Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les récits généalogiques comme sources d'études anthroponymiques

Les leçons d'une généalogie auscitaine des xie et xiie siècles

Benoît Cursente

Texte intégral

  • 1 Cartulaires du Chapitre de l’église métropolitaine Sainte Marie d'Auch. Cartulaires Noir et Blanc,(...)
  • 2 R. Averkorn, Le chapitre métropolitain de Sainte-Marie d'Auch (1050-1191) : structure interne et r (...)
  • 3 B. Cursente, Étude sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre mé (...)

1Depuis longtemps connus, exploités, et publiés, les petits cartulaires du chapitre métropolitain de Sainte-Marie d'Auch ont récemment fait l'objet d'un regain d'intérêt1. Raphaëla Averkorn les a utilisés pour examiner la structure interne et le recrutement social du chapitre2, et nous les avons mis à contribution pour tenter de restituer l'évolution des formes anthroponymiques en Gascogne3. Comme tous les autres historiens qui ont eu entre les mains ce document, notre attention a été attirée par le caractère insolite, dans le cartulaire Noir, de l'acte no°108 de l'édition. Placé sous le titre De alia Era, il détaille une longue généalogie s'étendant sur sept générations. Ce document, qui correspond exactement à la période d'émergence et d'affirmation du système de dénomination à deux éléments, présente pour notre propos un intérêt d'autant plus exceptionnel qu'il ne concerne nullement une famille de la haute aristocratie. Disons-le sans ambage, il nous a au premier abord inspiré une certaine méfiance. Les mariées de cette généalogie ne seraient-elles pas, en quelque sorte, trop belles ?

I

  • 4 Cf. planche 14 du fascicule de tableaux généalogiques.
  • 5 L'auteur de la génalogie justifie son entreprise à la fin de l'acte : Denique sciendum est quam ho (...)
  • 6 Le fond de l'affaire, qu’il n'y a pas lieu de développer davantage ici, est loin d'être limpide ; (...)
  • 7 AD Gers, G 16, fo 129r° à 132r° ; nous n'avons relevé que quelques menues erreurs, qui ne remetten (...)

2Le document se présente comme une généalogie en forme descendante4 (genealogia), qui a été réalisée avec grande diligence5. Elle est destinée à établir irréfutablement les droits du chapitre sur une terre franche (francdad) du nom de Zaera, ou La Era, qui avait été primitivement donnée à deux frères, Asimance et Etienne, et qui s'est ensuite trouvée « distribuée » et « dispersée » parmi leur descendance6. Par un véritable travail d'historien, l'auteur de la notice s'est attaché à restituer la suite des noms (nomina), et l'enchaînement d'alliances et de dévolutions qui a eu pour effet d'obscurcir les droits du chapitre. Après avoir tout d'abord vérifié que la lecture de l'éditeur ne comporte aucune erreur dommageable7, nous avons dressé un catalogue des difficultés d'interprétation et des biais possibles :

  1. Le document ne comportant aucune précision de datation, comment situer cette liste de noms dans le temps ?
  2. Comment l'auteur de la généalogie a-t-il conçu et réalisé son travail ? De quels moyens d'investigation disposait-il (mémoire orale, chartes écrites) ? Dans un excès de zèle et pour la bonne, cause n'a-t-il pas été tenté d'inventer quelque chaînon manquant de son cru ? N'a-t-il pas, à l'inverse, omis le nom de certains personnages, dont il n'aurait pas connu l'existence ou reconnu l'utilité pour son enquête ?
  3. Quel est le rapport des noms avec la réalité ? S'agit-il des noms qui furent vraiment donnés aux différents personnages en leur temps ? Ou bien ceux que la tradition leur a attribués (Stephanus abbas) ? Ou encore ceux que l'historiographe leur attribue sous l'influence des usages de sa propre époque ? Dans quelle mesure l'élément complémentaire — notamment celui de Zaera — est-il donné en fonction, non pas d'un usage anthroponymique effectif, mais de son utilité pour l'enquête ?
  • 8 Le cartulaire d'Auch se caractérise par le nombre élevé d'actes dépourvus d'éléments de datation, (...)
  • 9 Cartulaire Noir (désormais abrégé en CN), acte no°91 « De Bera de Sa Era et filiis earum » : vente (...)
  • 10 CN, no°65 : Pontius Antonii figure parmi les témoins d'une ordonnance, dépourvue d'éléments de dat (...)
  • 11 CN, no°57 : Forto de sa Capera fait partie des chanoines qui sont témoins d'une donation d'une vig (...)
  • 12 CN, no°22 (Stephano Beg) ; 33 (décembre 1088 : archidiaconus Stephano) ; 57 (Stephanus Bego) ; la (...)
  • 13 Respectivement CN, no°89 : Sancius (enim) Beg et Guasen uxor ejus, et CN, no°13 « Sancius Beg », q (...)

3Le fait que plusieurs de ces personnages aient été membres, parfois éminents, du chapitre, permet d'apaiser un premier souci d'inquiétude : le rédacteur de la généalogie a commodément disposé d'une grande abondance de sources, tant écrites qu'orales. Ce même fait nous permet aujourd'hui d'effectuer rapidement nombre de vérifications, en consultant les actes où ils interviennent en tant qu'acteurs ou témoins. Et tout d'abord, il est possible de situer à peu près bien dans le temps les éléments de cette généalogie8. Pierre, ultime chaînon de la descendance d'Etienne « l'abbé », ne se retrouve pas ailleurs dans cartulaire. Par contre, son père Bernard et sa tante Salveta figurent, en compagnie de leurs propres parents, Bella et Enard de Saera, dans deux actes, dont l'un est conclu sous l'autorité de Guillaume II d'Andozille, qui a occupé le siège archiépiscopal d'Auch entre 1126 et 11709. À la génération précédente, Poncius Antonius est l'un des témoins d'une charte non datée, mais très sûrement datable de l'année 113710. Dans la rangée supérieure, sous la forme Forton de Sa Capera, Forto de Sa Era est solidement attesté comme chanoine dans les ultimes années du XIe siècle11. Le personnage le plus connu de cette génération est cependant Etienne Beg, archidiacre entre 1088 et 110612. Son père est le cellerier Sanche Beg qui intervient en compagnie de sa femme Guasen du vivant de saint Austinde (mort en 1068), puis dans un acte daté par l'épiscopat de son successeur sur le siège archiépiscopal, Guillaume I de Montaut (1068-1096)13. Avec la seule garantie de la vraisemblance, on peut dès lors situer l'activité d'Asimance et Etienne l'abbé, non attestés par ailleurs, vers le milieu du XIe siècle ou un peu avant.

  • 14 Les lignes les plus suggestives sur cette importante question qui attend d'être renouvelée sont du (...)

4Nous avons envisagé l'hypothèse hypercritique selon laquelle ils auraient été « fabriqués » comme fondateurs d'un droit, et situés, hors d'atteinte de la mémoire familiale, à l'époque qui précède l'organisation du chapitre, et donc de ses archives. Notre conviction est finalement qu'on doit faire l'économie d'une telle spéculation. Nous verrons que ces noms sont, au plan de l'anthroponymie, parfaitement vraisemblables. Sur le fond, l'existence d'un « abbé » dans les décennies suivant l'an mille est à replacer dans la vaste perspective des « abbés lais » des pays pyrénéo-gascons, héritiers du système carolingien, qui, plus au sud vont se perpétuer jusqu'au delà du Moyen Âge14. Patrons d'églises et de dîmes, ils constituent une aristocratie non militarisée qui vit de ses domaines et de la rente ecclésiale. Tel semble bien être, adapté au cadre de la cité et à la présence d'un évêque, le profil de cette lignée de personnages. Riches propriétaires fonciers, pères de famille avisés, et actifs hommes d'église, ils vivent en symbiose avec le chapitre dans un climat rien moins que « grégorien », en ce sens qu'aucune ligne de partage ne sépare nettement les clercs et les laïques (ce qui, notons-le en passant, oblige à poser en d'autres termes la question de la discrimination anthroponymique entre ces deux états).

  • 15 CN, no°13 (v. ci-dessus, note 12).
  • 16 CN, no°10, « De Zaera » : donation d'une vigne par un Arnaud de Zaera, avec Bertrand Beg pour gara (...)

5Si, au nom de la certitude ou de la simple vraisemblance, l'historicité des maillons successifs de la généalogie ne peut pas être mise en doute, il est certain que ce document se ressent des objectifs qu'il sert et des choix de l'auteur qui en ont découlé. Les nomina ne sont utiles que dans la mesure où ils sont des jalons actifs dans la légitimation des droits. C'est ainsi qu'on peut, probablement, interpréter la pauvreté onomastique de la descendance d'Asimance, qui est, manifestement, une branche morte. Ce qui nous incline à le croire est l'exemple du frère de Guasen, sans descendance et appelé dans la généalogie simplement Raimond. Or, dans un autre acte, il apparaît comme le beau-frère de Sanche Beg (cognatus), qui répond au nom de Raimundus Stephani15. Sans cette possibilité de croisement, le système du nomen paternum n'apparaissait pas dans la généalogie avant le XIIe siècle avec les Poncii Antonii. S'il s'était agi d'une fille, cet enfant d'Etienne aurait sans doute pris place parmi les multiples sorores anonymes de la généalogie. Enfin, on ne peut exclure que ce document passe sous silence tel personnage, voire telle branche, qui, pour des raisons inconnues n'était plus porteurs de droits sur la terre de Zaera16.

6Notre généalogie donne donc une vision sélective ou simplifiée des pratiques anthroponymiques. Dans quelle mesure son auteur aurait-il péché en sens contraire en prêtant aux personnages un système de dénomination plus complet que celui qui fut effectivement le leur ? Le recoupement des informations tourne cette fois totalement à son avantage. Il n'est pas une occurrence qui, dans les actes, révèle un système de désignation de moindre complexité. Si on devait pondérer la vision des faits que la généalogie suggère, ce serait donc plutôt, légèrement, dans le sens d'un vieillissement du système à deux éléments.

II

  • 17 Cf. ci-dessus, note 3.

7Les enseignements anthroponymiques de cette généalogie ne prennent de sens que confrontés aux résultats du dépouillement général des données des cartulaires d'Auch, précédemment réalisé17. On peut ainsi les résumer : identité profonde des deux éclairages, et accentuation de certains reliefs par la généalogie, qui met au surplus au jour quelques lignes de force restées peu visibles.

81) La généalogie montre, sous la forme d'une image concrète, les principaux traits de l'évolution des formes anthroponymiques que la méthode statistique restitue au moyen de tranches abstraites. Fondamentalement, il y a identité entre les deux éclairages.

  • Les deux noms les plus anciens sont parfaitement représentatifs de la situation qui prévalait vers l'an mille en Gascogne : respectivement un nomen unique, Stephanus suivi d'une désignation complémentaire (abbas), et un autre qui résulte de la fusion de deux nomina paterna (Arsi + Mancius), dont le premier est d'origine basque ;
  • La deuxième génération, vers 1050-1060, est marquée par l'irruption du cognomen en forme de sobriquet (phénomène noté par ailleurs pour l'aristocratie) : Beg (« beau »), Penicon (« courte-queue ») ;
  • Vers la fin du XIe siècle, le système nomen + cognomen, sous des formes diverses, est dominant. Le recours au surnom toponymique est conquérant : la seconde fille d'Etienne est entrée dans une famille qui pratique vraisemblablement le système du nomen paternum. Or, son fils Forton, qui porte encore le nom de son grand-père, est désigné par le nom de la terre de Saera qui transmis par sa mère, et c'est ce cognomen qu'il transmettra ;
  • Dans la première moitié du XIIe siècle, les cognomina de Beg et de Saera fonctionnent comme patronymes héréditaires, et on observe qu'à la seconde génération le second est transmis par une femme, Aricsens ;
  • Ces cognomina fonctionnent même comme noms de famille, puisqu'ils sont portés par une fratrie (Wilelmus de Sa era et Bella de Sa Era). Mieux, Henard, le mari de Bella l'adopte comme patronyme ;
  • Dans le même temps, certaines familles continuent de recourir au nomen paternum. C'est le cas des Pontii Antonii. Or, dans la première moitié du XIIe siècle, un tournant s'opère, puisque remarque l'auteur de la généalogie, tous les enfants de Pontius Antonius ont pour cognomen Poncii, véritable nom de famille.

92) Si la généalogie ne contredit pas l'éclairage des donnés statistiques, elle permet de donner du relief à certains faits, de mettre au jour quelques lignes de force insoupçonnées et d'approfondir la réflexion critique.

  • Cette généalogie nous oblige à penser l'anthroponymie en dehors des catégories, forcément réductrices, adoptées pour les comptages d'occurrences (hommes et femmes, clercs et laïcs, nobles et roturiers). Nous nous trouvons ici au cœur même de l'ambiguïté qui caractérise le milieu urbain à ses origines médiévales, et que l'équipe d'Azay-le-Ferron n'est pas parvenue à mettre en grille. Plusieurs auteurs ont parlé de « bourgeois » à propos des Beg et des Saera : c'est un peu réducteur, comme il a déjà été dit. Nous sommes en effet en présence au départ, aux alentours de l'an mille, de descendants d'une ancienne oligarchie urbaine, pourvue de revenus ecclésiaux et richement possessionnée en terres. En déroulant la généalogie, nous voyons comment elle se perpétue, en symbiose avec le chapitre réformé, et donc avec les représentants de la famille comtale et de l'aristocratie rurale militarisée qui colonisent cette puissante seigneurie collective ;
  • Replacée dans ce contexte d'un compromis social, la généalogie des Sa Era restitue, de façon concrète, ce que fut, dans ces années d'expérimentation et de tâtonnements, le fulgurant triomphe et l'immédiate solidité du système de désignation moderne des individus. En deux générations le basculement est consommé. Etienne « l'abbé », la référence originelle, est celui où, anthroponymiquement parlant, s'achève un vieux monde. À Étienne succèdent les fondateurs d'une ère nouvelle. Au XIIe siècle coexistent un mode de désignation à deux éléments clairement majoritaire, et des réajustements plus ou moins radicaux (ainsi dans la lignée des Pontii Antonii) ;
  • Cette généalogie nous oblige à réévaluer le rôle des femmes dans la transmission du cognomen. Celui de Sa Era se fait trois fois per ventrem : la bâtarde d'Étienne, puis sa petite-fille Aricsens, enfin Bella, qui l'impose à son mari Henard ;
  • Nous attendions beaucoup de cette généalogie pour mettre au jour certains facteurs anthropologiques des choix de noms, que la méthode statistique ne peut appréhender. Nos espoirs ont été, dans une certaine mesure, déçus : à aucun moment, par exemple, on ne peut saisir une éventuelle emprise des oncles. Malgré son ampleur, la généalogie des Sa Era reste sans doute trop incomplète pour se prêter aux questionnements de l'ethnologue. Par contre, par l'exceptionnelle profondeur du champ chronologique qu'elle recouvre, cette généalogie fait apparaître des récurrences conduisant à s'interroger sur l'idée, généralement admise, de la brièveté de la mémoire généalogique des familles18. Il se trouve que, par chance, le personnage primordial de cette généalogie s'appelle Etienne, un nom rarement porté en gascogne. On peut ainsi observer que le souvenir de cet ancêtre fondateur reste présent durant près d'un siècle dans les choix anthroponymiques : nomen paternum de son fils Raimond19 ; nomen d'un de ses petits-fils ; nomen, à nouveau, deux générations plus tard, du seul enfant d'une progéniture à être dépourvu de cognomen, comme si Étienne avait conservé une valeur identitaire suffisante. Les Saera du début du XIIe siècle sont certainement incapables de restituer leur arbre généalogique, mais ils ne paraissent pas ignorer qu'au début de leur aventure commune était un certain Étienne « l'abbé ». L'autre fondateur est Sanche Beg, gendre du précédent, qui a connu un destin brillant au sein du chapitre : son nomen, donné à un de ses fils, ne sera plus repris ; par contre son cognomen va devenir celui d'une lignée ;
  • Nous avons lavé l'auteur de la généalogie du soupçon d'avoir complété a posteriori les formes de désignation. Par contre, nous persistons à nous interroger sur le rôle joué par le chapitre dans la rigidification de certains surnoms. D est une coïncidence qui, à nos yeux, n'est peut-être pas fortuite : celle de l'organisation de la seigneurie capitulaire et du moment où la terre de Saera, propriété éminente de l'église, alors échue à une femme — qui plus est une bâtarde — s'impose comme cognomen. Au bout de la question anthroponymique, encore et toujours, celle de la société et des pouvoirs...

10L'étude de ce document, que nous nous sommes borné ici à exploiter au plan onomastique, reste donc ouverte. Son caractère exceptionnel, à tout le moins en Gascogne, appelle d'autres recherches. Nous pensons avoir simplement illustré un fait d'évidence : la connaissance de l'évolution anthroponymique, indissociable d'une meilleure compréhension de l'histoire sociale, passe par le recours simultané à plusieurs méthodes et à plusieurs sources, au rang desquelles figurent, en bonne place, les généalogies.

Notes

1 Cartulaires du Chapitre de l’église métropolitaine Sainte Marie d'Auch. Cartulaires Noir et Blanc, Archives historiques de la Gascogne, 2e série, fasc. 3 et 4, éd. C. Lacave-Laplagne Barris, Paris-Auch, 1899. La Cartulaire Noir comporte 174 actes, et le Cartulaire Blanc (qui concerne surtout le XIIIe siècle), seulement 82.

2 R. Averkorn, Le chapitre métropolitain de Sainte-Marie d'Auch (1050-1191) : structure interne et recensement social, dans Études d'histoire du droit médiéval en souvenir de Josette Metman, Mémoires de la Société pour l'Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignbons, comtois et romands, 45e fasc. (1988), p. 11-25.

3 B. Cursente, Étude sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre métropolitain de Sainte Marie d'Auch (XIe-XIIIe siècles), dans Genèse médiévale de l'anthropnymie moderne. Études d'anthroponymie médiévale. Ie et IIe Rencontres, Azay-le-Ferron, Tours, 1990, p. 143-178.

4 Cf. planche 14 du fascicule de tableaux généalogiques.

5 L'auteur de la génalogie justifie son entreprise à la fin de l'acte : Denique sciendum est quam horum omnium qui ex Asimancio et illius fratre Stephano descenderunt, genalogia et nomina tanta diligentia prosequiti sumus, ut manifestum fiat universis quod in tota terra de Zaera non habet ullus hominum, neque comes, rectum aliquod, nisi habitatores tarnen Sancte Marie...

6 Le fond de l'affaire, qu’il n'y a pas lieu de développer davantage ici, est loin d'être limpide ; le titre même de l'acte (De alia Era), l'allusion au fait que primitivement existaient dua Era, incitent à croire à l'existence d'un ou plusieurs actes non transcrits dans le cartulaire. Les variantes de ce nom de lieu sont quelque peu déroutantes : Zaera, Saera, La Era, Ipsa Era, Sa Capera (acte 57). Seul s'explique clairement l'hésitation entre le S et le L initial : l'article gascon s'est formé à la fois à partir de illa et de ipsa. Par contre, nous sommes réticent à admettre, ainsi que le suggère l'éditeur du cartulaire, que la forme Laera dériverait, par amuissement des consonnes intervocaliques, d'un Lacapera (soit La Chapelle). Cette dernière forme peut constituer plutôt une interprétatio tardive.

7 AD Gers, G 16, fo 129r° à 132r° ; nous n'avons relevé que quelques menues erreurs, qui ne remettent pas en cause la structure anthroponymique.

8 Le cartulaire d'Auch se caractérise par le nombre élevé d'actes dépourvus d'éléments de datation, ce qui oblige à rechercher des fourchettes les plus resserées possibles. Pour la datation des épiscopats, nous avons utilisé, à défaut d'étude plus récente, les données de la Gallia Christiana ; pour la chronologie des comtes de Fezensac, J. de Jaurgain, La Vasconie, t. 2, Pau, 1902, p. 133-155, et R. Mussot-Goulard, Les princes de Gascogne, Marsolan, 1982, passim.

9 Cartulaire Noir (désormais abrégé en CN), acte no°91 « De Bera de Sa Era et filiis earum » : vente de terres par Bera de sa Era, son mari Henardus, et leurs deux enfants Bemardus et Salveta « in manu Wi archepiscopi Auscitani » ; acte no°104 « De Enardo de Saera et de Bera uxore ejus » : vente d'une terre par Henardus de Saera, avec sa femme Bera et les enfants précités (aucun indice de datation).

10 CN, no°65 : Pontius Antonii figure parmi les témoins d'une ordonnance, dépourvue d'éléments de datation, de l’archevêque Guillaume II, à l'issue d'un concile provincial auquel assistent les suffragants ; le recoupement des différents épiscopats aboutit à l'anée 1137.

11 CN, no°57 : Forto de sa Capera fait partie des chanoines qui sont témoins d'une donation d'une vigne consentie par le comte Astanove au moment de partir à Jérusalem ; la datation de l'éditeur, 1097, est trop abrupte (les points fixes extrêmes sont 1096 et 1102).

12 CN, no°22 (Stephano Beg) ; 33 (décembre 1088 : archidiaconus Stephano) ; 57 (Stephanus Bego) ; la résolution des diverses données conduit R. Averkom (op. cit., p. 13), à proposer comme terminus ad quem la date de 1106, qui nous paraît vraisemblable.

13 Respectivement CN, no°89 : Sancius (enim) Beg et Guasen uxor ejus, et CN, no°13 « Sancius Beg », qui livre la composition de la famille : Denique Sanc Beg cellerarius archiepiscopi dedit filium suum Santionem nomine, sancte Marie in canonicum (...) et post mortem suam aliam terram quam habebat in pignore de Raimundo Stephani cognato suo (...), post obitum vero suum (...) uxor ejus (...) dimisit medietatem predicte terre (...) tarn ipsa quam filii ejus Stephanus et Bertrandus ; cet acte est daté par le pontificat de W(illelmus), soit Guillaume de Montaut.

14 Les lignes les plus suggestives sur cette importante question qui attend d'être renouvelée sont dues à Ph. Araguas, « Mottes seigneuries et abbayes laïques en Vic Bilh », dans Actes du 104e Congrès national des Sociétés savantes, Philologie et Histoire, Bordeaux 1979 (paru en 1981), t. II, p. 5-14.

15 CN, no°13 (v. ci-dessus, note 12).

16 CN, no°10, « De Zaera » : donation d'une vigne par un Arnaud de Zaera, avec Bertrand Beg pour garant ; cet Arnaud est absent de la généalogie.

17 Cf. ci-dessus, note 3.

18 On sait, grâce notamment à G. Duby, qu'habituellement la mémoire généalogique des grandes familles aristocratiques ne dépassait guère trois générations. Notre généalogie roturière, dont il n'existe pas ailleurs de nombreux équivalents, du moins à notre connaissance, serait donc exceptionnelle à double titre.

19 Ce nomen paternum étant il est vrai attesté par un autre acte, on l'a vu.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site