Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

L'anthroponymie à paris à la fin du xiiième siècle d'après les rôles de la taille du règne de Philippe le bel

Caroline Bourlet

Texte intégral

  • 1 L'orientation première de ce travail avait amené à distinguer parmi les éléments de désignation, l (...)

1Quelques remarques préliminaires s'imposent afin de mieux situer ce travail dans l'ensemble des études du groupe de recherche sur la genèse de l'anthroponymie médiévale. L’exploitation des rôles de la taille parisiens du règne de Philippe le bel a été entreprise à l'I.R.H.T. en 1985. L'objectif premier était alors d'en produire des index généraux. Les choix de structuration et de marquage des informations ont été faits en conséquence et ne permettent pas toujours de répondre aux questions de l'enquête sur la genèse médiévale de l’anthroponymie1. D'autre part, la période couverte est très courte - 25 années autour de 1300 - et ne rend pas possible d'observer l'évolution de l'anthroponymie sur plusieurs générations. L'utilisation des rôles de taille permet seulement de cerner des tendances dues aux mouvements de population pendant les quelques années étudiées ou à l'évolution des systèmes de dénominations pendant cette même période. Enfin, la spécificité des sources étudiées ici, sources fiscales et non cartulaires, et leur date tardive par rapport à l'enquête commune ne permettent guère d'étude comparative. Autre incongruité de cet article par rapport à l'ensemble de l’ouvrage : l'anthroponymie masculine a été analysée simultanément à celle des femmes afin de mieux cerner les spécificités de l'une et de l'autre.

  • 2 Afin de rendre notre vocabulaire cohérent avec celui de l'ensemble du volume, le prénom ou nom de (...)

2Cette étude, après la présentation des sources, s'articule autour des deux points classiques : d’abord l'observation des noms2 pour l'ensemble de la population, puis celle des systèmes anthroponymiques et des éléments autres que le nom, surnoms et désignations complémentaires. Dans cette deuxième partie, les comportements s'avérant très différents pour les hommes et les femmes, les deux sexes ont été traités séparément.

I. La source : les rôles de la taille parisiens du règne de Philippe le Bel

  • 3 Edition : H. Géraud, Paris sous Philippe le Bel d'après des documents originaux et notamment d'apr (...)
  • 4 Jean Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen-Age », second article, B.E. (...)
  • 5 Edition : K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l'an 1296, Göteborg, 1958 et Le livre de (...)
  • 6 Edition : K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l'an de grâce 1313, Göteborg, 1951.

3Des rôles de la taille parisiens du règne de Philippe le Bel subsistent, aujourd'hui, sept registres. Les raisons qui ont présidé à l’établissement du registre de 12923 ne sont pas connues. Jean Guerout a fait le point sur la question et nous nous en tiendrons à sa prudente interprétation : contrairement à ce qu’avaient pensé Borrelli de Serres et Boutaric, il ne s'agit pas de la première annuité de l'impôt de rachat de la maltôte et, s'il est évident que la population recensée est bien celle des artisans et commerçants, la raison exacte de son établissement reste inconnue. S'il ne servit jamais de pièce justificative de compte, il fût probablement "conservé par les gens du roi pour se procurer des renseignements sur la matière imposable de chaque rue de Paris"4. Les cinq registres suivants5 correspondent aux cinq dernières annuités 1296-1300) (d'un impôt de rachat de la maltôte payée par les artisans et commerçants parisiens. Un sixième enfin, dressé en 1313, correspond à la levée de l'aide accordée par les parisiens pour la chevalerie du futur Louis X le Hutin6.

  • 7 K. Michaëlsson, Etudes sur les noms de personnes français d'après les rôles de taille parisiens, U (...)

4Sources fiscales constituées de listes de taillables, ces registres sont une base précieuse pour l'étude de l'anthroponymie. Les études de Karl Michaëlsson ont éclairé de nombreux aspects de la question7. Toutefois, on ne saurait entreprendre l'étude de l'anthroponymie à travers ces documents sans se demander si leur nature même, listes d'individus taxés en raison de leur activité professionnelle pour cinq d’entre eux au moins, n'introduit pas un biais, une déformation : on peut penser notamment qu'en l'absence d'un système de désignation fixe et intangible, la référence au métier sera choisie de préférence à toute autre puisqu'elle apporte, en plus de sa fonction de désignation, une preuve de la légitimité de la taxation de l'individu.

  • 8 Les menus manquent au registre de 1296.
  • 9 Les chiffres donnés ici ne correspondent pas au nombre de taillables. Ont été écartés les individu (...)

5La population recensée dans les sept rôles est sensiblement la même et il est possible de retrouver un même individu dans les 7 registres. En raison de cette redondance, prendre en compte les données des sept années eût été long et très certainement inutile : trois années ont donc été retenues pour cette étude : 1292, 1297, 1300. Le registre de 1292 recense le plus grand nombre d’individus et un premier examen de la désignation des taillables y a révélé des systèmes anthroponymiques notablement différents de ceux des autres rôles. Le nombre de surnoms de métier, par exemple, y est beaucoup plus fréquent que dans les listes suivantes. Quant au rôle de 1297, il s’agit de la première liste de la série des cinq annuités qui soit conservée sans lacune8. Enfin, 1300 est la dernière année de rachat de l'impôt ; son étude permet de comparer les appellations de 1297 et 1300 afin de saisir les évolutions pendant cette période. Le registre de 1313 a été utilisé occasionnellement pour confirmer les observations dans l'évolution des désignations. La population étudiée9 pour ces trois années est :

II. Étude des noms

6Avant de donner des résultats, précisons les choix préalables aux comptages et les hypothèses sur lesquelles ils reposent.

  • 10 Ni, même, au cours de sa vie. Il s'agit là d'une règle générale, maintes fois vérifiée, lorsqu'on (...)

7L'hypothèse de base est, qu’à l'exception du cas évoqué plus loin des glissements de formes diminutives à la forme mère, une même personne ne change pas de nom dans les diverses listes fiscales10. Or la population imposée étant la même entre 1292 et 1300, si l'on note des changements dans les dénominations, ils ne peuvent être dûs qu'aux "entrants", parmi lesquels se trouvent, dans une proportion impossible à déterminer, des immigrants de fraîche date, des jeunes nouvellement installés ou encore des artisans qui ont échappé antérieurement à l'impôt, et aux "sortants" - exemptés, partis ou décédés.

  • 11 On peut d'ailleurs supposer que le statut des formes diminutives n'obéit pas toujours aux mêmes rè (...)

8Les calculs ont été faits sur la population dont on avait le nom et non sur l'ensemble. Et les formes diminutives n'ont jamais été regroupées avec les formes normales. Pourquoi un tel choix ? En l'absence de certitude quant au statut de dépendance ou d'autonomie des formes diminutives par rapport aux formes dont elles sont issues, il apparaissait plus prudent de ne pas gommer les différences. Les Jeannot et Robin ne sont pas regroupés avec les Jean et Robert11. Les chiffres obtenus pour les formes normales sont de ce fait probablement un peu inférieurs à ce qu’ils devraient être et certaines évolutions relèvent probablement plus du statut de dépendance des formes diminutives - passage, pour désigner un même individu, de la forme hypochoristique à la forme normale - que d'une désaffection à leur égard.

a) La condensation des stocks de noms

  • 12 Cf. D. Barthélémy, "Vendômois : le système anthroponymique (Xe - milieu XIIIe s.), Genèse médiéval (...)
  • 13 La bibliographie sur le sujet est importante et comporte des études proprement anthroponymiques co (...)
  • 14 1292, f. 63d. Les références aux sources seront précédées de la date et renverront toujours aux fo (...)
  • 15 1300, f° 246, paroisse Saint-Eustache, troisième quête.
  • 16 1300, f° 267, paroisse Saint-Jacques, première quête. Rufin est gendre de Denis Cheenel, épicier.
  • 17 1297, f° 61, paroisse Saint-Germain-le-vieux, rue de la Calandre.

9Le stock de noms pour 100 individus, à Paris à la fin du XIIIe siècle, est très faible pour les hommes (4 à 5) et un peu plus important pour les femmes (10 à 12) mais même pour celles-ci on est très loin des pourcentages du Vendômois cent ans plus tôt12. Et encore ces chiffres sont-ils probablement sous-évalués puisque le pourcentage de noms rares est, selon les années, de 40 à 50 % de l'ensemble des prénoms portés par les hommes et de 35 à 43 % pour les femmes. La spécificité de Paris, capitale du royaume en pleine expansion politique et économique, sa force d'attraction démographique dans le bassin parisien mais aussi dans le royaume comme à l'extérieur du royaume13, explique en partie le nombre de porteurs de noms rares tels Adecjuin l'englais, porteur de blé14, Herpin l'allemand, courtier de chevaux15, Rufin Rat16, ou encore Flandrine la coiffière17. Au total donc, le phénomène de condensation des stocks y est bien établi - mieux pour les hommes toutefois que pour les femmes-à la fin du XIIIe siècle.

b) Concentration des noms

10Les 25 noms masculins les plus fréquents sont portés par 72 à 75 % de la population. Neuf d'entre eux en 1292, et même sept en 1300, servent à nommer plus de 50 % des artisans parisiens. Parmi eux, quatre se détachent qui totalisent chacun plus de 5 % de la population, formant le groupe de tête : Jean, d'abord, qui participe à lui tout seul pour plus de 18 % puis Guillaume, Pierre et Robert (respectivement 9,8 %, 6,7 %, 5,2 % chacun) ; viennent ensuite Richart, Thomas, Nicolas, Raoul et Etienne qui, tous cinq, participent pour plus de 2 %. A cette forte concentration de la nomination s'ajoute une grande stabilité de l’ensemble du classement : 23 noms apparaissent chaque année dans le groupe des 25 prénoms les plus portés, 4 seulement étant intermittents : Gile, Guiart, Bertaut et Perrot.

11Enfin sous cette stabilité, l'évolution est perceptible : la progression de Jean se poursuit au cours de la période puisqu’il passe de 16,6 % en 1292 à 19,6 % en 1300 et même 22,4 % en 1313. Cette progression (+3 % entre 1292 et 1300 et même +6 % jusqu'en 1313), n'est donc pas terminée dans le premier quart du XIVe siècle. Jean n'est guère suivi dans sa progression, Guillaume gagne seulement 0,6 % entre 1292 et 1300 et fléchit entre 1300 et 1313. Le seul nom à connaître une certaine progression est Nicolas qui passe de 2,5 % en 1292 à 3,8 % en 1300 et dont la croissance semble se poursuivre puisque 4 % de la population est ainsi prénommée en 1313. Une autre évolution est à signaler : la chute de Jehannot qui perd 1,8 % entre 1292 et 1300 et qu'il faut probablement rapprocher de celle, beaucoup moins marquée d'ailleurs, de Perrot (0,4 %). Cette chute marque-t-elle la désaffection pour un nom perçu comme autonome ou bien s'agit-il seulement du glissement, pour une part de la population, de la forme diminutive du nom vers sa forme normale ? En fait, il n'est pas improbable que les deux phénomènes coexistent. Il est à noter d’ailleurs que toutes les formes diminutives n'ont pas le même comportement : Robin, par exemple se maintient bien.

  • 18 Les pourcentages publiés par Karl Michaëlsson dans son Etude sur les noms de personnes... ont été (...)

12Il existe une relative similitude des observations pour les noms féminins18. Le score des 25 noms les plus portés est très fort : 73,3 % en 1292 et 79 % en 1300. Le groupe de tête est formé de 9 noms concentrant plus de 50 % de la population. Un nom se détache au premier plan : Jeanne. Mais la similitude s’arrête ici. La diversité des situations est plus grande, l’impression de stabilité globale du système qui dominait pour les hommes n'existe pas encore ici. D'abord, l'ordre des noms n'est pas aussi fixe que pour les hommes, même pour les noms de tête : Jeanne, Marie, Aalis, Agnes, Emeline, Peronnelle, Isabelle, Marguerite, et Maheut sont toujours les 9 premières mais seule Jeanne garde immuablement la même place devant les autres. On ne peut pas dégager pour les femmes de peloton de tête équivalent à Jean-Guillaume-Pierre-Robert. D’autre part, nom nettement dominant avec 10,9 % en 1292 et 15,8 % en 1300, Jeanne fait un bon en avant plus spectaculaire que celui de Jean - 5 % - tout en n'atteignant pas le score de ce dernier. Cette progression est suivie, de loin toutefois, par trois noms : Peronnelle, Isabelle et Edeline/Eudeline (entre 1 et 2 %). Parallèlement, Aalis prénom du groupe de tête semble se laisser distancer (-1,8 %) ainsi que Jeannette (-2 %) dont on ne peut que remarquer la similitude de comportement avec Jeannot, pour les mêmes raisons très certainement.

13En conclusion, le processus de condensation et de concentration de la prénomination sur quelques noms est très nettement perceptible au tournant du XIVe s. à Paris. Toutefois, alors que le palmarès des noms masculins fait apparaître une relative fixation des rangs et des contributions sauf pour Jean, suggérant une stabilité globale du système, c'est plutôt l’impression d'une active évolution qui domine pour les noms féminins.

III. Étude des systèmes anthroponymiques : des comportements qui varient selon le sexe

  • 19 K. Michaëlsson relève de nombreux cas de changements de surnoms dans son Etude sur les noms de per (...)

14Avant d'aborder cette étude, une remarque s'impose : la stabilité du nom, porté tout au long des recensements fiscaux par un même individu, permettait d’attribuer les évolutions dans la nomination aux seuls « entrants » et « sortants ». L'évolution des systèmes de désignation a une toute autre portée. D'une part, les éléments de désignation tels que le surnom, les relations de parenté ou de métier, le métier lui-même - ou sa désignation seule - varient dans le temps19. D'autre part, l'utilisation et la combinaison de ces éléments évolue d'une source à l'autre, d'une année à l'autre. C'est, donc, l'ensemble de la population qui est concernée par les évolutions.

  • 20 L'absence du système I est dû au fait que je n'ai pu décompter exactement les individus désignés p (...)

15L'histogramme des systèmes anthroponymiques des hommes et des femmes pour les trois années fait apparaître deux phénomènes : des comportements différents selon les sexes, des évolutions très sensibles entre 1292 et 130020.

Graphique 1. Histogramme des systèmes anthroponymiques des hommes et des femmes pour les 3 années étudiées. (Paris - Registre des tailles)

Graphique 1. Histogramme des systèmes anthroponymiques des hommes et des femmes pour les 3 années étudiées. (Paris - Registre des tailles)
  • 21 Dans les systèmes 0 et II, c'est souvent sous de telles formes que les hommes apparaissent. C'est (...)

16D'une part, dans l'anthroponymie masculine, la désignation des individus par leur relation de parenté ou de métier (système 0) tels son fuiz ou son vallet est pratiquement inexistante. Le recours à un système construit du nom suivi directement et sans indication de surnom par une relation ou un métier (système II) comme Jehan, son fuiz21, est réduite à la portion congrue - moins de 10 % dès 1292 et seulement 5,5 % en 1300. La situation de l'anthroponymie féminine est très différente : près de 40 % d'entre elles sont désignées par les systèmes 0 et II en 1292 et encore 31 % en 1300.

17D'autre part, le système III - dominant en 1292 et 1297 - est, pour les hommes, progressivement supplanté à la première place par le système IV. Il reste majoritaire pour les femmes. Enfin ces histogrammes font apparaître aussi que le binôme nom + surnom, point commun des systèmes III (prénom + surnom) et IV (prénom + surnom + désignation complémentaire) est nettement majoritaire dès 1292 et plus encore en 1300 pour désigner les hommes comme les femmes. Il apparaît même comme le « noyau dur » du système de désignation des hommes (89,5 % en 1292 et 94,1 % en 1300).

18Malgré cette tendance commune, l'importance des différences notées dans l'anthroponymie masculine et féminine justifie que l'on se penche d'abord sur l'une et ensuite sur l'autre.

a) Anthroponymie masculine. Le double nom : un système de désignation majoritaire ?

19Le graphique ci-dessous présente l'évolution des systèmes de désignation des hommes.

Graphique 2a Évolution des désignations des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 2a Évolution des désignations des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 2b Évolution de la désignation complexe (type IV) des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 2b Évolution de la désignation complexe (type IV) des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

NB : I Va (nom+surnom+profession)
IVb (nom+surnom+relation)

20En 1292, 74,4 % des hommes sont désignés par un double nom (système III), ils ne sont plus que 30,2 % en 1300. Tandis que ceux qui sont désignés par un nom complexe (système IV) sont 14,3 % en 1292 et 63,7 % en 1300. L'évolution des systèmes III et IV est symétriquement inverse. Puisque les modes de désignation 0 et II, relativement peu importants dès 1292, fléchissent au cours de la période, le seul système bénéficiaire de la chute du système à deux éléments est celui à trois éléments. Il s'agit ici, très clairement, du passage d'un système de désignation à l'autre.

  • 22 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, 1297, f. 47.
  • 23 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, 1300, f. 259.

21Dans le système ternaire, pour l'écrasante majorité des individus, c'est presque exclusivement l'indication du métier qui apparaît en complément du double nom comme pour Nicolas de la ferté, peletier22 ou pour Robert du verger qui fait dras d'or23 - avec 87,7 % des éléments intervenant en troisième position en 1292 et 98 % en 1300. Le pourcentage de la population dont le métier est indiqué en troisième élément passe pendant la même période de 12,5 % à 62,6 %.

22L'étude des types de surnoms dans les systèmes III et IV permet de mieux saisir comment s'est opéré le passage.

Graphique 3a. Histogramme des types de surnoms dans le système IV (hommes) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 3a. Histogramme des types de surnoms dans le système IV (hommes) (Paris - Registre des tailles)

23Le système IV gagne plus de 49 points en passant de 14,3 % de la population en 1292 à 63,7 % en 1300. Il devient le système de désignation majoritaire. Dans ce système, les surnoms de métier participent peu à la croissance globale. S’ils sont pratiquement absents avec 0,5 % de la population en 1292, leurs effectifs augmentent pour atteindre 4 % en 1300. Cela n'est rien comparé à l'augmentation du nombre des surnoms. Les individus portant un surnom de lieu accompagné d'un nom de métier ou d'une autre désignation représentent 9 % de la population en 1292 et 37,5 % en 1300 et ceux portant un "autre surnom" 4,6 % en 1292 et 22,2 % en 1300.

Graphique 3b. Histogramme des types de surnoms dans le système 111 (hommes) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 3b. Histogramme des types de surnoms dans le système 111 (hommes) (Paris - Registre des tailles)

24Dans le système III, le surnom de métier se distingue aussi. Il est plus stable que les autres types et perd relativement peu en pourcentage de la population totale : 30 % en 1292 et 23,2 % en 1300, alors que dans le même temps les surnoms de lieu chutent de 26,5 % à 6,3 % et les autres surnoms (sobriquets et surnoms issus d’un prénom) de 18,5 % à 0,9 %. La part des noms de métier dans l’ensemble des surnoms du système III s'accroît considérablement et passe de 40 % des occurrences en 1292 à 76 % en 1300.

  • 24 Paroisse Saint-Germain, 7ème puis 5ème quête. 1292, f. 14d et 1297, f. 41.
  • 25 Paroisse Saint-Merri, 4ème quête. 1297, f. 51v et 1300, f. 266v.

25On peut rapprocher ces deux évolutions et estimer que le passage du système III au système IV a essentiellement touché les individus désignés par des surnoms de lieu, des sobriquets ou surnoms issus de nom. Pour compléter leur identification, les asséeurs de la taille ont ajouté la mention de leur métier. Jean bone ou boue, désigné ainsi en 1292 et 1296, devient en 1297 Jean bone, orfèvre24. Le métier exercé par Etienne d'esparnon, celui de mercier n'apparaît qu'en 130025.

Graphique 3c. Histogramme cumulé des types de surnoms dans les systèmes III et IV (hommes) (Paris - registre des tailles)

Graphique 3c. Histogramme cumulé des types de surnoms dans les systèmes III et IV (hommes) (Paris - registre des tailles)
  • 26 K. Michaëlsson en cite d'autres exemples dans Etudes sur les noms de personnes..., p. 135 et suiv.
  • 27 1297, f. 46 et 75v. Le premier est situé paroisse Sainte-Opportune et l'autre, paroisse Saint-Leu- (...)

26La stabilité relative des surnoms de métier trouve alors une explication. Dans le système III, la plus grande résistance de ce type de désignation est probablement liée au fait qu'un certain nombre de surnoms de métier étaient réellement des métiers exercés : il n'a pas semblé nécessaire alors, et tant que le modèle ternaire ne s'est pas imposé comme une règle, de le déplacer et de le faire précéder d'un autre surnom. Quant au système IV, le faible taux des surnoms de métier y est probablement le résultat d'une double opération de transformation : glissement du deuxième élément vers le troisième élément dans le cas de métiers exercés et remplacement par un autre type de surnom, ainsi Roger le talemelier devient Roger piquet, talemelier ; Robert le regratier est dit plus tard Robert le normand, regratier et Guerin le maçon devient Guerin de viceours, maçon26. Les seuls cas de surnoms de métier y sont alors ceux ou le surnom ne correspond pas à un métier exercé comme dans le cas d'un Eustache le meunier, coutelier ou d'un Jacques l'orfèvre, cuisinier27.

  • 28 Peut-on aller plus loin et affirmer que les surnoms de métiers du système à deux éléments sont gén (...)

27La tendance à indiquer de plus en plus fréquemment le métier en troisième élément, à l'ajouter d'abord lorsque le surnom n'est pas un surnom de métier, la très grande résistance, enfin, du surnom de métier dans le système à deux éléments induisent à penser que la raison principale du passage d'un mode de dénomination à l'autre fut l'attention de plus en plus grande portée par les asséeurs à l'indication du métier dans les listes fiscales28.

28Au total donc, deux modèles semblent être en concurrence pour désigner les hommes dans les rôles de la taille de Paris à la fin du XIIIe siècle : le système à deux noms et un système plus complexe qui ajoute aux premiers éléments la mention du métier, ce dernier modèle tendant à supplanter le premier. Faut-il voir ici une évolution générale de l'anthroponymie parisienne ou plutôt une évolution liée à la source elle-même, à sa nature, à ses nécessités fiscales : indiquer notamment, par la mention de métier, la cause de l'enregistrement ? En l'absence d'études menées avec d'autres types de sources il est difficile de trancher, mais cette seconde hypothèse pourrait bien être la bonne.

b) La désignation des femmes : des modèles concurrents au double nom

29L’étude des histogrammes a révélé la force relative des systèmes 0 et II pour désigner les femmes taillables puisque 40 % d'entre elles en 1292 et encore 31 % en 1300 ne sont pas désignées à l'aide d'un surnom mais par des mentions telles que la fame Gautier le flamenc ; Heloys, fame feu jehan cousin ; sa mère ou encore sa fille à la suite du nom du parent ; la chamberiere a la fame feu Heibert baudoin ; sa chamberiere précédé de la mention du patron ; la compaingne Maalot la regratière ; jehanne, hostesse Martin le frepier ou encore Emelot la fileresse de soie, Aaliz qui fet les couvrechiés de soie. D'autres éléments ont déjà été mis en avant, notamment le maintien du système III de désignation par un double nom qui reste tout au long des années étudiées le système le plus fréquent pour mentionner les femmes et la percée tardive du système IV qui concerne seulement 2,2 % d’entre elles en 1292 et 22,7 % en 1300.

  • 29 Le graphique donne une image peut-être trompeuse. En effet, un certain nombre d'indices que je ne (...)

30Le graphique de l'évolution des désignations féminines montre que celle-ci n'est ni aussi linéaire ni aussi ample que pour les hommes (graphique 2). Notamment, le système 0 gagne 4,5 points en 1297 pour retomber, en 1300, au niveau de 1292 tandis que le système II décroît de 1292 à 1297 puis reste à ce palier. Enfin, l'amorce d'une évolution des systèmes III et IV identique à celle que nous avons observée pour les hommes semble s'être opérée entre 1297 et 130029.

Graphique 4a. Évolution des désignations des femmes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 4a. Évolution des désignations des femmes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 4b. Désignation complémentaire des hommes et des femmes (type IV1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

Graphique 4b. Désignation complémentaire des hommes et des femmes (type IV1292-1300) (Paris - Registre des tailles)

c) La désignation par les systèmes III et IV

31Dès 1292 le système III, associant au nom le surnom seul, est le système majoritaire de désignation des femmes ; cette majorité, toutefois, devient relative en 1300 puisque ce système représente 58,7 % en 1292, 57,9 % en 1297 et 46,1 % en 1300. Pourquoi cette stabilité du système III ? Il faut probablement la relier avec un moindre souci de désigner les femmes par une mention de métier.

32En effet, les hommes dont le surnom n'est pas un nom de métier, ceux, donc, pour lesquels les registres d’impôt ne donnent strictement aucune spécification de métier sont 45 % en 1292, 24,6 % en 1297 et seulement 7,2 % en 1300 tandis que les chiffres, pour les femmes sont de 35,1 %, 24,6 % et encore 21,5 % en 1300. Pour ces dernières, il y a donc une chute du score de ces surnoms mais bien plus atténuée que pour les hommes.

33D'un autre côté, l'observation de la part des surnoms de métier, dans l'ensemble des surnoms portés par les femmes dans le système III, fait apparaître une stabilité très grande et, même, une tendance à l'augmentation de leur score : 23,6 % en 1292, 28,1 % en 1297 et 24,6 % en 1300.

34Ce double mouvement, bien que moins sensible et décalé dans le temps par rapport à l'évolution de la désignation des hommes, laisse penser que l'évolution de la désignation des femmes va dans le même sens, vers une forte majorité de surnoms de métier dans le système binaire.

  • 30 Les 2 exemples donnés ici sont des cas de féminisation du surnom du mari. En fait, le repérage dan (...)

35La relative stabilité du système III s'explique aussi certainement par le fait qu’il gagne directement et pour une part non négligeable sur les systèmes de désignation 0 et II. La fame feu Jehan crassin devient en 1300 Isabelle la crassine et Erembourg, fame Jehan beroust est dite Erembourg la berode30.

36Enfin, il faut noter que l'évolution contradictoire du système IId - plus de 5 % des femmes en 1292 et 1300 mais seulement 2,5 % en 1297 - dans lequel les femmes sont désignées par leur nom accompagné de leur métier telle Jehanne qui fet laz de soie ou Maheut qui oevre de lainne, se fait par osmose avec les systèmes III et IV et non avec le système 0.

  • 31 Paroisse Saint-Eustache : 1297, f. 73v ; 1300, f. 244.
  • 32 Paroisse Saint-Germain-le-Vieux dans la cité : 1297, f. 60 ; 1300, f. 284v.
  • 33 Paroisse Saint-Côme : 1297, f. 64v ; 1300, f. 292v. On pourrait citer bien d'autres exemples ident (...)

37En effet, dans le système 0, on relève très peu de cas de relations de métier en 1297 et il semble peu probable que des femmes désignées par leur métier en 1292 et 1300 soient mentionnées en 1297 par leur relation de parenté (femme de, fille de). En revanche, alors que dans le registre de 1300 on trouve Osanne l'ouvrière de soie31, Marie la potière d'étain32 ou encore Maheut, fileresse de soie33, en 1297 elles étaient signalées sous les désignations d'Osanne la poarde, Marie la potière, et Maheut la béguine, fileresse de soie.

  • 34 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs : 1297, f. 76v ; 1300, f. 254v.

38Le système binaire fléchit assez brusquement entre 1297 et 1300 puisque l'on passe de 57,9 % des femmes désignées ainsi en 1297 à 46,1 % en 1300. Il faut, comme pour les hommes, lier cette évolution avec le développement du système IV. Ce dernier passe, en effet, dans le même temps de 7,2 % à 22,7 % alors que les systèmes 0 et II fléchissent comme le système III. Le passage se fait, pour l’essentiel, par ajout du métier à la suite du surnom comme pour Jehanne d'espaigne dont le rôle de 1300 précise qu'elle est estuverresse34.

Graphique 5. Histogramme des types de surnoms (femmes) (Paris - Registre des tailles) a. dans le système IV

Graphique 5. Histogramme des types de surnoms (femmes) (Paris - Registre des tailles) a. dans le système IV

b. Dans le système III

b. Dans le système III

c. Histogramme cumulé III et IV

c. Histogramme cumulé III et IV

39L'étude des types de surnoms dans les systèmes III et IV montre que le glissement du système à deux éléments (système III) au système à trois éléments (système IV) affecte surtout les femmes surnommées d'un sobriquet ou d'un surnom issu d'un nom : ces types de surnoms perdent 9 points entre 1292 et 1300 dans le système III mais en gagnent moins (7,2 %) dans le système IV. Il semble y avoir légère désaffection envers ces types de surnoms au profit des surnoms de lieu qui gagnent 11 points dans le système IV et n'en perdent que 5 dans le système III. Ici encore, l'évolution de la désignation des femmes, bien que très atténuée par rapport à celle des hommes, suit le même cours.

40L'évolution des systèmes de désignation III et IV, pour les femmes, est moins lisible que celle des hommes car elle procède d'un double mouvement. D'une part, comme pour les hommes, on passe du système binaire au système ternaire par ajout du métier à la suite du surnom. D'autre part, il s'opère un glissement de la désignation par une relation précédée ou non d'un nom (systèmes 0 et II) vers la désignation par le nom et le surnom suivis ou non par le métier (systèmes III et IV).

d) Un modelé concurrent au système du double nom : la désignation par la relation conjugale

  • 35 Cf. les développements qui précèdent.

41L'élément commun aux systèmes 0 et II est la désignation par une relation sociale - de métier, de parenté... - précédée ou non d'un nom. Seul le système IId fait exception à cette règle. Or, en raison de l'importance des désignations de métier dans la source traitée et de l’évolution propre à ce système35, il apparaît plus juste de le rapprocher des systèmes III et IV et de considérer qu'il ne participe pas du modèle que nous allons tenter de dégager. Seuls les systèmes IIa à IIc seront pris en compte ici.

42L’importance du nombre de femmes désignées par les systèmes 0 et II, 34 % en 1292 et encore 25,4 % en 1300, suggère l'existence d’un modèle concurrent au système de double nom. Il est possible d'en dégager les caractéristiques et l’évolution.

e) La relation de métier

  • 36 Les pourcentages sont calculés en additionnant les mentions de relation de métier dans les système (...)
  • 37 Dans le système Ob, 42 femmes sur 43 sont chambrières en 1292, 4 sur 7 en 1297 de même que Tunique (...)

43Les relations de métier concernent 9,3 %36 des femmes en 1292 mais ne représentent plus que 3,7 % en 1297. Elles disparaissent pratiquement en 1300. La catégorie des chambrières forme la quasi totalité des femmes concernées par ce type de mentions en 1292 :183 sur 201 femmes désignées par une relation de métier. Même si ce type de désignation tend à disparaître, elles restent la majorité en 1297 : 38 sur 51. En 1300 il ne reste plus que 6 femmes ainsi dénommées dont trois chambrières37.

  • 38 Quelques chambrières sont aussi désignées par le système IVb (nom, surnom et relation de métier) : (...)
  • 39 Pour les hommes, une évolution identique est perceptible, bien que moins accentuée. Le registre de (...)
  • 40 Dans cette hypothèse, les quelques cas de chambrières et de valets subsistant dans les registres d (...)

44Les systèmes 0 et II étant le moyen presque exclusif de désignation des chambrières38, à la quasi disparition de cette catégorie sociale répond l'effacement de la relation de métier39 dans les registres. Quelles raisons invoquer à cette évolution ? Il est probable que le registre de 1292 recensant la population imposable, dénombre un certain nombre de valets et de chambrières assez fortunés. L'impôt de rachat de la maltôte levé les années suivantes ne concerne, en principe, que la population artisanale et commerçante, celle qui fait des achats et des ventes pour son propre compte. Les chambrières n'ont, alors, pas de raison d'être imposées et leur nombre diminue considérablement40.

45Il n'y a pas, ici, glissement d'un type de désignation à un autre mais disparition de la population ainsi désignée.

f) La relation de parenté

46Les relations de parenté forment, dès 1292 et plus encore par la suite, la grande majorité des relations sociales intervenant dans la désignation des femmes : 75 % en 1292, 99 % en 1300 dans le système 0 et 67,7 % en 1292, 97,7 % en 1300 dans le système II.

47Le tableau ci-dessous donne la répartition en chiffres des types de relation de parenté :

  • 41 Plusieurs désignations ont parfois été regroupées sous un même type. Fille regroupe fille, fillast (...)

Tableau des relations de parenté désignant les femmes41

Tableau des relations de parenté désignant les femmes41
  • 42 Voici les chiffres calculés pour le système 0. En 1292, 64 relations avec un homme et 31 avec une (...)

48La suprématie de la relation conjugale, déjà observable en 1292, s'accroît au cours de la période. Elle est particulièrement sensible dans le système 0 puisque, dans celui-ci, 37,3 % des femmes sont ainsi désignées en 1292 et 83,5 % en 1300. Dans le système II, cette suprématie tend également à s'affirmer puisque les relations conjugales constituent 32 % des occurrences en 1292 et 68 % en 1300. Mais la concurrence des autres relations est sensible, et tout particulièrement celle de la relation filiale qui, en 1292, représente 34 % des occurrences et qui passe encore le seuil de 10 % des occurrences en 1300. Cette parenté, autre que conjugale, semble s'exprimer d'abord envers des hommes : un père (la fille de...), un frère (sa sœur) ou un fils (sa mère) mais la relation envers la mère existe aussi42.

49Au total, toutefois, la part de tous les autres types de relation - fille, mère, sœur ou nièce - diminue sensiblement dans les deux systèmes et en 1300, lorsque les femmes sont désignées par une relation, c'est par une relation de parenté et, de manière très majoritaire, par une relation conjugale.

50Pourquoi cette prédominance des relations conjugales ? Peut-on penser que lorsque les femmes sont ainsi désignées c'est parce qu’elles n'exercent pas de leur propre chef le métier mais interviennent comme relais pour la transmission du métier vers les enfants sous-âgés, ou bien reprennent-elles, à son décès, le métier du mari ?

  • 43 Il faudrait, notamment, identifier les femmes ainsi désignées et tenter d'ajouter d'autres informa (...)
  • 44 Comme la fame Alain de crespi, regratier. La fame jehan de saint-lo, tailleur de pierre.
  • 45 Ces métiers sont : hôtelière (3 mentions), regratière, mercière, corroière et sélière.
  • 46 Aucune mention en 1292. 2 en 1297 : lingère (f. 51v), talemelière (f. 53v), 5 en 1300 : linière (f (...)
  • 47 2 mentions seulement : La fame Pierre bouvart, orfèvre et la fame Raoul le normand, le bûcher, f.  (...)
  • 48 Les métiers sont : chapelier (f. 81), courtepointier (f. 47v), imagier (f. 43v), hôtelier (f. 43v) (...)
  • 49 Les métiers sont : armurier (f. 282), avenier (f. 273), de la bouteillerie du comte de Clermont (f (...)

51Pour l'heure, il est très difficile de répondre à cette question43. Toutefois, les mentions de métier apparaissant parfois derrière la désignation des femmes44, et leur genre - féminin ou masculin - peuvent servir d'indices. Dans le système II, celui où les femmes sont désignées par leur nom suivi de la relation conjugale, jamais le métier du mari n'est indiqué et celui de la femme apparaît rarement : deux mentions en 1297 et cinq en 130045. Dans le système 0, dans lequel aucun élément onomastique propre à la femme n'intervient, la mention du métier de la femme reste l'exception46. Celle du mari, quasiment inexistante en 129247, devient plus fréquente en 1297 avec 18 mentions48. Mais en 1300, avec 48 mentions49, c'est 43 % des femmes ainsi désignées pour lesquelles l'asséeur précise le métier du mari. Dans ces cas, bien que les registres n’indiquent pas, en général, que le mari est décédé, les femmes semblent jouer un rôle de relais à la tête de l’entreprise familiale.

52Dans les rôles de la taille, deux modèles concurrents servent donc pour désigner les femmes. Le premier est identique à celui qui a été dégagé pour les hommes et se compose d'un noyau binaire - nom et surnom - suivi, de plus en plus souvent au cours des années, de la mention du métier exercé. Le second leur est propre et se constitue autour de leur relation de parenté avec un homme surtout - leur mari, leur père mais aussi leur gendre. Autour de la relation peuvent apparaître d'autres éléments : le nom en premier lieu, mais sa présence varie selon les registre (en 1297 notamment, il est plus fréquemment omis qu'en 1292 et 1300) ; le métier, en second lieu, celui du mari décédé et, rarement, leur métier propre. De l'existence de ce double modèle découle une plus grande permissivité dans la désignation des femmes : le fait qu’en 1297 le système 0 désigne, en pourcentage, plus de femmes qu’en 1292 et 1300 peut être attribué à la latitude donnée aux asséeurs de la taille d'indiquer ou de ne pas indiquer le prénom des femmes désignées par une relation de parenté. Cette dernière, seule, compte vraiment.

  • 50 Christian Bromberger, "Pour une analyse anthropologique des noms de personnes" dans Langages, no 6 (...)

53L'étude de l'anthroponymie, soulignait Christian Bromberger dans un article récent50, devrait « dégager, au sein d'une société, les règles d'attribution des noms, les principes selon lesquels on classe, en les nommant, des individus similaires et différents, les lois qui régissent le système des appellations [...], enfin les propriétés - syntagmatiques - qui différencient, dans les énoncés, les noms de personnes des autres classes nominales et les normes-sociales - qui en prescrivent ou en interdisent l'emploi dans le discours ». Cette étude, par son objet, l’observation des désignations des individus dans des sources fiscales, ne couvre qu'un champ restreint de la matière observable et ne répond que très partiellement à cet ambitieux programme.

54L'observation des noms fait apparaître la nomination des hommes comme en état d'équilibre : dans le palmarès des noms masculins, un petit nombre de noms dominent, toujours les mêmes et toujours dans le même ordre, tout au long de la période. Pour les femmes, c'est plutôt l’impression d'une active évolution qui domine : la domination de Jeanne, symétrique de celle de Jean, est certaine mais son score est loin d'atteindre celui de ce dernier. Et dans le groupe des noms les plus portés par les femmes les contributions et les rangs varient.

55L'observation de la structure des désignations, des systèmes anthroponymiques, a permis de dégager des modèles de désignation et de préciser des décalages selon le sexe. Pour les hommes, un seul modèle de désignation l'emporte irrésistiblement. Il est formé d'un « noyau dur » constitué du nom et du surnom auquel s'ajoute, de plus en plus souvent, un troisième élément : le métier. Pour les femmes la réalité observée est plus complexe, plus mouvante. Deux modèles coexistent : l'un est identique à celui des hommes, l'autre, bâti autour de la désignation par une relation de parenté, leur est plus spécifique et met l'accent sur leur situation de dépendance sociale, leur place dans le réseau familial. Ces deux modèles étant dégagés, il reste beaucoup de questions auxquelles il est difficile de répondre en l'état actuel : sont-ils intercheangeables ? désigne-t-on un femme par l'un ou l'autre des systèmes indifféremment ou bien, comme cela est plus probable, chacun d'entre eux est-il la marque d’un état ou d'une situation sociale ?

56La place tenue par les noms de métier est très importante pour les femmes comme pour les hommes. Ils apparaissent tantôt comme troisième élément précisant l'identité sociale des taillables, tantôt comme surnom mais ils ont alors, bien souvent, la double fonction de surnom et d'indication du métier exercé. Le métier pourrait aussi - mais ceci restera une hypothèse non vérifiée tant que l'étude d'autres types de sources, pour la même période et la même société, n'aura pas permis de démontrer la spécificité de l'anthroponymie dans les rôles de la taille - avoir pour fonction de légitimer la présence des individus sur les listes fiscales.

Annexes

ANNEXE Ia

Évolution des noms des hommes (nomina propria)

1292

1297

1300

Nbre d'hommes (T)

11.623

8.268

9.082

Nbre de noms différents (D)

497

396

379

Stock pour 100 individus (D/T)

4,2 %

4,8 %

4,1 %

Nom le plus fréquent :

- Nbre d’hommes le portant

1.934

1.530

1.787

-  % dans la popul. totale (T)

16,6 %

18,5 %

19,7 %

Noms dominants (2 % et +) :

- Nombre

12

9

9

- % du nbre de noms (D)

2,4 %

2,3 %

2,4 %

-Nbre d’hommes les portant

6.733

4.525

5.178

- % dans la popul. totale (T)

57,7 %

54,4 %

56,9 %

Noms rares (attestés 1 fois) :

- Nombre

250

162

150

- % du Nbre de noms (D)

50,3 %

40,9 %

39,6 %

Nbre minimal de noms différents nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

9

8

7

ANNEXE Ib

A : Liste des 25 noms masculins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n'a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération).

A : Liste des 25 noms masculins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n'a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération).

N.B. : Apparaissent en italiques les noms qui ne font pas partie des 25 noms les plus fréquents dans l’ensemble des registres.

B : Palmarès des noms masculins Paris-1292

B : Palmarès des noms masculins Paris-1292

(Nombre d'hommes portant un nom : 11.623)

Paris - 1297

Paris - 1297

(Nombre d’hommes portant un nom : 8.268)

Paris - 1300

Paris - 1300

(Nombre d’hommes portant un nom : 9.082)

ANNEXE Ic

Évolution des noms des femmes (nomina propria)

1292

1297

1300

Nbre de femmes (T)

1.923

1.160

1.230

Nbre de noms différents (D)

196

145

133

Stock pour 100 individus (D/T)

10,2 %

12,5 %

10,8 %

Nom le plus fréquent :

- Nbre de femmes le portant

210

173

195

-  % dans la popul. totale (T)

10,9 %

14,9 %

15,8 %

Noms dominants (2 % et +) :

- Nombre

10

12

11

-  % du nbre de noms (D)

5,1 %

8,3 %

8,3 %

- Nbre de femmes les portant

1.039

707

775

-  % dans la popul. totale (T)

54,0 %

60,9 %

63,0 %

Noms rares (attestés 1 fois) :

- Nombre

82

58

47

-  % du Nbre de noms (D)

43,4 %

40,0 %

35,3 %

Nbre minimal de noms différents nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

9

8

7

ANNEXE Id

A : Liste des 25 noms féminins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n’a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération)

A : Liste des 25 noms féminins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n’a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération)

N.B. : Apparaissent en italiques les noms qui ne font pas partie des 25 noms les plus fréquents dans l'ensemble des registres.

B : Palmarès des noms féminins Paris - 1292

B : Palmarès des noms féminins Paris - 1292

(Nombre de femmes portant un nom : 1.923)

Paris - 1297

Paris - 1297

(Nombre de femmes portant un nom : 1.160)

Paris - 1300

Paris - 1300

(Nombre de femmes portant un nom : 1.230)

ANNEXE IIa

A : Système anthroponymique des hommes, tableau récapitulatif (Paris)

A : Système anthroponymique des hommes, tableau récapitulatif (Paris)

B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Hommes)

B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Hommes)

C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Hommes)

C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Hommes)

ANNEXE IIb

A : Système anthroponymique des femmes, tableau récapitulatif

A : Système anthroponymique des femmes, tableau récapitulatif

B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Femmes)

B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Femmes)

C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Femmes)

C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Femmes)

Notes

1 L'orientation première de ce travail avait amené à distinguer parmi les éléments de désignation, le prénom, le surnom, le métier, ainsi que les divers types de relations, métier et parenté par exemple. Deux types de surnom seulement ont été distingués - les surnoms de métier et de lieu - mais ni les sobriquets, ni les surnoms issus d'un prénom. Il est impossible, dans l'état actuel des fichiers, de travailler sur ces deux derniers types de surnom. D'autre part, il n'a pas été possible d'obtenir des comptages automatiques des individus désignés par un prénom seul.

2 Afin de rendre notre vocabulaire cohérent avec celui de l'ensemble du volume, le prénom ou nom de baptême sera désigné ici par le terme de nom.

3 Edition : H. Géraud, Paris sous Philippe le Bel d'après des documents originaux et notamment d'après un manuscrit contenant le « rôle de la taille » imposée sur les habitants de Paris en 1292, Paris, 1837. Réimpr. accompagnée d'un avant-propos et d'un index des noms de personnes par C. Bourlet et L. Fossier, Tübingen, 1991.

4 Jean Guerout, « Fiscalité, topographie et démographie à Paris au Moyen-Age », second article, B.E.C., 1972, p. 386-389 et p. 399-400.

5 Edition : K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l'an 1296, Göteborg, 1958 et Le livre de la taille de Paris, l'an 1297, Göteborg, 1962. Les trois autres registres de cette série - 1298,1299 et 1300 - ne sont pas publiés.

6 Edition : K. Michaëlsson, Le livre de la taille de Paris, l'an de grâce 1313, Göteborg, 1951.

7 K. Michaëlsson, Etudes sur les noms de personnes français d'après les rôles de taille parisiens, Uppsala, 1927. Comme le titre de l'ouvrage le suggère, l'objectif de Karl Michaëlsson n’est pas d'étudier les systèmes anthroponymiques mais les divers éléments « à caractère onomastique », c'est à dire les noms à proprement parler : noms et surnoms. Dans cette optique, il laisse de côté tout ce qui n'a pas ce caractère (les relations de parenté ou de métier par exemple) et considère les noms apparaissant en troisième position tel arbalétrier dans « Gilebert du louvre, arbalestrier » comme des surnoms (surnoms doubles). Il éprouve une certaine gêne, toutefois, vis-à-vis des noms de métier et s'interroge plusieurs fois sur leur qualité « onomastique ». Deux arguments lui permettent de justifier ce choix : les métiers, même s'ils sont des métiers exercés, ont une valeur qualificative et distinctive de l'individu (p. 121) et il y a une différence extrêmement petite entre le sens distinctif et le sens onomastique (p. 122). Si on peut facilement le suivre sur le premier argument, le deuxième est plus sujet à caution et sa pertinence me semble d'ailleurs discutable. Il est plus simple et certainement plus juste de considérer qu'il s'agit bien de mentions du métier et que celles-ci font partie du système de désignation anthroponymique.

8 Les menus manquent au registre de 1296.

9 Les chiffres donnés ici ne correspondent pas au nombre de taillables. Ont été écartés les individus dont le sexe n'était pas déterminable (1 % de la population) ainsi que les populations hétérogènes (lombards, juifs) qui représentent 2 % environ du corpus, ou les communautés tels les bourgeois de Laon, l'hôtel de Chaalis, l'hôtel de Clairvaux.

10 Ni, même, au cours de sa vie. Il s'agit là d'une règle générale, maintes fois vérifiée, lorsqu'on essaye de retrouver un même individu à travers plusieurs sources. Il peut, bien sûr, y avoir des exceptions, difficiles à repérer d'ailleurs.

11 On peut d'ailleurs supposer que le statut des formes diminutives n'obéit pas toujours aux mêmes règles. Robin semble avoir une autonomie plus grande que Jeannot ou Perrot.

12 Cf. D. Barthélémy, "Vendômois : le système anthroponymique (Xe - milieu XIIIe s.), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Université de Tours, 1989, p. 51.

13 La bibliographie sur le sujet est importante et comporte des études proprement anthroponymiques comme des études de groupes sociaux. Voir notamment K. Michaëlsson, "Les noms d'origine dans le rôle de la taille parisien de 1313" dans Symbolae Philologicae Gotoburgenses, Acta Universitatis Gotoburgensis, LVI, 1950, 3, p. 357-400. Anne Terroine, Recherches sur la bourgeoisie parisienne au XIIIe siècle, thèse de l'école nationale des chartes, 1940. Amie Terroine, "Gandouffle d'Arcelles et les compagnies placentines à Paris (fin du XIIIe siècle), dans Annales d'histoire sociale, 1945, pp. 35-74. etc...

14 1292, f. 63d. Les références aux sources seront précédées de la date et renverront toujours aux folios des deux manuscrits correspondants : pour 1292, Bibl. Nat. ms. fr. 6220 et pour 1297 et 1300, le manuscrit des Archives nationales KK 283. L'édition du rôle de 1297 par K. Michaëlsson indique les folios, il sera donc facile de retrouver les individus. Pour 1292, si l'édition de Géraud ne porte pas cette indication, elle a été ajoutée dans la réimpression récente.

15 1300, f° 246, paroisse Saint-Eustache, troisième quête.

16 1300, f° 267, paroisse Saint-Jacques, première quête. Rufin est gendre de Denis Cheenel, épicier.

17 1297, f° 61, paroisse Saint-Germain-le-vieux, rue de la Calandre.

18 Les pourcentages publiés par Karl Michaëlsson dans son Etude sur les noms de personnes... ont été calculés par rapport à l'ensemble de la population. Ils sont donc extrêmement faibles et non significatifs pour notre étude.

19 K. Michaëlsson relève de nombreux cas de changements de surnoms dans son Etude sur les noms de personnes..., p. 132 et suivantes. Quant aux variations de métier, on peut en relever beaucoup : un enlumineur peut devenir libraire, un avenier être dénommé marchand de blé. Dans le premier cas, il y a diversification des activités alors que dans l'autre, il s'agit seulement de deux manières d'exprimer la même chose.

20 L'absence du système I est dû au fait que je n'ai pu décompter exactement les individus désignés par un prénom seul. Ils sont de toute façon très peu nombreux (moins de 1 %).

21 Dans les systèmes 0 et II, c'est souvent sous de telles formes que les hommes apparaissent. C'est par rapport au parent - père ou mère le précédant immédiatement dans la liste - qu'ils sont désignés.

22 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, 1297, f. 47.

23 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs, 1300, f. 259.

24 Paroisse Saint-Germain, 7ème puis 5ème quête. 1292, f. 14d et 1297, f. 41.

25 Paroisse Saint-Merri, 4ème quête. 1297, f. 51v et 1300, f. 266v.

26 K. Michaëlsson en cite d'autres exemples dans Etudes sur les noms de personnes..., p. 135 et suiv.

27 1297, f. 46 et 75v. Le premier est situé paroisse Sainte-Opportune et l'autre, paroisse Saint-Leu-Saint-Gilles.

28 Peut-on aller plus loin et affirmer que les surnoms de métiers du système à deux éléments sont généralement des métiers exercés ? La question est d'importance pour qui veut exploiter les registres pour une étude de l'artisanat parisien mais extrêmement complexe. Nous y reviendrons ailleurs.

29 Le graphique donne une image peut-être trompeuse. En effet, un certain nombre d'indices que je ne puis développer ici me font penser que le démarrage du système IV a pu n'intervenir qu'en 1299.

30 Les 2 exemples donnés ici sont des cas de féminisation du surnom du mari. En fait, le repérage dans les sources d'une même femme sous deux désignations différentes est d'autant plus aisée qu'il y a féminisation et c'est probablement la raison pour laquelle ces exemples ont été repérés les premiers. Il ne faut rien en déduire quant à la fréquence de ce type de formation des surnoms féminins.

31 Paroisse Saint-Eustache : 1297, f. 73v ; 1300, f. 244.

32 Paroisse Saint-Germain-le-Vieux dans la cité : 1297, f. 60 ; 1300, f. 284v.

33 Paroisse Saint-Côme : 1297, f. 64v ; 1300, f. 292v. On pourrait citer bien d'autres exemples identiques à ceux qui sont indiqués ici. Mais il est impossible, tant qu'une identification systématique des femmes n'a pas été entreprise, de donner des chiffres précis.

34 Paroisse Saint-Nicolas-des-Champs : 1297, f. 76v ; 1300, f. 254v.

35 Cf. les développements qui précèdent.

36 Les pourcentages sont calculés en additionnant les mentions de relation de métier dans les systèmes 0 et II.

37 Dans le système Ob, 42 femmes sur 43 sont chambrières en 1292, 4 sur 7 en 1297 de même que Tunique femme ainsi mentionnée en 1300. Dans le système 11b, les chiffres sont de 141 sur 158 en 1292, 34 sur 44 en 1297 et 2 sur 5 en 1300. Les autres types de relations de métier sont apprentie, ouvrière, concierge et nourrice.

38 Quelques chambrières sont aussi désignées par le système IVb (nom, surnom et relation de métier) : 9 en 1292 mais 1 seule en 1297 et 1300.

39 Pour les hommes, une évolution identique est perceptible, bien que moins accentuée. Le registre de 1292 recense plus de 400 valets alors qu'ils ne sont plus qu'une petite centaine en 1300.

40 Dans cette hypothèse, les quelques cas de chambrières et de valets subsistant dans les registres de 1296-1300 concerneraient ceux et celles qui, en plus de leur activité chez un patron, exercent une activité à leur propre compte.

41 Plusieurs désignations ont parfois été regroupées sous un même type. Fille regroupe fille, fillastre, pucele au sens de fille, fille sa fame ; autre regroupe cousinne, serourge, etc...

42 Voici les chiffres calculés pour le système 0. En 1292, 64 relations avec un homme et 31 avec une femme ; en 1297, 44 relations avec un homme et seulement 18 avec une femme (parmi celles-ci, 13 sont du type la fille de...) ; en 1300 il ne reste que 16 relations avec un homme et 6 avec une femme dont la moitié sont dites la fille de... ou sa fille.

43 Il faudrait, notamment, identifier les femmes ainsi désignées et tenter d'ajouter d'autres informations biographiques issues d'autres sources.

44 Comme la fame Alain de crespi, regratier. La fame jehan de saint-lo, tailleur de pierre.

45 Ces métiers sont : hôtelière (3 mentions), regratière, mercière, corroière et sélière.

46 Aucune mention en 1292. 2 en 1297 : lingère (f. 51v), talemelière (f. 53v), 5 en 1300 : linière (f. 288), ouvrière de soie (f. 260), poissonnière (f. 240), mercière (f. 268), regratière (f. 233).

47 2 mentions seulement : La fame Pierre bouvart, orfèvre et la fame Raoul le normand, le bûcher, f. 37 et

48 Les métiers sont : chapelier (f. 81), courtepointier (f. 47v), imagier (f. 43v), hôtelier (f. 43v), maçon (f. 47v), poulaillier (f. 41), orfèvre (f. 41v, 53), peignier (f. 46), sellier (f. 51v), sergent à cheval (f. 63), talemelier (f. 52, 54), tavernier (f. 46v, 50, 54), teinturier (f. 56).

49 Les métiers sont : armurier (f. 282), avenier (f. 273), de la bouteillerie du comte de Clermont (f. 280), bufetier (f. 282v), chapelier (f. 268v), charretier (f. 242), cordier (f. 248v), cordonnier (f. 244v, 271v), drapier (f. 250v, 276v), founder de sainte-Geneviève (f. 280), fourrier aux enfants (f. 232), fripier (f. 236, 242v, 244, 249v), heaumier (f. 245), hôtelier (f. 260v), huchier (f. 275), maçon (f. 280), mercier (f. 248, 250), orfèvre (f. 238, 262), pataier (f. 251v, 265v), talemelier (f. 259v, 286, 289), tavernier (f. 231, 248v, 292), tisserand (f. 242, 280v), tondeur (f. 280v), tonnelier (f. 243v).

50 Christian Bromberger, "Pour une analyse anthropologique des noms de personnes" dans Langages, no 66, 1982, pp. 103-124.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique 1. Histogramme des systèmes anthroponymiques des hommes et des femmes pour les 3 années étudiées. (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Titre Graphique 2a Évolution des désignations des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 85k
Titre Graphique 2b Évolution de la désignation complexe (type IV) des hommes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)
Légende NB : I Va (nom+surnom+profession)IVb (nom+surnom+relation)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique 3a. Histogramme des types de surnoms dans le système IV (hommes) (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Graphique 3b. Histogramme des types de surnoms dans le système 111 (hommes) (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Graphique 3c. Histogramme cumulé des types de surnoms dans les systèmes III et IV (hommes) (Paris - registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre Graphique 4a. Évolution des désignations des femmes (1292-1300) (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Graphique 4b. Désignation complémentaire des hommes et des femmes (type IV1292-1300) (Paris - Registre des tailles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Graphique 5. Histogramme des types de surnoms (femmes) (Paris - Registre des tailles) a. dans le système IV
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre b. Dans le système III
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre c. Histogramme cumulé III et IV
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 101k
Titre Tableau des relations de parenté désignant les femmes41
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre A : Liste des 25 noms masculins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n'a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération).
Légende N.B. : Apparaissent en italiques les noms qui ne font pas partie des 25 noms les plus fréquents dans l’ensemble des registres.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre B : Palmarès des noms masculins Paris-1292
Légende (Nombre d'hommes portant un nom : 11.623)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Paris - 1297
Légende (Nombre d’hommes portant un nom : 8.268)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Titre Paris - 1300
Légende (Nombre d’hommes portant un nom : 9.082)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 309k
Titre A : Liste des 25 noms féminins les plus portés (Paris, 1292-1300). (Cette liste n’a pas grande signification quant à l’évolution : il s’agit de la même génération)
Légende N.B. : Apparaissent en italiques les noms qui ne font pas partie des 25 noms les plus fréquents dans l'ensemble des registres.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Titre B : Palmarès des noms féminins Paris - 1292
Légende (Nombre de femmes portant un nom : 1.923)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Paris - 1297
Légende (Nombre de femmes portant un nom : 1.160)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Paris - 1300
Légende (Nombre de femmes portant un nom : 1.230)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre A : Système anthroponymique des hommes, tableau récapitulatif (Paris)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Hommes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Titre C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Hommes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 113k
Titre A : Système anthroponymique des femmes, tableau récapitulatif
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre B : Noms complexes (IV) : répartition des surnoms de métier et d’origine (Femmes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre C : Répartition des types de surnoms (III et IV ensemble) (Femmes)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16752/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 110k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search