Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Désignation et anthroponymie des femmes en Bas-Languedoc : l'exemple du cartulaire du chapitre d'Agde

Monique BOURIN

Texte intégral

1Pour pouvoir comparer les spécificités du mode désignation des femmes et des hommes en Bas-Languedoc, à l'époque où se met en place le système anthroponymique à deux éléments, nom et surnom, il m'a paru préférable, dans un premier temps, de reprendre le même document que celui qui avait servi de matériau à l'analyse du mode de désignation des hommes laïcs, le cartulaire du chapitre d'Agde.

Le document

2Les inconvénients de ce document sont pourtant évidents : le cartulaire original a disparu et les copies, tardives, réalisées au XVIIIème siècle, ne sont pas indemnes de fautes, notamment pour les noms propres. L'incertitude de la lecture constitue à de nombreuses reprises un handicap, presque insurmontable. Ainsi, pour l'étude des variantes d'un même nom : la variante constatée est-elle à retenir comme telle ou à mettre au compte du copiste ?

3La répartition chronologique des documents figurant dans le cartulaire, très inégale, n'est pas non plus celle que souhaite le médiéviste soucieux de quantifier les phènomènes : la majeure partie des actes conservés datent d'entre 1130 et 1220. Le XIème siècle, où s'est joué le grand changement anthroponymique, est le parent pauvre. Même si l'évolution des modes de désignation des femmes se fait à un rythme différent de celle des hommes, il eût été utile de pouvoir les observer à ce moment crucial.

4Pourtant, les intérêts de ce cartulaire l'emportent sur ces inconvénients. Il est chronologiquement préférable à la merveille locale, le cartulaire de l'abbaye cistercienne de Valmagne, dont l'original est conservé, trop tardif. Et plus dense que les cartulaires monastiques d'Aniane ou Gellone, qui couvrent une région plus vaste, mais dont les données anthroponymiques se recoupent moins aisément1. Dans cette basse vallée de l'Hérault, déjà bien peuplée, le cartulaire du chapitre d'Agde offre des aperçus cohérents et pourtant ouverts sur des milieux différents, cité et castrum, nobles et non-nobles.

Constitution du corpus

5Comme pour les analyses qui portaient sur l'anthroponymie des hommes laïcs, il a été fait abstraction des documents venus d'ailleurs, des chancelleries pontificale et royale, et même des comtes de Toulouse et des vicomtes de Béziers, afin de ne conserver que les documents de provenance strictement locale. De plus, la nature des documents conservés a été un critère de tri statistique. Les affaires internes au chapitre ont été éliminées des calculs concernant l'anthroponymie féminine et la place des femmes dans les transactions. Déjà bien faible, l'effectif féminin eût été artificiellement encore diminué par ces documents où, naturellement, aucune femme n'est citée. Ont été traités à part également les listes de tenanciers, censiers ou dénombrements de fief d'une part. Les testaments aussi qui citent également de nombreuses personnes. Sous des formes différentes, ils sont susceptibles de donner un aperçu anthroponymique beaucoup plus proche d'une pratique quotidienne que l'énoncé des parties contractantes dans une charte de vente ou de donation.

6Les résultats indiqués dans les tableaux concernent en général exclusivement les données des transactions ; ce sont, pour la grande majorité, des ventes, des donations ou des réglements de contestation faisant suite à une aliénation. Lorsqu'un bien important entre dans le patrimoine du chapitre, c'est, fréquemment, accompagné de tout un dossier, celui des actes écrits qui ont gardé la mémoire de ses avatars.

7Les modes de désignation conservés par ces cessions de biens doivent ensuite être ensuite comparés à ceux que révèlent les autres documents du cartulaire, ceux où la rigueur notariale a pu s'atténuer, dans la longueur des listes ou dans l'influence de la parole.

I. Un fort taux de masculinité

  • 1 C’est un rapport tout à fait comparable qu'établit Claudie Amado pour l'ensemble de la région dans (...)
  • 2 Anne Dalenne, L'anthroponymie languedocienne du XIème au XIIIème siècle d’après le cartulaire de Ma (...)

8Le découragement saisit : au total du cartulaire, près de 3000 noms d'hommes et pas même 400 noms de femme1. Encore ce chiffre est-il très loin de traduire la misère du corpus : il n’y a guère plus de 150 désignations complètes de femmes entre le début du Xème siècle et le milieu du XIIIème. C'est dire avec quelle prudence le traitement quantitatif doit être fait. Toutefois, une étude semblable ayant été conduite suivant des normes communes, sous la direction de P.A. Sigal, sur le cartulaire de Maguelonne, la comparaison des résultats permet de vérifier leur qualité2.

9Le découpage chronologique a dû être modifié. Même si les premières analyses ont été conduites par tranche de 30 ans comme pour les hommes laïcs, il a été en général préférable de présenter les résultats en quatre périodes : avant 1050, entre 1050 et 1130, entre 1130 et 1190, entre 1190 et 1240.

Des témoins presque exclusivement masculins

  • 3 No 194, éd. Terrin p. 186. Il ne s'agit pas d'événements qui se sont produits dans ces maisons de d (...)

10Premier déficit : pas ou presque pas de femmes parmi les témoins ou les signa. Chaque texte fournit par les simples mentions au bas du document plusieurs noms d'homme et au total plus de 1500. Pas même une dizaine de femmes ; lorsque l'une d'entre elles est mentionnée parmi les témoins, l’acte a été passé à l'intérieur d'une maison ; le mari est mentionné parmi les témoins ; la transaction est consentie par une femme et la personnalité des témoins révèle en général une petite société noble, assez intime : "factum est apud Montesesquivum in domo B. Amalrici, in praesentia ejusdem et uxoris suae Ermessendae et filii sui Bertrandi de Subers qui hoc totum laudavit et confirmavit et Guillelmi de Belloloco et Sicardi de Podolis et uxoris suae Ermessendae..." (suit le nom de quatre autres témoins masculins)3.

  • 4 La remarque a été faite par Henri Gilles, "Le statut de la femme en droit toulousain ", dans La Fem (...)

11Cette quasi absence des femmes est instructive à plusieurs points de vue. Elle montre bien que même si la présence d'un proche des acteurs principaux de l'acte est souhaitée et recherchée car elle s'apparente à une acceptation de la transaction et limite les risques ultérieurs de la voir contestée, la fonction du témoin n'a pas perdu son caractère public. Les femmes n'y sont pas plus nombreuses qu'elles ne le sont dans les affaires communes du village. Et cette absence de la vie publique est une constante à travers les périodes couvertes par le cartulaire4.

Des confronts essentiellement masculins

  • 5 Ces chiffres n'intègrent pas les reconnaissances de fiefs et autres listes, car on aurait pu craind (...)

12Deuxième déficit : très peu de femmes parmi les confronts. Une cinquantaine de terres, voisines de terres aliénées, reconnues ou échangées, est indiquée comme possédée par des femmes ; plus de 400 par des hommes5.

13Qui est énoncé comme confrontant ? En règle générale, l'expression est tout simplement "terra" ou parfois "vinea" suivie d'un nom au génitif. Très rarement, "terra quae laborat" suivi d'un nom au nominatif. Vraisemblablement cette différence recouvre la différence entre la tenure (terra talis) et la parcelle confiée, suivant un contrat de durée temporaire, à un exploitant qui n'en a pas la propriété utile (terra quae laborat talis). Il y a des femmes parmi les deux.

  • 6 Et il n’est pas si simple de savoir si un nom dont la déclinaison signale un génitif féminin est à (...)

14Peu influencée par la nature du document, la proportion des confronts "féminins" subit de très sensibles variations avec les époques. Il est une première période, où 1 terre confrontante sur 4 est énoncée comme possédée par une femme. Puis la proportion s'écroule à n’être plus que 5 %, pour remonter régulièrement à près de 12 % vers 1200. Ces chiffres demandent cependant à être considérés avec prudence. Dans la première période la lecture paraît souvent douteuse6. Sans doute dès la confection originale du cartulaire. Quant à la période suivante, 1050-1130, elle ne fournit qu'une vingtaine d'indications : c’est trop peu pour être tout à fait fiable. Sans doute faut-il atténuer les pentes de la courbe. L'évolution d'ensemble est cependant l'expression d'une réalité.

15Le nom du confrontant est-il celui du vrai propriétaire ou de qui est connu et désigné comme tel par les auteurs des chartes, c'est-à-dire les acteurs principaux des transactions et le notaire ? A ce stade de l'analyse de la documentation, un seul élément de réponse est disponible : la comparaison entre les divers types de confronts "anormaux", c'est-à-dire qui ne signalent pas une terre appartenant à un homme. Ce sont les terres confrontantes qui sont indiquées comme appartenant à une femme ou à un groupe familial (frères, frères et sœurs, mère et enfants). Avant 1050, la différence est très nette : les groupes familiaux sont beaucoup plus rares que les femmes parmi les confronts. Ensuite, leur proportion est analogue à celle des femmes, croissant suivant le même rythme. Or dans le même temps, le nombre de groupes familiaux agissant dans les transactions, indice incontestable de la fréquence de la propriété collective, ne croît pas. Il est bien possible, dans ces conditions, que nous mesurions non pas une expansion de la propriété indivise mais une attention plus grande, des notaires ou de l'ensemble de la société, à la rigueur de l’information.

16Cette précision croissante, de l'art notarial ou des énoncés que formulent eux-mêmes les propriétaires, se retrouve-t-elle dans le mode de désignation des femmes et induit-elle des transformations anthroponymiques ? C'est un élément à ne pas oublier lors de l'étude de l'anthroponymie féminine.

Au détour des chartes

17Vers le milieu du XIème siècle, la rédaction des chartes se fait plus bavarde. Sans que les scribes languedociens se détachent, autant que leurs homologues du Nord ou de l'Ouest, de formulaires d'une rigueur contraignante, les chartes sont un peu plus narratives ; elles mettent en cause tel ou tel, qui n'est pas seulement le principal protagoniste de la charte. Les testaments ajoutent à ces mentions éparses des noms de légataires et de débiteurs. Ainsi se glane un peu plus d'une centaine de noms ; pour un quart noms de femmes, beaucoup plus que la part qu'elles occupent dans les confronts. Au carrefour de l'influence sociale et du poids dans la propriété foncière, ce taux de "participation" féminine n’est pas dépourvu de signification.

18Très faible jusque dans les premières années du XIIème siècle, la part des femmes dans ce type de mentions croît jusqu'à avoisiner le tiers des occurrences, suivant donc une courbe de même sens, mais de pente plus affirmée que dans les confronts.

La part des femmes parmi les acteurs des chartes

19Parmi les acteurs des chartes, les femmes occupent une part bien supérieure à ce qu'auraient laissé penser les confronts : plus du tiers.

20Mais ce taux global, assez généreux, cache une réalité un peu différente, car il confond toutes les formes de participation aux chartes, celles où la femme agit seule ou en tête d'un groupe familial et celles où elle agit à l'intérieur d'un groupe familial : fille, épouse, sœur ou mère, derrière un père, un mari, un frère ou des fils. Dans ce second cas, dit "partie principale secondaire", sa responsabilité est restreinte.

21Plus grave pour l'étude anthroponymique : l'usage est d'abréger alors la désignation. Il en va de même pour la femme ou la fille que pour le fils ou le frère cadet : le notaire se contente habituellement d'indiquer le nomen proprium et le lien familial. Parfois même, le nomen proprium disparaît et seul demeure exprimé le lien familial.

  • 7 On a regroupé dans cette catégorie, avec les seconds rôles familiaux, les individus qui consentent (...)

22Il n'est pas surprenant que la part des femmes dansles "parties principales premières" (P1) soit inférieure à leur part dans les "parties principales secondaires" (P2)7. Pour (P1) : 30 % du total ; pour (P2) : 40 %.

23Il n'est pas surprenant non plus qu’il y ait une évolution contraire entre les deux proportions : la part des femmes dans P2 est maximale avant 1050, minimale vers 1200 et c'est l’inverse dans la catégorie P1 : à cette date, près de la moitié des premiers acteurs sont des femmes. Elles n’étaient qu'un quart jusqu'aux dernières années du XIIème siècle. Il y a incontestablement une évolution très sensible, que confirment les résultats intermédiaires : la proportion de femmes en position première ou unique commence à croître peu après le milieu du XIIème siècle. Mais c'est dès 1130 que commence à se restreindre leur position seconde.

Une activité féminine apparemment croissante à la fin du XIIème siècle

  • 8 Cette évolution semble très voisine de celle mise en évidence par Marti Aurelli Cardona, "La dégrad (...)

24Si l'on juxtapose les diverses formes de la présence de femmes dans les documents du cartulaire d'Agde, prises comme des indices de leur activité sociale et de leurs droits, il semble que la situation qui leur est la plus défavorable soit en tous cas antérieure à 1130. Faute de documents entre 1030 et 1070, il est difficile de préciser si cette "exclusion" a été brutale et suivie d'une situation étale ou au contraire régulière8. Elles semblent reprendre progressivement plus de poids dans la vie sociale, puis économique.

  • 9 Les ecclésiastiques n'ont pas été pris en considération parmi les acteurs des chartes ; le calcul e (...)
  • 10 Jean Hilaire, dans Le régime des biens entre époux dans la région de Montpellier du début du XIIe s (...)

25Cette place croissante tient à une réduction de l'association des enfants aux mouvements des biens : les groupes familiaux comportant plusieurs générations (deux en général) ont vu leur part diminuer légèrement à partir du milieu du XIIème siècle. Dans le même temps s'accroît sensiblement la part des donations consenties par l’épouse et le mari ou le mari et l'épouse. Seules ou avec l'accord de leur mari, les femmes sont les acteurs de plus du quart des transactions menées par des laïcs pour la période postérieure à 11609. Les individus et les couples totalisent alors environ les 2/3 des transactions de laïcs contre 43 % entre 1050 et 116010.

Graphique No 1. Représentation graphique de la participation des femmes (parties principales) aux chartes du cartulaire du chapitre d'Agde

Graphique No 1. Représentation graphique de la participation des femmes (parties principales) aux chartes du cartulaire du chapitre d'Agde
  • 11 La situation est loin d'être symétrique entre veufs et veuves. Celle des pères veufs, associés à un (...)

26La place des veuves dans ces transactions est tout à fait réduite, ou plus généralement des mères associées à leurs enfants. Elle se réduit encore dans la deuxième moitié du XIIème siècle11.

27L'évolution de la place des femmes parmi les acteurs principaux des chartes montre sans doute essentiellement l'incidence de l'application croissante du régime dotal, qui n'est pas nécessairement moins favorable aux filles que l'indivision, en terme de quantité du patrimoine. Moins fréquemment associées à d'autres, leurs enfants notamment, dans des groupes familiaux, elles semblent posséder à titre individuel une part croissante du patrimoine foncier.

  • 12 Le phénomène a été repréré en Mâconnais par Georges Duby ; repris par Claudie Amado, cf. note 2, ib (...)

28L'argument pourrait être retourné en interprétant cette présence massive de biens appartenant en propre à des femmes sur le marché de la terre comme l'indice que les familles, acculées par les difficultés financières, se débarrassent en premier lieu des biens appartenant à la femme, moins bien intégrés au patrimoine conjugal12. De fait, il se constate à plusieurs reprises dans le cartulaire d'Agde, - mais ce n’est pas le seul phénomène responsable du nombre, croissant à la fin de la période étudiée-, des femmes qui agissent seules ou comme responsables premiers d'un groupe familial. La part des femmes parmi les acteurs principaux est d'abord le fait d'une évolution qui sépare nettement le sort des héritiers mâles de celui des filles, ou du moins de certaines filles, celles qui sont mariées et dotées. Cette séparation, riche de signification en matière de structures familiales, ne signifie pas l'exclusion des femmes du patrimoine foncier, bien au contraire. De plus l'inflation des dots et, parallèlement de la donatio propter nuptias, constitue pour les femmes un ensemble de biens tout à fait considérable. L’usage normal est que la donatio propter nuptias soit égale à la moitié des biens du mari et que la dot, lorsqu'elle est payée en argent, soit gagée sur d’autres biens de son époux.

  • 13 Le fonctionnement pratique du système dotal, avec l'engagement de ne pas recourir au sénatus-consul (...)

29Veuves non remariées, les femmes sont à la tête d'une vaste partie du patrimoine familial. Et, du moins en droit, elles ont leurs biens propres bien avant leur veuvage13. Toutefois, la possession de tels biens est, en régie générale, liée à l'état conjugal : non mariée, non dotée, les filles n'ont presque rien du patrimoine parental, sinon une maigre rente.

30Cette évolution du régime matrimonial et les exemples, parfois assez différents, qu’en propose le cartulaire du chapitre d’Agde mériteraient une analyse beaucoup plus fouillée. Trois points en sont particulièrement importants pour l'anthroponymie :

  • La différence croissante qui est faite entre les héritiers féminins et masculins. Il faut la rapprocher de la différenciation qui s’installe au XIème siècle entre le mode de désignation des hommes et celui des femmes. Cette différence implique à l'évidence une hiérarchie qu'exprime l'énonciation des enfants : les garçons toujours avant les filles et non, par exemple, dans un ordre de primogéniture.

    • 14 Cf. note 2.
    • 15 P. Bonnassie fait remarquer pour la Catalogne (in La Catalogne du milieu du Xe a la fin du XIe sièc (...)

    Pourtant le régime des biens des époux assure aux femmes un patrimoine considérable, qui est, encore à l'époque, principalement constitué de terres et de droits. Il est important de préciser, comme le fait Claudie Amado14 que cette situation confortable en matières de biens-fonds va de pair avec une part réduite dans les biens tenus en fiefs et les seigneuries. Elles ne sont qu'une petite minorité, au sein de l'aristocratie, a avoir assumé l'intégralité des pouvoirs seigneuriaux15. Pour la compréhension du fonctionnement de l'anthroponymie, ce point sera crucial car il permet de comprendre si les surnoms aristocratiques étaient liés aux pouvoirs ou aux bienfonds.

  • Ces biens sont donnés en fait au mari ; les contrats le rappellent : "Ego Petrus Matfredi et uxor mea Ponda atque infantes nostri, nos simul...donamus tibi filiae nostrae Aicelinae in haereditate et viro tuo in sponsalitio...unam semodiatam de vinea" (no 201, mars 1151). La pratique notariale suit avec une grande précision le cheminement de la propriété des biens : la femme aliène en première position ses biens propres, qu'elle qu'en soit l’origine, avec le consentement de son mari et en seconde position (voire exceptionnellement après son mari et son fils) les biens auxquels elle peut prétendre par arrangements matrimoniaux ou dispositions prévues à la mort du mari.

Le droit et la pratique

31Propriété mais pas responsabilité : il y a une part de leurre dans les 41 % féminins des parties principales "premières", un leurre que révèle la rareté des femmes citées comme confronts. Malgré la qualité juridique croissante des chartes, qui donnent avec une exactitude plus grande le nom du propriétaire confrontant, l'usage continue de s’imposer de désigner la parcelle d'après la situation de fait plutôt que d’après le droit de la propriété.

32De cette différence entre le droit et le fait vécu, bien des documents donnent des exemples. Ainsi celui de Belissende qui reçoit son sponsalitium de ses deux parents "Ego Folcrannus et ego Ermeniardis ejus uxor collocantes filiam nostrum in matrimonio tibi Carbonello damus tibi in dotem cum et pro ea totum honorem quem habemus in terminio de Petrajorna" (no 358, novembre 1207). Quelques années plus tard, en 1225, Belissende fait son testament dans lequel elle fait écrire "recognosco quod Folcrandus de Mezua quondam pater meus dedit et tradidit mihi in dotem et Carbonello priori marito meo" (no 357). Elle ne mentionne pas la participation de sa mère à la constitution de dot, une femme dont le cartulaire permet de vérifier qu’elle était loin d’être dépourvue de biens propres (no 394, 396) ; en revanche, elle rappelle que la dot a été donnée à son premier mari tout autant qu'à elle.

33Disposent-elles finalement de leurs biens ? On pourrait en douter tant les testaments de femmes sont rares dans le cartulaire du chapitre d’Agde. L'argument n'est pas à retenir car il est normal que les femmes ne disposent guère de leurs biens en faveur de ce chapitre. Les quelques testaments de femmes qui y sont conservés révèlent des aumônes sensiblement moins larges que les testaments d'hommes. Mais il est fréquent que les chartes mentionnent la transmission féminine d'un bien, parfois par ligne assez indirecte. Il semblerait donc que, du moins au XIIème siècle, les femmes fassent usage de leur liberté testamentaire. Je reprendrai l'exemple de Belissende : craignant que les deux enfants de son premier mariage n'en vinssent à contester le règlement égalitaire qu'elle a établi entre tous ses enfants, décide que dans ce cas, les cinq enfants nés de son second mariage bénéficieraient "ancap et de majoiria" de mille sous melgoriens.

34Le cartulaire du chapitre d'Agde illustre donc l'ambiguité de la situation générale des femmes de cette région dans le courant du XIIème siècle. Elles sont détentrices d'un patrimoine qui leur vient de leur famille et ont par leur mariage des droits importants sur celui de la famille dans laquelle elles entrent. Ce patrimoine comporte rarement des pouvoirs de commandement (les fiefs dont elles héritent semblent surtout constitués de biens-fonds) Elles ne sont riches que dans la mesure où elles se marient et leurs droits sont détenus par leurs époux de leur vivant. Autant dire que de leur position entre les familles et les patrimoines parentaux et conjugaux, il est difficile d'induire si leur mode de désignation doit logiquement faire référence à l’un ou à l'autre. Et le surnom suit-il, dans la noblesse, les biens ou le pouvoir ? Le droit de la propriété ou la pratique de la gestion ?

II. Les nomina propria

35Avec aussi peu d'occurrences, l'étude de la dénomination des femmes est évidemment plus incertaine que celle des hommes. Toutefois, l'étude des nomina propria est conduite sur toutes les femmes mentionnées dans le cartulaire, y compris lorsqu'elles sont énumérées au sein d'un groupe familial et bénéficie donc d'une densité de données bien meilleure que l'étude de la dénomination complète.

Des choix moins concentrés pour les noms des filles

36Le phénomène le plus spectaculaire de l'évolution du nomen proprium des hommes est la concentration des choix sur un petit nombre de prénoms : au XIIème siècle, les cinq noms dominants sont portés par les 3/4 de la population.

37Pour les femmes, le phénomène est perceptible, mais dans une bien moindre mesure. Il faut encore dix prénoms pour désigner la moitié de la population féminine à la fin du XIIème siècle. Le nombre de prénoms pour 100 individus est passé de 100 à 50 pour les femmes et dans le même temps de 78 à 6 pour les hommes.

38Cependant les évolutions, d'une ampleur différente, semblent se produire au même moment : pour les deux sexes, elles se produisent au cours du XIIème siècle, le XIIème siècle ne faisant que confirmer la tendance.

Graphique No 2. Évolution comparée de la condensation des noms des hommes et des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde

Graphique No 2. Évolution comparée de la condensation des noms des hommes et des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde

39Comparons-la avec l'évolution des nomina propria masculins, non plus sur place, mais dans des régions plus septentrionales comme le Vendômois. La concentration des noms féminins dans la régions d'Agde est comparable à la situation des noms masculins en Vendômois dans la première moitié du XIème siècle, date à laquelle apparait le premier usage des surnoms.

40Evaluée globalement par le nombre de noms pour désigner 100 individus, la condensation ne semble guère évoluer. Mais en fait, on constate vers 1030 que la répartition des choix a changé. Au lieu d'une concentration uniforme, de laquelle ne sort aucun nom nettement dominant, à partir de cette date, quelques choix émergent du lot : Ermessendis d'abord, puis Maria après 1190, qui l'un et l'autre sont portés par plus d'une femme sur dix. Dès lors les risques d'homonymie ne sont plus du même ordre : même dans une faible population, ce sont plusieurs Maria ou plusieurs Ermesscndis qu'il convient de distinguer entre elles. En Vendômois au XIIème siècle, le nom le plus fréquent, Guillaume n'est porté que par 7,5 % des individus et au XIIIème siècle, Jean, avec 12,5 % des occurrences, n'y est pas plus fréquent que Maria vers 1200 dans la région d'Agde. Et ici, en revanche, Guillaume et Pierre sont, l'un et l'autre, à cette même période portés par plus de 20 % des individus.

Quels noms ?

41Première constation : un assez grand nombre de noms portés avant 1050 sont abandonnés ensuite. Malgré la faiblesse des effectifs, la rupture est sensible, comme elle l'était pour les hommes, mais dans ce domaine aussi, moins affirmée. Doit-on interpréter cette évolution en termes d'un nouvel équilibre entre les "noms germaniques", et les "noms romains" ? Nous avons préféré (cf introduction) d’autres subdivisions, qui elles-mêmes sont loin de nous satisfaire tout à fait. L’évolution globale est assez peu sensible. Dans la région d'Agde, comme dans celle de Maguelonne, les noms d'origine germanique demeurent en nette majorité à travers toute la période : vers 1200 57 % dans le cartulaire d'Agde et 56 % dans celui de Maguelonne.

42Deux autres constations majeures :

    • 16 Pour l'analyse du florilège de ces noms romans, il faut se référer à l'ouvrage d'Anne Brenon, Le pe (...)
    • 17 Entre les divers noms romans, il y a évidemment des différences de signification fondamentales : Ca (...)

    la percée des noms romans, auguratifs ou descriptifs16, tels que Bonafos, Bonafilia, Braida ou Carboneiria17 etc... vers 1100, dont la proportion retombe ensuite légèrement pour se stabiliser à environ 15 % du total. Au même moment se confirme la forme romane de certains prénoms germaniques : Adalaicia parfois remplacée par Alazayssa ou Adalaz, Galgurgis par Gualborz, Garsináis par Garsens. Mais globalement, les clercs savent trop bien le latin et ils usent assez peu de ces formes de la langue parlée ; beaucoup plus toutefois que pour les hommes.

  • la christianisation des choix : si l’on cumule les pourcentages des noms de tradition biblique, de l'Antiquité chrétienne (noms de martyres) et les germaniques à connotation nettement chrétienne (nom de saintes célèbres) : la progression est constante et nette :

12,5 % avant 1050
17 % entre 1050 et 1130
20 % entre 1130 et 1160
30 % entre 1160 et 1190
34 % entre 1190 et 1240

Graphique No 3. Concentration des noms dans le cartulaire du chapitre d'Agde

Graphique No 3. Concentration des noms dans le cartulaire du chapitre d'Agde

43Pourtant, plus qu'une évolution générale, c'est le succès de tel ou tel nom qui explique ces résultats. Celui d'Ermessinde et d’Adalaicia alourdit le poids des noms germaniques ; celui de Maria le poids des noms "religieux".

Les points communs de l'évolution des noms masculins et féminins

44A quelques nuances, les choix se concentrent suivant des critères assez peu différents de ceux des noms de garçons.

45Le succès de Maria apparaît comme le pendant de celui de Petrus. Attesté dès le début de la période, il progresse à partir de 1050 ; toutefois l'époque de son grand succès est d'un siècle postérieur à celui de Pierre dont l'expansion fut fulgurante.

46Les autres noms dominants sont ceux de la haute aristocratie, sous deux formes :

47- Des noms donnés originellement aux filles : au premier rang, ceux des comtesses et des vicomtesses sont, tout au long de la période, parmi les noms les plus donnés aux filles. Il est difficile de savoir si la mode se fonde sur les noms de glorieuses ancêtres, telles que la vicomtesse de Narbonne Alazaysse, qui vit à l'extrême fin du Xème siècle ou la comtesse Ermengarde, près d'un siècle plus tard et dont le nom est encore illustré par l’énergique vicomtesse de Narbonne pendant la deuxième moitié du XIIème siècle. Les Garsinde sont nombreuses, de Toulouse à Nîmes. Vers 1050, Pierre est comte de Carcsassonne, sa femme a nom Rangarde, ses filles Garsinde, Ermengarde et Adalaicis.

  • 18 Ermessinde fille du vicomte de Béziers et Ermessinde vicomtesse de Narbonne semblent accompagner la (...)

48D'autres noms font recette aussi dont l’origine comtale ou vicomtale paraît moins assurée : Ermessinde et Rixende ne sont pas des princesses "locales"18. Il est aussi des noms issus de ces plus hautes familles qui ne gagnent pas. Mais pour l'essentiel, ce sont bien les noms des vicomtesses et comtesses languedociennes qui dominent les choix.

  • 19 Le terme d'imitation ne signifie pas nécessairement que les noms dépendent au Moyen Age d'un phénom (...)

49- L'autre aspect de cette "imitation"19 de l'aristocratie consiste à désigner les filles par un nom de garçon mis au féminin. Ce n'est pas une règle générale ; il n'y a pas de Johanna dans le cartulaire du chapitre d'Agde. Seuls les "grands succès" masculins se traduisent au féminin. Pas Petrus : Petronilla existe, mais ne perce pas. Mais Guillelma, Raimundo, Ponda, et secondairement Berengaria ou Stephana. Le parallèle est si net que Raimundo et Ponda suivent exactement l'évolution de Raimundus et Pondus, les deux noms de la famille des comtes de Toulouse. De même que Raimundus a supplanté Pondus, Raimundo a supplanté Ponda, mais l'évolution se fait avec une cinquantaine d'années de retard pour les filles.

50La comparaison avec les noms donnés aux filles d'après le cartulaire de Maguelonne confirme ces régies et permet de les préciser. D'une part ils montrent le fonds commun : des 88 noms féminins dénombrés dans le cartulaire de Maguelonne, on retrouve une bonne moitié parmi les 150 noms du cartulaire du chapitre d'Agde. Aucun des noms attestés à plusieurs reprises dans le cartulaire de Maguelonne ne manque à l'appel dans celui d'Agde.

51D'autre part, ils soulignent l’influence de la haute aristocratie locale dans le choix des noms de filles : Guillelma est beaucoup plus porté autour de Montpellier que près d'Agde : faisant jeu égal avec Ermessinda vers 1120, le supplantant pour occuper la première place, et dominé par Maria seulement vers 1200, le nom de Guillelma n'atteint que la quatrième place près d'Agde. Quant à Beatrix et Dulcia, qui existent dans la région d'Agde mais restent d'un usage modéré, ils sont beaucoup plus fréquents autour de Montpellier : la comtesse de Melgueil, au milieu du XIème siècle, s'appelait Béatrice. Douce et Béatrice font partie des noms portés par les comtesses de Provence et le lien entre la Catalogne et la seigneurie de Montpellier est bien connu dans les luttes politiques des XIème et XIIème siècles.

52Le poids des noms de la haute aristocratie se trouve dilué dans un choix plus vaste, celui des traditionnels noms féminins et celui des noms d’hommes déclinés au féminin : ceux-ci pèsent au total plus du quart de l'ensemble des noms portés par des femmes. C'est moitié moins que la trilogie Bernard, Guillaume, Raimond, mais ce n'en est pas moins un phénomène qui rapproche les choix des noms masculins et féminins.

III. "Ego Belissendis, filia quondam Fulcrandi de Mezoa et uxor Berengarii de Torellis"

53Si les critères de choix des noms propres ne sont pas si différents entre hommes et femmes, il en va tout autrement du mode de désignation. Dans le cartulaire d'Agde : les femmes, sauf de très rares exceptions, ne portent pas de surnom. Il ne faut pas généraliser la portée de ce corpus : les femmes dont le cartulaire permet d'analyser la désignation sont des femmes qui d'une manière ou d'une autre participent à l'aliénation d'un bien qui leur est propre : celles-là seulement sont des parties principales "premières". Deux conséquences :

  • d’une part, il est bien rare que le contexte ne fournisse pas des précisions sur leurs liens familiaux et leur situation sociale. Dans ce cas, le rédacteur de l'acte peut choisir l'homme, quel qu'il soit dans ce contexte, comme porteur du surnom, sans nuire à la capacité de situer précisément la femme. On peut imaginer que dans des mentions plus brèves, dénuées de contexte familial, confronts ou listes diverses, la pratique notariale pourrait être différente. Il faudra le vérifier en traitant ensuite et séparément les quelques cas de cette sorte.

    • 20 Ainsi cette Bonassia faemina, femme de Guillaume Nataliti, qui vend en 1160 un champ tenu en censiv (...)

    d'autre part, ces femmes appartiennent toutes aux plus hautes strates de la société. Des femmes de rang plus modeste héritent aussi d'une part du patrimoine familial. Il est classique tout particulièrement en dehors de milieux nobles, qu'un couple associe, non pas ses seuls fils mais tous ses enfants, à la possession de ses biens. Et le cartulaire donne quelques exemples de cette petite propriété tenue par des femmes de rang modeste20. Elle tient peu de place dans le cartulaire.

Un nom propre pour les femmes

  • 21 Cart. no 288.
  • 22 Cart. no 288 et 301.

54Mais à ce nom s'ajoute de plus en plus souvent une désignation complémentaire qui est considérée comme une sorte de surnom : "Ego Ricsendis quae fui vocata filia Pontii Engilberti praesbiteri de Pomariolis" déclare cette femme lorsqu'elle vend en 1160 une censive au chapitre21. L'expression, au demeurant fort rare, tient-elle à la rareté de cette filiation ? Les chartes du cartulaire signalent bien peu de prêtres mariés. Pons Engilberti est connu par d'autres chartes du cartulaire, prêtre dès avant 1147, il marie sa fille Ricsende à Bernard de Popian et constitue sa dot et son héritage en 1151 ; il n'a pas d’autre héritier qu'elle et son gendre22.

55La progression de cette désignation complémentaire est claire : 12 % vers 1100, 44 % dans la seconde moitié du XIIème siècle, 70 % entre 1190 et 1230.

Graphique No 4. L'évolution de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde

Graphique No 4. L'évolution de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde
  • 23 Notamment no 122, 149, 391.
  • 24 Cart. no 497 et 262. Dans un autre texte (no 408), la même Richilde n'indique que la filiation mate (...)
  • 25 No 410, 1231.

56Dans le même temps, chaque demi-siècle ne fournit que deux ou trois exemples de femmes portant un surnom. Même lorsque des femmes sont indiquées, par des hommes, comme repères dans une relation familiale. Le cartulaire donne quelques rares exemples de désignation par rapport à la mère23 sans indication du père. Parmi eux, entre le début et la fin du XIIème siècle, trois témoins qui ont sans doute par leur mère quelque droit de regard sur le bien aliéné. Aucun ne porte de surnom, leur mère non plus. Il arrive également que les parties principales se nomment en indiquant leur mère puis leur père : le père porte le surnom : "Domina Richeldis, filia quondam Dominae Aurosae et Pontii de Marceliano et Petrus de Mezoa, filius Ermessendis et Berengarii et Mezoa24. La différence de pratique anthroponymique est flagrante entre garçons et filles : nombreux sont les groupes familiaux où les fils portent un surnom et pas les filles : sur le modèle des enfants de Guillaume d’Agde : "nos Petrus de Agathe et Raymundus de Agathe et Adalaicia, infantes quondam Guillelmi de Agathe"25.

57Le mode de désignation des femmes rappelle donc, mutatis mutandis, le système de désignation des clercs : c'est le primat de la désignation complémentaire ajoutée à un nomen proprium. Pour les uns : la fonction ; pour les autres, l'expression d'une relation familiale. Toutefois, le rythme d'apparition de cette désignation complémentaire est très différent : pour les clercs, elle est antérieure aux premières chartes du cartulaire. Pour les femmes, elle s'installe comme la forme majoritaire après 1150.

  • 26 Cf. supra.

58La répartition de ces désignations complémentaires ne laisse pas de surprendre : elle contredit l'impression que procure la lecture du cartulaire, selon laquelle la femme exprime prioritairement le lien conjugal. Cette impression tient au grand nombre de cas où le couple agit ensemble, avec ou sans ses enfants. Mais lorsque la femme est "partie principale première", il n'en est rien. Dans la première période, l'ensemble des liens conjugaux (femme mariée et veuve) représente moins de la moitié de toutes les relations familiales ainsi exprimées. Le lignage d'origine est déjà majoritaire, surtout parce que les femmes font référence à leurs frères (42 % des cas). Cette dominance du lignage d'origine se confirme avec 60 % des cas à la période suivante et 76 % des cas pour la seule référence au père. Ainsi commence le testament de Belissende : "Ego Belissendis, filia quondam Fulcrandi de Mezoa et uxor Berengarii de Torellis". D'abord mariée à un Carbonel, puis remariée à Bérenger de Toureilles, on peut comprendre que Belissende se sente d'abord la fille du grand seigneur qu'est Fulcrand de Mèze. Elle n'est pas seule dans son cas : entre 1190 et 1220, quatre femmes indiquent d’abord leur père avant de signaler leur époux. Et l'hypergamie de leur époux n'est alors nullement évidente : elles ne déchoiraient pas à exprimer d'abord leur mariage. Quant à la fille du prêtre Pierre Engilberti, elle omet tout simplement de signaler qu'elle est mariée à Bernard de Popian en 1160, alors que son contrat de mariage stipule bien que son père donne les biens dotaux conjointement à elle et à son mari26.

  • 27 L'énonciation des parties principales se fait alors dans deux deux ordres possibles : les frères et (...)

59Sans doute ne faut-il pas surestimer cette information. Elle accompagne le sort de biens qui proviennent du patrimoine des parents. Elle a pour contrepoids tous les cas où la femme est intégrée au couple qu'elle forme avec son mari, parfois même dans une indivison plus complète avec les frères de son mari27.

60Cette forte intégration au lignage d'origine, alors même qu'elle est mariée, devrait être comparée aux choix des nomina propria. Sont-ils aussi fortement marqués par la conscience lignagère ? L'homogénéité des choix ne simplifiera pas cette étude : tant de filles de l'aristocratie, et des autres milieux aussi, s'appellent Alazaysse ou Ermessinde !

  • 28 Cf. note 2, ib. p. 143.

61Claudie Amado a signalé cette particularité qui fait nommer quelques filles d'après le nom, mis au féminin, de la seigneurie castrale de la famille28. L'usage en est plus large. Toutes les Narbona ne sont pas descendantes des vicomtes, pas même originaires de Narbonne. Mais sur ce principe, entre nom et surnom, peut-être aux limites du jeu, quelques familles aristocratiques ont dénommé certaines de leurs filles.

  • 29 Sur plus de 2000 individus de sexe masculin, 20 signalent leur filiation maternelle.

62Affirmant dans leur mode de désignation leur mariage ou leur naissance (parfois les deux), les femmes sont d'impasses anthroponymiques. Nous vérifierons dans une étude ultérieure si elles transmettent leur nom à leurs descendantes, mais dans l'aristocratie du moins elles sont rarement éponymes. Tel ou tel, fort rarement à la différence des serments de fidélité ou des conveniensias, indique sa filiation maternelle ; beaucoup moins que ne le voudrait la simple dévolution des biens car de nombreux fils signalent tenir tel bien de leur mère ou de leur grand'mère sans se désigner le moins du monde d'après le nom de ces femmes29.

  • 30 No 299, vers 1100.
  • 31 No 76, avril 1203. Ego Petrus de Castlari et ego Ermenjardis uxor ejus, nos ambo insimul... Et nos (...)

63Les femmes ne sont pas à l'origine des surnoms : il n’y pas pour ainsi dire pas de nomina materna. Entre 1220 et 1235, sur près de 500 surnoms d'hommes, 136 sont en fait des noms utilisés, au génitif, comme surnoms : 3 seulement sont des noms de femme. Voici un exemple frappant, celui de Pontius Ugonis, filius Girsolmae feminae : il indique sa filiation maternelle mais porte un nomen paternum, à une époque où la pratique en est tout à fait vivante30. Plus étonnant encore, celui de la famille de Caslari à Vias. Les parents vendent un bien au chapitre d’Agde ; la vente se fait dans la maison de la mère, mansus qui semble bien être le lieu de vie de la famille, mais le fils aîné, le seul à porter un surnom porte celui du père : Pierre de Castlari, parfait homonyme de son père31.

64Par delà cette caractéristique importante qui fait désigner un nombre croissant de femmes comme fille de leur père, l’impression subsiste que l'usage est tout à fait fluctuant.

65Pour l'individu lui-même d'abord.

66Ainsi le titre de Domina : à certaines femmes le titre est toujours attribué, à d'autres de manière irrégulière. Il est très loin d'être porté par l'ensemble des femmes nobles, même s'il tend à devenir plus commun. Il est initialement l'expression d'un respect, avant d'être un titre dont une femme peut se parer elle-même.

  • 32 On notera le grand nombre les homonymies d'une génération à l'autre et à l'intérieur d'une même gén (...)

67Dans l'usage de la désignation complémentaire, même apparente fantaisie : certaines femmes usent tantôt du seul nom propre, tantôt y ajoutent le nom d'un proche et le lien de famille qui l'y unit. Au sein d'un même document aussi, règne à première vue un certain désordre des appellations. Ainsi, dans son testament, le sacriste de Béziers, Pons Carbonnel, issu de la famille des seigneurs d'Aumes, désigne l'une de ses nièces comme Belissende Carbonella, dont on sait par ailleurs qu'elle est déjà l’épouse de Rostaing de Popian ; pour un autre groupe de neveux, les fils de son frère cadet, il écrit Berengarius de Cornone et Petrus Carbonellus et Raimunda soror eorum ; pour une autre branche, il préfère : Petrus Carbonellus et Raimundus Carbonellus, qu'il précise "filios quondam Petri Carbonelli"32 ; leur jeune frère, qui est encore aux écoles, n'est que Bérenger ; Maria (leur sœur), "uxor Bernardi Veire", tandis que la dernière est seulement Raina. Il est vrai qu'elle est célibataire et qu'elle n'aura qu'une rente annuelle d'un demi-muids de froment. Quant à une autre nièce Guillelma, son lien avec la famille paternelle (ou maternelle) n'est pas précisé : est prévu un legs pour "Guillelme, grate conjugi Petri de Tezano" et c'est par recoupement que l'on devine qu'elle est une autre nièce. Donc, les filles sont nommés en référence à leur mari, mais pour l’une l'oncle chanoine a préféré le surnom de Carbonel sans mentionner le nom de son mari, avec lequel il n'est pas impossible que le sacriste ait déjà quelques conflits, si l'on en juge par la suite du dossier.

68S'il n'est pas sûr que ces désignations soient le résultat d'une intention consciente, elles ne sont pas innocentes. Elles renvoient, me semble-t-il, à de situations concrètes, individuelles, que nous saisissons rarement.

69Le mode de désignation des femmes est bien un système, mais un système souple. Il signale son indépendance réduite et exprime sa situation ambigüe entre deux cellules : le couple qu'elle forme avec son mari et celui dont elle est issue. Dans les deux cas, le lignage masculin, du père et du mari, est sans doute prépondérant. D'où la première difficulté à lui attribuer un surnom qui serait incomplet et inexact. L’anthroponymie continue pendant toute cette période à coller de près avec la réalité ; non seulement celle de la dévolution des biens qui a un poids indéniable, mais aussi celle des affections, des respects et des repères individuels.

IV. À l'origine du surnom des femmes

1. Exceptionnel dans l'aristocratie

70Les femmes de l’aristocratie n’ont donc pas de surnom personnel : ne reniant ni leur naissance ni leur mariage, elles hésitent entre les deux pour se situer dans la société et suivant les circonstances, les individus, la période, se signalent comme l’épouse de leur mari ou la fille de leur père.

  • 33 Histoire générale de Languedoc, t. VII, col. 33, no 108.

71Un demi-siècle plus tard, lorsqu'au milieu du XIIIème siècle sont rédigées les doléances des habitants de la viguerie de Béziers, elles sont quelques unes à réclamer des biens dont elles ont été spoliées. Six le font elle-même : une seule porte un surnom, Marie de Lespignan33. Marie de Lespignan n'est pas mariée. Elle a deux frères, l'aîné Rostaing qui dépose lui-même sa plainte à la suite de celle de sa sœur. Marie la dépose en son nom et celui de son frère cadet Bérenger, qui est aux études et n’est pas mariée. Sa porte plainte sur le quart du castrum de Lespignan et la dot de sa mère, dont elle n'indique pas le nom. Le père est mort, en luttant contre les Sarrasins, précise-t-elle. Il est difficile de démêler dans cette situation familiale qui paraît donner la principale responsabilité familiale à Maria la part de l'opportunisme, jouant sur la difficile situation des femmes et l'indulgence probable à leur égard. Cette responsabilité, qu'elle ne peut déléguer à son époux et la revendication qu'elle a sur la seigneurie de Lespignan expliquent le port de ce surnom.

  • 34 Ib. col. 84, 52 et 100.

72Pour les autres, les anciens usages perdurent : Alazaysse réclame sa donatio propter nuptias et se désigne comme la veuve de Pierre Raimond de Cruzy. Domina Garsendis, se dit noble veuve, mais n'indique pas le nom de feu son mari ; elle tient de sa famille, sans le préciser, sa seigneurie de Poilhes. Quant à Comdors, la fille du grand seigneur Etienne de Servian, elle est bien "filia quondam Stephani de Serviano" et demande des biens que son père lui avait donnés en dot34.

  • 35 Ib. t. V, col. 1015,1135.

73Quelques unes des femmes nobles citées dans le cartulaire portaient aussi un surnom. A elles aussi, me semble-t-il, doit s'appliquer ce principe : que le surnom aristocratique qui est d'abord l'expression d'un pouvoir, ne peut s'appliquer à une femme dès lors qu'elle l'a délégué ou confié. Si ce surnom exprimait seulement un droit sur un patrimoine, un bon nombre en userait. Celles qui portent un surnom exercent pleinement leur fonction. Telle cette Raimunda de Paretz dont il nous est raconté les violences, dans un jugement de la cour épiscopale : on peut y deviner, en ce début du XIIème siècle, un petit groupe de seigneurs dans le castrum de Paretz où les femmes ne le cèdent en rien aux prétentions vigoureuses de leurs époux35.

  • 36 J'aurais aimé que les documents du milieu du XIIIème siècle voulussent bien confirmer ces hypothèse (...)

74Peut-on pousser plus loin l'hypothèse ? Faire de celles auxquelles on donne le titre de domina l'autre modèle de la dame, plus conforme aux règles de la courtoisie, en tous cas plus pacifiques36.

2. Un surnom plus rapide dans les autres milieux

75Autant l'usage du surnom ne semble guère se modifier avec les années et rester très rare dans la noblesse, autant il semble progresser dans les autres milieux. Il suffit de conduire les mêmes calculs que précédemment en incluant l'ensemble des femmes citées, confronts et noms indiqués dans des listes de censitaires ou dans celle des hommes du chapitre d'Agde, pour voir apparaître un tout autre phénomène. Alors, dans les dernières années couvertes par le cartulaire, vers 1220-1235, 20 % des femmes portent un surnom.

  • 37 On peut supposer que cette proportion est à peu près l'expression de la situation démographique. Ce (...)

76Dans les Doléances des habitants de la viguerie de Béziers, au milieu du XIIIème siècle, outre les nobles, seules quelques femmes ou filles de bourgeois de Béziers se désignent par leur nom suivi d’un lien de filiation ou d'alliance matrimoniale. Les autres s'appellent plus souvent Maria Columba, Garsinda Pastoressa ou Ermengarda Costa qu’Ermengarde, veuve de Bernard Aramon de Lieuran. Prenons un peu plus tard, vers le milieu du XIVème siècle, l'exemple des registres de reconnaissances dans cette basse vallée de l'Hérault, tout près d'Agde. Dans les reconnaissances elle-mêmes, toutes les femmes se désignent par leur nom suivi de leur statut conjugal pour 88 % des cas, et seulement 12 % de leur filiation37. Mais dans les confronts, il en va autrement :

  • 20 % n'ont pas de nom et seulement une relation familiale pour les situer (filia talis)

  • 47 % un nom suivi d'une relation familiale

  • 30 % un nom et un surnom.

77La proportion des relations familiales est à peu près la même que pour les reconnaissances elles-mêmes.

78L’ensemble de ces résultats amène à une certaine prudence. Pour les formes les plus officielles de la désignation, l’usage notarial semble se confirmer de ne pas utiliser un surnom, mais une désignation complémentaire d’ordre familial. Et dans ce domaine, la filiation semble marquer le pas sur la relation conjugale. Affaire de milieu peut-être : l’appartenance à la famille d’origine étant peut-être moins forte dans les milieux non-nobles.

79En revanche, l’usage courant est certainement de donner aux femmes des milieux non-nobles un surnom. Ce que ne font ni Arnaud de Laure, ni les autres témoins lorsqu’ils répondent aux requêtes des nobles dames du Minervois et du Carcassès. La société englobante semble plus prompte à désigner les femmes par un surnom que les femmes elles-mêmes ou leur famille.

Quels surnoms ?

80Signalons d’abord cet usage, plus particulièrement roturier, qui consiste à désigner la femme par le nom de son mari mis au féminin, en supprimant son nom propre : telle Cavaleria, uxor quondam Bernardi Cavallerii dans les Doléances. Ou cette femme, tantôt appelée Guillelma Martina ou Martina dans le cartulaire d’Agde. Il est bien possible que le surnom du père puisse être de la même manière mis au féminin pour constituer un nom-surnom de la fille, un peu sur le modèle de la Pomairiola de la famille des seigneurs de Pomérols : ainsi Paula, filia quondam Raimundi Pauli. Plus du tiers des noms uniques qui servent au XIIIème siècle à désigner des femmes des milieux roturiers sont ainsi des surnoms masculins déclinés au féminin.

Graphique No 5. Progression des surnoms chez les femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde

Graphique No 5. Progression des surnoms chez les femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde

81A observer de près le très petit nombre de surnoms portés par des femmes, il ne semble pas que la répartition en soit tout à fait identique à celle des surnoms d'hommes. Près de la moitié sont un nom d'homme mis au féminin : c'est plus que la simple transposition de l'équivalent parmi les surnoms masculins. En revanche les noms de lieu y sont rares, souvent sous une forme peu castrale, plutôt celle d'un détail topographique : et souvent adjectivé. Le surnom féminin a des accents plus nettement roturier que le surnom d'homme qu'il est difficile parfois de distinguer d'un surnom noble. Si la "distinction" ne se lit guère dans les noms propres des femmes, elle est bien plus sensible dans les surnoms.

82Il est si rare de connaître à la fois le nom du mari et celui du père pour une femme portant un surnom qu'il nous serait tout à fait impossible d'affirmer si le surnom vient en ligne paternelle ou s'il est celui du mari.

  • 38 On remarque que dans ce cas, les deux filles ont laissé tomber la précision géographique : de Vias.

83Avant le mariage, les choses sont simples : Maria et Raimunda Bartholomeia sont les filles impubères de feu Pierre Bartholomei de Vias38.

84Pour les femmes mariées, la norme semble être l'adoption du surnom du mari : Bernarda Huga a pour enfants Guillemus Hugonis et Adalmus, filia jamdicti Hugonis ; Pontia Guiralda est la femme de Pierre Guiraldi, etc... comme plus tard, au XIVème siècle, Jacoba Ruffa est la femme de Jacobus Ruffi de Bessan. Et Alazaysse Stephana est fille de feu Pierre Crassa de Bessan.

85Mais il y a des exceptions. Nous avons déjà noté parmi les femmes nobles le cas du sacriste de Béziers qui appelait sa nièce mariée du nom de son père, Belissende Carbonella. Quant au chapelain de Pinet, Guillaume Eusebii, il continue à appeler sa sœur Adalaicia Eusebia bien après son mariage. Mais le surnom ne semble pas se transmettre à la nièce Guillelma, qui est très normalement désignée comme femme de son époux. Dans ces quelques entorses à ce qui semble être l'usage le plus commun, faut-il encore voir le trace de quelques froissements familiaux ou quelques marques de l'inconscient ?

CONCLUSION

86Dans la région d'Agde le nom des femmes a connu une évolution de même nature que les noms des hommes : le choix s'est peu à peu concentré sur quelques noms issus des grandes familles locales et quelques noms religieux, au premier rang desquels Maria. Mais, la ressemblance est plus grande encore : l'usage s'est fait de plus en plus fréquent de donner aux filles des noms de garçons déclinés au féminin : aux très nombreux Raimundus, Pontius et Guillelmus ont répondu Raimundo, Ponda et Guillelma. Des noms les plus fréquents chez les hommes, seul Petrus ne s’emploie guère au féminin : il semble que Maria en soit l’équivalent féminin.

87Le phénomène est cependant moins net et moins brutal que pour les hommes. Lorsque vers la fin du XIIème siècle, le stock moyen de noms pour 100 hommes n'est que 10 ; il est cinq fois plus grand pour les femmes. Mais les noms les plus fréquents le sont assez pour entraîner des situations d'homonymie : dès avant le milieu du XIIème siècle, quatre noms suffisent pour désigner le quart de la population féminine.

88Malgré le risque d'homonymie, le système du surnom ne s'est pas imposé pour désigner les femmes en Bas-Languedoc, du moins dans les désignations écrites officielles. Les femmes ne portent pas de surnom et ne sont pas non plus, sauf dans quelques types d'actes bien particuliers, éponymes. C'est par un lien familial qu'on précise leur identité. Le fait est nouveau : alors que depuis longtemps, les chartes précisent leur fonction pour désigner les clercs, avant même un risque réél d'homonymie, la pratique ne s'impose vraiment pour les femmes d'une désignation complétant le nom propre que vers le milieu du XIIème siècle. Il est difficile de faire la part dans cette évolution entre la recherche de précision dans l'identification et le désir d'exprimer le poids des liens familiaux et notamment du couple.

89Qui fait le choix ? Le clerc, la femme, la famille ? Quelle famille ? La force du couple est évidente ; plus encore par le nombre de transactions où le couple agit ensemble que dans l'expression du lien familial. En effet, le nombre d'indications du lien paternel et plus généralement de la famille d'origine reste très élevé, notamment à la fin du XIIème siècle.

90Pourquoi si peu de surnoms ? L'hypothèse la plus simple est de lier le surnom aux biens patrimoniaux et de voir dans cette absence de surnom des femmes le signe de leur exclusion des biens. Cette hypothèse ne me paraît pas résister à l'analyse. Les femmes languedociennes ne sont certainement plus dans la situation très égalitaire qu'elles semblent avoir connu avant 1050. Mais, le XIIème siècle n'est pas aussi farouchement masculin que le XIème et la protection des biens des filles y est systématiquement organisée. Beaucoup de femmes reçoivent la moitié des biens de leur mari leur vie durant : elles les possèdent conjointement avec leur mari pendant la vie du couple, puis à titre individuel suivant des modalités très variables. Leur dot ajoutée à ces biens, les femmes languedociennes ne sont pas sans ressources.

91La rareté des surnoms semble plus grande encore chez les nobles. Car les femmes des milieux modestes sont dans la pratique, dès la fin du XIIème siècle, désignées par un surnom. Individuel semble-t-il pour les plus pauvres d'entre elles ; il semble que le surnom soit d'autant plus porté que le milieu est modeste. Paternel pour les filles non mariées, puis d'après le nom du mari mis au féminin pour la paysannerie aisée. Dans ces milieux, l'intégration de la femme au couple est chose faite, même si les notaires n'usent guère, dans les actes officiels, de cette pratique de la vie courante.

92Pour les femmes nobles, il en va tout autrement. Sans doute faut-il invoquer le sens particulier du surnom noble : de plus en plus il évoque les droits de seigneurie ; le nomen paternum est en passe de disparaître chez les hommes nobles. Il est fort probable que le port du surnom, chez une femme, exprime très concrétement le rôle seigneurial. S'il est exercé par le mari, s'il est très évidemment un héritage paternel ou maternel qui n’a jamais été vraiment assumé par la femme elle-même, un nom suffit, associé à une désignation complémentaire la liant à la branche d’origine ou au mari. Affaire de légitimité ou d'affection.

  • 39 Aucun acte de ce type ne figure dans le cartulaire du chapitre d'Agde ?
  • 40 Cf. Pierre Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse 1976, p. (...)

93Cette constatation surprend. Comment la concilier avec les cas particulier des chartes qui rapportent un serment de type vassalique ou s'en rapprochent ?39. Ce sont les seuls actes où figure ce type de désignation pour les hommes et ils constituent encore une énigme pour les historiens40.

94Le sens particulier du pouvoir qui s'attacherait au surnom aristocratique éloignerait les femmes de son port. C'est une des hypothèses pour rendre compte de la rareté du surnom chez les femmes de la noblesse. Peut-être aussi la gloire du lignage originel, paternel ou maternel, que la femme noble n'abandonne pas complétement. Il suffit de constater combien les legs pieux des femmes nobles vont préférentiellement aux églises et aux œuvres charitables du côté de leurs parents.

95Peut-on aussi imaginer une plus grande conscience de la "féminité" chez les femmes nobles ? Un modèle où les qualités de douceur, de grâce, de paix s'imposeraient, auxquelles ne conviendraient pas les valeurs plus guerrières et viriles qui s'attachent au surnom aristocratique ? Un modèle qui semble commun d’ailleurs aux femmes de la noblesse et de la bourgeoisie urbaine.

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes du cartulaire du chapitre d'Agde

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes du cartulaire du chapitre d'Agde

(a) sans testaments - (b) avec testaments
N.B. : Le % est celui des femmes dans le total Hommes + Femmes de chaque tranche chronologique. Les clercs ne sont pas pris en compte.

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU IV. Liste des 25 noms les plus portés par les femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde

TABLEAU IV. Liste des 25 noms les plus portés par les femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde

Légende :
n : nombre de femmes portant ce prénom.
% : pourcentage de femmes portant ce prénom dans la population totale.

TABLEAU V-1. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde I - 1050-1130

TABLEAU V-1. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde I - 1050-1130

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU V-2. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d’Agde 2 - 1130-1190

TABLEAU V-2. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d’Agde 2 - 1130-1190

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU V-3. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde 3 - 1190-1240

TABLEAU V-3. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde 3 - 1190-1240

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées croissantes.

TABLEAU VI-1. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (parties principales et premières)

TABLEAU VI-1. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (parties principales et premières)

N.B.. : Les divergences numériques entre les effectifs globaux (tableau I) et ce tableau proviennent d'une comptabilisation différente des individus selon qu'ils sont envisagés d'après leur fonction dans l'acte ou d’après leur forme anthroponymique. Certaines notices rapportent des situations où un individu a été la partie principale première sans qu'il soit lui-même déclarant, ce qui empêche de le compter parmi les autres parties principales premières des chartes.

TABLEAU VI-2. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (toutes catégories et toutes fonctions dans l’acte)

TABLEAU VI-2. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (toutes catégories et toutes fonctions dans l’acte)

N.B. : Les chiffres incluent les femmes citées dans les dénombrements de fiefs comme tenant une censive et celles citées dans la liste des “Homines communie” d’Agde.

Notes

1 C’est un rapport tout à fait comparable qu'établit Claudie Amado pour l'ensemble de la région dans un article récent, "Femmes entre elles", in Femmes, mariages, lignages. Mélanges offerts à Georges Duby, Bruxelles 1992, p. 141.

2 Anne Dalenne, L'anthroponymie languedocienne du XIème au XIIIème siècle d’après le cartulaire de Maguelonne, Montpellier 1987-88.

3 No 194, éd. Terrin p. 186. Il ne s'agit pas d'événements qui se sont produits dans ces maisons de dames que décrit Claudie Amado, ib. note 2, p. 150.

4 La remarque a été faite par Henri Gilles, "Le statut de la femme en droit toulousain ", dans La Femme dans la vie religieuse en Languedoc (XIIIe-XIVe), Cahiers de Fanjeaux no 23, Toulouse 1988, pp. 79-82. Henri Gilles fait remarquer que dans la coutume de Toulouse, la femme ne peut être témoin en matière civile que pour établir la naissance ou l'âge d'une personne et en matière criminelle pour causes d'injures. Dans le cartulaire d'Agde, quatre actes, antérieurs à la coutume de Toulouse, révèlent une pratique un peu plus souple et montrent des femmes témoignant au milieu d'hommes (leurs époux notamment, dans les conditions indiquées ci-dessus) pour des laudatio de vente, des guirpitio, ou vente. L’un des actes (no 186, de 1154), a même été rédigé par une autorité locale en matière de droit, Rotbertus doctor, Tun des chanoines. Preuve intéressante que le droit romain n'a pas toujours confirmé et aggravé l'exclusion des femmes de la fonction testimoniale.

5 Ces chiffres n'intègrent pas les reconnaissances de fiefs et autres listes, car on aurait pu craindre que la masse de données qu'elles apportent ne modifient sensiblement les résultats. En fait, les documents de ce type ne manifestent aucune différence significative d’avec les actes de cession individuels. Qu'ils soient, c'est le cas de la plupart, de confection tardive, datant d'une époque où la rigueur et les exigences de l'art notarial s'exercent jusque dans les détails de la rédaction de tous les actes, ou de la première moitié du XIIe siècle, leurs résultats sont au 1 % près semblables à ceux des actes individuels. Cette similitude donne du poids à l'ensemble des résultats concernant les confronts.

6 Et il n’est pas si simple de savoir si un nom dont la déclinaison signale un génitif féminin est à coup sûr un nom de femme !

7 On a regroupé dans cette catégorie, avec les seconds rôles familiaux, les individus qui consentent à une aliénation, lorsque ce consentement est integré à une charte d'aliénation.

8 Cette évolution semble très voisine de celle mise en évidence par Marti Aurelli Cardona, "La dégradation du statut de la femme aristocratique en Provence (Xe-XIIe)", Le Moyen Age, 1985, no 1, pp. 5-32.

9 Les ecclésiastiques n'ont pas été pris en considération parmi les acteurs des chartes ; le calcul est fait sur les seuls laïcs des deux sexes.

10 Jean Hilaire, dans Le régime des biens entre époux dans la région de Montpellier du début du XIIe siècle a la fin du XVIe, Montpellier 1957, repris par H. Gilles et J.M. Carbasse dans les Cahiers de Fanjeaux No 23, a montré le fonctionnement en fait "communautaire" du système dotal languedocien.

11 La situation est loin d'être symétrique entre veufs et veuves. Celle des pères veufs, associés à un ou plusieurs enfants est encore beaucoup plus faible que celle des veuves et de leurs enfants Cette situation correspond sans doute à des données démographiques.

12 Le phénomène a été repréré en Mâconnais par Georges Duby ; repris par Claudie Amado, cf. note 2, ib. p. 130.

13 Le fonctionnement pratique du système dotal, avec l'engagement de ne pas recourir au sénatus-consulte Vélléien, maintient la capacité de la femme sur ses biens dotaux, mais limite la portée du régime dotal et la protection à l'égard des pouvoirs du mari, comme dans d'autres régions languedociennes à cette époque. D'où aussi les nombreux actes où à l'instigation du droit canonique, la femme promet de ne pas aller contre l'acte d'aliénation d'un bien dotal (cf note 3, ib. H. Gilles...). Se confirme ici la conception assez "communautaire” des biens du couple (cf note 11).

14 Cf. note 2.

15 P. Bonnassie fait remarquer pour la Catalogne (in La Catalogne du milieu du Xe a la fin du XIe siècle, Toulouse 1976, p. 762) que "dans un héritage les garçons se partagent généralement les fiefs cependant que leurs sœurs se voient attribuer les alleux ou du moins un part d’entre eux".

16 Pour l'analyse du florilège de ces noms romans, il faut se référer à l'ouvrage d'Anne Brenon, Le petit livre aventureux des prénoms occitans au temps du catharisme, à paraître à Toulouse en 1992. On y trouvera une typologie des noms ainsi qu’un dictionnaire de chacun d'entre eux, établi à partir des documents de l'Inquisition, un peu plus tardifs mais d'une richesse incomparable.

17 Entre les divers noms romans, il y a évidemment des différences de signification fondamentales : Carboneiria ou carbonella est un nom lié au lignage des Carbonel, d'autres sont religieux ou auguratifs de vertus filiales et de beauté. Sous une même forme romane, ce sont en fait des choix divergents.

18 Ermessinde fille du vicomte de Béziers et Ermessinde vicomtesse de Narbonne semblent accompagner la vogue de ce nom plus que l'expliquer. Il est aussi porté à la même époque dans la famille des Guilhems de Montpellier.

19 Le terme d'imitation ne signifie pas nécessairement que les noms dépendent au Moyen Age d'un phénomène de mode cf M. Mitterauer, Ahnen und Heilige, Beck-Verlag, Munich à paraître.

20 Ainsi cette Bonassia faemina, femme de Guillaume Nataliti, qui vend en 1160 un champ tenu en censive du chapitre (No 185) : ou cette autre, Suzanna, qui, en 1153, avec l'accord de son mari Martin, vend au chapitre un alleu fait d'une maison et d'un champ qu'elle reprend à cens (41).

21 Cart. no 288.

22 Cart. no 288 et 301.

23 Notamment no 122, 149, 391.

24 Cart. no 497 et 262. Dans un autre texte (no 408), la même Richilde n'indique que la filiation maternelle : "quae fuit filia Dominae Aurosae".

25 No 410, 1231.

26 Cf. supra.

27 L'énonciation des parties principales se fait alors dans deux deux ordres possibles : les frères et leurs épouses ou les couples l’un après l'autre.

28 Cf. note 2, ib. p. 143.

29 Sur plus de 2000 individus de sexe masculin, 20 signalent leur filiation maternelle.

30 No 299, vers 1100.

31 No 76, avril 1203. Ego Petrus de Castlari et ego Ermenjardis uxor ejus, nos ambo insimul... Et nos infantes ejus, ego Petrus de castlari et ego Raimundus et ego Azalaicia et ego Raimunda laudamus et confirmamus... Factum fuit hoc totum et laudatum ad Aviatium in manso predictae Ermenjardis.

32 On notera le grand nombre les homonymies d'une génération à l'autre et à l'intérieur d'une même génération.

33 Histoire générale de Languedoc, t. VII, col. 33, no 108.

34 Ib. col. 84, 52 et 100.

35 Ib. t. V, col. 1015,1135.

36 J'aurais aimé que les documents du milieu du XIIIème siècle voulussent bien confirmer ces hypothèses : dans la très belle série de réponses faites par l’ancien faidit Arnaud de Laure aux requêtes des femmes ayant perdu leurs biens dans la conquête française (H.G.L., t. VII, col. 331 et sq.). Seules les campagnes des mari, frère, père sont inbdiquées. Tant de femmes ont déposé leurs plaintes ; un petit nombre y portent un surnom, d'autres y sont appelées "domina". Il eût été satisfaisant que pour celles qui portent un surnom soit évoquée une participation directe aux événements. Il n'en est rien, hélas !

37 On peut supposer que cette proportion est à peu près l'expression de la situation démographique. Celles qui signalent leur filiation ne sont pas repérables ailleurs comme femmes mariées.

38 On remarque que dans ce cas, les deux filles ont laissé tomber la précision géographique : de Vias.

39 Aucun acte de ce type ne figure dans le cartulaire du chapitre d'Agde ?

40 Cf. Pierre Bonnassie, La Catalogne du milieu du Xe siècle à la fin du XIe siècle, Toulouse 1976, p. 278 et sq. P. Bonnassie suggère, dans ces pages essentielles, que peut-être il s'agirait là des restes d'un e coutume ancienne et souligne qu'en tout cas cet usage marque la noblesse : il n'est pas utilisé dans les autres couches de la société.

Table des illustrations

Titre Graphique No 1. Représentation graphique de la participation des femmes (parties principales) aux chartes du cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Graphique No 2. Évolution comparée de la condensation des noms des hommes et des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Graphique No 3. Concentration des noms dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Graphique No 4. L'évolution de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Graphique No 5. Progression des surnoms chez les femmes dans le cartulaire du chapitre d'Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes du cartulaire du chapitre d'Agde
Légende (a) sans testaments - (b) avec testamentsN.B. : Le % est celui des femmes dans le total Hommes + Femmes de chaque tranche chronologique. Les clercs ne sont pas pris en compte.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans le cartulaire du chapitre d’Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre TABLEAU IV. Liste des 25 noms les plus portés par les femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde
Légende Légende :n : nombre de femmes portant ce prénom.% : pourcentage de femmes portant ce prénom dans la population totale.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre TABLEAU V-1. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde I - 1050-1130
Légende Légende :Ni : effectifs cumulés croissants.fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.Fi : fréquences cumulées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre TABLEAU V-2. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d’Agde 2 - 1130-1190
Légende Légende :Ni : effectifs cumulés croissants.fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.Fi : fréquences cumulées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU V-3. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire du chapitre d'Agde 3 - 1190-1240
Légende Légende :Ni : effectifs cumulés croissants.fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.Fi : fréquences cumulées croissantes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre TABLEAU VI-1. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (parties principales et premières)
Légende N.B.. : Les divergences numériques entre les effectifs globaux (tableau I) et ce tableau proviennent d'une comptabilisation différente des individus selon qu'ils sont envisagés d'après leur fonction dans l'acte ou d’après leur forme anthroponymique. Certaines notices rapportent des situations où un individu a été la partie principale première sans qu'il soit lui-même déclarant, ce qui empêche de le compter parmi les autres parties principales premières des chartes.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre TABLEAU VI-2. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire du chapitre d’Agde (toutes catégories et toutes fonctions dans l’acte)
Légende N.B. : Les chiffres incluent les femmes citées dans les dénombrements de fiefs comme tenant une censive et celles citées dans la liste des “Homines communie” d’Agde.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16785/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 93k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search