Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Introduction générale

Texte intégral

L’anthroponymie comme objet d’histoire

  • 1 Elle ne l’est pas davantage pour le sociologue, l’anthropologue, le psychologue, le démographe ou (...)
  • 2 L’inscription dans la mémoire familiale et dans celle de la société participe de cette projection.
  • 3 Sur les fonctions du nom (propre), cf. p. ex. Morsel, 1995 : p. 89, note 1, renvoyant à Hegel, 194 (...)
  • 4 Il serait réducteur de vouloir cantonner l’anthroponymie au seul registre de l’histoire sociale — (...)

1Pour l’historien, l’étude des noms ne constitue naturellement pas une fin en soi1 Mais en identifiant les personnes, l’anthroponyme marque l’appartenance à un groupe et la place de chaque individu en son sein, il distingue et intègre, individualise et met en rapport, inscrit dans le présent et projette dans la temporalité2. Comme le note Pierre Toubert : « Il est comme le point où s’accroche la conscience que l’un et l’autre ont pu prendre d’eux-mêmes » (Toubert, 1973 : p. 693). Toutes ces charges symboliques, parfois contradictoires, lui confèrent « le lourd privilège de constituer (...) l’une des dimensions essentielles de la socialisation, c’est-à-dire à la fois de la mise en rapport des personnes et la représentation de cette mise en rapport » (Morsel, 1995 : p. 89-90)3. Elles font aussi, des études d’anthroponymie, une méthode d’histoire sociale4.

  • 5 Le système français actuel associe un nom (nomen propium à la période médiévale, devenu nom de bap (...)

2Les noms constituent, pour la période médiévale, un matériau à la fois abondant — les sources qui contiennent des anthroponymes sont très nombreuses, même pour les périodes traditionnellement pauvres en documents écrits — et d’une mise en œuvre d’apparence facile. Chez les médiévistes, cependant, l’intérêt porté à l’étude des noms de personne est longtemps resté limité. Le fait est d’autant plus surprenant que c’est pendant la période médiévale, en substance entre le IXe et le XVe siècle, qu’émerge, se met en place et s’impose le système de désignation à deux éléments qui est encore le système actuel5 et que l’expansion de l’influence de l’Europe occidentale a répandu bien au-delà des frontières de l’occident chrétien où il est apparu.

  • 6 Cité également dans Pérouas et al., 1984 : p. 1 (avec renvoi aux développements de Heers, 1963, ré (...)

3Dès 1932, pourtant, Marc Bloch avait attiré l’attention sur ce qu’il qualifiait, en parlant de l’étude des noms de personne, d’« instrument de sondage dont les résultats seront merveilleux, — lorsque nous en posséderons vraiment la technique. » (Bloch, 1932 : p. 67)6. Et quelques années plus tard, Lucien Febvre suggérait d’utiliser les prénoms pour étudier les dévotions et les fidélités à l’époque moderne (Febvre, 1941 : p. 47).

  • 7 Cf. par exemple Thylander, 1952 et Kajanto, 1963 & 1965 (cités par Toubert, 1973 : p. 695, note 1, (...)

4Mais la question onomastique s’est posée pour l’antiquité tardive et à la période gallo-romaine avec une antériorité certaine, sans doute parce que les noms constituent la matière première des études d’épigraphie grecque ou latine7. Camille Jullian, notamment, avait insisté avant Marc Bloch sur le profit que l’historien pouvait tirer de l’anthroponymie (Jullian, 1919 : p. 40, cité aussi par Toubert, 1973 : p. 693).

  • 8 Benjamin Guérard est également — entre autres — l’éditeur du Cartulaire de Saint-Victor de Marseil (...)
  • 9 Ces éditions de documents originaux ont souvent en effet donné lieu à la constitution d’un lexique (...)

5Dans la continuité des travaux historiques qui se sont intéressées à la désagrégation du système onomastique romain, les études médiévales ont d’abord exploré la période où dominait le nom unique, selon le système de dénomination germanique qui s’est imposé à l’Europe au Haut Moyen Âge, bien au-delà des familles des « envahisseurs ». Ce choix a longtemps relégué au second plan la question de la genèse du système anthroponymique moderne. La rareté des sources pour les périodes hautes et une relative clarté du mode de formation des anthroponymes dans les familles aristocratiques, les seules vraiment connues, expliquent sans doute aussi cette primauté du Haut Moyen Âge. Il n’est pas non plus impossible que l’édition, dans la seconde moitié du XIXe siècle, de plusieurs grands polyptyques carolingiens (Guérard, 1844 ; Longnon, 1886-1895)8 ou celle, contemporaine, de grands recueils de chartes anciennes (p. ex. Bernard & Bruel, 1897-1903) aient contribué à l’émergence de cette priorité chez les médiévistes9.

  • 10 Cf. notamment Serra, 1950 ; Heinzelman, 1977.

6D’abord essentiellement affaire de linguistes et de philologues, les aspects historiques de la question anthroponymique ont longtemps été relégués au second plan. De nombreuses études ont en effet accordé une attention quasi exclusive aux problèmes morphologiques et sémantiques posés par cette anthroponymie du Haut Moyen Âge (qui mêle noms gréco-latins et noms des envahisseurs « barbares »). D’autres se sont contentées d’analyser les circonstances et les modalités de la « victoire » des noms de personnes germaniques sur l’anthroponymie des pays de langue romane10.

  • 11 Ne sont ici signalés que quelques-uns des travaux de langue française de cette époque consacrés à (...)

7Pour la période suivante, celle où se forme le système anthroponymique moderne, les études ont plus souvent porté sur le premier élément, le (pré)nom. Sur cette question, on trouve d’ailleurs des études à caractère régional dès la fin du XIXe siècle (p. ex. : Breuils, 1896 ; Duffaut, 1900 ; etc.11)

  • 12 Cet avis est notamment partagé par Biget, 1982 et Pérouas et al, 1984 : p. 2.
  • 13 Pour Claude Lévi-Strauss, « le choix des dénominations procède (...) d’une façon de découper l’uni (...)
  • 14 Dans l’étude qu’il dirige sur Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Louis Pérouas montre b (...)

8Les historiens conviennent en général qu’une évolution importante s’est produite lorsque les études d’anthroponymie sont passées du domaine de la philologie à celui des « sciences de la société »12. Ce glissement est à mettre en partie au crédit des anthropologues et des sociologues, dont les réflexions ont permis un renouvellement des problématiques consécutif à celui du questionnaire auquel le matériau était soumis. Dès 1938, Louis Michel proposait une Esquisse méthodologique et [un] plan-questionnaire d’anthroponymie sociologique (Michel, 1938). Plus tard, les travaux de Claude Lévi-Strauss (p. ex. 1962a & 1979) ou ceux de Françoise Zonabend (p. ex. 1977 & 1980a) fournissent des outils conceptuels essentiels13 qui inspirent plusieurs historiens de la période moderne ou des milieux ruraux du XIXe siècle14.

  • 15 Cf. en premier lieu Lévi-Strauss, 1949b.
  • 16 « Dans toute étude de la famille médiévale, on commence par affronter le problème onomastique. » ( (...)
  • 17 Il ne fait toutefois que reprendre et développer une observation faite bien plus tôt par Marc Bloc (...)
  • 18 Sur l’évolution du système de désignation à la période franque, cf. en dernier lieu Le Jan, 1995.

9Sans doute la réflexion des anthropologues sur les structures de la parenté15 n’est-elle pas sans lien avec l’attention nouvelle que les médiévistes portent, à partir de la fin des années soixante, à la question de la genèse du système de désignation à deux éléments. C’est bien dans la perspective d’une étude des structures familiales que Pierre Toubert (1973) pose le « problème onomastique »16. Et si l’apparition d’un surnom héréditaire dans la région mâconnaise aux XIe et XIIe siècles attire l’attention de George Duby, c’est parce qu’il voit dans le cognomen la preuve d’un changement des structures familiales (Duby, 1967 & 1972)17. Une hypothèse suggérée une dizaine d’années auparavant par Karl Schmid à partir d’observations faites pour la Souabe de la même époque (Schmid, 1957). L’un et l’autre s’accordent pour voir dans « l’apparition d’un nouveau type de dénomination, formé d’un patronyme et de l’ancien nom devenu prénom, (...) le passage de groupes de parenté lâches et cognatiques à des lignages agnatiques plus fermement organisés autour de la transmission héréditaire et patrilinéaire d’un pouvoir ancré dans le sol d’un château. » (Le Jan, 1995 : p. 180, renvoyant à Schmid, 1957)18.

10Mais l’évolution des structures de parenté n’est pas nécessairement concomitante avec celle du système de désignation. Régine Le Jan fait ainsi observer que : « Les transformations qui affectent la dénomination suivent ou accompagnent les modifications des structures de parenté » (Le Jan, 1995 : p. 179). Et Bernard Vernier qui, il est vrai, travaille sur d’autres sociétés que la société médiévale, précise même que « les règles de nominations sont très peu sensibles au changement y compris du système de parenté. Cela ne veut pas dire qu’elles jouissent d’une autonomie totale et qu’elles n’aient rien à voir avec ce système. Si elles perdurent malgré la transformation importante de celui-ci c’est que les nouveaux rapports de parenté continuent pour une part à obéir à l’ancienne logique sous une forme atténuée et surtout qu’elles continuent à être en accord avec un rapport (égalitaire ou inégalitaire) inchangé entre les familles alliées et/ou entre les sexes. » (Vernier, 1999 : p. 135).

  • 19 On observera cependant que l’on doit à la période un certain nombre de mesures législatives en mat (...)

11D’un certain point de vue, l’échec de la Révolution française dans sa tentative d’imposer un nouveau « visage » au stock des (pré)noms montre bien l’inertie du système de désignation et sa capacité de résistance aux injonctions et autres décisions autoritaires19.

  • 20 Fort justement, Joseph Morsel précise que le problème pour l’historien reste de « savoir de quelle (...)

12L’étude des noms de personne permet sans conteste d’accéder à divers aspects de la société médiévale et, avec Joseph Morsel, « on peut poser comme postulat de base que les changements observés dans les pratiques anthroponymiques ne sont pas de simples accidents de parcours » (Morsel, 1995 : p. 90), qu’ils ne peuvent se réduire à quelques perturbations aléatoires ou à quelques effets documentaires mais qu’ils « correspondent à des changements profonds affectant les rapports sociaux » (Morsel, 1995 : p. 90)20.

13L’histoire des noms individuels peut donc être lue comme un indicateur des vitesses relatives d’adaptation à ces changements dans et de la société, même si, bien sûr, comme d’autres, comme tous les autres, le miroir anthroponymique peut s’avérer déformant. On sait bien que : « Les matériaux auxquels l’historien a affaire ne lui livrent souvent que des données relatives aux aspects les plus formels d’une société » (Goody, 1985 : p. 185) et qu’entre un nom écrit sur un document (en quelque sorte « matérialisé » et « figé » de facto) et un nom « d’adresse », au caractère forcément volatile, entre l’analyse de documents écrits et celle, inaccessible au médiéviste, des pratiques orales, quotidiennes, il existe probablement plus qu’une nuance.

Les grandes lignes d’une évolution désormais connue

Du système latin au système à deux éléments

  • 21 Les plébéiens se contentaient le plus souvent d’un système de désignation à deux noms (duo nomina)
  • 22 La désagrégation du système onomastique latin au Bas-Empire n’a donc été marquée par aucune ruptur (...)

14Le système anthroponymique latin classique des tria nomina (praenomen, nomen gentile, cognomen), caractéristique de l’aristocratie à l’époque républicaine21, rendait « immédiatement perceptible la place de l’individu à l’intérieur d’un groupe familial large » (Toubert, 1973 : p. 695). Sous l’Empire d’abord, mais surtout à partir du IIIe siècle, les cognomina assurent progressivement le passage à un système à un seul élément (Heinzelmann, 1977). Cette évolution, amorcée avant l’invasion du territoire latin par les Germains, « rend le système anthroponymique romain compatible avec ceux des Germains et des Juifs, fondés sur le nom unique » (Jarnut, 1996 : p. 10, renvoyant à Kajanto, 1963 : p. 9-17 et Mitterauer, 1993 : p. 84 et suiv.)22.

  • 23 Les noms germaniques sont normalement formés de deux éléments (encore appelé lexèmes ou racines). (...)
  • 24 Chacun des lexèmes était à l’origine porteur d’une signification précise dans la langue germanique (...)

15Le système germanique, dans lequel les liens de parenté ne peuvent s’exprimer qu’en recourant à des procédés syntagmatiques (selon le principe de la variation des éléments23) domine en Occident jusqu’à la fin du Xe siècle. Progressivement, à la suite d’un lent processus de dégradation dont les causes restent discutées24, il est supplanté, à partir du XIe siècle, par un système de désignation à deux éléments.

  • 25 Sur le système de dénomination romain et son évolution à la fin de l’antiquité, voir par exemple H (...)
  • 26 La « progression sud-ouest/nord-est du système », suggérée par Paul Lebel (1946, rééd. 1962 : p. 6 (...)

16Les étapes de ces évolutions sont aujourd’hui bien connues et bien documentées25. L’enquête internationale sur la Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne, initiée par Monique Bourin en 1987, a notamment permis de préciser la chronologie et l’ampleur du mouvement par lequel s’établit le système [nom + surnom] au tournant du 1er millénaire. Elle a révélé les axes majeurs et les principales articulations d’un processus complexe qui a conduit à ce que partout s’impose le surnom, plus tôt semble-t-il au sud-ouest, plus tard au nord26, sous des formes variées selon les régions et les milieux sociaux.

Du système à deux éléments à l'hérédité au surnom

  • 27 Albert Dauzat pose lui-même la question dès 1925 et propose sa propre explication : « Mais pourquo (...)
  • 28 Karl Michaëlsson (1927), notamment, montre qu’au début XIVe siècle, les surnoms n’étaient pas enco (...)
  • 29 La même observation vaut pour de nombreuses autres régions : Pierre Toubert précise ainsi pour Ven (...)

17En dépit du nombre et de la qualité des travaux sur cette période, on dispose d’assez peu d’informations sur le processus qui a conduit au caractère héréditaire du surnom, ou bien des informations anciennes dont certaines mériteraient un nouvel examen27. Certes, on sait que le patronyme s’est imposé, entre le XIIe et le XVIe siècle, mais on ne peut dater avec plus de précision le phénomène, ni dire avec certitude comment et pourquoi le surnom, à l’origine individuel, s’est cristallisé. Les exemples précoces de dévolution sur plusieurs générations ne manquent pas ; les contre-exemples tardifs non plus28. À de rares exceptions près, faute d’informations dûment quantifiées, il est bien difficile de dresser un état des lieux par région et par groupe social ; il faut donc se contenter d’indices indirects. Pour Dominique Barthélemy, ceux-ci « ne manquent pas, au second XIIe siècle » (Barthélemy, 1993 : p. 647). Dans la société chevaleresque du Vendômois, il trouve même plusieurs surnoms portés de père en fils au troisième quart du XIe siècle. Mais il considère cependant qu’au XIIIe siècle : « En l’absence d’état civil, la stabilité des surnoms héréditaires n’est pas définitivement acquise. » (Barthélemy, 1993 : p. 651)29.

  • 30 « Comme dans l’Europe celtique au même moment, la référence dominante est celle de la filiation. M (...)

18Du XIe au XIIIe siècle, notamment dans la noblesse, de nombreux indices semblent indiquer que « le nom demeure une marque héréditaire au moins aussi forte que le surnom » (Barthélemy, 1993 : p. 647). Et au moment où se met en place le système à deux éléments, c’est souvent le nom du père qui sert de surnom au fils (cas d’un vrai nomen paternum30) dans la noblesse comme dans la roture : Petrus Martini est le fils de Martinus. Un tel surnom, hérité sans être héréditaire, renvoie à une filiation. Mais Monique Bourin le précise : « le nomen paternum correspond à une segmentation de la famille par paire de générations, l’ancêtre éponyme [le surnom héréditaire] à une organisation plus profonde de la structure familiale. » (Bourin, 1989b : p. 201).

  • 31 « Parmi ces noms de lieu, celui du meix ou du mas l’emporte partout où l’habitat dispersé est prés (...)
  • 32 L’Espagne, le Portugal et l’Italie fournissent de nombreux exemples. Ainsi, pour le Latium : « Au (...)

19Alors que l’Europe continentale adopte rapidement la référence toponymique31, l’Europe méditerranéenne reste plus longtemps attachée à ce modèle du nomen paternum32, qui toutefois se mue peu à peu en un système héréditaire quand un système différent de dévolution patrimoniale s’installe : lorsqu’à l’égalité de tous les enfants sont substituées la primogéniture chez les garçons et l’exclusion des filles, qui reçoivent une dot, il semble bien qu’on passe à un « faux nomen paternum », en fait celui d’un ancêtre éponyme. Patrimoine foncier et patrimoine anthroponymique vont, pour une part au moins, ensemble (Beck et al., 2001 : p. 21-23).

La question de la transmission

20La question de la transmission héréditaire de tout ou partie des éléments de la désignation est une question essentielle pour l’historien qui ne peut se réduire à celle de l’hérédité du seul surnom.

  • 33 Elle précise que ce processus est engagé plus tôt dans les familles royales (dès la seconde moitié (...)
  • 34 On retrouve le même argumentaire chez Karl Schmid pour expliquer le passage du système du nom uniq (...)

21Au Haut Moyen Âge, dans la noblesse, la « transmission héréditaire » du nom ou d’un élément du nom d’un parent proche (parents, grands-parents, oncles ou tantes) aux enfants — le Nachbenennung — était une pratique courante. Régine Le Jan indique qu’entre le VIIe et le Xe siècle, « entre Loire et Rhin comme en Souabe, [elle] touchait l’ensemble du corps aristocratique. Le nom faisait partie de l’hereditas, il servait à identifier les parents » (Le Jan, 1995 : p. 182). Cette pratique semble également répandue dans la population paysanne de la même époque : parmi les dépendants de Saint-Germain-des-Prés, au début du IXe siècle, la moitié des enfants héritent d’au moins un lexème parental (Bourin & Chareille, 2002a). Régine Le Jan considère qu’une mutation du système anthroponymique germanique s’est produite vers la fin du IXe siècle, avec l’abandon, dans les familles aristocratiques, de la transmission par éléments au profit d’un système de transmission des noms entiers (Le Jan, 1995 : p. 206)33. Elle lie cette mutation aux évolutions concomitantes des structures de la parenté aristocratique et de la société tout entière : l’ancien système de dénomination était « adapté aux structures horizontales de la parenté et le nouveau (...) suivait l’organisation de relations plus verticales » (Le Jan, 1995 : p. 431-432)34. Force est cependant de constater qu’au début du IXe siècle, la transmission des noms entiers reste une pratique très marginale dans les familles paysannes des dépendants de Saint-Germain-des-Prés où elle concerne moins de 10 % des enfants (Bourin & Chareille, 2002a).

22Nom ou éléments du nom, nom ou surnom, nom et surnom, les signes potentiels de reconnaissance des apparentés entre eux ne manquent pas, mais celle-ci passe toujours par la dévolution d’un patrimoine onomastique entre les générations. Cette transmission d’un ou de plusieurs lexèmes d’un parent proche, celle de tout ou partie de la désignation, puis celle du surnom du père, probablement d’abord à certains des enfants avant qu’ils ne soient tous concernés, de façon obligatoire, s’accommode bien de l’idée d’une évolution corrélative des structures familiales.

  • 35 Cf. par exemple Michel, 1938 : p. 242, note 1.

23Mais corrélation n’est pas causalité et une telle lecture mêle incidemment constat et explication. Son danger est peut-être d’être sous-tendue par la thèse du primat de la famille considérée comme matrice des faits sociaux, une thèse, on le sait, depuis longtemps combattue35.

  • 36 Il semble qu'il y ait ici divergence d’appréciation chronologique entre George Duby et Robert Foss (...)
  • 37 Formules empruntées à Robert Fossier (1986, rééd. 1994 : p. 162).
  • 38 Si, comme le souligne André Burguière, la famille nucléaire est le « modèle dominant et universel (...)

24La chronologie fine de ces évolutions concordantes semble d’ailleurs difficile à établir. Régine le Jan (1995), on l’a dit, voit se produire une mutation à la fin du IXe siècle : dans l’aristocratie, un nouveau système de dénomination (transmission des noms entiers) suit l’organisation de relations de parenté plus verticales. Mais au IXe-Xe siècle, la transmission des lexèmes reste le modèle dominant dans les campagnes (Bourin & Chareille, 2002a) où les sources révèlent « la prédominance (...) écrasante (...) d’une structure familiale fondée sur la famille conjugale simple » (Toubert, 1986, rééd. 1994 : p. 104). L’ère féodale est celle de la « recrudescence des documents où intervient la parenté de 1000 à 1100, au moment de l’“encellulement” des hommes, recul ensuite (...), et même effondrement au XIIIe siècle lorsque le couple a pu imposer son emprise sur ses biens. » (Fossier, 1986, rééd. 1994 : p. 163)36 ; elle est aussi celle où apparaît, à la fin du XIe siècle, le surnom. L’« effondrement » documentaire du XIIIe siècle, « la force des contraintes collectives » se faisant moins forte « face à la poussée de l’individualisme »37, pourrait témoigner d’un (nouveau ?) recul de la famille étendue devant la famille nucléaire38, recul qui s’accorde « avec l’accent porté sur le couple conjugal et les relations mari-femme, comme aussi sur le rôle de l’individu » (Goody, 1985 : p. 33) voulu par l’Église, et avec la mise en place d’un modèle de transmission héréditaire du surnom.

  • 39 Sur les causes de cette « poussée de l’individualisme » (Fossier, 1986, rééd. 1994 : p. 162), voir (...)
  • 40 Ce « transfert » du surnom à tous les individus doit aussi être un moyen d’assurer la survie (soci (...)
  • 41 Elle fait remarquer qu’« en reconnaissant le poids de l’individu, la mémoire lignagère perd de la (...)

25Le passage d’un modèle de « transmission familiale » (l’un au moins des enfants hérite du nom ou du surnom, voire des deux, de l’un de ses parents — père ou mère), à un modèle de « transmission individuelle » (tous les enfants reçoivent d’un parent un ou plusieurs éléments de leur désignation) peut être mis en parallèle avec le passage d’un modèle familial inégalitaire, où la puissance et le pouvoir sont transmis à certains membres du groupe, à un modèle plus égalitaire qui pourrait témoigner de cette « poussée de l’individualisme » notée par Robert Fossier39. Le port d’un même surnom (bien symbolique) par tous les enfants leur assure une reconnaissance effective comme membre du groupe40 ; tous sont à ce titre porteurs de l’identité collective. Paradoxalement, cette identité diffuse pourrait être le signe d’une plus grande distinction entre l’individu et son lignage. Claude Gauvard note les signes d’une telle évolution pour la fin du Moyen Âge : « Distinguer l’individu de son lignage est possible (...) le lignage est moins perçu comme un bloc que comme une juxtaposition d’individus aux destins particuliers » (Gauvard, 1991 : p. 636)41.

  • 42 Ce qui ne permet cependant pas de dire qui « invente » le surnom ? La famille ? Le groupe (groupe (...)

26Sans doute le surnom héréditaire donne-t-il à cette appartenance commune (familiale) une visibilité plus immédiate que le partage d’un nom choisi dans un corpus familial qui n’est jamais véritablement réservé. Le surnom partagé affirme, au-delà du groupe, cette communauté. Il se donne à voir et relève — me semble-t-il — davantage de la représentation que de l’intime42. Le surnom héréditaire permet de repousser un horizon qui ne fait plus de la famille sa limite ultime. Le surnom peut assumer le rôle de marqueur de cette « identité collective » (familiale) que n’a jamais été en mesure d’assumer pleinement le seul (pré)nom.

  • 43 Étienne Hubert insiste sur cette variété des lectures et l’ancienneté de la réflexion sur les mode (...)
  • 44 Si, comme le précise Robert Fossier, l’essor démographique engendre « l’éclatement du groupe domes (...)
  • 45 « C’est en fonction d’un patrimoine, qu’il soit constitué de terres, de pouvoirs ou de monnaie, qu (...)
  • 46 Sur la dénomination comme expression des relations de service et de vassalité, cf. Mitterauer, 199 (...)

27Mais les évolutions du système de désignation, comme celles des structures de parenté, s’accommodent nécessairement d’autres lectures : elles sont politiques, religieuses, sociales et économiques43. Les unes et les autres doivent être envisagées en tenant compte des conditions démographiques44 et économiques45. La mutation anthroponymique de l’ère féodale doit aussi être envisagée comme un des signes de 1’« encellulement » des hommes, « sous ses deux modalités, la seigneurie et le village » (Bourin, 1989c : p. 244) et se comprendre dans la perspective d’un contrôle paroissial et seigneurial plus grand46.

28On concèdera finalement à Henri Falque-Vert que l’essor démographique, la transformation probable des modes d’habitat, l’apparition d’une première division du travail, l’utilisation plus fréquente de l’acte écrit dans la vie sociale, l’élargissement des structures lignagères dans la société aristocratique et un possible phénomène de mimétisme social pour les paysans, la christianisation de la société sont autant de causes possibles à l’évolution du système anthroponymique (Falque-Vert, 1997 : p. 283-285).

Le rôle de l'Église

29Un point essentiel reste encore à examiner pour que cette présentation soit à peu près complète : quel a été, finalement, le rôle de l’Église dans ces évolutions ?

  • 47 Cf. notamment les éléments de bibliographie proposés dans Pérouas et al., 1984 : p. 195-197.
  • 48 Le rôle du Concile de Trente avait déjà été souligné par Depoin, 1914 : p. 47. Voir également les (...)

30Plus que les autres, sans doute, la question de la christianisation des noms et sa mise en relation éventuelle avec l’histoire religieuse a fait l’objet de nombreux travaux47. Mais tous les spécialistes s’accordent pour considérer qu’à la différence de ce qui s’est passé dans la Chrétienté grecque, l’Église latine semble avoir peu pesé sur le choix du nom ; elle n’a pas élaboré de politique dans cette matière. Dominique Barthélemy, après beaucoup d’autres, rappelle par exemple que 1’« on chercherait en vain un canon conciliaire prohibant les noms “germaniques”, et surtout les définissant par opposition aux noms “chrétiens” » (Barthélemy, 1993 : p. 624). Et Jean-Louis Biget précise que : « C’est seulement au XVIe siècle que se manifeste dans l’Église une volonté de rejeter les prénoms étrangers au christianisme, avec le catéchisme du concile de Trente et saint Charles Borromée ; elle passe ensuite dans le rituel romain de 1625. » (Biget, 1982 : p. 308-309)48.

  • 49 Cette conjonction n’était cependant pas effective au Haut Moyen Âge : « À partir de la conversion (...)

31Le même Jean-Louis Biget fait observer que : « Tôt dans le Moyen Âge, la conjonction de la prénomination et du baptême paraît (...) effective. » (Biget, 1982 : p. 298)49. Il est donc légitime de se demander si la christianisation des noms est due au « seul fait de la pratique sacramentelle ou bien le contexte liturgique a-t-il également entraîné l’adoption de noms empruntés à la tradition chrétienne — c’est-à-dire à la Bible et aux saints de l’Église primitive ? » (Biget, 1982 : p. 298).

  • 50 Peut-être même avant !
  • 51 Pour une recension comparée entre France du Midi et France du Nord (Xe-XIIIe siècle), cf. Bourin, (...)
  • 52 Michael Mitterauer souligne que : « La dénomination d’après les noms de princes et la dénomination (...)

32Toujours est-il, on le sait, que le choix des noms s’est modifié à partir de la fin du Xe siècle50. Et l’enquête sur la Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne a bien montré que, pour les noms dominants51, il est possible d’identifier « deux vagues successives et qui interfèrent. Dans un premier temps, quelques noms aristocratiques locaux, principalement ceux des lignages comtaux et parmi eux, ceux qui portent une connotation de sainteté. Des aires politico-culturelles se dessinent (...). Puis vient une seconde vague, celle des noms scripturaires. Pierre est le premier à s’imposer (...). Jean prend le relais » (Bourin, 1989c : p. 244-245)52.

  • 53 Sur cette difficulté, cf. infra, chapitre 2.

33L’espace italien n’est pas logé à une autre enseigne. Olivier Guyotjeannin le fait observer pour l’Émilie : « En deux siècles et demi [XIe-milieu XIIIe siècle], le corpus des noms personnels a été profondément remodelé. La recomposition s’est faite, en partie, de l’intérieur, avec le renouvellement d’un vieux trésor germanique, qui a globalement reculé, et l’aggiornamento, plus subtil du filon chrétien. Les références épiques et antiques ou encore à l’actualité y ont, comme partout, ajouté une légère touche. Le processus d’élargissement a aussi emprunté deux autres voies, de diversification morphologique par dérivation et d’intrusion massive de sobriquets dans le champ de l’onomastique personnelle. » (Guyotjeannin, 1994 : p. 414). Dans la Toscane de Christiane Klapisch, « les stocks de noms se christianisent, dans un mouvement indéniable surtout sensible aux XIIIe-XIVe siècles » (Klapisch, 1985, rééd. 1990 : p. 111). Et les exemples pourraient être multipliés même si ce renouvellement est souvent plus difficile à établir qu’il n’y paraît53.

  • 54 Dans le Languedoc de Monique Bourin, Petrus et Guillelmus sont leaders dès la seconde moitié du XI (...)
  • 55 On observera que Johannes et Petrus (et quelques autres) « constituaient déjà l’essentiel du réper (...)

34Dans certaines régions, ce ne sont pas les noms dominants qui changent (ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas pour autant d’évolution du corpus) : à en faire la liste, ce sont à peu près les mêmes que l’on trouve aux environs de l'an mil et trois siècles plus tard54. Mais partout leur répartition se modifie : la concentration des choix sur certains noms, très fréquemment portés, est de plus en plus forte, alors qu’une multitude d’autres font figure de noms rares. Ce trait est caractéristique de cette nouvelle anthroponymie médiévale des XIe-XVe siècles. Et l’irrésistible progression des noms « chrétiens » fait que, partout, ils finissent par s’imposer (à des rythmes certes différents) : au XIVe siècle, plus d’un Européen sur quatre s’appelle Jean ou Pierre55.

  • 56 Sans doute s’est-elle contentée d’accompagner, de diriger voire d’accentuer des changements amorcé (...)

35L’Église a sans nul doute peu a peu influencé les modes de dénomination56, mais sans qu’une législation brutale vienne imposer des changements radicaux.

Notes

1 Elle ne l’est pas davantage pour le sociologue, l’anthropologue, le psychologue, le démographe ou le généticien des populations. Seul, peut-être, parmi ceux, nombreux, qui peuvent être conduits à travailler sur le même matériau, le philologue ou le linguiste peut-il faire de l’étude des noms une fin en soi.

2 L’inscription dans la mémoire familiale et dans celle de la société participe de cette projection.

3 Sur les fonctions du nom (propre), cf. p. ex. Morsel, 1995 : p. 89, note 1, renvoyant à Hegel, 1947 : p. 72 et Descombes, 1977 : p. 47. Cf. également, parmi d’innombrables références : Lévi-Strauss, 1962a & 1979 ; Radcliffe-Brown, 1968 : p. 141 ; Zonabend, 1980a & 1994 ; Clerget, 1990 ; Bromberger, 1982.

4 Il serait réducteur de vouloir cantonner l’anthroponymie au seul registre de l’histoire sociale — même si elle est ici privilégiée —, sauf à considérer qu’elle est toute l’histoire. Il est bien entendu aussi question d’histoire culturelle, d’histoire religieuse, d’histoire politique ; même la sphère économique ne lui est pas complètement étrangère si l’on convient que le nom peut aussi, dans certaines circonstances, s’acheter.

5 Le système français actuel associe un nom (nomen propium à la période médiévale, devenu nom de baptême ou prénom) à un surnom (cognomen à la période médiévale, devenu nom de famille ou patronyme). Si la définition de chacune de ces composantes ne pose pas de problème aujourd’hui, les choses sont loin d’être aussi claires à l’époque médiévale.

6 Cité également dans Pérouas et al., 1984 : p. 1 (avec renvoi aux développements de Heers, 1963, rééd. 1970 : p. 355-357). On observera que près d’un siècle avant Marc Bloch, Edouard de Laplane (1842 & 1843) déplorait déjà ce désintérêt des historiens pour l’étude des noms de personnes.

7 Cf. par exemple Thylander, 1952 et Kajanto, 1963 & 1965 (cités par Toubert, 1973 : p. 695, note 1, qui propose une bibliographie plus complète — mais aujourd’hui un peu datée — sur la question).

8 Benjamin Guérard est également — entre autres — l’éditeur du Cartulaire de Saint-Victor de Marseille (1857) et Auguste Longnon celui de nombreux Pouillés (diocèse de Cahors (1874), Province de Reims (1907-1908), Rouen, Trêves, Tours, etc.). Les centres d’intérêt de ces auteurs dépassaient largement la seule période carolingienne. On observera que le second a consacré aux noms de famille empruntés aux métiers son cours au collège de France en 1897-1898 !...

9 Ces éditions de documents originaux ont souvent en effet donné lieu à la constitution d’un lexique (ou index) des noms de personne et probablement suscité à cette occasion quelques interrogations.

10 Cf. notamment Serra, 1950 ; Heinzelman, 1977.

11 Ne sont ici signalés que quelques-uns des travaux de langue française de cette époque consacrés à la période médiévale. Une recension exhaustive n’aurait aucun intérêt, d’autant qu’il est possible, le cas échéant, de se reporter à la bibliographie des travaux d’onomastique française établie par Marianne Mulon (1977 & 1987) (travaux publiés jusqu’en 1960 pour le 1er volume, de 1960 à 1985 pour le second). Par ailleurs, les auteurs de Léonard, Marie, Jean et les autres... font remarquer qu’à la fin du XIXe siècle, « le Comité des Travaux historiques a inscrit chaque année au programme du congrès des Sociétés Savantes l’étude monographique des prénoms » (Pérouas et al., 1984 : p. 1).

12 Cet avis est notamment partagé par Biget, 1982 et Pérouas et al, 1984 : p. 2.

13 Pour Claude Lévi-Strauss, « le choix des dénominations procède (...) d’une façon de découper l’univers social et moral, de classer les individus et d’organiser ainsi la société et le monde qui l’entoure. » (Pérouas et al., 1984 : p. 2, renvoyant à Lévi-Strauss, 1962a : p. 229 et suiv.) et pour Françoise Zonabend : « La plupart des systèmes anthroponymiques sont (...) animés par ces deux tendances contradictoires : assigner des positions fixes aux individus, signaler les changements de statut qui “jalonnent” “leur biographie” » (Zonabend, 1980a : p. 15). L’un et l’autre insistent notamment sur les multiples dimensions symboliques du nom. Le premier distingue « deux types extrêmes de noms propres (...). Dans un cas, le nom est une marque d’identification qui confirme, par application d’une règle, l’appartenance de l’individu qu’on nomme à une classe préordonnée (...) ; dans l’autre cas, le nom est une libre création de l’individu qui nomme et qui exprime, au moyen de celui qu’il nomme, un état transitoire de sa propre subjectivité » (Lévi-Strauss, 1962a, rééd. 1990 : p. 218). La seconde fait observer que « le patronyme est à la fois le signe d’identification à l’espace de référence du groupe, marque l’appartenance à une lignée et l’inscription de cette lignée dans l’espace de référencé (...). Le patronyme sous-tend à la fois un champ parental et un champ territorial » (Zonabend, 1977, cité aussi par Darlu et al., 1996 : p. 225).

14 Dans l’étude qu’il dirige sur Les prénoms en Limousin depuis un millénaire, Louis Pérouas montre bien tout le profit que les historiens ont su tirer d’une réflexion menée en synergie avec les concepts de l’anthropologie : « D’un côté, un nom qui agrège l’individu à la communauté, aux configurations sociales dans lesquelles il évolue, de l’autre un nom qui individualise, voire distingue celui qui l’a donné, mais aussi celui qui le porte. Or ces deux systèmes dont l’anthropologue essaie d’articuler synchroniquement la logique, nous les avons d’une certaine façon rencontrés au cours de notre enquête, l’un remplaçant progressivement l’autre. Le modèle “classique” est celui du nom transmis, où l’identité individuelle renvoie à des identités collectives, et dont les possibilités intégratrices combinent des dimensions religieuses, familiales et régionales ; le système de la mode, tel qu’il point dans la bourgeoisie des Lumières, tel qu’il s'impose dans les campagnes creusoises au XIXe siècle, est celui du nom choisi, de l’emblème distinctif, valorisant. À travers les prénoms, ce sont bien des complexes socio-culturels dont nous entrevoyons la construction, le fonctionnement et le lent effritement. À la lente mise en place d’une chrétienté, dont la christianisation finalement massive des prénoms symbolise l’unanimité, fait pendant, au cours du XIXe siècle, la destruction des “mentalités” et l’émergence des “opinions”, ces comportements, ces choix sociaux, politiques ou culturels qui impliquent l’adhésion personnelle à des croyances, à des idéologies, à des rites. » (Pérouas et al., 1984 : p. 191).

15 Cf. en premier lieu Lévi-Strauss, 1949b.

16 « Dans toute étude de la famille médiévale, on commence par affronter le problème onomastique. » (Toubert, 1973 : p. 693).

17 Il ne fait toutefois que reprendre et développer une observation faite bien plus tôt par Marc Bloch (1939-1940, rééd. 1968 : p. 205-206).

18 Sur l’évolution du système de désignation à la période franque, cf. en dernier lieu Le Jan, 1995.

19 On observera cependant que l’on doit à la période un certain nombre de mesures législatives en matière de droit du nom.

20 Fort justement, Joseph Morsel précise que le problème pour l’historien reste de « savoir de quelle nature est cette correspondance, si celle-ci varie en fonction de la dimension sociale des rapports concernés et si les propriétés sociales de l’écriture n’introduisent pas un filtre spécifique. » (Morsel, 1995 : p. 90).

21 Les plébéiens se contentaient le plus souvent d’un système de désignation à deux noms (duo nomina).

22 La désagrégation du système onomastique latin au Bas-Empire n’a donc été marquée par aucune rupture brutale (Toubert, 1973 : p. 694). On sait par ailleurs que les notables de la société gallo-romaine sont restés fidèles aux tria nomina praenomen, nomen et cognomen — jusqu’au VIe siècle. Mais Régine Le Jan souligne cependant qu’à cette date « le mode de transmission de ces noms avait complètement changé » (Le Jan, 1995 : p. 180). En outre, le système du nom unique n’est pas une spécificité germanique : l’antiquité hébraïque et grecque ou le monde gaulois y ont eu recours (Dauzat, 1925, rééd. 1934 : p. 76), sans compter donc la société romaine du Bas-Empire qui en fait un usage fréquent (Le Jan, 1995 : p. 193).

23 Les noms germaniques sont normalement formés de deux éléments (encore appelé lexèmes ou racines). Sur le sujet, cf. notamment Woolf, 1939 ; Siebs, 1970. Pour des exemples de décomposition d’un nom en lexèmes et quelques informations complémentaires, je me permets de renvoyer à Bourin & Chareille, 2002a.

24 Chacun des lexèmes était à l’origine porteur d’une signification précise dans la langue germanique et « le nom biparti jouait le rôle de totem personnel » (Le Jan, 1995 : p. 193, renvoyant à Haubrichs, 1975). L’hypothèse classique est celle d’une perte de sens des racines (pour des raisons linguistiques) avec abandon consécutif du principe de variation (devenu incompréhensible). Il en aurait résulté un certain engorgement du système, devenu incapable d’assurer sa fonction distinctive.

25 Sur le système de dénomination romain et son évolution à la fin de l’antiquité, voir par exemple Heinzelman, 1977 : p. 19-24. Sur le système germanique et son évolution entre le VIIe et le Xe siècle voir Werner, 1977a ; Le Jan, 1995 : p. 179-223. Sur la genèse du système à deux éléments, voir notamment : Bourin, 1989, 1992 et 1995 ; Bourin et al., 1996 ; Martin & Menant, 1994, 1995 et 1998 ; Martínez Sopena, 1995.

26 La « progression sud-ouest/nord-est du système », suggérée par Paul Lebel (1946, rééd. 1962 : p. 60), n’a pu être que partiellement confirmée. L’hypothèse d’une diffusion spatiale n’est donc pas pleinement satisfaisante, pas plus que ne peut l’être de façon systématique celle qui ferait de la diffusion du haut vers le bas de la pyramide sociale la clé de lecture obligée de toute évolution anthroponymique (ce qui ne veut pas dire qu’un tel modèle n’existe pas).

27 Albert Dauzat pose lui-même la question dès 1925 et propose sa propre explication : « Mais pourquoi le surnom est-il devenu héréditaire ? Ce ne peut être que par l’importance plus grande accordée à la famille, au lien familial, moins chez les intéressés que chez autrui : il faut toujours se rappeler qu’en dehors des noms de terre, le surnom fut longtemps subi avant d’être accepté, et que le roturier ne s’attacha guère à son nom patronymique que du jour où le sens lui en fut devenu obscur. (...) On ne saurait accorder à Eugène Ritter que la création des noms de famille soit le symbole de l’émancipation de la bourgeoisie et du peuple. Car c’est chez les nobles que débuta l’usage du surnom par l’adjonction du nom de terre, et ce sont ces surnoms qui devinrent héréditaires les premiers (...) l’hérédité du surnom commence donc par les nobles, pour gagner, par contagion sociale, la bourgeoisie des villes, puis les paysans. Géographiquement, le mouvement est partie de l’Italie centrale et septentrionale ; il a gagné la France du Midi puis du Nord ; il a pénétré en Allemagne (...) par la région rhénane, pour se propager de là vers le Nord et vers l’Est. » (Dauzat, 1925, rééd. 1934 : p. 77-78, renvoyant à Ritter, 1875). Mais Marianne Mulon et Henri Polge considèrent que : « Contrairement à ce que l’on constate dans l’apparition des surnoms, la cristallisation de ceux-ci, comme nom de famille (...) ne semble pas avoir été plus précoce dans le midi de la France que dans le Nord (Mulon et Polge, 1969 : p. 65-66) (leur thèse fait de la fixation de la langue et de la diffusion de l’écrit les ressorts principaux de la cristallisation des surnoms). Pour Arthur Giry (1894), les surnoms deviennent héréditaires dans la France du Nord à partir du règne de Philippe-Auguste (fin XIIe siècle). Et pour Henri Duffaut (1900), les noms de famille se fixent et commencent à se transmettre dans le pays toulousain à la fin du XIIe siècle. Pour Antoine Vallet, dans la région du Forez : « Aux XIIIe et XIVe siècles, les noms de personne (deuxième terme) sont généralement fixes et héréditaires. » (Vallet, 19616 : p. 281). Pour Karl Michaëlsson : « La naissance et la fixation des noms de la noblesse doivent aussi être mises en rapport avec l’hérédité des fiefs, qui se trouve consacrée par le capitulaire de Kiersy-sur-oise (877). » (Michaëlsson, 1927 : p. 174, renvoyant à Dauzat, 1925 : p. 78). La chronologie est cependant ici assurément erronée : Marc Bloch souligne que cette consécration des fiefs par le capitulaire de Quierzy-sur-Oise est une des ces « légendes historiques [qui] ont la vie dure » (Bloch, 1932 : p. 69). Sur cette question de l’hérédité des surnoms, on multiplierait sans peine les références et, on le devine, les appréciations et les points de vue.

28 Karl Michaëlsson (1927), notamment, montre qu’au début XIVe siècle, les surnoms n’étaient pas encore complètement fixés à Paris. Cf. également Lopez, 1954 : p. 6-16.

29 La même observation vaut pour de nombreuses autres régions : Pierre Toubert précise ainsi pour Venise, Gênes ou Rome : « Seuls quelques lignages du premier rang avaient réussi dès le XIIe siècle à imposer un nom de famille à peu près stable (...). On ne doit en aucun cas tirer des conclusions hâtives de ces situations exceptionnelles. Si l’usage du patronyme s’est répandu du haut vers le bas de la société, cette vulgarisation des modèles aristocratiques a été rien moins que rapide. Vers 1200, le mouvement était amorcé. Rien de plus. Un siècle et demi plus tard, il n’était pas encore achevé, loin de là. » (Toubert, 1973 : p. 703).

30 « Comme dans l’Europe celtique au même moment, la référence dominante est celle de la filiation. Mais tandis que la Méditerranée l’exprime sous cette forme brève, l’Europe de l’Ouest a tendance à indiquer la filiation sous la forme développée : un tel fils un tel, comme dans Guillelmus filius Petri (Guillaume fils <de> Pierre). La solution méditerranéenne est appelée nomen paternum. Elle existe aussi en Angleterre, marqué par le “s”, comme dans “Peter Martins”. C’est ce que les Anglais appellent patronymics, ce qui n’est pas sans ambiguïté avec notre “patronyme”. » (Beck et al., 2001 : p. 21). L’expression de la filiation dans l’anthroponyme est une pratique universelle : Fitzgerald (fils de Gerald), MacArthur (fils de Arthur), O’Brien (petit-fils de Brian), Nilsdöttir (fille de Nils), Williamson (fils de William), Bensaïd (fils de Saïd), Issahakiam (fils d’Isaac), Kargayan (fils du corbeau), Maksimovic (fils de Maxime), Marcouitch (fils de Marc), etc. (exemples tirés de Herz, 1997 et Vroonen, 2001).

31 « Parmi ces noms de lieu, celui du meix ou du mas l’emporte partout où l’habitat dispersé est présent ; mais les détails topographiques du village ne sont pas absents dans les noms des habitants des régions d’habitat concentré. Ni les noms d’origine, notamment dans la population urbaine. » (Beck et al., 2001 : p. 21).

32 L’Espagne, le Portugal et l’Italie fournissent de nombreux exemples. Ainsi, pour le Latium : « Au XIIIe siècle et plus tard encore, le dominus castri demeure attaché au vieux système des nomina paterna suivis du nom du castrum qui magnifie la continuité du lignage mieux que le patronyme simple, déjà adopté par les milites urbains. » (Toubert, 1973 : p. 202, note 1).

33 Elle précise que ce processus est engagé plus tôt dans les familles royales (dès la seconde moitié du VIe siècle chez les Mérovingiens) (Le Jan, 1995 : p. 200) et que « le processus de transfert se fit selon un modèle hiérarchique, en se diffusant du haut vers le bas de la pyramide aristocratique. » (Le Jan, 1995 : p. 206).

34 On retrouve le même argumentaire chez Karl Schmid pour expliquer le passage du système du nom unique au système anthroponymique à deux éléments. Celui-ci considère en effet, comme le rappelle Régine Le Jan, que : « dans la Souabe des XIe-XIIe siècles, l’apparition d’un nouveau type de dénomination, formé d’un patronyme et de l’ancien nom devenu prénom, a suivi le passage de groupes de parenté lâches et cognatiques à des lignages agnatiques plus fermement organisés autour de la transmission héréditaire et patrilinéaire d’un pouvoir ancré au sol d’un château. » (Le Jan, 1995 : p. 180, renvoyant à Schmid, 1957). On sait que la thèse de Karl Schmid a été ensuite reprise par George Duby qui oppose, pour le Mâconnais de la fin du XIe siècle, « le groupe formé par les consanguins et les alliés sur une épaisseur de deux ou trois générations et perçu comme une unité sociale à une nouvelle structure familiale, ordonnée verticalement en fonction de la souche masculine. » (Mitterauer, 1996 : p. 308, renvoyant à Duby, 1981 : p. 100 sq.). On sait aussi que cette thèse a été contestée (cf. par ex. Bouchard, 1981 & 1986 ; Mitterauer, 1996 (précisions infra, dans ce chapitre, note 46)). Quoiqu’il en soit, on observera avec étonnement (pour le moins !) que la même cause (le passage d’un modèle horizontal de la famille à un modèle vertical) est supposée expliquer deux transformations successives (à deux siècles d’intervalle !...) du système de désignation (pour les familles nobles) : abandon à la fin IXe du modèle de la « variation thématique » au profit d’un système de transmission des noms entiers entre Loire et Rhin (Régine Le Jan) ; apparition du surnom fin XIe dans le Méconnais (George Duby) et XIe-XIIe en Souabe (Karl Schmid).

35 Cf. par exemple Michel, 1938 : p. 242, note 1.

36 Il semble qu'il y ait ici divergence d’appréciation chronologique entre George Duby et Robert Fossier. Le premier considère que « les assises de la famille nucléaire au IXe siècle, (...) paraissent mieux établies qu’au XIVe siècle où l’on voit se nouer des solidarités élargies, fondées sur la parenté, naturelle ou artificielle » (Duby, 1986, rééd. 1994 : p. 11). Considérant les travaux de Robert Fossier sur la Picardie (Fossier, 1969 : p. 262-273), il écrit cependant à propos de la noblesse du XIIIe siècle : « Dans l’aristocratie, le lignage, apparemment, commence à céder la place à la cellule conjugale, au ménage » (Duby, 1987, rééd. 1990 : p. 135).

37 Formules empruntées à Robert Fossier (1986, rééd. 1994 : p. 162).

38 Si, comme le souligne André Burguière, la famille nucléaire est le « modèle dominant et universel vers lequel tendent les sociétés au fur et à mesure de leur développement » (Burguière, 1986, rééd. 1994 : p. 531), l’évolution vers cette forme ne fut pas linéaire : « Dans les campagnes françaises, les assises de la famille nucléaire au IXe siècle (...) paraissent mieux établies qu’au XIVe siècle, où l’on voit se nouer des solidarités élargies, fondées sur la parenté, naturelle ou artificielle » (Duby, 1986, rééd. 1994 : p. 10-11).

39 Sur les causes de cette « poussée de l’individualisme » (Fossier, 1986, rééd. 1994 : p. 162), voir par exemple Louis Dumont (1981) qui considère que le christianisme en est à la source. Point de vue comparable de T. F. Glick qui note que « le christianisme s’orientait (...) vers le développement du lien entre les personnes plutôt qu’entre les groupes » (Glick, 1979 : p. 141-142, cité par Goody, 1985 : p. 33).

40 Ce « transfert » du surnom à tous les individus doit aussi être un moyen d’assurer la survie (sociale) du groupe.

41 Elle fait remarquer qu’« en reconnaissant le poids de l’individu, la mémoire lignagère perd de la profondeur, à moins qu’elle apprenne à “manipuler” la généalogie. (...) Les livres de raison de l’époque moderne ont su ainsi construire leur parenté » (Gauvard, 1991 : p. 636).

42 Ce qui ne permet cependant pas de dire qui « invente » le surnom ? La famille ? Le groupe (groupe social ou communauté villageoise) ? L’Église ? L’autorité ?

43 Étienne Hubert insiste sur cette variété des lectures et l’ancienneté de la réflexion sur les modes de désignation en rappelant que : « De leur côté, les historiens de la société se sont intéressés, au moins depuis Muratori, aux modes de dénomination des individus et aux grands changements anthroponymiques mis en relation (...) avec l’évolution des structures familiales et les grandes mutations de la société (croissance démographique, changements de la structure de l’habitat, mutation féodale, crises du XIVe siècle, etc.) (Hubert, 1996 : p. 315-316, renvoyant à Muratori, 1740 ; Biget, 1982 ; Pérouas et al., 1984 ; Toubert, 1973 : p. 693-703 ; Bourin, 1987 : t. 1, p. 255-259 ; Barthélemy, 1993 : p. 623-651 ; Mitterauer, 1993 ; Bourin, 1989a & 1992a ; Martin & Menant, 1994).

44 Si, comme le précise Robert Fossier, l’essor démographique engendre « l’éclatement du groupe domestique [et] entraîne la séparation des noyaux conjugaux, ou le départ d’individus isolés » (Fossier, 1986, rééd. 1994 : p. 145), il pourrait contribuer à renforcer l’individualisme et à structurer la parenté vers le modèle de la famille nucléaire, alors que les situations de crise (sociale, politique, économique et démographique) pourraient favoriser l’émergence de solidarités élargies (modèle de la famille étendue), avec, à chaque fois, de possibles conséquences sur les modes de désignation.

45 « C’est en fonction d’un patrimoine, qu’il soit constitué de terres, de pouvoirs ou de monnaie, que se disposent les relations de parenté, celles du moins que les sources révèlent. Mais les structures familiales, les coutumes et les pratiques qui assurent leur survie, les représentations mentales qui prennent appui sur elles interviennent à leur tour, de manière souvent indirecte mais toujours décisive, pour ralentir ou accélérer l’évolution des modes de production et de la hiérarchie des fortunes » (Duby, 1987, rééd. 1990 : p. 138).

46 Sur la dénomination comme expression des relations de service et de vassalité, cf. Mitterauer, 1993 & 1996. Comme d’autres, Michael Mitterauer conteste la thèse de Karl Schmid « selon laquelle on passe à l’époque post-carolingienne de groupements structurés de façon cognatique à des dynasties nobles agnatiques de souche patrilinéaire » ; il considère en effet que : « La dénomination des enfants de vassaux d’après le nom du seigneur et de ses proches contredit de telles hypothèses. Le lien féodal entrait en concurrence avec le lien de souche : la patrilinéarité s’est vue, à cette époque, manifestement plus affaiblie que renforcée. » (Mitterauer, 1996 : p. 308, renvoyant à Schmid, 1957).

47 Cf. notamment les éléments de bibliographie proposés dans Pérouas et al., 1984 : p. 195-197.

48 Le rôle du Concile de Trente avait déjà été souligné par Depoin, 1914 : p. 47. Voir également les précisions complémentaires données par Bernadette Barrière (1984 : p. 15, note 24).

49 Cette conjonction n’était cependant pas effective au Haut Moyen Âge : « À partir de la conversion générale de l’Occident au Christianisme, à l’époque carolingienne, le pédobaptisme s’impose de manière exclusive. Ainsi tout enfant reçoit-il son nom avant le baptême, sans doute, car ce dernier (...) intervient seulement aux fêtes solennelles de Pâques et de la Pentecôte » (Biget, 1982 : p. 297).

50 Peut-être même avant !

51 Pour une recension comparée entre France du Midi et France du Nord (Xe-XIIIe siècle), cf. Bourin, 1996b : p. 186-190.

52 Michael Mitterauer souligne que : « La dénomination d’après les noms de princes et la dénomination d’après les noms de saints recouvrent deux processus tout à fait différents avec des recoupements seulement partiels. » (Mitterauer, 1996 : p. 311). Sur ces différences (conditions de leur genèse, domaines de pénétration et modèles de diffusion), cf. également Mitterauer, 1993 : p. 368 et suiv.

53 Sur cette difficulté, cf. infra, chapitre 2.

54 Dans le Languedoc de Monique Bourin, Petrus et Guillelmus sont leaders dès la seconde moitié du XIe siècle et le restent jusqu’au moins au XIIIe siècle (Bourin, 19896 : p. 184).

55 On observera que Johannes et Petrus (et quelques autres) « constituaient déjà l’essentiel du répertoire apostolique très réduit des premiers siècles du christianisme. » (Barrière, 1984 : p. 18, renvoyant à Pietri, 1977 ; Marrou, 1977 et Le Blant, 1856-1865 & 1892). Leur succès initial ne s’est donc pas démenti.

56 Sans doute s’est-elle contentée d’accompagner, de diriger voire d’accentuer des changements amorcés dès la deuxième moitié du XIe siècle.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site