Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Deuxième partie. Méthodes : de l'identification des anthroponymes aux traitements statistiques

Chapitre 4. De l’identification des anthroponymes et de la lemmatisation

Texte intégral

1Confronté à sa documentation, et bien avant d’envisager le traitement quantitatif de son corpus, l’anthroponymiste se heurte à un certain nombre de difficultés.

  1. La source d’abord. Elle est première. De son type dépend la nature des informations collectées, leur quantité, voire leur qualité. Le document conditionne la constitution de la métasource ; il suggère la structure de la base de données, détermine la « grille » d’analyse (donc la grille de saisie). Le médiéviste le sait bien, qui ne peut interroger pareillement listes fiscales, actes de la pratique, documents notariés ou autres récits hagiographiques. Et la pertinence des questions qu’il peut poser à l’une ou à l’autre de ces sources est d’abord fonction de son type.

    • 1 Cette dimension narrative n’est de surcroît pas à exclure pour certains documents fiscaux, largemen (...)
    • 2 Cette décomposition vaut pour les anthroponymes à deux éléments, mais bien d’autres cas de figure s (...)
    • 3 Sur la question du droit du nom, cf. notamment Lefebvre-Teillard, 1990 ; Lapierre, 1995 : p. 93-129

    L’identification des anthroponymes ensuite. La structure de la base de donnée arrêtée, celle-ci doit être dûment renseignée. Mais pour le Moyen Âge, à l’exception relative des listes nominatives (de nature essentiellement fiscale) que l’on ne rencontre guère avant le XIIIe siècle, la plupart des sources mises en œuvre ont un caractère narratif plus ou moins prononcé1, rendant l’extraction des anthroponymes souvent mal aisée et toujours partiellement subjective. Leur décomposition en éléments de base (e.g. nom + surnom2) est d’autant plus difficile qu’il n’existe pas de définition juridique du nom jusqu’à une époque tardive3.

  2. La lemmatisation et avec elle tout le travail sur le corpus onomastique lui-même (corrections, « nettoyages », et autres vérifications).

  3. L’identification des personnes, enfin. Parce que derrière la sécheresse des listes de noms crûment accumulés, il y a des hommes et des femmes, des histoires individuelles que bien souvent l’historien ne peut reconstituer que grâce au suivi des anthroponymes. Et le médiéviste sait mieux que quiconque la difficulté de ces reconstitutions prosopographiques qui renvoient à la plasticité des désignations individuelles, qu’elles soient réelles ou d’origine « documentaire » (un effet de source, en quelque sorte).

2Bien sûr, ces difficultés ne se posent pas toutes de façon systématique et avec la même acuité. Elles peuvent être fortement imbriquées et sont toujours interdépendantes.

De l’identification des anthroponymes

  • 4 Nathan Ménard signale que des propositions ont été faites pour « le remplacement, dans la pratique (...)
  • 5 Charles Muller admet « en gros l’équivalence : unité graphique = mot » (Muller, 1968 : p. 21) et Na (...)
  • 6 Pour une présentation détaillée des multiples difficultés auxquelles le linguiste peut être confron (...)

3En distinguant les unités de texte des unités de vocabulaire, la statistique lexicale pose le problème de lemmatisation, qu’elle définit généralement comme « l’ensemble des opérations qui permettent de passer du mot au vocable correspondant » (Dolphin, 1979 : p. 4). Mais Nathan Ménard souligne qu’aucun linguiste n’est parvenu à donner du mot une « définition notionnelle indiscutable » (Ménard, 1983 : p. 20)4 de sorte que, cette distinction posée, les difficultés sont loin d’être résolues. En pratique, le dénombrement des mots et des vocables5 reste toujours une opération complexe6.

  • 7 Dominique Barthélemy précise que : « C’est en outre une difficulté constante que de distinguer entr (...)

4Les problèmes de l’anthroponymiste qui cherche à identifier les anthroponymes médiévaux sont, à bien des égards, ceux du linguiste qui cherchent à identifier les mots dans un texte. Qu’est-ce qu’un nom de personne au Moyen Âge ? La distinction entre « désignation » et « dénomination » proposée par Dominique Barthélemy (1989 : p. 37)7 a le mérite de souligner cette difficulté, notamment pour la période centrale du Moyen Âge, mais elle ne permet pas de régler la question.

  • 8 Cette décomposition vaut pour les anthroponymes à deux éléments, mais bien d’autres cas de figure s (...)
  • 9 Sur la question du droit du nom, cf. notamment Lefebvre-Teillard, 1990 ; Lapierre, 1995 : p. 93-129

5À l’exception notable des listes nominatives (de nature essentiellement fiscale) que l’on ne rencontre guère avant le XIIIe siècle, la plupart des sources mises en œuvre ont un caractère narratif plus ou moins prononcé, rendant l’extraction des anthroponymes souvent mal aisée et toujours partiellement subjective. Leur décomposition en éléments de base (e.g. nom + surnom8) est tout aussi difficile, d’autant qu'il n’existe pas de définition juridique du nom jusqu’à une époque tardive9.

  • 10 Archives départementales de la Côte d’Or (= ADCO), B 11574, cahier 2, cherche pour l’année 1376, f° (...)

6Christiane Klapisch parle, à propos des prénoms, de « problèmes de terminologie (...). Les définitions de réalités onomastiques apparemment aussi simple que “premier prénom”, “doublement du prénom”, prénoms “simples”, “uniques”, “composés” ou “multiples” restent étrangement incertaines. » (Klapisch, 1984 : p. 38). Si les concepts de « prénoms composés » et de « prénoms multiples » (notamment), classiquement utilisés pour les périodes modernes et contemporaines sont moins opératoires pour la période médiévale, ils renvoient à des difficultés pratiques auxquelles il faut faire face lorsqu’il s’agit de distinguer entre nom et surnom : comment décomposer par exemple l’anthroponyme Jehan Girart le Recouvreur10 ? Trois solutions au moins sont envisageables :

  1. nom = Jehan ; surnom = Girart ; information complémentaire à caractère professionnel = le Recouvreur ;

  2. nom (double) = Jehan Girart ; surnom = le Recouvreur ;

  3. nom = Jehan ; surnom (double) = Girart le Recouvreur.

7Le plus simple serait évidemment ici de parler de premier, de deuxième et de troisième élément.

8On le voit, distinguer le nom d’un surnom ou le surnom d’un élément de désignation complémentaire ne va pas toujours de soi. Et dans ce cas d’espèce, ce n’est pas le caractère narratif de la source qui peut être mis en cause puisque l’anthroponyme est extrait d’une liste nominative.

  • 11 ADCO, B 11574, cahier 2, cherche pour l’année 1376.
  • 12 Sans doute l’est-il un peu moins pour les anthroponymes qui associe une localisation au surnom : Gu (...)
  • 13 Il faut néanmoins préciser que ces difficultés ne représentent, à tout le moins dans les documents (...)

9Les exemples du même type pourraient sans peine être multipliés ; en témoigne ces quelques autres tirés de la même source11 : Jehan le Boiteux de Fouvans (f° 4v°), Martin le Noir (f° 17v°), Jehan le Petit (f° 17), Demoingin le Lorrain (f° 3), Jehanin de Paris (f° 21 v°), Jehan qui vent le lin (f° 15), Colin bon Varlet (f° 13), Jaquinot le Cordoannier (f° 1), P.reau Fournier (f° 30), Huot le Petit Coustur. (f° 18v°), Jehanin le Clerc (f° 29), Henriot Karesme entrant (f° 22), Hug. Grain Dorge (f° 9), Huguenotte Bonnotte Dorgeux (f° 3v°) ? Entre un surnom à caractère professionnel, toponymique, ou personnel (type sobriquet), et une désignation complémentaire du même type, le choix est souvent difficile12. Faut-il intégrer les titres et les charges ? Toujours ? Parfois ? Comment faire, enfin, pour les anthroponymes qui ne donnent apparemment aucun nom : li Oiseau (f° 29v°), le Rouier (f° 28), le Breton Mercier (f° 21v°), le Camus M.cier (f° 7), ou pour ceux qui ne donnent qu’un nom associé à un adjectif (et éventuellement un autre qualificatif) : le Grant Michiel (f° 14), le Beau Guiot Mendia.t (f° 5v°), la Grant Belot Tixiere (f° 6) ? On le voit, l’identification des anthroponymes et de leurs éléments constitutifs est nécessairement affaire de choix, de compromis et de renoncements13.

De la lemmatisation

La décomposition des noms d'origine germanique

  • 14 Åke Bergh — comme d’autres avant et après lui — considère que le système du nom unique, « au commen (...)
  • 15 Si cette décomposition est importante, c’est parce que les noms germaniques (il faudrait plutôt par (...)
  • 16 Au nombre desquelles il faut compter l’enquête pionnière conduite par l’Abbé Henri Duffaut sur les (...)
  • 17 Ne sont ici mentionnés que les auteurs dont les travaux fournissent une partie de la matière examin (...)

10Pour le Haut Moyen Âge et les temps carolingiens (VIIIe-Xe siècles), ce n’est pas tant l’identification des anthroponymes qui pose problème puisqu’ils sont constitués dans leur immense majorité d’un nom unique14, mais la décomposition en lexèmes des noms d’origine germanique15. Jusque dans les années cinquante, à quelques exceptions près16, cette question plus philologique qu’historique a été centrale dans de nombreuses études consacrées aux noms de personnes. Qu’il s’agisse d’Auguste Longnon, de Paul Aebischer, de Karl Michaëlsson, de Åke Bergh ou de Harry Jacobsson, pour ne parler que (des auteurs) des travaux de langue française les plus imposants17, tous ont réservé à l’origine linguistique des noms et à la décomposition des noms germaniques une part importante de leur réflexion. Plus récemment, Marie-Thérèse Morlet a consacré le 1er volume de son travail sur Les noms de personne sur le territoire de l’ancienne Gaule du VIe au XIIe siècle à cette question (Morlet, 1968). Sans doute cette observation ne fait-elle qu’insister sur un point déjà abordé : l’étude des noms de personnes est longtemps restée d’abord affaire de linguistique et de philologie.

  • 18 Parmi d’autres, les travaux de Dieter Geuenich sont précieux pour la lemmatisation des noms germani (...)

11En dépit du nombre et de la qualité des travaux consacrés à cette question, les difficultés sont loin d’avoir été toutes résolues. Si la décomposition de Willelmus sous la forme wili/helm ne fait aucun doute, il est des noms pour lesquels, même en ne considérant que les travaux les plus récents des spécialistes allemands du sujet18, celle-ci reste incertaine et peut différer selon les auteurs. Ces différences peuvent résulter :

    • 19 Exemple tiré du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (éd. Hägerman, 1993) (=SGP) : bref II, [65].
    • 20 Dieter Geuenich opte pour cette décomposition (Geuenich & Schreml, 1993 : p. 298) tandis que Franz (...)

    De l’origine linguistique incertaine de certains noms. Ainsi Germanus19 peut être considéré comme un nom latin et ne faire l’objet d’aucune décomposition, ou comme un nom germanique et être alors décomposé sous la forme : Germanus = gair/man20.

    • 21 SGP : bref IX, [103].
    • 22 SGP : bref IX, [113].
    • 23 Dieter Geuenich opte pour Giroardus = gair/hard (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 298) ; Franz Neiske (...)

    De la méthodologie de décomposition mise en œuvre. La lemmatisation repose sur une segmentation préalable du nom, segmentation dont l’unicité n’est pas toujours acquise. Ainsi, si celle de Audingus ne semble pas problématique (Audingus21 = aud+ing+us qui correspond à la forme lemmatisée aud/ng), celle de Giroardus22 est plus incertaine (Giroardus = giro+ard+us qui correspond à la forme lemmatisée gair/hard ou Giroardus = gir+oard+us qui correspond à la forme lemmatisée gair/ward)23.

    • 24 SGP : bref XXII, [71].
    • 25 Franz Neiske propose une décomposition différente pour Gaufredus (= wald /frith) et Gausfredus (= g (...)

    De l’identification des lexèmes eux-mêmes. Ainsi Gaufredus24 (qui donne le nom Geoffroi) doit-il être décomposé sous la forme gaut/frith (Geuenich & Schreml, 1993 : p. 298) ou wald/frith (Neiske, 1991)25

Lemmatiser pour mieux dénombrer ?

  • 26 Dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (éd. Hägermann, 1993), le nom Gaufredus (13 occurrence (...)
  • 27 Entre autres exemples, Olivier Guyotjeannin signale Bernardus, qui « peut ainsi glisser d’une tradi (...)

12Cette question de la décomposition en lexèmes ne fait pas toujours obstacle à la lemmatisation du corpus qui peut être envisagée à différents niveaux. Il est plus simple de réunir — et de dénombrer — sous une même forme lemmatisée (mais non décomposée) les « variantes » de Gaufredus que de s’interroger sur le 1er lexème de ce nom26. Olivier Guyotjeannin le souligne fort justement, « le plus dangereux est sans doute une tentation strictement linguistique, une “quête des origines” où sont aller s’échouer bien des études. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 393). Et il faut éventuellement renvoyer cette question au second plan pour être plus attentif à celle de la répartition des noms personnels entre leurs diverses sources d’inspiration : germanique, gréco-latine, chrétienne, etc., et considérer que les difficultés suscitées par la mise en œuvre d’une telle typologie ne sont pas uniquement liées au problème de la lemmatisation : « Toute tentative de répartition des noms (...) pose de graves problèmes de méthode, même si la bibliographie spécialisée peut aider à trancher les incertitudes ponctuelles (...) Les risques de contresens, on le sait, abondent : Rolandus, nom à l’origine germanique (...), peut prendre au cours du XIIe siècle une coloration “épique”. Les origines peuvent être obscures : Ribaldus avec ses dérivés est-il un sobriquet (“ribaud”) ou une altération du germanique Ripaldus ? Albertus est-il une francisation délibérée ou une simple évolution du très longobard Alpertus ? Jacobus est-il un témoin de l’influence byzantine ou du regain du pèlerinage en Galice ? Questions importantes, qui ne peuvent être tranchées qu’au cas par cas et avec une incontestable part d’hypothèse. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 393)27.

  • 28 Sur ces indicateurs, cf. supra, chapitre 2.
  • 29 Jean-Paul Benzécri insiste bien sur la difficulté majeure que constitue l’extraction des unités sta (...)

13Si cette question de la définition et de l’identification des unités à décompter est essentielle, c’est parce qu’elle conditionne, on le reverra, le calcul des indicateurs classiquement utilisés pour décrire les corpus onomastiques28. Les comptages, qui doivent être effectués avec le plus grand soin, supposent arrêtée une liste effective des unités statistiques identifiées29 (noms, surnoms ou lexèmes le cas échéant). Cette liste, on vient de le voir, n’est jamais simple à établir. C’est le travail d’élaboration et de « fabrication » du corpus anthroponymique qui est ici en cause.

  • 30 Dans leur répertoire d’anthroponymes catalans, Jordi Bolòs et Josep Moran ne dénombre pas moins de (...)
  • 31 Marie-Thérèse Morlet donne de l’hypocoristique la définition suivante : « forme familière transform (...)
  • 32 C’est notamment le cas dans les listes fiscales bourguignonnes des XIVe et XVe siècles.
  • 33 Par exemple : Jeh. Pechinot Cordiez (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 3).
  • 34 Il n’est bien sûr pas impossible que l’abréviation corresponde à Jehannin ou Jehannot, mais, au moi (...)
  • 35 Par exemple : Jeh.in le Deschargeur (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 3).
  • 36 Par exemple : Jeh.ot le Poullaill.r (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 28v°).
  • 37 Par exemple : Jeh.nette fille Estienne Perie (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 28).
  • 38 Dans la cherche des feux de 1376 (ADCO, B 11574, cahier 2), les noms masculins qui font l’objet d’u (...)

14Ainsi, le nom (nomen proprium) Guillelmus peut se présenter dans le même document sous des graphies différentes : Guillelmus, Guilelmus, Willelmus, Wilelmus, etc. Mais il peut également être attesté sous des formes plus nettement distinctes : Guillaume, Guilhelm, Guilielme, Guillemus, etc.30. Il n’est d’ailleurs pas toujours facile de faire la part entre ce qui doit être considéré comme de simples variantes orthographiques et ce qui renvoie à des variantes formelles plus marquées : Guillelmus et Guillermus ne se distinguent-ils qu’au niveau de la graphie ? Oui à en croire les philologues et autres linguistes allemands qui lemmatisent ces deux noms de la même façon : wili/helm (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 316) ; non si l’on s’en tient à des considérations phonétiques (à supposer qu’on puisse en juger valablement). En pratique, il faut également compter avec les formes hypocoristiques31 : ainsi Jehan, que l’on peut trouver sous les graphies Jehan, Jean, Jahan, Juhan, Jehun (liste non exhaustive), est à l’origine des formes dérivées Jehannot, Jehannin, Jehot, Jeannetot, etc. ; et Dominique à celle des formes Demanges, Demoingeot, Moingeot, etc. Et la variété peut toujours être lue comme représentative d’une situation historique. Il faut aussi compter avec les abréviations et les contractions, très fréquentes dans certains documents32 : la forme Jeh.33 correspond certainement à Jehan34, les formes Jeh.in35, Jeh.ot36, Jeh.nette37 respectivement à Jehannin, Jehannot, et Jehannette. etc. Et la réduction peut être encore plus drastique puisque le recours à l’initiale n’est pas exceptionnel : J. pour Jehan, G. pour Guillelmus, etc. Même si ces abréviations et contractions ont évidemment un caractère bien plus systématique pour certains noms, notamment les plus fréquents38, les exemples pourraient être multipliés.

15Il faut souligner que nombre d’éditions anciennes développent ces abréviations et autres contractions et abandonnent le texte original sans qu’il soit possible de connaître l’écriture d’origine (sauf à reprendre le manuscrit lorsque celui-ci existe encore). Le risque n’est pas négligeable de voir ainsi masqué un usage raisonné et cohérent de ces « formes réduites » auxquelles les scribes peuvent recourir de manière plus ou moins systématique. La logique — si logique il y a — est affaire de sources ; elle reste bien entendu à révéler.

16La question de la lemmatisation pourrait être abordée d’un point de vue abstrait et des tentatives ont été faites en ce sens par les linguistes (cf. p. ex. Muller, 1974b). Cette réflexion théorique est même indispensable pour pouvoir proposer des procédures de lemmatisation automatique et construire des outils informatiques adaptés à ce type d’opération. On sait l’exercice périlleux, sans doute plus encore pour les noms propres que pour les noms communs. De toute façon, cet aspect de la question n’est pas celui qui est ici privilégié et les observations restent au niveau descriptif.

  • 39 En Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, les documents fiscaux qui permettent un suivi longitudinal de (...)

17Les critères de différenciation des variantes d’un même nom sont multiples : ils peuvent être orthographiques, linguistiques, phonétiques, etc. Que ces variantes concernent ou non le même individu, décider de les dénombrer ensemble ou séparément est un choix initial lourd de conséquences puisque influant directement sur le décompte des unités. Bien sûr, les différentes formes d’un nom n’ont pas toutes le même poids (certaines sont plus fréquentes que d’autres) et il convient de s’assurer de la pertinence de tel ou tel regroupement, de vérifier en particulier que les variantes ne renvoient pas à des modes de gestion subtile de l’homonymie et à des stratégies de différenciation sociale ou intra-familiale. Cela suppose de savoir si les formes diminutives ou augmentatives d’un nom fonctionnent de manière autonome ou si, au contraire, elles sont interchangeables, une même personne pouvant être désignée dans des documents différents (voire dans le même document) par des variantes distinctes39 ; de savoir également si le latin et la langue vernaculaire cohabitent et sont utilisés indifféremment.

18En pratique, pour le corpus des noms, plusieurs niveaux de lemmatisation peuvent être envisagés, selon que l’on décide ou non d’agréger ensemble les noms dont la parenté est manifeste :

  • une « lemmatisation douce », qui consiste à ne grouper ensemble que les graphies et/ou variantes mineures d’un même nom ;

    • 40 Pour les noms d’origine germanique, la décomposition en lemmes (ou racines) correspond à une lemmat (...)

    une « lemmatisation forte », qui consiste à grouper, sous une même « forme générique » (ou « forme de référence »), toutes les formes parentes, donc à ne retenir que des groupes de noms (composés du nom et de tous ses hypocoristiques)40.

  • 41 L’expression est également utilisée en statistique lexicale.
  • 42 À défaut de fournir un index général détaillé — dont on peut craindre qu’il insiste excessivement s (...)

19À l’usage et pour mieux assurer les procédures de comparaison entre corpus, il s’avère utile de décrire la « norme de dépouillement »41 mise en œuvre et de fournir, pour chaque nom identifié comme tel (ou chaque unité de référence), un « dictionnaire » des graphies et formes différentes attestées dans la documentation42.

  • 43 Reste qu’il n’est pas facile de savoir si les fluctuations peuvent et doivent être considérées comm (...)

20À un niveau plus général, la lemmatisation est un des outils qui permet d’obtenir une moindre diversité. Elle doit être considérée comme une méthode de « lissage » — au sens statistique du terme — de la distribution des noms. Elle permet de réduire le « bruit », donc de diminuer (de façon plus ou moins significative selon le niveau de lemmatisation retenu) quelques fluctuations plus ou moins aléatoires, et de fait, plus ou moins signifiantes43. En contre-partie, elle offre une plus grande lisibilité du corpus.

  • 44 Cette augmentation du nombre des hapax s’accompagne le plus souvent d’une diminution de leur propor (...)

21Mais aucun des niveaux de lemmatisation envisagés ne peut — ni ne doit — réduire complètement le bruit. Les conséquences du mode de lissage choisi doivent pouvoir être évaluées en comparant, par exemple, le nombre d’hapax avant et après lemmatisation. Ce nombre diminue en effet avec l’intensité du lissage44.

  • 45 Sur cette question, cf. exemples infra.
  • 46 Il faut ainsi rester attentif au type de déclinaison latine, à la présence ou non de pluriels colle (...)

22Une forte lemmatisation (un lissage « dur ») réduit significativement la diversité observée et atténue les différences entre corpus. Elle accentue de fait l’impression de proximité entre ensembles onomastiques en ne tenant pas compte de l’existence d’éventuelles variantes linguistiques, possiblement corrélées à des facteurs régionaux ou sociaux. En agrégeant sous une forme de référence les noms qui possèdent de nombreux hypocoristiques, on augmente la fréquence de certains noms. Cette augmentation différentielle peut modifier significativement les fréquences et l’ordre des noms (avant et après lemmatisation) dans les palmarès45. Dans une perspective comparative, il faut donc veiller à ce que la lemmatisation ne conduise pas à masquer des informations fines dont il serait possible de tirer profit46.

  • 47 À titre d’illustration, Olivier Guyotjeannin précise : « Wido et Guido compte ainsi pour une même f (...)
  • 48 Moingeot est un nom (propre) fréquent dans les cherches des feux bourguignonnes du XIVe siècle. Il (...)

23Les différents niveaux de lemmatisation imposent différents niveaux de comptage. Olivier Guyotjeannin distingue ainsi, pour les noms, ce qu’il appelle « les formes (après regroupement des variantes de prononciation et de graphie), dont le décompte renseigne sur la distribution et la richesse du stock onomastique entre individus ; et (...) les souches (regroupant sous une seule unité le nom-souche, ses hypocoristiques et autres dérivés) : la statistique renseigne ici sur la vogue des patrons et modèles qui guident dans la dénomination de l’individu. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 383-384)47. Si cette distinction entre « forme » et « souche » est classique en anthroponymie, elle pose en creux la question d’une différenciation entre signifié et signifiant. Les « souches » sont en effet des unités définies « sémantiquement » et non morphologiquement. Tirer d’une statistique sur les « souches » des renseignements sur « la vogue des patrons et modèles », c’est faire l’hypothèse que tous les dérivés d’un nom sont bien perçus comme ayant une même « origine » (le nom-souche). Difficile pourtant d’être sûr qu’en Bourgogne, au XIVe siècle, Moingeot48 était considéré comme un dérivé de Dominique (et qu’il peut donc être légitimement décompté au nombre des occurrences renseignant sur l’intensité du « modèle » Dominique).

  • 49 Olof Brattö dénombre ainsi 3 000 « nomi » différents dans le Libro di Montaperti (1260) mais réduit (...)
  • 50 Harry Jacobsson explicite clairement le mode de comptabilisation des noms : « Je commence par la gr (...)
  • 51 Karl Michaëlsson (1936) et Åke Bergh (1941) fournissent aussi des comptages à plusieurs niveaux, ma (...)

24On retrouve cette attention aux règles de comptages dans la plupart des grandes études d’anthroponymie de la période 1920-1955, notamment dans celles de Olof Brattö (1953 & 1955)49 et de Harry Jacobsson (1955)50. L’un et l’autre, plus clairement que ne l’avaient fait leurs prédécesseurs, fournissent des décomptes qui distinguent explicitement ces différents niveaux51 (mais ni l’un ni l’autre n’engage de réflexion quelque peu théorique sur les conséquences de la lemmatisation pour l’approche comparative).

  • 52 Étonnamment, et assurément à tort, Harry Jacobsson considère que : « Le pourcentage élevé d’hypocor (...)

25Olof Brattö indique ainsi que près de la moitié de la population du Libro di Montaperti (1260) porte un nom hypocoristique (Brattö, 1953 : p. 48). Le poids de ces noms est encore plus important à Metz à la même époque (fin XIIIe siècle) puisqu’ils concernent plus de deux hommes sur trois et à peine moins de femmes (Jacobsson, 1955 : p. 44 & 49)52.

  • 53 Sur la documentation exploitée, cf. Beck et Chareille, 1997 & 1998. Le calcul ci-dessus est inédit.

26En Bourgogne, dans les cherches des feux du siècle suivant, ce sont environ la moitié des responsables fiscaux masculins qui sont concernés53.

27Seul un suivi longitudinal des individus permet de vérifier le fonctionnement des hypocoristiques ; leur stabilité éventuelle dans le temps, preuve de leur autonomie. C’est le cas selon toute vraisemblance en Bourgogne aux XIVe-XVe siècle (Beck & Chareille, 2002), également dans le Lyonnais d’après les constats faits par Marie-Thérèse Lorcin (1974).

  • 54 Le constat vaut dès l’apparition des surnoms.

28Pour les surnoms, dont la diversité est bien plus forte que celle des noms54, la distinction entre « forme » et « souche » n’est malheureusement pas envisageable, les « parentés » restant bien souvent incertaines. À n’en pas douter, l’extrême variété des surnoms doit aussi être mise en rapport avec cette l’impossible lemmatisation de ce corpus.

De l’anthroponyme à l’individu

De la plasticité des désignations

29Problèmes d’identification des éléments constitutifs des anthroponymes à deux ou plusieurs éléments, problèmes de décomposition en lexèmes des noms d’origine germanique, problème du choix du « niveau de lemmatisation » ; les difficultés, déjà nombreuses, ne s’arrêtent pourtant pas là ! C’est encore Christiane Klapisch qui parle, toujours à propos des prénoms, de « problème de définition de l’objet (...). Que mettons-nous derrière le mot de “prénom” quand nous le coulons dans nos moules statistiques ? Des réalités certainement très différentes, saisies à des moments variés du cycle de vie des individus selon les sources traitées (...) le prénom reçu à la naissance n’est pas un attribut définitif ni figé de l’individu : il se transforme, se déforme, laisse la place à d’autres désignations, disparaît parfois » (Klapisch, 1984 : p. 37). Olivier Guyotjeannin fait le même constat et parle lui de « difficultés de méthode (...) liées au matériau lui-même et à notre ignorance profonde des modalités d’attribution du nom à l’individu, mais aussi de ses mutations au cours de la vie (addition ou substitution d’un nouveau nom, remplacement par un sobriquet) : lacunes que ne sauraient combler des hypothèses téméraires sur les intentions des protagonistes de ce jeu à trois (individu, entourage, notaire) (...) Les chiffres ne livrent donc jamais qu’une image troublée, non de l’ensemble des choix mais de la seule dénomination usuelle lorsque l’individu se présente devant le notaire. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 395).

De la plasticité « réelle » des désignations individuelles55

  • 55 Sur cette question de l’unicité ou de la pluralité des dénominations, cf. également Bourin et Chare (...)
  • 56 Quelques sources « tardives » autorisent l’examen de cette question d’un point de vue quantitatif : (...)

30La question de la plasticité des désignations individuelles est difficile à appréhender. D’une part, on y reviendra, il n’est pas exclu qu'elle résulte au moins en partie d’un « effet de source » ; d’autre part, à supposer qu’elle fut « réelle », elle suppose la mise en séries et le recoupement d’informations éparses, souvent hétérogènes et dispersées56. De fait, aucune étude ne s’est attachée à sa dimension quantitative, même si de nombreux auteurs ont souligné l’importance apparente du phénomène.

31Dans le même document et a fortiori dans des documents différents, le même individu peut être désigné de nombreuses façons. Dans le Vendômois des Xe-XIIe siècles, Dominique Barthélemy précise ainsi que : « Les désignations complémentaires du nom sont (...) multiples. » (Barthélemy, 1993 : p. 630). Il note cependant que : « Les mentions d’une filiation (ou autre lien de parenté), d’un ou plusieurs lieux de référence, d’un titre ou métier, enfin d’un cognomen, ne se situent pas sur le même plan. On a le sentiment, dans les notices, d’être en présence de toute une série de désignations ponctuelles, adaptées aux circonstances : à cet égard comme à d’autres, le triomphe de l’officieux ! » (Barthélemy, 1993 : p. 630). Mais si « un même homme peut ainsi être désigné de plusieurs manières différentes (...) la multiplicité de ces désignations n’est pas illimitée. Le plus souvent, l’une d’entre elles prime sur les autres : c’est une dénomination. » (Barthélemy, 1993 : p. 630).

32Karl Michaëlsson (1927 : p. 131-142) constate également cette « instabilité » des désignations individuelles pour les XIIIe-XIVe siècles dans les rôles de la taille parisiens de 1292-1313. Il indique qu’« un grand nombre de personnes parmi la classe bourgeoise de Paris (...) pouvaient être indifféremment qualifiées de plusieurs surnoms » (Michaëlsson, 1927 : p. 142).

33Si l’on peut difficilement reprocher à Dominique Barthélemy de ne pas avoir cherché à évaluer le rapport entre surnoms « stables » et surnoms « instables » (le calcul n’aurait eu que peu de sens à partir de son corpus et il faut de toute façon supposer, à le lire, que la stabilité relève de l’exception dans la chevalerie vendômoise), on peut regretter que Karl Michaëlsson ne l’ait pas fait. Sa documentation fiscale, par nature très différente des cartule étudiés par Dominique Barthélemy, bien moins « narrative » puisque constituée de listes nominatives, rend plus facile le suivi longitudinal des individus et une évaluation globale du rapport. Et ce qui vaut pour les surnoms vaut pareillement pour les (pré)noms, dont Karl Michaëlsson étudie également la variabilité (Michaëlsson, 1927 : p. 56-59). Sans doute cette évaluation aurait-elle permis de nuancer l’impression d’extrême variabilité laissée par le nombre des exemples présentés.

  • 57 Sur la documentation exploitée, cf. Beck et Chareille, 2002 pour Champdostre ; Beck et Chareille, 1 (...)

34Si l’on se réfère aux documents fiscaux de la Bourgogne des XIVe-XVe siècles, certes quelque peu postérieurs aux rôles parisiens, l’instabilité du nom (nomen proprium) ne concerne pas plus de 10 % des chefs de feu identifiés. À preuve, cette évaluation faite pour la paroisse de Champdostre : sur près de 250 chefs de feu attestés au moins à deux reprises entre 1375 et 1470 —pour lesquels un « suivi anthroponymique » est donc possible —, ils ne sont pas 25 à être concernés par une certaine variabilité de leur nom ; ou encore celle faite pour Dijon, où l’on trouve moins de 250 responsables fiscaux dans la même situation sur les 2800 qui ont été « suivis » entre 1375 et 137757. On voit mal ce qui pourrait conférer à la documentation (ou à la population) bourguignonne un caractère singulier qui la distinguerait de la population parisienne.

  • 58 On conviendra que le travail d’Antoine Vallet est aujourd’hui quelque peu daté et que la question d (...)

35Cette question de l’instabilité des désignations individuelles peut aussi être examinée en liaison avec celle de l’hérédité du surnom. Antoine Vallet fait ainsi remarquer que dans le Forez, au XIVe siècle, « la fixité du nom [de famille] est moins parfaite que de nos jours (...) Un individu change de nom lorsque, sa situation sociale ayant variée, un nouveau nom lui convient mieux. C’est le cas lorsqu’il change de propriété ou peut-être même de métier. Plus fréquemment le fils ne conserve pas le nom de son père s’il s’est établi sur une autre terre ou a pris un métier différent. Le nom de famille a donc encore une certaine plasticité dans la mesure où il est adapté à l’individu. Lorsque le nom sera considéré comme une désignation artificielle, sans rapport avec la situation sociale, le caractère ou l’origine de l’individu, il sera fixe et héréditaire. » (Vallet, 1961 : p. 282-283)58.

De l'influence de la source dans la plasticité des désignations individuelles

  • 59 Au nombre de ces paramètres, il faut compter avec les vicissitudes de l’orthographe et de la gramma (...)
  • 60 Il est bien difficile en effet de distinguer prénom et prénom de baptême en l’absence de documents (...)
  • 61 Si les observations de Christiane Klapisch sont formulées pour les seuls prénoms, elles valent pare (...)
  • 62 Cette question de la différence entre nom « officiel » et nom « d’adresse » et de l’influence évent (...)

36La documentation médiévale, par sa dimension souvent narrative, révèle — accroît ? — cette variabilité apparente des désignations individuelles, difficile à appréhender correctement donc à mesurer tant les paramètres susceptibles d’influer sur l’écriture des anthroponymes sont nombreux59. D’expérience, le médiéviste sait bien toute l’attention qu’il faut porter aux effets de source : « Est-il licite de prendre comme termes de comparaison et de placer sur le même plan les prénoms connus par les registres de baptêmes, par exemple, et ceux que nous livrent les listes des dénombrements, les actes de la pratique, etc., qui recensent des adultes surtout ? (...) les stocks tirés des sources du second type (...) livrent pêle-mêle formes pures, dérivées, diminutives, hypocoristiques, surnoms et sobriquets (...). Face à ces viviers quasiment inépuisables de prénoms, les ensembles tirés des registres paroissiaux ou des autres documents enregistrant les noms à la naissance — tels les livres de raison — sont évidemment plus réduits, et la disparité des sources interdit toute comparaison approfondie entre les deux sortes de corpus. » (Klapisch, 1984 : p. 37-38). Ce qui est ici souligné pour les prénoms et notamment les prénoms de baptême — dont le concept est difficilement opératoire avant le XVe siècle60 —, vaut pour les noms et pour les surnoms qui composent l’essentiel du matériau assemblé pour ce travail. Même si l’enquête n’a pas été menée de façon systématique, l’influence de la nature de la source sur l’écriture des anthroponymes ne fait guère de doute. Il reste à en prendre la juste mesure et à en analyser les ressorts. On peut suggérer, avec Christiane Klaplisch, que cette variabilité renvoie l’historien « à une réalité qui lui échappe largement — le nom d’adresse, le nom que l’usage retient dans le quotidien. » (Klapisch, 1984 : p. 38)61, certains documents y étant certainement plus sensibles que d’autres62.

37Le caractère partiellement narratif des sources habituellement mises en œuvre pour « l’ère féodale » (XIe-XIIIe siècle) est un élément sur lequel il convient d’insister, ce d’autant que cette narrativité se révèle plus ou moins prononcée selon les périodes.

  • 63 Dominique Barthélemy précise « que le parallèle entre l’anthroponymie et l’héraldique mérite évidem (...)
  • 64 « Cet usage du cognomen seul oblige à parler de binomie plutôt que de nom double » (Barthélemy, 199 (...)

38Dans le Vendômois, Dominique Barthélemy signale ainsi que : « Aux abords de 1100, une distinction ancienne entre nomen et cognomen tend à se brouiller. L’usage de ces deux termes est rigoureux (...) jusqu’en 1090. Avant cette date, nomen et cognomen sont bien distingués (...). Et l’on n’appelle cognomen, « surnom » proprement dit, que des sobriquets ou seconds noms » (Barthélemy, 1993 : p. 629). Il fournit de nombreux exemples montrant « la coexistence pratique de plusieurs désignations pour un seul homme, en un temps où l’emblématique est, elle aussi, surabondante » (Barthélemy, 1993 : p. 629-630)63. Mais à partir de la fin du XIe siècle, « le nom et le surnom sont tout à coup devenus interchangeables... » (Barthélemy, 1993 : p. 637) et l’on trouve aussi bien des cognomina utilisés seuls64 que des noms utilisés comme « cognomina » : « par un juste retour des choses, le nomen se fait cognomen après que le cognomen s’est donné pour nomen ! » (Barthélemy, 1993 : p. 642). Cette « confusion » dure un gros demi-siècle : « On peut s’arrêter au milieu du XIIe siècle et constater que l’anthroponymie, alors, achève de se stabiliser. C’est le moment où se trouve stoppée l’innovation par intégration des surnoms dans le stock des noms, et consacrées à la fois l’importance des noms dominants et la place des saints scripturaires parmi eux. La forme double (nom de baptême + désignation complémentaire) l’emporte alors sans partage chez les hommes » (Barthélemy, 1993 : p. 646). Il précise néanmoins que « la coexistence des désignations différentes pour un même homme est un phénomène beaucoup moins développé après le milieu du XIIe siècle qu’avant. (...) Il ne faut donc pas insister exagérément sur l’absence de fixité du surnom, ou sur son caractère secondaire » (Barthélemy, 1993 : p. 647).

39Faut-il alors lire dans cette variabilité « l’histoire de la réticence à l’égard du surnom, celle des usages raisonnés de la binomie, celle surtout du conflit entre les modes et les traditions » (Barthélemy, 1993 : p. 651) ?

40Quoi qu’il en soit, cette multiplicité des désignations complémentaires, Dominique Barthélemy n’hésite pas à la mettre en rapport avec l’importance des mutations documentaires qui affectent le style et la fonction des actes écrits à partir du milieu du XIe siècle.

  • 65 Dans le Vendômois, cette augmentation sensible de la capacité narrative des sources se prolonge jus (...)

41À la rigueur conventionnelle du style carolingien — de 1’« ancien style » dit-il — succède (vers le milieu du XIe siècle en Vendômois) un « nouveau style » qui fait la part belle à la narration65. L’importance de cette mutation documentaire peut avoir eu des conséquences sur le mode d’enregistrement des noms des personnes. Faut-il pour autant croire que cette évolution ne fait d’abord, comme le suggère Dominique Barthélemy, que peser sur le mode d’enregistrement des anthroponymes : « n’y avait-il pas, dans l’“ancien style”, une tendance à occulter le surnom ? » (Barthélemy, 1993 : p. 632). Faut-il, avec lui, considérer que l’apparition du surnom relève davantage de la « révélation » que de la « révolution » anthroponymique ? Peut-être, mais la question n’est sans doute pas là ! On peut certes convenir qu’une plus grande narrativité soit l’occasion d’introduire dans les actes des informations qui n’étaient jusque-là pas consignées ; que l’influence du scribe soit plus marquée, qu’il tienne compte du rang social des diverses parties, du contexte d’énonciation, et que ces éléments pèsent directement sur l’enregistrement des noms.

  • 66 Sur la question du rapport entre l’écriture et la société, cf. Goody, 1986. Joseph Morsel parle à c (...)

42Mais que les chartes prennent soin d’enregistrer avec force détails ce qui était « taisible » jusqu’alors — si l’on retient l’hypothèse de Dominique Barthélemy — est en soi porteur de sens, sauf à nier le caractère éminemment social de l’écrit66 dans une société, et à considérer qu’une évolution de l’un puisse se faire sans évolution de l’autre (la question demeure de savoir si l’évolution de l’écrit peut précéder celle de la société plutôt qu’en être le produit).

  • 67 Sur cette thèse, cf. par exemple Chastang, 2002.
  • 68 Alain Guerreau souligne que le problème de la transformation de la société est pratiquement absent (...)
  • 69 Entre rupture et continuité, la voie est souvent étroite et l’on conçoit facilement qu’au gré des m (...)

43La thèse de Dominique Barthélemy fait finalement peu de cas de la fabrication des cartulaires par les abbayes à partir du XIe siècle, alors que cette fabrication répond à des préoccupations nouvelles (peut-être liées à de nouvelles conceptions du rapport au temps et à l’espace) et s’inscrit bien dans une logique sociale67. Sur un plan plus général, en privilégiant la lecture évolutionniste de la société, elle relègue au second plan la question du changement social68. Mais l’approche généalogique retenue par Dominique Barthélemy ne conduit-elle pas toujours à privilégier le temps long, à insister sur les continuités69 ?

  • 70 En outre, dans une société où l’écrit n’est encore maîtrisé que par un petit nombre de personnes, o (...)

44Je préfère considérer, avec Joseph Morsel, que « les changements observés dans les pratiques anthroponymiques (...) correspondent à des changements profonds affectant les rapports sociaux. » (Morsel, 1995 : p. 90), même si, à n’en pas douter, les propriétés sociales de l’écriture peuvent introduire un filtre spécifique70.

Notes

1 Cette dimension narrative n’est de surcroît pas à exclure pour certains documents fiscaux, largement annotés et commentés (pour illustration, cf. par exemple Beck et Chareille 1997, 1998 et 1999).

2 Cette décomposition vaut pour les anthroponymes à deux éléments, mais bien d’autres cas de figure sont possibles, notamment la décomposition des noms germaniques sous la forme lexème 1+lexème2.

3 Sur la question du droit du nom, cf. notamment Lefebvre-Teillard, 1990 ; Lapierre, 1995 : p. 93-129.

4 Nathan Ménard signale que des propositions ont été faites pour « le remplacement, dans la pratique linguistique, du mot par le concept beaucoup plus souple de syntagme, terme qui inclut tout groupe de plusieurs signes minima » (Ménard, 1983 : p. 21, renvoyant à Martinet, 1966 : p. 51).

5 Charles Muller admet « en gros l’équivalence : unité graphique = mot » (Muller, 1968 : p. 21) et Nathan Ménard, qui reprend à son compte cette définition du mot, « part du principe : un vocable = une forme graphique » (Ménard, 1983 : p. 21-22). Cette distinction entre mot et vocable n’est pas aussi clairement posée par Pierre Guiraud, qui emploie le terme « mot » pour désigner ce que Charles Muller et d’autres après lui qualifient de « vocable », voire de « mot-vocable ». Il donne en revanche quatre définitions possibles du « mot » : 1. Le mot-unité de lexique ; 2. Le mot-unité de sens ; 3. Le mot-unité de forme (la forme pouvant être graphique ou phonétique) ; 4. Le mot défini à partir de la combinaison des trois définitions précédentes (Guiraud, 1954 : p. 19), ce qui souligne bien la complexité de la notion.

6 Pour une présentation détaillée des multiples difficultés auxquelles le linguiste peut être confronté avec la lemmatisation d’un texte, voir par exemple : Muller, 1963 : p. 155-173 ; Muller, 1964a : p. 125-129 ; Muller, 1967 : p. 27-38 ; Muller, 1974b ; Muller, 1977 : p. 13-39 ; Ménard, 1983 : p. 20-23.

7 Dominique Barthélemy précise que : « C’est en outre une difficulté constante que de distinguer entre la désignation (ensemble complexe d’indications données sur un homme afin de le distinguer et de le caractériser, notamment — mais pas seulement — s’il est acteur principal d’une affaire) et la dénomination (le nom, simple ou double, ou les noms comme le précisent certaines notices, et qui peuvent ne constituer qu’une partie de la désignation) » (Barthélemy, 1989 : p. 37). Il fait en outre remarquer que : « D’un point de vue théorique, ne sont de l’ordre de la dénomination que le nomen et le cognomen. D’un point de vue pratique, la fonction distinctive entre les homonymes n’est pas toujours assurée par le second » (Barthélemy, 1993 : p. 630).

8 Cette décomposition vaut pour les anthroponymes à deux éléments, mais bien d’autres cas de figure sont possibles, notamment la décomposition des noms germaniques sous la forme lexème 1+lexème2.

9 Sur la question du droit du nom, cf. notamment Lefebvre-Teillard, 1990 ; Lapierre, 1995 : p. 93-129.

10 Archives départementales de la Côte d’Or (= ADCO), B 11574, cahier 2, cherche pour l’année 1376, f° 16v°. J’ai ici pris le parti de ne pas restituer la gestion des initiales en minuscule et majuscule telle que pouvait la suggérer le manuscrit (mais les scribes n’utilisent que très rarement la majuscule), donc choisi d’appliquer aux noms de personne les règles habituelles de la transcription (en faisant figurer les initiales en majuscule) suivant en cela les recommandations données pour l’édition des textes médiévaux (cf. notamment Vieillard et Guyotjeannin, 2001 ; Guyotjeannin, 2001). Sur le problème de l’emploi des majuscules pour les noms propres, cf. Mulon et Polge, 1978 ; Bourin, 1998 : p. 210-213.

11 ADCO, B 11574, cahier 2, cherche pour l’année 1376.

12 Sans doute l’est-il un peu moins pour les anthroponymes qui associe une localisation au surnom : Guille Bureau de Bourges (f° 2v°) ; Jehan Auber de Chambeu (f° 3v°) ; Guille Amiot de Bausmes (f° 7v°) ; Regnaut Regnart de Courtarnoul (f° 12v°) ; Jehan Mathe de Saint Appolonie (f° 12v°) ; Gilot B.nart de Fleurey (f° 15) (exemples tirés de la même source (ADCO, B 11574, cahier 2, cherche pour l’année 1376).

13 Il faut néanmoins préciser que ces difficultés ne représentent, à tout le moins dans les documents fiscaux bourguignons du XIVe siècle cités ici en exemple, qu’une minorité des cas.

14 Åke Bergh — comme d’autres avant et après lui — considère que le système du nom unique, « au commencement du IXe siècle, prévaut en général dans tous les pays de langue germanique ou romaine » (Bergh, 1941 : p. 184). Et il voit dans ce système « sans doute le système primitif de toutes les sociétés » (Bergh, 1941 : p. 184, renvoyant à Meyer-Lübke, 1920 : § 251), proposition qu’il conviendrait certainement de nuancer, à tout le moins de préciser !

15 Si cette décomposition est importante, c’est parce que les noms germaniques (il faudrait plutôt parler de « noms dont l’origine linguistique est germanique ») constituent l’essentiel du corpus de la période. Leur domination va grandissante entre le Ve et le Xe siècle. Elle reste cependant plus ou moins marquée selon les régions : tandis que ces noms désignent près de 90 % des individus dans le polyptyque d’Irminon (Bourin et Chareille, 2002a) ils ne concernent, à la même époque (IXe siècle) qu’environ la moitié des individus dans le polyptyque de Wadalde (calculs personnels, résultats voisins dans Bergh, 1941 : p. 184-188). Il est tentant d’y voir une influence romaine plus prononcée et plus durable dans le Sud que dans le Nord de la Gaule. Il faut signaler qu’on peut trouver de nombreux détails sur la question de la diffusion en Gaule des noms d’origine germanique dans des études anciennes (e. g., pour des travaux en langue française : Leclercq, 1935-36 ; Lot, 1935 ; etc.).

16 Au nombre desquelles il faut compter l’enquête pionnière conduite par l’Abbé Henri Duffaut sur les prénoms en Languedoc (Duffaut, 1900).

17 Ne sont ici mentionnés que les auteurs dont les travaux fournissent une partie de la matière examinée dans ce travail. Pour les références correspondantes, cf. bibliographie.

18 Parmi d’autres, les travaux de Dieter Geuenich sont précieux pour la lemmatisation des noms germaniques : Geuenich, 1976, 1977 & 1978 ; Geuenich & Lohr, 1978 ; Geuenich, 1985 & 1986 ; Geuenich & Schreml, 1993 ; Geuenich et al., 1997. Cf. aussi : Förstemann, 1900 ; Neiske, 1991.

19 Exemple tiré du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (éd. Hägerman, 1993) (=SGP) : bref II, [65].

20 Dieter Geuenich opte pour cette décomposition (Geuenich & Schreml, 1993 : p. 298) tandis que Franz Neiske (1991) considère Germanus comme un nom latin. Même incertitude pour : Gaudinus (SGP : bref XXIV, [11]) nom latin pour Geuenich & Schreml (1993 : p. 298), mais germanique avec suffixation latine pour Neiske : Gaudinus = wald/n (Neiske, 1991) ; ou pour Celsa (SGP : bref III, [55]) nom latin pour Neiske (1991), mais germanique à un seul lexème : Celsa = hildi pour Geuenich & Schreml (1993 : p. 302). Et les exemples pourraient être multipliés.

21 SGP : bref IX, [103].

22 SGP : bref IX, [113].

23 Dieter Geuenich opte pour Giroardus = gair/hard (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 298) ; Franz Neiske (1991) et Longnon (1895 : p. 312 & 373) pour Giroardus = gair/ward. Quelques autres exemples de désaccord, extraits du même polyptyque de Saint-Germain-des-Prés : Dodo = theud (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 313) ou Dodo = dod (Neiske, 1991) (SGP : bref I, [14]) ; Rectrudis = ragi/thruth (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 310) ou Rectrudis = wrak/thruth (Neiske, 1991) (SGP : bref II, [72]) ; Landoardus = land/hard (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 307) ou Landoardus = land/ward (Neiske, 1991) (SGP : bref IX, [102]) ; Adalgis = athal/gair (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 289) ou Adalgis = athal/gis (Neiske, 1991) (SGP : bref XX, [28]) ; Aldina = ald/wini (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 287) ou Aldina = ald/n (Neiske, 1991) (SGP : bref XXII, [60]) ; Edralus = athar/walh (Geuenich et Schreml, 1993 : p. 290) ou Edralus = aithar/l (Neiske, 1991) (SGP : bref frag II, [11]).

24 SGP : bref XXII, [71].

25 Franz Neiske propose une décomposition différente pour Gaufredus (= wald /frith) et Gausfredus (= gaut/frith) (Neiske, 1991) et considère donc la chute de la lettre « s » comme déterminante.

26 Dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (éd. Hägermann, 1993), le nom Gaufredus (13 occurrences au total) se présente sous 5 « formes » différentes : Gaufredus (2 occurrences) ; Gausfredus (1 occurrence) ; Gosfredus (3 occurrences) ; Iofredus (1 occurrence) ; Iosfredus (6 occurrences). Il faut remarquer que 3 de ces 5 « formes » renvoient à des ajouts postérieurs à la date de rédaction du polyptyque (début IXe siècle) et que seule la forme de référence Gaufredus et la « variante » Gausfredus sont contemporaines d’Irminon.

27 Entre autres exemples, Olivier Guyotjeannin signale Bernardus, qui « peut ainsi glisser d’une tradition “germanique” à une intention chrétienne, par hommage à Bernard de Clairvaux (...). Même risque de contresens, bien connu, avec Franciscus, ou encore avec Guillelmus (qui selon O. Brätto, a pu être “réactivé” par la littérature épique, ici le cycle de Guillaume d’Orange). » (Guyotjeannin, 1994 : p. 393-394, note 15, renvoyant à Brattö, 1953 & 1955).

28 Sur ces indicateurs, cf. supra, chapitre 2.

29 Jean-Paul Benzécri insiste bien sur la difficulté majeure que constitue l’extraction des unités statistiques des textes (Benzécri, 1964).

30 Dans leur répertoire d’anthroponymes catalans, Jordi Bolòs et Josep Moran ne dénombre pas moins de 53 variantes différentes de ce nom (qu’ils lemmatisent sous la forme Wilielmus) pour les seules formes attestées entre la seconde moitié du Ville et le Xe siècle (Bolos et Moran, 1994 : p. 580).

31 Marie-Thérèse Morlet donne de l’hypocoristique la définition suivante : « forme familière transformée par abréviation, dérivation du nom individuel » (Morlet, 1991, rééd. 1997 : p. 13). Ses formes sont obtenues par agglutination, aphérèse, apocope, assimilation, dissimilation, métathèse ou encore mutation. Pour la définition de ces termes, cf. Morlet, 1991, rééd. 1997 : p. 13. Voir aussi Marouzeau, 1943 et Brattö, 1953 : p. 43 et suiv. (ce dernier fournit de nombreux exemples pour différents types d’hypocoristiques).

32 C’est notamment le cas dans les listes fiscales bourguignonnes des XIVe et XVe siècles.

33 Par exemple : Jeh. Pechinot Cordiez (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 3).

34 Il n’est bien sûr pas impossible que l’abréviation corresponde à Jehannin ou Jehannot, mais, au moins dans ces listes bourguignonnes des XIVe-XVe siècles, le recours aux abréviations semble suivre des règles précises et rigoureuses.

35 Par exemple : Jeh.in le Deschargeur (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 3).

36 Par exemple : Jeh.ot le Poullaill.r (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 28v°).

37 Par exemple : Jeh.nette fille Estienne Perie (ADCO, B 11574, cahier 2, f° 28).

38 Dans la cherche des feux de 1376 (ADCO, B 11574, cahier 2), les noms masculins qui font l’objet d’une abréviation ou d’une contraction représentent près du quart de ceux qui sont recensés et la très grande majorité d’entre eux (près de 9 sur 10) renvoient aux noms Jehan, Pierre, Guillaume, et Hugues et à leurs hypocoristiques. Or ces quatre noms sont les quatre plus fréquents.

39 En Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, les documents fiscaux qui permettent un suivi longitudinal des chefs de feu montrent une autonomie des hypocoristiques et finalement une grande stabilité des noms (nomen proprium) individuels (Beck & Chareille, 2002). Ce ne semble pas être le cas à Paris fin XIIIe-début XIVe siècle (Michaëlsson, 1927 : p. 56 et suiv.), ni à Fribourg à la même époque (Aebischer, 1923 : p. 46 et suiv.). On remarquera cependant que si ces deux auteurs fournissent des exemples d’instabilité du nom (nomen proprium), ils ne précisent pas le rapport entre noms « stables » et noms « instables », qui conduirait peut-être à nuancer leur propos.

40 Pour les noms d’origine germanique, la décomposition en lemmes (ou racines) correspond à une lemmatisation forte.

41 L’expression est également utilisée en statistique lexicale.

42 À défaut de fournir un index général détaillé — dont on peut craindre qu’il insiste excessivement sur l’aspect philologique de la question anthroponymique —, il est important d’expliciter les choix effectués en matière de lemmatisation. Ceux-ci sont en effet déterminants pour la description statistique des corpus.

43 Reste qu’il n’est pas facile de savoir si les fluctuations peuvent et doivent être considérées comme aléatoires ou si, au contraire, elles sont porteuses de sens. Le statisticien considérera certainement plus volontiers aléatoires des variations que l’historien jugera significatives. À cet égard, l’examen détaillé de la gestion des hypocoristiques dans les listes fiscales bourguignonnes montre bien l’intérêt d’une réflexion sur ces questions et le profit que l’on peut en tirer (Beck et Chareille, 2002).

44 Cette augmentation du nombre des hapax s’accompagne le plus souvent d’une diminution de leur proportion dans le corpus des noms (lemmatisés). Cf. exemples infra.

45 Sur cette question, cf. exemples infra.

46 Il faut ainsi rester attentif au type de déclinaison latine, à la présence ou non de pluriels collectifs, à la part respective des formes latines et vernaculaires, etc.

47 À titre d’illustration, Olivier Guyotjeannin précise : « Wido et Guido compte ainsi pour une même forme ; mais Johannes, Johanninus, Janinus et Çambonus comptent pour quatre formes et une souche. Enfin, on a préféré parler de dérivés plutôt que d’hypocoristiques : sous cette catégorie plus large, on peut en effet faire entrer non seulement des formations par abréviation et suffixation (Johanninus, Petriçolus), mais encore d’autres types de composition (p. ex. Malus Johannes, Petrus Bonus). Il est à peine besoin de signaler que quelques cas incertains ont dû être tranchés dans un sens qui n’est pas forcément satisfaisant. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 384).

48 Moingeot est un nom (propre) fréquent dans les cherches des feux bourguignonnes du XIVe siècle. Il s’agit d’une forme avec aphérèse de Demoingeot, hypocoristique de Demange, forme populaire régionale du nom Dominique.

49 Olof Brattö dénombre ainsi 3 000 « nomi » différents dans le Libro di Montaperti (1260) mais réduit finalement le corpus à environ 1 500 « unità onomastiche » (Brattö, 1953 : p. 27). Il parle de « gruppi onomastici » (Brattö, 1953 : p. 27) pour ce qu’Olivier Guyotjeannin appelle « nom-souche ». Ce dernier fait observer qu’Olof Brattö « définit comme hypocoristiques toutes les formes morphologiquement différentes de la forme originelle, en excluant les variantes graphiques et morphologiques, les répartissant en deux groupes : noms raccourcis et noms allongés par suffixation » (Guyotjeannin, 1994 : p. 384, note 7, renvoyant à Brattö, 1953 : p. 43).

50 Harry Jacobsson explicite clairement le mode de comptabilisation des noms : « Je commence par la graphie la plus fréquente du nom plein ; suit le relevé des autres graphies par ordre de fréquence décroissant, puis la somme totale des mentions et entre parenthèses le nombre des personnes ; suivent de la même manière les différents hypocoristiques ; enfin se présente la somme totale des personnes appartenant à la famille onomastique et le pourcentage en question. Ces calculs ont été faits sur le nombre total de personnes du même sexe relevé dans les matériaux (...) » (Jacobsson, 1955 : p. 8).

51 Karl Michaëlsson (1936) et Åke Bergh (1941) fournissent aussi des comptages à plusieurs niveaux, mais avec une lisibilité moindre.

52 Étonnamment, et assurément à tort, Harry Jacobsson considère que : « Le pourcentage élevé d’hypocoristiques est quelque chose d’exceptionnel, inconnu en dehors de Metz à cette époque » (Jacobsson, 1955 : p. 44).

53 Sur la documentation exploitée, cf. Beck et Chareille, 1997 & 1998. Le calcul ci-dessus est inédit.

54 Le constat vaut dès l’apparition des surnoms.

55 Sur cette question de l’unicité ou de la pluralité des dénominations, cf. également Bourin et Chareille, 1995 : p. 223-224.

56 Quelques sources « tardives » autorisent l’examen de cette question d’un point de vue quantitatif : c’est le cas des sources fiscales des XIVe et XVe siècles qui permettent un suivi longitudinal des individus (« chefs de feu »).

57 Sur la documentation exploitée, cf. Beck et Chareille, 2002 pour Champdostre ; Beck et Chareille, 1999 pour Dijon. Les évaluations chiffrées ci-dessus sont inédites.

58 On conviendra que le travail d’Antoine Vallet est aujourd’hui quelque peu daté et que la question du changement de nom — ici supposé nom de famille — mérite un examen plus fouillé. Les aspects juridiques de cette question ont fait l’objet de nombreux travaux. Anne Lefebvre-Teillard souligne notamment « l’absence (ou quasi-absence) de normes “législatives” » (Lefebvre-Teillard, 1990 : p. 38) et précise que le nom relève de l’usage, la coutume et la saisine jusu’au XVIIIe siècle. Pour une réflexion sur les aspects socio-anthropologiques de la question du changement de nom, cf. Lapierre, 1995 : spécialement p. 19-129.

59 Au nombre de ces paramètres, il faut compter avec les vicissitudes de l’orthographe et de la grammaire, qui ne sont pas fixées, avec la difficile et incertaine lecture de documents originaux...

60 Il est bien difficile en effet de distinguer prénom et prénom de baptême en l’absence de documents permettant la comparaison. Et si, comme le fait observer Jean-Louis Biget après beaucoup d’autres : « Tôt dans le Moyen Âge, la conjonction de la prénomination et du baptême paraît donc effective » (Biget, 1982), ce n’est officiellement en France que sous François 1er, avec l’ordonnance de Villers-Cotterêts (1539), que l’obligation de tenir des registres de baptême (article 51) est donnée, et que des comparaisons peuvent être envisagées. Pour l'Italie, et notamment la Toscane qui fournit certains des corpus utilisés dans ce travail, les registres de baptêmes apparaissent vers le milieu du XVe siècle (données disponibles à partir de 1450 pour Florence, de 1457 pour Pise, de 1471 pour Pistoia, de 1380 — donc sensiblement plus tôt — pour Sienne).

61 Si les observations de Christiane Klapisch sont formulées pour les seuls prénoms, elles valent pareillement pour les surnoms.

62 Cette question de la différence entre nom « officiel » et nom « d’adresse » et de l’influence éventuelle de la source à fait l’objet de plusieurs observations dans des travaux anciens. Cf. notamment, pour le nomen proprium et l’emploi des hypocoristiques : Socin, 1903 : notes p. 187 & 231 ; Michaëlsson, 1927 : p. 55 et suiv. ; Michaëlsson, 1936 : p. VII-VIII, note 2. Et pour le surnom : Giry, 1894 : p. 369 ; Dauzat, 1938 : p. 114 ; Michaëlsson, 1927 : p. 116 et suiv. ; Aebischer, 1924 : p. 146 et suiv.

63 Dominique Barthélemy précise « que le parallèle entre l’anthroponymie et l’héraldique mérite évidemment d’être fait : il y a une certaine synchronie dans l’élaboration des règles, courant XIIe siècle, même si elle sont plus strictes en héraldique » (Barthélemy, 1993 : p. 630, note 61, renvoyant à Pastoureau, 1979). Sur cette question du lien entre héraldique et anthroponymie, voir aussi : Pastoureau, 1997 ; Morsel, 1995 & 2002.

64 « Cet usage du cognomen seul oblige à parler de binomie plutôt que de nom double » (Barthélemy, 1993 : p. 642).

65 Dans le Vendômois, cette augmentation sensible de la capacité narrative des sources se prolonge jusqu’à la fin du XIIe siècle (Barthélemy, 1993).

66 Sur la question du rapport entre l’écriture et la société, cf. Goody, 1986. Joseph Morsel parle à ce propos de « scripturalité » (terme qu’il propose comme équivalent à l’anglais literacy et à l’allemand Schriftlichkeit » (Morsel, 1995 : p. 90, note 2, renvoyant à Morsel, 1993a).

67 Sur cette thèse, cf. par exemple Chastang, 2002.

68 Alain Guerreau souligne que le problème de la transformation de la société est pratiquement absent du champ de recherche des sociologues. Il ajoute même que la question du « pourquoi et comment une société se transforme-t-elle ? » n’est souvent pas même posée (Guerreau, 2001 : p. 252). Le propos me semble cependant quelque peu excessif ; en atteste par exemple les travaux de Michel Forsé (Mendras et Forsé, 1983 ; Forsé, 1989 & 1991) et de quelques autres !... On concèdera néanmoins qu’il peut être (paradoxalement) plus simple de modéliser (une transformation) que de la décrire (i.e. de l’expliquer).

69 Entre rupture et continuité, la voie est souvent étroite et l’on conçoit facilement qu’au gré des modes, l’attention des historiens se soit portée tantôt sur l’une, tantôt sur l’autre.

70 En outre, dans une société où l’écrit n’est encore maîtrisé que par un petit nombre de personnes, où ni l’orthographe ni la grammaire ne sont strictement fixées, où le latin peut cohabiter avec des langues vernaculaires, il n’est pas à exclure qu’une part de la variabilité observée des désignations individuelles soit directement la conséquence de cette situation.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search