Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les généalogies reconstruites comme métasource d'études anthroponymiques

La dénomination chez les vicomtes limousins : le lignage des Comborn

Bernadette Barrière

Texte intégral

I. Les vicomtes limousins et les sources de la généalogie vicomtale

a. La notion de « vicomte limousin »

  • 1 Rappelons qu'il s'agit de l'héritage de Guillaume le Pieux et de ses neveux disparus sans postérité (...)

1Calqué sur le territoire de l'ancienne Cité romaine des Lémovices, le Limousin médiéval s'identifie avec l'ancien diocèse de Limoges ainsi qu'avec un « comté de Limoges » dont Ebles Manzer, comte de Poitiers, hérita en 927 de la branche auvergnate de sa famille1.

  • 2 Voir notamment A. Debord, « Remarques sur les vicomtes limousins antérieurs à l'an mil », Revue d'H (...)
  • 3 Voir notamment J. Boussard, « Les origines de la vicomté de Turenne », Mélanges Crozet, Poitiers, 1 (...)
  • 4 Brosse est en Berry mais tout près des confins du Limousin.
  • 5 À ces vicomtés vint s’adjoindre, dans la seconde moitié du Xe siècle, une entité nouvelle, bientôt (...)
  • 1 Abréviations utilisées : cart., pour cartulaire ; G.V., pour la Chronique de Geoffroy de Vigeois.

2Dès lors, Ebles Manzer (902-935), et surtout son fils Guillaume Tête d'Etoupe (935-963), se préoccupèrent de développer l'institution vicomtale sur l'ensemble des territoires passés sous leur contrôle2. Le Limousin comptait déjà, à leur arrivée, une famille vicomtale « de Limoges », issue d'un « fidèle » de Charles le Chauve : ils la maintiennent. Le sud du comté était, semble-t-il pour sa part, administré par une famille quercynoise ayant jadis exercé des fonctions comtales : ils la maintiennent également et la fixent à Turenne3. Mais à cette première géographie vicomtale, ils ajoutent de nouveaux sièges : Aubusson, Ségur, Comborn, Brosse4, autant de forteresses publiques dans lesquelles, au Xe siècle, vont faire souche de nouveaux lignages51.

b. Le lignage des vicomtes de Comborn

  • 6 Pour localiser ces « greffes » et ces « essaimages », se reporter au tableau généalogique.

3Ses origines sont délicates à établir, mais l'ordre successoral peut y être suivi sans solution de continuité à partir du milieu du Xe siècle. Il s'agit d'une famille qui se révèle, dès le départ, dynamique, entreprenante, prolifique ; sachant saisir les opportunités, elle parvient à deux reprises à s'imposer pour relayer d'autres lignages vicomtaux plus éminents qu'elle mais déficients : celui des Turenne dès la fin du Xe siècle, et celui des Limoges au XIIe siècle. À deux reprises encore, ses cadets fondent de nouveaux lignages : celui des vicomtes de Ventadour, à partir de la fin du XIe siècle, et celui des seigneurs de Treignac au XIIIe siècle, en un temps où le titre vicomtal est enfin considéré comme l'exclusivité de la branche aînée6.

c. Des sources inégales mais abondantes et cohérentes

  • 7 Cartulaire de l'abbaye Saint-Martin de Tulle, éd. J.B. Champeval, Brive, 1903 ; Cartulaire de l'abb (...)

4La plupart des cartulaires limousins proposent des notices et des chartes mettant en scène les vicomtes de Comborn ainsi que leurs épouses et leurs fils, éventuellement leurs veuves ou leurs frères. Ils agissent en tant que donateurs, témoins, fidéjusseurs, seigneurs... Les cartulaires les plus riches en cette matière sont incontestablement ceux des abbayes bénédictines de Tulle et d'Uzerche pour les Xe et XIe siècles, ceux des abbayes cisterciennes d'Obazine et de Dalon pour le XIIe siècle, celui de la chartreuse de Glandier pour le XIIIe siècle7.

  • 8 L’édition la plus connue et encore la plus accessible de cette chronique en deux parties inégales e (...)
  • 9 B. Barrière, « Généalogies et lignages. Un problème de transmission lignagère en Limousin au XIe si (...)
  • 10 G.V., I, chap. 23, 24,25, 41, notamment.
  • 11 C.V., I, 25 : « J'ai reçu ces informations de Pierre Mathieu, abbé d’Uzerche, qui, jadis, m'en fit (...)

5Aux chartes s'ajoute une source narrative de première importance, la chronique de Geoffroy de Vigeois († 1184)8. Ce moine de l'abbaye Saint-Martial de Limoges écrivait dans les années 1180, et son récit porte, pour l'essentiel, sur les événements limousins des XIe-XIIe siècles. Ses centres d'intérêt prioritaires sont, d'une part l'histoire religieuse et monastique, d'autre part les actions des Grands et de l'aristocratie locale dont lui-même était issu. A cet égard, tout lui est prétexte pour esquisser ou développer la généalogie de quelques lignages parmi les plus éminents connus de lui9. S'agissant des Comborn, il se montre particulièrement prolixe10. En effet, devenu prieur du monastère de Vigeois et résidant donc ainsi aux portes même de la vicomté de Comborn, à faible distance du château, il sait pouvoir trouver la meilleure information à la toute proche abbaye d'Uzerche11.

  • 12 Ainsi, par exemple, fait-il de « la sœur de Richard duc de Normandie » l'épouse d'Archambaud I Jamb (...)

6Son témoignage, qui peut parfois être pris en défaut pour les périodes qui sont les plus éloignées de lui12, est néanmoins très sûr. Confirmé par celui des chartes, il complète souvent celles-ci en restituant plus largement les descendances, et en précisant et justifiant éventuellement les choix ou les modifications des noms adoptés en fonction des nécessités successorales.

7L'abondance comme la précision des sources documentaires, alliées à la qualité des informations fournies par la chronique, permettent, du moins pour la période XIe-XIIe siècles, non seulement de connaître la plupart des alliances matrimoniales et de déterminer avec une quasi-certitude l'ordre de naissance des fils, mais encore d'éviter dans la plupart des cas les incertitudes inhérentes à l'homonymie qui régit ici l'ordre successoral, et d'attribuer à chacune des quatorze générations retenues des repères chronologiques convenables.

d. La généalogie des Comborn et l'érudition ancienne

  • 13 Notamment Ch. Justel, Histoire généalogique de la Maison de Turenne, Paris, 1645 ; E. Baluze, Histo (...)

8Ce n'est point ici le lieu de reprendre et de critiquer les érudits qui, aux XVIIe et XVIIIe siècles, se sont donné pour tâche d'établir la généalogie de tel ou tel des lignages vicomtaux limousins13. Quels que soient leurs qualités et leurs défauts, ces généalogies ont l'avantage de toujours impliquer les Comborn et de fournir parfois des « preuves » dont certaines ont bel et bien disparu depuis.

  • 14 Généalogie de la Maison de Comborn (manuscrit dit de 1752), éd. J.B. Champeval, Bull. de la Soc. Sc (...)

9Toutefois, c'est une généalogie anonyme, que l'on désignera ici sous l'appellation « manuscrit dit de 1752 », provenant apparemment de la bibliothèque des Baluze14, qui, en raison de la parfaite connaissance et de l'excellente perception des sources dont elle témoigne, constitue le document le plus fiable. C'est elle, en outre, qui fournit les informations les plus cohérentes pour la période allant du XIVe au XVIe siècle, alors même que les sources concernant cette période sont aujourd'hui perdues ou inaccessibles.

  • 15 Notamment R. de Lasteyrie, Étude sur les comtes et vicomtes de Limoges antérieurs à l'an mil, Paris (...)

10Des travaux plus récents touchent également à ces questions, mais, soit on s'y préoccupe du seul problème des origines, sans d'ailleurs l'avoir jamais réglé jusqu'alors de manière satisfaisante, soit on y sélectionne les informations en fonction d'un objectif particulier et l'ensemble de la descendance n'y est pas pris en compte15.

11Le lignage des Comborn était donc à prendre à bras le corps. C'est ce que l'on s'est efforcé de faire ici, puisque seule une généalogie aussi complète que possible pouvait permettre une réflexion utile sur la politique de dénomination qui fut propre à cette famille au parcours à la fois verticalement linéaire et horizontalement très sollicité.

e. Remarques préalables sur les incertitudes propres aux premières générations

  • 16 Le détail de l'argumentation, qui n'a pas sa place ici, est donné dans un article à paraître dans B (...)

12Malgré le caractère strictement anthroponymique de la présente étude, nécessité s'impose de donner au lecteur, ne serait-ce que brièvement, un aperçu des ambiguïtés et incertitudes qui pèsent sur les débuts du lignage et de préciser les partis qui ont été ici adoptés16.

13Sur le fait de savoir quelle est l'origine de ces Archambauds et de quelle région, limousine ou autre, ils proviennent, la question sera laissée sans réponse ; elle n'est pas essentielle pour le sujet.

  • 17 Cf. planches 15 et 16 du fascicule de tableaux généalogiques.
  • 18 Voir notamment Cart. Limoges, 17, ou Cart. Uzerche, 454.

14Qui fut le premier vicomte ? Archambaud « Jambe pourrie » ou un prédécesseur ? C'est la seconde solution qui a été ici retenue pour l'élaboration du tableau17, car quelques indices permettent de situer, entre le moment de la création de l'institution vicomtale et l'émergence dans les textes d'Archambaud (I) « Jambe pourrie », un certain « Archambaud », époux d'une Ildéarde, qui fait alors déjà manifestement partie des Grands18. Toutefois, comme c'est Archambaud (I) « Jambe pourrie », bien attesté par les cartulaires, que Geoffroy de Vigeois a donné comme ancêtre de référence pour le lignage, c'est lui qui, traditionnellement, sert de point de départ au compte des générations et à la numérotation des Archambauds successifs : pour plus de commodité, on s'est donc conformé ici aux usages transmis par l'érudition locale, en renonçant à introduire un décalage dans la numérotation reçue.

  • 19 En 987, la vicomtesse Rotilde fait une donation pour l'âme de chacun de ses deux maris, Archambaud (...)
  • 20 Le Liber miraculorum sancte Fidis, éd. A. Bouillet, Paris, 1897, II, 6, p. 109-111, parle expressém (...)

15En ce qui concerne le fait de savoir si Archambaud I « Jambe pourrie » a contracté un ou deux mariages, je crois pouvoir proposer la seconde hypothèse que les textes eux-mêmes induisent. Archambaud aurait d'abord épousé Rotilde, puis, pour d'impérieuses raisons politiques, il aurait laissé celle-ci très rapidement au vicomte de Limoges Géraud, car lui-même était pressé d'épouser Sulpicie, devenue entre temps héritière de la vicomté de Turenne19. Le lignage semble, d'ailleurs, avoir été coutumier de ces divorces à l'amiable, politiques ou autres, du moins dans les premières générations : Ebles « le Vieux » a divorcé de Béatrice pour épouser Pétronille ; Bernard I s'est séparé d'Ermengarde-Garcille, qui se fait moniale, et s'est remarié à Pétronille20.

16On rappellera enfin, que les comtes de Poitiers restent, durant toute la période Xe-XIIe siècles, maîtres du Limousin et qu'ils sont toujours présents à l'arrière-plan de ces alliances matrimoniales, du moins de celles qui sont politiquement importantes. Si, manifestement, ils ne les entravent pas ou même s'y montrent favorables-ce que les textes ne précisent pas-ils veillent néanmoins à ce qu'aucun des vicomtes ne cumule durablement entre ses mains, pour lui-même ou pour un seul de ses descendants, la vicomté de Comborn en même temps qu'une autre des vicomtés acquises par mariage, et à ce qu'une redistribution soit systématiquement effectuée au niveau des descendants immédiats ; car ce n'est probablement pas aux Comborn eux-mêmes qu'il convient d'imputer une telle politique de partage.

II. Les « Archambaud », vicomtes de Comborn

a. D'Archambaud le premier (Xe siècle) à Archambaud le dernier (XIVe siècle)

  • 21 Ce fut notamment le cas dans les générations 3 (pour les fils aînés d'Ebles le Vieux, destinés, il (...)

17Du Xe au XIVe siècle, le nom d'« Archambaud » s'impose comme marqueur quasi-exclusif du chef de lignage, c'est-à-dire de celui des fils par lequel, de génération en génération, est assurée la transmission du titre vicomtal et du château siège de la vicomté, même si d'autres que lui, frères ou fils, se qualifient à certains moments de « vicomtes »21.

  • 22 C.V., I, 23. Geoffroy de Vigeois se plaît toujours à rappeler les exploits de l'ancêtre qui doit êt (...)

18[1].— Quel qu'ait été le prestige du premier Archambaud (qui reste donc mal connu), c'est Archambaud I « Jambe pourrie » qui est présenté par Geoffroy de Vigeois, ainsi qu'on l'a vu, comme l'ancêtre de référence. Ses titres de gloire sont d'avoir combattu avec force et courage aux côtés du roi Lothaire et de son épouse, et de s'être montré un grand pourfendeur d'ennemis au point d'avoir acquis le sobriquet de « le Boucher », bientôt relayé par celui de « Jambe pourrie » à la suite de la blessure qu'il reçut en s'emparant du château de Turenne22.

  • 23 « ...castrum des Torena quod erat contoratum », dit lui-même Geoffroy de Vigeois (I, 23).

19[2].— Archambaud I eut deux fils : Ebles et Archambaud. A l'aîné, Ebles, très certainement ainsi dénommé par référence à l'un des noms en usage dans le lignage poitevin depuis Ebles Manzer, était, à l'évidence, destinée la vicomté de Turenne, prestigieux héritage venu de sa mère et jusque là tenu par une famille jadis de rang comtal23. Au cadet, Archambaud, bien attesté jusqu'en 999, était manifestement destinée la vicomté de Comborn ; sa mort prématurée modifia le projet initial, et Ebles (« le Vieux »), son aîné, se trouva, vers l'an mil, seul héritier de l'ensemble.

  • 24 On est alors au temps du duc Guillaume V le Grand (993-1030), lui-même fils de Guillaume Fier à bra (...)

20[3].— Ebles « le Vieux » eut plusieurs fils, et ce sont les deux aînés qui furent retenus pour le partage successoral qui n'avait pu se réaliser à la génération précédente. La procédure suivie fut la même. A l'aîné fut réservée la vicomté de Turenne ; il reçut pour nom « Guillaume », ce qui confirme que Ton eut alors vraiment la volonté d'imprimer à cette nouvelle famille Turenne la marque du lignage comtal poitevin24 et témoigne donc de la présence active de celui-ci auprès des Comborn.

  • 25 Le nouveau lignage des vicomtes de Turenne issu de Guillaume de Comborn, dispose, après celui-ci, e (...)

21Au cadet, qui reçut pour nom « Archambaud » (II), échurent la vicomté de Comborn et la responsabilité du lignage ; lignage dont la branche aînée désormais en charge de Turenne se désolidarise complètement, y compris dans le choix des noms25.

22[4].— Cet Archambaud II eut à son tour plusieurs fils qui sont, dans l'ordre de naissance, Archambaud, Ebles et Bernard. Après Ebles « le Vieux », on compte un « Ebles » à la génération de ses fils ; en voici un autre à la génération de ses petits-fils.

  • 26 Cart. Tulle, 290, 511.

23Quant au nom de « Bernard », il y évidemment lieu de s'interroger sur son origine, car, non seulement il n'appartient pas alors à la famille des Comborn, mais encore il n'appartient pas non plus aux lignages alliés immédiats, tels que celui des Rochechouart ou celui des ducs de Normandie. Toutefois, il est possible qu'Archambaud II ait souhaité introduire dans sa descendance, et comme rappel d'une ascendance prestigieuse, le nom du dernier des vicomtes de Turenne du Xe siècle, Bernard, dont sa grand-mère, Sulpicie, avait été la fille héritière26.

  • 27 G.V., I, 24.

24À la génération des fils d'Archambaud II s'effectue un nouveau partage successoral dont Geoffroy de Vigeois attribue l'initiative aux deux frères aînés : « Archambaud (II)... eut de Rotberge, sœur du vicomte de Rochechouart, Archambaud, Ebles et Bernard. Ceux-ci se partagèrent sa terre : Archambaud tint le château de Comborn et Ebles eut Ventadour ; les autres possessions, châteaux et fortifications, ils se les répartirent équitablement, et chacun d'eux donna à Bernard vingt-cinq manses... »27. Cette fois, c'est donc le territoire même de la vicomté de Comborn qui, dans la fin du XIe siècle, éclate en deux ensembles, chacun commandé par un château qui lui est propre. Ce partage allait s'avérer définitif et s'accompagner de la mise en place d'un lignage nouveau, rameau cadet du premier, celui des vicomtes de Ventadour.

  • 28 Cet Archambaud est plusieurs fois attesté comme aîné, par ex. Cart. Tulle, 592, 401. Pour la généal (...)
  • 29 G.V., 1,24 : « Ebolus (III)... ex filia Guillermi de Montepislerio quae vocatur Alaais, genuit plur (...)

25À la différence des Turenne, les Ventadour vont rester proches de la branche Comborn, d'autant plus que leurs droits seigneuriaux respectifs vont demeurer, sur le terrain, fréquemment imbriqués les uns dans les autres. En ce qui concerne le choix du nom marqueur du nouveau lignage, il reste limité, et pour plusieurs générations, aux noms en usage dans la famille d'origine : il semble que, dans un premier temps, on ait pensé faire alterner, d'une génération à l'autre, les noms d'« Ebles » et d'« Archambaud », puisque le fils aîné d'Ebles (I) de Ventadour, disparu prématurément, s'appelait Archambaud28. Mais, par la suite, c'est « Ebles » qui l'emporte, ainsi qu'en témoigne Geoffroy de Vigeois lorsque, parlant de celui qui allait devenir le vicomte de Ventadour Ebles IV, il précise qu'il s'appelait « Archambaud » au baptême29.

  • 30 G.V., I, 25.

26La génération d'Archambaud III et de ses frères Ebles I de Ventadour et Bernard fut agitée de rivalités, ce qui eut pour conséquence de faire passer définitivement la succession Comborn dans un rameau cadet. En bref, l'on sait par Geoffroy de Vigeois, et c'est amplement confirmé par les actes expiatoires consignés dans les cartulaires, que Bernard, chargé de la tutelle de son neveu Ebles, à la suite de la mort prématurée d'Archambaud III, s'est emparé de la succession pour lui-même, et, dans la lutte inexpiable qui s'en est suivie, a assassiné son neveu Ebles, l'héritier légitime, anéantissant ainsi la branche aînée30.

  • 31 Ibidem.

27Bernard (I) devient donc ainsi chef du lignage, alors que, dit encore Geoffroy de Vigeois, « selon certains, il était destiné à la cléricature »31. Toutefois, sans doute pour gommer aussi vite que possible cet épisode peu glorieux et, en quelque sorte, couler sa descendance dans le moule du lignage, il s'empresse de revenir, pour son fils et successeur, à la dénomination traditionnelle d'« Archambaud » (IV). Quant à son propre nom, « Bernard », il se maintient dans le lignage, mais généralement pour un cadet destiné à la cléricature, et ce n'est que quatre générations plus tard qu'il sera à nouvau porté par un aîné chef de lignage (Bernard II).

28[5].— Archambaud IV « le Barbu » contracta un mariage qui allait s'avérer d'une extrême importance ; son épouse, en effet, était une fille d'Adémar III, vicomte de Limoges, laquelle, après la disparition prématurée de ses frères, se retrouva héritière de la vicomté de Limoges. Les Comborn étaient à nouveau en position de relever une vicomté tombée en quenouille.

  • 32 G.V., I, 25,37, 41.
  • 33 G.V., I, 41 : « Archambaldus (V), Combornensem honorent obtinens, de Jordana genuit... ».

29La succession fut réglée par le grand-père, Adémar III, en personne. Le caractère de plus grande éminence de son lignage et la puissance nettement plus importante que celle des Comborn qu'il incarnait l'autorisèrent à « prélever » sur la descendance de sa fille ses deux petits-fils aînés, lequels furent dès lors appelés « Adémar » (IV) et « Guy » (IV), conformément aux noms portés chez les Limoges par les chefs du lignage, mais sans que l'on sache quels avaient été leurs noms au baptême32. C'est donc seulement au cadet d'Adémar et Guy, appelé « Archambaud » (V), et à ses descendants, que fut dévolue la succession Comborn33.

  • 34 À la période à laquelle naît ce Guy, devenu vicomte de Comborn en 1277, le lignage des vicomtes de (...)

30[6 à 12].— « Archambaud », ainsi que le montre le tableau généalogique, reste, jusqu'à la fin du XIVe siècle, le nom marqueur du lignage Comborn, à trois exceptions près cependant : celle du vicomte Bernard II (a-t-il relayé un aîné Archambaud mort prématurément ?) ; celle du vicomte Guy, vers 1300, qui s'explique par le fait que sa mère, une Limoges, a su faire prévaloir un des noms importants de sa propre famille34 ; celle du vicomte Bernard III enfin, dont l'accession à la responsabilité lignagère n'est due qu'à la disparition prématurée, sans postérité masculine, du vicomte Guy, son aîné.

  • 35 Voir le Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval. C'est le nom de « Jean » qui semble devenir le marque (...)

31[13].— Lorsqu'en 1379 la vicomté de Comborn est vendue par Archambaud IX, dernier du nom, dépourvu de toute descendance, à son cousin Guichard (V) de Comborn, seigneur de Treignac, celui-ci devient donc vicomte de Comborn et premier du nom en tant que tel. Mais, la récupération de la vicomté, pour un peu plus d'un siècle, par cette branche de la famille, se marque par une rupture complète dans les usages onomastiques qui avaient eu cours jusque là chez les vicomtes de Comborn, et c'est un tout autre répertoire que les nouveaux maîtres sollicitent désormais35.

b. Surnoms et sobriquets

  • 36 Par ex. Cart.Uzerche, 40 (Arch. I), 400 (Ebles), 496 (Arch. Il), 837 (Arch. III), 465 (Bernard I) ;(...)
  • 37 Par ex. Cart. Obazine, 236 (Arch-V), 650 (Arch. VI) ; Cart. Dalon, 743 (Arch. V), 1001 (Arch. VI) ;(...)

32Dans les actes de la pratique, la désignation d'un vicomte peut prendre généralement deux formes, mais, dans les deux cas, c'est le titre vicomtal qui tient lieu de surnom, puisque l'on trouve, soit la forme « X. vicecomes », soit la forme « X. vicecomes de Comborn (ou de Combornio, ou Combornensis) ». Aux Xe-XIe siècles, et encore dans le début du XIIe siècle, c'est la formule brève qui est utilisée de manière presqu'exclusive36. En revanche, à partir du milieu du XIIe siècle, c'est la formule longue qui devient la règle, ainsi qu'en témoignent abondamment les cartulaires d'Obazine, Dalon et Glandier37.

  • 38 Voir par exemple les notices publiées à la fin du Cartulaire de Tulle, éd. Champeval citée, ainsi q (...)

33Au-delà du XIIIe siècle, il est rare que l'on puisse disposer d'une documentation nette de tout correctif ultérieur, qu'il s'agisse des résumés d'actes recueillis ici ou là38, ou encore des généalogies érudites déjà évoquées.

34Trois des vicomtes de Comborn, on l'a vu, sont porteurs d'un sobriquet généralement transmis par Geoffroy de Vigeois, mais que les cartulaires n'ignorent pas forcément : Archambaud I dit « le Boucher », dit « Jambe pourrie », Ebles dit « le Vieux », Archambaud IV dit « le Barbu ».

  • 39 G.V., I, 23.
  • 40 Cart. Tulle, 345, 46, 88, 290.

35Pour chacun d'eux, comme pour chacun des personnages à sobriquet qu'il évoque, Geoffroy de Vigeois se plait à expliquer ce qui a motivé l'appellation. Ainsi, pour Archambaud I, il raconte qu'il fut d'abord surnommé « le Boucher », « car, tel un boucher qui tranche la viande à la hache sur l'étal, il tranchait ses ennemis dans le combat », mais qu'ensuite, « à ce que l'on dit, tandis qu'il mettait hardiment le pied sur le seuil de la porte [du château de Turenne], les deux battants se refermèrent en même temps avec une telle violence que son pied fut gravement atteint et qu'il boita dès lors très fortement ; de là vient qu'il fut surnommé « jambe pourrie »39. Ce second surnom lui resta puisqu'aussi bien plusieurs des actes du cartulaire de Tulle le concernant l'utilisent40.

  • 41 Idem, 344 : « Ego Ebolus vetulus de Comborn... ».

36Pour ce qui est d'Ebles dit « le Vieux », fils du précédent, il n'est désigné qu'une seule fois sous cette forme, dans une notice du cartulaire de Tulle qui pourrait bien d'ailleurs avoir été corrigée après coup pour distinguer cet Ebleslà des Ebles ultérieurs, vicomtes de Ventadour41.

  • 42 G.V., I, 25, 41, 45 : « De Archambaldo barbato... », « Gaucelinus accepit Beatricem filiam Archamba (...)

37Quant à Archambaud IV dit « le Barbu », c'est Geoffroy de Vigeois et lui seul qui le désigne ainsi, mais avec insistance : après avoir précisé qu'il « porta une longue barbe jusque dans sa vieillesse », c'est à plusieurs reprises qu'il a recours à son sobriquet42, alors que jamais les cartulaires n'y font référence.

c. L'onomastique des cadets

38Les éléments masculins de la descendance qui ne jouent pas de rôle dans celle-ci sont très inégalement évoqués dans les sources.

39À la génération d'Archambaud II, les noms de quatre de ses frères ou demi-frères sont connus ; outre Guillaume, l'aîné déjà évoqué, et Ebles qui a reçu le nom de son père, il y a également Géraud et Robert, mais on ne sait rien de ce qui a pu motiver le choix de ces deux derniers noms.

  • 43 G.V., 1,41.

40À la génération d'Archambaud V, outre les aînés, Adémar IV et Guy IV, vicomtes de Limoges déjà évoqués, on connaît quatre autres frères : Pierre et Bernard, qui furent clercs, et deux Hélie (le second, un petit dernier semble-t-il, ayant recueilli le nom de baptême du premier mort entre temps)43. « Pierre » et « Hélie » sont des noms nouveaux chez les Comborn, mais on doit constater qu'ils étaient depuis longtemps en usage pour les cadets dans la famille des vicomtes de Limoges d'où est issue Humberge-Brunissende, la mère de ces sept garçons.

41Par la suite, aucune autre innovation n'apparaît dans la désignation de ceux des cadets du lignage Comborn qui nous sont connus.

III. L'onomastique féminine

a. La désignation des épouses

42Les noms, si ce n'est l'origine, de toutes les épouses (sauf une) des vicomtes de Comborn, sur les quatorze générations considérées, nous sont connus, et ce, pour la période qui va du Xe au XIIIe siècle, grâce aux sources narratives et aux cartulaires. Les informations fournies par les unes et par les autres sont toujours concordantes quant aux noms eux-mêmes ; elles sont, en outre, complémentaires pour ce qui est de la famille d'origine des épouses.

  • 44 Cart. Tulle, 90 ; mais aussi Cart. Limoges, 7 (pour Rotilde), Cnrf. Uzerche, 475 (pour Béatrice), C (...)
  • 45 Cart. Uzerche, 399. Trois autres cas de désignation des épouses faisant suivre le nom d'un surnom p (...)
  • 46 Cart. Dalon, 1013.

43Les cartulaires, sauf exceptions rarissimes, ne donnent que le nom de l'épouse, le plus souvent à la suite de celui du vicomte, et cette précision sert d'ailleurs très souvent à identifier l'Archambaud dont il est question. Les formules, qui ne varient pas du Xe au XIIIe siècle, sont sur le modèle : « Archambaldus vicecomes et Sulpicia uxor ejus »44. Dans un seul cas, il est précisé : « Bernardus vicecomes duxit uxorem filiam Hugonis de Corpso », et encore parce-que le contexte le nécessite45. Sans doute peut-on également retenir au titre des exceptions cette donation dans laquelle, aux côtés d'Adémar III vicomte de Limoges et d'Archambaud IV vicomte de Comborn, intervient « Brunkens, uxor ejus et filia supradicti Ademari »46.

  • 47 Par ex. Cart. Tulle, 260 (pour Rotberge), ou Cart. Uzerche, 966 (pour Ermengarde).
  • 48 Par ex. Cart. Obazine, 267 (pour Humberge-Brunissende), ou Cart. Glandier, B 56 (pour Marguerite, s (...)

44Lorsque les vicomtesses font elles-mêmes des donations, leur nom est toujours suivi du titre de vicecomitissa, qui leur sert à elles aussi de surnom. On en a de nombreux exemples pour Rotberge [de Rochechouart], épouse d'Archambaud II, et pour Ermengarde-Garcille [de Coursou], épouse de Bernard I, dans les cartulaires de Tulle et Uzerche47. À partir du milieu du XIIe siècle cependant, comme pour les vicomtes, on commence à rencontrer la formule complète : « N. vicecomitissa de Comborn »48.

  • 49 G.V., I, 25.
  • 50 Idem, 24.

45Si l'on se réfère alors à la chronique de Geoffroy de Vigeois, qui demeure la source narrative quasi exclusive pour les XIe-XIIe siècles, on constate que l'auteur, pour chacune des généalogies qu'il produit : Lastours, Comborn, Turenne, Ventadour, Limoges..., donne, chaque fois qu'il le peut (et il le peut presque toujours), le nom des épouses, et, en outre, indique systématiquement leur origine familiale. La formule la plus fréquente est du type : « N. filia X. », comme dans « Archambaldus (V), de Jordana filia Bosonis Petragorici comitis genuit Heliam, Archambaldum et Petrum... »49. Mais on a aussi la forme « N. sororis X »,comme dans « Archambaldus (II), de Rotberga sorore vicecomitis de Rupecavardi genuit Archambaldum, Ebolum atque Bernardum... »50. Le choix de la forme « fille de » ou « sœur de » est probablement fonction du personnage, père ou frère, chef du lignage au moment du mariage.

46Il peut arriver, par ailleurs, que les épouses des vicomtes répondent à deux noms à la fois : leur nom de baptême, et un autre nom qui leur a été affecté par la suite pour des raisons diverses et qui tend à se substituer au premier. Les sources permettent d'appréhender ainsi deux intéressants exemples ; ils concernent les épouses respectives de Bernard I et d'Archambaud IV.

  • 51 Idem, 25.
  • 52 Cart. Uzerche, 97, 399.
  • 53 Des analyses de ces actes (extraites de BN, ms lat. 17 117) ont été éditées dans A Sohn, Der abbati (...)

47La première épouse de Bernard I s'appelait Ermengarde au baptême. Geoffroy de Vigeois explique que, bien que déshonorée par son neveu Ebles avec lequel il était en lutte, le vicomte Bernard ne la répudia pas car « erat filia magni viri de Corso qui dictus est Hugo Garcin ; idcirco illa vocabatur Garcilla »51. Le cartulaire d'Uzerche, où on la voit intervenir à plusieurs reprises, ne la cite jamais que sous le nom d'« Ermengarde », tout en précisant qu'elle était la fille d'Hugues de Coursou52. Mais dans deux actes de donation concernant l'abbaye Saint-Martial de Limoges, elle est bel et bien appelée « Garcille »53, sans que l'on sache selon quels critères a été effectué ce choix.

  • 54 G.V., 1,25.
  • 55 Idem, 41.
  • 56 Ibidem..
  • 57 Cart. Uzerche, 971.
  • 58 Par ex. Cart. Vigeois, 233 ; Cart. Dalon, 1013 ; Cart. Obazine, 16, 267.

48L'épouse d'Archambaud IV, pour sa part, s'appelait Humberge au baptême. Geoffroy de Vigeois est d'autant plus précis à son sujet qu'il s'agit de la fille-héritière du vicomte de Limoges, une famille éminente et qu'il connaît bien : « Archambaldus, nous dit-il, de filia Ademari vicecomitis... ame ex baptismo Humberga, vulgo Brunicenda nominatur, genuit plures »54. Il dit encore à propos d'Adémar III : « hujus hereditas descendit ad filiam ejus Humbergam quae appellata est Brunicendis... »55, et lorsqu'il évoque à nouveau cette dernière, c'est toujours sous l'appellation de « Brunissende »56. Dans les cartulaires, elle apparaît une seule fois sous le nom d'« Humberge »57 ; dans tous les autres cas, elle est appelée « Brunissende »58, nom qui semble avoir été finalement le seul retenu dans les chartes comme chez le chroniqueur.

b. Le rôle des épouses et des aïeules dans l'onomastique familiale

49Ce rôle semble avoir été relativement modeste chez les Comborn. S'agissant de la descendance masculine, on le perçoit une première fois de manière très sensible à la génération 6, lorsque le mariage du vicomte Archambaud IV avec Humberge-Brunissende de Limoges a entraîné l'adoption pour leurs fils de plusieurs des noms du lignage éminent de cette dernière : « Adémar » et « Guy », qui, on l'a vu, sont restés réservés à la succession Limoges ; « Hélie » et « Pierre », déjà évoqués, et que l'on voit désormais acquis au stock des noms réservés aux cadets du lignage Comborn.

50Cette influence des familles maternelles éminentes se perçoit encore une seconde fois à la génération 7 où, à la suite du mariage d'Archambaud VI avec Guicharde de Beaujeu, le fils cadet fut appelé « Guichard ». Ce Guichard, en devenant seigneur de Treignac, inaugura d'ailleurs une petite dynastie dont ce nom fut le marqueur essentiel, et à laquelle appartient le Guichard V, acheteur en 1379 de la vicomté de Comborn tombée en déshérence.

51À la génération 10, c'est à nouveau un mariage avec une Limoges, celui d'Archambaud VII avec Marie, fille du vicomte de Limoges Guy V, qui explique que le fils aîné du couple, pourtant héritier de la vicomté de Comborn et à priori de ses usages onomastiques, ait été appelé « Guy », et non « Archambaud » ou « Bernard » conformément à la tradition propre aux Comborn et depuis si longtemps établie.

  • 59 En 1081, « Unta, uxor Rigaldi de Carbonieras... » fait une donation à laquelle souscrivent ses frèr (...)

52En matière de descendance féminine, les faits et constats sont plus délicats à établir, car l'information est beaucoup plus partielle que celle dont on dispose pour les fils. A vrai dire, sauf de rares exceptions concernant des filles elles-mêmes actrices dans les chartes59, les cartulaires restent muets sur la descendance féminine des vicomtes. Il faut donc se contenter la plupart du temps des indications données par Geoffroy de Vigeois, dont la fiabilité sur ce sujet est à la mesure de la documentation parfois insuffisamment explicite qu'il a lui-même recueillie.

53C'est grâce à lui que l'on a connaissance de l'abondante descendance féminine qui a marqué les générations 6 et 7, pour lesquelles il énumère la quasi totalité des enfants de lui connus, mais en rejetant l'énumération des filles après celle des fils.

  • 60 G.V., I, 41. La dénomination de chacun des époux : Gaucelin de Pierrebuffière, Hélie Flamenc, Olivi (...)

54Pour la génération 6, le texte énumère les enfants de Brunissende et d'Archambaud IV le Barbu, en commençant par les fils, qui sont au nombre de six ; puis viennent les filles, avec l'indication pour chacune d'entre elles, de sa fonction religieuse ou de son mariage, selon les cas. Ce sont, et peut-être dans l'ordre de leur naissance : Mélissende, Marie, Béatrice et Almodis60.

  • 61 Ibidem. La remarque précédemment faite pour la dénomination des époux s'applique également ici et s (...)

55En ce qui concerne la génération 6, le chroniqueur énumère de même les enfants d'Archambaud V et de Jordane ; ayant d'abord cité les trois fils, il annonce qu'ils ont eu six filles et parvient à donner le nom de cinq d'entre elles en précisant leurs mariages respectifs. Ce sont, selon l'ordre du texte : Assalide, Clara, Fina, Garcille et Pétronille61.

  • 62 J. Nadaud, Nobiliaire, op. cit., p.405-406, et Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval : à la générati (...)
  • 63 B. Barrière, « Nom, prénom et aristocratie », dans Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms (...)

56De ces deux listes, pas plus que de celles fournies par l'érudition ancienne pour les générations 10 et 1162, on ne peut tirer de conclusions onomastiques d'un réel intérêt. L'on sait déjà que l'échantillonnage des noms féminins disponibles dans un lignage durant toute cette période est beaucoup moins contraignant et signifiant que celui des noms masculins63.

  • 64 Le tableau ci-dessous se veut exhaustif jusqu'à la génération 12 :

57Dans le cas des Comborn, on peut noter que l'onomastique masculine ne rejaillit jamais sur la dénomination des filles. Toutefois, il est sans doute à remarquer que, parmi les filles connues pour chacune des générations, il en est toujours une (voire deux) qui porte, non pas le nom de sa mère, mais celui d'une aïeule en ligne paternelle. Ainsi en est-il probablement de cette Ildéarde qui apparaît à la génération d'Archambaud II, par rapport à l'épouse du tout premier Archambaud. Ainsi en est-il certainement de Béatrice à la génération d'Archambaud IV, et d'une autre Béatrice à la génération d'Archambaud V, par rapport à la première épouse d'Ebles le Vieux. Ainsi en est-il de bien d'autres encore64.

  • 65 Cart. Uzerche, 31,47.

58Exceptionnellement, et, ici comme pour la descendance masculine, toujours en faveur de la famille vicomtale de Limoges, c'est l'ascendance maternelle qui est sollicitée. On en donnera un exemple, celui de Mélissende, fille aînée d'Archambaud IV et de Brunissende de Limoges, qui tire probablement son nom d'une prestigieuse aïeule connue pour avoir été en son temps vicomtesse de Ségur65.

59À l'issue de cette enquête pluriséculaire, et du strict point de vue des usages onomastiques, il apparaît, d'une part, qu'une telle réflexion, pour être le plus efficace possible, doit se nourrir de l'histoire politique et sociale dans laquelle est immergé le lignage depuis son origine : l'étude d'une généalogie princière « à froid » ferait courir le risque de ne pouvoir « décoder » un grand nombre des dénominations utilisées. Il apparaît d'autre part que les lignages vicomtaux limousins, dont les Comborn fournissent l'une des illustrations sans doute parmi les mieux documentées, témoignent d'une réelle politique de dénomination lignagère. Celle-ci semble exprimer que le nom porté par le chef du lignage en constitue l'une des plus hautes représentations, à l'égal du château et du titre. Le titre vicomtal, d'abord seul marqué à la suite du nom, s'augmente, à partir du milieu du XIIe siècle, de la mention du château ; mais, en tout état de cause, il constitue le seul surnom auquel les vicomtes aient jamais cessé de prétendre. Pendant ce temps, leurs cadets, qui, jusque dans le milieu du XIIIe siècle, se définissaient seulement par rapport au vicomte, selon la formule : « X., frère (ou fils) du vicomte Y. », adoptent enfin, à partir de cette période, une dénomination classique à double composante, comportant leur nom de baptême suivi de la mention « de Comborn » qui renvoyait à un lignage et à un château devenus illustres, dont, par leurs ascendants, ils se réclamaient.

Notes

1 Rappelons qu'il s'agit de l'héritage de Guillaume le Pieux et de ses neveux disparus sans postérité, qui comportait, dans le principe, les comtés de Limoges, de Bourges et de Clermont.

2 Voir notamment A. Debord, « Remarques sur les vicomtes limousins antérieurs à l'an mil », Revue d'Histoire du droit français et étranger, 1969, p. 597-612.

3 Voir notamment J. Boussard, « Les origines de la vicomté de Turenne », Mélanges Crozet, Poitiers, 1966,1, p. 101-109.

4 Brosse est en Berry mais tout près des confins du Limousin.

5 À ces vicomtés vint s’adjoindre, dans la seconde moitié du Xe siècle, une entité nouvelle, bientôt reconnue comme « comté de la Marche ». Sur la genèse de ces diverses « principautés », cf. B. Barrière, travaux en cours.

6 Pour localiser ces « greffes » et ces « essaimages », se reporter au tableau généalogique.

7 Cartulaire de l'abbaye Saint-Martin de Tulle, éd. J.B. Champeval, Brive, 1903 ; Cartulaire de l'abbaye d'Uzerche, éd. J.B. Champeval, Paris-Tulle, 1901 ; Cartulaire de l'abbaye cistercienne d'Obazine, éd. B. Barrière, Clermont, 1989 ; Cartulaire de Dalon, éd. L. Grillon, Bordeaux, 1962 (dactyl.) ; M. Souchet, La chartreuse de Glandier. Origines et patrimoine, mém. de maîtrise, Limoges, 1991 (dactyl.), qui comporte l'analyse des extraits de cartulaires conservés à la Grande Chartreuse et à la B.N.F. Quelques informations utiles proviennent aussi des cartulaires du chapitre cathédral de Limoges (Cartulaire du chapitre Saint-Etienne de Limoges, éd. J. de Fontréaulx, Limoges, 1922), d’Aureil (Cartulaires des prieurés d'Aureil et de Lartige, éd. G. de Senneville, Limoges, 1900), et de Vigeois (Cartulaire de l'abbaye de Vigeois, éd. M. de Montégut, Limoges, 1907). Pour la période Xe-XIIe siècles, c’est plus de 200 chartes qui ont été recensées pour la seule enquête concernant les Comborn.

8 L’édition la plus connue et encore la plus accessible de cette chronique en deux parties inégales est celle de Ph. Labbe, Bibliotheca Nova, II, 1657, p.279-342. Une autre édition (1ère partie) a été préparée par P. Botineau, thèse École des chartes, 1954. Une publication texte-traduction de l'ensemble est en préparation par P. Botineau et B. Barrière.

9 B. Barrière, « Généalogies et lignages. Un problème de transmission lignagère en Limousin au XIe siècle », Croyances, pouvoirs et société, Limoges, 1988, p. 103-127.

10 G.V., I, chap. 23, 24,25, 41, notamment.

11 C.V., I, 25 : « J'ai reçu ces informations de Pierre Mathieu, abbé d’Uzerche, qui, jadis, m'en fit part, et qui affirmait les avoir recueillies de la bouche même de son chantre Ebles. ».

12 Ainsi, par exemple, fait-il de « la sœur de Richard duc de Normandie » l'épouse d'Archambaud I Jambe pourrie, alors que ce fut celle de son fils Ebles le Vieux ; C.V., I, 23.

13 Notamment Ch. Justel, Histoire généalogique de la Maison de Turenne, Paris, 1645 ; E. Baluze, Historiae Tutelensis libri tres, Paris, 1717 ; J. Nadaud, Nobiliaire du diocèse et de la généralité de Limoges, éd. A. Lecler, Limoges, 1863-1882.

14 Généalogie de la Maison de Comborn (manuscrit dit de 1752), éd. J.B. Champeval, Bull. de la Soc. Scient., Hist. et Archéol. de la Corrèze, Brive, 11, 1889, p. 131-150, 325-337, 531-543, 687-694, et 12, 1890, p. 323-339.

15 Notamment R. de Lasteyrie, Étude sur les comtes et vicomtes de Limoges antérieurs à l'an mil, Paris, 1874 ; S. Stronski, La légende amoureuse de Bertrand de Bom..., Paris, 1914.

16 Le détail de l'argumentation, qui n'a pas sa place ici, est donné dans un article à paraître dans Bull. de la Soc. Hist. et Arch. du Limousin.

17 Cf. planches 15 et 16 du fascicule de tableaux généalogiques.

18 Voir notamment Cart. Limoges, 17, ou Cart. Uzerche, 454.

19 En 987, la vicomtesse Rotilde fait une donation pour l'âme de chacun de ses deux maris, Archambaud et Géraud, manifestement tous deux vivants à cette date (Cart. Uzerche, 134). Pour la succession à la vicomté de Turenne, voir par ex. Cart. Tulle, 290, et G.V., I, 23.

20 Le Liber miraculorum sancte Fidis, éd. A. Bouillet, Paris, 1897, II, 6, p. 109-111, parle expressément de divortium à propos de Béatrice de Normandie, épouse d’Ebles le Vieux. Pour Ermengarde Garcille, plusieurs chartes des cartulaires d'Uzerche et Tulle témoignent de son entrée en religion et de son remplacement par une autre épouse.

21 Ce fut notamment le cas dans les générations 3 (pour les fils aînés d'Ebles le Vieux, destinés, il est vrai, à recueillir deux successions vicomtales) ; 4 (pour les frères d'Archambaud III, dont l'un devint vicomte de Ventadour, et le troisième, Bernard, s'imposa) ; et 5 (pour le fils et successeur de Bernard).

22 C.V., I, 23. Geoffroy de Vigeois se plaît toujours à rappeler les exploits de l'ancêtre qui doit être l’image de marque du lignage ; cf. 1,6, à propos du fondateur du lignage des Lastours.

23 « ...castrum des Torena quod erat contoratum », dit lui-même Geoffroy de Vigeois (I, 23).

24 On est alors au temps du duc Guillaume V le Grand (993-1030), lui-même fils de Guillaume Fier à bras et petit-fils de Guillaume Tête d'étoupe.

25 Le nouveau lignage des vicomtes de Turenne issu de Guillaume de Comborn, dispose, après celui-ci, et en alternance, de deux noms totalement étrangers à la famille d'origine : « Boson » et « Raymond ». Néanmoins, « Archambaud » et « Ebles » sont encore en usage pour des cadets à la génération des petits-fils de Guillaume.

26 Cart. Tulle, 290, 511.

27 G.V., I, 24.

28 Cet Archambaud est plusieurs fois attesté comme aîné, par ex. Cart. Tulle, 592, 401. Pour la généalogie des vicomtes de Ventadour, voir, outre G.V., le Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval.

29 G.V., 1,24 : « Ebolus (III)... ex filia Guillermi de Montepislerio quae vocatur Alaais, genuit plures :..., Ebolus (IV) qui ex baptismo Archambaldus... E bolus qui et Archambaldus... genuit Ebolum (V) ».
Cela semble être une pratique courante que de modifier le nom de baptême en fonction des nécessités successorales. Geoffroy de Vigeois en fournit un autre exemple très éclairant : de la descendance escomptée des deux co-vicomtes de Limoges Adémar IV et Guy IV, il ne subsista qu'un fils d'Adémar IV, nommé Boson au baptême, mais qui, se retrouvant unique héritier de la vicomté de Limoges, fut appelé dès lors Adémar (V). Le chroniqueur est particulièrement explicite sur ce cas : « Ademanes (IV), de Margarita, filia Raimundi de Torena..., genuit Bosonem qui postea eo quod erat solus, Ademarus (V) apellatus est. » (I 47) ; « Ademaro (IV) superstes remansit unicus filius quam Bosonem nuncupaverunt qui Bosoni (II) de Torena patruo eum succedere praeoptarunt. Quod aliter Raymundo (II) invalescente contingere cementes, Ademarum (V) potius ilium appellari censuenmt. » (I,53). Le vicomte de Turenne, Boson II, oncle du jeune Boson-Adémar par sa sœur Marguerite, est en effet mort prématurément en 1143, alors que son propre fils Raymond (II), qui allait lui succéder, n'était pas encore né.
Au XIVe siècle, on a encore l'exemple d'un Jean qui succède à Guichard II, seigneur de Treignac, sous le nom de Guichard (III) (Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval).

30 G.V., I, 25.

31 Ibidem.

32 G.V., I, 25,37, 41.

33 G.V., I, 41 : « Archambaldus (V), Combornensem honorent obtinens, de Jordana genuit... ».

34 À la période à laquelle naît ce Guy, devenu vicomte de Comborn en 1277, le lignage des vicomtes de Limoges comptait déjà cinq vicomtes dénommés « Guy » ; le premier était apparu à la fin du Xe siècle.

35 Voir le Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval. C'est le nom de « Jean » qui semble devenir le marqueur du nouveau lignage après Guichard, l'acheteur de la vicomté de Comborn ; et jamais aucun « Archambaud » ne figure même parmi les cadets.

36 Par ex. Cart.Uzerche, 40 (Arch. I), 400 (Ebles), 496 (Arch. Il), 837 (Arch. III), 465 (Bernard I) ; Cart. Tulle, 90 (Arch. I), 335 (Ebles), 139 (Bernard I) ; Cart. Obazine, 16 (Arch. IV).

37 Par ex. Cart. Obazine, 236 (Arch-V), 650 (Arch. VI) ; Cart. Dalon, 743 (Arch. V), 1001 (Arch. VI) ; Cart. Glandier, Al (Arch. VI), A14 (Arch. VII).

38 Voir par exemple les notices publiées à la fin du Cartulaire de Tulle, éd. Champeval citée, ainsi qu'à la fin du Cartulaire d'Obazine, éd. Barrière citée.

39 G.V., I, 23.

40 Cart. Tulle, 345, 46, 88, 290.

41 Idem, 344 : « Ego Ebolus vetulus de Comborn... ».

42 G.V., I, 25, 41, 45 : « De Archambaldo barbato... », « Gaucelinus accepit Beatricem filiam Archambaldi barbati ».

43 G.V., 1,41.

44 Cart. Tulle, 90 ; mais aussi Cart. Limoges, 7 (pour Rotilde), Cnrf. Uzerche, 475 (pour Béatrice), Cart. Obazine, 16 (pour Humberge-Brunissende), Cart. Dalon, 743 (pour Jordane).

45 Cart. Uzerche, 399. Trois autres cas de désignation des épouses faisant suivre le nom d'un surnom précisant le lignage d'origine peuvent être retenus : celui de Pétronille de La Tour (Cart. Tulle, 318), seconde épouse du vicomte Bernard I ; celui d'Almodis de Montbron (Cart. Tulle, 347) ; et celui de la mère de la vicomtesse Ermengarde-Garcille, qui, bien que mariée à Hugues de Coursou, est toujours désignée par référence à son lignage d'origine : Aïna de Barmont (Cart. Uzerche, 97, 939, 966).

46 Cart. Dalon, 1013.

47 Par ex. Cart. Tulle, 260 (pour Rotberge), ou Cart. Uzerche, 966 (pour Ermengarde).

48 Par ex. Cart. Obazine, 267 (pour Humberge-Brunissende), ou Cart. Glandier, B 56 (pour Marguerite, seconde épouse d'Arch. VII).

49 G.V., I, 25.

50 Idem, 24.

51 Idem, 25.

52 Cart. Uzerche, 97, 399.

53 Des analyses de ces actes (extraites de BN, ms lat. 17 117) ont été éditées dans A Sohn, Der abbatial Ademars von Saint-Martial de Limoges (1063-1114), Munster, 1989, no 23, p. 316, et no 30, p. 354.

54 G.V., 1,25.

55 Idem, 41.

56 Ibidem..

57 Cart. Uzerche, 971.

58 Par ex. Cart. Vigeois, 233 ; Cart. Dalon, 1013 ; Cart. Obazine, 16, 267.

59 En 1081, « Unta, uxor Rigaldi de Carbonieras... » fait une donation à laquelle souscrivent ses frères : Archambaud le vicomte, Ebles et Bernard, et sa mère, Rotberge (Cart. Tulle, 426). En 1129, Archambaud IV fait une donation, « atestante... Beatrice sorore sua » (Cart. Uzerche, 705).

60 G.V., I, 41. La dénomination de chacun des époux : Gaucelin de Pierrebuffière, Hélie Flamenc, Olivier de Lastours, Hugues de Chalon..., comporte toujours le nom suivi du surnom lignager, ce dernier étant celui des deux éléments que le généalogiste tient à mettre en valeur.

61 Ibidem. La remarque précédemment faite pour la dénomination des époux s'applique également ici et se renforce encore, car, outre Guy « vicomte d'Aubusson », Pierre-Bernard de La Porcherie, Raoul d'Escorailles, on a aussi des formules légèrement différentes ; en effet, lorsque l'époux, soit est un cadet, soit n’a pas encore succédé au père, la formule qui le désigne est du type : « Bertrand, fils de Géraud de Malemort » ; son propre nom peut même parfois être omis : « Pétronille épousa le fils de Gaubert de Malemort ».

62 J. Nadaud, Nobiliaire, op. cit., p.405-406, et Manuscrit dit de 1752, éd. Champeval : à la génération 10, ils donnent pour filles à Archambaud VII : Brunissende, Gayssa, Guicharde, Agnès, Marie, Dalmasie et Isabelle ; quatre de ces noms, on le voit, appartenaient déjà au lignage.

63 B. Barrière, « Nom, prénom et aristocratie », dans Léonard, Marie, Jean et les autres. Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Paris, 1984, p. 33-42.

64 Le tableau ci-dessous se veut exhaustif jusqu'à la génération 12 :

Nom

Génération

Aïeule de référence

Ildéarde

Archambaud II

épouse du 1er Archambaud

Béatrice

Archambaud IV

1ère épouse d'Ebles le Vieux

Béatrice

Archambaud V

1ère épouse d'Ebles le Vieux

Garcille

Archambaud VI

1ère épouse de Bernard I

Pétronille

Archambaud VI

2de épouse de Bernard I

Brunissende

Guy

épouse d'Archambaud IV

Guicharde

Guy

épouse d'Archambaud VI

Marie

11

1ère épouse d’Archambaud VII

Blanche

Archambaud IX

épouse de Bernard III

Marguerite

Archambaud IX

2de épouse d'Archambaud VII

65 Cart. Uzerche, 31,47.

Notes de fin

1 Abréviations utilisées : cart., pour cartulaire ; G.V., pour la Chronique de Geoffroy de Vigeois.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site