Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-1 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Au coeur du Moyen Âge

Comportements anthroponymiques dans les familles de sainteurs (Flandre, fin xiie-début xiiie siècle)

Pavel Sh. Gabdrakhmanov

Texte intégral

Je tiens à remercier tout particulièrement M. Pascal Chareille et Mme Monique Bourin pour le travail de relecture et de correction du texte qu'ils ont bien voulu effectuer.

  • 1 M. Bloch, « Noms de personne et histoire sociale », Annales d'histoire économique et sociale, t. I (...)
  • 2 Cf. la bibliographie dans l'article : P. Sh. Gabdrakhmanov, « "Makro" et "mikro" v sovremennikh is (...)

1Les historiens s'intéressent aux formes médiévales de la dénomination et du choix des noms en premier lieu pour essayer de comprendre les représentations mentales de l'époque, les sentiments et les émotions, la hiérarchie du prestige des noms ou des surnoms, les connotations ou les symboles qu'ils pouvaient contenir. Marc Bloch et Lucien Febvre figurent parmi les premiers historiens à avoir montré les perspectives de l'anthroponymie comme méthode pour étudier les mentalités, la religiosité et les représentations des hommes au Moyen Âge1, et ces recherches anthroponymiques sont devenues particulièrement fructueuses au cours des dernières années2.

2La présente recherche n'a pas pour seul objet l'étude des représentations anthroponymiques populaires (mentalités, topoi, normes, mode) ; elle s'intéresse aussi au comportement pratique en matière d'anthroponymie des familles du « commun », paysans et dépendants, au Moyen Âge. Quels étaient les facteurs influents ? Le comportement était-il entièrement « automatique », déterminé par des idées et notions « générales », suivant les traditions « éternelles », inébranlables et reconnues par la société depuis des siècles et des générations ? Ou était-il variable et laissait-il aussi la place aux choix personnels qui ne suivaient pas obligatoirement les normes communes et pouvaient parfois même être en contradiction avec elles ? Le comportement anthroponymique était-il identique d'une famille à l'autre ? Et d'où venaient les éventuelles différences ? Comment l'origine ethnique ou sociale, l'appartenance à une communauté monastique, villageoise ou à quelque groupe familial influençaient-elles le choix et la création des noms ? Quel était le rôle du couple des époux ? Pourquoi les parents préféraient-ils certains noms pour leurs enfants plutôt que d'autres ? Qui, du père ou de la mère, affirmait plus fortement ces préférences ? Quelles étaient les origines de ces noms ? Quelles fonctions jouaient ces noms dans les familles ? Peut-on dire qu'il existait un stock de noms propre à chaque famille ? Et si oui, était-il plus ou moins stable ou changeait-il de génération en génération ?

  • 3 Par exemple : I. Strubbe, « Een twaalfdeeuwsche lijst van vrijgewijden uit West-Vlaanderen », Anna (...)

3Évidemment, il est impossible de résoudre toutes ces questions en même temps. Nous essayerons donc de répondre à quelques-unes d'entre elles en étudiant un document du fonds de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai, conservé dans les archives de Bruges et publié par I. Strubbe3.

La liste des sainteurs de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai

4L'original du document écrit sur un rouleau de parchemin de deux mètres environ de longueur, dépasse un peu, en largeur, le format d'une feuille in quarto. Malheureusement, il n'est pas entièrement intact, la partie haute est perdue et le parchemin est déchiré en certains points. Le document contient une longue liste de noms en écriture gothique, écrite par plusieurs mains à des époques différentes. Le premier scribe (la main "A"), à qui les plus anciennes notices appartiennent, travaillait dans le dernier quart du XIIe siècle ; la main la plus récente ("D") appartient à un notaire actif dans la première moitié du XIIIe. Le document a donc été rédigé pendant environ un demi-siècle : à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. L'essentiel du texte a été écrit sur le côté gauche par la main "A". Le notaire semble avoir laissé des blancs entre les lignes et sur le côté droit. Certains d'entre eux ont été remplis plus tard par des mentions rajoutées, soit entre les lignes, soit sur les marges, ces dernières ayant constitué une colonne supplémentaire. Des remarques tardives se trouvent aussi à la fin du manuscrit, initialement restée vide.

5Le document a été endommagé et son titre (s'il existait) est aujourd'hui absent, ainsi que le début du texte. Il est impossible de lire certains mots dans le milieu du manuscrit à cause de lacunes. La partie préservée du texte commence par les mots suivants :

  • 4 Conformément à l'usage, les propositions de restitution pour les lacunes sont indiquées entre croc (...)

In Morcelis. [Berta]4...

6Le notaire passe ensuite à une nouvelle énumération de quelques noms :

Wraukin. Aua. Helewif. Aula]...

  • 5 Note de l'éditeur : Nous avons pris le parti de ne pas restituer la gestion des initiales en minus (...)
  • 6 Note de l'éditeur : À propos des surnoms en interligne, voir M. Parisse, « Sur-noms en interligne  (...)

7Puis il continue en allant à la ligne lorsqu'il veut marquer une séparation entre les groupes de noms. Ces noms sont presque toujours des noms féminins, parfois avec une mention de surnom (Sconeaue, Fola, Rufa). Dans quelques cas, un nom de lieu a été indiqué (de Grimertinge, de Agro, de Pagebroc)5, sans doute leur lieu d'origine ; parfois le lieu de leur mariage (nupta in Bossut ; quae nupsit in Pascendale). Certains de ces noms de lieu sont écrits en interligne, au-dessus du nom6.

8La structure de la liste est simple : elle est divisée en parties, chacune d'elles commençant par l'indication du toponyme (In Morcelis... In Gudelghem... In Ledenghem... etc.). Le document mentionne 15 lieux différents et, dans chacun d'eux, sont inscrits entre une demi-douzaine et plus d'une centaine de personnes. Dans chaque partie du texte, les noms sont divisés en groupes : la description de chaque groupe commence à une nouvelle ligne et est séparée du groupe précédent par le signe spécial de division "§".

9Les formules de description incluent parfois de courtes indications sur les relations de parenté entre les personnes citées dans chaque groupe : le plus souvent, il s'agit des formes abrégées f. ou fi., mais pas toujours puisqu'on rencontre également, en toutes lettres, filia, filie ou filius ; plus rarement, les formes fr., frater ou soror.

10Au total, pour les 15 lieux, ce sont près de 500 individus qui ont pu être identifiés, pour la plupart des femmes, réparties dans 90 groupes de noms.

11Le manuscrit a certaines particularités de mise en page :

  • 7 Note de l'éditeur : de Agro étant inscrit au dessus du nom Mabilia (cf. fac-similé), nous avons ch (...)

12Le texte principal qui commence sur le coté gauche après le signe "§" est écrit par la main "A". Sur le côté droit, il y a deux notices plus tardives. La première écrite par la main "C" commence par « Mabilia \de Agro/... »7 et se poursuit jusqu'à « Mathildis et Margareta » ; la seconde écrite par la main "D" débute par« Heila \de Pagebroc/... » et continue jusqu'à « fi. Lise ». Chaque groupe est séparé de l'autre par le signe spécial "§". Les relations de parenté sont indiquées (bien que pas toujours régulièrement) seulement à l'intérieur du groupe (i.e. entre les femmes du même groupe et jamais entre des individus de groupes différents). Évidemment, le groupement des femmes n'était pas le fruit du hasard : il s'agit probablement de groupes de parents. Il faut remarquer que les indications des relations de parenté à l'intérieur de ces groupes dans les notices les plus tardives ressemblent à de vraies généalogies, comme par exemple celle de Mabilia \de Agro/ dont il a déjà été fait mention (cf. fac-similé) :

Mabilia \de Agro/. Adelisa. Mabilia et Margareta fi. mabilie. filie Adelise Maba et Grieta. Sygerus fi. Mabilie, filie Margarete. Mathildis et Margareta.

13Les groupes de noms du texte principal — écrit par le notaire "A" —, ne semblent pas se réduire à une accumulation de noms enregistrés, mais correspondent plutôt à une sorte de lignage généalogique. On voit ainsi dans le même item (cf. fac-similé) le lignage d'une certaine Helewif de Grimertinge qui compte cinq générations de femmes (descendantes en ligne directe) :

Helewif de Grimertinge. Renelt. f. Helewif. Isabela, f. Renelt. Lisa, f Isabele. Magtelt.f.
Lise. Gondrat...

14L'avant-dernière des femmes décrites, Magtelt, est donc l'arrière-arrière-petite-fille de Helewif. Ce qui signifie que le document ne présente pas un groupe de parents habitant le même village en même temps, mais enregistre une partie de la généalogie d'un groupe de parents qui, soit habitaient dans le même village (Morcelis dans le cas présent), soit en étaient originaires, soit encore y étaient inscrits. Ce qui explique probablement pourquoi, dans ce manuscrit, les surnoms (cognomina) sont très rares en comparaison avec les cerisiers de la même époque : on n'avait pas besoin de surnoms parce que les femmes, même lorsqu'elles portaient les mêmes noms, pouvaient être facilement identifiées grâce à leur répartition dans différents lignages généalogiques.

  • 8 Cf. par exemple la liste des noms des femmes du village de Ledenghem où un groupe de six noms (ci- (...)

15Les répétitions de certains groupes de noms dans des item différents constituent une preuve indirecte de l'hypothèse selon laquelle ces listes enregistrent des généalogies. Ces répétitions ne peuvent être de simples coïncidences car la succession des noms est toujours la même8. Elles ne peuvent s'expliquer par la seule migration des femmes d'un endroit à l'autre : les notices ont été rédigées en même temps par le même notaire (main "A") et il est impossible que les femmes aient été présentes dans deux lieux simultanément. Il s'agit donc plus probablement d'un double enregistrement de la même branche de la généalogie, une partie ayant été inscrite dans un endroit et l'autre dans un autre.

16Un autre argument fournit également une preuve indirecte de cette hypothèse d'une subdivision en groupes de noms coïncidant avec une répartition en groupes généalogiques : au dos du parchemin figure la mention, écrite par une main du XVIIe siècle, « Videtur genealogía... ». Il n'est pas impossible qu'il s'agisse là, recopié à une époque tardive, du titre original, disparu aujourd'hui.

  • 9 Il s'agit d'une catégorie de paysans dépendants de l'église. Toutefois, malgré toutes les recherch (...)

17Comment définir ce document ? Il est très probable, à la lumière des observations précédentes, qu'il s'agit de la liste des sainteurs (tributaires, serfs d'église, etc.)9 de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai (puisque c'est dans les fonds de la prévôté que la liste est conservée).

Des documents analogues pour les monastères de Saint-Bavon de Gand, Saint-Pierre de Gand et Saint-Sauveur d'Ename

18De telles listes étaient fréquemment établies en Flandre au XIIIe siècle. Certaines de celles qui sont conservées ressemblent beaucoup à notre document. Ainsi, la description des dépendants (plus de 200) du monastère de SaintBavon de Gand, rédigée vers 1220 :

  • 10 La liste a été éditée plusieurs fois. La dernière édition : « Lijst van hoofdcijnsplichtigen (rond (...)

...Axla : Wivesin, Gommar, filii Iordanus, Adam, Vorthiardis ; Columba, Gertrudis, Bertildis.
Imma de villa Tempseca.
Berta apud Berdams...10

19Ou bien celle des dépendants du monastère voisin de Saint-Pierre de Gand qui remonte au XIIIe siècle :

  • 11 « Liste de tributaires de l'abbaye de Saint-Pierre de Gand. (s.d.) [XIII s.] (orig.) », in : Chart (...)

De Lemberghe.
Adelenth et soror eius, Thetin,
Veregina de Welliue,
Felicitas de Ysendike,
Aghata de Suinarde,
Margaretha de Ermelghem,
Aghatha de Gant...11

20Ou encore, une autre liste, émanant du même monastère, dressée vers 1239 :

  • 12 « Verzeichnis von Schutzhörigen des Klosters Sankt Peter bei Gent (ante 1239) », in : Flandrische (...)

Haec sunt nomina quae spectant ad advocatiam B. Petri Gandensis : In Hule et Curne,
Heyla de Beka: Reynewif filia ejus, lmma uxor Walteri Wale; Heila, Grita, Gerardus et Henricus filii ejus, Ava soror Immae, Marotha, Sara, Daniel et Michael filii ejus...12

21Des fragments de listes identiques se trouvent également dans les fonds du monastère d'Ename : par exemple la liste des serfs de ce monastère habitant à Horenbeca (ca. 1132-1150) :

  • 13 De onuitgegeven oorkonden van de Sint-Salvators-abdij te Ename voor 1200, L. Milis (éd.), Bruxelles (...)

Isti sunt servi et ancille de Horenbeca : Balduinus, Walterus, Michael[,] Beatrix, Reinsuendis, Thildeldis, Grita, Gerardus, Walterus.13

22Il est intéressant de comparer cette dernière liste avec la charte de 1150 des archives du même monastère, par laquelle un certain Boistin de Horembeca remit plusieurs de ses serfs au monastère comme sainteurs. La charte contient aussi des généalogies, et parmi les individus cités figurent des noms de serfs de Horenbeca connus également par la liste (ci-dessous en caractères gras) :

  • 14 Ibidem, no 6, p. 8.

Horum autem servorum et ancillarum nomina sunt : Humburgis mater, cuius filii Rogerus, Michael, Robertus, Gerardus, Ermengardis, Thideldis ; filii Ermengardis : Balduinus, Walterus, Gerardus, Michael, Paulus, Wiricus, Beatrix, Imma, Reinsuendis  ; filii Thideldis  : Walterus, Margareta.14

23La première liste ne se contente donc pas seulement de donner les noms d'un groupe d'habitants d'un village dépendant du monastère. Elle décrit une partie d'un groupe familial en indiquant la succession généalogique et les relations de parenté entre les personnes citées.

24Particulièrement intéressante en ce sens est la liste des dépendants du monastère de Notre-Dame de Bourbourg, dressée dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Elle contient près de 100 personnes, pour la plupart des femmes, qui habitent dans trois villages :

  • 15 « Noms de ceux qui dépendent de l'avouerie de l'église de Bourbourg. (s.d.) [1250-1300] », in : Ca (...)

Haec sunt (nomina) eorum qui spectant ad advocatiam ecclesie Broburgensis. In Ruscled :
Emma de Atrio.
Grieta, filia Emme.
Stephania, filia Emme.
Stephania, filia Grite.
Beatrisa, filia Grite... etc.15

25La description des femmes de cette liste est faite dans un ordre strictement généalogique. La précision méticuleuse des liens de parenté permet de reconstituer plusieurs grands lignages.

  • 16 On observe toutefois que les relations familiales sont fixées beaucoup plus régulièrement dans les (...)

26Dans la liste des sainteurs de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai, les relations familiales ne sont malheureusement pas indiquées de manière aussi systématique16. Et s'il est possible d'identifier certains groupes familiaux à partir de quelques petites généalogies — comme celle de Mabilia \de agro/déjà mentionnée — la structure de tout le groupe de parents demeure obscure :

In Gudelghem.
Hercsend de Agro. Verse nd .
In Ledenghem.
Hereborg de Agro. Dril borg . Hilde borg . Berta. Helewif.
In Morselede.
Inghelborg de Agro. Vol sent . Mabilia f. Berta. Godelif. Peronela. Celia. Marina a. Gertrudis. Inghel ware. Gertrudis. Aua. Celia. Lismod. Liedewif. soror Celie. Magtelt. Clemma. [Be]atris.
Eren borg de Agro. Celia. Sara. Heila. Gertrudis.
In Morcelis.
Bertelt. Berta. Magtelt. f. Mabilie.
Mabilia de Agro. Adelisa. Mabilia et Margareta fi. Mabilie. filie Adelise Maba et Grieta. Sygerus fi. Mabilie, filie Margarete. Mathildis et Margareta.

27Et il est probable que d'autres groupes familiaux dans la liste sont également liés par des liens de parenté.

  • 17 Cf. P. Gabdrakhmanov, « Semeinye tradizii srednevekovyh krestjan v otrazhenii ih rodoslovnyh (Flan (...)

28On peut considérer les généalogies et les listes de sainteurs17 comme des variantes d'un même type de documents décrivant, dans la Flandre des XIIe-XIIIe siècles, cette catégorie sociale des dépendants en groupes de descendants, soit explicitement (comme les généalogies), soit implicitement (comme les listes). Les caractéristiques démographiques des listes provenant de Saint-Amand de Courtrai et de Saint-Bavon de Gand, comme celles des généalogies de sainteurs des monastères de Saint-Sauveur d'Ename et de Saint-Pierre de Gand sont voisines et vont à l'appui de cette supposition.

Caractéristiques démographiques des listes et des généalogies de sainteurs

29Tous ces documents ont en commun la prépondérance plus ou moins marquée des femmes, malgré de fortes nuances puisqu'on compte seulement 3 hommes pour 100 femmes à Saint-Amand de Courtrai contre 46 à Saint-Sauveur d'Ename.

Tableau 1. Caractéristiques démographiques des listes et des généalogies de sainteurs

Tableau 1. Caractéristiques démographiques des listes et des généalogies de sainteurs

30La comparaison des caractéristiques démographiques entre les divers monastères met en évidence un certain nombre d'éléments :

  • la proportion des mères parmi les femmes varie peu (autour de 45 %) ;
  • le nombre d'enfants et la répartition des sexes sont très proches d'un document à l'autre : le nombre moyen d'enfants par mère varie de 2,0 à 2,8 (de 0,3 à 1,0 fils et de 1,7 à 1,9 filles) ;
  • partout (mais avec de fortes différences entre les documents) prédominent les mères décrites seulement avec des filles (ce cas de figure concerne toujours plus de la moitié des mères), tandis que le nombre de mères mentionnées exclusivement avec des fils est très faible (toujours moins de 10 %) ;
  • la dimension des groupes familiaux identifiés comme tels diffère d'un document à l'autre : elle est — fort logiquement — plus importante dans les généalogies de Saint-Pierre de Gand ou de Saint-Sauveur d'Ename que dans la liste de Saint-Amand de Courtrai (9 individus en moyenne par généalogie à Saint-Amand de Courtrai contre 18 à Saint-Sauveur d'Ename). On peut donc supposer que les listes (celle de Saint-Amand comme celle de Saint-Bavon) ne fournissent qu'une description partielle des familles de sainteurs.
  • 18 Nous avons fondé nos calculs des remplacement des générations maternelles par les générations des (...)

31À partir de ces caractéristiques, peut-on dire que certains de ces indices démographiques révèlent des comportements et des pratiques spécifiques des femmes flamandes qui appartenaient au groupe des sainteurs ? Puisqu'on a observé que l'enregistrement des femmes était plus complet que celui des hommes, peut-on considérer notamment le nombre de filles par mère (en moyenne, au moins 2) comme l'un des traits caractéristiques du comportement reproducteur des sainteurs flamands18 ?

  • 19 Cf. P. Gabdrakhmanov, Semeinye tradizii..., p. 214-216.

32Ces observations attestent, plutôt que les réalités démographiques, les particularités de la perception et de la description de la parenté selon les sexes pour la catégorie sociale des dépendants, comme nous avons pu le mettre en évidence pour les généalogies des sainteurs du monastère du Saint-Sauveur d'Ename19. Il s'agit de l'enregistrement par excellence des femmes liées par les relations familiales de la lignée maternelle. Tous ces traits correspondent non seulement aux données des généalogies, mais aussi à celles des listes de sainteurs des monastères qui se trouvent près d'Ename. Il est donc bien possible que, dans les monastères de la Flandre médiévale, aient existé des formes spécifiques d'enregistrement des liens de parenté des femmes.

Des corpus anthroponymiques voisins

  • 20 Note de l'éditeur : La condensation (nombre moyen d'individus par nom) est un indicateur qui peut (...)
  • 21 Note de l'éditeur : Les valeurs proposées supposent arrêtée une liste effective des noms identifié (...)

33Dans les listes comme dans les généalogies de sainteurs, les femmes portent de manière dominante des noms d'origine germanique : elles sont, selon les documents, entre 6 et 8 sur 10 à être ainsi dénommées. Par ailleurs, les noms d'origine germanique constituent l'essentiel des corpus de noms (58 % des noms identifiés à Saint-Pierre de Gand où leur poids est minimal et 72 % à Saint-Amand de Courtrai où il est maximal). Le nom des paroissiennes n'était donc pas limité aux noms cités dans la Sainte Écriture, ni déterminé par les recommandations des prêtres. La condensation20 assez faible (de 2,1 à 4,4 femmes par nom d'origine germanique et de 1,1 à 3,2 pour les autres noms) témoigne d'un vaste répertoire des noms féminins21.

Tableau 2. Caractéristiques anthroponymiques des listes et des généalogies de sainteurs

Tableau 2. Caractéristiques anthroponymiques des listes et des généalogies de sainteurs
  • 22 Note de l'éditeur : Les noms attestés une seule fois sont des hapax. Un nom peut être un hapax pou (...)

Note 2222

  • 23 Les données du tableau 2 permettent d'effectuer ce calcul : à Saint-Amand de Courtrai (par exemple (...)
  • 24 Note de l'éditeur : Les calculs sont faits ici après « lemmatisation douce ». Si l'on tient compte (...)

34Dans trois documents étudiés sur quatre, plus de la moitié des noms ne sont portés que par une seule femme. Seul Saint-Amand de Courtrai déroge à cette règle. Mais ces noms « rares » (1 occurrence par document seulement), s'ils sont nombreux, concernent au total peu de femmes : moins de 11 % à Saint-Amand de Courtrai23, 15,9 % à Saint-Pierre de Gand et 17,4 % à Saint-Sauveur d'Ename ; près 40 % tout de même à Saint-Bavon, où ils représentent près des trois-quarts de tous les noms identifiés24. Les femmes qui portent un nom qu'aucune autre ne porte sont donc le plus souvent peu nombreuses.

  • 25 Note de l'éditeur : Les palmarès sont établis après « lemmatisation forte » (sur cette notion, cf.(...)

35Corollairement, certains noms étaient vraiment très « à la mode ». Sur les 1220 femmes qui constituent le corpus de référence, plus de la moitié portent l'un des 15 noms les plus fréquents25. Parmi ces noms répandus, 10 sont d'origine germanique, dont les deux premiers du palmarès, Aua et Heilewidis, qui concernent respectivement 8,2 % et 4,7 % des femmes.

Tableau 3. Palmarès des noms d’origine germanique (rangs 1 à 12)

  • 26 Note de l'éditeur : On trouvera en annexe II-l les différentes formes et/ou graphies rencontrées d (...)

rang

nom (lemmatisé)26

nb

 %

1

Aua

100

11,0 %

2

Heilewidis

57

6,3 %

3

Heila

52

5,7 %

4

Adela

51

5,6 %

5

Imma

44

4,9 %

6

Berta

44

4,9 %

7

Gertrudis

43

4,8 %

8

Mathildis

42

4,6 %

9

Ermengardis

35

3,9 %

10

Gisela

19

2,1 %

11

Ogiua

17

1,9 %

12

Godelief

17

1,9 %

total

(fem. avec nom germ.)

905

100,0 %

  • 27 Le rapport tombe à 8,2 % si l'on prend en compte toutes les femmes identifiées dans les quatre fam (...)

36Si l'on ne considère que les 905 femmes qui portent un nom d'origine germanique, on constate qu'elles sont un peu plus de 1 sur 10 à s'appeler Aua27.

  • 28 Cf. supra tableau 2 : 33 = 118 - 85. Pour l'ensemble des quatre monastères, les noms germaniques s (...)

37Les noms d'origine non germanique (noms antiques et bibliques) sont nettement moins nombreux. Ainsi, à Saint-Amand de Courtrai, en dénombre-ton 33 (contre 118 noms d'origine germanique)28. Les plus populaires font cependant bonne figure dans le palmarès d'ensemble.

Tableau 4. Palmarès des noms d’origine non germanique (rangs 1 à 12)

  • 29 Note de l'éditeur : On trouvera en annexe II-2 les différentes formes et/ou graphies rencontrées d (...)

rang

nom (lemmatisé)29

eff.

 %

1

Margareta

56

17,8 %

2

Mabilia

32

10,2 %

3

Elisabeth

28

8,9 %

4

Beatrix

23

7,3 %

5

Christina

22

7,0 %

6

Maria

14

4,4 %

7

Sarah

13

4,1 %

8

dementia

11

3,5 %

9

Agnes

10

3,2 %

10

Eva

8

2,5 %

11

Agatha

7

2,2 %

12

Sibilia

5

1,6 %

total

(fem, avec nom non germ.)

315

100,0 %

  • 30 Le rapport tombe à 4,6 % si l'on prend en compte toutes les femmes identifiées dans les quatre fam (...)

38Parmi les 315 femmes qui portent un nom d'origine non germanique, plus de 1 sur 6 s'appelle Margareta30.

  • 31 Note de l'éditeur : Cette proximité est accentuée par les regroupements de formes et de graphies i (...)
  • 32 Dans la liste de Saint-Amand de Courtrai, aucun élément ne permet de distinguer les femmes qui ser (...)

39D'une familia d'un monastère à l'autre, d'un type de document à l'autre (liste ou généalogie), les corpus des noms les plus fréquents, germaniques et non germaniques, ne diffèrent pas profondément31. Les sources étudiées mentionnent les noms de plus de 1200 femmes, enregistrées dans des villages dispersés dans différentes régions de la Flandre médiévale. Nous pouvons donc supposer que les noms féminins en tête des palmarès étaient probablement les noms préférés des sainteurs flamands à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle32.

De fortes nuances régionales

40Mais malgré la ressemblance des répertoires des noms les plus fréquents chez les femmes dépendantes des divers monastères, il existe des différences sensibles.

Figure 1. Fréquences par monastère des noms féminins germaniques les plus répandus

Figure 1. Fréquences par monastère des noms féminins germaniques les plus répandus

41L'examen détaillé du graphique montre que :

  • à Saint-Sauveur d'Ename, parmi les femmes qui portent des noms germaniques, le nom d’Aua33 est plus rare que chez les dépendantes des autres monastères (moins de 6 % des occurrences à Ename, plus de 11 % ailleurs). Les noms de Berta, Gertrudis et Ermengardis y sont en revanche plus répandus ;
  • à Saint-Pierre de Gand, les noms d’Aua et d'Heila sont sur-représentés, tandis que les Imma et, plus encore, les Berta sont moins nombreuses que dans les familia des autres monastères ;
  • à Saint-Amand de Courtrai, les femmes sont peu nombreuses à porter 1e nom de Gisela ; en revanche, celui de Mathildis y était parmi les favoris.

42Des différences analogues sont perceptibles chez les femmes portant des noms non germaniques.

Figure 2. Fréquences par monastère des noms féminins non germaniques les plus répandus

Figure 2. Fréquences par monastère des noms féminins non germaniques les plus répandus

43Par exemple, parmi les femmes de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai, les noms d’Elisabeth et, plus encore, de Mabilia sont nettement plus fréquents qu'ailleurs ; Clementia est au contraire significativement plus rare que dans les autres monastères. À Saint-Bavon, Elisabeth est manquant, comme le sont Sarah et Agnes. À Saint-Sauveur d'Ename, Beatrix est « sur-représenté ».

44Comment peut-on expliquer ces différences ? La taille des différents corpus (d'un peu moins de 200 à près de 500 occurrences selon les monastères) permet de considérer qu'elles sont significatives. Étaient-elles liées à des pratiques de nomination spécifiques à chaque seigneurie ? Ce n'est pas exclu. Mais l'explication qui semble la plus probable renvoie aux particularités locales de nomination dans les différentes provinces de Flandre. Si les villages décrits dans les listes et les généalogies étaient parfois voisins, pour l'essentiel, les seigneuries des quatre monastères se situaient dans des contrées différentes du comté de Flandre. Les biens du monastère d'Ename étaient principalement situés sur la rive droite de l'Escaut, tandis que ceux du monastère de Saint-Pierre de Gand se trouvaient sur la rive gauche. Les territoires de Saint-Amand de Courtrai se trouvaient plus à l'Ouest, entre la Lys et la Mandel. Les différences de fréquences de certains noms pourraient donc être dues à des traditions micro-régionales plus qu'à des particularismes de seigneurie.

De surprenantes différences entre des villages proches

  • 34 On dénombre 30 femmes nommées à Beueslera, 28 à Gudelghem, 117 à Ledenghem, 110 à Morcelis, et 113 (...)

45Jusqu'à quel point les répertoires des noms de villages différents mais proches les uns des autres et appartenant à la même province étaient-ils identiques ? Le document de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai donne la possibilité de répondre à cette question. Sur les 485 femmes qu'il permet d'identifier, 398 sont nommées dans l'un des cinq villages principaux34 Tous ces villages sont voisins et appartiennent à la même seigneurie. Pourtant, les palmarès des noms les plus fréquents, germaniques ou non germaniques, malgré une ressemblance globale, diffèrent sensiblement de l'un à l'autre. Les phénomènes ne peuvent être le simple fruit d'un hasard documentaire. La fréquence de certains noms féminins « à la mode » est beaucoup plus forte dans certains villages, pourtant distants des autres de quelques kilomètres seulement.

Figure 3. Fréquences par village des noms germaniques les plus répandus

Figure 3. Fréquences par village des noms germaniques les plus répandus

46À Gudelghem, on note l'absence complète du nom germanique le plus fréquent à Saint-Amand de Courtrai, Aua ; on note également les absences de Berta, de Adela, de Leduif et de Heila. Bien sûr, on ne recense que 28 femmes dans ce village, mais elles sont à peine plus nombreuses à Beueslera où aucun des noms précédents ne fait défaut. Dans ce village de Beueslera, Mathildis, est manquant alors qu'il est le nom le plus populaire à Morcelis. À Morcelis encore, Heilewidis est plus fréquent qu'il ne l'est ailleurs et Imma est au contraire déficitaire, comme le sont Gertrudis et Didela.

47Et les résultats sont aussi contrastés pour les noms féminins non germaniques les plus en vue.

Figure 4. Fréquences par village des noms non germaniques les plus répandus

Figure 4. Fréquences par village des noms non germaniques les plus répandus

48Le nom Mabilia est nettement plus fréquent à Gudelghem et à Morcelis qu'il ne l'est ailleurs. Il est en revanche sous-représenté à Ledenghem, comme l'est également Margareta. Et à Gudelghem, aucune femme ne se nomme Elisabeth. Ces observations sont plus évidentes encore si l'on regarde le tableau (cf. annexe I), où les noms portés par les habitantes de chacun des cinq villages principaux sont indiqués dans une même colonne, village par village, les noms identiques en regard (avec, pour chaque occurrence, le numéro du groupe familial auquel il appartient). Un tel tableau — ici limité aux seuls noms les plus répandus — permet de repérer les noms qui se répètent au sein de la même famille sans perdre l'originalité des choix propres à chaque village.

  • 35 Note de l'éditeur : L'étude statistique des palmarès des noms de ces 5 villages confirme la spécif (...)

49Les particularités de l'orthographe (ou de la prononciation ?) des noms apparaissent d'un village à l'autre, différences qui ont probablement des origines dialectales. Par exemple, c'est à Ledenghem seulement que se porte le nom de Meindala, variante du nom commun Mathildis. À Morcelis, sur 16 occurrences du nom Mathildis, 14 correspondent à la forme Magtelt. Il n'y a donc pas plus dans le cadre de la micro-région que dans celui de la région d'uniformité anthroponymique parmi les habitants de villages voisins35.

50Quelles sont les origines de cette variété des noms ? Pour répondre à cette question, il ne suffit pas seulement d'entrer dans les villages, mais il faut heurter à la porte des maisons pour demander aux habitants comment ils choisissaient les noms de leurs enfants. Une fois encore, le document de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai permet d'observer certains aspects des mécanismes de dévolution des noms au sein des groupes généalogiques.

Une homonymie intra-familiale

  • 36 Note de l'éditeur : Les calculs sont faits après « lemmatisation douce » des noms (cf. supra note (...)
  • 37 Cette différence tend à montrer que les listes n'apportent que des bribes d'information généalogiq (...)

51L'étude anthroponymique des 89 groupes familiaux que le document de Saint-Amand de Courtrai permet d'individualiser montre, en premier lieu, une répétition assez faible des noms de femmes au sein de chaque groupe : dans un peu moins d'un groupe familial sur trois, deux femmes au moins portent le même nom ; et 19 % seulement des femmes ont une homonyme dans leur famille36. Cette proportion est plus de deux fois plus forte dans les généalogies des monastères de Saint-Sauveur d'Ename et de Saint-Pierre de Gand (où un peu plus de la moitié des femmes ont une homonyme). Il est vrai que ces généalogies sont presque deux fois plus fournies que celles reconstituées à partir de la liste de Saint-Amand de Courtrai (16,5 individus par généalogie à Saint-Sauveur d'Ename, 18 à Saint-Pierre contre 5,5 à Saint-Amand de Courtrai37.)

52Pourtant, certains noms féminins (germaniques aussi bien que non germaniques) se répètent dans de nombreux groupes familiaux de Saint-Amand de Courtrai, et avec parfois une probabilité significativement plus forte que les mêmes noms dans l'ensemble de la liste.

Figure 5-1. Diffusion des noms féminins germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles

Figure 5-1. Diffusion des noms féminins germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles

Figure 5-2. Diffusion des noms féminins non germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles

Figure 5-2. Diffusion des noms féminins non germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles
  • 38 Étant entendu qu'il s'agit dans ce cas de la proportion parmi les porteuses d'un nom de même origi (...)

53Ces figures permettent de comparer, selon la nature germanique ou non des noms, d'une part la proportion de femmes portant un nom réitéré dans les familles où au moins deux femmes portent le même nom, et d'autre part la proportion des femmes qui, dans l'ensemble de la liste de Saint-Amand de Courtrai, portent ce nom38. Chaque triangle correspond à un groupe familial où le nom est répété ; la proportion (pour un nom et un groupe familial donnés) renvoie au pourcentage des femmes du groupe qui le portent ; les carrés représentent la fréquence de ce nom dans l'ensemble du document (parmi les porteuses des noms de même origine).

  • 39 Le groupe de parents correspondant est identifié gf19 sur la figure 5-1. Par ailleurs, les 4 occur (...)
  • 40 Note de l'éditeur : La dimension moyenne des groupes de parents identifiés dans la liste de Saint- (...)

54Ainsi le nom Mathildis est enregistré quatre fois dans un groupe familial comprenant 13 personnes39. Sur ces 13 femmes apparentées, 10 portent un nom germanique : 40 % des femmes porteuses d'un nom germanique dans ce groupe se nomment donc Mathildis (nom qui, de surcroît, est le seul à être utilisé dans 1 e groupe plus d'une fois)40. Il est possible de supposer que cette répétition a quelque raison d'être. Il est vrai que cette famille habite le village de Morcelis, où le nom de Mathildis (sous la forme Magtelt) est particulièrement populaire : il est réitératif dans deux autres familles du même village. Ce nom se répète dans certaines familles des autres villages, mais beaucoup moins.

55Ce nom se répète-t-il souvent dans le village de Morcelis parce qu'il était apprécié chez tous les habitants du village, ou semble-t-il être plus répandu parce qu'il était plus souhaitable (héréditaire ?) dans certaines familles ? Poser cette question revient à chercher à résoudre le problème suivant : qui jouait le rôle le plus important dans le choix et la diffusion des noms (consciemment ou non), la famille ou les voisins ?

Les traditions de la famille et l'influence du voisinage

  • 41 Dans ce village, Mathildis est très majoritairement enregistré sous la forme Magtelt (14 occurrenc (...)

56Parmi les femmes qui habitaient le village de Morcelis, 16 portent le nom de Mathildis41 ; on rencontre ce nom :

  • dans huit groupes familiaux : une fois ;
  • dans deux groupes familiaux : deux fois ;
  • dans un groupe familial : quatre fois.
  • 42 Les groupes familiaux identifiés ne sont (très certainement) pas liés par des relations de parenté (...)

57Ainsi, alors que le document permet d'identifier au total 20 groupes familiaux à Morcelis, le nom Mathildis est présent dans 11 d'entre eux ; 3/11 abritent la moitié des femmes portant ce nom — ce sont les groupes où ce nom est répété —et 8/11 abritent l'autre moitié des Mathildis — celles qui n'ont pas d'homonymes au sein de leur groupe de parents42. Donc, pour ce village, la question reste sans réponse.

  • 43 Note de l'éditeur : Un premier tri est fait suivant la nature germanique ou non germanique des nom (...)

58Mais essayons de trouver la réponse en utilisant la totalité du document sans limiter l'analyse au village de Morcelis. Scindons la liste des noms en deux, en rassemblant dans un premier ensemble (avec l'indication « X ») toutes les femmes qui appartiennent à des familles où existent des homonymes, et dans l'autre (avec l'indication « Y ») toutes celles qui appartiennent à des familles où les noms ne se répètent jamais. La figure 6 montre le niveau de diffusion des noms les plus fréquents dans chaque ensemble « X » et « Y », en comparaison avec leur fréquence dans l'ensemble du document (en distinguant selon la nature germanique ou non des noms43.)

Figure 6-1. Diffusion des noms germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai

Figure 6-1. Diffusion des noms germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai

Figure 6-2. Diffusion des noms non germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai

Figure 6-2. Diffusion des noms non germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai

59L'hypothèse est la suivante : si ces noms ont une fréquence plus grande dans les familles sans homonymie interne que dans les familles où certains noms se répètent, il est probable que le choix du nom subissait les influences de « la mode » plutôt que celles des traditions familiales. Et au contraire, si le niveau de diffusion de ces noms était plus grand dans l'ensemble des familles où l'on trouve les noms réitératifs (héréditaires ?), on peut penser que le choix du nom était fait — au moins dans certaines familles — selon les traditions familia-les, et que le processus de diffusion était le suivant : certains noms devenaient héréditaires dans quelques familles, après quoi ils pouvaient se répandre dans leur voisinage aussi.

60La réalité était beaucoup plus compliquée et les deux processus coexistaient. Certains noms (parmi les noms germaniques : Aua, Imma, Mathildis ; et parmi les noms non germaniques : Elisabeth, Mabilia, Margareta) semblent s'être répandus parmi les habitants des villages étudiés en se transformant en noms héréditaires dans quelques familles. Mais d'autres noms appréciés semblent s'être diffusés largement, tout simplement par « effet de mode » car, comme le montrent les figures, ils étaient dispersés et n'étaient jamais concentrés dans quelques groupes généalogiques définis.

61D'autre part, rendant plus difficile la différenciation des deux processus, la plupart des familles choisissaient les noms familiaux et héréditaires parmi les noms très répandus et « à la mode ». Mais certaines famille, au sein du même village, préféraient, comme noms réitérés en leur sein, des noms rares. Pour quelles raisons ? Influence de facteurs « extérieurs » ou mise en œuvre de pratiques familiales spécifiques ?

62Par exemple, dans un même groupe familial du village de Morselede, deux noms germaniques, Alit et Fresent, se répètent (sont héréditaires ?) et sont portés par deux femmes. Portés sous cette forme, ces noms ne se retrouvent (à Morselede) que dans ce groupe. Et dans toute la liste de Saint-Amand de Courtrai, il n'existe qu'une seule autre occurrence de Alit et aucune de Fresent. A Morselede encore, dans un autre groupe familial, le nom de Celia (forme courte du nom latin Cecilia) est également répété. Ce nom est porté, sous la même forme, par une seule autre femme du village (dans un autre groupe familial) et n'est attesté ailleurs qu'à une reprise.

  • 44 La composition de ce groupe est donné supra p. 223.
  • 45 Cf. supra p. 223. Les lexèmes héréditaires sont indiqués en caractères gras.

63Les listes de noms des formations familiales plus vastes, qui pouvaient incorporer plusieurs groupes familiaux et dont les membres pouvaient habiter dans les villages voisins, présentent un intérêt tout particulier pour cette recherche. L'un de ces groupes est celui déjà évoqué des de Agro44. Le répertoire des noms de ce groupe a enregistré le passage d'un système anthroponymique à un autre. Les noms des représentantes des générations aînées sont formés selon l'ancien système anthroponymique germanique : ils réunissent, selon des associations variées, les lexèmes héréditaires finaux (ici -borg ;-send) et initiaux (herc-, ingel-, etc.)45. Mais les noms des générations cadettes sont choisis selon l'autre principe : un ou plusieurs noms germaniques ou non germaniques sont transmis entièrement, sans partition du nom et réorganisation des lexèmes. Dans cette généalogie, on trouve des noms réitératifs parmi les noms germaniques (Berta, Gertrudis, Mathildis) comme parmi les noms non germaniques (Mabilia, Margareta et Celia). Aux autres générations, plus récentes (en particulier dans la généalogie de Mabilia \de Agro/, écrite plus tard que les autres par la main « C »), les noms germaniques sont « écartés » — au moins partiellement — au profit de noms non germaniques (Mabilia, Margareta), qui appartenaient aux noms les plus « à la mode » dans le village de Morcelis où habitaient les descendants de Mabilia \de Agro/.

Conclusion

64Le comportement anthroponymique des familles de sainteurs (le choix des noms et la transmission de certains noms de génération en génération) est déterminé, comme on pouvait le supposer, par plusieurs facteurs. En premier lieu c'est l'appartenance à la même communauté ethnoculturelle. Au nord de l'Europe, et en particulier en Flandre, les traditions anthroponymiques germaniques l'emportent sur les traditions romaines et même chrétiennes. Le cercle des noms préférés par les familles n'est pas restreint aux noms bibliques, mais au contraire, dans la plupart des cas, est constitué de noms germaniques, « barbares ». Dans les territoires de la Flandre, les traditions régionales existent aussi. Mais les corpus de noms utilisés par les sainteurs habitant des villages proches ne coïncident pas toujours parfaitement : ils dépendent aussi considérablement des traditions locales, des voisins.

  • 46 Note de l'éditeur : Le document de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai n'indiquant que les filia (...)

65Le comportement anthroponymique des sainteurs n'est sans doute pas déterminé seulement par ces motifs extérieurs, et il faut aussi tenir compte des traditions familiales. Ces traditions varient d'une famille à l'autre. Les noms utilisés dans chaque famille sont très variés. Presque la moitié des noms sont rares, parfois même uniques. Mais certaines familles, dans le même village, préfèrent comme noms héréditaires ceux qui sont les plus « à la mode », différents d'une famille à l'autre, tandis que d'autres adoptent plus volontiers des noms singuliers, ou rarement portés dans le reste de la population. Il n'est pas exclu que les traditions de dénomination de certaines familles aient influencé considérablement les représentations anthroponymiques populaires et diffusé plus largement certains noms46.

Annexes

ANNEXE

I. Répertoires comparatifs des noms (les plus répandus) dans les cinq villages principaux

Tableau I-1. Noms d’origine germanique

Beueslera

Gudelghem

Ledeghem

Morcelis

Morselede

79.Aua

 ?

28.Aua

2.Aua

56.Aua

79.Aua

 ?

28.Aua

2.Aua

57.Aua

82.Aua

 ?

33.Aua

4.Aua

62.Aua

33.Aua

7.Aua

62.Aua

39.Aua

7.Aua

65.Aua

40.Aua

8.Aua

65.Aua

42.Aua

8.Aua

65.Aua

47.Aua

11.Aua

65.Aua

54.Aua

12.Aua

65.Aua

17.Aua

69.Aua

18.Aua

87.Aua

19.Aua

87.Aua

80.Berta

 ?

33.Berta

1. Berta

56.Berta

82.Berta

 ?

37.Berta

10.Berta

60.Berta

37.Berta

18.Berta

66.Berta

45.Berta

48.Berta

52.Berta

54.Berta

55.Berta

4.Bertelt

64.Bertild

7.Bertelt

10-Bertelt

13.Bertilt

 ?

21.Didala

33.Didala

13.Didala

59.Didala

35.Didala

 ?

64.Didala

37.Didala

 ?

65.Didala

38.Didala

 ?

65.Didela

40.Didala

46.Didela

47.Didela

53.Disdeldis

84.Imma

25.Imma

29.Imma

7.Imma

57.Imma

27.Imma

29.Imma

 ?

61.Imma

43.Imma

 ?

62.Imma

54.Imma

 ?

63.Imma

54.Imma

65.Imma

54.Imma

66.Imma

55.Imma

 ?

22.Ermengart

38.Ermengart

13.Ermengard

 ?

22.Ermengart

42.Ermengart

20.Ermengart

 ?

23.Ermengart

54.Ermengar1

 ?

23.Ermengart

Beueslera

Gudelghem

Ledeghem

Morcelis

Morselede

81. Versend

21.Versend

41.Versend

 ?

61.Versendis

26.Versend

 ?

 ?

65.Versend

25.Versin

 ?

 ?

65. Versend

87.Fresent

87.Fresent

83.Gertrudis

22.Gertrudis

33.Gertrudis

5.Gretrud

56.Gertrudis

84.Trisa

33.Gertrurd

14.Gertrudis

56.Gedrudis

37.Ger1rudis

15.Gertrudis

60.Gertrudis

39.Gertrudis

16.Gherdert

63.Gertrudis

42.Gertrudis

68.Gertrudis

69.Truda

81.Godelif

 ?

 ?

14.Godelif

56.Godelif

60.Godelif

66.Godelif

67.Godelif

 ?

 ?

33.Godelt

7.Godelt

57.Godelt

33.Godelt

66.Godelt

42.Godelt

50.Godelt

46.Gheila

3.Ghela

84.Heile

35.Heila

16.Heila

65.Heila

68.Heila

80.Helewidis

40.Helewedis

3.Helüidis

 ?

40.Helewidis

7.Helewidis

40.Helewidis

48.Helewidis

21.Helewif

32.Helewll

2.Helewif

62.Helewif

27.Helew »

43.Helewif

5.Heleuif

66.Helew »

45.Helewif

8.Helewif

66.Helewit

53.Helewif

8.Helewif

13.Helewif

13.Helewif

79.Liedw »

 ?

37. Liedwif

19.Ledewif

56.Liedew »

81.Liedwif

52. Liedewif

59.Liedwif

65.Liedewif

65.Liedwif

87.Leduif

 ?

21.Magtelt

29.Magtelt

5. Magtelt

56.Maqtelt

 ?

22. Magtelt

39.Magteldis

7. Magtelt

57.Magtildis

39.Magtelt

8.Magtelt

57.Maqtildis

39.Magtelt

8.Magtelt

63.Mathildis

9.Mathildis

67.Maqtelt

32.Meindale

10.Magtelt

69.Magteldis

34.Meindale

11.Magtelt

42.Meindala

11.Magtelt

49.Meindale

12.Magtelt

55.Meindale

14.Mattildis

17.Magtelt

18.Magtelt

19. Magtelt

19,Magtelt

19. Magtelt

19.Magtelt

Tableau I-2. Noms d’origine non germanique

Beueslera

Gudelghem

Ledeghem

Morcelis

Morselede

33.Agnes

12. Agnes

65.Agnes

39.Agnes

14. Agnes

87.Anes

41.Agnes

 ?

87.Cristiana

31.Kerstina

 ?

66.Kers1ina

43.Kerslina

47.Kerstina

54.Kerstina

21.Mabilia

41.Mabilia

5.Mabilia

56.Mabilia

 ?

6.Mabilia

 ?

 ?

7.Mabilia

 ?

 ?

9.Mabilia

 ?

 ?

9.Mabilia

10.Mabilia

11.Mabilia

17.Mabilia

19.Mabilia

23.Margareta

30.Margareta

9.Margareta

63.Margareta

24.Margereta

9.Margareta

79.Greta

 ?

9.Grieta

57.Grieta

83.Greta

69.Grieta

83.Grieta

87.Grita

II. Dictionnaire des formes et graphies des noms les plus répandus et formes lemmatisées correspondantes

Tableau II-1. Noms d’origine germanique

Tableau II-1. Noms d’origine germanique

Tableau II-2. Noms d’origine non germanique

Tableau II-2. Noms d’origine non germanique

Notes

1 M. Bloch, « Noms de personne et histoire sociale », Annales d'histoire économique et sociale, t. IV, 1932, p. 67 ; L. Febvre, « De la Renaissance à la Contre-Réforme, changement de climat ? », Annales d'histoire sociale, 1941, p. 47.

2 Cf. la bibliographie dans l'article : P. Sh. Gabdrakhmanov, « "Makro" et "mikro" v sovremennikh istori-anthroponimitcheskikh issledovanijakh » ["Macro" et "micro" dans les recherches historiques et anthroponymiques contemporaines], in : Istorik v poiske. Mikro-I makropodkhodi k izutcheniu prochlogo [L'historien en quête. Méthodes de "macro-" et "micro-" recherche des études historiques, Actes du colloque, 5-6 octobre 1998], Moscou, 1999, p. 133-142 (en russe).

3 Par exemple : I. Strubbe, « Een twaalfdeeuwsche lijst van vrijgewijden uit West-Vlaanderen », Annales de la Société d'Émulation de Bruges, t. 76, Bruges, 1934, p. 137-146.

4 Conformément à l'usage, les propositions de restitution pour les lacunes sont indiquées entre crochets [ ].

5 Note de l'éditeur : Nous avons pris le parti de ne pas restituer la gestion des initiales en minuscule et majuscule tel que pouvait la suggérer le manuscrit. Nous avons donc appliqué aux noms de personnes et aux noms de lieux les règles habituelles de la transcription et avons fait figurer les initiales en majuscule. On observera cependant, au moins pour la partie du texte que donne à voir le fac-similé, que cette gestion est complexe et que les scribes adoptent volontiers la minuscule, en particulier pour les surnoms de lieu.

6 Note de l'éditeur : À propos des surnoms en interligne, voir M. Parisse, « Sur-noms en interligne », in M. Bourin et P. Chareille (éd.), Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, t. III, Enquêtes généalogiques et études prosopographiques, Tours, Publications de l'Université de Tours, 1995, p. 7-24.

7 Note de l'éditeur : de Agro étant inscrit au dessus du nom Mabilia (cf. fac-similé), nous avons choisi de le considérer comme un complément de désignation et l'avons placé entre deux barres obliques après le nom, suivant en cela les recommandations données pour l'édition des textes médiévaux (e.g. F. Vieillard et O. Guyotjeannin (éd.), Conseils pour l'édition des textes médiévaux. 1, Fascicule I : conseils généraux, Paris, Éd. du CTHS/École nationale des Chartes, 2001, p. 80). On observera en outre que, dans le cas présent, c'est la graphie « de agro » (en lettres minuscules) qui est utilisée par le scribe.

8 Cf. par exemple la liste des noms des femmes du village de Ledenghem où un groupe de six noms (ci-dessous en gras) réapparait plus bas dans le même ordre parmi les habitantes du village de Morselede :
In Ledenghem. [...]
Godelt. Berta (Rufa). Agnes. Didala. Alborg. Ermentrudis. Godelt. Gertrurd. Inghelwara. Gertrudis. Aua. Celia. Lismod . Aua.fi. Berte (Rufe).
In Morselede.
Inghelborg de Agro. Volsent. Mabilia f. Berta. Godelif. Peronela. Celia. Marina....a. Gertrudis. Inghelware. Gertrudis. Aua. Celia. Lismod . Liedewif. soror Celie. Magtelt. Clemma. [Be]atris.

9 Il s'agit d'une catégorie de paysans dépendants de l'église. Toutefois, malgré toutes les recherches sur les particularités du statut social des sainteurs, il reste encore plus de questions que des réponses. Pour les essentiels points de vue et la bibliographie voir : P. Duparc, « La question des “sainteurs” ou hommes des églises », Journal des Savants, armée 1972, janviermars, p. 25-48 ; A.-M. Helvetius, « Les Sainteurs de l'abbaye de Crespin, du Xe au XIIIe siècle », Revue belge de philologie et d'histoire, 1988, t. LXVI, no 2, p. 231-249.

10 La liste a été éditée plusieurs fois. La dernière édition : « Lijst van hoofdcijnsplichtigen (rond 1212-1223) », in : Het oudste goederenegister van de Sint-Baafsabdij te Gent (Eerste helft XIIIe eeuw), M. Gysseling & A. Verhulst (éd.), Bruges, (Université de Gand, Travaux publiés par la faculté des Lettres, 132),1964, p. 96-98.

11 « Liste de tributaires de l'abbaye de Saint-Pierre de Gand. (s.d.) [XIII s.] (orig.) », in : Chartes et documents de l'abbaye de Saint-Pierre au Mont-Blandin à Gand depuis sa fondation jusqu'à sa suppression, publ. par A. Van Lokeren, Gand, 1868, t.1, no 391 (9), p. 212.

12 « Verzeichnis von Schutzhörigen des Klosters Sankt Peter bei Gent (ante 1239) », in : Flandrische Staats-und Rechtsgeschichte bis zum Jahre 1305, hrsg. L.A. von Wamkoenig, Tübingen, 1839, Bd. III, Abt. 2, no XX, p. 19.

13 De onuitgegeven oorkonden van de Sint-Salvators-abdij te Ename voor 1200, L. Milis (éd.), Bruxelles, Palais des Académies, (Collection de chroniques belges inédites..., 61), 1965, no 7 (3), p. 9.

14 Ibidem, no 6, p. 8.

15 « Noms de ceux qui dépendent de l'avouerie de l'église de Bourbourg. (s.d.) [1250-1300] », in : Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame de Bourbourg, éd. par J. de Coussemaker, t. 1, no CCXXII, p. 224-226.

16 On observe toutefois que les relations familiales sont fixées beaucoup plus régulièrement dans les notices plus tardives. Ces indications complètent et précisent les liens entre les parents décrits dans le texte. Par exemple :
Ghisela. Imma (fi.) Versin (fi. Imme) et Ida. Maisendisfi. (Versin).

17 Cf. P. Gabdrakhmanov, « Semeinye tradizii srednevekovyh krestjan v otrazhenii ih rodoslovnyh (Flandria, XII v.) » [Traditions familiales des paysans médiévaux d'après leurs généalogies. Flandre, XIIe siècle], in : Tchelovek v krougu semji. Otcherki po istorii tchastnoj zhizni v Europe do mtchala novogo vremeni [L'homme dans son cercle familial. Essais sur l'histoire de la vie privée en Europe jusqu'au temps moderne], dir. Y. Bessmertny, Moscou, 1996 (en russe), p. 209-238 ; Idem, « Imja, semja I familia : k voprosu o sozial'nyh ramkah tchastnoj zhizni srednevekovogo prostoljudina » [Nom, famille et familia : le cadre social de la vie privée de l'homme au Moyen Age], in : Srednije veka, t. 62, Moscou, 2001 (sous presse) ; idem, « Hochmittelalterliche Schutzhörige im Kreis ihrer Ahnen und Nachkommen nach einigen Genealogien des 12. Jahrhunderts », in : Das Individuum und die Seinen. Individualität in der okzidentalen und in der russichen Kultur in Mittelalter und früher Neuzeit, hrsg. Y. Bessmertny und O. Oexle (Veröffentlichungen des Max-Planck-Institut für Geschichte, 163), Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 2001, p. 59-75.

18 Nous avons fondé nos calculs des remplacement des générations maternelles par les générations des filles d'après ces données sur ce principe. Cf. : P. Gabdrakhmanov, « O regime demografitcheskogo vosproizvodstva krestjanstva Severnoj Franzii v XI-XII vv. (po dannym krestjanskih genealogij » [Sur le régime de reproduction démographique de la paysannerie en France du Nord aux XIe-XIIe siècles d'après les généalogies paysannes], in : Istoritcheskaja demografija dokapitalistitcheskih obschestv Zapadnoj Evropy : problemy issledovanija [Démographie historique de l'Europe occidentale à l'époque précapitaliste], dir. Y. Bessmertny, Moscou, 1988, p. 110-134 (en russe).

19 Cf. P. Gabdrakhmanov, Semeinye tradizii..., p. 214-216.

20 Note de l'éditeur : La condensation (nombre moyen d'individus par nom) est un indicateur qui peut être utilisé pour évaluer la richesse d'un corpus de noms lorsqu'il s'agit de comparer des échantillons de tailles voisines.

21 Note de l'éditeur : Les valeurs proposées supposent arrêtée une liste effective des noms identifiés dans chaque document. Cette liste n'est jamais simple à établir puisque se pose, à un moment ou à un autre, le problème de la lemmatisation. Les calculs reposent ici sur une « lemmatisation douce » des noms. Ainsi, Alis se présente dans l'ensemble du corpus sous 4 graphies différentes : Alis, Alit, Alix et Aliz. De même, le nom Heila se rencontre sous les formes : Heila, Heile, Hela, Helia, Heyla, Hiela (6 formes au total), celui de Mathildis sous 7 formes différentes : Magteldis, Magtelt, Magthild, Magtildis, Mathildis, Matildis, Mattildis. Bien sûr, ces différentes formes d'un même nom n'ont pas toute le même poids (certaines sont plus fréquentes que d'autres). Il est un autre niveau de lemmatisation possible, qui conduit par exemple à regrouper Gertrudis et sa forme diminutive Truda, ou Heila et Gheila, ou bien Mabilia, Maba, Marba et Moba, ou encore Elisabeth, Isabella, Lisa et Bela. Ce niveau correspond à une « lemmatisation forte » ; il est celui retenu pour l'établissement des palmarès de noms et les comparaisons entre monastères ou entre villages (cf. infra).

22 Note de l'éditeur : Les noms attestés une seule fois sont des hapax. Un nom peut être un hapax pour l'un des documents (i. e. l'un des monastère) mais ne pas être un hapax pour l'ensemble. En revanche, un hapax pour l'ensemble est un nom qui n'est attesté que dans un seul des monastères étudiés et dont il n'existe qu'une unique occurrence.

23 Les données du tableau 2 permettent d'effectuer ce calcul : à Saint-Amand de Courtrai (par exemple), on dénombre 53 hapax ; 53 femmes portent donc un nom qu'aucune autre ne porte dans la familia de ce monastère soit, en proportion, 53/185 femmes, soit encore 10,9 %.

24 Note de l'éditeur : Les calculs sont faits ici après « lemmatisation douce ». Si l'on tient compte de toutes les graphies possibles d'un même nom, les hapax sont nécessairement plus nombreux. Par ailleurs, le nombre élevé de noms attestés une seule fois et le peu d'individus que ces noms permettent de désigner au total n'est pas un résultat propre au corpus flamand ; il concerne, peu ou prou, l'ensemble des corpus anthroponymiques médiévaux.

25 Note de l'éditeur : Les palmarès sont établis après « lemmatisation forte » (sur cette notion, cf. supra note 21).

26 Note de l'éditeur : On trouvera en annexe II-l les différentes formes et/ou graphies rencontrées dans les documents pour chacun de ces noms.

27 Le rapport tombe à 8,2 % si l'on prend en compte toutes les femmes identifiées dans les quatre familia des monastères (sans tenir compte de l'origine de leur nom, soit 1220 individus).

28 Cf. supra tableau 2 : 33 = 118 - 85. Pour l'ensemble des quatre monastères, les noms germaniques sont deux fois plus nombreux que les autres (159 vs 82).

29 Note de l'éditeur : On trouvera en annexe II-2 les différentes formes et/ou graphies rencontrées dans les documents pour chacun de ces noms.

30 Le rapport tombe à 4,6 % si l'on prend en compte toutes les femmes identifiées dans les quatre familia des monastères (sans tenir compte de l'origine de leur nom, soit 1220 individus).

31 Note de l'éditeur : Cette proximité est accentuée par les regroupements de formes et de graphies imposés par la lemmatisation. À observer les choses dans le détail, on constate ainsi qu'à Saint-Sauveur d'Ename, on trouve le nom (lemmatisé) Adela sous les formes Adela, Adelend, Alis, Alix, Aliz et Alitia ; à Saint-Bavon et Saint-Pierre de Gand ce sont les formes et graphies Adalicia, Adelisa, Adelise, Adelizen, Adeleida, Adelend, Aelidis, Alisa qui sont utilisées ; et à Saint-Amand, on trouve les formes Addis, Adelisa, Adala, Adela, Adele, Adelend, Adelent, Adelidis, Adeldis, Adelildis, Alit. Les pourcentages indiqués dans les tableaux 3 et 4 (et dans les figures infra) ne tiennent pas compte de ces « variantes locales » et dénombrent ensemble toutes les formes de ce qui est présumé correspondre au même nom (« lemmatisation forte »).

32 Dans la liste de Saint-Amand de Courtrai, aucun élément ne permet de distinguer les femmes qui seraient de statut libre de celles qui seraient de statut servile. Quand la distinction est possible (i. e. dans les généalogies de Saint-Pierre de Gand et de Saint-Sauveur d'Ename), on constate que les caractéristiques démographiques des généalogies des libres sont très différentes de celles des généalogies des serfs, mais que les caractéristiques anthroponymiques restent très voisines. Cf. références supra note 17.

33 Le nom Aua regroupe les formes et graphies Ava, Aua, Avina, Auina et Auuelina. Pour l'ensemble des lemmatisations, se rapporter au tableaux qui figurent en annexes II et III.

34 On dénombre 30 femmes nommées à Beueslera, 28 à Gudelghem, 117 à Ledenghem, 110 à Morcelis, et 113 à Morselede. Aucun des 10 autres lieux recensés dans le document ne mentionne plus de 15 femmes.

35 Note de l'éditeur : L'étude statistique des palmarès des noms de ces 5 villages confirme la spécifité de celui de Morcelis où Mathildis (en particulier sous sa forme Magtelt) et Mabilia ont en effet une fréquence particulièrement forte. En revanche, les résultats sont moins nets pour Gudelghem où l'échantillon est petit et où la lemmatisation accentue l'impression de spécificité.

36 Note de l'éditeur : Les calculs sont faits après « lemmatisation douce » des noms (cf. supra note 21). Les résutats sont peu différents avec une « lemmatisation forte » (la proportion de groupes familiaux concernés passe de 31,5 % à 32,6 % et celui des femmes qui ont une homonyme dans leur famille de 19,4 % à 21,2 %).

37 Cette différence tend à montrer que les listes n'apportent que des bribes d'information généalogique, les liens familiaux entre les personnes étant peu explicités.

38 Étant entendu qu'il s'agit dans ce cas de la proportion parmi les porteuses d'un nom de même origine (germanique ou non germanique, selon le cas).

39 Le groupe de parents correspondant est identifié gf19 sur la figure 5-1. Par ailleurs, les 4 occurrences du nom Mathildis correspondent toutes à la forme Magtelt.

40 Note de l'éditeur : La dimension moyenne des groupes de parents identifiés dans la liste de Saint-Amand de Courtrai est un peu faible (5,5) pour qu'on puisse s'appuyer sur la seule lecture de la figure. Si, dans un groupe de trois femmes (portant toutes un nom d'origine germanique), deux se nomment Mathildis, la probabilité de répétition du nom est alors de 66,7 %, forcément très supérieur à la proportion de Mathildis dans l'ensemble de la population des porteuses de noms germaniques à Saint-Amand de Courtrai.

41 Dans ce village, Mathildis est très majoritairement enregistré sous la forme Magtelt (14 occurrences sur 16). Les deux autres occurrences correspondent aux formes Mathildis et Mattildis.

42 Les groupes familiaux identifiés ne sont (très certainement) pas liés par des relations de parenté puisque, dans la liste, ils correspondent à des groupes de noms distincts, visiblement séparés.

43 Note de l'éditeur : Un premier tri est fait suivant la nature germanique ou non germanique des noms. Les femmes sont en fait réparties en quatre ensembles : un ensemble de 185 unités où sont réunies les femmes appartenant à des familles où au moins un nom germanique est répété (« X ») ; un ensemble de 193 unités où sont réunies les femmes appartenant à des familles où les noms germaniques ne sont jamais répétés (« Y ») ; un ensemble de 32 femmes appartenant à des familles où au moins un nom non germanique est répété (« X' ») et un dernier ensemble de 75 femmes appartenant à des familles où les noms non germaniques ne sont jamais répétés (« Y' »). Une famille dans laquelle figurent des femmes portant des noms germaniques et non germaniques, ce qui est le cas le plus fréquent, a donc des membres présents dans deux des quatre ensembles.

44 La composition de ce groupe est donné supra p. 223.

45 Cf. supra p. 223. Les lexèmes héréditaires sont indiqués en caractères gras.

46 Note de l'éditeur : Le document de la prévôté de Saint-Amand de Courtrai n'indiquant que les filiations matrilinéaires, on ne peut exclure que le port d'un nom nouveau dans une famille ne soit dû, non pas à un phénomène de mode, mais à une transmission par le père, celui-ci apportant son répertoire familial de noms féminins.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Titre Tableau 1. Caractéristiques démographiques des listes et des généalogies de sainteurs
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre Tableau 2. Caractéristiques anthroponymiques des listes et des généalogies de sainteurs
Légende Note 2222
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre Figure 1. Fréquences par monastère des noms féminins germaniques les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Figure 2. Fréquences par monastère des noms féminins non germaniques les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 110k
Titre Figure 3. Fréquences par village des noms germaniques les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre Figure 4. Fréquences par village des noms non germaniques les plus répandus
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 5-1. Diffusion des noms féminins germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 81k
Titre Figure 5-2. Diffusion des noms féminins non germaniques les plus répandus en fonction de leur réitération dans certaines familles
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Titre Figure 6-1. Diffusion des noms germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Figure 6-2. Diffusion des noms non germaniques les plus fréquents dans deux parties distinctes de la liste de Saint-Amand de Courtrai
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Tableau II-1. Noms d’origine germanique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau II-2. Noms d’origine non germanique
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16558/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Auteur

Académie des Sciences de Russie, Institut d'Histoire Universelle, Moscou

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search