Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-1 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

À L'époque carolingienne

Colons et serfs dans le polyptyque d'Irminon. Quelles différences anthroponymiques ?

Monique BOURIN et Pascal Chareille

Texte intégral

  • 1 Plus généralement sur les études récentes concernant les polyptyques, voir l'étude de Yoshiki Morim (...)
  • 2 On pourra trouver, cependant, ici et là, dans cet article, l'écho lointain de controverses, par exe (...)
  • 3 Konrad Elmshaüser et Andreas Hedwig, Studien zur Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Cologne-We (...)
  • 4 Sur l'anthroponymie dans le polyptyque d'Irminon, voir, depuis la parution de l'édition allemande d (...)
  • 5 Qu’il trouve ici l'expression de notre reconnaissance. Il n'est évidemment pas responsable de nos é (...)

1L'un des documents les plus célèbres du Moyen Âge, le polyptyque dit d'Irminon, a évidemment donné lieu à une multitude d'études1. Le propos de celle-ci est limité à la comparaison des formes et pratiques anthroponymiques des serfs et des libres2. La réédition récente par Dieter Hägermann et l'étude du document menée par Konrad Elmhaüser et Andreas Hedwig3 ont été une aide considérable, de même que les conseils que Dieter Geuenich et son équipe nous ont donnés pour utiliser la lemmatisation des noms germaniques4. La version définitive de ce texte doit beaucoup à la lecture vigilante qu'en a faite Jean-Pierre Devroey5.

2Malgré l'abondante bibliographie, ancienne et récente, bien des problèmes subsistent à qui s'attaque aux données fournies par le polyptyque, notamment sous l'angle de l'anthroponymie et des statuts des personnes. Le polyptyque semble en effet obéir à plusieurs logiques, où se mêlent, entre autres, celle de la répartition des biens et des personnes et celle de leur statut. Un exemple parmi d'autres, celui de Villemeux (bref IX : de Villamilt), permet, non pas de démêler ces logiques, mais au moins d'en montrer l'imbrication et les difficultés qui en résultent. S'enchaînent :

    • 6 Sont ainsi dénombrées quatre églises : deux à Villamilt (Villemeux), une à Bolido (Boullay-Thierry) (...)

    une description des possessions indominicales [1], suivie de l'énoncé des moulins [2&3] et des églises [4-7]6 ;

    • 7 Les decania correspondent à des circonsciptions administratives qui permettent de classer les biens (...)

    puis des manses de tenanciers qui habitent Villamilt [9-26] (isti (...) manent in Villamilt), précédés cependant par une tenure à Theodulfivilla7 [8] ;

  • Viennent ensuite des séries de manses de statuts divers classés sous des sous-titres de localisation (de Flogil Villa, de Levenfontana,..., de Fontanella [27-292]). Cette longue énumération est interrompue par :

  • des « décanats » (de decania Uuarimberti, de decania Giuroldi, etc.) qui indiquent d'abord les tenanciers de statut colonaire (aux résidences éparpillées, l'un résidant par exemple in Villamilt [145], in Ulmido [148], l'autre in Colrido [149], etc. pour chacun des doyennés) ;

  • des listes de noms d'hôtes (p. ex. [141]) ;

    • 8 De mansibus servilis de decanía Giuroldi se présente comme un titre de rubrique, de sorte qu'il n'e (...)

    des séries de manses serviles classés dans une decania8 (« de mansibus servilis de decania Giuroldi » [212-221] 8), les décanats étant décrits dans m ordre qui ne reprend pas le précédent ;

3Viennent alors des listes dont certaines reprennent partiellement et sous des formes parfois légèrement différentes les noms des tenanciers précédemment nommés, mais pas complètement (certains tenanciers semblent manquer, d'autres apparaître) ; elles indiquent le paiement d'un chevage « isti solvunt IIII denarios de capite suo » [293] ; s'intercalent également là des noms de iurati, des listes d'ancillae, mais aussi de lidi ou lidae rattachés à m decania [294-298 & 300-302].

  • 9 Ces deux nombres, 8455 et 870 précisément, sont obtenus en excluant de l'ensemble des occurrences a (...)
  • 10 La comparaison des noms des personnes nommées hors listes avec ceux des individus mentionnés dans d (...)
  • 11 Cette hypothèse est proposée par Jean-Pierre Devroey.
  • 12 Ont ainsi été considérés comme des listes de noms les items suivants : bref II, [119-120] ; bref IV (...)

4Comme le montre cet exemple, l'une des premières difficultés provient de la coexistence dans le document d'une description des manses, avec leurs habitants, leurs terres et leurs redevances (environ 8500 noms) et de listes d'individus (environ 900 noms)9. Il est possible que certaines de ces listes constituent une récapitulation partielle des données précédentes, mais dans une mesure difficile à déterminer et qui n'est certainement pas indépendante du statut des personnes10. Elles peuvent aussi correspondre à des énumérations relevant d'une autre logique que celle motivant le reste de l'inventaire11. D'autre part, elles confondent probablement les générations — quand elles ne concernent pas que des adultes —, à la différence des descriptifs des manses qui inscrivent soigneusement les parents et leurs enfants en les distinguant et permettent une étude diachronique des noms. Malgré la qualité des informations fournies par ces listes en matière de statuts personnels — elles se composent, le plus souvent, de manière homogène d'hommes ou de femmes dont le statut est précisé (par exemple : « De capatico (...) » (bref IV, [33]) ; « Iste sunt ancille de decania Acledulfi (...) » (bref IX, [298]) ; « Isti sunt servi (...) » (bref XI, [11]) ; « Iste sunt lidae (...) » (bref XIII, [110]) ; « Isti sunt qui iuraverunt (...) » (bref XIII, [111]) ; etc.) —, nous avons choisi de ne pas les utiliser et donc de fonder notre étude exclusivement sur les données concernant les manses12.

  • 13 Le décompte des divers statuts, dans les manses (i. e. listes exclues), est le suivant :

5Pour autant les difficultés sont loin d'être résolues. Comment interpréter les lacunes du texte : les manses dont le statut n'est pas explicitement indiqué ou ne peut être présumé d'une rubrique à valeur générique ? En outre, les manses sont habités par des colons, des serfs, et des hommes et femmes qualifiés par d'autres statuts. Ceux-ci sont en général trop peu nombreux pour donner une base assez large à une étude anthroponymique comparée13.

  • 14 Soit donc au total un corpus de 8452 individus de sexe déterminé, auxquels il conviendrait d'ajoute (...)

6Listes exclues, en ne conservant donc que les indications assurées fournies par le polyptyque, ce sont 3556 femmes et 4896 hommes qui constituent notre base de données de référence14. Ces indications portent sur la désignation des personnes, la nature de leur lien avec l'abbaye et leur situation familiale. Il faut noter d'emblée que le statut des enfants n'est jamais explicite, sauf dans les cas de remariage et qu'il est parfois indéterminé pour les parents.

  • 15 Si les anthroponymies sont suffisamment différentes entre serfs et colons on pourra vérifier, dans (...)

7Dans les indications relatives au statut des personnes, les « libres », c'est-à-dire ceux qui sont explicitement désignés comme tels (liber ou libera), sont extrêmement peu nombreux. La base comparative la plus solide est coloni versus servi dans cette population de référence15. Les colons sont des hommes de l'abbaye, mais ils ne sont pas serfs. Néanmoins on ne peut faire abstraction du fait qu'il s'agit dans les deux cas de populations strictement liées au monastère.

8Malgré la grande taille de la base de données, la comparaison anthroponymique selon les statuts est loin d'être aisée : il y a trop peu de serfs dans les domaines de Saint-Germain-des-Prés. Les deux corpus, celui des colons et celui des serfs, sont très inégaux et celui des serfs trop étroits pour certaines opérations. En se limitant aux hommes et les femmes adultes (génération 1), on dénombre :

colons = 2020 coloni et 1661 colonae
serfs = 242 servi et 88 ancillae

  • 16 Le décompte bref par bref et par génération des individus nommés dans le polyptyque (et qui constit (...)
  • 17 Les évaluations ont ici été faites en s'en tenant aux indications récapitulatives proposées dans l' (...)

9Aux difficultés globales s'ajoutent celles qui tiennent à l'importance des différences entre les brefs. Ni la taille des manses, ni le nombre des tenanciers qui les exploitent, ni le statut des manses et des hommes ne sont comparables de l'un à l'autre16. Les manses serviles, toujours peu nombreux, constituent près du quart des manses à Gagny (bref IV) et un peu moins du tiers à Boissy (bref XIII). Ils sont plus nombreux encore à Nogent (bref VIII) où ils représentent 41 % des manses dénombrés, mais il n'y en a apparemment pas parmi ceux de la Celle-les-Bordes (bref III)17.

10Entre le besoin d'avoir des effectifs suffisants et le danger d'agglomérer des données dans un ensemble aux caractéristiques artificielles, la voie est étroite et le va-et-vient entre l'ensemble des données et chaque domaine en particulier est nécessaire.

I. Une anthroponymie germanique dominante et active

  • 18 Hans-Werner Goetz a montré, dans une étude rigoureuse et soignée, que la transmission des lexèmes p (...)
  • 19 On pourra en outre s'étonner de la proximité apparente des lexèmes initiaux wald-, ward-, et wand-, (...)

11Quel que soit le statut, la domination des noms germaniques est écrasante. Et le système de désignation germanique est toujours actif. Les noms, pour la plupart, sont composés de deux lexèmes, que les historiens appellent aussi racines ou thèmes, le lexème initial (ou Stammglied) et le lexème terminal (ou Endglied). De nombreuses familles pratiquent la variation thématique : ils transmettent à leurs enfants un ou deux des lexèmes, associés dans leurs noms, en les recomposant18. C'est le cas par exemple de ce couple de colons à la tête d'un manse ingénuile : « Aclehardus colonus et uxor eius colona, nomine Teudhildis, homines sancti Germani, habent secum infantes.V., his nominibus, Teuthardus, Sigebertus, Ingedrudis, Aclehardus, Haclehildis. Tenet mansum ingenuilem.I., habentem de terra arabili bun[uarium] et dimidiam antsingam, de vinea aripennum.1. et quartam partem de aripenno, de prato aúpennos.II. (...) » (bref II, [8]). Teuthardus, premier enfant nommé, hérite en premier lexème du lexème initial de sa mère (theud-) et en second lexème du lexème terminal de son père (-hard). Il n'est pas le seul de la fratrie à hériter de racines parentales puisque Aclehardus, quatrième enfant nommé, hérite du nom complet de son père (donc des deux racines qui le composent : agil- et -hard) et Haclehildis du lexème initial de son père (agil-) et du lexème terminal de sa mère (-hildi). Autre exemple, celui de ce couple à la tête d'un demi manse servile à Nouavilla : « Vuandearius lidus et uxor eins cotona, nomine Farohildis, homines sancti Germani. Isti sunt eorum infantes, Faregaudus, Faroinus, Faroardus, Uualdingus, Uuaratlinus, Uuandoildis, Uualthildis. Manet in Nouavilla. Tenet dimidium mansum servilem, habentem de terra arabili bunuaria.III. et dimidium, de prato aúpennos.II., (...) » (bref XIII, [70]). Le père transmet le premier lexème de son nom (wand-) à Uuandoildis, mais ne transmet à aucun de ses enfants — connus par le polyptyque —son lexème terminal (-hari)19. La mère transmet plusieurs fois chacune des racines qui composent son nom : le lexème initial far- donné comme Stammglied à trois de ces enfants (Faregaudus (far/gaut) ; Faroinus (far/wini) et Faroardus (far/hard)) et le lexème terminal -hildi qu'elle transmet à deux reprises comme Endglied (Uuandoildis (wand/hildi) et Uualthildis (wald/hildi)).

12Bien entendu, les situations sont très variables : il est des familles qui ne transmettent aucune racine parentale, d'autres qui ne transmettent qu'une racine ou que les racines d'un seul des parents, d'autres encore qui ne transmettent qu'à l'un des enfants, ou qui « jouent » sur la position du lexème transmis, etc. On traitera en détail de ces divers systèmes de transmission dans la partie VI.

  • 20 Ce cas de figure parfait concerne 73 des 1866 enfants porteurs d'un nom germanique à deux racines i (...)
  • 21 Au sens large, la variation thématique concerne tout lexème intégré au nom d'un ancêtre quel qu'il (...)
  • 22 Le nombre de cas s'élève à 1641 sur 2939 enfants porteurs d'un nom d'origine germanique au sens lar (...)
  • 23 Mais dans 576 cas (sur 3746), le nom d'un seul parent est connu, de sorte qu'il est probable que ce (...)
  • 24 Ces 282 familles représentent 21,5 % des 1313 groupes familiaux pour lesquels l'inventaire donne le (...)

13Si un enfant porte un nom germanique à deux racines, provenant l'une du nom de son père et l'autre du nom de sa mère, on est dans le cas de figure parfait, mais rare puisque concernant moins de 4 % des enfants20. Si on appelle variation thématique, repérable dans le document21, les cas de transmission à un enfant d'au moins un des lexèmes constitutifs du nom des parents, un peu plus de la moitié des enfants cette fois sont concernés22. On mesurera la complexité de l'analyse du phénomène de la transmission anthroponymique entre les générations si l'on ajoute que certains enfants nommés dans l'inventaire sont issus de couples pour lesquels un seul parent est identifié par son nom, et que certains parents portent un nom d'origine non-germanique, latin, grec, biblique ou autre. Il est donc plus simple d'évaluer le phénomène en négatif : sur les 3746 enfants connus par leur nom, 1912 (soit 51 %) n'héritent, à partir des données disponibles, d'aucun élément anthroponymique parental23. Évidemment, une racine peut avoir une origine familiale sans qu'elle soit parentale. C'est ce que suggère un lexème partagé entre plusieurs enfants d'une même fratrie, qui n'est porté ni par le père ni par la mère : il est ainsi 282 familles où deux enfants au moins portent un même lexème absent des noms du couple parental24.

14Malgré la difficulté de l'entreprise, et les problèmes posés par les couples où les parents sont de statuts différents, il sera possible, après avoir analysé les lexèmes constitutifs des noms, de voir si l'intensité et les formes de cette pratique différencient les serfs des colons.

  • 25 Les propositions des linguistes allemands quant à la décomposition des noms en lexèmes sont parfois (...)

15Mais avant d'observer quelles différences anthroponymiques séparent les noms des serfs de ceux des colons, il faut revenir sur quelques caractéristiques des noms dans ce polyptyque, dont certaines ont fait l'objet de discussions dans les études consacrées à ce sujet25.

Individus selon le sexe, la génération et l’origine lingustique du nom

Individus selon le sexe, la génération et l’origine lingustique du nom
  • 26 L'absence de dissociation constatée des deux lexèmes pour certains noms n'est pas une preuve suffis (...)
  • 27 Par ailleurs, il est évidemment plus simple de travailler sur l'origine linguistique des noms que s (...)

16Certes, il n'est pas toujours simple de faire la part entre les anthroponymes germaniques et les non-germaniques, constitués de noms grecs, vétérotestamentaires, néotestamentaires ou latins tels que Benedictus ou Honorata. Nous avons considéré, suivant en cela l'usage des historiens et linguistes allemands, les noms germaniques suffixés en latin comme germaniques : ainsi Gaudidus ou Bertinus. Ce sont bien souvent des hypochoristiques formés sur m seul lexème et ils sont légèrement plus nombreux pour la population féminine (4,1 % pour les hommes et 7,3 % pour les femmes). Nous avons également considéré comme germaniques les noms à une seule racine : ainsi Dodo ou Berta. Reste bien sûr des problèmes d'appréciation : un nom comme Albuinus (alb/wini) était-il reçu comme l'association de deux thèmes séparables26 ? On peut parfois douter, mais de tels noms ne constituent pas un effectif suffisant pour remettre en cause la domination et l'activité toujours présente de la variation thématique27.

  • 28 Cf. infra partie VI.
  • 29 On sait que la lemmatisation est la décomposition des noms en racines linguistiques élémentaires, p (...)
  • 30 On dénombre avant lemmatisation, soit donc en tenant compte de la variété des formes d'un même nom, (...)
  • 31 On aboutirait à un total de 209 pour les lexèmes initiaux et de 69 pour les lexèmes terminaux si le (...)
  • 32 Pour les 2007 enfants de sexe masculin qui portent un nom germanique, on dénombre 1232 noms différe (...)

17La transmission globale du nom ne se pratique guère chez les dépendants du monastère de Saint-Germain-des-Prés28. Le mode traditionnel de formation des noms germaniques fonctionne toujours au seuil du IXe siècle dans la région parisienne. Il joue sur un nombre relativement limité de lexèmes. Alors que le corpus des noms d'origine germanique est vaste puisque après lemmatisation29 on dénombre 1003 noms différents pour 2503 hommes adultes porteurs d'un nom de cette origine30, ces noms ne sont constitués que de 228 lexèmes initiaux et 75 lexèmes terminaux31. Les résultats sont d'ailleurs comparables pour la génération des enfants mâles32. Que l'examen soit fait avant ou après lemmatisation, la condensation (c'est-à-dire le nombre moyen d'individus par nom) est donc très différente pour les noms de ce qu'elle est pour les lexèmes initiaux et plus encore pour les lexèmes terminaux. Il en va de même pour la concentration (c'est-à-dire le poids des noms, des lexèmes initiaux et les lexèmes terminaux les plus fréquents) :

  • les 10 noms germaniques les plus fréquents (après lemmatisation) regroupent 6,8 % de l'effectif des adultes masculins porteur d'un nom de cette origine (tous statuts confondus) ;

  • les 10 lexèmes initiaux les plus fréquents 34,2 % ;

  • les 10 lexèmes terminaux les plus fréquents 69,6 %.

18Et il faut 185 noms (après lemmatisation) pour désigner la moitié de la population observée, mais seulement 19 lexèmes initiaux et 7 lexèmes terminaux.

19La concentration des noms est faible, le phénomène est bien connu. Mais elle est forte pour les lexèmes, surtout les lexèmes terminaux. Les assonances terminales sont donc répétitives, même si les noms eux-mêmes demeurent très variés par le jeu des associations de lexèmes.

  • 33 En partie par un biais statistique dû à la faiblesse des corpus de noms féminins.

20Le phénomène est plus net encore pour les 1805 femmes adultes porteuses d'un nom germanique puisqu'elles utilisent 753 noms différents après lemmatisation (1069 avant ce travail de décomposition en racines), ces noms étant composés à partir de 197 lexèmes initiaux et 63 lexèmes terminaux. La concentration sur les dix noms germaniques les plus portés (après lemmatisation) est de 10,2 % et les concentrations sur les dix lexèmes initiaux et terminaux les plus fréquents sont respectivement de 37,6 % et 76,3 %. Ces différences pour les divers éléments du nom sont comparables à celles observées pour les hommes, la concentration étant toujours supérieure chez les femmes. C'est là un résultat tout à fait différent de ce qu'on observe à partir du XIe siècle puisqu'en comparaison des corpus de noms masculins, la concentration des noms est alors toujours plus faible pour les femmes33.

  • 34 Pour des précisisons chiffrées, cf. infra partie VI.

21Globalement, les lexèmes terminaux sont indicatifs du sexe, même s'il en est qui sont portés par les hommes aussi bien que par les femmes. Les mères transmettent donc le leur à leurs filles et très rarement à leurs fils ; de même les pères à leurs fils34.

22Que la variation thématique soit toujours vivante pose le problème de la compréhension du sens des lexèmes : que signifie au seuil du IXe siècle, pour un paysan de la région parisienne, « athal » ou « erman » ? « hildi » est-il toujours porteur d'un sens guerrier ? Et « ragin » ? « wini » est-il toujours ressenti comme amical et « balth » comme hardi ?

23La question est importante s'il s'agit d'observer les différences anthroponymiques selon le statut. Si tant est qu'il ait existé dans un lointain passé une anthroponymie proprement servile où les mots de la guerre ou du prestige social auraient été plus rares chez les serfs, sinon interdits, que chez les libres, qu'en est-il de telles pratiques si le sens des lexèmes n'est plus compris ? Quelle autorité pourrait faire respecter par les serfs les signes anthroponymiques, vidés de leur sens quotidien, d'une macule sociale ? Les mariages entre serfs devraient certes transmettre aux enfants des thèmes « serviles », indépendamment d'une norme encore vivante et d'une autorité qui en impose le respect, mais qu'en est-il des mariages statutairement mixtes ?

  • 35 Au total, le polyptyque permet d'identifier 2060 unions. 1674 d'entre elles sont des unions avec de (...)
  • 36 Cf. Konrad Elmshaüser et Andreas Hedwig, Studien zur Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Cologn (...)

24Leur nombre35 est d'ailleurs révélateur d'une proximité sociale, bien souvent relevée, entre des paysans de statut différent certes, mais se côtoyant sur les domaines. Les serfs occupent des manses ingénuiles ou constituent une deuxième famille de tenanciers sur un manse ingénuile, mais bien plus nettement encore, les colons « envahissent » des manses serviles. Près d'un tiers des manses serviles ont comme premier tenancier nommé un exploitant de statut colonaire et la moitié une exploitante colona36.

II. Quelles différences entre les anthroponymies de colons et de serfs ?

25Les individus recensés dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés ne sont pas tous connus par leur nom. Le texte fait en effet mention, de façon plus ou moins directe, d'un nombre non négligeable d'enfants et d'adultes dont le nom est omis. Il convient d'éclaircir, autant que faire se peut, les circonstances de ces omissions. Et de s'interroger sur leur possible signification : s'agit-il d'une spécificité liée à certains brefs ? Ou à certains statuts ? L'absence du nom concerne-t-elle également hommes et femmes ?

  • 37 Il en va ainsi pour ce couple de colons à la tête d'un manse ingénuile : « Gerbertus colonus et uxo (...)
  • 38 Le texte prend tout de même soin de préciser que les enfants concernés non sunt sancti Germani.
  • 39 Sur ce point, cf. supra note 16 et infra partie III (§ B.1). Les brefs VIII, IX, XII, XIII, XIX, XX (...)

26Le plus souvent, ces « anonymes » sont des enfants. Dans ce cas, la dimension de la fratrie peut être précisée sans que ne le soit la répartition par sexe37. Les absences d'informations sur le nom et éventuellement le nombre des enfants semblent plus cat moins corrélées au statut des parents, mais dans une mesure qui reste difficile à déterminer tant les cas de figures sont nombreux. Si l'on comprend aisément le manque de précision de l'inventaire pour les enfants nés d'une mère extranea38, certaines lacunes ou imprécisions restent mystérieuses. La seule « logique » facilement identifiable est une logique domaniale, les pratiques d'enregistrement des enfants dans l'inventaire révélant de fortes différences entre les brefs39.

  • 40 La première renvoie au remariage d'une femme colone, mère de deux enfants nés d'une première union (...)
  • 41 Les autres statuts se distribuent ainsi : « advena » = 5 cas ; « ancilla » = 2 cas ; « colona » = 1 (...)

27Lorsqu'il s'agit d'adultes anonymes (48 cas), les individus concernés sont presque toujours des femmes. La règle ne connaît que deux exceptions40. Le statut de ces femmes est le plus souvent indiqué et seul leur nom fait défaut. Dans 15 des 46 cas la femme est explicitement dite extranea, et dans 4 cas elle est dite libera41.

A. Les noms des hommes adultes (colons et serfs)

  • 42 Les hapax sont les noms attestés une fois seulement dans le corpus.

28Les 2020 colons portent, avant toute lemmatisation, 1265 noms différents, dont 887 (soit 70,1 %) sont des hapax42. Les 242 serfs portent 217 noms différents ; 196 (soit 90,3 %) ne sont portés qu'une fois.

29Les 5 noms les plus fréquents chez les colons permettent de désigner 2,7 % des individus de cette catégorie. Chez les serfs cette proportion s'élève à 5,8 %. Il faut en outre un minimum de 103 noms différents pour désigner un quart de la population des colons alors que 36 suffisent chez les serfs. La concentration des noms est donc manifestement plus forte chez les serfs.

  • 43 Le taux d'homonymie est la probabilité que deux individus pris au hasard dans un corpus donné porte (...)

30Le taux d'homonymie43 est quant à lui voisin dans les deux catégories : il est de 0,08 % chez les colons et de 0,10 % chez les serfs, dans les deux cas très faible.

31Sur les 1371 noms différents portés soit par un colon soit par un serf, 111 seulement, serait-on tenté de dire, sont communs aux deux palmarès (consécutivement, 1154 ne sont portés que par des colons et 106 que par des serfs). Pour autant et eu égard à la taille différente des deux corpus, celui des colons et celui des serfs, la comparaison n'est pas simple et la mise en évidence d'éventuelles différences ne saurait reposer sur ces seules données globales.

1. Anthroponymes germaniques et non-germaniques

  • 44 Pour l'ensemble des hommes adultes du corpus (tous statuts confondus, en ne se limitant donc pas au (...)

32La répartition des anthroponymes germaniques et non-germaniques pour les hommes adultes colons et serfs est très proche : 7,6 % des colons sont porteurs d'un nom non-germanique contre 9,9 % des serfs44. La différence n'est pas significative, compte-tenu de l'effectif réduit des serfs.

33Le détail des palmarès fait apparaître fondamentalement la proximité entre les deux corpus, qu'on le prenne sous sa forme brute ou qu'on le lemmatise pour faire apparaître derrière les noms écrits en latin les deux racines germaniques.

2. Fréquence comparée des noms de colons et de serfs

  • 45 Les trois noms les plus portés — Ermenoldus, Ermenarius et Ingalbertus —totalisent chacun 15 occurr (...)

34Il n'y a pas de différence significative entre les noms de colons et de serfs. Ce sont les mêmes noms qui sont les plus souvent portés chez les uns et les autres. Tout au plus la fréquence peut-être un peu plus marquée de Dominicus chez les serfs, mais ce nom n'est pas absent chez les colons. Malgré les apparentes différences, dans cette anthroponymie dont la concentration est faible45, la proximité des palmarès entre noms de colons et noms de serfs est singulièrement forte : ceux qui figurent dans le palmarès d'un des statuts et semblent absents de l'autre, y sont en fait seulement un peu plus bas, avec une différence de fréquence qui n'est pas significative.

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des hommes adultes colons et serfs

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des hommes adultes colons et serfs

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les colons, avant lemmatisation, on trouve au rang 7 six noms portés exactement 7 fois ; et chez les serfs, au rang 5, dix-sept noms portés exactement 2 fois.

35Après lemmatisation, on obtient un palmarès un peu différent :

Palmarès comparés des noms lemmatisés des hommes adultes colons et serfs

Palmarès comparés des noms lemmatisés des hommes adultes colons et serfs

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Chez les colons, on trouve au rang 9, après lemmatisation, cinq noms portés exactement 7 fois ; et chez les serfs, au rang 9, trente noms portés exactement 2 fois.

36Les différences entre les palmarès obtenus avant et après lemmatisation sont sensibles. Elles sont le fait de l'existence de formes diverses (ou « variantes ») pour un même nom. Ainsi, dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés, erman/wald se présente sous les formes Ermenoldus (12 occurrences) et Ermenaldus (4 occurrences). De même, berin/hard correspond à Bernardus (5 occurrences), Berneardus (5 occurrences), Bernehardus (5 occurrences) et Bernoardus (1 occurrence). L'idée que certaines variantes d'un même nom puissent être différentiellement prisées par l'une ou l'autre des deux catégories (colons et serfs) est séduisante. À la vérité, cette idée ne résiste pas à l'analyse et aucune différence statistiquement significative ne peut être ici mise en évidence.

37La seule certitude, c'est qu'il est des noms qui présentent un nombre relativement important de « variantes » et d'autres qui se présentent toujours ou presque sous la même forme, mais ces variantes sont le plus souvent « partagées » par les deux catégories.

3. Les noms des colons et des serfs sont faits des mêmes lexèmes

38Comme il est logique compte tenu de la proximité des noms, les lexèmes des noms de serfs et de colons sont fondamentalement les mêmes. Le jeu de la recomposition des lexèmes se fait au sein d'un corpus limité et commun au deux catégories, qui rend les palmarès encore plus proches que ceux des noms.

  • 46 Les palmarès sont établis en réduisant le corpus de référence aux hommes adultes colons ou serfs qu (...)

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des hommes adultes colons et serfs46

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des hommes adultes colons et serfs46

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les colons, on trouve au rang 9 deux lexèmes initiaux portés exactement 39 fois ; et chez les serfs, au rang 9, dix lexèmes initiaux portés exactement 5 fois.

39Ces premiers lexèmes sont assez peu concentrés, mais plus que les noms évidemment. Et la concentration est singulièrement comparable entre les corpus des lexèmes initiaux chez les serfs et les colons : la concentration sur les cinq premiers lexèmes est de 21,2 % pour les colons et de 21,7 % pour les serfs. Le nombre de premiers lexèmes nécessaire pour désigner la moitié de la population est de 19 pour les colons et de 17 pour les serfs. La seule différence un peu marquée est la fréquence plus grande des hapax chez les serfs (45,6 % contre 40,8 %).

40Les extraits des palmarès ci-dessus ne reprennent que les noms de tête. Ils ne doivent pas faire illusion et laisser croire à de grandes différences entre les deux corpus. Ainsi hildi-, renvoyant à une image de combat, ne figure-t-il pas dans le tableau ci-dessus parmi les 8 lexèmes initiaux en tête du palmarès serfs, mais se retrouve en 9e place (5 occurrences), à peine moins fréquents que chez les colons. De même wald-, en 3e position chez les serfs, se classe en 17e place (30 occurrences) chez les colons avec, il est vrai, une fréquence sensiblement plus faible (1,61 %).

41On remarquera, non sans une certaine surprise, que athal- est à peu près aussi fréquent dans les deux corpus.

42Pourtant quelques différences apparaissent à 1’« examen naïf » : god (dieu), mathal- (jugement) et wulf- (loup) ne sont jamais portés par les serfs. En revanche hroth- (prudent) semble un peu plus fréquent dans la population servile, comme aud- (possession) et erkan- (véridique-authentique). Repérable également la fréquence plus faible chez les serfs de ber- (ours) et celle plus forte de ebur- (sanglier).

43À l'examen statistique, certaines observations résistent :

  • évidemment l'absence de certains lexèmes chez les serfs : god-, mathal- et wulf-. Ils sont même spécifiques, au sens statistique, des colons ;

  • la fréquence plus grande d'ebur-chez les serfs ;

44D'autres doivent être abandonnées : la fréquence plus grande de aud- chez les serfs. Ce lexème est trop peu fréquent pour que la différence soit significative. Il en va de même pour erkan- et arin-.

45En revanche apparaissent des résultats non perçus « à l’œil nu » :

46- la spécificité chez les colons de berin- ; -et à l'inverse, la spécificité de ragin- et wald-chez les serfs.

47Ces résultats donnent une image difficile à interpréter, en ce sens que les lexèmes animaux sont à la fois, pour certains, plus fréquents pour les serfs (ebur-) ou pour d'autres, moins fréquents (berin-, ber-), voire absents (wulf-, arin- (aigle) et urs- (loup).

  • 47 La signification de ragin- est cependant discutée, le sens de destin est aussi parfois avancé. Cf. (...)

48On voit mal le lien entre servitude et ragin- qui signifie conseil47. On le voit mieux pour l'absence de mathal- qui signifierait tribunal. Mais moins encore pour wald- qui signifierait gouverner ou commander, à moins qu'on ne le considère sous son aspect passif, c'est-à-dire de soumission au commandement.

  • 48 Ce décompte concerne l'ensemble des hommes adultes du corpus de référence ; tous les statuts sont p (...)

49Les corpus des lexèmes initiaux et terminaux sont différents. Sur les 265 lexèmes identifiés dans l'une ou l'autre des deux positions48, 38 seulement sont communs et sont donc attestés aussi bien comme Stammglied que comme Endglied. La grande majorité (190 soit 71,7 %) est exclusivement en position initiale. Par ailleurs, sur les 25 lexèmes initiaux les plus fréquents, ils ne sont que 6 à appartenir au palmarès des 25 lexèmes terminaux de tête. Qu'il s'agisse des lexèmes eux-mêmes ou de leur fréquence, les différences liées à la position sont donc sensibles.

50Mais ces différences ne sont pas liées au statut. Plus encore pour les lexèmes terminaux que pour les lexèmes initiaux, ce sont les mêmes que l'on trouve en tête chez les colons et les serfs. À l'ordre près, il y a même identité parfaite pour les 8 lexèmes terminaux de tête de chaque catégorie.

  • 49 Les palmarès sont établis en réduisant le corpus de référence aux hommes adultes colons ou serfs qu (...)

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des hommes adultes colons et serfs49

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des hommes adultes colons et serfs49

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les colons, on trouve au rang 9 un lexème terminal porté exactement 91 fois ; et chez les serfs, au rang 9, un lexème terminal porté exactement 12 fois.

51Il faut une analyse statistique fine pour mettre en évidence quelques nuances, au nombre desquelles :

  • les spécificités de -berht,-rad et -helm pour les colons ;

  • celle de -balth chez les serfs ;

  • l'absence de noms déficitaires dans l'une ou l'autre des deux catégories.

52On voit mal cependant les fondements de telles différences tant les uns et les autres appartiennent au même registre thématique.

53Pour les lexèmes terminaux comme pour les lexèmes initiaux, ce sont les mêmes images que portent les noms de colons et de serfs : y dominent les talents de la guerre et l'amitié.

54Au total, et malgré quelques nuances, on ne peut que constater une faible différence entre les corpus des noms portés par les adultes mâles serfs et colons. Quel que soit le sens, éventuellement connu, des lexèmes qui les constituent, qu'ils expriment la hardiesse guerrière, la noblesse, le sens du gouvernement, l'amitié, tous sont présents dans les deux anthroponymies. Quant au règne animal, il se peut qu'il soit plus présent chez les colons, en tout cas le loup et l'ours, mais il n'est pas complètement absent des noms de serfs.

  • 50 Notamment les diminutifs en -ulus ; cf. Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latiu (...)

55Si la marque de l'anthroponymie servile est dans le Latium contemporain la fréquence des noms d'animaux et celle des diminutifs50, ces traits ne se retrouvent pas dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés : chez les hommes adultes, le pourcentage de diminutifs est de 3,6 % chez les colons et 3,7 % chez les serfs. Autant dire que la différence n'est pas significative.

B. Les noms des femmes adultes (colones et serves)

56Les 1661 colones portent, avant toute lemmatisation, 1036 noms différents, dont 763 (soit 73,6 %) sont des hapax. Les 88 serves portent 81 noms différents ; 75 (soit 92,6 %) ne sont portés qu'une fois. Des résultats en pourcentages très proches de ceux obtenus pour les hommes.

57Les 5 noms les plus fréquents chez les colones permettent de désigner 3,9 % des femmes de cette catégorie. Chez les serves, cette proportion s'élève à 12,5 %. Il faut en outre un minimum de 67 noms différents pour désigner un quart de la population des colones alors que 16 suffisent chez les serves. Comme pour les hommes, la concentration des noms est manifestement plus forte dans la population servile.

58Les taux d'homonymie chez les colones et les serves sont respectivement de 0,12 % et 0,21 %, faibles mais un peu plus forts que chez les hommes.

  • 51 993 noms ne sont portés que par des colones et 38 ne le sont que par des serves.

59Sur les 1074 noms différents portés soit par une colone soit par une serve, seuls 43 sont communs aux deux palmarès51. Mais plus encore que pour les hommes, la comparaison ne saurait reposer sur ces seules données globales, les corpus étant de taille trop différentes.

1. Anthroponymes germaniques et non-germaniques

  • 52 Mais ce dernier rapport porte sur un nombre infime de cas puisqu'il ne concerne que 4 serves. Compt (...)

60La proportion de noms germaniques est voisine chez les femmes et chez les hommes. Elle est un peu moins proche entre serves et colones qu'elle ne l'est chez les hommes puisque 1 colone sur 12 porte un nom non-germanique pour seulement 1 serve sur 2052.

61Le détail des palmarès fait apparaître fondamentalement la proximité entre les deux corpus, qu'on le prenne sous sa forme brute ou qu'on le lemmatise pour retrouver, derrière les noms écrits en latin, les deux racines germaniques.

2. Un même choix dominant

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des femmes adultes colones et serves

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des femmes adultes colones et serves

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les colones, avant lemmatisation, on trouve au rang 7 quatre noms portés exactement 9 fois ; et chez les serves, au rang 7, les soixante-quinze noms portés exactement 1 fois (hapax).

Palmarès comparés des noms lemmatisés des femmes adultes colones et serves

Palmarès comparés des noms lemmatisés des femmes adultes colones et serves

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Chez les colones, après lemmatisation, on trouve au rang 8 huit noms portés exactement 12 fois ; et chez les serves, au rang 9, les soixante-huit noms portés exactement 1 fois (hapax).

62Les effectifs pour les serves sont faibles et les comparaisons nécessairement fragiles. Après lemmatisation, les noms les plus répandus diffèrent finalement peu, en particulier parce que ragin/hildi est le plus porté à la fois chez les colones et les serves. Et parce que ceux qui ne sont pas mentionnés dans l'un des deux palmarès ne sont en général pas bien loin dans l'autre. Ainsi hildi/thruth (12occurrences) se trouve-t-il au 8e rang chez les colones, et hroth/linth (10 occurrences) au 18e, de sorte que les fréquences de chacun de ces noms de tête ne diffèrent pas significativement d'une catégorie à l'autre, même lorsqu'un écart semble exister.

3. Et les mêmes lexèmes

63La décomposition des noms féminins en lexèmes donne des palmarès très voisins pour les lexèmes initiaux et quasi-identiques pour les lexèmes terminaux :

  • 53 Voir supra note 46 (en transposant aux femmes) pour la définition du corpus retenu pour ces décompt (...)

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des femmes adultes colones et serves53

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des femmes adultes colones et serves53

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les colones, on trouve au rang 10 le lexème initial hari-, porté exactement 37 fois ; et chez les serves, à ce même rang 10, sept lexèmes initiaux portés exactement 2 fois.

64L'analyse statistique fait apparaître deux différences :

  • comme l'est celle des noms, la concentration des lexèmes initiaux est significativement plus forte chez les serves (23,4 % pour les cinq plus fréquents chez les colones contre 33,7 % chez les serves). En outre, 17 lexèmes initiaux sont nécessaires pour désigner la moitié de la population des colones quand 10 suffisent chez les serves. Et, corollaire de cette concentration plus forte chez les ancillae, 63,6 % des lexèmes initiaux de serves sont des hapax (contre 36,1 % chez les colones) ;

  • la spécificité servile de ragin- repérée chez les serfs se retrouve aussi chez les serves, mais pas celle de wald-. On ne retrouve pas non plus chez les colones la spécificité de berin-, de wulf- ou de god-, observée chez les hommes. Il est vrai que l'image du loup ou de l'ours s'adapte moins au sexe féminin.

65Le corpus est trop restreint, en particulier celui des serves, pour qu’on puisse conclure de façon solide à l'absence de certains lexèmes initiaux chez les serves.

  • 54 Voir supra note 49 (en transposant aux femmes) pour la définition du corpus retenu pour ces décompt (...)

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des femmes adultes colones et serves54

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des femmes adultes colones et serves54

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les colones, on trouve au rang 10 le lexème terminal gunth-, porté exactement 33 fois ; et chez les serves, à ce même rang 10, cinq lexèmes terminaux portés exactement 2 fois.

66En position terminale, le lexème -geld est spécifique chez les colones. Aucun autre n'est spécifique d'une des deux catégories ou déficitaire.

67La seule différence observable concerne le recours à la suffixation latine. Alors que 7,1 % des colones portent un nom germanique de ce type, ce sont 11,4 % des ancillae qui sont concernées. Il faut certainement y voir le recours à des formes diminutives, les plus nombreuses étant construites avec le suffixe s-m (isma, comme dans Landisma ou Balisma). La différence est perceptible chez les femmes alors qu'elle ne l'était pas pour les hommes.

III. Les noms des enfants de colons et de serfs

  • 55 Voir infra partie III (§ B.1) les remarques sur le mode d'enregistrement des enfants et les nuances (...)

68Le polyptyque dénombre le plus souvent les enfants de chaque couple, les désigne par leur nom, mais n'indique pas, sauf circonstances particulières, leur statut55. On l'atteint à travers celui des parents. Et c'est à travers ce filtre plus complexe encore que pour les parents, celui de la composition statutaire du couple parental, qu'on peut analyser les liens entre les noms et les lexèmes qui les constituent d'une part et les statuts d'autre part. Le polyptyque offre deux niveaux d'analyse, en premier lieu celui du corpus des noms de cette deuxième génération prise dans son ensemble, garçons d'un côté, filles de l'autre, afin d'observer les points communs et les différences avec la génération précédente. En second lieu celui des formes de transmission entre les générations, que nous observerons dans la partie VI.

A. De fortes différences entre les générations

69Entre les deux générations, les noms tout à la fois se ressemblent et sont différents.

70Pour les hommes, on retrouve Ermenarius et Ingalbertus parmi les noms les plus portés à la génération des adultes comme à celle des enfants. Mais les transformations sont nettes : Ermenoldus, qui était le premier choix des adultes est relégué à la 21e place chez les enfants (6 occurrences), tout comme Hildegaudus qui passe de la 4e à la 21e et Hildegarius qui passe de la 6e à la 21e. Pour Iohannes, la chute est plus spectaculaire encore puisqu'il passe de la 4e à la 88e place (3 occurrences). Quant à Giroardus, en 3e position pour les enfants mâles, il n'était que 92e à la génération précédente, génération qui lui préférait nettement la forme Geroardus, classée au 12e rang (8 occurrences). Ermenardus, en 4e place à la génération des enfants, semble surgir des profondeurs du classement de la génération précédente puisqu'en 152e position seulement. Sur les vingt noms les plus fréquents à la génération 2, cinq seulement étaient dans une situation comparable à la génération 1. Et cinq se classaient au-delà du 150e rang.

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des hommes adultes et des enfants mâles

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des hommes adultes et des enfants mâles

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les hommes adultes, avant lemmatisation, on trouve au rang 7 cinq noms portés exactement 9 fois ; et chez les enfants mâles, au rang 6, six noms portés exactement 9 fois.

71Pour les femmes, le constat est sensiblement le même, les fluctuations d'une génération à l'autre peut-être un peu moins fortes. Ermentrudis passe de la 1re à la 14e position et Adalindis de la 2e à la 52e. Ermengardis, Adalhildis, Hildegardis et Ermenildis se maintiennent, restant dans les dix noms les plus fréquents de chacun des palmarès. La progression la plus spectaculaire est celle de Ingalsindis, au 8e rang chez les filles (8 occurrences) et pourtant jamais attesté à la génération précédente.

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des femmes adultes et des filles

Palmarès comparés des noms (non lemmatisés) des femmes adultes et des filles

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms significatifs. Chez les femmes adultes, avant lemmatisation, on trouve au rang 7 deux noms portés exactement 11 fois ; et chez les filles, à ce même rang 7, deux noms portés exactement 9 fois.

72La lemmatisation confirme l'intuition venue de l'observation des noms tels que les enregistre le polyptyque. Certes, on ne voit guère de disparition spectaculaire entre les deux générations de noms (sous leur forme réduite après lemmatisation) ou de lexèmes fréquents, mais l'analyse statistique révèle tout de même quelques différences sensibles, tous statuts confondus (sachant que les statuts ne sont connus que pour les parents) :

  • 56 12 des 35 noms (après lemmatisation) qui comptent au moins 15 occurrences sont spécifiques d'une gé (...)

73- parmi les quinze noms qui totalisent (après lemmatisation et toutes générations confondues) au moins 20 occurrences chez les mâles (hommes adultes et enfants de sexe masculin), quatre sont spécifiques d'une génération et déficitaires dans l'autre (erman/wald et gair/wald, respectivement 5e et 8e du palmarès des noms masculins, sont spécifiques de la génération 1 ; gair/hard et athal/gair (1er et 7e) sont spécifiques de la génération 2)56 ;

74- dans la population féminine (femmes adultes et enfants de sexe féminin), sur les vingt noms qui totalisent après lemmatisation au moins 20 occurrences, cinq sont spécifiques d'une génération et déficitaires dans l'autre. Mais aucun d'eux n'est classé parmi les 6 premiers noms du palmarès, de sorte que la différence entre les deux générations est moins forte pour les femmes qu'elle ne l'est pour les hommes.

75Pour ce qui concerne les lexèmes, les résultats sont surprenants parce qu'ils diffèrent selon la position :

  • 57 Pour les lexèmes initiaux, hommes et femmes confondus, les 117 premiers sont communs aux deux génér (...)

76- les différences sont minimes pour les premiers lexèmes : sur les vingt-deux lexèmes initiaux portés par des mâles, aucun n'est spécifique d'une génération, ni déficitaire. Et ceux qui ne sont pas attestés pour une génération ne sont mentionnés dans l'autre qu'un petit nombre de fois57. Il en va presque de même pour les filles ;

  • 58 -wini est 3e du palmarès des lexèmes terminaux commun aux deux générations ; -bald 7e, -wulf et -fr (...)

77- les différences sont nettes en revanche pour les seconds lexèmes. C'est ainsi que -berht, mais aussi -hard,-gair,-gis, et -man, qui sont dans l'ensemble des deux générations les 1er, 2e, 5e, 17e et 23e du palmarès des lexèmes terminaux masculin, sont à la fois spécifiques de la génération des enfants et déficitaires de celle des parents. A contrario, -wini, -bald, -wulf et dans une moindre mesure -frith58 sont spécifiques de la génération des parents et déficitaires (sauf -frith) de celle des enfants. Pour les femmes, les deux lexèmes terminaux les plus fréquents, -hildi et -truth, ne sont spécifiques d'aucune des deux générations ; mais -berg (4e), -gard (5e), -geld (7e), -burg (11e) et -wis (14e) sont spécifiques à la génération des enfants et déficitaires à celle des parents, tandis que -linth (3e), -berth (6e), -balth (9e), ainsi que la suffixation latine-l (17e) et quelques autres sont spécifiques chez les parents et le plus souvent déficitaires chez les enfants. La fréquence des noms entiers est également, et par voie de conséquence, sensiblement différente d'une génération à l'autre. Le nom lemmatisé le plus fréquent dans l'ensemble du corpus masculin (i. e. en mêlant les générations), gair/hard, est spécifique chez les enfants et déficitaire chez les parents. Il en va de même pour athal/gair (7e dans l'ensemble du corpus), tandis que c'est l'inverse pour erman/wald et gair/wald (spécifiques chez les enfants et déficitaires chez les parents). Pour les filles, hildi/gard (7e du palmarès général) et hroth/berg (11e) sont spécifiques de la génération des enfants.

B. Colons et serfs : la taille des fratries

  • 59 1580 filles, 2164 garçons et 2 enfants de sexe indéterminé.
  • 60 Le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés mentionnne au total 10 cas de remariages (bref IX, [25] ; b (...)
  • 61 Sur ce point, voir également supra partie II (introduction).

78Les 3746 enfants59 nommés dans le polyptyque et dont on connaît au moins un des deux parents (père et/ou mère) par son nom sont issus de 1313 unions. Quatre d'entre elles correspondent assurément à des secondes unions60. Mais avant d'analyser les relations entre noms et statuts, il convient d'observer le mode d'enregistrement des enfants61, notamment pour vérifier si les fratries énoncées par le polyptyque sont de tailles très différentes. Il faut également regarder l'influence du statut des parents sur la composition des fratries et, au cas où la taille aurait une incidence sur le choix des noms, en examiner les conséquences. On peut en effet imaginer l'existence de pratiques différentes dans les « grandes » et les « petites » familles, comme on peut imaginer des stratégies de désignation différenciées pour les aînés et les cadets, pour les garçons et pour les filles, etc.

  • 62 À dire vrai, il s'agit d'inscription des enfants dans l'inventaire plutôt que de démographie réelle

79Notre objectif n'est pas de commenter la composition des fratries en termes de démographie62, mais de mesurer les incidences des « anomalies » sur l'analyse anthroponymique comparée (garçons/filles et colons/serfs).

1. Le mode d’enregistrement des enfants

80Il n'est pas inutile d'observer avec précision la pratique d'enregistrement des enfants.

81Il est d'abord de nombreuses familles sans enfant nommé.

82Parmi les 8455 individus qui constituent le corpus de référence, adultes et enfants, les « contextes familiaux » se décomposent comme suit :

Typologie des « contextes familiaux »

  • 63 Dans ce tableau :

type de contexte familial63

nb de contextes familiaux

nb d’individus concernés

groupe familial avec au moins 1 enfant et 1 parent (père ou mère) nommés

1313

6178

couple avec enfant(s) mentionné(s) mais non nommé(s)

328

639

dont couples de ce type avec mère non nommée

18

18

dont couples de ce type avec père non nommé

0

0

couple sans enfant (mentionné)

386

728

dont couples de ce type avec femme non nommée

32

32

dont couples de ce type avec homme non nommé

1

1

père seul avec enfant(s) non nommé(s)

14

15

mère seule avec enfant(s) non nommé(s)

19

19

autre groupe familial sans parent (père ou mère) nommé

16

53

individu nommé « isolément »

823

823

total

2899

8455

  • 64 2060 = 2899 - (16 + 823).
  • 65 L'absence de mention de descendance dans l'inventaire ne permet pas de conclure à l'absence certain (...)
  • 66 361 = 328 + (14 + 19). Parmi ces 361 unions avec descendance mentionnée mais non nommée, on dénombr (...)

83Sur les 2060 unions64 que le polyptyque (limité à la base de données de référence) permet de reconstituer, 386 (soit un peu moins de 1 sur 5) sont des unions sans descendance mentionnée dans l'inventaire65 ; et 361 des unions avec descendance mentionnée mais non nommée66 Le plus souvent, le nombre des enfants est précisé puisque cette indication ne fait défaut que pour 64 unions.

  • 67 Cf. supra partie II (introduction).

84Rappelons qu'il est des domaines où le nom des enfants est omis et où l'on ne mentionne indirectement leur existence qu'en indiquant la taille de la fratrie à laquelle ils appartiennent ; d'autres où leur présence est signalée par la formule cum infantes suos, sans que leur nombre soit indiqué67. En outre, dans un domaine donné, ces omissions ne concernent pas nécessairement tous les items.

85D'autre part — et il s'agit d'une caractéristique majeure de l'enregistrement des enfants — dans l'écrasante majorité des cas, garçons et filles sont enregistrés en deux groupes différents, d'abord les garçons ensuite les filles, de sorte que l'ordre d'énonciation des enfants ne peut renvoyer à un ordre des naissances.

Ordre d’énonciation des enfants dans les fratries

ordre d’énonciation des enfants

nb d’unions

 % d’unions

garçon(s) puis fille(s)

637

48,5 %

fille(s) puis garçon(s)

38

2,9 %

ordre « mêlé »

67

5,1 %

dont fratries avec un garçon 1er nommé

54

dont fratries avec une fille 1ere nommée

13

garcon(s) seul(s)

375

28,6 %

fille(s) seule(s)

194

14,8 %

ordre indéterminé

2

0,2 %

total

1313

100,0 %

NB : 1. Seules sont ici prises en compte les 1313 unions pour lesquelles l'inventaire fournit le nom d'au moins un parent et d'au moins un enfant.
2. « ordre indéterminé » renvoie à l'incertitude sur le sexe de deux enfants dans la base de données de référence.

86Rares sont les familles où les enfants sont « mêlés » selon le sexe. Cette différenciation tient sans doute à une volonté des auteurs de l'inventaire et à une gestion différenciée par l'abbaye de ses dépendants masculins et féminins, mais elle renvoie sans doute aussi à une gestion différenciée de la descendance masculine et féminine par les familles, que l'étude anthroponymique doit prendre comme axe et qu'elle confirme pour une part puisque les lexèmes terminaux sont étroitement corrélés au sexe.

2. La taille des fratries

87Si l'enregistrement des enfants révèle une gestion nettement différenciée selon leur sexe, l'enregistrement des filles n'est pourtant que légèrement déficitaire.

Taille des fratries tous statuts parentaux confondus

nb d’enfants par union

nb d’unions

nb total d’enfants

dont filles en %

1

269

269

31,7 %

2

364

728

45,1 %

3

280

840

42,3 %

4

209

836

40,6 %

5

113

565

42,7 %

6

54

324

49,4 %

7

15

105

36,2 %

8

3

24

45,8 %

9

5

45

42,2 %

10

1

10

40,0 %

Total

1313

3746

42,2 %

NB : 1. Seules sont ici prises en compte les 1313 unions pour lesquelles l'inventaire fournit le nom d'au moins un parent et d'au moins un enfant.
2. On dénombre 1 enfant de sexe indéterminé dans une famille de 1 enfant et 1 autre dans une famille de 3 enfants.

88Ce tableau fait apparaître que le déficit d'enregistrement des filles n'est fortement sensible que pour les couples avec un seul enfant nommé. C'est dans ce cas de figure que la masculinité est évidente et là seulement.

3. Taille des fratries et statuts

  • 68 Le statut des membres du couple est le plus souvent explicite. Mais il faut également compter avec (...)

89Le polyptyque fait état de nombreuses combinaisons de statuts parentaux68. Quatre cas doivent être observés dans le détail pour prolonger la comparaison colons versus serfs ; ils concernent 966 unions et 2735 enfants :

90- les enfants issus de parents de même statut :

  • père et mère colons : 835 unions pour 2369 enfants (1015 filles, 1352 garçons et 2 enfants de sexe indéterminé),

  • père et mère serfs : 23 unions pour 72 enfants (38 filles et 34 garçons) ;

91- les enfants issus de mariage mixte :

  • mère serve et père de tout statut sauf servile : 20 unions pour 51 enfants (22 filles et 29 garçons),

  • père serf et mère de tout statut sauf servile : 88 unions pour 243 enfants (102 filles et 141 garçons).

  • 69 Sont dans ce cas pris en compte non seulement les 366 enfants nés des unions correspondant à l'un d (...)

92Mais les effectifs correspondant à ces quatre types de référence posent les mêmes problèmes qu'à la génération des parents : les enfants de serfs sont peu nombreux au regard de ceux des colons, ceux des couples mixtes également, avec une relative différence entre les deux combinaisons possibles. Il y a moins de femmes serves mariées à un homme d'un autre statut que d'hommes serfs mariés à une femme d'un autre statut. Cette faiblesse des effectifs pour les enfants de serfs rend délicates certaines comparaisons — quand elle ne les rend pas impossibles — de sorte qu'il est nécessaire d'envisager également une comparaison entre les enfants nés de père et mère colons et ceux nés d'au moins un parent (père ou mère) serf69.

Taille des fratries selon le statut des parents

Taille des fratries selon le statut des parents

N.B. : Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui ne concernent pas les 4 types de statuts parentaux de référence.

93Ce tableau, organisé selon le nombre d'enfants engendrés par les unions identifiées, fait apparaître :

  • un déficit sensible de mères serves dans le corpus (les unions mixtes avec père serf et mère autre sont près de cinq fois plus nombreuses que celles avec une mère serve et un père autre) ;

  • que la proportion de famille servile est proche (et faible) dans toutes les tailles de fratrie ;

    • 70 En limitant l'analyse aux manses occupés par un seul groupe familial et pour lesquels la surface de (...)

    qu'on n'observe pas d'incidence forte du statut des parents sur le nombre moyen d'enfants par couple, chose surprenante si l'on tient compte du fait que les couples de statut servile habitent des manses de taille moyenne inférieure à ceux des colons70.

C. Le poids du statut dans l'anthroponymie des enfants ?

94À dire vrai, le poids du statut dans l'anthroponymie des enfants n'est pas significativement plus fort que pour leurs parents.

1. Anthroponymes germaniques et non-germaniques

95Comme leurs mères, les filles issues de couples serviles ont moins de noms germaniques purs et plus de noms suffixés (diminutifs) que celles issues de couples de colons. La différence est encore plus nette que pour leurs mères : ce type de nom représente 4,6 % des noms des filles de colons et 13,2 % des noms de filles de serfs. Mais le phénomène est limité aux filles : pour les fils la différence n'est pas significative et elle est même inverse : 4,1 % chez les fils de colons et 2,9 % chez les fils de serfs. L'observation ne se confirme pas pour les enfants issus de mariages mixtes : les filles de mère serve ne sont que 2,8 % à porter un nom hypochoristique et 4,6 % si elles sont de père serf.

2. Les noms lemmatisés des enfants mâles

a. Les noms entiers

  • 71 Le statut est extrapolé, comme il a été dit plus haut, du statut des parents, ou plutôt il est appo (...)
  • 72 Cf. supra partie II (§ A.2) pour le palmarès des noms des hommes adultes colons.
  • 73 Premier choix chez les fils dont la mère seule est serve et troisième choix chez ceux dont au moins (...)

96La comparaison entre les corpus des noms des enfants dans chacun des deux statuts71 révèle des différences en apparence légèrement plus marquées qu'à la génération précédente. Mais la faible concentration des noms — malgré la lemmatisation—, et les inégalités d'effectifs rendent les analyses délicates. Les effectifs sont moins abondants que pour les adultes et les résultats par conséquent moins nets. A première vue, gair/hard est parmi les noms de tête pour les fils de colons comme pour les fils de serfs. Il est vrai aussi que si l'on enjambe les générations, on retrouve berin/hard, deuxième choix des colons à la génération des parents72, devenu l'un des premiers choix chez les fils de serfs73 ; le passage de ce nom comme l'un des plus fréquents d'une catégorie à l'autre va dans le sens d'une anthroponymie indifférenciée entre les serfs et les colons. Néanmoins, malgré ces points communs, les palmarès sont assez différents et le parallélisme entre les deux statuts est un peu moins net pour les enfants qu'il ne l'est pour la génération de leurs parents.

Palmarès comparés des noms lemmatisés des enfants mâles selon le statut des parents

Palmarès comparés des noms lemmatisés des enfants mâles selon le statut des parents
  • 74 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Après lemmatisation, chez les enfants mâles dont le père et la mère sont colons, on trouve au rang 6 sept noms portés exactement 7 fois (dont berin/hard) ; chez les enfants mâles dont le père et la mère sont serfs, on trouve au rang 3 trente noms portés exactement 1 fois ; chez les enfants mâles dont au moins un des parents est serf, on trouve au rang 3 sept noms portés exactement 3 fois (dont berin/hard)74.
2. Sur les 237 enfants mâles nés d'au moins un parent serf, 34 ont deux parents serfs, 29 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 141 un père serf et une mère d'un autre statut et 33 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

  • 75 L'adjectif « significatif » est utilisé ici avec le sens strict dévolu à ce terme (cf. dans ce volu (...)
  • 76 On rappelle que ces 4 types dits de « référence » correspondent aux unions entre deux parents colon (...)

97Le nécessaire fractionnement du corpus pour tenir compte du statut des parents conduit évidemment à raisonner sur des échantillons de tailles inégales. Et même à la vérité, de trop petite taille dans certains cas pour que les conclusions puissent être considérées comme statistiquement probantes. Aucun nom en effet n'est significatif75 lorsqu'on ne considère que les quatre types de référence76.

98La seule observation intéressante, mais dont le sens profond resterait à éclaircir, concerne athal/gair : 3e du palmarès général des noms lemmatisés pour les 2164 enfants mâles (tous statuts parentaux confondus), il n'est jamais porté par un enfant dont l'un au moins des parents est serf. Un bilan assez maigre, en somme, que celui tiré de cette comparaison des noms entiers lemmatisés des enfants mâles selon le statut des parents.

b. Des lexèmes initiaux aux fréquences saisines

99Si les combinaisons de lexèmes que sont les noms des enfants inventoriés dans le polyptyque révèlent quelques nuances entre les choix les plus fréquents chez les colons et les serfs, il n'en va pas de même pour les lexèmes. Certes, le palmarès des dix lexèmes les plus fréquents dans les divers groupes (fils de colons, de serfs, de mère serve, de père serf, ou globalement d'un parent serf) peut faire penser à des résultats nettement différents. Mais la faiblesse des effectifs, surtout pour les fils nés de deux parents serfs ou de mère serve, et l'éparpillement des résultats peu concentrés, impliquent beaucoup de prudence. On ne doit pas faire trop de cas des dissemblances, comme l'absence d'athal - dans le palmarès des enfants de deux parents serfs, si l'on se souvient qu'il est présent dans les lexèmes portés par les parents : il ne peut donc pas être un lexème inaccessible ou interdit aux serfs. Comme Stammglied, gair- et hroth- sont présents, ragin- aussi, à un rang sensiblement différent. L'analyse statistique montre que parmi les 15 lexèmes initiaux les plus fréquents du palmarès général correspondant aux 4 types de référence, seuls berin- (10e rang) et land- (14e rang) se distinguent : le premier apparaît comme déficitaire pour les enfants de parents colons et le second spécifique pour ce même groupe, mais ni l'un ni l'autre ne sont déficitaires ou spécifiques pour l'un des trois autres types.

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des enfants mâles selon le statut des parents

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des enfants mâles selon le statut des parents
  • 77 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les enfants mâles de parents colons, on trouve au rang 11 deux lexèmes initiaux portés exactement 24 fois ; chez les enfants mâles de parents serfs, au rang 10, treize lexèmes initiaux portés exactement 1 fois ; chez les enfants mâles nés d'au moins un parent serf, au rang 11, quatre lexèmes initiaux portés exactement 5 fois77.
2. Sur les 224 enfants mâles nés d'au moins un parent serf, 33 ont deux parents serfs, 29 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 130 un père serf et une mère d'un autre statut et 32 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

100Lorsqu'on compare les enfants mâles nés de deux parents colons à ceux nés d'au moins un parent serf, les analogies entre les deux groupes restent très fortes. On relève cependant les spécificités de ragin-, berin- et leud- pour les enfants nés d'au moins un parent serf, celles de land- et erm- pour les enfants nés de parents colons, ainsi que le déficit de wini- pour ce même groupe. Il est difficile de trouver ici plus que des nuances difficiles à expliquer.

c. Des lexèmes terminaux extrêmement proches

101Des noms lemmatisés apparemment peu différents, des lexèmes initiaux voisins, il ne peut pas en aller bien autrement pour les lexèmes terminaux.

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des enfants mâles selon le statut des parents

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des enfants mâles selon le statut des parents
  • 78 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les enfants mâles de parents colons, on trouve au rang 11 un lexème terminal porté exactement 41 fois ; chez les enfants mâles de parents serfs, au rang 10, six lexèmes terminaux portés exactement 1 fois ; chez les enfants mâles nés d'au moins un parent serf, au rang 11, deux lexèmes terminaux portés exactement 7 fois78.
2. Sur les 221 enfants mâles nés d'au moins un parent serf, 32 ont deux parents serfs, 29 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 129 un père serf et une mère d'un autre statut et 31 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

102L'analyse statistique révèle ici encore quelques nuances : -hard, bien que fréquent dans tous les palmarès, est déficitaire chez les enfants de colons et spécifique pour ceux nés d'au moins un parent serf. Quant à -gair et -thew, ils sont spécifiques du groupe des enfants de colons.

103Variété des noms, lexèmes initiaux voisins, lexèmes terminaux presque identiques : l'image n'est pas très différente entre les adultes et les enfants de sexe masculin. Ni chez les uns ni chez les autres il n'y a de différence anthroponymique marquée selon le statut.

104Cependant, entre les deux générations, tout est loin d'être identique. Les lexèmes sont globalement stables, bien que -wini ait perdu sa prééminence comme lexème terminal et que gair ait nettement accru sa fréquence comme Stammglied et comme Endglied : le premier est amical, le second évoque l'arme. Mais cette évolution est commune aux divers statuts ; elle renvoie à une transformation générale, non pas à une différenciation entre les statuts. En somme, pour les noms entiers comme pour les lexèmes qui les composent, les différences sont beaucoup plus nettes d'une génération à l'autre qu'elles ne le sont d'un statut à l'autre. Le jeu sur les lexèmes et les petites modifications qu'ils enregistrent, dans une grande stabilité d'ensemble, suffit à bouleverser la fréquence des noms, au demeurant très dispersés. Mais globalement ce sont les mêmes transformations qui affectent, lors du passage d'une génération à l'autre, l'anthroponymie des fils de serfs et celle des fils de colons.

3. Les noms lemmatisés des filles

a. les noms entiers

  • 79 Cf. supra partie II (§ B.2) pour le palmarès des noms des femmes adultes colones.

105Entre les générations, au sein du même statut, la différence est moindre pour les filles que pour les garçons. Après lemmatisation, le nom ragin/hildi est en tête du palmarès pour les filles des couples de colons ; il occupait également la première place pour les femmes colones79. La stabilité est d'ailleurs visible entre les adultes colones et les filles de colons : agil/hildi, gair/hildi et athal/hildi sont également restés dans le palmarès de tête ; god/linth en 2e place chez les filles de colons était 8e chez les adultes colones. Seuls hroth/berg, 43e à la génération 1 et gair/berg, 118e, viennent de plus loin.

106Quant à athal/linth et erman/thruth, ils connaissent un effondrement relatif puisque relégués en l'espace d'une génération de la 2e à la 29e place pour le premier et de la 3e à la 66e pour le second. Il est difficile, à cause des petits effectifs, de conclure aussi nettement pour les autres catégories sociales.

107Il resterait à expliquer cette différence avec les garçons où la modification paraît plus vive entre les générations, en ce qui concerne les noms entiers. Pourquoi la variation thématique donne-t-elle stabilité des lexèmes et mobilité des noms entiers pour les garçons et stabilité de l'un et de l'autre chez les filles ?

108Au sein de la génération des enfants, la comparaison entre les noms des filles de colons et les noms de celles dont au moins un des parents est serf fait apparaître des différences sensibles dans les palmarès. Mais il n'est pas facile de leur donner du sens tant la faiblesse des effectifs rend les analyses incertaines et les explications forcément hasardeuses.

Palmarès comparés des noms lemmatisés des enfants de sexe féminin selon le statut des parents

Palmarès comparés des noms lemmatisés des enfants de sexe féminin selon le statut des parents
  • 80 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Après lemmatisation, chez les filles de parents colons, on trouve au rang 8 deux noms portés exactement 9 fois ; chez les filles de parents serfs, au rang 2, trente-six noms portés exactement 1 fois ; chez les filles nés d'au moins un parent serf, au rang 5, dix-neuf noms portés exactement 2 fois80
2. Sur les 183 filles nées d'au moins un parent serf, 38 ont deux parents serfs, 22 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 102 un père serf et une mère d'un autre statut et 21 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

b. La stabilité des lexèmes et l'homogénéité du corpus

  • 81 Cf. supra partie II (§ B.3) pour le palmarès des lexèmes initiaux des femmes colones.

109Le palmarès des lexèmes initiaux est, comme celui des noms lemmatisés, très peu touché par le changement de génération. On retrouve là le même phénomène que pour les garçons. Tout au plus note-t-on la relative progression de hildi-, celle de gair- et un certain tassement de ragin-81.

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des filles selon le statut des parents

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des filles selon le statut des parents
  • 82 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Chez les filles de parents colons, on trouve au rang 10 deux lexèmes initiaux portés exactement 21 fois ; chez les filles de parents serfs, au rang 7, dix-neuf lexèmes initiaux portés exactement 1 fois ; chez les filles nées d'au moins un parent serf, au rang 9, cinq lexèmes initiaux portés exactement 4 fois82.
2. Sur les 163 filles nées d'au moins un parent serf, 34 ont deux parents serfs, 19 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 92 un père serf et une mère d'un autre statut et 18 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

  • 83 Résultat qui n'est pas sans intérêt puisque le lexème athal- était en tête de chacun des deux palma (...)

110Entre les statuts, les palmarès ne se correspondent pas exactement, mais il n'est pas de lexème initial porté par un statut qu'on ne retrouve dans un autre : athal-, premier en fréquence chez les filles de colons comme chez les filles de serfs, est au troisième rang si un seul parent est serf ; theud-, au 3e rang pour les filles de colons se classe au 5e rang pour les filles nées d'au moins un parent serf. Le lexème globalement le plus fréquent, athal-, est porté par 8,5 % des filles de colons et par près de 9 % des filles de serfs ; le pourcentage diffère peu de la génération précédente où ce lexème était déjà le plus fréquent, porté par 8 % des femmes. Il se peut cependant que la différenciation entre les lexèmes initiaux des filles de colons et des filles de serfs soit un peu plus marquée qu'à la génération précédente où la similitude des palmarès était presque parfaite. C'est en tout cas ce que suggère l'analyse statistique fine puisque qu'en comparant les filles nées de deux parents colons à celles nées d'au moins un parent serf, on note les spécificités de athal- pour les premières83 et celles de hroth-, berht- et ald- pour les secondes (qui se classent respectivement en 1re, 2e et 4e place du palmarès correspondant).

111Quant au palmarès des lexèmes terminaux, il est d'une remarquable stabilité par rapport à la génération précédente et d'une remarquable identité entre les statuts, -hildi demeure le plus fréquent, suivi de -truth, de -berg et de -linth et ce dans tous les cas de figure, à l'ordre près.

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des filles selon le statut des parents

Palmarès comparés des lexèmes terminaux des filles selon le statut des parents
  • 84 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve (...)

N.B. : 1. Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Chez les filles de parents colons, on trouve au rang 11 trois lexèmes terminaux portés exactement 18 fois ; chez les filles de parents serfs, au rang 7, neuf lexèmes terminaux portés exactement 1 fois ; chez les filles nées d'au moins un parent serf, au rang 9, trois lexèmes terminaux portés exactement 4 fois84.
2. Sur les 156 filles nées d'au moins un parent serf, 32 ont deux parents serfs, 16 ont une mère serve et un père d'un autre statut, 90 un père serf et une mère d'un autre statut et 18 un père serf ou une mère serve, le statut de l'autre parent n'étant pas connu.
3. Sont présentés en italique dans ce tableau les résultats qui concernent l'ensemble composite « au moins 1 parent serf ».

112En opposant les filles nées de deux parents colons à celles nées d'au moins un parent serf, l'analyse statistique révèle quelques nuances mineures : -gard et -wis sont spécifiques pour le groupe des filles de colons ; -rad et -balth pour celui des filles nées d'au moins un parent serf. Ceci étant, globalement, les analogies restent fortes et les nuances infimes.

  • 85 Le poids du lexème terminal hildi- est plus fort encore chez les filles nées d'une mère serve et d' (...)

113Cependant, -hildi, en tête dans chacune des catégories statutaires — et en progression aussi comme lexème initial —, constitue 22 % des lexèmes terminaux chez les filles de colons, 22 % pour les filles nées d'au moins un parent serf, mais 31 % chez pour celles nées de deux parents serfs85.

114À la génération précédente, comme lexème terminal, -hildi était déjà le plus fréquent (26 % chez les colones et 22 % chez les serves). Il y a donc concentration croissante de ce lexème, particulièrement chez les filles de serves, ce que pourrait expliquer le jeu de la transmission du lexème terminal chez les mères serves, qu'il conviendra de vérifier.

115À quelques nuances près, les anthroponymies sont donc très proches chez les colons et les serfs et le statut n'influe pas non plus chez leurs enfants, à des nuances près également. Les anthroponymes germaniques purs sont un peu plus fréquents chez les colons (ici considérés comme des « libres »). Peut-être certains lexèmes sont-ils plus fréquents chez les colons, tels que wulf- ou arin- et ber-. Peut-être Dominicus est-il plus fréquent chez les serfs. Les suffixations à caractère hypochoristique sont plus nettes chez les serves et plus encore chez leurs filles. Et -hildi est un lexème final encore plus porté par les filles de serves que par les filles de colones. Tout ceci est bien peu par rapport au fait que les lexèmes circulent pour former les noms des libres et des serfs sans exclusive et que les mêmes lexèmes sont les plus fréquents dans les deux populations. On voit mal sur quels éléments anthroponymiques pourrait se fonder une distinction entre libres et serfs.

IV. Le poids des nuances locales

116La faiblesse de l'impact du statut sur les choix anthroponymiques, beaucoup moins net que les différences entre les générations, conduit à mesurer les nuances locales. Il faut en effet vérifier que l'homogénéité statutaire n'est pas due à l'agrégation des données et qu'à une autre échelle d'analyse, par exemple à l'échelle du domaine, on ne verrait pas apparaître des différences liées au statut. Bref, vérifier si l'homogénéité des comportements anthroponymiques quel que soit le statut s'observe partout dans le patrimoine de Saint-Germain-des-Prés. Cette analyse permet aussi d'apprécier si les pratiques anthroponymiques, tous statuts confondus, enregistrent plus de différences d'un lieu à l'autre que d'un statut à l'autre, tous lieux confondus. Quel facteur pèse plus lourd dans la pratique anthroponymique, l'origine résidentielle (qu'on supposera être la naissance sur le manse) ou la naissance servile ou colonaire ? L'origine résidentielle pose évidemment le problème de l'échelle d'observation : le domaine ou la micro-région ? Il faut souligner que certains domaines ne semblent pas présenter de réelle cohérence géographique et il n'est pas à exclure que ceux qui semblent les plus « fragmentés », avec des terres visiblement éparpillées, présentent une forme composite qui pourrait trahir, selon l'hypothèse de Jean-Pierre Devroey, une opération de mise en ordre conduite par l'abbaye. C'est le cas par exemple du domaine de Villemeux (bref IX).

117La faiblesse des effectifs de certains domaines conduit d'abord à tenter d'observer l'impact régional qui, regroupant plusieurs domaines selon leur proximité, fournit une population statistique plus abondante. On sait de quelle importance a été par la suite l'impact de la région dans le corpus des noms, sinon dans le système anthroponymique, pour qu'il soit justifié de chercher à mesurer son influence dès le IXe siècle, notamment pour la comparer à celle du statut. Mais à dire vrai, faute d'une densité suffisante de documents, on sait très mal le fonctionnement anthroponymique régional lorsque cesse l'usage de la variation thématique et que commence le processus de concentration des noms.

  • 86 Jean-Pierre Devroey souligne qu'une mobilité différentielle des populations, inégale selon le statu (...)

118La localisation des domaines de Saint-Germain-des-Prés n'est guère douteuse, même si celle du bref XX (de Villa supra Mare) a été discutée. Leur répartition fait apparaître des groupes de domaines proches, entre lesquels il se pourrait que les déplacements de main d’œuvre aient été faciles86. Des ensembles au sein desquels on peut également facilement imaginer une certaine proximité anthroponymique.

Localisation des domaines de Saint-Germain-des-Prés

Localisation des domaines de Saint-Germain-des-Prés

119Cinq entités micro-régionales ont ainsi été définies ; présentées d'ouest en est, elles se composent comme suit :

    • 87 Avant l'édition du polyptyque par Hägermann, L'identification de ce toponyme était classiquement Vi (...)

    Domaine de Normandie : bref XX (de Villa supra Mare = Saint-Germain-Village87)

  1. Domaines du Perche : bref XI (de Nuuiliaco = Neuilly-sur-Eure) ; bref XII (de Centena Corbonensi = Corbon) ; bref XIII (de Buxido = Boissy).

  2. Domaines du Mantois : bref XXI (de Mantula = Maule) ; bref XXII (de Siccavalle = Secval) ; bref XXIII (de Cavanas vel de Lodosa = Chavannes) ; bref XXIV (de Bisconcelle = Béconcelle).

  3. Domaines « parisiens » : bref II (de Palatiolo = Palaiseau) ; bref V (de Vedrariis = Verrières-le-Buisson) ; bref VI (de Spinogilo = Épinay-sur-Orge) ; bref XIV (de Theodaxio = Thiais) ; bref XV (de Villanoua = Villeneuve-Saint-Georges) ; bref XVI (de Cumbis = Combs) ; bref XVII (de Murcincto = Morsang-sur-Seine) ; bref XVIII (de Colrido = le Coudray).

  4. Domaine de la « Brie champenoise » : bref VIII (de Nouigento = Nogent-1'Artaud).

120D'une micro-région à l'autre, l'importance numérique des corpus est différente : les corpus normands et briards sont faibles en regard de ceux qui proviennent du Perche, du Mantois ou plus encore des environs de Paris. Il faut en tenir compte dans les processus de comparaison.

Corpus micro-régionaux par sexe et génération

Corpus micro-régionaux par sexe et génération

N.B. : 1. gen1 = génération 1 ; gen2 = génération 2 ;
2. la ligne « total » correspond à l'agrégation des 5 entités micro-régionales définies ;
3. Les brefs I, III, IV, VII, IX, XIX et XXV, qui ne se « rattachent » à aucune des entités micro-régionales définies, sont réintégrés dans la dernière ligne du tableau (« ensemble (tous brefs) »).

A. L’échelle micro-régionale

1. L’anthroponymie masculine

121Avant lemmatisation, et pour les seules micro-régions définies, le corpus compte 1734 noms masculins (pour 3237 hommes) dont 1134 hapax (soit près des deux tiers des noms). Seuls trois noms du palmarès général correspondent à au moins 20 occurrences (dans l'ordre : Ingalbertus, Ermenoludus et Ermenarius) ; aucun ne concentre 1 % des hommes et ils ne représentent ensemble que 2 % de la population masculine.

122Sans ignorer l'intérêt que pourrait présenter une analyse fine de la diversité des emplois des différentes formes d'un même nom et les possibles implications qui résulteraient d'observations faites dans le cadre micro-régional, en liaison avec des usages linguistiques par exemple, il faut se résoudre à abandonner cette piste à cause de la faible concentration des noms. Les seuils nécessaires pour bâtir des comparaisons solides imposent ici de travailler sur les formes lemmatisées.

a. Les différence micro-régionales de gestion des corpus anthroponymique

123Les différences micro-régionales de gestion des corpus anthroponymiques sont nettes à en juger par les caractéristiques statistiques (après lemmatisation) ; les résultats sont beaucoup plus contrastés qu'ils ne le sont selon le statut.

Caractéristiques statistiques « macro. » des corpus micro-régionaux de noms d’hommes (après lemmatisation, hommes de tous statuts et de toutes générations)

Caractéristiques statistiques « macro. » des corpus micro-régionaux de noms d’hommes (après lemmatisation, hommes de tous statuts et de toutes générations)

N.B. : 1. la colonne « total » correspond à l'agrégation des 5 entités micro-régionales définies ;
2. Pour chaque région, les indications fournies sont : le nombre d'individus (nb ind.) ; le nombre de noms différents (nb noms ≠) ; le nombre d'hapax (nb hapax) ; le pourcentage d'hapax dans le corpus des noms ; le nombre moyen d'individus par nom (nb moy. ind./nom) ; le pourcentage d'individus qui portent l'un des 5 noms les plus fréquents (concent. (5 noms)) ; le nombre minimal de noms nécessaires pour désigner la moitié de la population (nb noms 50 % pop.).

124Il faudrait bien entendu vérifier s'il en va de même d'un domaine à l'autre ou si les parentés régionales sont assez fortes pour justifier les agrégats faits, toutefois la faiblesse des effectifs par domaine rend la démarche très peu solide.

b. Noms et micro-régions

125Après lemmatisation, la concentration demeure faible : 1203 noms lemmatisés différents, le plus fréquent, erman/hari, ne représentant pas 1 % des occurrences masculines. Mais dans l'ensemble des noms masculins, tous statuts confondus et toutes générations mêlées, les différences paraissent notables.

Palmarès micro-régionaux des noms d’hommes (après lemmatisation, tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des noms d’hommes (après lemmatisation, tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Après lemmatisation, pour la Normandie, on trouve au rang 11 quatre-vingts noms portés exactement 1 fois ; pour le Perche, au rang 11, cinq noms portés exactement 5 fois ; pour le Mantois, au rang 11, cinq noms portés exactement 6 fois ; pour les environs de Paris, au rang 11, sept noms portés exactement 8 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 4, soixante-quatorze noms portés exactement 1 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 8 deux autres noms (gair/wald et ragin/hard) et au rang 13, trois noms portés exactement 20 fois.

  • 88 Ce nom, très rare ailleurs, est porté dans chacun des quatre domaines mantois. Il l'est exclusiveme (...)

126Peu de noms sont fréquents dans plusieurs groupes de domaines : erman/hari, pourtant 1er du palmarès général, n'est attesté ni en Normandie ni dans le Perche ; erman/wald (2e) ni en Normandie, ni en Brie champenoise. Seul ingal/berht (3e) est présent dans les cinq entités micro-régionales définies. Les noms « dominants » sont différents d'un groupe de domaines à l'autre. L'analyse statistique confirme cette impression. Sur les vingt noms les plus fréquents du palmarès général, quatorze sont spécifiques d'une microrégion : erman/hari, erman/wald, athal/gair, athal/hard, ragin/balth et ald/berht pour les environs de Paris ; ingal/berht, hroth/berht, hildi/gaut, hroth/gaut, Martinus et ragin/hard pour le Perche ; hildi/berht et erman/hard pour le Mantois. Plus loin dans le palmarès général, parmi les noms un peu moins fréquents, l'analyse souligne également le caractère nettement « parisien » de Dominicus (une unique occurrence non parisienne en Normandie), celui de berin/gair dans le Mantois88, ou encore celui de far/wini dans le Perche. Si l'on exclut la Normandie et la Brie champenoise, pour lesquelles les données disponibles restent un peu minces pour une analyse solide, ces palmarès manifestent de fortes originalités micro-régionales.

127Le poids de la variation thématique dans la formation des noms, les fortes différences de noms entre les générations, mais la constance des lexèmes, des lexèmes finaux surtout, invite à observer la fréquence de ces lexèmes, sans se contenter des impressions fournies par les noms entiers.

c. Des lexèmes initiaux aux facies micro-régionaux ?

Palmarès micro-régionaux des lexèmes initiaux des hommes (tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des lexèmes initiaux des hommes (tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Pour la Normandie, on trouve au rang 10 quinze lexèmes initiaux portés exactement 2fois ; pour le Perche, au rang 11, trois lexèmes initiaux portés exactement 13 fois ; pour le Mantois, au rang 11, deux lexèmes initiaux portés exactement 17 fois ; pour les environs de Paris, au rang 11, deux lexèmes initiaux portés exactement 21 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 7, onze lexèmes initiaux portés exactement 2 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 11 le lexème initial hari (porté exactement 87 fois) et au rang 12 le lexème ingal- (porté exactement 84 fois).

  • 89 Il est ici fait allusion au palmarès général relatif à l'ensemble des 5 entités micro-régionales dé (...)

128Des particularités sensibles apparaissent dans ce palmarès puisque sur les 20 lexèmes initiaux les plus fréquents du palmarès général89, 17 sont spécifiques d'une micro-région. Ainsi :

    • 90 Comme il a été dit plus haut, berin- est par ailleurs un lexème spécifique des colons dans l'ensemb (...)

    comme était apparue la fréquence particulière de berin/gair dans le Mantois, on retrouve celle de berin-, spécifique de cette région, dans une moindre mesure dans le Perche et déficitaire dans les environs de Paris90 ; berin- apparaît comme un lexème de l'Ouest ;

  • le lexème initial fulk- paraît une caractéristique du domaine normand de Saint-Germain-Village, puisqu'il est rare ailleurs, mais il est spécifiquement porté par deux groupes familiaux proches, installés sur le même manse, de statut colonaire (composé en Fulkbaldus, Fulkgaudus, Fulkbertus). La caractéristique paraît ici plus familiale que locale ou régionale ;

  • dans ce même domaine, austar- (brillant) est porté avec une fréquence qui semble exceptionnelle, mais dans des conditions différentes de fulk- : il s'agit de manses différents et de porteurs qui sont tous de statut servile (composé en austar/berht ou austar/wald).

  • theud- : bien placé dans les domaines parisiens, semble moins fréquent ailleurs.

  • far- (taureau) dans le Perche, rare ailleurs, est présent dans les trois domaines. À Boissy, il apparaît dans des groupes familiaux différents et de taille variable, avec des manses de type différent, porté par des colons ou des serfs, dans des localisations diverses ; sous la forme dominante de far/wini (6 sur 8).

129Au-delà de ces premières constatations, l'analyse statistique des spécificités et des déficits fait apparaître des entités anthroponymiques marquées. Certains lexèmes initiaux sont spécifiques de l'Ouest du Bassin Parisien (Perche et Mantois) : berin- et hroth-. L'Est du Bassin Parisien semble moins visible comme entité anthroponymique ; mais athal-, erman- ou encore theud- sont spécifiques des environs immédiats de Paris, véhiculant tous trois une image d'élévation. Quant à agil-, sig- et berht-, ils renvoient à l'agressivité, à la guerre, au brillant. Les spécificités parisiennes sont particulièrement glorieuses. En Brie, avec hildi-, la spécificité est celle du combat.

130Dans le jeu des lexèmes initiaux, on perçoit donc des pratiques qui donnent à certains lexèmes une fréquence particulière dans des groupes de domaines proches ou qui présentent une certaine cohérence géographique.

131Dans certaines familles, des cas de variations thématiques particulièrement redondantes méritent d'être notées, sans qu'on doive en faire une règle familiale rigoureuse puisque nous ne connaissons la transmission que sur deux générations ; dans de petites villae, ces pratiques familiales donnent l'impression d'un corpus original.

d. Des différences micro-régionales pour lexèmes terminaux

  • 91 Cf. supra note 90 : il est ici fait allusion au palmarès général relatif à l'ensemble des 5 entités (...)

132Il en va des différences micro-régionales comme des différences entre générations : les lexèmes terminaux y sont les plus constants, ce sont eux qui enregistrent les plus faibles variations. Mais les différences sont ici loin d'être négligeables. Certains lexèmes sont certes attestés partout avec une grande fréquence : -berht, -hard et -wald, qui ne sont spécifiques ou déficitaires d'aucune micro-région et qui sont en tête du palmarès général91 (respectivement 1er, 2e et 6e). Mais d'autres parmi les plus fréquents présentent des singularités : -wini (3e du palmarès général) est spécifique dans le Perche et déficitaire en Normandie ; -hari (4e) est spécifique dans le Mantois comme dans les environs de Paris tout en étant déficitaire dans le Perche ; -gair (5e) est spécifique dans le Mantois comme en Normandie mais est déficitaire dans le Perche ; -balth (7e) est spécifique dans le Mantois et déficitaire dans le Perche. Et l'on trouve des spécificités plus loin dans le palmarès général : sur les 20 lexèmes terminaux les plus fréquents, 14 sont spécifiques d'une microrégion. C'est moins que pour les lexèmes initiaux mais cela reste tout de même important.

Palmarès micro-régionaux des lexèmes terminaux des hommes (tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des lexèmes terminaux des hommes (tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Pour la Normandie, on trouve au rang 10 trois lexèmes terminaux portés exactement 2 fois ; pour le Perche, au rang 11, un lexème terminal (suffixation latine) porté exactement 16 fois ; pour le Mantois, au rang 11, un lexème terminal porté exactement 26 fois ; pour les environs de Paris, au rang 11, un lexème terminal porté exactement 50 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 10, quatre lexèmes terminaux portés exactement 3 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 11 le lexème terminal -rik, porté exactement 160 fois.

133La fréquence de -berht est assez constante. Mais celle de -gair, par exemple, ne l'est pas : dans les domaines normands, 18 % des hommes (adultes et enfants mêlés) portent ce lexème terminal ; ils ne sont que 9 % dans le Mantois, 7 % dans les environs de Paris et 5 % dans la Brie champenoise.

134L'impression d'ensemble est donc mitigée ; il y a bien une certaine identité du corpus des lexèmes terminaux d'une micro-région à l'autre, mais les différences existent et peuvent être sensibles en matière de concentrations.

2. L’anthroponymie féminine

135Comme pour les hommes, les différences micro-régionales de gestion des corpus anthroponymiques sont nettes, qu'il s'agisse du pourcentage d'hapax ou du niveau de la concentration des noms (après lemmatisation).

Caractéristiques statistiques « macro. » des corpus micro-régionaux de noms de femmes (après lemmatisation, femmes de tous statuts et de toutes générations)

Caractéristiques statistiques « macro. » des corpus micro-régionaux de noms de femmes (après lemmatisation, femmes de tous statuts et de toutes générations)

N.B. : 1. la colonne « total » correspond à l'agrégation des 5 entités micro-régionales définies ;
2. Pour chaque région, les indications fournies sont : le nombre d'individus (nb ind.) ; le nombre de noms différents (nb noms ≠) ; le nombre d'hapax (nb hapax) ; le pourcentage d'hapax dans le corpus des noms ; le nombre moyen d'individus par nom (nb moy. ind./nom) ; le pourcentage d'individus qui portent l'un des 5 noms les plus fréquents (concent. (5 noms)) ; le nombre minimal de noms nécessaires pour désigner la moitié de la population (nb noms 50 % pop.).

136Les nuances régionales confirment les pratiques décelées à l'échelle générale du polyptyque : les noms féminins sont moins hétérogènes que ceux des hommes, et ce n'est pas l'effet du moindre effectif.

Palmarès micro-régionaux des noms de femmes (après lemmatisation, tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des noms de femmes (après lemmatisation, tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux noms lemmatisés significatifs. Pour la Normandie, on trouve au rang 11 soixante-deux noms portés exactement 1 fois ; pour le Perche, au rang 9, douze noms portés exactement 4 fois ; pour le Mantois, au rang 8, cinq noms portés exactement 6 fois ; pour les environs de Paris, au rang 9, trois noms portés exactement 9 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 3, cinquante-huit noms portés exactement 1 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 11 les noms athal/linth et hroth/berg, portés exactement 26 fois.

137Dans l'ensemble des noms féminins, tous statuts confondus et toutes générations mêlées, des différences micro-régionales sont perceptibles. Certains noms sont fréquents dans plusieurs groupes micro-régionaux de domaines — ainsi erman/thruth dans le Mantois et dans les environs de Paris ; ragin/hildi aux environs de Paris et dans le Perche ; god/linth dans les environs de Paris et en Normandie —, mais ce n'est pas la règle générale.

138Si les noms entiers de femmes manifestent de sensibles différences micro-régionales, il n'en va pas de même des lexèmes. Le domaine normand de Saint-Germain-Village garde une certaine originalité, mais il est difficile de définir un ensemble de lexèmes qui pourrait constituer une sorte de marque micro-régionale de l'anthroponymie.

Palmarès micro-régionaux des lexèmes initiaux des femmes (tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des lexèmes initiaux des femmes (tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes initiaux significatifs. Pour la Normandie, on trouve au rang 5 sept lexèmes initiaux portés exactement 3 fois ; pour le Perche, au rang 11, deux lexèmes initiaux portés exactement 11 fois ; pour le Mantois, au rang 10, trois lexèmes initiaux portés exactement 15 fois ; pour les environs de Paris, au rang 11, un lexème initial porté exactement 23 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 11, trente-quatre lexèmes initiaux portés exactement 1 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 11 le lexème initial ald-, porté exactement 68 fois.

Palmarès micro-régionaux des lexèmes terminaux des femmes (tous statuts et toutes générations confondus)

Palmarès micro-régionaux des lexèmes terminaux des femmes (tous statuts et toutes générations confondus)

N.B. : Les palmarès sont « arrêtés » aux lexèmes terminaux significatifs. Pour la Normandie, on trouve au rang 9 trois lexèmes terminaux portés exactement 2 fois ; pour le Perche, au rang 10, deux lexèmes terminaux portés exactement 2 fois ; pour le Mantois, au rang 11, un lexème terminal porté exactement 17 fois ; pour les environs de Paris, au rang 10, deux lexèmes terminaux portés exactement 18 fois ; et pour la Brie champenoise, au rang 11, six lexèmes terminaux portés exactement 1 fois. Dans l'ensemble du polyptyque, on trouve au rang 11 le lexème terminal -burg, porté exactement 68 fois.

139On ne décèle pas non plus, à l'échelle micro-régionale, de particularités sociales. Le résultat le plus net de ces palmarès est, bien au contraire, que, malgré les nuances dans les palmarès, les mêmes lexèmes se retrouvent en tête.

140Qu'il s'agisse de la différence entre les générations ou des nuances micro-régionales, les conséquences du système et des pratiques anthroponymiques, notamment de la variation thématique, font que les lexèmes ne changent guère, mais que leur combinaison est suffisamment variée pour que les noms entiers diffèrent fortement. Dans tous les cas, les noms des femmes sont à la fois plus concentrés et plus homogènes que ceux des hommes. Il serait tentant d'y voir l'indice d'une mobilité plus grande des femmes ; cela reste pourtant une hypothèse parmi d'autres pour expliquer cette moindre variété des noms de femmes, qui contraste avec les situations du Moyen Âge central.

141Cependant la variété des lexèmes et notamment des lexèmes terminaux est bien plus nette lorsqu'on observe les nuances micro-régionales que lorsqu'on considère les différences entre générations. Il est vrai que le calcul des différences entre les générations, établi sur l'ensemble agrégé des domaines peut gommer certaines évolutions particulières.

B. L'échelle domaniale

  • 92 Idéalement, on pourrait imaginer de travailler non pas au niveau des domaines tels qu'ils sont décr (...)

142Le caractère marqué des différences observées au niveau micro-régional suggère un examen à une autre échelle, celle du domaine. À supposer que ce niveau d'observation ait un sens — il n'est pas certain que la cohérence géographique soit la même partout dans la mesure où certains brefs semblent davantage correspondre à des agrégats de circonstance qu'à des regroupements de manses spatialement proches92 — il convient en effet d'évaluer l'intensité des différences anthroponymiques entre les domaines d'une même entité micro-régionale.

  • 93 Sur ce concept, cf. infra note 99.

143Rares cependant sont les brefs qui permettent, avec quelque sécurité, une telle approche. Comme souvent, les biais sont multiples. Les domaines comparés ne doivent pas être trop petits, leur orientation économique93 doit être la même et les individus recensés en nombres comparables.

144Ces exigences rendent la comparaison impossible dans le Perche. Dans le Mantois, deux domaines se prêtent bien à l'étude différentielle : ceux de Maule (bref XXI) et de Secval (bref XXII). Dans les environs de Paris, les domaines de Thiais (bref XIV) et de Villeneuve-Saint-Georges (bref XV) sont également utilisables dans cette perspective.

145Bien sûr, l'observation à ce niveau de détail pose des problèmes méthodologiques. La concentration des noms est faible, même après lemmatisation, de sorte que le nom le plus fréquent d'un domaine de 2 à 300 personnes — ce qui est le cas pour les quatre brefs sélectionnés —, concerne 3 ou 4 individus, pas suffisamment pour envisager une comparaison statistiquement solide. Seuls les lexèmes autorisent des investigations poussées.

1. Dans le Mantois

146Dans le Mantois — comme ailleurs —, avant comme après lemmatisation, les noms masculins sont peu concentrés : gisal/mar, 1er du palmarès à Maule (4 occurrences), est absent à Secval ; erman/hari, 4 occurrences également et donc 1er du palmarès à Maule, est au rang 10 à Secval (2 occurrences, mais 9 noms comptent 3 occurrences et se classent au rang 1). On ne peut pas tirer grand chose de la comparaison des noms entiers. Tout au plus observe-t-on que les caractéristiques statistiques « macro. » sont très proches pour les deux palmarès.

  • 94 Le « palmarès global » évoqué ici est celui des lexèmes initiaux dans l'ensemble des deux brefs exa (...)

147Elles le sont également pour les lexèmes initiaux. Mais plusieurs de ces lexèmes sont spécificiques de l'un ou de l'autre des deux domaines (8 sur les 30plus fréquents du palmarès global94) : berin- (8e), godal- (10e), gisal- (16e) et wulf- (16e) à Maule (bref XXI) ; athal- (2e), hildi- (5e), grim- (16e) et wandil- (27e) à Secval (bref XXII).

148En ce qui concerne les lexèmes terminaux, les différences sont en revanche pratiquement inexistantes : seul -mar (11e) est spécifique du domaine de Maule. À quelques nuances d'ordre près, l'identité est parfaite entre les deux palmarès pour les 7 lexèmes terminaux les plus fréquents.

149Comme pour les hommes et pour les mêmes raisons, la comparaison des noms entiers des femmes dans les deux domaines ne donne que peu de résultats : agil/berht est 2e à Maule (3 occurrences) et absent à Secval ; athal/wis (3 occurrences) est 2e à Secval et absent à Maule ; difficile d'en tirer quelque conclusion que ce soit.

150Pour les lexèmes initiaux, erman- (2e du palmarès global) est spécifique à Maule ; hildi- (4e), gaut- (8e), berht- (13e) et rad- (17e) le sont à Secval (rad n'est pas attesté à Maule). Des spécificités donc, mais en nombre relativement limité (5 au total pour les 104 lexèmes initiaux différents portés par les femmes dans ces deux domaines du Mantois).

  • 95 Seul le lexème wis-(12e du palmarès global) se classe dans les 11 premiers à Secval (puisque 6e dan (...)

151La proximité est très grande pour les lexèmes terminaux puisque si -gard (6e) est spécifique à Maule et -wis (12e) à Secval, il y a identité presque parfaite (à Tordre près) pour les 11 lexèmes terminaux les plus fréquents95.

152Il existe donc des différences dans les palmarès de noms et de lexèmes entre les deux domaines de Maule et de Secval, mais elles sont moindres que celles observées entre micro-régions.

2. Dans les environs de Paris

153Dans les environs de Paris, sans surprise, les noms masculins sont peu concentrés. Étonnamment, le plus fréquent sur l'ensemble des deux domaines est un nom d'origine germanique à une seule racine identifiée, Theud, qui compte 7 occurrences au total. Il se classe 3e à Thiais (bref XIV) et 2e à Villeneuve-Saint-Georges (bref XV). Si l'on excepte Theud, les noms les plus fréquents dans l'un des deux domaines ne sont pas parmi les fréquents dans l'autre : ainsi erman/hari (5 occurrences à Villeneuve-Saint-Georges et 1er du palmarès correspondant) n'est attesté qu'une fois à Thiais ; hari/berht et Petrus (4 occurrences et 2e du palmarès à Villeneuve-Saint-Georges) ne sont pas attestés plus d'une fois à Thiais. Réciproquement, gaut/berht (4 occurrences à Thiais et 1er du palmarès de ce domaine) n'est pas attesté à Villeneuve-Saint-Georges. Sur les 334 noms lemmatisés différents attestés dans l'ensemble des deux domaines parisiens sélectionnés, 275 (plus de 4/5) ne sont présents que dans l'un d'entre eux. Les différences sont donc, pour ce qui est des noms masculins lemmatisés, plus fortes qu'elles ne Tétaient entre les deux domaines du Mantois.

154Les lexèmes initiaux présentent des caractéristiques statistiques « macro. » assez proches, mais 9 des 25 les plus fréquents de l'ensemble des deux domaines sont spécifiques d'un bref : hroth- (4e du palmarès global), land- (7e), god- (11e), agi- (18e) et gaut- (23e) pour Thiais ; hari- (7e), grim- (9e), agin- (11e) et erm-(11e) pour Villeneuve-Saint-Georges.

155Pour les lexèmes terminaux, les caractéristiques « macro. » témoignent d'une concentration un peu plus marquée à Thiais (bref XIV). Les ressemblances sont toutefois fortes, malgré les spécificités de -zvini (3e) et -hauh (11e) à Thiais ; de -hari (7e), -gair (8e) et -thew (16e) à Villeneuve-Saint-Georges.

156Peu de choses à tirer de la comparaison des palmarès de noms féminins lemmatisés, sauf à observer que god/linth est le nom le plus fréquent à Villeneuve-Saint-Georges (bref XV) en étant spécifique de ce domaine.

157La proximité des lexèmes initiaux est plus marquée que pour les hommes. Seuls 4 lexèmes initiaux sont spécifiques de l’un ou l'autre des deux domaines : gunth- (11e du palmarès global) et hraban- (15e) pour Thiais (ni l’un ni l'autre ne sont portés à Villeneuve-Saint-Georges) ; hari- (4e) et berht- (13e) pour Villeneuve-Saint-Georges.

158Une fois n'est pas coutume, les contrastes sont aussi marqués pour les lexèmes terminaux (mais ils restent modérés), -balth (6e) est spécifique à Thiais et -burg (14e) déficitaire (il n'y est jamais attesté) ; -thruth (3e), -gard (8e) et -sinth (10e) sont spécifiques à Villeneuve-Saint-Georges. En outre, l'identité est parfaite (ordre compris) pour les 4 lexèmes terminaux les plus fréquents dans chaque domaine.

159Il en est des deux domaines des environs de Paris comme de ceux du Mantois, les différences dans les palmarès de noms et de lexèmes existent, mais elles sont moins marquées que celles observées entre micro-régions.

160Ces résultats partiels restent fragiles dans la mesure où les comparaisons n'ont pu être faites, faute de matériau suffisant, entre tous les domaines de chacune des micro-régions identifiées. Tous cependant vont dans le même sens et suggèrent l'existence de nuances plus micro-régionales que locales.

C. Lieux et statuts

161Les différences anthroponymiques liées au statut sont bien moins lisibles que celles liées à la localisation. Mais comment se combinent ces deux variables ? Dans l'ensemble du polytpyque, les différences anthroponymiques liées au statut, même faibles, n'expriment-elles pas en fait tout simplement l'inégale répartition des statuts dans l'espace ?

  • 96 Ces observations valent avant tout pour la génération 1 (celle des hommes et des femmes adultes). L (...)

162Il se peut que régionalement ou localement, la pratique de certains noms soit distinctive des statuts. Comme lexème initial, austar- en Normandie n'est porté que par des serfs, tandis que land- dans le Mantois ou gisal- dans les environs de Paris ne le sont que par des colons96.

163Comme lexème terminal, -wulf garde-t-il les particularités de rareté chez les serfs ? Il demeure un lexème exclusivement colon à Nogent. Mais dans le groupe des villae « parisiennes », il est porté par 3 serfs et 27 colons, une différence qui n'est pas significative lorsqu'on la rapporte au poids de chacune des deux catégories. De Saint-Germain-Village, il est absent. Dans les domaines percherons il est aussi fréquemment porté par des colons que par des serfs. Dans les trois domaines du Mantois, il est, à une exception près, porté par des colons, dans des familles qui ne paraissent pas apparentées. Il se peut que localement, notamment à Nogent-l’Arthaud, -wulf ne fasse pas partie du corpus des lexèmes portés par des serfs, mais en aucun cas il ne peut s'agir d'une règle générale.

164Le lexème terminal -hauh (battre), assez rare, a une fréquence peut-être singulière dans le Perche, mais il y est porté par des colons et des serfs dans proportions équivalentes ; dans des familles différentes ; jamais en lexème initial. Il peut apparaître comme une singularité locale, mais pas comme un marqueur statutaire.

165L'image d'ensemble de l'analyse spatiale de l'anthroponymie dans le polyptyque est donc que d'une micro-région à l'autre, d'un domaine à l'autre, les lexèmes sont peu originaux, surtout les lexèmes terminaux, confirmant une pratique anthroponymique générale des domaines inventoriés, et sans doute de l'ensemble des micro-régions concernées. Les noms entiers n'en révèlent pas moins une faible concentration et une réelle variété. Bien que faibles pour les lexèmes et un peu plus nette pour les noms entiers, les différences micro-régionales se marquent sensiblement plus que les différences de statut. Pas plus localement que globalement, les différences de statut ne peuvent se lire dans l'anthroponymie, autrement que sous la forme de nuances fines.

166Quelle perception du caractère statutaire des noms et des lexèmes pouvait-on avoir à l'époque, localement et a fortiori à l'échelle micro-régionale ? Même si certains lexèmes nous paraissent appartenir à un certain statut, parce qu'ils viennent de manses différents, et que nous sommes tentés de leur donner un sens statutaire plutôt que familial, que savons-nous des liens de cousinage entre ces tenanciers porteurs des mêmes lexèmes ? Il est bien peu probable que les cas, au demeurant très minoritaires, de certains lexèmes qui semblent localement caractéristiques d'un statut et inutilisés pour un autre, aient fonctionné ainsi ; bien peu probable qu'ils aient été rattachés par les contemporains à un statut plutôt que situés dans une lecture familiale des noms.

V. Taille du manse et anthroponymie

167À défaut de lire une anthroponymie qui distinguerait les habitants des domaines de Saint-Germain-des-Prés selon leur statut, ou du moins selon une différenciation entre colons et serfs, peut-on imaginer que la taille des manses permette d'apercevoir une sorte de différenciation sociale entre une élite des tenanciers des plus grands manses et les autres.

168Proposer une base solide pour la construction d'une division selon la « fortune foncière » reste cependant une entreprise difficile. Les biais sont multiples, ne serait-ce que parce que rien ne prouve que les manses tenus du monastère constituent l'essentiel des biens exploités par leurs habitants, ni que l'éventuel complément extérieur soit, pour chacun dans des proportions analogues. Bref, rien ne prouve que la hiérarchie tirée du polyptyque corresponde à une hiérarchie de fortune réelle. S'ajoute la difficulté d'évaluer les charges et redevances qui pèsent sur ces manses et de les intégrer à une évaluation de la fortune et de la hiérarchie sociale. Plus grave encore : comment évaluer la présence de plusieurs couples sur un manse ? Implique-telle un partage préjudiciable au niveau de vie de la première famille ou au contraire une soumission prestigieuse à cette première famille, à la manière de la seconde épouse à l'égard de la première ?

169La conscience de ces problèmes nous a conduit à retenir, pour cette analyse, les données suivantes :

    • 97 Ce faisant, nous pourrions craindre de nous priver d'une information sur les plus gros manses. En r (...)
    • 98 Cf. Konrad Elmshaüser & Andreas Hedwig, Studien zu Polyptychon..., op. cit., tableau 15 p. 507, mai (...)

    nous n'avons conservé que les manses à un groupe familial, afin d'éviter la difficulté que constitue l'interprétation en termes de richesse et de hiérarchie sociale de l'existence sur un même manse de plusieurs familles de tenanciers97. La situation de ce point de vue est très différente d'un domaine à l'autre98. On y retrouve l'orientation économique des domaines : les manses à familles de tenanciers multiples sont ceux des domaines céréaliers ;

  • tous les statuts sont observés et non pas seulement les colons et les serfs ;

    • 99 Les indications sur l'orientation économique des domaines sont reprises de Konrad Elmshaüser & Andr (...)

    les exploitations ont des orientations productives différentes, certaines plus viticoles, d'autres plus céréalières, orientations assez homogènes dans le cadre de chaque domaine99 Pour ne pas introduire un biais lié à la productivité différente des parcelles en vigne ou en blé, nous n'avons retenu que la surface céréalière et nous avons procédé à deux calculs successifs, l'un basé sur l'ensemble des domaines, l'autre excluant du calcul les domaines viticoles ;

    • 100 Sont cependant exclus de nos décomptes les manses — ou plus exactement les item de l'inventaire — p (...)

    nous avons gardé toutes les informations sur la terre arable, sur les manses et hors les manses. Ainsi, par exemple, Landoinus et sa femme, parmi les tenanciers des hospitia de Jouy-en-Josas, ont trois ansanges de terre (bref I, [19])100.

  • 101 La conversion des mesures n'est pas simple ; nous avons utilisé et parfois légèrement amendé les pr (...)
  • 102 L'étude statistique a été faite sur les seuls manses à un noyau familial. Conduite sur l'ensemble d (...)
  • 103 895 individus (nommés) résident sur les manses de moins de 4 bonniers de terre arable et 1370 sur c (...)
  • 104 Les indicateurs les plus simples habituellement utilisés pour décrire les corpus anthroponymiques s (...)

170L'étude statistique de la distribution des superficies de terre arable101 suggère alors une discrétisation en cinq classes102. L'identification des points de rupture de pente de la courbe des fréquences cumulées croissantes conduit à la discrétisation suivante : moins de 4 bonniers, de 4 à moins de 8 bonniers, de 8 à moins de 12 bonniers, de 12 à moins de 18 bonniers, 18 bonniers et plus. Mais cette définition, si « idéale » fut-elle dans la perspective d'une analyse de type économique, est moins satisfaisante pour une étude anthroponymique dans la mesure où elle conduit à de fortes distorsions dans la répartition des manses : ainsi définie, la première classe concerne en effet 329 manses et la deuxième 423, soit donc, pour les seules entités de moins de 8 bonniers, près des trois quarts des 1005 manses étudiés. Il en résulte des différences importantes dans la répartition des individus entre les divers niveaux de « fortune foncière » définis103. Pour faciliter les comparaisons, il est donc ici préférable de choisir les limites de classe de façon à constituer des groupes relativement homogènes en nombre d'individus104. Ce qui conduit à amender quelque peu la décomposition initiale pour proposer la partition suivante :

Manses et personnes selon la superficie de terre arable détenue

Manses et personnes selon la superficie de terre arable détenue

N.B. : Ne sont pas ici comptabilisés trois individus de sexe indéterminé.

171Cette décomposition conduit à la définition de quatre niveaux présumés de « fortune foncière », chacun correspondant peu ou prou à un quart de la population masculine et féminine.

A. Hommes (adultes et enfants)

172Sur l'ensemble des domaines, installés sur des manses dont ils sont les seuls tenanciers, les hommes adultes et les enfants mâles se répartissent de façon équilibrée dans les quatre groupes définis.

Hommes selon la superficie de terre arable et la génération

Hommes selon la superficie de terre arable et la génération

1. Les noms germaniques/non-germaniques

173À la génération des adultes, on constate une proportion légèrement plus forte de noms d'origine non-germaniques sur les manses supérieurs à 10 bonniers (donc pour le groupe des tenanciers présumés les plus « fortunés »), mais c'est au contraire les enfants des tenanciers les moins nantis qui portent un peu plus fréquemment ce type de nom. Difficile donc de donner du sens aux différences observées.

Proportion des noms masculins non-germaniques selon la superficie de t. arable et la génération

superficie

hommes adultes

enfants mâles

moins de 4 bonniers (b.)

8,0 %

11,3 %

de 4 à moins de 6 b.

8,0 %

6,2 %

de 6 à moins de 10 b

8,5 %

5,8 %

10 b. et plus

9,9 %

6,3 %

ensemble

8,4 %

7,4 %

174En outre, aucune préférence marquée des plus ou des moins « fortunés » n'apparaît pour telle ou telle forme de nom non-germanique.

2. Les noms entiers lemmatisés

175La faible concentration des noms, même après lemmatisation, ne permet pas de mettre en évidence des noms spécifiques d'un niveau de « fortune foncière » particulier. L'analyse statistique souligne cependant le caractère anormalement fréquent de erman/hari dans le groupe des plus « pauvres » (toutes générations prises en compte). Mais cette spécificité disparaît lorsque l'analyse ne porte que sur la génération 2, de sorte qu'aucun nom ne permet de distinguer les enfants des tenanciers les plus « fortunés » des autres.

3. Les lexèmes initiaux

176Lorsqu'on les analyse selon le critère de la taille des manses qu'occupent les tenanciers, les lexèmes initiaux conservent évidemment les mêmes caractéristiques générales, marquées par une concentration supérieure à celle des noms entiers, mais inférieure à celle des lexèmes terminaux. Les similitudes entre les différents niveaux de « fortune » sont nombreuses : dans l'ensemble ce sont bien les mêmes lexèmes initiaux que l'on retrouve parmi les tenanciers des plus grands manses comme parmi ceux des plus petits. Pourtant, quelques singularités apparaissent : gair- se révèle spécifique des enfants mâles des tenanciers les plus « fortunés », tout comme gaut- et wulf-. Mais aucun d'eux n'était spécifique à la génération précédente. Quant aux enfants des tenanciers les moins favorisés, ils semblent portés un peu moins fréquemment athal- (déficitaire dans ce groupe sans en être absent), et un peu plus souvent agil- (spécifique). Mais là encore, les résultats étaient différents à la génération des pères.

Fréquence de gair- chez les hommes selon la superficie de terre arable et la génération

Fréquence de gair- chez les hommes selon la superficie de terre arable et la génération

N.B. : Les pourcentages indiqués correspondent à la proportion de porteurs du lexème initial gair- dans le groupe concerné (« base » = adultes ou enfants mâles porteurs d'un nom germanique à une ou deux racines identifiées, ou à une racine + une suffixation latine).

177Un échantillon limité aux domaines céréaliers confirme certains traits précédents : ainsi gair-, qui devient le lexème initial le plus fréquent dans chaque génération (initialement 2e à la génération 1 et 3e à la génération 2) reste spécifique des enfants mâles des tenanciers les plus « fortunés ». En outre, les porteurs de ce lexème (8 à la génération 1 et 7 à la génération 2) viennent tous — à une exception près — de Villamilt (bref IX) et trois sont issus de la même famille (le père et deux fils).

  • 105 Comme lexème initial, dans les domaines viticoles, hildi- est 1er du palmarès à la génération des e (...)

178Mais d'autres nuances apparaissent : les lexèmes fulk- et athal- ne sont portés que par les enfants des « céréaliers » les plus « fortunés », sans pour autant être spécifiques de ce groupe ; hildi- connaît quant à lui un succès certain dans les domaines viticoles105, mais n'est attaché à aucun niveau de « fortune » particulier.

179Les différences restent minimes, qu’elles soient liées au niveau de « fortune foncière » ou à l'orientation économique du domaine.

4. Les lexèmes terminaux

180À la recherche de singularités du même type pour les lexèmes terminaux, on constate que :

  • -berht,-wald et -hraban sont un peu plus fréquents chez les enfants des tenanciers les plus « fortunés » (ils sont spécifiques de ce groupe) ;

  • -hard,-frith et -rik sont spécifiques pour les fils des tenanciers les moins « fortunés ».

181Mais, comme pour les lexèmes initiaux, ces résultats doivent être nuancés dans la mesure où les contrastes sont bien moins marqués à la génération 1. Seul -frith conserve sa caractéristique et apparaît comme spécifique pour les tenanciers les moins nantis.

Fréquence de -frith chez les hommes selon la superficie de terre arable et la génération

Fréquence de -frith chez les hommes selon la superficie de terre arable et la génération

N.B. : Les pourcentages indiqués correspondent à la proportion de porteurs du lexème terminal -frith dans le groupe concerné (« base » = adultes ou enfants mâles porteurs d'un nom germanique à deux racines identifiées ou à une racine + une suffixation latine).

182Dans les domaines céréaliers, à la génération des enfants, -wini est le lexème terminal plus fréquent (il ne se classe que 5e lorsqu'on ne spécifie pas l'orientation économique du domaine). Plus intéressant est le cas de -gair, qui n'est porté comme lexème terminal que par les fils des tenanciers les plus « fortunés ». Ce qui était aussi le cas en position initiale. Même si le nombre d'occurrences correspondant est ici trop faible pour parler de spécificité, il semble bien que ce lexème jouisse d'une notoriété particulière pour les enfants mâles des tenanciers les plus « fortunés ».

B. Femmes (adultes et enfants)

183Comme pour les hommes, les femmes adultes et les enfants de sexe féminin se répartissent de façon équilibrée dans les quatre groupes définis.

Femmes selon la superficie de terre arable et la génération

1. Les noms germaniques/non-germaniques

184Les femmes sont un peu plus nombreuses que les hommes à porter un nom d'origine non-germanique.

Proportion des noms féminins non-germaniques selon la superficie de t. arable et la génération

superficie

femmes adultes

filles

moins de 4 bonniers (b.)

8,3 %

9,8 %

de 4 à moins de moins de 6 b.

11,0 %

7,5 %

de 6 à moins de 10 b.

7,8 %

7,3 %

10 b. et plus

8,0 %

9,2 %

ensemble

8,9 %

8,3 %

185Mais le niveau présumé de « fortune foncière » n'est pas plus que pour les hommes un facteur déterminant.

186L'observation comparée des types de noms portés par les hommes et les femmes montre à chaque génération une légère préférence de ces dernières pour les noms germaniques avec suffixation latine et, plus étonnant, pour les noms germaniques à une seule racine identifiée, sans corrélation cependant avec le niveau présumé de « fortune foncière ».

2. Les noms lemmatisés

187Comme ceux des hommes, les noms lemmatisés des femmes sont peu concentrés. À la génération des filles, aucun nom spécifique ou déficitaire d'une catégorie n'est identifiable. Seul god/linth, 1er du palmarès, semble être un peu plus fréquent dans le groupe des moins « fortunés », à la génération des mères comme à celle de leurs filles.

3. Les lexèmes initiaux

188Le lexème initial hari-, jamais attesté chez les femmes adultes des plus grands manses (10 b. et plus) devient spécifique de cette catégorie à la génération 2. Quant à hroth-, spécifique pour les filles des tenanciers et tenancières les moins « fortunés », il était déficitaire dans ce groupe à la génération des mères.

  • 106 Par exemple -erman est un peu moins fréquent à la génération 2 dans les domaines viticoles (1er dan (...)

189Il n'y a certes pas identité parfaite des lexèmes les plus fréquents entre les domaines céréaliers et les domaines viticoles106, mais les traits repérés sont indépendants de l'orientation économique du domaine.

190Aucune différence marquante n’est repérable entre les 4 classes de superficie définies. Le jeu sur les lexèmes qui semble fonctionner entre les générations n'est pas l'apanage des certains milieux, « fortunés » ou non.

4. Les lexèmes terminaux

191À la génération des mères comme à celle des filles, -hildi,-thruth et -linth sont, à l'ordre près, les 3 lexèmes terminaux plus fréquents (ou presque) de chaque niveau de « fortune foncière ».

192Les cas de -frith et de -hari, jamais attestés chez les moins nantis à la génération 2 ni chez les plus favorisés à la génération 1, sont intéressants, comme celui de -balth, absent chez les plus « fortunés » (10 b. et plus) à chaque génération. Mais ils ne suffisent pas à remettre en cause l'impression largement dominante d'une indépendance entre niveau présumé de « fortune foncière » et pratiques de dénomination.

  • 107 La dictinction selon l'oriention économique ne l'est pas davantage ; la comparaison systématique de (...)

193Les lexèmes qui paraissent associés à la « fortune foncière » sont peu nets, ni dans un sens de prestige ni dans celui d'une indignité. Qui plus est, les rares caractéristiques « sociologiques » des lexèmes se renversent d'une génération à l'autre. Une lecture de la hiérarchie des fortunes n'est pas justifiée à l'échelle du polyptyque107. Les fonctionnements sont surtout locaux et plus encore familiaux : la reproduction des thèmes des parents par les enfants constitue le caractère dominant de l'anthroponymie du polyptyque.

VI. La transmission des noms

194Tant d'homogénéité globale suggère certes des modes de transmission analogues quel que soit le statut des personnes. Toutefois, si les lexèmes utilisés sont les mêmes et le système général le même, encore faut-il vérifier que la transmission se fait de manière identique, avec les mêmes taux de reproduction, selon les statuts et qu'il s'agisse de garçons ou de filles, qu'il s'agisse des premiers nés ou des puînés, ou plus exactement des premiers enfants enregistrés pour le couple formé par leurs parents ou des derniers indiqués dans la fratrie. On fera varier séparément les trois paramètres : sexe, place dans la fratrie et statut, pour évaluer et comparer le poids de chacun d'eux dans la transmission de l'anthroponymie. Mais avant d'analyser le poids de ces trois variables, il convient de préciser les formes de la transmission des lexèmes.

A. De la transmission à l'identique à l'assonance

  • 108 Cf. Youri Bessmertny, « Les structures de la famille paysanne dans les villages de la Francia au IX (...)
  • 109 Sont considérés comme tels les noms à deux racines germaniques identifiées, ceux à une seule racine (...)
  • 110 Le corpus étudié ici se décompose ainsi : 1672 enfants mâles, 1266 enfants de sexe féminin et 1 enf (...)

195Il existe plusieurs niveaux de transmission des lexèmes, de la pure identité à une vague assonance, en passant par l'allongement ou la réduction. Nous n'avons pas retenu la simple identité d'initiale, ni comme Ta fait Youri Bessmertny108, la reprise des simples syllabes. Selon que Ton tient compte ou non de ces divers « niveaux » de transmission, l'héritage pour un enfant d'au moins un lexème parental se situe dans une « fourchette » allant de 1498 (pure identité) à 1641 (pure identité, allongement, réduction et assonance) sur les 2939 enfants porteurs d'un nom germanique109 dont les deux parents sont connus par leur nom (soit entre 51,0 % et 55,8 %)110. Le comportement anthroponymique n'est pas très différent dans ce domaine selon le sexe :

  • la fourchette va de 52,3 % à 57,4 % pour les garçons ;

  • de 49,2 % à 53,8 % pour les filles.

  • 111 Nos décomptes sur ce point sont très voisins de ceux fait par H.-W. Goëtz : « Zur Namengebung baüer (...)

196L'écart est pratiquement le même, mais on constate une supériorité sensible de la transmission des lexèmes parentaux au profit des garçons111.

197Le statut n'influe que peu sur cette pratique :

  • pour les 2179 enfants de colons, la fourchette va de 50,9 % à 55,5 % ;

  • pour les 61 enfants de serfs, la fourchette va de 54,1 % à 60,7 % ;

  • pour les 43 enfants dont seule la mère est serve, la fourchette va de 55,8 % à 60,5 % ;

  • pour les 213 enfants dont seul le père est serf, la fourchette va de 44,6 % à 49,8 % ;

198Les fourchettes sont ici également de « taille » identique, mais on voit apparaître quelques caractéristiques fondamentales de la transmission : elle est un peu plus marquée pour les garçons que pour les filles et pour les serfs que pour les colons, avec des nuances délicates pour les ménages mixtes.

199Ces résultats invitent à observer les phénomènes dans le détail.

B. L'ordre dans la fratrie

  • 112 L'ordre d'énonciation tel que nous l'avons défini reprend l'ordre d'énumération du texte : un garço (...)

200Aucune différence sensible ne se manifeste dans le choix du nom germanique ou non : la proportion est très semblable quelle que soit la place de l'enfant dans l'énonciation de la fratrie112. Les premiers nommés (possiblement aînés) ne sont donc pas significativement plus porteurs de noms germaniques.

201Il ne semble pas davantage y avoir de noms d'« aîné », hors du contexte familial. Ni de lexèmes réservés à certains enfants. Même si l'ordre d'énumération des enfants dans la fratrie n'est assurément pas celui des naissances, le palmarès des noms (ou des lexèmes) n'est pas significativement affecté par la prise en compte du critère « rang dans l'ordre d'énonciation », de sorte que s'il existe des stratégies de dénomination, celles-ci n'ont de valeur qu'au niveau familial. Elles ne peuvent donc pas ici être mises en évidence du fait de la faible profondeur généalogique révélée par le polyptyque.

202Ainsi gair/hard, qui est le nom (lemmatisé) le plus porté par les 2164 enfants mâles nommés dans le polyptyque (avec une fréquence de 1,3 %) est également le plus portés par les 1067 « aînés » (ou premiers nommés) (avec une fréquence de 1,6 %). Il est en 2e place (avec une fréquence de 1,0 %) pour les 614 garçons deuxièmes nommés ; un peu plus loin pour les troisièmes nommés (11e place avec une fréquence de 0,7 %) ; en 1re place à nouveau pour les quatrièmes nommés (avec une fréquence de 2,4 %). Et les résultats sont tout à fait comparables pour les autres noms leaders chez les enfants mâles : erman/hari, athal/gair, ingal/berht, etc.

203Pour les filles, les résultats sont presque aussi nets, les quelques anomalies relevant probablement de la faiblesse relative de certains effectifs et des perturbations liées à la division des fratries (dans le document) en deux groupes distincts : garçons puis filles.

204Il n'y a pas d'incidence significative de l'ordre d'énumération dans la fratrie sur l'ordre des noms lemmatisés dans le palmarès. À n'en pas douter, bien que l'ordre d'énumération des enfants ne soit pas nécessairement celui de leur naissance, il n'y a pas de nom d'aînés, du moins à une échelle globale, ce qui ne préjuge pas d'une gestion familiale des noms.

205Pour les lexèmes initiaux masculins, le plus fréquent, a thal-, qui est porté par 5,2 % des 2007 enfants mâles porteurs d'un nom d'origine germanique (et par 5,5 % des hommes adultes porteurs d'un nom germanique), l'est par :

  • 113 Il s'agit du palmarès des lexèmes initiaux pour les 997 enfants mâles premiers nommés et porteurs d (...)

2064,7 % des premiers nommés (athal- est 1er du palmarès correspondant)113 ;

2076,5 % des deuxièmes (athal- est 1er du palmarès correspondant qui concerne 572 garçons) ;

2085,2 % des troisièmes (athal- est 2e du palmarès correspondant, derrière hroth- portés par 5,6 % des 268 garçons porteurs d'un nom d'origine germanique et 3e nommés) ;

2093,6 % des quatrièmes (athal-est 5e du palmarès correspondant, qui concerne 112 garçons).

210Les résultats sont très comparables avec gair- (2e du palmarès des lexèmes initiaux masculins à la génération 2), hildi- (3e), hroth- (4e), erman- (5e) ou theud- (6e). Tout au plus note-t-on — sans que cela puisse présenter une quelconque signification —, l'absence de hildi- dans le palmarès des lexèmes initiaux pour les garçons quatrièmes nommés et le recul de theud- pour ce même groupe (13e du palmarès concerné).

211Pour les 1470 filles qui portent un nom d'origine germanique, le lexème initial le plus fréquent, athal-, qui est porté par 7,8 % d'entre elles, est le lexème le plus fréquent pour les rangs 1 à 4 ; sa fréquence varie de 7,3 % pour les deuxièmes nommées à 9,0 % pour les premières. Il faut attendre le rang 5 pour le voir quitter la 1re place, de peu puisqu'alors classé en 2e position (avec une fréquence de 7,0 %).

212Pour hildi- (2e du palmarès des lexèmes initiaux féminins à la génération 2), erman- (3e), hroth- (4e), gair- et theud- (5e), si la stabilité en fréquence comme en rang est moins radicale que pour athal-, elle n'en demeure pas moins nette.

  • 114 Il s'agit du palmarès des lexèmes terminaux pour les 1942 enfants mâles porteurs d'un nom d'origine (...)

213En ce qui concerne les lexèmes terminaux, plus concentrés, les résultats sont d'une stabilité presque parfaite pour les garçons comme pour les filles. Pour les enfants mâles, -hard,-berht,-gair,-wini,-hari,-wald et -balth, qui concernent tous plus de 5 % des occurrences dans le palmarès général114, se classent (à quelques infimes nuances près) dans cet ordre pour les rangs 1 à 4. Pour les filles, même constatation pour -hildi, -berg, -thruth, -linth, -gard, -geld,-berht, -rad et -burg (qui représentent tous plus de 3 % des occurrences).

214À la vérité, pour les garçons comme pour les filles, pour les lexèmes initiaux comme pour les lexèmes terminaux, ni l'ordre dans le palmarès ni les fréquences ne sont significativement affectés par le rang d'énonciation dans la fratrie. Qu'en est-il pour la transmission entre les générations ?

Les premiers nommés sont-ils plus porteurs de la « mémoire » familiale115 ?

  • 115 La faible profondeur généalogique révélée par le polyptyque conduit ici à observer la « mémoire » f (...)
  • 116 Cf. supra partie III (§ B.1). Les familles qui dérogent à cette règle sont rares : sur les 1313 gro (...)

215La sur-détermination anthroponymique des « aînés » se marque par la différence de fréquence de transmission des divers éléments du nom des parents aux enfants, plus forte pour les « premiers-nés », sachant que l'on suivra, pour déterminer l'ordre de primogeniture, celui de l'inventaire. Il est évidemment loin d'être l'ordre génétique, ne serait-ce que parce que les enfants sont le plus souvent rangés par sexe, les garçons étant nommés avant les filles116.

  • 117 Cette conception du patrimoine anthroponymique d'un couple qui le limite aux lexèmes portés par ses (...)
  • 118 Cf. exemples donnés supra note 22.

216L'analyse doit prendre en compte la transmission globale, puis comparer les héritages paternels et maternels et décomposer la transmission selon les quatre éléments qui constituent le patrimoine anthroponymique d'un couple117, limité à la génération de ce couple. Elle doit aussi tenir compte du « niveau » de la transmission et distinguer les cas où l'identité est parfaite entre un lemme du père ou de la mère et celui de l'enfant (transmission dite « pure ») des cas où cette transmission se fait sous une forme plus ou moins altérée (avec allongement ou réduction du lemme118)

Transmission des éléments anthroponymiques parentaux selon le sexe et le rang dans la fratrie

Transmission des éléments anthroponymiques parentaux selon le sexe et le rang dans la fratrie

N.B. : 1. Au delà du rang 5, les résultats sont moins cohérents mais nettement moins significatifs puisque reposant sur des effectifs beaucoup plus faibles (moins de 50 occurrences masculines et féminines au total).
2. Lire ainsi : 834 garçons porteurs d'un nom d'origine germanique et dont les deux parents sont connus nommément sont des 1er nommés. 54,7 % d'entre eux portent au moins un lexème strictement identique à l'un de ceux portés par son père ou par sa mère.

  • 119 Si l'on considère tous les enfants (indépendamment de l'origine linguistique de leur nom) dont au m (...)

217Ces pourcentages doivent bien évidemment être revus à la baisse lorsque les calculs sont faits sur l'ensemble des enfants nommés dans l'inventaire, indépendamment du nombre de parents connus par leur nom et de l'origine linguistique du nom de l'enfant. Le caractère lacunaire des informations disponibles pour les parents (lorsqu'un nom manque) et le fait que la trans-mission des noms non germaniques reste rare minimisent les cas d'« héritage »119.

218Lorsque la transmission n'est pas « pure », c'est-à-dire lorsque le lemme n'est pas strictement identique entre le père ou la mère et l'enfant, les allongements sont plus fréquents que les réductions (dans un rapport de 1 à 2 environ). Ces formes de transmissions demeurent cependant très minoritaires puisqu'elles ne concernent au total jamais plus de 5 % des enfants.

219Il reste que quel que soit le corpus de référence retenu pour ces calculs, les pourcentages de transmission anthroponymique différent sensiblement selon l'ordre d'énonciation des enfants.

220Pour les filles, le commentaire est plus délicat dans la mesure où il est moins facile de déterminer leur « vrai » rang dans la fratrie. Sont-elles premières nommées parce qu'elles n'ont pas ou plus de frères ? Lorsqu'elles sont nommées après leurs frères, sont-elles vraiment leurs cadettes ?

221Au total, on note une régression faible mais régulière du nombre des transmissions des lexèmes maternels ou paternels, initiaux ou terminaux, selon la place des enfants dans la fratrie. L'impression est que les deux premiers garçons nommés sont un peu plus fortement investis de la tradition anthroponymique parentale. La proportion d'héritage d'au moins un lexème est un peu plus forte pour les garçons que pour les filles. Mais il faut la comparer au fait qu'il y a presque quatre fois plus de garçons premiers nommés que de filles. La fille « aînée » semble, dans la hiérarchie de cette transmission parentale, entre le deuxième et le troisième fils. Les autres filles sont au même rang, voire un peu mieux placées, que les fils puînés.

222De toute façon, la transmission reste forte puisque au-delà du groupe constitué par les deux fils et la fille « aînée », les enfants portent encore presqu'une fois sur deux l'un des lexèmes de leurs parents.

223Il est impossible de déterminer si les lexèmes qui paraissent choisis hors du stock parental ne le sont pas, pour les « aînés » tout aussi bien que pour leurs cadets, parmi d'autres lexèmes familiaux.

C. Quels sont les lexèmes transmis ?

224Les parents transmettent-ils à leurs enfants des marqueurs identifiant leurs familles par leur singularité ou la recherche d'originalité semble-t-elle peu importante dans la transmission des éléments anthroponymiques ?

  • 120 Ce sont 387 garçons + 354 filles (soit 741 enfants au total) qui portent au moins un lexème materne (...)

225Sur les 3746 enfants nommés dans le polyptyque, 1834 héritent d'au moins un lexème parental (sous forme « pure »). Parmi eux, ils sont 741 à porter au moins un lexème maternel et 1048 au moins un lexème paternel120.

  • 121 Sont concernés par cet « héritage » 23 garçons/338 (6,3 % des garçons porteurs du Stammglied de leu (...)
  • 122 On a vérifié que les lexèmes portés une ou deux fois par les mères ne sont pas plus fréquemment tra (...)
  • 123 Cf. bref XX, [38] : « Anganildis, ancilla, habet infantem .I., Anganhildis. ».
  • 124 Cf. bref XIII, [81],
  • 125 Le lexème initial warin- est au 64e rang chez les femmes, toutes générations et tous statuts confon (...)
  • 126 Le lexème initial aud- est au 21e rang chez les hommes, toutes générations et tous statuts confondu (...)

226Sur les 528 enfants qui portent le Stammglied de leur mère (en position initiale ou terminale), les plus nombreux sont ceux qui héritent de la racine athal-121. Cette racine se trouve être le lexème initial de rang 1 chez les femmes adultes (tous statuts confondus). De façon générale, les lexèmes initiaux les plus fréquents dans l'ensemble du corpus des noms des mères sont les plus fréquemment transmis à leurs enfants. Il y a plus : tous les lexèmes initiaux portés par 10 mères (ou plus) sont transmis. Il n'y a donc pas, parmi les Stammglieder maternels « significatifs », de lexèmes initiaux qui ne seraient jamais transmis par voie matrilinéaire. Et si l'on observe l'ensemble des lexèmes initiaux transmis par les mères, on ne constate pas le moindre attachement particulier à un lexème rare122. Ceux-ci constituent, dans le corpus des lexèmes transmis, une proportion nullement remarquable. À l'évidence, la rareté n'est pas une raison qui détermine la transmission du lexème initial de leur nom, des mères à leurs enfants. On note bien à l'occasion une transmission originale et forte comme celle de cette mère serve nommée sans mari qui a donné son nom à sa fille, un nom qu'elle est l'une des rares à porter dans le polyptyque123. Mais l'exemple de ce couple servile de Boissy124, composé d’Audulfus et de Uuarna montre que la pratique n'est pas un attachement particulier à un lexème rare, mais plutôt à une transmission systématique, dans certaines familles, des parents vers les enfants : les trois fils s'appellent Uuarnulfus, Uuarnaldus et Uuarneaus et portent bien le lexème initial, assez rare125, de leur mère, mais deux des quatre filles (Audenildis et Autrudis) héritent du premier lexème de leur père, qui n'est pas rare puisque classé au 21e rang dans l'ensemble du polyptyque126.

  • 127 À dire vrai, quel que soit le palmarès retenu pour la comparaison, la stabilité est nette. Le table (...)

227Ceci dit, il est nécessaire de préciser que sur le plan méthodologique, la question n'est pas d'un abord facile. Plusieurs voies d'approche sont envisageables ; celle qui vient d'être exposé limite la comparaison aux palmarès des lexèmes initiaux portés par les adultes (ici les femmes, sans distinction de statut) et par les enfants (sans distinction de sexe) porteurs du Stammglied de leur mère. Il est évidemment possible de distinguer parmi les « héritiers » les filles des garçons. Et il n'est pas sans intérêt d'observer l'influence éventuelle du statut de la mère (colone ou serve), voire de considérer l'ensemble de tous les enfants (et pas seulement ceux qui ont hérité du Stammglied maternel) pour disposer de différentes bases de comparaison des palmarès127.

  • 128 Dans le cas présent, sur les 136 femmes adultes qui portent le lexème initial athal-, on ne dénombr (...)
  • 129 C'est le cas par exemple de cette mère colone, nommée Adalgildis, installée avec son mari (Maurontu (...)
  • 130 Il s'agit en quelque sorte de procéder à une double correction du taux de « transmission brut » pou (...)

228Mais il est une autre méthode d'investigation qui permet un examen plus fin de ces palmarès. Les 136 femmes adultes qui portent le lexème initial athal- le transmettent 40 fois soit, pour ce lexème, un « taux de transmission brut » de 29,4 %. Ainsi calculé, ce « taux de transmission brut » ne correspond pas à la proportion des mères qui transmettent le lexème initial athal- dans l'ensemble de celles qui le portent. D'une part, en effet, toutes les femmes adultes ne sont pas mères (le « taux de transmission » doit donc être revu à la hausse si seules ces dernières sont prises en compte128) ; d'autre part — et ce point est d'importance — une mère peut transmettre son Stammglied (ici, la racine athal-) à plusieurs de ses enfants129. Le calcul du « taux de transmission brut » résulte non d'un dénombrement en « nombre de mères qui transmettent » mais en « nombre d'enfants qui héritent ». Ce taux brut peut être corrigé pour qu'il soit possible d'identifier aussi finement que possible les lexèmes qui sont, en quelque sorte, les plus systématiquement transmis d'une génération à l'autre130. Et l'analyse de ces « taux de transmission corrigés » par lexème fournit des résultats qui peuvent, si ce n'est nuancer, du moins compléter le constat liminaire.

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes initiaux maternels selon le statut de la mère

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes initiaux maternels selon le statut de la mère

N.B. : 1. Seuls sont ici recensés les Stammglied maternels transmis par plus de 6 mères. 2. « nb » = nombre de mères qui transmettent le lexème initial à leur descendance (i. e. à l'un au moins de leurs enfants) ; « tx corr » = taux de transmission corrigé (i. e. proportion de mères qui transmettent le lexème parmi les mères porteuses du Stammglied).

229D'un lexème initial maternel à l'autre, les « taux de transmission corrigés » diffèrent sensiblement. Les valeurs les plus élevées concernent les racines erkan- et ingal- transmises par près de 8 mères sur 10, les plus faibles les racines agil- et berht-, qui ne le sont que par 1 mère sur 3.

230Mais de la comparaison selon le statut, il est difficile de tirer quelque résultat solide : les mères serves sont peu nombreuses et celles qui transmettent leur Stammglied le sont plus encore, trop pour que le calcul des « taux de transmission corrigés » soit significatif.

231Parmi les lexèmes plus rares (qui ne sont pas recensés dans le tableau précédent) on peut souligner le cas de erl-, porté par 7 femmes adultes dont 3 mères (i. e. nommées avec des enfants nommés dans le polyptyque) qui transmettent toutes leur Stammglied à l'un (au moins) de leurs enfants (soit donc un « taux de transmission corrigé » pour ce Stammglied maternel de 100 %. Le constat est voisin pour le lexème initial far-, porté par 6 femmes adultes dont 5 mères ; une seule ne transmet pas son Stammglied.

  • 131 athal- est le Stammglied le plus fréquent. Il l'est à la génération 1 chez les femmes comme chez le (...)
  • 132 En témoigne la comparaison des palmarès des lexèmes initiaux pour les 5 ensembles suivants : 1. hom (...)

232Qu’en est-il pour la transmission du Stammglied des pères à leurs enfants ? La transmission ne se fait pas non plus prioritairement pour les lexèmes « rares » en signe d'originalité ou de spécificité, familiale ou autre. On peut bien sûr noter que parmi les 777 enfants qui portent le Stammglied de leur père (en position initiale ou terminale), les plus nombreux ne sont pas ceux qui héritent de la racine athal-, lexème initial de rang 1 chez les hommes adultes (tous statuts confondus)131, mais ceux qui héritent de hroth-, qui ne se situe qu'au rang 2. Mais, comme pour les mères, le palmarès des lexèmes initiaux les plus fréquents dans l'ensemble du corpus des noms des pères reste, à peu de chose près, le même que celui des lexèmes initiaux les plus fréquemment transmis à leurs enfants132 Et tous les lexèmes initiaux portés par 10 pères (ou plus) sont transmis ; il n'y a donc pas, pour les hommes plus que pour les femmes, de lexèmes initiaux qui seraient exclus de la transmission par voie agnatique.

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes initiaux paternels selon le statut du père

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes initiaux paternels selon le statut du père

N.B. : 1. Seuls sont ici recensés les Stammglied paternels transmis par plus de 5 pères.
2. « nb » = nombre de pères qui transmettent le lexème initial à leur descendance (i. e. à l'un au moins de leurs enfants) ; « tx corr » = taux de transmission corrigé (i. e. proportion de pères qui transmettent le lexème parmi les pères porteurs du Stammglied).

233Comme pour les mères, les « taux de transmission corrigés » diffèrent sensiblement selon les lexèmes ; 7 Stammglieder paternels (parmi ceux ici recensés) sont transmis par plus de 7 pères sur 10 (fulk-, wini-, hildi-, hroth-, agin-, hari-et gair-).

  • 133 On ne dénombre dans l'ensemble du polyptyque que 1 occurrence de chacun des lexèmes fulk- et agin-c (...)

234La comparaison selon le statut reste délicate, mais les effectifs masculins sont suffisants pour faire quelques observations intéressantes : le « taux de transmission corrigé » du lexème initial hroth- est fort pour les colons comme pour les serfs ; la dévolution se fait donc visiblement indépendamment du statut. Pour erman-, en revanche, la transmission semble un peu plus marquée pour les pères serfs (sans toutefois être particulièrement faible pour les colons). Les lexèmes fulk- et agin- qui sont fortement transmis par les pères colons à leurs enfants, ne sont jamais portés par des pères serfs, donc a fortiori jamais transmis133.

  • 134 528 enfants portent le Stammglied de leur mère et 240 l’Endglied de leur mère, mais ils ne sont bie (...)

235Pour les lexèmes terminaux transmis par les mères ou par les pères, les résultats vont dans le même sens que ceux obtenus pour les lexèmes initiaux. 240 enfants portent l’Endglied de leur mère134 (en position initiale ou terminale) et 332 celui de leur père. Qu'ils héritent par voie matrilinéaire ou par voie agnatique, les enfants les plus nombreux sont ceux qui portent les lexèmes terminaux les plus fréquents. Comme ils le faisaient pour le Stammglied, les pères et les mères transmettent donc majoritairement les lexèmes terminaux les plus fréquents.

  • 135 -s-m et -sinth = 31 occurrences chez les 1389 filles nommées dans le polyptyque portant un nom d'or (...)

236Trois des lexèmes terminaux portés par 10 mères au moins ne sont jamais transmis : -s-m,-l et -sinth. Tous sont pourtant attestés à la génération 2135. Les cas de -s-m et de -l qui correspondent à des suffixations latines (-s-m = isma/ismus ; -l = la/lus) sont intéressants et confirment, si besoin était, que ces suffixations correspondent probablement à des formes diminutives, de fait plus difficilement transmissibles.

237Pour les pères, un seul des lexèmes terminaux portés par au moins 10 d’entre eux, -hauh, n'est jamais transmis.

  • 136 Les « taux de transmission corrigés » pour les Endglieder paternels et maternels sont les suivants 

238L'examen des « taux de transmission corrigés » par lexème136 montre, d'une part, que ces taux sont assez nettement inférieurs à ceux des lexèmes initiaux ; d'autre part que moins encore que pour le Stammglied, une différenciation des pratiques selon le statut du parent n'est envisageable.

239Au total, le bilan est mitigé. Il n'a pas été possible d'identifier un lexème rare, en position initiale ou terminale, porté par les pères ou par les mères, qui fasse l'objet d'une transmission renforcée. Pas plus qu'il n'a été possible de mettre en évidence une transmission plus forte des lexèmes rares considérés dans leur ensemble. Mais quelques lexèmes, parmi les plus fréquents, semblent plus facilement transmis que d'autres, sans qu'il soit toutefois possible de différencier en la matière le comportement des colons de celui des serfs. En l'absence de données d'une plus grande profondeur chronologique, il est difficile de démêler de ces observations causes et conséquences ; les lexèmes les plus fréquents à chaque génération le sont-ils parce qu'ils sont ceux qui se transmettent le plus systématiquement, ou sont-ils seulement les plus fréquents et comme tels les plus fréquemment transmis.

240En tout état de cause, l'essentiel demeure l'absence de comportement différent selon les statuts dans ce domaine : pas plus qu'il n'y a de lexème marqueur de servitude ou spécifiquement servile, il n'y a de pratique anthroponymique qui différencie serfs et colons dans une transmission renforcée de lexèmes rares ou de lexèmes particuliers.

D. Variation thématique, transmission de l'anthroponymie et statut des couples

  • 137 Cf. supra partie VI, § B.
  • 138 La reproduction à l'identique des noms est trop rare pour qu'elle puisse être analysée de manière s (...)

241Si les analyses relatives à l'ordre d'énonciation dans la fratrie137 mettent en évidence l'inégalité des enfants en matière d'héritage anthroponymique, elle ne lève pas le voile sur une question majeure : la transmission préférentielle à 1'« aîné » différencie-t-elle les serfs et les colons ? La place dans la fratrie et notamment pour les fils et filles « aînés » n'étant pas sans conséquence sur la fréquence de la transmission des éléments anthroponymiques, il est bien possible que la variation thématique ne s'exerce pas tout à fait de la même manière selon le sexe de l'enfant et le statut de ses parents138.

  • 139 C'est-à-dire comme il a été fait pour l'analyse des différences entre générations (cf. partie III, (...)

242Comme précédemment139, les observations sont conduites en s'appuyant pour l'essentiel sur quatre cas simples et relativement nombreux parmi les combinaisons diverses offertes par les différents couples :

  • les couples de colons et leurs 2179 enfants, 1235 garçons, 943 filles et 1 enfant de sexe indéterminé, soit 43,3 % de filles ;

  • les couples de serfs et leurs 61 enfants, 29 garçons et 32 filles, soit 52,5 % de filles ;

  • les couples mixtes où la mère est serve et le père d’un autre statut (quel qu'il soit) et leurs 43 enfants, 27 garçons et 16 filles, soit 37,2 % de filles ;

  • les couples où le père est serf et la mère d'un autre statut (quel qu'il soit) et leurs 213 enfants, 124 garçons, 89 filles, soit 41,8 % de filles.

243On réunira le cas échéant sous une même rubrique tous les enfants dont au moins un parent est serf.

244Bien évidemment, dans la mesure où le lexème terminal est très lié au sexe, il faut mener les comparaisons en tenant compte de la position du lexème hérité et du fait qu'il s'agit d'une transmission croisée (père/fille ou mère/fils) ou non. On s'attendrait à voir dominer la transmission maternelle dans tous les cas où la mère est serve, s'exprimant par les deux lexèmes lorsque l'enfant est une fille (sa mère peut lui transmettre aussi bien l'un ou l'autre) et par le lexème initial principalement lorsqu'il s'agit d'un fils.

1. Garçons

  • 140 L'ensemble considéré concerne les 1672 garçons qui portent un nom d'origine germanique (à une ou de (...)

245Considérons d'abord l'ensemble des enfants de sexe masculin en fonction du statut de leurs parents sans prendre en compte leur place dans la fratrie140.

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon le statut du couple parental
  • 141 Pour les garçons, les transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») se décomposent (...)

N.B. : 1. P1 est le lexème initial (« pur ») du père, P2 le lexème terminal (« pur ») du père ; Ml est le lexème initial (« pur ») de la mère et M2 le lexème terminal (« pur ») de la mère.
2. Les décomptes ne sont pas exclusifs dans la mesure où les rubriques définies ne constituent pas une partition du corpus. Ainsi, si un fils hérite du lexème initial de son père et que ce lexème se trouve également être le lexème terminal de sa mère (P1=M2), il y a « double compte » (l'héritage est comptabilisé dans chacune des deux « rubriques » : "Héritage de P1" ; "Héritage de M2").
3. Héritage de P1, P2, Ml ou M2 : les décomptes ne concernent ici que les cas d'héritage d'un lexème « pur » ; ils ne tiennent donc pas compte des transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») ou des « assonances »141.

  • 142 C’est-à-dire la transmission d'au moins un lexème (du père ou de la mère) sous forme pure.

246Même si le calcul est fondé, il faut le rappeler, sur des effectifs plus fragiles pour les enfants nés deux parents sont serfs, il apparaît que l'intensité de la transmission anthroponymique parentale142 est fortement corrélée à l a servitude, non pas tant l'héritage complet du nom (toujours faible) que celui d'un élément anthroponymique parental. Cette transmission est maximale lorsque les deux parents sont serfs (69 %). En revanche, elle est plus faible encore que chez les enfants de colons lorsque le père seul est serf, et presqu'aussi forte lorsque la mère seule est serve.

  • 143 La puissance de la transmission agnatique a été mise en lumière pour les polyptyques carolingiens p (...)

247La transmission des éléments anthroponymiques de la mère à ses fils est toujours plus faible que celle des éléments agnatiques143, mais elle l'équilibre presque lorsque la mère est serve et que le père ne l'est pas. Elle est minimale lorsque le père est serf et la mère ne l'est pas. Pour les fils, la transmission agnatique est donc dominante, mais celle de la servitude est à peu près aussi puissante et elle se fait surtout par la mère, la servitude du père ne venant que renforcer la transmission due à la mère dans les couples où l'un et l'autre sont de statut servile.

248L'image est cependant un peu différente si l'on observe le seul lexème initial, parce que le caractère sexué du lexème final pèse sur les pratiques de transmission anthroponymique. Quand le couple est constitué de deux serfs, la mère (serve) transmet l'élément initial de son nom plus que le père (serf) : 27,6 % contre 24,1 % (alors que si l'on considère les deux lexèmes de chaque parent, la transmission est plus forte par le père que par la mère : 41,4 % contre 31,0 %). La comparaison entre les seuls lexèmes initiaux, les Stammglieder, fait apparaître que la servitude en guide plus encore la transmission qu'on ne pourrait le penser de prime abord.

249Malgré le caractère partiellement sexué des lexèmes terminaux, les « permutations » sont rares. Le lexème hérité occupe le plus souvent la même position que celle qu'il occupait chez le parent « donneur », ce quel que soit le statut des parents.

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon la position des éléments transmis et le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon la position des éléments transmis et le statut du couple parental

N.B. : P1 est le lexème initial (« pur ») du père, P2 le lexème terminal (« pur ») du père ; Ml est le lexème initial (« pur ») de la mère et M2 le lexème terminal (« pur ») de la mère. El est le lexème initial du fils et E2 son lexème final.

250Introduisons maintenant l'ordre dans la fratrie :

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon le rang dans la fratrie et le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs fils selon le rang dans la fratrie et le statut du couple parental

N.B. : 1. P1 est le lexème initial (« pur ») du père, P2 le lexème terminal (« pur ») du père ; Ml est le lexème initial (« pur ») de la mère et M2 le lexème terminal (« pur ») de la mère.
2. Les décomptes ne sont pas exclusifs dans la mesure où les rubriques définies ne constituent pas une partition du corpus. Ainsi, si un fils hérite du lexème initial de son père et que ce lexème se trouve également être le lexème terminal de sa mère (P1=M2), il y a « double compte » (l'héritage est comptabilisé dans chacune des deux « rubriques » : "Héritage de P1" ; "Héritage de M2").
3. Héritage de P1, P2, Ml ou M2 : les décomptes ne concernent ici que les cas d'héritage d'un lexème « pur ».

251Si les parents sont colons l'un et l'autre, l'avantage du fils premier nommé n'est pas marqué de la manière qu'on attendrait : il n'hérite pas plus que ses frères cadets du lexème terminal de son père, un peu plus de son lexème initial, mais un peu plus aussi du lexème initial de sa mère. Et la transmission du lexème initial décroît régulièrement selon l'ordre d'énonciation des enfants. La baisse est peu sensible pour la transmission du lexème initial de la mère aux deux premiers fils, elle est rapide pour le troisième.

252Pour le lexème terminal en revanche, on ne voit pas de différence en faveur des « aînés ».

253Si les parents sont serfs l'un et l'autre, les deux fils « aînés » semblent hériter beaucoup plus que leurs frères du lexème terminal de leur père, mais guère plus du lexème initial de la mère. Ceci étant, les effectifs concernés dans ce ces sont trop faibles pour que les résultats ne soient pas fragiles.

254Dans les couples mixtes où le père est serf, l'avantage anthroponymique de 1'« aîné » est également sensible : la transmission est plus marquée à la fois du côté paternel pour les deux lexèmes et du côté maternel pour le lexème initial.

255Dans les couples mixtes où la mère est serve, la position d'« aîné » n'est pas marquée.

256La combinaison de ces résultats semble montrer que la position d'« aîné » entraîne une transmission anthroponymique plus forte chez les serfs que chez les colons. Cette transmission s'ajoute au poids de la transmission agnatique dans les ménages mixtes où le père est serf, pour accentuer plus nettement l'héritage anthroponymique paternel aux fils « aînés ». En revanche, dans un ménage mixte où la mère est serve, le poids de l'héritage anthroponymique maternel servile arrive à antagoniser la transmission agnatique. Toutefois, les chiffres sont fragiles, notamment en ce qui concerne tous les ménages où la mère est serve.

2. Filles

257La rigueur de la transmission maternelle est-elle plus forte pour les femmes et interfère-t-elle dans l'équilibre entre les deux forces, constatées plus haut, qui dirigent l'héritage anthroponymique, la transmission agnatique et la transmission servile ?

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon le statut du couple parental
  • 144 Pour les filles, les transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») se décomposent c (...)

N.B. : 1. P1 est le lexème initial du père, P2 le lexème terminal du père ; M1 est le lexème initial de la mère et M2 le lexème terminal de la mère.
2. Héritage de P1, P2, M1 ou M2 : les décomptes ne concernent ici que les cas d'héritage d'un lexème « pur » ; ils ne tiennent donc pas compte des transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») ou des « assonances »144

258Globalement, les filles reçoivent un peu moins que leurs frères des éléments anthroponymiques de leurs parents ; il se peut qu'elles reçoivent d'autres membres de la famille une part important des lexèmes qui constituent leur nom, mais nous n'avons pas le moyen de le savoir. Elles les reçoivent d'autant moins qu'elles sont nées dans un ménage où le père est serf, sans que les différences soient très marquées. La différence la plus nette avec les garçons est la faible importance anthroponymique de la mère serve. On est loin des 63 et 69 % de transmission d'un élément des mères serves à leur fils.

259L'attention paraît plus grande pour les filles serves dans les ménages où père et mère sont serfs l'un et l'autre, comme le révèle leur pourcentage sensiblement plus élevé parmi les enfants déclarés pour ces couples : il y a 943 filles pour 1235 fils dans les familles de colons et 32 filles pour 29 fils dans les ménages de serfs. Elle est moindre dans les ménages mixtes, mais plus nette lorsque le père seul est serf que lorsque la mère seule l'est. Et l'intérêt porté aux filles issues de couples serviles ne conduit pas à les nommer plus souvent comme « aînées » ; au contraire. Elles y sont enregistrées en plus grand nombre que les garçons, mais pas en les précédant. L'ordre de dénomination des enfants est très voisin dans tous les types de ménages : très défavorable aux filles. Plus qu'une lacune à l'enregistrement des filles, c'est une hiérarchie générale entre garçons et filles que l'on constate.

260Cette hiérarchie perturbe la perception qu'on peut avoir de ce qu'est la position d'aînée pour une fille ; il est difficile de la lire à la lumière de la transmission anthroponymique, d'autant plus qu'il n'est pas possible ici de faire la différence entre la fille aînée d'une fratrie et l'aînée des filles, ou plutôt il n'est pas possible de dire si l'aînée des filles n'est pas aussi l'aînée de la fratrie. Les seuls résultats robustes concernent donc les 213 filles premières nommées de leur fratrie.

261Quand les deux parents sont colons, plus que les garçons dans la même situation, elles héritent du lexème initial de leur père, mais un peu moins du lexème initial de leur mère. Tout se passe donc comme si elles étaient affirmées en position d'héritière.

262En revanche, lorsque le père est serf, elles héritent presque deux fois moins que les garçons dans la même situation de son lexème initial. Il est vrai que dans ce type de couple, les garçons « aînés » en héritent plus que la moyenne ; et les filles moins. Le père et la mère transmettent à égalité leur lexème initial à cette fille « aînée », sensiblement moins qu'ils ne le transmettent à un fils « aîné ».

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon le rang dans la fratrie et le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon le rang dans la fratrie et le statut du couple parental

N.B. : 1. P1 est le lexème initial du père, P2 le lexème terminal du père ; Ml est le lexème initial de la mère et M2 le lexème terminal de la mère. El est le lexème initial de la fille et E2 son lexème final.
2. Les décomptes ne sont pas exclusifs dans la mesure où les rubriques définies ne constituent pas une partition du corpus. Ainsi, si un fils hérite du lexème initial de son père et que ce lexème se trouve également être le lexème terminal de sa mère (P1=M2), il y a « double compte » (l'héritage est comptabilisé dans chacune des deux « rubriques » : "Héritage de P1" ; "Héritage de M2").
3. Héritage de P1, P2, Ml ou M2 : les décomptes ne concernent ici que les cas d'héritage d'un lexème « pur ».

263Lorsqu'il y a transmission, la dominance agnatique, constatée par Hans-Werner Gœtz, est manifeste, même chez les filles : le père transmet toujours plus que la mère, bien que la transmission du lexème terminal se fasse peu de père à fille : c'est dire le poids de la transmission pour le lexème initial. Mais pas plus que pour les garçons, la transmission ne se fait avec permutation de la position des lexèmes : les lexèmes initiaux transmis ne sont pas utilisés comme lexèmes terminaux et vice versa. Les possibilités de la variation thématique apparaissent de fait en nombre plus limité qu'on ne l'imagine souvent en en présentant le modèle.

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon la position et le statut du couple parental

Transmission des éléments anthroponymiques des parents à leurs filles selon la position et le statut du couple parental

N.B. : P1 est le lexème initial (« pur ») du père, P2 le lexème terminal (« pur ») du père ; Ml est le lexème initial (« pur ») de la mère et M2 le lexème terminal (« pur ») de la mère. El est le lexème initial de la fille et E2 son lexème final.

264Pour éliminer le poids du caractère sexuel du lexème final, et évaluer les variations de la transmission du lexème terminal selon les statuts des parents, on peut comparer la transmission de ce lexème des pères à leurs fils et des mères à leurs filles :

  • quand le père n'est pas serf, la transmission du lexème terminal du nom de la mère à ses filles et du père à ses fils est équivalente ;

  • quand le père est serf (ménage mixte ou ménage servile), la mère transmet moins à ses filles le lexème terminal de son nom.

265Le poids de la servitude paternelle est donc lourd dans le cas de ménages mixtes et la servitude maternelle ne s'exprime nettement dans l'anthroponymie que dans le cas d'un ménage mixte où la mère est serve.

266Quand la mère seule est serve, la fille reçoit beaucoup plus le lexème initial de son père, tandis que quand le père seul est serf, elle reçoit un peu plus le lexème initial de sa mère. Dans les deux cas, il semble y avoir une sorte de volonté que la fille échappe au lexème du parent serf, cette « stratégie » équilibrant la force de la dominance agnatique. C'est donc une situation inverse de celle qui prévaut pour les garçons, puisque dans leur cas, c'est le parent serf quel que soit son sexe qui transmet plus fortement son Stammglied.

267Faisons le bilan des caractéristiques de la transmission des noms mais surtout des lexèmes puisqu'il est apparu clairement par la stabilité des lexèmes entre générations et le renouvellement relatif des noms entiers (lemmatisés) que c'est bien le lexème qui est au cœur de la transmission anthroponymique :

2681. La transmission du nom (ou de ses composantes) ne semble pas être orientée par la recherche d'un marqueur singulier, distinctif d'un groupe familial, ou de toute autre forme de distinction, par son originalité.

  • 145 On peut voir dans l’existence de taux de transmission différentiels des lexèmes une des raisons de (...)

2692. Les lexèmes les plus fréquents sont les plus fréquemment transmis, mais cette règle n'est pas parfaite puisque les taux de transmission sont plus élevés, parmi les lexèmes les plus fréquents, pour certains145.

270Mais l'essentiel est ailleurs :

2713. La transmission d'au moins un des lexèmes parentaux est la norme : plus d'un enfant sur deux reçoit un élément de son nom de ses parents.

2724. Cette transmission porte deux fois plus sur le Stammglied que sur le lexème terminal.

2735. Le Stammglied n'étant pas a priori — et de fait — sexué, il se transmet plus par voie agnatique que matrilinéaire, mais curieusement la force de cette voie est plus évidente pour les filles que pour les garçons.

2746. Les filles, serves comme colones, semblent recevoir un peu moins que leurs frères les éléments anthroponymiques de leurs parents, mais la différence est faible.

2757. Les « aînés » reçoivent les lexèmes de leurs parents légèrement plus que leurs cadets, les deux premiers fils et 1'« aînée » des filles particulièrement, ces caractères étant un peu plus marqués chez les serfs que chez les colons.

2768. Les serfs semblent transmettre leurs lexèmes à leurs enfants un peu plus que les colons ; c'est là d'ailleurs une des principales différences liées au statut.

2779. On pourrait penser que la servitude de la mère accentue la transmission de ses lexèmes, mais c'est loin d'être net. Si les deux parents sont serfs, ou si la mère seule est serve, les fils reçoivent certes leur Stammglied prioritairement de leur mère. Mais les filles reçoivent d'autant moins les éléments anthroponymiques de leur mère que celle-ci est serve. Et si le père seul est serf, il transmet beaucoup à ses fils et peu à ses filles. C'est donc sensiblement plus à leurs fils qu'à leurs filles que les serfs transmettent les racines de leurs noms.

278On peut dire que deux pesanteurs s'expriment dans l'anthroponymie : le poids de la transmission agnatique et celui de la servitude et qu'ils peuvent être en synergie ou en opposition. Mais surtout, tout se passe comme si les parents veillaient à ne pas transmettre à leurs filles les racines anthroponymiques de leur mère serve et étaient au contraire attentifs à les leurs transmettre lorsqu'elles sont colones. Il n'y a à ces observations rien de très surprenant ni d'illogique. Certes, même si la transmission d'un lexème de son nom par la mère serve à ses fils est plus nette que celle d'un lexème du nom paternel, on aurait pu s'attendre, si le statut servile était strictement transmis par le « ventre », à une différence plus nette entre les poids respectifs de la transmission anthroponymique maternelle et paternelle (lorsque la mère est serve). Mais on peut précisément renverser la logique et voir là une « stratégie d'évasion » pour la fille d'une mère serve. Cette hypothèse serait évidemment plus convaincante si nous avions pu mettre en évidence, au moins à l'échelle domaniale ou micro-régionale, l'existence de lexèmes marqueurs de servitude.

  • 146 Les effectifs concernant les couples mixtes dont la mère seule est serve sont trop faibles pour tir (...)

279Une autre piste qui pourrait justifier de ses quelques différences d'héritage des lexèmes parentaux est celle du statut des manses et de la transmission de la terre aux enfants. On constate en effet que si l'on introduit le statut du manse comme critère supplémentaire des modalités de transmission des lexèmes, le différentiel s'accentue : les garçons fils de pères serfs146 installés sur des manses explicitement serviles héritent plus encore de l'anthroponymie paternelle et même, dans une moindre mesure de l'anthroponymie maternelle. Au total, ils sont plus de trois sur quatre à hériter d'un élément anthroponymique parental. Cette accentuation de la transmission agnatique se fait en réalité par un moindre héritage de l’Endglied et par une forte augmentation de celui du Stammglied. Elle est manifeste aussi pour les filles dont le père est un serf installé sur un manse servile. Le lexème initial du père peut alors apparaître comme une forme de nomen paternum précurseur du surnom patronymique lié cependant à la terre servile. La matrilinéarité du « nom » servile n’est significativement forte que pour des fils nés de couples où les deux parents sont serfs.

Conclusion

280Le trait dominant de la comparaison l'anthroponymie des colons et des serfs dans le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés est la très grande ressemblance entre les deux populations. Sans doute l'analyse différentielle est-elle gênée par la différence des effectifs, les serfs étant peu nombreux, ce qui rend difficile sinon impossible la comparaison entre des sous-groupes. Elle est gênée également par la faible concentration des noms, issue de la toujours active variation thématique. Mais les lexèmes initiaux et terminaux des noms germaniques qui constituent l'écrasante majorité des noms des habitants des domaines décrits dans le polyptyque appartiennent au même corpus. Que la comparaison soit menée à l'échelle de l'ensemble du polyptyque, à l’échelle micro-régionale ou à celle des domaines, c'est la ressemblance entre les corpus qui constitue le trait dominant.

281Cette ressemblance constitue une donnée troublante pour l'image de la servitude aux temps carolingiens dans un Bassin Parisien pris à un sens très large. Rien ne permet aisément de distinguer, sans autre information que le nom, un serf d'un colon.

282Les nuances anthroponymiques sont d'ailleurs très difficiles à repérer : que l'on observe le critère géographique ou celui, assez discutable il est vrai, de la taille du manse, c'est la proximité des palmarès des noms et des lexèmes les plus portés qui domine. Toutes les différences pèsent peu par rapport à la transmission familiale du nom, que l'on ne peut observer directement dans ce document qu'entre le couple des parents et leurs enfants. La variation thématique entraîne des réaménagements constants des combinaisons de lexèmes et d'une génération à l'autre la fréquence des noms change pour une bonne part ; si certains restent fortement portés, d'autres passent à l'arrière plan. Mais la concentration des noms est suffisamment faible pour que ces relégations, sensibles au niveau des fréquences, ne constituent en effectifs absolus que des différences mineures.

283La puissance de la transmission intra-familiale fait que les nuances observables sont souvent le fait d'histoires de familles : certaines fréquences « anormales » comme celle de fulk- dans le domaine normand de Saint-Germain-Village sont dues à des stratégies anthroponymiques très précises, au sein d'un domaine, entre quelques groupes familiaux.

284Certes, à observer les différences les plus fines, on remarquera que les anthroponymes germaniques « purs » sont un peu plus nombreux chez les colons, tandis que les formes suffixées en hypochoristiques sont plus nombreuses chez les femmes serves et plus encore chez leurs filles. Mais cette caractéristique est strictement féminine et ne touche pas l'anthroponymie des hommes serfs. Quelques lexèmes semblent un peu plus fréquents chez les colons, comme berin, wulf et arin, moins portés par les serfs, sans que l'on puisse en faire une différence significative, -hildi en lexème terminal est un peu plus fréquent chez les filles nées de couples serviles ou de couples où la mère seule est serve. De la même manière -gair apparaît avec une plus grande fréquence chez les tenanciers de grands manses. Toutes ces nuances restent de peu d'importance comparée au trait dominant qui est la gestion d'un fonds commun de lexèmes : aucun lexème ne semble interdit aux serfs, aucun porteur d'une macule qui les rendrait dangereux pour les libres. Et les images guerrières ou nobles véhiculées par les lexèmes germaniques sont tout aussi présentes chez les serfs que chez les colons.

285Le seul trait qui différencie de manière assez systématique, même s'il ne s'agit jamais que de quelques pour-cents, est l'intensité et le mode de transmission des lexèmes. Les serfs transmettent plus fortement leur patrimoine anthroponymique que les colons, bien qu'il ne soit pas marqueur, en lui-même, de servitude. Et l'accentuation du phénomène pour les aînés, filles et garçons, est plus marquée dans la population servile que chez les colons. Pour autant cette transmission est loin d'être principalement par voie maternelle. Hans-Werner Goetz a montré le poids de la transmission anthroponymique par voie agnatique dès l'époque carolingienne dans les populations paysannes connues par les polyptyques. Cette constatation est générale et s'applique aux serfs comme aux colons. Mais à côté de cette force agnatique, il en est une autre qui peut s'y adjoindre ou s'y opposer : la transmission plus forte des lexèmes parentaux par les parents de condition servile. Elle ne s'exerce en fait qu'en direction du fils qui hérite fortement du lexème initial de sa mère serve. Une autre force antinomique est celle de la supériorité de condition ; une fille née d'un père serf et d'une mère non serve hérite du lexème initial de son père sensiblement moins que dans tous les autres types de couple et sensiblement plus du lexème initial de sa mère. Plus même que lorsque les deux parents sont colons.

286Le statut du manse accentue encore ces résultats : l'enfant dont l'héritage anthroponymique est le plus fort est le fils d'un couple servile installé sur un manse servile.

287Par-delà cette arithmétique compliquée des forces qui s'antagonisent ou se mêlent, la transmission des lexèmes, un peu plus nette chez les serfs que chez les colons, interdit de penser que le rapprochement anthroponymique est un phénomène récent, issu de la vie en commun des colons dépendants et des serfs sur les domaines de Saint-Germain-des-Prés. Il y a longtemps, à supposer que le phénomène ait un jour existé, que la différence de statut ne se traduit pas par des noms distincts ou des lexèmes spécifiques. On peut même se demander jusqu'à quel point les deux statuts ne sont pas, dans la réalité des individus et des histoires familiales, perméables l'un à l'autre. Même si la législation et ses rappels semblent attester du contraire et des rigueurs punitives contre celui qui chercherait à changer de statut.

  • 147 Cf. partie III, § B.3. Dans l'ensemble du polyptyque, les filles représentent 42,2 % des 3746 enfan (...)

288L'analyse de la transmission des éléments anthroponymiques parentaux aux filles comparée à leur enregistrement dans le polyptyque trahit deux logiques distinctes. Le déficit d'enregistrement des filles de colons et leur supériorité numérique parmi les enfants de serfs147 suggère que les moines sont plus vigilants lorsqu'il s'agit d'enregistrer les filles serves que les filles de colons. Il est possible aussi que l'enregistrement ordonné des fratries, les garçons d'abord et les filles ensuite, révèle non pas l'inattention des familles à leurs filles, mais la mise en œuvre du document par la seigneurie monastique.

289Quant aux fonctionnements familiaux, ils ne sont pas si inattentifs aux filles qui héritent à peine moins que les garçons des éléments anthroponymique parentaux. Il est, certes en petit nombre, des filles qui sont nommées en tête d'une fratrie comptant aussi des garçons et celles-là héritent plus que les autres du « patrimoine » anthroponymique de leurs parents. En revanche, il est vrai que les filles sont moins biens loties dans l'héritage anthroponymique que les garçons, surtout lorsqu'elles sont filles de parents serviles et plus encore lorsqu'ils sont installés sur des manses serviles.

Bibliographie

Bibliographie sélective et instruments de travail

Bessmer[t]ny, Youri, 1984, « Les structures de la famille paysanne dans les villages de la Francia au IXe siècle. Analyse anthroponymique du polyptyque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés », Le Moyen Âge, vol. 90, no 1, p. 165-187 (traduit du Russe par B. Dodret).

Bregi, Jean-François, 1975, Recherches sur la démographie rurale et les structures sociales au IXe siècle, thèse pour le doctorat en droit, dactyl., Paris, Université de Paris X.

Coleman, Emily R., 1974, « L'infanticide dans le Haut Moyen Âge », Annales ESC, vol. 29, no 2, mars-avril 1974, p. 315-335.

Devroey, Jean-Pierre, 1976, « Mansi absi : indice de crise ou de croissance de l'économie rurale du Haut Moyen Âge ? », Le Moyen Âge, vol. 82, nos 3-4, p. 421-451.

Devroey, Jean-Pierre, 1977, « À propos d'un article récent : l'utilisation du polyptyque d'Irminon en démographie », Revue belge de Philologie et d'Histoire, no 55, 1977/2, p. 509-514.

Devroey, Jean-Pierre, 1981, « Les méthodes d'analyse démographique des polyptyques du Haut Moyen Âge », Acta Historica Bruxelliensa, vol. IV, p. 71-88.

Devroey, Jean-Pierre, 1984, « Un monastère dans l'économie d'échange : les services de transport à l'abbaye Saint-Germain-des-Prés au IXe siècle », Annales ESC, vol. 39, no 3, mai-juin 1984, p. 570-589.

Devroey, Jean-Pierre, 1989, « Problèmes de critique autour du polyptyque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés », in Hartmut Atsma (éd.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Beihefte der Francia, Band 16/1, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, p. 441-465.

Durliat, Jean, 1989, « Le manse dans le polyptyque d'Irminon : nouvel essai d'histoire quantitative », in Hartmut Atsma (éd.), La Neustrie. Les pays au nord de la Loire de 650 à 850, Beihefte der Francia, Band 16/1, Sigmaringen, Jan Thorbecke Verlag, p. 467-503.

Elmshaüser, Konrad, & Hedwig, Andreas, 1993, Studien zur Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, Bölhau Verlag.

Geuenich, Dieter, 1978, « Die Lemmatisierung und philologische Bearbeitung des Personennamenmaterials », in Karl Schmid (hrsg.) (unter Mitwirkung von Gerd Althoff, Eckhard Freise, Dieter Geuenich, FranzJosef Jakobi, Hermann Kamp, Otto Gerhard Oexle, Mechthild Sandmann, Joachim Wollasch und Siegfried Zörkendörfer), Die Klostergemeinschaft von Fulda im früheren Mittelalter, München, Wilhelm Fink Verlag, Münstersche Mittelalter-Schriften 8, Band 1, p. 37-84.

Geuenich, Dieter, 1986, « Eine Databank zur Erforschung mittelalterlicher Personen und Personengruppen », in Neithard Bulst & Jean-Philippe Genet (eds), Medieval Lives and the Historian. Studies in Medieval Prosopography, Kalamazoo, Medieval Institute Publications-Western Michigan University, p. 405-417.

Geuenich, Dieter, & Lohr, Alfred, 1978, « Der Einsatz der EDV bei der Lemmatisierung mittelalterlicher Personennamen », Onoma, vol. XXII, no 3, p. 554-584.

Geuenich, Dieter, Haubrichs, Wolfgang, Jarnut, Jörg (hrsg.), 1997, Nomen e t gens. Zur historischen Aussagekraft frühmittelalterlicher Personennamen, Berlin-New York, Walter de Gruyter.

Goetz, Hans-Werner, 1985, « Zur Namengebung in der alamannischen Grundbesitzerschicht der Karolingerzeit. Ein Beitrag zur Familienforschung », Zeitschrift für die Geschichte des Oberrheins, no 133, p. 1-41.

Goetz, Hans-Werner, 1988, « Zur Namengebung Bäuerlicher Schichten im Frühmittelalter. Untersuchungen und Berechnungen anhand des Polyptychons von Saint-Germain-des-Prés », Francia, Band 15 (1987), p. 852-877.

Goetz, Hans-Werner, 1995, Frauen im frühen Mittelalter. Frauenbild und Frauenleben im Frankenreich, Köln-Weimar-Wien, Böhlau Verlag, spécialement p. 262-269.

Goetz, Hans-Werner, 1997, « Nomen Feminile. Namen und Namengebung der Frauen im frühen Mittelalter », Francia (Mittelalter - Moyen Âge), Band 23/1 (1996), p. 99-134.

Goffart, Walter, 1981, « Merovingian Polyptychs Reflections on Two Recent Publications », Francia, Band 9, p. 57-77.

Guérault, Stéphane, 1997, Vocabuaire économique et technique des polyptyques entre Loire et Rhin au IXe siècle, Paris, Université de Paris 1, maîtrise, dactyl., dir. Michel Parisse.

Hägermann, Dieter (hrsg.), unter Mitwirkung von Konrad Elmshäuser und Andreas Hedwig, 1993, Das Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Köln-Weimar-Wien, Bölhau Verlag.

Hägermann, Dieter, 1997, « Die Namengebung in der Unterschichten des Karolingerzeit », in Dieter Geuenich, Wolfgang Haubrichs, Jörg Jarnut (hrsg.), Nomen et gens. Zur historischen Aussagekraft frühmittelalterlicher Personennamen, Berlin-New York, Walter de Gruyter, p. 106-115.

Kuchenbuch, Ludolf, 1997, « Ordnungsverhalten im grundherrlichen Schriftgut vom 9. zum 12. Jahrhundert », in Johannes Fried (hrsg.), Dialektik und Rhetorik im früheren und hohen Mittelalter. Rezeption, Überlieferung und gesellschaftliche Wirkung antiker Gelehrsamkeit vornehmlich im 9. und 12. Jahrhundert, Schriften des Historischen Kollegs, Kolloquien 27, München, p. 175-268.

Longnon, Auguste, 1886-1895, Polyptyque de l'Abbaye de Saint-Germaindes-Prés rédigé au temps de l'abbé Irminon, Paris, 2 tomes (t. 1 : Introduction ; t. 2 : Texte du polyptyque) (rééd. 1978, Genève, Mégariotis Reprints).

Morimoto, Yosiki, 1988, « État et perspectives des recherches sur les polyptyques carolingiens », Annales de l'Est, 5e série, vol. 40, no 2, p. 99-149.

Morimoto, Yosiki, 1994, « Autour du grand domaine carolingien : aperçu critique des recherches récentes sur l'histoire rurale du Haut Moyen Âge (1987-1992) », in Adriaan Verhulst et Yoshiki Morimoto (éd.), Economie rurale et économie urbaine au Moyen Âge, Gent-Fukukoa, Belgisch Centrum voor landelijke geschiedenis-Kyushu University Press, coll. « Publications du centre belge d'histoire rurale », no 108, p. 25-79.

Mottu, Valérie, 1994, Étude d'anthroponymie carolingienne au Nord de la Loire d’après trois polyptyques du IXe siècle, Tours, Université François Rabelais, maîtrise, dactyl. (2 vol. dont 1 vol. d'annexes), dir. Christiane Deluz & Monique Bourin.

Niermeyer, Jan Frederik, 1976, Mediae latinitatis lexicon minus (550-1150), Leiden, E. J. Brill.

Perrin, Charles Edmond, 1945, « Observation sur le manse dans la région parisienne au début du IXe siècle », Annales d’histoire sociale, no 8, p. 39-52.

Perrin, Charles Edmond, 1963, « Note sur la population de Villeneuve-Saint-Georges au IXe siècle », Le Moyen Âge, vol. 69, p. 75-86.

Sonderegger, Stefan, 1984, « Personennamen des Mittelalters. Vom Sinn ihrer Erforschung », in Karl Schmid & Joachim Wollash (hrsg.), Memoria. Der geschichtliche Zeugniswert des liturgischen Gedenkens im Mittelalter, München, p. 255-284.

Toubert, Pierre, 1990, « La part du grand domaine dans le décollage économique de l'Occident (VIIIe-Xe siècles) », La croissance agricole du Haut Moyen Âge. Chronologie, modalités, géographie (Fiaran 10, 9-11 septembre 1988), Auch, p. 53-86.

Verhulst, Adriaan, 1966, « La genèse du régime domanial classique en France au Haut Moyen Âge », Settimane di Studio del centro italiano di studi sull'Alto Medioevo, Spolète, vol. XIII, p. 135-160.

Verhulst, Adriaan, 1983, « La diversité du régime domanial entre Loire et Rhin à l'époque carolingienne », in Walter Janssen & Dietrich Lohrmann (éd.), Villa-Curtis-Grangia : Landwirtschaft zwischen Loire und Rhein von der Römerzeit zum Hochmittelalter [Économie rurale entre Loire et Rhin de l'époque gallo-romaine au XIIe-XIIIe siècle], 16e Deutschfranzösisches Historikerkolloquium des Deutschen Historischen Instituts Paris (Xanten, 28/9/1980-1/10/1980), Beihefte der Francia, Band 11, München, p. 133-148.

Zerner, Monique, 1979, « La population de Villeneuve-Saint-Georges et de Nogent-sur-Marne au IXe siècle d'après le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés », Annales de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Nice, no 37, p. 17-24.

Notes

1 Plus généralement sur les études récentes concernant les polyptyques, voir l'étude de Yoshiki Morimoto, « Autour du grand domaine carolingien : aperçu critique des recherches récentes sur l'histoire rurale du haut Moyen Âge (1987-1992) », in Adriaan Verhulst et Yoshiki Morimoto (éd.), Économie rurale et économie urbaine au Moyen Âge, Gent-Fukukoa, Belgisch Centrum voor landelijke geschiedenis-Kyushu University Press, coll. « Publications du Centre belge d'histoire rurale », no 108,1994, p. 25-79.

2 On pourra trouver, cependant, ici et là, dans cet article, l'écho lointain de controverses, par exemple concernant le déséquilibre du nombre des enfants. Mais nous n'y ferons que de brèves allusions pour ne pas allonger encore un article où les procédures statistiques, relativement lourdes, concernant le problème de la comparaison des anthroponymies libres et non-libres nous ont paru devoir recueillir l'essentiel de l'attention.

3 Konrad Elmshaüser et Andreas Hedwig, Studien zur Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Cologne-Weimar-Vienne, Bölhau Verlag, 1993 ; Das Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, hrsg. von Dieter Hägermann, unter Mitwirkung von Konrad Elmshäuser und Andreas Hedwig, Cologne-Weimar-Vienne, Bölhau Verlag, 1993. On renverra notamment à la bibliographie qui y est jointe p. 517 sq.

4 Sur l'anthroponymie dans le polyptyque d'Irminon, voir, depuis la parution de l'édition allemande de 1993, Dieter Hägermann, « Die Namengebung in der Unterschichten der Karolingerzeit », Nomen et Gens, Zur historischen Aussagekraft frühmittelalterlicher Personennamen, hrsg. von Dieter Geuenich, Wolfgang Haubrichs, Jörg Jarnut, Berlin-New York, Walter de Gruyter, 1997, p. 106-115.

5 Qu’il trouve ici l'expression de notre reconnaissance. Il n'est évidemment pas responsable de nos éventuelles erreurs.

6 Sont ainsi dénombrées quatre églises : deux à Villamilt (Villemeux), une à Bolido (Boullay-Thierry) et une à Gisoni Villa (Gironville).

7 Les decania correspondent à des circonsciptions administratives qui permettent de classer les biens et les personnes dans le domaine (nous devons cette précision à Jean-Pierre Devroey).

8 De mansibus servilis de decanía Giuroldi se présente comme un titre de rubrique, de sorte qu'il n'est pas facile de définir avec certitudes les items concernés.

9 Ces deux nombres, 8455 et 870 précisément, sont obtenus en excluant de l'ensemble des occurrences anthroponymiques obtenues par un comptage brut des noms des personnes contenus dans l'édition Hägermann (et mentionnés dans l'index des noms de personnes de cette édition) : 104 doubles identifiés comme tels dans notre base de données (pour l'essentiel des titulaires de bénéfice, mentionnés à plusieurs reprises), les additions postérieures (766 personnes) et 111 noms — dont deux « doubles » — mentionnés dans les Fragmenta duo, épave d'une seconde section du polyptyque, disparue pour l'essentiel, relative aux recensements des terres données en bénéfice, selon la thèse exprimée déjà par Guérard et Longnon.
Il n'est pas toujours facile de faire la part entre les pures listes de noms et les énumérations de personnes chasées sur des terres : ainsi, dans le bref de Nogent (bref VIII), ont été considérés comme des listes de noms les items [39] et [40], qui mentionnent peut-être des tenanciers chasés, puisque disposant de terre arable dont la surface totale, mais pas le détail, est fournie brièvement.

10 La comparaison des noms des personnes nommées hors listes avec ceux des individus mentionnés dans des listes montre un « taux de recouvrement » variable d'un bref à l'autre et presque toujours limité. En concentrant l'observation sur les deux brefs les plus peuplés et en ne considérant que les catégories qui peuvent faire l'objet de listes (en particulier les serfs et les lides), on constate par exemple que :
1. À Villemeux (bref IX) :

  • sur les 28 hommes lides recensés hors listes, 16 seulement (soit 57 %) portent un nom qui figurent dans les listes de lides de ce bref (décompte correspondant à un maximum puisque établi à partir des formes lemmatisées). Réciproquement, 4 noms mentionnés dans ces listes de lides ne correspondent à aucun des hommes lides recensés dans les manses (i. e. listes exclues). Et si l'on considère que les hommes dont le statut est omis peuvent éventuellement être lides, 2 noms manquent encore à l'appel. Par ailleurs, on ne retrouve dans les listes de lides aucun des noms des enfants mâles nommés dont un des parents au moins est lide. Le « taux de recouvrement » est plus faible encore pour les femmes lides : 10 sont recensées hors listes ; 21 dans les listes ; mais 2 noms (lemmatisés) seulement sont communs à ces deux ensembles (soit un « taux de recouvrement » par les listes de 20 %) ;

  • sur les 15 ancille recensées hors listes, 8 (soit un peu plus de 1 sur 2) portent un nom qui figure dans une liste d'ancille. Mais 14 noms mentionnés dans ces listes d'ancille ne font écho à aucune des femmes serves recensées hors listes. Quant aux hommes serfs à Villemeux, l'inventaire ne propose pour eux aucune liste véritable (cf. infra note 12). 2. À Boissy (bref XIII) :

  • 60 hommes lides sont recensés hors listes et 19 dans les listes. 13 noms (lemmatisés) seulement sont communs aux deux ensembles (soit un « taux de recouvrement » par les listes de 1 sur 5 environ). Le taux de recouvrement est meilleur pour les femmes lides (52,2 %) ;

  • pour les serfs recensés dans les manses (i. e. listes exclues), le « taux de recouvrement » par les listes est de 67,6 % pour les hommes et de 66,7 % pour les femmes. Ce sont donc 2 noms de serfs sur 3 qui figurent dans les listes ad hoc.

11 Cette hypothèse est proposée par Jean-Pierre Devroey.

12 Ont ainsi été considérés comme des listes de noms les items suivants : bref II, [119-120] ; bref IV, [33-34] ; bref V, [86] ; bref VI, [56-58] ; bref VII, [81] ; bref VIII, [39-40] ; bref IX, [141], [293-298], [300-302] ; bref XI, [11-14] ; bref XIII, [108-111] ; bref XIV, [89-90] ; bref XV, [94] ; bref XX, [45-47] ; bref XXI, [88-92] ; bref XXIII, [27-28] ; bref XXIV, [182-183].
Ces listes, exceptées celles correspondant à des ajouts postérieurs, comportent, bref par bref :

Individus nommés dans les listes par bref et par statut

Image 10000000000002D00000014B6C7BAA02A1DA8B72.jpg

* Le manuscrit fournit une liste de 8 hommes qualifiés — par erreur semble-t-il — d’ancille : « Isti sunt ancille de decania Giuroldi (...) » (bref IX, [296]). Il s'agit, selon toute vraisemblance, de lides puisque cette liste est suivie (dans le même item) d'une liste de 9 femmes explicitement qualifiées de lides (« Iste sunt lide (...) ».
Dans ces listes, les femmes sont nettement minoritaires (209 pour 601 hommes). Elles le sont dans presque toutes les catégories définies et ne sont en plus grand nombre que parmi les lidi et les votivi. En outre, elles ne sont jamais iurati ou ad luminariam.

13 Le décompte des divers statuts, dans les manses (i. e. listes exclues), est le suivant :

Individus nommés hors listes par statut et par sexe

Image 10000000000001F1000001452AB13698F859DBEF.png

* 295 = 221 + 73 + 1 adulte de statut indéterminé et de sexe indéterminé
Seuls sont ici comptabilisés les adultes, le statut des enfants n'étant en général pas indiqué. Les « indéterminés » constituent une population « flottante » pour laquelle les indications ne permettent pas un classement satisfaisant : certains sont mentionnés (et nommés) dans le polyptyque avec une somme d'argent de nature non explicite (p. ex. bref VII, [73]), d'autres par un simple cens (p. ex. bref VII, [74]), d'autres avec leurs enfants, sans terre ni redevance (p. ex. bref VIII, [41]). Sont également dénombrés les individus mentionnés comme donateur d'une terre ou comme titulaire d'un bénéfice ou d'une précaire sans être nécessairement (et explicitement) tenancier de l'abbaye.

14 Soit donc au total un corpus de 8452 individus de sexe déterminé, auxquels il conviendrait d'ajouter 3 individus de sexe incertain.

15 Si les anthroponymies sont suffisamment différentes entre serfs et colons on pourra vérifier, dans un second temps, l'homogénéité des divers groupes contenus dans les listes avec les données des manses, par exemple chercher par l'anthroponymie si ceux qui payent le chevage ont des noms analogues aux serfs ou aux colons.

16 Le décompte bref par bref et par génération des individus nommés dans le polyptyque (et qui constituent notre base de données de référence) est le suivant :

Individus de la base de données de référence par bref, par sexe et par génération

Image 10000000000002BF0000024EA8872645A399011A.jpg

NB : % enf. = proportion des enfants dans l'ensemble des individus nommés dans le bref.
* L'enfant ici recensé est très certainement un jeune adulte (cf. bref XXV, [39]) et son appartenance à la génération 2 est discutable.
On le voit, d'un bref à l'autre, les différences sont sensibles, en particulier quant à la proportion des enfants dans l'ensemble des personnes nommées.

17 Les évaluations ont ici été faites en s'en tenant aux indications récapitulatives proposées dans l'inventaire (bref III, [62] ; bref IV, [35] ; bref VIII, [42] et bref XIII, [99]). Ces récapitulatifs, comme ceux fournis pour les autres brefs de l'inventaire, ne coïncident en général qu'approximativement avec les décomptes faits à partir des informations détaillées fournies dans le texte du polyptyque.

18 Hans-Werner Goetz a montré, dans une étude rigoureuse et soignée, que la transmission des lexèmes par les pères domine la transmission par les mères et que donc la transmission agnatique du nom l'emporte dès le début du IXe siècle dans la région parisienne : « Zur Namengebung baüerlichen Schichten im Frühmittelalter. Untersuchungen und Berechnungen anhand des Polyptychons von Saint-Germain-des-Prés », Francia, Band 15 (1987), 1988, p. 852-877. Nous reviendrons en détail sur ce problème dans la perspective comparative qui est la nôtre (cf. infra partie VI).

19 On pourra en outre s'étonner de la proximité apparente des lexèmes initiaux wald-, ward-, et wand-, qui suggère un possible jeu d'assonnances.

20 Ce cas de figure parfait concerne 73 des 1866 enfants porteurs d'un nom germanique à deux racines identifiées dont les deux parents, connus par leur nom, portent également un nom de ce type.

21 Au sens large, la variation thématique concerne tout lexème intégré au nom d'un ancêtre quel qu'il soit, mais le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés ne fournit le plus souvent que les lexèmes des parents ; il est même des familles monoparentales pour lesquelles on ne connaît donc que les deux lexèmes du parent nommé. Et encore doit-on compter avec les cas où l'un au moins des parents porte un nom dont l'origine linguistique n'est pas germanique.

22 Le nombre de cas s'élève à 1641 sur 2939 enfants porteurs d'un nom d'origine germanique au sens large (i. e. à deux racines identifiées ou à une racine identifiée avec une suffixation latine ou encore à une seule racine). Mais ce décompte inclut en petit nombre les cas où le thème paternel ou maternel a subi dans la transmission une légère transformation l'allongeant (p. ex. ber devenant berin, agi agil) ou le réduisant (erman erm ou hrothil hroth) ; il inclut aussi les assonances entre les thèmes qui pourtant renvoient à des notions distinctes, tel que mathal athal ou ald wald.

23 Mais dans 576 cas (sur 3746), le nom d'un seul parent est connu, de sorte qu'il est probable que certains de ces enfants héritent d'un lexème parental bien que la documentation ne l'atteste pas. En se limitant aux 3170 enfants dont les deux parents sont connus par leur nom, ils ne sont plus que 1515 (soit 48 %) à n'hériter assurément d'aucune racine parentale.

24 Ces 282 familles représentent 21,5 % des 1313 groupes familiaux pour lesquels l'inventaire donne les noms d'au moins un parent et d'au moins un enfant. Comme le partage d'un lexème ne peut être observé de facto que dans des fratries d'au moins deux enfants, ce sont en fait 27,0 % des 1044 groupes familiaux de ce type qui sont concernés. En outre, si l'on comptabilise les familles où le partage ne se limite pas à un lexème « pur » mais où sont également prises en compte les formes réduites et allongées, le nombre de familles concernées passe à 349, ce qui représente 1 famille (d'au moins deux enfants) sur 3.

25 Les propositions des linguistes allemands quant à la décomposition des noms en lexèmes sont parfois divergentes. Les différences d'appréciation peuvent résulter de l'origine linguistique incertaine de certains noms (ainsi Germanus peut être considéré comme un nom latin ou comme un nom germanique : Germanus = gair/man), ou même de la méthodologie de décomposition mise en œuvre. La lemmatisation repose sur une segmentation préalable du nom, segmentation dont l'unicité n'est pas toujours acquise. Ainsi, si celle de Audingus ne semble pas problématique (Audingus = aud+ing+us qui correspond à la forme lemmatisée aud/ng), celle de Giroardus est plus incertaine (Giroardus = giro+ard+us qui correspond à la forme lemmatisée gair/hard ou Giroardus = gir+oard+us qui correspond à la forme lemmatisée gair/ward).

26 L'absence de dissociation constatée des deux lexèmes pour certains noms n'est pas une preuve suffisante.

27 Par ailleurs, il est évidemment plus simple de travailler sur l'origine linguistique des noms que sur leur « perception » dans la population, de sorte que cette approche, si elle n'est pas idéale, est sans doute moins sujette à caution.

28 Cf. infra partie VI.

29 On sait que la lemmatisation est la décomposition des noms en racines linguistiques élémentaires, par-delà les nuances phonétiques locales et les variations dues à l'enregistrement écrit. Dans la situation qui nous occupe, les deux corpus, avant et après lemmatisation, ont leur intérêt.

30 On dénombre avant lemmatisation, soit donc en tenant compte de la variété des formes d'un même nom, 1428 noms d'origine germanique différents (pour les 2503 hommes adultes porteurs d'un nom de ce type, dont 93 porteurs d'un nom d'origine germanique à une seule racine).

31 On aboutirait à un total de 209 pour les lexèmes initiaux et de 69 pour les lexèmes terminaux si les calculs étaient conduits sur les seuls colons et serfs (2074 hommes adultes porteurs d'un nom d'origine germanique dont 74 porteurs d'un nom germanique à une seule racine).

32 Pour les 2007 enfants de sexe masculin qui portent un nom germanique, on dénombre 1232 noms différents avant lemmatisation et 889 après.

33 En partie par un biais statistique dû à la faiblesse des corpus de noms féminins.

34 Pour des précisisons chiffrées, cf. infra partie VI.

35 Au total, le polyptyque permet d'identifier 2060 unions. 1674 d'entre elles sont des unions avec descendance explicitement mentionnée (mais pas nécessairement nommée) dans le document. Toutes ces unions ne sont pas décrites complètement et dans le détail : le statut, parfois le nom d'un des deux parents peut ne pas être indiqué ; le nombre et parfois le nom des enfants peut également être omis. Sur les 2060 unions identifiables, 285 concernent assurément un homme et une femme de statuts différents (soit 13,8 % des unions). En se limitant aux unions avec descendance attestée, le pourcentage passe à 12,5. Ces valeurs sont des minima puisque certaines unions sont partiellement décrites (un seul parent nommé ou deux parents nommés mais un seul statut indiqué).

36 Cf. Konrad Elmshaüser et Andreas Hedwig, Studien zur Polyptychon von Saint-Germain-des-Prés, Cologne-Weimar-Vienne, Bölhau Verlag, 1993, tableau 5, p. 482. Pour ce qui concerne le statut des personnes installées sur les manses ingénuiles, cf. ibidem, tableau 2, p. 480. Mais, dans les deux cas, la base de calcul des pourcentages donnés par les auteurs ne paraît pas très claire.

37 Il en va ainsi pour ce couple de colons à la tête d'un manse ingénuile : « Gerbertus colonus et uxor eius cotona, nomine Sigoildis, hommes sancti Germani, habent secum infantes.IIII. Tenent mansum ingenuilem.1., (...) » (bref V, [53]), ou bien ce couple de serfs à la tête d'un demi-manse servile : « Bertaldus serous et uxor eius ancilla, nomine Ermentrudis, habent secum infantes.1111. Tenet dimidium mansum servilem, (...) » (bref VII, [67]). Ce cas de figure est le plus fréquent, mais il n'est pas exclusif, le nombre et le sexe des enfants pouvant être indiqués sans que ne le soit leur nom : « Ragenardus liber et uxor eius, colona sancti Germani, nomine Ermentrida, habent secum filium.I. et filiam.1. (...) » (bref XIX, [34]). Et la précision n'est pas le fait du statut de libre du père puisqu'on peut la retrouver dans bien d'autres circonstances : « Anseramnus colonus et uxor eius, nomine Bertrudis, calumniata, habent secum filium.I. Rainoldus liber et uxor eius Ermentrida, habent secum filias.111. (...) Ragenus colonus et uxor eius colona, nomine Ingalsis, homines sancti Germani, habent secum filiam.1. (...) » (bref XIX, [37]) ; ou : « Giroldus colonus et uxor eius colona, nomine Amada, habent secum filios.11. et filiam.1. (...) » (bref VII, [47]) ; ou encore : « Ermensinda, ancilla, habet secum filium similiter. » (bref XVI, [86]). Il est enfin des cas où le nombre des enfants (« anonymes ») n'est pas précisé. Dans ce cas, la répartition par sexe ne l'est pas davantage (et ne peut être présumée) : « Heluidis cum filiis suis. » (bref VIII, [41]) ; ou encore : « Adricus cum filiis suis heredibus habent de proprietate iomales.VIIII. » (bref XXII, [96]). Ce cas de figure concerne souvent des enfants nés d'une mère extranea qui ne sont pas, de facto, dépendants de Saint-Germain-des-Prés : « Uuitbaldus lidus et uxor eius extranea, nomine Hildedrudis, quorum infantes non sunt sancti Germani (...) » (bref IX, [289]) ; ou : « Iusopus colonus, et uxor eius extranea, nomine Gaugefreda, quorum infantes non sunt sancti Germani. (...) » (bref XXII, [72]) ; ou encore : « Agedeus servus et uxor dus extranea, nomine Nodalia, cuius infantes non sunt sancti Germani (...) » (bref XXII, [82]). Étonnament, les mères d'enfants « anonymes » qui sont explicitement dites extranea sont toujours nommées ; cette règle ne connaît qu'une exception : « Bernulfus..., homo sancti Germani, et uxor eius ex[tra]nea, cuius infantes non sunt sancti Germani. (...) » (bref XXI, [86]). Si l'on exclut le bref XXV, on recense dans l'ensemble du polyptyque 27 unions avec descendance mentionnée, « anonyme » et de taille non précisée. Dans 7 cas, la mère est explicitement dite extranea ; dans 2 cas, elle est dite advena ; dans 9 cas, le statut — et le plus souvent le nom — de la mère ne sont pas indiqués bien qu'elle soit mentionnée ; dans 5 cas enfin, le père seul est mentionné avec des enfants. Au total donc, ce sont 23 des 27 unions concernées qui renvoient à une mère possiblement « étrangère » au domaine. Deux autres cas renvoient à une situation où l'absence de précisions sur le nombre et le nom des enfants est également aisément compréhensible : le cas d'une mère dite libera : « (...) Tenet eum Adalgardis libera, cuius infantes non sunt sancti Germani. » (bref XII, [25]) ; celui d'un item « tronqué » : « Ratgerus colonus et uxor eius cotona, nomine Arlildis, homines sancti Germani, habent secum... » (bref XIX, [49]) (l'item concerné se termine brusquement au bas de la 1re colonne du folio 98v°). Restent donc deux cas inexpliqués : « (...) Et Uualtrudis ancilla, cum infantibus suis (...) » (bref XIII, [76]) ; « Rainharius extraneus et uxor eius cotona, nomine Teutgardis, homines sancti Germani, cum infantibus suis (...) » (bref XXIV, [160]). Il faut cependant exclure de ce schéma le bref de Maisons-sur-Seine (bref XXV) dont le caractère singulier est manifeste. Dans ce domaine, en effet, ni le nombre des enfants ni leur nom ne sont précisés, mais chaque fois que nécessaire un espace est laissé vacant dans le manuscrit (à la suite de « Isti sunt eorum infantes ») pour l'inscription d'un ou plusieurs noms, comme si, dans ce domaine, l'enquête n'avait pu être menée à son terme.

38 Le texte prend tout de même soin de préciser que les enfants concernés non sunt sancti Germani.

39 Sur ce point, cf. supra note 16 et infra partie III (§ B.1). Les brefs VIII, IX, XII, XIII, XIX, XXI, XXII, XXIV et XXV sont les seuls du polyptyque où l'on peut trouver des item qui mentionnent l'existence d'enfants sans les nommer tout en ne fournissant pas de précisions quant à leur nombre (et consécutivement à leur sexe) ; et encore cette absence de précisions ne concerne-telle pas nécessairement tous les item. Dans le bref V comme dans le bref VII, le nom des enfants n'est jamais précisé (à une exception près pour le bref V), mais leur nombre toujours indiqué. Dans le bref XXV, dont le caractère singulier a été souligné (cf. supra note 37), ni le nom ni le nombre des enfants ne sont précisés.

40 La première renvoie au remariage d'une femme colone, mère de deux enfants nés d'une première union avec un colon dont le nom est omis : « Teudulfus colonus, de Siccavalle, et uxor eius colona, nomine Giroildis, homines sancti Germani. Habet ipsa Giroildis de alio marito colono.II. infantes, Gilmarum et Bipplinam (...) » (bref XXI, [33] ; et la seconde à l'omission du nom d'un colon nommé en second sur un manse ingénuile : « Nodelsingus advena et uxor eius colona, nomine Isengildis (...) Et socius eius, colonus de Villamilte, et uxor eius, nomine Bertouildis, homines Sancti Germani (...) » (bref XXIV, [176]).

41 Les autres statuts se distribuent ainsi : « advena » = 5 cas ; « ancilla » = 2 cas ; « colona » = 13 cas ; « non sunt sancti Germani » = 4 cas ; « sans indication explicite » = 3 cas.

42 Les hapax sont les noms attestés une fois seulement dans le corpus.

43 Le taux d'homonymie est la probabilité que deux individus pris au hasard dans un corpus donné portent le même nom.

44 Pour l'ensemble des hommes adultes du corpus (tous statuts confondus, en ne se limitant donc pas aux seuls serfs et colons), la part des noms d'origine germanique est de 91,6 %, celle des noms d'origine non-germanique de 8,0 % et celle des nom d'origine non identifiée de 0,4 %.

45 Les trois noms les plus portés — Ermenoldus, Ermenarius et Ingalbertus —totalisent chacun 15 occurrences (serfs+colons) ce qui représentent moins de 1 % de l'effectif total des 2262 hommes adultes colons ou serfs.

46 Les palmarès sont établis en réduisant le corpus de référence aux hommes adultes colons ou serfs qui portent un nom d'origine germanique (deux lexèmes identifiés) ou germanique à un élément (un seul lexème identifié) ou germanique avec suffixation latine (un lexème initial identifié et une suffixation latine).

47 La signification de ragin- est cependant discutée, le sens de destin est aussi parfois avancé. Cf. Stephan Sonderegger, « Prinzipien germanischer Personennamengebung », in Dieter Geuenich, Wolfgang Haubrichs, Jörg Jarnut (hrsg.), 1997, Nomen et gens. Zur historischen Aussagekraft frühmittelalterlicher Personennamen, Berlin-New York, Walter de Gruyter, p. 14.

48 Ce décompte concerne l'ensemble des hommes adultes du corpus de référence ; tous les statuts sont pris en compte. Il tient compte des suffixations latines (au nombre de 14), qui n'apparaissent bien entendu qu'en position terminale.

49 Les palmarès sont établis en réduisant le corpus de référence aux hommes adultes colons ou serfs qui portent un nom d'origine germanique (deux lexèmes identifiés), ou germanique avec suffixation latine (un lexème initial identifié et une suffixation latine).

50 Notamment les diminutifs en -ulus ; cf. Pierre Toubert, Les structures du Latium médiéval. Le Latium méridional et la Sabine du IXe siècle à la fin du XIIe siècle, Rome, École française de Rome, coll. « Bibliothèque des Écoles française d'Athènes et de Rome », 1973, 1re série, no 221, vol. 1, p. 698 note 1.

51 993 noms ne sont portés que par des colones et 38 ne le sont que par des serves.

52 Mais ce dernier rapport porte sur un nombre infime de cas puisqu'il ne concerne que 4 serves. Compte-tenu de cet effectif réduit, la différence ne saurait être statistiquement significative. Pour l'ensemble des femmes adultes du corpus (tous statuts confondus, en ne se limitant donc pas aux seules serves et colones), la part des noms d'origine germanique est de 91,4 %, celle des noms d'origine non-germanique de 8,2 % et celle des noms d'origine non identifiée de 0,5 % ; des résultats extrèmement proches de ceux obtenus pour les hommes.

53 Voir supra note 46 (en transposant aux femmes) pour la définition du corpus retenu pour ces décomptes.

54 Voir supra note 49 (en transposant aux femmes) pour la définition du corpus retenu pour ces décomptes.

55 Voir infra partie III (§ B.1) les remarques sur le mode d'enregistrement des enfants et les nuances selon les domaines.

56 12 des 35 noms (après lemmatisation) qui comptent au moins 15 occurrences sont spécifiques d'une génération.

57 Pour les lexèmes initiaux, hommes et femmes confondus, les 117 premiers sont communs aux deux générations. Il faut attendre le 118e du palmarès, -matan, pour observer sa disparition dans le polyptyque à la seconde génération (6 occurrences à la génération des parents et 0 à celle des enfants). Pour les lexèmes terminaux, la même situation concerne le 66e, -gang.

58 -wini est 3e du palmarès des lexèmes terminaux commun aux deux générations ; -bald 7e, -wulf et -frith respectivement 9e et 10e.

59 1580 filles, 2164 garçons et 2 enfants de sexe indéterminé.

60 Le polyptyque de Saint-Germain-des-Prés mentionnne au total 10 cas de remariages (bref IX, [25] ; bref XIII, [65, 67 et 95] ; bref XX, [31] ; bref XXI, [25, 27, 33] ; bref XXIV, [25] ; bref XXV, [27]). Dans la mesure où ces mentions font toujours état d'enfants nés de la première union — c'est au demeurant par ce biais que l'on peut présumer du rang de l'union décrite —, il est bien probable que certains des couples mentionnés dans le texte soient en réalité des couples résultant d'une seconde union contractée après une union sans descendance connue. Sur les 10 remariages, 1 seul est le remariage d'une femme (bref XXI, [33]). Ces secondes unions n'attestent de descendance que dans 4 cas.

61 Sur ce point, voir également supra partie II (introduction).

62 À dire vrai, il s'agit d'inscription des enfants dans l'inventaire plutôt que de démographie réelle.

63 Dans ce tableau :

  1. Sont comptabilisés au titre de la rubrique « groupe familial avec au moins 1 enfant et 1 parent (père ou mère) nommés » (1re ligne du tableau) les couples où les deux parents sont nommés avec un ou plusieurs enfants nommés, mais aussi ceux où un seul des deux parents (père ou mère) est nommé, l'autre étant signalé mais son nom omis, avec un ou plusieurs enfants nommés. Et au titre de la rubrique « autre groupe familial sans parent (père ou mère) nommé » les fratries composées de jeunes adultes (sans parent nommé ou avec un ancêtre cohabitant) ainsi que les ensembles composés d'un adulte et d'individus (apparemment adultes) désignés comme nepos.

  2. Pour ces décomptes, les éventuels groupes familiaux polynucléaires installés sur le même manse ont été « atomisés » chaque fois que possible, c’est-à-dire fractionnés en « atomes » familiaux élémentaires (i. e. père et/ou mère + enfant(s) le cas échéant). Mais les groupes (poly-nucléaires) identifiables comme tels dans le polyptyque sont en petit nombre.

64 2060 = 2899 - (16 + 823).

65 L'absence de mention de descendance dans l'inventaire ne permet pas de conclure à l'absence certaine et définitive d'enfants. Si l'absence de descendance est probable au moment où l'enquête est réalisée, rien ne permet de présumer de la proportion de couples sans descendance finale dans cette population.

66 361 = 328 + (14 + 19). Parmi ces 361 unions avec descendance mentionnée mais non nommée, on dénombre 33 « familles monoparentales » où un seul des deux parents est évoqué. Les mères seules avec un ou plusieurs enfants signalées mais non nommées sont un peu plus nombreuses que les pères seuls dans la même situation (19 cas contre 14).

67 Cf. supra partie II (introduction).

68 Le statut des membres du couple est le plus souvent explicite. Mais il faut également compter avec les couples dont l'un au moins des parents est de statut indéterminé — quelle qu'en soit la raison — et avec ceux dont on ne connaît qu'un seul parent (l'autre n'étant d'aucune façon évoqué dans le texte). Ces « ménages monoparentaux » se répartissent ainsi : mère seule = 91 cas (pour 273 enfants concernés) ; père seul = 75 cas (pour 210 enfants concernés).

69 Sont dans ce cas pris en compte non seulement les 366 enfants nés des unions correspondant à l'un des trois types présentés (père et mère serfs, mère serve et père d'un autre statut, père serf et mère d'un autre statut), mais aussi ceux nés des unions partiellement décrites dans le polyptyque, c'est-à-dire celles pour lesquelles un seul parent serf est mentionné (ménage monoparental) ou pour lesquelles le statut d'au moins un des deux parents n'est pas indiqué (l'autre étant serf). Dans tous les cas, cet ensemble composite correspond aux enfants nés d'au moins 1 parent serf, de sorte que l'ensemble ainsi défini est disjoint de celui correspondant aux enfants nés de deux parents colons. Il concerne 157 unions (23+20+88 unions bien décrites auxquelles sont ajoutées 26 unions partiellement décrites) et à 420 enfants (237 garçons+183 filles). Ce sont alors au total 992 unions et 2789 enfants qui sont concernés.

70 En limitant l'analyse aux manses occupés par un seul groupe familial et pour lesquels la surface de terre arable est précisée — sur les raisons de ce choix cf. infra partie V (introduction) — on dénombre 25 couples de serfs et 473 couples de colons (avec ou sans enfants) ; les premiers habitent des manses dont la taille moyenne est de 3,7 bonniers et les seconds des manses dont la taille est de 6,4 bonniers.

71 Le statut est extrapolé, comme il a été dit plus haut, du statut des parents, ou plutôt il est apporté à celui des parents.

72 Cf. supra partie II (§ A.2) pour le palmarès des noms des hommes adultes colons.

73 Premier choix chez les fils dont la mère seule est serve et troisième choix chez ceux dont au moins un parent est serf. Il est vrai cependant que les effectifs concernés sont assez minces.

74 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 aud/mund et berin/hard (2 occurrences/29) et au rang 3 vingt-cinq noms portés exactement 1 fois ; chez les enfants mâles dont le père est serf et la mère d'un autre statut, on trouve au rang 1 leud/hard (3 occurrences/141) et au rang 2 dix noms portés exactement 2 fois (dont gair/hard).

75 L'adjectif « significatif » est utilisé ici avec le sens strict dévolu à ce terme (cf. dans ce volume : Pascal Chareille, « Éléments pour une méthodologie de la comparaison... »). En raison de la petite taille de certaines des sous-populations, la probabilité de trouver toutes les occurrences d'un nom (sous sa forme lemmatisée) dans l'une des quatre catégories de référence définies pour la comparaison (fils de colons, de serfs, de mère serve, de père serf) est au moins égale à 5 %, donc trop forte pour qu'on puisse tirer quelque conclusion solide que ce soit de l'analyse.

76 On rappelle que ces 4 types dits de « référence » correspondent aux unions entre deux parents colons, deux parents serfs, une mère serve et un père d'un autre statut, ou encore un père serf et une mère d'un autre statut.

77 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 berin- (3 occurrences/29) et au rang 2 les lexèmes athal-, aud-, erlet ingal- (2 occurrences) ; lorsque le père est serf et la mère d'un autre statut, au rang 1 athal- et hildi- (2 occurrences/130), au rang 3 les lexèmes erman-, hroth- et leud- (3 occurrences) et au rang 6 berin-, ragin- et wini- (5 occurrences).

78 Chez les enfants mâles nés de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 -wini (6 occurrences/29), au rang 2 -hard (5 occurrences), puis -gaut (3 occurrences), -frith, -mund et -wulf (2 occurrences) ; lorsque le père est serf et la mère d'un autre statut, au rang 1 -hard (17 occurrences/129), au rang 2-berht (14 occurrences), au rang 3 -gaut (11 occurrences), au rang 4 -gair et -hari (10 occurrences), puis -balth,-wald et -wini (8 occurrences).

79 Cf. supra partie II (§ B.2) pour le palmarès des noms des femmes adultes colones.

80 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 les vingt-deux noms qui ne sont tous portés qu’1 fois ; lorsque le père est serf et la mère d'un autre statut, au rang 1 berht/rad et hroth/berg (3 occurrences/102) et au rang 3 cinq noms portés exactement 1 fois.

81 Cf. supra partie II (§ B.3) pour le palmarès des lexèmes initiaux des femmes colones.

82 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 berht- (3 occurrences/19) et au rang 2 gail- (2 occurrences) ; lorsque le père est serf et la mère d'un autre statut, au rang 1 berht- et hroth- (8 occurrences/92), au rang 3 athal-, erman-, gair- et theud- (4 occurrences).

83 Résultat qui n'est pas sans intérêt puisque le lexème athal- était en tête de chacun des deux palmarès (filles nées de deux parents colons et filles nées d'au moins un parent serf) et qu'il est pourtant spécifique du premier groupe (donc beaucoup plus porté par les filles de colons qu'il ne le serait si le statut n'avait aucune incidence sur le choix des lexèmes).

84 Chez les filles nées de couples mixtes, on trouve, après lemmatisation : lorsque la mère est serve et le père d'un autre statut, au rang 1 -hildi (6 occurrences/16) et au rang 2 -geld et -rad (2 occurrences/16) ; lorsque le père est serf et la mère d'un autre statut, au rang 1 -hildi (13 occurrences/90), au rang 2 -linth (11 occurrences/90), puis -berg,-rad et -thruth (10 occurrences/90) suivis par -geld (8 occurrences/90).

85 Le poids du lexème terminal hildi- est plus fort encore chez les filles nées d'une mère serve et d'un père d'un autre statut puisqu'il représente alors 37,5 %.

86 Jean-Pierre Devroey souligne qu'une mobilité différentielle des populations, inégale selon le statut et/ou le sexe est très probable. Il se pourrait notamment que les femmes, en particulier les colones, soient plus concernées par ces mouvements que les hommes.

87 Avant l'édition du polyptyque par Hägermann, L'identification de ce toponyme était classiquement Villers-sur-mer.

88 Ce nom, très rare ailleurs, est porté dans chacun des quatre domaines mantois. Il l'est exclusivement par des colons à la génération 1.

89 Il est ici fait allusion au palmarès général relatif à l'ensemble des 5 entités micro-régionales définies.

90 Comme il a été dit plus haut, berin- est par ailleurs un lexème spécifique des colons dans l'ensemble du polyptyque.

91 Cf. supra note 90 : il est ici fait allusion au palmarès général relatif à l'ensemble des 5 entités micro-régionales définies.

92 Idéalement, on pourrait imaginer de travailler non pas au niveau des domaines tels qu'ils sont décrits dans l'inventaire mais sur des entités qui seraient définies à partir d'une réelle proximité géographique entre les manses. Mais une telle approche se heurte bien évidemment à la localisation effective des toponymes mentionnés dans le polyptyque, de sorte que cette voie reste, sinon hors de portée, pour dire le moins sujette à caution.

93 Sur ce concept, cf. infra note 99.

94 Le « palmarès global » évoqué ici est celui des lexèmes initiaux dans l'ensemble des deux brefs examinés (Maule et Secval).

95 Seul le lexème wis-(12e du palmarès global) se classe dans les 11 premiers à Secval (puisque 6e dans ce domaine).

96 Ces observations valent avant tout pour la génération 1 (celle des hommes et des femmes adultes). Les choses sont plus complexes pour la génération 2, le statut des enfants ne pouvant qu'être extrapolé à partir de celui des parents. Dans le Mantois, le lexème initial land- est aussi porté par un lide.

97 Ce faisant, nous pourrions craindre de nous priver d'une information sur les plus gros manses. En réalité, la corrélation est loin d'être systématique entre la taille du manse et le nombre de groupes familiaux qui l'occupent ; et aussi bien dans les domaines à dominante céréalière que dans ceux à dominante viticole, il existe de grands manses occupés par un seul groupe familial. Sur ce point, cf. infra note 99 ; et pour d'éventuels compléments, cf. Elmshaüser & Hedwig, Studien zu Polyptychon..., op. cit., p. 508-509). Le repérage d'une hiérarchie sociale du choix des noms et des lexèmes ne souffre donc pas du corpus choisi.

98 Cf. Konrad Elmshaüser & Andreas Hedwig, Studien zu Polyptychon..., op. cit., tableau 15 p. 507, mais nos résultats sont partiellement différents. Ils le sont faiblement en ce qui concerne le dénombrement des manses, plus nettement lorsqu'il s'agit d'évaluer le nombre de groupes familiaux installés sur chacun d'eux. Ainsi, pour Palaiseau (bref II), les commentateurs allemands recensent au total 115 manses (cf. tableau 4 p. 481) quand nous en dénombrons 117 ; ils donnent 62,2 % de couples de tenanciers uniques et nous 54,7 % ; 26,1 contre 29,9 pour les manses à 2 couples ; 8,7 contre 11,1 pour les manses à trois couples ; aucun manse à 4 ou 5 couples quand nous en dénombrons respectivement 4 et 1 (soit 3,4 % et 0,9 % des manses de ce bref). Pour Maule (bref XXI), ils recensent au total 79 manses (cf. tableau 4 p. 481) ce qui correspond également à notre décompte, mais ils donnent 89,3 % de couples de tenanciers uniques et nous 87,3 % ; 10,7 contre 11,4 pour les manses à 2 couples ; aucun manse à 3 couples quand nous en dénombrons 1 (1,3 % des manses de ce bref). Ces différences tiennent aux divergences d'appréciation dans la définition de l'unité de production et plus encore aux décomptes des divers groupes familiaux installés sur un manse. Plutôt que de « groupes », il conviendrait de parler de « noyaux familiaux », un « célibataire » — i. e. un adulte dénommé isolément — constituant un noyau à l'instar d'un couple ou d'un groupe plus large. Notre manière de dénombrer s'appuie sur les indications du polyptyque. Ainsi, nous considérons que 5 groupes familiaux cohabitent dans le bref II, [36] : « (...) Isti quinque tenent mansum ingenuilem .I., (...) » ; y sont installés 3 couples avec des enfants et deux hommes « seuls », chacun dit colonus sancti Germani. Ces deux colons, visiblement co-tenanciers du manse au même titre que chacun des 3 couples — ils sont énumérés en position 2 et 3 —, constituent à nos yeux deux noyaux familiaux distincts qui doivent être décomptés comme tels. Ce n'est visiblement pas le choix fait par les commentateurs allemands, Konrad Elmshaüser & Andreas Hedwig, qui privilégient la notion de « couple » sur celle de « noyau familial » et ne dénombrent aucun manse à 5 couples dans le bref II.

99 Les indications sur l'orientation économique des domaines sont reprises de Konrad Elmshaüser & Andreas Hedwig, Studien zu Polyptychon..., op. cit. Les domaines à orientation viticoles sont ceux de Palaiseau (bref II), de Gagny (bref IV), de Verrières (bref V), de Nogent-l'Artaud (bref VIII), de Thiais (bref XIV), de Villeneuve-Saint-Georges (bref XV), de Combs-la-Ville (bref XVI) et Morsang-sur-Seine (bref XVII). D'après nos propres calculs et après réduction du corpus aux seules unités de production à un noyau familial, les manses de ces domaines ont une superficie moyenne (en terre arable) d'environ 4,6 bonniers, inférieure de moitié à la superficie moyenne (9,1 bonniers) des manses des domaines à orientation plus strictement céréalière (Villemeux (bref IX), Neuilly-sur-Eure (bref XI), Boissy-en-Drouais (bref XIII) et Esmans (bref XIX)). Quant aux manses à un noyau familial des domaines sans orientation économique marquée (Jouy-en-Josas (bref I), La Celle-les-Bordes (bref III), Épinay-sur-Orge (bref VI), La Celle-Saint-Cloud (bref VII), Corbonais (bref XII), Coudray-sur-Seine (bref XVIII), Saint-Germain-Village (bref XX), Maule (bref XXI), Secval (bref XXII), Chavannes (bref XXIII), Béconcelle (bref XXIV), Maisons-sur-Seine (bref XXV)), leur superficie moyenne est de 5,8 bonniers. La prise en compte de tous les manses (indépendamment du nombre de noyaux familiaux résidant sur l'unité de production) ne modifie pas significativement ces résultats puisque la superficie moyenne de terre arable est alors de 4,6 bonniers pour les domaines à orientation viticole ; de 12,0 pour ceux à orientation céréalière et de 6,3 pour ceux sans orientation.

100 Sont cependant exclus de nos décomptes les manses — ou plus exactement les item de l'inventaire — pour lesquels aucune indication relative à la terre arable n'est fournie (soit au total 73 item, correspondant à 131 individus recensés dans le polyptyque) et les quelques cas trop ambiguës pour qu'il soit possible de fournir une évaluation sûre de cette surface (8 item, concernant 21 personnes). Au total donc, 81 item n'ont pas été retenus — ce qui ne représente que 7,2 % du matériau disponible — et conduit à l'exclusion de 152 individus (106 hommes et 46 femmes), représentant moins de 5 % de l'effectif.

101 La conversion des mesures n'est pas simple ; nous avons utilisé et parfois légèrement amendé les propositions faites par les différents éditeurs du polyptyque. Mais de toute façon, la mesure dominante et la plus grande est le bonnier.

102 L'étude statistique a été faite sur les seuls manses à un noyau familial. Conduite sur l'ensemble des manses, la discrétisation optimale est sensiblement différente. En outre, la superficie moyenne des 1723 manses avec terre arable est de 7,1 bonniers alors que celle des 1005 manses retenus ici n'est que de 5,9 bonniers.

103 895 individus (nommés) résident sur les manses de moins de 4 bonniers de terre arable et 1370 sur ceux de 4 à moins de 8 bonniers, ce qui correspond à respectivement 27,7 % et 42,5 % des 3227 individus concernés. Les distorsions sont assez voisines de celles observées pour la répartition des manses. Il en résulte que le nombre moyen de personnes installées sur un manse à un seul groupe familial n'est que faiblement corrélé à la superficie de terre arable du manse (même s'il est vrai que les manses disposant des surfaces de terre arable les plus importantes accueillent des groupes familiaux un peu plus grand en moyenne). Étonnamment, la dimension du groupe familial ne semble donc pas être une variable d'ajustement majeure de la force utile !...

104 Les indicateurs les plus simples habituellement utilisés pour décrire les corpus anthroponymiques sont sensibles à la taille des échantillons.

105 Comme lexème initial, dans les domaines viticoles, hildi- est 1er du palmarès à la génération des enfants mâles et 3e à celle des pères, alors qu'il occupait respectivement les 12e et 17e places dans les domaines céréaliers.

106 Par exemple -erman est un peu moins fréquent à la génération 2 dans les domaines viticoles (1er dans les domaines céréaliers toutes superficies confondues, il ne se classe que 8e dans les domaines viticoles), mais la « fortune foncière » n’est pas en cause.

107 La dictinction selon l'oriention économique ne l'est pas davantage ; la comparaison systématique des palmarès de noms et de lexèmes pour les domaines céréaliers et viticoles ne conduit pas à la mise en évidence de différences majeures.

108 Cf. Youri Bessmertny, « Les structures de la famille paysanne dans les villages de la Francia au IXe siècle. Analyse anthroponymique du polyptyque de l'abbaye de Saint-Germain-des-Prés », Le Moyen Âge, 1984-no 1, p. 165-187 (traduit du Russe par B. Dodret).

109 Sont considérés comme tels les noms à deux racines germaniques identifiées, ceux à une seule racine germanique, mais aussi ceux à une racine germanique et une suffixation latine.

110 Le corpus étudié ici se décompose ainsi : 1672 enfants mâles, 1266 enfants de sexe féminin et 1 enfant de sexe indéterminé. Si les calculs sont faits sur les 3170 enfants nommés dans le polyptyque et dont les deux parents sont connus par leur nom — donc sans tenir compte de l'origine linguistique du nom des enfants —, la fourchette va de 47,3 % à 52,2 %. Résultat logique si l'on se souvient que la transmission complète d'un nom d'origine non germanique est rare (à tout le moins entre parents et enfants). On aurait aussi pu raisonner en ne considérant que les enfants porteurs d'un nom d'origine germanique dont les deux parents sont connus par leur nom celui-ci étant lui-même d'origine germanique. Sont alors concernés : 1441 garçons, 1111 filles et 1 enfant de sexe indéterminé. La fourchette va dans ce cas de 53,8 % à 58,8 % (de 54,8 % à 60,2 % pour les garçons ; de 52,5 % à 57,0 % pour les filles).

111 Nos décomptes sur ce point sont très voisins de ceux fait par H.-W. Goëtz : « Zur Namengebung baüerlichen Schichten im Frühmittelalter. Untersuchungen und Berechnungen anhand des Polyptychons von Saint-Germain-des-Prés », Francia, Band 15 (1987), 1988, p. 852-877.

112 L'ordre d'énonciation tel que nous l'avons défini reprend l'ordre d'énumération du texte : un garçon est de rang 1 lorsqu'il est le premier enfant nommé de la fratrie ; une fille est de rang 3 lorsque deux enfants (quel que soit leur sexe) sont nommés avant elle. Il en résulte que les filles ont bien moins de chance d'être de rang 1 ou de rang 2 (voire de rang 3) que les garçons puisque ceux-ci sont le plus souvent énoncés avant leurs sœurs. En outre, Jean-Pierre Devroey insiste sur l'impossibilité de connaître le véritable ordre des choix anthroponymiques à cause des enfants morts.

113 Il s'agit du palmarès des lexèmes initiaux pour les 997 enfants mâles premiers nommés et porteurs d'un nom d'origine germanique.

114 Il s'agit du palmarès des lexèmes terminaux pour les 1942 enfants mâles porteurs d'un nom d'origine germanique à deux racines identifiées ou composé d'une racine germanique et d'une suffixation latine.

115 La faible profondeur généalogique révélée par le polyptyque conduit ici à observer la « mémoire » familiale sur deux générations seulement.

116 Cf. supra partie III (§ B.1). Les familles qui dérogent à cette règle sont rares : sur les 1313 groupes familiaux recensés (avec au moins un enfant et un parent nommés) 38 énumèrent (nommément) les filles avant les garçons et 67 énumèrent les enfants dans un ordre mêlant les deux sexes.

117 Cette conception du patrimoine anthroponymique d'un couple qui le limite aux lexèmes portés par ses deux membres est évidemment réductrice ; elle ne tient pas compte des transmissions plus profondes venues de générations antérieures que le polyptyque ne permet pas d'appréhender. Par ailleurs, même ainsi défini, le patrimoine anthroponymique d'un couple n'est pas nécessairement composé de quatre éléments. Il s'agit là d'un cas en quelque sorte « idéal » puisque supposant que les deux parents (connus par leur nom) portent un nom d'origine germanique à deux racines identifiés. Bien d'autres cas de figure sont possibles : un seul parent est nommé ; un au moins des parents porte un nom d'origine non germanique, ou un nom d'origine germanique avec une seule racine, etc. Le cas « idéal » concerne tout de même quelques 2468 enfants (sur les 3746 nommés dans le polyptyque) ; 2315 d'entre eux portent un nom d'origine germanique (à 1 ou 2 racines identifiées).

118 Cf. exemples donnés supra note 22.

119 Si l'on considère tous les enfants (indépendamment de l'origine linguistique de leur nom) dont au moins un parent est nommé (soit 3746 individus de la génération 2), ils ne sont plus que 44,3 % (45,4 % des garçons et 42,3 % des filles) à porter au moins un lexème parental « pur » (et 3,5 % un lexème parental sous forme réduite ou allongée). Si l'on considère tous ceux dont les deux parents sont nommés, qu'ils aient ou non un nom d'origine germanique (soit 3170 individus), le pourcentage passe à 48,3 % pour les garçons et 45,8 % pour les filles (47,3 % pour l'ensemble).

120 Ce sont 387 garçons + 354 filles (soit 741 enfants au total) qui portent au moins un lexème maternel (en position initiale ou terminale), et 662 garçons + 385 filles + 1 enfant de sexe indéterminé (soit 1048 enfants au total) au moins un lexème paternel. Les deux sous-ensembles définis (« enfants porteurs d'au moins un lexème maternel » et « enfants porteurs d'au moins un lexème paternel ») ne sont pas disjoints puisque certains enfants héritent d'un lexème maternel et d'un lexème paternel (ils font alors l'objet d'un « double compte »).

121 Sont concernés par cet « héritage » 23 garçons/338 (6,3 % des garçons porteurs du Stammglied de leur mère) et 17 filles/190 (8,9 % des filles porteuses du Stammglied de leur mère).

122 On a vérifié que les lexèmes portés une ou deux fois par les mères ne sont pas plus fréquemment transmis que les lexèmes de fréquence « normale » ?

123 Cf. bref XX, [38] : « Anganildis, ancilla, habet infantem .I., Anganhildis. ».

124 Cf. bref XIII, [81],

125 Le lexème initial warin- est au 64e rang chez les femmes, toutes générations et tous statuts confondus.

126 Le lexème initial aud- est au 21e rang chez les hommes, toutes générations et tous statuts confondus.

127 À dire vrai, quel que soit le palmarès retenu pour la comparaison, la stabilité est nette. Le tableau ci-dessous précise le palmarès de lexèmes initiaux pour les 5 ensembles suivants : 1. femmes colones ; 2. femmes serves ; 3. femmes adultes (tous statuts) ; 4. enfants de sexe féminin ; 5. enfants (garçons ou filles) porteurs du Stammglied de leur mère (M1) :

Palmarès comparés des lexèmes Initiaux portés par les colones, les serves, les femmes adultes (tous statuts), les enfants de sexe féminin et les enfants (garçons et filles) porteurs de M1

Image 10000000000002BF0000014E6BA1B32674794B27.jpg

128 Dans le cas présent, sur les 136 femmes adultes qui portent le lexème initial athal-, on ne dénombre que 74 mères (i. e. des femmes adultes nommées avec un ou plusieurs enfants nommés). Le « taux de transmission » ainsi réévalué passe de 29,4 % à 54,1 %.

129 C'est le cas par exemple de cette mère colone, nommée Adalgildis, installée avec son mari (Maurontus, colon également) sur un manse ingénuile à Palaiseau : elle transmet son Stammglied à trois de ses cinq enfants : Adalgudis, Adalgis et Adalgarius (cf. bref II, [105-106]). On a ici une (seule) mère qui « transmet » et trois enfants qui « héritent ».

130 Il s'agit en quelque sorte de procéder à une double correction du taux de « transmission brut » pour tenir compte des deux remarques précédentes. La première modification (cf. supra, note 128) conduit à une réévaluation du taux ; la seconde à une dévaluation. Dans le cas présent, le Stammglied maternel athal- est transmis à 40 enfants par 33 mères. Le « taux de transmission corrigé » (pour ce Stammglied maternel) est donc de 33/74, soit 44,6 % ; ce qui signifie qu'un peu moins d'une mère sur deux qui porte le lexème initial athal- le transmet (au moins une fois) à sa descendance.

131 athal- est le Stammglied le plus fréquent. Il l'est à la génération 1 chez les femmes comme chez les hommes (adultes, tous statuts confondus) et à la génération 2 chez les garçons comme chez les filles.

132 En témoigne la comparaison des palmarès des lexèmes initiaux pour les 5 ensembles suivants : 1. hommes colons ; 2. hommes serfs ; 3. hommes adultes (tous statuts) ; 4. enfants de sexe masculin ; 5. enfants (garçons ou filles) porteurs du Stammglied de leur père (P1) :

Palmarès comparés des lexèmes initiaux des colons, des serfs, des hommes adultes (tous statuts), des enfants de sexe masculin et des enfants (garçons et filles) porteurs de P1

Image 10000000000002C400000163A5271735D3ECCD2C.jpg

133 On ne dénombre dans l'ensemble du polyptyque que 1 occurrence de chacun des lexèmes fulk- et agin-chez les hommes adultes serfs.

134 528 enfants portent le Stammglied de leur mère et 240 l’Endglied de leur mère, mais ils ne sont bien au total que 741 à porter au moins un lexème maternel : les enfants qui héritent des deux racines maternelles font en effet l'objet d'un « double compte ».

135 -s-m et -sinth = 31 occurrences chez les 1389 filles nommées dans le polyptyque portant un nom d'origine germanique à deux racines identifiées ou une racine + une suffixation latine (et respectivement 35 et 33 occurrences à la génération 2 si l'on ne tient pas compte du sexe et que l'on considère les 3332 enfants portant un tel nom) ; -l = 6 occurrences à la génération 2 pour les filles (+ 3 pour les garçons) avec le même corpus de référence.

136 Les « taux de transmission corrigés » pour les Endglieder paternels et maternels sont les suivants :

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes terminaux paternels selon le statut de la père

Image 100000000000026A00000163526CBCA4D9BC6116.jpg

Taux de transmission (corrigés) des lexèmes terminaux maternels selon le statut de la mère

Image 1000000000000266000001042357CDA1FB3795E8.jpg

N.B. : 1. Seuls sont ici recensés les Endglieder paternels (ou maternels) transmis plus de 5 fois.
2. « nb » = nombre de pères (ou mères) qui transmettent le lexème initial à leur descendance (i. e. à l'un au moins de leurs enfants) ; « tx corr » = taux de transmission corrigé (i. e. proportion de pères (ou mères) qui transmettent le lexème parmi les pères (ou mères) qui portent 1’Endglied).

137 Cf. supra partie VI, § B.

138 La reproduction à l'identique des noms est trop rare pour qu'elle puisse être analysée de manière significative, notamment dans le tout petit corpus des serfs.

139 C'est-à-dire comme il a été fait pour l'analyse des différences entre générations (cf. partie III, § B.3 et § C).

140 L'ensemble considéré concerne les 1672 garçons qui portent un nom d'origine germanique (à une ou deux racines identifiées ou a une racine + une suffixation latine) et dont les deux parents sont nommés.

141 Pour les garçons, les transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») se décomposent comme suit :

Transmissions altérées chez les fils par type et par statut du couple parental

Image 1000000000000280000000EE0A3475AC34F43A2C.jpg

N.B. : P1x correspond à une forme allongée du lexème initial du père ; xP1 correspond à une forme réduite du lexème initial du père ; définitions du même type pour P2x, xP2, M1x, xM1, P2x et xP2.

142 C’est-à-dire la transmission d'au moins un lexème (du père ou de la mère) sous forme pure.

143 La puissance de la transmission agnatique a été mise en lumière pour les polyptyques carolingiens par Hans-Werner Goetz (cf. supra notes 18 et 111).

144 Pour les filles, les transmissions « altérées » (« allongement » ou « réduction ») se décomposent comme suit :

Transmissions altérées chez les filles par type et par statut du couple parental

Image 100000000000027F000000ECE942D8DDB63D464A.jpg

N.B. : P1x correspond à une forme allongée du lexème initial du père ; xP1 correspond à une forme réduite du lexème initial du père ; mêmes définitions pour P2x, xP2, M1x, xM1, P2x et xP2.

145 On peut voir dans l’existence de taux de transmission différentiels des lexèmes une des raisons de la relative mobilité des palmarès d'une génération à l’autre. Mais la raison des préférences reste évidemment bien mystérieuse.

146 Les effectifs concernant les couples mixtes dont la mère seule est serve sont trop faibles pour tirer quelque conclusion solide à ce sujet.

147 Cf. partie III, § B.3. Dans l'ensemble du polyptyque, les filles représentent 42,2 % des 3746 enfants nommés. Elles ne sont en surnombre par rapport aux garçons que lorsque les deux parents sont serfs : 38 filles et 34 garçons sont nés des 23 unions concernées.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search