Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-2 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Conclusion : discrimination sociale et anthroponymie

La dénomination comme marqueur de la soumission

Alessandro Stella

Texte intégral

1. Esclaves : Toscane, Péninsule ibérique

  • 1 Cf. Ridolfo Livi, La schiavitù domestica nei tempi di mezzo e nei moderni, Padova, 1928, p. 169,19 (...)

1Le 11 mars 1367, à Florence, s'était présenté devant le notaire de l'un des offices préposés au commerce (la Grascia), Nicolino di Lotto Corteselli, de la Paroisse de San Simone. Il venait déclarer la possession d'une esclave « en langue tartare Cutulu et en langue latine nommée Caterina, d'origine tartare, âgée d'environ 22 ans, de taille moyenne, peau olivâtre, petits yeux, deux tâches sur la joue droite dont l'une près du lobe de l'oreille droite, et l'autre entre l'œil et l'oreille, une marque de la petite variole près du menton du côté droit, achetée au prix de 28 florins ». Le 2 avril 1370, Maître Tommaso Davizi dell'Abaco, de la Paroisse de San Piero Maggiore, faisait la même démarche administrative pour « une esclave, d'origine tartare, au nom tartare Ersamabi, mais de nom chrétien Caterina, et jadis appelée Lucia, jeune de taille moyenne, âgée d'environ 20 ans, peau olivâtre, marquée de la variole sur le front, les oreilles percées, les yeux blancs, qu'il a dit avoir achetée à Paolo di Ser Francesco sous le nom de Lucia, au prix de 30 florins »1

  • 2 Sur les changements de nom des Magnats florentins, cf. Christiane Klapisch-Zuber, « Ruptures de pa (...)

2Ces fiches signalétiques font partie des 354 déclarations de propriété d'esclaves, enregistrées à Florence entre 1366 et 1398. D'origine tartare, russe ou grecque, ces jeunes femmes (âge moyen 18 ans ; les garçons, âgés en moyenne de 12 ans ne représentent que 7,4 % de cet ensemble) sont systématiquement renommées par leurs maîtres. Au prénom de naissance « dans la langue de ces gens », on substitue un prénom bien chrétien ou florentin (Fiore, Bene, Buona). Parfois, comme ci-dessus, leur prénom peut être changé plusieurs fois au cours de l'existence et des passages de propriété. On leur donne les prénoms les plus courants dans la Florence de l'époque : 60 % d'entre elles se partagent cinq prénoms (dans l'ordre de fréquence : Margherita, Lucia, Caterina, Giovanna, Maria). Ce changement de nom s'effectue par une simple décision du propriétaire, par un acte privé ne demandant aucune sanction administrative ou religieuse. Si l'on pense aux longues procédures administratives qui attendaient, à la même époque, les Magnats désireux de rejoindre les rangs des « popolani », nous pouvons mesurer la distance sociale du traitement2.

  • 3 Cf. Alessandro Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, 1993, p. 1 (...)
  • 4 Sur tous ces aspects, Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégies et rituels dans (...)

3Il importe de comparer la dénomination des esclaves avec celle des maîtres. Sur 314 propriétaires d'esclaves figurant sur ce registre florentin, 183 portent un nom de famille, alors qu'à l'époque pas plus de 20 % des ménages florentins en étaient pourvus3. Bien représentés aussi ceux qui portent un titre (Ser, Dominus, Magister) renvoyant à une fonction ou à une profession honorables. Or, ceux qui d'un simple tour de main changeaient le prénom des esclaves (le latinisaient, le christianisaient, disaient-ils) avaient une conscience aiguë de leur propre identité. Pour les élites florentines, posséder un prénom (de préférence récurrent dans la famille), une suite bien établie de filiations, et in fine un nom de famille consolidé et reconnu publiquement, revêtait un rôle central dans l'affirmation sociale4. Il en allait de l'ancienneté du lignage, de l'ancrage sur la terre florentine, de la respectabilité, de l'honneur, et en dernière instance de la position sociale dominante.

  • 5 Cf. R. Livi, op. cit., p. 223.

4Une position de domination vis-à-vis des autres couches sociales, et qui devenait écrasante par rapport aux esclaves. Car pour les tiers, l'esclave se définissait par rapport au maître. Sur le registre d'entrée des : enfants abandonnés, les religieux qui géraient les hôpitaux florentins écrivaient par exemple que tel enfant était « fils de l'esclave de Cosimo di Giovanni di Bicci de' Medici »5. Ces enfants d'esclave, très souvent abandonnés (car trop souvent engendrés par le maître) recevaient un prénom et le cas échéant la filiation maternelle ; mais les chances de prendre une filiation paternelle étaient très minces, compte tenu de la législation florentine au sujet qui prescrivait que l'enfant prenait le statut du père.

  • 6 Alessandro Stella, « Herrado en el rostro con una S y un clavo : l'homme animal dans l'Espagne des (...)
  • 7 Introduction au Registo da Freguesia da Sé desde 1563 até 1610, éd. E. Prestage et P. d'Azevedo, C (...)

5Le cas florentin est, à vrai dire, particulier : du fait de sa législation privilégiant la filiation par ligne masculine et de la présence presque exclusive d'esclaves de sexe féminin. La péninsule ibérique au début des temps modernes nous offre un autre espace d'observation. À cette époque, en Espagne et au Portugal, l'esclavage est très répandu et l'identité des esclaves couchée sur nombre de documents écrits, en particulier sur les registres paroissiaux de baptême, mariage, enterrement. Les esclaves importés d'Afrique étaient déjà systématiquement re-nommés par un baptême rapide dans les comptoirs de traite ; par contre, ceux provenant du Maghreb prenait un prénom chrétien seulement s'ils se convertissaient et acceptaient le baptême. En terre ibérique, les esclaves pouvaient recevoir, en plus du prénom, aussi un surnom, qui n'était autre que celui du maître. Le surnom faisait en effet fonction de marque de reconnaissance de la propriété, et dans certains cas, cette marque était même apposée au feu rouge sur la peau de l'esclave6. Des érudits portugais du début du XXe siècle s'offusquaient de cette pratique : « Le résultat de cette bienveillance excessive et des relations illicites entre nobles et femmes du peuple, est qu'on voyait partout des personnes de basse condition et de physionomie plébéienne et même africaine porteuses de noms historiques »7.

  • 8 Ibidem, t. II, p. 309.

6Mais dans quelle mesure ces craintes étaient-elles fondées ? Ces surnoms, qui à l'origine n'avaient d'autre utilité que celle de signaler le propriétaire d'un bien meuble, pouvaient-ils être consolidés et transmis à la descendance ? ou tombaient-ils en désuétude lorsque le rapport de propriété était interrompu ? Il est difficile de trancher de manière catégorique sur cette question, les généalogies d'esclaves étant presque impossibles à établir. L'étude des registres paroissiaux de la Cathédrale de Lisbonne, de 1563 à 1610, semble néanmoins indiquer le caractère provisoire de ces surnoms. Le mariage de deux esclaves veufs est par exemple transcrit ainsi : « Lourenço Roiz esclave de Francisco Roiz avec Maria Rybeira esclave de Gavriel Rybeiro, tous les deux esclaves noirs veufs ; elle fut mariée avec André Fernandez noir et lui avec Maria Solis »8. Maria ne portait donc pas le nom de son ancien mari, mais seulement celui de son propriétaire. Dans la législation ibérique l'enfant d'esclave prenant le statut de la mère, il faut supposer que le propriétaire avait tout intérêt à ce que la mariée porte son surnom. Au moment du mariage, esclaves et esclaves affranchis sont bien souvent porteurs d'un surnom : 254 mariés sur 376 sont dans ce cas, plus de deux tiers de l'ensemble. En revanche, lors de l'enterrement, les esclaves pourvus d'un surnom ne représentent que 30 % des esclaves enregistrés, la majorité relative étant désignée par le seul prénom et un quart de ceux qui ont eu un enterrement chrétien sont simplement indiqués comme « l'esclave d'un tel » : ni surnom ni même prénom.

  • 9 Étude personnelle sur la documentation recueillie par Antonio Matilla Tascon, Historia de las mina (...)

7La dénomination des esclaves d'origine musulmane était plus complexe. Un certain nombre d'entre eux, en effet, refusaient la conversion et conservaient donc leur propre identité anthroponymique constituée soit par le seul prénom, soit par leur prénom plus le lieu d'origine (ex. « Hamete de Argel »), soit par leur prénom plus celui de leur père. Parmi les 326 esclaves travaillant aux mines de mercure d'Almadén (province de Ciudad Real), au cours de la période 1655-1708, un sur cinq conservait une identité musulmane9. Quelques autres, quoique baptisés, gardaient une partie de leur identité d'origine, tel par exemple « Juan Martin fils de Yala » ou « Diego de la Cruz fils de Abdalà ».

  • 10 Archivo general de Simancas (AGS), Galeras, leg. 84, f° 272-279 et 466-473.
  • 11 AGS, Galeras, leg. 116, f° 226-230.
  • 12 AGS, Galeras, leg.108, f° 385-433. Année 1575.
  • 13 AGS, Galeras, leg.108, f° 482-505. Année 1578.

8La désignation des esclaves embarqués sur les galères d'Espagne, aux XVIe-XVIIe siècles, permet de la comparer à celle des autres rameurs, forçats et bonnevoglie. C'était une population des plus variées, car ces galériens provenaient de tout le bassin de la Méditerranée, de la Mer Noire, d'Afrique, et de tout l'empire européen de Charles Quint. Dans la liste des rameurs embarqués en 1578 sur deux galères de l'escadre de Gênes10, les bonnevoglie, provenant d'Italie, étaient définis par : le prénom, le surnom, le lieu d'origine, le prénom du père. Les forçats étaient originaires d'Italie, d'Allemagne, de France, d'Espagne : ils étaient désignés comme les bonnevoglie, sauf les espagnols à qui on rajoutait souvent la profession. Les esclaves, presque tous non convertis, étaient identifiés par le prénom, le lieu d'origine, le prénom du père. Dans des listes davantage abrégées, datant de 164111 bonnevoglie et forçats étaient désignés par leur prénom et surnom, tandis que les esclaves n'avaient plus que leur prénom suivi du lieu d'origine. Mais le scribe savait, dans son économie d'écriture, qu'il pouvait compter sur des fiches signalétiques largement plus complexes12. Outre la dénomination personnelle (prénom, filiation paternelle, lieu d'origine), y figurait la « nationalité » (bozno, turco, moro, morisco, etc.), éventuellement la couleur de la peau (noir, mulâtre, olivâtre, brun), la taille (grand, petit, moyen), et tout autre signe d'identification possible, et en particulier les marques à feu et les cicatrices. Pour les forçats on tenait des fiches signalétiques semblables, mais avec deux différences notables : la couleur de la peau n'entrait jamais en considération et, pour les forçats d'origine espagnole, trois fois sur quatre on indiquait l'occupation. Le décompte des occupations est vite fait : sur un fichier de 145 forçats de l'année 1578, ne figure aucune occupation honorable, 30 % de laboureurs (labradores), quelques artisans, des journaliers et des travailleurs du textile13.

9Et pourquoi donc l'administration des galères d'Espagne précisait l'occupation exercée par ses propres ressortissants, alors qu'elle l'omettait pour tous les autres galériens ? Outre ramer, les galériens exerçaient une série d'autres tâches (entretien des navires, construction et réparations des installations portuaires, manufactures, services domestiques, etc.), mais leur occupation de libres avait bien peu de rapport avec les travaux du bagne et de la galère. Le motif de cette précision n'avait rien à voir avec les galères : l'indication de l'occupation était un élément d'identification des personnes, dont l'usage était établi dans l'Espagne des XVIe-XVIIe siècles.

2. Prolétaires urbains : Florence

  • 14 Cf. Alessandro Stella, op. cit., p. 165.

10Cette pratique était déjà courante dans la Florence des XIVe-XVe siècles. Dans les registres d'impôt direct de la capitale toscane, l'indication de l'occupation exercée par le contribuable était un élément fort récurrent : pour environ un chef de ménage sur deux, les notaires de la Commune faisaient mention de l'occupation. Pas pour tous, et pas pour l'ensemble des occupations. En particulier, on peut remarquer que si les chefs de ménage identifiés aussi par l'occupation représentent, en 1404, 55 % des contribuables (sur 13.713 dénombrés), parmi ceux dotés d'un nom de famille (23,2 % des chefs de ménage) ce taux descend à 15 %. Aussi, c'est parmi les plus pauvres que nous pouvons observer l'absence à la fois du nom de famille et d'une occupation14.

11Il est possible, et utile, d'entrer davantage dans les détails. Prenons les travailleurs dépendants d'atelier, de manufacture, de bâtiment (les dits lavoranti). Ceux-ci représentent 33 % des occupations indiquées en 1404 (et 2.513 chefs de ménage) : presque tous sont désignés par leur prénom et celui de leur père, mais la suite des filiations s'arrête là : seuls pour 1,6 % d'entre eux on remonte au grand-père (contre 11,4 % pour l'ensemble des dénombrés), et seuls 2,1 % sont porteurs d'un nom de famille.

  • 15 Dans Tordre de fréquence : Giovanni (ou Nanni), Antonio, Francesco, Piero, Niccolo, Domenico, Bart (...)

12Un autre ensemble statistique fort instructif est celui des chefs de ménage florentins à qui l'on n'attribue ni de nom de famille, ni de filiation quelconque, seulement le prénom. Ils sont beaucoup dans ce cas : 1.388. Elles sont beaucoup, en effet : un peu plus de la moitié sont des femmes, à trois quarts veuves. À croire qu'avec la mort du mari elles ont perdu aussi leur deuxième référence à un homme de tutelle publique. En revanche, une sur deux est maintenant désignée par un terme occupationnel ; et les occupations n'ont rien d'honorifique, de servante à fileuse. Quant aux hommes à seul prénom, ils ont droit systématiquement au renvoi à une activité. Journaliers et domestiques de toute sorte que leur occupation ne contribuait sans doute pas, en effet, à les différencier un peu plus de la masse des florentins, car la gamme de leurs prénoms était bien étroite : la moitié d'entre eux se partageait dix prénoms15.

  • 16 Je n'ai recensé comme sobriquets que ceux précédés par « detto » ou « vocato ».
  • 17 Sur 13.713 chefs de ménage, 601 portent un sobriquet. Parmi ces derniers, 74,2 se rangent dans les (...)
  • 18 Ibidem, p. 89.

13À cette massification anthroponymique, une partie de ces Florentins sans attache lignagère connue, échappait par le biais d'un sobriquet16. Dans le corpus susmentionné, ils sont un sur quatorze (contre un sur vingt-six pour l'ensemble des contribuables) à voir figurer un sobriquet dans leur identification fiscale. On peut ajouter à ce constat, que les porteurs de sobriquet sont à trois quarts de piètres contribuables17. Voire des insolvables notoires : parmi les « misérables » fiscaux de l'année 1355, on trouve 4,9 % de sobriquets, contre 3,3 % dans les rôles fiscaux généraux. Mais il faut croire que les sources fiscales, par nature officielle, n'employaient le sobriquet qu'en dernier recours d'identification. Un exemple frappant dans ce sens est celui de la dénomination des leaders des Ciompi en 1378. Parmi les 50 personnes dont nous parlent chroniqueurs et greffiers de tribunal, 19 sont désignées par un sobriquet18.

3. Serfs et paysans dépendants : Bourgogne

  • 19 Archives Départementales de la Côte d'Or (ADCO), B-5527.

14Dans la partie recettes des comptes de la Châtellenie de Noyers, pour l'année 1422, on peut lire, au folio 2 : « Des abonnements des bourgois de Noyers, la me de Vaunoise et la me des molins », suivis « Des tailles des hommes de condition qui sont de mainmorte, de poursuite et taillables hault et bas une fois l'an ». Au folio 6 on trouve les recettes : « Des biens meubles et heritaiges avenuz et escheuz à Madame à cause de la mort et trespassement de feu Thibaut Potot jadis son homme de condition ». Plus loin dans le registre, au folio 32, on lit : « Des prez du buiz et des angles près dudit Noyers, que les habitants de condition demorant à Cours et Noyers la Ville faucherent, fenerent et menerent au chastel sanz leur rien donner pour les fenaisons, 26 charrettes »19. Voilà une « bonne ville ferme où y a foire et marchiez », Noyers, avec son faubourg extra muros appelé Noyers la Ville (ancienne villa gallo-romaine), et son hameau situé deux kilomètres plus loin, Cours (ancienne villa carolingienne). Voilà des habitants du bourg appelés bourgeois, et des habitants du faubourg et du hameau pudiquement appelés « hommes de condition ». De condition servile, bien entendu. Une servitude bien réelle, vu qu'ils doivent faucher les prés du seigneur et amener le foin au château par corvées. Des habitants du même finage, vivant côte à côte, au statut personnel différent, les uns dits francs, les autres dits serfs. Leur appellation personnelle était-elle aussi différente ?

  • 20 ADCO, B-1270.
  • 21 Pierre Le Clercq, « Les manants du Chapitre d'Auxerre de 1302 à 1304 », Cahiers généalogiques de l (...)
  • 22 ACDO, B-1271.

15En ce qui concerne les éléments anthroponymiques purs (prénom et surnom), il ne semble pas se dégager de différences notables. Du moins dans la documentation officielle. Le Terrier de Noyers de 1344 dénombre 257 individus tenant feux : parmi ceux-ci, 25 n'ont pas de surnom et 65 en ont un précédé de li, le ou la20. Pierre Le Clercq, d'après les noms figurants dans les chartes de franchise du Chapitre d'Auxerre, de 1302 à 130421 émet l'hypothèse que ces genres de surnoms individualisés et passagers puissent être caractéristiques des serfs, des serves en particulier. Quoique suggestive, cette piste ne paraît pas concluante, surtout si l'on compare les surnoms des serfs avec ceux des francs (seule méthodologie valable). Or, dans le corpus de Noyers ce type de surnoms est porté aussi bien par les uns que par les autres. La seule différence remarquable concerne les femmes : elles sont presque la moitié des individus n'ayant pas de surnom, alors qu'elles ne représentent que le quart des redevables. Quant aux surnoms composés par li, le, la, 65 en 1344, ils ne sont plus que 6 dans le Terrier de 148422. Signe plutôt du passage de l'archaïque au français moderne que d'une différenciation sociale.

  • 23 ACDO, B-11519.

16Dans le Terrier de Noyers de 1484 (251 individus dénombrés), seules 33 personnes portent un surnom qu'on peut peu ou prou (avec les variations d'orthographe possibles) retrouver dans le stock de 1344. Il est vrai que les pestes, les guerres et autres écorcheurs étaient passés par là. En revanche, en 154323, on trouve 116 individus porteurs d'un surnom déjà présent en 1484. La plus grande stabilité de la population semble bien à la source d'une stabilisation et transmission des surnoms.

  • 24 ADCO, B-5538 (b), f° 6r.
  • 25 ADCO, B-11513.
  • 26 ADCO, B-11515.

17Entre temps, en 144124, la seigneurie de Noyers avait donné une charte de franchise aux habitants du faubourg ainsi que des villages dépendant de la Châtellenie, « pourvu qu'ilz demoreront et resideront es villes et chatellenie dudit Noyers payant leur abonnement comme les autres bourgois dudit Noyers ». Une charte de franchise de la mainmorte, qui ne les libérait pas pour autant d'autres servitudes. En 1484, en effet, ils sont encore 16 redevables de gelines et 75 de bichets d'avoine. C'est qu'aux XIVe-XVe siècles (et jusqu'en 1789 dans certaines contrées) en Bourgogne, les anciennes frontières entre francs et serfs étaient jalonnées de plusieurs autres catégories intermédiaires, qui parfois se chevauchaient. Dans les « Cherches de feux » du bailliage d'Auxois, en 139725, on fait la distinction entre « feux francs solvables » et « feux francs misérables », et la même subdivision vaut pour les serfs. En 144226 on rajoute une troisième sous-catégorie : francs ou serfs « mendiants ». En 1461, les subdivisions de la population du bailliage sont encore plus raffinées ; voici, en tableau, les désignations qu'on rencontre, et le nombre de localités pour lesquelles on emploie la terminologie :

Type de désignation des sujets aux seigneurs dans le bailliage d’Auxois (Côte d’Or) en 1461

désignation

nb de localités

Frans

93

Frans abonnés

6

Hommes frans taillables

6

Hommes frans taillables à volonté exempts de mainmorte

3

Hommes frans mainmortables abonnés

2

Hommes taillables

1

Bourgeois

2

Taillables haut et bas exempts de mainmorte

14

Taillables abonnés exempts de mainmorte

18

Frans et sers

49

Sers

167

Hommes sers taillables haut et bas

69

Hommes sers taillables abonnés

35

Hommes sers taillables à volonté

23

Hommes sers taillables et mainmortables

3

Hommes sers taillables exempts de mainmorte

3

Hommes sers taillables abonnés mainmortables

1

Hommes sers taillables et corvéables

1

Hommes sers taillables

1

Hommes sers corvéables et mainmortables

1

Hommes taillables à volonté et mainmortables

2

  • 27 J'ai fait les calculs à la source, l'ouvrage de Joseph Garnier (La recherche des feux en Bourgogne (...)

18Au total, on peut dire que dans le bailliage d'Auxois en 1461 il y avait 4242 feux serfs et 3529 feux francs27 repartis dans 510 localités et sujets à plusieurs dizaines de seigneurs. Mais, comme on le voit par les dénominations ci-dessus, les délimitations entre un groupe et un autre étaient terriblement nuancées. Le degré d'assujettissement se mesurait à l'aune des servitudes. Et ces servitudes revenaient toutes à la source : la terre où l'on demeure, la terre qu'on exploite, le meix, la oche, la parcelle de corvée.

  • 28 ADCO, B-11519, Cahier à part, préambule.
  • 29 Sur 1263 chefs de ménage dénombrés, 36,2 % sont définis laboureurs, 26,5 % manouvriers, 6,1 % vign (...)

19L'évolution de la désignation officielle des personnes rend compte de l'évolution structurelle de la société. Dans le Terrier de Noyers de 1344, seule une petite série de surnoms font référence à une activité (ex. « li pelletier », « li moustardier », « li vaichier »). Un siècle et demi plus tard, le Terrier de 1484 n'entretient plus aucune ambiguïté entre le surnom et l'occupation des individus, laquelle figure systématiquement en queue de la série dénominative, et concerne 64 % des redevables. On voit alors une petite ville où vivent des laboureurs et des vignerons, des boulangers et des bouchers, des maçons et des charpentiers, des tisserands et des chapeliers. Un paysage social varié, mais à structure anthroponymique sensiblement identique, et vis-à-vis de laquelle on éprouvera le besoin d'indiquer certains comme « bourgeois » (ce qui n'est pas une occupation) et d'autres comme « messires », « maîtres » et « nobles hommes ». Soixante ans après, en 1543, cette évolution trouvera son plein accomplissement dans « ung rolle contenant les noms, surnoms et quallitez des manans et habitants tenans feu » à Noyers et dans son bailliage28. Ici, le contraste est frappant entre les « qualités » des habitants de la ville et celles des manants dans son faubourg et dans les villages de la seigneurie. Dans ces derniers, les différences sont réduites à ceux qui travaillent la terre avec un attelage (laboureurs), et ceux qui la travaillent à la main (manouvriers et vignerons)29. Rien n'avait changé dans leur travail, en effet, par rapport à un siècle auparavant ; sauf que maintenant ils n'étaient plus appelés serfs. Il faut croire que pour les intéressés ce n'était pas une mince différence.

Conclusions

  • 30 Cf. Iza Biezunska-Malowist, « L'esclavage dans l'Égypte gréco-romaine », Archiwum Filologiczne, XX (...)

20« Plus rien est à nous : ils nous ont enlevé les habits, les chaussures, et même les cheveux [...]. Ils vont nous enlever aussi le nom » (Primo Levi, Si c'est un homme). Les nazis étaient bien conscients de l'effet destructeur sur la personne humaine de la réduire à un simple numéro marqué sur l'avant-bras. Aussi, n'y aurait-il pas besoin de démontrer que la dénomination a été utilisée au cours de l'histoire comme marquer de la soumission. C'est plutôt sur qui et comment cette opération relationnelle s'est exercée qui doit faire l'objet de la réflexion. Il est aisé d'imaginer, en effet, le destin auquel était voué les enfants abandonnés dans l'Egypte romaine, et prénommés d'un dérivé de « fumier » : l'esclavage30. Aux derniers siècles du Moyen Âge et à l'aube des Temps Modernes, nous pouvons voir se mettre en œuvre, ou au contraire s'éteindre, des mécanismes de dénomination qui participaient à plein titre au processus de soumission de certains individus à d'autres.

21Pouvoir prénommer chrétiennement une « pièce d'esclave », le baptiser, le marquer au fer rouge, ou omettre son anthroponymie au profit de son état de marchandise ou d'outil : tel est le cas extrême rencontré.

22À l'avènement de la désignation complexe des personnes, à la mise en place de surnoms transmis, repris, sanctionnés enfin dans les noms de famille, on constate que l'étroitesse de la dénomination anthroponymique officielle, réduite parfois à sa portion congrue (le seul prénom), rime avec pauvreté, dépendance au travail ou dépendance dans le foyer.

23Une fois l'indication de la filiation, d'un sobriquet, d'un toponyme, acquis en surnom, provisoire ou transmissible, on peut se demander si l'accrochage d'un élément ultérieur d'identification par le travail, n'accomplisse une fonction de transformation d'anciens épithètes d'infamie (serfs), par la fabrication de nouvelles grilles d'appréciation ou dépréciation sociales.

Notes

1 Cf. Ridolfo Livi, La schiavitù domestica nei tempi di mezzo e nei moderni, Padova, 1928, p. 169,197.

2 Sur les changements de nom des Magnats florentins, cf. Christiane Klapisch-Zuber, « Ruptures de parenté et changement d'identité chez les Magnats florentins du XIVe siècle », Annales ESC, 1988 (5), p. 1205-1240.

3 Cf. Alessandro Stella, La révolte des Ciompi. Les hommes, les lieux, le travail, Paris, 1993, p. 187.

4 Sur tous ces aspects, Christiane Klapisch-Zuber, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, 1990.

5 Cf. R. Livi, op. cit., p. 223.

6 Alessandro Stella, « Herrado en el rostro con una S y un clavo : l'homme animal dans l'Espagne des siècles XV-XVIII », in H. Bresc dir., Figures de l’esclave au Moyen Âge et dans le monde moderne, Paris, 1996, p. 147-163.

7 Introduction au Registo da Freguesia da Sé desde 1563 até 1610, éd. E. Prestage et P. d'Azevedo, Coimbra, 1924, p. XXXI.

8 Ibidem, t. II, p. 309.

9 Étude personnelle sur la documentation recueillie par Antonio Matilla Tascon, Historia de las minas de Almadén, 2 vol., Madrid, 1 :1958,2 : 1987 ; appendice II au volume 2, manuscrite.

10 Archivo general de Simancas (AGS), Galeras, leg. 84, f° 272-279 et 466-473.

11 AGS, Galeras, leg. 116, f° 226-230.

12 AGS, Galeras, leg.108, f° 385-433. Année 1575.

13 AGS, Galeras, leg.108, f° 482-505. Année 1578.

14 Cf. Alessandro Stella, op. cit., p. 165.

15 Dans Tordre de fréquence : Giovanni (ou Nanni), Antonio, Francesco, Piero, Niccolo, Domenico, Bartolomeo, Jacopo, Andrea, Agnolo.

16 Je n'ai recensé comme sobriquets que ceux précédés par « detto » ou « vocato ».

17 Sur 13.713 chefs de ménage, 601 portent un sobriquet. Parmi ces derniers, 74,2 se rangent dans les classes les plus basses d'imposition, creusant davantage l'écart avec les classes moyennes et aisées : 65,2 %des ménages florentins, en 1404, étaient dans ce cas (cf. A. Stella, op. cit., p. 167).

18 Ibidem, p. 89.

19 Archives Départementales de la Côte d'Or (ADCO), B-5527.

20 ADCO, B-1270.

21 Pierre Le Clercq, « Les manants du Chapitre d'Auxerre de 1302 à 1304 », Cahiers généalogiques de l'Yonne, 1992, p. 121-152.

22 ACDO, B-1271.

23 ACDO, B-11519.

24 ADCO, B-5538 (b), f° 6r.

25 ADCO, B-11513.

26 ADCO, B-11515.

27 J'ai fait les calculs à la source, l'ouvrage de Joseph Garnier (La recherche des feux en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Dijon, 1876) comportant par ci par là des erreurs de relevé.

28 ADCO, B-11519, Cahier à part, préambule.

29 Sur 1263 chefs de ménage dénombrés, 36,2 % sont définis laboureurs, 26,5 % manouvriers, 6,1 % vignerons, 6,1 % mendiants.

30 Cf. Iza Biezunska-Malowist, « L'esclavage dans l'Égypte gréco-romaine », Archiwum Filologiczne, XXXV (1977), p. 3-175, p. 23.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search