Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Conclusion : "Insignis femina, virilis femina"1

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

  • 1 Ce titre est repris à Danielle Regnier-Bohler, in G. Duby et M. Perrot (ed.), Histoire des femmes. (...)

1Malgré nos efforts, aux uns et aux autres, de Paris à la Provence, en passant par diverses régions de la France actuelle, il est certainement tout à fait prématuré et imprudent de prétendre démêler règles et sens de l'anthroponymie des femmes.

  • 2 Ainsi, il y a 12 % de femmes parmi les auteurs des doléances déposées devant les Enquêteurs royaux (...)

2D'abord pour une raison simplement arithmétique : il faut manipuler des quantités de chartes, des cartulaires ou dépouiller d'abondants registres fiscaux pour se procurer un matériel qui se prête à un traitement statistique. Les femmes y sont rares : de 10 à 14 %, en règle générale, suivant les sources, pourtant de factures diverses, que nous avons utilisées2.

3Malgré leurs limites, les cartulaires offrent un matériau satisfaisant pour l'approche de l'anthroponymie masculine, parce qu'ils ouvrent sur deux champs différents de l'onomastique : en effet les chartes livrent, dans une proportion voisine, les noms des acteurs des chartes (vendeurs, acheteurs, donateurs etc., tous ceux que nous regroupons sous le terme de "parties principales"...) et ceux des signa, témoins ou garants. Les premiers désignent les personnes avec une précision dont l'objectif est, entre autres, de justifier leur droit à conclure la transaction ou à y participer. Les seconds sont beaucoup plus proches de la dénomination courante. Or les femmes ne participent pas à la vie publique, elles ne sont qu’exceptionnellement citées dans l'eschatocole. C’est leur mode légal de désignation, liée à la propriété, plus que leur dénomination courante que nous atteignons par ce type de source. Ce n'est pas pour autant une donnée négligeable.

4En outre, si certains cartulaires livrent, notamment par le biais des confronts, les noms de quelques hommes qui n’appartiennent pas à la "noblesse", les femmes des milieux "médiocres" y sont fort rares. Les usages de l’anthroponymie féminine sont donc, hors des "meilleurs" milieux, très difficiles à appréhender.

5A défaut d'une observation systématique des noms de personne de la littérature, toutes les autres sources susceptibles de compléter les données des cartulaires sont beaucoup plus tardives, elles datent au mieux des dernières années du XIIIe siècle. Celles-ci témoignent, à l'inverse des cartulaires, d'une population bourgeoise ou moyenne, surtout urbaine. Entre les résultats de ces données et de ceux des cartulaires, tout n'est pas affaire de temps, comptent aussi les milieux.

6Les listes fiscales n'offrent pas une forte proportion d'anthroponymes féminins, mais au moins l'abondance de la source fait que cette faible proportion constitue cependant un corpus acceptable. Mais un corpus auquel manque une partie de la chair du contexte familial et social, qu'apportent les chartes de la période antérieure. Et un corpus dont l'interprétation, en ces premiers temps de la fiscalité, n’est pas sans difficulté.

7Les procès de canonisation fournissent une présence féminine beaucoup plus dense. Avec l’avantage que l'on peut y comparer l'état-civil de la déclarante et les dénominations qui figurent au détour des témoignages. L'art du notaire est alors tout à fait mûr et il marque l'énonciation de l'état-civil des déclarantes d'un esprit systématique, mais dans les témoignages figure une anthroponymie plus simple et plus proche de l'usage quotidien. Les modes de désignation des femmes y sont donc différents mais perceptibles ; ils ont le souci commun d'identifier avec précision l'individu dans un contexte géographique et social assez large. Mais ces documents sont, bien entendu, très postérieurs aux premiers temps des transformations de l’anthroponymie masculine.

8Nous aurions dû confirmer les résultats de ces procès par une enquête dans les registres d'inquisition ; nous y aurions sans doute approché mieux encore de l'usage commun. Un rapide sondage dans les registres de Jacques Fournier ne révèle pas, à première vue, des pratiques sensiblement différentes de celles dont témoignent les procès de canonisation, mais c'est à coup sûr une source qui mérite d'être reprise par un traitement complexe.

I. En ville, aux environs de 1300

9Vers 1300, en Provence, si l'on en juge d'après le procès de canonisation et le livre des miracles de Charles d’Anjou, il est fort rare qu’une femme soit désignée par son seul nom, sauf si le contexte est parfaitement clair. Il est rare aussi que ce nom soit complété d'une précision autre qu'un lien de parenté : cette solution là n'est employée que pour moins de 10 % des femmes, surtout pour des femmes de rang très modeste, des domestiques ou des enfants.

10Deux modes principaux de dénomination des femmes coexistent. Le premier est voisin de celui par lequel se désignent les hommes : un nom suivi d'un surnom.

11Près d’un tiers des femmes sont ainsi désignées. Dans ces conditions, peut-être serait-il déjà préférable d'utiliser les termes de prénom et nom. En effet, il est exceptionnel que le surnom soit le reflet d'une caractéristique individuelle de la femme désignée : en règle générale, ce "nom" lui vient par voie masculine, soit par son mari lorsqu'elle est épouse, soit par son père lorsqu'elle est célibataire. On le décline au féminin pour les femmes.

12Dans l'autre système, le surnom n'est pas adopté directement pour la femme, mais il intervient par le truchement d'une indication de parenté : c'est le parent qui porte alors seul le surnom. Sont désignées ainsi environ 40 % des femmes citées dans les documents analysés.

13Une femme peut également porter un prénom, un nom et être en sus désignée par une parenté, avec répétition du surnom : 15 % des femmes sont ainsi désignées. Cette situation semble plus courante pour les femmes mariées (près d'un quart des femmes dont l'état conjugal est précisé) ; plus rarement comme fille de son père ou par une autre parenté (6 % des cas de femmes dont le statut de femme mariée n'est pas précisé).

14Cette double mention révèle que les deux systèmes sont forts : le port d'un surnom par une femme et sa désignation par un lien de parenté.

15Cette répétition du même surnom n'est pas pure redondance. Elle a probablement sa signification. Elle n'est pas facile à interpréter dans le cas de la répétition du surnom par le père : le surnom patronymique de la mère ne passant pas normalement aux enfants, il ne s'agit pas d'affirmer implicitement le patronyme paternel par opposition à un éventuel patronyme venu de la famille maternelle. C'est peut-être tout au plus manière commune d’indiquer le célibat de la fille.

L'abandon du patronyme est la situation normale, mais non exclusive, de l'anthroponymie de la femme mariée

16Dans le cas de la femme mariée, la double mention du nom du mari, mis au féminin comme nom de la femme, puis répété, pour le mari est plus significative. Il est l'abandon du patronyme de la femme. Il est révélateur que 13 % seulement des femmes identifiées comme mariées portent leur propre patronyme, que 25 % des femmes mariées répètent, après avoir adopté son surnom le nom (prénom et patronyme) de leur mari et qu'au total la relation à la famille d'origine de la femme soit si rare.

17Toutefois, pour évaluer avec exactitude le fonctionnement de l'anthroponymie des femmes entre leur famille d'origine et la famille d'alliance, entre sa dénomination par un surnom et par un lien de parenté, il manque au procès de canonisation un indice essentiel : combien de femmes mariées parmi le total des mentions de femmes ? Nous retrouvons ici la même difficulté que pour les clercs : nous ne savons qu'une femme est mariée que si elle se désigne comme telle, très rarement par le contexte.

Le notaire et l'usage courant

18La comparaison, terme à terme, des modes de dénomination des femmes dans les deux situations, lorsqu'elles déposent comme témoins et lorsqu'elles sont citées dans un récit, fait apparaître deux différences principales.

19D'une part, l'identification est renforcée, développée, lorsque la femme dépose son témoignage. Le nombre d'éléments de désignation, nom, surnom, référence locale, relation familiale, s'additionnent dans un "état-civil" très complexe. La mention d'un lieu, résidence probablement, y est très fréquente ; l'âge aussi. Rarement celle d’un métier, alors que cette mention est fréquente pour les hommes. Cette longue énonciation est l'effet du zèle du notaire.

20L'autre différence a plus de sens. Citée dans le cours d'un témoignage, une femme est plus souvent désignée par une relation familiale que par un surnom : elle est femme ou fille d'un Tel. Déposant pour le procès, elle est plus couramment porteuse d'un surnom.

21On conclurait volontiers à l'influence du notaire sur le système de désignation : le surnom, décliné au féminin, serait la marque du notaire et la relation de parenté celle du discours spontané. Mais ces conclusions ne se vérifient pas dans les terriers languedociens des premières années du XIVe siècle. Ici, dans les villages, les femmes, déclarant leur tenure devant notaire, sont désignées sans exception par un prénom et une relation familiale (9 fois sur 10, veuve ou épouse). En revanche, cette proportion est très inférieure pour les femmes citées comme possesseur de la tenure voisine : un tiers sont, dans ce cas, désignées par un nom suivi seulement d'un surnom.

22Ces divers exemples confirment la coexistence des deux systèmes de dénomination des femmes, dans le Midi, aux environs de 1300. La désignation par la parenté l’emporte encore, mais le surnom du père ou du mari décliné au féminin s'ajoute aussi parfois, directement, au nom de la femme, sans que l’on puisse dire, à ce stade de l'enquête, si c’est par l'influence notariale ou par usage commun.

Du Nord au Midi

23Les registres de la taille de Paris, à peu près contemporains, ne révèlent pas une situation profondément différente. Une nuance d'importance est la place prise ici par l'indication du métier, ajoutée à la dénomination. C'est là un trait qui semble propre à ces registres et que le mode d'établissement de la fiscalité explique sans doute. Mais ici comme à Marseille, c'est une précision beaucoup plus rare pour les femmes que pour les hommes : elles ne sont qu'1 % environ à être ainsi désignée, contre plus de 12 % pour les hommes.

24Ici comme à Marseille, deux modes dominent pour désigner les femmes : la relation de parenté et le simple surnom. Mais la proportion entre les deux systèmes est sensiblement différente de ce qu'elle est à Marseille : la domination du surnom est évidente. La relation de parenté ne sert à désigner que moins de 20 % des femmes (25 % si l'on inclut les désignations sans nom, sous la forme : la femme un Tel). Le surnom simple en désigne plus de 60 %.

25Signe de la grande ville ? A Blois, une génération plus tard il est vrai, la proportion est identique.

26Malgré les écarts chronologiques, malgré la différence des sources, fiscales dans les exemples septentrionaux, narratives et quasi-judiciaires à la fois pour le cas méridional, les points communs sont nets. La désignation de la femme mariée par son nom auquel s'adjoint le surnom de son mari mis au féminin est attestée ; avec vigueur dans le Midi, de manière beaucoup plus nette encore, majoritaire, dans les exemples septentrionaux. Dès la fin du XIIIe siècle à Paris et à peine plus tard à Blois, ville d'importance moyenne.

27Mais ce système est cependant si peu rigide qu'il tient compte de la vraisemblance du surnom. Ainsi en va-t-il à Marseille où à un surnom de métier typiquement masculin, tel que garda regis, une femme substitue un autre surnom, plus compatible avec son sexe.

Graphique N° 1. La dénomination des femmes aux environs de 1300 : comparaison des systèmes de désignation

Graphique N° 1. La dénomination des femmes aux environs de 1300 : comparaison des systèmes de désignation

28Les registres de la taille révèlent aussi que les surnoms portés par les femmes ne sont pas parfaitement dérivés de ceux des hommes. Dans les deux cas, le surnom de métier est "anormalement" fréquent, caractéristique de cette grande ville active : 40 % des surnoms simples. Mais le sobriquet est moins masculin (24 % contre 30 %) et le nom de lieu moins féminin (30 % contre 35 %). Trace d’un immigration masculine ? d'une marque individuelle encore importante dans la désignation individuelle des femmes de certains milieux ?

Graphique N° 2. Comparaison des types de surnoms portés par les hommes et les femmes Paris 1292-1300

Graphique N° 2. Comparaison des types de surnoms portés par les hommes et les femmes Paris 1292-1300

29Le Midi ne précède pas le Nord, semble-t-il, sur cette voie. Mais la ville précède, sans doute, la campagne. Pour la diffusion du surnom féminin, les rythmes et la géographie sont donc bien différents de ce qu'ils furent vers 1100 pour le surnom masculin.

II. Les données des cartulaires

30Les données des cartulaires diffèrent très profondément de celles des sources urbaines de la fin du XIIIe et du début du XIVe siècle.

31Ici, le surnom porté par une femme directement derrière son nom est l’exception. Aucun exemple en Bourgogne avant 1300 ; le cas est extrême.

  • 3 Le calcul porte naturellement sur les femmes qui agissent en parties principales, seules ou en têt (...)

32A dire vrai, cette impression d'ensemble demande à être très fortement nuancée. Les chiffres parlent d'eux-mêmes si nous comparons la proportion des femmes portant elles-mêmes un surnom3 :

331 % en Bourgogne au XIIe siècle

3425 % en Dauphiné au seuil du XIIe siècle, mais le chiffre est établi sur un effectif minuscule de 16 cas.

3568 % dans la Gascogne du cartulaire de Berdoues au XIIe siècle (58 % dans la première moitié du XIIIe) ;

365 % au XIe, 35 % au XIIe et 18 % au XIIIe siècle dans le cartulaire de Lézat, en Toulousain ;

  • 4 Les résultats sont ceux de l'étude menée par Bernardette Barrière, que nous n'avons pas pu publier (...)

3739 % au XIIe siècle, 44 % au début du XIIIe siècle en Limousin, d'après le cartulaire d'Obazine4.

385 % après 1130 dans le Bas-Languedoc, d'après le cartulaire du chapitre d’Agde (aucun auparavant).

39Les résultats peuvent donc être très variables, en un même cartulaire, suivant les époques : ainsi en va-t-il à Lézat. Ils incitent à beaucoup de prudence dans les comparaisons. Globalement, la tendance est à l'augmentation du nombre de surnoms et donc à l'homogénéisation des modes de désignation des laïcs, hommes et femmes.

40Mais, surtout, les différences régionales sont considérables. D'après les quelques échantillons réunis, on serait tenté de souligner l'originalité de la Gascogne, et dans une moindre mesure de la région de Lézat et du Limousin. Il y a là comme un îlot de forte dénomination féminine, tel qu'on souhaiterait étendre l'enquête aux proches régions de l'Agenais ou du Périgord.

  • 5 C'est-à-dire sous la forme II et IV où elle apparaît comme complément d’une désignation comportant (...)

41Faisons deux exceptions pour les chartes anciennes de la région de Grenoble, où les femmes sont encore, dans la première génération du XIIe siècle, désignées, pour un tiers d'entre elles, par un nom unique. Et le Berry où cette permanence du nom unique dure encore, pour désigner les femmes, à la fin du XIIe siècle. Ailleurs pour les femmes, comme pour les hommes laïcs et clercs, le nom simple est devenu l'exception ; l'emporte avec une grande netteté la désignation par un lien de famille avec un homme. Ce mode de dénomination est presque exclusif de tout autre en Bourgogne comme en Bas Languedoc. Curieusement, il progresse à Lézat au début du XIIIe siècle, marquant un recul de la forme "nom + surnom". En Gascogne, à Berdoues, la situation est plus complexe puisque l'accroissement de la référence familiale seule est de 9 % entre les deux tranches chronologiques choisies (1130-1200 et 1200-1260), mais que l’ensemble des références familiales5 régresse de 4 %, dépassant toujours de peu la moitié des noms de femmes. Doit-on lier cette progression à Lézat, et sous une certaine forme à Berdoues, à une expansion de la technique de désignation des scribes, notaires ou clercs ?

42Cette manière de désigner les femmes est en tous cas une nouveauté apparue à la fin du XIe siècle, semble-t-il.

Épouse ou fille ?

43Épouse ou fille ? Fille de son père ou de sa mère ? Ici encore l'originalité de la Gascogne apparaît avec netteté :

Tableau 1. Désignation des femmes et références familiales

rattachement au lignage paterno-maternel

rattachement à la famille du conjoint

Berdoues

86 %

14 %

Lézat

40 %

60 %

Agde

50 %

50 %

Bourgogne

45 %

55 %

44Les chiffres (sauf en Bourgogne) portent sur de petits nombres, de l'ordre de la cinquantaine de cas ; il ne faut leur demander qu’un ordre de grandeur grossier.

45Les résultats sont difficiles à interpréter : lorsqu'une femme se désigne par rapport h son père, il n'est pas simple de savoir si elle est déjà mariée et d'une manière générale quelle est la part de filles célibataires dans notre documentation. Bien entendu, il s'agit souvent, dans la désignation de la partie principale, d'affirmer un droit sur un bien. La mention du père ou du conjoint, comme référent anthroponymique, peut être principalement l'expression de ce droit. Il n'empêche que cette proportion voisine des deux références, conjugale et paternelle, souligne bien la position ambiguë de l'épouse entre les deux familles, celle de son père et celle de son mari. Comment choisir entre les deux patronymes ? La mère est rarement mentionnée.

46Il est un cas, où il n'y a pas d'ambiguïté, celui des nonnes. Précisément, l'exemple du Ronceray à Angers est très net :

47pour 303 femmes laïques : 297 références familiales

48pour 148 nonnes : 60 surnoms, tous postérieurs à 1080. Pour la plupart, noms de château possédé par le lignage d'origine ou, comme pour les clercs, toponyme du lieu où la nonne exerce la fonction de prieure. Lorsque le mariage de la jeune fille ne vient pas troubler la claire conscience de son appartenance à sa famille originelle, quelle belle symétrie entre l'évolution de l'anthroponymie féminine et masculine de la noblesse ligérienne !

  • 6 Cf. Anne Dalenne, L'anthroponymie languedocienne du XIe au XIIIe siècle, d'après le cartulaire de (...)

49L'exemple, un peu plus tardif, du cartulaire de Maguelone vient confirmer ces données. Les femmes nobles ne portent pas de surnom, ou presque pas (6 % d’entre elles) ; mais dès les premières décennies du XIIIe siècle, les moniales ont presque toutes un surnom6.

50Malheureusement, l'exemple limousin du monastère d'Obazine vient tout remettre en question ! Sans doute, les données sont-elles postérieures, toutes d'après 1140. Il n'empêche :

511 % des femmes mariées portent un surnom.

525 % des nonnes (elles sont connues à leur entrée en religion) portent un surnom ; la plupart n'est même connue que par une relation de famille, le nomen proprium n'est pas indiqué.

53D’où la nécessité d'étendre l’enquête à d'autres monastères féminins. Le comportement anthoponymique, rigoureusement opposé, au Ronceray d'Angers (et dans le cartulaire de Maguelone) et à Obazine, tient-il à l'ordre ? A l'âge auxquelles les filles entrent en religion ? À un comportement tout aussi opposé, dans ces deux régions, de l'anthroponymie des laïques, auquel s’opposerait dans les deux cas celle des nonnes ?

54En tous cas, il ne suffit pas d'être nonne (virgo) pour porter le surnom de ses pères.

III. L'anthroponymie révélateur de la condition féminine ?

55Doit-on lier la fréquence de la désignation de la femme mariée comme épouse de son mari à la sacralisation du mariage chrétien ? Seules les structures familiales gasconnes semblent faire obstacle à cette expression. Il faut cependant être prudent : dans la région d'Agde, le total de la part du couple dans les transactions foncières est identique avant 1050 et après 1160. Dans la première période le mari est le premier nommé du couple trois fois sur quatre ; après 1160, les couples sont aussi souvent nommés dans un ordre que dans l'autre. On pourrait encore alors voir dans cette évolution la marque de la conception "symétrique" du mariage chrétien. Plus prosaïquement, il faudra une étude prosopographique précise de ces couples, pour vérifier si l'ordre ne renvoie pas tout simplement à l'origine du bien, issu de la famille de l'époux ou de l'épouse ; et quel il est pour les biens acquis par le couple.

56Il serait extrêmement tentant de faire du mode de dénomination un révélateur simple du statut de la femme. La modification soudaine qui se produit vers la fin du XIe siècle et conduit à désigner presque partout et presque toujours les femmes par référence à leur père ou à leur mari serait le signe d'une évolution brutale de la condition féminine, en liaison avec l'affirmation des valeurs guerrières et viriles du XIe siècle.

57Avant toute conclusion aussi tranchée, il convient de comparer soigneusement l'anthroponymie-et l'autonomie des femmes dans les transactions foncières ou la part qu'elles tiennent dans l'ensemble des personnes citées dans les corpus documentaires. La corrélation n'est pas évidente.

58Benoît Cursente a bien montré, dans le cas de Berdoues, comment l'une et l'autre peuvent être perturbées par l'histoire de l'établissement religieux ou par la technique notariale. La participation des femmes comme actrice principale à un acte qui n'est qu'un consentement accordé à une donation pieuse faite par autrui, n'est qu'une forme de la prudence systématique des scribes, qui prévaut vers 1200. L'acceptation individuelle paraît plus contraignante que l'accord d’un groupe de personnes et donc préférable.

59En outre, les comparaisons sont compliquées. Tous les indicateurs ne sont pas toujours concordants : comment expliquer, dans la région de Grenoble, la relative importance des femmes parmi les confronts (11 %), alors que leur participation est, partout ailleurs, minimale ?

60On serait tenté de corréler la participation à la vie publique et le port du surnom : l'exemple de Berdoues ne milite pas dans ce sens, puisque le surnom y est courant pour les femmes et leur participation aux signa faible.

61La corrélation entre l'héritage, la possession de biens et le surnom n'est pas non plus parfaite. Si tel était le cas, les femmes qui testent et distribuent leurs biens propres, qui vendent ou donnent leur patrimoine devraient porter des surnoms, en une proportion identique à celle des hommes. Il n'en est rien : toutes les régions offrent des exemples évidents de femmes bien nanties et qui restent cependant dans l'ombre anthroponymique de leur mari.

62L’anthroponymie des femmes ne serait-elle pas tout simplement l'image du mode d'insertion de chaque femme dans la famille et la société, l'image des fonctions qu'elle y assume ?

  • 7 "Land, family and woman in continental Europe from 700 to 1200", Traditio, XVIII, 1962.
  • 8 (le témoin) dixit quod quando cornes Montis fortis incipit amittere terram istam, castrum de Monte (...)

63Le port du surnom est affaire d'hommes : il est le signe de la responsabilité personnelle d'une gestion. Lorsqu'une femme est désignée par un surnom, c'est, du moins dans la noblesse, le signe qu'elle exerce des fonctions, pratique un genre de vie, habituellement réservés aux hommes. Une hypothèse voisine a été jadis formulée par D. Herlihy7 pour expliquer ces curieuses désignations d'hommes, entre l'an mil et 1200 principalement, bien souvent dans des conveniensias, par lesquelles ils se désignent comme fils de leur mère et dédaignent toute référence à leur père, pourtant de haut rang. La raison en aurait été l'absence des pères partis dans des opérations lointaines et la présence effective, sur le terrain, de leur épouse. Les chartes n'apportent pas d'éléments probants pour décrire ainsi la vie des couples méridionaux des XIe et XIIe siècles. Mais les femmes combattantes ne sont pas absentes : telle Flors de Monteirato qui défendit le château de Montirat contre le comte de Montfort8. Ou bien, plus exceptionnel encore et plus précoce, le cas de Na Comdor de Lafitte, dont la personnalité semble dominer tous les hommes de la famille, père, frère et époux : une des initiatrices, selon Benoît Cursente, de 1'incastellamento gascon, lorsqu'elle fonde le castrum de Lafitte. Cette hypothèse ne fait qu'illustrer l'adage "Insignis femina, virilis femina" mais demande plus ample vérification.

Une parenthèse dorée dans l'histoire de la femme" : autour de 1200 ?

  • 9 "la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe présentent une sorte de parenthèse dorée pour la femme (...)

64Dans ces conditions, la multiplication des surnoms peut renvoyer à l'éclosion d'une série de fortes personnalités, telles que l'histoire des contrées méridionales en révèle aux XIe et XIIe siècle, admises par les familles nobles ; enregistrées ou facilitées par un droit qui redonne sa place à l'individu, quel que soit son sexe. En Gascogne, le nombre de femmes éponymes s'accroît vers la fin du XIIIe siècle, mais c'est un cas exceptionnel. Ce "frémissement" que sent Benoît Cursente en Gascogne correspondrait à ce temps décrit par MartiAurell comme une "parenthèse dorée pour la femme méridionale"9. Le fait est-il propre à la société méridionale ?

65En tous cas, la corrélation entre l'accroissement des actes émanant d'une femme seule ou d'une femme chef de lignage, sensible dans la documentation méridionale, et le développement du port du surnom est loin d'être absolue. Elle n'est pas universelle. L'exemple de Lézat lui est tout à fait contraire : le nombre de surnoms individuels diminue alors que la part des femmes comme "chef" d'actes s'accroît de 8 à 18 %. Il incite à une certaine prudence dans l'utilisation de ces indicateurs, qu'ils reposent sur les mutations foncières ou sur l'anthroponymie. S'ils sont concordants, l'hypothèse prend du corps. S'ils ne le sont pas, il faut reprendre l'analyse en détail.

66Il se peut, notamment que l'indicateur anthroponymique perde de son acuité au fur et à mesure qu'avancent les années. S'il paraît clair que dans le premier XIIe siècle, il est un bon révélateur des fonctions exercées par les femmes, notamment dans les milieux nobles, il faut sans doute envisager, par la suite, l'influence d'autres facteurs : l'influence du système masculin, lui-même étendu peu à peu au clergé, prend une sorte de valeur générale. L'influence des milieux ruraux aisés ou urbains est moins probable : l’anthroponymie se fait de plus en plus au XIIIe siècle marqueur social.

La désignation des femmes comme marqueur social

67La pratique du surnom gagne en effet en dehors de la noblesse au cours du XIIIe siècle. Le comportement anthroponymique des dames nobles y demeure plus archaïque.

68Ainsi, en Bourgogne, le surnom, lorsqu'il se répand est principalement roturier. Et principalement sobriquet. Sans doute, la différenciation n'est-elle pas parfaite : il est des femmes nobles qui portent des sobriquets et des roturières qui portent des noms de lieux. Cependant, à une femme noble exerçant ses fonctions effectives de châtelaine, convient le même surnom castrai qu'aux châtelains.

69La règle vaut aussi pour les "bourgeoises" : aux femmes marchandant convient le surnom. Celui de leur mari, décliné au féminin, ce qui n'est pas, a priori, signe d'autonomie personnelle ! Mais sans doute commodité de désignation. Cet usage est attesté, pour les paysans aisés, dès le XIIe siècle dans la région d'Agde, aux côtés de la référence familiale.

70Quant au sobriquet individuel, il est, d'ordinaire, le signe de la "poissarde". Si la désignation d’une femme est sans doute un révélateur de sa place dans sa famille et dans la société, de sa personnalité, il n'est pas exclu que le système global de l'anthroponymie féminine souligne l'installation d'un ordre qui convient à l'église (et aux hommes) : exaltation des vertus domestiques des femmes, filles soumises, épouses fidèles, consentantes à leur mariage, mères admirables. Le programme a été maintes fois décrit. L'anthroponymie y souscrit, en inscrivant la femme dans la famille et en affirmant la différentiation des sexes et de leurs fonctions. Il n’est pas impossible que ce programme ait mieux convenu aux strates élevées de la population qu'au milieu où les femmes trimaient comme les hommes.

IV. Nomina propria des femmes

71L'originalité du système de désignation des femmes inclut aussi les choix de nomina propria.

72Passons rapidement sur quelques choix surprenants, de cognomina utilisés comme noms : toutes les régions en offrent des exemples : Cristiana en Anjou, Paiesa ou Polonia en Gascogne, Narbona en divers lieux. Ils sont plus répandus chez les femmes que chez les hommes, mais ils y existent aussi et renvoient à une dialectique qu'il faudrait éclairer entre le nomen et le cognomen. À ces pratiques, il faudrait rattacher l'usage de décliner au féminin et d'utiliser comme nom le surnom d'une famille : les Carbonnel seigneur d'Aumes désignent l'une de leur fille du nom de Carbonella. Volonté que soit toujours rappelée, par delà le mariage, l'appartenance à ce lignage ? Là encore, l'usage aussi existe pour certains garçons de la famille.

73Le point essentiel est de comparer cette évolution à celle des choix faits pour les garçons, choix que l'on peut résumer autour de trois points principaux :

  • les noms masculins sont, au moins à partir du milieu du XIe siècle, marqués par une concentration sur quelques noms, essentiellement attachés par le passé à quelques familles princières ou de très haute noblesse ou bien apostoliques.
  • ces choix dessinent une géographie assez nette : une zone où les noms dominants sont Hugues ou Robert, autour du domaine royal, précédant à bien des égards son accroissement ; une autre où Guillaume et Raimond l'emportent ; un Ouest où Geoffroy renvoie aux comtes d'Anjou et Eudes aux comtes de Blois etc....
  • en revanche, la condensation générale des choix n’est pas attestée nettement : à côté de noms très fréquents, subsiste une poussière de noms qui ne figurent dans nos effectifs qu'au nombre d'un ou deux. Ils donnent l'apparence du renouvellement constant du stock onomastique, mais rien n'est moins sûr, faute d’une connaissance exhaustive de la population.

Une concentration croissante et des situations régionales de plus en plus proches à l'époque des cartulaires

  • 10 Cf. infra P. Chareille, "éléments pour un traitement statistique des données anthroponymiques". La (...)

74Une série de courbes donnant une image de la répartition des noms10 dans la population féminine permet d'analyser la concentration des noms sous tous ses aspects.

  • pour une même valeur du stock de noms pour cent individus, plusieurs solution-types peuvent se présenter : soit une situation extrême où la forte concentration sur quelques noms très fréquents va de pair avec la subsistance de nombreux noms "rares" ; soit une concentration uniforme sur l'ensemble des noms du corpus.
  • si le nombre de noms pour 100 individus croît en même temps qu'augmente la fréquence des noms les plus portés, c'est l'érosion du stock des noms rares qui est mise en évidence.

75La comparaison des courbes montre des situations régionales différentes.

76Comparons pour les environs des années 1100 les courbes concernant le Dauphiné, l'Anjou et la région d'Agde. Plus éloignée de la diagonale, la courbe angevine montre une concentration globale plus forte ; renflée aux valeurs moyennes, elle révèle une concentration peu marquée sur les noms "dominants", qui s'est effectuée sur l'ensemble des noms du corpus.

77Dans le cartulaire d'Agde, la concentration est à peine marquée : l’évolution majeure se produit plus tard.

78Dans les cartulaires de Grenoble, la concentration globale est également peu marquée, mais le renflement de la courbe à proximité de l’origine traduit le rassemblement d'une proportion importante de femmes sur quelques noms "dominants".

79Du cartulaire de Lézat émerge une autre situation, plus concentrée, aux extrêmes (noms dominants portés par un grand nombre et noms rares encore nombreux).

80Dans le courant du XIIe siècle, les courbes se sont rapprochées en Gascogne, en Toulousain, en Anjou. En Toulousain (Lézat), l’allure de la courbe est restée très semblable à celle de la période précédente, avec une légère diminution de la concentration aussi bien sur les noms dominants que dans l'ensemble ; telle qu’apparaît la Gascogne, ses résultats en sont très voisins. En Anjou la concentration sur les noms dominants s'est accentuée.

81En revanche, la situation à Agde est toute autre : ici la concentration sur les noms dominants est beaucoup plus forte, tandis que les noms de fréquence moyenne ne regroupent qu'une partie de la population féminine moindre qu'ailleurs.

82Donc à partir de situations régionales sensiblement différentes au XIe siècle, l'évolution du XIIe, brutale à Agde, plus douce ailleurs a fait se rapprocher la gestion des noms féminins dans la plupart des régions, à l'exception de la région d'Agde.

Une concentration moins marquée pour les femmes

  • 11 A défaut du palmarès complet des noms masculins, les courbes les concernant n'ont pas pu être réal (...)

83La comparaison avec la gestion du corpus des noms masculins11 montre d'abord que la condensation des choix est, pour les femmes, beaucoup moins nette que pour les hommes. Ce phénomène, le plus manifeste en première analyse, est bien connu, mais il faut en prendre la mesure.

Tableau 2. Condensation des noms d'hommes et de femmes (stock de noms pour 100 individus)

Hommes

Femmes

ANJOU

XIème

44

53

XIIème

22

39

BOURGOGNE

XIème

27

74

XIIème

25

70

XIIIème

20

48

BERRY

1050-1100

36

effectif trop faible

LIMOUSIN

1100-1130

27

1140-1200

35

GASCOGNE

XIIème

23

60

XIIIème

25

50

TOULOUSAIN

Xème

20

60

XIème

10

46

XIIème

10

55

XIIIème

10

64

BAS-LANGUEDOC

av. 1050

76

effectif trop faible

1050-1130

19

71

1130-1190

10

57

1190-1230

6

53

84Pour les hommes et pour les femmes, la situation originelle, dès le Xe siècle, est bien différente et les femmes ne comblent pas leur retard à la période des cartulaires. Encore au XIIe siècle, alors que pour les hommes, le nombre de noms différents pour 100 individus est compris entre 10 et 25, pour les femmes la fourchette est de 40 à 70.

  • 12 On remarque que les deux chiffres les plus bas correspondent aux deux monastères de moniales.

85Pour les hommes, apparaissent deux espaces géographiques : le Languedoc (toulousain et méditerranéen) fait figure d'exception, caractérisé par une condensation élevée (la comparaison avec des régions provençales serait intéressante), tandis que les autres régions étudiées présentent toutes un chiffre compris entre 20 et 25 pour les décennies centrales du XIIe siècle. Rien de tel pour les femmes12.

86La concentration sur quelques noms dominants va dans le même sens que la condensation : elle s'accentue entre le Xe et le XIIe siècle. Mais les phénomènes de concentration ont leurs caractéristiques propres, différentes de celles de la condensation. Elles font apparaître des écarts moindres entre hommes et femmes. Certes la concentration est en règle générale plus marquée chez les hommes, mais quelques noms sont fréquemment portés par la population féminine : ainsi dès le Xe siècle, le cartulaire de Lézat enregistre 12 % de Benedicta.. Pour les quelques noms féminins les plus répandus, le risque d'homonymie est donc réel et précoce. Il ne semble pas en retard sur celui qu'encourent les hommes, mais limité aux quelques noms les plus courants. Même en Bourgogne, où la condensation ne paraît commencer qu'au XIIIe siècle, dès le XIIe il suffit de 3 noms pour désigner le quart de la population féminine.

87Comparée à celle des hommes, la répartition des noms féminins montre une concentration du même ordre sur quelques noms dominants mais un stock plus important de noms rares : ce sont en somme les noms de fréquence moyenne qui font la différence essentielle avec la situation masculine.

Tableau 3. Score du nom le plus porté (en %)

Tableau 3. Score du nom le plus porté (en %)

88Les caractéristiques régionales sont les mêmes pour les deux sexes : la concentration sur les noms dominants est faible dans l'Ouest ligérien et angevin pour les hommes et pour les femmes. Là où elle est forte, en Gascogne, en Toulousain, plus encore dans la région méditerranéenne, elle l'est pour les uns et les autres. Dans ce domaine, les comportements anthroponymiques ne sont donc pas aussi différents qu'on aurait pu le penser.

89Mais condensation et concentration fonctionnent indépendamment. Ainsi en Anjou, condensation élevée, faible concentration.

90Ces indicateurs révèlent, dans l’ensemble, des situations plus uniformes pour les femmes que pour les hommes. À l'exception de l'Anjou, les diverses mesures donnent des résultats voisins : pourcentage du nom le plus porté, nombre minimum de noms nécessaire pour désigner le quart ou la moitié de la population féminine.

Tableau 4. Nombre minimal de noms nécessaire pour désigner 25 et 50 % des individus

Tableau 4. Nombre minimal de noms nécessaire pour désigner 25 et 50 % des individus
  • 13 Les résultats parisiens ne peuvent pas être utilisés pour la comparaison car ils sont établis sur (...)
  • 14 Un accroissement sensible de la natalité pourrait aussi aboutir à ce résultat.

91Le XIIIe et le XIVe siècles voient se prolonger et s'accélérer cette évolution. Le stock de noms pour 100 femmes s'est réduit : à Marseille à la fin du XIIIe siècle, il est de 27 ; à Blois vers 1330, de 17 et dans les environs de la ville, de 1413. Ici et là, les courbes de concentration des noms féminins se ressemblent beaucoup : comparées à celles du XIIe siècle, elles manifestent que la concentration s'est beaucoup accentuée pour les noms les plus portés, mais la présence des noms rares ne s'est pas ralentie, bien au contraire. Un nombre croissant de familles choisissent pour leurs filles un nom très spécifique14. Le fait est moins marqué pour les garçons, mais il faudrait vérifier dans une prosopographie familiale si les comportements familiaux sont vraiment différents lorsqu'il s’agit de dénommer les garçons et les filles : une même famille donne-t-elle à ses fils des noms très courants et à ses filles des noms rares ?

D'une région à l’autre : les mêmes grands critères de choix

92Les grandes lignes de l'évolution des choix sont les mêmes d'une région à l'autre, si l'on en juge par notre échantillon régional. Le XIe siècle marque une rupture dans les choix de la dénomination : un certain nombre de noms germaniques semblent y disparaître ; en revanche, avec une proportion variable suivant les régions, les noms romans, notamment auguratifs sont devenus plus fréquents : les filles sont "Bona", "Dulcia" ou "Orgullosa", ce quelles n'étaient pas au Xe siècle. Mais, comme le remarque Benoît Cursente, le phénomène existe aussi pour les garçons ; curieusement les formes péjoratives pour eux et mélioratives pour les filles !

93Les filles aussi voient se multiplier les noms religieux, notamment néotestamentaires. Avec, du moins en Anjou, un peu de retard sur les garçons. Mais le phénomène est obscurci par le choix de Maria, plus tard de Johanna, sur lequel nous reviendrons plus loin.

Une géographie plus contrastée des noms

94Le choix des noms féminins, comme ceux des noms masculins révèlent des aires régionales, mais elles sont plus compartimentées, ou du moins plus capricieuses.

95Pour les femmes aussi s'imposent les noms des grandes dames. Mais, ils sont moins reconnaissables, parce que l'héritage des hautes fonctions, auquel est lié le nom, est en général le fait des hommes ; il n'y a pas d'équivalent féminin aux Guillaumes ducs d'Aquitaine.

96Le sort de Maria est l'exemple même de cette géographie hétérogène qui caractérise les noms féminins beaucoup plus que les noms masculins. Ainsi, il n'est pas de région au XIIe siècle où Pierre ne soit pas parmi les noms les plus courants : dans le Toulousain, il lui faut attendre le XIIIe siècle pour supplanter Guillaume à la première place, mais il le talonne de près. Sa gloire est un peu plus tardive en Gascogne : il n'y est le n° 2, derrière Guillelmus qu'au XIIIe siècle. Mais dès les années 1100, il est le premier dans le Languedoc méditerranéen, dans le Dauphiné ; précoce aussi en Limousin, où il est le plus fréquent des noms sur l'ensemble de la période ; l’un des plus portés en Bourgogne. Seuls l'Anjou et le Berry le mettent à une place plus moyenne, derrière les tous premiers.

97La place de Maria n’est nullement aussi affirmée. Très rare à Grenoble où Pierre était le premier. Jamais dominante dans le cartulaire de Lézat. A Marseille à la fin du XIIIe siècle, Maria ne vient qu'en onzième position, trois fois moins portée que Jeanne.

  • 15 Les caractérisations faites ici gomment beaucoup d'évolutions particulières ; chaque rythme région (...)

98On voit toutefois quelques noms universellement répandus15 : Ermengarde est un des noms les plus fréquents de l'Anjou au Toulousain, en passant par le Berry, la Bourgogne, le Dauphiné et le Bas-Languedoc au XIIe siècle. Il existe aussi, de fréquence moyenne au Ronceray. Seule la Gascogne semble l'ignorer tout à fait.

99On voit bien aussi s'opposer au XIIe siècle, une aire septentrionale où parmi les noms dominants figurent Marguerite, Isabelle (sous ses diverses formes Alis, Elizabeth etc..) et Agnès, tous mal représentés dans le Midi. En revanche, la fréquence d'Alazaïsse signe alors une région méridionale.

L'usage des noms masculins pour les femmes

100Une seconde différence essentielle oppose Nord et Midi dans l'utilisation de la forme féminine des noms d’hommes. Au XIIe siècle, le nom dominant est, dans le cartulaire de Lézat, Guillelma ; au siècle suivant, Raimunda. Parmi les 12 noms les plus portés, au XIIe et au XIIIe siècle, il en est 5 qui sont des noms masculins employés au féminin : les plus portés chez les hommes. Le fait n'est pas propre au Toulousain. En Limousin, les 5 noms dominants du XIIe siècle, qui désignent 35 % des femmes sont : Guillelma, Stephana, Berniartz, Almos et Petronilla, dont quatre sont dérivés de noms masculins. Un peu moins marqué, le phénomène se repère aussi à Agde et à Berdoues. Mais il n'existe guère plus au Nord. En Dauphiné ou dans le Berry, il est vrai, nos données sont précoces. Mais l'Anjou et la Bourgogne du XIIe siècle ne le connaissent guère, bien que Pétronille soit le nom le plus porté (5 % dans ce pays de faible concentration partielle !) et que Johanna apparaisse dès cette époque, un peu plus tard en Bourgogne.

101La mise au féminin des noms d'hommes commence, dans le Midi, par les noms aristocratiques. Il n'y a pas de féminin de Pierre. Il faut attendre le très tardif succès de Johanna pour voir s'imposer un nom d'apôtre au féminin. Mais tandis que Johanna est un très net premier choix vers 1300 à Paris (15 % contre 7 % à Maria), à Marseille Johanna n'arrive qu'en 5ème position. Ce sont encore les noms aristocratiques méridionaux qui l'emportent : Hugua illustrant la mise au féminin des noms masculins des grandes familles locales, Beatrix la persistance des choix des noms des comtesses provençales.

102Le Midi lance l'évolution. Mais dans la deuxième moitié du XIVe siècle les trois noms les plus portés en Bourgogne sont Johanna, Guillemeta, Perrenetta. Cependant dans les registres de la taille, les vieux noms d'Agnès, Aalis, Emeline, Isabelle demeurent parmi les 7 noms les plus portés. La nouveauté vient de Jeanne et de Perronelle qui en font partie aussi.

103Les "nouveaux noms" sont donc, dans le Midi d'abord, puis dans le Nord, des noms d'hommes employés au féminin. Les autres originalités restent confinées à l'état de traces ici ou là, sans jamais avoir fait l'objet de choix nombreux. Dans ce registre, les noms aristocratiques l'emportent dans le Midi, les noms apostoliques dans le Nord.

104Sous une forme ou une autre, cet emploi des noms masculins au féminin révèle l'empreinte masculine sur cette société. La protection sur l'enfant sera plus efficace si elle émane d’une autorité masculine. Faut-il en conclure que la dénomination des enfants émane de personnalités masculines de la famille ou que tous partagent, hommes et femmes, le même vœu d'un recours puissant et masculin pour tous les enfants ?

Un diminutif pour les filles

105A ces noms d'hommes, on rajoute un diminutif, sans doute pour leur redonner un peu de familiarité et de grâce féminine. L'usage s’étend d'ailleurs à quelques noms féminins, plus rarement : à Blois au XIVe siècle, on préfère Marion à Maria, qui avait été un "premier choix" à la période précédente. Usage plus fréquent pour les enfants comme le montre le procès de canonisation de Louis d'Anjou à Marseille ; mais il s’étend bien au-delà de la période enfantine.

***

  • 16 Les différences de concentration dans la population masculine et féminine de Paris tient à des éch (...)

106L'analyse des nomina propria montre donc une dialectique plus complexe qu'il n’y paraît d'abord entre dénominations masculines et féminines. S'il est bien vrai que la condensation générale qui marque l'évolution des noms d'hommes à partir du XIe siècle est moins attestée pour les femmes, celles-ci aussi connaissent des phénomènes affirmés de concentration des choix sur quelques noms dominants. Et la répartition générale des noms se rapproche peu à peu de celle des hommes, qu'elle rejoint sans doute vers la fin du XIIIe siècle16.

107Les choix ne sont pas fondamentalement différents : pour les uns comme pour les autres, les noms apostoliques et princiers s'imposent à l'ensemble de la population. Mieux, les femmes portent de plus en plus des noms d'hommes déclinés au féminin, mais le diminutif qu'on leur ajoute leur redonne une certaine "féminité". Les différences sont faibles entre les divers niveaux sociaux : mêmes noms pour les nobles, les bourgeoises et les paysannes, mais l'innovation semble d'abord urbaine, si l'on en juge par l'exemple de la région de Blois.

108Le nom reste pourtant un marqueur très fort de la personne : le surnom est exceptionnel pour les femmes. Peut-être parce qu'il est difficile d'exprimer par un surnom leur position entre le couple et la famille originelle. Pour les moniales, le surnom est, semble-t-il, plus fréquent. La désignation des femmes se fait donc par l'ajout d'une relation familiale, conjugale ou paternelle. Elle répond aux besoins de différencier les homonymes, mais bien plus encore de situer la femme dans le cadre familial.

109La règle est bien plus nette pour les femmes de l'aristocratie. Car pour les femmes aussi, les pratiques de désignation ont de plus en plus une fonction de marqueur social, à la différence des nomina propria. Les paysannes et les femmes de métier portent un surnom ; il est personnel pour les strates les plus basses : pour les autres, c'est habituellement celui du mari, employé au féminin. Mais les aristocrates portent moins de surnoms que les femmes des autres milieux. À une aristocrate porteuse d'un surnom, il faut imaginer une personnalité exceptionnelle.

Notes

1 Ce titre est repris à Danielle Regnier-Bohler, in G. Duby et M. Perrot (ed.), Histoire des femmes. Le Moyen Age, Paris 1990, p. 453.

2 Ainsi, il y a 12 % de femmes parmi les auteurs des doléances déposées devant les Enquêteurs royaux dans la viguerie de Béziers au milieu du XIIIe siècle, ce qui est exactement la part des femmes dans l'ensemble des chartes des cartulaires de la région au début du XIIIe siècle (mais les femmes constituent presque le tiers des "parties principales" citées seules ou en tête des groupes familiaux).

3 Le calcul porte naturellement sur les femmes qui agissent en parties principales, seules ou en tête d'un groupe familial.

4 Les résultats sont ceux de l'étude menée par Bernardette Barrière, que nous n'avons pas pu publier pour des raisons de calendrier. Les résultats en sont donc intégrés à cette conclusion.

5 C'est-à-dire sous la forme II et IV où elle apparaît comme complément d’une désignation comportant déjà un nom et un surnom.

6 Cf. Anne Dalenne, L'anthroponymie languedocienne du XIe au XIIIe siècle, d'après le cartulaire de Maguelone, mémoire de maîtrise soutenu à l'Université de Montpellier, en 1987-88, sous la direction de P.A. Sigal.

7 "Land, family and woman in continental Europe from 700 to 1200", Traditio, XVIII, 1962.

8 (le témoin) dixit quod quando cornes Montis fortis incipit amittere terram istam, castrum de Monteirato fuit munitum contra dictum comitem et vidit quod Flors erat tunc in dicto castro et juvabat in quantum poterat in opere munitionis dicti castri B.N. Lat 11013, f° 24 b, Histoire Générale de Languedoc, t. VII, col. 365. Elle est bien désignée sous le nom de "Flors de Monteirato".

9 "la fin du XIIe siècle et le début du XIIIe présentent une sorte de parenthèse dorée pour la femme méridionale : entre l'effondrement des structures lignagères dont on sait la composante militaire sous l'emprise d'un aîné masculin - et le retour en force du misogyne droit romain accompagné de pratiques matrimoniales hypogamiques, une époque intermédiaire, pétrie d'individualisme, permet à la dame d'émerger sur le plan juridique et économique ; elle retrouve alors certaines de ses prérogatives englouties dans le marasme de la "mutation féodale". Médiévales, 1992, 22-23, p. 225. L’influence du droit romain est peut-être moins systématique que ne le dit Marti Aurell ; il n’est pas sûr que le poids redonné à l'individu n’en provienne pas aussi. Du moins le même mouvement semble perçu par plusieurs historiens des structures familiales dans le Midi de la France.

10 Cf. infra P. Chareille, "éléments pour un traitement statistique des données anthroponymiques". La concentration globale est d'autant plus forte que la courbe est éloignée de la diagonale. La concentration partielle sur les noms les plus fréquents est d'autant plus forte que la "pente de cette courbe" au voisinage de l’origine est faible.

11 A défaut du palmarès complet des noms masculins, les courbes les concernant n'ont pas pu être réalisées ; la comparaison doit donc passer par des indicateurs moins complets tels que le stock de noms pour 100 individus et le pourcentage du nom le plus porté.

12 On remarque que les deux chiffres les plus bas correspondent aux deux monastères de moniales.

13 Les résultats parisiens ne peuvent pas être utilisés pour la comparaison car ils sont établis sur des échantillons d'une toute autre taille. Cf. P. Chareille, infra.

14 Un accroissement sensible de la natalité pourrait aussi aboutir à ce résultat.

15 Les caractérisations faites ici gomment beaucoup d'évolutions particulières ; chaque rythme régional pour la plupart des noms mérite d'être analysé ; ainsi en va-t-il d'Ermengardis, dont la diffusion en Toulousain est plus tardive qu'en Bas-Languedoc biterrois.

16 Les différences de concentration dans la population masculine et féminine de Paris tient à des échantillonages trop vastes.

Table des illustrations

Titre Graphique N° 1. La dénomination des femmes aux environs de 1300 : comparaison des systèmes de désignation
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16794/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Graphique N° 2. Comparaison des types de surnoms portés par les hommes et les femmes Paris 1292-1300
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16794/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16794/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre Tableau 3. Score du nom le plus porté (en %)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16794/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 161k
Titre Tableau 4. Nombre minimal de noms nécessaire pour désigner 25 et 50 % des individus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16794/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 233k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search