Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Anthroponymie et désignation des femmes dans les cartulaires de Grenoble

Norbert Pascaud

Texte intégral

La source

  • 1 Cette étude est issue d'un mémoire de Maîtrise d'Histoire, soutenu à l'Université de Tours en 1991.

1Cette étude sur l'anthroponymie dans le Graisivaudan1 a été réalisée à partir des cartulaires de l'église cathédrale de Grenoble, dits cartulaires de Saint-Hugues. Ces trois recueils de chartes ont été constitués au XIIème siècle par deux évêques de la cité de Grenoble : Saint-Hugues, évêque de 1080 à 1132, et son successeur Hugues II, évêque de 1132 à 1148.

2Ils ont été publiés au XIXeme siècle par Jules Marion dans la collection des documents inédits sur l'histoire de France.

3Forment le corpus de l'étude 230 actes qui correspondent aux critères retenus dans le premier volume des rencontres d’Azay-le-Ferron, et s'échelonnent du IXème au XIIème siècles. Mais 45 % d'entre eux se concentrent dans une période qui s'étale du début du XIIème siècle à la mort de Saint-Hugues, soit 1101-1132.

4Cette période est la seule offrant suffisamment d'occurrences (48) pour qu'une étude intéressante de l'anthroponymie des femmes de la région de Grenoble puisse être faite. Sinon elles font cruellement défaut. Les femmes ne représentent que 5 % de la totalité des formes anthroponymiques dans ces cartulaires.

5Toutefois, on trouvera dans la liste des noms de baptême des femmes tous ceux qui ont été rencontrés y compris avant et après la période 1101-1132, dans les tranches chronologiques aux effectifs dérisoires.

Le rôle des femmes dans les chartes

6Les femmes interviennent très rarement dans les documents. Elles ne sont qu'exceptionnellement à l’origine des actes (4 % des parties principales) et sont rarement citées comme témoins (également 4 %) Elles prenaient peu d'initiatives individuellement dans les affaires traitées dans les chartes, participaient peu souvent à la vie publique dans la région de Grenoble et on faisait peu appel à elles pour en être garantes.

7Toutefois 11 % des confronts sont des femmes. Cela indique que même si les femmes s'impliquaient rarement d'elles-mêmes dans la vie économique et sociale, elles n'étaient pas pour autant totalement absentes de la propriété.

8Enfin la différence entre la participation des femmes et celle des hommes dans les actes est moins importante pour la catégorie des parties principales secondaires. Cette catégorie regroupe la majorité des occurrences féminines. Un tiers des parties principales secondaires fait intervenir une femme à la suite d'un homme de sa famille.

9Celui-ci est le mari dans 77 % des cas : comme "Guigo de la Mota et uxor sua Hermengardis (cartulaire B, acte 119) :

  • le père dans 8,5 % des cas : comme "Petrus Condet et Ricarda filia ejus (cartulaire C, acte 18)

  • le frère dans 8,5 % des cas : comme "Adalbert et sorore sua Guidtrud" (cartulaire A, acte 16)

  • un ou plusieurs fils dans les cas restants.

10Dans tous ces cas, la femme n'est désignée que par son nom de baptême suivi d'une désignation complémentaire d'ordre familial. Elle ne porte jamais le surnom de son mari, de son père ou de son frère, même si celui-ci en possédait un.

La distribution sociale des femmes parties principales

  • 2 Comme les femmes sont essentiellement désignées en référence à leur mari, une femme a été classée n (...)

11-Dans le premier tiers du XIIéme siècle, la grande majorité des femmes, (69 %) a pu être identifiée, comme étant noble2. Seulement 8 % des femmes ont été clairement cataloguées parmi les non-nobles pour cette même période. Les 23 % restant regroupent des femmes de catégorie sociale incertaine.

12-Les enjeux et les patrimoines étant plus importants chez les nobles, il convenait peut-être d'impliquer, dans les affaires qui les concernaient, le plus grand nombre possible de membres de la famille, y compris les femmes.

L'activité des femmes parties principales et des groupes familiaux

13Il apparait que :

  • Pour la période 1101-1132, 86 % des parties principales sont exclusivement masculines. A l'opposé, seulement 3 % de celles-ci sont exclusivement féminines.

  • Un peu moins de 11 % des groupes familiaux parties principales sont mixtes.

  • En tout cas, le taux d'activité des femmes ne dépasse pas 14 % des groupes parties principales de la documentation de la période 1101-1132.

Typologie des noms des femmes

14-Au début du XIIème siècle, la majorité des noms de baptême des femmes, (52,5 %) est issue de l'Antiquité, principalement profane. La part des noms à la fois antiques et chrétiens ne s'élève qu'à 22,5 %.

15-Les noms germaniques désignent 45 % des femmes dont seulement 10 % à caractère chrétien.

16-Enfin je n'ai relevé qu'un seul cas de nom que j'ai jugé "roman" pour cette période : il s'agit de Rossine (cartulaire B, acte 77).

17Pour l'ensemble de l'époque couverte par les cartulaires, c'est-à-dire du IXème au XIIème siècle, l'usage des noms germaniques semble donc s'être progressivement réduit. Il était presque exclusif jusqu'au début du XIeme siècle mais devient minoritaire à la fin du XIème siècle, ne désignant plus alors qu'environ 40 % des femmes. Et cette régression de l'usage des noms de baptême d'origine germanique est beaucoup plus développée dans l'anthroponymie des femmes que dans celle des hommes. Toutefois les remarques concernant cette tendance à la latinisation des noms des femmes reposent sur des effectifs dérisoires variant de une à dix occurrences par tranche chronologique, excepté de 1100 à 1132.

18On constate d'autre part que la majorité des noms portés par les femmes est typiquement féminine et n'a pas son correspondant parmi les noms de baptême masculins. Seulement 5 noms de baptême, sur les 59 différents qui ont été relevés dans l'ensemble des actes, sont dérivés de noms d'homme. Il s'agit de Benedicta, de Franchona, de Geralda, de Guilelma et de Ricarda. Ces noms ne représentent en tout que 8 formes anthroponymiques de femmes, soit seulement 8,8 % du total. Ce pourcentage s'élève à 12,5 % pour la période 1101-1132.

19L’anthroponymie des femmes use donc de noms typiquement féminins pour désigner les femmes. Par conséquent l’éventuelle transmission d'un nom de baptême du père à sa fille n'est pas une coutume répandue. Je n'ai relevé qu'un seul cas de ce genre dans l'acte 125 du cartulaire B où Guilelmus a une fille nommée Guilelma.

Les noms de baptême les plus portés par les femmes

20C'est le nom de baptême Hermengarda qui apparait le plus souvent : 11 fois de 901 à 1132. Il désigne 12,5 % de l'effectif féminin de 1101 à 1132. Cette préférence à l'égard de ce nom dans la région de Grenoble s'explique peut-être par le fait que plusieurs personnalités régionales le portaient. Il s'agit de deux reines du royaume de Bourgogne dont dépendait la cité de Grenoble, qui ont vécu l'une au Xème et l'autre XIeme siècle. Le prestige de ce nom explique sans doute son succès local. Hermengarda est porté par des femmes nobles plutôt que par des roturières.

21Deux autres noms de baptême ont aussi connu un relatif succès dans cette région : il s'agit d'Agnès qui apparait 4 fois entre 1071 et 1160 et d'Elisabeth rencontré 5 fois durant la même période. Comme Hermengarde, Elisabeth est un nom à coloration sociale nettement aristocratique.

22Si l'on ajoute à ces trois noms Petronilla qui apparaît 2 fois, on remarque que ces 4 noms de baptême suffisent à désigner un quart de la population féminine de 1101 à 1132. Et 17 noms sur 40 suffisent à désigner la moitié de la population durant ce même premier tiers du XIIème siècle.

23Ni Maria ni Joanna ne sont fréquemment portés à cette époque dans la région de Grenoble. Je n'ai rencontré qu'une seule occurrence de Maria entre 1101 et 1132.

24Au seuil du XIIéme siècle, la gestion du stock des noms féminins présente donc à la fois une concentration du choix sur un nom, Hermengarde, et un éparpillement des choix.

25Dans un groupe familial quel qu'il soit, il n'est pas d'usage d'indiquer un surnom pour les individus qui n'y sont pas nommés à la première place. Cette première place n'est pas, dans les cartulaires de Grenoble, occupée par une femme. 11 est également très rare qu'une femme agisse seule. L'effectif à partir duquel peut s'étudier le système anthroponymique féminin est donc infime : 16 cas entre 1101 et 1132, qui est pourtant, et de loin, la tranche chronologique la plus fournie.

26Avant le début du XIIème siècle, aucune femme désignée par un surnom n'a été rencontrée lors du dépouillement des sources.

27A partir de 1101, les femmes qui jouent le premier rôle dans les chartes sont encore désignées, dans leur majorité, selon l'ancien système anthroponymique ; plus de 37, 5 % de ces femmes sont encore désignées par un simple nom de baptême. Elles sont alors, dans la majorité des cas (71 %), non-nobles.

28Une femme noble, intervenant seule, ne manque pas de rappeler son mari dans sa désignation (forme II A), telle "Eufemia uxor Ismidonis" (cartulaire B acte 13), même si cet époux est décédé comme dans le cas de "Agnes que fui uxor Drohonnis" (cartulaire B, acte 93). A travers le mari, c'est son rang et ses droits que la femme rappelle. Ces cas où le nom de baptême de la femme est suivi d'une désignation complémentaire d'ordre matrimonial représentent 25 % de la totalité des occurrences retenues.

29Dans 2 cas, soit 12,5 %, la femme mentionne ses frères dans ce genre de désignation.

30En tout, les formes anthroponymiques sans surnom regroupent 75 % des occurrences de 1101 à 1132. Seulement un quart des femmes est désigné à l'aide d'un surnom.

Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes en Dauphiné (cartulaires de Grenoble)

Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes en Dauphiné (cartulaires de Grenoble)

31Deux de ces 4 surnoms sont des indications de lieu. Il s'agit d'"Anna de Luchaor" (cartulaire B, acte 103) et de "Gotolendis de Coreto" (cartulaire B, acte 125). Ces deux femmes sont nobles.

32Les deux autres surnoms sont un surnom en forme de nom : "Usattna Bórrela" (cartulaire C, acte 106) et un sobriquet : "Maria Pella" (cartulaire C, acte 106). Dans les deux cas ces femmes ne sont pas nobles. Dans le cas du surnom en forme de nom, le texte ne permet pas de préciser si celui-ci a été transmis par le père ou le mari.

* * *

33La désignation des femmes s'effectue donc essentiellement à partir des structures matrimoniales ou plus généralement en renvoyant à un homme de la famille. Par conséquent les formes anthroponymiques les plus utilisées sont de la forme II, c'est à dire un nom de baptême plus une indication complémentaire d'ordre familial. L'anthroponymie féminine est donc particulièrement soumise à la place des femmes dans les textes et, par extension, dans la société. La plupart d'entre elles n’apparaît qu’en compagnie, mais en retrait, d'un membre masculin de la famille, le plus souvent l'époux. La femme n'est alors, dans la majorité des cas, qu'une partie principale seconde. Cette absence d'autonomie se répercute sur le mode de désignation des femmes. L'usage d'un surnom (4 cas seulement) pour désigner la femme est considéré comme superflu : celle-ci est bien identifiée par le rappel de liens familiaux, conjugaux le plus souvent (37 cas).

34Dans les cas plus rares où la femme intervient seule dans une charte, en tant que partie principale, elle est désignée le plus souvent par son seul nom de baptême, surtout si elle est roturière, ou par son nom de baptême suivi d'une désignation complémentaire d'ordre familial. L’usage du surnom n’apparaît que bien tardivement dans l'anthroponymie féminine : pas avant le XIIème siècle. Et son emploi est loin d'être la règle générale. Ce deuxième élément anthroponymique, quand il est utilisé, semble être propre à la femme. Lorsque cela a pu être vérifié, elle ne porte ni le nom de baptême, ni le surnom du mari ou du père.

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Grenoble

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Grenoble

N.B. : Le % est celui des femmes dans le total Hommes + Femmes de chaque tranche chronologique.

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans les parties principales des chartes des cartulaires de Grenoble

TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans les parties principales des chartes des cartulaires de Grenoble

TABLEAU III. Evolution des noms de femmes dans les cartulaires de Grenoble

Tranche chronologique

1101-1132

Nbre de femmes (T)

48

Nbre de noms différents (D)

40

Stock pour 100 individus

83

(Dx 100)

T

Nom le plus fréquent : :

-Nbre de femmes le portant

6

- % de ces femmes dans la population totale T

12,5

Noms dominants :

-Nombre

4

- % par rapport au nbre de noms D

10 %

-Nbre de femmes les portant

12

- % de ces femmes dans la population totale T

25 %

Noms rares (attestés 1 fois) :

36

-Nombre

- % par rapport au nbre de noms D

90 %

Température du stock

0,953

Nbre minimal de noms différents nécessaires pour désigner 50 % de la population féminine :

17

TABLEAU IV. Palmarès des noms de femmes dans les cartulaires de Grenoble I - 1101-1132

TABLEAU IV. Palmarès des noms de femmes dans les cartulaires de Grenoble I - 1101-1132

Légende :
Ni : effectifs cumulés croissants.
fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.
Fi : fréquences cumulées.

Notes

1 Cette étude est issue d'un mémoire de Maîtrise d'Histoire, soutenu à l'Université de Tours en 1991.

2 Comme les femmes sont essentiellement désignées en référence à leur mari, une femme a été classée noble lorsqu'elle est l'épouse ou la soeur ou la fille, d'un personnage détenant un fief, un château, une église, une dîme, ou d'un chevalier ou encore d'un grand officier de la cour comtale ou épiscopale ; comme telle aussi lorsque la femme détient en propre de telles possessions.

Table des illustrations

Titre Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes en Dauphiné (cartulaires de Grenoble)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16773/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Grenoble
Légende N.B. : Le % est celui des femmes dans le total Hommes + Femmes de chaque tranche chronologique.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16773/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre TABLEAU II. Individus et groupes familiaux dans les parties principales des chartes des cartulaires de Grenoble
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16773/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre TABLEAU IV. Palmarès des noms de femmes dans les cartulaires de Grenoble I - 1101-1132
Légende Légende :Ni : effectifs cumulés croissants.fi : pourcentage (fréquence) de femmes portant ce nom dans la population féminine de cette tranche chronologique.Fi : fréquences cumulées.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16773/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search