Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Première partie. Les origines : de la différence et de quelques premiers outils

Chapitre 1. De la différence

Texte intégral

De la différence... en général

L'Histoire : d'une « science des différences » à la question de la mesure

  • 1 Carlos Barros (1999) parle pour l’Histoire de « sciences des hommes dans le temps ».
  • 2 Jacques Derrida dirait sans doute (ou peut-être ? !...) « une science des différances », c’est-à-d (...)

1Si « l’histoire n’est pas la science du temps » (Burguière, 1995 : p. 253), elle ne peut être celle du passé1 ; l’historien le sait bien, qui travaille sur des « réalités » qu’il s’emploie à restituer, mais qui s’attache souvent plus à expliquer et à comprendre les changements qui affecte les sociétés qu’il étudie que les causes de leur production. En définissant l’Histoire comme « la science d’un changement et, à bien des égards, une science des différences. »2, Marc Bloch (1937, rééd. 1983 : p. 8) faisait en creux de la question de la mesure une question première pour l’historien. Comment en effet révéler « un changement » ou établir « des différences » sans les mettre en évidence, donc sans les mesurer.

Mesurer c'est comparer

  • 3 En appelant ainsi au comparatisme, Marc Bloch rejetait la vieille opposition entre la « méthode hi (...)

2Et qu’est-ce que mesurer si ce n’est se donner les moyens de comparer ? On sait d’ailleurs, pour Marc Bloch, l’importance de la méthode comparative. En 1928, dans un plaidoyer Pour une histoire comparée des sociétés européennes, il en vantait les mérites (Bloch, 1928). Dans ce véritable Discours de la méthode, il précisait : « Qu’est-ce tout d’abord, dans notre domaine, que comparer ? Incontestablement ceci : faire choix, dans un ou plusieurs milieux sociaux différents, de deux ou plusieurs phénomènes qui paraissent, au premier coup d’œil, présenter entre eux certaines analogies, décrire les courbes de leurs évolutions, constater les ressemblances et les différences et, dans la mesure du possible, expliquer les unes et les autres. » (Bloch, 1928, rééd. 1983 : p. 17)3.

Comparer n’est pas nécessairement quantifier

  • 4 Quand Marc Bloch précise que « l’histoire comparée se doit de dégager l’“originalité” des différen (...)

3Pour différencier, donc pour comparer, il faut mesurer. Faut-il pour autant — et nécessairement — quantifier ? Marc Bloch ne l’a jamais suggéré4 ; il n’a d’ailleurs, à titre personnel, que rarement eu recours à l’approche quantitative. La différence n’est pas par essence quantitative. Le changement — une des possibles formes de la différence — pas davantage.

Pourquoi quantifier ?

4Quantifier n’est donc évidemment pas la seule façon de rendre compte des différences. « Mais, par la formulation qu’elles nécessitent, les méthodes quantitatives obligent l’historien à une démarche plus rigoureuse, c’est-à-dire dans l’idéal, à un effort systématique d’explication des présupposés de la démarche, à une attention à la clôture du système explicatif afin de ne pas laisser hors du champ de l’observation des variables critiques, à l’observation de règles contraignantes qui garantissent au déroulement de la recherche certaines propriétés souhaitées. » (Lepetit, 1999 : p. 237).

5Quantifier donc. Pour ne pas s’en tenir à des considérations générales ou des approches « impressionnistes », plus souvent fondées sur des a priori que sur des observations dûment évaluées. L’expérience a montré combien, en matière d’anthroponymie, il faut se défier de ce qui semble notable, de ce qui, parfois, est considéré comme acquis. Plus encore peut-être que dans d’autres domaines, la prudence s’impose parce que l’exceptionnel, toujours plus séduisant que l’ordinaire, a souvent tendance à masquer le fréquent, et les situations remarquables ne doivent pas être confondues avec les situations dominantes, sauf à prendre le risque d’ériger au rang de norme ce qui peut n’être que relativement rare. L’exemple bien connu des renominations à l’entrée en religion est, de ce point vue, très signifiant. S’il ne faut pas douter de la pratique, assurément attestée, il faut la quantifier pour constater qu’elle demeure marginale.

Fréquent vs signifiant

  • 5 Les anthropologues soulignent ainsi « la marge qu’il peut y avoir entre la conduite idéale, celle (...)
  • 6 L’expression est empruntée à Jean-Phillipe Genet (1986 : p. 8).

6Certes, l’historien sait bien que « fréquent » ne veut pas dire « signifiant » et que ce qui est rare peut être essentiel. Il sait aussi que le « décalage » entre la norme ou le modèle et la pratique peut être important5 (l’approche quantitative est d’ailleurs bien souvent le seul moyen de mettre ce « décalage » en évidence). Il ne s’agit donc pas de nier la valeur symbolique ou heuristique de tel ou tel élément — ou événement — singulier, mais il convient toutefois de pouvoir en apprécier la juste mesure pour ne pas être tenté par une généralisation forcément préjudiciable à la bonne compréhension du « réel passé »6.

Quantifier vs objectiver

  • 7 François Furet souligne que pour l’historien : « Les conclusions d’un travail sont de moins en moi (...)

7L’approche quantitative n’est pas, cependant, la garantie d’une « lecture » objective de la documentation. Croire ou laisser croire qu’elle pourrait l’être plus que tout autre, ce serait ignorer qu’elle aussi a ses règles, ses usages et ses modèles, que ceux-ci soient ou non explicites. D’ailleurs, la vieille conception d’une science neutre et prétendument objective a vécu ; en matière de traitement statistique des données comme dans beaucoup d’autres domaines, le choix des instruments conditionne au moins partiellement les conclusions, donc la construction du discours7.

8Mais que mesurer et comment le faire ?

  • 8 Quel que soit le domaine envisagé, il y a toujours ceux qui verront une simple « évolution » là où (...)

9Définir des indicateurs « lus » — il faudrait dire « interprétés » — par tous de la même façon est un exercice périlleux. Même les paramètres statistiques les plus usuels peuvent être présentés par certains comme marqueurs d’une dissemblance quand d’autres les utilisent comme preuve d’une ressemblance8.

10Pour l’historien, il est difficile de faire l’économie d’une réflexion sur ce qui peut et doit être mesuré, sur la manière de le faire et les outils à mettre en œuvre pour y parvenir, sur les indicateurs à retenir ou à inventer. Cette réflexion, on l’a dit, participe de la construction des objets de recherche, de la mise en œuvre et de la fabrication des sources. L’exercice de la comparaison et, avec lui, celui de la mesure des différences est à ce prix.

Quantifier vs expliquer

  • 9 Sur la dialectique de « l’expliquer » et du « comprendre », voir par exemple Ricœur, 1975 ; Weber, (...)
  • 10 Bernard Lepetit est plus explicite encore ; il considère que le travail de l’historien « peut s’ap (...)

11Pas toujours nécessaire, l’approche quantitative n’est jamais suffisante. Elle ne porte pas en elle-même d’explication. Et l’Histoire ne peut se réduire à la seule description des observations. Décrire n’est pas expliquer ; expliquer n’est pas comprendre9. Il n’en reste pas moins qu’« avant l’interprétation des phénomènes, vient leur découverte. » (Bloch, 1928, rééd. 1983 : p. 19) et que les différences révélées, mesurées, il faut encore être capable de les « lire » pour leur donner du sens. Raymond Boudon le souligne : « Une relation statistique ne correspond à un savoir que si elle est interprétable causalement » (Boudon, 1967, cité aussi par Forsé, 1991 : p. 52). Cette lecture n’est évidemment possible que si l’on dispose en amont d’une « théorie » ou d’hypothèses que l’analyse permet de mettre à l’épreuve. Bernard Lepetit ne dit pas autre chose quand il affirme que : « l’hypothèse interprétative est première, commande le déroulement de l’analyse statistique qui permet de conclure à son rejet, ou à sa survie. » (Lepetit, 1999 : p. 236)10. Elle suppose aussi que l’on soit en mesure de replacer la valeur observée d’un indicateur statistique dans l’ensemble des valeurs possibles. Prise isolément, une valeur n’a en effet aucun intérêt ; c’est la construction d’un « référentiel » qui permet de construire le sens.

Du Quantitatif en histoire médiévale : de Quelques considérations personnelles

  • 11 André Burguière, qui précise que « l’histoire n’est pas la science du temps », fait sienne cependa (...)
  • 12 Cf. par exemple Grenier, 1995a & 1995b. Sur la genèse de cette désaffection et les causes de l’éch (...)

12On le sait, rares sont ceux qui aujourd’hui définissent l’Histoire comme « une science des différences »11, et « l’appel au comparatisme lancé par Marc Bloch à l’usage des historiens a reçu une réponse pour le moins réservée. » (Valensi, 2002 : p. 27, renvoyant à Valensi, 1990 & Detienne, 2000). À la fin des années soixante, pourtant, Robert Fossier l’affirmait : « Dans le secteur de l’économie ou de la société, l’histoire médiévale sera quantitative ou elle restera au niveau des exercices brillants » (Fossier, 1969 : p. 12-13, cité également par Bonnassie, 1976 : p. 883). Trente ans plus tard, le propos paraît assurément daté et l’histoire quantitative ne semble plus guère attractive. D’autres, avant moi, s’en sont étonnés et ont tenté d’analyser les raisons de cette désaffection12.

13Pour autant, la comparaison me semble demeurer une démarche essentielle pour évaluer ce qui relève du général et ce qui appartient au particulier, même si, avec Nancy Green, on conviendra qu’une telle appréciation « va toujours dépendre du réglage de l'appareil micro-ou télescopique. Mais peut-être le propre des historiens est-il d’être les mieux armés pour effectuer cette synthèse entre l’universel et le particulier. » (Green, 1990 : p. 1345).

14S’il n’y a pas lieu de revenir ici sur la désaffection pour le quantitatif et le comparatif, quelques considérations (personnelles) me semble toutefois devoir être développées.

  • 13 François Furet souligne ainsi que : « L’histoire est fille de récit. (...) Faire de l’histoire, c’ (...)

15Les historiens revendiquent, au moins depuis Marc Bloch, la double dimension « scientifique » et « littéraire » de leur discipline13. Avec Bernard Lepetit, je considère volontiers que : « Seul un “scientisme” mal compris et réducteur saurait prétendre qu’il n’y a de science que du mesurable. Mieux vaut dire, avec G. G. Granger, “qu’il n’y a de sens que du structurable”, et que tout effort d’intelligibilité est un exercice de reconnaissance des formes qui structurent le désordre apparent d’une lecture immédiate. » (Lepetit, 1999 : p. 236-237, renvoyant à Granger, 1967 & 1988). Ce n’est évidemment pas la quantification (ni la mesure, qui peut se passer d’elle) qui donne au travail de l’historien sa dimension « scientifique ». Mais, toujours avec Bernard Lepetit, je crois que : « La connaissance des sociétés ne progresse pas par réduction à un discours unique, mais par la multiplication raisonnée des commentaires tenus sur elle. (...) le raisonnement historique n’est réductible ni à une duplication du réel, ni à un agencement linguistique. Elle [l’histoire] se donne la réalité passée pour visée, mais organise à partir du travail de modélisation les contours et les caractères de la représentation explicative qu’elle en propose. Elle est conjointement discours et technique de recherche, narration et mise en œuvre de procédures critiques (et parfois narration du protocole raisonné d’étude qui l’étaye). Parce qu'elle n’appartient plus depuis longtemps à la classe des humanités mais à celle des sciences sociales, l’histoire est une technique (un métier) fondée sur la manipulation (d’archives, de séries, de contextes, d’échelles, d’hypothèses...) et l’expérimentation. Une pratique y définit la pertinence. » (Lepetit, 1995 : p. 12-13).

16C’est dans cette perspective que me semble pouvoir et devoir s’inscrire l’approche quantitative. L’évacuer serait se priver de l’un des discours possibles sur les sociétés, donc forcément d’une partie de la réalité passée. Je ne crois pas que les approches soient interchangeables. Ni même que l’une d’elles puisse faire l’économie des autres. Ce serait supposer l’existence d’une hiérarchie des méthodes et des outils.

  • 14 Elle me semble « inverser » en quelque sorte le paradigme : ce n’est plus le macro-qui est supposé (...)
  • 15 Sur ces concepts d'erreur écologique et d’erreur atomiste, ainsi que sur « l’analyse multi-niveaux (...)

17Dans son projet initial, la microstoria me semble avoir souffert de cette prétention. En postulant plus qu’en démontrant le primat du micro-sur le macro-, elle reprend à son compte l’utopie, ancienne, d’une « histoire totale »14. Elle dénonce l'erreur écologique (qui consiste à interpréter au niveau individuel des résultats établis à un niveau agrégé) mais semble (parfois) ignorer l’erreur atomiste (qui suppose que seules les caractéristiques de l’individu interviennent pour expliquer son comportement)15.

  • 16 On l’a dit, l’exception peut-être aussi signifiante que l’ordinaire, à condition cependant — me se (...)

18L’approche micro-historique repose fréquemment sur l’analyse d’exemples « singuliers » — à forte vertu heuristique —, retenus non par le fait du hasard comme elle le laisse entendre parfois, mais pour le caractère ordinaire ou au contraire exceptionnel des « situations » qu’ils peuvent donner à voir. Le choix de tels exemples suppose donc a priori que l’on soit capable de définir l’ordinaire (le normal, donc) et l’exceptionnel16, d’inscrire le singulier dans la complexité et la multiplicité de la société. Bernard Lepetit ne dit pas autre chose quand il fait remarquer que la microstoria, « en pratiquant l’étude intensive d’objets très limités (...) prétend d’abord apporter aux problèmes de la validation de l’analyse des réponses de même nature que celles que l’histoire quantitative était censée trouver dans le maniement des nombres. Les définitions variables données à la notion d’“exceptionnel normal” forgée pour faire face à la question de la représentativité du cas en portent la marque, qu’il s’agisse de plaider la capacité révélatrice ou bien la normalité de l’exception dans les sociétés anciennes. La généralisation semblait pouvoir s’opérer à ce prix » (Lepetit, 1999 : p. 96, renvoyant à Revel, 1989).

  • 17 Le physicien le sait bien, qui s’efforce depuis le début du XXe siècle — et jusqu’ici en vain — d’ (...)

19L’une et l’autre, donc. Plutôt que l’une ou l’autre17. Une évidence en somme, mais qu’il n’est peut-être pas inutile de rappeler dans un travail qui met d’abord l’accent sur l’approche quantitative.

De la différence... en anthroponymie

Des questions simples...

20En anthroponymie, l’intérêt de la méthode comparative a été affirmé dès le début du XIXe siècle : « Présentée isolément pour chaque pays, l’histoire des noms d’hommes, de peuples et de lieux est peu propre à intéresser : elle devient susceptible de rapprochements curieux et instructifs si, en la retirant des tableaux particuliers, on la fait figurer dans un tableau général. » (Salverte, 1824 : p. 1, cité par Michel, 1938 : p. 226, note 4).

  • 18 Le mot est ici employé dans son acceptation usuelle (noms classés dans l’ordre des fréquences décr (...)

21Dans une perspective quantitative, ce comparatisme se résume essentiellement à la mesure de différences, en synchronie ou en diachronie, entre diverses populations (nobles et non-nobles, ruraux et citadins, bourguignons et languedociens, gascons et provençaux, etc.). Il renvoie, pour le médiéviste, à quelques questions simples : les noms portés par les uns et les autres sont-ils les mêmes ? Avec quels palmarès18 ? Comment évolue le système anthroponymique ? Distingue-t-il telle ou telle population ? Trouve-t-on des formes de désignation particulières pour certains groupes sociaux ? Les différences portent-elles sur les fréquences ? Sur les rangs ? À quelles périodes ? Dans quelles régions ? Les évolutions chronologiques traduisent-elles une différenciation croissante entre les diverses populations ou révèlent-elles au contraire une certaine uniformisation ? Quels sont les rythmes des processus identifiés ?

  • 19 Cf. infra.
  • 20 Cette question n’a rien de spécifiquement anthroponymique. Pour l’historien, la présentation criti (...)

22La simplicité du questionnement n’est bien sûr qu’apparente. En pratique, l’anthroponymiste — qui travaille sur une documentation partielle et partiale — se heurte à de nombreuses difficultés. Certaines sont propres à la documentation médiévale (identification et définition des anthroponymes19, absence d’informations exhaustives), d’autres renvoient à des interrogations plus générales (homogénéité des populations définies, « effets de sources », etc.). Toutes cependant le conduisent nécessairement à poser la question de la représentativité : quelle « réalité » les sources élaborées et mises en œuvre permettent-elle d’appréhender20 ?

Statistique mathématique

  • 21 Il est le plus souvent difficile de cerner avec précision les « contours » de ces populations, qui (...)
  • 22 Les procédures comparatives utilisées sont en général des procédures de test, complétées le cas éc (...)
  • 23 Pour analyser la structure des désignations, la typologie « classiquement » retenue (dans le cadre (...)

23On le sait, pour le Moyen Âge, l’anthroponymiste ne connaît la désignation que de certains des individus des populations sur lesquelles il s’interroge21. Les corpus onomastiques qu’il constitue peuvent donc être regardés comme des échantillons de ces populations. Si l’on convient que ceux-ci ont un caractère aléatoire — ce qui, on en convient, se discute... — il est possible de mettre en œuvre des procédures de comparaison qui relèvent de la statistique mathématique22. Elles permettent par exemple de tester la pertinence d’une partition sociale ou chronologique du corpus pour étudier la distribution des occurrences anthroponymiques par type23.

24En anthroponymie médiévale, la difficulté majeure reste celle de la comparaison entre ensembles de tailles différentes. La plupart des indicateurs classiquement utilisés pour décrire les corpus onomastiques sont en effet très sensibles à la taille des échantillons. Le bon sens suggère donc de raisonner sur des effectifs comparables (et suffisants), mais la documentation, rarement « docile » ne le permet pas toujours.

  • 24 D’aucun préférerait dire du récit historique !

25Tous ces éléments imposent une réflexion méthodologique spécifique sur les modalités de l’approche quantitative. Ils conduisent à poser le problème de la pertinence des indicateurs auxquels le matériau peut et doit être soumis, problème dont on imagine bien qu’il est essentiel dans la construction du discours24.

L'approche quantitative dans l'enquête sur la Genèse Médiévale de l'Anthroponymie Moderne

  • 25 L’ordre d’énonciation proposé ne renvoie pas à un ordre de mise en œuvre obligé !...

26Telle qu’elle a été envisagée à l’origine du programme de recherche sur la Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, l’étude statistique d’un corpus anthroponymique repose sur trois analyses complémentaires25 :

  1. L’analyse du système de désignation des individus dans sa structure (nombre, type et agencement des éléments de la dénomination26) qui suppose la construction préalable puis l’utilisation d’une typologie ad hoc des désignations27.
  2. L’analyse de la distribution des éléments eux-mêmes (noms, surnoms, ou lexèmes le cas échéant) qui s’appuie sur des palmarès (établis par tranche chronologique, région ou groupe social) et le calcul de paramètres synthétiques associés.
  3. L’analyse du fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial, qui s’appuie sur l’analyse de généalogies plus ou moins étoffées et l’identification des modèles de dévolution des différents éléments de la désignation.
  • 28 Ces deux analyses ne nécessitent pas de « suivi » des individus dans leur histoire personnelle (et (...)
  • 29 L’examen minutieux du fonctionnement du système de désignation dans le cadre familial suppose la « (...)

27Les deux premières correspondent plutôt à une approche transversale et donc, en règle générale, à une lecture à l’échelle « macro- » de la documentation28 (les données sont agrégées pour permettre l’étude de corpus régionaux et/ou sociaux). La troisième s’appuie sur un traitement longitudinal qui impose le plus souvent une lecture à l’échelle « micro- » (les données familiales sont examinées dans une perspective dynamique : transmission, transformation, fixation, etc. des éléments de la désignation)29.

  • 30 C’est le cas notamment du corpus tiré du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (cf. Bourin & Charei (...)

28En pratique, quelques rares corpus permettent d’envisager, avec une densité d’informations suffisante, ces deux niveaux d’analyse30. Les listes nominatives fournissent des quantités importantes d’anthroponymes, mais ne permettent que rarement d’observer le fonctionnement du système de désignation dans le cadre familial ; a contrario, les documents qui permettent cet examen (qui suppose la « reconstruction » de généalogies donc un travail prosopographique complexe et fastidieux) ne fournissent au total qu’un nombre réduit de noms.

  • 31 Ainsi la question de l’homonymie dont le seuil « tolérable » n’est certainement pas le même au niv (...)
  • 32 Cette question est reprise infra à partir de l’examen des généalogies du corpus vendômois.
  • 33 Dominique Barthélemy fait remarquer qu’elle ne peut que « restituer des continuités, [et] finit to (...)

29Il reste que l’anthroponymie, qui inscrit les individus dans le temps et dans l’espace, dans la famille et dans la société, offre un champ d’expérimentation privilégié pour l’étude des problèmes d’échelle d’analyse. Elle impose une réflexion sur la pertinence des questions qu’il est possible de poser et de traiter à chacun des niveaux d’analyse31. Monique Bourin a bien souligné le décalage qui pouvait exister entre l’image relativement figée qui se dégage de l’examen des évolutions anthroponymiques au niveau familial (celles-ci paraissent lentes et faites d’inerties importantes), et celle que donne à voir l’examen en diachronie des corpus agrégés (les évolutions paraissent massives et brutales) (Bourin, 2002)32. Il est vrai aussi que la méthode prosopographique qui permet de reconstituer les familles contribue à privilégier les continuités33.

  • 34 Pour une présentation des outils utilisés dans les premiers temps de l’enquête, je me permets de r (...)
  • 35 Il s’agit de différences qui portent sur les unités onomastiques elles-même (et non sur les caract (...)

30Pour répondre aux questions qui se sont faites de plus en plus précises avec les progrès de l’enquête, les méthodes statistiques ont dû être affinées et diversifiées. Inévitablement, elles se sont compliquées, et le calcul des indicateurs de la première heure34 a dû être complété par celui d’autres paramètres. Des outils pour l’analyse comparée des palmarès de noms ont été élaborés, qui permettent un examen fin des corpus et la mise en évidence de différences35 souvent difficiles à repérer à l’« œil nu ».

  • 36 Notamment dans l’étude de l‘anthroponymie des serfs et des dépendants au Moyen Âge (cf. Bourin & C (...)

31Utilisées dans plusieurs enquêtes36, ces méthodes n’ont jamais fait l’objet d’une présentation détaillée. Ce travail est donc aussi l’occasion d’en expliciter les fondements théoriques et d’en préciser les implications.

Notes

1 Carlos Barros (1999) parle pour l’Histoire de « sciences des hommes dans le temps ».

2 Jacques Derrida dirait sans doute (ou peut-être ? !...) « une science des différances », c’est-à-dire de « ce qui n’est pas l’identique ». Mais je méconnais trop les enjeux philosophiques majeurs de sa pensée pour m’aventurer plus loin sur ce terrain. Je me bornerai donc ici à rappeler sa propre définition : « Le verbe différer semble différer de lui-même : annonçant d’une part la différence comme distinction, inégalité, discernabilité, il dit d’autre part l’interposition du délai, l’intervalle de l’espacement et de la temporisation qui font remettre à plus tard ce qui est au présent interdit, le possible impossible. Au différer correspond tantôt le différent, tantôt le différé, bien que cette corrélation ne soit pas simplement celle de l’acte et de l’objet, de la cause et de l’effet, de l’originaire et du secondaire. Mais dans un cas, le différer signifie la non-identité, dans l’autre cas, l’économie du même. Et pourtant, il doit y avoir une racine commune quoique toute différente dans le champs qui rapporte l’un à l’autre des deux mouvements du différer. La différance qui, par l’écriture muette de son A, offre l’avantage non fortuit de renvoyer à la fois au différer comme espace/temps temporisation et au mouvement structurant de toute dissociation, sera le nom provisoirement donné à ce qui n’est pas l’identique. » (Derrida, 1968). Sur cette thématique de la différance, cf. également Derrida, 1967a, 1967b et 1972.

3 En appelant ainsi au comparatisme, Marc Bloch rejetait la vieille opposition entre la « méthode historique » et la « méthode sociologique ». Claude Lévi-Strauss rappelle en effet qu’en 1903, Henri Hauser et François Simiand opposaient le « caractère comparatif de la méthode sociologique, [au caractère] monographique et fonctionnel de la méthode historique » (Lévi-Strauss, 1949a : p. 363, renvoyant à Hauser, 1903 et Simiand, 1903).

4 Quand Marc Bloch précise que « l’histoire comparée se doit de dégager l’“originalité” des différentes sociétés. (...) Déterminer, non seulement en gros, que deux objets ne sont pas pareils, mais encore — besogne infiniment plus difficile, mais aussi beaucoup plus intéressante — par quels caractères précis ils se distinguent, suppose évidemment, comme première démarche, qu’on les contemple tour à tour. » (Bloch, 1928, rééd. 1983 : p. 27), il ne dit rien des moyens à mettre en œuvre pour atteindre l’objectif, sauf à proposer comme « première démarche » de contempler « tour à tour » les objets, ce qui, si l’on convient que les corpus anthroponymiques sont de ces « objets », n’est pas nécessairement l’ordre le plus pertinent. Un peu plus loin dans ce même texte, il s’attaque cependant à cette question : « Pratiquement, comment travailler ? » (Bloch, 1928, rééd. 1983 : p. 37), mais à aucun moment ne parle de quantification.

5 Les anthropologues soulignent ainsi « la marge qu’il peut y avoir entre la conduite idéale, celle établie dans les “systèmes” de parenté, et la conduite réelle, celle observée dans la vie quotidienne » (Gasharian, 1996 : p. 247). Et Jack Goody rappelle notamment pour la période médiévale que : « En Europe, fréquente était la disparité entre l’idéologie de l’Église et la pratique des populations » (Goody, 1985 : p. 187). Sur cette dialectique normes vs pratiques, voir par exemple Cerutti, 1995.

6 L’expression est empruntée à Jean-Phillipe Genet (1986 : p. 8).

7 François Furet souligne que pour l’historien : « Les conclusions d’un travail sont de moins en moins séparables des procédures de vérification qui les sous-tendent, avec les contraintes intellectuelles qu’elles entraînent. » (Furet, 1975).

8 Quel que soit le domaine envisagé, il y a toujours ceux qui verront une simple « évolution » là où d’autres verront une véritable « mutation » !... Rupture ou continuité, le choix est aussi idéologique.

9 Sur la dialectique de « l’expliquer » et du « comprendre », voir par exemple Ricœur, 1975 ; Weber, 1965.

10 Bernard Lepetit est plus explicite encore ; il considère que le travail de l’historien « peut s’apparenter à toute démarche expérimentale qui ne consiste pas à accumuler des données et à en extraire une théorie, mais qui commence par l’invention d’hypothèses explicatives à tester, par la manipulation ordonnée des données empiriques extérieures au système abstrait qu’elles constituent. La primauté du jeu des hypothèses rappelle que la réalité ne se dévoile jamais spontanément, et oblige à renoncer à croire à l’évidence probante des gisements documentaires. L’historien ne se contente pas de définir ses problèmes, il construit ses objets, choisit sa démarche, sélectionne et élabore ses indicateurs — le paradigme de l’indice vaut aussi pour l’histoire quantitative —, invente les sources que son questionnement suppose. » (Lepetit, 1999 : p. 237).

11 André Burguière, qui précise que « l’histoire n’est pas la science du temps », fait sienne cependant la définition de Marc Bloch et ajoute que celle-ci est efficiente « en particulier s’agissant de l’histoire sociale » (Burguière, 1995 : p. 253).

12 Cf. par exemple Grenier, 1995a & 1995b. Sur la genèse de cette désaffection et les causes de l’échec de l’histoire quantitative, cf. par exemple Lepetit, 1999 ; Guerreau, 2001.

13 François Furet souligne ainsi que : « L’histoire est fille de récit. (...) Faire de l’histoire, c’est raconter une histoire. », et (dans le même texte) que : « l’analyse quantitative et les procédures statistiques, à condition d’être adaptées au problème et judicieusement conduites, sont parmi les méthodes les plus rigoureuses de testage des données. » (Furet, 1975).

14 Elle me semble « inverser » en quelque sorte le paradigme : ce n’est plus le macro-qui est supposé permettre d’atteindre le micro-(le « grain de l’histoire ») mais le micro-qui doit permettre de saisir le macro-. Jacques Revel rappelle ainsi que pour les micro-historiens de la première heure : « Restreindre le terrain de l’étude pouvait être un moyen de recomposer l’écheveau complexe de l’expérience éclatée par les sources. (...) Ginzburg et Poni allaient jusqu’à proposer de faire de l’individu l’objet privilégié d’une nouvelle histoire sociale et du nom — du nom propre, c’est-à-dire de l’indice le plus personnel qui soit — le marqueur permettant de reconstruire les trajectoires et les relations sociales dans leur plus grande complexité. » (Revel, 1997).

15 Sur ces concepts d'erreur écologique et d’erreur atomiste, ainsi que sur « l’analyse multi-niveaux qui permet de dépasser ces deux écueils en faisant intervenir divers niveaux d’agrégation, passant de l’individu à des unités plus complexes » (Courgeau, 2000 : p. 49), cf. par ex. Courgeau, 1996 ; Baccaïni et Courgeau, 1996 ; Courgeau et Baccaïni, 1997.

16 On l’a dit, l’exception peut-être aussi signifiante que l’ordinaire, à condition cependant — me semble-t-il — que l’on sache qu’elle est l’exception. Plus difficile me paraît être de définir « l’exceptionnel normal », figure caractéristique mais quelque peu énigmatique de la microstoria.

17 Le physicien le sait bien, qui s’efforce depuis le début du XXe siècle — et jusqu’ici en vain — d’unifier les lois de la gravitation universelle (le macro-) et celles de l’électromagnétisme (le micro-). Cette théorie unifiée, à laquelle Einstein consacra nombre de ses travaux, reste aujourd'hui encore à construire. On peut finalement s’étonner que cette question (macro- vs micro-) n’ait pas attiré plus précocément l’attention des historiens et qu’il leur ait fallu plus d’un demi-siècle avant de s’en emparer !...

18 Le mot est ici employé dans son acceptation usuelle (noms classés dans l’ordre des fréquences décroissantes).

19 Cf. infra.

20 Cette question n’a rien de spécifiquement anthroponymique. Pour l’historien, la présentation critique des sources est souvent le préalable à toute réflexion sérieuse ; elle lui permet de fixer les contours et les limites de son champ d’investigation, de cadrer sa réflexion et de préciser incidemment la portée de ses conclusions. Elle constitue de facto une des dimensions fondamentales de sa pratique.

21 Il est le plus souvent difficile de cerner avec précision les « contours » de ces populations, qui ne sont en pratique jamais définies explicitement.

22 Les procédures comparatives utilisées sont en général des procédures de test, complétées le cas échéant par une analyse descriptive fine des tableaux de contingence. Pour un exemple de mise en œuvre explicite et détaillée, je me permets de renvoyer à Chareille & Freedman, 2002.

23 Pour analyser la structure des désignations, la typologie « classiquement » retenue (dans le cadre du programme de recherche sur la Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne) distingue les anthroponymes selon le nombre et la nature des éléments qui les composent. Quatre types sont identifiés :
- type I = nom unique ;
- type II = nom + désignation complémentaire ;
- type III = nom + surnom ;
- type IV = désignation complexe (composée d’au moins trois éléments : nom + surnom +...).

24 D’aucun préférerait dire du récit historique !

25 L’ordre d’énonciation proposé ne renvoie pas à un ordre de mise en œuvre obligé !...

26 Sans distinguer ici entre « dénomination » et « désignation » selon la distinction proposée par Dominique Barthélemy (1989 : p. 37).

27 Le développement précoce du programme Nomen (Huron, 1989-1991) destiné à la constitution des corpus anthroponymiques informatisés a largement contribué à l’uniformisation des procédures de dépouillement (imposées à tous, utilisateurs ou non dudit programme).

28 Ces deux analyses ne nécessitent pas de « suivi » des individus dans leur histoire personnelle (et donc pas de « suivi anthroponymique »).

29 L’examen minutieux du fonctionnement du système de désignation dans le cadre familial suppose la « reconstruction » des généalogies. Il impose un travail de prosopographie complexe et fastidieux. Il suppose également une profondeur chronologique et une extension latérale suffisantes, qui font souvent défaut pour les populations non-nobles.

30 C’est le cas notamment du corpus tiré du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (cf. Bourin & Chareille, 2002a).

31 Ainsi la question de l’homonymie dont le seuil « tolérable » n’est certainement pas le même au niveau de la famille, de la ville ou du village, du groupe social ou de la région.

32 Cette question est reprise infra à partir de l’examen des généalogies du corpus vendômois.

33 Dominique Barthélemy fait remarquer qu’elle ne peut que « restituer des continuités, [et] finit toujours par surestimer la stabilité sociale. » (Barthélemy, 1993 : p. 752, note 294) ; peut-être surestime-t-elle donc également la stabilité anthroponymique ?

34 Pour une présentation des outils utilisés dans les premiers temps de l’enquête, je me permets de renvoyer à Chareille, 1992 : p. 294-297.

35 Il s’agit de différences qui portent sur les unités onomastiques elles-même (et non sur les caractéristiques générales des corpus).

36 Notamment dans l’étude de l‘anthroponymie des serfs et des dépendants au Moyen Âge (cf. Bourin & Chareille, 2002c).

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search