre période.

  • 20 M. Bennett, « Spiritual Kinship and the Baptismal Name in Traditional European Society », dans Pri (...)
  • 21 Lynch, Godparents and Kinship in Early Medieval Europe, Princeton, 1986, p. 172-173.

24Il est possible que les parrains et marraines aient participé aussi aux choix des noms d'enfants. Des recherches anglaises ont révélé que très souvent au XIVe et XVe siècles ils ont conféré leur propre nom à leurs filleuls20. Mais un enquête sur le parrainage au Haut Moyen Âge affirme que les parrains n'ont eu aucune influence dans la dénomination jusqu'au moins la fin de la période carolingienne21. Les chartes poitevines ne font pas la moindre allusion aux parrains à cet égard aux XIe et XIIe siècles.

  • 22 G. Beech, « Noms de personne... », tableau, p. 100 ; toutefois, après ces recherches sur le nom Gu (...)

25Il ne peut y avoir aucun doute sur les raisons du succès des noms germaniques les plus répandus en Poitou comme Guillaume, Rainaud, Aiméri, etc. Le fait qu'ils étaient tous portés par des nobles suffit à expliquer leur épanouissement dans la petite noblesse et la paysannerie. C'est par un procédé d'émulation ou d'imitation, aussi bien qu'à la suite de mariages, que les grands noms commencent à paraître dans la petite noblesse et l'aristocratie moyenne. Par exemple, le seul nom de Guillaume, qui était celui des ducs d'Aquitaine, a trouvé une place dominante au moins dans sept familles de châtelains et dans 33 familles dont le chef était un seigneur de village22.

26En mentionnant ces noms dits nobles, on touche à un autre sujet qu'on a esquivé jusqu'ici, celui de différences éventuelles dans les habitudes de dénomination entre nobles et paysans. Est-ce qu'il y en avait ? Du Xe au XIIe siècle c'est douteux, même s'il est possible que dans la période précédente l'aristocratie ait eu le monopole de certains noms. La meilleure preuve en est justement l'avidité avec laquelle des noms comme Guillaume ont été pris par tout le monde. Cependant il peut y avoir eu une différence d'une autre sorte dans la transmission de noms familiaux. Les paysans avaient-ils la même conscience de famille que les nobles, le même orgueil vis-à-vis de leurs ancêtres, le même sentiment de l'obligation de transmettre et de perpétuer des noms familiaux ? N'est-il pas concevable qu'à chaque génération ils ont négligé les noms ancestraux pour en choisir des nouveaux pour leurs enfants ? Les chartes poitevines ne permettent pas de le savoir.

  • 23 À comparer à la conclusion identique des historiens anglais pour leur pays à la fin du Moyen Âge. (...)

27En dépit des incertitudes qui continuent à entourer nos connaissances de l'onomastique médiévale, cette enquête a abouti à quelques conclusions significatives sur le sujet. Bien que montrant que les parents choisissaient des noms religieux et seigneuriaux, cette analyse a fait resortir l'importance primordiale de la transmission de noms familiaux, et non seulement à un, mais à plusieurs et peut-être à tous les enfants23. Elle établit aussi la supériorité de l'influence du côté paternel par rapport à celui de la parenté maternelle dans la dénomination des enfants, et surtout des garçons, et permet de préciser l'apport des différents parents, c'est à dire les grands-parents, les oncles et les tantes. Ainsi elle nous permet de mesurer à quel point la famille française du Xe au XIIe siècle était devenue un lignage où l'on marquait sa descendance du côté masculin, ce qui nous révèle aussi le rôle prépondérant de la parenté masculine dans la vie de la famille. Elle montre enfin comment l'onomastique, longtemps negligée par l'historien comme un sujet marginal, peut lui apporter de très utiles renseignements sur l'histoire de la société.

Notes

1 P. Lebel, Les noms de personne en France, Paris, 6e éd., 1968, p. 36-59.

2 G. Beech « Les noms de personne poitevins du IXe au XIIe siècle », Revue internationale d'onomastique, 26, 1974, p. 81-100, 85-86. C'est le nom unique (prénom) qui nous intéresse ici, mais il convient de noter que le surnom commence à apparaître en Poitou dans la première moitié du XIe siècle et est en pleine expansion après 1075 (ibid. ; tableau, 100). Mais une étude exhaustive de ces surnoms doit précédér l'analyse de leur relation avec le changement du répertoire des prénoms.

3 Bien que les chartes utilisées dans cet article viennent du Xe au XIIe siècles, elles datent, dans leur grande majorité, de la période entre 1050 et 1125. La faiblesse de la documentation avant et après cette période a éliminé la possibilité de mesurer l'évolution des procédés de dénomination à travers ces siècles, donc de saisir d'éventuels changements de ces pratiques.

4 C'est Eleanor Krawutschke qui a fourni la base de ce travail dans son mémoire de maîtrise à Western Michigan University, A Study of Personal Naming Customs in Medieval Poitou. Je me suis servi de ses données en rédigeant ce texte.

5 Cartulaire de l'abbave de Saint-Cyprien de Poitiers, éd. L. Redet, Archives Historiques du Poitou, T. 3, 1874 ; Chartes de l'abbaye de Nouaillé, éd. P. de Monsabert, Archives Historiques du Poitou, 49, 1936 ; Chartes et documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Saint-Maixent, éd. A. Richard, Archives Historiques du Poitou, T. 16 et 18, 1886 ; Cartulaires et chartes de l'abbaye de l'Absie, éd. B. Ledain, Archives Historiques du Poitou, T. 25, 1895 ; Cartulaire de l'abbaye de Sainte-Croix de Talmond, éd. L. de La Boutetière, Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, T. 36, 1872 ; Chartes et Documents pour servir à l'histoire de l'abbaye de Charroux, éd. P. de Monsabert, Archives Historiques du Poitou, T. 39,1910.

6 G. Beech, « Noms de personne », p. 91-96.

7 E. Krawutschke, op. cit., p. 26-27.

8 Ibid., p. 38, 55, 69, 88, 101, 115, 122, 133.

9 S. Painter, « The Lords of Lusignan in the 11th and 12th centuries », Speculum, XXX11, 1957, p. 27-47.

10 A. Richard, Histoire des comtes de Poitou, Paris, 1903, I, 507.

11 Pierre (1039-58) est devenu Guillaume Aigret et Guy-Geoffroi, Guy-Geoffroi-Guillaume ; ibid., I, p. 240, 266-267.

12 Cartulaire de Talmond, p. 61.

13 H. Imbert, « Notice sur les vicomtes de Thouars de la famille de ce nom », Mémoires de la Société des Antiquaires de l'Ouest, 1ère Série, XXIX, 1864, p. 415-423.

14 G. Beech, A Rural Society in Medieval France : the Gatine of Poitou in the Eleventh and Twelfth Centuries, Baltimore, 1964, p. 42-70.

15 G. Beech, « Les noms de personne », p. 100.

16 G. Beech, « Noms de personne », p. 87-89.

17 Ibid., p. 94.

18 Des chercheurs anglais sont arrivés à la même conclusion dans des études régionales en Angleterre au Bas Moyen Âge. P. Franklin, « Normans, Saints, and Politics : Forename choice among 14th century Gloucestershire peasants », Local Population Studies, 36, 1986, p. 19-25, 24-25 ; D. Postles, « The Baptismal Name in 13th century England. Processes and Patterns », Medieval Prosopography, 13, 1992, p. 1-52, 12 ; S. Wilson, « Introduction », Saints and their Cults. Studies in Religious Sociology, Folklore and History, Cambridge, 1983, éd. S. Wilson, p. 15.

19 D. Postles, « Baptismal Name... », op. cit., p. 4-5.

20 M. Bennett, « Spiritual Kinship and the Baptismal Name in Traditional European Society », dans Principalities, Powers and Estates. Studies in Medieval and early Modem Government and Society, éd. L. O. Frappell, Adelaide, 1979, p. 1-13 ; P. Niles,« Baptism and the Naming of Children in Late Medieval England », Medieval Prosopography, 3, 1982, p. 95-107.

21 Lynch, Godparents and Kinship in Early Medieval Europe, Princeton, 1986, p. 172-173.

22 G. Beech, « Noms de personne... », tableau, p. 100 ; toutefois, après ces recherches sur le nom Guillaume en Angleterre vers 1100, une érudit anglais émet des doutes sur l'influence du roi Guillaume le Conquérant dans la diffusion de ce nom à cette époque ; C. Clark, « Willelmus rex ? vel alius Willelmus », Nomina, 11,1987, p. 7-33.

23 À comparer à la conclusion identique des historiens anglais pour leur pays à la fin du Moyen Âge. Voir D. Postles, « Personal naming patterns of Peasants and Bourgeois in later medieval England », Medieval Prosopography, 12, 1991, p. 29-56 ; idem, « The Baptismal Name », p. 21-22.

Auteurs

Western Michigan University

Western Michigan University

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site