Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les généalogies reconstruites comme métasource d'études anthroponymiques

Hiérarchie sociale et dévolution généalogique du nom dans le Berry méridional

Olivier Trotignon

Texte intégral

  • 1 Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989, t. I, p. 113-123.
  • 2 O. Trotignon, Les puissances féodales en Berry aquitain oriental du XIe au XIIIe siècle. Conquête (...)

1Publiés dans un précédent volume1, les résultats du dépouillement du cartulaire du prieuré de La Chapelaude avaient permis d'esquisser les grandes mutations des pratiques anthroponymiques dans une région particulière du Berry du Sud à l'époque médiévale. La dispersion géographique des souscripteurs d'actes et l'étroitesse chronologique du fonds avaient constitué des obstacles majeurs à une étude sociale du nom dans les régions du Centre de la France. Parallèlement était menée une recherche sur l'organisation des mouvances féodales dans les confins orientaux de l'Aquitaine2 qui fut l'occasion de brasser des sources documentaires étendues et de relever des centaines de noms sur les trois siècles qui succédèrent à l'An Mil. Alors que l'article sur La Chapelaude s'était plus préoccupé des formes des noms que de l'identité de leurs titulaires, il est maintenant possible de suivre quelques familles sur plusieurs générations soit, tout au plus, quelques dizaines de patronymes, mais tous très clairement identifiés ; ces lignes ne proposent des observations que sur une population limitée, choisie en fonction de la fréquence des occurrences dans les chartes ; elles n'ont pas l'ambition d'embrasser toute la richesse de l'anthroponymie berrichonne médiévale.

Usages primitifs et déviations récentes

  • 3 Raoul de Déols, dit le Vieil (1099-1141) jouit d'un surnom qu'aucune mention contemporaine n'est e (...)

2En demandant d'avance au lecteur d'excuser l'énoncé de pareils truismes, on est contraint de remarquer les dissemblances entre les usages onomastiques médiévaux et les dénominations récentes qui ne sont pas toutes dues à la traduction française d'originaux latins et parfois romans. Les pratiques généalogiques de l'Ancien Régime ont habillé le nom médiéval de surnoms3 et de numérotations dynastiques qui occultent les formes originelles de ce nom et toutes les informations qui s'y attachent. Une mise en fiches de toutes les occurrences d'un même personnage suffit pour s'en assurer et la comparaison des résultats pour s'en convaincre.

  • 4 Publié à Châteauroux en 1931.

3L'ouvrage d'Eugène Hubert, Cartulaire des seigneurs de Châteauroux4, constitue l'essentiel de la base documentaire de cette étude. Grâce au travail patient de cet archiviste de l'Indre furent pour la première fois rassemblées presque toutes les mentions relatives aux seigneurs de la première principauté berrichonne. D'autres observations, menées à partir de sources manuscrites et publiées, complètent le fonds compilé par l'historien castelroussin.

La persistance des usages germaniques

4L'expression « nom familial » est particulièrement adaptée au cas de plusieurs familles berrichonnes, tant le caractère facultatif du surnom est remarquable.

5En effet les seigneurs de Châteauroux n'ont pas de surnom unique et attitré mais sont parés d'une pléthore de surnoms, variables en nombre et en qualité. La complexité de certains (Rodulfus princeps castelli quod vocatur Dolis), les différents titres féodaux (miles, dominus, princeps), font penser à des formules de chancellerie plus qu'à de véritables surnoms à caractère généalogique. Le surnom « de Déols » est presque une exception.

  • 5 Si l'ordre de transmmission du nom semble sûr, rien ne prouve qu'il s'agisse d'un ordre de primogé (...)

6Le seul élément invariable sur huit générations est le nom, ou plutôt les noms portés dans la famille de Déols. Depuis la seconde moitié du Xe siècle, l'aîné s'appelle toujours Radulfus et son cadet Odo5. Si un Odo devient seigneur, il nomme ses fils selon cet ordre. Un seul cas faillit à la règle : Ebo, fils de Radulfus, devient seigneur en 1141 alors qu'un Radulfus et un Odo sont mentionnés dans la famille à la même génération. Leur décès avant l'âge adulte ne fait aucun doute ; c'est le troisième fils qui assure la succession de son père. De rares mentions peuvent laisser penser que Ebo était aussi un nom prévu par l'usage, mais il n'est pas certain que la naissance de trois fils dans une même génération soit un cas fréquent.

  • 6 De 960-980 à la fin du XIe siècle (selon Guy Devailly, Le Berry..., p. 368). Le nom Aymo ne se man (...)

7Dans la principauté proche et concurrente de Bourbon on constate des usages semblables. L'aîné des Bourbon s'appelle Archimbaldus et son cadet Aymo6. Dans deux autres seigneuries, celles de Charenton et d'Huriel, il est possible de repérer tardivement (après 1100) un vestige de transmission de nom après que les surnoms eurent été adoptés. Il est impossible de distinguer Umbaldus de Uriaco et Ebo de Carentone de leur père ou de leur fils. Ces deux maisons ne sont malheureusement pas assez présentes dans les chartes pour que l'on puisse remonter au siècle antérieur et comparer leur cas avec ceux de leurs voisins de Déols ou de Bourbon.

  • 7 Les Guillebaud n'ont pas de domaine patrimonial apparent à l'exception d'une minuscule seigneurie (...)

8Un cinquième cas de nom marqueur généalogique est atypique mais ne doit cependant pas être écarté. Il s'agit de la famille Guillebaud (Willebalt), vassale de la maison de Déols, dont le patronyme se transmet comme nom ou comme surnom. On observe aussi bien un Adalard Guillebaud qu'un Guillebaud de la Roche. Cette famille est d'origine très ancienne, peut-être le Xe siècle, mais n'a pas d'assise foncière stable et son évolution est calquée sur la politique intérieure et extérieure de Déols7.

  • 8 Entre 1050 et 1090. Cf. Louis de Kersers « Essai de reconstitution du cartulaire A de SaintSulpice (...)

9Il semble, dans ces cinq cas, possible de parler de persistance de l'emploi du nom unique, adapté aux coutumes du temps. A plusieurs reprises, et fort tardivement, un seigneur de Déols est cité dans les chartes par son nom seul, de sa propre décision (ego Radulfus) ou sous la plume d'un scribe berruyer qui date un acte de l'année où Radulfus prit la forteresse d'Hérisson8. Il n'est pas indifférent que tous les noms concernés : Radulfus, odo, Ebo, Archimbaldus Aymo, Humbaldus et Willebaldus soient de consonance germanique. La lecture de la thèse de Guy Devailly montre, et cela est un point capital, que Déols, Bourbon, Huriel et Charenton sont d'anciennes vigueries carolingiennes. Nous sommes peut-être confrontés à la fossilisation d'une ancienne pratique onomastique et politique remontant à l'Empire franc ou à l'affirmation, par l'unicité du nom, de la légitimité d'un héritage, réel ou supposé, ancrant la domination de quelques familles berrichonnes dans un passé presque deux fois séculaire. Un examen plus large des chartes contemporaines montre que les confusions étaient improbables. Il faudrait cependant vérifier pour chacun de ces noms s'ils étaient utilisés dans d'autres familles ou exclusifs à chacune d'elles et si, dans ce cas, il désigne plus un pouvoir temporel et permanent qu'un individu.

  • 9 Archives départementales du Cher, Cartulaire des archevêques de Bourges, cote G1, acte no°310.

10Cette identité s'applique aussi à quelques lieux étroitement associés à l'autorité seigneuriale. Le nouveau château des seigneurs de Déols prend le nom de Castel Radulfi, devenu Château-Raoul, puis Châteauroux. La Ville franche de Bois-Roux, fondation conjointe de la maison de Déols et de l'archevêque de Bourges9 est baptisée selon le même principe. Plus à l'est, l'antique cité des sources portant le nom du dieu gaulois Borvo devient Bourbon-l'Archambaud (mais à une date qui reste à préciser). Vers 1100, la résidence fortifiée d'un Guillebaud est nommée Roca Willebalt. Il est bien improbable que nous sachions un jour si ces noms sont le fruit d'une tradition populaire accordant au château local le nom usuel du seigneur ou si, au contraire, cette attribution a été décidée autoritairement. Le nom du château est-il celui d'un individu éponyme ou celui d'un lignage ? Dans le dernier cas, il semble bien s'agir d'un lignage. Cependant la forteresse ne semble pas antérieure à la fin du XIe siècle, voire même au début du XIIe ; sa construction s'inscrit dans l'organisation de la conquête féodale de l'est de la vallée de l'Amon par des vassaux des Déols. Le premier Guillebaud connu n'y est pour rien et la maigreur de la documentation n'autorise même pas à affirmer qu'il est l'ancêtre des Guillebaud vassaux de Déols.

L'adoption du surnom

  • 10 Cf. E. Hubert, Cartulaire des seigneurs de Châteauroux, p. 23, acte no°9.
  • 11 Beaucoup d'anciens historiens s'étant laissés abuser par la certitude de l'invariablilité du nom, (...)
  • 12 A.D. Creuse H 46 no°1.

11Si le nom peut suffire à affirmer l'identité de certains aristocrates du Berry du sud et signe le lignage auquel ils appartiennent, les surnoms semblent jouer un rôle complémentaire dont l'interprétation ouvre de nouvelles perspectives onomastiques. Le surnom sous toutes ses formes, est unanimement employé dans la société laïque après 1050, y compris dans les familles possédant d'anciens domaines carolingiens. Au moins un seigneur de Déols est dit de son vivant Radulfus cognominatus est Tetbaudus10 ce qui montre que les nouveaux usages s'implantent jusque dans les plus hautes couches de la société régionale. La plupart des surnoms rencontrés sont toponymiques. Dans les plus vastes seigneuries, un même homme pouvait se dire seigneur de plusieurs châtellenies et rédiger des chartes dans lesquelles il changeait de nom selon les circonstances11. Ainsi, Ebo de Carentone devient-il Ebo de Sancto Amando dans une donation d'une terre au Moutier d'Ahun12. Saint-Amand est un fief de la seigneurie de Charenton.

  • 13 Vers 1080, Giraldus de Lineriis, cadet probable de la maison de Lignière s'établit à une trentaine (...)

12Ces surnoms sont transmissibles d'une génération à l'autre mais peuvent s'effacer devant un toponyme lorsqu'un cadet abandonne le domaine familial pour fonder son propre fief. À la génération suivante, son fils adopte le nom de la nouvelle châtellenie13.

  • 14 Cf. Chazaud, Fragments du cartulaire... acte no°15 p. 29-32 ; sans équivoque, le fils est dit juni (...)
  • 15 L'adoption de ce surnom de châtellenie ne semble pas prendre une place chronologique précise dans (...)

13Socialement, la transmission héréditaire du surnom ne s'observe que dans les familles vassales des Bourbon et des Déols, comme si celui-ci était employé comme une distinction hiérarchique. Il est important de souligner que les seigneurs de Charenton et d'Huriel, héritiers présumés des viguiers carolingiens, conservent un nom emblématique auquel se superpose le surnom du lieu qu'ils occupent. Il devient impossible de distinguer les générations au point qu'un clerc de La Chapelaude ajoute l'épithète de senior pour éviter la confusion entre Humbald d'Huriel et son fils14. Ces deux anciennes familles ont perdu leur indépendance initiale pour être absorbées par les mouvances berrichonne et bourbonnaise, tout en conservant une puissance non négligeable15. La famille Guillebaud est dans une situation similaire.

14Il ne paraît pas exister de pratique anthroponymique propre à la chevalerie vassale des grandes châtellenies. La distinction hiérarchique s'opère dans un registre plus traditionnel. Les vassaux immédiats de Déols et Bourbon, possesseurs de donjons, sont dits domini. L'arrière-vassalité ne porte que des titres de miles et domicellus. Il semble que la petite aristocratie jouisse d'une grande liberté dans le choix des noms et des surnoms. Les noms germaniques encore nombreux cohabitent avec des noms bibliques. Les surnoms sont très variés, souvent toponymiques, mais aussi qualitatifs : "Braz de fer", "Pede de asino", "Li tort", inconnus dans la haute aristocratie. À ce degré du pouvoir, le surnom est plus personnel, mais les séquences observées sont aussi plus tardives (XIIe-XIIIe siècles) au moment où se multiplient les modestes donations au profit des établissements monastiques.

***

  • 16 Il n'est même pas sûr que cette situation ne perdure pas encore au XIIIe siècle.

15Il semble que les Berrichons aux XIe et XIIe siècles aient disposé, grâce au nom, d'un instrument efficace d'identification hiérarchique des individus16. Conformément au modèle royal contemporain, la brièveté de la dénomination était synonyme d'éminence dans la pyramide féodale régionale, tant par l'ancienneté du pouvoir détenu que par l'étendue des domaines soumis à l'autorité seigneuriale. Plus on descend dans la hiérarchie, plus les règles s'assouplissent. Il reste maintenant à mesurer si le phénomène n'est que local ou si, au contraire, il affecte d'autres régions voisines. Si le modèle pressenti pouvait un jour être confirmé par d'autres recherches, il est certain qu'il fournirait un intéressant instrument d'évaluation de la qualité d'individus peu cités dans les chartes et dont la position dans l'organisation féodale nous échappe souvent.

Annexes

Annexe I. La famille de Déols

N.B. : les noms en caractères gras sont les noms caractéristiques du lignage.

Guy DEVAILLY a publié à la page 376-377 de son ouvrage consacré au Berry du Xe siècle au milieu du XIIIe siècle une généalogie de la famille de Déols. Celle-ci est tirée des chartes elles-mêmes.

Notes

1 Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989, t. I, p. 113-123.

2 O. Trotignon, Les puissances féodales en Berry aquitain oriental du XIe au XIIIe siècle. Conquête et organisation de la mouvance de la seigneurie en Déols, D.E.A. soutenu à l'Université de Tours, 1988.

3 Raoul de Déols, dit le Vieil (1099-1141) jouit d'un surnom qu'aucune mention contemporaine n'est en mesure de justifier.

4 Publié à Châteauroux en 1931.

5 Si l'ordre de transmmission du nom semble sûr, rien ne prouve qu'il s'agisse d'un ordre de primogéniture. Dans la documentation régionale, aucun acte à ma connaissance ne paraît en mesure de nous éclairer sur ce point.

6 De 960-980 à la fin du XIe siècle (selon Guy Devailly, Le Berry..., p. 368). Le nom Aymo ne se manifeste plus après 1095.

7 Les Guillebaud n'ont pas de domaine patrimonial apparent à l'exception d'une minuscule seigneurie aux limites des terres de Déols, probablement destinée à devenir une base de conquête des marges orientales de la seigneurie de Déols, mais qui avorte totalement (forteresse minuscule, peu de vassaux, activité diplomatique restreinte). Les Guillebaud sont subordonnés aux Déols qui leur confient la garde des fiefs non héréditaires, pour une vie ou pour une période limitée (le temps d'une croisade).

8 Entre 1050 et 1090. Cf. Louis de Kersers « Essai de reconstitution du cartulaire A de SaintSulpice de Bourges », Mémoires de la Société des Antiquaires du Centre, Bourges, 1912, acte no°118.

9 Archives départementales du Cher, Cartulaire des archevêques de Bourges, cote G1, acte no°310.

10 Cf. E. Hubert, Cartulaire des seigneurs de Châteauroux, p. 23, acte no°9.

11 Beaucoup d'anciens historiens s'étant laissés abuser par la certitude de l'invariablilité du nom, cette flexibilité onomastique est à l'origine de contresens historiques affirmant l'existence de branches cadettes là où il ne faut voir qu'un souci « géopolitique ».

12 A.D. Creuse H 46 no°1.

13 Vers 1080, Giraldus de Lineriis, cadet probable de la maison de Lignière s'établit à une trentaine de kilomètres au sud du domaine paternel dans un lieu nommé Culan. Ses héritiers délaissent le nom ancestral pour s'affirmer seigneurs « de Culan ».

14 Cf. Chazaud, Fragments du cartulaire... acte no°15 p. 29-32 ; sans équivoque, le fils est dit junior dans ce même acte.

15 L'adoption de ce surnom de châtellenie ne semble pas prendre une place chronologique précise dans l’acceptation de cette dépendance par rapport aux Déols ou aux Bourbon. Ainsi le surnom d'Huriel était porté par cette famille bien avant que les Culan ne les dépouillent de leurs fiefs.

16 Il n'est même pas sûr que cette situation ne perdure pas encore au XIIIe siècle.

Table des illustrations

Légende N.B. : les noms en caractères gras sont les noms caractéristiques du lignage.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16870/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site