Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-2 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Le « nouveau servage »

Le nom des serfs en Valois au xiiie siècle

Pierre-Henri Billy

Texte intégral

1Les premières questions qui se posent en abordant l'étude du nom des serfs sont d'ordre méthodologique.

2Peut-on étudier les noms des serfs pour eux-mêmes, sans comparer leurs noms à ceux des hommes libres ? Il est évident que non, pour la bonne et simple raison que les serfs, même s'ils forment une catégorie sociale particulière, n'en sont pas moins des personnes vivant dans un temps et un espace bien circonscrits.

3Un autre point de méthode entre en jeu : la source utilisée est ici nominative, long recensement de tous les serfs, hommes et femmes, d'une petite seigneurie royale. Il nous paraît donc délicat de comparer ce document à tout autre qui ne présenterait pas les mêmes caractéristiques. Or, s'il existe, parmi les documents publiés, des chartes évoquant, éparpillés, des noms de serfs — seul le Livre des serfs de Marmoutier regroupe des chartes d'affranchissement —, il n'existe pas en France, à notre connaissance, d'autre liste publiée de serfs de cette importance et du milieu du XIIIe s. Il s'avère donc impossible de comparer notre document à un autre qui aurait le même contenu socio-juridique et la même présentation sous forme de liste.

  • 1 L. Carolus-Barré, « L'affranchissement des serfs de la châtellenie de Pierrefonds par Blanche de C (...)
  • 2 L. Carolus-Barré, « Documents inédits sur la commune de Château-Thierry (1239) et sur sa populatio (...)

4Dernier point, et pas le moindre : l'étude des noms étant par essence, onomastique, la comparaison de deux sources ne peut scientifiquement valoir que si les deux sont du même type documentaire — ici, listes nominatives —, de la même époque et de la même région. Le document qui sert de base à notre étude est une liste des serfs de la seigneurie de Pierrefonds vers 12521, village situé dans le Sud-Est de l'actuel département de l'Oise. La seule source nominative qui puisse lui être comparée est celle des habitants de Château-Thierry et des villages environnants en 13012 ville située à quarante kilomètres à l'Est de Pierrefonds, dans l'actuel département de l'Aisne. Cette liste présente deux inconvénients : une date tardive, quelque cinquante ans après ; un lieu urbain fort heureusement doublé de villages à l'entour. Nous avons donc séparé en deux la liste de Château-Thierry, en considérant d'une part les habitants de la ville, de l'autre ceux des villages proches.

5Numériquement, les deux listes ne sont pas trop différentes, permettant une étude bien fondée de leurs caractéristiques onomastiques : celle de Pierrefonds comprend environ 700 hommes et 300 femmes ; celle de Château-Thierry environ 500 hommes et 40 femmes, dont les deux cinquièmes vivent en milieu rural.

6Nous fondons cette étude, comme nos précédentes, sur l'existence de deux catégories onomastiques principales : le premier et le second nom. Même si la présence d'un troisième nom est bien attestée, quoi que faiblement, il n'en sera point question ici car il ne serait d'aucune utilité dans le cadre du présent travail.

I. Le premier nom

  • 3 Nous appelons donc NP tout nom qui, nom de naissance, nom de baptême ou second nom (voire troisièm (...)

7Les différentes et principales catégories sémantiques sont celles des lexèmes qui en sont à l'origine : nom de personne (NP3) sobriquet, nom de lieu (NL), gentilé, ethnique, nom de métier.

8Pour étudier ces catégories internes au premier et au second nom, nous n'avons pris en compte que les noms des personnes qui peuvent être considérées comme chefs de famille : mari ou femme en son absence ; père ou mère en son absence ; oncle ; beau-père (de gendre ou de beau-fils). Il est en effet constant dans ce document — comme dans la plupart des autres — que la désignation par rapport à une autre personne fait employer pour unique nom le seul nom de naissance ou de baptême, ce qui a pour effet de cacher le second nom connu dans et de la micro-société ambiante. Un tel procédé permet de constituer un corpus homogène quant à sa constitution onomastique, sans pour autant fausser la réalité des faits.

9Un des principaux traits de distinction entre serfs et libres, est qu'un tiers des serfs (hommes ou femmes) portent un seul nom à Pierrefonds, contrairement à Château-Thierry où 7 % des hommes mais presque la moitié des femmes ne sont dotés que d'un nom. Cela ne signifie pas que les serfs ne portent pas un second nom, mais que le scribe a estimé bon de n'en recueillir que le premier, celui qui est alors d'usage le plus fréquent. La quasi-constance de l'usage écrit du premier nom de la femme en nom unique est, en revanche, une tendance générale que révèle toute source, qu'elle soit nominative ou non. Ce fort pourcentage explique la place remarquable que tient le NP comme premier non à Pierrefonds, porté par les trois quarts des hommes, par presque toutes les femmes, alors que le portent seulement la moitié des habitants de la ville de Château-Thierry et moins d'un tiers des habitants de sa campagne. L'autre catégorie de noms la plus portée est celle des sobriquets, mais deux à trois fois plus à Château-Thierry qu'à Pierrefonds. Les pourcentages de personnes portant en nom unique un nom de lieu, un ethnique ou un nom de métier sont aussi faibles dans les deux sources. On peut ainsi considérer qu'en notant particulièrement les premiers noms seuls, le scribe de la liste de Pierrefonds s'est attaché à respecter l'usage oral commun et local, qui permet à un autochtone d'identifier sans difficulté ses proches à l'aide d'un seul nom ; qu'en notant surtout les deux noms, c'est-à-dire la chaîne onomastique complète, le scribe de la liste de Château-Thierry s'est attaché à respecter un usage administratif, qui permet à une personne extérieure à une communauté d'en identifier plus aisément les membres.

  • 4 H. Bouchot, E. Lemaire, Le Lime Rouge de l'Hôtel de ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, 1881, n(...)
  • 5 M.-Th. Morlet, Étude d'Anthroponymie Picarde. Les noms de personne en Haute-Picardie aux XIIIe, XI (...)

10On peut aussi caractériser l'appartenance linguistique des premiers noms issus de noms de naissance ou de baptême. Pour ce faire, nous avons recouru à l'intégralité des premiers noms portés sur les documents. Nous distinguons simplement entre les noms d'origine germanique et ceux qui ne le sont pas (bibliques, grecs, latins ou romans). À Pierrefonds, vers 1252, un peu plus de 55 % des hommes et de 59 % des femmes portent un nom d'origine germanique ; à Château-Thierry en revanche, en 1301, c'est un peu plus de 41 % des hommes et de 46 % des femmes en ville, de 42 % des hommes et la moitié des femmes à la campagne. Une lecture rapide de ces résultats pourrait faire croire qu'il s'agit là d'une différence entre population servile et population libre. Il n'en est rien, car la comparaison avec d'autres listes nominatives plus éloignées confirme cet écart : la liste des habitants imposables de Saint-Quentin en 12954, qui mentionne deux centaines d'hommes et une trentaine de femmes, soit un quart de moins qu'à Pierrefonds, révèle qu'un peu plus de 47 % des hommes et 62 % des femmes portent un premier nom d'origine germanique. La différence de pourcentage entre les noms des serfs et ceux des personnes libres attestés cinquante ans plus tard, résulte en fait de la seule évolution du stock des noms, qu'a bien montrée Marie-Thérèse Morlet dans sa thèse sur l'anthroponymie en Haute-Picardie au bas Moyen Âge5.

11Les premiers noms munis d'un suffixe diminutif sont plus fréquents à Château-Thierry qu'à Pierrefonds, ce qui est dû à l'évolution linguistique des noms de personne en un demi-siècle, phénomène général en France.

II. Le second nom

12Les chefs de famille servile, hommes ou femmes, sont donc, pour deux tiers d'entre eux, porteurs d'un nom à deux éléments. Nous avons établi un pourcentage des catégories sémantiques dont relèvent ces seconds noms en nous fondant sur le nombre de leurs seuls porteurs.

13À Pierrefonds, 32 % des hommes portent un sobriquet, autant un nom de lieu (d'habitation plutôt que d'origine), moins de 20 % un nom de métier, seulement 7 % le NP de leur père, 5 % un ethnique ; les autres, en faible pourcentage, le nom de leur mère (NP ou sobriquet) ou un gentilé. Chez les femmes, 45 % portent un nom de lieu (d'habitation plutôt que d'origine), 33 % un sobriquet qui leur est propre ou qui est celui, féminisé, de leur père (ou de leur mari), 15 % le NP, féminisé, que leur père leur a transmis, 4 % le nom du métier qu'elles exercent ; les autres, en faible pourcentage, un ethnique ou un gentilé féminisé, voire le premier nom de leur mère. À Château-Thierry, le pourcentage des catégories sémantiques change quelque peu, mais de façon très significative : en ville, 33 % des hommes portent un sobriquet, autant un nom de métier, 17 % seulement un nom de lieu (d'origine), autant le nom, féminisé, de leur mère (NP ou sobriquet) ; 46 % des femmes portent un sobriquet qui leur est propre, 38 % le nom du métier qu'elles exercent, les autres, en faible pourcentage, un nom de lieu (d'origine) ou le NP, féminisé, que leur père leur a transmis. Dans la campagne environnante, la situation numérique des catégories sémantiques est identique à celle de Pierrefonds : 35 % des hommes portent un sobriquet, 32 % un nom de lieu (d'habitation ou d'origine), 17 % un nom de métier, 7 % le NP hérité de leur père, 6 % le nom de leur mère (NP ou sobriquet), les autres un ethnique ; l'onomastique féminine ne peut être ici étudiée, le nombre de femmes portant deux noms étant infime. Il s'avère ainsi, comme le montre bien la comparaison entre Pierrefonds, seigneurie rurale, et la campagne castrothéodoricienne d'une part, et la ville de Château-Thierry d'autre part, que se reproduit ici le même schéma que partout ailleurs en France au XIIIe s. : dans la campagne, villages et petits bourgs compris, les personnes portent plus souvent, pour second nom, un sobriquet ou un nom de lieu qu'un nom de métier ; en ville, au rebours, elles portent plus souvent un sobriquet ou un nom de métier qu'un nom de lieu. L'anthroponymie servile, rurale, ne fait pas défaut à cette tendance générale.

  • 6 Jehans li Moingnes p. 102 ; liberi Monachi p. 86 ; Bachelerus filius Monachi p. 91 ; Bartholomeus (...)
  • 7 Tournas li Abes p. 103.
  • 8 Johannis Clerici p. 89 ; Adam Clericus p. 101.
  • 9 Philippus l'Evesques p. 99 ; Petrus li Vesques p. 84.
  • 10 Freburgis Chevaliere p. 98, sobriquet féminisé du père ; Albericus Chevaliers p. 99.
  • 11 Bertrameus li Dus p. 101 ; Robertus li Dus p. 87.
  • 12 Petrus Ammiraux p. 86.
  • 13 Michiel li Vilain p. 102 ; Thomas Gros-Vilain p. 102.
  • 14 Herbin c'on dist li Clerc p. 101 ; Thomas Prieuse p. 98, Jehan fil la Priouse p. 99, d'après le so (...)
  • 15 Guiart Vilain, Berthelot Vilain p. 100 ; Pierre Vilaine p. 99, d'après le sobriquet maternel qui p (...)

14Il est intéressant aussi d'observer les révélateurs sociaux que constituent certains sobriquets, en l'occurrence les noms d'état ou de dignité. A Pierrefonds, ils sont d'ordre ecclésiastique, désignant le moine6, l'abbé7, le clerc8 voire l'évêque9 ; d'ordre laïque, désignant le chevalier10, le duc11, voire l'émir12. Dans la campagne de Château-Thierry, les seules références sociales sont faites au vilain, c'est-à-dire à l'homme de basse condition13 ; à la ville, en revanche, les références sociales touchent tant au clergé14 qu'aux vilains15. Il appert ainsi manifestement que les serfs choisissent leurs sobriquets sociaux parmi les désignations des hautes classes qui symbolisent l'état de liberté, que les roturiers libres, ruraux ou bourgeois, les élisent parmi les désignations des hautes et des plus basses classes sociales, mais sans allusion à l'état de servitude. N'est donc pas surnommé vilain celui qui Test, alors qu'on possède ailleurs des exemples de clercs qui sont surnommés Clerc.

III. L'expression des relations familiales

15Les relations familiales sont plus souvent mentionnées dans le document de Pierrefonds qu'ailleurs : c'est dû à la nature même du document qui, traitant de serfs, détaille les familles (familia, pater, mater, liberi, filins, filia, frater, nepos, neptis, uxor, privignus, gener, sororius), sans pour autant en nommer tous les membres.

16Ces relations familiales présentent un intérêt onomastique quand le nom des deux parties en relation est précisé par les formules désignatives du type X filius Y ou Y, X ejus filius. Pour établir les pourcentages ci-dessous, nous n'avons pas tenu compte des mentions du type ejus filius quand le nom de la personne ainsi désignée n'était pas noté par le scribe. À Pierrefonds comme à Château-Thierry, le pourcentage d'hommes ainsi désignés est identique (12 %), mais il est, pour les femmes, deux fois plus fort à Château-Thierry (37,5 %) qu'à Pierrefonds (20,4 %), sans distinction possible entre ville et campagne. On observe aussi qu'à Saint-Quentin il n'existe aucune désignation de ces types dans la liste des habitants imposables. À partir de ces trois sources, identiques par la forme, différentes par le fond, on peut ainsi vérifier le principe selon lequel ce phénomène de désignation familiale est privilégié dans certains types de documents médiévaux — ceux qui, comme les chartes, nécessitent souvent le besoin de décrire ou de dénombrer la famille notamment dans le cadre de donations —, alors que d'autres l'en écartent — comme les listes d'imposables où seul compte et figure le chef de famille. Il s'agit d'une sorte de convention d'écriture qu'impose la nature intrinsèque du document.

  • 16 Cf. P.-H. Billy, « La transmission du nom en France aux XIe-XIVe siècles », à paraître.

17Chez les hommes, c'est partout la relation filiale qui est le plus mise en exergue (7 % à Pierrefonds, 10 % à Château-Thierry), deux fois plus souvent que la relation fraternelle (4 % à P., 1,2 % à Ch.-Th.) ; la relation de gendre à beau-père voire belle-mère n'est pas absente. Chez les femmes, c'est avant tout la relation matrimoniale qui est mentionnée, plus souvent à Château-Thierry (30 %) qu'à Pierrefonds (24 %) ; alors que dans le document de Pierrefonds la relation fraternelle est souvent indiquée (6,3 %), elle est inusitée à Château-Thierry au profit de la relation filiale (7,5 %, mais 2,2 % à P.). Le pourcentage de veuves mentionnées telles quelles est deux fois plus élevé à Château-Thierry (7 %) qu'à Pierrefonds (3,5 %) ; les veuves seules sont rarement citées avec leurs enfants : on ne peut en tirer aucune conclusion au niveau du servage personnel. Quant à l'expression de la filiation, on sait par ailleurs que c'est un phénomène encore courant aux XIIIe et XIVe siècles dans le Nord de la France16.

18L'examen, même bref, mais sous ses différents aspects, de l'onomastique des serfs d'une petite seigneurie est très révélateur : au milieu du XIIIe siècle, leurs noms ne diffèrent pas des noms des roturiers libres qui vivent dans le même monde rural. La lecture de différentes chartes éparpillées dans le temps et l'espace, jointe à celle du Livre des serfs de Marmoutier, nous avait auparavant conduit à une conclusion semblable pour les siècles précédents, le seul inconvénient de ces sources étant qu'elles empêchaient toute étude statistique de par la fragmentation de leur contenu anthroponymique. La liste nominative, source documentaire collective par excellence, permet ainsi de vérifier les données des sources fragmentaires dont nous nous repaissons à l'accoutumée.

Notes

1 L. Carolus-Barré, « L'affranchissement des serfs de la châtellenie de Pierrefonds par Blanche de Castille (v. 1252) et sa confirmation par saint Louis (septembre 1255) », Actes du 114e Congrès national des Sociétés savantes (Paris, 1989), Section d'histoire médiévale et de philologie, Paris, 1990, p. 59-111.

2 L. Carolus-Barré, « Documents inédits sur la commune de Château-Thierry (1239) et sur sa population (1301) », Actes du 95e Congrès national des Sociétés savantes (Reims, 1970), Section d'histoire médiévale et de philologie, Paris, II, 1975, p. 89-112.

3 Nous appelons donc NP tout nom qui, nom de naissance, nom de baptême ou second nom (voire troisième), est issu d'un nom de naissance dont le sémantisme originel est presque toujours perdu, comme Pierre, Jean, Renaud, etc.

4 H. Bouchot, E. Lemaire, Le Lime Rouge de l'Hôtel de ville de Saint-Quentin, Saint-Quentin, 1881, no LIV.

5 M.-Th. Morlet, Étude d'Anthroponymie Picarde. Les noms de personne en Haute-Picardie aux XIIIe, XIVe, XVe siècles, Paris, 1967, p. 23-24.

6 Jehans li Moingnes p. 102 ; liberi Monachi p. 86 ; Bachelerus filius Monachi p. 91 ; Bartholomeus filius Monachi p. 91.

7 Tournas li Abes p. 103.

8 Johannis Clerici p. 89 ; Adam Clericus p. 101.

9 Philippus l'Evesques p. 99 ; Petrus li Vesques p. 84.

10 Freburgis Chevaliere p. 98, sobriquet féminisé du père ; Albericus Chevaliers p. 99.

11 Bertrameus li Dus p. 101 ; Robertus li Dus p. 87.

12 Petrus Ammiraux p. 86.

13 Michiel li Vilain p. 102 ; Thomas Gros-Vilain p. 102.

14 Herbin c'on dist li Clerc p. 101 ; Thomas Prieuse p. 98, Jehan fil la Priouse p. 99, d'après le sobriquet maternel qui peut être le sobriquet paternel féminisé.

15 Guiart Vilain, Berthelot Vilain p. 100 ; Pierre Vilaine p. 99, d'après le sobriquet maternel qui peut être le sobriquet paternel féminisé ; Jehan Bonvilain p. 100.

16 Cf. P.-H. Billy, « La transmission du nom en France aux XIe-XIVe siècles », à paraître.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search