Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Première partie. Les origines : de la différence et de quelques premiers outils

Chapitre 2. De quelques indicateurs habituels en anthroponymie médiévale

Texte intégral

Remarque liminaire

1Les mots (ou groupes de mots) soulignés renvoient à des notions dont le sens est ici défini de façon stricte et qui peut s’écarter de l’acception courante.

Extension, condensation et concentration d’un corpus

  • 1 La période médiévale n’est ni celle des registres paroissiaux ni, a fortiori, celle de l’état-civi (...)
  • 2 Cette distinction reprend, avec le même souci de clarification et de rigueur — nécessaire pour une (...)
  • 3 Lorsque la documentation le permet, il est possible de tendre vers l’exhaustivité en choisissant u (...)

2L’ensemble des noms utilisés à une date et dans une région données n’est pas infini. Le médiéviste dispose, en règle générale, d’assez peu d’éléments pour en estimer l’étendue réelle. Faute d’informations exhaustives1, il ne peut déterminer qu’une partie plus ou moins significative de l’ensemble des noms réellement « disponibles », ce qui suggère une distinction entre le stock des noms (ensemble inconnu sur lequel porte réellement l’interrogation et dans lequel les noms sont choisis) et le corpus des noms2 (ensemble observé issu d’une certaine « réalité » documentaire)3.

3On peut définir le nombre total Kn de noms distincts trouvés (après lemmatisation) dans un corpus (ou échantillon) de taille n comme l’extension observée de ce corpus.

  • 4 Les individus statistiques sont les unités statistiques élémentaires qui composent le corpus mis e (...)

Si le corpus compte Kn noms distincts pour n individus statistiques4, le n nombre moyen d’individus par nom est le rapport Image, encore appelé condensation du corpus. L’inverse de ce nombre, Image, exprimé sous la forme d’un pourcentage, correspond au stock de noms pour 100 individus.

4Ces « deux » indicateurs (ou paramètres) élémentaires — qui n’en font qu’un puisqu’inverses l’un de l’autre — sont classiquement utilisés pour résumer la distribution des effectifs par nom.

5Il en est d’autres, d’un usage moins systématique, qui ont longtemps été présentés comme rendant compte du même type d’information : c’est le cas notamment de la proportion d’individus désignés par les q noms les plus fréquents (en pratique, la valeur de q est fixée arbitrairement : q = 5, 10, etc.) ou du nombre minimal de noms nécessaire (et suffisant) pour désigner une fraction donnée de la population (souvent la moitié). L’un et l’autre renseignent en fait sur la concentration du corpus (propension pour les noms les plus fréquents à désigner une part importante de la population).

Regard critique sur quelques indicateurs « classiques »

Aebiscker, Michaëlsson, Bergh, Brattö et Jacobsson...

  • 5 Il est d’ailleurs initialement utilisé sans être exprimé en %. Inférieur ou égal à un, il correspo (...)
  • 6 Je n’ai pas été en mesure de consulter certains des travaux anciens de langue allemande cités par (...)
  • 7 Il précise ainsi que « dans les actes compris entre 1270 et 1279, publiés dans le Cartulaire de l’ (...)
  • 8 Cet essai n’est publié qu’en 1928, mais Paul Aebischer précise qu’il aurait déjà dû être imprimé q (...)
  • 9 Il n’y avait pas eu recours dans sa thèse Sur l’origine et la formation des noms de famille dans l (...)
  • 10 Il précise par exemple, pour « les noms contenus dans les sept chartes que nous trouvons (...) de (...)

De ces indicateurs, c’est le rapport Image qui est d’abord utilisé pour évaluer la richesse d’un corpus de noms5. Il l’est précisément et précocement par Paul Aebischer, qui est le premier — à ma connaissance6 — à en faire usage dans l’étude qu’il consacre à l’anthroponymie wallonne (Aebischer, 1924)7 et dans son Essai sur l’anthroponymie catalane du XIe au XIIe siècle (Aebischer, 1928)8. Il l’emploie systématiquement pour étayer la thèse de l’appauvrissement du stock des noms9. On ne trouve pas chez Paul Aebischer de trace d’une écriture formelle (i. e. littérale) et explicite de ce rapport. Il n’en fait d’ailleurs pas systématiquement le calcul et utilise volontiers la simple mise en correspondance du nombre de noms distincts dénombrés et du nombre de personnes10.

  • 11 Karl Michaëlsson ne donne ici aucun élément d’appréciation chiffré pour la comparaison avec le pol (...)

6À peine plus tard et toujours dans une perspective comparative, le rapport est utilisé sous sa forme première de façon explicite par Karl Michaëlsson qui indique notamment que le nombre moyen de personnes par nom pour le rôle de la taille parisien de 1292 est de 19,3 et que ce même nombre n’est que de 14,4 pour celui de 1313 (Michaëlsson, 1927 : p. 65, note 2). Le calcul est ici encore effectué pour démontrer « un appauvrissement très considérable du fonds des noms de baptême » à la fin du XIIIe siècle par comparaison « à la richesse exubérante des variétés des noms de cette classe [la population bourgeoise de Paris] que nous présente l’onomastique de l’époque de Charlemagne, telle que nous la connaissons par l’étude de Longnon » (Michaëlsson, 1927 : p. 64)11.

  • 12 La proportion des femmes portant l’un des dix noms les plus fréquents est également fournie.
  • 13 Cela n’est pas essentiel pour le présent propos, mais la valeur (7 %) proposée par Karl Michaëlsso (...)
  • 14 Cette augmentation (ramenée à 4 %, cf. note précédente) correspond à un processus de concentration(...)
  • 15 La seule « diminution » observable est celle du nombre de noms différents relevés dans chaque rôle (...)
  • 16 5,2 noms pour 100 individus ne signifie pas 5,2 homonymes pour 100 individus.

Karl Michaëlsson indique également la proportion des hommes portant l’un des 25 noms les plus fréquents dans chacun des rôles (Michaëlsson, 1927 : p. 59-61)12 et note à ce propos que : « Ces matériaux nous laissent (...) voir une augmentation de près de 7 % en faveur des 25 noms les plus usités, pendant un laps de temps de 21 années. » (Michaëlsson, 1927 : p. 63)13. Il présente cet argument avant d’évoquer la thèse de l’appauvrissement ; il semble voir dans cette « augmentation de 7 % »14 un élément probant supplémentaire de « cette réduction du trésor onomastique » (Michaëlsson, 1927 : p. 64). Étonnamment, Karl Michaëlsson dit « observer une diminution continuelle du nombre des noms de baptême pendant la période 1292-1313 » (Michaëlsson, 1927 : p. 65)15, mais fournit comme preuve un résultat qui contredit cette observation. Il en appelle en effet au nombre moyen de personnes par nom qui, lui, diminue entre 1292 et 1313 : 19,3 personnes en moyenne par noms en 1292 ; 14,4 en 1313 (Michaëlsson, 1927 : p. 65, note 2). C’est peut-être cette contradiction qui l’amène à reprendre la formulation de cette note dans les « Additions et corrections » données à la fin du volume. Il propose de modifier le texte initial de cette note 2 (p. 65) en écrivant : « (...) la proportion pour-cent des homonymes est donc de 5,2 % dans I [rôle de 1292], de 6,9 % dans VII [rôle de 1313] » (Michaëlsson, 1927 : p. [196]). Cette « correction » est particulièrement intéressante : d’un point de vue statistique, d’abord, elle n’en est pas une puisque ces deux « nouvelles » valeurs correspondent exactement au stock de noms pour 100 individus tel qu’il a été défini précédemment et sont donc les inverses (exprimés en %) des valeurs 19,3 et 14,4 proposées initialement. D’un point de vue plus général, ensuite, car elle tend à montrer que l’auteur préfère à la formulation initiale, c’est-à-dire au rapport Image (nombre moyen d’individus par nom) qui diminue entre 1292 et 1313, le rapport inverse, Image (stock de noms pour 100 individus) qui, lui, augmente (nécessairement). Il interprète donc, à tort, l’augmentation du stock de noms pour 100 individus comme une diminution du nombre de noms et une augmentation de l’homonymie. Contrairement en effet à ce qu’il suggère en parlant de « proportion pour-cent des homonymes », les deux valeurs calculées (5,2 % et 6,9 %) ne correspondent pas à des taux d’homonymie16.

  • 17 Karl Michaëlsson parle d'une « diminution continuelle du nombre de noms de baptême pendant la péri (...)

C’est donc bien une erreur d’interprétation des indicateurs élémentaires Image qui conduit au glissement, ici patent, et à la confusion entre mesure de la condensation, appauvrissement du fonds et mesure de l’homonymie17. L’erreur de Karl Michaëlsson — qui semble n’avoir jamais été relevée — a contribué sans doute à ajouter à la confusion entre ces notions qui, à cette date, ne pouvaient être correctement distinguées faute d’indicateurs adaptés et, plus encore, de réflexion théorique sur la question.

  • 18 Sur cette notion, cf. infra.

7En 1941, Åke Bergh compare l’effectif (il parle du « nombre des attributions ») et le pourcentage (calculé sur le nombre total des personnes citées) des noms les plus fréquents (une quinzaine en fait) dans le polyptyque de Wadalde et dans celui d’Irminon. Constatant qu’aucun des noms du polyptyque d’Irminon n’atteint 0,5 % de la population, il considère que : « Il ressort de cette comparaison que l’appauvrissement du stock onomastique, qui est un trait caractéristique de l’anthroponymie du Moyen Âge plus avancé, a déjà commencé en Provence, dès le IXe siècle. » (Bergh, 1941 : p. 193, renvoyant à Socin, 1903 : p. 121 et suiv. ; Aebischer, 1928 : p. 46 et suiv. ; Michaëlsson, 1927 : p. 64 et suiv. ; Schröder, 1940 : p. 34-35). Là encore, il y a confusion et erreur d’interprétation : ce qu’établit Ǻke Bergh, c’est une plus forte concentration18 sur les noms dominants dans le polyptyque de Wadalde que dans celui d’Irminon et non un appauvrissement précoce du stock onomastique en Provence.

  • 19 Cf. supra, note 6.
  • 20 Il n’utilise pas cependant ces deux indicateurs pour la comparaison entre le Codice Diplomatico Lo (...)

Dans les années cinquante, c’est toujours dans une perspective comparative et pour étayer la thèse de l’appauvrissement du stock onomastique — dont on a rappelé l’ancienneté19 — que le rapport entre n et Kn est utilisé par Olof Brattö, notamment sous sa forme première Image. L’auteur confronte la liste des noms Longobard du VIIe-VIIIe siècle mentionnés dans le Codice Diplomatico Longobardo (650-774) (qui compte 1600 personnes pour 800 noms) à celle des noms florentins du XIIIe siècle mentionnés dans le Libro di Montaperti de 1260 (qui compte 6207 personnes pour 1500 noms) (Brattö, 1953 : p. 27). Le nombre moyen de personnes par nom est calculé pour chacun de ces deux corpus (rc = 2 pour le premier ; rc ≈ 4 pour le second) et utilisé par l’auteur pour conclure à la richesse bien supérieure du stock Longobard. De cette réduction du stock des noms résulterait « à l’évidence (...) une croissance de l’homonymie entre le VIIe-VIIIe siècle et le XIIIe siècle ». Après d’autres, donc, et avec le même argumentaire qui repose sur l’interprétation erronée d’indicateurs statistiques, Olof Brattö fait sienne (pour la Toscane) les thèses de l’appauvrissement du stock des noms, d’une croissance consécutive de l’homonymie et, in fine, d’une inéluctable évolution du système de désignation vers un système à deux éléments (le système du nom unique étant devenu incapable d’assurer sa fonction distinctive). Comme Karl Michaëlsson ou Åke Bergh avant lui, Olof Brattö ne limite pas son approche comparative au seul calcul du nombre moyen d’individus par nom ; il utilise également « le nombre de noms nécessaire pour obtenir la moitié des individus contenus dans le document » et la « fréquence du premier nom » (Brattö, 1953 : p. 27, trad. perso.)20. Mais comme ses prédécesseurs, il confond réduction du stock onomastique, concentration sur les noms dominants et croissance de l’homonymie.

  • 21 Dans le travail de Harry Jacobsson, la mise en perspective — i. e. l’approche comparative — est sy (...)
  • 22 Il faut préciser que le travail de Harry Jacobsson a fait l’objet d’une critique sévère de la part (...)

8Une confusion que l’on retrouve chez Harry Jacobsson qui propose une mise en perspective des résultats qu’il obtient pour la Lorraine à la fin du XIIIe avec ceux obtenus par Karl Michaëlsson pour Paris et par Olof Brattö pour la Toscane à la même époque21. Alors qu’il dénombre en moyenne 23,3 personnes par nom à Metz (période 1260-1298), il fait observer que le rapport n’est que de 19,3 à Paris en 1292 et de 4,1 à Florence en 1260 (Jacobsson, 1955 : p. 25, s’appuyant sur Michaëlsson, 1927 : p. 65, note 2 et Brattö, 1953 : p. 27). Il souligne également que, pour les hommes, 9 noms sont nécessaires (et suffisants) pour désigner la moitié des individus à Metz (période 1260-1298), alors que 5 suffisent à Paris (en 1292) mais que 41 sont nécessaires à Florence (en 1260) (Jacobsson, 1955 : p. 25-26). Harry Jacobsson insiste cependant moins que ces prédécesseurs sur l’appauvrissement du stock onomastique et s’intéresse davantage aux fréquences comparées d’emploi des noms eux-mêmes22.

Un raisonnement Fautif

  • 23 Cf. notamment : Aebischer, 1924 & 1928 ; Michaëlsson, 1927 & 1936 ; Bergh, 1941 ; Brattö, 1953 & 1 (...)
  • 24 Le mot « richesse » est explicitement employé (p. ex. Michaëlsson, 1927 : p. 64) ; l’adjectif « ri (...)
  • 25 Cf. supra, note 24. Sans distinction ici entre la « diversité » et la « richesse » du corpus.
  • 26 Ce peut être, bien entendu, par tout autre nombre fixé plus ou moins arbitrairement !
  • 27 Olof Brattö indique clairement que : « Questo fenomeno [celui de l’appauvrissement du “tesoro onom (...)

9De ce bref examen, il ressort que les études majeures d’anthroponymie médiévale des années 1920-195523, dont il faut rappeler qu’elles sont l’œuvre de philologues, s’inscrivent toutes dans une perspective comparative plus ou moins affirmée, notamment pour évaluer quantitativement la « richesse »24 des corpus. Les auteurs de ces travaux utilisent, à quelques nuances près, les mêmes indicateurs synthétiques : ainsi le rapport entre n et Kn est-il employé de manière systématique pour rendre compte de la « diversité »25 des noms ; le nombre de noms nécessaire (et suffisant) pour désigner la moitié des personnes d’un document, ou la fréquence du 1er nom, ou encore la proportion des individus désignés par les 10 ou 15 noms les plus fréquents26 sont également retenus, dans une perspective qui ne semble pas différente27.

  • 28 Cette question de l’origine linguistique des noms, qui est d’abord une question philologique, est (...)
  • 29 On l’a dit, le mot « concentration » n’est pas utilisé. Karl Michaëlsson parle par exemple d’un «  (...)
  • 30 On l’a dit (cf. supra, note 6), la question de l’apparition des surnoms est posée dès 1824 par Eug (...)

10Mais l’objet essentiel de ces « grandes » études reste l’établissement d’un lexique (quantifié) des anthroponymes (noms et/ou surnoms) recensés dans le fonds exploité (souvent brièvement présenté) et l’analyse philologique détaillée des différentes unités onomastiques identifiées (origine linguistique28, étymologie, etc.). Si les corpus de noms concernés font aussi l’objet d’une analyse quantitative globale, qui n’a finalement qu’assez peu affaire avec les problèmes purement philologiques, c’est classiquement pour aborder la question de l’appauvrissement du stock. Et avec elle, bien souvent celle de l’apparition du surnom. La logique est toujours la même : l’augmentation du nombre moyen de personnes par nom est donnée comme preuve de l’appauvrissement du stock (cette preuve est renforcée le cas échéant par la mise en évidence d’une concentration plus forte sur les noms dominants29) Cet appauvrissement est présenté comme la cause d’une inéluctable croissance de l’homonymie ; et l’homonymie comme celle de l’apparition des surnoms30.

  • 31 Il est effectivement difficile de trouver un indicateur plus simple que la condensation qui s’expr (...)

11Étonnamment, aucun de ces auteurs ne semble s’être inquiété des problèmes que pose la comparaison de corpus de tailles très différentes. Aucune étude n’y fait même allusion. Sans doute la simplicité du calcul des descripteurs retenus31 a-t-elle contribué à leur succès, comme a pu le faire la facilité apparente de leur « lecture » qui semble faire sens immédiatement, mais l’absence de réflexion quelque peu théorique a conduit à de sérieuses erreurs d’interprétation :

  • 32 Lorsque au nombre moyen de personnes par nom est préféré le stock de noms pour 100 individus (indi (...)

121. Le nombre moyen d’individus par nom est systématiquement considéré comme un indicateur de la richesse onomastique. Et son augmentation est lue comme la preuve d’un appauvrissement du stock32. Le terme « appauvrissement » est d’ailleurs employé dans toutes ces études sans jamais être défini de façon précise. On peut certes convenir qu'il y a « appauvrissement » quand la répartition des noms s’écarte du modèle de la distribution uniforme (modèle dans lequel tous les noms sont attestés un même nombre de fois), mais il ne semble pas qu’il s’agisse ici de cela. C’est bien au nombre de noms potentiellement disponibles dans le stock que la notion de « richesse » paraît renvoyer dans toutes ces études.

  • 33 Ce modèle « idéal », assurément idéalisé, est — à tort donc — souvent considéré comme « actif » au (...)
  • 34 Le rapport rc croît avec la taille n de l’échantillon. Cf. illustration infra.

13Or ce paramètre (rc) ne renseigne que très médiocrement sur la diversité d’un corpus onomastique. Certes, on peut convenir que la valeur minimale du rapport (égale à 1) n’étant atteinte que lorsque les individus portent tous des noms différents, toute augmentation du rapport conduit à s’écarter d’un modèle de parfaite distinction33, donc à tendre vers moins de diversité et, consécutivement, vers un appauvrissement du stock. Mais il faut évidemment faire remarquer que ce paramètre est trop fortement corrélé à la taille de l’échantillon34 pour être un bon indicateur, donc ne peut être utilisé sans précaution dans une perspective comparative.

142. Bien que plus discrètement, la concentration sur les noms dominants est aussi considérée comme un indicateur de la richesse onomastique. Son augmentation est toujours envisagée comme la preuve d’une réduction du stock. Là encore, le raisonnement est incorrect : la concentration ne présume que médiocrement de la diversité.

153. L’appauvrissement du stock (mesuré, à tort, par la condensation) est interprété comme un indicateur de l’homonymie. La condensation ne présume pas de l’homonymie (si l’on convient que, conformément au sens commun, l’homonymie est la probabilité que deux individus choisis au hasard dans la même population portent le même nom).

16Entendons-nous bien ! Il ne s’agit pas de remettre en cause la réalité d’un appauvrissement qui reste possible, parfois — on y reviendra — avéré, mais simplement de faire observer que les preuves qui sont avancées pour appuyer cette thèse sont inadéquates. Il convient donc d’insister sur la faiblesse d’une argumentation qui repose essentiellement sur le calcul d’un indicateur (le nombre moyen de personnes par nom ou son inverse) qui se trouve être inadapté à la problématique.

17Contrairement à ce que laissent à penser ces études (qui n’en demeurent pas moins des études de référence), richesse du corpus, condensation, concentration et homonymie sont des notions qui doivent être distinguées. Elles ne peuvent évidemment pas être évaluées avec le même indicateur.

  • 35 On peut donc parler d’« inflation documentaire ».

À la vérité, cet appauvrissement n’est bien souvent qu’illusion ; un effet documentaire en quelque sorte. La taille n des ensembles examinés augmente en effet avec le temps35. Comme le nombre moyen d’individus par nom (le rapport Image) croît avec n, il le fait dans la durée.

En guise d'illustration...

18On peut facilement le vérifier en regroupant les données de base correspondant aux fonds concernés. Les informations consignées ci-dessous reprennent les « caractéristiques macro- » des principaux corpus que Harry Jacobsson propose de mettre en perspective :

Tableau 1. Caractéristiques de base de quelques études anciennes d’anthroponymie médiévale

Image

NB. Ce tableau récapitulatif est composé à partir des indications explicitement fournies par Harry Jacobsson ; quelques corrections minimes étaient possibles. Ainsi :
1. Les valeurs mentionnées pour Paris sont tirées de l’étude de Karl Michaëlsson (1927 : p. 65, note 2). Elles concernent l’ensemble de la population (hommes & femmes) et auraient pu être corrigées en tenant compte des indications fournies par l’auteur lui-même sur le sex/ratio dans chacun des rôles (Michaëlsson, 1927 : p. 41-43). On passe alors de 19,3 à 16,5 pour le rôle de 1292 et de 14,4 à 13,0 pour celui de 1313.
2. Les valeurs proposées pour la Toscane sont celles données par Olof Brattö (1953 : p. 27) qui n’intègrent pas la correction ultérieure que propose l’auteur lui-même (Brattö, 1955 : p. 8) : il considère que le calcul doit être effectué sur la base de 6 203 individus et de 974 noms, soit un rapport de 6,4 (au lieu de 4,1).

19Du tableau précédent, on tire la représentation graphique suivante qui permet d’illustrer très simplement ce qui a été dit :

Figure 1. Liaison entre n (taille de l’échantillon) et n/Kn (nombre moyen de personnes/nom) pour quelques études anciennes d’anthroponymie médiévale

Image

20Le nombre moyen de personnes par nom, on le voit, augmente significativement avec la taille de l’échantillon. Et, il faut y insister, 1’« inflation documentaire » coïncide ici plutôt bien avec la chronologie (les corpus les plus tardifs sont aussi les plus importants), ce qui renforce l’idée d’un appauvrissement du stock onomastique

De ce point de vue, et de manière que l’appauvrissement annoncé soit plus directement « visualisable », il serait préférable d’utiliser le stock de noms pour 100 individus (dont la valeur est l’inverse du nombre moyen d’individus par nom). Ce choix conduit à la représentation graphique suivante (qui coïncide avec l’idée de réduction) :
Liaison entre n et Kn/n pour quelques études anciennes d'anthroponymie médiévale
Image
Mais cet indicateur est moins fréquemment retenu dans les études d’anthroponymie médiévale de la période 1920-1955 que ne l’est le nombre moyen d’individus par nom.

  • 36 En fait — on y reviendra dans le détail —, le rapport (...)

21Certes, les ensembles ici comparés sont trop peu nombreux pour que ce seul graphique permette d’affirmer le lien entre la condensation (nombre moyen d’individus par nom ou stock de noms pour 100 individus) et la taille des échantillons, mais l’indication est déjà intéressante36.

Une mise en garde restée sans écho

  • 37 Les études d’anthroponymie ne constituent pas le domaine de recherche privilégié de Alvar Ellegård (...)

22C’est Alvar Ellegård (1958) qui, le premier pour les études d’anthroponymie37, souligne la fragilité de ces comparaisons, notamment lorsqu’elles reposent sur la seule valeur du rapport de condensation rc, et qui examine, exemples à l’appui, l’influence de la taille des échantillons sur la richesse et la variété des noms. Il reprend, en illustration de son propos, certains des résultats donnés par Olof Brattö.

23Pour un autre champ de recherche, connexe, celui de la statistique linguistique, cette question avait déjà été examinée en détail par George U. Yule (1944), puis par Pierre Guiraud (1954), ou encore Gustav Herdan (1956) pour ne parler que des travaux à peu près contemporains les plus notoires.

24La méthode comparative proposée par Alvar Ellegård s’inspire des travaux de Pierre Guiraud (1954 : p. 33-34) et s’apparente à une méthode que les linguistes qualifieraient aujourd’hui de « raccourcissement des textes ». L’idée est de se ramener à la comparaison de deux ensembles de même taille par réduction du plus grand des deux corpus. Le nombre moyen d’individus par nom est utilisé pour la comparaison.

  • 38 Le choix des notations est toujours plus problématique qu’il n’y paraît. Il est fait de traditions (...)
  • 39 Alvar Ellegård (1958) ne dit rien sur le seuil à retenir pour distinguer les noms qui peuvent être (...)

25En pratique, et en utilisant les notations retenues précédemment (qui ne sont donc ni celles de Alvar Ellegård ni celles de Pierre Guiraud38) le corpus des noms attestés dans le plus grand des deux ensembles à comparer est divisé en deux parties : l’une est constituée par lesnoms dont la fréquence peut être considérée comme suffisamment élevée, l’autre par les (Kn – ℓ) autres noms39. Les noms les plus fréquents désignent une fraction p ℓ des individus du plus grand des deux ensembles. Les valeurs de n' (effectif du plus petit des deux ensembles à comparer), de et de p sont utilisées pour estimer le nombre corrigé de noms différents que l’on peut s’attendre à obtenir dans un échantillon de n' individus tiré du plus grand des deux ensembles. Ce nombre corrigé est donné par :

26KÞn = (1- e-x)+(Kn – ℓ)(1- e-x') [1]

avec : Image

  • 40 Conformément à l’usage, les calculs sont effectués avec la précision maximale disponible (celle fo (...)

27Appliquée aux données de Olof Brattö, la méthode conduit aux résultats suivants40 :

28Pour le Libro di Montaperti (1260) (qui est le plus grand des deux ensembles) :

n = 6 203 ; Kn = 974 ; Image

29ℓ = 203 (noms comptant 5 occurrences ou plus) ;

  • 41 Alors que Olof Brattö indique que 5005 individus portent l’un des 203 noms qui constituent il teso (...)

Image (proportion des individus portant l’un des 203 noms comptant 5 occurrences ou plus41) ;

30Pour le Codice Diplomatico Longobardo (650-774) :

n'= 1 600 ; Kn, = 800 ; Image

31Le coefficient réducteur à appliquer au corpus le plus important (Libro...) est de :

Image

[1] donne, avec Image et Image :

32n ≈ 203(1 – e -6,360) + (974 – 203) (1 – e -0,401) ≈ 457

33soit donc, pour le Libro di Montaperti, un nombre moyen d’individus par nom après correction de :

Image

34La valeur ainsi obtenue après correction, plus faible que la valeur initiale (rc ≈ 6,4) conduit donc à nuancer l’ampleur de la réduction du stock des noms à Florence entre la fin du Ville et le milieu du XIIIe siècle (on passerait d’une moyenne de 2 personnes par nom à la fin du Ville à une moyenne de 3,5 au milieu du XIIIe).

  • 42 Cf. Efron, 1979 & 1982.
  • 43 Cette procédure (tirage aléatoire de n unités onomastiques dans un corpus donné et calcul des indi (...)
  • 44 Elle ne peut l’être valablement à partir du texte de Alvar Ellegård qui ne fournit pas d’informati (...)
  • 45 Pour les = 203 noms qui sont attestés 5 fois ou plus, cf. Brattö, 1953 ; pour les Kn – (= 974- (...)

Les techniques statistiques actuelles, notamment les méthodes de rééchantillonage (e.g. méthode du Bootstrap42) permettent d’obternir des n estimations empiriques du rapport Imagepar simulation d’échantillons, donc sans hypothèse particulière sur la distribution. La méthode43 peut ici être mise en oeuvre à partir des informations fournies par Olof Brattö44 qui donne le détail des effectifs par nom45. Elle donne, pour 100 « échantillons Bootstrap » (tirage aléatoire avec remise de 1 600 unités dans le corpus du Libro...) une valeur moyenne du rapport rc ≈ 3,2 ; donc un résultat proche de celui obtenu par Alvar Ellegård.

A propos du Libro di Montaperti (1260) el du Catasto (1427)

  • 46 Pour le Catasto, les données sont celles qui m’ont été aimablement fournies par Christiane Klapisc (...)

35Pour prolonger les analyses de Alvar Ellegård sur la Toscane, j’ai utilisé la méthode qu’il propose pour comparer les données florentines du Libro di Montaperti (1260) et celles du Catasto (1427)46.

36On a, avec les notations précédentes :

37- Pour le Catasto (1427) (qui est le plus grand des deux ensembles) :

n = 9 910 ; Kn= 803 ; Image

38 = 175 (noms comptant 5 occurrences ou plus) ;

Image (proportion des individus portant l’un des 175 noms

39comptant 5 occurrences ou plus) ;

40- Pour le Libro di Montaperti (1260) :

n'= 6 203 ; Kn’ = 974 ; Image.

41Le coefficient réducteur à appliquer au corpus le plus important (Catasto) est de :

Image

42[1] donne, avec

Image etImage :

43KÞn ≈ 175(1-e-32, 043) +(803-175)(l-e-0,948) ≈560

44soit donc, pour le Catasto de 1427, un nombre moyen d’individus par nom après correction de :

Image

45Les deux ensembles étant de taille plus proche que ne l’étaient précédemment le Libro... et le Codice..., la correction, on le voit, ne modifie que faiblement la valeur du rapport (valeur initiale rc ≈ 12,3). Ainsi mesuré, l’appauvrissement du stock onomastique à Florence entre 1260 et 1427 reste significatif. Mais peut-on aller plus loin ?

  • 47 Pour obtenir une valeur corrigée du rapport (de condensation) identique à la valeur calculée, il a (...)

46Il faut d’abord souligner que le Catasto est de taille supérieure au Libro di Montaperti (n= 9 910 > n' = 6 203) et d’extension observée plus petite (Kn = 803 <Kn' = 974) : sa plus forte condensation ne fait donc aucun doute (rc> r'c). Il faut également rappeler que la méthode proposée par Alvar Ellegård « simule » le tirage d’un échantillon de taille n' = 6 203 dans le Catasto (qui est le plus grand des deux ensembles). Dans cet échantillon, il faut s’attendre à trouver moins de noms différents que dans l’ensemble du Catasto (c’est effectivement ce que donne le calcul qui proposen ≈ 560 <K'n = 803). Si le nombre moyen d’individus par nom après correction baisse, c’est donc que la réduction de la taille (qui passe de 9 910 à 6 203) est proportionnellement plus importante que ne l’est celle de l’extension (803 à 560)47.

  • 48 Les queues de distribution sont ainsi « isolées ».

47Il faut ensuite rappeler que la méthode proposée par Alvar Ellegård insiste sur les noms dont la fréquence n’est pas trop faible48. La comparaison graphique des deux « distributions tronquées » (correspondant aux 50 noms les plus fréquents dans chacun des deux corpus) est, de ce point de vue, assez éclairante :

Figure 2. Fréquences comparées des 50 noms les plus portés dans le Libro... (1260) et le Catasto (1427)

Image

  • 49 Il y a ensuite inversion, mais les différences de fréquences sont alors nettement plus faibles.

48Ce graphique montre à l’évidence une concentration plus marquée dans le Catasto. La fréquence des noms les plus portés y est plus forte que dans le Libro pour les 25 premiers rangs environ49. Et globalement, c’est-à-dire en considérant l’ensemble de la distribution, cette différence est plus nette encore :

  • 50 La représentation graphique retenue ne correspond pas à une courbe de Lorenz. Sur ce choix, cf. in (...)

Figure 3. Concentration50 comparée des noms dans le Libro... (1260) et le Catasto (1427)

Image

  • 51 La concentration ici démontrée n’est pas — contrairement à ce que suggèrent les auteurs — une preu (...)

49Du point de vue de la concentration, l’évolution paraît donc importante entre 1260 et 1427. C’est d’ailleurs bien de cela dont parlent David Herlihy et Christiane Klapisch quand ils font remarquer que « la moitié des Florentins de 1260 utilisaient 27 noms différents quand la moitié de leurs descendants n’en portent plus que 12 en 1427 » (Herlihy & Klapisch, 1978 : p. 543, note 55, renvoyant à Brattö, 1953 & 1955)51.

  • 52 C’est la liste de ces noms que donne Olof Brattö (1953 : p. 11-12).
  • 53 Cette valeur est obtenue en prenant en compte tous les noms du Libro... (donc en considérant Bratt (...)

50Et cet écart doit assurément être majoré. Il faut en effet corriger la valeur 27 donnée pour le Libro... qui ne tient compte que des 203 noms attestés au moins 5 fois52 (alors que le Catasto semble avoir été considéré dans son intégralité). Ce sont en réalité 41 noms différents qui sont nécessaires pour désigner la moitié des Florentins en 126053. Cette correction vient d’ailleurs renforcer l’argument et ne remet donc pas en cause ce qui a été dit.

  • 54 De la même façon, ce sont bien les unités onomastiques qu’Olof Brattö considère lorsqu’il dénombre (...)

51D’autre part, et ce point est essentiel (on y reviendra), le décompte des unités onomastiques ne repose pas sur le même niveau de lemmatisation. Olof Brattö précise à ce propos : « numericamente i 203 nomi [attestés au moins 5 fois] costituiscono solo una piccola parte di tutto il tesoro onomastico del documento, il quale contiene circa 3 000 nomi che si riducono a circa 1 500 unità onomastiche (ponendo cioè le forme ipocoristiche sotto il corrispondente nome semplice). » (Brattö, 1953 : p. 27). En 1955, après avoir travaillé sur les noms les moins fréquents du document, il révise à la baisse l’évaluation du nombre d’unités onomastiques (qu’il ramène à 974). C’est cette valeur (974) qu’il utilise pour le calcul des paramètres statistiques du corpus. Il parle ainsi d’« una media di 6 (6,4) persone per ogni unità onomastica » (Brattö, 1955 : p. 8)54.

  • 55 L’expression est empruntée à Olivier Guyotjeannin (1994 : p. 384).

52Dans le Catasto, les formes diminutives et les hypocoristiques sont distingués du « nom-souche »55. Le tableau suivant illustre cette différence pour Filippus :

Tableau 2. Le nom Filippus dans le Libro... (1260) et le Catasto (1427)

Image

  • 56 L’effectif observé pour chacune des formes est donné dans Brattö, 1953 : p. 124.

53Filippus est l’une des 974 unités onomastiques qui composent le corpus des noms du Libro.... (52 occurrences au total pour 6 203 individus56) Ce même « nom-souche » correspond à 4 unités onomastiques distinctes dans le Catasto.

54Il ressort de cette analyse que la diversité onomastique du Libro... est en fait sous évaluée lorsqu’elle est ainsi comparée à celle du Catasto. Dans ce cas d’espèce, la thèse d’un appauvrissement du stock des noms florentins et d’une concentration entre 1260 et 1427 se trouve renforcée.

  • 57 Il est donné en 1427 sous la forme (lemmatisée ?) Iacopo.

55A regarder dans le détail la liste des noms eux-mêmes, on constate que sur les 20 noms les plus fréquents en 1260, deux seulement sont dans la même partie du classement en 1427 : Iacobus (1er en 1260 et 5e en 142757) et Bernardus (18e en 1260 et 17e en 1427). La concentration est donc allée de pair avec le renouvellement des noms dominants.

56Au total, si l’on compare l’ensemble des paramètres statistiques (macro-) pour les deux corpus, les différences sont sensibles :

Tableau 3. Paramètres statistiques pour le Libro... (1260) et le Catasto (1427)

paramètre

Libro...

Catasto

n= nb individus

6204

9910

Kn- nb noms # (extension observée)

974

803

K1n = nb hapax (noms attestés 1 seule fois)

521

429

 % hapax dans le corpus des noms

53,5 %

53,4 %

nb moyen individus par nom (condensation)

6,4

12,3

stock de noms %

15,7 %

8,1 %

taux d’homonymie

0,9 %

2,7 %

indice de Gini1

0,732

0,846

 % ind. désignés par les 2 noms les plus fréquents

7,4 %

16,4 %

 % ind. désignés par les 5 noms les plus fréquents

14,4 %

29,1 %

 % ind. désignés par les 10 noms les plus fréquents

23,0 %

43,8 %

nb noms nécessaire pour désigner 25 % de la popul.

12

4

nb noms nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

41

142

NB. 1. Sur l’utilisation de l’indice de Gini pour évaluer la concentration globale d'un corpus onomastique, je me permets de renvoyer à Chareille, 1992 : p. 296-297.
2. Le nombre de noms nécessaire (et suffisant) pour désigner la moitié de la population du Catasto est — d’après mes calculs — de 14 (David Herlihy et Christiane Klapisch indiquent 12, mais la base de données que j’ai utilisée n’est probablement pas exactement celle sur laquelle les auteurs ont travaillé).

57En 1427, l’extension observée diminue, mais la proportion de hapax (noms attestés une seule fois) reste étonnamment stable. Le taux d’homonymie progresse de manière significative (2,7 % vs 0,9 %), mais il reste « acceptable » si l’on considère que les deux noms masculins les plus fréquents du palmarès en 1427 (Antonio et Giovanni) désignent au total plus de 16 % des hommes (alors que Iacobus et Iohannes, leaders en 1260, représentaient moins de 8 % de la population masculine).

La thèse — ou le mythe — de l'appauvrissement

  • 58 De ce point de vue, le parallèle avec le « mythe » de la disparition des (actuels) noms de famille (...)

58Le travail de Alvar Ellegård reste trop confidentiel — ou trop « technique » ? ! — pour que les historiens y prêtent toute l’attention nécessaire. La thèse d’un appauvrissement du stock (dont on vient de montrer qu’elle ne peut pas toujours être écartée) et d’une hausse consécutive de l’homonymie s’installe donc durablement, étayée par une preuve souvent réduite au calcul de la condensation. Et il n’est guère d’études d’anthroponymie médiévale qui n’y fassent allusion58.

  • 59 Cet essoufflement est l’hypothèse retenue dès la fin du XIXe siècle par Arthur Giry qui parle d’un (...)
  • 60 Patrick Geary opte pour une chronologie plus complexe (Geary, 1996 : p. 120-122). Il utilise la va (...)

59Mais la chronologie (et la géographie) de ce (possible) appauvrissement du stock des noms reste en partie hésitante. Hésitantes, les explications du phénomène le sont aussi. Certains n’hésitent pas à voir le processus amorcé dès la fin du premier millénaire, en liaison avec l’instauration de nouvelles structures sociales et familiales dans la société et un certain essoufflement du système germanique59 vieux de plusieurs siècles (p. ex. : Jarnut, 1996 ; Geary, 199660) D’autres, plus nombreux, le date du XIe ou du début du XIIe siècle et le font ainsi coïncider avec l’apparition du surnom et la mise en place du système de désignation à deux éléments.

  • 61 Le même Pierre Toubert avoue cependant que : « Cet appauvrissement est plus aisé à observer qu’à e (...)
  • 62 L’argumentaire de Jack Goody mérite qu’on s’y arrête : « Il semble qu’une mutation importante se s (...)

60C’est cette chronologie que propose Pierre Toubert pour le Latium : « Un fait est donc assuré et décisif : l’appauvrissement constant, dans le cours du XIIe siècle, du stock des anthroponymes en usage. Ceci au moment où la famille elle-même affinait ses structures et où la place croissante de l’acte écrit dans la vie sociale rendait de plus en plus criantes les insuffisances d’un système de coordonnées onomastiques fondé sur la simple juxtaposition de noms individuels. » (Toubert, 1973 : p. 700)61. C’est aussi celle que retient Jack Goody, qui propose de voir dans l’instauration d’un modèle de transmission systématique du (pré)nom par les parrains l’une des causes principales de l’érosion du stock62.

Les apports de l’enquête sur la Genèse Médiévale de l’Anthroponymie Moderne63

  • 63 Sur les apports de l’enquête, voir également les synthèses proposées dans Bourin & Chareille, 1992 (...)
  • 64 Sur cette question, cf. infra, chapitre 6.

61On l’a souligné, et Monique Bourin le rappelle, la thèse qui était habituellement admise par les médiévistes avant que ne soit lancée l’enquête sur la Genèse Médiévale de l’Anthroponymie Moderne était de considérer que « le stock des noms évolue par concentration sur quelques noms dominants, par réduction de l’ensemble et par renouvellement du stock onomastique. Globalement, cette évolution multiplierait les homonymies et nécessiterait l’intervention d’un deuxième terme dans la dénomination. » (Bourin, 1989 : p. 244). L’un des apports majeurs de l’enquête est bien d’avoir montré la faiblesse relative de cette théorie. « La notion de renouvellement onomastique est particulièrement discutable. » (Bourin, 1989 : p. 244). Elle l’est d’abord, on l’a dit, parce que les matériaux qu’examine le médiéviste ne sont pas exhaustifs et de nombreux noms échappent à l’observation directe64. Elle l’est ensuite parce que les enquêtes réalisées montrent que ce renouvellement — à supposer qu’il puisse être effectivement évalué et observé — n’est pas « plus caractéristique du strict moment de la mutation anthroponymique que des périodes qui l’entourent. (...) Les renouvellements se font sans rupture avec les générations précédentes. Les noms germaniques perdent régulièrement du terrain, mais il n’y a pas de mutation brutale dans ce domaine » (Bourin, 1989 : p. 244). Quant à l’appauvrissement du stock onomastique, il « n’est pas non plus vraiment assuré. » (Bourin, 1989 : p. 244). Et Olivier Guyotjeannin ne s’y est pas trompé non plus : « On ne peut pas dire que la société eggiane ait eu, à sa disposition, [entre le XIe et le milieu du XIIIe siècle] moins de noms personnels, et moins encore que l’apparition de désignations complexes serait, tant soit peu, en relation avec un prétendu appauvrissement du stock des noms personnels. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 414).

  • 65 Seule une documentation exhaustive, qui fait le plus souvent défaut pour le Moyen Âge, peut permet (...)

62À l’évidence, et à supposer qu’il y ait effectivement eu appauvrissement du stock onomastique65 — ce qui, malgré les mises en garde répétées, semble probable pour certaines populations — l’apparition du surnom a pu favoriser, faciliter, voire accélérer le processus. Et l’interaction probable entre les deux phénomènes (apparition du surnom et réduction du stock) rend bien délicate toute tentative de distinction entre la cause et l’effet.

  • 66 Peut-on parler d’une autre « gestion » ?

63Comme le démontraient (ou le confirmaient) déjà les « grandes » études d’anthroponymie médiévale de la période 1920-1955, c’est bien davantage la concentration sur quelques noms dominants que la réduction du stock onomastique que l’enquête donne à voir. Entre le XIe et le XIIIe siècle, en Vendômois « comme dans d’autres régions, le stock ne se réduit pas tant qu’il ne se modifie : la concentration sur quelques noms dominants est beaucoup plus spectaculaire que la condensation de l’ensemble. » (Barthélemy, 1989 : p. 47). Et cette concentration renvoie nécessairement à un nouveau mode d’« utilisation »66 du stock.

64Monique Bourin le souligne, « l’antériorité de la concentration des noms sur l’apparition du système à deux éléments n’est pas partout claire (...). Il n’est nullement prouvé que c’est principalement dans la transformation du nomen proprium et sa concentration sur quelques noms dominants qu’il faille chercher le moteur de la transformation anthroponymique » (Bourin, 1989 : p. 244).

Quelques remarques complémentaires

A propos du rang médian

  • 67 Le mot concentration n’est employé ni par Olof Brattö ni par Harry Jacobsson. Alvar Ellegård est l (...)
  • 68 « (...) students of onomastics have sometimes used a measure which we may call, in conformity with (...)

65Pour décrire un corpus, on l’a dit, Olof Brattö et Harry Jacobsson sont les premiers à utiliser de manière systématique le nombre de noms nécessaire (et suffisant) pour désigner la moitié de la population (Brattö, 1953 : p. 27 et suiv. ; Jacobsson, 1955 : p. 25-26). Cet indicateur, qui renseigne sur la concentration67, correspond à ce que Alvar Ellegård appelle le rang médian68.

  • 69 À ce titre — et contrairement au nombre moyen d’individus par nom —, il peut être utilisé pour com (...)
  • 70 Alvar Ellegård souligne également cette insuffisance (Ellegård, 1958 : p. 222 et suiv.).

66Ce paramètre n’est pas sensible à la taille des échantillons69. Suffit-il, associé au nombre moyen d’individus par nom, pour résumer correctement la distribution des effectifs par nom. L’exemple suivant prouve le contraire70 :

Tableau 4. Palmarès des noms dans quatre populations (fictives)

Image

67Pour faciliter les comparaisons, le nombre de noms distincts, la taille des populations et le palmarès ont été supposés identiques dans chaque population. Seules donc diffèrent les fréquences. Johannes est ainsi le nom le plus fréquent dans chacune des populations, mais il est porté par 1 individu sur 2 dans A, par 1 individu sur 10 dans B, 1 sur 5 dans C, et 1 sur 4 dans D.

68De ces palmarès, on tire le tableau suivant :

Tableau 5. Distribution des effectifs dans quatre populations (fictives)

Image

NB. Lire ainsi : Pour la population A (par ex.) : 1 nom est porté par 50 personnes, 1 nom par 20 personnes, 5 le sont par 4 et 10 sont des hapax (noms portés une seule fois). Le nombre total d’individus est n = 100 et l’extension (nombre total de noms différents) est Kn = 17.
1. n/Kn est le nombre moyen d’individus par nom.
2. rm est le rang médian (nombre minimal de noms nécessaire et suffisant pour désigner la moitié de la population) ; rq correspond au nombre minimal de noms nécesssaire et suffisant pour désigner le quart de la population ; rd correspond au nombre minimal de noms nécesssaire et suffisant pour désigner 10 % de la population. La valeur donnée entre parenthèses est la « valeur exacte » correspondante (fournie pour information).
3. TH est le taux d’homonymie (probabilité pour que deux individus choisis au hasard dans la population portent le même nom). Le calcul de cet indicateur est détaillé infra (cf. chap. 7).

  • 71 On observera que si tous les effectifs sont multipliés par 2 (soit une croissance de 100 % de la p (...)

69Le nombre de noms différents (extension) et le nombre moyen d’individus par nom (condensation) sont les mêmes dans chacune des populations (respectivement 17 et 5,8871). Les populations B et C d’une part, A et D d’autre part présentent des rangs médians voisins. Des similitudes qu’une représentation graphique permet de bien mettre en évidence :

Figure 4. Effectif des noms dans les quatre populations fictives A, B, C et D

Image

70On le voit, ces distributions correspondent à des « gestions » très différentes du corpus onomastique. La concentration est par exemple très forte dans la population A et très faible dans la population B (où la distribution paraît presque uniforme).

71Alors que le calcul de la condensation ne permet aucune distinction (le rapport est le même pour les 4 populations), le rang médian permet une différenciation simple de ces distributions. Pour autant, aucun de ces deux indicateurs ne rend directement compte de l’extension du corpus (ici identique pour toutes les populations) ou de l’homonymie (qui ici augmente avec la concentration dans la mesure où l’extension est fixée).

72Cet exemple (fictif) permet également d’attirer l’attention sur un autre type de comparaisons couramment utilisées dans les études d’anthroponymie médiévale. Pour démontrer l’appauvrissement du stock des noms germaniques (au profit des noms chrétiens), il est habituel d’évaluer la part de ces noms dans l’ensemble du corpus onomastique (p. ex. : Brattö, 1953 : p. 27 et suiv. ; Jacobsson, 1955 : p. 27 et suiv.).

73Parmi les 17 noms différents qui constituent les corpus A, B, C et D, seuls 2 sont d’origine non germanique (Johannes = rang 1 et Petrus = rang 2). Ces noms « chrétiens » représentent donc 11,8 % (2/17) de l’ensemble des noms identifiés.

74La probabilité qu’une personne choisie au hasard dans la population A se prénomme Jehan est forte : pr(Jehan) = 50/100 = 0,50.

  • 72 Elle est identique à la probabilité d’obtenir 25 Piles consécutifs dans un jeu de Pile/Face.

75Dans un échantillon de taille 25 tiré de A, la probabilité de ne pas trouver un seul Jehan est très faible72 (moins de 1 chance sur 1 milliard). Il y aura donc presque sûrement 1 Jehan dans un échantillon de taille 25 tiré de A. En revanche, la probabilité de ne pas trouver de Ingalbertus (nom porté par 1/100 individu dans A) est forte (plus de 3 chances sur 4). On peut ainsi calculer l’espérance du nombre moyen de noms différents dans cet échantillon (de taille 25 tiré de A). On démontre que cette valeur est d’environ 10 (et que les deux noms Jehan et Petrus ont de très grandes chances d’être parmi ceux-là (moins de 4 chances sur 1 000 de ne pas trouver Petrus). Donc, dans un échantillon de taille 25 tiré de A, les noms non-germaniques représenteront en moyenne 2/10 soit 20 % du corpus des noms (contre 11,8 % dans la population A).

  • 73 Mais on observera que la difficulté peut être facilement surmontée. Il suffit en effet de prendre (...)

76Il en ressort que le rapport entre le nombre de noms non-germaniques et le nombre total de noms n’est pas indépendant de la taille des populations. Là encore, la comparaison n’est raisonnable que pour des corpus de même taille. Le biais est ici beaucoup plus insidieux73.

De l’influence de la lemmatisation

  • 74 Sur cette question (essentielle) de la lemmatisation, cf. infra, chapitre 4.

77Si les « grandes » études d’anthroponymie médiévale des années 1920-1955 ne se préoccupent pas de l’influence de la taille des corpus étudiés sur le calcul des paramètres statistiques usuels, elles ne s’intéressent pas davantage aux modalités précises du dénombrement des unités onomastiques. Aucune n’aborde en effet la question du niveau de lemmatisation74 dans son rapport au calcul des indicateurs statistiques. À l’évidence, pourtant, les problèmes que posent la comptabilisation des diverses formes d’un même nom (variantes orthographiques, formes dérivées, diminutifs ou hypocoristiques) sont essentiels en la matière.

78Si ces questions ne sont pas même évoquées, c’est sans doute parce que ces travaux sont tous l’œuvre de philologues et que les règles et les usages de la discipline ont pu laisser penser que les pratiques, notamment celles d’un décompte des unités onomastiques à différents niveaux de lemmatisation, garantissaient une certaine comparabilité entre les résultats. Bien sûr, lorsque les décomptes sont l’œuvre d’une seule et même personne, le problème ne se pose pas. Mais lorsque les comparaisons s’appuient sur des travaux différents, les difficultés commencent.

79À l’évidence, de nombreux dénombrements ne reposent pas sur les mêmes principes et les indicateurs en sont nécessairement affectés.

80Ainsi Harry Jacobsson reprend-il, pour le Corpus florentin de 1260, les résultats fournis par Olof Brattö en 1953 : « les 6 207 personnes se partagent 1 500 noms, c’est-à-dire 4,1 personnes] par nom » (Jacobsson, 1955 : p. 25). Il ne tient donc pas compte de la correction que propose Olof Brattö en 1955 après avoir achevé le dépouillement exhaustif du Libro di Montaperti : « Durante il corso delle ricerche il numero dellà onomastiche se è ridetto considerevolmente (...) in tutto 974 nomi = 6 203 individui. Questi dati corrispondono a una media di 6 (6,4) persone per ogni unità onomastica. » (Brattö, 1955 : p. 8).

  • 75 Sur ce point, cf. supra, note 22.
  • 76 Sur cette question, je me permets de renvoyer à Bourin & Chareille, 2002a.
  • 77 Ce décompte intègre les hommes cités dans les listes (des doubles-comptes sont donc probables).

81Pour Irminon, il précise que « les 2 000 noms masculins sont portés par 6 000 hommes, soit 3 p[ersonnes par nom] en moyenne » (Jacobsson, 1955 : p. 25). Comme Karl Michaëlsson avant lui, il n’hésite pas à souligner le caractère approximatif de ses décomptes75. On conviendra que la recension précise des dépendants de l’abbaye est difficile76, mais le niveau d’approximation retenu par Harry Jacobsson paraît assurément excessif. En optant pour une lemmatisation forte des noms (décomposition en lexèmes pour les noms d’origine germanique), on dénombre 1 574 « noms » distincts (pour un total (corrigé) de 5 565 hommes nommés77) ; sans aucune lemmatisation, l’extension passe à 2 496.

  • 78 On observera notamment que la proportion des hapax dans un corpus est fortement dépendante de la m (...)

82À l’évidence, le calcul des paramètres statistiques utilisés pour décrire un corpus est affecté par le niveau de lemmatisation retenu et toute approche comparative suppose, de ce point de vue, une unité préalable78.

Notes

1 La période médiévale n’est ni celle des registres paroissiaux ni, a fortiori, celle de l’état-civil... Les listes, souvent fiscales, relativement nombreuses en fin de période, sont plus souvent des « listes de feux » que des listes d’habitants (donc ne recensent que les « chefs »). La matière du médiéviste est donc partielle (et le plus souvent biaisée).

2 Cette distinction reprend, avec le même souci de clarification et de rigueur — nécessaire pour une réflexion sur les outils —, celle usuelle en statistique lexicale entre lexique et vocabulaire. Le premier terme est réservé à la langue et le second au texte. Les lexèmes sont les unités qui composent le lexique et les vocables celles qui composent le vocabulaire (Muller, 1968 : p. 136). Les lexèmes sont des vocables potentiels tandis que les vocables sont les lexèmes attestés dans un texte ou un groupe de textes donnés. Le lexique peut se définir comme « le plus petit ensemble qui contient tous les vocabulaires possibles » (Dolphin, 1979 : p. 4) ; il est au linguiste ce que le stock des noms est à l’anthroponymiste (et le vocabulaire est l’équivalent du corpus des noms). Mais si la notion de stock des noms est intuitive (comme celle de lexique), elle reste difficile à appréhender puisque de l’ordre du virtuel ; elle ne repose sur aucune réalité identifiable : quel stock pour quelle population ?

3 Lorsque la documentation le permet, il est possible de tendre vers l’exhaustivité en choisissant un niveau d’observation adapté et en ne s’interrogeant que sur une population parfaitement circonscrite. Plus l’interrogation porte sur un ensemble limité (village, groupe familial, etc.), plus les chances de disposer de données exhaustives sont importantes.

4 Les individus statistiques sont les unités statistiques élémentaires qui composent le corpus mis en œuvre. Il ne s’agit donc pas nécessairement d’individus au sens courant du terme (mais possiblement d’occurrences anthroponymiques dans la mesure où la documentation médiévale ne permet pas toujours d’identifier des personnes distinctes. Les deux notions ne doivent pas être confondues, même si elles le sont dans le cas présent (conformément aux choix méthodologiques faits dans l’enquête sur la genèse médiévale de l’anthroponymie moderne), n est l’étendue du corpus. La statistique lexicale parle d’« étendue » ou de « longueur du texte » pour ce que je définis comme l’étendue du corpus (parfois aussi de taille de l’échantillon), et d’« étendue du vocabulaire » pour ce que je définis comme l’extension observée du corpus (Muller, 1968 : p. 142). Elle note le plus souvent N et V ces deux valeurs.

5 Il est d’ailleurs initialement utilisé sans être exprimé en %. Inférieur ou égal à un, il correspond alors à un nombre (moyen) de noms par personne, une formulation qui ne paraît pas heureuse (cf. p. ex. ci-dessous notes 7 & 8).

6 Je n’ai pas été en mesure de consulter certains des travaux anciens de langue allemande cités par Karl Michaëlsson (1927 : p. 64) qui ont abordé les questions de l’appauvrissement du stock des noms et de l'apparition du surnom (questions dont on va voir qu’elles sont intimement liées au problème des indicateurs), notamment ceux de Alfred Bähnisch (1914) et de Georg Steinhausen (1893). Il n’est donc pas complètement exclu que l’un au moins de ces auteurs ait eu recours à un tel indicateur. Ce n’est en revanche assurément pas le cas de Hermann Reichert (1908) ou de Adolf Socin (1903), qui traitent également de ces questions, mais qui n’ont à aucun moment une approche quantitative de la question.
Quoi qu’il en soit, Paul Aebischer ne semble pas avoir eu connaissance de ces travaux antérieurs consacrés aux questions liées à l’apparition des surnoms et à leur « cristallisation » en noms de famille (le terme « cristallisation est employé par Karl Michaëlsson (1927 : p. 167)). Karl Michaëlsson (1927 : p. 168) souligne que la question de la naissance des surnoms a été abordée dès le XIXe siècle — donc bien avant Paul Aebischer — par Eusèbe Salverte (1824).

7 Il précise ainsi que « dans les actes compris entre 1270 et 1279, publiés dans le Cartulaire de l’église de Saint-Lambert (...) nous constatons la présence de 80 noms, qui se rencontrent dans 175 mentions de personnes ; c’est-à-dire que, en moyenne, il n’y a pas même 80 un nom pour deux individus » (Aebischer, 1924 : p. 132). Le rapport est de Image, ce qui correspond effectivement à un peu moins de 1 sur 2. Le rapport inverse Image n’est pas retenu par Paul Aebischer alors qu’il aurait probablement été d’une interprétation plus immédiate : 2,2 personnes par nom en moyenne pour ce corpus.

8 Cet essai n’est publié qu’en 1928, mais Paul Aebischer précise qu’il aurait déjà dû être imprimé quand paraît celui consacré aux données wallonnes (Aebischer, 1924 : p. 74, note 1). A propos des données catalanes, il indique qu’ : « entre 970 et 979, il n’y a pas tout à fait un nom par personne ; entre 1070 et 1079, il n’y a plus qu’un nom pour trois personnes — soit exactement 58 noms pour 159 individus ; cent ans plus tard enfin, entre 1170 et 1175, il n’y a qu’un nom par [sic !] six personnes, soit 44 noms pour 272 personnages mentionnés (...) Mais il s’est produit (...) un appauvrissement du lexique anthroponymique beaucoup plus rapide et beaucoup plus important que dans le pays de Liège (...) en Wallonie, entre 1140 et 1180, nous avons 46 noms pour 60 individus, soit encore une moyenne — si l’on peut exprimer ce fait mathématiquement — de 3/4 de nom par personne » (Aebischer, 1924 : p. 134). Ainsi exprimé (« 3/4 de nom par personne »), le rapport prête quelque peu à confusion même si le calcul est correct Image.
C’est bien le calcul du rapport Image (et non celui de son inverse) que semble privilégier Paul Aebischer. Mais, il reste plus hésitant dans la manière de formuler le résultat : dans le même paragraphe (cf. citation précédente) il parle de « 3/4 de nom par personne » pour la Wallonie, mais de « un nom par six personnes » pour la Catalogne (i. e. 6 personnes par nom) alors qu’en toute rigueur il aurait dû opter pour l’expression “1/6 de nom par personne” (puisque : Image). La formulation qu’il retient pour la Catalogne, quelque peu ambiguë — que signifie concrètement « un nom par six personnes » ? —, semble témoigner, d une certaine hesitation entre le rapport Image et le rapport Image.
Il ajoute : « De cette comparaison (...) il ressort (...) qu’en Belgique orientale la richesse du vocabulaire anthroponymique s’est maintenue beaucoup plus longtemps que dans la région barcelonaise, que les homonymies y étaient moins fréquentes. » (Aebischer, 1924 : p. 134).

9 Il n’y avait pas eu recours dans sa thèse Sur l’origine et la formation des noms de famille dans le Canton de Fribourg, bien qu’il ait consacré un paragraphe à « l’appauvrissement du lexique onomastique » (Aebischer, 1923 : p. 16-19).

10 Il précise par exemple, pour « les noms contenus dans les sept chartes que nous trouvons (...) de 920 à 940 » obtenir « un total de 77 noms, dont quinze se rencontrent deux fois » (Aebischer, 1924 : p. 129). Le rapport n’est pas ici explicitement calculé, mais pourrait l’être sans peine à partir des indications fournies : ce sont au total (77-15) X 1 + 15 x 2 = 92 individus qui sont dénombrés, soit une moyenne de 1,2 personnes par nom (ou de 8/10 de nom par personne pour formuler le résultat comme aurait pu le faire Paul Aebischer !...).

11 Karl Michaëlsson ne donne ici aucun élément d’appréciation chiffré pour la comparaison avec le polyptyque d’Irminon.

12 La proportion des femmes portant l’un des dix noms les plus fréquents est également fournie.

13 Cela n’est pas essentiel pour le présent propos, mais la valeur (7 %) proposée par Karl Michaëlsson est inexacte : son calcul ne distingue pas correctement noms masculins et noms féminins. La valeur corrigée (à partir des indications données p. 41-43 sur la composition des corpus et de celles présentées p. 63) est de 4 %.

14 Cette augmentation (ramenée à 4 %, cf. note précédente) correspond à un processus de concentration des noms dont on sait qu’il ne présume pas d’une éventuelle érosion du stock. Sur cette notion, cf. infra.

15 La seule « diminution » observable est celle du nombre de noms différents relevés dans chaque rôle (cf. Michaëlsson, 1927 : p. 41-43). Comme les populations recensées sont très variables d’un rôle à l’autre, cette diminution ne présume en rien de l’appauvrissement du stock des noms.

16 5,2 noms pour 100 individus ne signifie pas 5,2 homonymes pour 100 individus.

17 Karl Michaëlsson parle d'une « diminution continuelle du nombre de noms de baptême pendant la période 1292-1313 (...) [qui] s’accompagne d’un accroissement des attributions pour un certain nombre de noms à la mode. » (Michaëlsson, 1927 : p. 65). Il y a donc également, dans le cas présent, confusion avec mesure de la concentration.

18 Sur cette notion, cf. infra.

19 Cf. supra, note 6.

20 Il n’utilise pas cependant ces deux indicateurs pour la comparaison entre le Codice Diplomatico Longobardo et le Libro di Montaperti. C’est donc bien sur le seul nombre moyen de personnes par unité onomastique qu’il s’appuie pour étayer la thèse de l’appauvrissement.

21 Dans le travail de Harry Jacobsson, la mise en perspective — i. e. l’approche comparative — est systématique et ne se limite pas aux seules données du XIIIe siècle. Dans son introduction, il déclare ainsi : « Je me suis servi d’une méthode comparative pour résoudre quelques problèmes essentiels : la fréquence des noms, les influences littéraire et hagiographique, les formes phonétiques caractéristiques d’une région. » (Jacobsson, 1955 : p. 6).

22 Il faut préciser que le travail de Harry Jacobsson a fait l’objet d’une critique sévère de la part de Olof Brattö qui considère que « les conclusions que l’auteur tire de ses matériaux sont trop souvent sujettes à caution. » (Brattö, 1956 : p. 111) ; que « trop mécanique est aussi l’emploi (...) des procédés statistiques » (Brattö, 1956 : p. 112). Harry Jacobsson précise en effet que : « Si un nom apparaît dans un autre document que les BTM [Bans de Tréfonds de Metz] et qu’il désigne plus de 20 personnes, les chiffres que je donne sont approximatifs. Je ne présente le pourcentage d’un nom que si un document contient les noms de plus de 800 hommes ou de 500 femmes au minimum et si les exemples du nom ne sont pas trop peu nombreux. » (Jacobsson, 1955 : p. 6), ce qui rend effectivement les comparaisons fragiles. Olof Brattö considère donc que : « la méthode de M.[onsieur] J.[acobsson] n’est pas très sûre. » (Brattö, 1956 :p. 114).

23 Cf. notamment : Aebischer, 1924 & 1928 ; Michaëlsson, 1927 & 1936 ; Bergh, 1941 ; Brattö, 1953 & 1955 ; Jacobsson, 1955.

24 Le mot « richesse » est explicitement employé (p. ex. Michaëlsson, 1927 : p. 64) ; l’adjectif « riche » également (p. ex. Brattö, 1953 : p. 27). Mais le concept associé n’est jamais défini de façon précise : on parle donc indifféremment de « richesse », de « diversité » ou de « variété » d’un corpus.

25 Cf. supra, note 24. Sans distinction ici entre la « diversité » et la « richesse » du corpus.

26 Ce peut être, bien entendu, par tout autre nombre fixé plus ou moins arbitrairement !

27 Olof Brattö indique clairement que : « Questo fenomeno [celui de l’appauvrissement du “tesoro onomastico”] si vede chiaro da un’altra cifra, quella dei nomi occorrenti per ottenere la metà degli individui contenuti in un documento. » (Brattö, 1953 : p. 27). Il n’est donc pas question pour lui de la mesure d’un autre « phénomène ». En 1955, la concentration (dont rend compte cet indicateur) n’est pas un concept pensé. On ne trouve, dans l’ensemble de ces « grandes » études, aucune trace de l’emploi d’un terme qui renverrait clairement à cette notion.

28 Cette question de l’origine linguistique des noms, qui est d’abord une question philologique, est aussi abordée du point de vue comparatif (cf. infra dans ce même chapitre). Les typologies utilisées sont très variables : Åke Bergh distingue ainsi « noms germaniques », « noms hybrides », « noms gréco-latins » et « noms d’origine incertaine » (Bergh, 1941 : p. 184). ; Olof Brattö parle de « nomi religiosi », « nomi storici », « nomi letterari », « nomi ipocoristici », « nomi augurativi » et « soprannomi » (Brattö, 1953 : p. 28 et suiv.). Harry Jacobsson se contente d’une division en trois catégories : « noms germaniques », « noms chrétiens » et « noms d’autres origines » (Jacobsson, 1955 : p. 27). D’autres typologies peuvent bien sûr être proposées.

29 On l’a dit, le mot « concentration » n’est pas utilisé. Karl Michaëlsson parle par exemple d’un « accroissement des attributions pour un certain nombre de noms à la mode. » (Michaëlsson, 1927 : p. 65).

30 On l’a dit (cf. supra, note 6), la question de l’apparition des surnoms est posée dès 1824 par Eugène Salverte (p. 221 et suiv.) qui voit dans l’homonymie l’une des (sept principales) causes de l’évolution du système de désignation. La question de l’appauvrissement du corpus lui est ainsi associée dès l’origine. Pour Hermann Reichert : « Vers 1100 commence l’appauvrissement toujours croissant de l’ancien répertoire des noms de baptême » (Reichert, 1908 : p. 37, cité (et traduit) par Michaëlsson, 1927 : p. 170). Pour des travaux anciens sur cette question, cf. aussi Kremers, 1910 : p. 26 (cité par Michaëlsson, 1927 : p. 169). La question des « surnoms héréditaires » est souvent abordée dans le prolongement des précédentes : cf. notamment (pour ne citer que des travaux du premier XXe siècle) : Gaudenzi, 1898 ; Socin, 1903 ; Reichert, 1908 : p. 37 et suiv. (cité par Michaëlsson, 1927 : p. 170) ; Bähnisch, 1914 : p. 14 (cité par Michaëlsson, 1927 : p. 173) ; Michaëlsson, 1927 : p. 166 et suiv. ; Aebischer, 1924 ; etc.

31 Il est effectivement difficile de trouver un indicateur plus simple que la condensation qui s’exprime comme le rapport entre n et Kn.

32 Lorsque au nombre moyen de personnes par nom est préféré le stock de noms pour 100 individus (indicateur inverse du précédent), c’est bien entendu à une baisse de ce stock qu’est associée la réduction du stock.

33 Ce modèle « idéal », assurément idéalisé, est — à tort donc — souvent considéré comme « actif » au Haut Moyen Âge. Paul Aebischer rappelle ainsi que : « suivant la coutume germanique, chaque personne n’était désignée que par un nom. En pratique ce principe était applicable, ou à peu près, puisque par le jeu des noms à doubles termes on arrivait à former des combinaisons en nombre assez considérable pour que les homonymies, de fait, fussent rares ou en tout cas inoffensives. » (Aebischer, 1924 : p. 121). Et Karl Michaëlsson déplore que : « Le système du haut moyen âge, offrant un seul nom pour chaque personne, a vécu » (Michaëlsson, 1927 : p. 87).

34 Le rapport rc croît avec la taille n de l’échantillon. Cf. illustration infra.

35 On peut donc parler d’« inflation documentaire ».

36 En fait — on y reviendra dans le détail —, le rapport Image est bien l’un des n indicateurs synthétiques les plus sensibles à la taille des échantillons. Son utilisation dans une perspective comparative ne peut être pertinente que pour des ensembles de même taille.

37 Les études d’anthroponymie ne constituent pas le domaine de recherche privilégié de Alvar Ellegård (qui n’est pas philologue). Ses travaux relèvent de la statistique linguistique (p. ex. Ellegård, 1962).

38 Le choix des notations est toujours plus problématique qu’il n’y paraît. Il est fait de traditions disciplinaires et d’usages souvent nationaux. Ainsi Alvar Ellegård utilise les notations de George U. Yule, et note pc le rapport Image que j’ai noté rc (V=Vocabulary et W=Words) (Yule, 1958 : p. 218-219) ; et Pierre Guiraud note Image (V=vocabulaire et N=longueur du texte) l’inverse de ce rapport (Guiraud, 1954 : p. 24).

39 Alvar Ellegård (1958) ne dit rien sur le seuil à retenir pour distinguer les noms qui peuvent être considérés comme fréquents de ceux qui peuvent être considérés comme rares. Mais le calcul qu’il effectue repose sur la mise en œuvre de la loi de Poisson, de sorte que cette fréquence ne devrait pas excéder 1/1000. Dans l’exemple illustratif (Ellegård, 1958 : p. 225), il retient pour la valeur 5 qui correspond à une fréquence de 5/6203 satisfaisant donc le critère précédent. Mais cette valeur correspond également aux noms que Olof Brattö considère lui-même comme assez fréquents et dont il donne la liste exhaustive (Brattö, 1953 : p. 11-12).

40 Conformément à l’usage, les calculs sont effectués avec la précision maximale disponible (celle fournie par l’instrument de calcul utilisé) mais les résultats sont écrits avec une précision donnée. Il peut en résulter d’apparentes micro-différences (notamment en cas de reprise partielle d’un élément du calcul), sans conséquence naturellement sur la portée du résultat.

41 Alors que Olof Brattö indique que 5005 individus portent l’un des 203 noms qui constituent il tesoro onomastico (Brattö, 1953 : p. 27) — il s’agit des noms attestés au moins 5 fois — et que Alvar Ellegård reprend cette valeur (Ellegård, 1958 : p. 225), j’en dénombre 5006 à partir de la liste donnée par Brattö (1953 : p. 11-12). Cet écart dérisoire ne change évidemment rien aux résultats.

42 Cf. Efron, 1979 & 1982.

43 Cette procédure (tirage aléatoire de n unités onomastiques dans un corpus donné et calcul des indicateurs synthétiques correspondants) est intégrée au programme AnthroStat que j’ai développé pour l’étude statistique des corpus anthroponymiques. Elle fournit (également) un intervalle de confiance du rapport rc. Le programme Anthrostat et son « code-source » sont décrits dans le volume 2 de ma thèse (cf. Chareille, 2003, vol. 2).

44 Elle ne peut l’être valablement à partir du texte de Alvar Ellegård qui ne fournit pas d’informations suffisantes sur la distribution exacte des noms.

45 Pour les = 203 noms qui sont attestés 5 fois ou plus, cf. Brattö, 1953 ; pour les Kn – (= 974-203 = 771) noms qui sont attestés moins de 5 fois, cf. Brattö, 1955.

46 Pour le Catasto, les données sont celles qui m’ont été aimablement fournies par Christiane Klapisch. Je n’ai considéré pour cette comparaison que les occurrences masculines.

47 Pour obtenir une valeur corrigée du rapport (de condensation) identique à la valeur calculée, il aurait fallu un nombre de noms corrigé égal à 504.

48 Les queues de distribution sont ainsi « isolées ».

49 Il y a ensuite inversion, mais les différences de fréquences sont alors nettement plus faibles.

50 La représentation graphique retenue ne correspond pas à une courbe de Lorenz. Sur ce choix, cf. infra.

51 La concentration ici démontrée n’est pas — contrairement à ce que suggèrent les auteurs — une preuve de « l’appauvrissement du stock [des noms de baptême florentins] en un siècle et demi » (Herlihy & Klapisch, 1978 : p. 543, note 55). Il n’y a pas de lien direct et automatique entre les deux observations (même si, dans ce cas d’espèce, l’appauvrissement est bien réel et confirmé statistiquement).

52 C’est la liste de ces noms que donne Olof Brattö (1953 : p. 11-12).

53 Cette valeur est obtenue en prenant en compte tous les noms du Libro... (donc en considérant Brattö, 1953 & 1955). Elle est conforme à celle donnée par Olof Brattö lui-même (cf. Brattö, 1953 : p. 27).

54 De la même façon, ce sont bien les unités onomastiques qu’Olof Brattö considère lorsqu’il dénombre le nombre de « noms » nécessaires pour désigner la moitié des individus.

55 L’expression est empruntée à Olivier Guyotjeannin (1994 : p. 384).

56 L’effectif observé pour chacune des formes est donné dans Brattö, 1953 : p. 124.

57 Il est donné en 1427 sous la forme (lemmatisée ?) Iacopo.

58 De ce point de vue, le parallèle avec le « mythe » de la disparition des (actuels) noms de famille est intéressant (on y reviendra). Dans les deux cas, on retrouve l’idée d’un stock « originel » extraordinairement riche et varié — Karl Michaëlsson, rappelons-le, parle de « richesse exubérante des variétés des noms (...) de l’époque de Charlemagne » (Michaëlsson, 1927 : p. 64) — qui se serait progressivement et inéluctablement appauvri (avec, dans le cas des noms de famille, l’idée plus ambiguë d’un « patrimoine français » qu’il faut préserver !...).

59 Cet essoufflement est l’hypothèse retenue dès la fin du XIXe siècle par Arthur Giry qui parle d’un usage croissant des surnoms à partir du IXe siècle « au temps qui a vu se tarir la source de la formation germanique et par là se réduire le nombre des noms usités » (Giry, 1894, cité par Dauzat, 1925, rééd. 1934 : p. 35). Albert Dauzat la reprend à son compte en 1925 : « Les surnoms se développent à la fin de l’époque franque, à partir du moment où la valeur expressive des composés germaniques cesse d’être perçue » (Dauzat, 1925, rééd. 1934 : p. 167).

60 Patrick Geary opte pour une chronologie plus complexe (Geary, 1996 : p. 120-122). Il utilise la variabilité dans le temps du pourcentage de noms apparaissant une seule fois (hapax) pour renforcer sa thèse (Geary, 1996 : p. 120-121). À propos de la réduction du stock de noms pour 100 personnes (indicateur qu’il emploie également), il précise que : « Les raisons exactes de ce phénomène ne sont pas connues. Différents facteurs jouèrent certainement un rôle : le développement de la pratique du parrainage, les parrains donnant leurs noms à leurs filleuls ; la tendance des vassaux à donner à leurs enfants les noms de leurs seigneurs (qui pouvaient aussi être leurs parrains) ; des changements dans le domaine de l’héritage et du mariage qui diminuaient les chances de certains fils d’avoir des descendants et de transmettre ainsi leurs noms ; le développement des dynasties et avec elles l’importance croissante de quelques noms-clefs pour la formation de l'identité collective. Ces changements ne furent pas uniformes dans toute l’Europe. » (Geary, 1996 : p. 121).

61 Le même Pierre Toubert avoue cependant que : « Cet appauvrissement est plus aisé à observer qu’à expliquer. Il renvoie peut-être à une nouvelle orientation de la piété, conséquence du mouvement réformateur pour canaliser les courants de dévolution vers les saints reconnus et pour donner à la sainteté un statut canonique mieux défini. » (Toubert, 1973 : p. 700, note 1).

62 L’argumentaire de Jack Goody mérite qu’on s’y arrête : « Il semble qu’une mutation importante se soit produite dans la pratique du choix du nom aux XIe et XIIe siècles (période des “réformes”), au moins dans l’aristocratie de France et d’Allemagne. Alors qu’antérieurement c’étaient les grands-parents qui transmettaient leur nom aux petits-enfants, non les parrains qui donnaient le leur ou un autre de leur choix (Bennett, 1979 : p. 9 ; Bloch, 1961 : vol. I, p. 45 ; Martindale, 1977 ; Duby, 1972), désormais les prénoms furent de préférence hérités des parrains, ou choisis par eux, indice manifeste d’un déplacement des rapports de parenté à des relations de non-parenté, ou plutôt de la consanguinité à la parenté spirituelle. Il en résulta, comme Bennett l’a noté, une réduction du fonds des prénoms, en particulier d’origine germanique. Une démographie en essor et un stock de noms en baisse rendaient plus aigu le problème des “homonymes” et stimulait le développement des “surnoms” susceptibles de servir de carte d’identité complémentaire (Bennett, 1979 : p. 10). Innovation où certains ont vu un resserrement plus vigoureux du lignage, mais où il est loisible aussi de trouver le témoignage d’un relâchement des solidarités de parenté qui étaient sous-entendues dans le choix d’un nom identifiant les personnes de générations alternées (petit-fils et grand-père) ; solidarités qui pour d’autres régions du monde, se rattacheraient aux liens du « lineage », au culte des ancêtres et à la croyance en la transmission des éléments spirituels de l’identité humaine entre membres de générations différentes (Radcliffe-Brown, 1950) » (Goody, 1985 : p. 203). Je vois mal cependant comment le passage des grands-parents aux parrains (à supposer que ces modèles de transmission aient réellement et massivement existé à cette époque) aurait pu conduire à une érosion du stock des (pré)noms (sauf à supposer que les parrains, contrairement aux grands-parents, portaient toujours des noms « chrétiens » et que ceux-ci étaient moins variés que ne l’étaient les noms germaniques). Sur la question du parrainage au Haut Moyen Âge, cf. Lynch, 1986).

63 Sur les apports de l’enquête, voir également les synthèses proposées dans Bourin & Chareille, 1992d ; Beck et al., 2001.

64 Sur cette question, cf. infra, chapitre 6.

65 Seule une documentation exhaustive, qui fait le plus souvent défaut pour le Moyen Âge, peut permettre de l’établir avec certitude. Dans tous les autres cas, il ne peut y avoir que présomption plus ou moins forte.

66 Peut-on parler d’une autre « gestion » ?

67 Le mot concentration n’est employé ni par Olof Brattö ni par Harry Jacobsson. Alvar Ellegård est le premier à l’utiliser explicitement et à distinguer les notions de concentration et de richesse : « They do not so much indicate the richness of the vocabulary of names, as the degree of concentration » (Ellegård, 1958 : p. 223).

68 « (...) students of onomastics have sometimes used a measure which we may call, in conformity with statistical usage, the median rank, MR. » (Ellegård, 1958 : p. 221). Il précise : « The term used [dans les études onomastiques], howewer, is not “median rank” » (Ellegård, 1958 : p. 221, note 1).

69 À ce titre — et contrairement au nombre moyen d’individus par nom —, il peut être utilisé pour comparer des ensembles de tailles différentes.

70 Alvar Ellegård souligne également cette insuffisance (Ellegård, 1958 : p. 222 et suiv.).

71 On observera que si tous les effectifs sont multipliés par 2 (soit une croissance de 100 % de la population), le nombre moyen de personnes par nom double également (il passe à 11,76) sans que cela traduise un quelconque appauvrissement du stock, ni même une plus forte concentration du corpus (et l’homonymie — mesurée par TH — n’évolue pratiquement pas).

72 Elle est identique à la probabilité d’obtenir 25 Piles consécutifs dans un jeu de Pile/Face.

73 Mais on observera que la difficulté peut être facilement surmontée. Il suffit en effet de prendre en compte non pas la part des noms d’un type donné dans le corpus des noms, mais celle des individus porteurs d’un nom d’un type donné dans l'ensemble des individus. Ainsi, dans les quatre populations (fictives), les noms germaniques représentent environ 12 % du corpus des noms (2/17), mais leur « poids » évalué à partir du nombre de porteurs diffère grandement d’une population à l’autre : 70 % dans A, 18 % dans B, 25 % dans C et 50 dans D.

74 Sur cette question (essentielle) de la lemmatisation, cf. infra, chapitre 4.

75 Sur ce point, cf. supra, note 22.

76 Sur cette question, je me permets de renvoyer à Bourin & Chareille, 2002a.

77 Ce décompte intègre les hommes cités dans les listes (des doubles-comptes sont donc probables).

78 On observera notamment que la proportion des hapax dans un corpus est fortement dépendante de la manière dont la question de la lemmatisation est traitée (cette proportion est d’autant plus forte que le niveau de lemmatisation est faible).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site