Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

En forme de conclusion générale : bilans et projets

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

1De la dénomination par le nomen proprium, une première impression fait ressortir la différence entre hommes et femmes. Plus varié, marqué par les diminutifs, les noms descriptifs, le corpus féminin peut évoquer des principes différents de choix pour les garçons et pour les filles. À cette différence, s'ajouterait, souvent affirmée par les historiens, un corpus différent pour les clercs et les laïcs. Les familles auraient donc eu trois modes de désignation suivant le sexe et l'état prévu pour leurs enfants, ce qui présuppose une stratégie familiale précise définie a priori.

  • 1 Cependant, Michel Zimmermann insiste sur la pauvreté particulière de l'anthroponymie monastique, e (...)

2L'analyse quantitative modifie cette impression. Elle n'enregistre pas de différence significative entre les noms de clercs et de laïcs1. Quant aux filles, le choix de leur nom est loin d'obéir à des principes tout à fait autres et spécifiques.

I. Noms de garçons et noms de filles : points communs et dissemblances

  • 2 Cf. notamment G. Duby, "lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise. (...)
  • 3 Sur ce point, voir les remarquables interprétations de Michael Mitterauer, Ahnen und Heilige. Zur (...)

3La modification du corpus des noms masculins au cours du XIe ou du XIIe siècle a été à plusieurs reprises soulignée2. L'étude conduite dans les diverses régions confirme tout à fait cette vue, mais en précise les rythmes et l'ampleur. Le phénomène est ancien dans le Sud-Ouest, dès le IXe siècle en Gascogne ; dans le pays rouergat et toulousain largement amorcé au Xe siècle ; entamé aussi au Xe siècle en Bourgogne. Tardif en revanche en Bretagne, où on ne l'aperçoit guère avant le milieu du XIe siècle. Tardif aussi dans le Midi méditerranéen, semble-t-il, où la rapidité de l’évolution propulse alors la région vers les formes les plus "modernes" de la dénomination. La concentration sur quelques noms dominants, de grandes familles ou de grands saints en est le phénomène le plus apparent3 ; elle va de pair avec l'abandon d'un bon nombre de noms, souvent d'origine germanique, mais elle n’exclut pas la survie de quantité de noms rares.

  • 4 Pour Michel Zimmermann (cf. note 1), ce nouveau type de noms signale une attention nouvelle prêtée (...)

4Pour les filles, l'évolution n’est pas si différente. Il est vrai que s'introduisent dans le corpus de nombreux noms, en général laudatifs ou descriptifs, qui évoquent leurs vertus ou leur physique4. La "christianisation” du corpus est aussi moins évidente, dans un premier temps. Notamment, la diffusion de Maria est plus tardive et moins générale que celle de Petrus. La condensation du corpus est moins marquée. Cependant, la concentration sur quelques noms dominants est équivalente à celle que connaît le corpus masculin. Au XIe siècle, avec peut-être un léger retard sur l'évolution des noms d'hommes, les femmes adoptent, dans les divers milieux sociaux, les noms des grandes dames de la région.

  • 5 Nous avons, en général, lemmatisé les formes diminutives, nous réservant de reprendre l’étude du f (...)

5Puis, dans le Midi, dès la fin du XIe siècle, s'installe l'usage de leur donner des noms masculins employés au féminin : à Guillelmus, répond Guillelma, à Raimundus Raimundo. Le principe s’étend plus tard au Nord de la France : à Pierre, correspondent les Pétronille et autres Perronelle, à Jean, Jeanne qui au XIVe siècle concerne plus du tiers des femmes. Le diminutif s'y ajoute5 parfois.

  • 6 Voir infra.
  • 7 Ou de l’un d'entre eux s'ils en ont plusieurs.

6Cette mise au féminin des noms masculins est difficile à interpréter. Elle précède l’extension aux femmes du système complet de dénomination avec un surnom et n'est donc pas l'une des manifestations d'une contagion globale de l’ensemble des usages anthroponymiques par le système masculin6. Il est difficile de démêler ce qui dans cette évolution tient d'une extension aux filles des principes de choix qui ont prévalu jusqu'alors pour les garçons (une sorte de patronage des grands saints et des puissants) ; de la volonté de désigner les enfants des deux sexes, parallèlement, par des noms très proches ; voire de la force de la parenté spirituelle (masculine) en donnant, quel que soit leur sexe, le nom de leur parrain7. Nous butons là sur une recherche à approfondir, celle du poids de la parenté spirituelle dans la dénomination des enfants au XIe et XIIe siècles.

Graphique N° 1. Évolution comparée de la condensation des noms (stock/100 noms) pour les hommes et les femmes

Graphique N° 1. Évolution comparée de la condensation des noms (stock/100 noms) pour les hommes et les femmes

Graphique 1a : Bas-Languedoc (Agde)

Graphique 1b : Toulousain (Lézat)

Graphique 1c : Bourgogne

II. Les faciès régionaux

  • 8 Encore que Gile soit parmi les quinze noms les plus portés à la fin du XIIIe siècle à Paris.

7Pas de saints régionaux dans ces choix de dénomination, pour les hommes comme pour les femmes. C'est aux apôtres Pierre, puis Jean ou au diacre Étienne que l'on se réfère. Pourtant un faciès régional, parfois micro-régional est évident. Il est tout à fait évident en Bretagne où la concentration des choix se fait sur deux noms "exotiques", romans et non celtiques, qui sont peu portés ailleurs, Alain et Yves. Macie et Gilète n'existent guère au-delà de la Touraine, où ils sont fréquents8.

8Le nom des princes, peut-être relayé par les seigneurs locaux, marque des aires régionales, même si certains noms se sont diffusés partout, tels Bernard Guillaume ou Géraud. Par quelles voies ? La parenté spirituelle a pu jouer ; la vassalité aussi. Suivant des processus subtils : comme d'autres seigneurs tourangeaux de la mouvance blésoise, Geduin de Saumur, vaincu par les Angevins, se replie à Chaumont et appelle son fils Geoffroy, du nom des comtes d'Anjou ! Ces chemins ne semblent pas pouvoir seuls rendre compte d'un phénomène aussi général et rapide. En tous cas, le tabou qui réservait jadis certains noms au sang royal est tombé. Le fait est aussi vrai pour les Hugues et les Robert que pour les Élisabeth, même si le phénomène est moins facile à percevoir pour les femmes, pour lesquelles le patrimoine anthroponymique est brouillé par les processus d'alliance. Tous les noms royaux ou princiers n'ont pas été adoptés : l'image négative de certains princes ou seigneurs a pu avoir un rôle répulsif. Le nom princier est sans doute à la fois celui du pouvoir d'une famille et à l'image providentielle de certains de ses membres.

III. Filiation des noms et évolution du corpus

9Structuré autour de certains noms puissants, le corpus est en perpétuel rééquilibrage. Une observation rapide donne l'impression d'un corpus stable à partir du XIIe siècle, à peine troublé par l'arrivée de Jean et Jeanne. En fait, à observer de plus près, il apparaît que les noms dominants se succèdent à la tête des choix et que l'ordre de fréquence des noms les plus portés se modifie d'une génération à une autre. Mais les cycles, caractéristiques de la dénomination à l'époque contemporaine, ne sont pas repérables : les principes des choix sont autres.

  • 9 Cf. Le prénom, mode et histoire. Entretiens de Mahler 1980, ed. J. Dupâquier, A. Bideau et M.E. Du (...)

10Comment concilier à la fois la restructuration permanente du corpus et la filiation lignagère des noms, maintes fois observée dans les familles aristocratiques de cette époque ? Sans doute faut-il d’abord vérifier le caractère systématique de cette filiation dans les diverses strates de la société. Chercher plusieurs modèles coexistant, sinon dans la même famille, du moins dans la même région ? Ensuite chercher autour de la parenté spirituelle confiée à un membre de la famille, un oncle paternel par exemple, en fonction duquel l'enfant serait appelé, ainsi que le révèle les enquêtes postérieures, notamment dans les registres paroissiaux9. La restructuration pourrait alors venir des hasards biologiques, tels que la mort de l'aîné, et du nombre irrégulier des enfants. Faut-il imaginer des réajustements volontaires, tels que ceux que pratique au début du XIIIe siècle le seigneur de Mèze : le nom de Fulcrand est caractéristique de cette famille, mais les deux fils connus à ce Fulcrand de Mèze s'appellent Pierre et Paul. A l'étude des généalogies de nous apporter des précisions sur ces permanences lignagères, ces ruptures, la variété des comportements familiaux dans ce domaine.

IV. Approfondir le fonctionnement des surnoms

11Ajouté au nom de plus en plus souvent à partir du milieu du XIe siècle, le surnom est devenu un élément essentiel de la désignation des personnes.

12Ce surnom peut faire référence à plusieurs domaines : le lieu, le métier, le sobriquet ou un autre nom.

13L'analyse succincte, telle que nous l’avons menée jusqu'ici, montre que les références de lieu n'ont cessé de progresser au cours du XIIe siècle au détriment des autres références et que certaines régions, telles que la Bourgogne les ont d'emblée adoptées dans de nombreux cas, même si les roturiers portent souvent aussi des sobriquets dès cette époque. Une géographie de la répartition de ces références et de leur évolution est possible.

14Mais à ce point de l'enquête s'impose la nécessité, pour les années à venir, de reprendre la grille d'analyse pour l'affiner, tant le fonctionnement du surnom est divers.

15En effet, il y a plusieurs types de nom de lieu : le nom de castrum, dans les pays d'incastellamento, le nom de lieu-dit, ne peut être confondu avec un détail du paysage ; pas plus que la précision d'une résidence avec l'indication d'une origine pour un étranger. Le nom de lieu est-il devenu dès la période médiévale un marqueur aristocratique ? Ou bien certains types de noms de lieu sont-ils seuls marqueurs de noblesse ?

16Le nom de personne utilisé comme surnom est aussi d'une interprétation difficile : ce peut être une sorte de double nom, solution rare. Ce peut être le nom du père au génitif ; c'est le nomen paternum ; il est alors peu différent dans son fonctionnement des formes plus développées qui énoncent une filiation, sous la forme Petrus filius Guillelma. Ce peut enfin être le nom d'un ancêtre, qui est devenu un patronyme.

17Le lieu, le métier ou le sobriquet peuvent être des noms individuels ou des noms hérités, des patronymes. Pour désigner une personne, ils peuvent l'accompagner en toutes circonstances ou s'adapter au gré des situations.

18Il nous faut reprendre ces nuances, les compléter par des analyses prosopographiques pour en préciser le fonctionnement.

V. Aux origines du surnom : le resserrement du corpus des noms ?

19Si le surnom, dans sa complexité, nous invite à des révisions, l'étude de l'anthroponymie des femmes et des clercs, n'en a pas moins précisé certains aspects.

20Le resserrement du corpus est-il le moteur de l'apparition du surnom ? La réponse continue à être très complexe.

  • 10 Bien entendu une très forte concentration sur quelques noms dominants ne laisse que peu de place à (...)

21Le resserrement du corpus peut se faire soit par "concentration" des choix sur quelques noms dominants en conservant une poussière de noms rares, soit par "condensation" globale des choix, sans qu'émergent nettement des noms dont la fréquence écrase le corpus. À ce second type correspond plutôt l'évolution du corpus des noms masculins en Vendômois, au premier celle du Languedoc10. Les deux situations génèrent l'une et l'autre des homonymies. Si l'on en juge par l'évolution du corpus des noms féminins et par certaines situations régionales, la concentration sur quelques noms dominants semblent moins importante pour multiplier les surnoms ou les désignations complémentaires que la condensation globale. C’est à un stock de noms voisin de 50 % que semble s'accrocher la diminution marquée du nom unique.

Graphique N° 2. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms) et du % de désignations de type I pour les hommes dans les diverses régions étudiées

Graphique N° 2. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms) et du % de désignations de type I pour les hommes dans les diverses régions étudiées

Graphique 2a : Vendômois

Graphique 2b : Limousin

Graphique 2c : Toulousain

Graphique 2d : Gascogne

Graphique 2e : Bretagne

Graphique 2f : Centre

  • 11 Cf. Michel Zimmermann, note 1.
  • 12 Cf. infra.

22Mais l'enchaînement des phénomènes est loin d'être univoque. Certaines régions, comme le centre de la France, connaissent une diminution du nom unique antérieure à tout resserrement sensible du corpus. En Catalogne aussi, il semble bien que le développement du second élément de la dénomination soit antérieur à la condensation des noms11. Partout en tous cas, le processus s'entraîne lui-même : l'homonymie demande un complément de désignation et ce complément permet le resserrement du corpus des noms. Seules quelques régions, comme celle d'Agde12, montrent des modifications tellement brutales, qu’on ne peut y lire cet enchaînement complexe de l'évolution.

VI. L'apport de l'exemple breton : une évolution en deux temps

23Au modèle qu'ont révélé les études des diverses régions françaises, la Bretagne apporte l'exemple d'une évolution beaucoup plus tardive : c'est seulement vers le milieu du XIIIe siècle que le nombre de surnoms égale celui des noms uniques, assortis de désignations complémentaires, essentiellement de filiation.

24Mais dès les années 1050, les cartulaires bretons montrent que le nom unique se raréfie, passant en un siècle, de 1000 à 1130, de 70 % des occurrences à 20 %. Pour désigner les hommes, on ajoute désormais la filiation : "X filius Y". Ce mode de désignation est, à partir de 1050, utilisé pour 50 % des occurrences.

25Deux temps, donc, de transformation du mode de désignation : l'un contemporain de phénomènes observés ailleurs au cours du XIe siècle, l'autre repoussé au milieu du XIIIe. Le premier correspondant à un stock des noms de 50 %, le second de 20 %.

26De fait, l'abandon (ou en tous cas la réduction très sensible) de la désignation "X filius Y" ou du nomen paternum semble souvent correspondre à un resserrement du corpus des noms, tels que le stock approche des 20 % : ainsi en Vendômois, en Gascogne, en Bas-Languedoc.

27Plutôt qu'à une désignation rappelant l’enchaînement des générations, où le nom du grand père viendrait limiter le risque d’une homonymie à deux générations, système que certains pays et certaines civilisations ont bâti, le surnom l'emporte. Il nous reste à mesurer si ce moment correspond à celui où son usage s'impose sous la forme patronymique, notamment dans les régions où la désignation par filiation n'a jamais été pratiquée. Et quelle signification la création du patronyme revêt, qui résume en un surnom commun l'appartenance à une famille, plutôt que le rappel successif des ancêtres.

Graphique N° 3. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms), du % de noms uniques et de désignations de type "X filius Y" chez les hommes

Graphique N° 3. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms), du % de noms uniques et de désignations de type "X filius Y" chez les hommes

Graphique 3a : Vendômois

Graphique 3b : Bretagne

Graphique 3c : Bas-Languedoc (Agde)

VII. Désigner avec précision : une exigence nouvelle

28L'homonymie n'est assurément pas le seul facteur qui entraîne la diminution d'une désignation par nom unique. La condensation du stock des noms de femmes est beaucoup plus faible ; pour elles aussi pourtant disparaît l'usage du nom unique. Au moment où la désignation des hommes se précise par un surnom, les femmes voient se développer à côté de leur nom l'indication d'une relation familiale. Quant aux clercs, ce n'est pas l'apparition d'une désignation complémentaire par leur fonction que nous voyons apparaître, puisque, en règle générale, nous ne les connaissons comme tels que s'ils indiquent cette fonction. Mais la nouveauté est pour eux, la localisation de cette fonction : ils ne sont plus seulement prêtre ou diacre, mais chapelain de tel lieu.

29Ainsi se manifeste pour l'ensemble de la population l'encellulement, la nécessité de préciser par des critères propres à chaque état, la place de chacun en un système cohérent de références.

  • 13 Il s'agit par exemple de repérer si les mêmes surnoms se retrouvent en même temps entre deux villa (...)

30Sans doute, le brouillage des noms, qui ne renvoient plus désormais rigoureusement à telle ou telle famille, rend-il nécessaire une précision qui n'est donc pas seulement le signe d'une exigence nouvelle. Toutefois, auparavant, dans quel cadre géographique et social pouvait s'exercer, le repérage des individus et des familles, par un seul nom, même s'il était issu d'une double racine ? Pouvait-on y procéder en dehors d'un petit nombre de familles bien connues ou d'un espace restreint ? Les deux éléments de la dénomination créent un système de coordonnées simples qui identifient les personnes à une échelle plus vaste ; on pourrait la mesurer si les documents nous permettaient de repérer la distance moyenne13 entre des surnoms homonymiques ou des homonymes parfaits.

31La chronologie fine montre cependant des décalages entre l'apparition des compléments de désignation pour les divers "états". Partout, quel qu'en soit la date régionale, l'abandon du nom unique est un peu plus précoce pour les hommes que pour les femmes ; et la précision "locale" pour les clercs un peu plus tardive aussi que le surnom des laïcs. Ces nuances ne font que confirmer à quel point l'organisation sociale se perçoit à partir de la filiation masculine.

Graphique N° 4. Évolution comparée du % de désignations de type I pour les hommes et les femmes

Graphique N° 4. Évolution comparée du % de désignations de type I pour les hommes et les femmes

Graphique 4a : Bourgogne

Graphique 4b : Toulousain

Graphique 4c : Gascogne

Graphique N° 5. Désigner avec plus de précision

32N.B. : Sur les graphiques ci-dessous sont juxtaposées les courbes :

  1. du progrès du surnom chez les hommes laïcs (type III + IV)
  2. de la fonction localisée chez les clercs
  3. de l'ensemble des compléments ajoutés au nom des femmes, désignations complémentaires et surnom (type II + III + IV)

Graphique 5a : Bourgogne

Graphique 5b : Bas-Languedoc (cartulaires du chapitre d'Agde)

VIII. Le surnom, signe de participation à la vie publique

33Les axes qui s'imposent aux diverses désignations confirment la masculinité originelle du surnom : dans les régions où il s'implante, le surnom demeure avant tout affaire de "mâles". Sauf en Gascogne, les femmes sont très rarement éponymes dans les cartulaires que nous avons étudiés. Même lorsqu'elles sont les acteurs principaux des chartes, lorsqu'elles entraînent derrière elles leurs enfants pour aliéner un bien qui vient de leur patrimoine propre, elles sont normalement désignées par une relation familiale. Entre leur père (ou leurs frères) et leur mari, elles matérialisent dans leur mode de désignation leur situation d'intermédiaire.

  • 14 Bonaventure fait remarquer que patrimoine vient de "père" et que matrimonium signifie mariage (Com (...)
  • 15 Cf. Michel Zimmermann, note 1.

34Le surnom ne renvoie donc pas simplement à un patrimoine14. Il est beaucoup plus le révélateur d'une place dans la vie publique, qui est, bien entendu, souvent corrélée à la possession de certains biens. La rareté du surnom pour désigner les femmes illustre la maigre participation qui y est la leur. Ainsi s'explique qu'en Catalogne, le surnom apparaisse d'abord pour les témoins15. À défaut d'être strictement issu de l'autorité politique, le surnom est l'image d'une volonté de structurer la vie publique, probablement partagée par l'Église et la seigneurie. Le choix du nomen proprium est désormais, au contraire, du domaine privé. D'où la modification concomitante du choix des noms et de la multiplication des surnoms, d'où le dépassement du tabou de la propriété symbolique des noms par certains lignages royaux et princiers, d'où la multiplication des noms "pieux".

35Dans un premier temps, le surnom porté par une femme est le gage de sa participation à la vie publique. Ainsi en va-t-il des femmes qui exercent effectivement une autorité seigneuriale. Ainsi en va-t-il également des femmes des milieux modestes pour lesquelles s'exercent moins la puissance du cadre familial et l’abri de la demeure privée.

IX. Un système contagieux

36Toutefois le système s'impose peu à peu à l'ensemble de la société. La contagion s'exerce sur les clercs, du moins ceux du bas clergé ; car pour les dignitaires de l'Église ou les maîtres, le prestige de la fonction reste plus important que le port du surnom, malgré leur naissance dans de nobles familles. Pour les femmes aussi, le surnom gagne sous la forme du nom du mari mis au féminin. Peu de différences entre les femmes mariées et les veuves. Peut-être les jeunes filles sont elles, si elles sont majeures, désignées par le surnom de leur père mis au féminin.

37Cette généralisation du système masculin se fait à des rythmes parfois très différents. Plus vite pour les clercs que pour les femmes, dans l'ensemble. Plus vite dans certaines régions que dans d'autres : il est surprenant de voir que les clercs sont désignés par un surnom dans le cartulaire de Maguelone presque aussi vite que les laïcs, et bien plus tard dans le cartulaire du chapitre d'Agde, alors que les deux évêchés sont séparés de moins de cinquante kilomètres. En revanche, la simultanéité est presque parfaite entre la région d'Agde et le Toulousain. La chancellerie a-t-elle à Maguelone des usages très particuliers ?

Graphique N° 6. Contagion du système de désignation masculin

Graphique N° 6. Contagion du système de désignation masculin

Graphique 6a : contagion sur l'anthroponymie des clercs en Touraine (cartulaire de Noyers)

Graphique 6b : contagion sur l'anthroponymie des femmes en Toulousain (cartulaire de Lézat)

Graphique 6c : contagion sur l’anthroponymie des clercs et des femmes en Bourgogne

Graphique 6d : contagion sur l’anthroponymie des clercs et des femmes en Bas-Languedoc

Graphique 6d : contagion sur l’anthroponymie des clercs et des femmes en Bas-Languedoc

Graphique 6d-1 : cartulaires du chapitre d'Agde

Graphique 6d - 2 : cartulaires de Maguelonne

38La proportion de femmes désignées par des surnoms semble très différente d'une région à l'autre. Cas particulier du Sud-Ouest où elles semblent beaucoup plus nombreuses dès le XIIe siècle ? Mais les données y sont trop fragmentaires pour être véritablement probantes.

X. L'anthroponymie devient un marqueur social

39En tous cas, lorsqu'il se généralise, ce surnom des femmes semble surtout le fait des classes moyennes urbaines, peut-être des métiers. La place exceptionnellement élevée des femmes désignées par un surnom dans les livres de la taille en est le signe. Le dynamisme des modes urbains de dénomination ne se limite pas à la diffusion du port du surnom : les choix des noms semble y précéder aussi légèrement ceux des campagnes.

40Pour tous, hommes, clercs et femmes, les modes de désignation apparaissent assez étroitement corrélés aux milieux sociaux.

41Pas le choix des noms : au XIVe siècle, il y a, dans ce domaine, bien peu de différence entre la noblesse du Blésois, les "bourgeoises" de la ville et les femmes des campagnes ; seulement un peu d'avance des secondes. De même pour les hommes, où à l'exception de quelques noms de facture archaïque, demeurés dans quelques familles nobles, et parfois abandonnés au cours du XIIIe siècle, il est bien difficile de distinguer d'après le nomen proprium le noble et le roturier. Le choix est plus marqué par la région que par le milieu et il a été bien difficile, malgré nos tentatives, de préciser le caractère aristocratique ou roturier des noms de femmes.

42Mais la désignation d’ensemble révèle de plus en plus le rang social. Pour les femmes, le surnom est souvent associé à la roture : les femmes de bien sont plutôt désignées comme épouse, fille, voire mère. Il faudra reprendre ce qu'il en est pour les hommes et mettre au clair les usages qui semblent s’installer dans les familles nobles au cours du XIIe et du XIIIe siècle. Après une période plus indistincte, les usages semblent se différencier et porter, suivant une chronologie à préciser, les marques de la stratification sociale.

XI. Entre système et situation concrète

43Le système se construit donc. Assez rapidement mué en système patronymique, au moins dans le midi de la France. Il faudra le vérifier. Avec les différences qui distinguent l'homme laïc du clerc, la femme de l'homme ; avec ses nuances qui soulignent les appartenances à des milieux divers ; avec la contamination progressive qu'exerce le système masculin laïc sur l'ensemble de la population. Mais il reste toujours flexible : le sens du surnom ne semble se perdre que très lentement. Il doit rester plausible, ne pas s'opposer trop évidemment au statut de qui le porte. Ainsi le surnom de métier sied mal au clerc, parfois à la femme. Il est probable aussi que le surnom ne perd jamais sa fonction d'identification des personnes, évitant les homonymies. La suite de l’enquête devra se préoccuper de la mesurer, notamment aux époques un peu plus basses, où le système est en place, avec les noms et les surnoms, tel qu'on l’écrit, mais tel qu'il se modifie sans cesse au contact de la pratique orale.

Notes

1 Cependant, Michel Zimmermann insiste sur la pauvreté particulière de l'anthroponymie monastique, et se demande si elle ne révèle pas que les noms portés par les moines sont "ceux de leur profession et non ceux reçus au baptême", dans "Les débuts de la révolution anthroponymique en Catalogne (Xe-XIIe siècles)", Annales du Midi, 102, janvier-juin 1990, Cadres de vie et sociétés dans le midi médiéval. Hommages à Charles Higounet, p. 301.

2 Cf. notamment G. Duby, "lignage, noblesse et chevalerie au XIIe siècle dans la région mâconnaise. Une révision", Hommes et structures du Moyen Age, Paris 1973, p. 395-422.

3 Sur ce point, voir les remarquables interprétations de Michael Mitterauer, Ahnen und Heilige. Zur sozialgeschichte des Namengebung, Beck-Verlag Munich, à paraître en 1993.

4 Pour Michel Zimmermann (cf. note 1), ce nouveau type de noms signale une attention nouvelle prêtée aux femmes.

5 Nous avons, en général, lemmatisé les formes diminutives, nous réservant de reprendre l’étude du fonctionnement du diminutif dans les analyses prosopographiques à venir.

6 Voir infra.

7 Ou de l’un d'entre eux s'ils en ont plusieurs.

8 Encore que Gile soit parmi les quinze noms les plus portés à la fin du XIIIe siècle à Paris.

9 Cf. Le prénom, mode et histoire. Entretiens de Mahler 1980, ed. J. Dupâquier, A. Bideau et M.E. Ducreux, Paris 1984.

10 Bien entendu une très forte concentration sur quelques noms dominants ne laisse que peu de place à une forte condensation sur des noms de fréquence moyenne ; les deux situations sont difficilement compatibles.

11 Cf. Michel Zimmermann, note 1.

12 Cf. infra.

13 Il s'agit par exemple de repérer si les mêmes surnoms se retrouvent en même temps entre deux villages voisins, ou à l'intérieur d'une même seigneurie.

14 Bonaventure fait remarquer que patrimoine vient de "père" et que matrimonium signifie mariage (Comm. Sent. IV, 678 : cf. Silvana Vecchio, Histoire des Femmes. 2 : Le Moyen Age, ed. G. Duby et M. Perrot, Paris 1991, p.133.

15 Cf. Michel Zimmermann, note 1.

Table des illustrations

Titre Graphique N° 1. Évolution comparée de la condensation des noms (stock/100 noms) pour les hommes et les femmes
Légende Graphique 1a : Bas-Languedoc (Agde)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Graphique 1b : Toulousain (Lézat)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Légende Graphique 1c : Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre Graphique N° 2. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms) et du % de désignations de type I pour les hommes dans les diverses régions étudiées
Légende Graphique 2a : Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Graphique 2b : Limousin
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Graphique 2c : Toulousain
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Graphique 2d : Gascogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Graphique 2e : Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Graphique 2f : Centre
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique N° 3. Évolution comparée de la condensation (stock/100 noms), du % de noms uniques et de désignations de type "X filius Y" chez les hommes
Légende Graphique 3a : Vendômois
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Graphique 3b : Bretagne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Graphique 3c : Bas-Languedoc (Agde)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique N° 4. Évolution comparée du % de désignations de type I pour les hommes et les femmes
Légende Graphique 4a : Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Graphique 4b : Toulousain
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Graphique 4c : Gascogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Graphique 5a : Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Graphique 5b : Bas-Languedoc (cartulaires du chapitre d'Agde)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique N° 6. Contagion du système de désignation masculin
Légende Graphique 6a : contagion sur l'anthroponymie des clercs en Touraine (cartulaire de Noyers)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Graphique 6b : contagion sur l'anthroponymie des femmes en Toulousain (cartulaire de Lézat)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Légende Graphique 6c : contagion sur l’anthroponymie des clercs et des femmes en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique 6d : contagion sur l’anthroponymie des clercs et des femmes en Bas-Languedoc
Légende Graphique 6d-1 : cartulaires du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Graphique 6d - 2 : cartulaires de Maguelonne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16803/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 89k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search