Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les récits généalogiques comme sources d'études anthroponymiques

Trois siècles de dénomination aristocratique portugaise d'après la littérature généalogique

Robert Durand

Texte intégral

  • 1 Portugaliae Monumento Historica, nova série, vol. I, Livros Velhos de Linhagens, éd. Joseph Piel e (...)

1Le Portugal possède sans doute la littérature généalogique médiévale la plus abondante et la plus fiable de toute l'Europe. Il nous est, en effet, parvenu, en totalité ou en partie, le texte de trois Livres de lignages composés entre 1280 et 1380 et édités sous les titres suivants : Livro Velho de Linhagens, Livro de Linhagens do Dedo et Livro de Linhagens do Conde D. Pedro. Ce sont du moins les titres retenus dans l'édition la plus récente, celle de Joseph Piel et de José Mattoso, qui constitue un outil de travail d'une exceptionnelle qualité1.

  • 2 J. Mattoso, L.V., introduction, p. 13-14.

2J'ai choisi de m'intéresser, pour observer les modalités de la dénomination, au plus ancien d'entre eux, le Livro Velho (L.V.), composé avant 1290, probablement par un membre de la famille de Maia, l'un des cinq grands lignages qui ont dominé le pays aux XIe et XIIe siècles. L'auteur semble, par ailleurs, lié au monastère de Santo Tirso où il a pu puiser une partie de sa documentation2. Le prologue du Livre annonce la présentation des cinq lignages considérés comme les plus importants du pays, mais dès le milieu du XVIe siècle le manuscrit était amputé des trois derniers lignages et d'une partie du second. Seule est complète la présentation de la famille des Sousa par laquelle commence l'auteur.

Contexte et méthode

  • 3 J. Mattoso, Ricos-homens, infanções e cavaleiros. A nobreza medieval portuguesa nos séculos XIe XI (...)

3Nous pouvons suivre cette famille pendant quatorze générations, entre le milieu du Xe et la fin du XIIIe siècle, et recouper par diverses autres sources les informations fournies par l'auteur. Si l'ancêtre fondateur n'a pas laissé d'autres traces documentaires, les deux représentants de la deuxième génération figurent déjà dans d'autres sources : le « comte Guiçoy » (alias : Vizoi Vizois) confirme une donation en 985 et « Santa Senhorina » a fait l'objet de la rédaction d'une Vita3. À la quatrième génération, Gomes Echegues, probable fondateur du monastère de Pombeiro, est mentionné dans les actes de la pratique des années 1049-1072.

  • 4 ID., Ibid., p. 47-50.

4Cependant l'ascension sociale de la famille ne commence qu'à la cinquième génération, avant 1090, la première dont le principal représentant, Egas Gomes de Sousa, est désigné par le déterminatif de lieu. Au XIIe siècle, les sixième, septième et huitième générations prolongent la trajectoire, assurant l'apogée du rôle politique des Sousa. En effet, on retrouve constamment leurs représentants aux côtés des souverains portugais. Ainsi Mem Viegas est présent auprès du comte Henri de Bourgogne de 1106 à 1111, puis de la « reine » Thérèse de 1112 à 1120 : il gouverne alors, entre autres, la « terre » de Sousa, petite vallée située à une trentaine de kms à l'Ouest de Porto et qui doit son nom à un modeste affluent du Tamega, lui-même affluent du Douro. La septième génération, qui coïncide avec le début de la monarchie portugaise, est la plus brillante. Gonçalo de Sousa vit dans l'entourage du roi Alphonse-Henri. Son frère, Soeiro Mendes o Grosso, reçoit le gouvernorat de la « terre » d'Aguiar de Sousa vers 1120. Ses sœurs, dont la descendance est longuement présentée dans le L.V., s'allient aux lignages les plus prestigieux. Le comte Mendo o Sousão, à la génération suivante, prolonge encore cette situation : on le suit aux côtés du roi Sanche I. Mais c'est le dernier éclat du lignage, éparpillé dès lors entre de trop nombreux rameaux, dont aucun ne réussit à s'imposer, même si beaucoup de fils ou de filles réussissent encore d'honorables mariages4.

5En résumé, l'évolution de la famille des Sousa telle que nous la présentent les actes de la pratique et les sources narratives, passe par trois phases : une difficile éclosion pendant les quatre ou cinq premières générations (jusqu'au dernier quart du XIe siècle) ; un apogée d'un siècle (entre 1090 et 1190) ; un retour à une relative médiocrité au XIIIe siècle.

  • 5 Le nombre de personnes mentionnées est sensiblement plus important : 52 femmes, en effet, ne sont (...)

6L'auteur du L.V. nous livre les noms de 294 personnes issues du fondateur du lignage, soit 186 hommes (63 %) et 108 femmes (37 %). Avec les conjoints et les parents de ces derniers, ce sont 519 personnes qui sont dénommées dans cette généalogie, soit 330 hommes (64 %) et 188 femmes (36 %)5. La répartition par génération laisse apparaître, on s'en doute, d'énormes disparités. Les six premières générations (pour l'essentiel, le XIe siècle) ne fournissent que 26 noms. Les générations sept à dix, au XIIe, 241 ; les quatre dernières, au XIIIe, 252 (dont 151 pour la onzième).

  • 6 J'ai cependant éliminé le D. (domnus, dona) précédant la plupart des noms car son usage échappe à (...)

7La reconstitution des tableaux généalogiques, si elle requiert de la patience, n'offre pas de difficultés, grâce à la qualité de l'édition qui permet, par un système complexe de renvois, de retrouver rapidement le départ des différentes ramifications. Les doubles comptages sont, par ailleurs, assez aisément évités par les remarques mêmes de l'auteur qui, à l'occasion des mariages notamment, signale les personnes déjà rencontrées et dont la descendance est déjà décrite. En revanche, compte tenu du nombre de noms à insérer à partir de la huitième génération, la représentation se heurte à des limites techniques : il a donc fallu procéder à des décrochages pour permettre la lisibilité. Cela d'autant plus que j'ai choisi de faire figurer dans les tableaux la forme exacte des noms telle que fournie par l'auteur, ainsi que les indications de ce dernier concernant la parenté ou la fonction6. Leur lecture nous introduit directement au système de désignation et de dénomination pratiqué par un homme de la fin du XIIIe siècle. Au nom de la cohérence, je n'ai donc pas introduit, par des alias, les autres dénominations d'un même personnage que je pouvais connaître par des sources extérieures, en l'occurrence les actes de la pratique, réputées plus fiables. J'organiserai mes remarques autour de deux thèmes : la nature et la transmission des surnoms ; le renouvellement et/ou la transmission des noms.

8Il faut cependant évoquer, en préalable, la structure de la dénomination. Quelques lignes suffiront, tant le système est transparent. Les dénominations à un seul élément sont rarissimes : elles représentent 4 % chez les hommes et 10 % chez les femmes. Leur répartition entre les différentes générations n'est pas significative. On notera par ailleurs qu'elles affectent souvent des hommes ou des femmes de rang important pour qui le titre (comte, comtesse, évêque, archevêque) tient lieu de surnom. Les dénominations à deux éléments (nom + surnom) sont de loin les plus répandues : elles intéressent 62 % des hommes et 81 % des femmes. Leur répartition chronologique témoigne de la même stabilité que dans le cas précédent : établis par génération, les pourcentages ne s'écartent jamais de la moyenne générale. On constate néanmoins l'important écart séparant hommes et femmes pour ce type de dénomination. Il résulte du fait que plus d'un tiers des hommes sont dénommés par une formulation plus complexe, en général à trois éléments (contre 9 % chez les femmes). L'explication de cette distorsion entre anthroponymies masculine et féminine est peut-être à chercher dans les types de surnoms.

Nature et transmission du surnom

  • 7 R. Durand, « Données anthroponymiques du Livra Preto de la cathédrale de Coïmbre », dans Genèse mé (...)

9Quelle que soit la référence statistique adoptée, il apparaît que les surnoms anthroponymes affectent une proportion écrasante d'individus. Si on retient l'ensemble des personnes dénommées, on observe que 80 % des femmes et 47 % des hommes ont comme seul surnom un anthroponyme. Si, plus logiquement, on élimine du comptage les individus désignés par un seul élément, ce sont 99 % des femmes et 84 % des hommes qui portent, en second élément, un surnom de ce type. Cette généralisation du surnom anthroponyme dans l'aristocratie réflète bien le système de dénomination dominant dans l'ensemble de la société portugaise, comme, plus généralement, dans un grand Ouest ibérique7.

10La littérature généalogique permet d'aller plus loin, puisqu'elle permet de vérifier que ces surnoms anthroponymes sont d'authentiques nomina paterna. En effet, l'auteur dénomme systématiquement, comme on le vérifie aisément sur les tableaux établis en annexe, non seulement les fils et les filles issus de l'ancêtre commun, mais aussi leurs conjoints et souvent les parents des conjoints. Il en ressort clairement que la norme dans le système portugais c'est que les fils et les filles prennent comme surnom le nom paternel. Ce dernier est alors le plus souvent usité à une forme génitivée (Martim, Martins ; Pedro, Peres ; Joāo, Anes/Eanes : Gonçalo, Gonçalves etc.). Quelques noms, cependant, sont transmis sans changement, tels Afonso, Fafes, Garcia, Gil, Gomes...

  • 8 Le chiffre romain renvoie au tableau généalogique de l'annexe ; le chiffre arabe à la génération f (...)

11Cette pratique, qui généralise la transmission du nom du père à l'ensemble des enfants sous la forme du surnom, interdit en revanche la perpétuation de ce dernier. Les contre-exemples sont peu nombreux et relativement ambigus. Ils affectent cinq surnoms anthroponymes transmis d'une génération à l'autre. Il s'agit de Ordonhes (II, 11)8. Teles (Va, 12), Lopes (VIIa, 12), Martins (VII, 13) et Fafes (Vb, 11). Ce dernier est assez exemplaire du processus de transmission. Introduit par alliance à la huitième génération, il disparaît logiquement à la neuvième, pour réapparaître avec force à la dixième, au profit des neuf enfants de Fafes Godins. Mais nous sommes toujours dans le schéma de transmission de nom à surnom. Or à la génération suivante c'est le surnom lui-même qui est transmis à deux reprises : d'abord à l'un des enfants de Rodrigo Fafes (celui précisément qui, comme son père, est prénommé Rui) ; ensuite à l'un des enfants de Soeiro Fafes. Mais l'auteur ne reconnaît de descendance ni à l'un ni à l'autre.

12On notera, en tout cas, que ces rares dévolutions de surnoms anthroponymes interviennent au plus tôt entre les dixième et onzième générations (Fates), donc tardivement. On observera aussi que, mis à part Martins, ces surnoms transmis sont tous formés à partir de noms rares. Enfin, aucune dévolution ne peut être suivie au-delà de deux générations consécutives. De toute manière, nous sommes bien dans un strict schéma de « famille à deux générations » où le surnom ne fournit pas de repères familiaux antérieurs au père, dont le nom, en revanche, porté en surnom par tous les enfants, permet d'identifier sans trop d'ambiguité les frères et les sœurs.

13Il reste que, chez les hommes notamment, quelques dénominations à deux éléments s'expriment par un surnom de lieu ou un sobriquet, et surtout que dans le cadre des dénominations complexes le troisième élément relève aussi de ces catégories. Qu'en est-il de leur transmission ?

14Les exemples de sobriquets transmis ne sont guère plus nombreux que ceux des anthroponymes. J'en ai relevé six : deux (Botelho et Gato) de la dixième à la onzième génération (IIIa et Va) ; trois (Curetelo, Correa et Espinhel) de la onzième à la douzième (Vb, VI et VIII) ; un de la treizième à la quatorzième (Pereira, Vb). Mais, de nouveau, la vérification s'arrête là. En effet, parmi les huit « bénéficiaires » d'un sobriquet hérité, un seul, Garcia Espinhel, fils de Pedro Peres Espinhel, est crédité d'une descendance : or le fils de Garcia Espinhel est appelé Joāo Garcia. Il est probable que la transmission du sobriquet, comme celle du surnom anthroponyme, ne dépasse pas, au XIIIe siècle encore, deux générations.

15Les surnoms formés sur un toponyme se prêtent-ils à une analyse plus instructive ? Moins nombreux que les sobriquets dans les dénominations à deux éléments (16 contre 34 chez les hommes), ils l'emportent en revanche en tant que troisième élément des dénominations complexes (72 contre 39 chez les hommes ; 11 contre 5 chez les femmes). Pour l'ensemble des 330 hommes dénommés, 27 % des dénominations font référence à un nom de lieu. Cela dit, le bilan des surnoms toponymes transmis est tout aussi décevant : seuls quatre d'entre eux répondent à ce schéma, avec des destins différenciés.

16Paio Ribeira (Va, 9) transmet son surnom en 3ème élément à ses enfants, Martim Paes Ribeira et Maria Paes Ribeira. Les quatre descendants de cette dernière perdent le déterminatif de lieu pour ne retenir que le surnom anthroponyme — Sanches —, fondé, il est vrai, sur le nom de leur royal père. Mais Matim Paes Ribeira ne transmet pas davantage le toponyme à l'un ou l'autre de ses cinq enfants, tous surnommés Martins (IIIa, 11). Il faut attendre la génération de ses arrière-petits-fils pour trouver une Maria Mendes Ribeira (au milieu de six frères et sœurs portant le seul surnom de Mendes) (IIIa, 14).

17La transmission de Barbosa obéit peut-être à un schéma plus lisible. Porté par une femme du lignage, Tereja Mendes de Barbosa (V, 8), on ne trouve pas le déterminatif à la génération suivante, surnommée en Sanches (V, 9), du nom du père. Mais il réapparaît à la génération d'après avec Pero Nunes de Barbosa, qui ne le tranmet à aucun de ses cinq enfants, mais seulement à son petit-fils de la branche aînée, issu d'une liaison adultère (V, 12).

  • 9 L'auteur du Livre du Doyen attribue aussi le troisième élément à leur sœur, Orraca Viegas (L.D., p (...)

18Avec Barroso on peut enfin suivre une transmission sur trois générations consécutives. Le toponyme fait son apparition en troisième élément lors du mariage de Chamoa Mendes, l'une des femmes les plus illustres du lignage de Sousa, avec Gomes Mendes de Barroso (VI, 7). Il est porté à la génération suivante par le seul fils mentionné, Egas Gomes Barroso, puis par les fils de ce dernier, Gonçalo Viegas Barroso et Gomes Viegas Barroso (VI, 9)9. Mais aucun des nombreux descendants issus de l'un ou de l'autre n'est ensuite désigné par le toponyme, dont la mémoire semble condamnée.

  • 10 Ibid., p. 100.

19On terminera cet inventaire des éléments toponymes de dénomination transmis, par celui qui a donné son nom au lignage : Sousa. Il apparaît à la cinquième génération, avec Egas Gomes de Sousa et on le suit, transmis de fils aîné en fils aîné jusqu'à la 8ème, avec le comte Mendo o Sousāo (IV, 5-8). L'auteur du Livre du Doyen le mentionne aussi à la dixième génération, avec Mem Garcia (IV, 10), appelé par lui Mem Garcia de Sousa10. Si on rapproche la dénomination du rôle tenu par la famille, on s'aperçoit que les représentants des quatre générations successives portant le nom de la terre qu'ils gouvernent sont aussi les plus actifs et les plus prestigieux à la cour. En revanche, l'abandon de ce qui semblait être un patronyme coïncide avec la dilution du lignage entre de multiples rameaux dont aucun ne réussit à s'imposer. Autrement dit, c'est moins l'importance de la « terre » — on n'ose dire de la seigneurie — de Sousa qui rend compte de la transmission onomastique du toponyme que le prestige conjoncturel de ceux qui la dominent. Or ce prestige, dans un royaume très centralisé, est lié à la proximité du roi. La mémoire du lignage est moins assurée par la surnomination, y compris sous sa forme toponymique, que par la renommée, acquise loin des terres dominées, de quelques-uns de ses représentants. Le nom peut-il suppléer à la relative faillite du surnom ?

Choix et transmission du nom

20Les 330 hommes recensés dans le corpus, entre agnats et cognats, ont disposé pour les trois siècles d'un stock de 42 noms, dont 13 n'ont été portés que par une personne et 5 par deux personnes. Existe-t-il dans ce stock des noms particulièrement prisés par l'aristocratie, des noms marqueurs d'un niveau social ? La réponse passe par la comparaison avec l'ensemble des noms puisés au répertoire des actes de la pratique. Plusieurs approches sont possibles.

  • 11 Dans la région du Bas-Douro, par exemple, Alfonsus occupe la 12ème position dans le palmarès des n (...)

21On pouvait penser, a priori, que les noms portés par les souverains seraient repris assez facilement par l'aristocratie. Il n'en est rien. Le comte Henri de Bourgogne, fondateur à la fin du XIe siècle de la dynastie régnante, n'a pas suscité de mode anthroponymique « française » : on ne relève qu'un seul Henrique, et plus d'un siècle après la mort de l'éponyme (III, 10). Les rois, alternativement prénommés Afonso et Sancho, ne sont guère mieux représentés : Afonso, avec 7 occurrences, toutes du XIIIe siècle, viendrait en 14ème position ; Sancho, avec 6, en 16ème. Et cela bien que des membres de la parentèle puissent se réclamer d'une ascendance royale. Autrement dit, les noms portés par les souverains portugais ne sont pas tabous dans les familles aristocratiques, mais ils sont peu répandus, aussi peu que dans l'ensemble de la société11. Les rois de Castille auraient-ils plus de succès ? On pourrait l'envisager en constatant que Femando/Fernāo arrive en 4ème position. Mais l'usage de ce nom se répand trop tardivement pour qu'on puisse penser à une référence au grand fondateur de la monarchie castillane, Ferdinand le Grand, aïeul de Gomes Echegues, le représentant de la quatrième génération : 17 des 23 occurrences, en effet, interviennent aux neuvième, dixième et onzième générations, c'est-à-dire à un moment de rejet par les Portugais des prétentions hégémoniques castillanes.

22Si on se tourne maintenant du côté du lignage lui-même, on constate que les noms des représentants des trois premières générations (Uffo, Guiçoy/Vizoi, Echega) restent uniques, tandis que Gomes, à la quatrième générations, n'est repris que quatre fois aux XIIe et XIIIe siècles. Mais on sait que les véritables éponymes du lignage apparaissent aux générations suivantes, avec successivement Egas, Mem/Mendo, Gonçalo. Or dans le palmarès d'ensemble ces noms arrivent respectivement aux 13ème, 8ème et 6ème places avec 8,14 et 19 occurrences. Comparé à ce qu'on relève dans les actes de la pratique, l'emploi de ces noms n'a pas a priori de consonnance aristocratique : dans la région du Bas-Douro, Gundisalvus/Gonçalo arrive en seconde position et Menendus/Mendo en 4ème. Il nous faudra cependant scruter de plus près, par une étude qualitative, les bénéficiaires de ces noms.

23Il reste que le nom le plus répandu est Joāo (45 occurrences), suivi de Pedro (37) et de Martim (35). Réunis, ces trois noms leaders affectent 35 % des hommes. Si on y ajoute Fernāo (23 occurrences) et Rodrigo, alias Rui (22), ces cinq noms désignent 49 % des hommes. La concentration du stock s'opère à partir de la onzième génération, c'est-à-dire au début du XIIIe siècle. Elle suit, au prix peut-être d'un léger retard, l'évolution constatée pour les régions de Coïmbre ou du Bas-Douro. De même, l'importance prise par les trois noms chrétiens dominants a son équivalent dans l'ensemble de la société portugaise avec, de nouveau, quelques réajustements. Ainsi Petrus/Pedro, nom leader incontesté dans le Bas-Douro comme à Coïmbre à partir de la fin du XIe siècle, n'arrive ici en tête qu'à la neuvième génération (fin XIIe), pour être définitement dépassé à la génération suivante par Joāo, puis par Martim : le nom le plus répandu dans la société globale n'arriverait donc qu'en 2ème ou 3ème position dans la société aristocratique. Autre nom courant, Pelagius/Paio : avec 12 occurrences, il arrive au 9ème rang, alors que dans les actes de la pratique il se maintient au 2ème ou au 3ème jusqu'à la fin du XIIe siècle. On enregistre donc de légères différences entre anthroponymie aristocratique et anthroponymie roturière, mais ces différences ne paraissent pas significatives, d'autant moins qu'elles devraient elles-mêmes être corrigées par des considérations plus fines de temps et d'espace.

24L'absence de noms incontestablement marqueurs de l'aristocratie n'interdit cependant pas de rechercher des noms marqueurs de lignage, du moins sur une période plus ou moins longue de son histoire. Il nous faut pour cela suivre la dévolution des noms portés par les membres les plus illustres du lignage, de la quatrième à la septième génération. Car si, comme nous l'avons vu, ces noms n'ont pas été repris par un nombre important d'individus, leur dévolution ne peut pas s'expliquer par le seul hasard.

25À ce titre, Gomes, Egas, Mendo et Gonçalo ont suivi des destins différents. Gomes Echegues, à la quatrième génération (I), a transmis son nom à son petit-fils par filiation féminine, Gomes de Pombeiro (II, 6). Celui-ci le transmet seulement à son arrière-petit-fils, Gomes Soares (II, 9), aîné de cinq enfants issus d'un bâtard de Chamoa Gomes, alors moniale à Vairāo. Combinée avec la pratique du surnom anthroponyme, la reprise du nom permet au « marqueur » Gomes d'être présent aux générations 4, 5, 6, 7, 9 et 10.

26Egas Gomes de Sousa (cinquième génération) (I) n'a pas transmis son nom, sans doute parce que sa femme, Goinha Mendes, était issue d'un lignage au moins aussi important que celui des Sousa. La branche issue de Egas Gomes a dès lors privilégié Mem/Mendo comme nom préférentiel. Egas n'est réintroduit que par alliance à la huitième génération et le nom est porté par l'un des petits-fils, Egas Martins, à la dixième, ce qui assure l'alternance Egas/Viegas sur quatre générations successives (VIII).

27Le cas de Mendo est plus significatif. Il apparaît dans le lignage à la sixième génération avec Mendo Viegas de Sousa. Celui-ci reprenait en fait le nom de son grand-père maternel, Mem Gonçalves. À la génération suivante le surnom anthroponyme — Mendes — est porté par tous les enfants, mis à part l'aîné, Gonçalo, dont la dénomination fait référence à la terre gouvernée. Mais il est repris à la huitième génération par le comte Mendo (IV, 8), puis à la l0ème par Mem Gonçalves et par Mem Garcia, fils de Garcia Mendes (IV, 10). Cependant dans cette branche il est déjà supplanté, pour l'aîné, par un autre « marqueur », Gonçalo.

28Gonçalo de Sousa, en effet, qui a pu, lui aussi, emprunter le nom à son grand-père maternel, de la puissante famille des Marnel, transmet son nom à son petit-fils, Gonçalo Mendes (IV, 9), qui réunit dans sa dénomination le nom et le surnom marqueurs. En effet, c'est de nouveau en combinant la dévolution d'un nom avec un surnom anthroponyme qu'une branche aînée se distingue pendant au moins cinq générations.

29Les noms portés par les grands du lignage et régulièrement transmis ne sont pas les seuls à assurer l'identification d'une ramification pendant plusieurs générations. Après le mariage d'Elvira Mendes (Vb, 8) avec Godinho Fafes, la reprise pour leur fils du nom rare Fafes (Fafes Godins) permet de maintenir le nom/surnom Fafes au bénéfice des 9 représentants de la dixième génération, puis de le transmettre comme surnom à deux membres de la onzième. Mais le désir de marquer la famille par un nom n'est cependant pas suffisamment ancré pour imposer une dévolution plus prolongée de ce nom rare et probablement passé de mode.

30Le choix et la transmission des noms féminins font sans doute l'objet d'autres stratégies. Le stock dans lequel a puisé le lignage et ses alliés est de 31 noms. Mais 12 d'entre eux ne sont employés qu'une seule fois et 6 deux fois seulement. Comme chez les hommes, les noms des premières générations ne sont pas repris par la suite. Par ailleurs, l'anthroponymie féminine conserve son autonomie : peu de noms de femmes, mis à part les 17 Sancha, les 6 Estevainha et l'unique Joana, proviennent de la féminisation de noms d'hommes. De plus, la concentration des noms est très forte : presque une femme de l'aristocratie sur 5 (19 %) est prénommée Maria. Les quatre noms les plus portés affectent près de 60 % des femmes (outre Maria, il s'agit de Teresa, Sancha et Orraca). Le palmarès ainsi établi appelle quelque remarques comparatives.

  • 12 O. Rumeur, Les systèmes anthroponymiques dans la région de Coïmbre aux Xe-XIIe siècles, Mémoire de (...)

31Si, comme dans les actes de la pratique, Maria arrive en tête des noms aristocratiques, ses premières mentions y sont plus tardives que dans la société globale : à Coïmbre, les premières femmes prénommées Maria apparaissent environ trois-quarts de siècle plus tôt12. Ce décalage est sans doute en relation avec l'histoire du lignage : c'est à partir du moment où celui-ci perd de son prestige que le nom le plus répandu dans l'onomastique portugaise commence à s'y diffuser. Son succès n'atteindra d'ailleurs jamais les sommets qu'on lui connaît dans la région de Coïmbre où, dès le XIIe siècle, il affecte une femme sur trois.

32On observe également que les trois noms qui suivent Maria dans le palmarès sont trois noms princiers. Le plus significatif est Tereja/Teresa dont le nombre d'occurrences est très proche de celui de Maria (31 contre 34). Peu usité du vivant même de la « reine » Thérèse, fille du roi de Castille Alphonse VI, épouse du comte Henri de Bourgogne, mère du roi AlphonseHenri, le nom se répand très rapidement à partir des dernières décennies du XIIe siècle. Avec respectivement 20 et 17 occurrences, Orraca et Sancha sont plus régulièrement répartis dans le temps, les premières mentions prenant place dès le XIIe siècle. Or dans l'anthroponymie globale du Bas-Douro, Orraca n'arrive qu'en 6ème position, Teresa en 7ème, et Sancia reste un nom rare. Les femmes de l'aristocratie sont donc, semble-t-il, plus facilement « distinguées » par leur nom que les hommes, un nom porté aussi par les familles princières. Cependant, comme chez les hommes, les noms princiers venus de l'étranger, tel Mathilde/Mafalda, ne créent pas de mode onomastique.

33La transmission des noms féminins intéresse peu le lignage. Les noms rares, tel Chamoa, portés par les générations prestigieuses disparaissent presque totalement par la suite. On notera cependant que la seule Chamoa rencontrée après la septième génération est une arrière-petite-nièce, totalement homonyme, de Chamoa Gomes (II, 7 et 10) : on peut admettre dans ce cas un sursaut de la mémoire familiale. Pour les noms communs, comme Elvira, la démonstration est encore plus délicate. On observe ainsi que dans la descendance de Gonçalo de Sousa et de la comtesse Elvira (III et IIIa) le nom est porté par une petite-fille, Elvira Vasques (III, 9), qui le transmet elle-même à deux de ses petites-filles, Elvira Rodrigues de Castro et Elvira Martins (IIIa, 11). Une autre « comtesse Elvira », l'épouse de Soeiro Mendes Facha, transmet également son nom à sa petite-fille, Elvira Garcia (II, 8 et 10). Mais cette pratique de transmission du nom de grand'mère à petite-fille est loin d'être générale : on ne relève aucune Elvira dans la descendance d'Elvira Mendes (Vb).

Bilan

34Les enseignements de cette étude trop parcellaire de la littérature généalogique portugaise sont modestes. Le surnom, parce que le plus souvent anthroponyme, ne joue aucun rôle dans l'identification du lignage puisque, dans le cadre du système du nomen paternum, il n'est pas transmissible. D'où l'intérêt du déterminatif de lieu accolé au surnom dans les dénominations complexes. Car ce troisième élément de la dénomination est susceptible d'être transmis aux générations suivantes aussi bien en second élément, c'est-à-dire comme surnom proprement dit, qu'en troisième. Cependant on s'aperçoit que cette dévolution n'intéresse le lignage, ou telle de ses ramifications, que lorsque celui-ci est au sommet de sa puissance. Dès que son rôle politique s'estompe, en effet, on revient à la pratique du seul nomen paternum, qui condamne sa mémoire.

35Cela dit, la reprise d'un même nom pendant plusieurs générations permet aux petits-fils de porter le même surnom anthroponyme que leur grand-père. C'est donc par la transmission du nom qu'est assurée — de façon bien imparfaite — la lisibilité du lignage. Ainsi le nom masculin, bien qu'il ne soit jamais un marqueur social, peut devenir un marqueur du lignage.

36Chez les femmes, où la concentration du stock des noms est plus importante que chez les hommes, la situation serait plutôt inverse : le choix des noms distingue rarement une famille, mais il s'opère dans un stock où, sans qu'elle en ait l'exclusivité, l'aristocratie puise de préférence.

  • 13 E est'outros nom casant como devem, e casam em pecado, porque nom sabem o linhagem (L.D., p. 61).

37Il reste que le système de dénomination en usage dans l'aristocratie portugaise jusqu'au XIVe siècle au moins, comportait des insuffisances évidentes, rendant notamment opaque la lecture des degrés de parenté. C'est le constat que fait, au milieu du XIVe siècle, le « doyen » anonyme, dans le prologue de son Livre de lignages : « certains ne se marient pas comme ils devraient, mais se marient dans le péché, car ils ne connaissent pas le lignage »13. Toutefois, ce n'est peut-être que le moindre des inconvénients, car le doyen ajoute aussitôt : « beaucoup perdent les droits qu'ils possèdent sur de multiples monastères, de multiples églises, de multiples immunités et de multiples terres, faute de savoir à quel lignage ils appartiennent ». Mais c'est sans doute à ces incertitudes, voire à cette incohérence, du système de la dénomination au Portugal que nous devons l'abondance et la qualité de la littérature généalogique, une source incomparable pour l'histoire de la famille et de la société.

Annexes

Annexe I. I. Premières générations

Les descendances de Sancha Gomes, Gonçalo de Sousa, Soeiro Mendes o Grosso, Gontinha Mendes, Chamoa Mendes et Mendes dos Sousães sont présentées dans le fascicule de tableaux généalogiques (planches 1 à 13).

Notes

1 Portugaliae Monumento Historica, nova série, vol. I, Livros Velhos de Linhagens, éd. Joseph Piel et José Mattoso, Lisbonne, 1980 ; vol. II 1 et 2, Livro de Linhagens do Conde D. Pedro, éd. José Mattoso, Lisbonne, 1980.

2 J. Mattoso, L.V., introduction, p. 13-14.

3 J. Mattoso, Ricos-homens, infanções e cavaleiros. A nobreza medieval portuguesa nos séculos XIe XII, Lisbonne, 1982 (p. 47).

4 ID., Ibid., p. 47-50.

5 Le nombre de personnes mentionnées est sensiblement plus important : 52 femmes, en effet, ne sont identifiées que sous les formes suivantes : fille, fille de, femme de, concubine, petite-fille de, nièce de. Cet anonymat s’amplifie au cours des trois dernières générations, les plus proches de l'auteur, comme si la mémoire des filles avait désormais moins d'importance. L’anonymat, en revanche, n'affecte des hommes qu'à deux reprises.

6 J'ai cependant éliminé le D. (domnus, dona) précédant la plupart des noms car son usage échappe à toute logique reconnue, certains personnages pouvant tour à tour en bénéficier ou en être privés.

7 R. Durand, « Données anthroponymiques du Livra Preto de la cathédrale de Coïmbre », dans Genèse médiévale de l'anthromonymie moderne, Tours, 1989, p. 219-232 ; « Le système anthroponymique portugais (région du Bas-Douro) », (à paraître).

8 Le chiffre romain renvoie au tableau généalogique de l'annexe ; le chiffre arabe à la génération figurant sur ce tableau.

9 L'auteur du Livre du Doyen attribue aussi le troisième élément à leur sœur, Orraca Viegas (L.D., p. 72).

10 Ibid., p. 100.

11 Dans la région du Bas-Douro, par exemple, Alfonsus occupe la 12ème position dans le palmarès des noms (R. Durand, « Système anthroponymique... »).

12 O. Rumeur, Les systèmes anthroponymiques dans la région de Coïmbre aux Xe-XIIe siècles, Mémoire de maîtrise dact., Nantes, 1986, p. 60.

13 E est'outros nom casant como devem, e casam em pecado, porque nom sabem o linhagem (L.D., p. 61).

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site