Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Troisième partie. D'autres perspectives

Chapitre 9. Du spatial

Texte intégral

Introduction

Anthroponymie et mobilités

  • 1 Cf. par exemple : Wolff 1954 ; Higounet, 1963 ; Chédeville, 1973 ; Lorcin, 1974 ; Favreau, 1978 ; (...)

1Pour le Moyen Âge, l’étude des comportements démographiques et de leurs facteurs socio-économiques, notamment la mesure et la définition des phénomènes de mobilité, ne peut être directement et précisément développée faute de sources adaptées. Bien sûr, de belles enquêtes viennent ici ou là démentir le propos et montrer qu’il est possible, notamment pour les derniers siècles du Moyen Âge, de tirer profit de quelques riches corpus documentaires1.

2Lorsqu’il s’agit d’analyser les migrations à l’époque médiévale, il faut bien reconnaître, avec Charles Higounet, que : « À une époque que l’on qualifie, à juste titre, de préhistoire démographique, où n’existaient ni dénombrements, ni registres paroissiaux, l’anthroponymie reste encore un moyen — bien fragile — pour saisir quelques réalités humaines, en particulier le déplacement des populations. » (Higounet, 1963 : p. 261-262, cité également par Hubert, 1996 : p. 314, note 4).

  • 2 Les contributions majeures, notamment pour la France, sont dues à Pierre Darlu. On citera, entre a (...)

3Mais les historiens ne sont pas les seuls à considérer que l’anthroponymie est un des moyens d’étudier les phénomènes migratoires. Dans d’autres champs disciplinaires, le constat a été fait précocement. C’est le cas en linguistique où Albert Dauzat a lui-même insisté sur l’attention qu’il fallait porter à la répartition géographique des patronymes : « On ne saurait trouver l’étymologie d’un nom de famille dont le sens n’apparaît pas à première vue, que si l’on connaît la région originaire du nom. Inversement, la physionomie phonétique, voire lexicale de certains noms permettra souvent d’en repérer le foyer originaire. On pourra ainsi reconstituer les migrations des familles en établissant les lois générales qui ont attiré les montagnards vers la plaine, les ruraux vers la ville, les provinciaux vers la métropole, ainsi que les courants d’immigration aux diverses époques. En dernière analyse la répartition géographique des noms peut être reconstituée, d’une part à l’aide de la méthode phonétique (et, subsidiairement, de critères lexicologiques et morphologiques), de l’autre par la méthode de statistique (ou des plus fortes densités) combinée avec l’étude des migrations familiales. » (Dauzat, 1938 : p. 117). Plus récemment, la génétique des populations s’est intéressée à cette question. S’ils restent peu connus des médiévistes, les travaux réalisés dans ce domaine2 permettent d’envisager un renouvellement des problématiques et, plus nettement encore, des outils d’analyse.

Surnom géographique et lieu d’origine

  • 3 Ce n’est pas tant le flux de ces mouvements que les axes majeurs de l’immigration urbaine qui sont (...)
  • 4 Il est bien sûr difficile pour le médiéviste de parler de patronymes alors que ceux-ci sont en cou (...)
  • 5 Ces surnoms constituent une classe particulière parmi les surnoms de type toponymique.
  • 6 Karl Michaëlsson est peut-être le premier — je n’ai pas fait sur ce point de vérification systémat (...)
  • 7 Arlette Higounet-Nadal, qui écrit : « D’après les travaux pionniers du savant suédois Karl Michaël (...)

4L’utilisation des anthroponymes pour étudier les phénomènes migratoires n’est pas, on l’a dit, une idée neuve et si le mouvement vers les villes au Moyen Âge a pu être ici ou là estimé et cartographié3, c’est bien souvent à partir du dénombrement des surnoms4 à qualificatifs géographiques5. On sait la méthode controversée et l’utilisation (fréquente chez les médiévistes) du qualificatif « surnom d’origine »6 pour le moins discutable. Karl Michaëlsson lui-même, alors qu’il indique qu’en 1292 environ 30 % des bourgeois taillables de Paris portent un surnom de ce type (Michaëlsson, 1927 : p. 51, renvoyant à Géraud, 1837 : p. 35) précise que : « Il serait pourtant inexact de croire que les porteurs de ces surnoms fussent tous originaires eux-mêmes des pays ou endroits indiqués : ceci ne doit être vrai que pour une petite minorité » (Michaëlsson, 1927 : p. 51)7. Il voit dans le caractère qu’il estime en partie héréditaire des surnoms à cette époque « l’explication de cette multitude de noms d’origine » (Michaëlsson, 1927 : p. 52).

  • 8 Là encore, il semble difficile de proposer une recension exhaustive des travaux qui ont mis en oeu (...)
  • 9 On pourrait tout aussi bien parler « d’aire d’influence ».

5Chaque fois que la méthode a pu être utilisée8 et que Faire géographique d’attraction9 d’une ville a pu être étudiée, on voit se dessiner le même modèle, trahissant une certaine forme d’appréhension de l’espace et une connaissance plus ou moins fine des environs et de la topographie locale. Les qualificatifs géographiques permettent d’esquisser cette aire d’attraction (le plus souvent radio-concentrique) : ils se font en général d’autant plus vagues que l’on s’éloigne du lieu d’immigration.

  • 10 Benjamin Kedar fait valoir le commentaire médiéval d’un texte impérial de Marcus Aurelius et Luciu (...)

6Mais, il faut y insister, l’aire définie à partir des surnoms géographiques mêle des réalités différentes : celles des surnoms attribués selon des critères fort variables qui n’ont pas tous trait aux mouvements migratoires réels. On ne sait quelle part de migrants a troqué son ancien surnom pour un nouveau qui enregistre sa provenance. D’autre part, on sait combien les phénomènes onomastiques sont fortement culturels : volonté de mémoire ou de changement ? Choix préférentiels de surnoms d’origine pour telle ou telle région, tel ou tel lieu, plutôt que pour tel autre moins connu ou moins « typé ». Il est donc bien difficile d’apprécier la validité de l’utilisation des surnoms de lieu comme indicateur d’origine. Le débat sur cette question est d’ailleurs ancien ; il oppose, au début des années cinquante, Richard Emery et Robert Lopez, tous deux historiens du monde méditerranéen. Le premier considère que le surnom était normalement héréditaire à la fin du XIIe siècle et qu’il n’est donc pas possible d’utiliser son éventuel caractère géographique comme preuve d’une migration (Emery, 1952 & 1955). Le second — qui a utilisé l’argument (p. ex. Lopez, 1940) —, fait valoir une certaine plasticité du surnom (le même individu pouvait en changer au cours de sa vie) et l’impossibilité d’établir une chronologie de son héritabilité qu’il considère en tout état de cause comme non acquise à la fin du XIIe siècle. Il estime que si la migration ne concerne pas directement le porteur du surnom lui-même, elle concerne très certainement un ancêtre plus ou moins direct (Lopez, 1954). La question est reprise une vingtaine d’années plus tard par Benjamin Kedar (1973) qui fait observer que, dans des écrits de juristes du XIIe-XIIIe siècle, la question est explicitement évoquée et l’on attire l’attention des contemporains sur le caractère fragile du lien entre surnom et lieu d’origine10.

7Indépendamment du problème de la validité de l’indicateur onomastique pour l’étude de l’immigration urbaine à l’époque médiévale, la question de l’héritabilité des surnoms reste une question difficile. Elle l’est plus encore pour Richard Emery et Robert Lopez qui appuient leur argumentation sur des documents qui ne proviennent pas des mêmes régions : le Roussillon et la Catalogne pour le premier, Gênes pour le second. Les unes et les autres offrent des profils d’évolution anthroponymique sensiblement différents (avec une apparition et une transmission du surnom probablement plus précoces en Catalogne).

L’exemple de Dijon à la fin du XIVe siècle

  • 11 Archives départementales de la Côte d’Or (=ADCO) : B 11574, cahier 2.
  • 12 D’autres enquêtes faites sur la même région aux XIVe et XVe siècles montrent néanmoins que cette h (...)
  • 13 Il n’est pas certain qu’elles le soient toutes.
  • 14 Ce sont les migrations intra-urbaines qui constituent (pour Dijon au XIVe siècle) l’essentiel des (...)
  • 15 Un cas reste incertain, celui d’un immigrant désigné comme « Un home de Beaune » sans autre précis (...)
  • 16 Il faut insister sur la nécessaire déconnexion entre les deux niveaux d’analyse : le niveau micro- (...)

8Quelques rares corpus, souvent de nature fiscale, permettent d’éclairer un peu mieux cette question. C’est le cas de la recherche des feux de Dijon établie en 137611 qui recense un peu plus de 2 400 individus et signale 552 déplacements (Beck & Chareille, 1997). Cette documentation nominale qui renseigne sur des migrations effectives (extra-ou intra-urbaines) permet de croiser « approche démographique » et « approche onomastique ». Alors que dans l’ensemble du corpus près de 800 responsables fiscaux — soit un tiers de la population recensée — portent un surnom construit sur un nom de lieu, ils sont près de 40 % parmi les chefs de feux dont la mobilité est attestée. Cette différence (faible bien que statistiquement significative) suggère que le système de désignation des individus est encore suffisamment souple au XIVe siècle pour évoquer des réalités migratoires « immédiates » (sans décalage générationnel), et que, consécutivement, le surnom n’est pas encore absolument fixe et héréditaire, à tout le moins en Bourgogne à cette époque12. Mais la documentation ne permet pas de d’aller beaucoup plus loin dans le commentaire et une comparaison plus fine des deux approches reste très incertaine. Si des migrations sont signalées13, les informations explicites sur le lieu d’origine de l’immigrant (ou sur le lieu d’arrivée de l’émigrant) sont rares. Le nombre des immigrants (mentionnés explicitement comme nouveaux venus à Dijon) est réduit : 16 cas sur 552 déplacements attestés (à peine 3 %)14 ; 7 d’entre eux portent un surnom de type géographique, mais on ne dispose dans ce cas d’aucune indication sur le lieu d’origine. Lorsque cette information est donnée (5 cas sur 16) elle ne correspond pas au surnom15 ; il n’est donc pas possible d’estimer valablement la proportion des surnoms géographiques correspondant effectivement à un lieu d’origine. Au total, la relation entre surnom de type géographique et migration semble avérée au niveau agrégé, mais reste souvent à établir ou confirmer au niveau individuel16.

Les migrations intra-urbaines

9Pour la période médiévale, il est rare de pouvoir dépasser l’analyse des flux migratoires inter-régionaux : David Herlihy et Christiane Klapisch pour Les Toscans et leurs familles (1978), ou bien Arlette Higounet-Nadal et Henri Dubois dans les contributions de synthèse qu’ils ont données à l’Histoire de la population française (1988) n’ont pu que brièvement évoquer les mobilités intra-urbaines, ces déplacements structurels ou conjoncturels, quotidiens, saisonniers ou circulaires des personnes dans la ville. Partout, la documentation la plus appropriée pour examiner cette question est constituée de dénombrements de chefs de foyer imposables qui, pour être parfois conservés en de belles séries régionales et séculaires, restent généralement bien imprécis, laconiques et discontinus. Ponctuellement toutefois, en Bourgogne notamment, les archives se font plus denses et permettent de croiser les informations, de mieux éclairer les destinées familiales. L’anthroponyme est alors l’unique moyen de « suivre » les feux pendant plusieurs années dans leur périple à travers la ville. L’exercice est périlleux ; le suivi des anthroponymes est difficile et il s’apparente autant à un travail de reconstitution prosopographique qu’à une étude des mobilités. Il souligne néanmoins l’importance de ces migrations intra-urbaines (Beck & Chareille, 1998 & 1999).

Le Haut Moyen Âge

  • 17 Une recension exhaustive n’aurait ici aucun intérêt. Pour le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (...)

10Pour le Haut Moyen Âge, les polyptyques carolingiens fournissent des matériaux d’une richesse exceptionnelle, notamment des recensions géographiquement localisées des ressources domaniales, des biens immobiliers, des outils de travail et des personnes. Mais les modes de constitution des populations composant les villae y restent largement cachés et si ces documents ont donné lieu à de multiples études17, rares sont celles qui se sont donné pour objet l’analyse des flux migratoires, qu’ils soient à petite ou grande échelle, entre exploitations, entre domaines ou de part et d’autre des frontières. Là encore, l’anthroponymie peut être un moyen indirect de les appréhender. Au IXe siècle en effet, le système de désignation des personnes est majoritairement le système « germanique » du nom unique composé de deux éléments puisés dans les stocks « familiaux » parentaux. Le partage par plusieurs individus d’un ou plusieurs lexèmes peut être lu comme un indicateur indirect d’une proximité familiale : le confirment les rares informations familiales ici et là explicitées. Dans l’espace, d’une villa ou d’un domaine à l’autre, ces proximités anthroponymiques doivent se répartir selon des densités différenciées qui pourraient révéler des centres et des aires de diffusion, donc des déplacements de personne, que ceux-ci résultent de phénomènes aussi divers que les transferts collectifs brutalement imposés ou les pratiques matrimoniales coutumières,

11Un certain nombre d’observations empiriques viennent corroborer cette hypothèse, notamment le fait qu’aux temps carolingiens, la différenciation anthroponymique semble plus forte entre régions qu’entre groupes sociaux co-résidents (Bourin & Chareille, 2002a).

Différenciation spatiale et différenciation sociale

  • 18 Christian Lauranson-Rosaz signale par exemple pour l’Auvergne qu’entre le Ville et le XIe siècle, (...)

12Cette apparente prééminence du spatial sur le social aux VIIIe-Xe siècles reste à confirmer18 et l’analyse doit être attentive à l’imbrication des deux composantes. S’agit-il par ailleurs d’une spécificité carolingienne ou d’une « constante » anthroponymique atemporelle ? La question mérite évidemment d’être examinée en diachronie.

  • 19 Pierre Darlu précise que sur les « 100 patronymes les plus fréquents dans chacun des 90 départemen (...)
  • 20 Au Moyen Âge comme aujourd’hui, le surnom de lieu (avec ou sans particule) n’est pas l’apanage des (...)

13Ce « marquage » spatial de l’anthroponyme semble avoir « glissé » du nom carolingien au surnom post-carolingien. La différenciation géographique est en effet aujourd’hui plus marquée pour les noms de famille que pour les prénoms19 et ce n’est pas s’avancer que de considérer qu’elle était aussi plus forte à l’époque médiévale pour les surnoms que pour les noms20. À quelle échelle cette différenciation géographique est-elle perceptible ? Faut-il la corréler aux phénomènes linguistiques ?

14Le (pré)nom semble davantage insister sur la dimension holiste de la société que sur sa segmentation statutaire et même sociale, ce qui pourrait être l’expression du programme œcuménique revendiqué par le christianisme (Bourin & Chareille, 2002b : p. 212). Faut-il alors considérer le marquage géographique du surnom comme une réponse à l’absence de marquage du nom consécutive au triomphe, dans tout l’occident médiéval, d’une poignée de noms chrétiens : Pierre et Jean pour les hommes, Marie pour les femmes ? La diversité des surnoms — dont on ignore si elle a été grandissante au cours du Moyen Âge — est-elle en partie le produit de cette différenciation géographique ?

15On le voit, bien des questions restent à examiner, qui n’ont pas nécessairement à voir avec les migrations mais qui concernent toutes, d’une façon ou d’une autre, la distribution spatiale des anthroponymes.

  • 21 Benoît Cursente parle à ce propos d’« anthroponymie et [d’]aréologie politico-culturelle » (Cursen (...)
  • 22 Le rythme et la géographie de cette diffusion sont bien évidemment des indicateurs intéressants.

16L’objectif pour le médiéviste n’est d’ailleurs peut-être pas tant d’estimer des taux de migration que de décrire aussi finement que possible l’amplitude et la forme des aires de répartition géographique des noms ou des surnoms. On peut en effet présumer que ces aires renvoient à des pratiques politiques, culturelles et sociales qui témoignent d’une proximité qui fait sens21. Dans cette approche, ce ne sont alors plus les hommes qui sont censés migrer mais les pratiques, notamment anthroponymiques, qui sont supposées se diffuser22. Mesurer, à l’aune de l’indicateur onomastique, la distance culturelle entre différentes populations relève de cette logique. L’idée n’est pas originale et bien des études d’anthroponymie s’inscrivent dans cette perspective. Ainsi, pour le Midi de la France qu’il examine, Benoît Cursente considère que « l’indicateur anthroponymique permet de cartographier une organisation intermédiaire de l’espace occitan, où se dessinent des aires politico-culturelles au sein desquelles les luttes de pouvoir ne masquent pas la commune identification à un trésor onomastique partagé. » (Cursente, 1996a : p. 55).

17Mais un point essentiel reste encore à traiter : quels sont les outils et les indicateurs susceptibles de permettre une observation systématique (et globale) des « proximités anthroponymiques » entre populations. Bref, comment mesurer la distance entre des corpus onomastiques ?

Anthroponymie, génétique des populations et migrations

Pourquoi la génétique des populations ?

  • 23 Cf. entre autres exemples : Du Ruofu et al., 1992 ; Degionni et al., 1996, etc.
  • 24 Cf. entre autres exemples : Vernay, 1997 ; Poulain et al., 2000 ; Degionanni et al., 2001 ; Darlu (...)
  • 25 L’auteur renvoie à : Barbujani et al., 1989 ; Zei et al., 1993 ; Barbujani et Sokal, 1991b ; Barbu (...)

18Pour les généticiens des populations, « les patronymes fournissent un matériel de choix pour étudier la stabilité ou la mobilité des hommes dans l’espace géographique » (Darlu et al., 1996 : p. 225). L’étude peut se faire à des échelles différentes ; elle peut concerner les migrations « au long cours » dans un vaste domaine ou d’une aire linguistique à une autre23, comme celles à courte distance dans un espace plus réduit24. Michel Vernay précise ainsi que : « Les régions où les fréquences patronymiques varient le plus fortement constituent des zones de discontinuités — des barrières —. Elles individualisent souvent des aires ayant peu d’échanges migratoires entre elles. Cet affaiblissement des flux migratoires s’explique généralement par la présence d’obstacles naturels (fleuves, chaînes de montagnes...), d’anciennes frontières linguistiques ou économiques » (Vernay, 1997 : p. 125)

  • 26 Considérer le patronyme comme un marqueur dont on hérite au même titre que l’on hérite de son patr (...)
  • 27 Sur la neutralité sélective du patronyme, Pierre Darlu renvoie à Zei et al., 1986.

19La transmission par voie patrilinéaire du nom de famille dans la plupart des sociétés occidentales conduit à proposer une « analogie entre le patronyme et un gène qui serait porté par le chromosome Y » (Darlu et Ruffié, 1992a : p. 719)26. Mais Pierre Darlu souligne également que ce pseudo-gène présente « la particularité, très informative pour un généticien des populations, d’avoir un polymorphisme considérable (...), d’être sujet à des mutations transmissibles (...), d’être sélectivement neutre (...) et de présenter une très grande diversité géographique aussi bien au niveau international qu’au niveau cantonal ou communal. » (Darlu et al., 1996 : p. 22627)

  • 28 Les auteurs renvoient aux travaux de Kimura et Crow, 1964 ; Ewens, 1972 ; Karlin et McGregor, 1967
  • 29 Pour une présentation plus savante avec des considérations mathématiques pointues et une applicati (...)

20En pratique, l’utilisation des patronymes pour étudier les migrations humaines repose sur deux approches distinctes. La première (chronologiquement la plus ancienne) applique au polymorphisme des patronymes « les modèles invoqués par les généticiens des populations pour expliquer la dynamique du polymorphisme génétique » (Darlu et Ruffié, 1992a : p. 719-72028) Il s’agit d’une méthode « statique » qui « ne fait pas appel à des observations successives dans le temps. Le parcours des migrants ne peut donc pas être précisé puisque la méthode ne donne que le nombre d’immigrants dans une aire géographique donnée. » (Darlu et al., 1996 : p. 245). Il faut souligner que la formule utilisée pour estimer à la fois le taux d’immigration et la richesse patronymique est celle proposée par Fisher pour décrire la diversité des espèces (Fisher et al., 1943). Elle a également été employée en statistique linguistique — comme forme limite d’une distribution de Pascal (ou distribution binomiale négative) — pour décrire la distribution des fréquences des vocables d’un texte (p. ex. Dolphin, 1979 : p. 135-14129)

21La seconde est une méthode « dynamique » qui suppose donc des enregistrements chronologiquement différenciés. L’hypothèse implicite est que « deux populations qui établissent entre elles des échanges réciproques de conjoints partagent naturellement un nombre important de patronymes d’autant plus grand que leur relation est plus ancienne ou (...) que ces échanges sont plus intenses. (...) De la proximité patronymique, il est donc possible de tirer quelques conclusions sur l’intensité des échanges génétiques et sur les échanges migratoires qui ont pu se produire au cours du temps. » (Darlu et al., 1996 : p. 230). La méthode utilise donc les variations des fréquences patronymiques entre plusieurs entités spatiales à différentes périodes pour estimer les matrices de migrations.

  • 30 Les généticiens parlent de polyphylétisme ou de « patronymes ubiquitaires » (Darlu et al., 1997 : (...)
  • 31 Dans l’étude qu’il consacre à la distribution des patronymes en France, Pierre Darlu montre que pa (...)

22Mais les généticiens, qui interprètent comme la conséquence d’échanges migratoires antérieurs la présence simultanée d’un même patronyme dans des populations distinctes, font naturellement observer que cette utilisation des patronymes comme marqueurs dépend largement de leur spécificité géographique et qu’elle est limitée par la multiplicité des origines de ceux qui sont les plus courants30. Pierre Darlu notamment insiste bien sur ce point et souligne la nécessaire attention qu’il faut porter aux répartitions spatiales « car un patronyme très représenté dans une région, mais qui le serait peu hors de cette région, a plus de chances d’être monophylétique qu’un patronyme, éventuellement aussi fréquent mais ubiquitaire. » (Darlu et al., 1996 : p. 227-228)31. Cette question de 1’« origine » géographique ne peut évidemment pas laisser indifférent le médiéviste dont le matériau est certainement susceptible d’éclairer cette question.

  • 32 Pierre Darlu parle de « patronymes ubiquitaires » (Darlu et al., 1997 : p. 625)

23Si l’on convient que les surnoms, au même titre que les patronymes qu’ils précèdent, peuvent être assez tôt des traces, jusqu’ici mal repérées, de migrations à l’époque médiévale, ce ne sont bien sûr ni les Martin, les Durand, les Bertrand ou les Rivière32 qui seront les meilleurs marqueurs. De ce point de vue, le médiéviste n’est pas dans une autre situation que le généticien, à ceci près qu’il n’existe pas aujourd’hui de statistiques médiévales fiables sur la distribution des surnoms sur un territoire aussi vaste que l’actuelle France.

24Il faut enfin souligner que les généticiens des populations disposent fréquemment d’études qui permettent une validation de ces méthodes : les taux de migration estimés à partir de l’une ou de l’autre des deux approches apparaissent en pratique fortement corrélés aux taux de migration estimés à partir de données démographiques (Darlu & Ruffié, 1992b : p. 133, renvoyant à Yasuda et al., 1974 ; Zei et al., 1983a & Piazza et al., 1987). Rien de tel évidemment pour le médiéviste qui n’a pas à sa disposition de documentation susceptible de le renseigner de manière directe avec le même niveau de précision et de complétude démographique sur les migrations humaines.

Quelques outils de la génétique des populations

  • 33 Il n’y a, d’un point de vue méthodologique, aucune singularité des indicateurs susceptibles de ren (...)
  • 34 C’est notamment le cas du stock de noms pour 100 individus, dont l’équivalent est qualifié ailleur (...)
  • 35 Le champ d’application de ces indicateurs peut être étendu à toute problématique comparative et va (...)

25On l’a dit, pour le médiéviste la question n’est pas tant d’estimer des taux de migration que de disposer d’indicateurs susceptibles de rendre compte de la diversité spatiale des anthroponymes33. Un certain nombre de paramètres classiquement utilisés pour comparer des corpus onomastiques, notamment ceux qui mesurent l’extension, la condensation, la concentration, le taux d’homonymie ou le poids des hapax sont bien évidemment utilisables dans cette perspective. Certains d’entre eux sont d’ailleurs également retenus et appliqués aux patronymes par les généticiens des populations34. Mais il en est d’autres dont la génétique fait un large usage qui n’ont pas été jusqu’ici employés par les historiens. Adaptés aux problématiques de la répartition spatiale35, on peut chercher à voir comment — et sous quelles conditions — ils peuvent être appliqués aux données médiévales.

L’indice d’isonymie entre deux populations

  • 36 Ces indicateurs appliquent aux patronymes des formules initialement conçues pour les gènes. Pour u (...)
  • 37 James Crow et Arthur Mange semblent avoir été les premiers à parler d’« isonymie » (Crow & Mange, (...)
  • 38 Cet indice est par exemple utilisé par Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1996 : p.  (...)

26Plusieurs indicateurs sont classiquement utilisés pour objectiver la « ressemblance patronymique » entre deux populations (correspondant à deux aires géographiques)36. L’un des plus couramment retenu est l’indice d’isonymie37 (Chen et Cavalli-Sforza, 1983)38, dont « le numérateur est dérivé du coefficient de parenté entre deux populations défini par Malécot (1966) » (Darlu et al., 1996 : p. 230). Il est défini par :

Image

  • 39 On démontre sans difficulté aucune que l’on peut indifféremment utiliser les fréquences absolues ( (...)

27 fri et frj. sont les fréquences39 du patronyme r dans la région i et j respectivement, et les sommes effectuées sur l’ensemble des K patronymes recensés dans l’ensemble des deux régions. Il mesure la similitude patronymique entre les deux régions.

  • 40 Kuang-Ho Chen et Luca Cavalli-Sforza font également ce rapprochement (Chen et Cavalli-Sforza, 1983 (...)

28Pierre Darlu souligne qu’« un tel indice a une structure de coefficient de corrélation » (Darlu, 1996 : p. 230)40. Comprise entre 0 et 1, sa valeur est d’autant plus forte que la « ressemblance » est importante. Elle est maximale dans le cas d’une identité patronymique parfaite entre les deux régions (mêmes patronymes et mêmes fréquences pour chacun d’entre eux : φij = 1), minimale lorsque aucun patronyme de la région i ne se retrouve dans la région j (φij = 0).

29En pratique, cette « corrélation » peut être transformée en indice de distance selon la formule :

30δij = –ln[(φijr0)/Δr]

  • 41 Pierre Darlu précise que cette transformation — qui utilise la distance de Nei — est « classiqueme (...)

31 r0 et Δr sont des constantes de standardisation (Mourrieras et al., 1995)41.

  • 42 Pierre Darlu fait observer que « ces indices de ressemblance ou de distance servent de base à des (...)

32Cette transformation permet de « glisser » de l’idée de ressemblance patronymique à celle de distance patronymique. On montre sans difficulté que « cette distance est maximale (...) lorsque aucun patronyme de la région i ne se retrouve dans la région j. Elle est d’autant plus proche de 0 que la distribution des patronymes dans la région i est comparable à cette distribution dans la région j. » (Darlu, 1996 : p. 231)42.

L’indice d’isonymie aléatoire à l’intérieur d’une population

  • 43 Cet indice est par exemple utilisé par Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1997 : p.  (...)

33Pour évaluer la variété des patronymes à l’intérieur d’une population donnée (correspondant à une aire géographique i), les généticiens ont en général recours à l’indice d’isonymie aléatoire (Yasuda & Morton, 1967)43 défini par :

Image

  • 44 On observera que la valeur de Ii (égale à la somme des carrés des fréquences patronymiques) est ce (...)

34 nri est l’effectif du patronyme r dans la région i (fri est sa fréquence), n l’effectif total de la population correspondante et la somme effectuée sur l’ensemble des K patronymes recensés dans la région i44.

  • 45 Cf. par exemple Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1997 : p. 610.

35Cette valeur est généralement présentée comme la probabilité que deux individus choisis au hasard dans la même population (ici la même aire géographique) portent le même patronyme45 Elle n’en est en fait qu’une estimation dont la qualité croît avec l’effectif de la population. Si la taille importante des corpus de données patronymiques utilisés par les généticiens des populations autorise l’interprétation de cet indice en termes d’homonymie, il n’en est rien pour les corpus médiévaux dont la taille n’est en général pas suffisante pour obtenir une estimation de qualité.

36En fait, le calcul exact de la probabilité que deux individus porte le même nom ne présente pas de difficultés particulières (Chareille, 1992 : p. 295). Il correspond au taux d’homonymie dans la population (qui peut être calculé aussi bien pour les noms que pour les surnoms), présenté supra (cf. chapitre 7) et défini par :

Image

37 nri est l’effectif du patronyme r dans la région i, n l’effectif total de la population correspondante et la somme effectuée sur l’ensemble des K noms recensés dans la région i.

  • 46 Cette recommandation vaut également, sans doute aucun, pour les gros corpus patronymiques de la gé (...)

38Le calcul de ce taux (exact) d’homonymie TH, n’est pas beaucoup plus compliqué que celui de son estimation Ii ; il convient de l’utiliser de manière préférentielle pour les corpus médiévaux46.

Les indices de diversité

39Différents indices permettent d’évaluer la diversité des patronymes à l’intérieur d’une population donnée. C’est notamment le cas de l’indice d’isonymie aléatoire ou du taux d’homonymie présentés ci-dessus. Parmi ceux qui sont également retenus, on peut indiquer l’indice de redondance (Barrai et al., 1989), défini par :

Image

40fri est l’effectif du patronyme r dans la population i, n l’effectif total de cette population et la somme effectuée sur l’ensemble des K noms recensés dans la population i.

  • 47 Avec les notations précédentes, l’entropie Hi (mesurée pour la population i) est définie par :
    (...)

41On remarquera, avec Pierre Darlu, que cet indice est « basé sur la notion d’entropie » (Darlu et al., 1997 : p. 610) comme en témoigne le numérateur de la fraction47.

Le modèle de Karlin et McGregor et son approximation par la distribution logarithmique de Fisher

  • 48 Ce modèle permet d’estimer « la distribution (...) du nombre d’allèles sélectivement neutres dans (...)
  • 49 Cf. par exemple Yasuda et al., 1974 ; Zei et al., 1983a & 1983b ; Darlu & Ruffié, 1992a. Sur les c (...)
  • 50 Pierre Darlu fait observer que l’utilisation de la distribution logarithmique de Fisher suppose un (...)

42Sous certaines conditions, le modèle de Karlin et McGregor (1967)48, classiquement utilisé en génétique des population, peut s’appliquer aux patronymes49. La distribution logarithmique de Fisher (1943) en fournit en général une bonne approximation qui permet d’obtenir le nombre espéré (ou « attendu ») E(Kq) de patronymes différents portés par q individus dans une population de taille n50 :

Image [1]

43Le paramètre v de cette formule représente dans le cas d’une application aux données patronymiques le taux d’immigration « si l’on considère que les “mutations patronymiques”, comme les erreurs dans les registres ou les changements de noms, sont négligeables par rapport à l’apparition, par migration, de nouveaux patronymes dans une population. » (Darlu et al., 1997 : p. 244).

La valeur Image est généralement présentée comme la « richesse » de la population en patronymes ; elle est théoriquement indépendante de la taille n de la population (Zei et al., 1983b : p. 339-341).

En pratique, pour une population donnée, on teste — par exemple à l’aide d’un khi-deux — la pertinence de la formule [1] en comparant la distribution observée à la distribution théorique. En cas de non rejet — i. e. d’adéquation suffisante du modèle aux données empiriques —, plusieurs estimations du taux d’immigration v sont possibles à partir de la formule [1]. La plus simple (à calculer) est celle obtenue simplement en prenant pour q la valeur 1. On obtient alors : E(K1) = n v, d’où l’estimation : Image, qui correspond à la proportion de patronymes uniquement représentés dans la population.

  • 51 On rappelle que le modèle suppose qu’il n’y a pas de « génération spontanée » de patronymes (d’où (...)

44Conformément aux hypothèses du modèle, les patronymes uniquement représentés dans la population sont donc supposés être « apportés » par des immigrants51. On voit aussi que la transposition aux données médiévales, donc dans un contexte où l’héritabilité du surnom n’est pas acquise, n’est pas facile ; et que l’interprétation du paramètre en termes de taux d’immigration est pour le moins sujette à caution. Ce qui ne veut pas dire que le paramètre est en conséquence sans intérêt ; il reste un descripteur possible (parmi d’autres) de la distribution.

45À l’estimation précédente (fournie par le nombre d’hapax K1 et l’effectif n de la population), les généticiens préfèrent en général celle qui permet de prendre en compte la totalité de la distribution et qui conduit à calculer, en utilisant [1], le nombre total K de patronymes différents dans la population. On a :

Image

  • 52 L’écriture proposée signale ainsi que l’on note (ici) Q le nombre d’occurrences du patronyme le pl (...)

46où, pour reprendre la formulation proposée par Pierre Darlu, « la somme est effectuée sur toutes les classes d’occurrences de patronymes, de la classe 1 (patronymes présents en un seul exemplaire) à la classe Q (patronymes représentés Q fois) » (Darlu et al., 1996 : p. 244)52.

47On estime alors v par résolution numérique de l’équation :

Image,

  • 53 En pratique — c’est la solution que j’ai retenue — la résolution se fait de manière itérative à l’ (...)

la valeur de Image étant ensuite tirée de celle de v53.

  • 54 Cette estimation est notamment utilisée par Darlu & Ruffié (1992) et par Zei et al.. (1983b) en co (...)

48Une autre estimation du taux d’immigration est obtenue à partir l’indice/d’isonymie aléatoire à l’intérieur d’une population54. Sa valeur (Yasuda et al., 1974) est donnée par :

Image

La valeur Image qui peut lui être associée permet d’évaluer la « richesse » patronymique de cette population.

En guise d’illustration...

  • 55 Pour des résultats détaillés, cf. Bourin et Chareille, 2002a.
  • 56 La source permet la reconstitution de nombreux fragments de généalogie et donc la distinction d’au (...)

49Le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (début IXe siècle), bien connu des spécialistes de la période carolingienne, est un document majeur pour l’étude de la société rurale du Haut Moyen Âge. Il recense, nomme (presque toujours) et localise les dépendants (hommes, femmes et enfants) de l’abbaye qui, dans leur écrasante majorité, portent des noms d’origine germanique. Il permet de décliner l’étude anthroponymique dans de nombreuses directions55 : différenciation générationnelle (adultes et enfants)56, différenciation sociale (colons, serfs, etc.), différenciation économique (à partir des superficies cultivées), différenciation spatiale (à partir de la localisation des domaines).

50La faible concentration des noms et l’inégalité des effectifs entre les diverses sous-populations (entre serfs et colons, entre les différents domaines, etc.) rend délicates certaines analyses comparatives. Néanmoins, l’étude des spécificités suggère une différenciation (faible pour les lexèmes et un peu plus nette pour les noms entiers) plus marquée géographiquement que socialement (Bourin & Chareille 2002a).

51Cette question de la diversité spatiale peut être reprise à la lumière des outils de la génétique des populations présentés précédemment (cf. supra, dans ce chapitre). Le polyptyque offre ainsi un terrain d’application original et bien sûr inédit de ces outils.

52Le tableau suivant (cf. infra, p. 196) donne, pour chacun des domaines identifés dans le polyptyque (cf. figure 1, carte de localisation), les valeurs des paramètres statistiques les plus classiquement utilisés pour décrire (au niveau macro-) les corpus onomastiques ainsi que celles de ceux retenus par la génétique des populations :

Figure 1. Carte de localisation des domaines de Saint-Germain-des-Prés

Image

Tableau 1. Caractéristiques statistiques macro-pour les domaines (brefs) de Saint-Germain-des-Prés (noms masculins lemmatisés, tous statuts et toutes générations confondues)

Image

n = nombre d’hommes ; K = nombre de noms (lemmatisés) ; K/n = stock de noms pour 100 individus ; K1 = nombre d’hapax ; K1/n proportion des hapax dans la population ;/= indice d’isonymie aléatoire ; TH = taux d’homonymie ; R = indice de redondance de Barrai ; iG = indice de concentration (de Gini) ; pour les autres indicateurs, cf. supra.

À propos des indicateurs

53Une analyse en composantes principales montre clairement que les informations apportées par les 16 descripteurs initialement retenus sont largement redondantes.

Figure 2. Cercle des corrélations (ACP, axes 1 et 2) (noms masculins lemmatisés)

Image

54Le cercle des corrélations (cf. figure 2, supra p. 197) permet d’identifier six groupes distincts, d’importance inégale, et constitués de la manière suivante :

  1. Le nombre d’individus (ou taille du corpus), le nombre de noms différents, le nombre d’hapax, l’inverse de l’indice d’isonymie aléatoire et l’entropie.
  2. L’indice de redondance et l’indice de concentration. Le coefficient de corrélation entre ces deux indicateurs est significatif au seuil 5 % et vaut 0,715. Ces deux indicateurs sont corrélés positivement avec ceux du groupe 1.
  3. Le taux d’homonymie. Cet indicateur n’est pratiquement pas corrélé à ceux des groupes 1 et 2.
  4. L’indice d’isonymie aléatoire. Cet indicateur est anti-corrélé avec ceux du groupe 1, mais il ne pouvait que difficilement en être autrement dans la mesure où son inverse est l’un des indicateurs de ce premier groupe.
  5. Le stock de noms pour 100 individus, la proportion d’hapax et le taux d’immigration (quel que soit son mode de calcul : à partir des hapax, de la distribution logarithmique de Fisher ou de la formule de Yasuda).
  6. La « richesse » patronymique évaluée avec l’indicateur α (Fisher ou Yasuda)
  • 57 Le détail de cette matrice (tableau 16 x 16) ne présente pas d’intérêt majeur pour le présent prop (...)

55De l’examen de la matrice des corrélations57, il ressort clairement les points suivants :

  1. À l’intérieur d’un même groupe, les descripteurs sont très fortement corrélés (positivement) entre eux (les coefficients de corrélations 2 à 2 sont tous significatifs au seuil 5 %) ; ils fournissent donc sur le corpus le même type d’information. L’un d’entre eux suffit pour en rendre compte.
  2. Des descripteurs appartenant à des groupes diamétralement opposés présentent entre eux de très fortes corrélations négatives. L’information qu’ils fournissent sur le corpus est donc de même nature. Dans une telle configuration, un seul des deux groupes (donc un seul descripteur) peut être retenu.
  • 58 On observe que la corrélation entre l’indice d’isonymie aléatoire I et le taux d’homonymie TH est (...)
  • 59 Ces résultats ont été obtenus à partir du corpus des noms masculins lemmatisés. Les conclusions so (...)

56À la limite, on pourrait considérer que le nombre de noms différents (K), l’indice de concentration iG et le taux d’homonymie TH58 constituent un ensemble suffisamment informatif (i. e. une description satisfaisante de la distribution des noms (masculins lemmatisés) par domaine59)

57La représentation associée (projection des domaines dans le plan factoriel 1-2) ne permet pas de repérer des proximités (graphiques) qui renverrait à une lecture simple de la documentation :

Figure 3. Projection des domaines de Saint-Germain-des-Prés dans le plan factoriel 1-2 (noms masculins lemmatisés)

Image

58Pour l’essentiel, l’axe 1 classe les domaines selon les paramètres du groupe 1 (et notamment en fonction de leur taille), tandis que l’axe 2 les classe selon ceux du groupe 2 (donc selon de leur taux d’homonymie). Cette représentation souligne par exemple une relative proximité (du point de vue des paramètres statistiques retenus et non du point de vue des noms eux-mêmes) entre les domaines IV, VIII et XIX d’une part, XI, I et XXIII d’autre part ; et une certaine singularité du domaine IX (pour l’essentiel imputable à sa taille) ou du domaine XXV (qui présente le taux maximal d’homonymie). On pourrait bien sûr approfondir quelque peu cette analyse et/ou ce commentaire, mais l’objectif poursuivi est quelque peu différent.

Distance « réelle » et distance onomastique

59Il s’agit en effet plutôt de chercher à comparer la distance réelle entre les 24 domaines pour lesquels des données nominatives sont exploitables et la distance onomastique correspondante (calculée par exemple avec l’indice d’isonymie (Chen et Cavalli-Sforza, 1983) transformé en utilisant la distance de Nei). Formulée simplement, la question pourrait s’exprimer ainsi : les domaines les plus proches spatialement présentent-ils des ressemblances onomastiques plus fortes que les domaines les plus éloignés ?

60Je n’entends pas examiner ici les attendus ou les implications, nombreux et complexes, de cette problématique. Il s’agit d’une simple mise à l’épreuve de certains outils de la génétique des populations. Le corpus exploité à titre d’illustration reste celui des noms masculins lemmatisés (adultes et enfants confondus). Il conviendrait bien sûr, ici encore, de prolonger l’analyse en examinant le corpus des noms féminins, surtout si l’on convient — selon une hypothèse classique — que la mobilité des femmes (notamment entre les domaines) est plus forte que celle des hommes (Devroey, 1981 : p. 77 ; Devroey, 1993).

61La matrice des distances onomastiques entre domaines et celle des distances réelles (estimées à partir de la localisation des centres communaux) permet d’examiner la corrélation entre ces deux informations. La figure 4 (cf. infra, p. 201) fournit une représentation commode des résultats.

Figure 4. Distance réelle et distance onomastique entre les domaines de Saint-Germain-des-Prés (noms masculins lemmatisés, tous statuts et toutes générations confondues)

Image

  • 60 Il s’agit là d’un écueil auquel il convient toujours d’être attentif : « statistiquement significa (...)

62Ce nuage de points (chaque point correspond à une « paire » constituée de deux domaines) montre, comme on pouvait s’y attendre, que la distance onomastique augmente avec la distance réelle. Mais cette augmentation reste limitée et si la corrélation est statistiquement significative, elle n’en est pas pour autant signifiante60.

  • 61 La richesse anthroponymique des domaines les plus peuplés — ceux pour lesquels les dépendants rece (...)

63On améliorerait cependant sensiblement le niveau de cette corrélation en excluant les domaines les plus importants (notamment le bref IX qui représente plus 20 % de la population masculine). Sur les 24 domaines retenus, 14 ont comme « plus proche voisin » — au sens de la proximité onomastique — le domaine IX ; et 4 le domaine II. La corrélation entre la taille d’un domaine et sa distance onomastique aux autres ensembles n’est (malheureusement) pas négligeable61.

64La question peut aussi être examinée à une autre échelle spatiale : plusieurs domaines géographiquement proches peuvent être agrégés pour constituer des micro-régions (cf. figure 1, supra, dans ce chapitre).

65La matrice des « ressemblances onomastiques » (tableau 2 ci-dessous) indique, pour chaque paire de micro-régions, l’indice d’isonymie (Chen & Cavalli-Sforza, 1983) calculé à partir des corpus de noms masculins (lemmatisés). Ainsi mesurées, les proximités les plus fortes sont celles observées entre Paris et le Mantois et, dans une moindre mesure, entre Paris et le Perche ou le Mantois et le Perche. Ces résultats confortent l’hypothèse d’une liaison entre « distance onomastique » et « distance géographique ».

Tableau 2. Matrice des « ressemblances onomastiques » entre micro-régions

Image

N.B. : une telle matrice est naturellement symétrique ; les valeurs mentionnées en italique pourraient être omises.

  • 62 La valeur de l’indice de ressemblance est par définition comprise entre 0 et 1. Elle est d’autant (...)
  • 63 Ce travail est en cours et s’inscrit dans une recherche plus générale sur l’étude des migrations ; (...)

66Le même indice de « ressemblance onomastique », calculé non plus entre les corpus micro-régionaux, mais entre les corpus des noms (masculins lemmatisés) de colons et de serfs (adultes) s’établit à 0,4541. Cette valeur, supérieure à la plupart de celles observées dans le tableau précédent, accrédite la thèse d’une différenciation anthroponymique plus forte spatialement que socialement62 Il faudrait bien sûr développer plus largement cette approche pour aller plus loin dans l’analyse, distinguer selon les lexèmes (initiaux ou terminaux), différencier selon les générations, le statut, reprendre les choses pour les femmes, etc. Il reste donc sur cette question, on le voit, bien des points à aborder63.

En guise de conclusion...

67Appliqués aux données médiévales, les indicateurs proposés par les généticiens des populations pour étudier les patronymes permettent de rendre compte de la diversité des noms ou des surnoms dans une population donnée et de mesurer la ressemblance onomastique entre deux populations. Ils complètent et enrichissent l’arsenal des outils à disposition de l’anthroponymiste.

68Lorsque les données exploitées intègrent une composante chronologique, la comparaison dans le temps de ces indicateurs permet d’étudier en diachronie les distributions anthroponymiques correspondantes. Mais le médiéviste ne compose pas avec les mêmes matériaux que le généticien, et il lui est plus difficile d’obtenir des indications sur l’intensité des échanges migratoires, donc sur la mobilité ou la stabilité locale des populations (comme peut le faire le généticien à partir des patronymes).

  • 64 La condition est nécessaire mais non suffisante !...

69Pour interpréter en termes de migrations la ressemblance anthropoymique entre deux aires géographiques, le médiéviste se heurte à un certain nombre de difficultés. La première est liée à la nature même de la documentation médiévale, qui ne garantit pas — sauf exception — l’exhaustivité des informations exploitées. Cette exhaustivité est pourtant nécessaire64 pour considérer l’introduction d’un nom nouveau dans une région donnée comme la conséquence d’un échange migratoire.

  • 65 Elle (me) semble cependant être assez tôt la « règle majoritaire », ce qui ne veut bien évidemment (...)

70Une deuxième difficulté, sans doute plus ou moins marquée selon les périodes, est liée au caractère non systématique de l’hérédité des noms ou des surnoms. Lorsque se met en place le système à deux éléments (nom+surnom), on l’a rappelé, le surnom reste individuel au moins un certain temps (i. e. pendant quelques générations) et sa transmission n’est pas immédiatement la règle dominante65. Il semble en outre que, de ce point de vue, les pratiques aient été différenciées selon les milieux sociaux. Autant d’éléments qui ne permettent pas de donner de ces indicateurs une lecture simple en termes de migrations.

71Le médiéviste, enfin, doit aussi être attentif aux « effets de source ». Il n’est pas certain qu’il soit toujours en mesure de distinguer entre distance sociale et distance spatiale et ce qui pourrait être imputable à l’une n’est peut-être en fait qu’un artefact dû à l’autre.

Notes

1 Cf. par exemple : Wolff 1954 ; Higounet, 1963 ; Chédeville, 1973 ; Lorcin, 1974 ; Favreau, 1978 ; Herlihy et Klapisch, 1978 ; Higounet-Nadal, 1978 ; Desportes, 1979 ; Stouff, 1986 ; Billot, 1983, éd. 1987 ; Leguay, 1981 ; Coulet, 1987. Cette série de références est bien évidemment très loin d’être exhaustive. Une bibliographie sur la question demanderait plusieurs pages et serait sans grand intérêt ici. Ne sont donc cités que quelques-uns des travaux d’importance (souvent des thèses publiées) qui ont abordé cette question. Pour une recension plus systématique (qui reste cependant incomplète), on peut se reporter à la bibliographie du 1er tome de l’Histoire de la population française (Dupâquier, 1988).

2 Les contributions majeures, notamment pour la France, sont dues à Pierre Darlu. On citera, entre autres travaux (qui fournissent également les éléments d’une bibliographie plus complète de la question) : Darlu et Ruffié, 1992a & 1992b ; Mourrieras et al., 1995 ; Darlu et al., 1996 ; Darlu et al, 1997 ; Degioanni et al., 1996 ; Degioanni et al, 2000 ; Poulain et al, 2000 ; Brunet et al., 2001.

3 Ce n’est pas tant le flux de ces mouvements que les axes majeurs de l’immigration urbaine qui sont en général dessinés.

4 Il est bien sûr difficile pour le médiéviste de parler de patronymes alors que ceux-ci sont en cours de formation.

5 Ces surnoms constituent une classe particulière parmi les surnoms de type toponymique.

6 Karl Michaëlsson est peut-être le premier — je n’ai pas fait sur ce point de vérification systématique — à parler de « nom d’origine » (Michaëlsson, 1927 : p. 52).

7 Arlette Higounet-Nadal, qui écrit : « D’après les travaux pionniers du savant suédois Karl Michaëlsson, on peut considérer que ces qualificatifs géographiques expriment, dans la majorité des cas, l’origine du migrant ou de sa famille avec une ou deux générations de décalage. » (Higounet-Nadal, 1988 : p. 268), me semble surinterpréter ce que dit Karl Michaëlsson, même si celui-ci précise : « Le fait que quelqu’un est appelé Lorrain ou de Lorraine, Chartrain ou de Chartres n’implique pas nécessairement une origine lorraine ou chartraine : un séjour là-bas ou d’autres circonstances occasionnelles peuvent suffire pour qu’on qualifie le personnage ainsi, mais dans la majorité des cas, c’est au pays ou lieu d’origine que remonte ces qualificatifs. » (Michaëlsson, 1927 : p. 51) ; l’ampleur du décalage générationnel reste incertaine.

8 Là encore, il semble difficile de proposer une recension exhaustive des travaux qui ont mis en oeuvre cette approche. Parmi d’autres, on signalera néanmoins : Perrin, 1921-1924 ; Higounet, 1943, 1953, 1963 & 1975 ; Hatt, 1948 ; Massiet du Biest, 1948 ; Prat, 1949 ; Michaëlsson, 1950 ; Lestocquoy, 1955 ; Higounet-Nadal, 1982 ; Éché, 1974 ; Mestayer, 1985 ; Caille, 1986. Pour une présentation détaillée et une mise en oeuvre effective (avec cartographie de l’aire d’attraction d’une ville), je me permets de renvoyer à Beck & Chareille, 1997.

9 On pourrait tout aussi bien parler « d’aire d’influence ».

10 Benjamin Kedar fait valoir le commentaire médiéval d’un texte impérial de Marcus Aurelius et Lucius Verus qui évoquait déjà cette question dans l’antiquité : « (...) the coemperors state in their rescript that a mere resemblance of a man’s name to the name of a locality does not afford proof that the man did originate from the locality in question. Hence, the similarity of names does not warrant, all by itself, the ascription of citizen status to the respective name-bearer : other, material proofs are required. » (Kedar, 1973 : p. 124).

11 Archives départementales de la Côte d’Or (=ADCO) : B 11574, cahier 2.

12 D’autres enquêtes faites sur la même région aux XIVe et XVe siècles montrent néanmoins que cette héritabilité, si elle n’est pas systématique, est très largement acquise (Beck & Chareille, 2002).

13 Il n’est pas certain qu’elles le soient toutes.

14 Ce sont les migrations intra-urbaines qui constituent (pour Dijon au XIVe siècle) l’essentiel des déplacements attestés (Beck & Chareille, 1997 & 1998 & 1999).

15 Un cas reste incertain, celui d’un immigrant désigné comme « Un home de Beaune » sans autre précision (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 19).

16 Il faut insister sur la nécessaire déconnexion entre les deux niveaux d’analyse : le niveau micro-qui consiste à étudier au niveau individuel le lien entre surnom géographique et lieu d’origine, et le niveau macro-qui consiste à étudier cette relation à un niveau agrégé. Le fait que la corrélation soit établie au niveau agrégé n’implique pas qu’elle le soit au niveau individuel. Le croire conduirait à ce que les sociologues appellent l’erreur écologique. Sur ce concept (déjà évoqué supra, chapite 1), cf. par exemple Boudon, 1963 ; Courgeau, 1996.

17 Une recension exhaustive n’aurait ici aucun intérêt. Pour le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (dit polyptyque d’Irminon), on peut se reporter en dernier lieu à la bibliographie proposée par Elmshaüser & Hedwig, 1993 ; pour celui de Saint-Victor de Marseille (dit polyptyque de Wadalde) à celle de Brégi, 1975.

18 Christian Lauranson-Rosaz signale par exemple pour l’Auvergne qu’entre le Ville et le XIe siècle, 31 % des nobles portent un nom antique, contre 10 % seulement des serfs et des colons (Lauranson-Rosaz, 1987 & 1990). Et le même type d’observation vaut pour d’autres régions, avec des différences plus ou moins marquées (cf. Cursente, 1996a : p. 44). Mais si les nobles et les paysans auvergnats ne portent pas dans les mêmes proportions les mêmes noms, rien ne permet de dire, à partir de tels pourcentages, que ces deux corpus sont plus « éloignés » que ne le seraient par exemple le corpus des noms des nobles auvergnats et celui des nobles bretons de la même époque. C’est bien la question de la proximité onomastique de différents corpus qui doit être posée.

19 Pierre Darlu précise que sur les « 100 patronymes les plus fréquents dans chacun des 90 départements en P1 [période 1891-1915], ce qui constitue une liste de 3 368 patronymes (...) 1 % d’entre eux se retrouvent dans plus de 30 départements, la majorité de ces patronymes (96 %) ne se retrouvent pas dans plus de 10 départements différents et les deux tiers sont strictement localisés dans un département unique. » (Darlu et al., 1997 : p. 625). Bien qu’il n’existe pas (à ma connaissance) d’enquête sur les prénoms réalisée avec les mêmes données — celles du Registre français des noms patronymiques (INSEE, 1985) —, les études comparables ne montrent rien de tel pour les prénoms les plus fréquents à la même époque. La plupart d’entre eux sont assurément attestés dans de nombreux départements. Et cette diversité géographique des patronymes ne peut se réduire aux seules variantes orthographiques et dérivés linguistiques (même si les patronymes sont davantage affectés par ces éléments que ne le sont les prénoms).

20 Au Moyen Âge comme aujourd’hui, le surnom de lieu (avec ou sans particule) n’est pas l’apanage des milieux nobles ; le sobriquet — qui n’est pas forcément péjoratif — n’est pas davantage une marque de défaveur sociale. Si l’un et l’autre ont pu être un moment marqueurs socialement, ils ne le sont pas restés.

21 Benoît Cursente parle à ce propos d’« anthroponymie et [d’]aréologie politico-culturelle » (Cursente, 1996a : p. 46). Il suggère « d’élaborer un indicateur permettant de faire apparaître des corrélations et des discordances entre la structure anthroponymique dominante et la géopolitique des dominations » (Cursente, 1996a : p. 55).

22 Le rythme et la géographie de cette diffusion sont bien évidemment des indicateurs intéressants.

23 Cf. entre autres exemples : Du Ruofu et al., 1992 ; Degionni et al., 1996, etc.

24 Cf. entre autres exemples : Vernay, 1997 ; Poulain et al., 2000 ; Degionanni et al., 2001 ; Darlu et al., 2001, etc.

25 L’auteur renvoie à : Barbujani et al., 1989 ; Zei et al., 1993 ; Barbujani et Sokal, 1991b ; Barbujani et al., 1992 ; Bocquet-Appel, 1994.

26 Considérer le patronyme comme un marqueur dont on hérite au même titre que l’on hérite de son patrimoine génétique ou d’un patrimoine économique n’est pas une idée étrangère au médiéviste qui pratique couramment ainsi pour les noms et les surnoms.

27 Sur la neutralité sélective du patronyme, Pierre Darlu renvoie à Zei et al., 1986.

28 Les auteurs renvoient aux travaux de Kimura et Crow, 1964 ; Ewens, 1972 ; Karlin et McGregor, 1967.

29 Pour une présentation plus savante avec des considérations mathématiques pointues et une application aux données du vocabulaire de Shakespeare, cf. Efron et Thisted, 1976.

30 Les généticiens parlent de polyphylétisme ou de « patronymes ubiquitaires » (Darlu et al., 1997 : p. 625).

31 Dans l’étude qu’il consacre à la distribution des patronymes en France, Pierre Darlu montre que parmi les plus fréquents, certains ont un profil régional marqué (Darlu et al., 1997 : p. 625 et suiv.).

32 Pierre Darlu parle de « patronymes ubiquitaires » (Darlu et al., 1997 : p. 625)

33 Il n’y a, d’un point de vue méthodologique, aucune singularité des indicateurs susceptibles de rendre compte de la diversité spatiale des anthroponymes. La plupart d’entre eux peuvent également être utilisés pour rendre compte de la diversité sociale ou de la diversité chronologique des corpus.

34 C’est notamment le cas du stock de noms pour 100 individus, dont l’équivalent est qualifié ailleurs de « potentiel patronymique » ; ou de la proportion d’hapax, désignée comme « proportion de patronymes uniquement représentés parmi l’ensemble des patronymes » (Darlu et al., 1997 : p. 610).

35 Le champ d’application de ces indicateurs peut être étendu à toute problématique comparative et va donc au-delà du problème de la répartition spatiale. Il n’est d’ailleurs pas inutile d’indiquer que plusieurs de ces indicateurs, notamment ceux présentés comme des indicateurs de diversité sont exactement les mêmes que ceux utilisés dans d’autres champs disciplinaires (ceux de la statistique linguistique ou de l’écologie) dans lesquels ils portent d’autres noms et où leur écriture formelle reprend les usages des disciplines correspondantes (qui ne sont donc pas ceux de la génétique des populations).

36 Ces indicateurs appliquent aux patronymes des formules initialement conçues pour les gènes. Pour une recension de ces distances génétiques, cf. p. ex. Felsenstein, 1985b : p. 302-304.

37 James Crow et Arthur Mange semblent avoir été les premiers à parler d’« isonymie » (Crow & Mange, 1965 : p. 199 : « isonymous marriage »). Ils précisent toutefois (p. 203) que le terme isonymy leur a été suggéré par Charles Cotterman.

38 Cet indice est par exemple utilisé par Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1996 : p. 230 ou encore Degioanni et al.. 2000 : p. 147. Kuang-Ho Chen et Luca Cavalli-Sforza, à qui l’on attribue la paternité de cet indice, parlent à son propos de : « measure of “standardized” isonymy » (Chen & Cavalli-Sforza, 1983 : p. 370). On observera que Michel Foulon et Michel Poulain proposent en 1984 (dans les actes d’un colloque tenu en 1980) le même indice pour évaluer la ressemblance entre deux corpus de prénoms (Foulon et Poulain, 1984 : p. 137).

39 On démontre sans difficulté aucune que l’on peut indifféremment utiliser les fréquences absolues (c’est-à-dire les effectifs bruts) ou les fréquences relatives (quotients des effectifs bruts par le nombre total d’occurrences).

40 Kuang-Ho Chen et Luca Cavalli-Sforza font également ce rapprochement (Chen et Cavalli-Sforza, 1983 : p. 370).

41 Pierre Darlu précise que cette transformation — qui utilise la distance de Nei — est « classiquement utilisée en génétique des populations » (Darlu et al., 2001 : p. 178, renvoyant notamment à Nei, 1973). Les constantes ro et Δr peuvent être omises, ce qui conduit à une expression simplifiée de la distance : δij= = - ln (φij) ; elles peuvent également être choisies en fonction des valeurs observées de φij de manière que l’étendue des valeurs de δij soit suffisamment importante.

42 Pierre Darlu fait observer que « ces indices de ressemblance ou de distance servent de base à des analyses de type classification hiérarchique, à des analyses multivariées, à des comparaisons entre isonymie et distance géographique qui peuvent conduire à des représentations cartographiques » (Darlu et al., 1996 : p. 231).

43 Cet indice est par exemple utilisé par Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1997 : p. 610.

44 On observera que la valeur de Ii (égale à la somme des carrés des fréquences patronymiques) est celle du numérateur de φii. On observera également que l’indice d’isonymie aléatoire, proposé en 1967 par Yasuda & Morton, n’est rien d’autre que l’inverse de l’indice de diversité proposé par Simpson dès 1949 (cf. supra, chap. 5). Etonnamment, généticens des populations, biologistes ou encore spécialistes de linguistique statistique semblent méconnaître les outils proposés dans d’autres champs disciplinaires que le leur.

45 Cf. par exemple Mourrieras et al., 1995 : p. 185 ; Darlu et al., 1997 : p. 610.

46 Cette recommandation vaut également, sans doute aucun, pour les gros corpus patronymiques de la génétique des populations, même si, dans ce cas, la différence entre THi et Ii est minime, de sorte que l’indice d’isonymie aléatoire reste une approximation commode.

47 Avec les notations précédentes, l’entropie Hi (mesurée pour la population i) est définie par :
Image
Cette mesure, également connue sous le nom d’index de diversité de Shannon-Wiener (cf. Shannon, 1949 ; Wiener, 1948), résulte de la théorie de l’information. Elle est utilisé dans de nombreux domaine.
Sur le concept d’entropie (initialement théorisé par le physicien Rudolf Clausius au milieu du XIXe s., ultérieurement réélaboré par Ilya Prigogine, et dont l’objet est l’étude à l’échelle macroscopique des processus d’évolution au sein d’ensembles trop complexes pour être décrit à l’échelle microscopique — i.e. moléculaire) et son utilisation en sciences humaines et sociales, cf. par exemple Forsé, 1989 ; pour son utilisation en sciences économique, cf. par exemple Georgescu-Roegen, 1971.

48 Ce modèle permet d’estimer « la distribution (...) du nombre d’allèles sélectivement neutres dans une population. » (Lisa et al., 2001 : p. 238).

49 Cf. par exemple Yasuda et al., 1974 ; Zei et al., 1983a & 1983b ; Darlu & Ruffié, 1992a. Sur les conditions d’application de ce modèle, cf. notamment les précisions donnés par Pierre Darlu (Darlu & Ruffié, 1992a : p. 721-722 ; Darlu et al., 1996 : p. 245-246).

50 Pierre Darlu fait observer que l’utilisation de la distribution logarithmique de Fisher suppose un nombre très élevé de patronymes et une valeur de n grande par rapport à q, des « conditions [qui] sont généralement remplies dans les études sur les patronymes. » (Darlu et al., 1992 : p. 721).

51 On rappelle que le modèle suppose qu’il n’y a pas de « génération spontanée » de patronymes (d’où l’interprétation en termes de d’immigration).

52 L’écriture proposée signale ainsi que l’on note (ici) Q le nombre d’occurrences du patronyme le plus fréquent.

53 En pratique — c’est la solution que j’ai retenue — la résolution se fait de manière itérative à l’aide d’un programme écrit ad hoc ou, plus simplement encore, en utilisant la fonction « solveur » du logiciel Microsoft Excel. Un certain nombre d’auteurs — dont Ronald Fisher lui-même — proposent des tables (dont l’intérêt est devenu limité avec l’avènement de la micro-informatique !...).

54 Cette estimation est notamment utilisée par Darlu & Ruffié (1992) et par Zei et al.. (1983b) en comparaison avec celle obtenue à partir de la distribution de Fisher.

55 Pour des résultats détaillés, cf. Bourin et Chareille, 2002a.

56 La source permet la reconstitution de nombreux fragments de généalogie et donc la distinction d’au moins deux générations. Elle offre ainsi la possibilité d’examiner le fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial et, consécutivement, celle de confronter les deux niveaux d’analyse macro-et micro-. L’étude de la dévolution des lexèmes montre la puissance de la transmission intra-familiale. Alors que les évolutions semblent lentes au niveau micro-(niveau du groupe familial), la comparaison entre adultes et enfants révèle, au niveau macro-, des différences marquées (Bourin et Chareille, 2002a). Ce hiatus, classiquement observé entre les deux échelles d’analyse (Chareille, 2002 ; Bourin, 2002), invite à s’interroger sur les dynamiques d’évolution des corpus onomastiques.

57 Le détail de cette matrice (tableau 16 x 16) ne présente pas d’intérêt majeur pour le présent propos ; il n’est donc pas fourni ici.

58 On observe que la corrélation entre l’indice d’isonymie aléatoire I et le taux d’homonymie TH est ici médiocre. Les différences entre les deux valeurs sont d’autant plus grandes que l’effectif de la population masculine dans un domaine est faible.

59 Ces résultats ont été obtenus à partir du corpus des noms masculins lemmatisés. Les conclusions sont en tout point analogues avec le corpus des noms de femmes.

60 Il s’agit là d’un écueil auquel il convient toujours d’être attentif : « statistiquement significatif » ne signifie pas « statistiquement signifiant ». De ce point de vue, la formulation — pourtant classique et d’usage — prête à confusion. Les statisticiens n’ont, à 1’évidence, pas suffisamment attiré l’attention sur ce point et la confusion est fréquente.

61 La richesse anthroponymique des domaines les plus peuplés — ceux pour lesquels les dépendants recensés sont les plus nombreux — est à l’origine de ce biais. La probabilité de trouver dans un tel domaine un nom attesté ailleurs est relativement forte : on retrouve ainsi dans le seul domaine IX 40,5 % des noms (masculins lemmatisés) attestés dans l’ensemble du corpus de Saint-Germain-des-Prés ; et 22,6 % dans le seul domaine XIII (le second par son importance numérique).

62 La valeur de l’indice de ressemblance est par définition comprise entre 0 et 1. Elle est d’autant plus proche de 1 que les corpus se ressemblent.

63 Ce travail est en cours et s’inscrit dans une recherche plus générale sur l’étude des migrations ; il n’est fait état ici que des premiers résultats !

64 La condition est nécessaire mais non suffisante !...

65 Elle (me) semble cependant être assez tôt la « règle majoritaire », ce qui ne veut bien évidemment pas dire que les cas ou un père et un fils portent un surnom différent sont rares, ni que les membres d’une même fratrie portent nécessairement tous le même surnom. Entre « règle majoritaire » et règle (exclusive), la marge est notable.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site