Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les femmes de Gascogne et leur nom d’après le cartulaire de Berdoues (milieu xiième-milieu xiiième siècle)

Benoît Cursente

Texte intégral

I. La source exploitée : mode d'emploi

1Le support de cette étude est le cartulaire de l'abbaye cistercienne de Berdoues, fille de Morimond, fondée dans le comté d'Astarac (actuel département du Gers) en 1134. Le cartulaire, réalisé vers la fin du XIIIe siècle se présente comme un recueil de dossiers classés à la fois géographiquement et thématiquement (titres de l'abbaye, de chacune des 9 granges, titres relatifs aux droits de pâturage). Il comporte au total 825 actes, qui couvrent la période 1134-1258 (principalement, en fait, les années 1153-1258).

  • 1 J.-J. CAZAURAN, Cartulaire de Berdoues, La Haye, 1905.

2Après vérification faite sur le manuscrit, conservé aux Archives départementales du Gers sous la cote I 448, la transcription effectuée par l'abbé Cazauran dans sa publication m'a paru globalement satisfaisante et c’est à elle que je renvoie désormais1.

3Pourquoi le choix de cette source ? En raison du caractère ténu de la présence des femmes dans les cartulaires, une étude telle que la nôtre exige une documentation abondante et homogène. Dans l'absolu, la plus belle des sources est assurément le monumental cartulaire de Lézat, aux confins de la Gascogne et du Languedoc, qui permet d'embrasser de façon continue la période s'étendant du Xe au XIIIe siècle. Mais pour le cœur de la Gascogne, sur quoi se concentrent mes investigations, la documentation antérieure au milieu du XIe siècle est d'une telle indigence qu'il n'est pas possible d'analyser sérieusement les transformations de l'anthroponymie féminine pendant le siècle de la "mutation féodale". Une étude onomastique est par contre envisageable pour les XIIe et XIIIe siècles, sur la base des deux beaux cartulaires cisterciens de Berdoues et de Gimont (plus de 800 actes chacun).

4Or, tandis que ce dernier est surtout concentré sur la seconde moitié du XIIe siècle, le cartulaire de Berdoues, au contraire, couvre en continu la période 1134-1258, avec un nombre d'actes comparable pour les XIIe et XIIIe siècles. Beaucoup d'actes sont datés simplement de l'abbatiat d'Arnaud alors que deux abbés portant ce même nom se sont succédé entre 1153 et 1198. Ce fait m'a conduit à ventiler les données recueillies en deux tranches chronologiques d'une soixantaine d'années : 1134-1198, et 1199-1258, ce qui présente par ailleurs l'avantage de travailler sur des stocks de données un peu plus consistants.

  • 2 A l'inverse, j'ai été conduit à comptabiliser plusieurs groupes de parties principales sur les piè (...)

5La matière du cartulaire est fort homogène. Il comporte très peu de chartes et une écrasante majorité de notices de donations, engagements, confirmations, plaids et arbitrages. Pour donner plus de cohérence encore à la matière recueillie, j'ai éliminé, outre les actes non datés et non datables (au nombre de 20), ceux qui mettaient en jeu la seule famille comtale (25) et ceux qui mettaient aux prises l'abbaye et un autre établissement religieux (13)2. Au total, 761 actes ont été pris en considération, 391 pour la première tranche et 370 pour la seconde.

6Le traitement des données a nécessité la résolution de quelques difficultés majeures :

71) Une étude de l'anthroponymie féminine laïque n'a d'intérêt que comparée à celle de la population masculine du même état. Or, les eschatocoles font une large place aux moines et aux convers de l'abbaye, parfois très difficiles à distinguer des laïcs. Les prendre en compte aurait introduit un facteur de dissymétrie inacceptable, mais je n’ai pu mener à bien l'énorme travail qu'aurait nécessité leur identification (forcément incomplète). Je me suis donc résolu, pour les noms masculins, à ne prendre pour base les comptages complets que pour les seules parties principales intervenant dans le protocole initial.

82) Les données recueillies pour les femmes sont de l'ordre de la centaine de formes par tranche chronologique, alors que pour les hommes laïcs l'ordre de grandeur est de 1500 (marge d'incertitude due à la difficulté d’identifier une partie des clercs). Les trois quarts des actes ne comportent aucune présence féminine. Pour être plus précis, dans la première tranche, 88 actes sur 391 (soit 22 %) mentionnent ou nomment une ou plusieurs femmes ; et dans la seconde tranche la proportion est à peine supérieure : 93 actes sur 370 (soit 25 %).

  • 3 Il s'agit de la grange d'Aujan, aléatoirement choisie, et qui correspond aux actes 631-703. L'étab (...)

9Le souci de raisonner sur un matériel homogène et fiable m'a conduit à prendre dans le stock masculin un échantillon de référence d'une centaine de formes, à partir du dépouillement des actes correspondant à une seule des granges3. C’est ainsi que 50 actes ont fourni autant de noms d'hommes que la l'échantillon, dans la mesure du possible, les noms de moines et de convers).

103) Le déséquilibre quantitatif global entre noms des deux sexes, fait primordial, se double d'une dissymétrie dans l'emplacement de l'acte où ils sont cités. Or, il y a tout lieu de penser que le besoin d'identification d'un individu n'est pas le même quand il se présente comme donateur, qu'on le mentionne comme parent du donateur, qu'on dite son domaine comme confront, ou qu'on donne son nom comme témoin ou garant. Le tableau 1 fournit une évaluation chiffrée de cette dissymétrie. La présence féminine se concentre fortement dans les protocoles initiaux, tandis que pour les hommes elle se répartit de façon équilibrée entre les parties principales et les listes finales de garants et témoins. En revanche, la faiblesse des données onomastiques fournies par les textes est commune aux deux sexes. Les confronts, notamment, ne fournissent qu'une bien maigre moisson anthroponymique. On note, certes, une présence un peu plus forte des hommes, mais dans notre cartulaire on a là un poste d’observation d’importance très secondaire qui, en tout état de cause, ne se peut se prêter à une exploitation statistique.

Tableau 1. Hommes et femmes dans les diverses parties de l’acte (cartulaire de Berdoues)

Tableau 1. Hommes et femmes dans les diverses parties de l’acte (cartulaire de Berdoues)

(en nombre de formes anthroponymiques)
N.B. : Les % se rapportent aux formes anthroponymiques et se lisent par colonnes.

11Le tableau 2 montre que si le groupe des acteurs principaux, est le point fort de la présence féminine dans les actes, ce n'est que de manière toute relative. On observe en effet qu'une majorité compacte d'actes mettent uniquement en jeu des hommes, seuls ou en groupe, et ce dans les deux tranches considérées, même si on observe de l'une à l'autre une modeste progression de la présence féminine.

Tableau 2. Le groupe des acteurs principaux hommes et femmes

1134-1198

1199-1258

Femmes seules

9 (2,3 %)

10(2,7 %)

Femmes en tête du groupe des acteurs principaux

17(4,3 %)

24 (6,5 %)

Femmes au milieu du groupe des acteurs principaux

50(12,8 %)

49 (13,2 %)

Acteurs principaux uniquement masculins

86 (22 %)

80(21,6 %)

Hommes seuls

229 (58,6 %)

207 (56 %)

TOTAL actes

391

370

(en nombre d'actes)

124) Les hommes et les femmes qui apparaisent dans ce cartulaire appartiennent-ils à un milieu social comparable ? La réponse est oui, sans l'ombre d’un doute. Pour l’un et l’autre sexe on se trouve en présence de personnages issus, en majorité écrasante, de la petite aristocratie rurale. Ces hommes et ces femmes sont d’ailleurs unis par des liens de sang et d'alliance multiples et complexes, et forment de vastes nébuleuses parentales. Les personnages qualifiés de pagensis, et ceux qu'on peut soupçonner, par le contexte, d'appartenir à la strate supérieure de la paysannerie ne constituent pour les deux sexes qu'une frange minoritaire.

II. Étude des nomina propria

13Nos tableaux de dépouillement permettent de saisir les caractères originaux du stock de nomina propria féminins et de percevoir les tendances de son évolution (tableaux I, II et III).

  • 4 Il s'agit rappelons-le de Guillaume, Bernard, Raimond, Arnaud et Pierre.

14Au premier regard, l'anthroponymie féminine se caractérise, par rapport aux hommes, par une plus grande dispersion des choix et une plus grande instabilité des noms. Un examen plus attentif permet de nuancer ce verdict. En effet, il existe entre les sexes une forte différence de degré, mais non pas de nature. Le palmarès des noms révèle que Maria, Galarda, Giralda, sont les dignes pendants des noms dominants masculins4, et conservent leur attrait tout au long de la période. Dans le sommet du tableau, la stabilité l'emporte, les seules nouveautés étant la montée en force de Maria, l'avènement de Bernarda et l'effondrement de Ermessen. Par contre, les noms rares sont marqués du sceau de l’instabilité, mais c'est également vrai pour les noms masculins.

15D'une tranche chronologique à l'autre, ces caractères ne sont certes pas bouleversés, mais les divers indicateurs attestent une concentration plus marquée des choix sur les noms leaders ou les noms de fréquence intermédiaire, et un moindre recours aux prénoms rares. Sur la courte période envisagée, on peut ainsi prudemment diagnostiquer une tendance à la réduction de l'écart entre les deux sexes. Il en va autrement si on examine la nature des noms (tableau IV).

  • 5 Pour une ventilation des noms entre les trois têtes de rubrique, je me suis fondé sur la classific (...)

16On ne peut cacher l'embarras et les incertitudes qui ont présidé à la confection de ce tableau. On trouvera en note l'exposé des difficultés rencontrées et la justification des choix finalement retenus pour la ventilation des différents noms5. Structurellement, l'anthroponymie masculine se caractérise par un recours équilibré aux noms d'origine antique, germanique et romane, avec une légère prédominance des noms du second groupe. Par contre, l'anthroponymie féminine est largement dominée par des noms de formation romane, comportant des désignations auguratives, descriptives ou géographiques, inconnues ou rares chez les hommes. Cette domination, au surplus, s'accentue nettement du XIIe au XIIIe siècle. Alors qu'une majorité de noms d'origine antique et une forte minorité de noms germaniques servent de fonds commun pour les deux sexes (mais toujours à partir d'une matrice masculine, ex. Johanne> Johanna), les formations romanes exaltent leur différence. On a l'impression que lors de l'avènement d'une fille, le choix du nom n'obéissait pas aux mêmes contraintes que pour les garçons, et que s'ouvrait un espace de liberté et de créativité. Cette différence en recouvre une autre. Même si pour les deux sexes la christianisation massive des nomina propria reste à faire, la dénomination des femmes, en dehors de la spectaculaire affirmation de Maria, est plus faiblement placée sous l'égide des saints que celle des hommes.

17On se doit de pousser l'analyse au-delà d'une première lecture. D'un côté, il est certain que le choix du nom des filles était pour partie déterminé par des pesanteurs familiales, difficiles à cerner il est vrai en dehors de quelques cas d'adoption du nom paternel (c'est ainsi que Raimond de Bassoues a donné son nom de baptême à une des ses deux filles et non à un de ses trois fils (a.no 182,183,190). D'un autre côté, dans la population masculine l'excessive concentration des noms a pour antidote un actif processus de création de sobriquets, qui tendent à se substituer purement et simplement aux noms de baptême et de famille. Ainsi donc, parmi une vingtaine d'exemples semblables pris dans notre échantillon de noms masculins, on trouve Bertrandus de Logorchano qui vocabatur Cauderon (a.639), puis Centullus de Logorchano et Caldaron frater ejus (a.642). Le résultat est une multiplication de noms romans souvents dépréciatifs du genre de Surdus, Timosus, Vinagre, Formica, Pira, Tortus..., ou encore cet Arnaldus filius Bovis qui dicitur Vitulis de Sparchaco (a.427). En somme, pour les filles, le processus de création de formes de désignation diversifiées de l’individu reste contrôlé par la famille qui privilégie les formes méjoratives, tandis que pour les hommes il réside dans la société qui tend plutôt à diffuser des formes caustiques, sinon péjoratives.

18Au total, ce double processus a engendré une multitude des formes romanes. Et à cet égard, l'anthroponymie féminine a plus massivement dans nos textes une allure romane, comparée aux formes masculines qui restent largement latinisées (terminaisons en-us). Cependant, une comparaison chiffrée nous est apparue quasi impossible en raison de la fréquence et du caractère ambivalent des terminaisons en -a des noms féminins (comme Maria ou Bona), communes au latin et à l'occitan.

III. Étude des formes anthroponymiques

19Pour éviter de raisonner à partir de données biaisées parce qu’hétérogènes, l’étude des formes anthroponymiques s'appuie esentiellement sur le corpus fourni par les groupes d'acteurs principaux qui interviennent en tête des notices. C'est là d’ailleurs, on l'a dit, que se trouve massivement concentrée la présence des femmes.

20On doit cependant indiquer rapidement ce qu'il en est des formes contenues dans les eschatocoles. La liste des femmes témoins est des plus brèves : 4 pour la période 1134-1198 (dont une anonyme, et une autre, à l'opposé, Toscana de Freispalers, nantie d'un nom complexe a.268) ( ; et 3 pour la seconde tranche (auxquelles on peut adjoindre deux noms de garantes). En fait, la plupart des femmes citées en fin d'actes le sont, en nombre fortement croissant, pour donner leur assentiment ou leur laudatio : 4 dans la première tranche, et 16 dans la seconde. Ces formules sont tantôt intégrées dans l’acte (avant la liste des témoins), et tantôt placées dans une apostille introduite par la formule "post hoc vero, eadem die, N et N laudaverunt...". Cette nouveauté méritera plus bas un essai d'interprétation.

  • 6 Les tableaux VI 1 résultent d'un dépouillement qui a compté deux fois certaines occurrences du typ (...)

21Dans le groupe des acteurs principaux, la présence des femmes reste minoritaire et revêt des formes anthroponymiques nettement moins complexes que celles des hommes. C'est ce que montre un premier coup d'œil sur les tableaux V, VI 1, VI 26.

22Le tableau 3 révèle que la majorité des femmes prennent place dans les listes de parents qui accompagnent l'acteur principal. C'est là où la proportion d'individus des deux sexes est la moins éloignée de celle qui est la leur dans la population, avec une progression de la part des femmes 29 à 42 %. La présence croissante des filles se double d’une entrée en force des "autres” parentes dans le groupe des acteurs principaux associés : nepotes, consobrinae et surtout sœurs. A cette place, la désignation des femmes est faiblement déterminée : prénom + nature du lien à l'acteur principal. Cependant, et quoiqu'à un degré moindre, il en va de même pour les hommes, puisque c’est le seul poste où le système nom + surnom est minoritaire.

Tableau 3. Hommes et femmes dans le groupe des acteurs principaux

Tableau 3. Hommes et femmes dans le groupe des acteurs principaux

(en nombre de formes et par type de désignations)
N.B. : Les % donnent la proportion de femmes par rapport au nombre des hommes de la ligne supérieure.

23Dès que les femmes apparaissent dans un rôle plus actif (en tête d'un groupe familial, agissant de façon autonome), ou qu’elles servent de référence familiale (Untel, fils d’une Telle), elles se trouvent majoritairement nanties, à l'instar des hommes et quoiqu'en moindre proportion, d'un système de désignation complexe.

24C'est ce que montre avec davantage de clarté une présentation synthétique des données des tableaux VI 1 et VI 2, qui consiste à calculer, pour chaque type de rôle social joué dans l'acte, le pourcentage de femmes pourvu d'une désignation complexe, par rapport à l'effectif total de chaque grande colonne :

Pourcentage de désignations complexes

1134-1198

1199-1258

Quand la femme :

1. est référence familiale

42 %

77 %

2. mène une action autonome

62 %

92 %

3. est en tête d'un groupe familial

56 %

61 %

4. est au milieu d'un groupe familial

3 %

9 %

25Concentrons pour finir notre attention sur le groupe restreint des actrices principales, à l'aide du tableau V. Il n’est pratiquement pas de femme dont le nom ne soit pas rattaché à une référence familiale, soit au moyen d'une désignation complémentaire, soit majoritairement, dans une proportion proche des 2/3, au moyen d'un nom complexe nomen proprium + surnom.

26Ce surnom est un nom de lieu, exclusivement de toutes les autres solutions, ce qui est aussi majoritairement le cas pour les hommes. Nous verrons plus bas la connexion qu'on peut établir entre nom et patrimoine. Pour une bonne part des femmes qui sont nanties de ce surnom, qui à lui seul proclame l'appartenance à un groupe parental, il n'est point besoin de précision supplémentaire.

27Le tableau 4 ci-dessous, qui comptabilise les recours à des références familiales explicites (fille de, épouse de, etc.) dans la désignation des actrices principales des actes, confirme que dans une forte majorité de cas la capacité d'action d'une femme est liée à son appartenance à un lignage et non pas à son inclusion dans une cellule conjugale. Ce qui n'empêche d'ailleurs pas, on le verra, l'affirmation de solidarité entre époux.

Tableau 4. Manifestation de l’influence du lignage et du lien conjugal dans la désignation des actrices principales (cartulaire de Berdoues)

Formes

1134-1198

1199-1258

TOTAL

Affirmation d’un lien conjugal

IIA1 + IVA1

3(12 %)

1(3 %)

4(7 %)

Affirmation d’un lien lignager

IIA2+IIA3+IVA2

11(44 %)

14(45 %)

25(45 %)

Pas de lien parental exprimé

I+IID+IIID

11(44 %)

16(51 %)

27(48 %)

TOTAL

Toutes

25(100 %)

31(100 %)

56(100 %)

N.B. : Ce tableau regroupe les formes ventilées dans le tableau V. Les % se lisent verticalement.

IV. Noms, parenté, patrimoine : bribes de prosopographie

28S'il est vrai que, parce qu’il est fonctionnel, le système de désignation de l'individu laisse entrevoir dans sa forme môme certains des paramètres sociaux qui le conditionnent, nombre de clés échappent à l’observateur qui s'en tient à la seule analyse anthroponymique. Voilà pourquoi, il m'a paru indispensable de compléter cette étude par un travail consistant à exploiter la totalité des croisements possibles entre données concernant l'anthroponymie, la parenté et le patrimoine.

29J’ai ainsi rassemblé les matériaux permettant de procéder à l'analyse "prosopographique" d'une liste de 49 femmes. Les guillemets sont de rigueur tant l'entreprise est modeste puisque dans la majorité des cas, le recoupement s'effectue sur seulement deux données fournies par le même acte ! Voici l'analyse d'un de ces actes à double entrée : en 1174, Jeanne de Saint-Hélix, son mari Raimond et ses enfants donnent à l’abbaye les droits qu'ils possèdent sur l'église Saint-Hélix (a. 564).

30L'analyse de ce petit corpus de données confirme l'existence d'une corrélation assez claire entre le recours à la désignation complexe, le statut de la femme dans la famille et sa position par rapport aux biens ou droits qui sont en jeu. En clair, lorsque la femme se trouve en position objective de chef de famille (cas minoritaire), ou que les biens en jeu sont ses propres (cas le plus fréquent), l'inégalité fondamentale qui frappe son sexe dans le mode de désignation tend à s'effacer. La femme est alors couramment désignée par un nom à deux éléments, le mari étant soit donné en référence (X épouse de feu Y), soit associé à l'opération, soit carrément tenu à l'écart. Tel est le cas de figure majoritaire qu'attestent 34 des 49 de nos fiches, et qu'illustre l'exemple donné ci-dessus. Cette corrélation se vérifie aussi à plusieurs reprises pour les femmes servant de référence : on leur donne alors, agrémenté souvent de Na ou domina, le nom correspondant au patrimoine qui se trouve en jeu et qu'elles ont transmis. Le cas le plus limpide est celui de la famille Bassoues-Valentées :

31Lorsqu’en 1234 Arnaud et Géraude de Bassoues donnent leurs droits sur la terre de Valentées, ils se présentent comme filii de Na Alamane de Balantes (a.263). Par contre, la même année, Géraude donne une terre qui lui vient avunculi sui Amaldi de Bassoe, et sa désignation ne fait pas référence à sa mère (a.262).Enfin, Raimonde de Bassoues, fille d'Alamane, a bien repris le nom de son père pour patronyme (au même titre que son frère et sa sœur), mais son propre fils, qui a hérité du patrimoine des Valentées, se fait appeler Odon de Valentées et donne d’ailleurs une terre en ce lieu pro anima matris sue (a.264,1245).

32On n'est guère surpris de trouver, dans un tiers des fiches, des cas de figure difficiles à cerner, ou qui s'inscrivent en faux contre le schéma majoritaire. Dans 8 fiches la femme, actrice principale, dispose librement de ses propres en restant désignée par un nom unique. Dans quatre fiches, apparaissent des conjoints exerçant simultanément ou de façon séparée des droits sur un même bien, selon une règle du jeu pour le moins obscure. On relève un cas où la femme, héritière d'un patrimoine, s'efface devant son mari pour la gestion de celui-ci (a.234). Enfin une fiche atteste que quelques femmes ont pu jouer un rôle hors de proportion avec la part de patrimoine qui leur était échue. Tel est le cas de Na Comdor de Lafitte, dont la personnalité domine celle de son père (Raimond Sans de Pera), de son frère (Géraud, ou Géraud Pera), et de son mari (Guillem de Bragayrac), et qui, pour finir, apparaît comme une des initiatrices de l'incastellamento gascon en fondant le castrum de Lafitte (a.777,778,823). Ici le nom, porteur d'un programme d’affirmation individuelle et enrichi d'un maximum d'éléments de détermination, est comme la trace d'un destin sans nul doute hors du commun.

V. Quelle réalité avons-nous pu appréhender ?

33Résumons ce que nous avons pu observer au miroir de notre cartulaire cistercien :

  1. une énorme disparité numérique entre la présence masculine et féminine ;
  2. une incontestable spécificité féminine dans le choix des nomina propria ;
  3. pour le maigre contingent de femmes dont on pointe la présence, un système de désignation certes moins complexe, mais de même nature que celui des hommes ;
  4. du XIIe au XIIIe siècle une légère mais indéniable tendance à l'affirmation de la place des femmes, tant quantitative que qualitative ;
  5. une promotion qui reste cependant limitée à un petit groupe de femmes privilégiées, riches héritières de biens patrimoniaux, ou bien placées par le hasard de la vie en position de chef de famille, et parfois dotées, au surplus, d'une personnalité hors du commun. Il faut pour finir se mettre en quête des clés susceptibles d'évaluer ces résultats en leur donnant leur véritable sens. Quelles sont les causes réelles qui ont produit de tels effets ?

1) L'impact de la réception du droit savant sur la désignation des individus ?

  • 7 J. POUMAREDE, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Age, Paris, 1972, pp. 72-81.

34Le cartulaire de Berdoues répercute dans la consistance des actes les nouveautés introduites par la réception du droit savant, surtout sensible passé le premier tiers du XIIIe siècle. À partir de 1233, plusieurs actes sont rédigés par les notaires publics d'Astarac ; mais ceux-ci désignent les individus de la même manière que les scribes de l'abbaye. En fait, l'examen de ces pièces révèle que l'adoption progressive du formulaire "bolonais" ne constitue encore qu'un habillage formel des anciennes pratiques7. Durant toute la période, continue de prévaloir un droit familial de type ancien, de nature à la fois communautaire et égalitaire, les filles ayant vocation à recueillir leur part d'héritage au même titre que leurs frères. Pour ce qui est de notre propos, l'impact du droit savant semble se limiter à un effet secondaire paradoxal. En effet l'accroissement remarquable du nombre des femmes requises pour la laudatio, souligné plus haut, vient curieusement donner un regain de vie aux contraintes communautaires limitant les libertés de l’individu. Or, cette pratique nous semble manifester le même souci perfectionniste de ne point laisser la moindre prise à la contestation, qu'illustrent par ailleurs les formules de renonciation aux clauses d'exception, concomitantes de la réception du droit savant et contraires à son esprit. Telle est du moins l'hypothèse que je propose.

2) Une évolution de la place réservée aux femmes dans l'économie du salut offerte par l'abbaye ?

35Il va de soi que les caractéristiques de notre corpus résultent pour une part notable de l'identité même de l'établissement producteur du cartulaire. La présence des femmes était-elle aussi marginale dans les transactions concernant les maisons féminines fontevristes de Boulaur et du Brouilh, proches de Berdoues ? Cette idée de comparaison est vaine, puisque ces deux établissement n'ont pas constitué ou conservé de cartulaire (autrement que sous la forme d'épaves). Il apparaît clairement qu'une des finalités majeures des donations effectuées par les hommes était de doter l'abbaye pour avoir le droit d'y recevoir une sépulture, d'y être admis comme convers ou moine, ou bien d’y caser un ou plusieurs de leurs fils. Dans ce monde d'hommes, la seule espérance des femmes, au départ, était de pouvoir bénéficier, au même titre que leur père ou époux "de tout le bénéfice des messes et des prières" des moines. C'est bien ce qui se passe dans la seconde moitié du XIIe siècle pour 6 femmes, plus une qui accède au rang de "sœur spirituelle" (a.564).

36Passé 1200, on assiste à une nouveauté remarquable. Douze actes ont pour objet l'obtention par des femmes ou pour des femmes d'un droit de sépulture dans l'enclos du monastère, et parfois en grande pompe (ainsi pour Gauzion, femme de Pierre Desbarrats qui fut "honorifice sepulta in porticu juxta portam majorem ecclesie Berdonarum" (a.549, 1243).Certaines exigent explicitement de bénéficier du même volume et de la même qualité d'oraisons que les moines. Il est patent qu'a cette époque, la diminution du flux des donations avait incité les moines à consentir aux femmes de l'aristocratie locale des possibilités nouvelles (allant jusqu'à offrir des "conditions de groupe", ainsi pour ce droit de sépulture consenti ; pour une seule donation, à trois sœurs à la fois (a.557). Ces opportunités auraient entraîné dans notre documentation, à la fois, une présence plus affirmée et une meilleure détermination anthroponymique des femmes.

3) L'écho d'un frémissement social ?

37L'explication qui précède ne rend pas compte de tout. À commencer par un certain nombre d'attitudes, certes isolées, mais non attestées auparavant, qu'on pointe à partir de 1200, et dont on ne saurait négliger l'importance. C'est d'abord un père qui ayant casé son fils comme moine, se préoccupe aussi d’obtenir pour Alamane, "sorore parvula" de ce dernier, une sépulture dans l'abbaye (a.455). C’est une femme, Azere de Ecclesia qui dote Berdoues pour que son mari, Guillaume d’Aulin, y reçoive sa sépulture (a.529). Ce sont enfin des époux, qui, conjointement, obtiennent une sépulture dans l'abbaye (a.59).. C'est ainsi que "Laurentium de Begzes et Cosie de Faied uxor ejus" furent ensevelis "vir in cimiterio fratrum et uxor ejus Cosie in cimiterio sororum" : deux dénominations complexes symétriques, deux sépultures symétriques, une vie terrestre et éternelle partagées dans la stricte égalité. Peut-on voir là les premiers effets du processus d'intériorisation de la foi et d’avènement du couple chrétien qu'on observe généralement à cette époque ?

38Cette amorce d'évolution des attitudes mentales coïncide avec un moment de recomposition de la société et du peuplement. La Gascogne connaît alors un intense mouvement de population qui accompagne la mise en place des castelnaux, puis celle des bastides, avec pour corollaire la mise en question des structures anciennes (le casal), et la multiplication d'espaces de liberté individuels.

39La question est de replacer ce segment d'évolution dans la longue durée : simple étape dans une évolution linéaire, ou bien plutôt éclairicie dans une histoire passablement complexe ? Dans ce cas, un certain nombre de femmes auraient pu, ponctuellement, profiter d'une conjoncture favorable entre un ordre ancien qui s'effrite et un ordre nouveau qui n'est pas encore en place (avec l'exclusion des filles dotées et l'apparition du privilège d'aînesse). Et ce, dans une société où à tous les niveaux le pouvoir, incluant le privilège de l’écriture, reste solidement tenu par les hommes. La vérification reste à faire.

TABLEAU I. Evolution des noms dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU I. Evolution des noms dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU II. Palmarès des noms féminins les plus portés dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU II. Palmarès des noms féminins les plus portés dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU III-1. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU III-1. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Berdoues

(1134-1198)
Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU III-2. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU III-2. Palmarès des noms féminins dans le cartulaire de Berdoues

(1199-1258)
Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique. Fi : fréquences cumulées.

TABLEAU IV. Typologie des "Noms” de femmes dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU IV. Typologie des "Noms” de femmes dans le cartulaire de Berdoues

Légende :
F = Nom purement féminin - M = Nom masculin mis au féminin
n = nombre - % = pourcentage correspondant

TABLEAU V. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU V. Formes de la désignation des femmes dans le cartulaire de Berdoues

TABLEAU VI-1. Désignation des femmes et structures familiales dans le cartulaire de Berdoues 1134-1198

TABLEAU VI-1. Désignation des femmes et structures familiales dans le cartulaire de Berdoues 1134-1198

TABLEAU VI-2. Désignation des femmes et structures familiales dans le cartulaire de Berdoues 1199-1258

TABLEAU VI-2. Désignation des femmes et structures familiales dans le cartulaire de Berdoues 1199-1258

Légende :
(a) Les pourcentages se lisent dans le sens horizontal (lignes)
(b) Les pourcentages se lisent dans le sens vertical (colonnes)

TABLEAU VII. Les formes anthroponymlques dans l'acte (Cartulaire de Berdoues)

TABLEAU VII. Les formes anthroponymlques dans l'acte (Cartulaire de Berdoues)

Notes

1 J.-J. CAZAURAN, Cartulaire de Berdoues, La Haye, 1905.

2 A l'inverse, j'ai été conduit à comptabiliser plusieurs groupes de parties principales sur les pièces qui se présentent comme des notices.

3 Il s'agit de la grange d'Aujan, aléatoirement choisie, et qui correspond aux actes 631-703. L'établissement de l'échantillon a été fait par tranche, jusqu'à concurrence d’un stock de données comparable à celui des femmes. C'est ainsi que pour la tranche 1199-1250, il a été nécessaire de déborder sur actes 704-733 correspondant à la grange de Vitouret.

4 Il s'agit rappelons-le de Guillaume, Bernard, Raimond, Arnaud et Pierre.

5 Pour une ventilation des noms entre les trois têtes de rubrique, je me suis fondé sur la classification proposée par M.T. MORLET, Les noms de personnea sur le territoire de l'ancienne Gaule, Paris, 1972, t. 1 et 2. La ventilation noms antiques-noms romans est donc fondée sur le critère suivant : sont antiques les anthroponymes attestés comme tels dans les textes littéraires, dans le Corpus des Inscriptions latines et dans les Inscriptiones latinae christianae veteres. Même si la forme a évolué en se romanisant, il reste considéré comme antique (ex. Laurentia> Laurete). L'établissement de la liste des noms germaniques - auxquels ont été annexés les noms euskariens comme Gassiona (<harsi) - n'a posé de cas de conscience que pour Blanca, Bruna, Saura, utilisés au XIIe siècle pour leur valeur descriptive et non pour leur consonnance germanique. On peut donc aussi bien les rattacher à la liste des noms romans descriptifs... La ventilation plus fine des formes au sein des sous-ensembles posait d'autres problèmes. Vétéro-testamentaire ou antiquité chrétienne ? J'ai exclu de la première catégorie les noms repris par les Evangiles (ex.Simon(e), Marie). Nom proprement féminin, ou nom masculin féminisé ? La question se pose pour certains noms romans tel Espaia ou Espania, Peitavina, qui sont attestés sous une forme masculine. Or, contrairement aux noms d'origine antique ou germanique pour lesquels la forme féminine dérive de la masculine (Johannes> Johanna ; Bernard us> Bernarda), il y a eu ici création quasiment simultanée d'un nomen proprium ethnique "bisexué" ; en toute rigueur, il s'agit donc d'une catégorie différente. Au passage signalons que les nombreux "prénoms" ethniques que révèle le dépouillement se trouvent noyés dans la rubrique "autres", alors qu'il représentent près de 25 % de l'effectif. Enfin, la ventilation entre descriptifs, auguratifs et "autres" comporte une bonne part d'arbitraire : si Bonassie est auguratif, Bona appartient aux deux catégories ; Sarrazia un ethnique classé dans les "autres", fut probablement donné à une fillette de couleur mate, etc... Enfin, quelques formes ont résisté jusqu'ici à tous nos efforts de compréhension.

6 Les tableaux VI 1 résultent d'un dépouillement qui a compté deux fois certaines occurrences du type Benedictus et Jordana sorore ejus et Johannes maritus Jordane (acte 158) : Jordane a été comptée comme sœur de l'acteur principal, et référence de son époux.

7 J. POUMAREDE, Les successions dans le Sud-Ouest de la France au Moyen Age, Paris, 1972, pp. 72-81.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search