Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome V-1 : Intégration et exclusion sociale, lectures anthroponymiques

 | 
Monique Bourin
, 
Pascal Chareille

Pour une lecture anthroponymique de la distance sociale

Texte intégral

1Alors qu'il est possible aujourd'hui que de deviner, voire de déterminer, à partir du prénom d'un individu et de sa date de naissance le milieu social dans lequel il est né, les études que nous avons menées précédemment à travers la documentation des XIe-XIVe siècles nous ont montré qu'un tel décryptage est difficile. Certes, il est, à cette période, des noms attachés à quelques grandes familles, noms rares et spécifiques, qui ont une quasi vocation d'appartenance lignagère ou de revendication sur un patrimoine, mais pas directement de distinction sociale. Mais il est frappant de constater que ce patrimoine onomastique est loin d'être jalousement conservé et que, au cours du XIIIe siècle, nombre de familles de vieille souche abandonnent, en tout cas pour leurs aînés, les « noms » qui leur sont les plus spécifiques au profit de l'un de ces innombrables Jean ou Pierre.

  • 1 Cf. Benoît Cursente, « Études sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du (...)

2Il est bien probable, si l'on en croit diverses études, et notamment l'exemple de l'aristocratie auscitaine1, que la diffusion de certains modèles culturels et politiques qu'accompagne le choix de ce qu'il est encore trop tôt alors pour appeler un prénom, procède des hautes classes sociales vers le bas. Mais sauf cas particulier, le renouvellement des choix, quoique parfaitement sensible à une échelle trentenaire, n'induit pas des modifications assez puissantes pour aboutir à des corpus contemporains fortement dissemblables entre les milieux chevaleresques ou seigneuriaux d'une part et le reste de la société d'autre part. De plus, la diffusion sociale descendante des modèles est, du moins dans certaines régions, assez rapide pour que les écarts ne se creusent pas entre les niveaux sociaux.

3À défaut du nom, le surnom aurait pu être un marqueur social plus lisible. De fait il l'est lorsque s'introduit le surnom dans la pratique écrite, mais cette période brève ne dure pas. Dès lors que le système anthroponymique à deux éléments est en place, ou même en cours d'installation, la lecture sociale de la dénomination des personnes se fait hasardeuse. S'il est des surnoms qui de fait sentent le rustique, beaucoup sont de niveau indiscernable, même dans un contexte précisément connu. Les sobriquets les plus militaires ou violents ne sont pas l'apanage des chevaliers et un Pierre Berengarii peut être tout aussi bien un fils de haute naissance qu'un jeune villageois. Ajoutons à cette incertitude, l'absence de titres, en règle générale, jusque vers le milieu du XIIIe siècle. Certes l'auteur d'une charte énonce légitimement et fièrement ses fonctions, mais tel proche parent cité parmi les témoins de l'acte n'apparaît que sous ses nom et surnom. La richesse anthroponymique — longueur de la désignation et variété de ses formes en fonction des situations — est la norme des puissants et des riches, mais elle ne fonctionne en aucun cas comme une règle stricte : il est de prestigieux seigneurs qui se dénomment fort simplement. La proposition directe est vraie, mais pas la réciproque.

4Bref les justes critères d'une lecture sociale de l'anthroponymie nous paraissent presque insaisissables. Non seulement il est difficile de définir la position sociale d'un individu en fonction de son anthroponymie, mais s'il est possible de dégager quelques caractéristiques propres aux noms et surnoms dans une région donnée, à une période donnée, il est plus ardu de mettre en lumière des pratiques anthroponymiques qui distinguent clairement entre elles les strates de la société.

5Les discours sur le nom ont ouvert des pistes, mais on sait combien les sociétés sont avares de commentaire sur leurs codes anthroponymiques. D'où un retour aux sources de la pratique pour tenter d'y trouver quelques principes. À défaut d'une lecture sociale fine des noms et des surnoms, nous avons pensé à y chercher les traces d'une stigmatisation. Quels signes d'exclusion pour quelles catégories ? Bien évidemment les résultats d'une telle recherche devaient révéler tout à la fois quelques règles des pratiques de dénomination, mais aussi le sentiment des articulations majeures de la société. Où étaient les réprouvés ? Et comment les noms et surtout les surnoms pouvaient-ils porter trace d'une naissance indigne ou d'une existence à la marge.

6Pour essayer de progresser dans cette approche des critères sociaux, en temps et lieux, des pratiques anthroponymiques, nous avons pensé attaquer la difficulté par les statuts. Il nous semblait que la société pourrait être un gardien vigilant de marques anthroponymiques du servage ou de la dépendance, enregistrant soigneusement à travers la dénomination qui était serf et qui ne l'était pas, afin que soit facilitée la conservation d'une donnée importante : à qui appartenaient tel ou telle et ses (leurs) enfants. Sans nous cacher l'ambiguïté du statut du serf qui tient de la macule mais parfois aussi du service glorieux des puissants, et sans nous cacher la complexité et la variété, même en un temps donné, des formes de la dépendance personnelle, il nous semblait que l'anthroponymie devait être caractérisée par une ou plusieurs marques d'identité servile. Quels pouvaient être ces signes ? Des noms interdits aux non-libres ? Des noms porteurs d'un lien avec le maître, qui pouvait être l'expression d'une protection spécifiquement étroite et forte, surtout s'il s'agissait d'un établissement ecclésiastique et de son saint patron. Un retard ou une avance dans le port du surnom ? Un archaïsme général des noms de serfs, gelés dans une hérédité plus fortement exprimée, violemment identitaire ? Par la suite, des surnoms exprimant 1'« attache à la glèbe » du servage réel ? Nous imaginions que chaque époque aurait ses propres formes de spécificités de l'anthroponymie de la servitude ou de la dépendance, parfois plus nette comme aux temps où la législation se soucie avec tant de fréquence et de force des mancipia fugitifs ou aux temps où l'anthroponymie est stabilisée et où la puissance nouvelle de l'État contribue à la naissance de nouvelles formes de non-liberté. Mais nous ne doutions pas vraiment de trouver des différences anthroponymiques claires entre libres et non-libres.

Notes

1 Cf. Benoît Cursente, « Études sur l'évolution des formes anthroponymiques dans les cartulaires du chapitre métropolitain de Sainte Marie d'Auch (XIe-XIIIe) », Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, tome I, Tours, 1989, p. 143-178.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site