Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Troisième partie. D'autres perspectives

Chapitre 8. Parenthèse vendômoise

Texte intégral

Un problème

1À la fin du XIe siècle, dans le Latium : « Au moment même où l’usage des noms de saints les plus usuels — les noms d’apôtres en particulier — s’est généralisé dans les couches inférieures de la société, le monde chevaleresque en quête d’une anthroponymie typique s’est tourné vers tout ce qui était marqué de rareté, ennobli par l’archaïsme ou l’importation. » (Toubert, 1973 : p. 699). L’engouement est de brève durée puisque « dans la seconde moitié du XIIe siècle, l’onomastique aristocratique a été envahie à son tour par les noms les plus communs. » (Toubert, 1973 : p. 699).

  • 1 On observera que dans leur Cote des prénoms en 2001, Philippe Besnard et Guy Desplanques proposent (...)

2Sans doute conviendra-t-on avec Pierre Toubert que les Alexandre, Achille, Hector et Cassandre dénotent un certain archaïsme. Mais sont-ils pour autant des noms rares ? Et d’ailleurs qu’est-ce qu’un nom rare au Moyen Âge ? Un nom excentrique ? Un nom original1 ?

3C’est qu’ici, les choses ne sont pas simples. D’une part, la richesse d’un corpus ne se mesure pas à son originalité. La linguistique fait le même constat : « un texte peut faire appel à des parties très excentriques du lexique sans pour autant avoir un vocabulaire très étendu ; l’excentricité du vocabulaire est un fait de contenu, alors que la richesse lexicale, indépendante du contenu, est un fait de structure. » (Muller, 1977 : p. 115). D’autre part, l’originalité d’un ou de quelques noms ne peut être évaluée sans référence extérieure.

  • 2 Sur la question du fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial et plus particu (...)

4Le corpus des généalogies vendômoises reconstituées par Dominique Barthélemy (1993) fournit une belle matière pour poser quelques questions de ce type à un niveau d’observation qui n’est pas celui qui a été privilégié dans ce travail, mais dont on a rappelé toute l’importance : celui du groupe familial2.

5La question qu’on entend ici poser est simple : comment rendre (statistiquement) compte de 1’« originalité » des noms (nomen proprium) d’un corpus familial ?

  • 3 Recension complète dans Barthélemy, 1993 : p. 1106-1107.
  • 4 On peut en douter si l’on s’en tient aux considérations de George Duby qui souligne la brièveté de (...)

6Dominique Barthélemy propose au total 38 généalogies3. Il n’y a pas lieu de revenir ici sur la « logique historique » qui a présidé à la composition de ces ensembles (ou groupes familiaux), qui ne correspondent (de façon systématique) ni à des groupes agnatiques au sens strict, ni à l’ensemble des descendants (hommes et femmes) d’un ancêtre commun. Ces généalogies, de profondeur et d’extension (nombre d’individus) variables, ne sont évidemment pas des agrégats de circonstance entre individus plus ou moins apparentés. Mais il est difficile de dire si les individus concernés avaient (à la génération qui était la leur) une conscience au moins relative de la « réalité » familiale que ces schémas donnent à voir4.

7Plusieurs de ces généalogies, qui concernent des lignages seigneuriaux du Haut-Vendômois, pouvaient faire l’objet de « raccords » qui n’ont pas été — à tout le moins schématiquement — proposés par l’auteur. Cette « dissociation » en groupes distincts est donc supposée faire sens. Je ne l’ai pas remise en cause, de sorte que la matière exploitée est celle que donnent immédiatement à voir les stemma fournies par l’auteur.

Une solution

  • 5 Avant d’être reprise par Charles Muller (comme signalé supra, dans ce chapitre), la notion d’« exce (...)

8Telle qu’elle nous est restituée par Dominique Barthélemy (1993 : p. 310), la généalogie de Foucher de Vendôme et ses descendants mentionne au total 19 individus sur 4 générations. Elle recense 14 hommes (certains apparaissent au titre des alliances matrimoniales) qui portent 8 (pré)noms distincts. La généalogie qui correspond à la parenté d’Eude le Roux (Barthélemy, 1993 : p. 612) mentionne au total 21 individus sur 5 générations. Elle recense également 14 hommes (aucun au titre des alliances matrimoniales) qui portent 8 noms. On peut se poser une question simple : laquelle de ces deux généalogies révèle le corpus des (pré)noms le plus « original » (i. e. le plus « excentrique »5) ? Simple dans sa formulation, la question n’admet pas de réponse immédiate.

9L’observation des palmarès par généalogie souligne bien l’utilisation de deux patrimoines onomastiques distincts :

Tableau 1. Palmarès des noms dans les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux

nom

eff. Généalogie
Foucher de Vendôme

eff. Généalogie
Eude le Roux

toucher

4

hugue

2

2

roger

2

vulgrin

2

engebaud

1

geoffroi

1

gradoul

1

joscelin

1

eude

3

salomon

3

robert

2

fulcrade

1

jean

1

payen

1

renaud

1

total

14

14

10Ainsi présentée, les palmarès montrent :

  1. Des corpus nettement distincts (seul Hugue est attesté dans les deux généalogies).

  2. Des distributions qui présentent des caractéristiques statistiques voisines (même effectif masculin, même nombre de noms différents, même nombre d’hapax).

  3. Un (voire deux) nom(s) marqueur(s) de la généalogie (sans surprise, Foucher pour la première et Eude pour la seconde).

  • 6 5 des 38 schémas généalogiques proposés par Dominique Barthélemy n’ont pas été retenus pour la cons (...)
  • 7 Les 33 généalogies retenues signalent au total 525 noms masculins. Mais certains individus sont men (...)

11Difficile cependant, en l’absence de référence extérieure, de parler d’originalité plus grande pour l’un ou l’autre de ces deux corpus. Une évaluation de l’originalité suppose un classement (fréquentiel) des noms dans la population (statistique) dont les deux généalogies sont extraites. Ce point de comparaison peut être donné par l’ensemble des généalogies vendômoises reconstituées par Dominique Barthélemy. Un palmarès des (pré)noms masculins peut-être établi à partir de 33 généalogies6. Le corpus référent ainsi constitué concerne 466 hommes différents7. Il fournit 105 noms distincts (après lemmatisation) dont 51 hapax.

  • 8 Le rang 1 correspond au nom le plus fréquent du corpus, le rang 2 au suivant, etc. Les ex-aequo (no (...)

12Plusieurs mesures de 1’« originalité » peuvent être proposées, qui peuvent prendre en compte les fréquences d’emploi des noms ou simplement leur rang dans le corpus utilisé comme référence8. Comme 1’« originalité » est une notion (non encore définie) qui semble pouvoir être appréciée indépendamment de l’ordre de grandeur des fréquences, le choix des rangs peut être privilégié.

  • 9 Le corpus de référence fournit en quelque sorte une « norme » à partir de laquelle l’originalité pe (...)
  • 10 Cette mesure, simple, est inédite et n’est pas — à ma connaissance — utilisée sous cette forme (ni (...)

13Les deux généalogies concernent ici le même nombre d’hommes. La somme des rangs de chacun des (pré)noms d’une généalogie donnée est un indicateur dont la valeur est d’autant plus faible que les noms employés dans cette généalogie sont « courants » (i. e. fréquents) dans le corpus de référence9. Cet indicateur fournit une mesure possible de l’originalité d’un corpus10.

Tableau 2. Effectif et rang des noms dans les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux

Image 10000000000002ED000002391E78105451BB68BB.jpg

14Au regard des informations concernant l’ensemble des généalogies vendômoises reconstituées par Dominique Barthélemy, le corpus des (pré)noms masculins mentionnés dans la généalogie de Foucher de Vendôme et ses descendants est plus original — faut-il dire plus excentrique ? — que celui des (pré)noms masculins dans la parenté d’Eude le Roux. Cette originalité est liée à la présence en plus grand nombre dans la généalogie de Foucher de Vendôme et ses descendants de noms rares dans l’ensemble du corpus vendômois (Gradoul, Roger, Vulgrin et Engebaud).

15Cet indicateur permet de comparer de façon simple le niveau d’originalité de plusieurs corpus (on peut imaginer confronter ainsi plus de deux généalogies). Mais la mesure obtenue est-elle un bon indicateur ? Pour examiner cette question à partir de l’exemple précédent, il convient d’observer que :

  1. Le corpus utilisé comme référence (ensemble des généalogies vendômoises) n’est pas rigoureusement extérieur aux données puisque les deux généalogies examinées participent de la constitution du palmarès vendômois dans son ensemble.

  2. Le palmarès utilisé comme point de comparaison concerne l’ensemble du Vendômois pour la période XIe-XIVe siècle. Il ne permet donc pas de repérer des spécificités qui seraient valables à l’échelle micro-régionale et/ou à une échelle chronologique plus fine.

  3. Les deux généalogies mentionnent le même nombre d’hommes.

  • 11 De façon plus générale, les hapax du corpus référent sont par définition uniquement représentés dan (...)

16La première observation résulte d’un choix délibéré : exclure du corpus référent les deux généalogies — celle de Foucher de Vendôme et ses descendants d’une part, la parenté d’Eude le Roux d’autre part — conduirait à exclure du palmarès vendômois le nom Gradoul (hapax du corpus référent)11. Aucun rang ne pourrait alors lui être attribué et le calcul de la somme des rangs ne pourrait pas être effectué. Pour surmonter cette difficulté on peut choisir d’affecter arbitrairement à ce nom le dernier rang observé (ce qui revient à considérer qu’il doit être au moins aussi « rare » que les noms les plus rares du corpus référent). En procédant ainsi, on obtient une somme des rangs :

  • de 434 pour la généalogie de Foucher de Vendôme et ses descendants ;

  • de 238 pour la parenté d’Eude le Roux.

17Il n’y a donc pas de remise en cause du résultat établi précédemment et ces nouveaux calculs confirment 1’« originalité » plus marquée des (pré)noms de la généalogie de Foucher de Vendôme et ses descendants.

18La deuxième observation, en liaison notamment avec la question de la chronologie, soulève un problème complexe, qui fait écho à une réflexion plus générale sur l’imbrication des niveaux d’analyse. Les deux généalogies ne couvrent pas la même période : celle de Foucher de Vendôme ne concerne que le XIe siècle, celle d’Eude le Roux le XIe et les deux premiers tiers du XIIe siècle. Or le palmarès vendômois connaît durant cette période une certaine évolution. Il faut donc s’assurer que 1’« originalité » repérée n’est pas imputable à cette inégale distribution chronologique des individus dans les deux généalogies. On est ici confronté à une difficulté liée à la superposition de deux temporalités : celle de la généalogie, qui s’inscrit dans la durée et révèle une certaine épaisseur (profondeur) ; celle que donne à voir un palmarès qui procède d’une contraction du temps et propose une image figée et instantanée (une « photographie » en quelque sorte) qui ne saurait rendre compte par elle-même (i. e. sans autre considération) de l’historicité des événements qui l’ont fait apparaître. Une difficulté classique que celle de « l’historien aux prises avec le temps » et du démographe qui doit combiner analyses transversales et analyses longitudinales. Un jeu à échelles multiples.

19Pour intégrer cette dynamique dans l’analyse, il convient de distribuer les noms par tranche chronologique et de disposer, pour chacune des périodes définies, d’un palmarès référent.

20Le « découpage » retenu ici reprend le fractionnement chronologique proposé et mis en œuvre pour l’enquête sur la genèse médiévale de l’anthroponymie moderne.

Tableau 3. Noms par tranche chronologique dans les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux

Image 10000000000002F00000021BCEF27043851C1CCF.jpg

Tableau 4. Rang des noms dans le corpus-référent par tranche chronologique

nom

1000-1050

1050-1100

1100-1130

1130-1160

toucher

4

4

14

hugue

1

1

12

1

roger

4

23

vulgrin

13

23

14

engebaud

23

5

geoffroi

13

1

5

2

gradoul

13

joscelin

4

12

eude

4

10

5

salomon

13

6

12

5

robert

10

5

fulcrade

4

23

14

jean

23

12

5

payen

23

1

14

renaud

2

6

12

5

Tableau 5. Rang moyen des noms dans les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux (par tranche chronologique)

Image 10000000000002EF0000023C6F5631E19DD1B8F6.jpg

21Cette version « corrigée » du calcul de la somme des rangs conduit à un résultat plus nuancé : ainsi mesurée, l’originalité de la généalogie de Foucher de Vendôme est (globalement) à peine supérieure à celle de la parenté d’Eude le Roux (103 vs 99). En observant le détail de la chronologie, on constate cependant que sur le seul XIe siècle (période commune aux deux généalogies), l’originalité de la première est apparemment plus nettement acquise (47 + 56 = 103 vs 4 + 42 = 46), mais le calcul ne concerne alors plus le même nombre de personnes (6 individus seulement pour le XIe siècle dans la généalogie d’Eude le Roux) ! Pour ne faire porter la comparaison que sur cette seule période « commune » aux deux généalogies, une solution consiste à ne pas utiliser la somme des rangs mais leur moyenne (cf. dernière ligne du tableau 5 ci-dessus), et de modifier le calcul précédent pour tenir compte du nombre de personnes recensées dans chaque généalogie (et dans chaque tranche chronologique). Cette « stratégie » confirme la plus grande « originalité » du corpus des noms de la généalogie de Foucher de Vendôme ; elle l’établit pour la première moitié du XIe siècle (rang moyen 5,9 vs 4) comme pour le second XIe siècle (rang moyen 9,3 vs 8,4).

  • 12 Au nombre desquels le risque de voir 1’« originalité » (éventuelle) imputée à une tranche chronolog (...)
  • 13 Au nombre desquels l’effet incontrôlable du découpage chronologique — toujours partiellement arbitr (...)

22D’une façon générale, le problème de la comparaison d’ensembles de tailles différentes — qui vient d’être évoqué et qui était soulevé par la troisième observation (cf. supra, dans ce chapitre, p. 166) — conduit à choisir préférentiellement l’indicateur du rang moyen. Le choix d’un découpage chronologique reste plus discutable et si les arguments en sa faveur12 ne manquent pas, ceux en sa défaveur me semblent plus forts13, le principal étant l’absence de vision dynamique (et globale) qui résulte du « tronçonnage » chronologique d’une généalogie.

  • 14 D’où le calcul classique de la variance (ou de l’écart-type) pour évaluer cette « dispersion » auto (...)
  • 15 L’exemple donné ici à titre d’illustration est fictif. Les noms de rang 25 et 26 ne sont pas vérita (...)
  • 16 La moyenne quadratique d’une série de valeurs est supérieure ou égale à sa moyenne arithmétique ; l (...)

23Le calcul du rang moyen pose un problème « classique » : à une même valeur moyenne peuvent correspondre des situations plus ou moins « dispersées »14. Un nom de rang 1 et un nom de rang 50 ont une contribution à la somme des rangs identique à celle donnée par un nom de rang 25 et un nom de rang 26. Or le premier cas de figure correspond à une originalité bien plus forte15 (et à une plus grande « dispersion » des noms dans le palmarès-référent). La mesure de 1’« originalité » se fera donc en utilisant non pas la moyenne arithmétique des rangs, mais la moyenne quadratique (qui permet de donner un poids plus important aux rangs les plus forts, donc aux noms les plus rares dans le corpus-référent)16.

24Si on note ϑ le paramètre correspondant, on a :

Image 10000000000000950000004CBF1911838771C243.jpg

n désigne la taille du corpus (i. e. de la généalogie) considéré(e) et Image 10000000000000310000002957A24EA9ED43889B.jpgla somme des carrés des rangs des noms de ce corpus (i. e. de cette généalogie) dans le corpus-référent.

25Pour les deux généalogies précédentes, on a les calculs suivants (sans découpage chronologique) :

Tableau 6. Moyenne quadratique des rangs des noms dans les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux

Image 10000000000002EF000002587F85C88559413A14.jpg

26Ainsi mesurée, l’originalité des noms (masculins) de la généalogie de Foucher de Vendôme est supérieure à celle des noms de la parenté d’Eude le Roux (27,8 vs 13,6).

Remarque

27Au nombre des variantes encore possibles, on peut imaginer de substituer au rang moyen le rang médian ; ou encore de ne prendre en considération dans les calculs que les noms dont le rang dans le corpus-référent est au moins égal au rang médian (qui correspond au nombre de noms nécessaire et suffisant pour désigner la moitié de la population).

Un dernier exemple

28La généalogie des « de Saint-Martin » (de Vendôme) mentionne 26 hommes portant 10 (pré)noms différents (après lemmatisation) ; celle des Lancelin, 25 hommes portant 16 (pré)noms différents. Les effectifs par généalogie sont très proches, mais le nombre de noms différents recensés est notablement variable d’une généalogie à l’autre.

Tableau 7. Effectif et rang des noms dans les généalogies des « de Saint-Martin » (de Vendôme) et des Lancelin

Image 10000000000002F6000003491D70B0F167BDBB37.jpg

  • 17 Dans le corpus référent, Geoffroi est le (pré)nom masculin le plus fréquent (45 occurrences, soit 9 (...)

29Geoffroi et Philippe, fréquents dans l’ensemble du corpus vendômois17, sont souvent portés dans la généalogie des Lancelin, mais les noms rares y sont également nombreux puisque 5 noms masculins de cette généalogie sont des hapax du corpus-référent. Au total, le rang (quadratique) moyen (d’un nom) pour la généalogie des « de Saint-Martin » (de Vendôme) est de : ϑ ≈ 21,2 ; il est de ϑ ≈ 27,8 pour celle des Lancelin qui exploitent donc un corpus de noms plus « original » que celui des « de Saint-Martin » !... Le tableau montre également des choix assez nettement différenciés entre les deux généalogies : seuls Geoffroi et Raoul sont communs aux deux corpus familiaux. Cette « différenciation », observée également entre les généalogies de Foucher de Vendôme et d’Eude le Roux, concerne apparemment moins les noms marqueurs familialement (Geoffroi est l’un de ceux de la généalogie des Lancelin tout en étant le plus fréquent dans le corpus-référent et plusieurs fois attesté dans la généalogie des « de Saint-Martin ») que les autres. Il y a là matière à une réflexion et une analyse plus systématiques, en considérant l’ensemble des lignages.

***

30La question, en apparence banale, de 1’« originalité » des noms (nomen proprium) se pose au niveau du groupe familial (niveau micro-) comme à celui de l’échelle macro-. L’approche quantitative permet ainsi d’objectiver un concept souvent flou et de rendre compte (statistiquement) des noms qui peuvent (doivent !) être considérés comme des « marqueurs familiaux ».

Notes

1 On observera que dans leur Cote des prénoms en 2001, Philippe Besnard et Guy Desplanques proposent des typologies complexes qui distinguent : prénoms « précurseurs, pionniers, dans le vent, conformistes, hyperconformistes, à la traîne, démodés et désuets » ; ou encore : prénoms « excentriques, rares, dans le flux, plutôt conformistes, en reflux, classiques » (Besnard et Desplanques, 2000 : p. 66-69) (mais aucune de ces deux typologies ne définit réellement de partition du corpus des prénoms).

2 Sur la question du fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial et plus particulièrement sur les acquis et les difficultés de l'approche généalogique, cf. Bourin, 1995 ; Bourin et Chareille, 1995.

3 Recension complète dans Barthélemy, 1993 : p. 1106-1107.

4 On peut en douter si l’on s’en tient aux considérations de George Duby qui souligne la brièveté de la mémoire généalogique des grandes familles aristocratiques, le plus souvent limitée à trois générations (cité aussi par Benoît Cursente, 1995 : p. 61, note 18). C’est pourtant cette « conscience » d’une communauté d’appartenance commune qui garantirait leur pertinence à ces figures et leur assurerait un caractère pleinement opératoire.

5 Avant d’être reprise par Charles Muller (comme signalé supra, dans ce chapitre), la notion d’« excentricité » est proposée par Pierre Guiraud (1954 : p. 66).

6 5 des 38 schémas généalogiques proposés par Dominique Barthélemy n’ont pas été retenus pour la constitution du corpus (extension et/ou profondeur insuffisantes, reconstitutions présentées comme très incertaines, etc.).

7 Les 33 généalogies retenues signalent au total 525 noms masculins. Mais certains individus sont mentionnés dans plusieurs généalogies. Le palmarès utilisé comme élément de comparaison correspond à la population masculine sans double compte (aux erreurs d'identification et de repérage près).

8 Le rang 1 correspond au nom le plus fréquent du corpus, le rang 2 au suivant, etc. Les ex-aequo (noms correspondant à une même fréquence) sont affectés du même rang, choisi arbitrairement égal à celui du 1er des noms présentant cette fréquence.

9 Le corpus de référence fournit en quelque sorte une « norme » à partir de laquelle l’originalité peut être évaluée.

10 Cette mesure, simple, est inédite et n’est pas — à ma connaissance — utilisée sous cette forme (ni sous une forme « approchante ») dans d’autres champs disciplinaires. La statistique lexicale examine cette question de l’originalité en dénombrant (plus ou moins savamment) les mots définis comme rares — il n’y a évidemment pas de définition universelle du seuil de rareté — à partir des dictionnaires de fréquence (notamment, pour les travaux les plus récents, la liste de fréquences du Trésor de la langue française ou le Frequency Dictionary of The French Words (Juilland et al, 1970)). Sur la question des dictionnaires de fréquence en statistique lexicale, cf. par exemple Muller, 1965b & 1974a. Sur celle des mots rares, cf. par exemple Ménard, 1978 & 1983 : p. 39-50.

11 De façon plus générale, les hapax du corpus référent sont par définition uniquement représentés dans une et une seule des 33 généalogies retenues.

12 Au nombre desquels le risque de voir 1’« originalité » (éventuelle) imputée à une tranche chronologique particulière qui ne serait pas commune aux deux généalogies.

13 Au nombre desquels l’effet incontrôlable du découpage chronologique — toujours partiellement arbitraire — sur les calculs, notamment lorsque le corpus-référent est de taille insuffisante pour supporter sans heurt le fractionnement et que les palmarès par tranche chronologique se trouvent « fragilisés » (parce que reposant sur des effectifs plus faibles). Dans le cas présent, Hugue et Jean sont portés dans la parenté d’Eude le Roux au début du XIIe siècle alors qu’ils ne sont pas très fréquents en 1100-1130 en Vendômois, mais qu’ils le sont sur l’ensemble de la période. Leur contribution au calcul de la somme des rangs pour toute cette généalogie est relativement significative (24/99). Doit-on pour autant parler à propos de ces noms de noms « originaux » ? Je ne le crois pas !

14 D’où le calcul classique de la variance (ou de l’écart-type) pour évaluer cette « dispersion » autour de la moyenne.

15 L’exemple donné ici à titre d’illustration est fictif. Les noms de rang 25 et 26 ne sont pas véritablement originaux car en milieu de palmarès. Le nom de rang 50 l’est beaucoup plus.

16 La moyenne quadratique d’une série de valeurs est supérieure ou égale à sa moyenne arithmétique ; le choix de ce mode de calcul ne remet donc pas en cause les résultats qui seraient établis en utilisant la moyenne arithmétique, mais il permet une différenciation plus marquée des corpus.

17 Dans le corpus référent, Geoffroi est le (pré)nom masculin le plus fréquent (45 occurrences, soit 9,7 %) et Philippe est au rang 6 (17 occurrences, soit 3,6 %).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site