Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Désignation et anthroponymie des femmes dans le Lézadois

Marie Nigoul

Texte intégral

1Cet article est issu d'un mémoire de maîtrise soutenu à l'Université de Toulouse Le Mirail en 1989-1990 sous la direction de M. Pierre Bonnassie, avec les conseils de MM. Billy et Laplase et de Mlle Vernon.

I. La source

2L'étude entreprise exploite une source unique, le cartulaire de Lézat. D'après la tradition, l'abbaye aurait été fondée en 844 par un nommé Aton dans lequel on a vu soit un évêque de Béziers, soit un vicomte de la région. L’importance qu'elle acquiert aux Xeme et XIeme siècles est due à la protection des grandes familles du pays, comme à la personnalité de ses abbés ; les vallées de l'Ariège et de la Lèze sont à l'époque un lieu de passage où interviennent les dynasties de Toulouse et de Rodez, de Carcassonne, d'Armagnac ou d'Astarac, bientôt de Foix et de Comminges.

3Réalisé entre 1244 et 1249, le cartulaire dévoile une documentation incomparable pour le pays toulousain. Il évolue sur une période de près de quatre siècles, et comporte un total de 1411 actes.

4Il doit à sa récente publication en deux volumes (1984 et 1987) par M. P. Ourliac et Mme A. M. Magnou l'intérêt de ces dernières années.

5L'enquête entreprise a nécessité un matériau fort homogène comme module de dépouillement, en raison de la faible participation des femmes dans les cartulaires ; le choix du cartulaire de Lézat, source massive et unique, révèle l'intérêt de cette étude.

6En matière de diplomatique, les actes se répartissent en deux catégories : les chartes et les notices. L'imprécision de la datation et parfois son absence mettent en évidence les difficultés avec lesquelles il nous faut composer. Ce "vide chronologique" oblige à un choix prudent. Tous les documents aux dates imprécises ont été éliminés.

7Les données anthroponymiques féminines recueillies ont été classées alphabétiquement, et regroupées en quatre tranches chronologiques d'un écart d'une centaine d'années chacune, si l’on excepte la documentation de la dernière période (1190-1230), d'une plus grande richesse onomastique (le trop grand nombre d'actes explique l'arrêt arbitraire avant 1250).

Graphique N° 1. Nombre d'actes par tranche chronologique dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 1. Nombre d'actes par tranche chronologique dans le cartulaire de Lézat
  • 1 M. Zimmermann, "Les débuts de la révolution anthroponymique en Catalogne aux Xe-XIIe siècles", in  (...)

8Les résultats analysés laissent entrevoir la faible représentation des femmes au sein de la documentation. Toutefois, cette analyse doit être étayée par une recherche concernant la dénomination et le rôle des parties principales (acteurs et destinataires), des individus cités dans le récit (anciens possesseurs de biens, confronts,...) et des témoins. Cette distinction permet d'apercevoir éventuellement la différence entre l'anthroponymie au sens strict et une désignation plus complexe. Elle est au cœur de la mémoire juridique de l'acte - plus exigeante que sa mémoire documentaire1.

9Les données de l'échantillon féminin laissent apparaître une importante distorsion entre une population masculine de 4603 hommes et une autre, fort réduite de 458 femmes, soit 10 % de l'effectif total. Les résultats tout au long des quatre périodes considérées se répartissent comme suit :

  • 99 au Xeme siècle pour 951 hommes
  • 140 femmes au XIeme siècle pour 1327 hommes
  • 131 au XIIeme siècle pour 1497 hommes
  • 88 au début du XIIIeme siècle pour 828 hommes.

Graphique N° 2. Nombre d'individus (hommes et femmes) par tranche chronologique dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 2. Nombre d'individus (hommes et femmes) par tranche chronologique dans le cartulaire de Lézat

10Ce déficit concerne l'effectif féminin dans son ensemble mais à des degrés divers.

11Les femmes souffrent d'une sous-représentation dans les confronts, sensiblement identique tout au long de la période. Leur place parmi les témoins, indication sur leur participation à la vie publique, se réduit : déjà faible au Xeme siècle, elle devient pratiquement inexistante au XIIIeme siècle, avec 1 % de l'effectif total. L'échantillon féminin se trouve ainsi essentiellement ventilé entre partie principale première et partie principale secondaire. Au Xeme siècle, leur présence se signale principalement au sein d'un groupe familial (38 %). Cette "suprématie" s’estompe au cours des siècles pour faire place au XIIIeme siècle à un équilibrage des deux principaux groupes.

II. Les nomina propria

12L'étude envisagée dans le cadre du cartulaire de Lézat a démontré que l'échantillon masculin évoluait par concentration sur quelques noms dominants, par réduction de l'ensemble, et par renouvellement du stock onomastique.

13Sur l'ensemble de la période 900 - 1230, les actes dévoilent un stock de 445 noms masculins pour 198 noms féminins. Le lexique féminin déploie une foisonnante diversité ; l'effectif possède un choix de 50 à 60 noms pour 100 individus, score considérable si on le compare à celui des hommes. Les données rassemblées permettent d'analyser quelques uns des caractères de l'anthroponymie féminine, aussi bien dans son originalité que dans ses similitudes avec le groupe masculin.

Graphique N° 3. Évolution du nombre des noms pour cent individus dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 3. Évolution du nombre des noms pour cent individus dans le cartulaire de Lézat

14Cette plus grande dispersion dans le choix des noms s'accompagne d'une moindre concentration sur les noms dominants. L'étude des noms dominants se voit toutefois majorée par la faible participation de l'effectif féminin dans le cartulaire de Lézat. Dans ce contexte, la barre des 2 % établie pour la population masculine n'a plus la même signification. Ainsi malgré des pourcentages parfois élevés, le nombre d'individus reste faible. Seuls quelques noms leaders qui côtoient les 10 % se détachent de l'ensemble du stock. Au - Xeme siècle s'affirme Benedicta en parallèle avec le nom leader masculin. Pour des raisons inconnues, sa place s'affaiblit pour devenir inexistante au début du XIIIeme siècle. Pour les XIeme et XIIeme siècles, point de correspondance entre le nom leader féminin et masculin. Durant ces deux périodes dominent Emengarda et ses composés avec respectivement 17 et 13 occurences. Au XIIeme siècle apparaît, juste derrière, le féminin du nom masculin le plus fréquent de l'époque : Guillelma. Quant au début du XIIIeme siècle, il voit l'apogée de Raimunda. Loin derrière on constate du Xeme au XIIIeme siècle la présence d’Adalaic, Aldiarda, Bernarda, Garsenda, et Ricsenda. Remarquons enfin que sur les quatre noms les plus usités, trois sont les féminins des prénoms masculins les plus fréquents. On s'aperçoit également de la place importante du stock germanique dans ce domaine. La concentration des choix ne s'accentue pas ; en revanche une gerbe étendue d'appellations s'offre à la population féminine, et les noms rares couvrent entre 70 % et 80 % des occurrences.

15D'autre part, le stock féminin est animé d'un renouvellement constant tout au long de la période, plus élevé que celui des hommes, effervescence due en partie à l'innovation de nombreux noms romans.

16Toutefois dans le stock des noms utilisés, la place des noms de tradition germanique est toujours dominante. L'ensemble du stock totalise :

  • 22,4 % de noms antiques
  • 54,1 % de noms germaniques
  • 23,5 % de noms romans.

17Une étude plus détaillée modère quelque peu ce constat. Ainsi après avoir dominé fortement aux Xeme et XIeme siècles, les noms germaniques passent sous le seuil des 50 % (40,3 % au XIIeme, 39,3 % au XIIIeme siècle).

18A l’opposé, les stocks antiques et romans s'étoffent entre le Xeme et le XIIIeme siècle. Les noms de tradition antique sont caractérisés par une progression constante tout au long de la période et passent de 18 % au Xeme siècle à 27 % au XIIIeme siècle. En ce qui concerne les noms de formation romane, les XIIeme et XIIIeme siècles sont les témoins de leur formidable ascension. Ils dépassent dès lors les noms antiques avec plus de 33 % des choix.

19La concentration des individus sur les noms connaît un profil sensiblement comparable à l'évolution du stock. Durant les Xeme et XIeme siècles, l'effectif germanique suit une courbe ascendante, atteignant un maximum de 75,7 % au XIeme siècle. Parallèlement, l'échantillon antique et roman s’estompe, avec respectivement pour cette dernière période 19,3 % et 5 % des choix. Les XIIeme et XIIIeme siècles amènent de nouvelles transformations qui tendent à atténuer les écarts entre les trois catégories. L'effectif roman fait preuve d'une extraordinaire ébullition qui lui permet de concerner désormais 26 % des individus au XIIeme siècle, et 21 % au XIIIeme siècle.

III. Étude des formes anthroponymiques

a. Données générales

20Les désignations des femmes ne subissent que tardivement les transformations fondamentales qui affectent la population masculine. L'adoption du système moderne ne concerne pas les Xeme-XIIIeme siècles. Pourtant dans le Lézadois, la progression n’exclut pas certains parallèles avec le système masculin, la double dénomination existe, mais son apparition est tardive et son évolution lente.

21Tout au long des Xème-XIIIème siècles domine le nom simple à une seule composante : il représente la totalité des occurences au Xème siècle, et 97 % au XIème siècle. L'apparition des autres formes est alors juste perceptible, désignations de parenté (reconnaissance explicite de parenté) dans les années 1060-1096, ainsi que nomen paternum dès 1030.

22Ces transformations sont faibles mais prouvent que le système anthroponymique féminin s’ouvre à la nouveauté, malgré une évolution tardive ; la formation des systèmes complémentaires se maintient et se prolonge jusqu’en 1230. Elle annonce l'anthroponymie nouvelle. Mais point encore de révolution anthroponymique. Seule une amorce est sensible à partir du XIIème siècle, représentée par l'intérêt croissant pour les désignations familiales (II) et la double dénomination (III). Ce dernier système doit sa progression en partie aux surnoms de lieu, qui de 5,4 % atteignent 9,1 % dans les premières années du XIIIème siècle.

23Les surnoms professionnels apparus vers 1130 concernent peu de femmes dans le cartulaire de Lézat. Ils font référence à un métier exercé ou à la profession de l’époux : métiers du textile laineux (Lanaceria), ou teinturière (Ticturaria), de la cordonnerie (Sabater), ainsi que de l'agriculture comme Emengarda Galiner ou Tholosana Boqueria.

24Quant aux sobriquets, présents dès les premières années du XIIème siècle, ils possèdent une influence limitée, malgré leur progression au XIIIème siècle (6,8 %). Cette évolution timide des différentes formes anthroponymiques à deux éléments marque la genèse du nouveau système. L'absence du nomen paternum lors de cette progression peut surprendre (seulement une occurence en 1030 - 1060 et une en 1190 - 1230), mais en corollaire, nous remarquons l'ascension des formes explicites de parenté (II) qui dès les années 1130 dépassent les 12 % des choix avant d’atteindre 33 % au début du XIIIème siècle.

Graphique N° 4. L'évolution du mode de désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat (parties principales premières)

Graphique N° 4. L'évolution du mode de désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat (parties principales premières)

Graphique N° 5. La réduction du nom unique dans la désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 5. La réduction du nom unique dans la désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 6. La lente montée du surnom dans la désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat

Graphique N° 6. La lente montée du surnom dans la désignation des femmes dans le cartulaire de Lézat

b. Anthroponymie et rôle des femmes dans les actes

  • 2 Cf. note 1.

25L'onomastique féminine, malgré son retard, possède un cheminement progressif. Au vu des données statistiques, elle ne passe pas d'un système majoritaire à nom unique, à un système à double composante. Mais les transformations qui parcourent l’anthroponymie apparaissent-elles identiques pour l'ensemble de la population féminine ? La ventilation des femmes dans les actes reste marquée tout au long de la période par une forte concentration de ces dernières dans le protocole initial. La majorité des noms féminins proviennent des listes de parents qui suivent l'acteur principal. Elles accompagnent principalement leur mari ou leurs parents. Toutefois ce groupe ne connaît pas une appellation fortement déterminée. Elle s'avère plus marquée - chez les femmes actrices principales, seules ou en tête d'un groupe familial. Au vu des graphiques précédents ce sont les dénominations de type II qui offrent aux courbes leur envolée. Ainsi la femme, même en dominant l’acte, reste fortement déterminée par un personnage masculin, le plus souvent son époux. D’autre part l’irrégularité avec laquelle les transformations anthroponymiques se poursuivent laisse présumer d’un intérêt relatif dans la désignation de ce groupe. En effet, c’est dans la liste des femmes témoins et confronts que les formes complexes apparaissent majoritaires. Ces constatations mettent l'accent sur la souscription écrite qui, pour M. Zimmermann2, confère à l'acte pleine valeur juridique. Elle nécessiterait que les témoins présentent un "état civil" plus complet. L'acteur serait désigné, le témoin dénommé. Mais ces remarques sont à observer avec prudence, toutes les études ne présentant pas les mêmes constatations.

CONCLUSION

26Cet exposé ne se veut nullement exhaustif. De nombreuses incertitudes subsistent dans l'interprétation des résultats. Toutefois une ligne directrice semble se dégager de l'ensemble. Loin de connaître les phénomènes constatés dans l'analyse des nomina propria masculins (réduction du stock et forte concentration des choix sur certains d'entre eux), l'anthroponymie féminine révèle ses spécificités. Le lexique déploie une foisonnante diversité accompagnée d'une moindre concentration sur les noms leaders. Malgré tout, on remarque une certaine correspondance entre noms masculins et noms féminins leaders. Le choix se porte sur des noms tels que Benedicta, Guillelma et Raimunda. Dans l’ensemble du stock, les préférences demeurent favorables aux noms germaniques, sans toutefois négliger l'ascension progressive des noms antiques et plus particulièrement romans.

27L'innovation, le recours à l'imagination semblent pallier quelque peu la faiblesse des grandes transformations de l'anthroponymie des Xeme-XIIIeme siècles. Les désignations des femmes ne subissent que tardivement les évolutions fondamentales qui affectent la population masculine. L'adoption du système moderne ne concerne pas les Xeme-XIIIeme siècles. La double dénomination existe, mais son apparition est tardive et son évolution lente. Tout au long de la période domine le nomen proprium. Il est principalement concurrencé par les désignations de parenté (reconnaissance explicite de filiation, plus souvent de mariage).

28Quant à la dénomination à deux éléments, elle apparaît timidement dans la population féminine. Cette progression des formes anthroponymiques paraît découler de certains rapports entre la femme et la société. Le rôle des femmes dans les actes apparaît ce constat : elles demeurent majoritaires aux côtés d’un membre masculin de la famille, rarement témoins et faiblement actrices principales, bien que l'on constate une évolution numérique de ce dernier groupe dans les actes. Mais là encore, elles demeurent fortement déterminées par une relation familiale du type X... uxor Y.

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes du cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes du cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans les parties principales des chartes du cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans les parties principales des chartes du cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU IV. Liste des 25 noms les plus portés par les femmes dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU IV. Liste des 25 noms les plus portés par les femmes dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

Légende :
n : nombre de femmes portant ce nom.
% : pourcentage de femmes portant ce nom dans la population totale.
c : caractéristique de ce nom (A=Antique, G=Germanique, R=Romain).

TABLEAU V. Palmarès des noms féminins dans le cartulaires de Lézat (Toulousain) 2 - XIe siècle

TABLEAU V. Palmarès des noms féminins dans le cartulaires de Lézat (Toulousain) 2 - XIe siècle

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU V. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Lézat (Toulousain), 3 - XIIe siècle

TABLEAU V. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Lézat (Toulousain), 3 - XIIe siècle

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU V Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Lézat (Toulousain) 4 - XIIIe siècle

TABLEAU V Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Lézat (Toulousain) 4 - XIIIe siècle

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence] de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU VI. Formes de la désignation des femmes dans le cartullaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU VI. Formes de la désignation des femmes dans le cartullaire de Lézat (Toulousain)

N.B. : Les pourcentages se lisent par tranche chronologique. Là où des pourcentages figurent indiquer le nombre, suivi du pourcentage.

TABLEAU VII. Poids des lignages paterno maternel et du lien conjugal dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

TABLEAU VII. Poids des lignages paterno maternel et du lien conjugal dans le cartulaire de Lézat (Toulousain)

N.B. : Les pourcentages se lisent par tranche chronologique.

Notes

1 M. Zimmermann, "Les débuts de la révolution anthroponymique en Catalogne aux Xe-XIIe siècles", in : "Cadres de vie et société dans le Midi médiéval. Hommage à Charles Higounet", Annales du Midi 1990, t. 102, no 189-190, pp. 289-309.

2 Cf. note 1.

Auteur

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search