Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Chapitre 10. Pour conclure

Texte intégral

1Une conclusion est-elle ici possible ? On peut en douter ! Comment en effet dresser le bilan d’une réflexion qui met moins l’accent sur les acquis d’une recherche engagée il y a plus de dix ans et conduite dans le cadre d’un programme collectif que sur les conditions de leur production ?

2Pour souligner l’imbrication entre le questionnement, les méthodes, les outils déployés et la lecture consécutive de la documentation anthroponymique, ce travail mêle l’analyse critique des outils « classiquement » utilisés dans les études d’anthroponymie médiévale, la présentation rétrospective d’un certain nombre de ceux qui ont été élaborés et déjà largement employés dans le cadre de l’enquête sur la Genèse Médiévale de l’Anthroponymie Moderne, et suggère quelques pistes encore inexplorées pour lesquelles il propose des outils construits ad hoc ou empruntés à d’autres champs disciplinaires.

3À Marc Bloch qui voyait dans l’étude des noms de personne un « instrument de sondage dont les résultats seront merveilleux, — lorsque nous en posséderons vraiment la technique » (Bloch, 1932 : p. 67, cité supra, introduction générale), on aurait aimé pouvoir fournir nombre de ces « merveilleux résultats ». Pourtant, il faut bien le reconnaître, même au prix d’une technicité certaine, l’étude anthroponymique laisse des questions essentielles sans réponse définitive.

  • 1 Les clercs n’adoptent le surnom que bien après les laïcs, les femmes plus tardivement que les homm (...)

4Bien sûr, on pourrait conclure en rappelant quelques-uns des résultats auxquels les études de cas (présentées dans le volume 3 de la version universitaire de cette thèse) ont contribué : d’un point de vue anthroponymique, partout où l’enquête a été menée, au IXe siècle comme à la fin du Moyen Âge, la différenciation sociale (entre clercs et laïcs, entre serfs et non serfs, etc.) ne se lit pas dans les nomina propria autrement que sous la forme de nuances fines. Et malgré l’uniformisation des corpus liée à la christianisation du stock onomastique, les noms personnels semblent avoir été davantage situés dans une lecture familiale que dans une lecture statutaire. On chercherait le plus souvent en vain du côté des surnoms ce marquage social que le système de désignation, avant qu’il ne s’impose à tous en Occident, enregistre pendant un certain temps1. S’il se peut que, localement, la pratique de certains noms ou de certains surnoms ait été distinctive des statuts, il est toujours difficile d’en apporter une preuve indiscutable. Et il ne paraît pas raisonnable d’imaginer que les contemporains aient pu être en mesure de saisir des nuances que nous ne parvenons souvent à repérer qu’au prix de la mise en œuvre d’un appareillage statistique lourd. En anthroponymie, la différenciation semble donc avoir toujours été plus spatiale (donc possiblement politique et/ou culturelle) que sociale, mais il reste souvent difficile de démêler ce qui doit être imputé à la chronologie de ce qui relève des autres facteurs.

5On pourrait également souligner que lorsque la documentation permet d’observer le fonctionnement du système de désignation dans le cadre familial, le poids des transmissions est à l’évidence important. Cette continuité anthroponymique, bien connue pour les populations nobles, semble tout aussi essentielle pour les populations paysannes, certes avec une profondeur généalogique moindre, mais avec la volonté manifeste d’inscrire les histoires individuelles dans une histoire collective plus vaste (celle de la famille, du groupe, du village,...). Et les ruptures anthroponymiques, possiblement sous-estimées, forcément remarquables, durablement possibles, toujours signifiantes, ne peuvent masquer sérieusement le poids de ces continuités, d’abord supportées par le nomen proprium, transférées ensuite pour tout ou partie au surnom, dans un glissement dont le rythme reste encore incertain et les causes en partie à expliciter.

6On aurait aimé pouvoir dire davantage ! Dire par exemple quand les enfants héritent majoritairement du surnom de leur père ; être en mesure d’établir, comme cela a été fait pour l’apparition du surnom, la chronologie (et la cartographie) précise de cette « patronymisation » de la désignation. Pour répondre à ces questions — et à quelques autres !... —, les outils existent, mais la matière manque pour qu’il soit à ce jour possible de dresser un bilan suffisamment dense et sûr des résultats. On le sait : « Pour un jour de synthèse, il faut des années d’analyse » (Fustel de Coulanges, 1875, rééd. 1901 : p. XIII ; cité aussi par Bloch, 1928, rééd. 1983 : p. 38)...

7Reste alors quelques idées-forces qui me semblent pouvoir — et devoir — être soulignées en guise de bilan :

  1. L’anthroponymie est un domaine privilégié pour l’étude des différences (sociales, spatiales et chronologiques). Elle est, à ce titre, un terrain d’expérimentation pour quelques-uns des paradigmes de l’Histoire. Les questions qui sont les siennes embrassent des domaines variés et féconds : le problème des frontières (politiques, culturelles, sociales), celui de la construction des identités collectives et individuelles2 celui de la distinction du singulier, du général et du spécifique ou, sur un autre plan, celui des échelles d’analyse (approches macro- vs approches micro-). L’étude des noms de personne révèle aussi cette tension entre uniformisation et différenciation qui vaut pour beaucoup d’autres champs.
  2. Le large éventail des méthodes proposées (et mises en œuvre) pour l’étude quantitative de l’anthroponymie médiévale témoigne de la diversité des questionnements historiques auxquels le matériau peut être soumis. La variété des outils présentés fait écho, d’une certaine façon, à la complexité des problèmes posés.
  3. L’approche statistique ne peut se réduire à une description plus ou moins élaborée des données. Elle doit être principalement appréhendée comme un outil permettant de tester des hypothèses historiques. L’historien le sait bien, qui seul est en mesure de formuler ces hypothèses avec toute la rigueur de l’appareillage critique. C’est dans cette perspective que les méthodes présentées ont été développées.
  4. Les domaines de la linguistique, de l’écologie et de la génétique des populations partagent avec l’anthroponymie de nombreuses problématiques. Les méthodes et les outils développés dans ces différents champs disciplinaires, en apparence éloignés, sont souvent très proches. Cet essai s’est aussi employé à révéler cette proximité.

8Puisse ce travail, qui prétend montrer qu’en anthroponymie une histoire quantitative est possible — parfois souhaitable !... —, contribuer à redonner une certaine légitimité au chiffre en histoire médiévale.

Notes

1 Les clercs n’adoptent le surnom que bien après les laïcs, les femmes plus tardivement que les hommes, et l’anthroponymie servile présente, ici ou là, au XIIIe siècle encore, les signes d’un certain archaïsme.

2 Les premières se construisent en opposition à l’Autre, alors que les secondes le font éventuellement en référence à l’Autre.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site