Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Critique diplomatique et anthroponymie

La transcription des noms dans les actes du Moyen Âge

Franz Neiske

Texte intégral

  • 1 Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout 1993.

1Les chartes nous offrent une des sources primordiales pour la recherche anthroponymique du moyen âge. Les érudits de la diplomatique médiévale1 ont examiné leur extérieur et leur contenu avec une attention particulière. Comme textes juridiques les actes ont normalement conservé — c'est que l'on suppose — les noms de personnes dans leurs formes officielles et authentiques. Grâce aux efforts des chartistes on a développé, dès le temps de Dom Jean Mabillon, une méthode d'examen critique pour mieux analyser le contenu juridique des textes, pour vérifier les énumérations de possessions qui y figurent et pour prouver l'authenticité de l'acte après une étude exhaustive de la datation, de l'écriture ou de la liste des témoins. Malheureusement on n'a pas montré le même zèle pour mieux contrôler la transmission des noms de personnes dans les actes. Est-ce que tous les scribes des originaux ont toujours écrit les noms conformément à l'orthographe de leur époque ? Et les copistes, ont-ils recopié constamment les noms sans modification et déformation dans les siècles divers jusqu'à nos jours ?

2Apparemment il est plus difficile de découvrir la fausse écriture d'un nom propre que de trouver, par exemple, une interpolation textuelle. Les noms propres n'étaient pas toujours compréhensible pour les contemporains parce qu'ils avaient perdu leur sens initial. La faute d'un copiste n'est pas facile à corriger puisque la dénomination des personnes n'obéit pas aux règles de grammaire comme le font les phrases d'un texte. Il existe donc très peu de possibilités de contrôler la qualité de la transmission écrite des noms à travers les époques du moyen âge. L'étude suivante présentera quelques exemples d'une transmission instable qui, grâce à une double conservation des noms, permettent d'être analysé plus profondément.

  • 2 Gérard Michaux, « Une fondation tridentine : la congrégation bénédictine de Saint-Vanne », dans Re (...)
  • 3 Nanceii, apud Henricum Haener, 1782.
  • 4 Cf. l'édition moderne : Matricula religiosorum professorum clericorum et sacerdotum congregationis (...)
  • 5 Gérard Michaux, « Les professions dans la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe aux XVIIe (...)
  • 6 Gaston Charvin, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny 7, Paris 1975, p. 126.
  • 7 Pour les formes transmis par Cluny, cf. la note précédente ; les chiffres, ajoutées aux noms de Sa (...)

3Pour mieux illustrer les changements dans la transmission des noms de personnes, je commence par une époque très récente. Au XVIe siècle la congrégation de Saint-Vanne2 avait renouvelé un système de confraternité entre de nombreux couvents bénédictins de France. Les noms des profès et les noms des morts avaient été échangé d'un couvent à l'autre, comme on l'avait déjà fait au moyen âge. La fameuse « Matricula religiosorum professorum, clericorum et sacerdotum congregationis sanctorum Vitoni et Hydulphi »3, imprimée en deuxième édition4 en 1782, a conservé les noms de tous les membres de la congrégation des derniers deux siècles avant la Révolution5. Quelques noms ont été transmis simultanément au nombre des actes des chapitres généraux de l'ordre de Cluny. Si l'on compare les listes des noms, établie à l'occasion du chapitre de l'an 16606, avec les inscriptions de la « Matricula » la multitude des bizarreries est frappante. Je ne donne ici que quelques exemples7 :

  • 8 Forme utilisée dans la première édition de la matricula en 1727.

Cluny :

Josephus Josselain

S.Vanne (674) :

Josephus Chastellain

Cluny :

Anthonius Violant

S.Vanne (668) :

Antonius Violon

Cluny :

Philippus Liottard

S.Vanne (678) :

Philippus Liétard

Cluny :

Anselmus Kiclerc

S.Vanne (680) :

Anselmus Kiéchler (Kieler8)

Cluny :

Hiacintus Mongerot

S.Vanne (685) :

Hiacintus Mangeot

Cluny :

Joannes Duclos de Fontenoble

S.Vanne (688) :

Joannes Duclos

Cluny :

Claudius de Septville

S.Vanne (694) :

Claudius Josephus Pillot

Cluny :

Alexius Lever

S.Vanne (673) :

Alexius Lebelguillaume

Cluny :

Joannes Placidus

S.Vanne (22) :

Joannes Placidus Collard

Cluny :

Pulchronius Lavignon

S.Vanne (34) :

Desiderius Pulchronius Lavignon

  • 9 Matricula monachorum professorum congregationis S. Mauri in Gallia Ordinis Sancti Patris Benedicti (...)

4Sans évaluer les variations des formes, il suffit de souligner, que le XVIIsiècle a déjà connu la typographie et une administration bien développée au moins dans les institutions ecclésiastiques. Parmi les 32 noms inscrits dans les listes clunisiennes pour l'année 1660 on retrouve quand même les 10 variations révélées ci-dessus. On a déjà fait remarquer cette transmission floue de noms au cours d'une étude comparable : « Pour les noms de famille, la fantaisie avec laquelle ils sont souvent écrits pose quelques problèmes assez irritants », dit l'éditeur de la « Matricula monachorum professorum congregationis S. Mauri », Dom Yves Chaussy9.

  • 10 Franz Neiske, « Concordances et différences dans les nécrologes clunisiens. Aspects d'une analyse (...)

5Ce bilan est tout à fait identique à celui qui concerne les noms transmis dans les nécrologes et obituaires du moyen âge. Comme la plupart des inscriptions dans les nécrologes se réfèrent à des personnes aujourd'hui inconnues, il est impossible de vérifier la graphie authentique de leurs noms. La seule manière de contrôler au moins en partie les dénominations est la comparaison de deux ou plusieurs manuscrits nécrologiques qui ont conservé la mémoire des mêmes personnes. Il suffit ici de renvoyer aux contributions qui s'occupent de la transmission des noms dans les sources nécrologiques10. Ainsi, c'est uniquement la transmission double des noms, qui nous peut servir comme base d'une critique de l'orthographe.

6Bien des chartes du moyen âge ont été conservées plusieurs fois sous leur forme originale et en copies, surtout dans les cartulaires. Elles seront la base de mes observations sur le problème de la transmission des noms de personne et de noms de famille. Le sondage se limite à quelques éditions critiques des privilèges de rois et des bulles de papes, élargi par une série des chartes de l'abbaye de Cluny, fond très dense, contenant nombreux actes en double transmission.

7Beaucoup de copies des chartes citent d'autres personnes que celles nommées dans l'original. C'était très courant au moyen âge pour attribuer la charte à un autre auteur ou pour imiter une autre datation. Dans les bulles pontificales, on retrouve :

  • 11 Papsturkunden 896-1046, hg. von Harald Zimmermann (Österreichische Akademie der Wissenschaften, Ph (...)
  • 12 Papsturkunden 896-1046, no°32, p. 57.
  • 13 Papsturkunden 896-1046, no°208, p. 411. und 209, p. 412. La charte a été attribué à Grégoire V sui (...)
  • 14 Papsturkunden 896-1046, no°221, p. 434.
  • 15 Papsturkunden 896-1046, no°221, p. 434.
  • 16 Papsturkunden 896-1046, no°248, p. 492.

Leonis archiscrinarii

Hugonis archiscrinarii11

Johannis scrinarii

Stephani scrinarii12

Johannes episcopus

Gregorius episcopus13

Benedictus episcopus

Johannes episcopus14

Miloni episcopi

Ratherio episcopo15

Stephani notarii

Josephii notarii16

8Tous les cas cités proviennent d'une nouvelle datation. Grâce à la critique diplomatique nous sommes convaincus que c'est cette altération de datation qui a provoqué le bouleversement de noms de personnes. Pour les actes privés il est plus difficile de résoudre ces problèmes.

9Aussi les privilèges royaux contiennent beaucoup de dénominations différentes :

  • 17 Die Urkunden Heinrichs II. und Arduins (Heinrici II. et Arduini Diplomata) hg. von Harry Bresslau, (...)
  • 18 Die Urkunden Heinrichs II, no°426, p. 542, transmis dans une compilation fautive.
  • 19 Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), publ. par P. Lauer, 2 vol. (C (...)
  • 20 Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie, publ. par Élie Berger, 2 vol. (...)
  • 21 Recueil des actes de Henri II, no°613, p. 223, cf. aussi no°614, p. 223. Le nom Cyrille, mentionné (...)

Hieronymus episcopus

Nicolaus episcopus17

Euerardi episcopi

Chunradi episcopi18

Baliardus major

Othardus major19

Turoldi

Rainoldi20

Guillelmus de Mauge

Cyrillus de Mauge21

10Il est difficile d'expliquer toutes ces divergences dans les noms. Plus faciles à commenter sont les changements suivants comme :

  • 22 Recueil des actes de Henri II, no°528, p. 1005.

11Stephani / Raphonis22

  • 23 Recueil des actes de Henri II, no°164, p. 314.

12ou Romanus / Romoaldus23 dans les bulles ou

  • 24 Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, mis de France (922-936), publ. par Jean DUFOUR (Chart (...)

13Heribertus / Robertus24,

  • 25 Die Urkunden Konrad I. Heinrich I. und Otto I. (Conradi I,. Heinrici I. et Ottonis I. Diplomata) h (...)

14Hattonis / Hugonis25,

  • 26 Die Urkunden Otto des II. (Ottonis II Diplomata) hg. von Theodor Sickel (MGH DD regum et imperator (...)

15Gerbertus / Edbertus26,

  • 27 Die Urkunden Otto des III. (Ottonis III Diplomata) hg. von Theodor Sickel (MGH DD regum et imperat (...)

16Theophanu / Theopanii / Stephanii27,

  • 28 Die Urkunden Konrads des II. (Conradi II Diplomata) hg. von Harry Bresslau (MGH DD regum et impera (...)

17Aribonis / Annonis28

  • 29 Recueil des actes de Louis VI, mi de France (1108-1137), éd. par Jean Dufour (Chartes et diplômes (...)

18Paganus / Agano29

19dans les privilèges des rois. Les petites erreurs d'un scribe pouvaient produire en effet une confusion de personnes, solubles seulement si l'on dispose et profite de l'aide d'une deuxième transmission du texte.

  • 30 Recueil des actes de Henri II, no°56, p. 64s.

20Parmi les chartes, expédiées par Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie, se trouve un bon exemple d'une variante de transmission, dû au fait que l'un des copistes connaissait mieux soit les noms de personnes soit les noms de leurs familles. L'acte d'Étienne, roi d'Angleterre, dans laquelle il reconnaît Henri pour son successeur, énumère beaucoup d'évêques et de comtes anglais dans la liste de témoins. La transmission française et la transmission anglaise se distinguent par la forme de quelques noms30.

Transmission française

Transmission anglaise

Baldewino comite Devonie

Baldewino de Donyngton

Rogero comite Herefordi

Rogero Harfordie

Johanne de Norwic

Johanne de Port

  • 31 Recueil des actes de Henri II, no°95, p. 201.
  • 32 Recueil des actes de Henri II, cf. par exemple no°90 et no°91, p. 197, no°247, p. 394.

21Malheureusement aucune des copies du moyen âge n'a été conservé. Nous ne savons pas, si les éditeurs du XVIIIe siècle, Th. Rymer et J. Dumont, sont eux-mêmes à l'origine de ces différences de forme. Une charte de l'abbaye de Bernai, dressé dans les années 1156-1159, porte, dans sa transmission médiévale, les dénominations fautives31 : Ricardo de Dumis, Constancio, tandis que les auteurs de la collection Moreau ont trouvé la solution suivante : il s'agit de Ricardo de Humetis constabulario, mentionné aussi dans d'autres chartes d'Henri II32.

  • 33 Recueil des actes de Henri II, no 190, p. 321.
  • 34 Cf. Recueil des actes de Henri II, note 1, p. 322s.
  • 35 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, publ. par J. Monicat et J. Boussard (Chartes (...)

22Une dénomination double avait été donnée, soit par les scribes du moyen âge, soit par le copiste du XVIIe siècle, à un certain Reginaldus Espeudri, qui est nommé Rainaldus de Columbariis dans la collection Touraine33. Le surnom de Columbariis se réfère sans doute au lieu dont il est question dans une autre charte de Reginaldus Espeudri34. Mais il demeure indéterminé si les contemporains ont déjà utilisé deux surnoms différents pour désigner Rainaldus. Au temps de Philippe Auguste le seigneur d'Outillé, Guillaume de La Jaille est nommé Willelemus de Jallia, dominus Hostileii, tandis que la copie du XVIIIe siècle transmet tout simplement Vilhelmus de Hostileyo35. Le copiste a donc pris le nom du lieu de la fonction de Guillaume comme nom de famille, en supprimant son ancien surnom.

  • 36 J. Horace Round, Calendar of documents preserved in France illustrative of the history of Great Br (...)
  • 37 Recueil des actes de Henri II, par exemple no 234, p. 381, no 235, p. 383, no 238, p. 386, no 247, (...)
  • 38 Recueil des actes de Henri II, par exemple no 234, p. 382, no 265, p. 413.

23Dans une charte de donation au profit du monastère de Fontevrault la liste de témoins porte Hugone de Lunc Camp, remanié par J. H. Round36 en Hugone de Luci capellano. Vraisemblablement cette solution s'appuie sur le nom de Ricardo de Luci (Lucy, Lusceio) nommé dans la même charte et dans beaucoup d'autres37. Mais il s'agit de Hugo de Longo Campo, mentionné plusieurs fois comme témoin dans les chartes d'Henri II38.

  • 39 Recueil des actes de Philippe Auguste, no°1026, p. 90.
  • 40 Recueil des actes de Philippe Auguste, no°1261, p. 384.

24Une transmission fautive peut être une cause d'égarement pour la recherche anthroponymique. Une charte de Philippe Auguste, confirmant l'affranchissement de soixante et onze serfs, énumère les noms de ces serfs. La copie de Gaignières, prise d'un vidimus, mentionne un certain Willelmus tabernarius, donc un tavernier. Cet indication de profession avait été changée dans une copie du XVIIIe siècle en une combinaison de prénom et surnom : Villermus Fabnarim39. Un Petrus Venator, c'est-à-dire un « veneur », est inscrit dans un cartulaire du XVe siècle comme Petrus Dominator40.

  • 41 Elmar Neuß, « Beobachtungen zu den Siedlungsnamen in Urkunden des Aachener Marienstiftes », dans P (...)

25Un autre type de déformation concerne la transcription des noms de lieu. Dans la même charte sont transmises les formes suivantes : de Ursi Villari / de Uravillari / de Wisivillari comme dénomination d'un même endroit. Les noms de lieu en tant que surnoms touchent aussi l'anthroponymie. Je ne présenterai ici que les résultats d'une étude approfondie soutenue par le philologue Elmar Neuß 41. Pour la région d'Aix-la-Chapelle les noms de lieu ont subi un certain changement de leur graphie : dans les originaux des privilèges du haut moyen âge les noms de lieu ont été stabilisés autour leur forme ancienne, notamment latinisée, qui devient ainsi la forme « officielle » d'un nom. Les copies et les actes privés, ces derniers conservés presque uniquement à partir du XIIIe siècle, portent plutôt les formes qui se développaient dans la langue parlée. Ce n'était qu'au bas Moyen Âge que les noms de lieux prenaient une forme persistante aussi dans les actes privés. Les formes habituellement utilisées pour un nom de lieu ont été conservées là où celui-ci faisait partie d'un surnom — surtout, si son origine comme nom de lieu n'était plus reconnue. C'est-à-dire que la valeur des originaux est assez restreinte pour connaître l'usage quotidien des formes au temps de rédaction de la charte : la chancellerie royale préférait écrire les formes officielles, conservées seulement dans les actes administratifs, tandis qu'une notice ou une copie, dressée sur place, contenait la forme des noms usuelles et familières dans la région.

26Examinons maintenant la collection des actes de Cluny, dont la plupart est conservée dans plusieurs formes :

  • en forme originale,
  • comme copie de Lambert de Barive, faite au XVIIIe siècle (sur la base des originaux),
  • ou comme copie dans un des cartulaires de l'abbaye, composé vers la fin du XIe siècle ou plus tard42.
  • 43 Maria Hillebrandt, « Les cartulaires de l’abbaye de Cluny », dans Mémoires de la Société pour l'Hi (...)

27Pour illustrer les problèmes d'une graphie floue des noms, je me borne à donner quelques exemples concernant les prénoms sans offrir d'interprétation. La liste en bas indique le numéro de l'acte dans l'édition de Bernard et Bruel (BB) et la transmission des variantes (les cartulaires de Cluny sont distingués par des caractères majuscules, et le temps de la composition de leurs diverses parties est indiqué)43.

BB 259 Justiani

Barive

BB 259 Christiani

Cartulaire A, fin XIe, début XIIe s.

BB 290 Teotredane

Barive

BB 290 Dane

Cartulaire A (=terra Dane)

BB 360 Colonis

Barive

BB 360 Geylonis

Cartulaire A, fin XIe, début XIIe s.

BB 914 Tetgaldran

Barive

BB 914 Galdrannus

Cartulaire A, fin XIe, début XIIe s.

BB 1630 Dalmuino

Barive

BB 1630 Adalmannum

Cartulaire A, fin XIe, début XIIe s.

BB 2234 Osanne

Cartulaire B, fin XIe, début XIIe s.

BB 2234 Tetardi

Cartulaire A, fin XIe, début XIIe s.

BB 2751 Rainoardus

Barive

BB 2751 Bernardus

Cartulaire B, fin XIe, début XIIe s.

BB 3931 Benedictus, Bruno de Alio

Cartulaire B, début XIIe s.

BB 3931 Benedictus de Alioo

Barive (texte abrégée)

  • 44 BB 782, Cf. F. Larroque, « Souvigny, Les origines du prieuré », dans Revue Mabillon 53,1970/75, p. (...)
  • 45 Aymo videlicet Borboniensis.
  • 46 Cf. BB 217, 782, 871 pour les actes qui concernent l'abbé Aymard. La femme d'Aimon figure aussi ac (...)

28Un des premiers surnoms transmis dans les actes de Cluny se trouve dans un acte de 950, dans lequel le sire de Bourbon-d'Archambault, Aimon, donna quelques biens au futur prieuré clunisien de Souvigny, fondé par son père44. Mais ce n'est que dans une transmission plus tardive, qu'Aimon est surnommé Borboniensis45. C'est le scribe du cartulaire qui a inséré cette désignation à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle. Apparemment il connaissait l'identité et la famille d'Aimon, alors que l'original, conservé comme copie de Lambert de Barive, donne — suivant l'habitude à l'époque d'Aimon — seulement le prénom. La copie du cartulaire est rattachée à l'ensemble des chartes qui concernent les sires de Bourbon. Aucun membre de la famille ne porte le surnom Borboniensis dans les autres actes du Xesiècle46.

  • 47 Cf. BB 3454 et Histoire générale de Languedoc, éd. par C. Devic et J. Vaissete, 5, Toulouse 1875, (...)

29Un deuxième exemple comparable se trouve dans la liste des témoins, qui étaient présents à l'occasion de la donation du monastère de Lézat à Cluny en 107347 :

BB 3454 (Original) partie principale :

Cart. de Moissac (Datation inconnue) partie principale :

Raimundo Willelmi

Raimundo Willelmi

Berengario de Altaripa

Berengario de Altaripa

Bernardo de Marcafava

Bernardo de Marcafava

liste de témoins :

liste de témoins :

Raimundi

Raymundi Willelmi

Berengerii

Berengarii de Altarippa

Bernardi

Bernardi Cuillelmi de Marcafava

30Le scribe du cartulaire de Moissac connaissait, lui aussi, très bien les témoins de la région. Il a transmis dans la liste de témoins trois désignations complémentaires, qui n'apparaissent pas dans l'acte original.

31En revanche, la transmission d'un cartulaire peut tronquer le texte ou les noms. C'est le cas dans les actes du recueil des Cluny sous les numéros 3772 et 4482.

Barive

Cartulaire B, début XIIe s.

BB 3772 Walcherius de Salino

Galcherius

BB 3772 Arduinus Brunus

Narduinus

Original

Cartulaire D, fin XIIIe s.

BB 4482 Harduini Lungre

Arduini et

BB 4482 Humberti de Bresse

Humberti militum

BB 4482 D. prions S. Marcelli

D. et

BB 4482 R. decani Cluniacensis

R. monachorum

32Bien sûr, le fond de Cluny est une vaste mine d'actes et on ne trouvera pas facilement une documentation pareille, qui puisse ainsi servir à comparer les diverses transmissions d'un texte. Mais, l'analyse de toutes les variantes issues des formes variées de la transmission écrite n'est pas la seule possibilité de découvrir les irrégularités d'un scribe et d'analyser les pratiques de l'anthroponymie médiévale. C'est aussi la méthode prosopographique qui nous fournit d'autres types de dénomination changeante.

33L'exemple suivant met en parallèle les noms de quelques moines bien connus comme doyens de Cluny vers la fin du XIe et au début XIIe siècle. Dans l'acte no°3950 ils portent les noms de leurs doyennés comme surnoms.

  • 48 Bézornay, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire.
  • 49 Jalogny, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire
  • 50 Lourdon, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire.

BB 3950

BB 3027

BB 3734

(Barive)

(Barive)

(Cartulaire B)

Guillelmus de Besomiaco48

Willelmus decanus de Cluniaco

Willemus decanus de Besorniaco

Stephanus de Galaniaco49

Stephanus de Galenniaco

Artaldus de Lurduno50

Artaldus decanus de Lorduno

Artaldus, de Lordono decanus

Berardus Viridi

34(BB 3850) (Cartulaire B) Willelmus monachus de Cluniaco, decanus de Besomiaco

35(BB 3822) (Cartulaire B) Stephanus Galunniacensis villae decanus

36(BB 3822) (Cartulaire B) Artaldus Lordonensis decanus

  • 51 Chaveyriat, dep. Ain.

37(BB 3868) (Cartulaire B) Berardus, cognomento Viride, decanus de Cavariaco51

38Les chartes comparées expliquent d'une manière très nette qu'il ne s'agit pas de surnoms stables mais de l'indication d'une fonction. Les quatre doyens de la région clunisienne étaient presque toujours nommés decanus de leur doyenné. La charte no°3027 fut dressée pendant leur vie, les autres après leur mort. Il n'est pas facile de savoir si le nom du doyenné devenait un surnom de leur vivant ou dans une époque postérieure. Mais il est surprenant de constater, que les textes des chartes no°3734, 3822, 3850 et 3868 où ils sont qualifiés de decanus d'un lieu ont été transmises dans le cartulaire de Cluny, tandis que les autres sont conservées comme copie de Lambert de Barive, c'est-à-dire sous la forme de copie moderne d'un original. C'est donc que le lieu de fonction était déjà pris comme surnom par les contemporains, mais que le copiste du cartulaire préférait une forme plus explicative et plus exacte pour des raisons de gestion interne.

  • 52 Can. Semur, dep. Saône-et-Loire.
  • 53 Il est nommé comme possesseur d'un meix à Briant (can. Semur, dep. Saône-et-Loire), cf. Le cartula (...)
  • 54 Cf. BB 2874, 2484, 2846, 2692, 2736, 2722. Franz Neiske, Les débuts du prieuré clunisien de Paray- (...)
  • 55 Cartulaire de Marcigny-sur-Loire, no°277, p. 154.

39L'original de l'acte suivant (BB 2874), concernant des possessions à Varennes-l'Arconce52, fut rédigé en 1045 par un clerc qui s'appelait Ragnerius et qui connaissait très bien la région de Varennes53 le lieu de l'acte. Les personnes nommées dans la liste de témoins lui étaient donc familières. En comparaison avec la transmission du cartulaire de Cluny, il a écrit leurs noms de manière détaillée, presque prolixe. La copie du cartulaire, rédigée plus de 50 ans après, est placée au milieu d'un ensemble d'actes qui tous concernent l'entourage des comtes de Chalon et des seigneurs de Semur54 ; beaucoup de personnes qui figurent comme témoins dans BB 2874 sont nommées plusieurs fois dans ces actes. Le copiste a par conséquent abrégé la liste des témoins et simplifié leurs dénominations. Une troisième forme du texte, traduit en langue vulgaire, se trouve dans le cartulaire de Marcigny, conservée sur un manuscrit du début du XVIIIe siècle55. Celui-ci est plus explicatif et ajoute quelques précisions qui n'avaient pas été transmises par la liste originale.

BB 2874 (Barive)

BB 2874 (Cart. B)

Cart. M

1 Artaldus

1 Artauld et sa soeur

2 Eldeburga

2 Eldeburge

3 Ugo

1 Ugo de la Bargia

7 Ugues de la Barge et ses frères

4 Artaldus

2 Artardus

5 Gerardus del Barga

3 Gerardus

6 Ugo Rubius

9 Ugue Buisson

7 Rotlannus de Scabelli

4 Rotlannus

8 Vuillelmus de Maringas

5 Vuillelmus

10 Guillaume de Maringes

9 Eldinus de Glana

6 Eldinus de Glana

11 lldin de Glaine

7Artaldus

10 Artaldus de Castello

8 Artaldus de Castello

8 Artauld de Chastel

12 Rainaldus presbiter

9 Rainaldus

14 Rainald prestre

16 Artaldus de Faveriis

3 Artauld de Fautrières

17 Agete et

4 Aget, neveu d'Artauld

18 Girardus, filius ejus

5 Girard et son fils

19 Ugo de Sancto Prejecto

6 Hugues de Saint Priez

40La modification des formes anthroponymiques au cours de la transmission est parfois très bizarre. Les actes de l'abbaye de Cluny nous fournissent un exemple dans lequel le copiste a énormément modifié, voire interprété les dénominations et les titres des personnes. Il s'agit d'un acte du comte de Mâcon, écrit en 1107 par le fameux scribe Albertus Teutonicus (BB 3862) ; vers 1115 une notice abrégée de l'original a été copié dans le cartulaire de Cluny (BB 3867).

  • 56 Coligny, can., arr. Bourg, dép. Ain.
  • 57 Oltingen, com. Radelfingen, can. Berne (Suisse).
  • 58 Mally (peut-être dans l'arr. Villefranche, dép. Rhône).

BB 3862 (Original)

BB 3867 (Cartulaire B, début XIIe s.)

Willelmus, Burgundionum comes et Mathicensium

Willelmus comes Matisconensis... Theutonicus

Humbertus de Coloniaco56 dominus

Umbertus miles de Coloniaco

Richardus Jureth

Richardus miles, cognom. Derochatus

Fulmarus de Castellania Oultoldenchus57

Vulmarus miles Theutonicus

Artaldus de Malleaco58

Artaldus miles de Mailiaco

  • 59 Maria Hillebrandt, Albertus Teutonicus, « Copiste de chartes et de livres à Cluny », dans Études d (...)

41Il est bien évident que le scribe Albertus Teutonicus connaissait très bien les noms des témoins du comté de Bourgogne. Il ajouta — vraisemblablement grâce à sa connaissance de la langue allemande — des surnoms très précis. Le scribe inconnu de la notice abrégée a inséré en plus quelques informations supplémentaires qui révèlent, qu'il était, lui aussi, bien instruit sur les familles situées entre Rhône et Rhin. Il donna le titre miles à tous les témoins, il savait que le comte Willelmus de Mâcon était surnommé Teutonicus et il se rappelait bien que Vulmarus venait d'Oltingen, qu'il était lié à Willelmus et qu'il méritait donc le surnom Theutonicus59. Écrite peu après l'original, la copie prouve ainsi l'existence simultanée d'un deuxième système de dénomination tout à fait différent.

  • 60 « La parfaite transcription, la transcription tronquée, les erreurs de transcription, les falsific (...)

42Il suffit de présenter ces exemples d'une dénomination floue pour démontrer qu'il est dangereux de fonder la recherche anthroponymique sur une base trop étroite et trop serrée. On pourrait tomber par hasard sur une forme qui n'existait pas encore au moment où l'acte fut dressé. Tous les résultats philologiques ou historiques tirés des copies se référent donc premièrement à la date d'origine d'une transmission. Il faut aussi prendre en considération les formes diverses d'un texte : la transmission des noms est instable soit dans sa forme « originale », figurant dans un diplôme contemporain ou dans une notice abrégée de l'époque, soit dans les copies des cartulaires, composés en même temps ou rédigé dans une époque plus tardive. Si la fiabilité du contenu juridique d'un acte est dépendant, comme on a fait remarquer, de la forme de sa transmission et de chaque modification qu'il a subi60, il en va de même pour les noms de personnes. Avant d'expliquer la dénomination conservée dans les actes il est donc indispensable d'étudier les habitudes du scribe qui a écrit les noms et d'analyser tous les possibilités en usage au moyen âge pour modifier les noms de personnes.

Notes

1 Olivier Guyotjeannin, Jacques Pycke, Benoît-Michel Tock, Diplomatique médiévale, Turnhout 1993.

2 Gérard Michaux, « Une fondation tridentine : la congrégation bénédictine de Saint-Vanne », dans Revue d’histoire de l'église de France 75, 1989, p. 137-147 ; René Taveneaux, « La vie intellectuelle dans la congrégation bénédictine de Saint-Vanne au XVIIe siècle », dans Sous la règle de saint Benoît. Structures monastiques et sociétés en France du Moyen Âge à l'époque moderne. Abbaye bénédictine Sainte-Marie de Paris, 23-25 octobre 1980, Genève 1982. p. 307-324.

3 Nanceii, apud Henricum Haener, 1782.

4 Cf. l'édition moderne : Matricula religiosorum professorum clericorum et sacerdotum congregationis sanctorum Vitoni et Hydulphi (1604-1789), nouvelle édition revue et traduit par Gilbert Chérest, Paris 1963.

5 Gérard Michaux, « Les professions dans la congrégation de Saint-Vanne et Saint-Hydulphe aux XVIIe et XVIIIe siècles », dans Annales de l'Est 1975, p. 63-78

6 Gaston Charvin, Statuts, chapitres généraux et visites de l’ordre de Cluny 7, Paris 1975, p. 126.

7 Pour les formes transmis par Cluny, cf. la note précédente ; les chiffres, ajoutées aux noms de Saint-Vanne, indiquent la numérotation de l'édition de Chérest.

8 Forme utilisée dans la première édition de la matricula en 1727.

9 Matricula monachorum professorum congregationis S. Mauri in Gallia Ordinis Sancti Patris Benedicti, ab initio eiusdem Congregationis, usque ad annum 1789, texte établi et traduit par Dom Yves Chaussy, Paris 1959, p. XIV note 11, ibid., p. XIII note 8 : « l'orthographe des noms diffère parfois notablement. »

10 Franz Neiske, « Concordances et différences dans les nécrologes clunisiens. Aspects d'une analyse statistique », dans Revue d'histoire de l'église de France 68, 1982, p. 257-267. Franz Neiske, « Textkritische Untersuchungen an cluniacensischen Necrologien : Verdoppelung von Nameneinträgen », dans Person und Gemeinschaft im Mittelalter. Karl Schmid zum 65. Geburtstag, hg. von Gerd Althoff – Dieter Geuenich – Otto Gerhard Oexle – Joachim Wollasch, Sigmaringen 1988, p. 257-287.

11 Papsturkunden 896-1046, hg. von Harald Zimmermann (Österreichische Akademie der Wissenschaften, Phil.-Histor. Klasse 177, Veröffentlichungen der Historischen Kommission 4) 3 Bde., Wien 1984-1989, no°27, p. 49.

12 Papsturkunden 896-1046, no°32, p. 57.

13 Papsturkunden 896-1046, no°208, p. 411. und 209, p. 412. La charte a été attribué à Grégoire V suite aux événements de la synode de Rome en 998, cf. J.F. Böhmer Regesta Imperii. Teil 2 : Sächsische Zeit, 5. Abteilung : Papstregesten 911-1024, bearbeitet von Harald Zimmermann, Wien–Köln–Graz 1969, no°834.

14 Papsturkunden 896-1046, no°221, p. 434.

15 Papsturkunden 896-1046, no°221, p. 434.

16 Papsturkunden 896-1046, no°248, p. 492.

17 Die Urkunden Heinrichs II. und Arduins (Heinrici II. et Arduini Diplomata) hg. von Harry Bresslau, Hermann Bloch und Robert Holtzmann, (MGH Diplomata 3) Berlin 1900-1903, ND 1980, no°173, p. 205 ; la variante est transmise dans un manuscrit du XVIe siècle.

18 Die Urkunden Heinrichs II, no°426, p. 542, transmis dans une compilation fautive.

19 Recueil des actes de Charles III le Simple, roi de France (893-923), publ. par P. Lauer, 2 vol. (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France) Paris 1949, no°80, p. 179.

20 Recueil des actes de Henri II, roi d'Angleterre et duc de Normandie, publ. par Élie Berger, 2 vol. (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France) Paris 1916-1920, no°592, p. 185.

21 Recueil des actes de Henri II, no°613, p. 223, cf. aussi no°614, p. 223. Le nom Cyrille, mentionné dans une copie du XVIe siècle, a été corrigé par l’éditeur.

22 Recueil des actes de Henri II, no°528, p. 1005.

23 Recueil des actes de Henri II, no°164, p. 314.

24 Recueil des actes de Robert Ier et de Raoul, mis de France (922-936), publ. par Jean DUFOUR (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France) Paris 1978, no°15, p. 70.

25 Die Urkunden Konrad I. Heinrich I. und Otto I. (Conradi I,. Heinrici I. et Ottonis I. Diplomata) hg. von Theodor Sickel (MGH DD regum et imperatorum Germaniae 1) Berlin 1879-1884, ND 1980, no°452, p. 613.

26 Die Urkunden Otto des II. (Ottonis II Diplomata) hg. von Theodor Sickel (MGH DD regum et imperatorum Germaniae 2,1) Berlin 1888, ND 1980, no°166, p. 188.

27 Die Urkunden Otto des III. (Ottonis III Diplomata) hg. von Theodor Sickel (MGH DD regum et imperatorum Germaniae 2, 2) Berlin 1893, ND 1980, no°438, p. 875.

28 Die Urkunden Konrads des II. (Conradi II Diplomata) hg. von Harry Bresslau (MGH DD regum et imperatorum Germaniae 4) Berlin 1909, ND 1980, no°88, p. 121, cf. aussi no°91, p. 124.

29 Recueil des actes de Louis VI, mi de France (1108-1137), éd. par Jean Dufour (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France) tome 1, Actes antérieurs à l’avènement et 1108-1125, Paris 1992, no°44, p. 84.

30 Recueil des actes de Henri II, no°56, p. 64s.

31 Recueil des actes de Henri II, no°95, p. 201.

32 Recueil des actes de Henri II, cf. par exemple no°90 et no°91, p. 197, no°247, p. 394.

33 Recueil des actes de Henri II, no 190, p. 321.

34 Cf. Recueil des actes de Henri II, note 1, p. 322s.

35 Recueil des actes de Philippe Auguste, roi de France, publ. par J. Monicat et J. Boussard (Chartes et diplômes relatifs à l'histoire de France) tome 3, Paris 1966, no 1286, p. 410. Guillaume est nommé de Jailla aussi dans une deuxième charte rédigée presqu'en même temps, cf. no 1300, p. 437s.

36 J. Horace Round, Calendar of documents preserved in France illustrative of the history of Great Britain and Ireland, I (918-1206), Londres 1899, no 1064.

37 Recueil des actes de Henri II, par exemple no 234, p. 381, no 235, p. 383, no 238, p. 386, no 247, p. 395, no 248, p. 395.

38 Recueil des actes de Henri II, par exemple no 234, p. 382, no 265, p. 413.

39 Recueil des actes de Philippe Auguste, no°1026, p. 90.

40 Recueil des actes de Philippe Auguste, no°1261, p. 384.

41 Elmar Neuß, « Beobachtungen zu den Siedlungsnamen in Urkunden des Aachener Marienstiftes », dans Philologie der ältesten Ortsnamenüberlieferung. Kieler Symposion 1. bis 3. Oktober 1991, hg. von Rudolf Schützeichel (Beiträge zur Namenforschung NF, Beiheft 40), Heidelberg 1992, p. 134-181 ; cf. aussi : Ortsname und Urkunde. Frühmittelalterliche Ortsnamenüberlieferung. Münchener Symposion 10 bis 12. Oktober 1988, hg. von Rudolf Schützeichel (Beiträge zur Namenforschung, Neue Folge, Beiheft 29) Heidelberg 1990.

42 Recueil des chartes de l'abbaye de Cluny (802-1300), éd. par Auguste Bernard et Alexandre Bruel, 6 vol., (Collection des documents inédits sur l'histoire de France, Première série = Histoire Politique) Paris 1876-1903, surtout vol. 1, p. VII-XXXIX.

43 Maria Hillebrandt, « Les cartulaires de l’abbaye de Cluny », dans Mémoires de la Société pour l'Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 50,1993, p. 7-18 ; Dominique Iogna-Prat, « La confection des cartulaires et l'historiographie à Cluny (XIe-XIIe siècles) », dans Les Cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l'Ecole nationale des chartes, Paris 5-7 septembre 1991, réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (Mémoires et documents de l'Ecole des chartes 39) Paris 1993, p. 27-44.

44 BB 782, Cf. F. Larroque, « Souvigny, Les origines du prieuré », dans Revue Mabillon 53,1970/75, p. 1-24 ; M. Fazy, « Du rôle éminent joué par le prieuré clunisien de Souvigny dans la formation et le développement de la seigneurie de Bourbon », dans Revue Mabillon 26, 1936, p. 180-196 ; F. Neiske, « Cluniacensisches Totengedenken in Souvigny. Fragmentarische und spätmittelalterliche Überlieferung im Vergleich mit der Synopse der cluniacensischen Necrologien », dans Frühmittelalterliche Studien 19,1985, p. 432-465.

45 Aymo videlicet Borboniensis.

46 Cf. BB 217, 782, 871 pour les actes qui concernent l'abbé Aymard. La femme d'Aimon figure aussi accompagné de ses deux fils Archimbaldus et Dacbertus dans l'acte no°1696 (juillet 984) toujours sans surnom.

47 Cf. BB 3454 et Histoire générale de Languedoc, éd. par C. Devic et J. Vaissete, 5, Toulouse 1875, col. 599 s. Axel Müßigbrod, Die Abtei Moissac 1050-1150. Zu einem Zentrum cluniacensischen Mönchtums in Südwestfrankreich (Münstersche Mittelalter-Schriften 58), München 1988, p. 194-197. Armin Kohnle, Abt Hugo von Cluny (1049-1109) (Beihefte der Francia 32) Sigmaringen 1993, p. 219 s.

48 Bézornay, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire.

49 Jalogny, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire

50 Lourdon, can. Cluny, dep. Saône-et-Loire.

51 Chaveyriat, dep. Ain.

52 Can. Semur, dep. Saône-et-Loire.

53 Il est nommé comme possesseur d'un meix à Briant (can. Semur, dep. Saône-et-Loire), cf. Le cartulaire de Marcigny-sur-Loire (1045-1144). Essai de reconstitution d'un manuscrit disparu, éd. par Jean Richard, Dijon 1957, no 101, 72 p.

54 Cf. BB 2874, 2484, 2846, 2692, 2736, 2722. Franz Neiske, Les débuts du prieuré clunisien de Paray-leMonial, 28-29-30 Mai 1992. Actes du Colloque (Association du IXe centenaire de la basilique), Parayle-Monial 1994, p. 134-144, p. 143 note 69.

55 Cartulaire de Marcigny-sur-Loire, no°277, p. 154.

56 Coligny, can., arr. Bourg, dép. Ain.

57 Oltingen, com. Radelfingen, can. Berne (Suisse).

58 Mally (peut-être dans l'arr. Villefranche, dép. Rhône).

59 Maria Hillebrandt, Albertus Teutonicus, « Copiste de chartes et de livres à Cluny », dans Études d'histoire du droit médiéval en souvenir de Josette Metman. Mémoires de la Société pour l'Histoire du Droit et des Institutions des anciens pays bourguignons, comtois et romands 45,1988, p. 215-232, p. 222 note 1. Monique Bourin, « Intérêt et faiblesse des cartulaires pour l'étude de l'anthroponymie médiévale », dans Les Cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l’Ecole nationale des chartes, Paris 5-7 septembre 1991, réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (Mémoires et documents de l'École des chartes 39) Paris 1993, p. 105-114, p. 109.

60 « La parfaite transcription, la transcription tronquée, les erreurs de transcription, les falsifications, les interpolations », Michel Parisse, « Les cartulaires : copies ou sources originales ? », dans Les Cartulaires. Actes de la table ronde organisée par l'École nationale des chartes, Paris 5-7 septembre 1991, réunis par Olivier Guyotjeannin, Laurent Morelle et Michel Parisse (Mémoires et documents de l'Ecole des chartes 39) Paris 1993, p. 503-511, cf. p. 509.

Auteur

Université de Münster

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site