Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome III

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Critique diplomatique et anthroponymie

Sur-noms en interligne

Michel Parisse

Full text

1L'étude de l'anthroponymie médiévale et de l'apparition des surnoms a été conduite en général à partir de textes édités, cartulaires ou chartriers. C'est en effet dans les documents diplomatiques que l'on trouve en la plus grande quantité des noms de personnes des différentes catégories sociales. Il est apparu que l'enquête, si elle portait sur les actes originaux et non pas seulement sur les copies des cartulaires et les éditions, pouvait apporter quelques informations nouvelles. Il se trouve que l'ARTEM, atelier de recherche sur les textes médiévaux de l'université de Nancy II, URA 1006 du CNRS, consacre une partie de ses forces à la recherche, à l'examen et au traitement des actes originaux conservés dans les Bibliothèques et Archives de France. Certes cette recherche est limitée dans le temps, puisqu'elle borne sa documentation à la date de 1120, et dans l'absolu, puisqu'en se cantonnant aux originaux elle ignore tout ce qui n'a été conservé qu'en copie. Mais pour l'interrogation qui est celle concernant les surnoms à leur apparition au XIe siècle, ce fonds, représenté par les photographies des pièces d'archives, permet une enquête rapide et complète pour l'ensemble du territoire, Il ne m'a pas été possible de revoir de façon approfondie la totalité du fonds constitué de plus de 4500 pièces, mais une longue fréquentation de celui-ci a permis d'aller directement au cœur du sujet, sans grand risque de laisser de côté une partie importante des informations.

1. Les témoins dans les actes originaux du Xe au XIIe siècle

2Il n'y a pas eu toujours ni partout de mentions de témoins dans les actes diplomatiques. Il faut donc préciser en premier lieu quels documents vont nous retenir.

  • 1 Alfred Gawlik, Intervenienten und Zeugen in den Diplomen Kaiser Heinrichs IV (1056-1105). Der Über (...)

3La première distinction qui s'impose est celle que font les diplomatistes entre les diplômes et bulles d'un côté et les actes privés de l'autre. En ce qui concerne les bulles pontificales, elles ne peuvent offrir d'intérêt pour l'enquête onomastique. En effet, d'une part, ce n'est surtout qu'à partir du XIIe siècle débutant que l'on y trouve des listes de souscripteurs ; d'autre part, ceux-ci sont des cardinaux qui ne donnent que leur nom suivi de leur titre et par conséquent n'offrent jamais de cas de surnom. Quant aux diplômes royaux et impériaux, il faut faire deux groupes : les actes préparés par la chancellerie impériale d'une part, ceux de la chancellerie royale française d'autre part. Ce sont les deux fonds les plus fournis en diplômes de souverains. La présence des actes royaux et impériaux d'origine germanique se justifie ici par l'appartenance ancienne à l'Empire des régions orientales de la France actuelle (Lorraine, Alsace, Bourgogne comtale, Provence) et par la présence de fonds étrangers à la Bibliothèque nationale de Paris. Ces actes représentent, pour ce qui concerne la présentation générale, le prolongement des diplômes carolingiens. Les actes ne sont souscrits que par le souverain donateur et son personnel de chancellerie. Une étude d'Alfred Gawlik a montré que les « témoins » sont d'abord ceux qu'on appelle intervenants et qui sont cités dans l'acte au début de l'exposé, puis, et seulement à partir de la fin du XIe siècle, sous le règne de Henri IV, des témoins qui sont peu à peu ajoutés en fin d'acte, avant de devenir nombreux et réguliers sous les empereurs Staufen1.

4Les diplômes des rois de France se présentent différemment avec les rois capétiens. Jusqu'à Lothaire et Louis V, ils ont à peu de choses près la même présentation que dans l'époque antérieure. En revanche, la documentation livrée par la chancellerie des premiers capétiens a moins de rigueur, paraît plus proche des actes privés et comprend assez vite des noms de témoins.

5L'expression d'actes privés est discutée et discutable, mais il n'est pas ici de mon propos d'aborder cette question. J'admets sous cette mention tout ce qui n'est ni diplôme, ni bulle, même s'il y a des différences notoires à l'intérieur de ce vaste ensemble des actes privés entre les chartes des évêques et les chartes des laïcs, entre les notices et les actes solennels, voire entre la province de Reims et celle d'Aix, pour citer deux cas parmi d'autres. Or ces actes privés ont comporté très vite des noms de personnes sous différentes formes, comme souscripteurs, comme témoins actifs, comme témoins passifs, en autographes ou en listes composées par les scribes, en petit ou en grand nombre, sans ordre ou suivant une ordonnance précise. Tout cela suscite classement et réflexion. L'étude synthétique des témoignages en bas des chartes n'a pas encore été faite, tandis que l'on s'est intéressé avec prédilection aux titulatures et aux mentions de chancelleries, aux signes symboliques et à la sigillographie, aux préambules et surtout aux dispositifs des actes. Les remarques qui vont suivre ne représentent donc qu'une première démarche dans une recherche à conduire plus systématiquement et plus complètement.

  • 2 Michel Parisse, La noblesse lorraine XIe-XIIIe s., Lille-Paris, 1976, p. 177-178.

6Les actes privés du Sud de la France sont presque seuls à présenter de façon régulière, souvent désordonnée, des souscriptions autographes de témoins. Cette pratique existe aux IXe et Xe siècles ; bientôt les scribes confirment leur rôle en prenant en mains l'inscription des souscripteurs, sans leur confier la plume, en les mettant les uns à la suite des autres à la fin de l'acte. Ailleurs, à la fin du Xe siècle, l'apparition des témoins se développe jusqu'à confier aux parchemins des listes de plus de cinquante ou soixante noms. Ainsi pour prendre un seul exemple, tandis que les chartes de l'évêque Brunon de Toul (1026-1051) ne livrent qu'assez peu de noms de personnes in fine, celles de son successeur Udon en contiennent de longues listes2. C'est là un cas extrême, car le plus souvent la progression est plus lente.

7La présentation matérielle des noms de témoins est double : tantôt elle est faite en colonnes, tantôt en lignes. Le système des colonnes est le plus ancien et fut longtemps dominant ; il se prolonge, mais de façon rare, jusqu'au XIIe siècle. En fait, et dès le début du XIe siècle, la pratique de l'énumération des personnes à la suite du texte s'est peu à peu imposée. Le seul changement notoire fut d'intégrer au texte même, entre les clauses, la date et les mentions de chancellerie, les témoins qui auparavant paraissaient un peu « sortis » du document. Dans ce dernier cas ils apparaissaient visuellement, tandis qu'ensuite il faut lire l'acte pour les retrouver, sauf si leur énumération systématique, nettement localisée en fin de texte, tranche sur le reste par l'aspect répétitif de noms suivis ou non de surnoms, ou l'appel fait par la mention abrégée ou non de Signum.

8Une dernière remarque s'impose : elle concerne le souci de classement des témoins. Tout d'abord une distinction attentive est souvent faite entre les témoins actifs et les témoins passifs. Les premiers apparaissent dans le contenu du texte dans un premier temps, car ils sont concernés directement par l'action, soit qu'ils appartiennent à la famille du donateur, soit qu'ils apportent leur garantie. Ils sont le plus souvent repris en tête des témoins de la fin, et dans certains cas ce sont eux qui de préférence portent une croix de leur propre main, accompagnée de leur nom qu'ajoute le scribe. Les témoins passifs sont ceux « qui ont vu et entendu », comme on l'écrit souvent, et sont énumérés pour achever l'acte. Ici le souci de les mettre en ordre est rapidement sensible : d'abord les ecclésiastiques, tantôt les moines, tantôt les chanoines, les officiers venant en tête, ensuite les laïcs, les plus grands avant les petits et les sans grade. Au XIIe siècle le classement de ces derniers selon leur condition juridique (libres et « non libres ») ou sociale (nobiles, ministeriales, milites, scabini, etc.) a permis de fructueuses recherches en histoire sociale.

9C'est dans les listes de noms à la fin des actes qu'on voit apparaître lentement les surnoms qui ont été étudiés de façon nouvelle depuis plusieurs années à l'initiative de Monique Bourin, et ce pour plusieurs régions de France. Il n'y a rien à ajouter aux conclusions obtenues, puisque les cas analysés sont ceux que délivrent les actes qui sont dans nos collections, augmentés de ceux que conservaient les seuls cartulaires ou des copies tardives. Le classement des noms a généralement été respecté au moment de la copie et de l'édition, il est par conséquent bien connu. Trois cas particuliers en revanche sont rarement pris en compte hors de l'original : la présence de croix autographes et leur mise en place avec leur aspect final, la mise en colonnes, enfin la mention des surnoms en interligne. Le premier de ces trois cas a déjà fait l'objet d'un examen ; il y a semble-t-il peu à tirer de l'examen des colonnes ; en revanche celui des mentions en interligne mérite quelques observations.

2. Les surnoms de témoins en interligne

a. L’exemple des fonds de la Seine-Maritime

  • 3 Arch. dép. Seine-Maritime 14 H 805.

10Le dépôt de la Seine-Maritime a été retenu à titre d'exemple car il nous offre le plus ancien exemple de ce que nous cherchons. Vers 1030, le comte du Vexin, Dreux, donne aux moines de l'abbaye Saint-Pierre et Saint-Ouen (de Rouen) la terre d'Issou et le droit de percevoir le tonlieu sur les bateaux naviguant sur l'Oise et passant notamment à Pontoise et à Mantes3. Après la datation viennent les souscriptions. D'abord le comte Raoul, qui donne son accord (manuque propria firmavit), avec ses gens qui viennent à la ligne suivante : Herberto pincerna comitis, Rogerius de Mortemari, Bergondius, Airi, Rotbertus, Osbernus, Phrotbertus filius Andrea. Le signum du comte Gautier est alors placé à droite avec une croix. La ligne suivante s'ouvre par le nom du prêtre de Saint-Melon Godefroid et se poursuit par le signum du donateur, le comte Dreux, et la mention anonyme de son fils et de sa femme (dans l'acte il était fait allusion à plusieurs enfants – pro filiis meis –, mais on ne sait s'ils étaient tous des garçons).

11On passe ensuite à une autre catégorie de personnes, celles qu'on appellera plutôt témoins passifs, dont les noms sont introduits par S. pour signum ou par une croix. Os sont au nombre de vingt-neuf :

S. Huberti clerici et fratris ejus Rotberti, filiorum Huberti Divitis ; S. Rodulfi Malvisin ; S. Sansonis ; S. Rotberti ; S. Hugonis ; S. Widonis ; item S. Widonis ; S. Watsonis ; S. Walteri ; S. Rainardi ; S. Adonis ; S. Acardi ; S. Walaranni ; S. Hildeberti ; S. Gauzberti ; S. Adzonis ; S. Osmelini ; S. Willelmi ; + Rotberti Calvi ; + Ursonis filii Hugonis ; + Herberti ; + Gualterii, filii Nivardi ; + Amalri de Ponte Isara ; S. Ansfridi vicecomitis ; S. Rotberti ; S. Tethboldi clerici ; S. Osmundi de Vernum ; S. Warengeri.

12Les surnoms sont encore peu nombreux : Hubert le Riche, Raoul Mauvoisin, Robert le Chauve, Amauri de Pontoise, Osmond de Vernon, auxquels on se doit d'ajouter des déterminants : deux fils d'Hubert le Riche, un fils d'Hugues, un fils de Nivard, un vicomte, et deux clercs. On ne sait rien en revanche de ce que sont les autres. Dans cet ensemble la majorité des surnoms sont placés au-dessus des noms, comme de véritables sur-noms. La seule exception est représentée par Raoul Mauvoisin, à laquelle on ajoutera celle des deux fils de Hubert le Riche.

13Cet acte et sa présentation nous offrent donc l'occasion de considérer véritablement comment ont été conçus les cognomina au départ ; sauf les deux exceptions mentionnées, le scribe s'est cru tenu d'ajouter les surnoms en plus petits caractères au-dessus de leurs titulaires. Dans le groupe des hommes du comte Raoul, trois sur sept sont ainsi distingués : Herberto princerna comitis, Rogerius de Mortemari, phrotbertus filius Andrea. Ils commandent un verbe sousentendu : subscripserunt.

14Le deuxième groupe de noms avec surnoms vient à la fin : là sept sur dix sont distingués ; en outre les cinq premiers témoins cités ont leur nom placé sous une croix, laquelle fut tracée avant que le nom figure à son tour :

+ Rotberti Calvi ; + Ursonis filii Hugonis ; + Herberti ; + Gualterii filii Nivardi ; + Amalri de Ponte Isara.

15Pour les suivants, le S. remplace la croix :

S. Ansfridi vicecomitis. S. Rotberti ; S. Tethboldi clerici ; S. Osmundi de Vernum. S. Warengeri.

  • 4 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961.

16Cette variété du classement et de la présentation nous laisse interdit, car c'est tout un monde qui entoure ici le donateur et les moines de Saint-Ouen, monde que nous ne connaissons pas en détail. L'édition des chartes des ducs de Normandie4 donnent quelques pistes. Grâce aux rapprochement fait par l'éditeur, dans certains cas, il est possible d'un acte à l'autre de grouper des indications qui permettent de distinguer deux homonymes ; c'est le cas pour le vicomte Ansfroid, et Osmond de Centvilles vicomte de Vernon présents dans cet acte et plusieurs fois mentionnés par ailleurs. La simple consultation de l'index de l'édition fournit des pistes. Pour le deuxième personnage, Osmond, le scribe de notre acte a retenu seulement le lieu de son office, Vernon, mais non sa fonction vicomtale.

  • 5 Ibidem, no°35, p. 134-135.
  • 6 Ibidem, no 232, p. 448.

17Les actes des ducs de Normandie contemporains de celui du comte de Vexin contiennent aussi de très nombreux témoins. Pour la réforme de Fécamp (1025), on ne compte pas moins de cent-vingt-neuf noms, la liste commençant, après la famille ducale, par celles de sept évêques et de douze vicomtes. Il y a peu de surnoms (Turchitullus Crollecap, Rodulfus Monin, Gillebertus Crespin, Goiffredus Broc), outre quelques parentés et quelques fonctions (trois forestarii)5. Un des traits majeurs de ces actes est l'abondance des croix autographes. À titre d'information, un acte du comte Guillaume pour le Mont-Saint-Michel, donné en 1066, contient seize signa, tous les noms étant accompagnés de déterminants (origine, fonction, parenté, sobriquet)6. La progression des cognomina est spectaculaire à partir du milieu du XIe siècle.

18La question qui vient alors à l'esprit est la suivante : quel comportement les scribes normands ont-ils à l'égard des noms de personnes, à l'égard des surnoms qui permettent de les distinguer ou de les caractériser ? Ont-ils systématiquement utilisé l'interlignage ? Cette pratique a-t-elle disparu quand tout le monde avait nom et surnom au point que le surnom devient normal et non plus exceptionnel ? Pour répondre à cette question, le plus simple était d'enquêter sur le reste des dossiers de la Seine Maritime contenu dans notre fonds.

19Le résultat n'a pas répondu à nos espérances, car le nombre d'actes comprenant des noms avec leurs sur-noms est assez limité. On peut donc les passer en revue rapidement :

  • 7 Arch. dép. Seine-Maritime 14 H 189. La mention Artem renvoie à la collection et à la numérotation (...)

201. Donation à Saint-Ouen par Guillaume comte d'Arques, entre 1037 et 1050 (Artem 27587) : cette pièce assez extraordinaire par son écriture en lettres allongées et les malédictions qui la terminent propose la liste finale suivante :

+ S. Willelmi episcopi Ebroas ; + S. Johannis abbatis sancte Trinitatis. + S. Hugonis episcopi Lisiacensis ; + S. Willelmi Dou ; + S. Rotberti Dou ; + S. Gisleberti filii Lotemer ; + S. Gumfridi dapiferi ; + S. Rogeriifilii Hunfredi ; + S Willelmi filii osberni ; + S. RogeriiGomerei ; + S. Rodulfi Taison ; + S. Rodulfi filii Geraldi. + S. Hugonis Gornai ; + S. Lanberti filii Ricardi vicecomitis. + S. Hugonis Britonis. + S. Warnerii de Metante

21On remarquera que tous les surnoms sans exception se trouvent en interligne. On aurait pu imaginer que pour l'abbé Jean la fonction figure à la suite directe de son nom comme pour les deux évêques qui l'encadrent

  • 8 Ibidem 9 H 136.

222. Deux notices dont la première commence par la mention de la date de 1077, le destinataire étant Jumièges : vingt-huit nom de témoins, le plus souvent accompagnés de croix, achèvent la première notice et les surnoms figurent au-dessus des noms (Artem 27128).

  • 9 Ibidem 7 H 2143.

233. Trois textes successifs intéressant les moines de Saint-Georges de Mantes sont rassemblés sur le même parchemin, et l'ensemble est antérieur à 1079 (Artem 27139). Les pièces contiennent toutes des noms avec sur-noms, selon ce qui a été vu plus haut. Deux remarques adjacentes doivent être faites ici : d'abord dans le cours du second texte, le nom du donateur Bernardus s'accompagne du complément explicatif filius Arnulfi placé en petit au-dessus, ensuite le premier témoin du dernier texte, cité une seule fois, forme bloc : + Hugo Brostasalz. Donc on a une confirmation du rôle de l'interligne d'un côté, et l'apparition du surnom intégré au nom de l'autre.

  • 10 Ibidem 14 H 344.

244. Donation d'Arnoul et de sa femme aux moines de Saint-Ouen en 1084. Elle s'achève de la sorte (Artem 271610) :

Utrimque testes hii extiterunt legales : ex parte venerabilis Nicholai abbatis ejusdem cenobii, Hugo de Vivario cum suo milite Hungerio, Richardus filius Gisleberti Gwillelmus de s. Victore, Gislebertusfilius Fulcherii, HugoBacharius, Rogeriusfilius Fuorini, ex mea vero uxorisque mee parte, Guillelmus dapifer, Gaufridus filius Gauterii, Torchetilde Liszos, Rotbertusfilius Alberici, Arnulfus filius Radulfi de Lisoz, Radulfus filius Ivonis, Anscheriusde Verli, Guillelmusfilius Oylardi

25Ici on observe que pour la seconde partie de la liste le scribe commence à mettre les surnoms à la suite des noms puis revient à sa pratique habituelle pour la fin de la liste. L'acte se poursuit par la datation, puis par des clauses et notamment une malédiction d'un type original : maledicat Deus sedenti, stanti, ambulanti, vigilanti, dormienti, avec enfin une série de signa d'évêques, de comtes et d'autres, douze personnes au total, dont tous les noms et surnoms figurent en ligne normale.

  • 11 Ibidem 7 H 623.

265. Un chirographe de 1085 concerne la Trinité de Fécamp (Artem 271811) et se termine par trente-quatre témoins, presque tous interlignés :

  • 12 On ne peut tirer argument du fait que le « surnom » d'Eustache, son frère, n'est pas mis en interl (...)

ex parte regis fuerunt judices et testes : abbas sancti Ebrulfi, abbas sancti Petri Dive, Rogerius pincerna, Hugode Portu, Widdo Ricardus de Corcei, GaufridusMartellus ; ex parte sancte Trinitatis : Landbertus sancti Sedani, WillermusDens Durus ; Willelmus Maleconductus, Rodbertus Maleth, Ivelinusde Amundivilla, Rodbertus Boreville, Berardus Salvalonis filius, Audoenus camerarius, Hugo filius ejus, Gaufridusde Sedania, Willelmus filius Theoderici. ex parte Gusberti : Bernardus de Novo Mercato, Willemus Runce, Tetfredus de Alfaiz, Rodbertus de Cropiz, Walterius de Novo Mercato, Wigerius filius Ursionis, Radulfus filius Odonis, Ricardusde Torcei et Eustachius frater ejus12, Bernardus de Belvai, Willelmusde Tornebu, Baldricus filius Nicholai, Ernulfus de Villames, Radulfus filius Anseredi, Rannulfus vicecomes, Rotbertus filius Ascelini.

  • 13 Ibidem 9 H 1764.

276. La donation d'un certain Raoul pour Jumièges vers 1095 est courte et porte les souscriptions d'évêques et de clercs avec mentions en interligne, soit du siège de rattachement des premiers, soit de l'origine ou de la fonction des seconds (Artem 272913).

  • 14 Ibidem 7 H 43.

287. Une donation de Guillaume de Wasto pour Fécamp, en 1096, s'achève par la mention des témoins avec interlignages (Artem 273014).

29Il faut en terminer avec ce dossier d'actes originaux tirés des Archives départementales de la Seine-Maritime. Ils nous offrent une bonne dizaine de témoignages comportant des noms avec leurs surnoms en interligne, pour la période 1030-1100, sur un ensemble de 84 textes. Conjointement, d'autres actes que ceux retenus donnent des listes de témoins où les surnoms sont placés à la suite de façon ordinaire. L'enquête normande est incomplète, car il nous manque l'information qu'aurait fournie la version originale des longs actes ducaux comprenant des témoins en nombre encore plus important ; en effet les copies, anciennes ou récentes, ne respectent que rarement la façon de faire des scribes auteurs de l'acte primitif.

30Deux conclusions semblent pouvoir être tirées de cette enquête, limitée dans le temps et dans l'espace :

  • 15 Ibidem 7 H 623.

311. La première réaction des scribes les amène bien à distinguer les surnoms des noms en utilisant un plus petit caractère et l'interligne, comme on a essayé de le montrer par un procédé typographique sommaire. C'est comme une note, une précision, un repère pour le notaire, une manière de retrouver plus facilement les personnes qui sont surtout ici témoins d'actes juridiques. Il y a là une pratique scripturale qui n'est pas nouvelle. Elle est utilisée notamment pour les dates quand on place au-dessus des chiffres, qu'ils soient écrits en toutes lettres ou avec des nombres, la mention du caractère ordinal, comme par exemple Lxxx octogesimo Vto15. D'autres exemples, rares, de textes utilisés comme brouillons, font apparaître que l'on apporte ainsi des corrections, des compléments, qu'on répare des oublis, sans tout refaire. Voici par exemple, pour le dernier acte cité (Artem 2730), comment une correction fut ajoutée en interligne : on avait « Sciendum autem quod omnes census terre sue habuit, ipso anno quo earn dimisit », lequel texte se trouve à présent surmonté de la correction suivante qui commence au-dessus de terre : « illius anni habuit, quo earn dimisit », c'est-à-dire qu'au lieu de : il faut savoir qu'il perçut tous les cens de sa terre, l'année même où il en fit don, la correction propose : il faut savoir qu'il perçut tous les cens (de sa terre) de cette année où il la céda.

322. La pratique normande fait clairement apparaître ce qui est complémentaire d'un nom. Dans la terminologie retenue par le groupe de recherche d'Azay-le-Ferron, le mot de surnom, qui est censé traduire le latin cognomen, est appliqué indifféremment à tout ce qui est ajouté au nom pour le préciser. Pourtant les mots cognomen et cognomentum étaient réservés en latin à ce qu'on appelle volontiers sobriquets ou à un deuxième nom relayant le premier. Le choix généralisant retenu pour la recherche anthroponymique trouve sa totale justification dans les exemples étudiés plus haut. En effet on y voit, on ne peut plus clairement, que les noms de base, d'usage ancien, constituent la seule référence qui vienne d'abord à l'esprit, et que sont mis en sur-noms toutes sortes de compléments : la fonction (pincerna, camerarius), l'origine géographique (de Novo Mercato), l'origine familiale ou nomen paternum (filius Nicholai), le sobriquet enfin (Dens Durus, Maleth), dans certains cas une mention partielle (pour les évêques dont la fonction accompagne le nom et dont le nom est cité en interligne). Tout cela est parfaitement clair.

33Mais on le sait aussi, ce ne sont pas toutes ces mentions en interligne qui sont devenues cognomina et plus tard noms de famille. Certes cela vaut pour les sobriquets dans bien des cas, très rarement pour le reste, parfois pour les filiations dans cette région, peu souvent pour l'origine géographique quand il ne s'agit pas de nobles, parfois pour la fonction quand elle a marqué son titulaire. Cependant ce que fut le destin de ces sur-noms importe peu au moment où nous les étudions, au XIe siècle ; à ce moment-là ils retiennent l'attention des scribes et sont bien déjà l'amorce du futur nom double.

34Le dossier étudié a fait apparaître que les exemples sont puisés en différents endroits : Fécamp, Rouen, Mantes et ne relèvent pas d'un seul scribe. On peut donc dire que la mention de surnoms en interligne est venu à l'esprit de plusieurs en même temps, comme une démarche naturelle aux scribes de cette époque. Elle a été utilisée avec plus ou moins de constance et il n'est pas impossible qu'elle soit apparue originale à certains et propre à distinguer les noms de témoins.

b. L'exemple des fonds ligériens et poitevins

35La rencontre de surnoms nombreux est plus facile à faire dans les actes du Centre-Ouest de la France que partout ailleurs, du moins pour la période initiale du XIe siècle. L'originalité de cette région est apparue à plusieurs reprises au cours de l'examen des fonds déjà mentionnés de l'Artem de Nancy, lequel permet d'avoir une vue générale de la situation de cette époque sur tout l'espace français. Ainsi, justement, selon les régions, plusieurs particularités deviennent manifestes. Ressortent par exemple la grande taille et la calligraphie des chartes de la province de Reims d'une part, la petite taille allongée et l'écriture peu soignée des parchemins de certains espaces méridionaux. Mais ce n'est pas ici le lieu de faire une géographie de l'écriture et de la diplomatique françaises du XIe siècle ; en s'en tenant à ce qui concerne les témoins et leur représentation, on a été conduit à porter ses regards sur une vaste région en forme de croissant, allant de Fécamp à La Rochelle et dont le « ventre » se situerait dans l'Orléanais. Cet espace intègre la Normandie dans sa presque totalité, l'Anjou, le Chartrain, l'Orléanais, le Blésois, la Touraine, le Poitou. Il n'y a là rien d'exclusif, mais c'est un espace vers lequel nous avait mené une enquête portant sur les seules croix autographes.

36De la même façon et sans qu'on le cherche particulièrement, sans qu'on puisse dire aussi que les parchemins de ces pays ligériens et séquaniens ont le monopole des listes de témoins à surnoms et à mentions en interlignes, il est certain cependant que c'est là qu'on peut les étudier avec le plus de fruit, c'est là qu'on a le plus de chances d'en trouver. La description faite plus haut à partir de textes normands aurait pu être entreprise avec autant de bénéfice à Angers, à Tours ou à Poitiers, avec peut-être un décalage chronologique, mais à peine sensible. L'acte cité en premier plus haut pour sa plus grande ancienneté sera peut-être, après des recherches approfondies, concurrencé par d'autres ; le fond du propos ne changera pas. Il conduit toujours à nous interroger sur la mise en place de cognomina dans les chartes du XIe siècle et sur la période d'abandon de ce système.

  • 16 Dominique Barthèlemy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993, (...)

37Les fonds occidentaux, et en particulier celui de Marmoutier, de loin le plus abondant et aussi le plus dispersé, offrent d'abord cette particularité d'avoir contenu, et conservé, d'innombrables notices, qui sont des mines d'anecdotes et d'explications, comme l'a démontré récemment Dominique Barthélemy16. A cet aspect narratif s'ajoute celui des témoignages nombreux et variés. Et bien entendu celui de surnoms également nombreux et variés. Les passer en revue conduirait à une enquête voisine de celles qui ont été faites à partir des cartulaires par le groupe d'Azay-le-Ferron.

38Puisé dans un ensemble vaste, voici seulement deux exemples à titre indicatif, empruntés au fonds de Marmoutier aux Archives départementales de Maine-et-Loire :

  • 17 Arch. dép. du Maine-et-Loire 36 H 3, no°6 (vers 1090).

391. Un chevalier Gaufredus cognomine Chamallardus fait une donation à Marmoutier juste avant de mourir et un achat est fait à son épouse (Artem 350317) :

testibus istis Rainardo decano. Gaufrido cantore. Girardo preposito, Huberto de Parrinniaco. Odone de Cleis, Rainaldo Burgevino. Gualterio Longino ; de hominibus sancti Albini : Letaldo, Goscelmo, Rotberto, Rainaldo, Rogerio, Gervasio ; de monachis : Rainerio, Achardo, Gaufredo.

40On ne s'étonnera pas de constater que les religieux n'ont pas ou n'ont que rarement de surnoms. Cela est également le cas pour les serfs, ici les « hommes de Saint-Aubin », mais de façon moins systématique. On a ici l'exemple de ce que les scribes dénomment surnoms, avec l'exemple du donateur.

  • 18 Ibidem 40 H 1 no°4.

412. Hildeman de Morenne fait une vente aux moines de Marmoutier qui rédigent la notice correspondante (Artem 353718.) Ceux qui ont vu et entendu la vente de l'un et l'achat des autres sont alors disposés à la fin sur quatre colonnes de quatre noms chacune, et à l'exception du dernier, le moine Fulcodius, qui a versé l'argent, ils n'apparaissent pas dans le cours de l'acte. Par ailleurs, pour le sénéchal Hugues Mansel, seule la fonction a été mise en interligne. Ce sont :

Rainardus de Matafelon ; Rotgerius ; Hugonis ; Manselli senescalcus ; Gualterus Moirols de Matafelon ; Frotmundus nepos Hervei Gool ; Algerius de Morenna. Drogovicarius ; Gulaterius Salvagrain ; Guasfredus senescalcus episcopi. Germanus de Morenna ; Gualterusqoqus ; Hugo de Dalmariaco ; Witernus de Boeria ; Frotmundus de Cormarno ; Arnulfus canonicus sancti Macuti. Fulcodius monachus.

42Un coup d'œil plus général dans les fonds de photographies s'imposait. Il a donné les résultats suivants : aucune trace de cette pratique de l'interlignage en Haute-Loire, dans le Puy de Dôme, en Loire-Atlantique et en Vendée, un seul exemple en Ille-et-Vilaine (c'est une notice de Marmoutier d'environ 1100) et en Loiret (de même origine). La Vienne présente une vingtaine d'exemples fournis par les archives de Nouaillé, de Saint-Maixent et de Montierneuf. Le Maine-et-Loire, qui dispose de plus de 400 pièces originales jusqu'à 1120, contient aussi des notices de Marmoutier et donc des preuves de la pratique étudiée.

  • 19 Ibidem 38 H 1 no°6, Artem 3519.

43Deux conclusions s'imposent après ce parcours géographique. On ne peut édicter de règles dans l'apparition, la disparition et la localisation de la pratique des surnoms placés en interligne. Dans la zone décrite plus haut les monastères qui l'utilisent ne le font pas systématiquement ; tout au plus peut-on observer que cela prend place durant un siècle défini grosso modo par les dates 1030-1130. La seconde observation est dictée par l'analyse de la présentation des surnoms. Il semble-on ne peut dans ce domaine avoir aucune certitude-que les scribes aient été marqués, parfois, par le souci de disposer harmonieusement les noms des témoins en respectant une certaine présentation. D'une part ils avaient l'habitude d'énumérer les noms bruts, d'autre part ils les présentaient de façon équilibrée. Les surnoms rompaient cette ordonnance et ont pu, pour cette raison, trouver leur place en surplus, par-dessus. Une notice de Marmoutier, mettant en cause Odric de Champtoceaux, fournit un exemple19 : à la suite des quatorze lignes du texte figurent seize témoins, sur quatre colonnes. Les noms sont à peu près d'égale longueur, sauf deux qui en raison de leur brièveté sont regroupés. Des surnoms sont portés au-dessus des noms des trois premières colonnes, aucun pour la dernière colonne. Le dernier nom cité, Fulcherio, est complété par la mention filio Adelaudi, qui aurait dû être en interligne, comme Haugomari filio dans la première colonne ; mais si cela avait été fait, une place serait restée vide à la fin. Il se peut que cette remarque, touchant l'équilibre de la composition, comporte une part d'hypothèse, mais des observations analogues ou identiques ont été faites à maintes reprises et constituent une sorte de confirmation.

  • 20 Ibidem 38 H 1 no°1, Artem 3512.
  • 21 Cette anomalie a trompé Olivier Guillot, qui a consulté la pancarte et vu les originaux (Le comte (...)

44La présentation des surnoms en interligne n'avait plus de raison d'être quand le texte était confié à un copiste pour l'insertion dans un cartulaire ou dans une pancarte, sauf s'il y avait intention de faire une copie figurée. L'occasion nous est donnée de voir sur ce point un scribe au travail. Revenons au dernier exemple cité. La notice, dont il vient d'être question, fait partie d'un groupe d'actes ayant donné lieu à l'établissement d'une pancarte récapitulative20 ; deux notices sont d'abord reprises intégralement dans la pancarte avec de très légères modifications. Puis après une courte phrase d'introduction (Huius igitur largitionis legitimi testes sunt quorum infra conscripta sunt nomina), sont donnés, sans que son texte ait été reproduit, les noms des témoins figurant dans une troisième notice, celle qui a été citée ici au paragraphe précédent. On ne comprend pas pourquoi le scribe de la pancarte n'a repris que les noms des témoins, et non le contenu intégral21. Nous ne pouvons donner de réponse à cette question précise, mais pour ce qui est de la reprise des noms, une observation peut être faite dans le cadre de l'étude particulière conduite ici et touchant la translation des noms et des prénoms.

45Suivant une pratique que le scribe de la pancarte a évoquée quelques lignes plus haut, il prend l'initiative de reproduire les noms des témoins in sequenti linea et non plus en colonnes ; de la même façon il abandonne l'interligne pour déposer les surnoms à la suite des noms. Les témoins sont bien repris dans le même ordre, avec quelques légères modifications : Raginaldus clericus de eodem oppido sur la pancarte était Rainaldo clerico de eodem castro sur l'original de la notice, Wauterius au lieu de Gualterio, Harchembaudus au lieu de Archembaldo, Fantinus pour Fantino milite, Ermenaudus pour Ermenaldo preposito Heldonis, Gunbaldus pour Gumbaldo. Il y a donc reprise assez fidèle des noms d'une notice donnée par la pancarte, avec, toutefois, modification de l'orthographe de certains et oubli de deux sur-noms. Faut-il incriminer la négligence du scribe, ou l'intérêt moindre porté aux surnoms ? On ne saurait aller trop loin et prêter aux notaires du XIe siècle une rigueur qui aurait pour seul avantage de satisfaire nos exigences. Accessoirement on remarquera que dans ce cas précis, au cas où l'original se serait perdu, la pancarte nous livrerait une transcription partielle seulement.

46Enfin l'absence de système ne permet pas de répondre à la question toujours posée de savoir pourquoi les surnoms apparaissent soudain. Le parcours des actes privés à partir de la fin du Xe siècle fait apparaître que les noms de témoins se pressent bientôt à la fin des actes. Au lieu de les donner en masses correspondant à des groupes sociaux, chanoines, moines, comtes et vicomtes, sans précision complémentaire, les noms qui se succèdent sont de plus en plus accompagnés de données complémentaires, fonctions d'abord, puis comme on le sait déjà, lieux d'origine, liens de parenté, enfin sobriquets. Le changement est donc à rechercher dans la plus grande abondance des témoins disponibles, des activités juridiques, de la rédaction des actes, de l'activité des scribes, et par conséquent dans la nécessité d'être plus clair et précis. La part d'initiative des rédacteurs est grande : ils racontent, ils commentent, ils ajoutent ou sous-entendent. On le voit bien avec l'exemple de la pancarte citée plus haut et intéressant Marmoutier et Champtoceaux : le texte de la notice est interprété et modifié par le scribe de la pancarte. Dans le même esprit inventif, il dispose les témoins à sa guise et choisit la désignation qui lui paraît la plus appropriée ; parfois il la place en interligne, comme un supplément secondaire et utile à la fois.

47Une série de questions vient à l'esprit, mais les réponses sont soumises à des enquêtes plus larges et plus approfondies : y a-t-il une hiérarchie dans les surnoms ainsi retenus ? Donne-t-on priorité à la fonction (vicomte, sénéchal, cellérier), ou à l'origine géographique ? Mentionne-t-on la parenté s'il y a plutôt risque de confusion avec un autre témoin, ou s'il y a rôle à jouer dans la transaction ? En vient-on au sobriquet en dernier ressort ?

48Il est inutile de poursuivre la démonstration, car les exemples se répètent et les conclusions, suscitées par de nouveaux actes, rejoignent celles qui ont été faites plus haut. Il est assez évident que les copistes des pancartes et des cartulaires ne reproduisaient que rarement ces particularités, tout comme ils « oublient » de reproduire le chrismon, résolvent le monogramme, disposent le texte à leur guise et songent peu souvent à faire une copie figurée, si bien qu'ils nous ont ainsi privé d'un riche matériau d'étude. C'est ainsi que les cartularistes reproduisent exceptionnellement l'interlignage des surnoms. In fine une ultime observation empêche de rechercher un esprit de système chez les rédacteurs des actes : le sur-nom en interligne n'appartient pas plus à l'acte solennel qu'à la notice. Cela reste bien l'initiative d'un homme, momentanément plus sensible que ses confrères, à un changement anthroponymique, dont l'historien voit bien à l'usage qu'il fut fondamental et marqua profondément son époque.

Annexes

Annexe I. AD Eure-et-Loir (H 4861) ARTEM 3253

Règlement d’un conflit entre Ernald de Beaugency et Marmoutier (vers 1100)

Règlement d’un conflit entre Ernald de Beaugency et Marmoutier (vers 1100)

Annexe II. AD Maine-et-Loire (38 H1 no°6) ARTEM 3519

Donation du seigneur de Champtoceaux pour Marmoutier (vers 1050)

Donation du seigneur de Champtoceaux pour Marmoutier (vers 1050)

Annexe III. AD Seine-Maritime (14 H 189) ARTEM 2758

Acte du comte Guillaume d'Arques pour Saint Ouen de Rouen vec clauses comminatoires de l’archevèque Mauger (1037-1058)

Acte du comte Guillaume d'Arques pour Saint Ouen de Rouen vec clauses comminatoires de l’archevèque Mauger (1037-1058)

Annexe IV. AD Maine-et-Loire (36 H 3) ARTEM 3503

Notice de Marmoutier (vers 1090)

Notice de Marmoutier (vers 1090)

Notes

1 Alfred Gawlik, Intervenienten und Zeugen in den Diplomen Kaiser Heinrichs IV (1056-1105). Der Übergang von der Interventions zur Zeugenformel, Kallmünz, 1970.

2 Michel Parisse, La noblesse lorraine XIe-XIIIe s., Lille-Paris, 1976, p. 177-178.

3 Arch. dép. Seine-Maritime 14 H 805.

4 Marie Fauroux, Recueil des actes des ducs de Normandie (911-1066), Caen, 1961.

5 Ibidem, no°35, p. 134-135.

6 Ibidem, no 232, p. 448.

7 Arch. dép. Seine-Maritime 14 H 189. La mention Artem renvoie à la collection et à la numérotation de cet atelier.

8 Ibidem 9 H 136.

9 Ibidem 7 H 2143.

10 Ibidem 14 H 344.

11 Ibidem 7 H 623.

12 On ne peut tirer argument du fait que le « surnom » d'Eustache, son frère, n'est pas mis en interligne pour imaginer que l’on faisait un sort différent à la mention du père et à celle du frère, car il existe d'autres cas où la référence au frère figure en interligne.

13 Ibidem 9 H 1764.

14 Ibidem 7 H 43.

15 Ibidem 7 H 623.

16 Dominique Barthèlemy, La société dans le comté de Vendôme de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993, 1ère partie.

17 Arch. dép. du Maine-et-Loire 36 H 3, no°6 (vers 1090).

18 Ibidem 40 H 1 no°4.

19 Ibidem 38 H 1 no°6, Artem 3519.

20 Ibidem 38 H 1 no°1, Artem 3512.

21 Cette anomalie a trompé Olivier Guillot, qui a consulté la pancarte et vu les originaux (Le comte d'Anjou et son entourage au XIe siècle, tome II, Paris, 1972, p. 298, C18). L'acte auquel il fait allusion ne peut en aucun cas avoir été porté sur la pancarte avant qu'une notice ait été rédigée. Les actes repris dans la pancarte 38 H1 no°1 sont les originaux 38 H 1 no°2, puis 38 H 1 no°5, tandis que la liste de témoins isolés est celle de la notice 38 H1 no°6.

List of illustrations

Title Règlement d’un conflit entre Ernald de Beaugency et Marmoutier (vers 1100)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16840/img-1.jpg
File image/jpeg, 313k
Title Donation du seigneur de Champtoceaux pour Marmoutier (vers 1050)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16840/img-2.jpg
File image/jpeg, 280k
Title Acte du comte Guillaume d'Arques pour Saint Ouen de Rouen vec clauses comminatoires de l’archevèque Mauger (1037-1058)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16840/img-3.jpg
File image/jpeg, 430k
Title Notice de Marmoutier (vers 1090)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16840/img-4.jpg
File image/jpeg, 389k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1995

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

This digital publication is the result of automatic optical character recognition.