Versión clásicaVersión móvil

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Grandeurs et servitudes des fragments généalogiques (xe-xv/span>e siècles)

De la transmission du nom et du surnom en Bourgogne au Moyen Âge (xe-xve siècles)

Patrice Beck

Texto completo

... Comme Guillaume qui avait été fort riche était devenu pauvre par sa faute, on l'appelait Briche ou encore Le fou. Il eut une fille Marguerite qui fut abbesse de Remiremont, et trois fils : Hemon dit Le Fou, Jean et Hemonet dit Briche.
La roue de la fortune ou chronique de Grancey, Roman généalogique écrit au commencement du XIVe siècle, traduction et publication par Émile Jolibois, Chaumont, 1857, LXI - 45.

  • 1 « Il est généralement admis que la légende des origines troyennes formée au VIIe siècle fut utilis (...)

1Cette généalogie bourguignonne fait comme il est alors de mode remonter les sires de Grancey aux héros de Troie1. Elle évoque l'histoire du monde au travers des personnages remarquables, des mythologies et, dès les premières lignes, l'auteur sacrifie lourdement au genre : Le nouveau chrétien (Denis, Saint-Denis bien sûr) s'empressa d’annoncer la bonne nouvelle à son oncle Hector et à Hélène, qui se firent aussitôt baptisés à Toul... Hector pris le nom d'Amédée et Hélène celui de Bonne (IV - 4).

  • 2 La roue de la fortune ou chronique de Grancey, op. cit., cf. exergue, LXXXI-59.

2Derrière la plaisante illusion, la démarche est loin d'être fantaisiste : elle est construite sur les réflexes culturels du temps et les principes de dénomination énoncés à travers ces anecdotes sont inquiétants pour notre propos. Sans doute le baptême, généralement administré au XIVe siècle immédiatement après la naissance, ne fait-il plus changer le nom comme dans cette narration mettant au cœur de la cérémonie des adultes et plaçant l'histoire au temps des premiers chrétiens. Mais les individus issus d'un même sang avaient-ils l'habitude de se distinguer en portant des surnoms différents ? Et pouvaient-ils en changer aussi aisément que ne le laisse entendre un autre passage du récit dans lequel Hémon Le Fou est identifié sous la forme Hemonin de Villey le fils du Fou de Vesvres2 ?

3De toute part, chansons de geste et romans courtois ne sont pas rassurants :

« Je m'appelle Guillaume le Marquis par Dieu, fils d'Aimeri le Vieillard à la barbe chenue et d'Hermengart ma mère au clair visage ; je suis frère de Bernard de Brebant la cité et d'Ermant de Gironde sur la mer, frère de Garin qui mérite tant d'être loué et de Bovin de Comarchis le redouté, frère de Guibert d'Andernas, le dernier né. Et lui aussi mon frère le noble Aimer... ».

  • 3 Le couronnement de Louis, traduit en français moderne par A. Lanly, Paris, 1983, 47-218.
  • 4 La chanson de Guillaume, éd. F. Suard, Paris, 1991.

4C'est ainsi que le héros de la chanson du Couronnement de Louis3, rédigée vers 1131-1137, se présente : l'identité de chaque membre de cette grande fratrie sacrifie-t-elle uniquement au goût marqué du narrateur pour le style épique ? En tout cas, sur sept frères, cinq sont affublés d'un surnom et aucun n'est identique, aucun ne reprend celui du père. Le confirme une autre version contemporaine du même texte, La chanson de Guillaume4, dans laquelle Aimeri n'est plus ni vieillard ni barbu mais de Narbonne et Guillaume, dans l'une ou l'autre des versions, apparaît sous dix formes anthroponymiques différentes : phénomène remarquable qui touche peu ou prou les autres acteurs de l'épopée et que le héros explique, au moins en partie, après l'une de ses mémorables batailles au cours de laquelle il est blessé au visage :

  • 5 Le couronnement de Louis, op. cit., cf. note 3, 1157-60.

Oncle fait Bertrand, êtes-vous sain et sauf ? — Oui fait-il, par la grâce du Dieu céleste, excepté que j'ai le nez un peu raccourci : je sais bien que mon nom en sera allongé. Le comte s'est alors lui-même baptisé : — désormais que ceux qui m'aiment et m'estiment m'appellent tous, Français et Berruyers, le comte Guillaume au court nez le belliqueux. Et depuis ce jour on n’a pu changer son nom5.

5A t-il été possible, ailleurs que dans les romans, de changer d'identité au gré des circonstances de la vie ?

6Ces quelques exemples, pris dans la masse foisonnante des discours médiévaux sur le fait de nommer, n'ont ici pour but que de révéler la complexité des problèmes : à vouloir reconstituer les mécanismes de dation et de transmission du nom, révéler le poids des pressions culturelles, des stratégies familiales ou lignagères et de la liberté individuelle ou de la fantaisie collective, il serait dangereux de postuler que la désignation est arrêtée une bonne fois pour toutes, que celle qui nous arrive fixée dans l'écrit couvre et éclaire le champ du possible dans sa totalité.

7Mais comment vérifier l'existence et mesurer le poids de ces mutations anthroponymiques sans cerner au mieux chaque individu, sans reconstruire à la fois son itinéraire personnel et le réseau familial et social dans lequel il s'inscrit, s'identifie ? Les actes de la pratique qui nous ont servi jusqu'alors offrent-ils ces possibilités ?

L'impossible reconstitution des familles

  • 6 Les références et présentations sont données par : P. Beck, « Évolution des formes anthroponymique (...)

8À reprendre les cartulaires d'Ainay, d'Autun, de Saint-Marcel de Chalon, de Saint-Bénigne et Saint-Étienne de Dijon, de Molesmes et de l'Yonne6, la récolte est fort maigre, décevante. Pour étudier les modes de dation du nom, il est possible de compter sur 392 mentions de relations familiales, réparties surtout sur les XIIe et XIIIe siècles : elles associent rarement plus de deux générations, ne donnent aucune certitude quant à l'exhaustivité de la représentation des fratries et l'ordre de naissance ou la position hiérarchique face à l'héritage, négligent largement la parenté utérine et les collatéraux, ignorent pratiquement totalement la parenté spirituelle.

Bourgogne, choix du nom Xe-XIIIe s. : état de la documentation

nb de mentions familiales utilisées

392

nb de mentions père / fils

328

84 %

nb de mentions oncle / neveu

51

13 %

nb de mentions père / fils / petit fils

13

3 %

9Il faut ajouter un ou deux testaments, perdus dans le flot des actes de donation ou de transaction, évoquant piteusement la relation parrain / filleul.

10Pour étudier les modes de formation du surnom, la sélection est nécessairement plus sévère encore : il ne faut bien s'appuyer que sur les occurrences estimées complètes, c'est-à-dire celles dans lesquelles les membres de la famille ne paraissent pas subordonnés dans leur désignation à l'un d'entre eux.

11Pour les hommes, 43 occurrences peuvent ainsi être Utilisées, faisant mention de frères et/ou de couples pére/fils : elles illustrent dérisoirement le XIIe siècle (4 occurrences) et fort mal le XIIIe siècle (39 occurrences). Pour les femmes, le corpus est plus misérable encore et totalise 21 cas utilisables : 14 entre 1251 et 1300, 7 pour le XIVe siècle.

  • 7 M. Th. Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Presses Universitaires de Lille, (...)

12L'analyse statistique étant impossible, il devenait alors moins important de préserver l'homogénéité du corpus documentaire et de n'utiliser que les cartulaires. Et puisqu'il ne pouvait plus s'agir que de témoigner de l'existence des différents modes de dation et de transmission de la dénomination des personnes en vigueur au Moyen Âge dans la région, il nous est apparu souhaitable, et acceptable, de diversifier quelque peu la source. C'est ainsi que nous avons utilisé certaines généalogies « toutes faites », à dire vrai prudemment puisées dans une seule et récente étude portant sur le monde bien éclairé des aristocrates7.

De la transmission du surnom chez les hommes

13Pour témoigner de son caractère individuel, familial ou lignager, la documentation n'offre donc guère de possibilités de s'attarder sur les chiffres et d'avancer très loin dans l'analyse diachronique et sociologique. Disons simplement que 16 des 43 occurrences retenues énoncent des surnoms différents pour les membres de l'association, soit 37 % des cas. Une bonne majorité, 27 sur 43, soit 63 %, rapportent une homonymie parfaite ou quelque peu déformée. Mais la palette des situations enregistrées au XIIIe siècle reste variée, comme le montrent les exemples suivants.

141. Des homonymies parfaites ou presque (souffrant de variations orthographiques mineures sans modification phonétique) :

15Lambertus Sonoille, filins Odoni Sonnoille (Dijon, St. Étienne - 1222)

16Dominicus Quinouridet, filius Dominici Quinouridet (Dijon, St. Étienne - 1261)

17Albericus Cornutus et frater Odo Cornutus (Dijon, St. Étienne - 1262)

18Johannes Pelerins, filius Quondam Jacobi Pelerin (Dijon, St. Étienne - 1273)

192. Des variations orthographiques entraînant des modifications phonétiques :

20Guillelmus Bretaigne, filius defuncti Herberti Burtaigne (Dijon, St. Étienne - 1254).

213. Des surnoms racourcis, simplifiés ou aménagés :

22Odot dictus de Cutigneio, filius defuncti Hugonis de Cutigneio (Dijon, St. Étienne - 1255)

23Robertus dictus li Moutenay, domicellus, filius defuncti domini le Mouton (Dijon, St. Étienne - 1263)

24Odot dictus li Mairot, filius Haymonis dicti Mairot (Dijon, St. Étienne - 1274)

254. Des groupes homonymes en voie de scissiparité ?

26Guido de Suille, frater Hugonis de Suille, Hugo de Suille dictus Rufus, nepos hugonis praedicti (Autun 3 - XLII - 1257)

27Stephanus dictus Boucher de Noiant, filius Colini majoris de Noiant (Autun 1 - XXIV - 1276)

28Haimon de Thardo, presbiter, filius quondam Johannis Villelmi de Thardo Castro (Dijon, St. Étienne - 1299)

295. Des séparations consommées ?

30Petrus dictus Potoz, presbiter, filius defuncti Johannis de Bordis (Dijon, St. Étienne - 1258)

31Monetus de Crimolois, filius defuncti Johannis de Chevineo (Dijon, St. Étienne - 1283)

32Guillelmus de Thoreyo, domicellus, filius quondam domini Stephani Cholot, militis (Dijon, St. Étienne - 1295).

33À défaut d'une certitude, la conclusion, toute provisoire, peut se nourrir d'une forte impression : le surnom est certes transmissible et se transmet dès son apparition au sein du milieu aristocratique dans la seconde moitié du XIe siècle. Mais au XIIIe siècle, pas davantage aux XIVe et XVe siècles, il n'est encore fixé pour tous, surtout dans le milieu roturier et pour ceux qui ne perpétuent pas le patrimoine : ceux qui n'héritent pas et doivent, à l'extérieur du noyau familial, se faire un nom comme une fortune, acquérir un fief par exemple dont ils pourront prendre le nom pour en jouir, le fixer et le transmettre.

34Ce sont ceux-là qui entretiennent dans nos sources la fluidité patronymique enregistrée.

35Les contemporains le vivent et le disent eux mêmes. Ils utilisent en effet ces processus comme ressort d'intrigues dans la littérature courtoise. Ainsi Jean Renard, vers 1215 dans son Roman de la rose, explique de son héros que :

  • 8 Jean Renard, Guillaume de Dole ou le roman de la Rose, traduit en français moderne par J. Dufourne (...)

« Tous les habitants du pays l'appellent Guillaume de Dole, bien qu'il ne soit pas maître de la ville. Pourquoi utilise-t-il donc ce nom ? Parce qu'il habite tout près, dans un manoir. Dole donne à son surnom plus d'éclat que le nom d'un simple village : c'est de sa part bon sens plus que tromperie8 ».

  • 9 Philippe de Remi Le roman de Jehan et Blonde, traduit en français moderne par S. Lecuyer, Paris, 1 (...)

36De même Philippe de Remi, connu pour être le rédacteur des Coutumes du Beauvaisis sous le nom de Philippe de Beaumanoir et qui, dans un roman, met en scène sa propre ascension sociale et son itinéraire anthroponymique9 :

(33) — Comment vous appelez-vous mon ami ? Seigneur on me donne le nom de Jehan....
(49)...]ehan de Danmartin...
(71)...Jehan Martin...
(93)...Je vous fais pour toujours seigneur de la ville dont vous portez le nom. Recevez de moi Danmartin.

37C'est aussi la réalité des comportements que dévoilent nos fragments généalogiques reconstitués. A la fin du XIe siècle, Dominus Wuidonis et sa femme Hildegarda ont deux fils, Robertus et Dominus Widonis : seul le fils affublé du même nom que le père porte ici le titre (Dijon - St. Bénigne, 135 - 1081/1113, cf. infra généalogie 1).

  • 10 Jacques Du Clercq, Mémoires, éd. A. Buchon, Paris, 1827, p. 99 sq.

38Jacques du Clercq, chroniqueur bourguignon du XVe siècle, au chapitre LVIII du livre V de ses Mémoires10, évoque sa famille : il est le cinquième enfant de Maistre Jacques du Clerq et de sa première femme Jehanne de Cumelin. Les deux premiers meurent rapidement et ne sont pas même nommés, le troisième, Sohier, devient chanoine d'Arras, les quatrième, sixième et septième sont des filles, et Jacques du Clercq, fils de Jacques du clercq, est le seul à porter le surnom. En a t-il hérité comme du nom ? (cf infra généalogie 8).

39Et les documents de la pratique féodale, notamment les « procès en état de noblesse » étudiés pour la Bourgogne par Marie-Thérèse Caron, confirment, d'une manière ou d'une autre :

  • 11 M. Th. Caron, op. cit. note 7, p. 24.

« Dans une certaine mesure, le noble choisissait son nom. Il pouvait préférer porter le nom de sa mère : un Chaudenay avait épousé une Blaisy, le fils cadet prit le nom du père, le fils ainé le nom de la mere parce que Blaisy était un fief relevant directement du duc, alors que Chaudenay était un arrière-fief relevant de la baronnie d'Antigny11 ».

De l'usage du surnom chez les femmes

40L'approche est plus délicate encore que pour les hommes car, pour bien faire, il est nécessaire au minimum de s'assurer du double contexte familial, de sang et d'alliance. La personne est-elle fille avec père ou orpheline, femme mariée, veuve ou veuve remariée, chargée ou non d'enfants, mineurs ou majeurs ?

41Sur les 21 associations utilisables, seuls 7 cas d'homonymie ont été enregistrés : deux avec le géniteur, trois autres en fratrie, deux avec l'époux.

42Et la diversité des situations anthroponymiques est là encore très forte.

431. Des surnoms individuels ?

44Emelina dicta Belle soror Naaliti Borrelarius (Dijon, St. Étienne - 1273)

45Arambors dicta Colombe filia Dominici dicti Li Mairet (Dijon, St. Étienne - 1280)

46Sibilla de Aquaeductu, filia Hogonini Dicti au Morot (Dijon, St. Étienne - 1283)

47Isabeaul de Moisse, fille de feu Monseigneur jehan dit Pilot de Dole (Dijon, St. Étienne-1296)

482. Un nomen patemum :

49Agneleta dicta Hugoni, filia Hugonis de Sancto Johannis (Autun 2 - XVI - 1271)

503. Un surnom familial, lignager peut-être :

51Katherine de Pontailler, Marguerite de Pontailler, Isabeaul de Pontailler, soeurs (Autun 3-141/147-1333-37)

524. Des femmes mariées ne sont pas identifiées avec le surnom de leur mari vivant :

53Aremburgis dicta Rosa, uxor Gualteri dicti de Crimolois (Dijon, St. Étienne - 1256)

54Mathelia de Villa subtus Gevreium, uxor Johannis dicti Chatealin de Thart (Dijon, St. Étienne - 1282)

55Maria dicta Bonnette, uxor Girardi dicti Troite de Tilecastro (Dijon, St. Étienne - 1297)

56Isabellis de Lateceyo, uxor Poincetti de Chaudeneyo (Dijon, St. Étienne - 1311)

57Perrenette de Longua Acqua, conjux de Estienne Fremiot (Dijon, St. Étienne - 1380).

585. Des femmes prennent un identificateur de leur père ou de leur mari :

59Agnelot d'Is, fille Perrot naudin, femme Habelot Perrot d'Is (Dijon, St. Étienne - 1273)

60Mariona de Curia Arnulphi, filia Girard Mathoy de Curia Arnulphi (Dijon, St. Étienne - 1282)

616. Une veuve est identifiée sous le surnom féminisé de son mari défunt :

62Jehanne Lestrocharde, femme feu Bonnot Lestrochard (Dijon, St. Étienne - 1342)

637. Des veuves n'ont pas pris (ou n'ont plus ? car remariées ?) le surnom de leur défunt mari :

64Rosa de Aspero Monte, relicta Evrardi de Curia Arnulphi (Dijon, St. Étienne - 1274)

65Isabeaul de Pontailler, dame d'Antigny, femme feu noble homme Richard de Montbélliard (Autun 3 - 141 - 1333)

66Thomasse la Balbuce, jadis femme de feu Guillaume Mareschaut alias Breton (Dijon, St. Étienne - 1377)

67Marion dicte Clere, femme de feu Girard le Gelenier (Dijon, St. Étienne - 1380)

688. Une femme ne porte ni le surnom de son mari ni celui de son père (remariée ? héritière ?)

69Aalidis de Cormarien, uxor Guillelmi de Lusigneio, filia Galterii de Belna (Dijon, St. Étienne - 1275).

70Le même soupçon que pour les hommes peut être formulé : c'est la position face à l'héritage qui détermine le caractère lignager ou individuel du surnom ; c'est la puissance respective des parties alliées qui détermine l'abandon ou la conservation du surnom d'origine.

71Pour les femmes comme pour les hommes, le surnom s'hérite ou s'acquiert sous un régime de dévolution dont les rêgles ne sont toujours pas extrèmement contraignantes au XVe siècle.

De l'existence des stocks familiaux de noms

72Si l'on s'en tenait aux données des 392 fragments généalogiques reconstitués à partir des cartulaires dépouillés, le doute serait à cet égard permis. 5 % des fils portent le nom de leur père, 46 % des petits-fils celui d'un de leur grand-père mais sur 13 occurrences seulement, 19 % des neveux celui d'un de leur oncle, sur 51 cas enregistrés. Au total, 8 % des couples, 32 sur 392, présentent deux parties homonymes.

Bourgogne, cartulaires (Xe-XIIIe s.) : transmission du nom chez les hommes

Bourgogne, cartulaires (Xe-XIIIe s.) : transmission du nom chez les hommes

73Certes des cas troublants paraissent dénoncer quelque gestion familiale ou lignagère du choix des noms mais rares sont les données sans ambiguité.

Généalogie 1. Dijon – Saint-Bénigne. 135-1081/1113. 171-1100

Généalogie 1. Dijon – Saint-Bénigne. 135-1081/1113. 171-1100

74Ici, trois générations de Gui, de père en fils ; et deux générations de Robert, d'oncle paternel à neveu.

Généalogie 2. Dijon – Saint-Étienne. 7/64-65 - 1255. 8/12-1263

Généalogie 2. Dijon – Saint-Étienne. 7/64-65 - 1255. 8/12-1263

75Trois générations de Hugues, de père en fils puis d'un oncle paternel à un neveu ; et deux générations de Pierre, d'oncle paternel à neveu.

Généalogie 3. Dijon-Saint-Étienne. 35 - 1273

Généalogie 3. Dijon-Saint-Étienne. 35 - 1273

76Quatre générations sont ici, très partiellement bien sûr, présentes : Jean nomme un grand-père paternel et un petit-fils, puis un neveu du précédent. Mais comment ne pas douter de cette possible « filiation » quand, à la fin du XIIIe siècle, Jean est avec Guillaume le nom le plus usité dans le duché ?

77Portant sur des noms rares, l'homonymie familiale a-t-elle plus de signification ?

Généalogie 4. Dijon-Saint-Étienne. 41-1267

Généalogie 4. Dijon-Saint-Étienne. 41-1267

78Si l'oncle paternel Billon a donné son nom à l'un de ses neveux, la réciproque, entre Pierre et Jean, n'est pas avérée.

79Et nombreux sont les fragments généalogiques reconstitués à ne simuler aucune homonymie, même sur plus de deux générations ou de nombreux collatéraux.

Généalogie 5. Dijon-Saint-Étienne. 10-1206

Généalogie 5. Dijon-Saint-Étienne. 10-1206

80Ni le grand-père, ni le père ou les oncles n'ont donné leur nom aux enfants ici présents.

Généalogie 6. Autun 3. LV, LVI, LVII-1268

Généalogie 6. Autun 3. LV, LVI, LVII-1268

81Ni le père à son fils, ni l'oncle à son neveu, n'ont donné leur nom ; pas plus la mère Cola, ses sœurs et belle-sœur à leur fille et nièce Jaquete.

Généalogie 7. Autun 2. CXXXI-1275

Généalogie 7. Autun 2. CXXXI-1275

82Une mère a donné son nom à l'une de ses filles mais l'oncle Humbertus n'a pas imposé le sien ni au fils de sa sœur ni au fils de son frère.

83Des grands lignages bourguignons la reconstitution est certes plus aisée et donc plus importante mais jamais complète et les déceptions en matière de transmission des noms sont aussi grandes.

  • 12 Op. cit., note 10.

84Ainsi la généalogie déclinée en 1466 par Jacques du Clerq, à la mort de son père12, est précieuse car elle cite nombre d'individus des branches utérines : pourtant, les irrégularités et les ruptures sont nettement plus fréquentes que les continuités et les rythmes.

Généalogie 8. J. du Clercq, Mémoires, p. 99 sq. 1466

85Cf. planche 20 (fascicule de tableaux généalogiques)

86Tout au plus pouvons-nous noter deux courtes chaînes homonymiques entre père et fils : entre le narrateur et son père d'une part, mais le grand-père paternel s'appelle Thomas et l'arrière-grand-père Pierre ; entre le grand-père et l'arrière grand-père paternels de la mère du narrateur, d'autre part, mais ces deux Philippe de Camelin sont encadrés dans le lignage par un Jean en amont, un Pierre en aval.

  • 13 Chronique du bon chevalier Messire Jacques de Lalain, frère et compagnon de l'ordre de la Toison d (...)

87Même constatation avec la généalogie du bon chevalier Messire Jacques de Lalain, reconstituable à partir des informations livrées par Georges Chastelain, qui prend le soin de nommer l'ensemble ou presque des oncles et des ascendants des père et mère du héros13.

Généalogie 9. Lalain, d’après G. Chastelain. 1453 - 1474

Généalogie 9. Lalain, d’après G. Chastelain. 1453 - 1474
  • 14 Idem, p. 13.
  • 15 Idem, p. 11.

88Yolande de Barbançon a laissé son nom à l'une de ses petites-filles ; mais de qui Jacques, l'aîné au moins des quatre garçons de la fratrie, hérite-t-il de son nom ? Ni de son père Guillaume, ni de son grand-père paternel Othe, ni de ses oncles paternels Sanche et Simon, pas plus de ses oncles maternels Jean et Raoul. Ce nom vient-il de la lignée du premier mari de sa mère, qui épouse seulement en seconde noce Guillaume de Lalain, alors qu'agée de 15 ou 16 ans elle est déjà veuve du « fils du seigneur de Weurin, lequel, lui et son père, estoient morts en icelle journée de la bataille d’Azincourt » ? Proviendrait-il plus surement de son grand père maternel, sire de Créquy, dont le chroniqueur ne mentionne pas le nom ? En tout cas, il lui a été donné au baptème : « icelui jeune enfant, après ce qu'il fut venu sur terre et que la jeune dame à joie en fut délivrée, fut porté baptiser et lui fut donné le nom Jacques ou Jacquet, lequel nom il porta toujours jusques à ce qu’il vint en âge d'être chevalier »14. De même Philippe, son frère, reçut ce nom pour le bon duc de Bourgogne qui le leva des fonts15.

  • 16 M. Th. Caron, op. cit., note 7, p. 35.

89La généalogie dressée entre 1436 et 1456 à l'instruction d'un procès en recherche de noblesse16, pour être riche de quatre générations et de nombreux alliés, n'est guère plus claire.

Généalogie 10. Didier / Crousot / de Merey. Procès de Jean Didier, fils de Jacot Didier et Guillemette Crousot. 1436 - 1456. Archives Municipales de Dijon, L 67. M.Th. Caron, p. 35

Généalogie 10. Didier / Crousot / de Merey. Procès de Jean Didier, fils de Jacot Didier et Guillemette Crousot. 1436 - 1456. Archives Municipales de Dijon, L 67. M.Th. Caron, p. 35

90Les pères ne donnent pas leur nom à leur fils ; et les trois transferts du nom d'un oncle paternel à un neveu sont-ils fortuits ? Il est vrai que deux d'entre eux portent sur Jean, le nom le plus usité du stock ; mais Renaudin est déjà plus rare et pourrait bien témoigner d'une stratégie familiale associant à chaque génération les branches collatérales ; et avec Erard, nom rare, la transmission est fort probable, du grand-père maternel à un petit-fils. Il reste que les inconnues sont trop nombreuses pour pouvoir affirmer ici la présence d'un système.

91Les tendances sont davantage marquées au sein des plus grandes familles nobiliaires bourguignonnes.

Généalogie 11. Villers la Faye. XIVe-XVe s.. M. Th. Caron, p. 151

Généalogie 11. Villers la Faye. XIVe-XVe s.. M. Th. Caron, p. 151

92Dans cette généalogie, un seul cas d'homonymie entre un père et un fils peut être relevé : Jacques nomme l'un de ses cadets Jacques. Mais il donne à son aîné, comme le fait son frère Antoine, le nom du grand-père Jean ; et l'un de ses petit-fils, issu de son fils Philibert, prend son nom, à moins que la transmission soit ici réalisée d'oncle à neveu.

93Car si la transmission est effective dans le même lignage, elle saute volontiers une génération et, plus encore avec cinq cas, elle se nourrit largement d'apport latéraux, d'oncle à neveu : Etienne de Villiers et son neveu Etienne, mais il est vrai que le cas est ici douteux en l'absence du nom du père du premier Etienne ; Antoine et son neveu Antoine fils de Jacques ; Jacques fils de Jacques et son neveu Jacques fils de Philibert ; Guillaume et son neveu Guillaume fils de Philibert, et son petit-neveu Guillaume fils de Jean fils d'Antoine.

  • 17 M. Th. Caron, op. cit., note 7, p. 23 et note 3 p. 171.
  • 18 P. Beck, « Les noms de baptème en Bourgogne à la fin du Moyen Âge. Choix roturiers, choix aristocr (...)

94Mais d'où viennent les noms de Louis et de Charles portés à la dernière génération ici reconstituée ? Et que dire réellement de ces homonymies qui intéressent essentiellement les deux noms les plus usités d'alors, portés par plus d'un aristocrate sur trois ? Sur les 695 personnages étudiés par Marie-Thérèse Caron, Jean rassemble 162 choix et Guillaume 61 soit, ensemble, 32 % des occurrences17 ; en 1414, des 1693 chevaliers et écuyers identifiés au cours de la montre de Châtillon-sur-Seine, 29 % répondent au nom de Jean, 11,8 % au nom de Guillaume18.

95Même constatation chez les Vergy, puissante famille féodale alliée aux ducs : sur 20 personnages répartis sur les sept générations des XIVe et XVe siècles, 13 se nomment Jean ou Guillaume selon un rythme d'alternance cependant très affirmé.

Généalogie 12 Vergy XIVe-XVe s. M. Th. Caron, p. 343

Généalogie 12 Vergy XIVe-XVe s. M. Th. Caron, p. 343

96Jean se retrouve huit fois : il est notamment porté à la même génération par deux cousins germains et un arrière-petit-cousin ; mais il alterne parfaitement sur cinq générations avec Guillaume dans une branche, avec Henry d'abord puis Guillaume dans l'autre branche, certes avec une rupture d'alternance avec les fils de Jean le Borgne. Henri se perd en ligne directe mais est réintroduit par alliance avec la famille de Bar puis avec celle de Bauffremont. Restent quatre isolés : Jacques, Pierre, Antoine et Charles, apparaissant au XVe siècle.

97La transmission probable ne s'effectue donc pas volontiers de père en fils (deux cas), parait plutôt sauter une génération en lignée directe pour les aînés de chaque fratrie (quatre cas) et affirmer les liens collatéraux (quatre cas).

98La généalogie des Bauffremont, restituée pour deux siècles et demi à partir de 1250, montre les mêmes tendances, portant aussi sur des noms plus rares, tels Liebaut, Gauthier et Huard.

Généalogie 13. Bauffremont. XIIIe-XVe s.. M. Th. Caron, p. 342 - 345

99Cf. planche 21 (fascicule de tableaux généalogiques)

100Pour les trois premières générations, issues de l'ancêtre Pierre décédé vers 1240, les quatre mêmes noms se répètent : Liébaut, Gauthier, Huard et Pierre qui rompt un instant l'harmonieuse distribution, porté par un père et l'un de ses cadets mais ensuite rejoint le groupe des oncles.

101Huard et Liébaut disparaissent : Gauthier passe à la génération suivante de père en fils puis s'efface ; Pierre saute une génération pour être porté par deux frères et un arrière-petit-cousin et, de là, subsister d'oncle à neveu. Jean, seulement présent une fois au XIVe siècle, entre en force avec la seconde génération du XVe, pérennisé lui aussi essentiellement d'oncle à neveu. Quant à Guillaume, il apparaît tardivement au XVe siècle, brutalement : il nomme un fils d'Henri de Bauffremont et de Jeanne de Vergy, fille de Guillaume de Vergy, sire de Mirebeau. Guillaume est un nom de lignage Vergy, introduit chez les Bauffremont par les femmes.

  • 19 E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, Dijon, 1905 ; J. Richard, Les ducs (...)

102Le premier des lignages bourguignons, celui des ducs capétiens, déroule de même une belle alternance d'Hugues et de Eudes pendant trois siècles ou presque et huit générations, seulement interrompue une fois par la mort prématurée du successeur naturel19.

Généalogie 14 Ducs Capétiens XIe-XIVe s. Ernest Petit et Jean Richard

Généalogie 14 Ducs Capétiens XIe-XIVe s. Ernest Petit et Jean Richard

103Le nom du premier duc de Bourgogne, Robert, et celui de ses trois frères, Hugues, Henri et Eudes, fils de Robert le Pieux et petit-fils de Hugues Capet, sont distribués à chaque génération ; les aînés recevant en alternance Hugues ou Eudes. Et si Robert II succède en 1272 à Hugues IV, c'est que son frère aîné, Eudes, meurt en 1266 avant son père.

***

104Il serait possible de multiplier les exemples mais la même vision brouillée des phénomènes subsisterait. Certes nommer et surnommer sont affaires de familles, font l'objet de stratégies lignagères. En Bourgogne, le surnom est patronymique au XIe siècle, dès son apparition, mais il n'est toujours pas fixé au XVe siècle ; et pour le nom se dessinent une transmission lignagère alternée du grand-père au petit-fils pour les aînés, un échange diagonalisé d'oncle à neveu pour les autres enfants.

105Mais la vision reste floue car la régularité du modèle, retrouvée certes plusieurs fois, est plus souvent rompue par la conjoncture et les lacunes des sources ; ces dernières ne permettent pas de restituer entièrement les généalogies et donc d'identifier facilement les mécanismes et les acteurs de la transmission.

106De fait, il faudra s'adresser à d'autres sources pour instruire le dossier des motivations, interroger les réseaux associant, aussi par les échanges anthroponymiques, clientèle, parentés de sang et d'alliance ; pour restituer notamment la parenté spirituelle dont les romans courtois et les statuts synodaux des XIIe-XIIIe siècles, les chroniques des baptèmes princiers des XIVe-XVe siècles, comme les registres paroissiaux des Temps Modernes affirment toute l'importance. Autant de sources et de pistes qu'il reste à explorer.

Notas

1 « Il est généralement admis que la légende des origines troyennes formée au VIIe siècle fut utilisée jusqu'à la deuxième moitié du XVIe siècle », C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985, p. 19.

2 La roue de la fortune ou chronique de Grancey, op. cit., cf. exergue, LXXXI-59.

3 Le couronnement de Louis, traduit en français moderne par A. Lanly, Paris, 1983, 47-218.

4 La chanson de Guillaume, éd. F. Suard, Paris, 1991.

5 Le couronnement de Louis, op. cit., cf. note 3, 1157-60.

6 Les références et présentations sont données par : P. Beck, « Évolution des formes anthroponymiques en Bourgogne (900-1280) », dans Génèse médiévale de l'anthoponymie moderne, tome I, Tours, 1989, p. 61-85.

7 M. Th. Caron, La noblesse dans le duché de Bourgogne, 1315-1477, Presses Universitaires de Lille, Lille, 1987.

8 Jean Renard, Guillaume de Dole ou le roman de la Rose, traduit en français moderne par J. Dufournet et al., Paris, 1988, p. 20.

9 Philippe de Remi Le roman de Jehan et Blonde, traduit en français moderne par S. Lecuyer, Paris, 1987.

10 Jacques Du Clercq, Mémoires, éd. A. Buchon, Paris, 1827, p. 99 sq.

11 M. Th. Caron, op. cit. note 7, p. 24.

12 Op. cit., note 10.

13 Chronique du bon chevalier Messire Jacques de Lalain, frère et compagnon de l'ordre de la Toison d'or, par Messire Georges Chastelain, chevalier roi d'armes de la Toison d’or, indiciaire et conseiller des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, éd. J. A. Buchon, Paris, 1825, p. 6 sq.

14 Idem, p. 13.

15 Idem, p. 11.

16 M. Th. Caron, op. cit., note 7, p. 35.

17 M. Th. Caron, op. cit., note 7, p. 23 et note 3 p. 171.

18 P. Beck, « Les noms de baptème en Bourgogne à la fin du Moyen Âge. Choix roturiers, choix aristocratiques », dans Le prénom, mode et histoire, Paris, 1984, p. 161-167.

19 E. Petit, Histoire des ducs de Bourgogne de la race capétienne, Dijon, 1905 ; J. Richard, Les ducs de Bourgogne et la formation du duché du XIe au XIVe siècle, Paris, 1954.

Índice de ilustraciones

Título Bourgogne, cartulaires (Xe-XIIIe s.) : transmission du nom chez les hommes
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 74k
Título Généalogie 1. Dijon – Saint-Bénigne. 135-1081/1113. 171-1100
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 33k
Título Généalogie 2. Dijon – Saint-Étienne. 7/64-65 - 1255. 8/12-1263
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 46k
Título Généalogie 3. Dijon-Saint-Étienne. 35 - 1273
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 42k
Título Généalogie 4. Dijon-Saint-Étienne. 41-1267
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 38k
Título Généalogie 5. Dijon-Saint-Étienne. 10-1206
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 45k
Título Généalogie 6. Autun 3. LV, LVI, LVII-1268
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 49k
Título Généalogie 7. Autun 2. CXXXI-1275
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-8.jpg
Archivo image/jpeg, 36k
Título Généalogie 9. Lalain, d’après G. Chastelain. 1453 - 1474
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-9.jpg
Archivo image/jpeg, 48k
Título Généalogie 10. Didier / Crousot / de Merey. Procès de Jean Didier, fils de Jacot Didier et Guillemette Crousot. 1436 - 1456. Archives Municipales de Dijon, L 67. M.Th. Caron, p. 35
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-10.jpg
Archivo image/jpeg, 47k
Título Généalogie 11. Villers la Faye. XIVe-XVe s.. M. Th. Caron, p. 151
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-11.jpg
Archivo image/jpeg, 49k
Título Généalogie 12 Vergy XIVe-XVe s. M. Th. Caron, p. 343
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-12.jpg
Archivo image/jpeg, 55k
Título Généalogie 14 Ducs Capétiens XIe-XIVe s. Ernest Petit et Jean Richard
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16885/img-13.jpg
Archivo image/jpeg, 152k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search