Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Anthroponymie et désignation des femmes en Bourgogne au Moyen-Âge (xème-xivème siècles)

Patrice Beck

Texte intégral

La difficile élaboration du corpus

  • 1 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne..., 1989, pp. 61-62.

1Pour traiter du mode de dénomination des femmes et le confronter au mieux à celui des hommes, les mêmes documents bourguignons ont été utilisés. Les cartulaires d'Ainay, de l'église d'Autun, de Saint-Marcel de Chalón, de Saint-Bénigne et de Saint-Etienne de Dijon, de Molesmes et de l'Yonne1, couvrant la période Xe-XIIIe siècles, n'ont alors fourni que 553 occurrences.

2Pour les laïcs masculins, 3618 occurrences avaient été traitées à partir des mêmes sources, soit près de sept fois plus. Le déficit, énorme, imposait des aménagements de la grille d'analyse. Afin d'éviter l'écueil statistique de stocks trop faibles, les tranches chronologiques élaborées pour les hommes ont été modifiées : c'est ainsi que le XIe siècle, comme le siècle suivant jusqu'en 1190, n'ont pas été subdivisés ; que la première moitié du XIIIe siècle fut prise dans son ensemble. La tranche 1251-1280 a été en revanche conservée : totalisant 246 occurrences, elle suffisait en elle-même.

3A cette faiblesse de la représentation féminine, un autre facteur non moins redoutable pour le traitement statistique venait s'ajouter. A reprendre les critères adoptés pour les laïcs masculins, 38 % des occurrences devaient être rejetées comme étant assujetties à la mention d'un tiers, généralement un homme, fixant l'identification du groupe familial dans lequel les femmes se trouvaient incluses. Seules 341 occurrences, mettant en scène des actrices principales, des serves faisant l’objet de donations, des confronts, des témoins ou des légataires, affichaient aussi clairement que possible une position garantissant l'autonomie du mode de dénomination. A titre de test, il était cependant intéressant de mesurer le développement de la double dénomination en tenant compte aussi bien de toutes les occurrences que des seules occurrences fiables.

4La confrontation des deux tableaux ne révèla qu'une maigre différence tant la double dénomination était toujours fort peu représentée entre 1251 et 1280 : 9 % de toutes les occurrences, 11 % des occurrences fiables. La "révolution" anthroponymique, c'est-à-dire le passage de la double dénomination au-dessus des 50 % d’occurrences, n’etait, pour les femmes, pas même amorçée à cette date alors qu'elle était effective dès 1101-1130 pour les laïcs masculins.

  • 2 P. TOUSSAINT, Chartes de l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon de 1270 à 1276, Paris-Dijon, 1910 ; P. (...)

5Poursuivre l'enquête au-delà de l'année 1280 s'imposait, comme nous y invitait la richesse du fonds bourguignon. Après avoir vérifié que l'usage toujours plus grand de la langue vulgaire dans la rédaction des actes n'apportait aucun biaisement, le dépouillement a été poussé jusqu'en 1400 à partir du cartulaire de l'abbaye Saint-Etienne de Dijon2. Le nombre des occurrences disponibles a été ainsi augmenté de 548 unités, celui des occurrences fiables de 335 cas répartis sur trois tranches chronologiques.

Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences en Bourgogne

Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences en Bourgogne

6Il aurait fallu aller plus loin encore : le nombre des occurrences fiables, c'est-à-dire des femmes autonomes, n'a en proportion guère changé, signe que l'assujettissement des femmes au pouvoir de représentation de l'homme dans les actes ne se relâche - ni ne s'accentue - au XIVe siècle. Il est vrai que les femmes sont plus nombreuses à porter un surnom mais si l'importance de la double dénomination s'accroît alors fortement, elle ne dépasse toujours pas la borne des 50 % ; si les courbes se rapprochent très sensiblement, elles ne se croisent encore pas. Comme nous le verrons plus précisément, le surnom n'est pas pour les femmes bourguignonnes une routine totalement acquise au Moyen Age.

7Le troisième défaut du corpus avait déjà été noté pour les laïcs masculins. Sur les 1101 occurrences, seules 354, soit 34 %, sont situées socialement : 144 "nobles" identifiées par leur titre ou leur appartenance familiale, 187 "roturières" que la mention du métier de leur mari ou leur fonction propre permet de repérer, enfin 23 "religieuses", moniales et converses. Le pourcentage ne s'élève guère (35 %) pour les occurrences fiables et seules 43 % des femmes à porter un surnom sont ainsi renseignées. Le nombre des indéterminées s'avérait là encore extrêmement élevé et imposait que les calculs soient aussi établis avec elles.

Tableau 2. Caractérisation sociale des occurrences en Bourgogne

Tableau 2. Caractérisation sociale des occurrences en Bourgogne

8Au total, 676 occurrences fiables pour analyser le mode de dénomination, seulement 233 pour évaluer ses variations sociales et 1101 cas, tout de même, pour étudier le stock des noms utilisés ont été rassemblés. C'est somme toute bien peu pour suivre l'évolution des phénomènes sur cinq siècles mais tel est l'état de la documentation. Et si, de ce fait, il n’est possible que de s'en tenir à des remarques générales, les résultats sont si tranchés qu'ils s'imposent avec évidence.

Le surnom "facultatif"

9Sur les cinq siècles de l'enquête, le surnom n'apparaît que 129 fois. Inexistant encore au XIIe siècle, il émerge timidement au siècle suivant, ne se développe qu'après 1280, concerne encore moins du tiers des occurrences au milieu du XIVe siècle, n'est toujours pas, et de 10 points, majoritaire en 1400.

10Certes apparaît-il pour la première fois en 1123, mais il faut attendre 1207 pour le rencontrer à nouveau, toujours aussi ponctuellement. A partir de 1220 il identifie 8 femmes n'intervenant dans les actes que comme actrices secondaires : elles y sont également bardées de référents familiaux masculins.

Tableau 3. Apparition et développement du surnom en Bourgogne (occurrences fiables)

Tableau 3. Apparition et développement du surnom en Bourgogne (occurrences fiables)

11Mais la grande majorité des cas-121 occurrences - intéresse assurément des personnes "responsables". 46 sont donatrices et 9 d'entre elles servent même de référent à leur progéniture ; 26 sont citées comme confront et possèdent ou exploitent donc un bien ; 20 autres reçoivent, comme des hommes, des libertés d'usage dans des bois ; 11 sont inscrites sur des testaments ; 14 témoignent d'actes, 3 donnent leur accord et Osanne la Bolenne, serve de son état, est l'objet d'une transaction en 1126 à Autun. Mais pour 22 d'entre elles, soit près d'une sur cinq réparties entre 1250 et 1380, la double dénomination ne suffit pas et la référence au père (12 fois dont 4 défunts), au mari (8 fois dont 5 trépassés) ou à la mère (2 cas) semble toujours nécessaire dans la seconde moitié du XIVe siècle : en 1380, Perrenette de Longua Acqua est aussi identifiée comme femme de Estienne Fremiot (Autun) et Maria dite Clere comme femme de feu Girart Le Gelenier (Dijon-St Etienne).

Graphique No 1. Évolution de la désignation des femmes dans les cartulaires bourguignons. Graphique 1a : toutes occurrences

Graphique No 1. Évolution de la désignation des femmes dans les cartulaires bourguignons. Graphique 1a : toutes occurrences

Graphique 1b : occurrences fiables

Graphique 1b : occurrences fiables
  • 3 La probabilité qu'une telle différence soit seulement liée aux fluctuations d'échantillonnage est (...)

12Socialement, le surnom paraît davantage implanté chez les "roturières" que chez les "aristocrates" mais les sept points d'écart enregistrés ont-ils quelque valeur informative au regard de la faiblesse du stock3 ?

Tableau 4. Sociologie des surnommées en Bourgogne (occurrences fiables)

Nobles

14/98

14 %

Roturières

24/113

21 %

Religieuses

12/20

60 %

13Plus sûrement, le lieu, l'espace, sont les référents majoritaires entrant dans la formation des surnoms.

Tableau 5. Référents du surnom en Bourgogne

A-Nom

5

4 %

B- Fonction

5

4 %

C- Sobriquet

46

36 %

D- Lieu

73

56 %

TOTAL

129

100 %

14La référence géographique pèse plus encore si l'on tient compte des dix appellations complexes associant, à partir de 1271, au nom et au surnom des référents autres que familiaux : neuf d’entre eux sont des noms de localité, le dernier une fonction.

15Quand ces éléments sont socialement identifiés, soit pour 56 cas, roturières et aristocrates suivent les choix de leurs homologues masculins : les premières sont plus volontiers affublées de sobriquets mais n'ignorent pas les noms de lieux ; les secondes ainsi que les servantes de Dieu préfèrent la topographie sans pour autant méconnaître totalement les sobriquets.

Tableau 6. Sociologie des référents du surnom en Bourgogne

Tableau 6. Sociologie des référents du surnom en Bourgogne

16Il faut encore noter les proportions dérisoires de références à la fonction ou à un nometi proprium. Trois surnoms ont fixé des "prénoms" masculins, deux autres des "prénoms" féminins, sans que l'on puisse discerner un quelconque lien familial. D'autre part, Perrenon la Porretière (Dijon, 1281), Isabellis dicta la Bouchère (Autun, 1282) Adelinette la Perrero (Dijon, 1320), Perrenotte la Bourrelière (Dijon, 1393) ont-elles pris ou conservé en le féminisant le terme désignant la profession de leur mari ? Isabellis Hospitalaria (Dijon, 1301) doit en tout cas son surnom à sa fonction : c'est l'une des converses desservant la Maison-Dieu de Tîl. Est-ce aussi le cas de Marie qui, à Dijon en 1381, se surnomme Belle ou autrement la Jardinière ?

  • 4 Cf. Genèse Médiévale..., pp. 80-81.

17Que l'influence familiale ait joué ou non, la question n'a pas, à dire vrai, beaucoup d'importance étant donné la médiocre représentation du phénomène : pour les femmes comme pour les hommes4 de Bourgogne, son rôle reste très marginal dans le mode de formation du surnom.

18La famille prend sa revanche ailleurs. Dans l'état actuel de nos recherches - la difficulté à restituer les familles a déjà été dénoncée - il ne nous est pas encore possible de juger pleinement du caractère individuel ou transmis de ces surnoms. Tout au plus pouvons-nous rappeler l'hypothèse déjà formulée à propos des aristocrates masculins et l'appliquer aux femmes : les uns comme les autres privilégient les référents de lieu, systématiquement ou presque précédés de la préposition de et il est tentant d'y reconnaître le fief éponyme dans lequel déjà le lignage se reconnaît et s'individualise. Surtout, les chiffres rassemblés ici montrent que c'est la famille qui, pendant les cinq siècles, sert à situer dans les actes 82 % des femmes, que ce sont les référents au père, au mari voire aux enfants qui permettent d'identifier encore près de 60 % des femmes enregistrées dans la seconde moitié du XIVe siècle.

Des filles, des épouses et des mères

19Car les femmes ne sont pas davantage nommées par leur seul nom de baptême. Parmi les 555 occurrences fiables ne présentant pas de surnoms, 10 sont identifiées par leur seule parenté et 486, soit 87 %, ajoutent au prénom un référent familial. Les exceptions sont toutes ou presque des femmes au statut particulier : celles qui ont renoncé au monde - et à la parenté ? - pour servir Dieu, les nobles que la fonction ou le titre suffit à désigner, les serves qui n'ont d'autre bien qu'elles-mêmes fors leur progéniture à laquelle elles servent de référents. La majorité est écrasante en tous temps, ne s'affaiblit ou ne progresse qu'en fonction de la distribution aléatoire des cas particuliers : il était inutile d'en donner la ventilation chronologique. C’est la famille d'alliance qui l'emporte sur celle d'origine à 55 % contre 45 %.

Tableau 7. Nom + références familiales en Bourgogne : typologie

I. paternel

I. marital

Père

123

dont 63 décédés

123

Mère

26

dont 10 veuves

26

Père+Mère

25

25

Frères

32

32

Père+Fils

1

1

1

Père+Mari

9

dont 4 P. et 3 M. décédés

9

9

Fils

16

16

Mari+Fils

2

2

Mari

243

dont 98 décédés

243

Beau-Fils

2

2

Oncle

6

6

6

Tante

1

1

1

TOTAL

486

223/503

280/503

45 %

55 %

  • 5 P. BECK, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen-Age”, Bull. (...)
  • 6 Par exemple : Le mari puet faire sa voulenté des biens de sa femme sans son consentement durant le (...)

20Du père au mari, l'itinéraire social de la femme bourguignonne au Moyen Age est tout entier tracé. Même la gestion des biens propres passe généralement par la tutelle masculine et la responsabilité de chef de famille ne permet pas souvent d'être identifiée autrement que par référence aux hommes de la parenté d'origine ou d'alliance : en 1254, sur 13 femmes auxquelles concession est faite d'user des bois dépendant de l'église d'Autun, 10 sont déterminées par leur parenté. Il faut sortir du Moyen Age, au moins, pour voir s'imposer la double dénomination chez les femmes de Bourgogne : entre 1377 et 1470, d'après les dénombrements des chefs de feux, la "révolution" anthroponymique n'est toujours pas réalisée pour ces dernières5. Dans les actes de droit privé rassemblés dans les cartulaires, la femme apparaît peu et est de surcroît placée sous tutelle. Elle hérite, gère et transmet des biens mais sous couvert et autorité de l'homme, son père ou son mari : le droit coutumier est fort explicite en la matière6 et le système anthroponymique marque bien cet état de dépendance. Le surnom n'est pas ignoré et ce qui perce au travers des documents écrits exploités n’est sans doute que le pâle reflet d'une pratique orale familiale et/ou communautaire intense mais, visiblement, le surnom ne s'impose pas dans les pratiques légales comme pour les hommes, le mode de dénomination n'est pas pour les femmes l'objet du même enjeu.

Les noms de baptême : un choix étendu

21Le resserrement du stock des noms utilisés et la concentration des choix concernent aussi les femmes et, comme pour les hommes, semblent précéder la généralisation du surnom. Mais si pour ces derniers le mouvement est enclenché juste après l'an mil, il n'est perceptible que deux siècles plus tard pour les premières.

Tableau 8. Évolution du stock des noms utilisés en Bourgogne

Tableau 8. Évolution du stock des noms utilisés en Bourgogne

22Le stock se réduit pour les hommes entre 1001 et 1050 de 47 à 29 noms pour 100 individus : on doit attendre la seconde moitié du XIIIe siècle afin de voir pour les femmes le taux s'établir au même niveau ; alors qu'en 1251/1280 le nombre moyen d'individus masculins par nom s'élevait à 5,6, il n'est toujours que de 3,5 entre 1351/1400 pour les femmes. Cependant, s'il faut 21 noms différents pour identifier la moitié de la population féminine au XIe siècle, il n’en faut plus que 7 dans la première moitié du XIVe siècle et seulement 4 dans la seconde (cf. tableau I hors texte).

23Le retard de l'anthroponymie féminine sur celle des hommes est considérable mais finit par être comblé et toutes deux suivent, décalées dans le temps, le même cheminement. Comme pour les hommes, le stock est largement dominé par la tradition germanique au Xe siècle. C'est encore le cas aux XIe et XIIe siècles mais les noms de tradition antique, avec Anna et Maria, apparaissent dans le groupe de tête et finissent par l'emporter au XIVeme siècle. Jeanne et Pierrette, avec Guillemette, concentrent bientôt les choix, rassemblent 44 % des occurrences en 1400 (cf. tableau II hors texte).

24La contrainte du modèle masculin s'avère alors importante. Le phénomène est d'autant plus remarquable qu'il est souligné par le recul sensible de Marie et par l’effacement d'un type de prénoms regroupant un bon nombre de choix au XIIIe et au début du XIVe siècle : les noms auguratifs tels Belle, Bonne ou Osanna, semblent avoir un instant proposé aux femmes une alternative à la montée en puissance des noms féminisés des principaux saints chrétiens, opposé une résistance à la masculinisation du stock. Pendant au moins un bon siècle après les hommes, les femmes exercent un certain droit à la différence ; il se réduira ensuite à l'usage très répandu des hypochoristiques déclinant chaque prénom en de multiples formes : Bonne donnera Boneta, Bonnotte ; Clara s'est transformée en Claretta, Clarotta, Clairotte ; Bella, fort prolixe, a produit Beletta, helena, Belotta, Belotte.

25La pression juridique qui a joué sans doute un grand rôle dans les mutations qu’enregistre l'anthroponymie, a agi directement sur les hommes dès la mise en place au XIe siècle de la nouvelle structure sociale ; deux siècles après c'est la pression d'un modèle culturel qui s'impose aux femmes.

TABLEAU I. La concentration des noms de femmes dans les cartulaires bourguignons

TABLEAU I. La concentration des noms de femmes dans les cartulaires bourguignons

N.B. : (*) Le nombre indiqué sur cette ligne est le nombre de noms nécessaires pour désigner la moitié de la population féminine.

TABLEAU II. Les 25 noms les plus usités chez les femmes dans les cartulaires bourguignons

TABLEAU II. Les 25 noms les plus usités chez les femmes dans les cartulaires bourguignons

Notes

1 Cf. Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne..., 1989, pp. 61-62.

2 P. TOUSSAINT, Chartes de l'abbaye de Saint-Etienne de Dijon de 1270 à 1276, Paris-Dijon, 1910 ; P. RIANDEY, Chartes... de 1280 à 1286, Paris-Dijon, 1908 ; H. COTTIN ; Chartes... de 1291 à 1300, Paris-Dijon, 1911 ; M. GUILLEMARD, Enquête de l'an 1300, Paris-Dijon, 1908 ; J. QUESNEL, Chartes.... de 1300 a 1309, Paris-Dijon, 1910 ; P. PARISOT, Chartes... de 1309 a 1320 ; Paris-Dijon, 1908 ; J. FRICANDET, Chartes... de 1320 à 1332, Paris-Dijon, 1908 ; H. BONNEVIOT, Chartes... de 1341 à 1346, Paris-Dijon, 1911 ; G. JANNIAUX, Chartes... de 1377 à 1384, Paris-Dijon, 1908 ; H. GUIGON, Chartes... de 1385 à 1394, Paris-Dijon, 1908 ; L. GALLY, Chartes... de 1395 à 1400, Paris-Dijon, 1908.

3 La probabilité qu'une telle différence soit seulement liée aux fluctuations d'échantillonnage est d'environ 20 %.

4 Cf. Genèse Médiévale..., pp. 80-81.

5 P. BECK, "Noms de baptême et structures sociales à Nuits (Bourgogne) à la fin du Moyen-Age”, Bull. Phil, et Hist., 1980, pp. 253-266.

6 Par exemple : Le mari puet faire sa voulenté des biens de sa femme sans son consentement durant le mariage et non plus, M. PETITJEAN et alii, Le coutumier bourguignon glosé (fin du XIVème siècle), Paris, 1982, 351, p. 268.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Distribution chronologique des occurrences en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Tableau 2. Caractérisation sociale des occurrences en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau 3. Apparition et développement du surnom en Bourgogne (occurrences fiables)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Graphique No 1. Évolution de la désignation des femmes dans les cartulaires bourguignons. Graphique 1a : toutes occurrences
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Graphique 1b : occurrences fiables
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau 6. Sociologie des référents du surnom en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Tableau 8. Évolution du stock des noms utilisés en Bourgogne
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Titre TABLEAU I. La concentration des noms de femmes dans les cartulaires bourguignons
Légende N.B. : (*) Le nombre indiqué sur cette ligne est le nombre de noms nécessaires pour désigner la moitié de la population féminine.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 322k
Titre TABLEAU II. Les 25 noms les plus usités chez les femmes dans les cartulaires bourguignons
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16770/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 359k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search