Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Ego Ansgardis... Les femmes et leur désignation dans deux cartulaires du centre de la France

Françoise Michaud-Fréjaville

Texte intégral

  • 1 Le cartulaire de Vierzon, éd. G. Devailly, Paris, 1963. Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, éd. R. (...)

1Deux sources d'origine écclésiastique mais l'une monacale (Saint-Pierre de Vierzon) et l'autre canoniale (Cathédrale Saint-Cyr de Nevers)1, pouvaient permettre de toucher deux clientèles féminines légèrement différentes et accroître ainsi nos chances de cerner au plus près une certaine réalité de la désignation de la moitié du genre humain ; or si l'échantillon était pertinent pour les hommes laïcs, il se révèle très mince pour notre présent propos.

I. La source

2Les cent-quatre-vingt-six documents utilisés ne fournissent en effet que 124 femmes attestées dont 95 seulement avec - si l'on ose dire - un anthroponyme (alors que nous disposions précédemment de 909 individus masculins laïcs). La durée chronologique est elle aussi réduite : après 1100 les chiffres sont trop faibles pour avoir une signification vraiment pertinente (Tableau I). On notera qu'une plus grande rigueur dans le repérage des tranches par rapport au tableau déjà publié dans le premier volume (p. 101) a entraîné une légère modification dans la répartition par génération, le plus grand nombre de cas féminins se retrouvant désormais, ce qui semble normal, dans la tranche pour laquelle les documents sont nettement les plus nombreux (1050-1100). Le caractère particulier de l'acte Nevers no 83 (liste de cens et de chevages) m'a amenée à le traiter parfois à part, d’autres fois à l'inclure. En tout état de cause, cela est toujours indiqué et sur les tableaux et dans le commentaire.

La place des femmes dans nos sources

3Il est tout à fait fondamental de prendre la mesure du rôle que peuvent jouer apparemment les femmes dans l'initiative des actes conservés dans les archives ecclésiastiques. Ici, où l'analyse ne pouvait pas être aussi fine que pour les formes anthroponymiques masculines, j'ai préféré égaliser grossièrement les tranches chronologiques, mais afin de ne pas multiplier les calculs et surtout les recomptages fastidieux, le XIIe siècle est coupé en 1160, ce qui donne des périodes d'une cinquantaine d'années par tranche, le Xe siècle étant essentiellement représenté par des actes des années 970-1000. Les chiffres des hommes comme des femmes représentent, bien entendu, dans les tableaux, des formes anthroponymiques et non des individus.

  • 2 C'est le cas de l'Ansgardis du titre qui en 980-981, in ultima infirmante posita, organise la dona (...)
  • 3 Dono (..) servum nomen Aalbertum et ancillam nomen Adelentem cum infantibus suis et Dominicain cum (...)
  • 4 Dans les deux actes de donation d'Ansgardis (cf. note 2), la testatrice désigne des elemosinarii, (...)

4Le résultat montre que dans l’ensemble le rôle de la femme est plutôt mince, mais qu'il faut réfléchir néanmoins aux nuances que révèlent les nombres. En effet, il est certain que l'on perçoit une "dégradation" de la place des femmes dans les actes : au Xe siècle elles remplissent près du quart de l'ensemble des fonctions, après 1100 elles sont réduites à moins de 5 % : c'est un recul indiscutable. Encore faut-il bien noter qu’elles figurent jusqu'en 1110 très honorablement comme parties principales, aussi bien comme initiatrices2 ou participantes à l’initiative de l'acte que comme associées aux groupes concernés par lui. Enfin, je pense à certains actes de Vierzon, il arrive qu’elles soient les objets mêmes de la transaction comme affranchies ou serves offertes au monastère3. En revanche, elles sont quasi inconnues comme témoins et signataires, et si elles ont pu paraître au Xe siècle parfois indispensables à la confirmation d'une donation, ce rôle disparaît très vite4, et c’est ce qui fait baisser leur participation. Quant aux confronts on ne saurait rien en dire puisqu'ils sont quasi inexistants dans nos deux sources. De fait, les femmes continuent à avoir une action importante comme donatrices, spontanées ou incitées (cela les textes ne le laissent guère percevoir) ; cependant leur part est loin de représenter la moitié des occurrences laïques, ce qui serait leur proportion génétique. Autre question : le rôle qu'elles jouent ne risque-t-il pas de gauchir la façon dont elles seront désignées ? Pour une présence ou une simple signature (testes ou signa) on ne décline pas sa filiation, on n'énumère pas ses frères et sœurs, à l'inverse on utilise l'appellation courante voire familière sous laquelle on est, de notoriété, connu(e). En revanche, l'abandon d'une part d'alleu nécessite, comme de nos jours d'ailleurs, les références conjugales et la filiation. On peut évidement rétorquer que, dans nos textes les hommes n'ont pas obligatoirement ces référents que nous semblons normal d'exiger des femmes.

5Les types d'acte auxquels nous avons affaire privilégient les catégories sociales féminines extrêmes (tableau II) : les nobles, et les serves. Le cartulaire de Vierzon est riche en mentions de collibertae et de serves, celui de Nevers permet de connaître les comtesses Berta et Agnès, et d'assez nombreuses épouses de milites, un chapitre cathédral étant plus huppé qu'un monastère bénédictin de simple châtellenie. L’acte Nevers no 83 présente 25 paysannes collibertes et 4 libres, il est un apport numérique important mais nous verrons qu'il est décevant qualitativement.

6Le rôle des femmes dans les chartes est lisible malgré la médiocrité des chiffres. Il me semble cependant que des constantes apparaissent, et qu'on peut y lire une faiblesse permanente des femmes seules par rapport aux hommes agissant seuls, constatation qui n’a rien d'original, mais qu'il est bon de pouvoir chiffrer : même à l’époque où le groupe familial est prépondérant, l'individu masculin peut agir seul dans près du tiers des cas. D'autre part, quand un groupe familial existe, la femme en fait partie de façon très majoritaire. Plus que la faiblesse des cas où la femme est "tête de groupe", me semble important le rapport entre les groupes qui contiennent des éléments féminins et ceux qui ne seraient formés que d'hommes. A cet égard les Xe et XIe siècles connaissent une situation moins dépréciante pour la place des femmes. Le couple est une réalité au moins légale, économique et coutumière, dont cependant le poids semble diminuer au XIIe siècle, mais peut-on raisonner plus longuement sur d'aussi faibles chiffres ?

  • 5 Pour Orléans, cf. annexe.

7L'étape la plus importante de l'évolution de la place des femmes dans les actes de ces deux cartulaires semblerait tout simplement être leur disparition à mesure que l'on avance dans le temps. Je ne pense pas que cela reflète une réalité objective, mais plutôt l'extinction de nos sources de références, qui se closent rapidement. Une source qui se continuerait jusqu'au XIVe siècle ne permettrait sans doute pas une telle remarque, des sondages dans deux autres cartulaires qui s'avancent davantage dans le temps (Orléans et La reconstitution du Cartulaire A de N.-D. de Salles de Bourges) montrent une certaine stabilité du rôle féminin au-delà du XIIIe siècle5.

II. Les nomina propria

8La liste des noms féminins jointe en annexe fait ressentir avec acuité le manque de connaissance sur l'origine de certain noms (Acchela, Avelina, Danneronis...). En tout état de cause, la mode des noms "germanique" est encore visible avec les variations sur Adelaide (Adaliarda, Aalisia, Adelagidis, etc...), sur Berthe (Bertha, Berthaida, Berthalda...) ou les litanies d'Erembaldis, Ermendrudis, Ermengardis, Ermendis, et encore les Gerbergis, Gosbergis, les Richoldis, Tetbergis et autres Ydelburgis, qui représentent les deux tiers de l'onomastique, en face d’une Maria, une Judith, une Johanna en quatre générations. On remarque aussi que ne figurent pas les créations sur les noms masculins si fréquentes plus tard : ici seule une Luca est peut-être une masculinisation de Luc (prénom qui, par ailleurs, ne figue pas dans les listes masculines, ni laïques, ni cléricales), une Hilaria, une Varra (de Varro ?) n’aident pas à renforcer cette catégorie et si l'on trouve un clerc Rainaldus Rainaldina, ce (pré)nom n'apparaît nulle part donné sous cette forme féminisée.

9Les noms qui m'ont paru "nobles" comprennent les dominae, les nobilae, les femmes des châtelains, des milites et aussi les alleutières ou femmes d'alleutiers, mais la valeur de cette distinction ne me paraît pas très scientifique car dans bien des cas il n'y a qu'une occurrence de ce nom ce qui est réellement peu probant ! Le grand nombre de noms répertorié (89) par rapport au nombre d'individus (96) fait que le palmarès est impossible à établir, comptant 25 prénoms, et encore ai-je assemblé trois formes d'Adelaidis et trois d'Ildeburgis pour arriver à trouver 7 noms qui représentent plus de 2 % de l'ensemble. Pour les tranches du Xe siècle, celles qui vont de 1000 à 1050 et de 1100 à 1160.Il n'y a qu'un prénom pour chaque femme, et dans la tranche 1050-1100 on a 1,06 femmes pour un nom...

III. Système anthroponymique et désignation des femmes

  • 6 Cart. Vier., no93, 1093.
  • 7 Et encore dans ce dernier cas on peut se demander si de Castellonovo se rapporte réellement à Odoi (...)

10De façon nette, et même si notre échantillon cesse sans doute d'être utilisable après 1130, l’évolution du système féminin n’est pas en concomitance dans cette région avec celui des hommes laïcs, ni même peut-être avec celui des clercs : le nom unique demeure la seule forme qui nous est connue, à une seule exception certaine près : Agatha cognomine Garineta6, une aristocrate, dont on retrouve la même désignation dans la souscription : testes ex parte Agathe Garinete.. Pour le reste, je doute de la valeur anthroponymique des cinq femmes de l'acte Nevers no 83 : Umberga de Germiniaco, Umberga de Exartilis, Umberga de Poxonis, Gerberga de Fraxiniaco, Odoilsia de Castellonovo7 dont les surnoms semblent désigner les villages d'origine pour des raisons essentiellement pratiques.

11Pour nous résumer : quand il y a présence d'un anthroponyme, le nom unique ou accompagné d'une désignation complémentaire (I+II) représente 100 % des cas à l'exception de la tranche 1050-1100 où il s'abaisse à 89,1 % à la condition expresse de considérer que les noms de lieu des censiers soient de véritables anthroponymes, sinon nous restons à 100 % jusqu'à ce que nous trouvions notre Agatha Garineta vierzonnaise. La désignation complémentaire renvoie majoritairement au lien conjugal alors même que nous savons que plus tard, c'est le lignage paternel qui servira de marqueur pour les femmes aussi ; on peut donc douter de la valeur "onomastique" de la désignation complémentaire féminine.

12En ce qui concerne les "femmes sans nom", la comptabilité réduit l'impression que l'on pouvait avoir lors d'une lecture rapide des sources, les anonymes sont moins nombreuses que prévu : 10 % des cas et on a déjà noté que l'introduction de l’acte Nevers 83 alourdit cette proportion de façon sans doute assez artificielle à cause de la forme même du document. Pour être honnête les anonymes sont à peine plus nombreuses en proportion que les "hommes sans nom" (A et ses fils, B et son frère, C et son époux...) que nous n'avons pas évoqués dans le première partie de cette étude !

13La conclusion ne saurait être que brève : au début du XIIe siècle la mutation anthroponymique n'est pas faite pour les femmes de la région considérée. Il faut analyser des sources qui englobent les XIIIe et XIVe siècles. D'autre part, le système d'enregistrement des mutations de propriété n’aide guère à étudier la présence autonome des individus aussi bien hommes que femmes. Enfin, la leçon première de cette étude sur les femmes me semble être la nécessité d'une très grande vigilance sur l'égalité des traitements que nous devons faire subir à nos sujets d'expérience.

Graphique 1. La désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers au Xlème siècle

Graphique 1. La désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers au Xlème siècle

Annexes

Annexe : L'anthroponymie féminine dans le cartulaire de Sainte Croix d'Orléans

L'origine délibérément urbaine et étroitement canoniale de cette source, réduit la part des femmes au niveau squelettique et paraît une caricature : peu de catégorie intermédiaire entre la comtesse et la serve, entre la bienfaitrice et le bienfait. Les formes anthroponymiques sont très uniformes : à deux exceptions près, Ascelina de Castro Novo (CLXI, p. 245, 1213) et Melisande de Juis (CLI, p. 234,1208), toutes les femmes sont uniquement repérées par leur seul nom et par rapport à leur mari, vivant ou mort ou à leurs fils, dans des conditions et des proportions proches de celles qui ont été étudiées pour Nevers-Vierzon ; sept n'ont pas de nom mais seulement le repère de parenté (uxor ou conjux de X... mater... et sua filia...).

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Vierzon et Nevers

TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Vierzon et Nevers

TABLEAU II. Répartition sociale des hommes et des femmes agissant comme parties principales (première et secondaire) dans les cartulaires de Vierzon et Nevers

TABLEAU II. Répartition sociale des hommes et des femmes agissant comme parties principales (première et secondaire) dans les cartulaires de Vierzon et Nevers

TABLEAU III. Formes de la désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers

TABLEAU III. Formes de la désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers

Notes

1 Le cartulaire de Vierzon, éd. G. Devailly, Paris, 1963. Cartulaire de Saint-Cyr de Nevers, éd. R. de Lespinasse, Nevers, 1916.

2 C'est le cas de l'Ansgardis du titre qui en 980-981, in ultima infirmante posita, organise la donation de la moitié de son alleu en ménageant la jouissance viagère de son époux, Hatto et de sa fille Ada (Cart. Vierzon, no 19 et 20, pp. 128-131).

3 Dono (..) servum nomen Aalbertum et ancillam nomen Adelentem cum infantibus suis et Dominicain cum infantibus suis... (Cart. Vier., no 42, v.1037-1060).

4 Dans les deux actes de donation d'Ansgardis (cf. note 2), la testatrice désigne des elemosinarii, exécuteurs testamentaires : une femme, domina mea Adenaure, (no 20) et simplement Adeimara (no 19) et deux hommes, seuls les hommes ont apposé leur signum.

5 Pour Orléans, cf. annexe.

6 Cart. Vier., no93, 1093.

7 Et encore dans ce dernier cas on peut se demander si de Castellonovo se rapporte réellement à Odoilsia car la formulation entière est soror Odoilsia de Castellonovo, la femme taillable désignée ici étant en fait anonyme...

Table des illustrations

Titre Graphique 1. La désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers au Xlème siècle
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16767/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre TABLEAU I. Hommes et femmes laïcs : leurs rôles dans les actes des cartulaires de Vierzon et Nevers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16767/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre TABLEAU II. Répartition sociale des hommes et des femmes agissant comme parties principales (première et secondaire) dans les cartulaires de Vierzon et Nevers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16767/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k
Titre TABLEAU III. Formes de la désignation des femmes dans les cartulaires de Vierzon et Nevers
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16767/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search