Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome II-2 : Persistances du nom unique

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Les difficultés d'une étude de la désignation des femmes

Monique BOURIN

Texte intégral

  • 1 Les références bibliographiques seraient innombrables ; je serai donc excusable de n’en pas donner.

1L’histoire des femmes est à la mode1. Mais ce n’est pas céder à la mode que de consacrer une étude spécifique à leur dénomination, tant il est évident au premier contact avec les documents des XIème, XIIème et XIIIème siècles que les scribes les désignent suivant des principes très différents de ceux qui président à la dénomination écrite des hommes.

  • 2 Cf. l'étude de Monique Zerner, "L'épouse de Simon de Montfort et la croisade albigeoise", dans Femm (...)

2De charte en charte, nous avons pris conscience de l’anachronisme des formes que les historiens utilisent pour désigner les femmes, par un nomen proprium suivi du surnom de leur mari. Nous écrivons, par exemple, Alice de Montmorency ou Alice de Montfort pour désigner l’épouse de Simon de Monfort suivant que nous voulons insister sur sa naissance dans la famille de Montmorency ou sur son mariage avec Simon de Montfort ; mais aucun document ne la désigne ainsi. Elle est "la comtesse" dans les sources narratives, telles que la Chanson de la Croisade albigeoise. Les actes de la pratique la désignent parfois comme Alice, comtesse de Toulouse et dame de Montfort, puis Alice comtesse de Leicester et dame de Montfort après 1219, énonçant ainsi très précisément le rôle qu’elle a joué dans la seigneurie après la mort de sa belle-mère et de son époux, en l’absence de son fils et prenant acte de l’abandon du duché de Narbonne et du comté de Toulouse2. Bien sûr, rien ne remplace la commodité de l’usage pratiqué parles historiens, à condition de mesurer à quel point il diffère, en règle générale, de celui des scribes médiévaux ; il risque d'influencer insidieusement notre vision du mode d'intégration des filles et des femmes au lignage, qu'il soit d’origine ou d'alliance.

Un système majoritaire : un nom, pas de surnom

3Pour désigner les femmes, l’usage des scribes médiévaux diffère du système anthroponymique moderne, tel qu'il s'élabore, pour les hommes, entre le XIème et le XIIIème siècle. La forme normale de la désignation des femmes est alors un simple nom suivi d'une relation familiale. Depuis quand cet usage ? Observe-ton des règles, régionales ou générales, qui président au choix de cette "désignation complémentaire" ? Ces règles sont-elles variables et soumises aux circonstances ou constantes et stables ? Bref, cette pratique anthroponymique relève-t-elle d'un système de dénomination différent de celui des hommes, mais constitué suivant des régies rigoureuses ? Derrière l'analyse anthroponymique se profile la question de la situation des femmes, entre leur famille d'origine et celle de leur époux. Devenues adultes, sont-elles prioritairement filles et sœurs, ou bien épouses et veuves ? L'anthroponymie n'est évidemment qu'un indice qu’il faudrait confronter à d’autres, tels que legs pieux ou lieux d’inhumation. Il faut d'ailleurs peut-être la considérer comme un mode de dénomination régi par les hommes, en tous cas par ceux qui tiennent la plume.

Quelques cas de surnoms

4Cette pratique anthroponymique majoritaire souffre des exceptions, car il est des femmes qui précocement portent une désignation sur le modèle de celle des hommes, avec un surnom suivant leur nomen proprium.

5Le port de ce surnom est-il stable dans la vie d'une femme ou bien, soumis aux circonstances et aux âges de la vie ? Quelles femmes sont ainsi désignées ? Une explication simple renvoie au droit du patrimoine (cette explication pourrait avoir une portée, non pas limitée aux femmes, mais générale) : le surnom signalerait la participation à la propriété de certains biens, fonciers ou seigneuriaux, auxquels serait attaché le surnom. La vérification de cette hypothèse implique une étude, cas par cas, de la dévolution du patrimoine, comparée à la pratique anthroponymique. Et non pas une simple référence à la "coutume". Car le concept de coutume implique un système de dévolution des biens contraignant alors que, pour l'époque étudiée, on observe des pratiques hétérogènes. On peut discerner, dans chaque région et par période, une ou des solutions dominantes, pratique de la dot et de l'exclusion des filles du patrimoine, de la primogéniture, du douaire et de sa forme etc... mais aucune n'est absolue et elles laissent place à des situations familiales individuelles originales. La pratique anthroponymique, aussi, est hétérogène. Ces rares femmes qui portent un surnom sont-elles celles qui héritent de leur famille, à l'instar des hommes ?

6Quel surnom portent-elles alors ? Sont-ils globalement analogues dans leur typologie à ceux des hommes ou révèlent-ils une spécificité ? Leur sont-ils propres, ou portent-elles celui du père, du mari, des biens qu'elles possèdent ?

7Cette analyse demande à être suivie précisément à travers les générations : la pratique semble-t-elle se modifier à certaines époques ?

  • 3 Ce risque général est souligné par Christiane Klapisch-Zuber, dans l'introduction à l'Histoire des (...)

8Elle mérite surtout d'être comparée soigneusement d’une région à l'autre. Sans doute ne faut-il pas succomber à la tentation de sur interpréter trop rapidement3 : faire du port du surnom le signe d'une plus grande indépendance ou d'une plus grande "égalité" avec les hommes. Ni nécessairement accorder à l'évolution anthroponymique plus de sens qu'elle n'en a : elle peut n'être que la prise en compte nouvelle de phénomènes antérieurs et anciens. Elle n'en est pas moins un indice de la manière dont la femme est située dans la société et des rôles qu'on lui reconnaît.

Les noms : choix et distribution

9L'analyse du système de désignation des femmes inclut naturellement l'étude du nomen proprium, à mener en la comparant avec l'évolution des noms masculins. Retrouve-t-on pour elles des phénomènes analogues et contemporains de la concentration des choix et des situations d'homonymie qui deviennent si fréquentes dans certaines régions surtout pour les hommes ? Suivant un phénomène maintes fois signalé, l'étude des noms masculins nous a montré que l'apparition des surnoms chez les hommes n'était pas sans lien avec le développement de l'homonymie, sans qu’il soit, d’après les premières études, tout à fait clair comment les deux phénomènes fonctionnaient l'un par rapport à l'autre. Qu’en est-il des femmes qui ne portent pas de surnom, mais peuvent être situées dans la société par rapport à des éléments masculins ? La désignation "familiale" qui accompagne leur nom est-elle réponse à une situation de risque homonymique ?

  • 4 Sur ce point, voir notamment les travaux de M. Mitterauer, "senioris sui nomine, Mlo, 1988, Bd 96/3 (...)

10Les noms masculins se sont peu à peu concentrés sur quelques uns, essentiellement noms religieux et noms de grands personnages4. L'anthroponymie féminine a-t-elle connu une évolution analogue, désignant les filles sur le modèle des princesses et des reines ou des saintes femmes de la Bible et de l'Antiquité chrétienne ? Ou bien, parce que la tradition familiale est moins fortement incarnée par les filles et qu'elles sont moins impliquées dans les liens de la féodalité leur a-t-on réservé des noms d'un autre type ?

11La documentation française ne nous avait pas engagés à une étude détaillée des formes diminutives des noms masculins à cette période. Il pouvait être en revanche intéressant de l'observer dans les noms féminins. Toutefois à défaut d'une étude prosopographique précise, il sera difficile de déterminer si l'hypocoriste est un nom stable, toujours utilisé pour désigner la même femme ou fille, ou s'il s'agit d'usage variable avec les humeurs ou les âges de la vie.

12Les milieux sociaux sont assez peu déterminants dans les choix des prénoms masculins : les plus fréquents sont communs à toutes les strates de la société. Sont-ils plus sensibles dans les noms donnés aux filles ?

13Les noms des garçons semblent très stables, pour autant que les documents permettent de le vérifier, de la naissance à la mort. En va-t-il de même pour les filles, ou bien, comme il a parfois été suggéré, les filles sont-elles "rebaptisées" quand elles se marient ?

Des effectifs parfois très faibles

14A toutes ces questions, l'observation des chartes offre peu de voies de réponse, tant les femmes y sont peu nombreuses. Et plus encore que les hommes, elles n'y apparaissent que si elles appartiennent aux rangs les plus élevés de la société. Nous avons pourtant tenté cette étude à défaut d'autres sources sérielles pour cette époque. Elle complète les études de cas ou les analyses des documents littéraires.

15Malgré le faible nombre de femmes dans les chartes que conservent les cartulaires, nous avons souhaité, pour l’étude de leur désignation, conserver une méthode analogue à celle que nous avions mise au point pour les laïcs, en profitant des améliorations que permet l'expérience et surtout l'intégration à notre équipe d'un statisticien. L'emploi de ces méthodes statistiques n'exclut pas, bien au contraire, l'analyse de cas ; les deux approches s'enrichissent et se complètent.

16Ce faible nombre a aggravé un certain nombre de difficultés. Il rendait impossible, sous peine d'effectifs si faibles qu’ils étaient dépourvus de signification, un découpage du corpus en tranches chronologiques brèves. Chacun a donc "collé" à la répartition dans le temps des chartes qu'il a utilisées pour cette étude et procédé à des regroupements de tranches adéquats. En essayant de les appuyer sur la date à laquelle la population masculine compte plus de 50 % de désignations comportant un surnom.

La présence des femmes dans les chartes

17L’étude de la désignation des femmes ne va pas sans une analyse complète de leur présence dans les chartes.

18Le "déficit" de l'effectif des femmes par rapport au nombre des hommes cités doit être mesuré pour en permettre une comparaison interrégionale ; le chiffre absolu est difficile à interpréter, ses variations relatives d'une région à l'autre ne sont pas dépourvues de signification. Il en va de même pour la variation chronologique.

19Cette mesure brute a son intérêt, mais il faut ensuite en reprendre la mesure suivant les fonctions dans l'acte, car le "déficit" global peut être aggravé par une sous-représentation dans certaines fonctions :

  • dans quelle proportion, les témoins ou signa sont-ils des femmes ? Il s'agit là d'un indice important de leur participation à la vie publique, d'où l'intérêt d'observer si leur présence parmi les témoins est attestée pour tous les types d'actes ou seulement certains ; lorsque l'acte est passé dans un lieu privé ou public.

  • dans qu’elle proportion sont-elles citées parmi les confronts ? Cette proportion doit être comparée à celle où elles agissent comme propriétaires, à titre personnel, d'un bien. Un écart entre ces deux taux, tel que les femmes seraient rarement citées comme confront, révélerait quelles sont moins perçues comme propriétaires par l'ensemble de la société qu'elles ne le sont en réalité ; que leur participation à la gestion de la terre est donc restreinte. Il est peu probable que la documentation permette d'analyser en détail à quelles situations correspondent les cas où elles sont signalées comme confront.

20Si les femmes sont très rarement citées comme témoins ou confronts, il est inutile de comparer les formes de leur désignation dans les différentes parties des chartes.

  • à titre de parties principales, dans quelle proportion agissent-elles seules ? en tête d'un groupe familial et lequel ? à l'intérieur d'une groupe familial, lequel et en quelle place ?

Comment mesurer la distribution des noms ?

21L'instrument de travail pour cette partie de l'étude est en premier lieu la simple liste alphabétique des noms féminins où est porté l'effectif de chacun, établi par tranche chronologique. A partir de cette première liste, une seconde liste est construite où les noms sont rangés par ordre de fréquence décroissante. Une liste pour chaque tranche chronologique. Pour chacune, se calculent :

  • l'effectif cumulé croissant (en ajoutant pour chaque nouveau nom de la liste son effectif à celui du prénom précédent ; le dernier prénom classé atteint donc l'effectif global) ;

  • la fréquence, exprimée en %, de chaque prénom dans l'ensemble de la population féminine de la tranche considérée ;

    • 5 Ce tableau, très simple à bâtir, nous a été suggéré par P. Chareille. Si, dans l'enquête précédente (...)

    et la somme des fréquences cumulées5.

  • 6 Notre réflexion aurait sans doute été éclairée par les travaux de M. Mitterauer, mais nous n'en avi (...)

22De là, l'appréciation des phénomènes de distribution des noms, mais aussi l'analyse de la nature des choix : noms "chrétiens" (et leurs diverses composantes, vétéro-testamentaire, néo-testamentaire, noms de martyres), noms de l'antiquité profane, noms romans (auguratifs, descriptifs etc...). Au cours de ce classement, nous avons retrouvé la même difficulté que pour la population masculine : le concept de nom "germanique” ne nous paraissait plus parfaitement opératoire pour cette période. Celui de "nom chrétien", non plus, que nous avons d'abord adopté avec réticences. Il n'est pas facile de démêler pour la plupart des noms portés, par les hommes comme par les femmes, les raisons d'un choix, entre l'origine traditionelle (germanique) du nom et le fait qu'il a été porté par tel ou tel personnage honoré comme saint par l'Eglise6.

A la recherche d'une méthode pour étudier le mode de désignation des femmes

23Nous avons cherché à établir une typologie proche de celle que nous avions choisie pour l'étude du système anthoponymique masculin, afin de permettre la comparaison, mais une typologie qui s'adaptât aux formes spécifiques de la désignation des femmes.

24Il fallait donc continuer à rendre compte de la forme de la désignation, en modifiant très légèrement la typologie. Nous avons conservé :

  1. le nom unique

  2. nom unique complété par une désignation complémentaire

  3. le nom assorti d'un surnom

25mais nous avons jugé que, compte tenu du petit nombre de surnoms, le critère du surnom complexe, associant plusieurs surnoms à la suite, n'avait guère d'intérêt. Il était en revanche utile d'observer tous les cas où le choix ne se faisait pas entre la forme II et la forme III, et où ces deux formes s’enchaînaient, pour donner une désignation particulièrement complète : nom + surnom + indication d'une relation familiale (IV).

26L'objectif primitif était de comparer les dates auxquelles l’usage du surnom l'emporte sur celui du nom simple, pour la population masculine et féminine. Dans la plupart des régions étudiées, un sondage dans les documents montrait que cette situation ne se produisait pas, dans la population féminine, au temps des cartulaires. En revanche, comme pour le clergé, l'usage s’introduisait d'ajouter une désignation complémentaire au nom unique. Le problème se posait donc sous une forme différente de celle des laïcs : il demeurait intéressant de voir si la pratique du surnom se répandait pour les femmes et à quel rythme. Mais il fallait aussi observer quand le nom unique tout simple, sans la moindre autre précision, devenait le mode minoritaire de la désignation des femmes dans les actes écrits.

27Nous avons conservé le système d’analyse des références contenues dans les surnoms et désignations complémentaires (à la famille, à un métier, à un lieu, sobriquet etc...) Mais cette étude avait pour principal intérêt de permettre la comparaison avec le stock de surnoms masculins. Sont-ils les mêmes ? Y a-t-il des types de surnoms qui ne se déclinent pas au féminin ?

28En revanche, il était important d'observer si la désignation complémentaire ou, lorsqu’il en est mentionné un, le surnom rattache la femme à son origine familiale ou à son mari. Nous avons donc ajouté un exposant 1 à toutes les formes qui renvoient au côté paterno-maternel et 2 à celles qui se rattachent au mari et à sa famille.

29Il s'est ensuite agi de préciser les résultats suivant la situation conjugale de la femme : mariée, veuve, encore célibataire. Et suivant les catégories sociales, encore que les chartes ne laissent guère apercevoir de femmes hors des plus nobles.

30La nature de l’acte écrit mérite une attention particulière. Autant, il nous a semblé qu'on pouvait confondre dans une catégorie unique tous les actes individuels ou familiaux d'aliénation, contestation, donation de biens, autant, il fallait traiter à part les listes et surtout les censiers. Là seulement, nous avions quelques chance d'entrevoir d'autres milieux.

31La date tardive de l'évolution de l'anthroponymie féminine en même temps que l'intérêt des listes, notamment fiscales, pour son étude, nous a incités à prolonger l'étude jusque dans un XIVème siècle avancé. Peut-être aurions-nous dû la conduire encore plus avant.

TYPOLOGIE DE LA DÉSIGNATION DES FEMMES

I : Nom unique

32I : prénom seul

33IA : nom de lieu seul (ex. Blésoise)

34IB : fonction seule (ex. L'épicière)

35IC : sobriquet seul : (ex. Gibosa)

36Si le nom est précédé d'un article, il serait possible de le signaler par une notation telle que * qui ligure dans tous les claviers, de telle sorte que la Blésoise ou Na Ermessens soient classées respectivement IA* et I*.

37On pourra alors ajouter les catégories :

38I*

39I A*

40I B*

41I C*

42Ou bien remplacer les catégories I A par I A* si la documentation ne comporte que des femmes portant un nom unique précédé d’un article.

II : Nom + désignation complémentaire

43- II A : expression d'un lien familial :
II A 1 : lien conjugal (ex. Agnes, uxor Petrus de Andusia ou Agnes, uxor Petrus de Andusia qui fuit) etc...
II A 2 : lien paterno-maternel (ex. Agnes, filia Petrus de Andusia ou Agnes filia Ermessindis)
II A 3 : lien autre (ex. Agnes, soror Petri Raimundi)

44- II B : fonction (ex. Jeanne l'épicière)

45- II C : sobriquet (ex. Macie la voleuse)

46- II D : surnom de lieu (ex. Agnes, qui habitat Agate)

III : Nom + surnom

47On ajoutera à notre système habituel, si cela paraît utile, un exposant qui indiquera si le surnom porté est celui du mari(1), du père(2) ou si son origine est inconnue(0).

48- III A : surnom en forme de nom
III A(1) : ex. Agnes Martina (on sait que son mari s'appelle Pierre Martini)
III A(2) : ex. Agnes Riperia (on sait que son père s'appelle Raimundus Riperia)
III A(0) : on ne connaît pas le nom des proches.

49- III B : III B(1)
III B(2)
III B(0) etc...

IV : Nom complexe

50- IV A : Prénom + nom + lien familial :

51IV A(1) : ex. Agnes Martina, uxor Petrus Martini
IV A(2) : ex. Agnes Riperia, filia Petri Riparie,
ou Agnes Martina, filia Petri Riparie, le problème ne se posant que si nous savons, par ailleurs, que son mari est Petrus Martini

52- IV B : Prénom + nom + titre.

Notes

1 Les références bibliographiques seraient innombrables ; je serai donc excusable de n’en pas donner.

2 Cf. l'étude de Monique Zerner, "L'épouse de Simon de Montfort et la croisade albigeoise", dans Femmes, mariages, lignages. XIIème-XIVème siècles. Mélanges offerts à Georges Duby, De Boeck Université 1992, notamment pp. 462-465. A la suite de cette étude où elle montré les confusions faites entre la mère de Simon, Amicia et sa femme Adalicia, Monique Zerner a bien voulu reprendre cet exemple et vérifier chacune des dénominations des deux femmes ; je l'en remercie très vivement. Il est apparu qu'une seule fois (No 62 du catalogue dressé par A. Rhein, La seigneurie de Montfort en Iveline, depuis son origine jusqu'à son union au duché de Bretagne, Versailles 1910), la mère de Simon a porté le nom de comitissa Amitia de Monteforti : c'est l'association la plus étroite entre son nom et le surnom - ou titre en l'occurrence - de son mari. L'expression normale est Amicia comitissa Leycestrie domina Montis-fortis et ceci même, comme le fait remarquer Monique Zerner h la page 462, après son remariage avec Guillaume des Barres.

3 Ce risque général est souligné par Christiane Klapisch-Zuber, dans l'introduction à l'Histoire des Femmes. Le Moyen Age, sous la direction de G. Duby et M. Perrot, ed. Plon, Paris 1991, notamment p. 19.

4 Sur ce point, voir notamment les travaux de M. Mitterauer, "senioris sui nomine, Mlo, 1988, Bd 96/3-4, pp.275-329 et "Namengebung", Beiträge zur Historischen Sozialkunde, 1988, 2, pp. 36-70.

5 Ce tableau, très simple à bâtir, nous a été suggéré par P. Chareille. Si, dans l'enquête précédente, nous avions construit le même pour les hommes, notre travail de comparaison avec la population masculine aurait été très simplifié !

6 Notre réflexion aurait sans doute été éclairée par les travaux de M. Mitterauer, mais nous n'en avions pas une connaissance précise lorsque notre enquête a pris forme. Nous aurions préféré le terme de "nom religieux" à celui de "nom chrétien".

© Presses universitaires François-Rabelais, 1992

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search