Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Conclusion

De rares discours réflexifs sur le nom mais des signes évidents de choix de dénomination réfléchis

Monique BOURIN

Texte intégral

1De région en région, en passant de l'anthroponymie des clercs à celle des femmes, en affinant les procédés statistiques, les nouvelles formes de la dénomination médiévale, apparues pour l'essentiel aux XIe et XIIIe siècles, ont révélé leur unicité de principe et leurs nuances. Les noms de personne à deux éléments s'installent avec une brutalité quasi-révolutionnaire dans certaines régions, comme le Languedoc et la Catalogne qui marchent d'un même pas, avec des lenteurs et des retards surprenants dans des contextes de modernité économique comme la ville de Pise. De l'homogénéité d'ensemble et de la variété des nuances, on pouvait espérer que se dégagent les raisons qui ont conduit à la diffusion du système à deux éléments. Or l'enchaînement multiplication des situations d'homonymie - apparition du surnom ne s'est pas vérifié partout ; pas plus que la naissance du surnom, notamment du surnom familial, porteur d'une signification lignagère précise, ne semble s'être toujours imposé prioritairement dans les milieux seigneuriaux. Seule la rigueur de la dévolution des noms suivant un programme de dévolution des pouvoirs semble être assurée, du moins dans certains régions, comme caractéristique précoce du fonctionnement anthroponymique de la haute aristocratie. Les raisons les plus souvent avancées comme causes de l'apparition des nouveaux modes de dénomination n'ont pas été nettement vérifiées par l'étude systématique et chiffrée. Elles ne sont pas non plus infirmées, mais subsistent au milieu d'autres hypothèses, dans un ensemble de transformations politiques et sociales, telles que la recherche d'un contrôle plus précis des individus, dans l'encadrement paroissial et seigneurial.

  • 1 Le programme onomastique est pourtant loin d'être innocent. Sulpice et Hugues, qui appartiennent l (...)
  • 2 Châteaudun d'après Dunicius (p. 5) Chinon d'après Cheudon (p. 7) ou autre éponymie p. 10 (lucurn q (...)

2Pour enrichir la sécheresse des chartes, qui livrent les faits anthroponymiques sans commentaire, on pouvait espérer que des sources narratives livrent des informations qui explicitent les processus de dénomination. Et l'attention à ces processus d'expression de l'identité — attention que révèle le fait même qu'une société élabore un nouveau système — pouvait laisser penser à une riche moisson de remarques, incidentes ou systématiques, éclairant les choix anthroponymiques et leurs raisons. La première surprise est là : parcourir des œuvres littéraires de genres divers n'en apporte qu'un petit nombre, plutôt de l'ordre du fait que des motivations (Beck p. 123). Même les chroniques en sont avares, même les plus généalogiques. Comment expliquer que la chronique des seigneurs d'Amboise n'explique rien de la dévolution des noms1 au sein des diverses branches ? Même absence dans celle des comtes d'Anjou ; ou plus exactement, la chronique contient bien quelques notations onomastiques, mais elles concernent toutes les rapports entre toponymie et anthroponymie, l'auteur étant soucieux d'expliquer par le nom du fondateur celui du lieu2. Les éponymies fantaisistes sont aussi fréquentes que les étymologies en général ! Les règles de dévolution familiale des noms étaient-elles si banales qu'elles ne présentaient aucun intérêt ? Les chartes révèlent qu'il n'en est rien, que les principes n'en sont nullement évidents ni univoques.

3Même le discours des prédicateurs révèle une faible attention aux systèmes de désignation des personnes. À travers les exempla, transparaît une conception du nom, où se combinent les valeurs protectrice ou métaphorique avec des différences importantes d'un recueil à l'autre, selon l'inspiration principale, mais il est révélateur qu'à travers l'index de Tubach, sur 5000 canevas narratifs, il n'y en ait que deux pour lesquels le nom soit le ressort dramatique.

4Pouvait-on espérer mieux des auteurs savants ? Non pas qu'ils révèlent une réflexion d'actualité sur les processus de dénomination ou d'expression de l'identité, du moins un intérêt théorique, articulé sur les débats qui s'organisent fortement, chez les logiciens et comme chez les grammairiens, autour des problèmes sémantiques. La fréquence accrue d'une réflexion sur les noms propres y renverrait-elle à un reflet des intérêts que leur portaient les praticiens de l'écriture ?

  • 3 Michel PARISSE, « Sur-noms en interligne », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, tome (...)

5Là encore, la récolte est, en quantité, assez modeste. Elle comporte cependant une découverte d'importance, l'une des possibles et rares passerelles entre pratique et théorie. On peut en effet discerner, notamment chez un grammairien comme Pierre Helye, comme un écho des formes contemporaines de dénomination (Tilliette p. 17) et de leur élaboration récente. Ce sont encore les mots et les concepts latins de la dénomination qui sont employés, le cognomen et l'agnomen. Suivant des distinctions dont les chartes originales3 ont montré qu'elles ne sont pas d'actualité, car Pierre Hélye distingue le cognomen qui est familial de l'agnomen qui est acquis, désignation professionnelle ou autre, là où les chartes, quelques années plus tôt, indiquaient en interligne toute forme de surnom quelqu'il soit. La démonstration de Pierre Hélye repose principalement sur cette différence entre le nom qui, principaliter, renvoie à la famille, c'est-à-dire à un groupe et l'agnomen qui renvoie « secundario » à l'individu ; et dans cette opposition escamote le problème du nomen. La réflexion grammaticale ne retrouve pas tout à fait les éléments de la pratique anthroponymique. Du moins établit-elle au cœur du processus de dénomination cette balance, cette tension entre le singulier et le collectif, entre la désignation de l'individu et celle du groupe familial ou social (métier, voisinage) auquel il appartient, ainsi que le déclare son surnom.

6À cette exception près, encore se situe-t-elle dans une réflexion générale sur le langage, le système de dénomination des personnes n'est un problème intéressant et spécifique ni pour les lettrés ni pour les hommes d'Eglise. La différence est évidente chez Montaigne (A. Chareille p. 211 sq.) pour qui le système de désignation est objet de réflexion et de critique. D'abord parce qu'il est vecteur de confusion, du fait des homonymies.

7Vecteur de confusion sociale, ensuite, pour Montaigne. Par le simple fait de l'homonymie, qui fait que tant d'hommes portent le nom de Pierre ou de Guillaume. Qui permet à chacun de porter le nom d'autrui, au palefrenier de s'appeler Pompée. Les surnoms n'échappent pas à cette critique d'ambiguïté sociale. « C'est un vilain usage, et de très mauvaise conséquence en nostre France, d'appeler chacun par le nom de sa terre et Seigneurie et la chose du monde qui fauct plus mesler et mesconnoistre les races ». C'est là un problème bien particulier à l'anthroponymie noble que relève Montaigne pour le regretter. Contrairement à ce qui est souvent affirmé, ce n'est pas le lignage, la « race », qu'exprime le surnom du noble, mais un droit à un pouvoir, à une seigneurie. La légitimité du sang est portée par le nomen paternum, le rappel du nom du père, plus que par le surnom local, c'est-à-dire seigneurial. Si l'anthroponymie exprime une structure familiale « noble », c'est autant une organisation horizontale, par les parents, de la fratrie, le soin manifesté à donner à chacun sa place afin d'assurer la paix entre les héritiers qu'une continuité lignagère. L'héraldique est là pour confirmer cette impression et la préciser. Apparues à peine plus tard que le surnom, les armes expriment avec rigueur la place de l'aîné : lui seul les porte sans brisure (Pastoureau p. 90).

8Aucun texte médiéval n'expose avec une clarté comparable à celle de Montaigne le principe de la désignation des nobles et ses conséquences en termes de lecture sociale. Lorsque Jean Renart rapporte que « tous les habitants du pays l'appellent Guillaume de Dole, bien qu'il ne soit pas maître de la ville », il constate l'anomalie plus qu'il n'en fait reproche. Et de répondre à la question du pourquoi « parce qu'il habite tout près dans un manoir. Dole donne à son surnom plus d'éclat que le nom d'un simple village : c'est de sa part bon sens plus que tromperie » (Beck p. 141). L'usurpation est envisagée, mais son auteur disculpé. L’exemplum de la jeune beauté, fille de forgeron, affublée d'un nom honteux, confirme combien la période médiévale accepte aisément le changement de nom : devenue Rose, elle épouse un baron (Polo de Beaulieu p. 45-46). Les mêmes sources sont pourtant pleines de réprobation pour celui qui cherche, par son genre de vie ou son apparence vestimentaire, à enfreindre l'ordre social ou à tricher avec sa hiérarchie « naturelle ».

  • 4 Ce magnifique exemplum est cité par J. LE GOFF, La bourse et la vie, Paris, 1986, p. 41, repris de (...)

9L'anthroponymie n'est pas absente du discours sur l'ascension sociale des bourgeois. L'ascension économique, sociale et anthroponymique de l'usurier est joliment décrite dans un exemplum d'Étienne de Bourbon : « il arriva dans une cité un enfant très pauvre et galeux et on l'appelait par un sobriquet « le galeux ». Ayant un peu grandi il devint pour gagner son pain, livreur d'un boucher. Il accumula un tout petit peu d'argent avec lequel il pratiqua l'usure. Son argent s'étant multiplié il acheta des vêtements un peu plus honorables. Puis il... se mit grâce aux usures à grimper en nom et en richesse. On se mit à l'appeler Martin Legaleux, le sobriquet antérieur devenant un nom de famille, puis devenu plus riche, il fut monsieur Martin, puis quand il fut devenu l'un des plus riches de la cité, messire Martin. Enfin, enflé par les usures, devenu le premier de tous par les richesses, il fut appelé par tous Monseigneur Martin et tous le révéraient comme leur seigneur »4. Étienne de Bourbon propose une redescente par restitution pour éviter la chute aux enfers, mais la rhétorique lui impose qu'elle soit rapide et il ne dit mot de l'anthroponymie de la « descente sociale ». Le titre joue pour beaucoup dans l'évolution, et Étienne de Bourbon suggère seulement des variations entre le sobriquet de la stigmatisation sociale (au XIIIe siècle) et le « nom de famille » du bourgeois qui a pignon sur rue.

10Malgré quelques allusions ironiques, l'ascension anthroponymique, mais ce n'est sans doute pas, pour la période centrale du Moyen Âge, l'infraction la plus troublante à l'ordre social. Ce laxisme anthroponymique médiéval va de pair avec le fait que le nom de personne ne semble pas être un bon marqueur social, ni par le prénom ni par le surnom. Tout au plus certaines formes, telles que l'usage d'un seul élément, nom ou surtout surnom, d'un sobriquet repéré comme tel et non comme un patronyme hérité, sont-elles le signe d'une stigmatisation sociale, qu'il reviendra à un prochain volume de préciser. Les procès de Jeanne d'Arc révèlent combien au XVe siècle le jeu nom/surnom est maîtrisé dans ses connotations laudatives ou péjoratives, d'affection ou de distance (Michaud-Fréjaville p. 163 sq.). Mais, sans autre information, avant la multiplication tardive des titres et avant-titres, il est difficile d'inférer de la seule désignation le rang social de l'individu.

11En matière de « noblesse », le système anthroponymique médiéval, celui qui se pratique encore au temps de Montaigne et qui lui paraît alors d'une lecture trop ambiguë, insuffisante en matière de « race », révèle l'importance relative du sang. Les vertus, les capacités à exercer les pouvoirs de commandement constituent une légitimité aussi importante, même s'il est évident qu'elles sont fondamentalement transmises par le sang. Ce ne sont pas là de simples topoï rassurants pour romans chevaleresques ou hagiographiques. Le système anthroponymique implique que l'aptitude au commandement prime sur la seule naissance dans l'idée de noblesse. L'héraldique confirme que la réalité l'emporte sur les potentialités : seul celui qui exerce effectivement le pouvoir seigneurial, le chef d'armes, les porte intactes, tandis qu'au fils aîné du vivant de son père, aux cadets du vivant de leur aîné s'impose une brisure.

12Aucun des discours réunis dans ce volume ne manifeste une conscience des ruptures anthroponymiques. Dans ce domaine aussi, la différence est patente avec la réflexion de Montaigne qui évoque la rupture due à la réforme, remplaçant les prénoms « chrétiens » traditionnels par ceux de l'Ancien Testament, rupture qui est mauvaise en elle-même, parce qu'elle est rupture. Elle-même précédée par une rupture plus ancienne et rapportée aussi avec nostalgie, celle qui remplaça les noms nobles du « bon vieux temps » par l'uniformité des Pierre, Guillot et Michel.

13Le nom n'est pas non plus dans les discours médiévaux, à aucune période, l'objet d'une tension vive entre l'Église et la société laïque. Bien évidemment, le nom n'est pas un objet profane : il est la marque individuelle qui distinguera les élus des damnés au jour du jugement dernier. Les exempla le rappellent à de multiples reprises. Ainsi celui du recteur de l'église de Caldecote (Polo de Beaulieu p. 46-47) décrit l'horreur de l'oubli de son nom, d'autres rappellent les tourments que les diables infligent aux agonisants pour leur faire oublier leur nom. Car c'est lui qui est inscrit sur le Livre de vie, le livre de ceux qui seront sauvés. L'image est souvent présente dans les exempla.

  • 5 Du moins lorsqu'il est utilisé comme surnom Paganus sic enim, quia grandisculus nondum baptisatus (...)

14Ce nom est celui qui est donné au baptême. Au temps de la double dénomination, ce n'est sans doute plus un enjeu ; l'obligation du baptême est admise comme condition même du salut, et la pratique du pédobaptisme normale. Tout au plus, dans la région ligérienne, quelques uns des Payen5 rappellent-ils peut-être certains retards à le recevoir. Les mentions, dispersées dans les œuvres littéraires mais bien présentes, sont là pour attester du sens anthroponymique du baptême dans la société. Les baptêmes d'adulte, si fréquents dans les romans, s'accompagnent toujours d'une renomination (Beck p. 124-125).

15Mais s'il est important qu'un nom soit donné au baptême, rien ne prouve qu'il ne soit pas décidé avant et ailleurs. Le thème iconographique de l'imposition du nom de Jean Baptiste montre bien, même s'il faut le situer dans la liturgie juive, que le nom peut être donné à la naissance comme au « baptême » : les deux représentations existent (Debert p. 75 sq.). Rien ne prouve surtout que l'Église ait exercé une pression puissante pour la « christianisation » des noms. Les formulaires de baptême prennent bien comme exemple Jean et Pierre, les noms-mêmes qui deviennent les plus fréquents, mais il n'est guère d'indice sûr que l'Église ait agi autrement que par une incitation ou un conseil. Que dans les romans, certains noms « profanes » soient donnés, lors du baptême, pourrait être interprété comme un jeu fantasmatique et poétique, désir d'échapper à une norme chrétienne ; c'est plus probablement le signe d'une pratique autorisée, qui a son équivalent quotidien, lorsque les filles notamment reçoivent le prénom de Tolosa, Narbona ou Barcelona, pour ne prendre que des exemples issus de la France méridionale.

16Autant la réflexion sur le système de désignation est rare dans le discours médiéval, autant l'intérêt porté au nom est attesté avec évidence dans l'ensemble de la société, et notamment dans la littérature. Bien des indices, autres que les nouveautés anthroponymiques enregistrées par les chartes, révèlent cet intérêt pour les noms.

  • 6 La Renommée, Médiévales, n° 24, Printemps 1993.

17D'abord parce qu'il n'est pas de nom sans renom. « Lucium consulem, virum magni nominis », dit la chronique des comtes d'Anjou. Nomen et fama sont pour ainsi dire des synonymes dans les recueils d'exempla. La prégnance de l'idéologie antique demeure très forte. Mais cette identification du nom et de la renommée semble progresser au cours des derniers siècles du Moyen Âge6, jusqu'à occuper près de la moitié de l'espace que Montaigne consacre à ses réflexions sur le nom.

18Nom de bon renom. Beau nom. Les discours médiévaux sur le nom n'évoquent pas, comme le fait Montaigne, la beauté du nom, celle que voulut Socrate pour son fils. A laquelle il faut associer la puissance musicale du nom, « cette correction voyelle et auriculaire », à opposer à ces noms impossibles à prononcer. C'est sans doute un parti-pris où l'esthétique a trop de part. Pourtant la versification et les jeux de mots qui s'appuient sur lui et le mettent en valeur dans les épitaphes participent de cette écoute médiévale du nom.

  • 7 C'est le thème de quelques communications présentées à l'Académie de Friesach, 1995, Personennamen (...)

19Mais cette mise en valeur du nom, par la poésie ou la rhétorique, a pour objet principal d'appuyer la célébration d'une mémoire, celle du défunt (Mora p. 49 sq.). Les nécrologes et autres rouleaux des morts sont là, comme certains textes d'épitaphe pour rappeler à l'historien des noms le rôle de l'énonciation du nom des morts. D'où des formes légèrement différentes, parfois plus complètes, notamment pour les hommes d'Église et pour les femmes, de l'anthroponymie épigraphique7, qui serait un chemin à explorer dans une étude d'ensemble des formes d'expression de l'identité.

20Surnom pour les morts ainsi que ceux donnés aux princes (Parisse, p. 107 sq.). Ils apparaissent peu de leur vivant, sous la forme de sobriquet, suivant des processus analogues à ceux qui conduisent à donner un surnom à l'ensemble des individus, mais différents aussi. Ici le surnom n'est jamais lignager, mais évidemment destiné soit à caractériser tel ou tel dans une série de princes portant le même nom, soit à célébrer, en bien ou en mal, la mémoire du prince. Distinguer : les surnoms donnés aux divers Guillaume d'Aquitaine par Adhémar de Chabannes. Glorifier ou condamner, les Pieux et le Tricheur. Bien peu de surnoms dans les histoires les plus anciennes : il semble bien y avoir un parallèle chronologique entre la « surnomination » des grands et celle du commun. L'intérêt de l'étude de ces surnoms dépasse très largement le cadre général d'analyses du système anthroponymique global, tant il s'y mêle d'autres objets d'analyse, de l'idéologie du pouvoir à l'organisation de la mémoire des grands. Néanmoins, les explications données, souvent a posteriori et alambiquées, par les historiens, aussi bien Raoul Glaber que Sigebert de Gembloux, fournissent d'intéressantes pistes sur les mécanismes conduisant aux sobriquets de leurs temps.

21À peine plus tard que ne se produit la mutation des formes anthroponymiques, marquée par l'introduction du surnom, l'attention à l'identité s'exprime par toute une création d'images représentatives de l'individu, sceaux puis armes (Pastoureau p. 83 sq.). La fréquence des jeux de mot sur les surnoms comme l'emploi préférentiel des armes parlantes, lorsque le surnom familial le permet, montre, au moins pour les XIIe et XIIIe siècles, la proximité concrète des surnoms et leur caractère encore partiellement totémique. Cependant les deux gammes de références ne se recoupent pas parfaitement, l'arme parlante évitant d'emblée certains objets à la réputation néfaste. Les anthroponymes porteurs de valeurs péjoratives sont inégalement répartis : tandis que certaines régions en semblent presque dénuées, d'autres abondent de ces surnoms. Et il faudrait vérifier si la part de ces anthroponymes burlesques, ridicules ou cruels conservent au fil des générations une proportion constante ou si elle s'érode, profitant des réajustements et des « alias » des XIVe et XVe siècles. Sans doute l'appréciation de ces valeurs est-elle difficile ; le risque d'anachronisme est constant. On sait par exemple que le rire l'emporte sur la compassion qu'inspire alors l'aveugle. Mais de la même manière qu'il existe des étymologies per contrarium (Tilliette p. 8) dans les discours savants, de même l'ironie n'est pas exclue du surnom laudatif. La comparaison entre les armes et les noms peut être, en tous cas, l'une des approches de cet étalonnage de l'imaginaire médiéval.

22Le « prénom » est également, et très fortement, porteur d'un sens métaphorique. L'anthroponymie germanique en est nourrie. Mais c'est aussi la forme essentielle de l'analyse savante des noms propres au Haut Moyen Âge qui, tout en conservant la typologie archaïque des tria, et même des quatuor, nomina, est essentiellement tournée vers l'analyse du sens des noms. Elle se nourrit du Liber interpretationum hebaricorum nominum de Jérôme (Tilliette p. 7), d'Augustin et des Étymologies d'Isidore. Ce poids de l'étymologie du nom marque encore quelques siècles plus tard les œuvres littéraires. La littérature n'est jamais exempte de cette démarche qui choisit au personnage un nom qui lui convienne, mais les œuvres médiévales font plus que les autres la part à cette démarche étymologique et à la révélation de l'être par son nom. Dans la quête initiatique de l'identité qui constitue la trame d'un grand nombre de romans de chevalerie, pour les chevaliers errants chers à Chrétien de Troyes, la révélation du nom et de son sens joue un rôle dramatique de premier plan.

  • 8 Historia Francorum, trad. R. LATOUCHE, 10, 28 ; cité par J.-Y. TILLIETTE, p. 9.

23Que le nom soit porteur d'un destin est précocement attesté, non seulement pour les saints, mais aussi pour les princes. Même si l'Église d'Occident n'a pas, à l'instar de l'Église d'Orient, développé une théorie des noms « chrétiens » et du pouvoir augurai des vertus qu'il évoque, cette thèse est implicite dans nombre d'œuvres du haut Moyen Âge. Grégoire de Tours évoque les qualités personnelles transmises par le nom : à propos de Clotaire II, qui reçoit ce nom au baptême, il rapporte les paroles de Gontran, souhaitant qu'il réalise le programme contenu dans le nom (clarus bello) et qu'il jouisse des mêmes vertus que Clotaire I8. De cette croyance, certains recueils d'exempla se font l'écho : ainsi les deux recueils d'inspiration dominicaine de la Scala Coeli et, dans une moindre mesure, de l'Alphabetum narrationum. En revanche, cette thématique est absente du recueil de Beaupré d'inspiration cistercienne. Il y a là une différence qui renvoie peut-être à un public différent, plus populaire et urbain pour les Dominicains, plus religieux ou dirigeant pour le recueil de Beaupré ; il vaudrait la peine de vérifier si la pratique du choix des prénoms dans les milieux aristocratiques fortement influencés par les Cisterciens s'en ressent.

  • 9 Cf. Michael MITTERAUER, Ahnen und Heilige. Namengebung in der europäischen Geschichte, Munich, 199 (...)
  • 10 Cf. Régine LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie (...)
  • 11 A. VAUCHEZ, « Saints admirables et saints imitables : les fonctions de l'hagiographie ont-elles ch (...)

24Assurément, la rupture anthroponymique du XIe siècle9, décelable sans doute plus tôt dans la pratique onomastique des aristocrates qui cesse de recomposer les thèmes des noms pour reprendre, en les figeant, ceux des glorieux modèles et ancêtres10, repose pour une part sur la généralisation de ce principe. Mais il reste à expliquer pourquoi il semble être resté confiné aux hautes strates de l'aristocratie et pourquoi il s'est soudainement appliqué pour un petit nombre de noms (prénoms) qui deviennent modèle ou augure des vertus et des pouvoirs qu'il incarne. Si l'évolution du choix des noms n'était que « christianisation », on pourrait envisager une nouvelle forme d'inquiétude du salut et d'une manifestation nouvelle du culte des saints. Mais au XIe siècle, ce sont d'abord des noms princiers qui se diffusent. On peut penser à une évolution d'ensemble des comportements à l'égard des puissants, saints ou princes, qui est résumée par A. Vauchez pour les premiers, comme le passage de la sainteté admirable à la sainteté imitable (Tilliette p. 15)11.

25Après l'an mil, le nom (prénom) est auguratif et protecteur. Protecteur sans doute par sa seule énonciation. Tel est le sens de l'anecdote rapportée par Montaigne, du jeune débauché saisi par le repentir à la seule écoute du nom de Marie, et de la construction de Notre Dame la Grande de Poitiers en commémoration de ce miracle. On pourrait chercher ses équivalents dans les recueils de Miracles médiévaux. Toutefois les recueils d'exempla semblent éviter à partir du XIIIe siècle cette puissance du nom du saint : les miracles sont faits par les saints « in nomine Domini », mais plus en leur propre nom (Polo de Beaulieu p. 37).

26Changement de nom, changement d'être ? La littérature chevaleresque est pleine de héros au surnom changeant. Guillaume est de Barcelone ou d'Orange, le Marquis ou au court nez et ce ne sont que quelques uns de ses surnoms : le surnom est tout sauf rigidifié et unique. Mais la permanence est dans le nom (prénom), pas dans le surnom. Le changement de nom signale parfois la mutation individuelle, comme pour ceux (peu nombreux) qui, en abandonnant leur ancienne vie de péché, se dépouillent de leur nom et en prennent un à la valeur programmatique de vertu. L'Église ne le recommande pas expressément avant le concile de Trente. Mais le changement n'a pas systématiquement cette fonction de changement identitaire ; J.-Y. Tilliette cite l'exemple de Vital de Blois — il est vrai qu'il vit dans la première moitié du XIIe siècle et qu'il est frotté de dialectique — qui fit dire à l'un de ses personnages nommé Querulus (le grincheux) qu'il eût été tout aussi malheureux s'il avait porté le nom de Jules.

27C'est à Anselme de Canterbury que revient d'amorcer à la fin du XIe siècle, pour le monde savant, une réflexion nouvelle sur le nom propre, au sein d'une philosophie du langage, à partir de la lecture des Catégories d'Aristote ; lecture prolongée et complétée par Abélard, pour qui l'acte de nomination n'est rien d'autre que la désignation d'un individu, non le signe de telle ou telle qualité. J.-Y. Tilliette n'exclut pas que la déstabilisation de l'anthroponymie « pratique » au cours du XIe siècle et l'introduction du surnom aient pu contribuer à accélérer la réflexion des philosophes et des grammairiens à propos du nom de personne, mais on sait combien sont rares les incidences d'une évolution pratique sur le monde intellectuel médiéval.

28Le fossé est désormais important entre la pensée naïve et la pensée savante en matière de fonction du nom propre. Mais à dire vrai, le décalage est constant. Les principes présents chez Grégoire de Tours ne semblent s'appliquer massivement aux choix anthroponymiques qu'après plusieurs siècles. Quand, après l'intervention des dialecticiens, la pratique anthroponymique a-t-elle été vraiment désenchantée ?

  • 12 On renverra cependant aux analyses d'Olivier GUYOTJEANNIN, notamment à propos de l'Ars notarme de (...)
  • 13 Jean TRICARD, « La mémoire des Benoist : livre de raison et mémoire familiale au XVe siècle », dan (...)
  • 14 Christiane KLAPISCH-ZUBER, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaiss (...)

29Si les auteurs littéraires se font peu l'écho des codes anthroponymiques, pouvait-on espérer mieux des responsables de l'écriture publique, que nous appellerons notaires par commodité, même si le terme est parfois anachronique ou inexact, lorsqu'ils s'écartent de la stricte rédaction des chartes et des actes ? Dans ce domaine, pour être complet, il aurait fallu une étude systématique des traités de pratique notariale, mais elle reste à faire12. Cette piste est assurément à creuser. D'autres sont ouvertes ici, celle des enregistrements par les greffiers des témoignages des procès qui sont l'occasion d'énoncer l'identité et de la justifier, la sienne propre et celle d'autrui (Michaud-Fréjaville p. 163 sq.). Les notaires sont aussi de ceux qui laissent un écriture privée, en Limousin13 comme en Gévaudan (Maurice p. 179 sq.) et l'on en sait tout le profit, quand bien même ils n'ont pas la richesse les livres de ricordanze florentins14, notamment parce qu'ils notent intégralement leurs enfants, alors que les documents de la pratique ne laissent en général connaître qu'une descendance incomplète, d'où les enfants morts en bas âge sont absents.

30La littérature aussi livre plus de faits anthroponymiques que de réflexions sur l'acte de dénomination.

31Les uns et les autres apportent un certain nombre de faits, qui éclairent surtout une pratique tardive.

32En premier lieu les responsables du choix anthroponymique. S'il est bien évident qu'en matière de surnom, la dénomination est une affaire complexe entre le subi et le choisi, il en va autrement en matière de prénoms. C'est traditionnellement l'affaire du père. Pourtant, et bien que la mère soit évidemment absente de la cérémonie du baptême, il n'est pas impossible qu'elle inspire le choix ou même l'impose. Il n'est pas exclu que la décision revienne au couple ; en tous cas l'entourage semble prendre peu de part.

33Pour un grammairien du XIIe siècle, le nom est affaire de stratégie familiale : et de rappeler que les Romains donnèrent à leur enfants, issus du rapt des Sabines, des noms sabins, venus de leur ascendance maternelle. L'autre pratique évoquée est celle du jeune enfant recevant le nom d'un ancêtre. Le poids de l'héritage anthroponymique est mentionné, sans doute parce qu'il n'est pas le seul. La solution cognatique est évidemment anormale.

  • 15 De multiples exemples confirment le caractère tardif de cet usage. Cf. J. LYNCH, Godparents and ki (...)

34À l'extrême fin du Moyen Âge, le parrainage est devenu déterminant. Cette fonction de la parenté spirituelle est attestée dans la littérature à partir de la deuxième moitié du XIIe siècle. Mais elle ne semble pas être le modèle dominant jusqu'assez avant dans le XIVe siècle15. Du moins est-ce à cette date qu'il devient régulièrement mentionné.

  • 16 Philippe MAURICE, La famille en Gévaudan au XVe siècle, d'après les sources notariales (1380-1483) (...)

35L'enfant porte normalement le nom de son parrain s'il est un garçon, de sa marraine s'il est une fille. Le schéma est applicable à Jeanne d'Arc, mais on l'aimerait sans la moindre équivoque, or deux de ses marraines s'appelaient Jeanne, mais deux autres Sibille et Agnès et ses quatre parrains portaient le nom de Jean. C'est ainsi également que fonctionne la dénomination dans les familles des deux notaires mendois qui ont laissé des « feuillets de raison » en tête d'un de leurs registres professionnels : pour les six enfants de Jean Julien et onze des treize enfants de Jean Martin. Ces exemples particulièrement éclairés confirment les données générales des testaments en Gévaudan : quatre sur cinq des nouveau-nés recevaient le nom de leur parrain16. Il est vrai qu'une telle proportion s'appelait Jean ! Faut-il en conclure que le choix revenait au parrain et à la marraine ? Une telle conclusion n'est assurée que dans quatre cas ; le reste du temps, l'identité du nom n'est pas fortuite, mais elle révèle peut-être simplement que le choix du prénom dicte, pour les parents, celui du parrain.

36Cette explication pourrait ne pas paraître parfaitement satisfaisante, minimisant par trop le rôle du parrain dans le choix du nom. Il suffit de voir les stratégies qui dictent les choix des parrains et marraines chez les deux notaires mendois — pour l'un au sein d'une parentèle déjà notablement établie dans la cité, pour l'autre comme moyen de promotion sociale — pour comprendre que, du moins dans le second cas, le choix du nom ne doit pas être la priorité absolue. La conquête d'une position sociale plus assurée passe sans doute avant d'autres considérations.

37Pourtant à y regarder de près, le schéma se trouble ou du moins reçoit des informations complémentaires qui en rendent la lecture plus subtile. À Mende, dans la famille Martin, de Vébron, l'aîné avait été appelé Jean, comme son parrain, certes, mais aussi comme son père et son grand-père paternel et comme son grand-père maternel ! Les femmes n'ont guère de poids dans la transmission des noms : ni la mère Arnalde, ni la grand-mère paternelle Béatrice, ni les tantes paternelles Anne, Marie et Hélix n'ont eu l'honneur de transmettre leur nom, bien que la grand-mère soit morte, semble-t-il, dans des temps où le couple parental donnait encore naissance à des enfants. Parmi les noms des oncles paternels, on retrouve chez leurs neveux ceux de Raimond, pas celui de François, qui fut diacre puis prêtre ; mais le parrain du jeune Raimond n'était pas son oncle, mais dom Raymond de Gabriac, chevalier, seigneur de Gabriac. Les noms des oncles maternels sont plus présents encore chez leurs neveux : Jean, bien sûr, mais aussi Pierre et Guarin. Seul manque Vital. Le parrain de Pierre était Pierre Barnier. Celui de Guarin — le seul prénom rare dans toute la fratrie — était son oncle ! On voit combien les choix peuvent être complexes et redondants entre la parenté réelle et la parenté spirituelle. Et combien il est difficile de faire la part entre le poids des côtés paternel et maternel.

38Treize enfants pour Jean Martin, dont six meurent dans les jours ou les mois qui suivent leur naissance, en tous cas avant que naisse l'enfant suivant. Deux furent successivement nommés Jean, dont l'aîné ; aucun ne survécut ; le nom ne fut donné à aucun des six fils suivants. En revanche Antoine fut redonné au cinquième fils, alors que le troisième, déjà nommé Antoine vivait encore. Il est vrai que tous les enfants étaient voués à saint Antoine, ce qui révèle une dévotion particulière. Il est vrai aussi qu'il succédait à une petite Anthonie qui n'avait pas vécu. Entre les enfants du moins, il y a à la fois du nom refait, en vain, et de l'homonymie !

39Les feuillets de raison des notaires mendois conduisent aussi à dissocier patronage et dénomination. Les enfants de Jean Martin sont tous voués à Saint Antoine, quel que soit leur nom.

40En matière de surnom, les informations des notaires et greffiers sont encore plus floues. Pas pour les hommes : tous portent, dans l'entourage familial de Jeanne, comme dans celui des notaires de Mende, un surnom, un seul, sans alias ni autre indication de bifurcation onomastique. Mais en ce qui concerne l'usage du surnom pour désigner les enfants, la pratique des notaires se fait différente, sans qu'aucun indice, ni chronologique, ni sociologique ne fournisse une explication plausible : tandis que Jean Martin ne désigne ses enfants que par leur prénom, Jean Julien ajoute à chacun d'entre eux leur surnom « natus fuit mihi Stephanus Juliani ».

41C'est pour les femmes que les informations sont les plus divergentes. Divergentes dans leur pratique. Jean Julien pratique pour ses fils comme pour ses filles : Stephanus Juliani et Florencia Juliane. Pour les marraines de leurs enfants, ni Jean Julien, ni Jean Martin n'usent de surnom, pas plus que pour leur femme. Mais pour son deuxième mariage, Jean Martin indique « Johannam Pauleta (raturé) Chambona, relicta Pauleti, de Blismario, quod primo conjuguata fuit cum Petro Atgerii, loco Petre de Faeto ». L'hésitation est évidente entre les deux solutions, le surnom patronymique et le surnom conjugal.

42Quant au témoignage de Jeanne d'Arc, il est encore plus étrange (Michaud-Fréjaville p. 164) : « dixit quod erat cognominata D'Arc seu Rommee et quod in partibus suis filie portabant cognomen matris ». On ne saurait être plus clair sur l'indication d'un système de désignation des femmes. Mais lorsque Jeanne parle des femmes de son entourage lorrain, jamais elle ne leur donne de surnom. Était-ce alors un système administratif auquel elle faisait allusion, et non d'usage ? Jamais, au cours des procès, ce surnom de Rommée ne revient, pas plus que le moindre indice du système évoqué par Jeanne.

43Bilan en demi-teinte de cette recherche. Les raisons de la naissance du système à deux éléments ne sont pas plus claires qu'avant, du moins n'en ai-je pas l'impression. Même si les points de contact sont très réduits, même si le décalage chronologique est considérable entre la réflexion savante sur le langage, au sein duquel figure l'analyse du nom propre, et la pratique anthroponymique, il était indispensable de disposer d'un bilan des thèses savantes dans ce domaine et d'y mesurer la portée de la « renaissance » du XIIe siècle. Certains aspects du fonctionnement tardif du système de désignation médiéval, tout particulièrement les règles de la dévolution des prénoms, ont gagné de la netteté aux informations glanées sous la plume des greffiers et dans les feuillets de raison des notaires. La dénomination des hommes y est probablement plus simple que dans la réalité, car les sources ne concernent ni des populations fragiles ni n'envisagent les personnes dans la durée. Un nom et un surnom stable, c'est sans doute trop beau pour être vrai. Mais le décalage avec la désignation des femmes est bien réel : là, tout n'est pas limpide, même dans ces sources car il est bien attesté que les pratiques anthroponymiques concernant les femmes se cherchent encore. Des pistes sont ouvertes, notamment pour comparer les sources, échapper à la dictature de la charte et du parchemin pour rencontrer le sceau, la pierre, l'image. Et l'anthropologie de l'anthroponymie y a gagné à être analysée dans les recueils d'exempla et une vaste gamme d'œuvres littéraires ; du moins suffisamment pour attacher notre attention future à une lecture, à première vue assez brouillée, du rôle des noms dans l'expression des différences sociales.

Notes

1 Le programme onomastique est pourtant loin d'être innocent. Sulpice et Hugues, qui appartiennent le premier au lignage maternel (descendant de Sulpice Mille-boucliers), le second au lignage paternel de Sulpice d'Amboise, se partagent le nom des aînés, en alternance régulière, à chaque génération. Même les noms des filles sont puisés dans un trésor anthroponymique qui s'enrichit avec rigueur. Les noms de Denise et Aanord sont introduits pour les filles par le lignage de Saumur et se retrouvent alors à trois générations successivement, à côté d'Élisabeth et d'Ermessend qui viennent d'Amboise.

2 Châteaudun d'après Dunicius (p. 5) Chinon d'après Cheudon (p. 7) ou autre éponymie p. 10 (lucurn qui a nomine Cheudonis usque hodie Cheudon vocatur) ; pour Loches, le nom viendrait de Tursomodus Lotchius, fils de Théodoric (oppidum Lotchas a suo cognomine dictum super... fluvium statuit (ib., p. 12) ; super rupem que a nomine suo adhuc Forta Lupe dicitur (b., p. 10). L. HALPHEN et R. POUPARDIN, éd., Chronique des comtes d'Anjou et des seigneurs d'Amboise, Paris, 1913. Que Dominique Barthélemy qui m'a communiqué le résultat de son dépouillement de la chronique des comtes d'Anjou trouve ici mes remerciements.

3 Michel PARISSE, « Sur-noms en interligne », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, tome III, Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Tours, 1995, études réunies par M. BOURIN et P. CHAREILLE, p. 7-24.

4 Ce magnifique exemplum est cité par J. LE GOFF, La bourse et la vie, Paris, 1986, p. 41, repris de LECOY DE LA MARCHE, Anecdotes historiques, légendes et apologues tirés du recueil inédit d’Étienne de Bourbon, Paris, 1877, p. 361-62.

5 Du moins lorsqu'il est utilisé comme surnom Paganus sic enim, quia grandisculus nondum baptisatus erat vocabatur. Cf D. BARTHÉLEMY, « Vendômois : le système anthroponymique », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989, p. 48 ; repris et élargi dans La société dans le comté de Vendômois de l'an mil au XIVe siècle, Paris, 1993, p. 624 sq.

6 La Renommée, Médiévales, n° 24, Printemps 1993.

7 C'est le thème de quelques communications présentées à l'Académie de Friesach, 1995, Personennamen und Identität, actes à paraître.

8 Historia Francorum, trad. R. LATOUCHE, 10, 28 ; cité par J.-Y. TILLIETTE, p. 9.

9 Cf. Michael MITTERAUER, Ahnen und Heilige. Namengebung in der europäischen Geschichte, Munich, 1993.

10 Cf. Régine LE JAN, Famille et pouvoir dans le monde franc (VIIe-Xe siècle). Essai d'anthropologie sociale, Paris, 1995.

11 A. VAUCHEZ, « Saints admirables et saints imitables : les fonctions de l'hagiographie ont-elles changé aux derniers siècles du Moyen Âge ? », dans Les fonctions des saints dans le monde occidental (IIIe-XIIIe siècles), Rome, 1991, p. 161-172.

12 On renverra cependant aux analyses d'Olivier GUYOTJEANNIN, notamment à propos de l'Ars notarme de Renier de Pérouse, « L'onomastique émilienne (XIe-milieu XIIIe siècle) », dans Mélanges de l'École Française de Rome, 106, 2, 1994, p. 421.

13 Jean TRICARD, « La mémoire des Benoist : livre de raison et mémoire familiale au XVe siècle », dans Temps, mémoire, tradition au Moyen Âge, Publications de l'Université de Provence, Marseille, 1983, p. 121-140 et « mariage, commérages et parrainage : la sociabilité dans les livres de raison limousins du XVe siècle », dans Croyances, pouvoirs et société, Treiganc, 1988, n° 99, p. 129-142.

14 Christiane KLAPISCH-ZUBER, La maison et le nom : stratégies et rituels dans l'Italie de la Renaissance, Paris, 1990, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Civilisations et sociétés, 81.

15 De multiples exemples confirment le caractère tardif de cet usage. Cf. J. LYNCH, Godparents and kinship in Early Medieval Europe, Princeton, 1986, p. 172-173.

16 Philippe MAURICE, La famille en Gévaudan au XVe siècle, d'après les sources notariales (1380-1483), doctorat de l'Université de Tours, 1995.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search