Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome VI : Le nom, histoire et statistiques

 | 
Pascal Chareille

Propos liminaire

Texte intégral

De l’absence de sources spécifiques

1Qui lira ce texte sera probablement frappé — inquiet sans doute — par l’absence de sources spécifiques servant de support à cette réflexion, inscrites dans un cadre spatial, chronologique et social bien circonscrit.

2Peut-on en effet prétendre être historien sans source, sans période et sans région de prédilection ? Cela semble difficile ! Lucien Febvre écrivait : « Je n’ai jamais su, pour ma part, et je ne sais toujours qu’un moyen, un seul, de bien connaître, de bien comprendre, de bien écrire la “grande histoire”, et c’est tout d’abord de posséder à fond, dans tout son développement, l’histoire d’une région, d’une contrée, d’une province » (Febvre, 1942, cité par Lebrun, 2003 : p. 7). Quelle crédibilité accorder à un travail qui ne repose sur aucune documentation « maîtrisée » ? Justifier cette absence n’est pas un exercice facile ; une gageure en vérité.

3L’apparente diversité des matériaux historiques ici accumulés, la disparité des fonds, la variété, voire la dispersion des lieux et des périodes pourrait apparenter ce travail au mieux à une synthèse de recherches déjà publiées, au pire à une juxtaposition d’études de cas à peine mises en perspective.

4C’est que l’unité, bien sûr, est à chercher ailleurs. Dans le matériau, d’abord : des anthroponymes, du IXe au XVe siècle, en Bourgogne, en Toscane ou ailleurs. Dans les questions posées à cette documentation, ensuite : comment sont désignés les uns et les autres, ici ou là-bas, au IXe ou au XVe siècle ? Quels noms portent-ils ? Avec quelles fréquences ? Quels sont les rythmes des évolutions repérées ? Dans les méthodes d’analyse, enfin, puisque c’est de cela dont il est essentiellement question dans ce travail.

5L’« assemblage » des corpus sélectionnés n’est dû ni au hasard ni à la volonté d’affirmer une quelconque maîtrise de l’espace, des périodes et des sociétés concernées. Et l’ambition est moins de proposer une illusoire et incomplète synthèse que de mettre en rapport des matériaux apparemment hétéroclites pour poser des questions sur la pertinence des méthodes quantitatives utilisées pour les études d’anthroponymie médiévale et, incidemment, sur le type de résultats qu’elles peuvent produire. Elle est aussi de suggérer, en creux, quelques réflexions sur les systèmes de désignation en Occident au Moyen Âge.

  • 1 Pour une présentation complète de cette enquête initiée par Monique Bourin il y a plus de dix ans, (...)

6Méthodologique assurément, résolument, ce travail est aussi le prolongement logique d’une réflexion engagée il y a près de dix ans dans le cadre du programme de recherche sur la Genèse médiévale de l’anthroponymie moderne1. Il prétend en donner à voir l’unité et la cohérence, même si nul ne peut ignorer ce que peut avoir d’artificiel la mise en perspective a posteriori de travaux étalés dans le temps. Christiane Klapisch le souligne fort justement : une telle entreprise est l’occasion « d’introduire (...) un élan unitaire, unanime, à des recherches éclatées au fil des ans. Peut-être l’exercice risque-t-il de se retourner contre les ingénus qui s’y livrent. Ne les menace-t-il pas d’affliger de la rigidité d’une entreprise méditée, d’un propos parfaitement concerté, ce qui leur avait paru suivre les enthousiasmes d’intérêts spontanés ou les détours de sollicitations venues d’ailleurs ? » (Klapisch-Zuber, 1990 : p. 15).

  • 2 Ceux-ci se développent à des rythmes différents, sur des territoires dissemblables, parfois simult (...)

7La diversité dans l’espace et dans le temps des fenêtres d’observation qui ont été ouvertes par l’enquête, la variété des matériaux et des questionnements ont très tôt imposé la mise en œuvre d’outils d’analyse quantitative très divers, capables de rendre compte de la multiplicité et de la complexité des phénomènes observés2.

8C’est de ces outils dont il est ici question, de leur propre histoire, de leur efficacité et de leur pertinence.

  • 3 Ces choix ne se sont bien évidemment pas imposés d’un bloc. Ils ont été suggérés, parfois conforté (...)

9Pour autant, ce travail n’est pas un recueil exhaustif de méthodes quantitatives appliquées à l’anthroponymie. Il est d’abord l’occasion de justifier a posteriori certains des choix méthodologiques qui ont pu être faits au cours de l’enquête3, celle ensuite de suggérer quelques pistes possibles pour d’éventuelles études à venir. Car il ne faut pas s’y tromper : si ce travail, qui se réclame d’une histoire, est un aboutissement, il est aussi l’annonce d’autres perspectives, d’autres voies. La question anthroponymique n’est pas close et bien des sujets restent à étudier. Comme le souligne encore Christiane Klapisch, une telle synthèse permet de « prendre rétrospectivement conscience des figures que les pièces dessinent sur l’échiquier (...) [et] aussi leur inventer de nouveaux parcours, imaginer de futures stratégies. » (Klapisch-Zuber, 1990 : p. 15).

  • 4 Je me permets toutefois de préciser que j’ai consacré mon mémoire de DEA (cf. Chareille, 1996) à c (...)

10Pour que ce travail présente quelque cohérence, il fallait faire des choix. Le plus radical a consisté à privilégier les aspects relatifs à l’échelle macro-. La question, pourtant essentielle, du fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial n’est donc, ici, abordée que de façon très latérale4.

  • 5 L’application d’outils mathématiques et statistiques à l’étude des phénomènes informationnels perm (...)

11Parce que l’anthroponymie concerne de nombreux domaines, cette réflexion s’appuie sur des disciplines très diverses : histoire — bien sûr —, mais aussi philologie, linguistique, anthropologie, sociologie, statistique, informatique, génétique des populations, biologie, écologie, sciences de l’information5, d’autres encore qui sont ici autant de champs explorés au service de cette nécessaire réflexion sur les méthodes quantitatives en anthroponymie médiévale. La bibliographie témoigne de cette diversité.

12Enfin, il n’était pas imaginable d’étudier les aspects statistiques de la question anthroponymique sans proposer d’outils informatiques adaptés. Des programmes spécifiques ont donc été écrits, qui permettent de travailler sur la matière, de constituer les métasources, d’en assurer l’exploitation à différentes échelles d’analyse (occurrence anthroponymique, individu, groupe familial), et de mettre en œuvre la totalité des procédures statistiques présentés dans ce travail.

Des sources... tout de même

  • 6 Il rappelle cependant qu’il a « eu autrefois l’imprudence de publier un cours (...) sous l’intitul (...)
  • 7 De ce point de vue, approche quantitative et approche qualitative ne se distinguent pas.

13Une réflexion sur les outils ne peut se satisfaire d’une approche purement théorique. Si, avec Marc Barbut, on peut convenir qu’il n’existe pas de mathématiques qui soient spécifiques aux Sciences de l’Homme et de la Société6 — ce sont les mêmes que l’on retrouve dans d’autres domaines d’application — (Barbut, 2000 : p. 205), les développements et les applications dans tel ou tel champ de recherche empruntent souvent des chemins singuliers. Et l’efficience d’une méthode se mesure moins à sa singularité qu’à sa capacité à fournir des clés de lecture pertinentes — et idéalement innovantes — de la documentation7.

  • 8 Je pense par exemple au « modèle explicatif » liant l’homonymie à l’apparition du surnom : le prem (...)

14Pour l’anthroponymiste comme pour d’autres, il n’est pas possible de centrer la réflexion sur les méthodes statistiques sans envisager un retour aux observations, donc au matériau, qui seul permet de valider les outils. Il faut donc « naviguer » entre empirisme, modèles et théories. Empirisme car l’historien le sait bien, il n’est pas d’histoire sans matériau. Modèles et théories car, comme le précise encore Marc Barbut : « ce qui est mathématisé, c’est non le phénomène étudié lui-même, mais la théorie qu’en fait le spécialiste de la discipline dont il relève » (Barbut, 2000 : p. 206). À ceci près, cependant, que la théorie (ou le modèle) proposée par le spécialiste peut éventuellement n’avoir d’autre fondement que la lecture erronée d’un indicateur statistique inadapté8.

  • 9 De ce point de vue, la situation est plus claire au Haut Moyen Âge.
  • 10 La même observation ne vaut-elle pas d’une certaine façon pour les « sources » elles-mêmes ? Josep (...)

15Nécessaire, la confrontation directe avec le matériau permet de s’interroger « à la fois sur la nature et la forme des données avec lesquelles travaillent l’historien » (Genet, 1986 : p. 7). Qu’est-ce qu’un nom au Moyen Âge ? La question peut surprendre, mais elle se pose toujours à celui qui cherche à constituer son corpus pour les Xe-XVe siècles9. La difficulté de l’entreprise est suffisamment frappante pour que l’on considère que cette interrogation première participe largement de la problématique quantitative. La réflexion sur les objets (que compter ?) précède celle sur les méthodes (comment compter ?). Et elle renvoie d’ailleurs à des interrogations beaucoup plus générales. Pour l’historien, la donnée est « un artefact, (...) un objet construit en fonction de certains buts bien précis. » (Genet, 1986 : p. 10-11) ; elle n’est pas donnée, elle est construite10. De là sans doute un renforcement du caractère singulier des « données » historiques qui sont « floue [s] » (Genet, 1986 : p. 11), « lacunaires », « biaisées » et « hétérogènes » (Guerreau, 2002 : p. 174).

  • 11 Jean-Philippe Genet précise que : « c’est cette collection, [qu’il] propose d’appeler métasource, (...)

16Jean-Philippe Genet le souligne : « Le travail de l’historien sur ses sources (collecte, interprétation, réalisation des potentialités) transforme le “réel historique” en une collection de données scientifiquement construites » (Genet, 1986 : p. 8)11. L’anthroponymiste ne fait pas autre chose en passant de la documentation historique au corpus onomastique.

  • 12 Confronté à la délicate question de l’identification et de la caractérisation des unités onomastiq (...)

17Sauf à abandonner toute perspective quantitative, la constitution de la métasource (informatisée ou non) est une étape nécessaire, faite de choix donc de renoncements ; elle « est difficile, car elle oblige à faire entrer une réalité complexe dans l’étroit carcan d’une catégorisation. » (Genet, 1977 : p. 232)12. Mais elle permet d’appréhender le caractère complexe de l’objet, de l’apprivoiser, de le rendre plus familier. Cette construction, qui relève de la réflexion ici privilégiée sur les méthodes et les outils, participe aussi de la réflexion historique.

À propos des métasources

Petite typologie

18Dresser un inventaire exhaustif des corpus onomastiques qui ont été utilisés à un titre ou un autre dans ce travail ne présenterait ici, dans la perspective retenue, qu’un intérêt limité. On trouvera bien sûr dans la bibliographie toute référence utile à cet égard.

19Il paraît en revanche important d’insister sur la logique qui a prévalu au choix des corpus (informatisés) qui font l’objet de sollicitations particulières et de développements plus approfondis. Trois types peuvent être distingués :

  1. Des corpus de « première main », pour lesquels j’ai effectué tout ou partie du travail de dépouillement initial (à partir d’une source dûment identifiée) et constitué la métasource13. Ces corpus proviennent soit de documents inédits, c’est-à-dire de sources manuscrites non éditées (cas par exemple des listes fiscales bourguignonnes) soit de documents originaux édités (cas par exemple du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés ou du cartulaire de Saint-Victor de Marseille).
  2. Des corpus de « seconde main », pour lesquels je n’ai pas dépouillé la documentation historique. J’ai dans ce cas constitué la métasource à partir d’un travail publié (et/ou éventuellement soutenu comme mémoire universitaire) qui présentait une dimension anthroponymique prononcée (étude d’ensemble sur une région ou un groupe social fournissant de nombreuses indications à caractère anthroponymique et/ou généalogique). Sauf exception, je ne suis pas « retourné » aux sources. Ces corpus proviennent de matériaux particulièrement disparates : entrent ainsi dans cette catégorie le corpus des noms vendômois, constitué en métasource à partir des reconstitutions généalogiques (schématisées) proposées par Dominique Barthélemy (1993) ; mais aussi l’immense corpus des noms catalans constitué à partir du Repertori d’antropònims catalans (Bolos & Moran, 1994). Certains corpus de cette catégorie ne correspondent pas à un système de gestion de bases de données à proprement parler. Ils se réduisent à de simples « listes quantifiées » de noms, éventuellement localisés, lemmatisés et classés par type selon leur origine linguistique (germanique, grecque, latine, etc.). En outre, ces listes peuvent être partielles (et ne donner que les noms les plus fréquents ou les plus rares, etc.)
  3. Des corpus anthroponymiques déjà informatisés, donc constitués en métasource et mis à ma disposition par le ou les auteurs du dépouillement initial. Entrent dans cette catégorie des documents qui m’ont été cédés sous forme de listing14 (cas par exemple du Catasto florentin de 1427, dont les données m’ont été aimablement fournies par Christiane Klapisch) ou sous forme de fichiers informatiques (cas de plusieurs travaux de maîtrise effectués sous la direction de Monique Bourin), mais aussi des corpus que j’ai constitués à partir d’informations disponibles sur le web via un serveur (cas par exemple des Online Tratte of Office Holders 1282-1532 (Herlihy et al., 2002b)). Dans tous les cas, j’ai été amené à nettoyer et/ou remanier quelque peu les bases de données correspondantes — essentiellement leur structure — afin de leur donner un « format » compatible avec celui « attendu » par les outils informatiques que j’ai par ailleurs développés pour le traitement systématisé des corpus anthroponymiques.

20Il faut également compter avec des informations qui ne correspondent pas à proprement parler à des corpus, mais plutôt à des éléments du traitement de ces corpus : c’est le cas notamment des tableaux et des graphiques utilisés pour certaines mises en perspective qui ont été recomposés et standardisés pour la circonstance à partir de tableaux ou de graphiques « originaux ».

Diversité des corpus

21Les corpus sollicités sont donc nombreux et divers.

22Divers d’abord dans leur chronologie. Du polyptyque de Saint-Germain-des-Prés (IXe siècle) aux données du Catasto florentin de 1427 ou celles du Tratte of Office Holders (1282-1532), ce sont près de sept siècles qui sont « balayés », du Haut au Bas Moyen Âge.

23Divers ensuite dans l’espace géographique couvert puisque, si la documentation est essentiellement française, l’Italie et la péninsule ibérique fournissent aussi une partie de la matière mise en œuvre.

24Divers encore dans la typologie des sources exploitées puisque ces corpus sont tirés d’actes de la pratique, de documents notariés, de récits narratifs, de généalogies (reconstruites comme métasource), de listes d’habitants ou de documents fiscaux.

  • 15 Ces documents manuscrits et non édités ont fait l’objet d’un dépouillement réalisé en collaboratio (...)
  • 16 Cf. Hägermann, 1993.

25Divers enfin dans le niveau d’élaboration de la documentation sollicitée : le corpus bourguignon est constitué d’anthroponymes identifiés sur des documents d’archives originaux — manuscrits et non édités — des XIVe et XVe siècles15 ; le corpus de Saint-Germain-des-Prés est constitué de noms identifiés à partir de la réédition récente de la source originale16 ; le corpus catalan ou les corpus florentins, de listes de noms établies par des spécialistes des populations concernées.

  • 17 Cette évaluation ne correspond pas au nombre d’anthroponymes différents mais bien au nombre d’occu (...)

26Au total, ce sont près de 25 000 anthroponymes qui ont fait l’objet d’une recension primaire (type 1)17.

  • 18 Pour le corpus lorrain, cf. Jacobsson, 1955 ; pour le corpus parisien, cf. Michaëlsson, 1927 & 193 (...)

27Une évaluation identique pour les types 2 et 3 n’aurait que peu de sens : la masse colossale de travail que représente la recension primaire ne peut évidemment pas, dans ce cas, m’être imputée. Les corpus florentins représentent à eux seuls plus de 150 000 unités d’observation (90 000 names et 70 000 family names) ; le corpus catalan quelque 40 000 anthroponymes ; les corpus lorrains et parisiens plus de 20 00018 ; etc.

  • 19 Cette diversité est aussi garante d’une certaine « souplesse » des méthodes et des outils de trait (...)

28Cette diversité des corpus sollicités révèle d’une certaine façon les errements de la pratique, les doutes et les incertitudes qui ont pu être les miens, confronté au matériau et à la question anthroponymique. Elle trahit également cet « éclatement des recherches » dont parle Christiane Klapisch (cf. supra) et le caractère nécessairement dispersé de ma réflexion19.

Notes

1 Pour une présentation complète de cette enquête initiée par Monique Bourin il y a plus de dix ans, cf. Bourin & Chevalier, 1989.

2 Ceux-ci se développent à des rythmes différents, sur des territoires dissemblables, parfois simultanément, parfois successivement.

3 Ces choix ne se sont bien évidemment pas imposés d’un bloc. Ils ont été suggérés, parfois confortés, par un va-et-vient permanent entre observations empiriques et réflexions théoriques. De ce point de vue, la confrontation directe avec la matière — les noms — et le calcul effectif d’indicateurs statistiques ont souvent permis de constater que les observations « résistaient » aux modèles de saisie et de traitement des données imaginés de façon abstraite. Cette « résistance » a ainsi pu être exploitée ; elle a sans nul doute contribué à l’optimisation des méthodes.

4 Je me permets toutefois de préciser que j’ai consacré mon mémoire de DEA (cf. Chareille, 1996) à cette question et que le programme informatique FragmGen que j’ai développé à cette occasion a été conçu dans cette perspective.

5 L’application d’outils mathématiques et statistiques à l’étude des phénomènes informationnels permet de révéler l’existence de régularités qui peuvent être mises à jour et éclairées par l’application d’outils mathématiques et statistiques. Cette application a donné naissance à un nouveau champ de recherches en sciences de l’information appelé infométrie qui regroupe des sous-domaines formés sur des secteurs informationnels spécialisés comme celui du livre (la bibliométrie), de la recherche-développement (la scientométrie), des mass-médias (la médiamétrie), des musées (la muséométrie) et du WorldWideWeb (la webométrie).

6 Il rappelle cependant qu’il a « eu autrefois l’imprudence de publier un cours (...) sous l’intitulé Mathématiques des sciences humaines. » (Barbut, 2000 : p. 205, renvoyant à Barbut, 1967-1968).

7 De ce point de vue, approche quantitative et approche qualitative ne se distinguent pas.

8 Je pense par exemple au « modèle explicatif » liant l’homonymie à l’apparition du surnom : le premier phénomène a longtemps été présenté comme la cause du second alors que l’indicateur censé l’évaluer mesurait en fait la concentration des noms. Sur cette question, cf. infra, chapitre 1.

9 De ce point de vue, la situation est plus claire au Haut Moyen Âge.

10 La même observation ne vaut-elle pas d’une certaine façon pour les « sources » elles-mêmes ? Joseph Morsel fait ainsi remarquer que : « Le document est (...) un produit idéel/matériel de son temps (...), il est le produit idéel/matériel de stratégies de conservation différentielles dès son époque (...), il est le produit idéel/matériel de son archivage actuel. La transformation du document en “source” doit donc impérativement inclure la “dé-stratification” du produit fini [donc construit ? !) » (Morsel, 2003).

11 Jean-Philippe Genet précise que : « c’est cette collection, [qu’il] propose d’appeler métasource, qui va être soumise à l’ordinateur ; au reste le processus ainsi décrit n’est pas tellement différent si l’on n’a pas recours à l’ordinateur » (Genet, 1986 : p. 8). Il indique par ailleurs que : « la métasource (...) substitue au “réel historique”, une représentation particulière, un monde clos conçu en fonction d’une théorie locale. » (Genet, 1997 : p. 11, renvoyant à Genet, 1986 & 1994).

12 Confronté à la délicate question de l’identification et de la caractérisation des unités onomastiques (cf. infra, chapitre 4) l’anthroponymiste ne peut que faire sienne la remarque de Jean-Philippe Genet : « L’ordinateur introduit (...) une exigence de rigueur formelle en amont même du traitement, là où le flou de l’expression littéraire masquait opportunément les apories. » (Genet, 1986 : p. 12).

13 Cette « constitution » de la métasource (informatisée) sous-entend à la fois le travail de construction de la structure et celui de son « renseignement » (saisie et codage éventuel des « données »).

14 Réinformatisé à l’identique pour la circonstance.

15 Ces documents manuscrits et non édités ont fait l’objet d’un dépouillement réalisé en collaboration avec Patrice Beck aux Archives Départementale de la Côte d’Or. Leur présentation et leur exploitation ont fait l’objet de plusieurs articles (Beck & Chareille, 1997, 1998, 1999 & 2002).

16 Cf. Hägermann, 1993.

17 Cette évaluation ne correspond pas au nombre d’anthroponymes différents mais bien au nombre d’occurrences anthroponymiques : environ 10 000 pour le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés, 8 000 pour Saint-Victor de Marseille (polyptyque + cartulaire), 6 000 pour la Bourgogne, et quelques autres encore.

18 Pour le corpus lorrain, cf. Jacobsson, 1955 ; pour le corpus parisien, cf. Michaëlsson, 1927 & 1936.

19 Cette diversité est aussi garante d’une certaine « souplesse » des méthodes et des outils de traitements (informatiques et statistiques) qui sont ici proposés.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search