Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-2 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Conclusion : discrimination sociale et anthroponymie

Conclusion : nuances serviles de l'anthroponymie médiévale

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

1Rechercher les spécificités de l'anthroponymie des esclaves a déjà tenté anthropologues et historiens pour des sociétés esclavagistes, telles que les Amériques d'avant l'abolition de l'esclavage. Leurs résultats constituent des références pour les études du monde médiéval pour bien des raisons, notamment parce que les principes de cet esclavagisme sont mieux connus que ne le sont ceux de la servitude médiévale et parce que la documentation abondante permet de bien comprendre le système anthroponymique qui ne subit pas à l'époque de fortes tensions évolutives.

  • 1 Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves : La formation de la société brésilienne, Paris, 1952, lre éd (...)

2Dès les années 50, Gilberto Freyre1 consacrait à ce thème quelques pages, à propos des esclaves noirs brésiliens. Dans un pays où il expliquait à quel point le nom ne constituait pas un moyen sûr pour identifier l'origine sociale des individus, il soulignait que les esclaves, notamment les domestiques, imitaient leurs maîtres et adoptaient leurs noms. Les uns, comme leurs maîtres, prirent ou reçurent de superbes noms fleurant l'aristocratie portugaise. D'autres ajoutèrent sobriquets ou noms de lieu, noms de moulins notamment, à leurs prénoms, de même que les maîtres qui, notamment au début du XIXe siècle, préférèrent, dans un enthousiasme nativiste, les noms locaux de leurs propriétés à ceux de leur famille, même s'ils étaient porteurs d'une gloire noble et européenne. Peu de différences entre maîtres et esclaves. Les uns et les autres portaient des prénoms qui étaient ceux du calendrier chrétien : Jean qui empêchait le Diable de venir danser devant la porte de la maison Antoine, Pierre ou Joseph, qui empêchaient le septième enfant de devenir loup-garou. Cependant Gilberto Freyre constata que certains prénoms étaient caractéristiques des esclaves, Benoît, Cosme, Damien, Romain pour les garçons, Félicité, Espérance ou Lucie pour les filles. La différenciation n'était pas dans le système de désignation mais dans certains éléments du choix anthroponymique.

  • 2 Cheryll Ann Cody, « There was no “Absalom” on the Ball Plantations : Slave-naming Practices in the (...)

3Plus récemment, des études ont mis en lumière les modes de fonctionnement de l'anthroponymie des esclaves noirs des plantations dans le Sud des États-Unis. Ainsi celle de la famille Ball en Caroline du Sud2, que les archives permettent de suivre à partir du milieu du XVIIIe siècle. La comparaison y est possible entre trois ensembles : la famille Ball elle-même, leurs esclaves noirs et les libres blancs, à la fois par des analyses globales et des exemples de monographies familiales. La fine étude qui en a été menée ne s'est cependant pas attachée à l'ensemble du système de désignation des personnes mais aux seuls prénoms. Dans la famille Ball elle-même, le choix des prénoms est très fortement biblique ; il montre que l'appartenance familiale compte plus que l'identification singulière et que dans cette expression de l'appartenance familiale, la ligne agnatique est fortement privilégiée. Il n'en va pas vraiment autrement pour les esclaves qui parviennent sur les plantations avant 1780, sans doute en partie parce que les choix sont ceux des maîtres eux-mêmes. Le corpus des prénoms d'esclaves est également dominé par les prénoms bibliques, mais il est immense et plus varié que celui des maîtres, incluant aussi des noms de l'Antiquité gréco-romaine comme Pompée ou Caton et ceux de héros littéraires ; le choix est sans doute pour une large part celui des maîtres. À la génération d'esclaves suivante, 1780-1800, qui nomme elle-même ses enfants, les mêmes prénoms sont reproduits au sein de chaque famille : comme leurs maîtres, mais dans une moindre mesure, ils accordent aussi une grande importance aux liens de la parenté, principalement agnatique. Il faut voir là sans doute l'imitation du modèle fourni par les maîtres, mais aussi le poids d'une prédication chrétienne commentant les exemples bibliques qui place la dévolution agnatique des noms au cœur des références des Noirs eux-mêmes. Avec les populations blanches environnantes, les ressemblances des corpus sont initialement faibles ; peu à peu cependant, les corpus se rapprochent au cours du XIXe siècle. Alors deux noms seulement restent spécifiques des esclaves sur les terres des Ball : Prince qui n'est jamais attesté en dehors de leurs plantations, où il est très fréquent — et Abraham. Du moins en va-t-il ainsi pour les esclaves mâles, car les femmes gardent durant toute la période un corpus de prénoms plus caractéristiques de leur statut.

4Il n'y a donc pas de noms marqueurs de servitude dans cette société. Pourtant une norme subtile apparaît, non pas à l'échelle de la société, mais à celle des esclaves appartenant à la famille Ball que l'abondance des références bibliques dans les trois groupes sociaux ne doit pas cacher : les noms de leurs maîtres leur sont interdits tant qu'ils sont portés par des vivants de même que les noms qui ne sont portés que par le lignage des maîtres. Si les esclaves portent avec une fréquence exceptionnelle des noms qui sont liés à l'histoire d'Isaac, Abraham, Sarah, Agar, Esaü et Jacob, indiquant une volonté affirmée de se situer dans l'orbe d'Isaac, aucun ne porte celui d'Isaac lui-même, entre 1780 et 1825, pendant que ce prénom est porté par deux Isaac Ball successivement.

5Dernier élément à relever : le comportement anthroponymique n'est pas parfaitement homogène ; les plus proches de leurs maîtres, ceux qui faisaient partie de la « liste bleue », ainsi nommée parce qu'ils recevaient de meilleurs vêtements, ont des comportements anthroponymiques encore plus proches de ceux des Ball que la masse des esclaves.

6Ces exemples révèlent que les pratiques anthroponymiques des esclaves, au moins dans les premiers temps de leur installation sur les plantations, sont complexes et qu'elles évoluent d'une génération à l'autre. Les modèles sont particulièrement compliqués parce qu'interfèrent les pratiques originelles perturbées par la transplantation, les modèles des maîtres et ceux des populations environnantes. Il est difficile de démêler quelle part provient du maître et quelle part revient aux esclaves eux-mêmes pour désigner leurs enfants ; difficile aussi de faire la part, dans une documentation écrite qui émane du maître, des pratiques exercées par ce maître et de celles qui prévalent au sein des familles d'esclaves noirs. Au sein de ces règles, le sexe introduit de fortes différences.

7Au-delà de la difficulté à comprendre les mécanismes de la désignation, ces exemples incitent à mener l'étude des pratiques anthroponymiques des esclaves avec une grande prudence dans la confrontation avec celle des autres groupes sociaux. Au Brésil comme en Caroline, les références y sont les mêmes, le triomphe du nom d'origine biblique ou du calendrier chrétien transcende les groupes sociaux. La différence de corpus ne saute pas aux yeux. Le système anthroponymique des maîtres s'applique aux esclaves et semble adopté par eux. Pourtant à y regarder de près, l'identité apparente des corpus n'empêche pas des interdits subtils. Il semble qu'il y ait une sorte de tabou du prénom porté par le maître et des prénoms trop étroitement attachés à sa famille, identitaires en quelque sorte. Dans un même système global, la différence apparaît, sans doute non pas tant à l'échelle du corps social qu'à celle d'unités plus petites, telles que le grand domaine ou plutôt l'ensemble des possessions d'une même famille de maître.

***

8Évidemment, dans l'Occident médiéval, le problème de l'anthroponymie servile se pose un peu différemment des situations américaines. Il y a certes des éléments communs : le premier, qui fonde l'intérêt de la comparaison entre les pratiques anthroponymiques « serviles » de l'Occident médiéval et celles des pays d'esclavage tels que les Amériques des XVIIIe et XIXe siècles, est qu'elles ont un cadre commun, celui de la civilisation chrétienne. Ce point commun n'existe cependant que lorsque l'anthroponymie médiévale a achevé sa mutation en n'utilisant désormais que des noms « chrétiens » d'origine biblique ou des noms « christianisés » tels que Guillaume.

9D'autres paramètres différencient en revanche la situation de l'Occident médiéval des esclavages antiques ou modernes, qui peuvent avoir une traduction anthroponymique. Quels que soient les débats actuels entre médiévistes sur sa force dans l'occident médiéval, à toutes les périodes, l'esclavage n'y est pas de même type que celui des Amériques aux temps modernes. Ni les mancipia ni a fortiori les autres statuts de dépendance n'y ont subi, en règle générale, des transplantations massives et récentes, si ce n'est peut-être au tout début de la période et lorsqu'au XIVe et XVe siècle, on fait venir des esclaves de pays exotiques. D'autre part dans l'Occident médiéval, les différences de statut ne reposent pas sur une différence ethnique très manifeste. Enfin, si les plantations américaines offrent une excellente homogénéité statutaire (et ethnique) de la population, il en va en général autrement dans les populations occidentales. Certes certains domaines, voire plus tard certains villages, sont à peu près intégralement de statut servile, mais dans l'ensemble le voisinage « mêlé » est la norme. Pour ces diverses raisons, il est, a priori, bien plus difficile de faire la différence, dans un village médiéval, entre libre et serf au Moyen Âge qu'entre Blanc et Noir sur une plantation américaine. Ce risque — apparent en tout cas — de confusion, induit-il à un contrôle plus strict de différences anthroponymiques ? L'idée d'un contrôle anthroponymique entre les mains des maîtres, instaurant des corpus distincts, déjoué par les servi, constitue une hypothèse de travail à retenir pour la période médiévale, même si rien d'équivalent n'apparaît dans les études américaines.

10L'intérêt de la méthode comparative est évident pour différencier une servitude occidentale médiévale et des esclavages américains et leurs pratiques anthroponymiques. Nous ne pouvons pourtant pas l'utiliser autant qu'il serait souhaitable, parce que les pages de Gilberto Freyre sont très rapides et synthétiques et parce que l'étude des plantations de la famille Ball, aussi riche soit-elle, ne repose que sur la comparaison des prénoms. Ce n'est qu'une partie de l'anthroponymie « moderne » qui est analysée, au demeurant de manière très suggestive. Or le système anthroponymique est un tout : il faut se servir de tous ses éléments pour en comprendre les règles de fonctionnement, surtout dans l'Occident médiéval qui met en place, à partir du XIe siècle, de nouvelles formes de désignation des personnes.

11La méthode comparative ne sert pas seulement à différencier des pratiques anthroponymiques serviles entre l'Europe médiévale et les Amériques modernes. La comparaison doit aussi être conduite au sein du Moyen Âge occidental pour suivre les transformations de ces « statuts inférieurs ». L'étude est un jeu de miroirs où anthroponymie et statuts constituent chacun un outil pour observer l'autre. Quelle image l'évolution anthroponymique renvoie-t-elle de l'évolution des statuts de dépendance ? Comment les variations entre les noms des esclaves-serfs-dépendants et ceux des libres, voire ceux de l'élite, éclairent-elles les principes fondamentaux du système anthroponymique occidental ? Si l'anthroponymie contribue à classer les individus dans la société, quelle importance cette société attache-t-elle à pouvoir différencier les libres des dépendants par leurs noms, de manière catégorielle ? Et comment cette différenciation a-t-elle évolué au cours de la période médiévale ? Par cette voie d'approche, on pourrait attendre de mieux comprendre aussi bien les règles médiévales des choix des noms en général que le vécu social, sinon juridique, des statuts de dépendance.

***

12On sait bien que la servitude des servi et des ancillae (ou des mancipia) des domaines carolingiens n'est pas analogue à ce qu'on appelle parfois « nouveau servage » qui se développe à partir de la fin du XIIe siècle et l'on sait bien aussi qu'entre temps, les transformations des pouvoirs et de l'habitat, c'est-à-dire des rapports sociaux, ont modifié le statut des serfs, précisément lorsque le servus a été désigné dans les actes écrits comme homo et non plus comme servus. On sait aussi que l'anthroponymie est passée d'un système uninominal à un système à deux éléments dans lequel le patronyme tend à s'hériter. Et que l'évolution commence lorsque cesse la variation thématique et que les noms se figent en une association indissociable des deux racines thématiques ; puis les choix du nom sont mus pour une part par le désir d'imitation des princes et la recherche de l'attention bienveillante des grands saints chrétiens, au moment même où les pouvoirs se réorganisent dans la seigneurie encellulante qui dénomme, avec une précision revenue et sans doute accrue, le fils de son père et le descendant d'une lignée. Enfin vient le temps, celui-là même où s'instaure le « nouveau servage », où le surnom se fait nom de famille, et où la société se perçoit comme une collection d'individus organisés selon l'axe vertical du temps et horizontal du lieu, ce que l'État utilise pour ses fins fiscales et entérine tardivement. Les rythmes évolutifs se répondent et l'on imaginerait aisément que l'anthroponymie, révélatrice des grandes évolutions sociales qu'elle contribue à expliciter, exprime aussi nettement les transformations des statuts : la dépendance réelle du « nouveau servage » ne devrait-elle pas s'inscrire dans le surnom du serf, nommé de préférence Pierre ou Jean et surnommé du nom de son manse ?

13Une telle attente repose sur l'idée qu'existe un statut de dépendance, voire plusieurs, concomitants, suffisamment homogènes, qu'il serait important d'afficher jusque dans l'anthroponymie. Or la clarté est loin d'être faite sur les divers vocables utilisés pour désigner les serfs, sur l'évolution éventuellement disjointe de la condition servile et du vocabulaire pour la désigner, sur l'existence même d'un statut servile avant le XIIIe siècle. Et l'homogénéité du statut ne signifie pas celle de la condition. Est-il si simple de déterminer une ligne de démarcation entre libres et serfs ? Les indices sont souvent contraires : il semblerait à la fois qu'un groupe de personnes soit capable de dire qui est serf et qui ne l'est pas, mais les conflits ne manquent pas dans ce domaine, preuve que le contrôle n'est pas si facile, tout particulièrement aux moments où le développement urbain facilite les migrations et les enrichissements. La liberté du corps, des biens, de l'appartenance à une collectivité constituent trois critères principaux qui ne sont ne sont pas systématiquement et également absents de la population que nous qualifierons de servile, en ayant bien conscience du simplisme, pourtant nécessaire dans un premier temps, que ce terme comporte. Lesquels sont décisifs dans la perception d'une servitude que les études juridiques montrent comme une affaire comparative plus qu'absolue en tout cas à la période centrale du Moyen Âge ? Lesquels sont les plus distinctifs ? Bref selon quels critères définir des corpus de personnes qui en un même moment et en un même lieu soient identifiés comme appartenant sans aucun doute possible à la même catégorie statutaire ou sociale, tels qu'ils aient quelque chance d'être désignés selon des règles communes ?

14Comparer les noms et les périodes, lire dans chaque période les différences de statuts dans la différence des noms et lire d'une période à l'autre l'évolution des statuts à travers l'évolution des noms de ceux qui lui appartiennent, un tel projet suppose évidemment des méthodes de comparaison efficaces et sûres. La difficulté de l'entreprise implique la rigueur dans la comparaison : on ne peut pas se permettre d'une impression intuitive pour juger des différences entre les corpus. Les instruments statistiques sont indispensables. Mais on ne peut pas faire l'économie partout où une telle entreprise est possible, d'ajouter des études de cas, notamment de généalogies, à l'observation à macro-échelle. Il faut le croisement de larges études permettant en un moment de faire apparaître les formes éventuellement spécifiques des anthroponymies libre et servile et d'études plus intimes, apportant la profondeur chronologique et permettant de comprendre les formes éventuellement spécifiques de la transmission des éléments de la désignation.

15La procédure comparative exige aussi, si ce n'est l'homogénéité des sources, du moins une prise en compte systématique des différences que la variété des sources et de leur enregistrement de l'anthroponymie risque d'induire. Bien évidemment ce n'est pas une pratique « indigène » que les sources médiévales transmettent, mais ce qui est confié à l'écrit par la plume du scribe et ce n'est ni tout à fait différent ni tout à fait identique aux pratiques des groupes sociaux concernés. L'autorité qui écrit et les buts poursuivis par l'écrit introduisent à coup sûr des biais dangereux pour une telle étude. Il n'est pas sûr qu'un document interne à une seigneurie éprouve le besoin d'enregistrer les données anthroponymiques qui situent le porteur du nom comme dépendant selon les mêmes normes que tel document ayant valeur générale ou plus encore tel acte émanant de la « puissance publique ». La documentation que nous avons utilisée est faite de plusieurs grands types de sources : des listes et autres inventaires qui informent sur une population donnée à un moment donné, exclusivement servile ou de statuts divers, des généalogies qui apportent la profondeur chronologique ainsi que le contexte social et des ensembles de chartes. Les sources ne parlent sans doute pas toutes le même langage anthroponymique et il faut en tenir compte.

16La nature des sources, des pouvoirs et des noms, nous ont renvoyé à un classique découpage en trois temps, celui des temps carolingiens, celui de la « mutation féodale » et celui de la naissance de l'État moderne qui est aussi le temps du « nouveau servage ». Les différences en matière de servitude et d'anthroponymie sont évidentes entre ces divers temps médiévaux, mais elles n'excluent pas quelques points communs durables.

17En matière d'anthroponymie servile, quelques questions traversent l'ensemble du Moyen Âge. Bien entendu, en premier lieu, et dans une appréciation à grands traits, l'existence de noms spécifiques des serfs ou interdits à eux. Un deuxième ensemble de questions concerne la transmission du nom. Si la servitude et la dépendance s'héritent, une question se pose naturellement : la trace de cet héritage est-elle perceptible dans l'anthroponymie, par une transmission des éléments dénommants plus forte dans les populations serviles que chez les autres ? Le rôle des femmes dans la transmission du statut est très généralement attesté : avec quelles conséquences pour l'anthroponymie, autrement dit quels signes anthroponymiques de la transmission matrilinéaire de la servitude ? La dominance agnatique perceptible dans ce discours de l'aristocratie sur elle-même que constitue le choix des noms est-elle contrebalancée chez les serfs, garçons et filles, par le poids de la ligne maternelle ?

18Un troisième ensemble de questions concerne les nuances anthroponymiques au sein du statut servile. On sait la variété des conditions au sein de la servitude, entre les ministériaux, la familia domestique de moindre importance sociale et les serfs chasés : le contrôle du maître, son imitation, les usages culturels propres y sont sans doute différemment articulés. L'accent a été suffisamment mis sur l'influence directe et indirecte des modèles anthroponymiques aristocratiques sur les sujets de la seigneurie et les humbles en général, avec des rythmes et des retards plus ou moins importants sur les puissants, pour qu'on ne s'interroge pas de manière récurrente sur la traduction anthroponymique de ces phénomènes. Les ministériaux sont-ils les premiers, parmi les non-nobles, à adopter les pratiques anthroponymiques des grands ? Qu'en est-il des serfs ? Ajoutons pour compliquer le tableau que l'inégalité entre les maîtres risque fort d'influencer les conditions de leurs dépendants les plus proches. En somme c'est un jeu social complexe qu'il faut envisager, à trois éléments principaux et leurs sous-ensembles : aristocratie, peuple libre et peuple serf.

19Il ne faudrait pas oublier le contexte unificateur de l'influence de l'Église : même si elle n'a pas préconisé explicitement et autoritairement le port de noms chrétiens, le souci du salut a, comme dans l'Amérique des temps modernes, unifié les références. À partir du XIe siècle s'est imposé, à travers l'Europe, le choix des mêmes saints protecteurs, ici Jean, là plutôt Pierre, les autres apôtres restant dans des positions moins fortes. Ce principe homogénéisant a-t-il joué contre des tendances à la ségrégation anthroponymique et à l'identification sélective des groupes sociaux et des statuts ?

***

20Deux résultats apparaissent clairement sur l'ensemble de la période et dans l'ensemble des sources et des régions. D'abord la variété des modèles anthroponymiques. Il serait vain de rêver à un principe homogène. L'exemple, étudié par Nat Taylor, des généalogies de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés est frappant : même origine, même époque, même type de source pour quatre généalogies. Certes elles font apparaître des points communs spécifiques aux serfs et communs aux quatre listes : ainsi l'usage réservé du surnom toponymique aux femmes serves de l'abbaye mariées dans un village voisin, telle Hamelina de Castilione ou Adelina de Laoniis. Mais que de nuances dans les autres aspects de la pratique anthroponymique ! Tandis que la généalogie de Guido ne comporte aucun surnom pour les hommes, d'autres mentionnent des sobriquets et des surnoms de métier. Quant aux noms, les effectifs sont limités pour en juger, mais la famille de Guido ne comporte pour les hommes presque aucun nom biblique, celle de Thibaut et d'Ours beaucoup plus. Dans ces conditions, avec des différences si fortes entre groupes serviles proches, à quelle échelle travailler pour voir apparaître les éventuelles différences entre libres et serfs ?

21Or là est précisément le second résultat : les différences sont mineures qui permettraient d'isoler, de distinguer les serfs des libres, et ceci tout au long de la période médiévale, du IXe au XVe siècle. C'est évidemment un résultat en soi, même s'il est terriblement décevant au premier abord. Au voisinage de l'an 2000, en un temps où les prénoms et même les noms permettent de manière si manifeste de deviner l'origine sociale de chacun, on a du mal à penser l'homogénéité médiévale. Elle a certes ses nuances locales et chronologiques. Mais si l'anthroponymie a été un moyen de situer et de contrôler les personnes — et tel semble bien l'objet de l'apparition de l'anthroponymie à deux éléments, la nôtre — elle ne semble pas avoir choisi la discrimination selon le statut. Dans le polyptyque d'Irminon, ce sont les mêmes racines qui sont dissociées et ré-assemblées dans les familles serviles et les familles de colons. Dans la Catalogne du XIIIe siècle, si célèbre pour la dureté de la remensa, les mêmes noms pour les serfs et les paysans libres.

  • 3 Curieusement, les noms portés par les serfs de ces familles d'Île de France sont plutôt ceux des « (...)

22Même la différence entre serfs et aristocrates est faible : si l'on reprend l'exemple des généalogies de Saint-Germain-des-Prés, où est la différence de noms ? Robert, Baudouin, Girold, Gui, Herbert sont parmi les noms les plus fréquents dans cette parentèle, comme dans l'aristocratie du Nord de la France, même si l'archaïsme d'ingelrannus a des relents d'humilité3. On peut même s'interroger : à certains égards la distance est encore moins forte entre les noms des non-libres et des aristocrates qu'entre non-libres et libres paysans. Il en va ainsi dans certaines régions pour les rythmes d'adoption du surnom, mais aussi parfois pour le choix de certains noms, comme en Galice. Force du contrôle seigneurial ou proximité sociale plus grande ? Les deux peut-être, qu'il s'agisse de serfs vivant dans ou aux limites de la domesticité seigneuriale ou de paysans dont les services rappellent la servitude malgré l'immersion dans un voisinage globalisant. Une fois de plus, la diversité sociale de la servitude apparaît comme plus forte que l'unification due au statut, lequel est sans doute plus uniforme dans l'esprit des historiens que dans la réalité, surtout antérieure au XIIIe siècle.

L'anthroponymie servile aux temps carolingiens

23La documentation d'époque carolingienne offre d'immenses corpus de noms, plusieurs milliers d'anthroponymes volontairement regroupés dans des inventaires aux fonctions variées. De cette extraordinaire richesse anthroponymique quatre exemples d'Italie centrale ont été retenus dans ce volume et celui du polyptyque d'Irminon, si célèbre, si souvent étudié et qui a pourtant encore bien des éléments à livrer. C'est bien peu dans l'abondance de la documentation carolingienne et bien loin de constituer même un échantillon des régions éclairées par les textes ; assez cependant pour aborder les problèmes spécifiques à cette période et à cette documentation. Elle offre une extraordinaire coupe transversale, mais bien peu de profondeur chronologique. Et bien peu de serfs, du moins à Saint-Germain-des-Prés, pour des milliers de noms de colons : trop peu pour que les calculs soient toujours significatifs.

24Les mancipia comme du bétail ; moins que du bétail ? Ce n'est pas vraiment l'image que donnent les documents, qu'ils émanent des abbayes d'Italie centrale ou des domaines de Saint-Germain-des-Prés. Il est vrai que la liste dressée par l'abbaye de Farfa à la fin du Ville siècle note les serfs et le bétail, et rien d'autre, comme si seule la force de travail, humaine et animale confondues, intéressait les moines. Mais le soin avec lequel ils sont dénombrés, avec leur conjoint et leurs enfants, ne ressemble en rien à celui prêté à un troupeau.

25À cette époque comme plus tard, l'homogénéité anthroponymique entre les personnes de statut différent, libres et non-libres, est la caractéristique dominante. Les corpus sont aussi peu concentrés, révélant une multitude d'anthroponymes. La proportion d'anthroponymes germaniques et de noms latins n'est pas significativement différente entre serfs et alleutiers ou serfs et colons. Les noms les plus fréquents sont les mêmes, comme sont les mêmes les structures d'ensemble de l'anthroponymie. La comparaison entre les noms des deux générations connues par le polyptyque d'Irminon, celles des parents et celles de leurs enfants, révèle que l'anthroponymie est vivante, que les choix ne se reproduisent pas dans un corpus figé. L'évolution des préférences est nette d'une génération à l'autre : elle est la même pour les serfs et les colons.

  • 4 C'est le cas dans les listes serviles, un peu plus tardives, de la région d'Arezzo. Cf. Jean-Pierr (...)
  • 5 Il est cependant un peu plus fort chez les serves que chez les libres.

26On dit parfois que la fréquence des diminutifs caractérise les populations serviles4. Dans le polyptyque d'Irminon il n'en est rien, le pourcentage est identique chez les colons et les serfs5. Et les alleutiers de Peltuinum en portent plus que les serfs de Farfa. Il semble difficile d'en faire un critère statutaire universel de différence des pratiques anthroponymiques.

27Serfs et libres, étudiés en bloc, portent les mêmes noms. En premier lieu, les noms chrétiens ne sont nullement fermés aux serfs, bien au contraire. Il ne fait aucun doute que si l'esclave ne peut pas être chrétien, il n'y a aucune incompatibilité entre le statut des mancipia carolingiens, des servi et des ancillae et le baptême.

28L'ensemble de la ventilation des corpus révèle leur ressemblance. Certes, dans le cartulaire de Casauria, où les Loup et les Ours sont nombreux comme dans le reste de l'Italie centrale, la fréquence du nom d'Adelpert, absent des listes serviles, laisse espérer que le lexème adel- ne convient pas à un serf et qu'on tient là une piste, logique au demeurant, de différenciation. Mais elle ne fonctionne pas dans les domaines de Saint-Germain-des-Prés, où athal- est aussi fréquent chez les colons et chez les serfs. Mathal- (tribunal) et wulf spécifiques des colons, ebur- (sanglier) plus fréquent chez les serfs, de même que ragin- (conseil) ou wald-(gouverner) : quel sens donner à ces spécificités de tel ou tel statut ? Les Loup et les Ours sont plus serviles en Italie centrale ; si dans le polyptyque d'Irminon, un statut portait ces noms plus que les autres, ce serait plutôt l'inverse, c'est-à-dire les colons. La recherche de lexèmes, différenciant les statuts, favorisant chez les libres les images de guerre, de courage, de noblesse ou de justice est un échec presque total. Dans le polyptyque d'Irminon, serfs et colons portent les uns et les autres des noms qui appartiennent aux mêmes registres et où dominent les idées de guerre et d'amitié.

29Pourtant les résultats présentés ainsi sont trop grossiers. La coupure libre-colon/serf n'est pas un principe global d'organisation de l'anthroponymie. La seule anthroponymie des libres est bien trop nuancée pour qu'il en soit ainsi : en Italie centrale, les noms rassemblés dans les chartes du cartulaire de Casauria, à la même époque que la liste des alleutiers de Peltuinum, montrent des différences, au sein du même statut, entre des groupes distincts : noms germaniques plus fréquents à Casauria, fréquence d'Adelpert, absence de Palumbus et des noms liés au monachisme, tels que Maur ou Benoît.

30Les articulations entre les groupes sociaux, leurs origines et leurs caractéristiques culturelles sont plus complexes que ne le disent les statuts : elles dictent les choix anthroponymiques plus que le niveau de richesse foncière et plus que la différence de statut. Parce qu'elles le présentent comme élément premier, les listes, et même l'ensemble de la documentation, nous renvoient l'image d'une société dont les lignes de partage sont celles d'une stratification fondée sur le statut ; l'anthroponymie indique la force d'autres critères identitaires et culturels, qui découpent perpendiculairement les strates statutaires et même les tranchent sans s'en soucier.

31Est-ce à dire que l'anthroponymie est neutre et qu'elle n'est pas un enjeu dans les affrontements sociaux ? Les noms de serfs du Val Trita, qu'on sait être en rébellion contre San Vincenzo, constituent peut-être un indice, certes fragile, que le choix des noms pourrait être, dans certaines circonstances, un signe de refus de domination. Le corpus des noms n'y est pas aussi germanique qu'à Casauria, bien plus chrétien qu'à Farfa, Adelpert est fortement attesté et pas les noms « monastiques ». Identité spécifique de cette population ou résistance à une norme imposée, si l'on doit considérer comme telle les principes de choix anthroponymiques qui prévalent dans les domaines de Farfa ?

32La résistance à un statut servile héréditaire, que bien des sources révèlent et qui peut aller au-delà d'une résistance passive, à une volonté d'y échapper par la fuite, a-t-elle une traduction anthroponymique ? La réponse est malaisée, car elle est à l'évidence de l'ordre de la décision individuelle et que toute appréciation collective du phénomène risque de sceller les cas où le refus de l'héritage anthroponymique peut révéler une tentative d'évasion. Même l'étude au cas par cas est peu concluante : des parents qui paraissent ne transmettre que peu leur patrimoine anthroponymique ne transmettent-ils pas celui d'une génération plus ancienne ?

Une transmission anthroponymique un peu plus affirmée chez les serfs

33Néanmoins, qu'il soit ou non le résultat d'un contrôle du maître, le patrimoine anthroponymique se transmet un peu plus chez les serfs que chez les libres et c'est même la seule différence nettement significative entre les deux statuts dans le domaine de l'anthroponymie, du moins dans le polyptyque d'Irminon. La transmission des lexèmes est une règle très générale sur les domaines de l'abbaye de Saint Germain des Prés, pour toutes les catégories de population : plus d'un enfant sur deux, énoncés dans le polyptyque, reçoit au moins un élément des noms de ses parents, bien plus souvent le premier (Stammglied) que le lexème final. Le Stammglied n'est pas clairement lié au sexe et la transmission est plus agnatique que matrilinéaire, plus nettement encore en direction des filles que des garçons. Les aînés héritent un lexème parental un peu plus que leurs cadets et les fils un peu plus que les filles. De ces principes généraux de transmission du patrimoine anthroponymique, le statut servile accentue les traits : l'héritage des aînés est plus marqué chez les serfs.

34On aurait pu penser, parce que la servitude est réputée transmise par le ventre, que les lexèmes des mères se transmettent plus chez les serfs que chez les libres. En fait la transmission matrilinéaire est peu sensible, des mères à leurs filles chez les serves ; nettement plus marquée au contraire chez les colones. Elle se fait surtout en direction des fils, quand les deux parents sont serfs. D'une manière générale d'ailleurs, les parents serfs transmettent plus nettement des éléments de leurs noms à leurs fils qu'à leur fille.

35Le statut des biens renforce encore ces pratiques : trois fils sur quatre, de statut servile, sur un manse servile, héritent d'un élément anthroponymique de leurs parents, principalement le Stammglied du père. Il n'est donc pas exclu, compte tenu de la puissance générale, dans la société carolingienne, de la transmission d'éléments anthroponymiques parentaux que ces éléments participent d'un droit au patrimoine, comme ce sera le cas plus tard, notamment pour le surnom. L'image de l'hérédité anthroponymique, particulièrement forte chez les serfs, se nuance dès lors, dans l'ambiguïté, de contrôle, d'attache et de droit à la terre.

36La situation n'est sans doute pas neuve : l'identité des corpus de lexèmes quel que soit le statut renvoie à un brassage ancien dans le monde rural. Il n'y a pas de noms ou de lexèmes porteurs de servitude, pas plus qu'il n'y en a d'interdits aux serfs mais il se peut que la pratique spécifique d'une hérédité plus grande chez les serfs et notamment chez les serfs installés sur des manses serviles ait accompagné assez récemment le chasement.

37Si le jeu de l'hérédité anthroponymique particulièrement marqué chez les serfs est complexe, mais assez clair dans le polyptyque d'Irminon, il est difficile à concilier avec les pratiques que semble révéler la documentation d'Italie centrale. Là, la filiation est indiquée, non pas tant par l'héritage du nom, que par la mention explicite de cette filiation, mais cette mention apparaît d'abord dans les désignations des libres, si ce n'est que les « rebelles » du Val Trita sont aussi désignés comme fils de leur père. Il est vrai que cette précision est d'autant plus nécessaire que l'anthroponyme ne révèle pas par lui-même la filiation et qu'il y a conflit.

38À l'époque carolingienne où l'anthroponymie est fondamentalement la même pour les alleutiers, les colons et les serfs, quelques nuances peuvent être sensibles localement, dans un fonctionnement fin d'indices tels que la transmission des éléments du nom (s'il est d'origine germanique) ou même certains choix de noms. Mais il n'y a pas de noms de résonance servile, ni de noms de libres qui soient inaccessibles aux serfs.

Au centre de la période médiévale

  • 6 Il est vrai que la généalogie portugaise présentée dans ce volume est plus ancienne, remontant san (...)

39L'époque suivante, du milieu du Xe siècle au XIIe voit apparaître de nouvelles sources. Les caractéristiques générales en sont bien connues, notamment l'augmentation des notices et de la narrativité, surtout dans les documents de la France du Nord. Et ces nouveautés apportent évidemment un lot d'informations. Mais le point le plus intéressant pour l'étude de l'anthroponymie servile est la multiplication des généalogies de serfs. On en trouve de la Flandre à la Galice et à l'Italie centrale, rédigées dès les environs de 1050 et sans discontinuer au cours de la période6. Elles ont moins attiré l'attention que celles des puissants, dont elles sont contemporaines, écrites évidemment dans d'autres contextes.

  • 7 Vers 1080 pour la notice de Santa Fiora (Cf. Jean-Pierre Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés 715- (...)
  • 8 Sur l'origine des représentations graphiques des généalogies, Cf. Christiane Klapisch-Zuber, L'omb (...)

40Les exemples présentés dans ce volume correspondent à plusieurs cas. Soit le plaid par lequel le maître revendique un droit auquel la parentèle tente d'échapper : c'est le cas du plaid qui concerne Gui de Suresnes, dont la notice est conservée dans le cartulaire de Saint-Germain-des-Prés, mais c'est aussi le cas des notices d'Arezzo d'un siècle antérieures7. Dans le cas de Gui, la mise en page en colonnes parallèles des descendants de trois serfs manifeste un essai remarquable de représentation généalogique8. Un deuxième type de circonstance de rédaction est l'occasion d'un partage entre seigneurs : à ce type appartiennent plusieurs des documents galiciens étudiés par Maria Ines Carzolio. Enfin, certains documents semblent renvoyer à une pratique plus constante de bonne gestion seigneuriale : ce pourrait être le cas du document de Saint-Amand-de-Courtrai, constitué par quatre mains successives pendant un demi-siècle, comme une sorte de censier remis à jour.

Les serves plus fréquentes que les femmes libres dans la documentation

  • 9 On rappelle que les 23 ménages serfs du polyptyque d'Irminon ont donné naissance à 38 filles et 34 (...)
  • 10 En Languedoc toulousain, c'est désormais le couple qui prête l'hommage servile et non plus l'homme (...)

41Entre ces documents, de facture et d'objectifs différents, bien des divergences. L'une d'entre elles est la place quantitative des femmes, globalement plus importante dans les documents concernant les serfs que dans les autres sources. Dans les listes et les généalogies serviles, la proportion de femmes est inégale selon les documents et les régions : si, dans la liste flamande de Courtrai, on ne compte que 15 hommes pour 100 femmes, la proportion est moins forte à Ename (46 hommes pour 100 femmes) et elle est équilibrée entre descendants des deux sexes dans la parentèle de Gui de Suresnes9. En Toulousain, le taux de masculinité est du même ordre qu'on se limite à la population servile ou qu'on envisage tous les statuts indifféremment jusque vers 1180, aux environs de 90 % ; stable dans la population « libre », il diminue rapidement dans la seule population serve jusque vers 70 % au tournant des XIIe et XIIIe siècles. Ces disparités, et notamment la faible masculinité des listes flamandes, ont sans doute à voir avec la transmission matrilinéaire ou mixte du statut. Il convient cependant de considérer ce taux avec prudence10.

Des pratiques régionales différentes en matière de transmission des noms

  • 11 La répétition systématique du nom de l'ancêtre fondateur, éponyme par conséquent, n'est nullement (...)

42Bien des divergences aussi dans la gestion des noms. L'absence de transmission des noms dans ces parentèles serviles est très claire dans toute une partie de la documentation. Dans les généalogies galiciennes, les noms des serfs « fondateurs » des parentèles se perdent, ceux des trois ou quatre générations auxquelles on remonte en ligne directe, la mémoire les ayant enregistrés, mais pas ceux de leurs collatéraux. Bien évidemment la recomposition thématique ne se pratique plus pour les noms d'origine germanique, ni d'ailleurs dans la région parisienne ; mais la transmission ne se fait pas non plus sous la forme complète du nom. Des cousins portent souvent à la quatrième génération les mêmes noms, mais ils s'appellent Pierre ou Pelage, qui sont tout simplement les noms les plus courants ; ils ne portent pas celui de leurs lointains ancêtres11. Dans la descendance des quatre familles serviles de Saint Germain des Prés, il en va de même. On peut trouver un écho de Gui, dans le nom d'un neveu homonyme ; dans la descendance de Thibaut, un petit-fils porte le nom de son grand père Andreas. C'est bien peu. La transmission ne se fait guère non plus pour le surnom, même si Stephanus Capalu engendre Robertus Capalu ; à la génération suivante intervient la solution de continuité. D'ailleurs le port d'un surnom n'est pas habituel.

  • 12 Sans doute ce résultat tient-il pour une grande part au fait que les effectifs féminins sont toujo (...)

43Il y a pourtant des régions où il en va différemment. Premier cas : les listes flamandes. Alors que la plupart des études anthroponymiques montrent classiquement une faible concentration des noms de femmes12 ces listes manifestent — qu'elles datent de la seconde moitié du XIIe siècle ou du XIIIe — le phénomène inverse, des noms féminins assez concentrés. Principalement une vingtaine de noms, largement répandus à travers la Flandre, connaissant des nuances de répartition micro-régionale. Pourtant les aires culturelles et les traditions locales n'expliquent pas tout : d'un village à son voisin, il y a de fortes disparités, qui semblent dues à des pratiques de transmission familiale des noms. Dans telle famille, ce sont des noms largement répandus qui se répètent de génération en génération ; dans telle autre, ce sont des noms très particuliers, rarement portés en dehors de la même descendance, comme Alit ou Celia dans des familles du village de Morselede. Gestion complexe donc, combinant liberté de choix, sensibilité aux orientations du temps et transmission familiale.

44En Languedoc toulousain, la proportion bien plus forte de la transmission des noms est l'une des différences majeures entre libres et non-libres, comme dans le polyptyque d'Irminon à la période précédente. Un tiers des fils portent le nom de leur père ou de leur oncle parmi les serfs ; moins de 20 % parmi les libres. Quant au surnom, pour autant qu'on puisse en mesurer la transmission, elle ne fonctionne pas comme un nomen paternum où le nom du père devient surnom d'une fratrie pour disparaître à la génération suivante : il s'hérite en un surnom patronymique, bien plus nettement que dans l'aristocratie.

Des corpus très proches

45La gestion subtile de la transmission du nom, parfois à peu près absente, d'autre fois bien présente, va-t-elle de pair avec un corpus spécifique aux serfs ou sans différence marquée d'avec les corpus des libres ? La réponse implique une comparaison systématique qui n'a été conduite dans ce volume que pour les documents galiciens et pour le Toulousain. Nulle part il n'y a de sensible différence : en Galice comme en Languedoc toulousain, les serfs participent de la même culture anthroponymique que les libres et les grands choix se ressemblent fortement quel que soit le statut des personnes. Mais à y regarder de près, et surtout en Galice où la vaste taille des effectifs permet des observations fines, on aperçoit des pratiques et des choix différentiels, sinon discriminants.

46Les deux régions ont un premier point commun, qui pourrait peut-être se généraliser : les serfs portent plus de noms chrétiens que les libres. Pour eux, la christianisation est plus rapide. Petrus en particulier est spécifique des populations serviles en Galice comme en Toulousain. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce trait. Ce peut être l'emprise de la seigneurie ecclésiastique : pour vérifier cette explication il conviendrait de faire la différence entre les serfs qui sont dans le patrimoine d'une seigneurie ecclésiastique, et ceux qui y entrent, donnés ou vendus par un laïc. Une autre explication peut être que les parents serfs choisissent de confier leurs enfants à la protection d'un saint intercesseur dans l'au-delà, plutôt qu'à une image princière. Ou bien enfin le nom princier, autre choix préférentiel du mouvement général de concentration des noms, paraît incompatible avec une dépendance à un autre seigneur, inacceptable en particulier pour ce seigneur. Cette hypothèse aussi est vérifiable chez les dépendants des princes qui devraient dans ce cas porter aussi les noms de la dynastie princière proche.

47Sans qu'il y ait vraiment une opposition entre les corpus, les serfs de Galice ont significativement moins de noms germaniques que les libres. Mais surtout, certains noms, pourtant bien attestés chez les uns et les autres, sont clairement plus rares (déficitaires) dans une catégorie ou au contraire spécifiques de l'autre : ainsi Pélage, qui est le plus porté de tous les noms en Galice, est spécifique des serfs, déficitaire chez les libres. Sont déficitaires chez les serfs : Guntinus, Leogevild, Fidelis, ou Gundisalvus. Parce que ce sont des noms aristocratiques ou royaux ? Certainement pas, car sont spécifiques des serfs Pélage ou Mir ou Eica qui sont aussi des noms de roi, et Sesnandus bien porté par l'aristocratie asturo-léonaise ou galicienne. Les raisons demeurent mystérieuses. En Toulousain, les palmarès sont différents. Et ceux qui accusent de fortes différences selon les statuts ne sont pas les noms de tête du palmarès global, mais ceux de second rang. Ainsi Roger et Bertrand sont presque absents chez les serfs. Mais de part et d'autre des Pyrénées, un point commun : Martin comme nom de serf, presque « réservé à la dépendance » comme l'écrit Mireille Mousnier.

48Pour les femmes aussi, il est de sensibles nuances. Une serve ne s'apelle guère Toda ou Ildoncia en Galice ; mais Maria, Marina ou Audosinda, qui est, comme Elvire, aristocratique aussi, mais pourtant déficitaire chez les libres. En Toulousain, les choix sont autres : c'est la mise au féminin des noms masculins qui l'emporte, phénomène sans équivalent en Galice. Le fait est général dans la France méridionale, toutes populations féminines confondues, mais plus net chez les serves, chez qui Maria n'a pas le même succès que chez les libres.

49Dans l'évolution des noms, un dernier trait est partagé par la Galice et le Languedoc : la concentration des noms est plus précoce dans les populations serves et le phénomène ne semble pas être un biais statistique dû à un corpus plus restreint. En Galice, 7 noms suffisent dès le milieu du Xe siècle pour nommer la moitié de la population servile ; même si ce taux diminue sensiblement au début du XIe siècle, lorsqu'augmente la taille du corpus, il faut attendre le dernier quart du XIe pour que les libres fassent jeu égal dans le processus de concentration et dépassent à leur tour ce taux. En Galice comme dans la France méridionale, le taux d'homonymie est plus fort dans les populations dépendantes.

La modernité anthroponymique des serfs comme signe du contrôle seigneurial ?

  • 13 E. Portela Silva & M. C. Pallares Méndez, « El sistema antroponimico en Galicia. Tumbos del monast (...)

50Liée à cette homonymie, mais n'en étant pas la cause, on le sait, la diffusion du port du surnom est plus rapide dans les populations serves des régions observées. Ce résultat semble contraire à celui obtenu par Ermelindo Portela et M.C. Pallares13, pour qui il faut attendre une date tardive, un XIIe siècle avancé pour que les clercs et les serfs soient désignés majoritairement par un nomen paternum comme les autres populations galiciennes. Le phénomène est acquis dans les documents de Celanova beaucoup plus tôt, dès le troisième quart du XIe siècle. Mais cette précocité n'est pas générale : les serfs de la généalogie de Gui de Suresnes ne portent normalement pas de surnom. Là où elle est attestée, elle mérite d'être signalée car l'usage du surnom est, en général, nettement retardé chez les non-nobles : les serfs semblent porteurs d'un surnom avant les libres non-nobles, surnom qui pourrait aussi être précocement hérité en dehors des régions de triomphe du nomen paternum.

  • 14 En Galice, il semble même que de tels surnoms ne soient portés que par des serfs, de sexe masculin

51De part et d'autre des Pyrénées, les systèmes anthroponymiques différent, ou plus exactement ils se sont peu à peu écartés. Tandis que la péninsule ibérique restait fidèle au nomen paternum pour les garçons et les filles, accompagné de l'égalité du partage entre tous les enfants, la France méridionale admettait de plus en plus la référence topographique comme forme dominante du surnom. Ici et là les autres formes de surnom, sobriquet ou occupation, demeuraient de faible usage. Or ici et là, en Galice comme en Languedoc, ces deux formes de surnom, tout en restant très minoritaires, sont plus fréquents pour désigner les serfs. Les surnoms d'occupation s'appliquent évidemment surtout aux serfs de sexe masculin14. Les sobriquets aussi, dans la complicité satirique du voisinage. Il faudrait vérifier s'il y a là un signe de dépréciation statutaire ou économique ou bien la prise en compte d'une particularité significative, la simple incidence d'une occupation fréquemment autre qu'agricole.

52Comme à la période précédente, les serfs participent du même système anthroponymique que les libres : Taire culturelle est toujours écrasante par rapport aux nuances marginales qui marquent les noms des serfs. Il n'est pas facile de deviner à travers les pratiques anthroponymiques des particularités discriminantes du statut servile. Tout au plus, les femmes galiciennes serves ne semblent désignées que par leur filiation paternelle et non par leur lien conjugal, à la différence des libres qui sont souvent désignées par les deux ; comme si la cellule conjugale que les serves constituent avec leur époux demeure un lien moins fort que l'origine paternelle. Dans toute Taire méridionale, et sans doute assez loin vers le Nord, la transmission de la macule servile par la mère n'est pas attestée par les pratiques anthroponymiques : le poids agnatique semble s'imposer.

53La constitution de la seigneurie a-t-elle délié les serfs du lien personnel au profit d'un lien réel dominant ? Rien de tel n'apparaît encore dans leurs noms. Il est vrai que les rares surnoms dans la généalogie de Guido sont des noms de lieu, mais ils ont un sens bien particulier, celui de signaler une installation foraine. Et cette pratique n'est pas appliquée aux serves des seigneuries abbatiales flamandes, du moins pas dans les listes et inventaires de gestion. Dans le midi languedocien, les noms de lieux sont plus rares pour les serfs que pour les libres : l'incastellamento n'a pas imposé de nouvelles références anthroponymiques.

54À la marge, on peut lire dans les nuances de l'anthroponymie servile un contrôle plus strict que sur les libres : à travers une pratique plus concentrée du choix des noms, plus christianisée et par les surnoms plus précoces et plus hérités. À cet égard, il faut reconnaître que la seigneurie ne semble guère toucher à ce qui faisait la différence, somme toute assez faible en matière d'anthroponymie, entre libres et non-libres. Par-delà les changements sémantiques qui touchent la désignation des diverses catégories sociales et leur statut, l'impression est celle d'une permanence du rapport libre-non libre. L'écart ne semble ni s'accroître notablement, ni se résoudre. En tout état de cause il transmet une image de proximité sociale plus que de barrière ou de fossé.

55Les dépendants ne sont en rien des laissés pour compte d'une évolution anthroponymique pourtant radicale. Bien au contraire ; ce qui laisse penser, sans grande surprise, qu'une part fondamentale des processus anthroponymiques est bien dirigée par l'aristocratie, et sans nul doute par ceux qui ont la maîtrise de l'écriture. Certaines distorsions ou formules particulières d'enregistrement des noms sont d'ailleurs sans doute à mettre au compte d'objectifs spécifiques de la mise par écrit des listes et inventaires.

Les temps du nouveau servage

56Les dernières années du XIIe siècle, du moins dans les pays de la Méditerranée, voient se profiler une évolution apparemment contradictoire, mise en lumière par des études récentes : tout à la fois une aspiration de plus en plus évidente aux libertés dont des concessions de franchises collectives et des manumissions individuelles manifestent la réalisation et la définition de plus en plus lourde et contraignante du servage comme un statut dont les contours se fixent peu à peu. Les modalités de ce statut varient encore, notamment d'une région à l'autre ; la Catalogne met en place le régime le plus lourd, celui de la remensa. Même si les textes continuent de répéter à l'envi que les affranchissements concernent aussi bien la servitude personnelle que la servitude réelle, de fait l'attache à la terre devient le fondement du lien servile. On s'attendrait donc à ce que l'anthroponymie prenne en compte cette donnée essentielle, qui va d'ailleurs dans le sens même de l'évolution d'ensemble des références des surnoms : le poids de la résidence, locale ou topographique, s'alourdit au détriment, notamment dans les régions qui le connaissaient, du surnom en forme de nomen paternum dans lequel la filiation l'emportait.

L'archaïque simplicité de l'anthroponymie servile à partir du XIIIe siècle

  • 15 Comme le montre Paul Freedman, les noms de lieu représentent plus de la moitié des noms de libres (...)

57Or ce n'est pas l'image qui ressort de la documentation. Nulle part les noms de lieu, et notamment pas les noms de manses dans la Catalogne de la remensa, ne marquent fortement l'anthroponymie servile d'une marque particulière15. Du moins jusqu'à la fin du XIIIe siècle, car, comme le note Paul Freedman, les premières années du XIVe siècle en apportent peut-être les premiers signes révélant la lenteur d'adaptation des pratiques de l'écriture des noms aux normes juridiques et à la réalité des choses.

  • 16 En Catalogne, les calculs montrent qu'après une diminution significative de la part des noms uniqu (...)

58L'appartenance familiale est encore un trait de l'anthroponymie servile du XIIIe siècle, comme d'ailleurs aux époques précédentes. En Catalogne, on peut interpréter le maintien à un niveau plus élevé du nomen paternum chez les serfs comme un signe d'archaïsme. Archaïsme aussi à Bologne où la désignation du type x fils de y est fréquente pour les serfs du Liber Paradisius ? Pour les serfs de Pierrefonds, en Valois, les relations familiales sont aussi plus fréquemment indiquées. On peut invoquer qu'il ne s'agit pas d'une liste à but fiscal, celle-ci se contentant de signaler le chef de famille, tandis qu'à Pierrefonds on procède à un inventaire de la population. Mais il faut noter que la relation fraternelle, absente des documents urbains, est bien attestée et l'on sait à quel point les fratries et le problème des héritages collatéraux est objet de controverse dans les servages du XIIIe siècle finissant. S'il est un trait distinctif du système anthroponymique des serfs c'est alors son archaïque simplicité. Partout, ils sont désormais dénommés par le vieux système du non unique beaucoup plus que les autres ruraux. On peut invoquer dans le cas de Pierrefonds le caractère de la liste à usage local en comparaison d'autres documents destinés à un usage externe. Mais il en va de même en Catalogne16 et dans le Liber Paradisius de Bologne : dans des sources de même nature, ou dans la même source lorsqu'il s'agit de Bologne, la différence est sensible. Mais ces mentions familiales sont des mentions humbles, non pas la richesse des générations empilées des magnats, mais la simple indication d'une filiation et d'une mémoire récente.

59Archaïsme que le nombre plus important des sobriquets dans les noms de serfs de Bologne, et peut-être aussi signe de dérision sociale.

60Archaïsme encore que la moindre concentration des nomina propria, en tout cas en Catalogne ?

61La situation est fortement différente des indices donnés par les modes de désignation de la période précédente, dans les échantillons analysés. Que la cause en soit une soumission plus étroite ou une distance sociale plus réduite, les noms des serfs, noms ou surnoms, les situaient dans une sorte de situation intermédiaire entre les milieux aristocratiques et les paysans libres. Désormais les indices anthroponymiques les situent au plus près des autres paysans, et parfois parmi les plus modestes d'entre eux. Même lorsque le manse qu'ils possèdent — et le montant du rachat qu'ils doivent payer pour le quitter — n'en fait pas des pauvres, bien au contraire. En tout cas, sauf le cas particulier de certains serfs bolonais, sur lequel je reviendrai, les choix des noms les séparent du monde des puissants. Non pas comme un fossé, puisque les noms les plus portés sont les mêmes dans tous les milieux, mais les noms de second rang. Le phénomène perceptible en Languedoc dès le XIIe siècle, mais atténué par d'autres éléments de la dénomination, est très visible dans le Berry du XVe siècle. En Catalogne, il touche même les noms les plus fréquents, l'élite se distinguant nettement des noms du « peuple » : à Vich, elle ne porte pas le nom de Joan, par ailleurs si courant. La fréquence plus forte du nom de Pierre parmi les serfs traverse curieusement et significativement les périodes, sans qu'il soit absent des rangs les plus hauts de la société. Ici et là, comme à la période précédente tel nom semble entaché de servitude : il y avait Martin à la période précédente ; la même caractéristique semble valoir pour Dominicus en Catalogne, ce qui est compréhensible ou de Barcelona pour les femmes, auquel on lui attribuerait plutôt une connotation inverse de liberté.

62Sans doute convient-il de ne pas noircir le tableau : au milieu des formes archaïsantes du Liber Paradisus, François Menant note la subtilité des jeux hypochoristiques à la mode toscane, et mieux encore, l'adoption de noms auguratifs de la forme la plus moderne. Sans doute subsiste-t-il au XIIIe siècle et dans les décennies suivantes des serfs, des lignées serviles analogues à ce que fut la ministérialité. Vivant près des aristocrates, les Roland, Alexandre et Vivien témoignent aussi de la culture épique, des maîtres ou des serfs eux-mêmes. N'est-ce pas une situation comparable que révélaient les Pompée et les héros littéraires des noms des esclaves de la famille Ball ?

63Il manque assurément à cette enquête de grands pans de l'espace européen. De grands textes aussi. D'autres polyptyques mériteraient une enquête fouillée, le livre des serfs de Marmoutiers et bien d'autres sources. On peut imaginer des prolongements aux articles réunis dans ce volume. À condition de passer outre la déception de l'identité profonde de l'anthroponymie des libres et des serfs. La constatation essentielle est en effet que les serfs du Moyen Âge, depuis les mancipia des grands domaines carolingiens, ne sont en rien des exclus. Leur anthroponymie suit les pratiques environnantes, elle évolue selon les grands lignes générales. Et surtout régionales : les différences sont bien plus marquées entre les régions qu'au sein de la même région entre les statuts. La comparaison dans des contextes proches des noms de serfs et de libres souligne toujours leur proximité comme trait dominant, que ce soit dans la Bourgogne du XVe siècle ou dans la région de Blois au siècle précédent.

  • 17 De telles études ont été conduites pour les territoires germaniques. Par exemple Hans-Werner Goetz (...)

64Pourtant au fil des siècles, l'image anthroponymique des serfs se dégrade. À dire vrai, nous n'avons pas conduit l'analyse qui permettrait de situer la distance anthroponymique entre l'aristocratie carolingienne d'Île-de-France et les quelques serfs des domaines de Saint-Germain-des-Prés17. Mais aux XIe et XIIe siècles, les dépendants, les « homines » — on sait à quel point le mot est ambigu — révèlent, en divers points de l'Europe, une anthroponymie dynamique, en ce sens qu'elle a bien des traits proches de celle des châtelains et des chevaliers. Certes en cette période aussi, quelques noms, pas parmi les plus portés, comme Martin en Galice ou dans le Toulousain, sont « réservés » aux serfs, évoquant une humilité sans égale dans le reste de la population. Certes le processus de christianisation des noms, qui semble se faire plus vite chez les serfs, est ambigu à interpréter en termes d'image sociale. L'adoption rapide du surnom plaide en faveur d'un contrôle seigneurial aigu mais pas nécessairement d'une oppression étouffante. Au XIIIe siècle, en même temps que la servitude se définit comme un statut, que l'image de la servitude s'impose comme dégradante, marquée dans tout le monde méditerranéen par la formule récurrente du « nexus servitutis », que la liberté est revendiquée comme un bien fondamental, l'anthroponymie des serfs prend des caractéristiques archaïques. Certes, il faut des correctifs à cette image, critique des textes et prise en compte d'éléments modernes aussi au sein de l'anthroponymie des serfs. On sait bien que certains de ces serfs ont un niveau économique qui leur permet de migrer en ville, d'utiliser les services des meilleurs juristes, de constituer un réservoir de richesse dont profitent, par le mécanisme de la remensa, les seigneurs catalans. La servitude paraît pourtant devenir plus que jamais une macule et l'anthroponymie, de manière assez légère il est vrai, à condition de conduire une analyse très détaillée, évoque cette dégradation, se situant du côté de l'image sans doute plus que de la réalité.

65Si l'anthroponymie ne semble pas, tout au long du Moyen Âge, révéler une grande distance sociale entre des populations rurales de statut juridique différent, ce n'est pas que les pratiques de désignation ne soient pas capables de l'exprimer. De fait certains groupes, peu nombreux, souffrent de discrimination anthroponymique, sinon de stigmatisation. Non pas dans le choix des noms : là n'est pas la marque de la distance sociale. Il est au contraire tout à fait étonnant de constater à quel point il est difficile de deviner, à partir du seul « nom propre » l'appartenance sociale d'une personne. Mais deux indices sont parlants.

  • 18 Ces résultats proviennent du travail en cours de Jean-Paul Sauvage sur l'anthroponymie dans la rég (...)

66Le premier est l'emploi de l'hypochoristique, un emploi aussi subtil que le diminutif de nos jours : signe d'affection pour un « petit » ou signe péjoratif ? L'un et l'autre au Moyen Âge, à quoi s'ajoute la prise en compte de l'âge : l'homonymie entre un père et un fils peut se marquer par l'emploi d'un diminutif pour le second, y compris dans une grande famille. Pratique surtout de l'élite urbaine et surtout de l'Italie qui a une virtuosité particulière dans l'emploi de l'hypochoristique. Pour toutes les catégories sociales, son usage est attesté, mais la fréquence en marque assurément la position d'infériorité. L'exemple de la région blésoise18 montre l'ambiguïté mais aussi la validité du critère : parmi les notables urbains, membres de familles solidement et stablement établies dans la ville, on atteint jusqu'aux environs de 40 % d'hypochoristiques, la plupart étant les fils de leur père et de leurs grands-pères notables blésois ; 30 % dans la population des villages environnants comme dans la liste des habitants non-nobles de la ville en 1334, 40 % environ chez les travailleurs du château, mais seulement 14 % chez les nobles de la région. Il y a sans doute des logiques d'enregistrement différentes d'une source à l'autre et il faut s'en méfier, mais sauf le cas des notabilités urbaines, le taux d'hypochoristiques est bien corrélé avec la position sociale du milieu envisagé. L'exemple de la comptabilité du comté de Blois au XIVe siècle confirme la valeur du critère anthroponymique : la proportion d'hypochoristiques parmi les noms relevés dans les comptes distingue nettement les religieux où les hypochoristiques sont moins de 2 %, les clercs 9 %, les grands officiers nobles 4 %, les grands officiers non-nobles 15 %, les sergents et les serviteurs 42 %.

67Le second critère discriminant est la pauvreté anthroponymique, en une sorte d'exagération des caractéristiques qui distinguent l'élite, porteuse d'une anthroponymie multiple et complexe et la « masse » de la population porteuse simplement d'un nom et d'un surnom. Au bas de l'échelle : ceux qui n'ont qu'un nom, ou du moins qu'un élément de dénomination, nom propre seul ou surnom seul, souvent sous forme de sobriquet. Tel serviteur de la cour de Blois est ici appelé Beauperdu et non Jean Beauperdu, comme il l'est dans d'autres circonstances ; pour tel autre c'est le surnom qui est omis, Gobin pour Gobin Roigier. Et les sobriquets abondent, Biauparlant Potage ou Amours. Même pauvreté, plus nette encore pour les esclaves, notamment à Florence. Femmes, non mariées, elles ne portent qu'un nom, quelque peu instable, chrétien, imposé par leur maître et elles sont enregistrées par le non de leur maître ; leurs enfants de même.

68La combinaison des deux critères péjoratifs désigne la domesticité, esclave aussi bien que « libre », comme les marginaux de l'anthroponymie ; pas les serfs. Ces derniers, avec quelques traits particuliers, font partie intégrante de la société, du moins selon le critère de l'anthroponymie.

69Mais peut-être atteint-on là les limites de l'étude du nom comme document d'histoire sociale. Historiquement, le nom, même dans des sociétés esclavagistes, semble davantage insister sur la dimension holiste de la société que sur sa segmentation statutaire et même sociale ; est-ce l'expression du programme œcuménique revendiqué par le christianisme ?

Notes

1 Gilberto Freyre, Maîtres et esclaves : La formation de la société brésilienne, Paris, 1952, lre édition en traduction française.

2 Cheryll Ann Cody, « There was no “Absalom” on the Ball Plantations : Slave-naming Practices in the South Carolina Low Country, 1720-1865 », The American History Review, vol. 92, no 3, juin 1987, p. 563-596.

3 Curieusement, les noms portés par les serfs de ces familles d'Île de France sont plutôt ceux des « nobles » du Nord, Flandre et Vermandois ; les noms les plus fréquents dans les grandes familles et les milieux chevaleresques autour de Paris étaient Hugues, Raoul, Gautier, Pierre, Gui, Payen et Robert.

4 C'est le cas dans les listes serviles, un peu plus tardives, de la région d'Arezzo. Cf. Jean-Pierre Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés 715-1230, coll. École Française de Rome, Rome-Paris, 1996, p. 110.

5 Il est cependant un peu plus fort chez les serves que chez les libres.

6 Il est vrai que la généalogie portugaise présentée dans ce volume est plus ancienne, remontant sans doute à la fin du IXe ou début du Xe siècle.

7 Vers 1080 pour la notice de Santa Fiora (Cf. Jean-Pierre Delumeau, Arezzo. Espace et sociétés 715-1230, coll. Ecole Française de Rome, Rome-Paris, 1996, p. 105).

8 Sur l'origine des représentations graphiques des généalogies, Cf. Christiane Klapisch-Zuber, L'ombre des ancêtres. Essai sur l'imaginaire médiéval de la parenté, Paris, Fayard, 2000, notamment le chapitre IV.

9 On rappelle que les 23 ménages serfs du polyptyque d'Irminon ont donné naissance à 38 filles et 34 garçons enregistrés (i. e. nommés). Le nombre étant de 1015 filles pour 1352 garçons dans les ménages de colons.

10 En Languedoc toulousain, c'est désormais le couple qui prête l'hommage servile et non plus l'homme accompagné d'une femme généralement anonyme, d'où l'évolution du taux de masculinité dans la documentation qui concerne la population servile.

11 La répétition systématique du nom de l'ancêtre fondateur, éponyme par conséquent, n'est nullement générale même dans l'aristocratie et ses modalités mériteraient étude.

12 Sans doute ce résultat tient-il pour une grande part au fait que les effectifs féminins sont toujours nettement inférieurs aux effectifs masculins et au mode de calcul des taux de concentration.

13 E. Portela Silva & M. C. Pallares Méndez, « El sistema antroponimico en Galicia. Tumbos del monasterio de Sobrado. Siglos IX al XIII », dans Pascual Martínez Sopena (éd.), Antroponimia y sociedad. Sistemas de identificación hispano-cristianos en los siglos IX a XIII, U. Santiago de Compostela y U. de Valladolid, 1995, p. 21-48.

14 En Galice, il semble même que de tels surnoms ne soient portés que par des serfs, de sexe masculin.

15 Comme le montre Paul Freedman, les noms de lieu représentent plus de la moitié des noms de libres et seulement le tiers des noms de serfs dans l'échantillon qu'il analyse et l'on n'y voit pas la trace de l'identification de la personne et de sa tenure.

16 En Catalogne, les calculs montrent qu'après une diminution significative de la part des noms uniques dans la population servile (33 % avant 1200 et 4 % en 1230-1259), le pourcentage remonte après 1260 tandis que le mouvement est inverse dans la population libre (2 % avant 1200, 6 % en 1230-1259, et disparition par la suite).

17 De telles études ont été conduites pour les territoires germaniques. Par exemple Hans-Werner Goetz, « Zur Namengebung in der almanischen Grundbesitzerschicht der Karolingerzeit. Ein Beitrag zur familienforschung », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, no 133, 1985, p. 1-41. Les remarquables résultats acquis par les travaux de Régine Le Jan (voir notamment Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle. Essai d'anthropologie sociale, Paris, 1995) sont difficiles, par leur profondeur familiale, à utiliser pour comparaison.

18 Ces résultats proviennent du travail en cours de Jean-Paul Sauvage sur l'anthroponymie dans la région de Blois au XIVe siècle ; nous le remercions d'avoir bienvoulu nous les communiquer.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search