Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Éléments d'anthroponymie féminine d'après le cartulaire du Ronceray d'Angers (1028-1184 environ)

Dominique Barthélemy

Texte intégral

  • 1 D. Barthélemy, Le Vendômois du Xe au XIVe siècle : institutions seigneuriales et société, Universi (...)

1Dans le premier volume des Etudes d'anthroponymie médiévale, nous avions traité des noms d'hommes dans le Vendômois. On trouvera dans notre thèse, soutenue en 1991, quelques éléments sur les noms des femmes1. Mais deux fortes raisons nous ont porté ici vers un nouveau corpus : la discipline qui consiste à éviter de se répéter d'une publication à l'autre, et l'espoir de trouver des matériaux plus intéressants dans les actes d'une abbaye de femmes. La moisson n'est certes pas pléthorique. 449 femmes citées dans 453 actes : cela ne permet pas une grande élaboration statistique ! Toutefois, la densité des informations concernant les religieuses permet un développement assez circonstancié sur les "formes anthroponymiques".

I. La source exploitée

  • 2 P. Marchegay, Archives d'Anjou, tome III, Angers, 1854.
  • 3 Actes simples ou pancartes, et sans décompter les doubles versions d'une même affaire.

2Reconstitué par P. Marchegay2, le cartulaire du Ronceray (Sainte-Marie de la Charité d'Angers, comme disent tous les actes des XIe et XIIe siècles) comporte 453 pièces3. Elles se répartissent ainsi, dans les trois demi-siècles qui séparent la fondation, accomplie par le comte et la comtesse d'Anjou (1028), de la composition du recueil primitif (1184 ou légèrement plus tard) :

  • 4 Nous avons affiné certaines datations de P. Marchegay. Il faut, d'autre part, changer de tranche c (...)

Tableau 1. Répartition chronologique des actes4

Tableau 1. Répartition chronologique des actes4

3Les femmes concernées sont, en majorité, des Angevines, mais quelques possessions de l’abbaye se trouvent au Maine ou dans le pays nantais ; là se tissent aussi quelques liens humains, de là proviennent aussi quelques nonnes.

  • 5 Par exemple : no 123 (une filia), no 103 (une uxor), no 121 (une mater et passim, dans les trois t (...)

4Comme dans les cartulaires des monastères d'hommes, les femmes ne constituent qu'une petite minorité des individus cités. Lorsqu'elles consentent à une aliénation où même lorsqu'il s'agit de leur propre entrée en religion, leur nom n'est pas toujours donné : elles ne sont que la fille, l'épouse ou la mère de tel ou tel5. Cependant, on ne mentionne pas non plus à tout coup celui des acteurs secondaires de sexe masculin.

  • 6 Il serait d'une extrême naïveté de déduire, de ces agencements formels (associations, consentement (...)
  • 7 Dans un article rapide, mais assez judicieux ("Les moniales dans la France de l'ouest aux XIe et X (...)

5Une bonne part des présences féminines dans les actes du Ronceray d'Angers rappelle exactement celles relevées dans les "cartulaires d'hommes" : autant d'épouses consentant aux actes juridiques de leurs maris ou associées à eux6, de serves données par leurs maîtres, de femmes figurant comme chefs de familles parmi des censitaires7. A cela s'ajoutent, tout de même, trois circonstances typiques :

  • Il y a une plus forte proportion de donatrices qu'ailleurs, car les "biens féminins", appartenant au patrimoine propre des dames nobles, aboutissent souvent dans les mains des "dames" entrées en religion.
  • Précisément, celles qui se font tardivement nonnes (les veuves, les "matrones" âgées) accomplissent d'ordinaire elles-mêmes le don d'admission8.
  • Absentes des listes de témoins du XIe siècle, les religieuses sont, au contraire, parties prenantes à la justice ecclésiastique renforcée par les évêques de la génération grégorienne. Les notices rédigées, dès lors, les désignent nommément comme présentes aux accords et aux rituels. Le bénéfice en femmes repérées n'est pas considérable, étant donné que les mêmes reparaissent tout le temps ! En revanche, il devient possible d'observer les diverses dénominations ou désignations9 des nonnes les plus actives et les plus notables.

6Les 449 femmes citées se répartissent assez bien dans nos trois tranches chronologiques :

Tableau 2. Nombre de femmes nommées

1028-1080

1081-1130

1131-1184

TOTAL

154

188

107

449

  • 10 Au Vendômois, entre 1050 et 1150, nous avons pu relever neuf cas de binomie féminine : Le Vendômoi (...)

7Une marge d'incertitude demeure. En effet, s’il est à peu près possible de repérer la même religieuse sous plusieurs désignations (nom seul ou accompagné de la fonction dans l'abbaye, du surnom, d’un lieu d'origine ou d'attache), il demeure très aléatoire de distinguer entre les laïques homonymes ou, en sens inverse, de réunir les diverses graphies et transcriptions d'un même nom (Erseindis et Hersendis, Aldeiardis et Audeardis, Hodeart et Hildegardis, etc...) et de repérer d'éventuelles binomies10. Nous manierons donc la statistique avec beaucoup de prudence, sans craindre de limiter certains développements à de simples études de cas.

II. Étude des noms simples

  • 11 Sont identifiés, par exemple, comme des nomina (propria) : Aia, Adenora, Altrudis, Aldeiardis, Eus (...)
  • 12 Dans Erec de Chrétien de Troyes (vers 1160), on n'apprend le nom de la fille du vavasseur qu’au mo (...)
  • 13 Vers 1028, voici une fille du comte Foulque Nerra, "elegantissima virgine cognomine Plancha" (no 1 (...)
  • 14 Cf. en 1132, "Johanna et filia eius cognomento Marcisca" (N° 416 : elle réparait plus loin sous ce (...)
  • 15 C'est d'ailleurs un processus classique de l'enrichissement du stock des noms : cf. P. Lebel, Les (...)
  • 16 Dans le cartulaire du Ronceray, Christiana peut être assurément un nomen, puisque suivi d'un cogno (...)

8Parlons de "noms simples", puisque l'on peut avoir affaire, soit au nomen proprium (immense majorité des cas11,) soit au cognomen. En donnant une fille au monastère, on se doit en effet de mentionner son "droit nom", comme lorsqu'on la donne en mariage à un homme12. En d'autres circonstances, deux noms simples sont, au contraire, rangés dans la catégorie des cognomina : Blancha, avec une formule qui brode ou interprète13, et Marcisca14. Comment ne pas en rapprocher les cas de Bona Domina, d'Orgollosa et quelques autres ? Tout comme en anthroponymie masculine, certains cognomina deviennent progressivement des nomina15, ou sont tour à tour l'un et l'autre (Christiana)16. La liste présentée en fin du volume, in extenso, mêle donc à des nomina propria quelques cognomina..

  • 17 Le classement n'est pas toujours aisé à établir (cf. le détail dans l'annexe). Nous utilisons M. T (...)

9On y a regroupé les différentes graphies et transcriptions d'un même nom, en tâchant seulement de ne pas mêler aux formes "originelles" trop de dérivés et d'hypocoristiques. En fin de période (tranche III) sont transcrites des formes plus proches du parler : Hodeart, Luart, Audois... De tels regroupements ne sont pas sans péril. Seul le groupe le plus important et le plus net, c'est-à-dire, le stock des noms "germaniques"17, vaut un dénombrement.

Tableau 3. Les noms “germaniques"

1028-1080

1081-1130

1131-1184

Porteuses de noms “germaniques”

116

109

59

 % des femmes

75 %

58 %

55 %

Noms “germaniques”

55

46

26

 % des noms

68 %

49 %

48 %

  • 18 Le Vendômois... p. 1423.

10Le découpage en périodes d'un demi-siècle met en évidence un seuil vers 1080. Entre les tranches I et II, la liste des "noms simples" montre la disparition de beaucoup de noms "germaniques", rares, tandis que ce sont plutôt les noms "germaniques" très portés (Adelaidis, Richildis) qui assurent le maintien durable de cette catégorie aux abords de la moitié des "porteuses" et des noms. Notre échantillon ne permet pas une mesure de la condensation et de concentration des anthroponymes, que les remarques précédentes, pour impressionnistes qu'elles soient, sous-entendent pourtant. Dans le Vendômois voisin, un nouveau déclin du répertoire germanique se produit à la fin du XIIe siècle18 ; on serait donc en 1184 à la veille d'un nouveau palier.

11Ce partage du patrimoine onomastique en trois stocks semble pourtant bien arbitraire. A-t-il un sens pour l'histoire sociale ? Les hommes et les femmes du XIe siècle avaient-ils conscience que les comtesse Agnès et Grécie portaient, respectivement, un nom chrétien et un nom antique, tandis qu'Ermengarde ou Emma assumaient leur "germanité" ?

12Examinons pourtant le palmarès des noms portés par plus de 3 % des femmes :

Tableau 4. Noms les plus portés

1028-1080

1081-1130

1131-1184

1. Hildegards (8) 5 %

1 Adelaidis (9) 5 %

1. Petronilla (6) 5,5 %

2. Adelaidis (7) 4,5 %

2. Elisabeth/Isabel (7) 3,5 %
Amelina (7)
Hildeburgis (7)

2. Richilds (5) 4,5 %

3. Agnes (5) 3 %
Hersends (5)
Richilds (S)

5. Agnes (6) 3 %
Richilds (6)

3. Emms(4) 3,5 %
Eremburgis (4)
Hersends (4)
Legards (4)
Milesends (4)

N.B. : ces noms sont portés par au moins 3 % des femmes

  • 19 Même remarque pour le palmarès des noms d'hommes du Vendômois : cf. les premières Etudes d'anthrop (...)
  • 20 II y a une grande majorité de noms de martyre, parmi les noms chrétiens antiques ou romans de femm (...)
  • 21 Ici, Jaquelina est présent dès avant 1080, mais très isolé.

13La dégermanisation de ce palmarès n'est pas foudroyante !19. Seul "non-germanique" avant 1080, Agnes est rejoint en 1081-1130 par Elisabeth/Isabel, avant de s’effondrer en 1130-1184 ; mais à ce moment, Petronilla brille d'un vif éclat ! Ce nom est d’un intéressant syncrétisme entre les noms chrétiens antiques d'ancienne manière (noms de martyres20) et une nouvelle génération de noms chrétiens antiques (noms apostoliques mis au féminin21, tel Johanna, qui est présent ici avant 1184 mais pas au niveau de 3 %).

14Rappelons qu'au XIIe siècle, les grands noms "germaniques" ne peuvent être opposés aux noms "chrétiens" : on ne compte plus les Adelaidis ou les Emma en odeur de sainteté ! Dès lors le grand indice d'influence cléricale sur l’anthroponymie ne serait-il pas la percée des apôtres parmi les hommes, et de leurs parèdres parmi les femmes, constatée ailleurs vers 1200 ?

  • 22 Sur les 451 femmes nommées, seulement 41 (moins de 10 %) n’appartiennent assurément pas à l'aristo (...)
  • 23 C’est le cas d'une Placentia (no 387 et 426, vers 1125 et 1128) et d’une Orgollosa/Superba (no 56 (...)

15En attendant, il y a entre 1050 et 1150 un petit "frémissement de surface" qui ne manque pas d'intérêt : c'est l'usage de ces surnoms romans que l'on prend un peu pour des noms. Osanna est le plus chrétien, qui évoque "Pâques fleuries" ! Placentia et Mabilia (dérivé d'amabilis) décrivent en bonne part le comportement des jeunes filles bien nées ; mais ces dernières s'exposent aussi à ce qu'on les dise Orgollosa... A part Osanna, ces noms ne semblent pas passer dans la "roture" (tenancières payant des cens, serves)22. En revanche, ils entrent au monastère avec celles qui, dans le siècle, les méritèrent plus ou moins23

III. Étude des formes anthroponymiques composées

  • 24 Ainsi, au Vendômois, aucun nom double ou composé de femmes n'apparaît-il avant le milieu du XIIè s (...)
  • 25 Aalais Vulpecula ; tenancière (no 93,1047-1081) ; Adelaït Teotisca ou Teutonica, dernière épouse d (...)
  • 26 Nombre approximatif, car il y a une marge d'erreur dans l'élimination des doubles ou triples compt (...)

16Les femmes laïques sont constamment désignées comme épouses, mères, filles, sœurs d’un tel... Cela fait écran à la connaissance des surnoms et désignations complémentaires24 qui, ici, n’apparaissent que six fois, pour 303 personnes25. Heureusement, la présence de 146 nonnes ?26 nous vaut, à elle seule, 60 formes anthroponymiques composées (en n’y comprenant pas la mention des dignités claustrales : abbatissa, celleraria, decana, etc...). Cette anthroponymie composée est presque totalement absente avant 1080 (tranche I), alors qu’elle concerne, respectivement, 40 et 44 % des religieuses dans les deux demi-siècles qui suivent. Entendez que les surnoms et désignations de 60 nonnes nous sont donnés au moins une fois chacun, mais qu’elles peuvent aussi être appelées par leur nom simple ou distinguées par leur dignité claustrale.

  • 27 No 15 (26 nonnes) et 16 (33 nonnes).

17Les deux procès-verbaux (carte) d’élections d’abbesses rédigés en 1028 et 107327 citent l’ensemble des religieuses, en principe. Or toutes ont là des noms simples, bien qu’il se trouve plusieurs homonymies au sien de la communauté du Ronceray. De même, les quelques autres religieuses citées incidemment dans notre "tranche I".

  • 28 Ce sont les religieuses elles-mêmes qui ont rédigé certaines des notices ; cf. l'indication donnée (...)
  • 29 Cf. J. Verdon, cité supra note 7 ; cf. aussi M. Tarisse, Les nonnes au Moyen Age,, Le Puy, s.d., p (...)

18A partir de la décennie 1090 au contraire, comme on l'a vu, l'effet grégorien multiplie les mentions de nonnes dans les notices28. On a des désignations certainement utilisées à la fois dans la vie publique et au cloître, la clôture n'étant de toute façon pas rigoureuse29.

  • 30 Ce serait donc les nonnes issues de familles de seigneurs châtelains qui porteraient le plus souve (...)
  • 31 No 60 (vers 1110) : "Ama comitissa tholosana" dite ailleurs Emma. Elle est veuve de Guilhem IV, de (...)

19Les trois quarts de ces désignations (45 sur 60) utilisent un toponyme : Milesendis de Salmuro, Emma de Lavalle, etc... Il s'agit souvent du château30 possédé par le lignage d'origine de la virgo ou par le mari, mort ou retiré de son côté, de la mater ; la liste en représente presque une énumération de baronnies, avec Briollay, Châteaubriant, Château-Gontier, Chemillé, Cholet, Craon, Domfront, Laval, Sablé, sans parler de Toulouse, dont une comtesse veuve apparaît ici31. Mais il y a un autre type de toponymes utilisés : les noms des obédiences du Ronceray dans lesquelles les religieuses occupent ou ont occupé le poste de prieure : Brissac, Morannes, Le Plessis-aux-Nonnains, Savonnières, Sainte-Croix.

  • 32 Redisons-le, les appellations toponymiques ne sont pas constamment assimilées à des cognomina. Le (...)
  • 33 Le no 413 (vers 1095) montre que "Bernardus qui et Subrannus vocatur" a donné une fille au Roncera (...)

20Le pur "surnom" est donc minoritaire32. Il peut être soit personnel (Eremburgis Grossa, Guiburgis Parva), soit hérité du père charnel (Eremburgis Subra ou Subera est la fille de Bernardus Subrannus33).

21C'est tout ce que l'on peut dire de l'anthroponymie à deux éléments. L'évolution des sources en fait sans doute paraître le progrès un peu plus brutal, vers 1090-1100, que dans la réalité ; mais la référence à l'anthroponymie masculine donne à croire qu'il s'est bien passé là quelque chose !

  • 34 Il y a ainsi : une Adenor, fille de Judicaël et d'Adenor (no 428 et 431, vers 1050) et sa nièce Ad (...)

22Comme chez les hommes, enfin, il y a quelques transmissions de noms féminins dans les lignages : trois des religieuses ont été précédées au Ronceray d'Angers par une tante homonyme34. A vrai dire, la relation népotique n'est pas seule en cause ; des lignages entiers ont, séculairement, leurs "entrées" dans cette abbaye.

23La grande question est de savoir si l'anthroponymie éclaire la condition féminine. Dès lors qu'on a compris que la discrétion des actes concernant les femmes ne tient qu’a un partage des rôles, à une division inéluctable du travail social entre elle et les hommes, on voit bien qu'il n'y a pas de muraille de Chine, en anthroponymie, entre les deux sexes !

24En effet, ici, une concentration des noms est probable, et va de pair avec une christianisation graduelle ; d'autre part, les surnoms et les désignations complémentaires se multiplient après 1090-1100. En ce domaine, comme en d'autres, ne convient-il pas d'insister sur ce qui a rapproché les hommes et les femmes du Moyen Age central, dans le cadre d'une "histoire générale", c'est-à-dire de la seule histoire véritable ?

Notes

1 D. Barthélemy, Le Vendômois du Xe au XIVe siècle : institutions seigneuriales et société, Université de Paris I, juin 1991, pp. 1422-7 (Les noms chrétiens des femmes), 1444-6 (Conjectures sur l'anthroponymie féminine, à propos de la concentration du stock des noms), et 1476-82 (Le surnom chez les femmes). Pour les XIe et XIIe siècles, L'échantillon" se monte à 457 femmes.
On trouvera, en outre, quelques données sur l'anthroponymie de la catégorie particulière des famuli d'Eglise (pp. 1435-9) et sur les Noms et surnoms (d'hommes) évocateurs du baptême (pp. 1473-6). A l'heure où nous rédigeons cette contribution-ci, nous ne sommes pas certain de pouvoir maintenir le chapitre sur l'anthroponymie, dans l'édition de cette thèse.

2 P. Marchegay, Archives d'Anjou, tome III, Angers, 1854.

3 Actes simples ou pancartes, et sans décompter les doubles versions d'une même affaire.

4 Nous avons affiné certaines datations de P. Marchegay. Il faut, d'autre part, changer de tranche chronologique : le no 296 (1110-20, au lieu de "vers 1160"), le no 306 (rédigé vers 1145, et non "vers 1120"), le no 349 (avant 1080, de préférence à”1095-1100"), le no 398 (au delà de 1150, soit bien plus tard que "vers 1105"), les no 431 et 432 (après 1080, plutôt que "vers 1050 et 1063”).

5 Par exemple : no 123 (une filia), no 103 (une uxor), no 121 (une mater et passim, dans les trois tranches chronologiques.

6 Il serait d'une extrême naïveté de déduire, de ces agencements formels (associations, consentement), une information sur la condition féminine ou même sur la nature exacte des rapports patrimoniaux entre époux. Dans ce sens, A. Lemaire, "Les origines de la communauté de biens entre époux dans le droit coutumier français", dans RHDFE 4è série 7, 1928, pp. 584-643 (p. 619, note 1).

7 Dans un article rapide, mais assez judicieux ("Les moniales dans la France de l'ouest aux XIe et XIIe siècles. Etude d'histoire sociale", dans Cahiers de Civilisation Médiévale 19, 1976, pp. 247-264), J. Verdon estime qu'au Ronceray, les veuves et les épouses séparées de leur mari forment 30 % de l'effectif.

8 La virgo, au contraire, entre au prix du don consenti par un parent masculin, présenté dans les mêmes termes que le don de mariage ; sur ce dernier, cf. D. Barthélemy, "Note sur le maritagium dans le grand Anjou des XIè et XIIè siècles", dans Femmes. Mariages. Lignages. Mél. offerts à G. Duby, Bruxelles, 1992 (Bibliothèque du Moyen Age. 1), pp. 9-24.

9 Sur cette distinction entre désignation et dénomination, cf. notre contribution au tome I de ces Etudes d'anthroponymie médiévale, p. 37.

10 Au Vendômois, entre 1050 et 1150, nous avons pu relever neuf cas de binomie féminine : Le Vendômois... cité supra, note 1, pp. 1477-8.

11 Sont identifiés, par exemple, comme des nomina (propria) : Aia, Adenora, Altrudis, Aldeiardis, Eusebia, Leburgis, Maentia...

12 Dans Erec de Chrétien de Troyes (vers 1160), on n'apprend le nom de la fille du vavasseur qu’au moment même de son mariage :
"Quant Erec sa fame reçut
Par son droit non nomer l'estut
Qu'autrement n'est fame esposée
Se par son droit non n'est nomée.
Ancor ne savoit nus son non ;
Lors premierement le sot l'on ;
Enide ot non an baptestire" (V. 2025-31, éd. W. Foerster, Christian von Troyes,
Sämtliche Werke. III, Halle, 1890, p. 75).
Le nom des chevaliers n'est pas non plus immédiatement révélé, en mainte œuvre arthurienne ; il y a en particulier, dans le Lancelot en prose (vers 1225), toute une quête du nom. Mais la littérature reflète-t-elle les habitudes sociales ?

13 Vers 1028, voici une fille du comte Foulque Nerra, "elegantissima virgine cognomine Plancha" (no 125 : elle a échappé à un enlèvement).

14 Cf. en 1132, "Johanna et filia eius cognomento Marcisca" (N° 416 : elle réparait plus loin sous ce nom simple, sans qu'on précise qu'il s’agit d'un cognomen).

15 C'est d'ailleurs un processus classique de l'enrichissement du stock des noms : cf. P. Lebel, Les noms de personnes en France (1946), 6ème éd,. Paris, 1968.

16 Dans le cartulaire du Ronceray, Christiana peut être assurément un nomen, puisque suivi d'un cognomen dans le cas de Christiana Vesosia (No 380, vers 1110). Mais Lambert d'Ardres atteste bien, rétrospectivement (1194-1203, à propos du second XIè siècle) qu'une Adelam propria appelatione vocatam fut "suppressa appellatione propria, certiore vocabulo Christianam nuncupatam" (MGH Scriptores 24, pp. 573-4, commenté dans Le Vendômois... cité supra note 1, p. 1479). Ce nom semble bien se lier à ceux qui évoquent le baptême précoce ou tardif.

17 Le classement n'est pas toujours aisé à établir (cf. le détail dans l'annexe). Nous utilisons M. Th. Morlet, Les noms de personne sur le territoire de l'ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle, tome I, Les noms issus du germanique continental et les créations gallo-germaniques, Paris, 1968 (G) et II, Les noms latins ou transmis par le latin, Paris, 1972 (A et R, que nous répartissons nous-même en fonction de l'ancienneté, "romans" étant les non-attestés dans l'Antiquité). Simplement, quelques cognomina issus de la langue romane parlée mais formés sur des racines germaniques (donc cités au tome I) sont ici classés R. En outre, se posent les problèmes : des hybrides germano-latins (Gentisma : hypocorisrique de Garni-confondu avec un dérivé de Gentia), des controverses (Hodierna est germanique selon M. Th. Morlet, auguratif roman à racine latine hodie selon P. Lebel). Manifestement, la latinisation et la christianisation relatives du XIIe siècle provoquent une stabilisation de la forme même des noms : le concept de nomen a-t-il la même valeur, en lui-même, avant et après la "révolution anthroponymique" des abords de 1100 ?

18 Le Vendômois... p. 1423.

19 Même remarque pour le palmarès des noms d'hommes du Vendômois : cf. les premières Etudes d'anthroponymie médiévale (Genèse...), p. 49.

20 II y a une grande majorité de noms de martyre, parmi les noms chrétiens antiques ou romans de femmes du Vendômois, avant 1150 : outre Agnes, ce sont Agatha, Beatrix, Cecilia, Domitilla, Eusebia, Lucia, Théodora. Même remarque dans le cartulaire du Ronceray : cf. la liste infra.

21 Ici, Jaquelina est présent dès avant 1080, mais très isolé.

22 Sur les 451 femmes nommées, seulement 41 (moins de 10 %) n’appartiennent assurément pas à l'aristocratie. Ce sont 22 serves et collibertes en tout début de période (19 noms "germaniques”), et 15 boulangères et censitaires vers 1145 ou 1150 (12 noms "germaniques").

23 C’est le cas d'une Placentia (no 387 et 426, vers 1125 et 1128) et d’une Orgollosa/Superba (no 56 et 416, 1133 et 1132). Il n'est évidemment pas exclu que l'une et l'autre paraissent dans d'autres actes sous un autre nom.

24 Ainsi, au Vendômois, aucun nom double ou composé de femmes n'apparaît-il avant le milieu du XIIè siècle : D. Barthélemy, Le Vendômois.... p. 1476.

25 Aalais Vulpecula ; tenancière (no 93,1047-1081) ; Adelaït Teotisca ou Teutonica, dernière épouse du comte Geoffroi Martel (No 8 et 64, vers 1060) ; Ascelina Bersilla (no 351, vers 1115) ; Christiana Vesosia, femme de Pineau d'Etrogné (No 380, vers 1110) ; Petronilla de Brinel (no 99, premier tiers du XIIè siècle) ;Richendis Ruamachua (no 61, vers 1145). Ceci, en ne comptant pas quelques comtesses et une reine (Bertrade, no 182, vers 1108).

26 Nombre approximatif, car il y a une marge d'erreur dans l'élimination des doubles ou triples comptes.

27 No 15 (26 nonnes) et 16 (33 nonnes).

28 Ce sont les religieuses elles-mêmes qui ont rédigé certaines des notices ; cf. l'indication donnée au no 364 (avant 1095) : "Adelais scriba hujus scriptï".

29 Cf. J. Verdon, cité supra note 7 ; cf. aussi M. Tarisse, Les nonnes au Moyen Age,, Le Puy, s.d., p. 231.

30 Ce serait donc les nonnes issues de familles de seigneurs châtelains qui porteraient le plus souvent des "noms de lieux" : phénomène tout à fait lié à ce qui se passe chez les hommes. Une des porteuses de ce type de "noms" est cependant d'un niveau plus modeste : Theophania de Docto Salvagio (no 287, vers 1130) ou de Doc Salvage (No 308), fille de Gauterius de Ductili Sihestri (no 276, vers 1115), qui est un vassal du seigneur de Château-Gontier.

31 No 60 (vers 1110) : "Ama comitissa tholosana" dite ailleurs Emma. Elle est veuve de Guilhem IV, depuis 1094. Les comtesses de Toulouse ont été magistralement étudiées par H. Débax, "Stratégies matrimoniales des comtes de Toulouse (850-1270)", dans Annales du Midi 100, 1988, pp. 131-151, et (appendice) "Les comtesses de Toulouse : notices biographiques", ib. pp. 215-234 ; H. Débax ignore pourtant (p. 223) ce qu’est devenue la comtesse Emma après son veuvage : voici retrouvée sa piste !

32 Redisons-le, les appellations toponymiques ne sont pas constamment assimilées à des cognomina. Le mot n'est appliqué ici qu'à d'autres types de dénomination : cf. supra, notes 13 et 14, et également le no 319 (vers 1143), "Richildis cognomento Morhibreta". Même application limitée du mot de cognomen, s'agissant des hommes (no 58,106, 273, 312, 313, 332,426, un seul élargissement avec "Teduinum, Cenomannensem cognominatum", au no 395, et encore le "de" y manque t-il).

33 Le no 413 (vers 1095) montre que "Bernardus qui et Subrannus vocatur" a donné une fille au Ronceray ; on voit dès lors paraître cette Eremburgis Subera (vers 1105, n’133, et jusque vers 1160, no 359).

34 Il y a ainsi : une Adenor, fille de Judicaël et d'Adenor (no 428 et 431, vers 1050) et sa nièce Adenor (no 432) ; une Altrudis (No 208, vers 1115), et sa nièce Autru (no 211,1167) ; l'abbesse Emma de Laval (No 1110, 1164 et passim) et sa nièce Emma (no 30, "neptis abbatisse" ; no 292,1183, "Emma Juvenis"). A signaler aussi, l'abbesse Theophania et sa sœur charnelle homonyme, religieuse comme elle (no 28, vers 1130-40) ainsi que des homonymies entre mère et fille.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search