Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-2 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Le « nouveau servage »

Les serfs de Tillenay et leurs voisins (Bourgogne, xe et xve siècles)

Patrice Beck et Pascal Chareille

Texte intégral

  • 1 Traduction et édition d'André Deléage, La vie en Bourgogne jusqu'au début du XIe siècle, Mâcon, Im (...)

1« L'an de l'incarnation de Notre-Seigneur Jésus-Christ 937 /.../, le doyen Gobert et les dignitaires du chapitre de Saint-Nazaire ont trouvé dans la ville de Tillenay, une exploitation de maître sur la Saône, avec grange, jardin et cour. Il y a là une église dédiée à Saint-Denis, qui a en dotation trois manses et paie à la Toussaint un cens de dix sous. Il y a là un pré du maître et on peut y récolter soixante chars de foin, trois condemines où l'on peut semer trente muids, trois bois où l'on peut engraisser deux mille porcs, compte non tenu du bois commun. Le port de la rivière apporte certains revenus à la seigneurie du chapitre. Il y a un pré de cinq charretées qui est au vidame. Il y a là cinq manses garnis /.../ »1.

2Ainsi commence l'inventaire des biens que possédait la cathédrale d'Autun à 30km au sud-est de Dijon sur les bords de la Saône, dans les localités de Tillenay, Pont, Champdôtre, Treclun et in circuito Tilionaci, in villa Frodolfensi, in villa Vilaro, In villa Ploado. Ce domaine, peut-être d'origine gallo-romaine, est en tout cas cité au VIIe siècle dans le testament de Léger, évêque d'Autun mort en 679. Comme bien d'autres terres ecclésiastiques, il est usurpé par des laïcs mais restitué en 918 et c'est sans doute dans ce contexte que le dénombrement est réalisé.

3Après avoir décrit la réserve, il énumère les manses occupés en précisant parfois leur statut, en nommant toujours leurs tenanciers et en déclarant les redevances qui leur sont attachées : sont ainsi nommés, et socialement quelque peu repérés, 118 individus contemporains et voisins, ce qui n'est pas si fréquent pour ces périodes hautes largement caractérisées par la dispersion des sources dans l'espace et dans le temps, à l'exception notable des informations livrées par les polyptyques tels ceux utilisés par d'autres contributions de la présente enquête.

4Il est vrai que le statut des manses, serf ou franc, n'est que parfois précisé et celui des tenanciers n'est donné qu'exceptionnellement, seulement dans le cas de libres cultivant une terre serve. Mais cette lacune montre-t-elle l'incurie des rédacteurs ou bien l'inintérêt de l'information pour l'objet du document ? Tous les commentateurs de la vie rurale des Xe-XIe siècles font en effet remarquer l'effacement sensible des frontières entre les libres et les serfs. Le statut est certes conservé en mémoire, reste opératoire en droit, sera clairement rappelé au temps des vagues d'affranchissements, mais au Xe siècle, dans la définition des rapports socio-économiques, notamment de la nature et de l'importance des charges, l'amalgame règne. Manses serviles et ingénuiles sont en effet pareillement taxés, lourdement, tant au niveau économique que symbolique. Pour tous en effet, les taxes en argent équivalent au revenu de trois mois de travail, les coutumes en nature, poulets et œufs à Pâques ou cercles de tonneaux aux vendanges, sont bien présents et le prélèvement sur la force et le temps de travail s'avère considérable : les corvées sur la réserve aux temps des labours, des semailles et des récoltes s'élèvent à six semaines dont deux non rachetables.

  • 2 Joseph Courtois, Les origines de l'hypothèque en Bourgogne et chartes de l’abbaye Saint-Étienne de (...)

5Tillenay, Pont, Champdôtre et Treclun étaient assurément peuplés sinon de familles serves du moins de groupes de production extrêmement dépendants et, pour assurer une comparaison opératoire, pour tenter de percevoir des comportements anthroponymiques spécifiques de la servitude et/ou de la dépendance, il fallait élargir le cercle de l'enquête à des populations voisines aux conditions de vie plus tranchées. Les archives conservées de l'église collégiale puis de l'abbaye Saint-Étienne de Dijon ont fourni la matière : cette institution était bien possessionnée dans le Dijonnais et ses chartes mettent en scène, certes avec les mêmes problèmes récurrents mais avec une certaine densité à partir de la fin du IXe siècle, une société diversifiée : les documents datés entre 882 et 997 ont été dépouillés2 et 429 autres occurrences ont été ainsi répertoriées.

  • 3 Archives Départementales de la Côte d'Or (ADCO), B 11570 (1375), B 11572 (1376), B 11580-1 (1376), (...)

6Mais l'analyse devait aussi s'étendre jusqu'à la fin du Moyen Âge car, au XVe siècle, la servitude concerne toujours une partie de ces communautés qui restent dépendantes de la seigneurie du chapitre cathédrale de Saint-Lazare d'Autun et assujetties, à 80 % jusqu'en 1435, à des conditions explicitement ou notoirement serviles. Entre 1375 et 1470, quinze « cherches des feux » établies par l'administration ducale pour établir l'assiette des « aides extraordinaires », dressent la liste nominale des chefs des foyers imposables dans chaque localité, en précisent le statut juridique et la condition économique reconnue : elles permettent de suivre les mêmes personnes et/ou les mêmes unités d'imposition pendant un siècle dans leurs mutations statutaires et économiques3. 1032 enregistrements ont été ainsi réalisés.

7Alors, à Tillenay et dans ses environs, au Xe et au XVe siècle, l'anthroponymie souligne-t-elle le droit et la servitude ou contribue-t-elle, comme les conditions économiques, à effacer les différences ?

Au Xe siècle

8Avant de comparer les comportements anthroponymiques des dominants et des dépendants, il faut mettre en garde le lecteur sur les caractéristiques du corpus rassemblé qui risquent de limiter la fiabilité des résultats.

9L'ensemble, mêlant les anthroponymes tirés de la liste de Tillenay à ceux tirés du fonds de l'abbaye Saint-Etienne de Dijon, est composite et reste mal maîtrisé, même si le choix des documents a été opéré en fonction de leur proximité spatiale et chronologique.

10D'autre part, sur les 547 occurrences anthroponymiques qui constituent le corpus de référence, 516 concernent des hommes : l'anthroponymie féminine ne peut être abordée.

  • 4 « Suivant le droit coutumier de Bourgogne, le nom de manse était attribué à toute exploitation qui (...)

11Et toutes se présentent, très classiquement pour cette période, sous la forme d'un nom donné en latin : on n'enregistre pas d'apparition précoce du surnom et aucune forme en langue « vulgaire » ne vient signaler tel ou tel individu. L'individualisation des personnes, dans le cas des homonymies, est alors délicate. Les Constantinus et Constancius qui tiennent avec Aydencus un manse in villa Tilionaco, sont-ils, ou non, différents des Constantinus et Constancius qui en tiennent un autre avec un certain Madalgarius in villa Candooste ? Un Madalgarius tient au même lieu un quartier : s'agit-il du précédent ou d'un homonyme ? Des Madalgarius et Constantinus nommés quelques lignes plus bas pour un autre manse, rien ne suggère qu'ils soient différents des précédents sinon l'argument, raisonnable certes mais fragile, qui veut que le manse corresponde sémantiquement à une exploitation et suffise bien à la peine d'une unité de production4. Mais ces doublons ou triplés sont restés rares et ne pouvaient pas lourdement peser sur les résultats statistiques : nous avons alors choisi de retenir toutes les occurrences, de prendre le risque de comptabiliser deux ou trois fois le même personnage.

12Enfin, la définition du statut des personnes, c'est-à-dire des « dominants » et des « dominés », n'est pas chose aisée et l'on ne peut jurer que les groupes finalement définis sont totalement stables :

  • nos « clercs » sont tous explicitement identifiés par leur fonction mais il n'est pas certain que tous soient ainsi réunis ;
  • nos « dépendants » rassemblent tous les laïcs tenanciers faisant l'objet d'une transaction ou servant à situer ceux-là, c'est-à-dire les serfs explicites, les colons et les confronts, mais on n'ignore pas que les « tenanciers » ne développent pas tous le même degré de dépendance, on sait qu'un « monde » séparait un tenancier par ailleurs alleutier d'un serf mono-châsé ;
  • nos « dominants » regroupent les laïcs donateurs ou bénéficiaires, leurs co-signataires et leurs témoins, mais là encore, comment ne pas songer à la multiplicité des situations féodo-vassaliques ;
  • le groupe des « indéterminés » est donc resté important.

13Nous avons tenté cependant au moins de percevoir les principales tendances anthroponymiques de ces populations du Xe siècle et leurs éventuelles variations selon les catégories sociales.

1. Anthroponymes germaniques et non-germaniques

  • 5 Parmi beaucoup d'autres, signalons quelques-uns des travaux qui nous ont été précieux pour la lemm (...)

14Certes, il n'est pas toujours simple de faire la part entre les anthroponymes germaniques et les non-germaniques constitués de noms grecs, vétérotestamentaires, néotestamentaires ou latins. Car ce n'est pas seulement une question d'étymologie mais aussi d'usage conscient des modèles : l'origine linguistique et culturelle des noms et leur signification étymologique étaient-elles toujours assumées ? Le système anthroponymique germanique associant généralement deux racines signifiantes, également appelés thèmes ou lexèmes, était-il toujours opératoire et, dans la Bourgogne du Xe siècle, Robertus était-il toujours clairement compris comme l'association programmatique des deux lexèmes hroth- (gloire) et -berth (brillant) ? Il est certes possible d'en douter mais même si les significations étymologiques étaient oubliées, les sens et les connotations sociales ne pouvaient-elles être « cristallisées » et donc agir toujours sur les choix anthroponymiques ? De toute façon, l'enjeu était important et imposait que l'analyse tienne compte de cette « géométrie variable » de l'anthroponyme de tradition, ou d'origine, germanique, qu'elle s'intéresse aussi bien au nom entier comme à ses composants. Aussi, en suivant l'usage des historiens et linguistes allemands5, nous avons retenu les origines linguistiques des noms et considéré comme germaniques les noms à deux thèmes mais aussi ceux présentant une seule racine et suffixés en latin tels Gerlo ou Ferlanus, Theudo ou Warinus.

  • 6 Cf. Monique Bourin et Pascal Chareille, « Colons et serfs dans le polyptyque d'Irminon : quelles d (...)

15Quant à l'appréciation des significations accordées aux noms, elle ne pouvait ici prendre appui, comme pour Saint-Germain-des-Prés par exemple6, sur des indications généalogiques permettant d'observer le fonctionnement du système anthroponymique dans le cadre familial : elle ne pouvait que reposer sur l'analyse statistique des fréquences des lexèmes.

a. Clercs et laïcs

16Les clercs recensés, qui proviennent tous à une exception près des chartes de Saint-Étienne de Dijon, ne se distinguent pas des laïcs en la matière.

Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

NB : Les « indéterminés » sont ceux qui, dans le document, sont désignés comme confronts, sans autres précisions.

  • 7 Pour l'ensemble du corpus masculin (donc en intégrant les données de Tillenay), on recense après l (...)

17Comme un peu partout à cette période, un peu plus de 4 individus sur 5 portent un nom germanique et les noms de cette origine représentent plus de 80 % du corpus des noms (198 noms germaniques identifiés après lemmatisation sur 241 noms distincts recensés dans le corpus masculin de Saint-Étienne de Dijon qui compte 398 occurrences)7.

b. Dominants et dépendants

18Si la répartition des anthroponymes germaniques et non-germaniques est très proche pour les hommes clercs et laïcs, les résultats sont nettement plus contrastés lorsque l'on compare Saint-Étienne de Dijon et Tillenay pour les seuls laïcs présumés, c'est-à-dire ceux pour qui aucune indication ne vient explicitement signaler leur état clérical.

Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)

Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)

19À Tillenay, 3 noms sur 4 sont d'origine germanique alors qu'à Saint-Étienne de Dijon ils sont plus de 4 noms sur 5. Les noms d'origine gréco-latine et, dans une moindre mesure, ceux d'origine hébraïque sont alors plus fréquents dans la première population. Faut-il y voir une moindre germanisation des populations les plus fortement dépendantes (que l'on peut supposer être celles de Tillenay) ? S'agit-il seulement d'une singularité micro-régionale ou d'un simple effet documentaire ?

  • 8 Les résultats vont dans le même sens que ceux établis pour Saint-Germain-des-Prés au début du IXe  (...)

20En tout cas, la confrontation de la condition sociale explicitée des individus et l'origine linguistique de leur nom montre des différences faibles mais allant dans le sens d'une germanisation plus marquée du corpus des noms des « dominants »8

Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)

Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)

2. Les noms

a. Dominants et dépendants

  • 9 Pour les 322 occurrences qui constituent le corpus de référence, on dénombre au total 283 noms dis (...)

21Comme pour la plupart des corpus de cette période, on observe une concentration très modérée des noms. Avant lemmatisation, c'est-à-dire en tenant compte de toutes les variantes de formes et de graphies, aucun nom ne désigne plus de 4 individus9 Rares sont les noms qui présentent un nombre important de « variantes » ; et lorsque ces variantes existent, elles sont le plus souvent « partagées » par les diverses catégories.

22Pour ce qui est des caractéristiques statistiques générales et donc de la gestion (inconsciente) des corpus, la comparaison est facilitée par la taille voisine des deux ensembles supposés des « dominants » et des « dépendants ». Entre ces deux conditions, les différences sont faibles, qu'il s'agisse du pourcentage d'hapax ou du niveau de la concentration des noms (après lemmatisation).

Caractéristiques statistiques générales (après lemmatisation) des corpus des noms masculins selon la condition supposée (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)

dominants

dépendants

indéterminés

ensemble

nb individus

150

146

26

322

nb noms distincts (extension observée)

120

110

23

218

nb hapax

102

89

21

162

 % hapax dans le corpus des noms

85,0 %

80,9 %

91,3 %

74,3 %

extension théorique

119,9

117,2

24,8

calcul impossible

nb moyen individus par nom (condensation)

1,3

1,3

1,1

1,5

taux d’homonymie

0,4 %

0,5 %

1,2 %

0,4 %

 % individus désignés par les 5 noms les plus fréquents

13,3 %

13,0 %

30,8 %

9,9 %

nb noms nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

46

38

11

58

  • 10 Ces valeurs ne correspondent pas — sauf pour le “nb d'individus” — à la somme des valeurs indiquée (...)

N.B. : 1. Les valeurs indiquées dans la colonne "ensemble" concernent l'ensemble constitué par l'agrégation des 3 « catégories » définies10.
2. L'extension théorique est le nombre théorique de noms distincts dans la « catégorie » sous l'hypothèse d'indépendance.

23Il est clair que le corpus des noms lemmatisés des dominants est à la fois un peu plus concentré sur les noms de tête et un peu plus étendu que celui des dépendants, mais les différences ne peuvent être considérées comme significatives ; le taux d'homonymie est identique ou presque dans les deux catégories, égal à 0,5 % et donc très faible.

  • 11 Sont ici considérés comme « significatifs » les noms attestés au moins 4 fois.

24Parmi les 12 noms significatifs11 du palmarès de référence, qui correspond à l'agrégation des trois « catégories » (dominants, dépendants et indéterminés), 4 ne sont pas d'origine germanique : Constantius (8 occurrences, rang 1) ; Constantinus, Dominicus et lohannes (4 occurrences, rang 6).

Palmarès des noms lemmatisés des hommes laïcs présumés (Saint-Étienne de Di on et Tillenay, IXe-Xe siècles)

Palmarès des noms lemmatisés des hommes laïcs présumés (Saint-Étienne de Di on et Tillenay, IXe-Xe siècles)

N.B. : Le palmarès est « arrêté » aux noms significatifs. On trouve au rang 13 douze noms portés exactement 3 fois.

25Mais il y a peu de résultats à espérer de l'étude comparée de ces palmarès entre dominants et dépendants, tant les effectifs par nom restent faibles, même après lemmatisation : 5 noms seulement sont portés au moins 5 fois et le plus fréquent dans l'ensemble du palmarès, Constantius, ne compte que 8 occurrences.

  • 12 Les noms spécifiques d'une sous-population particulière (ici un groupe social) sont les noms qui p (...)

26L'examen « à l'oeil nu » permet de noter que warin/hari n'est porté que par des dominants alors quegisal/hard, Johannes et othal/bertht ne le sont que par des dépendants. L'analyse statistique confirme partiellement ces observations en révélant que hroth/berht et warin/hari sont déficitaires dans le groupe des dépendants, sans toutefois être spécifiques12 pour les dominants. Il serait évidemment tentant de tirer argument de l'absence de hroth/berht (gloire/brillant) chez les dépendants, comme, peut-être, de celle de othal/berht (otage/brillant) chez les dominants. Mais on ne sait évidemment rien de ce qui, dans ces noms, pouvait faire sens, et il est bien possible que la signification originelle de Rotbertus n'ait été connue à cette époque que d'un très petit nombre de personnes. Les raisons profondes de son absence chez les dépendants (qu'elle résulte ou non d'une volonté délibérée) restent forcément obscures et la « lecture » par nom quelque peu hasardeuse.

b. Clercs et laïcs

27La comparaison entre clercs et laïcs (rappelons qu'elle est limitée aux occurrences tirées de Saint-Étienne de Dijon) révèle des différences bien plus marquées que celles observées entre dominants et dépendants. Sur un corpus plus imposant que le précédent (398 occurrences contre 322), on retrouve parmi les noms de tête plusieurs des noms précédents mais dans un ordre un peu différent : warin/hari (qui passe de la 4e place du précédent palmarès à la lre de celui-ci) ; Constantius qui rétrograde de la lre à la 3e position ; berin/hard, wald/hari, ou encore hroth/berht, qui connaissent aussi de petits changements de rang.

Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

N.B. : Les « indéterminés » sont ceux qui, dans le document, sont désignés comme confronts, sans autres précisions. Le palmarès est « arrêté » aux noms significatifs. On trouve au rang 9 quatre noms (lemmatisés) portés exactement 5 fois.

28D'autres noms ou lexèmes font leur apparition (ebur/hard ; theud et erin/wald). Mais le plus important est le caractère spécifique de cinq de ces noms pour l'une ou l'autre des deux catégories : ebur/hard pour les clercs (sans être déficitaire chez les laïcs) ; wald/hari et hroth/berht pour les laïcs (sans être déficitaire chez les clercs) ; ebur/hard, et theud spécifiques chez les clercs et déficitaires chez les laïcs. Mais il est bien délicat d'en tirer quelque conclusion car la « lecture » de ces noms à partir du sens originel des racines (cf. infra tableau suivant), pour séduisante qu'elle puisse être, reste là aussi hasardeuse.

3. Les lexèmes initiaux

  • 13 Ce décompte concerne l'ensemble des hommes adultes du corpus de référence ; tous les statuts sont (...)

29Les corpus des lexèmes initiaux (Stammglieder) et terminaux (Endglieder) composant les noms d'origine germanique sont différents : sur les 111 lexèmes identifiés dans l'une ou l'autre des deux positions13, 15 seulement sont communs, attestés aussi bien comme Stammglied que comme Endglied ; la grande majorité (72 soit 64,9 %) est exclusivement en position initiale.

a. Dominants et dépendants

30Comme il est logique, compte tenu de la proximité des noms, les lexèmes initiaux des noms des dominants et des dépendants sont fondamentalement les mêmes. Le jeu de la recomposition des lexèmes se fait au sein d'un corpus limité et commun au deux catégories, qui rend les palmarès encore plus proches que ceux des noms.

Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les dominants, on trouve au rang 10 sept lexèmes initiaux portés exactement 3 fois ; et chez les dépendants, au rang 9, quatre lexèmes initiaux portés exactement 3 fois.

31Même s'ils le sont plus que les noms, ces lexèmes initiaux sont ici assez peu concentrés (en comparaison avec d'autres corpus contemporains), et la concentration est singulièrement comparable entre les deux corpus : sur les cinq lexèmes initiaux les plus fréquents, elle est de 23,4 % chez les dominants et de 23,7 % chez les dépendants. Le nombre de lexèmes initiaux nécessaire pour désigner la moitié de la population est de 15 pour les dominants et de 16 pour les dépendants. La différence n'est pas plus marquée pour la fréquence des hapax (respectivement 51,6 % et 52,5 %).

32Mais l'impression de différence entre les deux corpus est plus sensible quand on observe les lexèmes eux-mêmes. Ainsi, hildi-, ingal- et theud-, en 3e position chez les dominants, sont au rang 13 chez les dépendants (2 occurrences) ; alors que hroth- est le Stammglied le plus fréquent chez les dominants, il n'est qu'au 29e rang chez les dépendants (1 seule occurrence) ; gisal-, en 3e place chez les dépendants, est en 31e position chez les dominants ; warin- (rang 3 chez les dominants) est absent chez les dépendants ; réciproquement, hard- et mathal- (rang 5 chez les dépendants) sont absents chez les dominants.

33Ces différences, qui apparaissent à l'« examen naïf », ne résistent cependant que très partiellement à l'examen statistique. Les effectifs par lexème sont trop faibles en effet pour que les résultats soient véritablement significatifs. L'analyse fine ne retient que le caractère déficitaire de hroth chez les dépendants et de mathal- chez les dominants, le caractère spécifique de othal- chez les dépendants.

34Ces résultats donnent une image difficile à interpréter, en ce sens que les valeurs portées par ces lexèmes — à supposer que le sens de ces racines soit toujours compris au Xe siècle en Bourgogne — ne semblent pas véritablement discriminer les deux corpus. Comme on a pu l'observer ailleurs pour d'autres corpus pratiquement contemporains, les valeurs du pouvoir, du combat et de la protection sont partagées.

35Au total, un bilan mitigé ; les différences sont plus apparentes que réelles. Les corpus de lexèmes initiaux ne distinguent pas de façon statistiquement significative — donc notoirement — les deux catégories.

b. Clercs et laïcs

36Comme pour les noms, la comparaison entre clercs et laïcs révèle des différences plus marquées que celles observées entre dominants et dépendants. Ces différences portent autant sur la gestion (inconsciente) des corpus de lexèmes initiaux que sur le choix des lexèmes eux-mêmes.

37Sur les 398 hommes qui constituent le corpus de Saint-Étienne de Dijon, 333 portent un nom d'origine germanique, 198 noms germaniques et 92 lexèmes initiaux différents sont recensés. La concentration sur les cinq Stammglieder les plus fréquents est de 30,8 % chez les clercs alors qu'elle n'est que de 24,3 % chez les laïcs. Le nombre de lexèmes initiaux nécessaire pour désigner la moitié de la population est de 11 pour les clercs et de 16 pour les laïcs. Les hapax sont plus fréquents chez les laïcs où ils représentent près de la moitié des lexèmes initiaux (47,9 % contre 42,6 % chez les clercs).

Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes clercs attestés et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes clercs attestés et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les clercs, on trouve au rang 9 six lexèmes initiaux portés exactement 4 fois ; et chez les laïcs, au rang 11, deux lexèmes initiaux portés exactement 4 fois.

38À observer ces lexèmes initiaux dans le détail, on constate que les différences entre les deux corpus sont sensibles : berin- et ingal-, en 4e position chez les laïcs, sont au rang 9 chez les clercs (4 occurrences) ; alors que wald- est le Stammglied le plus fréquent chez les laïcs (avec hroth-), il n'est qu'au 32e rang chez les clercs (1 seule occurrence) ; hildi-, en 3e place chez les laïcs, est également en 32e place chez les clercs ; parmi les 10 lexèmes initiaux en tête du palmarès laïcs, othal- est absent chez les clercs ; réciproquement, a thal- et erin-, fréquents chez les clercs, sont relégués au 23e rang chez les laïcs ; rad-, au 8e rang, est absent. Ces différences résistent en grande partie à l'examen statistique. Les lexèmes initiaux theud-, hari-, ebur-, athal- et erin- sont en effet spécifiques du groupe des clercs ; wald- et hildi-sont spécifiques de celui des laïcs (et déficitaires chez les clercs, comme l'est également othal-).

39Mais ces résultats donnent (comme pour les noms) une image difficile à interpréter. On voit mal le lien entre le fait d'être (devenu) clerc et les lexèmes ebur- (sanglier) ou erin- (aigle). On le voit mieux, peut-être, dans une lecture déterministe du nom, c'est-à-dire en le supposant « programmatique », avec l'absence de othal- (patrimoine) chez les clercs.

4. Les lexèmes terminaux

a. Dominants et dépendants

40Le corpus des lexèmes terminaux est bien plus restreint que celui des lexèmes initiaux : 40 lexèmes différents contre 88. Par ailleurs, sur les 10 lexèmes initiaux les plus fréquents, seuls 3 sont également attestés en position terminale. Qu'il s'agisse des lexèmes eux-mêmes ou de leur fréquence, les différences liées à la position sont donc sensibles.

41Mais ces différences ne sont pas liées à la catégorie. Plus encore pour les Endglieder que pour les Stammglieder, ce sont les mêmes, à quelques nuances près, que l'on trouve en tête chez les dominants et les dépendants.

Palmarès comparé des lexèmes terminaux des hommes dominants et dépendants (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Palmarès comparé des lexèmes terminaux des hommes dominants et dépendants (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les dominants, on trouve au rang 9 trois lexèmes terminaux portés exactement 4 fois ; et chez les dépendants, au rang 9, cinq lexèmes terminaux portés exactement 3 fois.

42On note bien ici ou là quelques différences : ainsi n, -balth et -wulf semblent absents chez les dépendants : ils sont en fait juste un peu plus loin dans le palmarès. Cette remarque vaut également pour -wald et -wini, en apparence manquants chez les dominants. L'analyse statistique détaillée révèle tout de même la spécificité du lexème terminal -rik pour les dominants (mais ce lexème n'est pas déficitaire pour autant chez les dépendants qui sont plusieurs à le porter) ; elle révèle aussi que -gair et de -thew sont spécifiques des dépendants et déficitaires chez les dominants.

43En somme, comme pour les Stammglieder, il est bien difficile de donner du sens à ces variations ténues.

b. Clercs et laïcs

44Pour ces lexèmes terminaux, la comparaison entre clercs et laïcs révèle des différences mineures aussi peu marquées que celles observées entre dominants et dépendants.

  • 14 Ce décompte tient compte des 7 suffixations latines identifiées.

45Le corpus des Endglieder est, de façon classique, nettement plus concentré que celui des Stammglieder. Sur les 333 hommes mentionnés dans le fonds de Saint-Étienne de Dijon qui portent un nom d'origine germanique, 304 ont un nom composé de deux racines ou d'une racine et d'une suffixation latine. Et l'on recense au total, pour ce corpus, 41 lexèmes terminaux différents14. La concentration sur les cinq Endglieder les plus fréquents est de 56,3 % chez les clercs et de 52,8 % chez les laïcs. Le nombre de lexèmes terminaux nécessaire pour désigner la moitié de la population est de 5 pour les clercs comme pour les laïcs. Les hapax sont certes plus fréquents chez les laïcs où ils représentent plus de quatre lexèmes initiaux sur dix (44,4 % contre 28,0 % chez les clercs) mais, au total, les différences s'avèrent bien moins marquées que celles observées pour les lexèmes initiaux.

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des hommes clercs et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des hommes clercs et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les clercs, on trouve au rang 9 quatre lexèmes terminaux portés exactement 4 fois ; et chez les laïcs, au rang 8, quatre lexèmes terminaux portés exactement 4 fois.

46Il faut une analyse statistique fine pour mettre en évidence quelques nuances, au nombre desquelles on peut retenir la spécificité de -wald pour les clercs, celle de -gair chez les laïcs : c'est un bilan trop maigre pour que l'on puisse en tirer véritablement profit et considérer que clercs et laïcs portent des lexèmes terminaux distinctifs.

47En guise de conclusion pour le IXe-Xe siècle, qu'il s'agisse des noms, des lexèmes initiaux ou des lexèmes terminaux, les différences anthroponymiques entre dominants et dépendants sont faibles, trop faibles pour permettre une lecture anthroponymique de la distance sociale.

48Les hommes portent essentiellement des noms germaniques qui, observés dans le détail, appartiennent au même registre thématique. Quel que soit le sens, éventuellement connu, des lexèmes qui constituent les noms des uns et des autres, qu'ils expriment la hardiesse guerrière, la noblesse, le sens du gouvernement ou l'amitié, tous sont présents dans les deux anthroponymies.

Au XVe siècle

  • 15 Certains de ces documents, incomplètement conservés ou simples copies, ne présentent pas de préamb (...)

49L'analyse des 15 « cherches des feux » des années 1375-1470 n'a pas été sans problèmes et toutes les ambiguïtés n'ont pas été levées. C'est qu'il a fallu contrôler les datations des enquêtes non explicitement millésimées15 ; qu'il a été aussi nécessaire de réduire les variations orthographiques des anthroponymes et lever l'ambivalence des homonymies pour proposer une restitution optimale des lignées ; qu'il a fallu enfin composer avec le manque de clarté, de systématique et d'homogénéité du vocabulaire et des modalités d'enregistrement utilisées pour redéfinir au mieux les caractéristiques socio-économiques de chaque individu nommé.

Vocabulaire et modalités de présentation des statuts juridiques et des conditions économiques des foyers dans les « cherches des feux » (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Vocabulaire et modalités de présentation des statuts juridiques et des conditions économiques des foyers dans les « cherches des feux » (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
  • 16 Joseph Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, Dijon, 1877, t. 3, « Appe (...)

50À défaut de chartes d'affranchissement explicitant les droits16, ce sont les indications données en préambule de certaines « cherches des feux » ainsi que le travail prosopographique de suivi longitudinal des unités d'imposition et le recoupement des informations contenues dans les listes, qui ont permis de cerner les statuts sociaux des populations et leur évolution marqués par une opposition et une rupture :

  • de même que les feux francs s'opposent aux feux serfs, les foyers « abonnés » s'opposent aux feux « taillables », « taillables haut et bas », ou « taillables à merci ». L'abonnement, c'est-à-dire la fixation du montant de la taille, rend dans les faits « libres » et si les deux termes restent présents et parfois discriminants, ils sont tout aussi bien associés ou indifféremment utilisés et quand le montant théorique de l'aide est indiqué, feux francs et abonnés sont au même taux17 ;
  • une « révolution » s'opère entre 1435 et 1450 : les 3/4 des feux de la seigneurie sont serfs à la première date ; ils sont francs aux 4/5e à la seconde.
  • 18 Les deux autres anomalies concernent un père et son fils ou ses enfants : Villemot fils feu Esteve (...)

51Certes, un certain nombre d'anomalies demeurent. Deux voire trois réapparitions de défunts résistent à l'entendement, telle celle de Jean Cormiot, présent à Treclun en 1450, remplacé par sa veuve en 1460, « ressuscité » en 147018.

  • 19 La situation est ambiguë pour Henri la Belée : taillable à Champdôtre en 1423 et abonné en 1424, i (...)

52Une ou deux modifications du statut juridique attirent aussi l'attention : car s'il n'y a rien a priori de surprenant dans le passage du statut de serf (ou de taillable) à celui de franc (ou d'abonné), l'inverse déconcerte davantage : ainsi Girard Marchand, déclaré taillable à Champdôtre en 1423 et abonné en 1424, est remplacé par sa veuve en 1430 : elle est alors dite abonnée, manque en 1431, est à nouveau déclarée en 1433 et 1435 mais comme taillable19.

53Ces quelques cas peuvent faire évidemment douter des indications données dans le document mais ils restent en petit nombre et, une fois réordonné par le suivi anthroponymique des feux, le corpus présente une bonne cohérence.

54Une fois éliminé le doublon de 1376, le corpus ne comporte plus que 14 « cherches des feux » et compte 938 enregistrements pouvant être soumis à l'analyse.

1. Données statistiques générales

  • 20 L'analyse de la pérennité des feux paraît à priori éloignée du propos anthroponymique, mais elle e (...)

55Sans surprise, les données concernent très majoritairement des hommes : sur les 938 chefs de feux identifiés, 861 sont masculins, 70 féminins et 7 de sexe indéterminé. Elles permettent d'identifier et, le cas échéant, de suivre dans le temps 452 feux ou unités fiscales distinctes20.

Distribution des unités fiscales par nombre de mentions (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

nb de mentions

nb d’unité fisc.

 %

1

219

48,5 %

2

81

17,9 %

3

58

12,8 %

4

25

5,5 %

5

39

8,6 %

6

28

6,2 %

7

2

0,4 %

total

452

100,0 %

56Près de la moitié des unités fiscales identifiées n'apparaissent que dans une seule « cherche » ; un peu moins d'un tiers dans deux ou trois documents et une sur cinq dans quatre ou plus. La configuration du corpus l'explique aisément : le nombre d'apparitions est lié à la périodicité des dénombrements.

a. « Survie » des unités fiscales

  • 21 Une étude fine de la pérennité des unités fiscales dans le temps suppose une observation par cohor (...)

57Dans l'ensemble du corpus, moins d'une dizaine d'unités fiscales peuvent être suivies pendant plus de trente ans21. Pour deux de ces unités, cette durée est atteinte grâce à un changement de responsable fiscal, une veuve succédant à son mari à la tête du feu. Dans les six autres cas, le responsable fiscal est apparemment le même pendant toute la durée de vie du feu. Il n'est évidemment pas à exclure qu'un fils « homonyme-parfait » de son père ait pu lui succéder mais, dans la mesure où les liens familiaux sont souvent exprimés lorsqu'il y a modification à la tête d'un feu, ce cas de figure paraît assez peu vraisemblable.

Table de « survie » des unités fiscales (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Table de « survie » des unités fiscales (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
  • 22 Les sommes par colonnes (ligne « total ») correspondent au nombre total de feux recensés dans l'en (...)

58Cette « table de survie » correspond, peu ou prou à la table de survie des anthroponymes. Elle autorise une double analyse : celle de l'« origine » des occurrences lorsque l'on privilégie la lecture en colonnes22 ; celle de leur « destinée » (ou « survie ») lorsque l'on privilégie la lecture en lignes.

  • 23 Ces valeurs en % relatives à l'« origine » des occurrences sont indiquées dans la 2e ligne de %.

59Pour ce qui est de l'« origine », on constate par exemple que si la « cherche des feux » de 1376 recense 94 chefs de feux (total de la colonne "1376"), 54 d'entre eux étaient déjà mentionnés en 1375 alors que 40 sont « nouveaux » (en tout cas n'étaient pas recensés en 1375). Ces « premières mentions » représentent 42,6 % des chefs de feux dénombrés dans cette « cherche » (contre 57,4 % pour ceux qui avaient déjà été recensés auparavant)23. On note aussi que parmi les 36 chefs de feu recensés en 1433, 10 n'avaient jamais été recensés précédemment alors que 14 (soit 38,9 %) l'avaient été en 1423 et 19,4 % en 1431.

60L'examen des « destinées » permet quant à lui d'analyser la pérennité des unités fiscales dans le temps : des 64 chefs de feux recensés en 1375, 54 (84,4 %) sont encore présents (attestés) en 1376, 48 en 1378 (75,0 %), 39 en 1381 (60,9 %), 28 en 1391 (43,8 %). Il s'agit là d'un décroissance « classique » avec, pour cette cohorte, une disparition d'un peu plus de la moitié des feux en 15 ans. Le dénombrement de 1433 ne recense que 10 nouveaux chefs de feu (les 26 autres étaient déjà recensés précédemment), et aucun d'eux n'est attesté — ou n'a pu être repéré — dans les documents postérieurs.

  • 24 Aucune séquence ne présente plus de 3 lacunes.

61L'analyse détaillée de cette table souligne aussi certaines anomalies dont on peine à déterminer l'origine documentaire ou démographique : elles sont apportées par des lacunes ou disparitions temporaires de feux. Si l'on exclut les 219 unités fiscales identifiées qui n'apparaissent que dans une seule « cherche » et qui, de fait, ne peuvent faire l'objet d'aucun suivi, 85,8 % des 233 unités restantes correspondent à des séquences continues (c'est-à-dire sans lacune ou disparition temporaire) ; 9,9 % à des séquences avec une seule lacune ; 3,0 % à des séquences avec deux lacunes ; et 1,3 % à des séquences avec trois lacunes24. Par ailleurs, le nombre des lacunes est corrélé de façon complexe au nombre de mentions des unités fiscales : plus du quart des feux qui sont mentionnés à 4 ou 5 reprises sont manquants dans une « cherche » au moins, alors que parmi ceux qui ne sont mentionnés que 2 fois, moins de un sur dix est dans ce cas et parmi ceux qui sont mentionnés 6 fois ce rapport tombe à moins de un sur vingt. En moyenne, le nombre des lacunes varie de 0,04 pour les unités fiscales mentionnées dans six « cherches » à 0,36 pour celles mentionnées à cinq reprises.

62D'autre part, ces absences temporaires ne sont pas équitablement distribuées d'un dénombrement à l'autre et il est possible de se demander si la durée inégale des intervalles inter-censitaires est la seule explication possible.

Distribution des absences temporaires par « cherche « (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

« cherche »

nb de lacunes

 %

1376

2

4,5 %

1378

7

15,9 %

1381

10

22,7 %

1391

0

0,0 %

1423

0

0,0 %

1424

2

4,5 %

1430

5

11,4 %

1431

7

15,9 %

1433

7

15,9 %

1435

3

6,8 %

1450

1

2,3 %

1460

0

0,0 %

total

44

100,0 %

  • 25 Patrice Beck, « Anthroponymie et comportements démographiques : les “cherches des feux” bourguigno (...)
  • 26 Pour rendre compte du contexte général dans lequel les enquêtes ont été réalisées, rappelons qu'en (...)

63La « cherche » de 1381 concentre à elle seule près du quart des lacunes ou des omissions, qu'il s'agisse d'omissions liées à une disparition réelle au moins temporaire d'un feu ou à son absence dans le dénombrement (ce qui ne présume pas d'une absence « réelle »). Viennent ensuite les « cherches » de 1378, 1431 et 1439 qui, ensemble, représentent un peu moins de la moitié des absences. La « cherche » de 1391, au nombre de celles qui recensent le plus grand nombre de feux (96), ne témoigne d'aucune lacune. Pour l'expliquer, il faut évidemment songer aux comportements démographiques (resserrement lignager, scissiparité des feux, déplacements et mortalités)25 mais aussi aux multiples difficultés, techniques, conjoncturelles et sociales, que rencontraient les enquêteurs et dont certains préambules se font explicitement l'écho26.

64De toute façon, ces lacunes ne concernent pas un très grand nombre de feux et, sans elles, le nombre total d'occurrences n'aurait été augmenté que de 44 : la cohérence globale de la série documentaire mise en œuvre est donc importante et, qu'il s'agisse de pérennité différentielle des unités fiscales dans le temps ou de sous-enregistrements, rien ne distingue francs et serfs, et c'est bien là l'essentiel pour notre propos.

b. Distribution spatiale, chronologique et sociale des occurrences anthroponymiques

Distribution des feux par cherche et par localité (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Distribution des feux par cherche et par localité (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
  • 27 Si la plupart des feux sont recensés localité par localité (les localités n'étant pas énumérées da (...)
  • 28 Les taux de croissance annuels moyens (du nombre d'unités d'imposition) sont calculés entre « cher (...)

Note 2727
Note 2828

65Le taux de masculinité reste partout et toujours très fort dans notre échantillon, si bien que, pour le XVe siècle comme pour le Xe, il aurait été très hasardeux de songer à développer l'étude des comportements féminins au-delà de quelques constatations simples.

66L'examen du taux de croissance annuel moyen du nombre d'unités d'imposition (toutes localités confondues) suggère en outre une double remarque :

  • les évolutions observées entre 1375 et 1376 d'une part, entre 1430 et 1431 d'autre part, correspondent à des niveaux de croissance forts, proches de 50 %, et tout à fait exceptionnelles au regard de ce qui est observé tout au long de la période ;
  • ces mouvements symétriques de la population fiscale soulignent la déprise démographique qui se poursuit mais en s'atténuant pendant les trente premières années du XVe siècle, puis la croissance de la seconde moitié du XVe siècle.

67Bien entendu, d'une localité à l'autre, les différences peuvent être notables : Tillenay, Pont, Champdôtre et Treclun n'ont pas connu des évolutions démographiques similaires, mais les tendances observées au niveau de la paroisse sont le plus souvent partagées.

68Quant à la distribution sociale des chefs de feux, même si l'on ne connaît pas pour ces localités de charte d'affranchissement, le basculement est clair entre 1435 et 1450.

Distribution des feux par cherche et par statut (Parroisse de Champdôtre, 1375-1470)

date

francs

serfs

indéterminés

total

1375

21,9 %

70,3 %

7,8 %

100,0 %

1376

20,2 %

79,8 %

0,0 %

100,0 %

1378

20,2 %

78,8 %

1,0 %

100,0 %

1381

22,1 %

71,4 %

6,5 %

100,0 %

1391

35,4 %

64,6 %

0,0 %

100,0 %

1423

0,0 %

100,0 %

0,0 %

100,0 %

1424

21,4 %

78,6 %

0,0 %

100,0 %

1430

26,7 %

73,3 %

0,0 %

100,0 %

1431

26,1 %

73,9 %

0,0 %

100,0 %

1433

19,4 %

80,6 %

0,0 %

100,0 %

1435

23,4 %

76,6 %

0,0 %

100,0 %

1450

81,2 %

18,8 %

0,0 %

100,0 %

1460

87,4 %

12,6 %

0,0 %

100,0 %

1470

91,2 %

8,8 %

0,0 %

100,0 %

total

38,6 %

60,4 %

1,1 %

100,0 %

69Jusqu'en 1435, les serfs constituent l'essentiel de la population mise en scène dans les « cherches des feux » (souvent plus de 3 chefs de feu sur 4). À partir de 1450, le rapport fait plus que s'inverser et en 1470, moins de un chef de feu sur dix est encore serf.

2. De la stabilité des désignations individuelles

  • 29 Par exemple : la veuve Perrenin le Maistrot (Champdôtre 1460), la femme Estevenin Regnault (Treclu (...)
  • 30 Par exemple : Odote femme feu Poinsot Rolot (Champdôtre 1391), Jehannote femme feu Symonnot le Mai (...)

70Si l'on considère l'ensemble des occurrences du corpus (sans considération sociale ou chronologique et sans tenir compte du nombre de mentions d'un chef de feu) on observe, comme pour la plupart des corpus anthroponymiques de cette période, que la norme, très classiquement, associe au nom des chefs de feu masculins un surnom. Les femmes mentionnées comme responsables fiscales sont, quant à elles, plus de 9 fois sur 10 désignées en référence à un homme, le plus souvent leur mari, parfois leur père29. Dans un tiers des cas seulement, le (pré)nom de ces femmes est indiqué30.

Distribution des désignations par type et sexe du chef de feu (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Distribution des désignations par type et sexe du chef de feu (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

N.B. : La typologie utilisée est la typologie « habituelle », légèrement adaptée. Ainsi le "type III+" correspond aux désignations du type III complétées par une désignation complémentaire ; "<ref> y" aux désignations qui font référence à un anthroponyme (souvent celui d'un mari pour une femme) ; "x <ref> y" à celles du type précédent précédées d'un (pré)nom.

71On ne note par ailleurs aucune incidence significative de la chronologie sur ces résultats, ni d'ailleurs d'influence du statut juridique. Francs et serfs sont, de ce point de vue, logés à la même enseigne et portent très majoritairement un nom et un surnom.

  • 31 Ce chef de feu n'est pas recensé en 1391.

72Pour tous aussi, ou presque, le nom et le surnom apparaissent fixés. L'instabilité de la désignation d'un même individu d'un document à l'autre ne semble en effet procéder que d'apparences, que de variations orthographiques, dues à l'oreille et aux habitudes scripturaires des différents scribes, ou de difficultés de lecture de notre part. Le suivi longitudinal permet en effet d'affirmer sans risque que c'est le même personnage qui, à Champdôtre, se cache sous les désignations successives suivantes : Estevenot le Signeix en 1375, Extiennot le Figue (B 11572) ou Estie.t le Signe (B 11580-1) en 1376, Estienot le Figuer en 1378, Estienniot le Figuier en 138131 À Treclun, en 1375, c'est d'un certain P.renot li Armez dont il est question : en 1376, le même personnage est nommé Perrenot Arviez (B 11572) ou P.renot Armez (B 11580-1) ; en 1378 P.not Armey, en 1381 P.ot Armey, en 1391 P.renot Arniot.

73Deux autres observations vont dans le même sens :

  • 32 ADCO B 11573. Le même individu (c'est du moins ce que l'on peut raisonnablement estimé) est simple (...)
  • 33 On ne recense aucun anthroponyme de ce type dans les cherches de 1376, 1381, 1423, 1424, 1430, 143 (...)

74- la reconstitution des fragments de généalogie à partir des désignations des chefs de feu et du suivi longitudinal des unités d'imposition, certes incomplète et en partie biaisée puisque reposant pour l'essentiel sur les indications fournies par les anthroponymes et donc explicitement déduites des désignations, confirme sans surprise que la transmission du surnom entre père et fils est largement acquise à la fin du XIVe siècle et, de ce point de vue, francs et serfs ne se distinguent pas. On ne recense, dans l'ensemble du corpus, qu'une seule exception, à Treclun en 1378 : celle de Jehan le Cordelier filz Thiebaul le Fourestier32. Toutes mentions confondues, on ne dénombre que 11 « X alias Y », 2 « X dit Y », 2 « dit Y », et 1 « dit Y alias X », ce qui représente au total à peine plus de 1 % des enregistrements33. Et rien ne distingue en la matière serfs et francs puisque ces mentions se répartissent presque équitablement entre les deux groupes.

  • 34 On recense au total une demi-douzaine d'exceptions. Ainsi à Tillenay, Bertholemot Jaquot (1424) es (...)

75La même constatation doit être faite pour les (pré)noms : leur stabilité ne fait aucun doute et la même attention est porté par les rédacteurs aux francs et aux serfs. L'élément le plus marquant est T« autonomie » des hypochoristiques qui fonctionnent comme de « véritables » noms. Ils ne sont pas, sauf exception, interchangeables ou abandonnés au profit de la forme générique : Huguenot ne devient pas Huguenin, pas plus Jehannin ou Jehannot ne deviennent Jehan. Il y a bien sûr quelques exceptions34, mais celles-ci ne sauraient remettre en cause la règle générale. Il est même étonnant de voir avec quelle rigueur les abréviations sont utilisées. Si Jeh. peut désigner Jehan, plus rarement Jehannot ou Jehannin, Jeh.ot ne désigne jamais Jehan ou Jehannin.

  • 35 Puisque le surnom est à la fois individuellement fixé et probablement héréditaire, supposer que so (...)

76Pour les francs comme pour les serfs, les désignations individuelles sont stables, le plus souvent composées d'un nom et d'un surnom. Si l'anthroponymie distingue libres et dépendants, elle ne peut donc le faire qu'en « réservant » aux uns et aux autres (plus ou moins exclusivement) certains noms et/ou certains types de surnoms35.

3. Des noms

77Pour envisager une analyse différentielle des corpus des noms des hommes francs et serfs, il faut extraire du corpus de référence (ensemble des 861 occurrences masculines) une (seule) désignation par personnage, et donc ne retenir pour chacune des 424 unités fiscales masculines identifiées, qu'un seul anthroponyme. La stabilité des désignations individuelles permet de définir cette « désignation de référence », la lecture (le choix) du surnom restant l'élément d'appréciation objectivement le plus fragile.

  • 36 Par exemple, à Champdôtre : Vill[em]ot le Gueispe (1375) ; Guill[em]ot le Guespe (1376) ; G.ll.ot (...)

78L'étude des noms est fortement dépendante de la manière dont la question de la lemmatisation est traitée. Le calcul des indicateurs statistiques usuels (la condensation, la concentration, le nombre des hapax, etc.) suppose en effet arrêtée une liste effective des noms identifiés. Cette liste n'est jamais simple à établir. Elle peut s'appuyer, pour la présente contribution, sur la stabilité des désignations individuelles, elle-même révélée par la mise en œuvre d'un certain niveau d'uniformisation des noms (et plus généralement des anthroponymes). Ainsi, il ne semble pas utile de distinguer Vill.ot et Guill.ot qui sont indifféremment utilisés pour désigner la même personne36 ; mais Guill.ot, Guill.in et Guill.e ne sont jamais employés pour nommer le même individu, et peuvent donc être décomptés séparément. Il faut redire que les contractions et autres abréviations sont nombreuses (pour ne pas dire systématiques) dans nos documents, qu'elles sont apparemment utilisées avec rigueur et que rien ne distingue de ce point de vue francs et serfs.

79En pratique, plusieurs niveaux de lemmatisation peuvent être envisagés, selon que l'on décide ou non d'agréger ensemble les noms dont la parenté est manifeste :

  • une « lemmatisation douce », qui consiste à ne grouper que les graphies et/ou variantes mineures d'un même nom (Villemot et Guillemot, Jehan et Juhan, etc.) ;
  • une « lemmatisation forte », qui consiste à regrouper ensemble, sous une même « forme générique » (ou « forme de référence »), toutes les formes parentes, donc à ne retenir que des groupes de noms (composés du nom et de tous ses hypochoristiques)37.

a. Évolution chronologique

80Avant d'examiner dans le détail les différences entre les deux corpus, il convient d'observer les éventuelles évolutions chronologiques car la documentation impose deux ruptures qui conduisent à la répartition suivante :

811375-1391 :164 hommes (dont 73,2 % de serfs)

821423-1435 :114 hommes (dont 84,2 % de serfs)

831450-1470 :146 hommes (dont 86,3 % de francs)

  • 38 3 portent comme seul anthroponyme un surnom précédé d'un article défini (le vaichier de la ville ( (...)

84Sur les 424 hommes (distincts) ainsi recensés, 419 portent un nom38 et, après « lemmatisation forte », les caractéristiques statistiques générales ne montrent pas d'évolution chronologique simple dans la gestion (inconsciente) de ce corpus.

Caractéristiques statistiques générales du corpus des noms masculins (après lemmatisation forte) par tranche chronologique Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

1375-1391

1423-1435

1450-1470

ensemble

nb individus

161

112

146

419

nb noms distincts (extension observée)

26

29

28

42

nb hapax

8

12

10

12

% hapax dans le corpus des noms

30,8 %

41,4 %

35,7 %

28,6 %

extension théorique

30,6

26,5

29,5

calcul impossible

nb moyen individus par nom (condensation)

6,2

3,9

5,2

10,0

taux d’homonymie

8,4 %

10,2 %

10,9 %

9,3 %

% individus désignés par les 5 noms les plus fréquents

59,0 %

61,6 %

57,5 %

58,2 %

nb noms nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

4

4

4

4

  • 39 Cf. supra note 10.

N.B. : 1. Les valeurs indiquées dans la colonne "ensemble" concernent l'ensemble constitué par l'agrégation des 3 tranches chronologiques définies39.
2. L'extension théorique est le nombre théorique de noms distincts dans la tranche chronologique considérée sous l'hypothèse d'indépendance.

  • 40 Tous les paramètres statistiques sont affectés par le niveau de lemmatisation. Le nombre de noms d (...)

85La concentration est forte dès le début de la période, mais les valeurs observées sont difficiles à interpréter parce qu'accentuées (de façon « mécanique ») par le niveau de lemmatisation retenu40. Comme nous l'avons signalé, le fonctionnement autonome des hypochoristiques ne fait aucun doute ; la concentration et l'homonymie réelles sont donc nécessairement inférieures aux valeurs proposées ici. Aussi, de par ces biaisements, c'est moins à ces caractéristiques générales, qu'à l'examen des noms eux-mêmes (classés par « groupe ») qu'il convient de s'attacher.

Palmarès des noms masculins (après lemmatisation forte) par tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Palmarès des noms masculins (après lemmatisation forte) par tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

86Ce palmarès (tous statuts confondus) montre une image et une évolution classique, avec le recul du nom capétien Hugues et la montée en puissance de Guillaume. L'analyse statistique détaillée confirme et complète cette première impression : Jehan et Jacques sont déficitaires dans la période 1375-1391 et spécifiques pour 1450-1470 ; Hugues est spécifique pour 1375-1391 (et déficitaire dans la dernière tranche chronologique). L'analyse montre aussi le caractère faiblement spécifique de Étienne, Lambert, Michel et Élie dans la première tranche chronologique (ces noms ne sont pas déficitaires par la suite). Ce sont là des changements peu nombreux, pour un siècle d'observation, mais suffisamment signifiants pour faire de ce corpus un corpus vivant.

b. Francs et serfs

87L'analyse dans le temps du corpus des noms révèle des différences qui affectent pour l'essentiel la première et la dernière des tranches chronologiques. Mais ces différences pourraient n'être que le reflet de différences dans la composition des deux corpus : les serfs constituent en effet la grande majorité des occurrences du dernier quart du XIVe siècle et les francs l'essentiel de celles du troisième quart du XVe.

88Mais une partition du corpus selon la condition juridique des chefs de feu (toutes périodes confondues) montre qu'entre francs et serfs, les différences sont faibles, qu'il s'agisse du pourcentage d'hapax (autour de 30 % pour les deux catégories) ou du niveau de la concentration des noms (environ 60 % d'individus désignés par les 5 noms les plus fréquents après lemmatisation).

Caractéristiques statistiques générales des corpus des noms masculins (après lemmatisation forte) par condition juridique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

francs

serfs

indéterminés

ensemble

nb individus

183

233

3

419

nb noms distincts (extension observée)

31

34

2

42

nb hapax

10

10

non signif. (ns)

12

% hapax dans le corpus des noms

32,3 %

29,4 %

ns

28,6 %

extension théorique

32,0

34,9

ns

calcul impossible

nb moyen individus par nom (condensation)

5,9

6,9

ns

10,1

taux d’homonymie

9,8 %

9,2 %

ns

9,3 %

% individus désignés par les 5 noms les plus fréquents

56,8 %

61,4 %

ns

57,8 %

nb noms nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

4

4

ns

4

Caractéristiques statistiques générales des corpus des noms masculins (après lemmatisation douce) par condition juridique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

francs

serfs

indéterminés

ensemble

nb individus

183

233

3

419

nb noms distincts (extension observée)

51

60

2

73

nb hapax

22

24

non signit. (ns)

22

 % hapax dans le corpus des noms

43,1 %

40,0 %

ns

30,1 %

extension théorique

54,3

59,7

ns

calcul impossible

nb moyen individus par nom (condensation)

3,6

3,9

ns

5,7

taux d’homonymie

5,8 %

4,9 %

ns

5,1 %

 % individus désignés par les 5 noms les plus fréquents

38,6 %

38,6 %

ns

37,0 %

nb noms nécessaire pour désigner 50 % de la popul.

9

9

ns

10

  • 41 Cf. supra note 10.

N.B. : 1. Les valeurs indiquées dans la colonne "ensemble" concernent l'ensemble constitué par l'agrégation des 3 « catégories » définies41
2. L'extension théorique est le nombre théorique de noms distincts dans la « catégorie » considérée sous l'hypothèse d'indépendance.

89Finalement, que l'on procède par lemmatisation forte ou douce, cette dernière permettant de distinguer les hypochoristiques et de rendre compte de leur fonctionnement autonome, les caractéristiques statistiques générales ne séparent pas les deux conditions juridiques. Pour l'une comme l'autre, le pourcentage d'hapax et la proportion d'individus désignés par les 5 noms les plus fréquents restent voisins.

90Après lemmatisation forte, le palmarès des noms montre des proximités importantes : Jehan, Pierre et Hugues sont, dans cet ordre, les trois noms les plus fréquents dans chacune des deux catégories. Et les ressemblances ne s'arrêtent pas là : l'analyse statistique révèle que les différences significatives se réduisent à la spécificité de Étienne et, dans une moindre mesure, de Michel chez les serfs ; à celle de Vivien chez les francs.

91En revanche, si l'on examine les noms en détaillant prénoms génériques et hypochoristiques portés par les uns et les autres, on note des choix différenciés.

Palmarès comparés des noms (après lemmatisation douce) des hommes francs et serfs (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Palmarès comparés des noms (après lemmatisation douce) des hommes francs et serfs (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les francs, on trouve au rang 18 six noms portés exactement 3 fois ; et chez les serfs, au rang 17, trois noms portés exactement 4 fois.

92Parmi les quatre premiers noms du palmarès général (qui correspond à l'agrégation des deux catégories), deux correspondent à une « forme générique » (Jean et André, respectivement aux rangs 1 et 3) et deux à un hypochoristique (Perrenot plutôt que Pierre et Villemot plutôt que Guillaume, aux rangs 2 et 4).

  • 42 Michelot est en outre déficitaire chez les francs.
  • 43 En outre, Vienot est déficitaire chez les serfs et Belin déficitaire chez les francs sans être spé (...)

93L'analyse statistique révèle que Perrenot, Huguenin mais aussi Estevenin et Michelot sont spécifiquement serfs42 ; alors que Humbert et Vienot sont spécifiquement francs43. Les différences sont assez nettes. Et si toutes les formes diminutives — traduisez familières — ne sont pas spécifiques, celles qui le sont apparaissent plutôt serves.

4. Des surnoms

94Sur les 424 hommes qui constituent le corpus exploitable, 413 portent effectivement un surnom et, sans surprise, la variété du corpus, même après lemmatisation, se révèle beaucoup plus grande que celle du corpus des noms. On dénombre au total 210 surnoms différents (contre seulement 73 noms).

95Les corpus francs et serfs présentent des caractéristiques générales partiellement différentes. Ainsi, si près de sept surnoms sur dix ne sont portés que par un seul chef de feu, la concentration est significativement plus forte chez les francs (21,7 % contre 14,0 % pour les 5 surnoms les plus fréquents et 17 surnoms contre 38 pour désigner la moitié de la population). Quant au taux d'homonymie des surnoms, il est proche et faible dans les deux catégories (1,6 % chez les francs et de 0,6 % chez les serfs).

96Que tirer de ces différences ? Peut-être — à titre d'hypothèses — peut-on voir dans cette concentration plus forte la marque d'une plus grande intensité des liens familiaux entre les feux francs ou, sans que ces deux hypothèses ne soient exclusives, celle d'une plus grande mobilité des feux serfs.

a. Évolution chronologique

  • 44 Sont ainsi désignés les surnoms issus d'anthroponymes (i. e. de nomen proprium).
  • 45 Sont ainsi désignés les surnoms issus de toponymes (i. e. de noms de lieux, d'origine, de provenan (...)
  • 46 Cf. par exemple ADCO, B 11570 : Belin Regnart (Treclun 1375).

97La typologie retenue est celle classiquement utilisée ; elle distingue les deanthroponymes44 (type a), les surnoms de type professionnel (type b), les sobriquets (type c) et les detoponymes45 (type d). Mais, en pratique, il faut également compter avec ceux dont le type est inconnu ou ne peut être établi avec certitude. Dans le corpus considéré, plus d'un surnom sur quatre présente une étymologie obscure ou incertaine et, parmi eux, les surnoms dont les origines possibles sont multiples. C'est le cas par exemple de Regnard46 qui peut correspondre au nom de personne d'origine germanique ragin/hard et donc au type "a", ou, synonyme de « rusé », être de type "c". À côté des quatre types de référence, deux catégories ont donc été adjointes : celle des surnoms de type incertain (ex. Regnard) et celle des surnoms de type indéterminé, pour lesquels aucune origine ne peut être proposée.

98À première vue, la typologie des surnoms connaît une certaine évolution chronologique : le type "a" semble progresser au cours de la période examinée, mais ce progrès ce fait au détriment des surnoms de type "indéterminé", ce qui ne permet pas vraiment d'en tirer profit.

Distribution des surnoms masculins par type et tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Distribution des surnoms masculins par type et tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

99Si l'on prend le risque de choisir un type particulier pour les surnoms de type "incertain", ces résultats ne sont que peu modifiés. Et si le type "c" est celui qui connaît la plus forte progression, cette progression se fait dans chacune des tranches chronologique.

b. Francs et serfs

100Toutes périodes confondues, on observe une certaine dissymétrie entre francs et serfs : le type "a" apparaît davantage franc et le type "c" une forme plutôt serve.

Distribution des surnoms masculins par type et condition juridique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

Distribution des surnoms masculins par type et condition juridique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)

101Mais une analyse statistique approfondie du tableau montre que les surnoms de type “incertain” et de type “indéterminé” sont trop nombreux pour que l'on puisse parler de différences significatives pour les types “a” et “c”.

102Le choix d'un type (parmi les possibles) pour les surnoms de type “incertain” confirme partiellement les résultats précédents : chez les francs, le type “a” représente alors 37,2 % des surnoms, le type “c” 20,6 % et le type “d” 9,4 % ; chez les serfs, le type “a” représente 28,8 % et le type “c” 27,1 % pour ne signaler que les évolutions les plus marquantes. Mais l'étude statistique révèle alors que ni le type “a” ni le type “c” ne sont déterminants et que les différences les plus significatives concernent le type “d”, déficitaires chez les serfs et corollairement excédentaires chez les francs.

103Au total, les différences observées sont bien ténues. D'un point de vue anthroponymique, la servitude ne se marque pas vraiment ; au Xe comme au XVe siècle, elle se confond avec les modes roturières.

Notes

1 Traduction et édition d'André Deléage, La vie en Bourgogne jusqu'au début du XIe siècle, Mâcon, Impr. Protat frères, 3 tomes, 1941, p. 1207 ; document édité d'abord par Anatole de Charmasse, Cartulaire de l'Église d'Autun, (publication de la société éduenne), Paris-Autun, A. Durand-M. Dejussieu, 1865-1900, 3e partie, II, p. 3-5 (rééd. sur support électronique en 1995).

2 Joseph Courtois, Les origines de l'hypothèque en Bourgogne et chartes de l’abbaye Saint-Étienne de Dijon des VIIIe, IXe, Xe et XIe siècles, Dijon, Impr. Jobart, 1907 (rééd. sur support électronique en 1995).

3 Archives Départementales de la Côte d'Or (ADCO), B 11570 (1375), B 11572 (1376), B 11580-1 (1376), B 11573 (1378), B 11580-2 (1381), B 11576 (1391), B 11581 (1423), B 11582 (1424), B 11583 (1430), B 11584 (1431), B 11585 (1433), B 11586 (1435), B 11587 (1450), B 11589 (1460), B 11590 (1470).

4 « Suivant le droit coutumier de Bourgogne, le nom de manse était attribué à toute exploitation qui exigeait au moins le concours d'une paire de bœufs et qui, par conséquent, pouvait la nourrir » : Commentaria in consuetudines ducati Burgundiae, éd. de 1517, cité par Anatole de Charmasse, Cartulaire de l'Église d'Autun, op.cit., t. III, p. XLIV, note 9. Cela implique que les tenants de quartiers de manse, isolés ou associés, pouvaient ou devaient en exploiter plusieurs pour vivre, peuvent ou doivent donc apparaître plusieurs fois dans le document. La déclaration des superficies pourrait permettre d'avancer des hypothèses mais pas de trancher avec certitude et, de toute façon, elle fait ici défaut.

5 Parmi beaucoup d'autres, signalons quelques-uns des travaux qui nous ont été précieux pour la lemmatisation des noms germaniques de ce corpus : Dieter Geuenich, Die Personennamen der Klostergemeinschaft von Fulda im früheren Mittelalter, München, Wilhelm Fink Verlag, Münstersche Mittelalter-Schriften 5, 1976 ; Id., « Möglichkeiten lemmatisierter Personennamenregister », Onoma, vol. 21, 1977, p. 364-376 ; Id., « Die Lemmatisierung und philologische Bearbeitung des Personennamenmaterials », dans Karl Schmid (hrsg.), Die Klostergemeinschaft von Fulda im früheren Mittelalter, München, Wilhelm Fink Verlag, Münstersche Mittelalter-Schriften 8, Band 1, 1978, p. 37-84 ; Dieter Geuenich & Alfred Lohr, « Der Einsatz der EDV bei der Lemmatisierung mittelalterlicher Personennamen », Onoma, vol. 22, n° 3, 1978, p. 554-585 ; Dieter Geuenich & Richard Schreml, « Alphabetischer Gesamtindex und Lemmatisiertes Personennamenregister », dans Dieter Hägermann (hrsg.), unter Mitwirkung von Konrad Elmshäuser und Andreas Hedwig, Das Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, Bölhau Verlag, 1993, p. 277-317.

6 Cf. Monique Bourin et Pascal Chareille, « Colons et serfs dans le polyptyque d'Irminon : quelles différences anthroponymiques ? », dans Monique Bourin et Pascal Chareille (éd.), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, tome V-l : Intégration et exclusion sociale : lectures anthroponymiques. Serfs et dépendants au Moyen-Âge (Ville - XIIe siècle), Tours, Publications de l'Université de Tours, 2002, p. 31-132.

7 Pour l'ensemble du corpus masculin (donc en intégrant les données de Tillenay), on recense après lemmatisation 244 noms germaniques sur 299 noms distincts (soit 81,6 %).

8 Les résultats vont dans le même sens que ceux établis pour Saint-Germain-des-Prés au début du IXe siècle, mais avec un niveau de germanisation inférieur. La différence entre les deux populations (dominants & dépendants) est en outre ici plus marquée que celle observée entre colons et serfs à Saint-Germain-des-Prés. Cf. Monique Bourin et Pascal Chareille, « Colons et serfs... », op. cit.

9 Pour les 322 occurrences qui constituent le corpus de référence, on dénombre au total 283 noms distincts avant lemmatisation.

10 Ces valeurs ne correspondent pas — sauf pour le “nb d'individus” — à la somme des valeurs indiquées pour chaque « catégorie ». C'est ainsi que le nombre de noms distincts dans l'ensemble du corpus (colonne “ensemble”, ligne “extension observée”) n'est pas la somme des nombres obtenus pour chacune des 3 « catégories » (les noms communs à plusieurs « catégories » sont bien entendu nombreux). La même remarque vaut pour tous les autres paramètres du tableau.

11 Sont ici considérés comme « significatifs » les noms attestés au moins 4 fois.

12 Les noms spécifiques d'une sous-population particulière (ici un groupe social) sont les noms qui présentent dans cette sous-population une fréquence nettement supérieure à la fréquence théorique (ou « attendue ») sous l'hypothèse d'indépendance, donc à leur fréquence dans l'ensemble du corpus. En pratique, on calcule pour chaque nom attesté dans une sous-population donné l'effectif théorique qui serait le sien si la partition (ou décomposition) du corpus était inopérante. On compare ensuite à l'aide d'une procédure statistique ad hoc cet effectif théorique à l'effectif réel (ou observé). Lorsque l'écart est jugé trop important (avec un seuil choisi), le nom est dit spécifique quand le nombre observé est très supérieur au nombre théorique, déficitaire dans le cas contraire.
Pour une présentation théorique détaillée de ces notions, voir le travail de thèse en cours de Pascal Chareille (dir. Monique Bourin) : L'anthroponymie médiévale : méthodes statistiques et modèles historiques, dont la soutenance est prévue fin 2003.

13 Ce décompte concerne l'ensemble des hommes adultes du corpus de référence ; tous les statuts sont pris en compte. Il tient compte des suffixations latines (au nombre de 14), qui n'apparaissent bien entendu qu'en position terminale.

14 Ce décompte tient compte des 7 suffixations latines identifiées.

15 Certains de ces documents, incomplètement conservés ou simples copies, ne présentent pas de préambules explicitant les circonstances de leur réalisation. Une date leur est attribuée à la fin du XIXe siècle par l'Archiviste Joseph Garnier dans l'étude qu'il leur consacre en 1876 (La recherche des feux en Bourgogne aux XIVe et XVe siècles, Dijon, 1876, 222 p.) comme dans les inventaires détaillés des archives qu'il fait publier en 1878. Les chercheurs suivants ont appris à s'en méfier : cf. Pierre Gras, « Cherches de feux chalonnaises au XIVe siècle », Annales de Bourgogne, 1943, p. 289-292 ; Pierre Camp, Histoire d'Auxonne au Moyen Âge, Dijon, Association bourguignonne des sociétés savantes (Impr. F. Massebeuf), 1960, p. 151-154 ; André Leguai, « Démographie médiévale dans le duché de Bourgogne. Sources et méthodes », La démographie médiévale, sources et méthodes, Annales de la faculté de Nice, 17-1972, p. 73-88. Pour le Dijonnais ici concerné, la date de 1400 attribuée au cahier coté B 11580-1 n'est pas valide : le suivi anthroponymique des feux et la réalisation de leur tableau de survie (cf. infra) montrait de très nombreuses incohérences avec le dénombrement de 1391 (B 11576), faisait notamment « ressusciter » beaucoup de défunts maris ou pères entre les deux dates. L'analyse comparative terme à terme, c'est-à-dire localité par localité et feu par feu, démontre qu'il s'agit d'une copie du cahier B 11572 datée de 1376.

16 Joseph Garnier, Chartes de communes et d'affranchissements en Bourgogne, Dijon, 1877, t. 3, « Appendice », p. 499 sq. Nos villages ne sont évoqués que dans la note 29 de la page 504 du vol. 3, alors que l'auteur recense les évocations des libertés individuelles ou collectives dans les « cherches des feux » : « Champdôtre, Pont, Tillenay et Treclun appartenaient au chapitre de Saint-Lazare d'Autun. Le polyptyque de l'an 1290 établit que Champdôtre et Pont ne devaient que des cens en argent ou en nature, des corvées et la procuration, c'est-à-dire l'obligation de fournir au seigneur tout ce dont il avait besoin durant son séjour, tandis qu'a Treclun, Tillenay et Siel, hameau disparu, les hommes étaient, en outre, taillables et exploitables haut et bas, sauf dans le dernier ou existaient trois feux de libre condition. Après 1320, il n'eurent rien à envier aux deux premiers qui, à l'exemple de Chenôves, furent aussi mis à la taille à volonté qu'il subirent jusqu'au règne de Charles le Guerrier, où le rôle de 1470 les range parmi les abonnés. »

17 Deux exemples parmi d'autres : les directives données par les Élus de Bourgogne pour dresser en 1391 la liste des feux du bailliage de Dijon expliquent qu'il faut distinguer les feux frans et abonnez à une part, les feux serfs taillables haut et bas à une autre part... (B 11576, f° lv°) ; au même bailliage de Dijon mais dans sa « lieutenance de Nuits », les feux du village de Gilly sont dits franz ou abonnez dans l'enquête de 1377 (B 11526, f° 5).

18 Les deux autres anomalies concernent un père et son fils ou ses enfants : Villemot fils feu Estevenin le Berangier est chef de feu à Champdôtre en 1376 et 1400 alors que le père Estevenin Berangier est indiqué comme tel en 1378. À pont, les enfants Huguenin le Maire sont collectivement désignés comme chef de feu en 1376 et 1381, le père l'étant en 1378 et 1391 : il est vrai que le père n'est pas ici déclaré mort et qu'il peut s'agir seulement d'un transfert ponctuel de responsabilité en raison de l'absence ou de l'incapacité temporaire du père.

19 La situation est ambiguë pour Henri la Belée : taillable à Champdôtre en 1423 et abonné en 1424, il est remplacé par sa veuve qui est déclarée taillable en 1430, 1433 et 1435 (elle est manquante en 1431). Est-ce le statut du feu ou celui de l'individu qui est mentionné ? L'abonnement est-il temporaire ? L'abonné n'est-il jamais considéré que comme un ex taillable haut et bas, assimilé tantôt (économiquement) aux francs, tantôt (socialement) aux serfs ?

20 L'analyse de la pérennité des feux paraît à priori éloignée du propos anthroponymique, mais elle est indispensable pour dire si les éventuelles modifications de comportements anthroponymiques et les changements de statuts sont tributaires ou non d'un changement de population ; pour aussi étudier la stabilité des désignations individuelles dans le temps. Certes le raisonnement peut apparaître « circulaire » puisque ce suivi des feux ne peut être établi qu'à partir de celui des anthroponymes. Mais un changement significatif de stock des noms corrélé à un renouvellement des surnoms et à une modification des statuts mérite d'être envisagé et vérifié. Pour 30 feux, la documentation atteste une passation du rôle de chef de feu au sein d'une même famille : l'anthroponyme d'un homme défunt est utilisé comme désignation complémentaire dans le nom du nouveau responsable fiscal, la veuve dans 24 cas, un fils dans un cas et "les enfants" (sans autre précision) dans un autre. Dans quatre autres cas, la « succession » endogène est pareillement attestée, mais elle se fait sans que l'on sache s'il y a décès de l'homme, des enfants remplaçant leur père (une fille dans un cas, "des enfants" dans deux autres), une femme se substituant à son mari : il peut simplement s'agir d'un transfert de responsabilité.

21 Une étude fine de la pérennité des unités fiscales dans le temps suppose une observation par cohorte, d'autant que les « cherches » ne sont pas distribuées avec une périodicité régulière. La documentation impose en effet deux ruptures chronologiques marquées, la plus nette entre 1391 et 1423 avec une interruption de plus d'un quart de siècle ; la seconde, plus brève, entre 1435 et 1450 (cf. infra la table de survie). À côté des considérations générales, on pourrait s'attacher à présenter quelques trajectoires individuelles, comme celle de ce Jehan Doniot, d'abord taillable et payable en 1423 à Champdôtre, possiblement affranchi en 1424 où il est dit abonnez, et qui accède à la fonction de maire en 1450. Mais la documentation est trop sèche pour permettre de suivre en nombre de tels parcours individuels.

22 Les sommes par colonnes (ligne « total ») correspondent au nombre total de feux recensés dans l'ensemble des quatre localités pour la « cherche » concernée.

23 Ces valeurs en % relatives à l'« origine » des occurrences sont indiquées dans la 2e ligne de %.

24 Aucune séquence ne présente plus de 3 lacunes.

25 Patrice Beck, « Anthroponymie et comportements démographiques : les “cherches des feux” bourguignonnes des XIVe et XVe siècles », Annales ESC, n° 6-1983, p. 1336-1345.

26 Pour rendre compte du contexte général dans lequel les enquêtes ont été réalisées, rappelons qu'en 1377, au siège de Nuits du baillage de Dijon, une "re-cherche" est réalisée immédiatement après un premier dénombrement « pour mieux savoir le vray nombre des diz feux..., especialement se aucuns feux... avoient esté oubliez ou receliez mallicieusement ou autrement » (B 11526, f° 1). Le préambule de la « cerche » de 1400 pour la même circonscription explique que « depuis l'octroy de 12000francs » voté par les États de Bourgogne en mai 1399 « la mortalitey ay esté si grande audit duché que la plus grant partie des personnes tenant feu audit duché sont mors et leur feu tout estaing » et que « ledit ayde ne peut estre levé sans savoir le nombre des feux qui sont demourez de ladite mortalitey » (B 11530, f° 1v°) : cité dans Patrice Beck et Pascal Chareille, « Sédentarité et mobilité à Dijon à la fin du XlVe siècle », La ville au Moyen Âge, Actes du 120e Congrès National des Sociétés Savantes - Aix-en-Provence, 1995, Paris, 1999, p. 97). En 1430, à la fin de leur mémoire, les enquêteurs du Dijonnais énoncent les difficultés qu'ils ont rencontrées « pour les charges et occupations des gens d'armes qui, continuellement, ont esté et séjourné en la plus grant partie des villes contenues en la dite cerche » (B 11583, f° 209v°).

27 Si la plupart des feux sont recensés localité par localité (les localités n'étant pas énumérées dans le même ordre d'une « cherche » à l'autre), quelques exceptions sont à signaler : la cherche de 1375 mentionne 12 feux « misérables » qui ne sont pas précisément localisés (et qui semblent attachés à l'ensemble de la paroisse) ; celle de 1381 ne localise aucun des 77 feux qu'elle recense. Le suivi prosopographique (d'une « cherche » à l'autre) des unités fiscales permet cependant de localiser avec précision la plupart d'entre elles (63/82).

28 Les taux de croissance annuels moyens (du nombre d'unités d'imposition) sont calculés entre « cherches » successives. Ils repose sur le principe suivant : si p0 désigne la population (ou nombre d'unités fiscales recensées) à la date 0 et pn cette même population à la date n (avec n > 0), on a : pn = p0 (l + τ)n τ est le taux de croissance annuel moyen de la population et n le nombre d'années écoulées entre 0 et n.

29 Par exemple : la veuve Perrenin le Maistrot (Champdôtre 1460), la femme Estevenin Regnault (Treclun 1433), la fille Belin le Cultiz (Tillenay 1376).

30 Par exemple : Odote femme feu Poinsot Rolot (Champdôtre 1391), Jehannote femme feu Symonnot le Maistrot (Champdôtre 1375).

31 Ce chef de feu n'est pas recensé en 1391.

32 ADCO B 11573. Le même individu (c'est du moins ce que l'on peut raisonnablement estimé) est simplement désigné Jehan le Cordelier en 1376 et 1391 (respectivement ADCO, B 11572 & B 11580-1 et B 11576).

33 On ne recense aucun anthroponyme de ce type dans les cherches de 1376, 1381, 1423, 1424, 1430, 1431 et 1460.

34 On recense au total une demi-douzaine d'exceptions. Ainsi à Tillenay, Bertholemot Jaquot (1424) est sans doute Berthelomin Jacote (1423) ; à Champdôtre, P[erre]not le Laurent (1470) est très probablement P[er]ron Laurenz (1460) ; etc.

35 Puisque le surnom est à la fois individuellement fixé et probablement héréditaire, supposer que son type peut distinguer francs et serfs, c'est supposer d'une part qu'au moment où le surnom se transmet, francs et serfs portent des surnoms de type distincts, d'autre part que le statut juridique est lui-même héréditaire. À moins que ce surnom ne soit en réalité transmis que sur deux générations (père/fils).

36 Par exemple, à Champdôtre : Vill[em]ot le Gueispe (1375) ; Guill[em]ot le Guespe (1376) ; G.ll.ot la Gespe (1378) ; Vill.ot la Guesse (1391).

37 Pour des noms d'origine germanique, la décomposition en lemmes (ou racines) correspond à une lemmatisation forte.

38 3 portent comme seul anthroponyme un surnom précédé d'un article défini (le vaichier de la ville (Pont, 1433) ; le capitan (Champdôtre 1375) ; ly bon raoullot (Pont, 1423-1433) ; un autre est simplement désigné quartaul (non localisé, 1375) et un dernier dit gaignot alias figues (Champdôtre, 1378).

39 Cf. supra note 10.

40 Tous les paramètres statistiques sont affectés par le niveau de lemmatisation. Le nombre de noms distincts et le nombre d'hapax diminuent avec une lemmatisation forte (puisque la variété paraît moins marquée) ; le nombre moyen d'individus par nom, le taux d'homonymie, la proportion d'individus désignés par les 5 noms les plus fréquents et le nombre minimal de noms nécessaires pour désigner la moitié de la population sont eux plus élevés avec une lemmatisation forte.

41 Cf. supra note 10.

42 Michelot est en outre déficitaire chez les francs.

43 En outre, Vienot est déficitaire chez les serfs et Belin déficitaire chez les francs sans être spécifique chez les serfs.

44 Sont ainsi désignés les surnoms issus d'anthroponymes (i. e. de nomen proprium).

45 Sont ainsi désignés les surnoms issus de toponymes (i. e. de noms de lieux, d'origine, de provenance, de voisinage, éventuellement de noms communs à valeur topographique ou orographique).

46 Cf. par exemple ADCO, B 11570 : Belin Regnart (Treclun 1375).

Table des illustrations

Titre Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende NB : Les « indéterminés » sont ceux qui, dans le document, sont désignés comme confronts, sans autres précisions.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 90k
Titre Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Titre Origine linguistique comparée des noms des laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon et Tillenay, IXe-Xe siècles)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre Palmarès des noms lemmatisés des hommes laïcs présumés (Saint-Étienne de Di on et Tillenay, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Le palmarès est « arrêté » aux noms significatifs. On trouve au rang 13 douze noms portés exactement 3 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Origine linguistique comparée des noms masculins pour les clercs, les laïcs et les indéterminés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Les « indéterminés » sont ceux qui, dans le document, sont désignés comme confronts, sans autres précisions. Le palmarès est « arrêté » aux noms significatifs. On trouve au rang 9 quatre noms (lemmatisés) portés exactement 5 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
Titre Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes laïcs présumés selon leur condition supposée (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les dominants, on trouve au rang 10 sept lexèmes initiaux portés exactement 3 fois ; et chez les dépendants, au rang 9, quatre lexèmes initiaux portés exactement 3 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Titre Palmarès comparé des lexèmes initiaux des hommes clercs attestés et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les clercs, on trouve au rang 9 six lexèmes initiaux portés exactement 4 fois ; et chez les laïcs, au rang 11, deux lexèmes initiaux portés exactement 4 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre Palmarès comparé des lexèmes terminaux des hommes dominants et dépendants (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les dominants, on trouve au rang 9 trois lexèmes terminaux portés exactement 4 fois ; et chez les dépendants, au rang 9, cinq lexèmes terminaux portés exactement 3 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Palmarès comparés des lexèmes terminaux des hommes clercs et laïcs présumés (Saint-Étienne de Dijon, IXe-Xe siècles)
Légende N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les clercs, on trouve au rang 9 quatre lexèmes terminaux portés exactement 4 fois ; et chez les laïcs, au rang 8, quatre lexèmes terminaux portés exactement 4 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Titre Vocabulaire et modalités de présentation des statuts juridiques et des conditions économiques des foyers dans les « cherches des feux » (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre Table de « survie » des unités fiscales (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 398k
Titre Distribution des feux par cherche et par localité (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
Légende Note 2727Note 2828
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Titre Distribution des désignations par type et sexe du chef de feu (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
Légende N.B. : La typologie utilisée est la typologie « habituelle », légèrement adaptée. Ainsi le "type III+" correspond aux désignations du type III complétées par une désignation complémentaire ; "<ref> y" aux désignations qui font référence à un anthroponyme (souvent celui d'un mari pour une femme) ; "x <ref> y" à celles du type précédent précédées d'un (pré)nom.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Titre Palmarès des noms masculins (après lemmatisation forte) par tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Titre Palmarès comparés des noms (après lemmatisation douce) des hommes francs et serfs (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
Légende N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les francs, on trouve au rang 18 six noms portés exactement 3 fois ; et chez les serfs, au rang 17, trois noms portés exactement 4 fois.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 186k
Titre Distribution des surnoms masculins par type et tranche chronologique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 105k
Titre Distribution des surnoms masculins par type et condition juridique (Paroisse de Champdôtre, 1375-1470)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16623/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 101k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search