Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-2 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Le « nouveau servage »

Dépendants du Languedoc Occidental (milieu xie-fin xiiie siècle) : aspects anthroponymiques

Mireille Mousnier

Texte intégral

1Les cartulaires constitués aux XIIe et XIIIe siècles témoignent des largesses plus ou moins désintéressées de possédants vis-à-vis des ordres religieux. Trois populations n'y sont que peu dénommées, parfois à la limite de l'absence : les infantes, les femmes, les paysans. Point de rustid, de pagenses, ou si rarement ! J'ai donc souhaité retrouver leur parole, ou du moins le discours que les scribes et notaires ont pu avoir sur leur nom. Les enfants resteront toujours dans l'ombre. Quant aux paysans, ils sont là, à condition d'être serfs ce qui fait leur valeur particulière. Hommes et femmes dépendants émaillent parfois le propos d'une charte. Pour rassembler les textes qui les évoquent, il fallait opérer un dépouillement large, à la fois dans le temps et dans l'espace, mais très homogène dans le type de sources de façon à constituer un corpus satisfaisant. Plus de dix mille chartes ont ainsi été étudiées et la cueillette s'est révélée une moisson. On peut y repérer de grandes tendances, voire des différences avec l'anthroponymie des libres, mais surtout dégager quelques particularités.

Le cadre documentaire

  • 1 Sources éditées :
    A. Clergeac, Cartulaire de l'abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905.
    C. Douais, Le cart (...)

2L'ouest du Languedoc a vu fleurir un nombre important de maisons religieuses qui ont laissé des archives notables pour les XIe-XIIe et XIIIe siècles. Vieilles abbayes, jeunes ordres ont constitué des patrimoines considérables, souvent dispersés sur l'ensemble de cette région, s'imbriquant les uns dans les autres de manière telle qu'en fait, il n'est guère de contrée qui reste dans une obscurité totale. Par ailleurs, le gros cartulaire laïc appelé la Saume de l'Isle complète heureusement ces fonds ecclésiastiques. Leurs biens couvrent largement ce que l'on peut appeler un Grand Toulousain, qui a comme noyau central le pagus tolosanus, mais s'élargit à la Gascogne toulousaine, aux contreforts commingeois, dépassant le Lauragais au-delà des portes de Carcassonne, et s'étendant au Nord jusqu'à l'Aveyron1.

3De plus, il s'agit de chartes originales et de cartulaires : ce sont des actes de la pratique courante, où les individus dépendants sont nommés dans le cadre d'une relation bien précise qui est la patrimonialité. Par ailleurs, ces temporels sont situés en zone rurale dans leur quasi-intégralité, et si Toulouse est bien le centre de cette vaste région, la ville n'apparaît quasiment pas dans le cadre étudié : le phénomène urbain est presque absent, et donc le milieu économique et social étudié est là aussi très homogène. Toulouse joue plutôt un rôle indirect, sans doute très sensible, dans la diffusion des pratiques écrites, du droit écrit, dans l'emploi d'un même latin. Ceci motive la non prise en compte de cartulaires connus, proches géographiquement, mais rédigés en langue romane (commanderies de Vaour et de La Selve), ou bien montrant des différences de vocabulaire (abbaye de Lagrasse).

4Les serfs constituent rarement les parties principales d'une charte : ils ne sont pas sujets de l'acte, mais objets de la transaction. Ils n'interviennent pas non plus comme témoins. Leur présence se situe assez systématiquement dans le cours du texte. Par là même, on risque d'avoir une dénomination peut-être plus simplifiée que pour les parties principales. Ils n'interviennent à ce titre que quand ils se donnent à un maître, ou reconnaissent en dépendre.

  • 2 Lézat no 1150.

5Le cadre chronologique est fourni par l'ensemble documentaire. La date la plus ancienne se situe vers 1026-1030 (fournie par Lézat, avec une première donation de personnes, même si le cartulaire a des actes bien plus anciens)2. Les mentions sont cependant plus fréquentes après 1060. Le terminus a été fixé, assez arbitrairement il est vrai, à 1300. En effet, depuis 1270, les commanderies de Renneville, mais surtout Caignac et Puysubran apportent, seules, des informations. Or, la situation des dépendants est devenue d'une telle complexité qu'il est très incertain de les qualifier dans une condition juridique, sinon sociale : certains ont à la fois des tenures serviles et libres, aliènent leurs caselages avec l'accord de leur seigneur. Il semble que dans ces seigneuries, peu ou prou, tout le monde soit serf, ou personne ne le soit plus, en tout cas en fonction de critères classiques. Aller après 1300 n'éclaircit pas le tableau. Pour des raisons de commodités, la date de 1300 a donc servi de butoir.

6Les séquences chronologiques retenues ont été de trente ans, sauf en ce qui concerne la première et plus ancienne, qui va de 1026 à 1119 (mais seul l'intervalle 1060-1119 est représenté numériquement, soit une soixantaine d'années). Les datations des textes les plus anciens (Lézat et Saint-Sernin) ne sont pas toujours très précises : le plus souvent cependant, l'imprécision n'influait pas car située à l'intérieur d'un intervalle déterminé. Sinon, pour les autres cas, les occurrences ont été réparties entre les deux tranches voisines, au prorata de leur importance numérique. Les doublets anthroponymiques ont été éliminés à l'intérieur de chaque tranche. Par ailleurs, les grilles de travail définies par le groupe d'Azay-le-Ferron ont été respectées, et ce d'autant plus facilement que le cadre géographique et temporel choisi reste bien celui du « modèle français », dont il n'est ici qu'un avatar, ou une variante régionale, en tout cas une variante sociale, celui de l'anthroponymie serve.

7Mais qui est serf ?

  • 3 P. Ourliac, « Réflexions sur le servage languedocien », Comptes-rendus de ¡'Académie des Inscripti (...)

8Le vocable servus n'est jamais employé en tant que tel pour désigner quelqu'un, en situation de dépendance personnelle, ou d'infériorité juridique. Et si le nomen Mancip, ou plus souvent Bonusmancipus parsème les chartes, il a perdu toute connotation servile. Il faut donc avoir recours à d'autres descripteurs et ils ne vont pas sans poser problème. La condition servile demeure encore mal connue pour le Midi languedocien malgré de récents travaux3.

  • 4 H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles », Revue historique du droit (...)

9Ont donc été retenus les cas suivants : une personne est considérée comme objet d'une transaction ; un homme est transféré avec sa femme, sa progéniture née et à naître ; est mentionnée une tenure servile (tenencia pendant deux siècles, puis casalagium à partir du milieu du XIIIe siècle4 ;) un hommage servile est rendu. Des types d'actes plus ambigus n'ont été retenus que par m contrôle strict du contexte : les transferts de droits sur une personne (or sans précision, il s'agit peut-être d'un tenancier) ; l'aveu de dépendance car l'expression « homme de » peut recouvrir des liens fort divers, en particulier ceux d'hommes qui se donnent à l'un des ordres militaires pour y devenir donat (des indications complémentaires montrent alors qu'ils sont associés à la familiarité, ou la fraternité religieuses). Peut-être quelques serviteurs ont-ils été ici comptés en trop, mais la probabilité est si faible qu'elle n'influe pas manifestement quantitativement sur les données. Au bénéfice du doute, tous les cas incertains ont été exclus. Par ailleurs, j'ai essayé de ne pas associer automatiquement entrée en dépendance et misère car quelques mentions montrent la liaison possible entre ministérialité et servage. Aussi, plutôt que d'un servage au sens le plus étroit, juridique, romain de la servitude, je m'attache à l'anthroponymie des personnes fortement dépendantes, le terme de serf étant alors une commodité d'expression liée à la situation sociale, et non une preuve de statut.

10Je suis partie du principe que la condition servile était héréditaire : aussi, quand des membres d'une famille sont cités dans un texte, et qu'apparaissent ainsi les noms d'ascendants ou de descendants, j'ai considéré que la famille entière était serve, et les ai inclus dans le corpus. Mais, le procédé n'en demeure pas moins contestable.

11Le premier dépouillement a fourni un corpus de 1171 formes anthroponymiques. Les actes en doublon et les personnages répétés dans une période donnée ayant été retirés, le total est passé à 1077 formes, soit 917hommes et 150 femmes. Je distinguerai l'étude des hommes et celle des femmes, et pour celle des hommes, il sera possible de mener une étude comparée avec un autre corpus, statistiquement comparable, de population libre, celui du cartulaire de Lézat. Les libres de Lézat pris en compte ne comportent ni les femmes, ni les membres du clergé, dont les comportements anthroponymiques sont vraisemblablement différents. Pour constituer un échantillon représentatif, j'ai souhaité prendre un acte sur quatre (avec deux mentions, une en partie principale, et un témoin), mais je me suis heurtée à des actes en doublons, ou mentionnant des personnages déjà retenus. La suite n'est donc pas rigoureuse ; elle couvre cependant l'intégralité du cartulaire dans sa composition. Dans les témoins, je n'ai pas souvent pris les signa de la première période car j'ai constaté l'importance des formes abrégées. Par contre, les témoins (videntes), plus tardifs, expriment une anthroponymie plus complète.

12Les intervalles présentent des déséquilibres qui ne me paraissent pas insurmontables : il y a beaucoup d'hommes de Lézat libres dans le premier intervalle par rapport aux serfs dont le nombre plus faible empêche une subdivision, théoriquement souhaitable, vers 1080-1090. Par contre, j'ai arrêté la comparaison à la période 1240-1269 pour les serfs, puisque la documentation s'arrête en fait à 1249 à Lézat, mais avec un stock suffisant numériquement, me semble-t-il, et sans grande modification par la suite chez les libres.

Étude des nomina masculins

13Le premier élément de l'appellation, et parfois le seul, est un nomen. Les abréviations sont très rares, et portent, vraisemblablement sur les noms les plus usités : Petrus, Arnaldus, Raimundus et Willelmus (P., A., R., W.). Les noms ont été restitués en latin, sauf quand la forme romane n'avait pas d'équivalent. Une lemmatisation a été opérée sur les différentes formes d'un même nom. Il ne saura donc être question de mener une étude linguistique, dans le cadre présent. La collecte mène à une énumération pour laquelle deux traitements ont été effectués : le palmarès, et la typologie.

Tableau 1. Répartition des nomina masculins par période (population serve)

période

nomina (nombre d'occurrences)

1026-1119

. Petrus (12 fois)

. Raimundus, Bernardus (8)

. Benedictus (6)

. Arnaldus (5)

. Amelius, Stephanus (4)

. Guillelmus, Petronus (3)

. Ato, Auriolus, Gaucerannus, Radulphus, Sancius, Vitalis (2)

. Alarigus, Alsus, Andreas, Eicius, Geraldus, Hubertus, Johannes, Jolenus, Pondus, Seierus (1)

1120-1149

. Petrus (27)

. Raimundus (19)

. Arnaldus, Bernardus (17)

. Guillelmus (11)

. Poncius (8)

. Johannis (5)

. Amelius, Stephanus (4)

. Martinus (3)

. Adalbertus, Aicardus, Baro, Bertrandus, Bonetus, Gaufredus, Gilabertus, Lacu, Laurentius, Rumevus, Ursetus, Vitalis (1)

1150-1179

. Petrus (36)

. Bernardus (29)

. Raimundus (27)

. Guillelmus (26)

. Poncius (20)

. Arnaldus (13)

. Johannes (8)

. Ugo (5)

. Andreas (3)

. Amelius, Brunetus, Dominicus, Durandus, Laurentius (2)

. Aldiardus, Augerius, Carlonus, Daunetus, Dausdenus, Gairaldus, Garsias, Gaucelmus, Geraldus, Germanus, Gilibe, Lareta, Miro, Porcellus, Robertus, Sancius, Seguinus, Stephanus, Tolosanus, Vitalis (1)

1180-1209

. Petrus (27)

. Raimundus (24)

. Bernardus, Guillelmus (23)

. Arnaldus (15)

. Poncius (14)

. Vitalis (5)

. Dominicus, Martinus (4)

. Stephanus (3)

. Johannes, Garsias (2)

. Adam, Ademar, Andreas, Ato, Butin, Bartholomeus, Daide, Escarrer, Ferrus, Forton, Gairaldus, Gausbertus, Gauterius, Geraldus, Mataleporis, Seguinus, Terrenus, Ugo (1)

période

nomina (nombre d’occurrences)

1210-1239

. Petrus (26)

. Bernardus, Raimundus (24)

. Guillelmus (16)

. Arnaldus (9)

. Poncius (7)

. Johannes (6)

. Stephanus (4)

. Martinus (2)

. Adalbertus, Augustus, Cabiroli, Colomini, Dominicus, Gaucerannus, Geraldus, Miro, Puysubran, Ungerius (1)

1240-1269

. Petrus (26)

. Arnaldus (22).

. Guillelmus (21)

. Raimundus (19)

. Bernardus (17), Johannes, Stephanus (7)

. Poncius (5)

. Jacobus, Vitalis (2)

. Ademarus, Ato, Bartholomeus, Bonushomo, Geraldus, Germanus, Marmont, Paul, Rainaldus, Sancius, Tolosanus, Thimosus, Vezian (1)

1270-1300

. Raimundus (14)

. Bernardus, Petrus (13)

. Guillelmus (11)

. Poncius (7)

. Arnaldus, Johannes (5)

. Sancius, Stephanus (2)

. Astruga, Augustus, Barles, Faber, Geraldus, Jacobus, Marinerius, Martinus, Philippus, Vitalis (1)

14La somme des résultats de chaque période se répartit ainsi :

15. 1er : Petrus (167 fois)

16. 2e : Raimundus (135)

17. 3e : Bernardus (131)

18. 4e : Guillelmus (111)

19. 5e : Arnaldus (86)

20. 6e : Poncius (62)

21. 7e : Johannes (34)

22. 8e : Stephanus (24)

23. 9e : Martinus, Vitalis (12)

24. 11e : Amelius (10)

25. 12e : Dominicus (7)

26. 13e : Benedictus, Geraldus, Sancius, Ugo (6)

27. 17e : Andreas (5)

28. 18e : Ato (4)

29. 19e : Gaucerannus, Garsias, Laurencius, Petronus, Jacobus (3).

30Sont portés deux fois : Adalbertus, Ademaras, Augustus, Auriolus, Bartholomeus, Brunetus, Durandus, Gairaldus, Germanus, Miro, Radulphus, Seguinus, Tolosanus.

3150 noms ne sont portés qu'une seule fois pour l'ensemble de la période.

Tableau 2. Rang de quelques noms masculins par période (population serve)

Tableau 2. Rang de quelques noms masculins par période (population serve)

32Dès la fin du XIe siècle, cinq noms dominent largement : ce sont Pierre, Raimond, Bernard, Guilhem et Arnaud. À la fin du XIIIe siècle, ce bloc demeure inchangé. Des modifications intermédiaires ont-elles eu lieu, et au-delà de ces cinq noms ? Pierre caracole largement en tête, élu constant de la faveur populaire. Il oscille de 16 à 21,2 % des noms cités, et si dans la dernière période il passe au 2e rang, il a encore conservé 15,8 %., Raimond et Bernard connaissent un engouement également partagé, et suivent un sort quasiment commun entre 11 % et 18 %. Guilhem dépassait à peine les 4 % à la fin du XIe siècle : il marque une forte progression, sinon dans son rang, du moins dans sa fréquence d'utilisation, puis, à partir du milieu du XIIe, oscille entre 13 % et 15 %. Arnaud enfin, varie de manière beaucoup plus contrastée, entre 6,6 % et 15,6 %.

  • 5 F. Michaud-Fréjaville, « Hommes et femmes dépendants de Déols au XIIIe siècle, l'apport de l'étude (...)
  • 6 J.-C. Hélas, « Les prénoms en Gévaudan au début du XIVe siècle dans les Feuda Gabalorum », Campagn (...)

33Deux noms constituent des valeurs certaines, quoique moins éclatantes : Pons et Jean. La progression de Pons est très nette jusqu'en 1180 (et peut-être s'est-elle faite au détriment d'Arnaud) ; son déclin postérieur n'est que très partiel. Jean garde globalement une 7e place (sauf pour la période 1180-1209) qui manifeste un intérêt semblable à celui porté à Pons. Mais l'arrivée triomphale des Jean reste à venir. En Bas-Berry, chez les dépendants de l'abbaye de Déols, Jean dépasse juste Pierre lors de l'enquête de 1223-12245et en Gévaudan, chez les feudataires, Jean n'a pas encore acquis sa primauté au début du XIVe siècle6.

34Quelques noms ne connaissent qu'une fortune temporaire : les 6 Benoît proviennent du cartulaire de Lézat, et uniquement pour la première période : classé 4e alors, il disparaît ensuite. Etienne et Vital restent en arrière-plan mais constamment présents, atteignant parfois le 6e ou le 7e rang. La longue durée montre leur stabilité, mais après les noms dominants. Martin passe après, Amiel décline et disparaît après 1180 ; Gérald ne dépasse guère l'unité au cours de chaque période, mais s'y maintient au fil des ans. Dominique se concentre entre 1150 et 1240, Hugues entre 1150 et 1210 seulement. Voilà une répartition bien typée dans l'ensemble, et relativement stable dans sa chronologie. Par ailleurs, des noms scripturaires se développent avec le XIIIe siècle (Jacobus, Bartholomeus). Quelques cas semblent bien particuliers : ainsi des appellations de lieux sont employées comme noms (Lacu, Puysubran ; Tolosanus étant bien attesté par ailleurs), et deux activités professionnelles aussi (Faber et Marinerius). Utilise-t-on un surnom de métier sans nomen proprium, refusant à l'individu son identité personnelle ?

  • 7 B. Cursente, « Aspects de la « révolution anthroponymique » dans le Midi de la France (début XIe-d (...)

35Revenons aux 5 noms dominants : serions-nous là en présence d'un comportement original de la population serve ? L'étude comparée menée par B. Cursente7 montre qu'il n'en est rien. Le quinté gagnant est le même à Auch, Saint-Mons, Sorde, mais aussi du Golfe de Gascogne au Golfe du Lion, y compris à la variante près du succès relatif de Pons vers la Septimanie, de Hugues vers le Quercy et le Rouergue, et d'Arnaud vers la Gascogne. Le Toulousain se montre bien à l'articulation des différentes régions. Si j'ai retenu ces versants plus géographiques, il est bien évident que derrière, des enjeux géopolitiques construisent des zones d'influence, affleurant dans le domaine anthroponymique : les études précédentes se sont surtout attachées, par contrainte documentaire, aux classes aristocratiques. Les dépendants du Toulousain opèrent globalement les mêmes choix majoritaires, sans doute beaucoup moins concernés personnellement par de semblables enjeux, mais beaucoup plus par les comportements de leurs maîtres et protecteurs.

36Le comportement général du corpus peut-il fournir des nuances ?

Tableau 3. Évolution chronologique du stock des noms masculins (population serve)

Tableau 3. Évolution chronologique du stock des noms masculins (population serve)
  • 8 B. Cursente, idem, p. 47.
  • 9 M. Nigoul, Recherche anthroponymique d'après le cartulaire de Lézat (Xe-XIIIe siècles), mémoire de (...)

37La concentration qui s'est opérée à l'intérieur du corpus sur les 5 noms dominants est très caractéristique : nette avant 1120 (les 5 noms servent à la moitié de la population), elle est éclatante ensuite, passant à plus des deux tiers, puis environ aux trois-quarts entre 1210 et 1270. Les 7 premiers noms classés sont portés par près de 80 % des personnes dès 1120. Ce véritable « bloc onomastique », suivant l'expression de B. Cursente8 répète, à l'identique, ce que l'on trouve pour les données d'ensemble des différents cartulaires, y compris à Lézat9 On ne constate pas non plus de décalage chronologique. Faire partie des populations dépendantes n'entraîne aucune particularité dans ce domaine. Toutes les classes sociales sont également touchées par le phénomène de la concentration anthroponymique.

38La condensation évolue d'une manière intéressante : en effet, le stock de noms pour cent personnes baisse régulièrement jusque vers les années 1210-1240, montrant que la concentration joue aussi sur les noms aux résultats intermédiaires, rétrécissant le choix possible dans l'éventail des noms. Par la suite, l'éventail s'ouvre à nouveau et poursuit son élargissement jusqu'à la fin du XIIIe siècle, réintroduisant une plus grande latitude dans les préférences. Corrélativement, le nombre moyen d'individus par nom augmente durant la même période, et baisse à partir de 1240. Or, pour chaque période, une part notable de noms passe la barre des 4 % (noms dominants), et plus de la moitié des noms ne sont portés qu'une seule fois. Au total, 50 hapax sur les 86 noms représentent 58,1 % du corpus disponible. Cela revient à dire que le corpus s'est différencié nettement en deux blocs, l'un majoritaire de noms portés très rarement, et l'autre notable de noms dominants : les noms intermédiaires ont quasiment disparu.

39J'ai souhaité faire la comparaison avec la population des hommes libres à travers le cartulaire de Lézat. L'échantillon constitué comprend 780 dénominations différentes, pour la période entre 1026 et 1249, avec 95 nomina, dont 45 hapax. Le palmarès des classements par période s'établit ainsi :

Tableau 4. Palmarès des noms d’hommes libres par période

Tableau 4. Palmarès des noms d’hommes libres par période

Tableau 5. Palmarès général des noms d’hommes libres (toutes périodes)

nom

nbre d’hommes

 %

rang

Petrus

100

12,8

1

Guillelmus

96

12,3

2

Raimundus

94

12

3

Bernardus

94

11,5

4

Arnaldus

63

8

5

Poncius

41

5,1

6

40À première vue, le résultat semble extrêmement proche de celui des dépendants. Signalons toutefois, le succès tardif à Lézat de Petrus, alors que Guillelmus connaît une faveur plus constante, liée sans doute au statut aristocratique des partenaires principaux de l'abbaye. Petrus est par conséquent le non caractéristique de la population serve (il est déficitaire chez les libres, car moins fréquent qu'il n'aurait dû être) ; leur second nom caractéristique est Bernard. La suite du classement général montre d'autres ressemblances avec le corpus des non-libres : à Lézat, Poncius est 6e, Vitalis 7e. Benedictus, Ugo et Dominicus ont des résultats assez semblables (15e). Mais des différences apparaissent aussi : Johannes et Stephanus sont nettement mieux classés chez les serfs (seulement 13e et 12e à Lézat), alors qu'Amelius (8e), Sancius et surtout Ato le sont mieux à Lézat (9e tous deux). Mais c'est en fait dans les noms aux scores intermédiaires que l'on trouve des écarts importants : ils en deviennent alors véritablement caractéristiques d'une population. Chez les serfs, Martinus a le 9e rang, (deux mentions à Lézat), Andreas est 17e (deux mentions à Lézat) ; chez les libres Rogerius est 10e (pas de mention pour les serfs), et Bertrandus 11e (contre une mention), Eicius et Odo 17e (contre une mention, et aucune). Les noms spécifiques des libres (Vitalis, Amelius, Sancius, Ato, Bertrandus, Rogerius et Eicius) sont déficitaires chez les serfs, à l'exception des deux premiers ; aucun n'est un nom dominant.

41Si l'on met en rapport non pas les noms dominants, mais des classements mieux réussis, ou des absences remarquables, deux configurations très typées apparaissent : Petrus, Bernard, Johannes, Stephanus, Martinus, pour la population masculine non-libre ; Guillelmus, Vitalis, Amelius, Sancius, Ato, Rogerius, Bertrandus, Eicius, pour la population libre. Et dans ce cas, Martinus chez les uns, Rogerius et Bertrandus chez les autres, seraient de véritables noms significatifs d'un statut social. Pour le premier groupe, la christianisation des noms est manifeste, comme choix particulier : elle est en marche plus tôt et plus largement que pour le reste de la population. Une telle polarisation signifie-t-elle que cette population cherche une protection tutélaire auprès des élus du Ciel plutôt qu'auprès de leurs maîtres d'ici-bas, dont la domination est nettement plus ambiguë ? Quant aux libres, partenaires principaux de l'abbaye, la coloration germanique reste très forte, accompagnée de quelques vieux noms romans, et le respect de traditions, fortement aristocratiques, ne commence à céder le pas qu'au cours du XIIIe siècle.

42L'étude des variations d'une tranche chronologique à une autre se révèle le plus souvent non significative. Noms spécifiques ou déficitaires ne présentent pas d'évolution caractéristique. Seuls trois noms temporairement déficitaires au cours des premières périodes, deviennent spécifiques, en quelque sorte « excédentaires », par la suite : Amaldus, Johannes et Stephanus. L'avancée de Guillelmus n'est plutôt qu'un simple rattrapage de son déficit initial et n'en fait pas pour autant un nom spécifique ; seul Pondus progresse au point de devenir un nom spécifique de la fin du XIIe siècle, mais décline ensuite et devient déficitaire entre 1240 et 1269. Remarquons donc la relative stabilité du corpus, les évolutions n'étant que mineures. Le renouvellement n'est pas du tout marqué.

43D'autres écarts se remarquent : la concentration est moins forte chez les libres : pour l'ensemble de la période, les 6 noms dominants ne rassemblent que 67,2 % des personnes (pour les dépendants, 7 noms dépassaient les 80 % dès 1120-1150). Étant donnée l'évolution générale vers une forte concentration, on peut considérer que celle-ci est acquise plus tôt et plus largement par ces derniers. Par rapport à l'extension théorique de leur corpus, l'utilisation qui en est faite par les serfs est également plus resserrée que par les libres. La conséquence en est que le taux d'homonymie des noms est nettement plus élevé chez les uns que chez les autres (10,6 % pour les premiers, et 7,5 % pour les seconds). Enfin, l'étude de la condensation reste difficile à mener étant donné les disparités entre les tailles d'échantillons. Tout au plus peut-on penser qu'elle est plus faible chez les libres que chez les serfs (10 serfs par nom contre 8,6 libres par nom). Le caractère marquant semble l'utilisation précoce d'un corpus réparti en deux blocs : celui des hapax dont la part reste stable au cours du temps, et celui des noms fréquemment portés.

Le système anthroponymique des dépendants

44Rappelons la codification employée dans les études précédentes : type I : désignation unique ; II : unique avec une précision : IIa (filiation), IIb (indication de titre), IIc (alias) ; III : à deux éléments : IIIa (avec nom), IIIb (avec indication professionnelle), IIIc (avec sobriquet), IIId (avec indication de lieu) ; IV : complexe : IVa (avec nom + lieu), IVb (avec profession + lieu), IVc (avec sobriquet + lieu), IVd (divers).

Tableau 6. Système anthroponymique des hommes dépendants par période

Tableau 6. Système anthroponymique des hommes dépendants par période
  • 10 F. Michaud-Fréjaville, op. cit., p. 318.

45Quelques traits essentiels se dégagent. Le nom unique, saillant au XIe siècle, connaît un recul très rapide qui s'achève aux débuts du XIIe ; il ne continue à décroître que très lentement par la suite, pratique constante, quoique devenue très minoritaire et statistiquement non représentative. L'utilisation de sobriquets comme nom unique est très réduite (7 occurrences dont quelques unes à la traduction incertaine : Rumevus, Ursetus, Escarrer, Butiri, Colomini, Cabiroli et Bonushomo) : la pratique est donc très éloignée du Bas-Berry de 1223-1224. En effet, F. Michaud-Fréjaville y relevait 60 noms uniques, sobriquets souvent en langue vulgaire, pour 271 noms, estimant que le nomen proprium était tombé en désuétude, au profit d'une désignation seule connue de tous10. En Toulousain, l'ajout d'une référence familiale, ou d'un titre, ou d'un alias, est quasiment inexistante, montrant que la parenté de la personne ne joue aucun rôle pour la désigner. Par contre la dénomination avec un système nom + un surnom prévaut très largement, et très tôt puisqu'elle atteint presque 62 % dès les débuts du XIIe siècle (mais je reviendrai sur ce résultat). Elle ne fait qu'augmenter par la suite, dépassant les 80 % pendant de longues périodes. Les désignations plus complexes, de type IV, ont une place appréciable une fois passées les années 1120.

46Si l’on examine de plus près la composition du type III, surnoms de lieux et surnoms en forme de nom sont prépondérants, mais surnoms professionnels et sobriquets sont loin d'être négligeables. Les surnoms de lieux, même lorsqu'on ajoute ceux relevant du type IV, en nette progression au cours du XIIe siècle, ne dépassent pas toutefois les 40 % des dénominations, à l'exception de la période 1240-1269 pendant laquelle les 57 % sont alors brusquement atteints, quoique exceptionnellement. Les formes du surnom en nom au génitif sont trop peu fréquentes pour que l'on puisse savoir s'il s'agit d'un nomen paternum au sens étroit du terme, ou d'un patronyme qui se serait fixé. L'étude de la transmission permettra peut-être de préciser cela. Le recours au type IIIa, lorsqu'on y ajoute le type IVa qui s'y rattache aussi montre une large utilisation, qui décroît progressivement jusqu'à la fin du XIIe siècle, puis se maintient entre 21 et 33 % des désignations. Les surnoms professionnels ne deviennent apparents qu'après les débuts du XIIe siècle, lorsque la diversification professionnelle a touché les villages et leurs communautés. Par contre, ils diminuent si rapidement après 1240 que l'on peut se demander ce que sont devenues ces familles aux surnoms de métier : affranchies ? parties vers les nombreuses villes nouvelles méridionales ? sont-elles restées fidèles à l'exercice de leur artisanat, même si leur activité paysanne est seule connue ? est-ce que ce métier les a hissées hors d'une condition sociale somme toute défavorable ? ont-elles quitté tout lien avec une pratique ancienne qui leur avait valu ce surnom ? Il est trop difficile de le savoir. Quant aux sobriquets, eux, ils fleurissent joyeusement, malicieusement, parfois curieusement : voici Ros et Bels, Picer et Gallus, Alborno, Pecol, Rodel, Mirabel, Pioc, Favardus, Corbatus et tant d'autres pittoresques et évocateurs.

47La comparaison avec les hommes libres de Lézat montre quelques caractères particuliers des noms de ceux qui ne le sont pas.

Tableau 7. Système anthroponymique des hommes libres par période

Tableau 7. Système anthroponymique des hommes libres par période

48Ce tableau met en évidence les aspects suivants : le nom unique, moins important au XIe siècle que chez les serfs, disparaît très vite chez les libres. La référence familiale ou autre qui pourrait lui être ajoutée y est aussi peu présente. Le système nom + surnom est largement représenté et sa prédominance s'accroît aux dépens du nom unique, caractérisant plus de 80 % des dénominations. À l'intérieur du type III, se révèle un croisement assez brutal : la chute des surnoms issus de noms, et l'explosion des surnoms de lieux, chiasme qui se produit aux alentours des années 1120. Après cette date, les surnoms à caractère géographique approchent ou dépassent, surtout si on ajoute les dénominations complexes de type IVa, les deux tiers de toutes les appellations. Les surnoms de métiers sont peu fréquents, présents après 1150, et les sobriquets le sont à peine moins.

49La comparaison entre les deux corpus accuse certains traits caractéristiques de la population dépendante, le premier étant la persistance un peu plus prolongée du nom unique. J'ai cherché à préciser le moment où le type complexe devient majoritaire. En totalisant les mentions par type jusque vers les années 1075-1080, j'obtiens (avec un effectif de 32 serfs et 86 libres) respectivement 50 % et 56,9 % pour la dénomination à 2 éléments et plus. On peut donc considérer que le seuil des 50 % a été atteint entre 1060 et 1080, certainement peu avant cette dernière date, et présentant un léger décalage entre les deux milieux. Par la suite, entre 1080 et 1119, la comparaison porte sur 39 serfs et 101 libres : pour les premiers les types III + IV rassemblent 76,9 % et pour les seconds 86,1 % des occurrences. Le triomphe du type nom + surnoms est désormais assuré, mais le décalage persiste, un peu plus creusé, comme si la vague progressait nettement plus vite chez les libres et se propageait ensuite chez les dépendants. À partir de 1120, une grande génération plus tard, les valeurs respectives des types III+IV montrent toujours un léger retrait des pratiques non-libres par rapport aux libres, mais sur un total de 90 % et plus, l'écart n'est plus significatif et la différence s'est estompée.

  • 11 M. Bourin, « Bilan de l'enquête. De la Picardie au Portugal : l'apparition du système anthroponymi (...)

50L'éparpillement de l'utilisation des surnoms sur les 4 possibilités recensées est une autre différence propre aux serfs ; faiblesse relative du surnom géographique, force tout aussi relative du surnom de métier et surtout du sobriquet ; intérêt certain pour les cognomina paterna. Ce dernier caractère est d'interprétation complexe : il est fréquent d'associer ce caractère à l'existence d'une conscience lignagère dans la famille concernée11. Si cette motivation s'explique dans une maison aristocratique ou une famille roturière, j'en vois moins l'évidence dans un foyer serf. Par contre, j'aurais tendance à supposer le souci gestionnaire du propriétaire pour l'existence et la stabilité du ménage serf comme porteur d'une progéniture d'enfants nés et à naître : la conscience familiale est alors celle qu'en a le possédant qui entendrait ainsi recenser ses droits sur cette famille. Bien sûr, la démonstration n'en est pas possible, mais l'économie de l'hypothèse ne saurait être faite. Il faudrait alors étudier la possibilité d'associer cette pratique anthroponymique avec le servage personnel.

  • 12 F. Michaud-Fréjaville, op. cit., p. 319 : les surnoms de métier représentent 17 % en 1223-1224, al (...)

51Les surnoms de métiers et les sobriquets indiquent plus vraisemblablement l'utilité sociale et la complicité plus ou moins bienveillante du voisinage. Et même s'il paraît évident que le surnom de métier peut aisément caractériser des populations laborieuses, remarquons ici la portée plus faible de ces surnoms par rapport au Bas-Berry : à peine la moitié de leur poids relatif dans cette région12.

  • 13 M. Bourin, P. Chareille, « En forme de conclusion générale : bilans et projets », dans M. Bourin, (...)

52Mais je souhaite revenir sur le surnom de lieu autour duquel les enjeux semblent considérables. Reprenons le questionnement de M. Bourin : « le nom de lieu est-il devenu dès la période médiévale un marqueur aristocratique ? Ou bien certains types de noms de lieu sont-ils seuls marqueurs de noblesse ? »13, et adaptons le à la question du servage. J'ai différencié, à l'intérieur du système IIId, les noms de lieux en lieux-dits, toponymes, construction humaine, paysage naturel. Il est certain que la distinction lieux-dits et toponymes reste en partie liée à ce que livre la documentation, et à l'appréciation personnelle que l'on peut en avoir. Le lieu-dit correspondrait à un écart, un hameau, un casal (habitat dispersé), le toponyme à une agglomération, un village, un castrum, une province plus lointaine (comme la Cerdagne).

Tableau 8. Surnoms de lieu par type et par période (population serve)

Tableau 8. Surnoms de lieu par type et par période (population serve)
  • 14 L. To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. : genèse et évolution d'une structure d'encadrement et (...)

53Un certain nombre de noms de lieux, tant construction humaine que paysage naturel, renvoie à une localisation de proximité, à un caractère descriptif proche du fonctionnement d'un sobriquet, valable pour une communauté restreinte pour laquelle il est sans équivoque : cela représente, approximativement, le tiers de ces dénominations. Quant aux lieux-dits et toponymes, les premiers sont majoritaires, mais à peine par rapport aux seconds. Peut-on assimiler le casal à la servitude ? La démonstration de L. To Figueras mérite d'importantes nuances : en effet, il lie l'époque de la diffusion du mas catalan à celle du développement de la servitude, en particulier dans la Vieille Catalogne du Nord-Est, le mas étant une unité de prélèvement seigneurial, banal et personnel. Selon lui, seraient paysans serfs presque tous les paysans de mas14. Le contexte rural du Languedoc occidental se caractérise, en particulier au cours du XIIe siècle, non par la formation délibérée de nouvelles exploitations (casales, en l'espèce), mais par les efforts de regroupement des populations, opérés par les différents types de seigneurs (sauvetés, castra, bastides et villages les plus divers). L'incastellamento n'est pas synonyme d'asservissement des paysans, même si la gestion de ressources humaines rassemblées a généré une meilleure emprise sur la paysannerie, l'accroissement de la puissance seigneuriale et son enrichissement. De plus, le casal connaît une autre signification en Languedoc occidental : il est aussi la partie construite et en agglomération d'une tenure, sans avoir alors de toponyme particulier. La servitude n'est pas ici étiquetée par la marque toponymique d'une exploitation qui attacherait le dépendant, et pas plus au XIIe qu'au XIIIe siècle, y compris dans l'optique d'un servage réel. Les surnoms de lieu n'ont donc pas d'importance significative dans le cadre de la dépendance.

La transmission des données anthroponymiques

54Étudier les transmissions des noms et surnoms entre parents et enfants chez les serfs se heurte à un obstacle majeur. Les familles n'apparaissent que très occasionnellement dans l'ensemble documentaire. Il est quasiment impossible de reconstituer des généalogies ou d'élaborer des prosopographies. Le plus souvent, et la circonstance en est rare, un segment unique est indiqué, celui des parents et enfants. Seul un instantané à un moment donné éclaire la composition familiale, et comme la laudatio parentum, juridiquement souhaitable pour les mutations de biens des familles aristocratiques, n'a aucune raison d'être chez les serfs, point de longues énumérations de parentèles. Ces deux générations juxtaposées se présentent sur un mode très ponctuel : pères et fils certes, quelques rares oncles, pas de grands-parents, peu d'énumérations d'enfants et sans certitude d'exhaustivité. La famille est génériquement serve, et ce n'est qu'au cours du XIIIe siècle que l'on détaille mieux les enfants concernés, individuellement. Enfin, les fils ne sont que très peu mentionnés par leurs surnoms ; aussi, le plus souvent, seule la transmission du nom a pu être étudiée.

55Ont été distingués : l'absence de toute transmission (non) ; la transmission du nom (oui ou non, et de qui) ; la transmission du surnom (oui ou non, et de qui) ; la transmission conjointe du nom et du surnom (oui).

Tableau 9. Transmission des éléments anthroponymiques (population serve

Tableau 9. Transmission des éléments anthroponymiques (population serve

* dans ce cas, il s’agit non de l’oncle, mais de la mère.

  • 15 Lorsque Guillelmus Gras est dit fils d'Aldiardus de Lasera, il semble bien qu'il ait reçu un surno (...)

56La faiblesse des effectifs pour chaque type de situation, dans chaque intervalle chronologique, exclut des pourcentages partiels, mais révèle des tendances manifestes. Par ailleurs, il n'a pas été possible de faire la comparaison avec les hommes libres de Lézat car la constitution même de l'échantillon interdisait les reconstitutions généalogiques. Si l'on compare, dans un premier temps, le phénomène de la transmission et celui de la non-transmission, il est clair que l'absence totale de transmission est une situation extrêmement rare15. Non moins rare, la transmission complète nom + surnom, et seulement au cours du XIIIe siècle.

  • 16 M. Mousnier, « Transmission anthroponymique en Gascogne toulousaine (seconde moitié du XIIe siècle (...)

57Aussi, la transmission s'effectue-t-elle de manière assez sélective. En examinant tout d'abord les noms (y compris ceux transmis avec le surnom), on constate que 30,3 % des fils portent le nomen de leur père, ou de leur oncle. Il peut sembler normal, lors des quelques énumérations du XIIIe siècle, qu'un seul des 3 ou 4 fils soit doté du nom parental, mais cette situation n'est pas fréquente, et retenons plutôt cette apparente non transmission. La comparaison peut être faite avec certains résultats obtenus pour Gimont, dont le corpus ne présente aucun cas concernant les serfs. Là, entre 1140 et 1230 environ, le phénomène de transmission n'intervient que dans 19,3 % des situations (quel que soit le parent masculin ascendant)16. La transmission du nom est donc bien plus considérable, de manière relative, en milieu dépendant qu'en milieu libre, et ce dès les années 1120.

  • 17 Il faut ajouter un autre surnom (Petrus Novellus est fils de Petrus Vitalis), et un changement de (...)
  • 18 M. Mousnier, op. cit., p. 167.

58En ce qui concerne le surnom, les occurrences sont encore moins nombreuses. Par cinq fois il n'est pas transmis, et trois formes en ont déjà été analysées17. Mais remarquons bien plutôt les 34 cas où le surnom est transmis, dès 1120. Avant cette date, en effet, il n'a pas de contexte visible. Les résultats ne font qu'augmenter avec la fréquence plus élevée des situations au cours du XIIIe siècle. Cela revient à dire que le transfert fonctionne dans 6/7e des situations observées, ce qui est une écrasante majorité. Or les frères ont un surnom identique non comptabilisé ici, ce qui vient renforcer le mécanisme. À Gimont, ce dernier était, ou plutôt n'était que, de presque 2/3 des cas18. D'autre part, trois types sont également intéressés (IIIa, c, et d), sans qu'aucun ne prédomine : mais l'absence du IIIb peut s'expliquer par l'étroitesse du corpus, ou bien des aspects socio-économiques déjà évoqués. On peut vraisemblablement conclure, malgré l'effectif réduit, que la transmission anthroponymique est très nettement assurée chez les dépendants, bien plus que dans les milieux aristocratiques.

59Achevons avec quelques occasions. À quatre reprises, le surnom du père devient le nom du fils : mais ce type de transmission est rare, et se place avant 1150. Le nomen paternum n'est pas un type anthroponymique représentatif, et il semble donc que les surnoms à base de nom soient bien des cognomina paterna, déjà bien fixés et héréditaires.

60N'ont pas été retenus strictement dans la transmission du surnom, mais y participent cependant partiellement, et donc majorent les chiffres retenus, quelques changements de type : la juxtaposition dans un même texte du fils et du père affiche un type III pour le premier et un type IV pour le second, avec la même connotation de surnom (ex. : type IIIc et IVc). Deux hypothèses sont possibles : le scribe a besoin d'avoir une identification plus complète, avec ajout d'un élément géographique pour le père, le fils se contentant d'une dénomination abrégée, ou bien le second surnom n'est pas encore fixé. Et lorsque le fils a un surnom en type IIId, le père se présente avec deux surnoms de lieux accolés (IVd), ce qui complique sérieusement le problème d'une servitude attachée à l'exploitation d'une terre dénommée, ou bien pose la question bien plus épineuse des déplacements de serfs.

L'anthroponymie des femmes dépendantes

  • 19 M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II, (...)
  • 20 M. Mousnier, « Aspects de l'anthroponymie féminine médiévale en Gascogne toulousaine d'après le ca (...)

61Les femmes apparaissent fort peu dans la documentation, que ce soit par rapport aux hommes en général, aux hommes dépendants en particulier. Cela ne saurait être un élément exceptionnel, ni dans le temps, ni dans l'espace, car constant à travers la lecture des cartulaires les plus divers19 Mais encore convient-il d'apprécier cette sous-représentation de manière relative. La comparaison peut être faite avec le cartulaire de Gimont20 : partie d'une même aire géographique, chartes datant du milieu du XIIe siècle au premier tiers du XIIIe. Elle met, par contre, en valeur la différence sociologique : le cartulaire de Gimont offre l'avantage de n'avoir aucune femme dont la situation sociale serait clairement celle de la dépendance. Tout au contraire, celles qui sont mentionnées appartiennent le plus souvent aux milieux de l'aristocratie.

Tableau 10. Ratio femmes/hommes par ensemble documentaire et par période

Tableau 10. Ratio femmes/hommes par ensemble documentaire et par période

* à partir de 1080 pour le Toulousain.

62Si jusque vers les années 1180, le ratio de la présence des femmes par rapport aux hommes semble tout à fait comparable entre les deux ensembles, le décalage devient brutalement très important et, bien que s'amenuisant par la suite, n'en reste pas moins notable. Durant la période 1180-1229, les femmes dépendantes, tout comme les hommes, sont souvent l'objet de mutation de propriété : si celles-là sont moins nombreuses que les hommes, c'est qu'elles ne sont mentionnées que lorsqu'elles sont seules, ou bien en tant que chef de famille (situation qui semble peu fréquente), alors que lorsque les hommes sont transférés, leurs femmes ne sont pas dénommées, et on trouve l'expression classique, par exemple : « Guillelmus est vendu, avec sa femme, ses enfants et sa tenencia ». La fréquence de ces mutations est certainement à mettre en rapport avec une période particulièrement troublée sur le plan social, économique et surtout politique. Pour la dernière période, où seul le Grand Toulousain est représenté, il est par contre intéressant de souligner un rôle tout à fait différent : hommes et femmes paraissent plus souvent en partie principale. Ce sont eux qui prennent des terres en caselage, ou reconnaissent en tenir, et prêtent l'hommage servile dû à ce titre. Ils manifestent alors un rôle de chef d'exploitation ; ou bien, en raison de leur filiation, ils sont à même d'exprimer leur capacité à assumer la servilité de leur condition. Ce trait ne peut s'observer de manière très nette qu'au cours de la dernière période et il est lié à l'abondance de la documentation provenant des fonds de Renneville, de Caignac et de Puysubran. L'originalité réside dans la part non négligeable des femmes dans ce domaine précis. Mais nous sommes bien loin des nobles dames de Gascogne toulousaine : apparemment plus effacées, elles jouaient cependant un rôle beaucoup plus perceptible, car elles étaient acteurs dans la gestion des patrimoines. L'existence des femmes dépendantes, en proportion relative plus importante par rapport aux hommes, souligne leur égale présence passive, car objets de transaction, ou leur égale insignifiance, ou leur égale valeur d'exploitation.

  • 21 Le cartulaire de Lézat, avec seulement 9 femmes dépendantes, est très largement composé de femmes (...)

63Le corpus de leur nomina est de 149 formes : cela est assez faible et doit donc inciter à la prudence dans les interprétations. La répartition sur presque deux siècles et demi oblige à une certaine périodisation, ce qui risque d'accroître les inconvénients inhérents à de faibles effectifs et de donner des pourcentages sinon significatifs (trop d'hapax, et majoration de l'effet de concentration). Par ailleurs, les limites chronologiques de tranches ont été choisies de façon à conserver, pour chaque période, des éléments quantitatifs comparables, et d'autre part, à coïncider au plus près avec d'autres études ponctuelles sur la même aire géographique (Lézat21, Gimont). L'ensemble des formes anthroponymiques se répartit ainsi :

Tableau 11. Palmarès des nomina féminins par période (population serve)

période

nombre

nomina

1080-1179

3 fois

Guillelma, Boneta

2 fois

Adalais, Amelia, Arsen, Bernarda, Doza, Prima, Susanna

1 fois

Aliga, Arnalda, Barala, Blanca, Borella, Cecilia, Emerunt, Ermendruda, Eunicia, Guarsendis, Petrona, Petronilla, Regina, Ricarda, Ricsenda, Serena, Stephania, Sybillia, Tapina

1180-1229

8 fois

Guillelma

6 fois

Raimunda

4 fois

Blanca, Maria, Poncia

2 fois

Bonafemina, Plaisencia, Stephania, Sibillia

1 fois

Arsen, Barquilla, Bela, Bernarda, Besaita, Deports, Dias, Doza, Dominica, Durancia, Ermerois, Eimersenda, Ermengard, Flourencia, Giralda, Hugona, Johanna, Juliana, Lombarda, Marchesia, Nabeta, Nabonis, Petrona, Praina, Pros, Riscenda, Terrena, Tolsana

1230-1300

13 fois

Guillelma

8 fois

Raimunda

5 fois

Bernarda

4 fois

Petrona

2 fois

Adalais, Franca, Maria

1 fois

Arosa, Audiarda, Bonaventura, Brailimunda, Dominica, Ermengard, Fabresse, Flor, Galharda, Martra, Riqua, Salosis

64Classement général :

651er : Guillelma (24 fois)

662e : Raimunda (14 fois)

673e : Bernarda (8 fois)

684e : Maria, Petrona (6 fois)

696e : Blanca (5 fois)

707e : Adalais, Poncia (4 fois)

719e : Arsen, Boneta, Doza, Stephania, Sibillia (3 fois)

7214e : Amelia, Bonafemina, Dominica, Ermengard, Franca, Plaisencia, Prima, Ricsenda, Susanna (2 fois)

7345 nomina ne sont évoqués qu'une seule fois sur l'ensemble de la période.

74Remarquons tout de suite le succès remarquable de Guillelma : toujours en tête, ce nom connaît une faveur qui se marque par un score nettement croissant puisqu'il passe, pour les trois périodes, de 7,6 % à 12,9 %, et enfin 27 % des mentions. Progressent également, de manière relative, Raimunda (mais après 1180), et Bernarda. Petrona jouit d'un engouement certain, après 1230. Maria témoigne d'un sort particulier : absent avant 1180, atteignant 6,5 % ensuite, son succès se dément après. Cet aspect se situe à contre courant de ce qui a pu être observé, aussi bien dans le cartulaire de Lézat que celui de Gimont, donc pour les femmes de l'aristocratie ou les femmes libres, chez qui le succès de Maria est plus précoce. Ce nom est donc déficitaire dans le corpus considéré. Faut-il pour autant y déceler un comportement spécifique pour les femmes dépendantes ? et pourquoi ? Une origine religieuse paraît peu vraisemblable. En tout cas, il n'y a pas de raisons connues qui en rendent compte. Sur l'ensemble des noms, seuls ces 5 dépassent, chacun, les 4 % du stock, et peuvent donc être considérés comme dominants.

  • 22 M. Bourin, P. Chareille, « En forme de conclusion générale : bilans et projets », dans M. Bourin, (...)

75Si l'on fait la comparaison avec les choix masculins, la similitude est très sensible : Petrona renvoie, mais de manière minorée à la primauté de Petrus ; puis on retrouve, dans le désordre, Raimundus, Bernardus et surtout Guillelmus qui semble plaire encore plus sous sa forme féminisée. Maria affirme la seule dimension strictement féminine (et la moins bien classée, relativement). Cette masculinisation des prénoms féminins n'est pas non plus une originalité dans le Midi, sans pour autant que l'on en connaisse la motivation22.

76En examinant l'ensemble des nomina, et non plus les seuls noms dominants, quelle est l'évolution générale ?

Tableau 12. Évolution chronologique du stock des noms féminins (population serve)

1081-1179

1180-1229

1230-1300

Nbre d’individus (T)

39

62

48

Nbre de noms différents (D)

28

37

19

Stock pour 100 individus (100xD/T)

71,7

59,6

39,5

Nbre moyen d’ind/nom (T/D)

1,3

1,6

2,5

Nom le plus fréquent

Guillelma, Boneta

Guillelma

Guillelma

Nombre le portant

3

8

13

 % de la population totale

7,6

12,9

27

Noms dominants

. nombre

9

5

7

. %/D

32,1

13,5

36,8

. nbre femmes les portant

20

26

36

. %/T

51,2

41,9

75

Hapax. nombre

19

28

12

. %/D

67,8

75,6

63,1

Nbre minimal de noms ≠ nécessaire pour désigner 50 % de la pop.

. nombre

9

8

3

. %/D

32,1

21,6

15,7

  • 23 M. Mousnier, op. cit., p. 76.
  • 24 J.-C. Helas, op. cit., p. 349.

77Le tableau montre que les femmes ont tout d'abord disposé d'un éventail de noms largement employé, mais de manière peu polarisée. Puis la condensation dans le corpus a été très vive. Le phénomène le plus net au cours des deux siècles est la concentration sur quelques noms dominants : quand 9 noms dominants assuraient la moitié de l'effectif des femmes dans la première période, 7 en assurent les 3/4 dans la dernière. L'écart s'est donc fortement creusé entre quelques noms fortement utilisés (3, en fait, suffisent pour nommer 50 % des femmes à la fin du XIIIe siècle) et les autres. Cette très vigoureuse concentration offre une similitude très grande avec le comportement du stock masculin. Dans ce milieu social précis, on peut constater, pour la seconde moitié du XIIIe siècle, un nivellement des pratiques entre les femmes et les hommes : celles-ci connaissent une égale concentration, et qui plus est, qui porte sur le même choix de noms, ou presque. Faut-il pour autant parler de masculinisation du comportement collectif (et les femmes représentent bien aussi une force de travail) ? Je préfère y voir une banalisation, une indifférenciation entre les deux sexes, loin des trouvailles pittoresques, culturelles et inventives pour les femmes de l'aristocratie23. Les hapax, à l'inverse, restent nombreux et montrent la possibilité de choix, ainsi que la capacité de renouvellement du stock. La condensation reste encore nettement inférieure à celle observée dans les corpus masculins. La concentration s'est faite surtout aux dépens des noms qui ne sont portés que quelques fois (17 le sont 2 à 5 fois). Comme en Gévaudan, au début du XIVe siècle, les femmes dépendantes conservent une grande diversité de possibilités24.

78À quel fonds culturel se rattache, alors, le choix des noms féminins ? Les études précédentes avaient établi une classification que je reprends entre fonds antique, germanique et roman.

Tableau 13/Typologie des noms de femmes dépendantes par période

Tableau 13/Typologie des noms de femmes dépendantes par période
  • 25 M. Mousnier, op. cit., p. 75.
  • 26 M. Nigoul, « Désignation et anthroponymie des femmes dans le Lézadois », dans M. Bourin, P. Charei (...)

79Baisse des noms antiques, progression des noms romans, voilà deux caractères qui s'inscrivent bien dans les courants de l'époque. Mais notons chez les serves l'absence des Bona, Bruna, Jordana si largement représentées de la Gascogne aux contreforts pyrénéens du Lézadois, et la place très mineure, déjà signalée, de Maria. Par contre, on peut remarquer le maintien, nettement supérieur à la pratique de Gimont du stock d'origine germanique25 ; après 1230, presque 2/3 des femmes portent un tel nom, aussi bien dominants qu'hapax. Ce caractère avait été relevé par M. Nigoul pour les femmes de Lézat26, et peut être étendu aux femmes serves du Languedoc occidental ; il faut sans doute voir là un choix plus languedocien et moins gascon, puisque la classe sociale semble ne pas jouer.

80Pour étudier le système anthroponymique des femmes, rappelons le nombre peu élevé de mentions où le système est réellement apparent (82), ce qui exclut tout pourcentage et nous réduit à indiquer quelques tendances. Constatons tout de suite l'absence de désignations complexes (de type IV).

Tableau 14. Système anthroponymique des femmes dépendantes par période

type

1080-1179
nbre

1180-1229
nbre

1230-1300
Nbre

I

13

8

2

IIa1

3

4

5

IIa2

6

5

IIa3

1

1

IIb

1

2

IIIa

3

1

IIIb

2

1

IIIc

1

4

5

IIId

2

7

5

TOTAL

20

35

27

  • 27 M. Bourin, P. Chareille, op. cit., graphique de la p. 314.

81La première remarque est la prédominance très forte de la désignation unique avant 1180 (2/3 des mentions). Mais l'évolution se fait très rapidement ensuite, passant à 2/9e, puis à moins de l/10e. Le système à nom unique a rapidement été délaissé après 1230. Cette pratique s'aligne étroitement sur des résultats de type masculin27 et on ne peut parler d'une persistance du nom unique en décalage ou en retard dans l'évolution des femmes par rapport aux hommes. Dans le même temps, les désignations plus complexes l'emportent. À noter aussi la faiblesse relative du type IIId (surnom à caractère géographique) : ce faible ancrage spatial peut s'expliquer en raison de l'absence de rôle patrimonial des femmes, comme de l'incidence mineure de leur repérage dans un cadre géographique. Beaucoup plus caractéristique est la mention des liens familiaux (« fille de » (IIa1), « femme de » (IIa2), exceptionnellement « soeur de », IIa3). Cela nous rappelle que la condition servile est transmissible, certainement, de parents à enfants, le problème du statut de chaque époux dans l'union conjugale étant beaucoup plus complexe. Mais retenons plutôt, comme pour tout le Midi, que la désignation des femmes reste simple, sinon sommaire, et que les types I et II prédominent. À la fin du XIIIe siècle, le système nom + surnom, avec 44,4 % des mentions, n'a toujours pas passé la barre des 50 %, alors que la situation est différente et depuis longtemps pour les hommes.

  • 28 M. Mousnier, « Transmission anthroponymique en Gascogne toulousaine (seconde moitié du XIIe siècle (...)
  • 29 Caignac 2 no 30.

82Les phénomènes de transmission ne sont perceptibles que dans un très petit nombre de cas : sur 35 possibilités de transmission du nom, 30 noms (de père, de mère ou d'oncle), ne sont pas transmis, mais 5 le sont (Amelia, Arnalda, Guillelma et Raimunda par deux fois). Malgré la minceur de l'échantillon, ce résultat montre une nette différence avec les pratiques analysées pour Gimont : dans ce dernier cas, l'absence de transmission était quasiment totale28 ; ici, avec environ l/8e des cas, la pratique est plutôt comparable à celle alors observée pour les hommes (20 % de transmission seulement). Et si j'y ajoute cette Riqua fille de Raimundi Ricardi29 pour qui le surnom du père est devenu le nom de la fille, la transmission du nomen chez les femmes fonctionne comme celle des hommes.

  • 30 Caignac 35 no 4, en 1234 ; Lézat, acte no 1, en 1246 ; Toulouse 138 no 1 en 1256.

83Si l'on s'intéresse de manière plus étroite aux dénominations complexes à deux éléments, les possibilités d'analyse sont encore plus réduites, et le recensement en sera bref. Pas une seule fois n'apparaît de manière directe la transmission du surnom de parents à une fille. Par contre les trois fois où sœurs et frères voient leurs surnoms indiqués, ils sont identiques : on peut supposer qu'il y a eu transmission du père aux enfants des deux sexes30. Ces trois chartes se situent après 1230, et il est assez vraisemblable que cette transmission du surnom soit assurée dans le Midi à cette date, pour les femmes aussi, pour les serves également, mais sans que la chronologie puisse être précisée.

  • 31 Douzens A 66 ; Saint-Semin, annexe, no 62 ; Renneville 41 no 1 ; Montsaunès 17 no 18.
  • 32 Caignac 36-1 no 22 et Caignac 59 no 64.
  • 33 M. Mousnier, « Aspects de l'anthroponymie féminine médiévale en Gascogne toulousaine d'après le ca (...)

84Enfin, il m'a paru intéressant d'examiner les quelques mentions où la dénomination des deux personnes d'un couple est connue. Par 4 fois, la femme et l'homme ont un surnom différent31 ce qui indiquerait que la femme n'acquiert pas systématiquement le surnom de son époux, conservant sans doute celui de son père. Mais deux fois, époux et épouse ont le même surnom32. Sur aussi peu de cas, on retrouverait cependant des proportions tout à fait semblables à celles observées dans le cartulaire de Gimont33. Il n'y a, semble-t-il pas de différence sensible dans les comportements de transmission entre femmes non-libres et libres.

Conclusion

  • 34 B. Cursente, op. cit., p. 51.

851. Les serfs appartiennent à la grande aire culturelle aquitano-languedocienne, telle que l'a exprimée B. Cursente34, et les traits majeurs se retrouvent d'un golfe à l'autre, de l'Atlantique à la Méditerranée. Les serfs font, avant tout, partie de cet ensemble, et ils ne sont pas cantonnés à part. Ils sont languedociens avant d'être serfs.

86Ils recourent de manière systématique aux mêmes noms dominants que les libres et puisent, pour l'essentiel, dans le même stock onomastique. Pour les six premiers (Petrus, Arnaldus, Guillelmus, Bernardus, Raimundus, Poncius), la similitude est presque totale. La stabilité générale du corpus est un trait majeur, et les variations chronologiques restent très peu sensibles, aussi bien chez les libres que les non-libres. Il n'y a pas de renouvellement notoire, ni de choix spécifique contrasté. Libres et serfs ne se différencient pas de manière majeure quant à la structure typologique des désignations, entre les tranches chronologiques. Le système anthroponymique à deux éléments au moins est déjà majoritaire avant les années 1080, et le nom unique n'est plus qu'un phénomène résiduel, voué à une disparition plus ou moins rapide. L'adjonction au nom unique d'une indication supplémentaire, en particulier d'ordre familial, n'est pas du tout représentative. La transmission du surnom est majoritairement attestée, dès le XIIe siècle, celle du nom d'un parent (en particulier du père) n'est pas encore assurée.

872. En examinant les caractères secondaires, à l'intérieur de structures principales, des comportements anthroponymiques particuliers peuvent se différencier, indicateurs probables d'une situation sociale différente. Par exemple, le traitement des palmarès de nomina dans les deux groupes comparés (serfs du Languedoc occidental et libres de Lézat), lorsqu'il s'attache non plus aux noms dominants mais aux déficits dans un corpus ou aux succès dans un autre, dégage l'essor rapide des noms chrétiens chez les non-libres et la persistance de vieux noms germaniques ou romans chez les libres. Pierre est déjà caractéristique, et Martin peut être considéré comme un nom « réservé » de la dépendance, alors que Roger et Bertrand le seraient de la liberté ou de la domination. Est-ce pour cela que tant de siècles après, plus d'un âne s'appellera Martin ?

88À l'intérieur du corpus, les phénomènes de concentration et de condensation semblent plus accusés chez les dépendants. Le taux d'homonymie est plus élevé chez les serfs. Il est possible que ce milieu social anticipe d'une certaine manière une évolution plus générale dans le même sens, sans pour autant atteindre l'ampleur connue dans d'autres régions. Mais une étude serait à mener pour savoir s'il s'agit d'un comportement lié à la dépendance, ou à l'appartenance à des milieux populaires, et non aristocratiques. En effet, un indice en est perceptible dans le cartulaire de Lézat : les interlocuteurs de l'abbaye évoluent dans le temps avec la transcription d'actes de nature différente. Lorsque les inféodations sont plus nombreuses à la fin du XIIe et surtout au milieu du XIIIe siècle, les tenanciers offrent une anthroponymie apparemment fort proche de celle des dépendants. L'enquête reste à faire.

893. À l'intérieur du système à deux éléments, d'autres nuances apparaissent. Chez les serfs, la part des surnoms de métiers et celle des sobriquets est toujours supérieure à celle réalisée chez les libres. En particulier celle des sobriquets semble caractéristique de la dépendance. Faudrait-il alors associer le sobriquet à la dépréciation sociale, même s'il ne l'est pas nécessairement à la dévalorisation individuelle ? Chez les serfs, la part des patronymes est toujours supérieure à celle des libres après 1120, quand ceux-ci n'en font plus un choix sélectif. La conscience familiale est sans doute la même, mais elle serait, pour les dépendants, plus le rappel de leurs devoirs, que celui de la grandeur attachée à un ancêtre éponyme d'une lignée.

90Chez les serfs, la part des noms de lieux est toujours inférieure à celle constatée dans la population libre. Pour l'aristocratie, dans le Languedoc occidental, le nom de lieu est le plus souvent celui de la terre noble, de la seigneurie qui fonde l'assise de leur puissance seigneuriale. Le repérage dresse alors une véritable géographie du pouvoir. Pour les dépendants, la désignation toponymique qui accompagne leur nom insère les personnes dans un réseau de proximité, éventuellement localise leur résidence au sein d'un maillage d'organisation, mais n'identifie pas strictement exploitation rurale et servage.

914. Malgré l'insuffisance numérique des situations de transmission enregistrées, une tendance se dégage : les dépendants montrent une capacité à transmettre plutôt supérieure à celle des libres. Y ont-ils été contraints par la domination qui s'exerce sur eux ? Est-ce un comportement de milieux populaires par opposition à une noblesse pour qui des situations plus différenciées recouvrent des options politiques ou des engagements familiaux prioritaires ? Il faudrait sans doute réexaminer à cet éclairage des « programmes lignagers » aristocratiques qui ne réalisent pas, quantitativement, une meilleure transmission que les roturiers.

925. Par contre, soulignons, chez les dépendants, une véritable banalisation de la pratique anthroponymique qui ne différencie plus les hommes et les femmes. Les nomina féminins paraissent coulés dans le même moule, masculin au demeurant. Même Maria, nom féminin par excellence, ne fait qu'un score médiocre.

93La gestion de l'ensemble du corpus des noms se situe dans le même schéma que celle des noms masculins, et en particulier, la concentration y est tout aussi développée à la fin du XIIIe siècle. La condensation est plus faible, mais sans entraîner de modification sensible.

94Les femmes ne se distinguent pas non plus par le maintien persistant du nom unique. Par contre, le décalage reste flagrant pour l'utilisation du système de désignation complexe à deux éléments et plus : il n'est toujours pas acquis majoritairement chez les femmes à la fin du XIIIe siècle et elles se contentent, pour être désignées, d'une dénomination plus simple, avec l'adjonction fréquente d'une précision familiale. La transmission du surnom du père est vraisemblable pour les femmes, et le rôle du mariage, comme acteur du système anthroponymique n'est pas encore assuré.

956. Les grandes structures dominantes restent identiques entre libres et non-libres. Les différences ne se révèlent que par des caractères secondaires. La stigmatisation sociale n'est pas inscrite dans une dénomination particulière. Par contre, l'appartenance à un milieu dépendant doit sans doute être rapprochée de l'appartenance à un milieu populaire (celui de tenanciers libres, mais paysans dépendants au sein d'une seigneurie foncière) : l'anthroponymie dite serve attesterait, dès le XIIe et surtout au XIIIe siècle, de comportements que l'on peut apprécier de manière significative plus tard, lorsque d'autres types de documents intéressent l'ensemble du monde rural, et lui assurent numériquement la prépondérance de sa représentation.

NOTE

96Mes remerciements vont à Pascal Chareille pour toute son aide méthodologique, et les formulations que je lui ai empruntées.

Notes

1 Sources éditées :
A. Clergeac, Cartulaire de l'abbaye de Gimont, Paris-Auch, 1905.
C. Douais, Le cartulaire de l'abbaye de Saint-Sernin de Toulouse (844-1200), Paris-Toulouse, 1887.
P. GÉrard et E. Magnou, Cartulaires des Templiers de Douzens, Paris, 1965.
Ch. Higounet, « Cartulaire des Templiers de Montsaunès », Bulletin philologique et historique (jusqu'en 1715) du Comité des Travaux historiques et scientifiques, 1955-1956, p. 211-294.
P. Ourliac, A. M. Magnou, Cartulaire de l'abbaye de Lézat, Paris, CTHS, 2 vol, 1984 et 1987.
Sources manuscrites :
Archives départementales de la Haute-Garonne, H Malte, liasses :
Caignac : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 19, 20, 21, 30, 35, 36, 37, 38, 43, 45, 47, 50, 51, 53, 55, 56, 57, 58, 59, 61, 62, 63, 64 ; Douzens : 1 ; Garidech : 1, 7, 12 ; La Villedieu : 1, 2, 7 ; Puysubran : 1, 2, 3, 14, 15, 16, 17,18, 20, 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30, 31, 32, 33, 34, 35, 36 ; Renneville : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 21, 22, 23, 24, 26, 27, 35, 38, 41, 42 ; Toulouse : 1, 2, 3, 7, 12, 23, 30, 31, 58, 116, 123, 136, 138, 148, 178,179, 180, 181,182, 183, 184, 226, 241, 254, 258, 272, 273, 275, 277, 278, 281, 343, 360, 386, 387, 393, 394.
108 H (Grandselve).
Archives départementales de Tarn-et-Garonne : A 297.
Archives nationales, manuscrits latins 9994, 11008, 11009, 11010 ; Fond Doat, no 76, 77, 78, 79, 80, 81, 82.
Les citations seront faites avec le no de l'acte pour les cartulaires publiés, la liasse et le no de l'acte pour les archives de l'ordre de Malte.

2 Lézat no 1150.

3 P. Ourliac, « Réflexions sur le servage languedocien », Comptes-rendus de ¡'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 1971, p. 585-591.
P. Ourliac, « L'hommage servile dans la région toulousaine », Mélanges Louis Halphen, 1951, p. 551-556.
P. Ourliac, « Le servage à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles », Études d'histoire de droit médiéval, Paris, 1979, p. 131-144.
S. Planas, Le servage dans les commanderies du Midi toulousain XIIe-XIIIe siècles, Toulouse, maîtrise, 1989, dactyl.

4 H. Richardot, « Le fief roturier à Toulouse aux XIIe et XIIIe siècles », Revue historique du droit français et étranger, 1935, p. 317.

5 F. Michaud-Fréjaville, « Hommes et femmes dépendants de Déols au XIIIe siècle, l'apport de l'étude anthroponymique », Campagnes médiévales : l'homme et son espace, Études offertes à Robert Fossier, É. Mornet (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 318.

6 J.-C. Hélas, « Les prénoms en Gévaudan au début du XIVe siècle dans les Feuda Gabalorum », Campagnes médiévales : l'homme et son espace, Études offertes à Robert Fossier, É. Mornet (dir.), Paris, Publications de la Sorbonne, 1995, p. 345.

7 B. Cursente, « Aspects de la « révolution anthroponymique » dans le Midi de la France (début XIe-début XIIIe siècle) », L'Anthroponymie, document de l'histoire sociale des mondes méditerranéens médiévaux, Actes du colloque international Rome 1994, École Française de Rome, 1996, Collection de l'École française de Rome, p. 48 ; l'auteur fait aussi un point important sur la bibliographie.

8 B. Cursente, idem, p. 47.

9 M. Nigoul, Recherche anthroponymique d'après le cartulaire de Lézat (Xe-XIIIe siècles), mémoire de maîtrise, Toulouse, 1990, manuscrit, p. 41 et suivantes.

10 F. Michaud-Fréjaville, op. cit., p. 318.

11 M. Bourin, « Bilan de l'enquête. De la Picardie au Portugal : l'apparition du système anthroponymique à deux éléments et ses nuances régionales », dans M. Bourin (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. I, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1989, p. 243.

12 F. Michaud-Fréjaville, op. cit., p. 319 : les surnoms de métier représentent 17 % en 1223-1224, alors qu'à une période semblable, ils ne sont que de 8,6 % en Languedoc occidental chez les dépendants.

13 M. Bourin, P. Chareille, « En forme de conclusion générale : bilans et projets », dans M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II, Persistances du nom unique, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1992, vol. 2, p. 305.

14 L. To Figueras, « Le mas catalan du XIIe s. : genèse et évolution d'une structure d'encadrement et d'asservissement de la paysannerie », Cahiers de civilisation médiévale, t. XXXVI, 1993, p. 151-177.

15 Lorsque Guillelmus Gras est dit fils d'Aldiardus de Lasera, il semble bien qu'il ait reçu un surnom attaché à sa personne ; et lorsque Petrus Arnaldus est fils de Bartholomeus de Laramet, il n'est pas impossible qu'il ne s'agisse d'un prénom double sans indication du surnom ; quant à Bernardus Barta, il n'est que le neveu de Raimundus de Cumenter, et celui-ci est sans doute son oncle maternel. Respectivement : Caignac 59 no 24 bis, Toulouse 133 no 12 et Caignac 1 no 5.

16 M. Mousnier, « Transmission anthroponymique en Gascogne toulousaine (seconde moitié du XIIe siècle) », dans M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. III, Enquêtes généalogiques et études prosopographiques, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1995, p. 161 et 162.

17 Il faut ajouter un autre surnom (Petrus Novellus est fils de Petrus Vitalis), et un changement de lieu (Pons de Sera est fils de Pons de Fanjeaux : Douzens A no 168 ; Caignac 59 no 62).

18 M. Mousnier, op. cit., p. 167.

19 M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II, Persistances du nom unique, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1992, vol. 2 : Désignation et anthroponymie des femmes.

20 M. Mousnier, « Aspects de l'anthroponymie féminine médiévale en Gascogne toulousaine d'après le cartulaire de Gimont », La femme dans l’histoire et la sociétés méridionales, 66e congrès de la Fédération historique Languedoc-Roussillon, Narbonne, 1994, p. 67-90.

21 Le cartulaire de Lézat, avec seulement 9 femmes dépendantes, est très largement composé de femmes libres, et la comparaison est donc valide.

22 M. Bourin, P. Chareille, « En forme de conclusion générale : bilans et projets », dans M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II, Persistances du nom unique, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1992, vol. 2, p. 302.

23 M. Mousnier, op. cit., p. 76.

24 J.-C. Helas, op. cit., p. 349.

25 M. Mousnier, op. cit., p. 75.

26 M. Nigoul, « Désignation et anthroponymie des femmes dans le Lézadois », dans M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. II, Persistances du nom unique, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1992, vol 2 : Désignation et anthroponymie des femmes, p. 137.

27 M. Bourin, P. Chareille, op. cit., graphique de la p. 314.

28 M. Mousnier, « Transmission anthroponymique en Gascogne toulousaine (seconde moitié du XIIe siècle) », dans M. Bourin, P. Chareille (études réunies par), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. III, Enquêtes généalogiques et études prosopographiques, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1995, p. 159.

29 Caignac 2 no 30.

30 Caignac 35 no 4, en 1234 ; Lézat, acte no 1, en 1246 ; Toulouse 138 no 1 en 1256.

31 Douzens A 66 ; Saint-Semin, annexe, no 62 ; Renneville 41 no 1 ; Montsaunès 17 no 18.

32 Caignac 36-1 no 22 et Caignac 59 no 64.

33 M. Mousnier, « Aspects de l'anthroponymie féminine médiévale en Gascogne toulousaine d'après le cartulaire de Gimont », La femme dans l'histoire et la sociétés méridionales, 66e congrès de la Fédération historique Languedoc-Roussillon, Narbonne, 1994, p. 80.

34 B. Cursente, op. cit., p. 51.

Table des illustrations

Titre Tableau 2. Rang de quelques noms masculins par période (population serve)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Tableau 3. Évolution chronologique du stock des noms masculins (population serve)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau 4. Palmarès des noms d’hommes libres par période
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 215k
Titre Tableau 6. Système anthroponymique des hommes dépendants par période
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau 7. Système anthroponymique des hommes libres par période
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre Tableau 8. Surnoms de lieu par type et par période (population serve)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 69k
Titre Tableau 9. Transmission des éléments anthroponymiques (population serve
Légende * dans ce cas, il s’agit non de l’oncle, mais de la mère.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Tableau 10. Ratio femmes/hommes par ensemble documentaire et par période
Légende * à partir de 1080 pour le Toulousain.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre Tableau 13/Typologie des noms de femmes dépendantes par période
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16605/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 61k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search