Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie féminine en Provence d'après Le livre des Miracles et le procès de canonisation de Saint Louis d’Anjou (fin xiiième-début xivème siècle)

Pierre André Sigal

Texte intégral

1Les textes hagiographiques, et notamment les recueils de miracles peuvent-ils être une source intéressante pour l'étude de l'anthroponymie médiévale ? On peut le penser car ils contiennent un nombre important de surnoms propres, tant masculins que féminins, souvent intégrés dans le cadre d'une relation parentale. Leur utilisation présente cependant un certain nombre d'inconvénients majeurs : ces récits sont souvent mal ou non datés, ce qui est particulièrement gênant lorsqu’ils s'échelonnent sur plusieurs dizaines d'années. Les miraculés sont en partie originaires de régions lointaines, ce qui rend difficile une étude d'anthroponymie régionale. Pour la période décisive dans la transformation du nom, les Xème-XIIème siècles, les recueils de miracles sont assez courts et contiennent peu de noms. Enfin ces textes nous font apercevoir une situation saisie à un moment précis sans qu'on puisse, comme dans les cartulaires, voir une évolution sur plusieurs siècles. Heureusement certaines œuvres échappent à une bonne partie de ces écueils et permettent d’aborder l'étude anthroponymique dans de bonnes conditions. Appartiennent à cette catégorie les documents relatifs aux miracles de saint Louis d'Anjou rédigés à la fin du XIIIème et au début du XIVème siècle.

  • 1 Le Liber miraculorum est édité dans les Analecta Franciscana, t. VII, 1951, pp. 275-331. Il sera d (...)
  • 2 Cf. J. Paul, "Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d'Anjou" dans Le péler (...)
  • 3 Le procès de canonisation est édité dans le même volume que le Liber miraculorum, pp. 122-274. Il (...)

2On sait que Louis d'Anjou, fils du roi Charles II de Sicile et petit-neveu de saint Louis mourut en odeur de sainteté en 1297, à l’âge de 23 ans, après avoir été frère mineur et évêque de Toulouse. Dès l'ensevelissement de son corps dans l’église des Franciscains de Marseille, le 22 août 1297, des miracles se manifestèrent massivement. Ils furent immédiatement notés par le gardien du tombeau ou le sacristain de l'église. La réunion de ces récits forme le Liber miraculorum S. Ludovici qui contient 211 pièces. Il a été parfaitement daté par Jacques Paul de l'année 1297 : tous les miracles se sont déroulés en quatre mois1. Les indications précises sur l'origine des miraculés ont permis à ce même historien de dégager le rayonnement géographique du culte du saint : pratiquement tous les pèlerins sont originaires de Provence, entre le Rhône à l'Ouest, la Durance au Nord, la moyenne vallée de l'Argens à l'Est2. Ce document peut être complété par l'enquête pour la canonisation du même saint effectuée en 1307 à Marseille3. On y retrouve une dizaine de personnes signalées en 1297 à côté d'un certain nombre d'autres, originaires aussi, dans leur grande majorité, de Provence (l'aire géographique du rayonnement du saint est ici un peu plus large que dans le Liber miraculorum).

3Nous avons donc finalement, grâce à ces deux documents, une image de l'anthroponymie provençale au tournant des XIIIème et XIVème siècles. Toutefois il faudra tenir compte des caractères particuliers des textes étudiés. Lors de l'enquête pour la canonisation du saint, l'interrogation a un caractère officiel ; elle est faite par des enquêteurs pontificaux accompagnés d'un notaire qui procèdent selon un canevas préétabli. Ce sont les mêmes questions que l'on a posées aux bénéficiaires ou aux témoins du miracle, ce qui a pu influencer leur façon de se nommer. Les récits du Liber miraculorum sont un peu moins stéréotypés mais là encore un certain nombre d'indications précises semblent avoir été réclamées aux personnes interrogées. Dans les deux cas, on a demandé les noms des témoins du miracle : en 1297, ils sont simplement cités alors qu'en 1307, ils déposent auprès des enquêteurs qui enregistrent leurs déclarations.

  • 4 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Ière et IIème Rencontres d'Azay-le-Ferron, Tours, (...)

4Au total, les textes nous livrent plusieurs centaines de noms mais je n'ai retenu pour cette étude que les 352 noms féminins cités : 240 dans le Liber miraculorum et 112 autres dans le procès de canonisation (sans compter à nouveau les neuf femmes déjà citées dans la première oeuvre). J'ai écarté de cette étude les noms masculins car le système anthroponymique masculin est déjà bien fixé à cette époque avec une double dénomination classique, correspondant aux types III et IV dégagés par les premières rencontres d'Azay-le-Ferron4. Je tiendrai compte cependant des noms masculins dans l'étude de la transmission héréditaire des surnoms. Voici donc d'abord, sous forme de tableau, les caractères de la dénomination féminine :

Tableau 1. Identification des femmes mariées (Marseille)

Tableau 1. Identification des femmes mariées (Marseille)

Tableau 2. Identification des femmes sans référence à un mari (Marseille)

Tableau 2. Identification des femmes sans référence à un mari (Marseille)

I. Système anthroponymique et transmission du nom

  • 5 Tous les hommes cités ont deux noms au moins sauf une exception : Procès, ch. 189, p. 239"... fili (...)
  • 6 Liber M., 113, p. 302.
  • 7 Ibid., 109, p. 302.
  • 8 Ibid., 33, p. 282.
  • 9 Procès, ch. 73-74, p. 152.
  • 10 Ibid., ch. 75, p. 153.
  • 11 Ibid., ch. 156, pp. 214-215.
  • 12 Liber M., 44, p. 285.
  • 13 Ibid., 14, p. 278.
  • 14 Ibid., 49, p. 286. Il arrive aussi, exceptionnellement, que la référence soit faite à la mère et n (...)
  • 15 Autre cas allant dans le même sens : “Barral macellarius, qui moratur in macello veteri..." (Liber(...)
  • 16 Liber A4., 161, p. 316. Un autre cas semblable se trouve aux chapitres 190-191 du Procès, pp. 239- (...)

5Dans le système du double nom qui caractérise ici exactement 50 % des personnes de sexe féminin5, le deuxième nom ou surnom est un nom de famille qui se transmet aux enfants, garçons ou filles, dans la majorité des cas. En voici quelques exemples : Guillelmus de Mordel a trois enfants qui s'appellent Johannes [de] Mordel, Hymbertus [de] Mordel et Beatrix de Mordel6; Bertrandus de Monte Olivo est le fils de Guillelmus de Monte Olivo7; Laurentius Pauli a pour fils Guillelmus Pauli8; Stephanus Blancardi a pour fils Guigo Blancardi9; Guillelmus de Fayensa a deux fils, Blacacius de Fayensa et Guillelmus de Fayensa ainsi qu'une fille, Rixenda de Fayensa10. Lorsqu'il s'agit d'une fille, si le surnom de son père est un nom, un nom de métier ou un sobriquet, il se féminise en a. Ainsi Johannes Olier a une fille qui s’appelle Guillelmina Olyeira11. Il arrive cependant, de temps en temps, qu'un fils ou une fille n'ait pas le même surnom que son père. Ainsi Petrus Vivaudi est dit "filius Raymundi macellarii "12, Ermessendis Bruniera est dite "filia Hugolini fusterii "13 et Brunessendis Garibota est la fille de "quondam Petri Guillelmi "14. On remarque que dans les deux premiers exemples, le surnom du père est un nom de métier. Il est possible alors que les individus en question, bien que possédant un nom de famille, aient été plus connus, et donc nommés, par un qualificatif professionnel15. Inversement, il arrive que le surnom s'impose aux dépens du nom pour désigner un enfant. Ainsi Mathea Farauda, "uxor Guillelmi Faraudi "a une fille uniquement nommée Farauda16.

  • 17 Quelques exemples : Procès, ch. 102, p. 174 : Hugua uxor Petri Vitalis ; Ibid., ch. 92, p. 165 : D (...)
  • 18 Ainsi Rixendis Vincentia est l'épouse de Petrus Vincentii (Liber M., 25, p. 280) ; Johanna Benedic (...)
  • 19 Ex. : Alaydis Grossa est l'épouse de Durandus Gros (Procès, ch. 160, p. 217).
  • 20 Ex. : Raymundina de Nicia, épouse de Raymundus de Nicia (Liber M., 131, p. 307) ; Jachobeta del Ve (...)
  • 21 Ainsi Johanna uxor quondam Jacobi Deodati (Procès, ch. 104, p. 176).
  • 22 Hormis le cas, qui devait être rare, d'une mère célibataire transmettant son surnom à son enfant. (...)
  • 23 Liber M., 80, p. 293.
  • 24 Ibid., 39, p. 283. Le fait serait prouvé s'il s'avérait qu'il s'agit de la même Maria Marcella qui (...)
  • 25 Procès, ch. 120, p. 189. De plus Aycarda Gaufrida a un fils qui s'appelle Franciscus Gaufridi. Aut (...)
  • 26 Ainsi Aycarda Alegra, épouse de Bermundus Alegre est la soeur d'Huga Nugalessa : Procès, ch. 195-1 (...)

6Ce dernier exemple m'amène à considérer le cas de la femme mariée et de sa dénomination. Les textes étudiés ici utilisent, comme on le voit dans le tableau I, deux procédés de dénomination. Le premier consiste à nommer la femme par son nom en y ajoutant le mot uxor suivi du surnom du mari17, ce qui correspond dans la typologie déjà indiquée, au type Ila2. Ce système intervient aussi bien dans le Liber miraculorum que dans le procès de canonisation mais il est plus fréquent dans ce dernier : 26 mentions contre 17 seulement dans le Liber miraculorum et pour un nombre de femmes moitié moindre. Le deuxième procédé consiste à donner directement à l'épouse le surnom de son mari. Il est féminisé par une terminaison en "a" lorsque ce surnom correspond à un prénom18, à un nom de métier où à un sobriquet19 (type III a, III b et III c). Il reste le même lorsque le mari porte un nom de lieu (type III d)20. Ce système est utilisé dans 40 cas au moins : 19 dans le Liber miraculorum et 21 dans le procès. Il y a, en fait, le plus souvent redondance : nom de l'épouse + surnom du mari féminisé ou adopté tel quel + uxor + surnom du mari (avec l'adjonction du mot quondam s'il s’agit d'une veuve)21. Ce chiffre minimal semble pouvoir être augmenté si on prend en compte les cas ou une mère et sa fille ou son fils ont tous deux le même surnom. Il est vraisemblable que ce surnom est celui du mari et père non cité mais implicitement évoqué22. Nous trouvons ainsi Laurensia Benedicta qui a pour fils Raymundus Benedictus23 et domina Maria Marcella dont la fille s'appelle Marieta Marcella24. Dans le même sens, le phénomène inverse, à savoir qu'une mère et une fille n'ont pas le même surnom, signifie qu'elles portent le surnom de leurs maris respectifs. Ainsi Aycarda Gaufrida est la fille de Jordana Blancarda, décédée à l'époque où sa fille fait sa déclaration25. De même lorsque deux sœurs ne portent pas le même surnom, on peut penser que l'une au moins a pris le surnom de son mari26.

  • 27 Procès, ch. 34 à 37, pp. 122-126 ; ch. 172, p. 226 ; ch. 176, p. 227 ; ch. 187, p. 236.

7A titre d'exemple, une série de références concernant la même famille permet de dresser un arbre généalogique sur deux générations27.

*

  • 28 Liber M., 12, p. 278.
  • 29 Ibid., 11, p. 278. Autre cas semblable : Marguareta Niella mariée à Guillelmus de Sancto Egidio (P (...)
  • 30 Un cas de flottement de surnom se rencontre à propos d'un certain Guillelmus de Albania qui moratu (...)

8On peut donc penser que la majorité des 117 cas où une femme porte au moins un surnom à la suite de son nom correspondent à des femmes mariées ayant adopté le surnom de leur époux. Toutefois, si cet usage semble avoir été répandu dans la Provence du début du XIVe siècle, il n'est pas absolument généralisé et il y a parfois un certain flottement entre l'adoption du nom marital et la désignation par un autre surnom. Dans l'ensemble des deux documents, nous trouvons en effet 19 récits dans lesquels l'épouse n'a pas le même surnom que son mari, soit 32 % des cas où le mari et la femme portent un double nom (59 cas). Ces récits se répartissent en fait en trois groupes : Dans le premier, la différence des deux surnoms vient du fait que l'un des conjoints porte un nom de lieu (type III d) et l'autre un nom de personne, un sobriquet ou un nom professionnel (type III a, b ou c). Ainsi Cecilia de Nicia est mariée à Hugo Magench28 et Hugua Pelegrina est l'épouse de Petrus de Julias29. Dans de tels cas, il est possible que le surnom du mari ne soit pas encore bien fixé et qu'il soit tantôt désigné par un sobriquet, tantôt par un nom d'origine géographique30.

  • 31 Liber M, 202, p. 328.
  • 32 Procès, ch. 69-70, pp. 149-150.
  • 33 Liber M., 57, p. 288.
  • 34 A moins évidemment qu'on ait ici un nomen maternum mais je n'ai trouvé aucune preuve de l'existenc (...)
  • 35 Ibid., 93, p. 297.

9Dans d'autres récits, les deux surnoms sont construits exactement de la même façon. Ainsi Laurentia Auriola est l'épouse de Bertrandus Gafreda31 et Berengaria Oliveria est mariée à Hugo Martini32. Ici on peut penser que la femme a gardé son surnom de jeune fille pour une raison difficile à définir. Deux récits montrent bien le phénomène : un passage du Liber miraculorum cite une certaine Nicholava Malcausada qui est l’épouse de Raymundus Peyson. Or la mère de Nicholava s'appelle Malcausada33. On peut donc penser que le surnom de son mari était Malcausadus, surnom transmis à sa fille et conservé par celle-ci34. Un autre passage du même recueil est encore plus net : il y est question d'abord d'un certain Pontius Teulerii. Il a une fille, Jacoba (filia dicti Pontii). Or celle-ci est mariée à Rostannus Carpenal et aurait dû normalement prendre le surnom de son mari mais, en fait, elle conserve le surnom de son père : Jacoba autem Theuleria uxor Rostanni Carpenal qui moratur Massilie35.

  • 36 Ibid., 86, p. 295.
  • 37 Ibid., 123, p. 305 et Procès, ch. 47, p. 133. Autre particularité de cette famille, un fils porte (...)
  • 38 Liber M., 165, p. 317.

10Enfin dans un troisième groupe de récits, nous trouvons pour qualifier la femme ou le mari des noms de métier ou de fonction, ce qui fait penser à un métier effectivement pratiqué. Nous trouvons ainsi Raymunda tabernaria qui est dite uxor Guizoti36 ou Katherina balasteria, désignée sans autre indication en 1297 mais qui est en 1307 veuve de Johannes de Guardiana (son surnom est d'ailleurs déformé en Albarestyevia)37. Dans ces deux cas, c'est l'épouse qui semble caractérisée par un métier. Inversement Beatrix de Berra, qui habite Berre, est mariée à Johannes Garda regis, c'est-à-dire garde du roi38. On a l'impression qu'il s'agit là de sa fonction.

  • 39 Au total cette situation se présente dans un peu moins de 30 % des cas.
  • 40 Procès, ch. 151-154, pp. 210-212.
  • 41 Liber M., 55, p. 387. Mais dans ce même recueil est citée une religieuse dont le nom est encore du (...)

11La double dénomination féminine reste cependant dans la majorité des cas, significative d'une dépendance soit par rapport à un mari soit par rapport à un père, notamment lorsque la femme porte un surnom terminé en "a ", ce surnom étant très vraisemblablement celui du mari ou du père39. La dépendance paternelle ou conjugale est moins nette lorsque le surnom est un nom de lieu. Il peut effectivement s’agir du surnom du père ou du mari mais cette dénomination peut aussi signifier simplement une origine géographique. Peut-être est-ce plus particulièrement le cas pour les religieuses ? En effet, le procès de canonisation cite trois moniales et une béguine, donc quatre femmes célibataires. Elles s'appellent Maria de Rocaforti, Micholena de Rocaforti, Stephania de Rotgerio et Agneza40 : donc trois noms doubles de type III d et un nom unique. En revanche une autre béguine, Alaycis Boissona, citée dans le Liber miraculorum porte un nom double de type III a41.

  • 42 On le voit bien dans le cas suivant : en 1307, la fille d'un certain Johannes Olier de Marseille e (...)
  • 43 Ex. Liber M., 28, p. 281 : "Testis Peyroneta et Dulcelina et alie vicine eius" ; Ibid., 56, p. 288 (...)
  • 44 Ex. : Liber M., 29, p. 281 : "Testis na Aleta" ; Ibid., 55, p. 287 : “Testes... na Polpaira..." ; (...)
  • 45 Procès, ch. 34, p. 122.
  • 46 Ibid., ch. 108, p. 180.
  • 47 Liber A4., 58, P. 288. Autre cas : Procès, ch. 143, p. 204.
  • 48 Procès, ch. 88, p. 162 : "Beatrix de Sancta Cruce, Regensis diocesis, pupilla IX annorum, ut dixit (...)

12A côté des femmes qui portent un double nom ou qui sont désignées par l'expression Unetelle épouse d'Untel ou fille d'Untel42, il existe deux catégories de personnes qui se voient essentiellement qualifiées par un nom unique. Il s'agit des domestiques ou des personnes d'un rang social peu élevé et des enfants. Le premier cas concerne les servantes, nourrices ou voisines souvent citées comme témoins43. Certains noms sont parfois précédés de "na", abréviation de "domina" mais qui ne semble pas, contrairement à "domina", désigner des personnes de rang élevé44. En ce qui concerne les enfants, la plupart sont nommés seulement par leur nom, éventuellement accompagné de la mention filius ou filia. Ce nom est souvent modifié par un suffixe qui en fait un diminutif : Guillelmeta, Thomaseta, Alayeta, Jacobeta etc... pour les filles ; Isnardetus, Bertrandetus, Ponsetus, etc... pour les garçons. Il arrive cependant, tant dans le Liber miraculorum que dans le procès de canonisation qu'un mineur soit désigné, comme un adulte, par une double dénomination et ceci aussi bien du vivant de son père qu'après la mort de celui-ci. Ainsi, le miracle qui ouvre la série du procès de canonisation concerne un enfant comme l'annonce le titre : "De quodam puero vocato Johanne Massolho"45. Or, il s'agit d'un enfant mortné ressuscité par le saint. De même un bébé, fils de Johanna Deodata, veuve de Jacobus Deodati est appelé aussi Jacobus Deodati46 et un autre enfant, Bertranetus de Nantz âgé de quatre mois, est dit "fils de Guillelmus de Nantz"47. Il en est de même pour les filles, mais plus rarement : Beatrix de Santa Cruce dépose en son nom propre au procès de canonisation alors qu'elle n'a que neuf ans48. Ces cas sont dans l'ensemble peu fréquents : 5 dans le Liber miraculorum, 4 dans le procès de canonisation. En revanche, c'est parmi les enfants qu’on trouve le plus grand pourcentage de nominations anonymes (filius, filia, puer ou puella) : 12 cas dans le Liber miraculorum sur 34 enfants cités et 6 cas dans le procès sur 27 cités.

13Ces quelques données nous permettent d'avoir une première approche du système anthroponymique féminin en Provence à l'époque envisagée. On peut essayer d'affiner la recherche en examinant les données de la désignation féminine, c'est-à-dire l’ensemble des coordonnées qui permettent de caractériser telle ou telle personne.

II. Structure de la désignation féminine

14Elle varie en fonction de la situation des personnes mises en causes. Trois situations peuvent en gros se présenter : il y a d’abord les déclarants qui font une déposition ou une déclaration à propos d'un miracle et dont le nom est cité au début du développement qui lui est consacré. Il peut s'agir aussi de quelqu'un qui est cité par le déclarant au cours de son récit, dans le cadre d'un discours narratif. Il peut s'agir enfin de quelqu'un qui est simplement cité comme témoin. Ces trois situations existent pour les personnes de sexe féminin et aboutissent à des désignations différentes.

1. Les déclarantes

15J'examinerai d'abord le cas du Liber miraculorum de 1297. Le rédacteur y apparaît soucieux de donner les coordonnées précises de chaque miraculé pour permettre une vérification éventuelle et donner un caractère authentique au récit. Nous disposons ainsi de 96 déclarations féminines. Ces déclarations peuvent être décomposées en unités de désignation de la façon suivante :

- une unité

1

(1 %)

- deux unités

6

(6,2 %)

- trois unités

49

(51 %)

- quatre unités

35

(36,4 %)

- cinq unités

5

(5,2 %)

  • 49 Dans un cas, cette formule est remplacée par "de" suivi d'un nom de lieu : 18, p. 279 : Pontia Ven (...)
  • 50 83, p. 294.
  • 51 206, p. 329. Mais une indication de lieu est contenue dans le surnom du mari, ce qui peut explique (...)

16Le modèle dominant apparaît donc comme un système à trois unités. La première est le nom. Vient ensuite un deuxième nom ou surnom, correspondant généralement au surnom du père ou du mari. Il manque cependant dans quinze cas. Il est alors remplacé par l'indication d'une relation parentale, le plus souvent "épouse de". La troisième unité est l'indication du lieu d'habitation, le plus souvent sous la forme "qui moratur…"49. Cette indication ne manque que dans deux cas. Elle est alors remplacée soit par une relation parentale50 soit par le titre de domina51.

  • 52 Ex. : 66, p. 290 : "Aladaycis Boyna de Oleriis et ibidem moratur.." ; 74, p. 292 : "Aladaycis fabr (...)

17Si trois unités de désignation sont souvent considérées comme suffisantes, nous trouvons quand même 35 déclarations où quatre unités ont été retenues et cinq déclarations où il n'y a pas moins de cinq unités. Lorsqu'il y a quatre unités, nous retrouvons le nom, présent partout puis le surnom qui ne manque qu'une fois (remplacé par une indication de parenté : uxor). Nous retrouvons aussi, sauf dans un cas, le lieu d'habitation. Le quatrième élément est alors l'indication de parenté dans 22 cas (uxor 18 fois, filia 4 fois). Pour les treize cas restants, il s'agit de huit déclarations de noms complexes (type IV) où figurent à la fois un nom masculin féminisé et un nom de lieu qui est d’ailleurs souvent le même que le lieu d'habitation52. Enfin dans cinq cas, le quatrième élément est une indication sociale : domina trois fois, soror (pour une religieuse), beguina.

  • 53 Liber M., 7, p. 276.
  • 54 Ibid., 9, p. 277.
  • 55 Ibid., 189, p. 324.

18Ce sont les mêmes éléments qui apparaissent lorsqu'il y a cinq unités de désignation mais cette fois-ci ils s'ajoutent : nom, lieu d'habitation, surnom, deuxième surnom auxquels s'ajoutent une indication de parenté ou une indication sociale. Ainsi Adalacis de Massilia vergiera, filia Hugonis vergerii qui moratur iuxta Sanctum Laurentium "53 ou "Domina Ricarda Boeria de Massilia que moratur iuxta Paradisum "54 ou encore "Domina Mabilia de Barraton de Manoascha que moratur aliquando Massilie"55.

  • 56 Ibid., 4, p. 275.
  • 57 Ibid., 19, p. 279.
  • 58 Ainsi 9, p. 296 : "Rixendis uxor Petri Bermundi de Auriolo..." et 187, p. 324 : "Beatrix filia Hug (...)

19Restent enfin les quelques rares cas où on trouve moins de trois unités de désignation : dans le premier récit de la série, sans doute par manque d'informations, l’auteur nous donne une indication unique et anonyme : "mulier quaedam Penitencie "56. Dans un autre cas, le nom manque aussi, remplacé par puella suivi d'une relation de parenté57. Dans trois déclarations, nous ne trouvons que le nom suivi de la mention du lieu d'habitation et dans les deux derniers cas, le nom est suivi d'une référence parentale qui contient elle-même une indication de lieu58.

20Si nous passons maintenant au procès de canonisation, nous trouvons des données un peu plus uniformisées dans la mesure où le notaire a posé à chaque personne les mêmes questions selon un schéma préétabli. C'est ainsi qu'a été systématiquement demandé l’âge du déclarant. Pour pouvoir établir une comparaison avec le Liber miraculorum je n'en ai pas tenu compte ici. Nous disposons donc de 76 dépositions féminines qui se répartissent ainsi :

1 unité :

0

2 unités :

6

(7,8 %)

3 unités :

47

(61,8 %)

4 unités :

23

(30,2 %)

21Nous retrouvons donc à la première place et dans une proportion encore plus forte le système de désignation à trois unités. La première est, comme dans le Liber miraculorum, le nom, présent partout. De même, figure dans presque tous les dépositions la mention du lieu d'habitation. Le troisième élément est donc ici aussi soit un surnom soit une relation de parenté ou plus rarement, une qualification sociale. Le surnom figure dans 19 déclarations. Sauf dans un cas, il s'agit d'un nom masculin féminisé. Il est remplacé dans 27 cas par une indication de parenté (uxor 21 fois, filia 4 fois, mater 3 fois) et dans un cas par une indication sociale (soror désignant une religieuse). Par rapport au Liber miraculorum, les relations parentales sont nettement plus utilisées.

22Comme dans le Liber miraculorum, un certain nombre de personnes de sexe féminin sont qualifiées par quatre unités de désignation. Dans ce cas il y a explicitation du surnom par une indication de parenté, essentiellement une relation conjugale.

  • 59 Procès, ch. 47, p. 133 : "Katherina Albarestyevia relicta Johannis de Guardiana et filia dicte Isn (...)

- uxor

16 fois mais une fois uxor + filia59

- filia

1 fois

- mater

2 fois

23Il faut y ajouter quatre indications sociales : deux fois soror, une fois beguina, une fois obstetrix.

24Si nous essayons maintenant de faire une synthèse rapide, nous remarquons que, sur 172 déclarantes, 96, soit 55,8 %, sont caractérisées par trois unités de désignation et 58, soit 33,7 %, par quatre unités. Ces éléments sont le nom, le surnom, le lieu d’habitation, la parenté. Deux sont quasi permanents : le nom et le lieu d'habitation. Quant aux deux autres, ils alternent lorsqu’il n'y a que trois éléments, ils se juxtaposent lorsqu'il y en a quatre. Enfin les références sociales sont rares et tout à fait secondaires. En particulier la mention d'un métier est presque inexistante alors qu'elle est fréquente pour les hommes.

Graphique N° 1. Indication de parenté chez les témoins du Liber Miraculorum et du procès de canonisation de Saint Louis d'Anjou

Graphique N° 1. Indication de parenté chez les témoins du Liber Miraculorum et du procès de canonisation de Saint Louis d'Anjou

2. Les témoins

25Les témoins cités par nos textes sont de deux sortes : ceux qui ont assisté au miracle mais ne sont pas forcément présents au moment de la déclaration et ceux qui assistent le déclarant et jurent sur l'Evangile la véracité des faits rapportés. Les deux catégories apparaissent dans le Liber miraculorum mais seuls les premiers sont cités dans le procès de canonisation. Dans cette oeuvre, en effet, chaque témoin est appelé à faire un récit et se transforme ainsi en déclarant.

26Dans le Liber miraculorum, les unités de désignation qui caractérisent les témoins sont nettement moins nombreuses que celles qui désignent les déclarants ; sur un total de 150 personnes de sexe féminin, la répartition est :

1 unité :

41

(27,3 %)

2 unités :

92

(61,3 %)

3 unités :

17

(11,3 %)

4 unités :

1

(0,6 %)

  • 60 Ex. : Liber M., 12, p. 278 : "Testes dictas pater et mater..." ; Ibid., 70, p. 291 : "Testes predi (...)

27Le nom reste l'élément le plus fréquent mais 28 personnes sont citées sans être nommées. En réalité, dans 16 cas ces personnes ont déjà été nommées au cours du récit du déclarant et l'auteur n'éprouve pas le besoin de les nommer à nouveau. Il se contente d'indiquer la parenté : dicta mater, dicta uxor, dicta filia60. Il en est de même pour les hommes. Restent donc 12 nominations cachées. La mention d'un surnom est relativement rare : 20 mentions d'un nom masculin féminisé et 15 mentions d'un nom de lieu, soit 35 cas en tout. En revanche, les références parentales sont nombreuses :

uxor

31 fois

filia

10 "

mater

33 "

soror

12 "

avia

5 "

neptis

1 "

cognata

1 "

consanguínea

1 "

28soit 94 mentions. L'importance des références mater, soror et avia s'explique surtout par le fait que certains miraculés sont des enfants ou des personnes jeunes et que la référence est faite par rapport à eux.

29Les indications d'ordre social sont également assez nombreuses :

domina

11 fois

na

8 "

ancilla

3 "

nutrix

2 "

qui morabatur

2 "

in doma sua

qui ei serviebat

1 "

pauper millier

1 "

  • 61 Liber M, 175, p. 320. A rapprocher 208, p. 330.
  • 62 Ibid, 195, p. 326.
  • 63 Ibid., 55, p. 287.
  • 64 Ibid., 51, p. 287.
  • 65 Un cas cependant d'une très grande précision : "Beatrix nutrix sua que stat in domo Gaudemara que (...)

30soit 28 mentions. Il faut y ajouter des indications collectives telles que "et alii de domo sua"61, "et plurimi alii"62, "et vicini plurimi et vicine"63, "testes sunt multi quos ipse nominabit"64 etc... qui n'ont pu être prises en compte. L'importance de ces références sociales semble en relation avec la disparition presque totale de l’indication de domicile65.

  • 66 Sauf un cas avec un nom et deux surnoms de lieu : Ibid., 149, p. 313.
  • 67 Liber M., 180, p. 322 : "domina Bonifacia Masselhesa avia pueri".

31La désignation typique d'une femme témoin, dans le Liber miraculorum,, est donc un nom suivi d’une relation de parenté ou accompagné d'une référence sociale. Seules douze désignations sont du type nom + surnom. Ce n'est que lorsque la désignation comprend trois éléments que nous trouvons le nom, le surnom et la référence parentale ou sociale66. Ces deux références s'ajoutent dans un cas pour donner une désignation à quatre éléments67.

32Si nous passons maintenant au procès de canonisation, nous y trouvons les personnes indiquées par le déclarant comme ayant vu le miracle ou ayant constaté la maladie du miraculé avant sa guérison. Nous disposons ainsi de 81 citations :

1 unité

40

(49,3 %)

2 unités

34

(41,9 %)

3 unités

7

(8,6 %)

  • 68 Ex. : Procès, ch. 63, p. 144 : "Interrogatus qui fuerant in predictis presentes, dixit quod pater (...)
  • 69 Ex. : Procès, ch. 73, p. 152 : "Interrogatus... dixit quod Odo de Chapcilhana et uxor sua et Ponti (...)

33Dans près de la moitié des cas (42 exactement), il s’agit d'une nomination cachée : le nom n'est pas mentionné et est remplacé par une relation parentale ou, plus rarement, par une qualification sociale. Ces cas correspondent presque exactement à ceux qui ne comportent qu'une unité de désignation68. Le nom seul n'apparaît que deux fois. Il semble que ces nominations cachées concernent davantage les femmes que les hommes. A plusieurs reprises, en effet, sont cités comme témoins les membres d'un couple : le mari est nommé par un nom et un surnom tandis que l’épouse est seulement citée comme uxor sua69.

34Lorsqu'il y a deux unités de désignation, nous nous trouvons en présence soit d'un système à deux noms (23 cas) soit d'un nom suivi d'une relation parentale (11 cas) :

uxor

4 fois

soror

5

mater

1

35(plus un cas où figurent à la fois les mentions uxor et mater)

36Enfin, dans les sept cas où trois unités de désignation apparaissent, s’ajoute au double nom soit une indication de parenté, soit une indication sociale (bayla, obstetrix, vicina).

37Au total, pour le procès de canonisation, les références parentales se répartissent ainsi :

uxor

19 fois

mater

15 "

soror

10 "

socrus

2 "

38Quant aux relations sociales, il s'agit de : vidria 4 fois

bayla

2 "

obstetrix

1 "

soror ou priorissa

4 "

béguina

1

39Par rapport au Liber miraculorum, les nominations cachées sont nettement plus nombreuses (48,1 % contre 8 %) et le double nom est, en revanche, un peu plus fréquent (28 % contre 23 %).

3. Les personnes citées dans le cours du récit

40Dans le Liber miraculorum, à la rédaction assez sèche, on ne trouve que 51 références qui se répartissent ainsi :

1 unité

15

(27,2 %)

2 unités

27

(49 %)

3 unités

11

(20 %)

4 unités

1

(1,8 %)

5 unités

1

(1,8 %)

41Les caractères de la désignation sont proches de ceux que l'on rencontre à propos des témoins : lorsqu'il n'y a qu'une unité de désignation, il s'agit dans la totalité des cas, de nominations cachées (relation familiale 12 fois, indication sociale 3 fois). La présence de deux unités de désignation est la plus fréquente. Il s'agit rarement de l’ensemble nom + surnom et plus souvent du nom accompagné d'une relation parentale :

uxor

7 fois

filia

10 "

mater

4 "

soror

2

avia

1 "

Consanguinea

1 "

  • 70 Liber M., 201, p. 328 : "Jaufreza de Borma, filia sua et beguina Predicatorum".
  • 71 Liber M., 93, p. 297 : "Jacoba autem Teuleria, uxor Rostanni Carpenal qui moratur Massilie in carr (...)

42Quant aux 11 cas où figurent trois unités, ils correspondent, comme pour les témoins, à l'ensemble nom + surnom + qualification parentale ou sociale. Les deux désignations plus étendues ajoutent les deux qualifications70 et, cas exceptionnel, le lieu d'habitation71.

  • 72 Ex. : Procès, ch. 117, p. 147 : "... interrogata super proximo miraculo... in persona Ray mundete (...)

43Reste à examiner le procès de canonisation. En raison des multiples redites dues au fait que plusieurs témoins déposent sur le même miracle et que les mêmes événements sont racontés plusieurs fois, je n'ai pas fait ici une comptabilité précise des désignations. En fait, deux types dominent : soit des dénominations cachées telles que uxor sua ou mater eius, soit des doubles désignations avec un nom et une relation parentale72. Comme dans le Liber miraculorum, la structure de désignation est très proche de celle qui concerne les témoins.

44Ainsi dès que l'on passe du déclarant aux personnes nommées par celui-ci, la désignation est nettement simplifiée.

45Pour terminer cette étude d'anthroponymie féminine, il reste à dire quelques mots sur les noms.

III. Les noms féminins

  • 73 Ainsi lorsqu'une femme a des petits enfants ou des enfants d'âge adulte, on peut supposer qu'elle (...)

46Comme d’autres types de documents, les textes hagiographiques apportent des renseignements sur les noms masculins ou féminins. Toutefois, contrairement aux cartulaires qui permettent de saisir une évolution portant sur plusieurs dizaines d'années, voire sur plusieurs siècles, les recueils de miracles ou les procès de canonisation n'offrent qu'un aperçu ponctuel, correspondant au moment où le texte a été rédigé. Il est cependant possible, dans certains cas, de distinguer deux générations : l’âge du témoin ou du bénéficiaire du miracle est parfois indiqué et dans d'autres cas, il est possible à partir d'indications de parenté (mater, filia, soror etc...) ou en fonction du contexte de définir un âge approximatif ou minimal73. Le nombre de personnes d'âge indéterminé reste malgré tout important et il n'est guère possible d’aboutir à des conclusions valables sur une évolution des noms. Le tableau reste essentiellement statique. Il porte sur 352 personnes. Sur ce total, j'ai pu déterminer l'âge approximatif de 175 personnes :

  • 66 ont plus de 40 ans au tournant des XIIIe et XIVe siècles et sont donc né avant 1260 ou aux alentours de cette date.
  • 109 ont moins de 40 ans et sont nées après 1260.

47Il reste donc 177 personnes, soit la moitié du total dont l'âge n'a pu être déterminé ce qui rend impossible toute étude sur une évolution dans l'usage des noms.

  • 74 Entre parenthèses sont indiqués les diminutifs ou les variantes graphiques. La liste complète des (...)

48Voici donc la liste des noms les plus portés par ordre de fréquence74 :

Personnes nées approxi. av. 1260

Personnes nées approxi. ap. 1260

Age indéterminé

TOTAL

Hugua (Hugueta)

4

6

21

31

Beatrix

4

7

11

22

Dulcía (Dulciana, Dulceta, Dulcessa)

3

3

10

16

Raymunda (Raymundeta)

4

1

11

16

Johanna (Johanneta)

3

1

12

16

Alais (Alayeta, Alayda, Aleta)

3

5

7

15

Guillelma (Guillelmina, Guillelmeta)

7

4

3

14

Aladaycis (Aladacis, Alazia)

4

2

7

13

Bertranda (Bertraneta)

4

2

6

12

Rixendis (Rixenda, Arycenda)

2

2

8

12

Maria (Marieta, Marineta)

4

2

5

11

Cecilia (Celieta)

2

1

7

10

49Nous trouvons en tête, avec 8,8 % du total, Hugua, suivie d'assez loin par Beatrix (6,2 %). En troisième position viennent trois ex aequo : Dulcia, Johanna et Raymunda (4,5 %). Ces noms sont suivis de près par Alais, Guillelma, Aladaycis, Bertranda et Rixendis (entre 4,2 et 3,4 %). On note en revanche la place relativement secondaire de Maria (3,1 %). Si on considère les noms qui concernent plus de 3 % des femmes étudiées, nous trouvons 162 personnes, soit 46,2 % du total, ce qui révèle une assez grande concentration des noms. Parmi les noms pilotes, les noms masculins féminisés sont en bonne position alors que seul le nom Dulcia évoque une qualité féminine. A l'autre extrémité se trouvent les noms qui n'apparaissent qu’une fois : 49 noms. Au total 95 noms sont portés par 350 femmes, soit une moyenne de 3,6 femmes par nom.

CONCLUSION

50La dénomination féminine en Provence au tournant des XIIIe et XIVe siècles, telle qu'elle apparaît à travers le dossier hagiographique de saint Louis d’Anjou, se caractérise d'abord par une très nette dépendance par rapport à un personnage masculin : le père pour une célibataire, l’époux pour une femme mariée. Cette situation correspond au cas général à cette époque. Ce qui semble plus original est l'importance du nom masculin féminisé souvent préféré à l'expression "épouse de" ou "fille de". Ce système n'est cependant pas entièrement fixe et quelques flottements sont visibles : la prise du surnom du père ou du mari n'est pas automatique.

51Lorsqu'une femme fait une déposition au sujet d'un miracle, son identification est le plus souvent obtenue par trois unités de désignation : nom, surnom, lieu d'habitation (55,8 % des cas) mais le surnom est parfois remplacé par une indication de parenté ou une référence sociale. Lorsque ces indications coexistent, nous sommes en présence d'un système à quatre unités de désignation (33,7 % des cas). En revanche, lorsqu'une femme est citée dans le courant du récit ou comme témoin, on ne trouve plus qu'une désignation simplifiée qui ne comporte qu'une ou deux unités en général.

  • 75 Dans la région de Montpellier, au contraire, Marie monte en flèche à partir de 1200 et devient le (...)

52Enfin les textes révèlent une grande variété dans le choix du nom : 95 noms différents mais près de la moitié des personnes de sexe féminin portent l'un des dix noms suivants : Hugua, Beatrix, Dulcia, Raymunda, Johanna, Alais, Guillelma, Aladaycis, Bertranda, Rixenda. Marie n'arrive qu’en onzième position75.

53Ces résultats devront être évidemment confrontés avec ceux provenant d'autres documents et d’autres régions pour une étude plus précise de l'anthroponymie féminine médiévale ; En particulier il sera intéressant de confronter ces résultats avec ceux provenant d'autres sources narratives.

Notes

1 Le Liber miraculorum est édité dans les Analecta Franciscana, t. VII, 1951, pp. 275-331. Il sera désigné par l'abréviation Liber M. Sur sa datation cf. J. Paul, "Le Liber miraculorum de saint Louis d'Anjou" dans Archivant Franciscanum Historicum, t. 69, 1976, pp. 209-219.

2 Cf. J. Paul, "Le rayonnement géographique du pèlerinage au tombeau de Louis d'Anjou" dans Le pélerinage, Cahiers de Fanjeaux n° 15,1980, pp. 137-158, notamment la carte de la page 149.

3 Le procès de canonisation est édité dans le même volume que le Liber miraculorum, pp. 122-274. Il sera désigné par l'abréviation Procès.

4 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Ière et IIème Rencontres d'Azay-le-Ferron, Tours, 1989, pp. 7-12.

5 Tous les hommes cités ont deux noms au moins sauf une exception : Procès, ch. 189, p. 239"... filia Johannis, civis Massilie...".

6 Liber M., 113, p. 302.

7 Ibid., 109, p. 302.

8 Ibid., 33, p. 282.

9 Procès, ch. 73-74, p. 152.

10 Ibid., ch. 75, p. 153.

11 Ibid., ch. 156, pp. 214-215.

12 Liber M., 44, p. 285.

13 Ibid., 14, p. 278.

14 Ibid., 49, p. 286. Il arrive aussi, exceptionnellement, que la référence soit faite à la mère et non au père. Ex. : Liber M., 70, p. 291 : "Jacobus faber, filius Hugue fabresse".

15 Autre cas allant dans le même sens : “Barral macellarius, qui moratur in macello veteri..." (Liber A4., 62, p. 289). Un autre cas où il est assez net que la désignation professionnelle est utilisée est celui d'une certaine Beatriz Paula uxor Pauli macellarii. La femme porte le surnom de son mari mais celui-ci est désigné par ce qui semble être son surnom suivi de sa profession (Liber M., 195, p. 326).

16 Liber A4., 161, p. 316. Un autre cas semblable se trouve aux chapitres 190-191 du Procès, pp. 239-240. Berengaria Reynalda, uxor Petri Reynaldi a pour fille Reynalda uxor Raymundi Enuezat.

17 Quelques exemples : Procès, ch. 102, p. 174 : Hugua uxor Petri Vitalis ; Ibid., ch. 92, p. 165 : Dulcessa uxor Michaelis Bermundi ; Ibid., ch. 57, p. 140 : Berenguaria uxor P(etri) Lamberti de Aquis ; Liber M., 46, p. 285 : Hugueta uxor Guillelmi fabri ; Ibid., 49, p. 286 : Domina Cecilia uxor domini Guillelmi de Fonte.

18 Ainsi Rixendis Vincentia est l'épouse de Petrus Vincentii (Liber M., 25, p. 280) ; Johanna Benedicta est la femme de Petrus Benedictus (Liber M, 59, p. 288).

19 Ex. : Alaydis Grossa est l'épouse de Durandus Gros (Procès, ch. 160, p. 217).

20 Ex. : Raymundina de Nicia, épouse de Raymundus de Nicia (Liber M., 131, p. 307) ; Jachobeta del Vent, épouse de Johannes de Vento (Ibid., 174, p. 320).

21 Ainsi Johanna uxor quondam Jacobi Deodati (Procès, ch. 104, p. 176).

22 Hormis le cas, qui devait être rare, d'une mère célibataire transmettant son surnom à son enfant. Serait-ce le cas d'une certaine Beatrix, filia Hugonis de Manoasca qui a un bébé de trois mois ? Il n'y a aucune mention du mari et lorsque, après la guérison de l'enfant, Beatrix fait un pélerinage au tombeau de Louis d'Anjou, elle est uniquement accompagnée de sa mère. Il peut cependant s'agir d'une veuve (Liber M., 187, p. 324).

23 Liber M., 80, p. 293.

24 Ibid., 39, p. 283. Le fait serait prouvé s'il s'avérait qu'il s'agit de la même Maria Marcella qui apparaît dans le procès (ch. 105, p. 177) et qui est mariée à Nicolaus Marcelli. Autres cas semblables : Liber M., 57, 144, 151,154 et Procès, ch. 202-203.

25 Procès, ch. 120, p. 189. De plus Aycarda Gaufrida a un fils qui s'appelle Franciscus Gaufridi. Autre exemple dans le Liber M., 168, p. 318 : Nicholava de Pas est la fille d'Adalaycis Chatberta.

26 Ainsi Aycarda Alegra, épouse de Bermundus Alegre est la soeur d'Huga Nugalessa : Procès, ch. 195-196, pp. 243-244.

27 Procès, ch. 34 à 37, pp. 122-126 ; ch. 172, p. 226 ; ch. 176, p. 227 ; ch. 187, p. 236.

28 Liber M., 12, p. 278.

29 Ibid., 11, p. 278. Autre cas semblable : Marguareta Niella mariée à Guillelmus de Sancto Egidio (Procès, ch. 58, p. 140).

30 Un cas de flottement de surnom se rencontre à propos d'un certain Guillelmus de Albania qui moratur Celono. Il est ainsi qualifié en 1297 (Liber M., 190, p. 325) mais en 1307 le même personnage est appelé Guillelmus de Sellone (Procès, ch. 188, p. 246). Plus nettement, une femme, Cecilia de Sancta Cruce, citée dans une déposition du procès de canonisation, est appelée au chapitre suivant Cecilia Viazera (Procès, ch. 88-89, pp. 162-163). Le cas de cette famille est assez curieux : la fille de Cecilia est appelée Beatrix de Sancta Cruce, probablement d'après le surnom de son père. De son côté, Cecilia a deux frères. L'un est appelé Guillelmus Johannis. L'autre est nomé deux fois : une fois Petrus Johannis et une autre fois Petrus Vizei, nom qui se rapproche de celui attribué à Cecilia. Le père de ces trois personnes aurait-il deux surnoms ? Ce n'est pas impossible. Nous en trouvons un exemple dans le procès de canonisation (ch. 150, p. 209) : "Guillelmus Maynara aliter dictus Martini...".

31 Liber M, 202, p. 328.

32 Procès, ch. 69-70, pp. 149-150.

33 Liber M., 57, p. 288.

34 A moins évidemment qu'on ait ici un nomen maternum mais je n'ai trouvé aucune preuve de l'existence de ce type de nom.

35 Ibid., 93, p. 297.

36 Ibid., 86, p. 295.

37 Ibid., 123, p. 305 et Procès, ch. 47, p. 133. Autre particularité de cette famille, un fils porte un surnom différent de celui de son père, comme on le voit dans le schéma généalogique suivant.
Image

38 Liber M., 165, p. 317.

39 Au total cette situation se présente dans un peu moins de 30 % des cas.

40 Procès, ch. 151-154, pp. 210-212.

41 Liber M., 55, p. 387. Mais dans ce même recueil est citée une religieuse dont le nom est encore du type III d : soror Matheus de Lura (85, p. 295).

42 On le voit bien dans le cas suivant : en 1307, la fille d'un certain Johannes Olier de Marseille est appelée Guillelmina filia dicti Johannis. Au chapitre suivant, la mère de la fillette dépose à son tour ; elle est dite "mater dicte Guillelmine Olyera de Massilia" (Procès, ch. 156-157, pp. 214-215).

43 Ex. Liber M., 28, p. 281 : "Testis Peyroneta et Dulcelina et alie vicine eius" ; Ibid., 56, p. 288 : "Testes Raymundeta et Hugueta quae tunc morabantur in domo sua" ; Ibid., 92, p. 297 : "Testes... et Clementia mutrix eius" ; Ibid., 117, p. 303 : "Testis Laureta ancilla sua" ; Ibid., 93, p. 326 : "Testis... et Johanna que ei serviabat" ; Procès, ch. 194, p. 243 : "ad suasionem cuiusdam mulieris vocata Saurina".

44 Ex. : Liber M., 29, p. 281 : "Testis na Aleta" ; Ibid., 55, p. 287 : “Testes... na Polpaira..." ; Ibid., 109, p. 302 : "Testis na Aycelina, mater dicti Bertrandi". En tout huit mentions. A noter que seul le Liber miraculorum utilise ce qualificatif.

45 Procès, ch. 34, p. 122.

46 Ibid., ch. 108, p. 180.

47 Liber A4., 58, P. 288. Autre cas : Procès, ch. 143, p. 204.

48 Procès, ch. 88, p. 162 : "Beatrix de Sancta Cruce, Regensis diocesis, pupilla IX annorum, ut dixit, curata in facto proprio...".

49 Dans un cas, cette formule est remplacée par "de" suivi d'un nom de lieu : 18, p. 279 : Pontia Venella de Massilia.

50 83, p. 294.

51 206, p. 329. Mais une indication de lieu est contenue dans le surnom du mari, ce qui peut expliquer l'absence de celle-ci.

52 Ex. : 66, p. 290 : "Aladaycis Boyna de Oleriis et ibidem moratur.." ; 74, p. 292 : "Aladaycis fabressa de Sancti Maximino et ibidem moratur...". Parfois le surnom est remplacé par une indication de parenté. Ex. : 165, p. 317 : "Beatrix de Berra uxor garde regis que ibidem moratur Berre".

53 Liber M., 7, p. 276.

54 Ibid., 9, p. 277.

55 Ibid., 189, p. 324.

56 Ibid., 4, p. 275.

57 Ibid., 19, p. 279.

58 Ainsi 9, p. 296 : "Rixendis uxor Petri Bermundi de Auriolo..." et 187, p. 324 : "Beatrix filia Hugonis de Manoascha...".

59 Procès, ch. 47, p. 133 : "Katherina Albarestyevia relicta Johannis de Guardiana et filia dicte Isnarde...".

60 Ex. : Liber M., 12, p. 278 : "Testes dictas pater et mater..." ; Ibid., 70, p. 291 : "Testes predicta mater et vicini".

61 Liber M, 175, p. 320. A rapprocher 208, p. 330.

62 Ibid, 195, p. 326.

63 Ibid., 55, p. 287.

64 Ibid., 51, p. 287.

65 Un cas cependant d'une très grande précision : "Beatrix nutrix sua que stat in domo Gaudemara que moratur iuxta furnum de na Laurensa cara per cara" (143, p. 311).

66 Sauf un cas avec un nom et deux surnoms de lieu : Ibid., 149, p. 313.

67 Liber M., 180, p. 322 : "domina Bonifacia Masselhesa avia pueri".

68 Ex. : Procès, ch. 63, p. 144 : "Interrogatus qui fuerant in predictis presentes, dixit quod pater et mater et patrinus dicte Alays" ; Ibid., ch. 44, p. 131 : "Interrogatus qui fuerunt presentes... dixit quod uxor sua...".

69 Ex. : Procès, ch. 73, p. 152 : "Interrogatus... dixit quod Odo de Chapcilhana et uxor sua et Pontius Barnandi et uxor sua..." ; Ibid., ch. 175, p. 228 : "Interrogatus... dixit... et Cuillelmus de Rosso, sartor, et uxor sua de Massilia...".

70 Liber M., 201, p. 328 : "Jaufreza de Borma, filia sua et beguina Predicatorum".

71 Liber M., 93, p. 297 : "Jacoba autem Teuleria, uxor Rostanni Carpenal qui moratur Massilie in carreria Sancti Jacobi et est filia dicti Pontii".

72 Ex. : Procès, ch. 117, p. 147 : "... interrogata super proximo miraculo... in persona Ray mundete filie sue...".

73 Ainsi lorsqu'une femme a des petits enfants ou des enfants d'âge adulte, on peut supposer qu'elle a au moins quarante ans. Inversement, une femme qui a des enfants en bas âge a vraisemblablement moins de quarante ans.

74 Entre parenthèses sont indiqués les diminutifs ou les variantes graphiques. La liste complète des noms figure, intégrée parmi les noms relevés dans les autres cartulaires, en fin de volume.

75 Dans la région de Montpellier, au contraire, Marie monte en flèche à partir de 1200 et devient le nom le plus porté dès les premières décennies du XIIIe siècle. Cf. Anne Dalenne, L'Anthroponymie languedocienne du XIe au XIIIe siècle d'après le cartulaire de Maguelone, Mémoire de maîtrise dactylographié, Université de Montpellier III, 1988, pp. 127-131.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Identification des femmes mariées (Marseille)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16788/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 181k
Titre Tableau 2. Identification des femmes sans référence à un mari (Marseille)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16788/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16788/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 59k
Titre Graphique N° 1. Indication de parenté chez les témoins du Liber Miraculorum et du procès de canonisation de Saint Louis d'Anjou
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16788/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Université de Montpellier III

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search