Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Formes anthroponymiques féminines à Blois d'après une liste d'habitants de 1334

J.-P. Sauvage

Texte intégral

  • 1 Le document provient de l’ancienne Chambre des Comptes de Blois, créée au château par les comtes de (...)

1Vers 1330, un procès éclata entre le comte de Blois et la communauté des habitants de la ville à propos de la réglementation du droit de prise de vivres. Les habitants soutenaient que le comte ne possédait pas ce droit féodal, un procès devant le Parlement de Paris, le 2 juillet 1334 se termina par un arrêt de la cour maintenant les prétentions comtales. Les habitants refusèrent malgré tout de se soumettre. Après l’intervention du roi Philippe VI, ils furent de nouveau assignés à plaider leur cause devant le Parlement qui tenait une session des "grands jours", à Orléans, à la requête du comte de Blois et par ordre du bailli royal d’Orléans ; chacun des chefs de famille de la communauté fut donc avisé oralement de cette convocation. Cet acte d’assignation individuelle est contenu dans une charte du Fonds Joursanvault de la Bibliothèque municipale de Blois1.

I. Un texte exceptionnel

  • 2 Bibliothèque de Blois, Fonds Joursanvault, pièce no 41 bis, (17 décembre 1334).

2Une liste nominative fut méticuleusement établie par le représentant du bailli d’Orléans, à partir du 18 octobre 1334, le texte définitif étant daté lui-même du 12 novembre. Une seconde pièce2 explique que l’assignation n'ayant pu être faite à trois habitants lors du premier avis, leur nom fut enregistré après-coup. Une partie de l'intérêt du texte réside dans le soin avec lequel le rédacteur remplit sa tâche. En effet, il écrit lui-même :

3"ge ay esté à Blois et ay ajourné... les mananz et habitanz de la ville et suburbe de Blois de huis en huis et singulièrement si comme il s'ensuit c'est assavoir Johan Courtier l'aizné, Johanne fame feu Berthelot le Texier, Guillaume de Chaumont.... etc"

4Trois fois dans le corps du texte, le rédacteur s’est cru obligé de répéter :

5"en leur personne et à leur hostel et propre domicile ou il demeurent et propres domicilies et à la personne de la fame d’un chescun d'eulx..."

6Il semble, d'après l’ordre de personnes avisées par la convocation, que l'on puisse tenter de comprendre comment la liste a été dressée, quoique le parcours du rédacteur ne soit ni logique ni systématique :

  • mercredi 18 octobre, du pied du château vers le quartier de Bourgmoyen et la Grant rue, les rues de la Juiverie et de la pierre de Blois, le pont d'Arrou, les maisons sur le pont, puis le faubourg de Vienne avec la rue de la Chaîne, enfin le rédacteur est revenu sur la rive gauche dans le faubourg du Foix, il est monté au château où sont mentionnés les chanoines de la collégiale Saint-Sauveur.

  • jeudi 19 octobre : départ au pied du château vers le quartier des Frères-Prêcheurs, la rue Pavée, retour vers le centre de la ville autour du Change des "Thires" (où l'on vendait du pain) et par les faubourgs du Foix et des Granges.

  • vendredi 20 octobre : il commence par le faubourg de Vienne (où se trouve mentionné le curé), la porte du pont, le quartier de l'église Saint-Solenne, descente vers la Grant-rue, le Quartier, la rue des serruriers, enfin il est remonté au château par la collégiale Saint-Sauveur (où 8 autres chanoines sont signalés)

  • samedi 21 octobre : il termine son parcours par le quartier du Foix, passe la porte Saint-Lubin pour terminer son travail dans le centre de la ville.

  • 17 décembre : un tour supplémentaire est effectué pour 3 habitants qui n'avaient pu être prévenus.

7L'essentiel du texte consiste donc en une liste de 1196 personnes soit 941 dénominations (certains des noms sont effacés, incomplets ou illisibles).

8Les 233 dénominations féminines représentent dans cette liste 24,8 % des dénominations, c'est-à-dire un pourcentage supérieur à la moyenne des listes fiscales contemporaines :

Tableau 1. La documentation fiscale à Blois (1330-1340)

Type de liste

Date

Proportion de femmes

Liste des taillables du bourg des Montils

1330

7,1 %

Festages de la ville de Blois (Banlieue)

1331

14,6 %

Festages de la ville de Blois (Banlieue)

1333

14,6 %

Liste des cens de la Foulerie à Blois

1335

12,7 %

Cens de la ville de Blois

1340

8,3 %

9Le rédacteur de la liste semble bien avoir enregistré, de façon assez fidèle, toutes les appellations que les personnes elles-mêmes lui avaient indiquées, puisque celui qui a assigné les habitants n'était pas blésois, ce qu'il explique dès le début du texte :

10"Charlon sergent dou Roy notre sire en la prévosté d'Orliens, honneur ey révérance ou tout obéissance. Chiers sires savoir vous (fais) que, gré receu les lettres de honorable homme et saige Johan Prévost, vostre lieutenant, contenant mot à mot la fourme qui s'ensuit : Johan Prévost lieutenant de honorable home et saige Oudard le Cop baillif d'Orliens à Berthaut Challón (sic) sergent d'Orliens ou au premier autre sergent d’iceluy lieu, à qui ces lettres vendront, salut

  • 3 Histoire de Blois et de sa région, Privat, 1988.

11Le fait que le rédacteur soit étranger à la ville (c'est donc le sergent du roi en la prévôté d'Orléans) renforce l'intérêt de ces dénominations. Cette liste de 1196 personnes, comparée au chiffre de 1350 feux que pouvait contenir la ville vers cette époque3, nous permet d'avoir un aperçu valable des formes anthroponymiques féminines, de les comparer avec les dénominations contenues dans d'autres documents blésois contemporains comme les listes de festage, de censiers :

Tableau 2. Types de renseignements de la documentation fiscale à Blois au milieu du XIVe siècle

Objet de la liste

Conditions de paiement

Dates

Perception du testage

Tout propriétaire de maison paye 5 sols par Igement ou pressoir habité, chaque année à 1'intérieur du corps ou de la banlieue de la ville. Les pauvres ne payent rien donc n’apparaissent pas, les abbayes non plus.

1333, 1337

Perception des cens comtaux

Les étaux du marché, du change, de la cordonnerie, de la foulerie, certains secteurs de la ville payent annuellement un cens : Bourgneuf, fossés d’Arrou, sur le pont, etc... Ce sont en général les chefs de feu qui exercent le métier et qui payent le cens.

1335, 1338
1340, 1358

12Cette comparaison ne permet de retrouver que 36 de ces femmes sur les 158 noms féminins que contient la liste de 1334 : sans doute parce qu'un bon nombre d'entre elles ont donné leur nom en place de leur mari absent. Dans les autres listes, c'est le mari qui est cité.

II. Qui sont ces femmes ?

  • 4 SOYER (J.), La communauté des habitants de Blois, Paris, 1894.

13Les personnes recensées dans la liste ne représentent pas l'ensemble des habitants de la ville mais seulement les chefs de feu de la communauté des habitants de la ville, définis depuis la grande charte de libertés de 1196 ; autrement dit, les artisans, commerçants, bourgeois, à l'exclusion des nobles, des clercs séculiers ou réguliers (même si cette exclusion semble bien oubliée, puisque des curés de paroisse et des réguliers se trouvent inscrits sur la liste)4.

14Ces femmes mentionnées dans la liste appartiennent à des milieux sociaux variés, à l'exception pourtant des femmes les plus humbles qui ne sont certainement pas prises en considération par la communauté des habitants. L'immense majorité est constituée de femmes mariées (on le sait par comparaison avec des textes contemporains) qui représentent leur mari absent ou occupé ailleurs ; seulement 16,6 % des femmes sont des veuves, clairement définies par leur dénomination. Il est impossible de répérer les femmes non mariées et non veuves et qui sont aussi chefs de feu à part entière (leur nombre doit être infime).

15Cette répartition des dénominations féminines montre que :

  • la plupart des femmes portent un surnom après leur nom (type III ; environ 2/3 des cas) ;

  • le surnom est celui de leur mari ;

  • dans la population de Blois, les surnoms de lieu étant minoritaires, semble-t-il, les surnoms des maris (métier, sobriquet) supportent d'être mis au féminin : c'est donc, en règle générale, le surnom de leur mari, mis au féminin, que portent les femmes mariées ;

  • le nom de la femme suivi, au lieu d'un surnom, d’une désignation complémentaire, reste important (type II ; près d'un cas sur trois) et parmi ces désignations le lien conjugal est l'essentiel ;

  • il est courant que le nom soit lié au surnom ou à la désignation complémentaire par un article (60 % des cas) ;

  • les veuves semblent souvent abandonner le surnom de leur mari et se désigner par leur nom suivi de la désignation complète, nom et surnom, de leur défunt mari.

Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes (Blois 1334)

Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes (Blois 1334)

A - Incertitudes

16Malgré tout, il existe toute une zone d’incertitudes concernant certains surnoms : surnom personnel de la femme ainsi dénommée, décrivant l'une de ses particularités ou surnom de son mari mis au féminin ? Est-il déjà un patronyme ? hérité du père ou agréé par mariage et désignant la famille du mari ?

17En effet :

    • 5 Marion l'espicière dite la Tarasche, dénommée ainsi en 1334 et 1360, apparaît déjà dans le "compte (...)

    Marion l'Espicière est bien épicière, car un compte mentionne ses ventes d'épices en 13195.

  • Gilète la Changeriesse est la femme d'un changeur plutôt qu'elle n'exerce elle-même ce métier.

  • Gilète la Boichière n'est certainement pas bouchère elle-même. C'est plutôt le féminin du surnom du mari (dans la même liste sont mentionnées sept autres personnes portant le surnom de Boichier dont l'un est grainetier du comte).

  • Macie la Petitebonne ne porte pas un surnom à caractère personnel, mais appartient à l'une des plus notables familles de la ville : les Petitbon.

  • Johane la Bigote est très probablement la femme de Bigot ou Le Bigot (un Etienne Le Bigot vit à Blois en 1345).

  • Par contre, Johanne la Bavarde porte sans doute un surnom personnel, et non pas celui du père et du mari (même si on rencontre en 1333, à Blois, d'autres occurrences de ce surnom).

18Pour les femmes ayant un surnom de métier, quand l'activité exercée semble plutôt masculine, et quand ce surnom est déjà porté par d'autres personnes comme surnom patronymique stable, sans lien avec l'activité effectivement pratiquée, on peut considérer que ces dénominations appartiennent à la catégorie IIIA, c'est à dire" nom + surnom du mari, mis au féminin". Il subsiste 6 cas pour lesquels le surnom de la femme n'a pas été retrouvé dans la population masculine.

19Le même problème se pose pour les surnoms basés sur un nom de lieu. Est-ce l'origine de la famille du mari ? Est-ce l’origine réelle de la femme ? Le seul élément de réponse existe quand une famille représentant ce type de nom de lieu a été repérée à Blois, au XIVe siècle, ce qui semble prouver la référence au surnom du mari : on a admis dans ce cas que le surnom était celui du mari. Demeurent 6 cas incertains.

20Restent environ 15 occurrences de sobriquets d'origine indéterminée comme Aliz la Petite (son mari s'appelle-t-il Petit ?), la petite pase dite prudome, Pasquière la Boutonnée, Johanne Escuelle, etc....

21Soit au total 37 occurrences incertaines sur 233 (environ 15 %).

B - Dénominations féminines et surnoms masculins

2263 des dénominations féminines de la liste de 1334 correspondent à des surnoms masculins, attestés à Blois entre 1319 et 1404. Exemples :

Tableau 3. Dénomination des femmes à partir des surnoms de leur mari

Tableau 3. Dénomination des femmes à partir des surnoms de leur mari

23En fait, le système anthroponymique féminin correspond dans une majorité de cas à la féminisation de ces surnoms masculins précédés de l'article "la", comme on peut le prouver pour certaines femmes :

  • Belon la Chidonne est la femme de Johan Chidon le Vieil (mort avant 1333),

  • Gilète la Gibome est dite, en 1333, veuve de Hubert Gibome (mort avant 1333),

  • Gilète la Mesureresse est dite veuve de feu Gilet Mesureur, en 1349.

C - Stabilité et fluidité des dénominations

24Parmi les dénominations féminines de la liste de 1334, il y a 158 surnoms différents. Ce système anthroponymique féminin fonctionne bien puisqu'il n'existe aucune homonymie exacte entre les femmes grâce à des noms de baptême différents.

25Seulement 36 des diverses dénominations se retrouvent exactement sous la même forme à travers des textes différents : festages de 1331, 1333, 1337 et cens de 1336 et 1340. Ce faible chiffre s'explique par plusieurs raisons :

  • la liste de 1334 compte plus de femmes que la moyenne des autres listes fiscales ou autres documents ;

  • ce sont plutôt les hommes chefs-de-feu qui payent festages et cens ;

  • une partie des femmes a pu mourir ou changer de résidence ;

  • des raisons particulières qui tiennent à la nature du festage et du cens.

26Exemples : Liste de 1334

Agnès Dadoise

id. (festage 1333, et cens de 1335)

Mahost la Brête

Maoys la Brête (festage de 1333)

Macie la Petitebonne

id. (festage 1337)

Marion Lespicière

Margueron Lespicière (festage 1337) ;
Marion Lespicière (cens 1340)

27Quelques vérifications de stabilité ont été effectuées en sélectionnant des femmes portant un nom de baptême assez ou très rare.

28Tout cela semble prouver qu'il existe un système anthroponymique déjà assez bien fixé et que la forme anthroponymique n'est pas dépendante du type de document où elle est contenue. Qu’il s'agisse d'un texte d'origine juridique (liste de 1334), de la perception d'un droit féodal (listes des festages), ou d’un texte d'origine fiscale, les femmes sont désignées par la même dénomination.

Tableau 4. Stabilité des désignations féminines à travers la documentation

Liste de 1334

Autre mention

Remarque

Thiéphaine la Bérangière

feu Thiéphaine la Bérangière (cens, 1340)

Il y a seulement 5 Thiéphaine dans la liste. Même dénomination après la mort de la personne.

Ysabeau la Bourdonne

Ysabeau la Bourdonne (festage, 1337)

Il y a seulement 6 Ysabeau dans la liste. Les deux occurrences correspondent à deux rédacteurs différents.

Edeline la Closière

enfans Adeline la Closière (cens, 1335)
feu Odeline la Closière (cens, 1338)

Seule femme de la liste portant ce nom bien individualisé, malgré les graphies différentes du nom.

Marion de Jussay

Marion de Jussay (cens, 1337)

Il y a neuf Marion.

Colette la Mercière

Colette la Mercière (cens, 1340)

Seulement 5 Colette.

Julienne la Merelle

Julienne la Merelle (festage, 1333)

C’est l’unique femme de ce nom et surnom.

Ysabeau de Provins (festage, 1337)

Il y a seulement trois Ysabeau portant ce surnom, dont une au milieu du XIIIe siècle ?

29Ysabeau de Provins Tout cela semble prouver qu'il existe un système anthroponymique déjà assez bien fixé et que la forme anthroponymique n'est pas dépendante du type de document où elle est contenue. Qu’il s'agisse d’un texte d'origine juridique (liste de 1334), de la perception d'un droit féodal (listes des festages), ou d'un texte d'origine fiscale, les femmes sont désignées par la même dénomination.

30Il existe pourtant des variations dans les dénominations qui semblent montrer un certain flottement, une certaine fluidité. Certaines dénominations étendues à trois éléments peuvent cependant se simplifier en ne mentionnant pas le deuxième surnom. Marion l'Espicière dite la Tarasche, dans la liste de 1334 devient seulement Marion L'Espicière pour le paiement d'un cens en 1340.

31Il arrive aussi que le nom soit omis :

Tableau 5. Instabilité des désignations féminines

Liste de 1334

1333-festage

1340 cens

la Rabière

Belon la Rabière

la Rialenne

Johanne la Rialenne

la fame feu

Johanne fame feu

Germain le Mercier

Germain le Mercier

32On note aussi quelques changements minimes dans la forme féminine du surnom : dans le festage de 1333 Johanne de Morvillier (forme majoritaire) et dans la liste de 1334, Johanne la Morvillière.

33Cependant, certains surnoms de la liste, comme la Minepoce, la Testeli Ville, Peroiche, la Fovette, la Pie-Paterne, la Cormicelle, la Quace, Belle de Miez, la Reine, la Pouète, ne se rencontrent dans aucun texte, ni avant, ni après 1334, sous cette forme. Ce n'est certainement pas l'effet du hasard, mais cela inciterait plutôt à penser que ce type de sobriquet est bien strictement personnel et ne se transmet pas.

D - Système d'appellation et classe sociale

34On a essayé de définir les rapports entre tel ou tel type d’appellation et les classes sociales auxquelles appartiennent les femmes de la liste. Il a été ainsi mis au point, de façon quelque peu aléatoire, à cause des renseignements biographiques trop incertains, trois catégories approximatives, définies ainsi :

35- "femmes de grandes familles" :
caractérisées par la possession attestée de biens, par le fait que certains de leur parents sont qualifiés de "bourgeois de Blois", par le paiement de plusieurs droits de festage.

36- "les médiocres" :
caractérisées par le paiement d'un droit unique de festage, par l'exercice d'un métier précis et donc le paiement de droits pour des étaux au marché ou en ville.

37- les femmes les plus pauvres
caractérisées par l'absence totale de mention de la famille considérée, de biens attestés, ou même de festage payé.

38Si l'on répartit les surnoms en quatre catégories :

  • forme no 1 : surnom basé sur un nom de lieu.

  • forme no 2 : surnom mis au féminin avec ou sans l’article précédé ou non du nom de baptême.

  • forme no 3 : surnom (non mis au féminin).

  • forme no 4 : sobriquet individuel

Tableau 6. Surnoms et classes sociales à Blois en 1334

Tableau 6. Surnoms et classes sociales à Blois en 1334

39On constate que, quelle que soit la classe sociale considérée, c'est toujours la forme anthroponymique constituée par un surnom mis au féminin (en fait celui du mari), généralement précédé du nom de baptême, qui reste prépondérante.

  • 6 Un test de comparaison des proportions confirme que seule la forme 4 est significativement différen (...)

40A l'inverse, les femmes les plus pauvres portent plus souvent que les autres des sobriquets individuels et non familiaux6.

III. Les noms de baptême

A - Choix des noms féminins

1. La liste de 1334

41Dans les 233 dénominations féminines incluses dans la liste, on relève 196 noms de baptême féminins puisque certaines de ces femmes ne portent qu'un surnom. Le stock de noms est assez large puisque 33 noms différents sont portés par ces 196 femmes. Pourtant, le nom dominant, Johanne, représente avec 33,67 % le tiers de l'ensemble. Il suffit de quatre noms : Johanne, Gilon (et ses dérivés), Agnès et Aliz pour désigner la moitié des femmes. L'autre moitié porte 28 noms différents et 15 femmes portent des noms rares puiqu'ils sont attestés seulement une fois.

42On peut remarquer la très timide apparition de noms nouveaux, qui se développeront plus tard comme Ysabeau, Catherine, ou Marguerite, l'inexistence de noms mixtes comme Philippe (0,51 %), et une place tout aussi réduite pour les noms basés sur des fêtes chrétiennes comme Pasquière (0,51 %), ou Thiéphaine (2,55 %).

43Les noms spécifiquement féminins, d'origine scripturaire, ou reprenant des noms de saintes de l'Eglise chrétienne (avec leur dérivés), atteignent seulement 33,66 % des noms. C'est donc le nom masculin mis au féminin, qui est la forme dominante : plus de 60 % des cas.

Tableau 7. Concordance entre noms de baptême féminins et masculins à Blois d’après la liste de 1334

Nom de baptême féminin

 %

Nom de baptême masculin

 %

Johanne

34

Johan

29,5

Gilete

8

Gilet, Gilles

2

Pernelle

5

Pierre, Penet

7

Macie

4

Maci (= Mathieu)

4

Colette

2,50

Nicolas

0

Denise

1,5

Denis

1

Lorence

1

Lorent

1

Thom asse

1

Thomas

2

Lucette

0,50

Luc

0

Lucienne

0,50

Lucien

0

Benoiste

0,50

Benoît

0

Guillemette

0,50

Guillaume

6

Julienne

0,50

Julien

0

Jasqueste

0,50

Jacques

0

Pasquiere

0,50

Pasquier

0

  • 7 Confirmé par le test de comparaison des proportions.

44Le choix des noms de baptême féminins reproduit donc celui des noms de baptême masculins. La concordance s'observe pour Johanne-Johan, Macie-Maci, Lorence-Lorent, Denise-Denis, et pour tous les noms de baptême aussi peu répandus chez les hommes que chez les femmes : Lucette-Luc, Lucienne-Lucien, Benoiste-Benoît, Julienne-Julien etc... Par contre, des différences significatives7 existent en ce qui concerne les pourcentages de Gilète-Gilet d'une part et Guillemette-Guillaume d'autre part.

2. Choix urbains et choix ruraux

  • 8 Listes de censiers ou de taillables à Vineuil, Fréteval, Mer, Chitenay, Les Montils, en 1330, 1333, (...)

45Comparons le palmarès blésois des noms féminins avec la répartition des noms à travers plusieurs textes du XIVè siècle du comté de Blois : Val de Loire, Beauce blésoise, Sologne septentrionale, ville de Blois (hors liste de 1334) aussi bien à travers les campagnes8, que les bourgs ou que la capitale du comté. La concordance est assez frappante.

Tableau 8. Comparaison des noms de baptême, à la ville et à la campagne

Nom de baptême féminin

Blois

Bourgs

A la campagne

Johanne

34

34

29

Giilon, Gillette, Gille

8

4

5

Agnes

6

10

12

Alez, Aliz

6

5

10

Marguerite, Margot

6

5

1

Pernelle

5

2

1

Marion

4,5

3

1

Made

4

3

3,5

Ysabeau, Ysabel

3

5

6

Colette

2,5

1

0

Ameline

2,5

3

2

Thiephaine

2,5

1

0

Agate

2,5

0

0

Denise

1,5

2

0

  • 9 Les tests de comparaison des proportions entre Blois et les campagnes ne permettent pas non plus de (...)
  • 10 Exposé de D. Barthélémy, au cours du séminaire du Groupe de Recherche d'Histoire de l'Anthroponymie (...)

46Pour 26 d’entre eux peu de différences entre la ville et la campagne9. A la campagne, le choix reste massif pour Johanne, Agnès et Aliz, qui, à eux seuls, totalisent 50 % des noms. Les noms religieux représentent le même volume qu'à la ville mais les "décalques" de noms masculins sont nettement moins souvent choisis (41,5 % au lieu de 60,7 %° au profit de ce qu'on pourrait désigner comme de "petits noms féminins ruraux" : Boniget, Bouchart, Mélient, Amette, Milexant, Odroy, Herambourt ou Ermelon. Certains de ces noms ruraux semblent être des reliques des noms fréquents aux XIe et XIIe siècles10.

IV. L'empreinte locale

47Les femmes de la liste d'habitants de 1334 vivaient dans la ville de Blois, capitale d'un comté indépendant depuis le Xe siècle tout proche, mais, jusqu'au XIIe siècle, hostile au domaine royal. Il n'y existait pas de langue différente de celle du centre du Bassin-Parisien. Y eut-il cependant des caractéristiques locales dans le choix ? A quelles influences pourrait-on les lier ?

Les vocables des saintes vénérées à Blois

48Il existe peu d'églises paroissiale, abbatiale ou collégiale dédiées à des saintes, dans la ville, à l'exception de l'abbaye augustinienne de Sainte-Marie de Bourgmoyen, de la chapelle du pont dédiée à Notre-Dame et de deux autres petites chapelles, consacrées à Sainte-Constance et à Sainte-Catherine. Il faudrait y ajouter les pélerinages à Sainte-Marie l'Egyptienne et à Notre Dame des Aydes. La proportion des noms de baptême correspondant à ces vocables est tout à fait négligeable, comme Marie (0 %), Marion (4,5 %), contrairement à la mode du siècle précédent ; même faiblesse pour Catherine (1 %).

Les noms des comtesses

49Peut-on établir un lien entre le choix des noms de baptême des Blésoises en 1334 et ceux des épouses des comtes de Blois ou des comtesses qui présidèrent aux destinées du comté au XIIIe siècle et au début du XIVe siècle ? Les épouses des comtes (qui ne sont donc pas du lignage comtal), Clémence des Roches, femme du comte Thibaut VI, Alix de Bretagne femme de jean Ier, Béatrix femme de Hugues II, Marguerite de Valois femme de Guy Ier, peuvent avoir influencé les noms choisis au XIVe siècle puisque ces noms correspondent à 12 % des noms de la liste.

50L'influence est peut-être plus nette dans le cas des comtesses Marguerite (XIIIe siècle), Marie d'Avesnes (XIIe siècle) et Jeanne (deuxième moitié du XIIIe siècle) qui appartiennent au sang de la maison de Châtillon-sur-Marne et furent comtesses de leur propre droit.

51La bonne mémoire de la comtesse Jeanne, bienveillante et charitable, qui accorda en 1288, aux habitants de la ville et de plusieurs paroisses de la Châtellenie, le droit de chasse gratuit dans les forêts riveraines, pourrait expliquer, en partie, (en tenant compte de la vogue de ce nom dans beaucoup de régions), le pourcentage élevé de Johanne.

52L'ensemble des noms portés par les comtesses représente en tout 45 % des noms de la liste, ce qui tient surtout à la concentration des choix sur Jeanne. Fruit de la mode ambiante ou du respect de la mémoire de la comtesse Jeanne de Châtillon, morte en 1280 ? Le plus probable est que les choix sont simultanés pour les comtesses et pour les autres femmes. La comtesse Marie meurt en 1241 ; à cette époque 15 % des bourgeoises de Blois portaient ce nom mais il disparaît à la période suivante. La mémoire de la comtesse ne l’entretient nullement.

Noms locaux

53Peu de noms semblent un peu originaux par rapport à ceux utilisés dans d'autres régions de la France moyenne à cette époque. Il s’agit de Macie (4 %) et de Gilète (8 % féminin de Gile ou Gilet qui ne représente que 2 % des choix masculins).

54Agnès et Aliz, qui étaient les 2e et 3e noms les plus portés dans le Vendômois du XIIIe siècle, restent fréquemment choisis (6 et 5,5 % des choix).

V. Noms de baptême et classes sociales urbaines

  • 11 Le test de comparaison des proportions ne confirme pas l'impression d'un choix plus "populaire" de (...)

55Malgré la différence des effectifs sur lesquels s'appuie cette comparaison, il semble que les choix ne soient pas différents entre les diverses classes sociales, ni pour Jeanne qui est, dans tous les milieux urbains le nom le plus porté11, ni pour les seconds choix.

Nobles et notables

56Les noms des femmes notables de Blois ont été sélectionnés (hors la liste de 1334) dans les familles non-nobles, les plus riches et les plus influentes de la ville de Blois, au XIVe siècle, c'est-à-dire parmi les familles d'Amboise, Bellelance, Faverois, Hurault, Petitbon, de Provins, Le dosier, Morvilliers, Thierry, Ville-brême et Sabart. Trente noms ont été ainsi répertoriés.

57Il semble que, malgré la faiblesse du stock des noms, les deux milieux, nobles et notables urbains, adoptent le même mode de dénomination pour leurs filles. La mode de Jeanne est, encore une fois, commune aux femmes nobles et à celles des grandes familles de Blois.

Graphique N° 2. Nom de baptême des femmes nobles du comté et des femmes notables de Blois au XIVème siècle

Graphique N° 2. Nom de baptême des femmes nobles du comté et des femmes notables de Blois au XIVème siècle

N.B. : Les effectifs étant voisins pour les femmes notables et nobles (environ 30) en représentation est faite en nombre d'individus.

58Seule nuance, des familles notables, sans abandonner totalement les noms traditionnels, choisissent aussi pour leurs filles des diminutifs familiers ou hypocoristiques comme Marion, Jehannette, Gilon, Gilète, Pernelle, Guillemette etc.., ceux-là même que l'on trouve dans la liste de 1334.

VI. Évolution des choix

59Les pourcentages de noms féminins du XIIIe siècle ont été établis à partir de 53 noms de femmes non nobles, habitant la ville de Blois entre 1253 et 1297, puisque les textes antérieurs manquent ou ne contiennent pas de noms féminins (par suite de l'inexistence de documents fiscaux, comme les festages, au XIIIe siècle). La base de la recherche correspond à un corpus de noms en nombre trop limité pour permettre des conclusions très significatives mais pourra, au moins, laisser apercevoir les grandes tendances de l'évolution des choix entre la fin du XIIIe et le premier tiers du XIVe siècle.

Graphique N° 3 Comparaison des noms de baptême féminins à Blois au XIIIème et au XIVème siècles

Graphique N° 3 Comparaison des noms de baptême féminins à Blois au XIIIème et au XIVème siècles

60C'est d’abord l'appauvrissement global du stock des noms qui se perçoit facilement, sur une période relativement courte. Ainsi, les 53 femmes du XIIIe siècle portent 21 noms différents (chaque nom est porté en moyenne par moins de trois femmes), en 1334, les 196 femmes portent seulement 33 noms différents (chaque nom est porté par presque six personnes). La concentration des choix s'annonce aussi déjà très nettement puisque, dès le XIIIe siècle, presque une femme sur quatre se nomme Jeanne et l'évolution aboutit en 1334 à une femme sur trois.

  • 12 Le calcul de coefficient de corrélation des rangs de Spearman donne rs = 0,585 et un test de signif (...)

61L'ordre de fréquence des noms n'est ni tout à fait semblable ni tout à fait différent12. Quelques noms ont progressé entre les deux siècles, principalement les diminutifs, Gilete, Colette, Marion. D'autres ont régressé. Certains noms traditionnels semblent poursuivre leur régression jusqu'à disparaître : Mathilde, Ermerjade, Erembuge, Marthe, Batherme, Marquise. Mais les seules différences en pourcentage statistiquement discernables concernent Isabelle et Marie dont la régression est manifeste.

62Marie disparaît brutalement entre la fin du XIIIe siècle et le début du siècle suivant, tandis que l'évolution de Marion est presque inverse. Tout se passe comme si le choix ancien de Marie s'était divisé en deux parties inégales, une partie au profit de Jeanne, l'autre au profit de Marion. Marie est touchée par la régression des noms traditionnels. Jeanne réunit en effet le choix "religieux" et la mise au féminin. Marion répond probablement à un goût nouveau pour les prénoms plus "gracieux", plus faciles à porter, notamment hypocoristes.

63En moins d’un siècle, l'évolution est loin d'être négligeable. La concentration s'accentue et la fluidité des choix est révélée par certains transferts rapides. Il faudrait une étude prosopographique des familles pour pouvoir analyser les modalités de ces transferts.

CONCLUSION

64Dès le premier tiers du XIVe siècle, un véritable système anthroponymique féminin à deux éléments fonctionne et semble déjà bien fixé à Blois.

65Les résultats de cette enquête, fondée sur la liste des habitants d'octobre-novembre 1334, sont très clairs. Sans doute pourrait-on douter du caractère déjà ferme et stable de l'anthroponymie féminine puisqu'une minorité de noms seulement, issue de cette liste, se retrouve dans les documents fiscaux contemporains. En fait, c'est la singularité de l'enquête qui est en cause. Nous sommes ici très proches d'une pratique orale, plus loin de celle, répétitive et officielle, des autres documents. Ce n'est pas le moindre intérêt de ce texte.

66Les femmes sont rarement désignées par un surnom personnel correspondant à leur caractère, à leur métier, à leur lieu d’origine, à l’image que les autres se font d'elles ; rarement aussi à leur filiation paternelle ou maternelle (13 %). Tout à fait à l'opposé, les femmes mariées reçoivent, dans leur immense majorité (69 %), le surnom de leur mari mis au féminin dans le cas où cela est possible.

67Le choix des noms de baptême aggrave l'impression d'une anthroponymie masculine exerçant une contagion complète sur celle des femmes. Le choix des noms féminins n'est motivé ni par les dévotions aux pèlerinages locaux, ni par les dévotions aux saintes des églises paroissiale, collégiale ou abbatiale de la ville, ni par des usages locaux, mais par une pratique très largement répandue, d'une "désinence" féminine ajoutée à un nom de baptême masculin, de la même manière que les surnoms des femmes sont institués sur ceux des hommes accordés au féminin.

68Ce système semble, à la ville, assez peu dépendant des niveaux sociaux. Cependant des indices montrent que les appellations les plus simples, les plus individuelles et les moins stables s'attachent aux femmes des milieux les moins riches.

69Dans le choix des noms, quelques différences peuvent s'observer selon le milieu social considéré et selon l'origine rurale ou urbaine mais elles sont minimes. La cohérence du choix, notamment la fréquence de Jeanne, est le fait dominant. La "modernité" de la ville s'exprime par une proportion plus grande de noms masculins mis au féminin : cette tendance, assez récente, est nettement moins marquée à la campagne.

70Quant à la haute bourgeoisie blésoise, c'est par un avant-nom plus que par le reste de la désignation qu'elle manifeste sa singularité, comme "dame Johanne des Granges". Elle semble aussi moins user des hypocoristes que les autres milieux.

71Cet exemple d'anthroponymie blésoise met en lumière la particularité probable de la population urbaine. A Blois, au milieu du XIVe siècle, les femmes ont une incontestable présence concrète dans la vie économique et sociale : pour elles-mêmes ou au nom de leur mari, elles paient taxes et festage, cens, impôts sur les étaux de marché. C'est cette responsabilité économique que traduit la fréquence du surnom.

72Mais ce système ne révèle ni originalité, ni véritable symétrie de la désignation masculine. De la même manière que les noms des saints masculins s'imposent par leur puissance protectrice pour désigner les filles, de la même manière le patronyme du mari s’impose pour désigner la femme mariée, immense majorité de l'effectif des femmes qui nous soit accessible. C'est une sorte de transposition de l'anthroponymie masculine.

TABLEAU I. Palmarès des noms de baptême féminins par ordre décroissant (Blois 1334)

TABLEAU I. Palmarès des noms de baptême féminins par ordre décroissant (Blois 1334)

N.B. : Ni désigne l'effectif cumulé jusqu'au nom de rang i,
fi désigne le % (fréquence) de femmes portant le nom de rang i dans la population,
Fi désignne la fréquence cumulée jusqu'au nom de rang i.

TABLEAU II. Noms féminins et classes sociales urbaines (Blois 1334)

TABLEAU II. Noms féminins et classes sociales urbaines (Blois 1334)

Notes

1 Le document provient de l’ancienne Chambre des Comptes de Blois, créée au château par les comtes de Blois de la maison de Châtillon aux XIIIe et XIVe siècles. Classé sous le numéro 41, de la collection du baron de Joursanvault (acquise en partie par la Bibliothèque, elle est connue maintenant sous le nom de Fonds Joursanvault de la Bibliothèque municipale de Blois). Il se présente sous la forme d’un texte de 87 lignes, écrit en moyen français, sur une pièce de parchemin de 72,5 cm de longueur moyenne et de 57,5 cm de largeur moyenne. Sept trous d’environ 2,3 cm empêchent de déchiffrer un certain nombre de mots. Une queue de 28 cm avec des traces de sceau (probablement celui du bailli royal d’Orléans), termine le document. Deux mentions se trouvent sur le verso de la charte en guise de titre (pour le classement de la layette de la Chambre des Comptes) :
"Exécutoire de l’ajournement Monseigneur contre la ville de Blois, à la relation de parlement” et "L’éxécuteur de l’ajournement. Comment les manants et habitants ont été adjournez et la relation".

2 Bibliothèque de Blois, Fonds Joursanvault, pièce no 41 bis, (17 décembre 1334).

3 Histoire de Blois et de sa région, Privat, 1988.

4 SOYER (J.), La communauté des habitants de Blois, Paris, 1894.

5 Marion l'espicière dite la Tarasche, dénommée ainsi en 1334 et 1360, apparaît déjà dans le "compte des dépenses et recettes du comté de Blois 1319" (Mémoires de la Société des Sciences et Lettres de Loir-et-Cher, 15e volume, 1901) sous cette forme :
"Baillet à Maireau l'espissière pour espisse et dragié prises pour Messire Thomas et Herpin.
Item à ladite Mairiau, pour poivre et chucre, à faire claré LXXIII s.t.

6 Un test de comparaison des proportions confirme que seule la forme 4 est significativement différente chez les "femmes plus pauvres". La variation de pourcentage sur la forme 1 n'est en revanche pas significative.

7 Confirmé par le test de comparaison des proportions.

8 Listes de censiers ou de taillables à Vineuil, Fréteval, Mer, Chitenay, Les Montils, en 1330, 1333, 1334 pour 84 femmes.

9 Les tests de comparaison des proportions entre Blois et les campagnes ne permettent pas non plus de considérer le choix de Gilete comme spécifiquement urbain, même si le rang de ce nom est moindre à la campagne.

10 Exposé de D. Barthélémy, au cours du séminaire du Groupe de Recherche d'Histoire de l'Anthroponymie Médiévale d'Azay-le-Ferron (octobre 1990) : ses résultats, pour le Vendômois du XIIIe siècle donnent : Jeanne (14 %), Alice (9 %), Agnès (8,5 %), Isabelle (8 %), Agathe (6,5 %), Mathilde (5 %), Marie et Arembourge (4,5 %), Marguerite (3 %), comme Pétronille et Philippe.

11 Le test de comparaison des proportions ne confirme pas l'impression d'un choix plus "populaire" de Jeanne ni d'un quelconque choix spécifiquement "huppé".

12 Le calcul de coefficient de corrélation des rangs de Spearman donne rs = 0,585 et un test de signification de ce coefficient montre qu'il existe bien une relation dans le degré d'association des distributions de noms entre le XIIIe et le XIVe (la référence utilisée est celle des dix noms les plus portés à Blois au XIVe siècle). Un test de Mann-Whitney permet cependant d'établir l'existence d'une différence non négligeable entre la situation observée au XIVe et celle du XIIIe.

Table des illustrations

Titre Graphique N° 1. Formes de la désignation des femmes (Blois 1334)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Tableau 3. Dénomination des femmes à partir des surnoms de leur mari
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 6. Surnoms et classes sociales à Blois en 1334
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Graphique N° 2. Nom de baptême des femmes nobles du comté et des femmes notables de Blois au XIVème siècle
Légende N.B. : Les effectifs étant voisins pour les femmes notables et nobles (environ 30) en représentation est faite en nombre d'individus.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Graphique N° 3 Comparaison des noms de baptême féminins à Blois au XIIIème et au XIVème siècles
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre TABLEAU I. Palmarès des noms de baptême féminins par ordre décroissant (Blois 1334)
Légende N.B. : Ni désigne l'effectif cumulé jusqu'au nom de rang i,fi désigne le % (fréquence) de femmes portant le nom de rang i dans la population,Fi désignne la fréquence cumulée jusqu'au nom de rang i.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre TABLEAU II. Noms féminins et classes sociales urbaines (Blois 1334)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16758/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 176k

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search