Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Glossaire des formules de dénomination dans les sources médiévales

Pierre-Henri Billy

Texte intégral

1Par formule de dénomination, nous entendons formule onomastique, c'est-à-dire tout mot ou syntagme qui sert de lien entre deux noms, ou un appellatif et un nom, à l'intérieur d'une chaîne onomastique. Ce peut être une conjonction (ou locution conjonctive), un adverbe (ou locution adverbiale ; souvent nom commun employé sous forme adverbiale), un nom commun, un adjectif ou un verbe. Cet élément lexical crée un lien d'addition, d'opposition, de traduction ou de nomination entre les deux noms.

2Après un tableau d'ensemble, nous en présenterons les différents éléments.

Conjonction :

Addition :

qui et, vel

Opposition :

ou, seu / sive, vel

Traduction :

id est

Adverbe :

Addition :

agnomine, cognomento, cognomine, praenomine, pronomine, scilicet, super-nomine / au sorenon / de sobrenom / en sornom, videlicet, vocabulo, vulgato nomine, vulgo

Opposition :

alias, alio nomine, aliter, alium nomen, alius, en autra manera, autrement, d'autramen, cognomine, communement, proprio nomine, scilicet, en somom, vulgaument

Nomination :

nomine, nuncupante, onomate, vocabulo, vulgariter, vulgo

Nom commun :

Addition :

agnomen

Opposition :

cognom / cognomen, surnom

Nomination :

nom / nomen, surnom, vocabulum

Adjectif :

Addition :

agnominatus, cognominatus, dit / dictus, nommé / nominatus, praenominatus, surnommé, vocatus, vocitatus

Opposition :

appellat, cognominatus, dit / dictus, loquutus, nominatus, nuncupatus, praenominatus, vocatus

Nomination :

appellat, dit / dictus, nommé / nominatus, nuncupatus, vocatus, vocitatus

Verbe :

Addition :

cognominare, cognominari, nominare, praenominare, vocare / vocari, vocitari

Opposition :

cognominari, dire / dici, se facere..., vocare / vocari, vocitari

Nomination :

appeler, dici, nominari, nuncupari, vocare / vocari

3La formule onomastique a une fonction de nomination quand le premier élément est un appellatif, le second un nom propre, l'un servant à désigner l'être par une description physiologique (homo, mulier...) ou sociale (clericus ...), l'autre à désigner l'être par une identification linguistique (Petrus, Grossus).

4La formule onomastique qui possède une fonction d'opposition, d'addition ou de traduction lie deux éléments purement onomastiques, noms propres tous deux, utilisés pour désigner un seul et même être. Elle a une fonction d'opposition quand les deux éléments qu'elle lie linguistiquement sont commutatifs (c'est-à-dire échangeables) mais ne peuvent être employés concomitamment (X = Y). Fonction d'addition quand, au rebours, les deux éléments sont commutatifs et cumulatifs (X = Y = X + Y). Fonction de traduction quand les deux éléments sont équivalents (partant non commutatifs) dans deux langues différentes et ne peuvent être employés de façon concomitante (X ⇔ Y).

  • 1 Pour comparer avec les formules onomastiques utilisées en contexte lexical ou dans un cadre topony (...)

5Le corpus de textes que nous avons utilisés repose surtout sur des chartes, du VIe au XVIe siècle et d'autres sources non littéraires (terriers...) : plusieurs centaines de recueils de textes sur toute la France, ce qui permet d'établir un glossaire sinon exhaustif, du moins largement représentatif1.

6Dans ledit glossaire, nous appelons nomen proprium le nom donné à l'enfant, que ce soit à la naissance ou au baptême : en règle générale, on ignore à quel moment il a été conféré (nos actuels prénom ou nom de baptême) ; supernomen le nom qui s'ajoute au nomen proprium, et qui peut être personnel ou héréditaire ((nomen parentale) notre actuel surnom ou nom de famille), ou qui s'ajoute au nomen personae ((nomen proprium + nomen parentale) : notre actuel surnom).

7Les formules sont classées par ordre alphabétique de leur étymon.

8N.B. Les éléments donnés ci-dessous ne valent que pour les formules onomastiques employées en anthroponymie. D'autre part, de plus amples recherches documentaires permettraient sans aucun doute de trouver des datations plus anciennes pour l'apparition desdites formules, et peut-être quelques formules supplémentaires — qui se retrouvent par ailleurs dans un contexte lexical ou dans un cadre toponymique.

Glossaire

  • 2 quidam nobilis juvenis, nomine Wigo, a patris cognomine trahens agnomen Capels, a.1080, ChartesClu (...)
  • 3 Rodulfus Albus vocatus agnomine, 990-91, ChartesStBénigneDijon, no 193.
  • 4 Johannes quoque molendinarius eorum agnomine Dives, 1188, CartulÉvêchéArras, no 33.
  • 5 Gaufrido filio suo qui Bosberaes agnominatus est [fils de Gaufredus Papabos], 1092, CartulVierzon, (...)

9agnomen
agnomen. Rarissime, nous ne l'avons trouvé que dans une charte du XIe siècle. Au sens de supernomen, ici hérité du père, et en opposition avec le nomen proprium2. Le texte même donne l'équivalence agnomen = cognomen.
agnomine. Aussi très rare, cette formation adverbiale se situe dans un laps de temps relativement court, du Xe3 au XIIe siècle4. Au sens de « du surnom de, surnommé », il annonce toujours un supernomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium.
agnominatus. Si le verbe agnominare ne semble pas apparaître, le participe passé est attesté, bien que fort rare, toujours à la même époque que agnomen et agnomine5. Au sens de « surnommé », il annonce un supernomen personnel qui tend à remplacer le nomen parentale.

  • 6 Raymundum Desiderii alias cognominatum Godaylh, 1299-1300, InquisitionAlbi, p. 121.
  • 7 Bernad de Binhau alias Berduc, 1531, ComptesPau, no 44.
  • 8 Arnauguilhem de Hereter alias de Domenyoo, 1483, ComptesPau, no 16.
  • 9 Guilleaume Chantereaul alias Gelyen, 1454, RentierBeuvray, p. 202 = Guilleaume Gelyen alias Chante (...)

10alias
alias. Si nous rencontrons cet adverbe employé comme lien entre deux appellatifs ou deux noms de lieu (XIIe siècle) dans des textes indifféremment latins ou vulgaires, nous ne le trouvons dans un cadre anthroponymique qu'à partir du XIIIe siècle6 ; son emploi sera dès lors fréquent. Au sens de « autrement (dit) », il annonce un supernomen commutable avec le nomen proprium7, avec le nomen parentale8, ou avec le nom 6. La commutativité est établie par certains textes9.

  • 10 Giroudi aliter Martini de Albana, 1457, ChartesMaurienne, no 128.
  • 11 Johannes de Chiraio qui aliter vocatus sum Johannes Goulaut, 1247, CartulNDTrappe, p. 26.

11aliter
aliter. Cet adverbe est, semble-t-il, employé tardivement, à partir du XIIIe siècle. Au sens de « autrement dit », il annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen proprium10 ou avec le nomen parentale11.

  • 12 Bernardus Sicardi alius cognominatus de la Boyssa, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, (...)
  • 13 Guisfredus levita qui alio nomine vocor Jaubertus, 949, CartulCuixà, no 72.
  • 14 Robertas de Bruerolis qui alio nomine vocor Robertus de Verreriis, 1220, CartulNDTrappe, p. 457.
  • 15 Relindes que alium nomen vocant Richica, 908, CartulRoussillonnais, no IV ; Emulgarie qui alium no (...)

12alius
alius. Employé adverbialement, aux XIIIe-XIVe siècles12. Au sens de « autrement », il annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen parentale.
alio nomine. La locution adverbiale se rencontre dès le Xe siècle13, et reste en usage encore au XIIIe siècle. Au sens de « d'un autre nom », elle annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen proprium 11 ou avec le nomen parentale14.
alium nomen. Les seuls exemples rencontrés, au Xe siècle15, impliquent, de par la syntaxe de la phrase, le sens adverbial « d'un autre nom » annonçant un supernomen personnel (probablement nom de baptême) commutable avec le nomen proprium (qui serait alors le nom de naissance).

  • 16 Arnald de Doat en autra manera apelat de Cabanas, 1321, ChartesAgen, no CLII.
  • 17 Pierres de Chanilhat apellez autremant Pierres des Aées, 1301, ParlerBourbonnais, p. 63.
  • 18 Peyre de Caussonilhas d’autramen apelat Milhat, XIVe siècle in., LivreStJacques, no II.

13alter
en autra manera. La locution adverbiale, très tardive (XIVe siècle)16, est aussi fort rare. Au sens de « autrement », elle annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen parentale.
autrement, autremant, autramen, autrament, autramens. L'adverbe est tard attesté dans un cadre strictement onomastique, seulement au tout début du XIVe siècle17. Avec son sens encore actuel, il annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen parentale.
d'autramen, d'autramens. Tout aussi tardif, il apparaît au début du XIVe siècle18. Au sens de « autrement », il annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen parentale.

  • 19 Alixons con apelle Katherine, 1272, ÉtudePropriétéMetz, no LVI.
  • 20 macip que apela hom Johanna, 1381-82, DouzeComptesConsul Albi, p. 25.
  • 21 pilhart que apelan Espanhol, 1382, LivreVieBergerac, p. 66.
  • 22 sirven de Carcassona que apelavo Toz-Sangs, 1392-93, DouzeComptesConsulAlbi, p. 130.
  • 23 un qui s'apela lo Gasquart, 1379, LivreVieBergerac,p. 28.
  • 24 un ribaut pilhart qui se fa apela Toquanh, 1381, LivreVieBergerac, p. 52.
  • 25 ung apelat Peyro, 1522-23, ProcèsGaffié, p. 22.
  • 26 Augerot de la Grava apelat Rito, 1379, LivreVieBergerac, p. 18.

14appellare
appeler (on apelle19, apela hom20, apelan21 « on appelle » ; apelavo22 « on appelait » ; s'apela23 « s'appelle » ; se fa apela24 « se fait appeler »). Son emploi est attesté au XIIIe siècle et deviendra fréquent par la suite : dans les textes en langue vulgaire, il remplace plus souvent que dire le verbe latin vocare. Il annonce un supernomen personnel (probablement nom de baptême)18 commutable avec le nomen proprium, ou introduit un nomen proprium 19 voire un supernomen en l'absence de tout autre nom connu : c'est évident dans les exemples cités aux notes 20 à 24.
appellat, appellé. Peu attesté, et tard, à partir du XIIIe siècle, contrairement à dit qui remplace presque toujours le participe passé latin vocatus. Il introduit un nomen proprium25 ou annonce un supernomen personnel commutable avec le nomen personae26.

  • 27 cuius Mainssendis cognomen erat Margarete, 1295, LivreRougeStQuentin, no LIV.
  • 28 Humbaudus connomine Dives, 1025, CartulVierzon, no 32.
  • 29 miles quidam nomine Petrus cognomine Reortherius, 1107-16, ChartesÉgliseLyon, no V.
  • 30 Avelina cognomine Clara, 1160-68, CartulYonne II, no CXVI.
  • 31 sodali suo Audoino nomine, cognomento Dadone, VIIIe siècle, VitaEligii, p. 675 (cit. D. BARTHÉLEMY (...)
  • 32 Cf. note 29. De même, colibertum Petrum nomine cognomento Bonardinum, 1053-64, LivreSerfsMarmoutie (...)
  • 33 Guillelmus miles qui Cuchivith cognominatur, c.1100, CartulLongpont, no CL.
  • 34 Beraldus quem cognominabant Busionem, 1092-1101, ChartesStBénigneDijon, no 375.
  • 35 Berta que cognominatur Dameta, 1166, ChartesClairvaux, no CXXVII.
  • 36 Willelmus de Torta Quercu qui cognominatur Praepositus, 1220, CartulStYmer, no XXVIII.
  • 37 Fordo Donato qui cognominatur Esquerrer de Belfai, 1210, CartulLézat, no 1731.
  • 38 qui cognominatur Manum ad Saccum, 1157, CartulPontigny, no 93 = Hugonis qui cognomento dicitur Man (...)
  • 39 homo nomine Sicfredus qui cognominatus fuit Bellus Homo, 1031-40, CartulLézat, no 1295.
  • 40 Raymundum Desiderii alias cognominatum Godaylh, 1299-1300, InquisitionAlbi, p. 121 = Raymundus God (...)

15cognomen
cognomen (cognomen, cognom, cognon, conom). Le substantif apparaît très peu : le premier exemple que nous ayons trouvé est de la fin du XIIIe siècle27. Au sens de « surnom », il annonce en l'occurrence un supernomen personnel (probablement nom de baptême) commutable avec le nomen proprium (qui serait le nom de naissance). Dans les exemples que cite Godefroy, s.v. cognom, le mot désigne le supernomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium.
cognomine, connomine. Fréquent, il apparaît au moins au début du XIe siècle28. Au sens de « du surnom de », il annonce un supernomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium : il est d'ailleurs patent que certains textes opposent cognomine à nomine29. Il peut aussi annoncer un supernomen personnel, probablement nom de baptême30, qui remplace le nomen proprium qui serait le nom de naissance.
cognomento. Tôt employé, dès le VIIIe siècle31, l'adverbe est fréquemment utilisé à partir du XIe siècle. Au sens de « du surnom de », il annonce un supemomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium : les textes ne sont pas rares qui opposent cognomento à nomine32.
cognominatur, cognominabatur, cognominabant. Le verbe ne paraît employé, dans un cadre anthroponymique, qu'à partir du XIe siècle et sera relativement fréquent par la suite, parallèlement à la fréquence de cognomine et cognomento. Sous forme passive33 ou active34, toujours au sens de « qu'on surnomme », il annonce un supemomen personnel qui s'oppose au nomen proprium35, un supemomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium (cf. note 27), au nomen parentale36, ou s'oppose au nomen personae37. Des textes mettent bien en parallèle cognominatur avec cognomento38.
cognominatus. Apparaît dès le XIe siècle39, encore d'usage trois siècles plus tard. Au sens de « surnommé », il annonce un supemomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium ; à partir du XIIIe siècle, il annonce un supemomen personnel qui tend à remplacer le nomen parentale40.

  • 41 messire Jehan du Plessis communement appelé Michault d'Argent, 1504, RôleFiefsChaumont, p. 143.
  • 42 un pré lequel est appelé comunaument le Pré Bayver, 1285, LivreChaiseVicomte, no XXXV = petiam pra (...)

16communis
communement. Apparaît seulement au début du XVIe siècle dans un contexte anthroponymique41. Au sens de « communément, couramment » — il traduit latin vulgariter42 — il introduit un supemomen qui s'oppose au nomen personae.

  • 43 Ramundus Vitalis qui dicor Novemsolidos, 1191, CartulStSerninToulouse, App. no 31.
  • 44 Gillon de Nuevile c'on dist Blanke Cape, 1249, ChartesVermandois, no XXXVIII.
  • 45 de judeo qui dicitur Deus benedicat eum, 1182, JullyNonnains, p. 779.
  • 46 Arnaldus de Villamuro qui dicitur Razigotus, 1203, CommuneToulouse, no LXII.
  • 47 quidam vir Deum timens Teutbertus nomine dictus, 868, CartulAngoulême, no XXXVII.
  • 48 Michael dictus Eigret, 1058, LivreBayeux, no CXIV.
  • 49 Johannes Ruffus dictus Bruanz de Roure, 1306-07, ChartesStÉ tienneDijon, no 55.

17dicere
dire, did (on dit, dicitur « on dit » ; dicor « suis dit »). Semble n'apparaître qu'au XIIe siècle sous ses formes latines43, au siècle suivant sous sa forme vulgaire44. Il sert à introduire le nomen proprium quand il est seul45, ou annoncer le supemomen personnel qui vient s'opposer au nomen parentale46.
dit, dictus. Apparaît très tôt, au moins au IXe siècle. Au sens de « dit », il s'emploie d'abord pour introduire le nomen proprium seul47, puis annoncer le supemomen personnel ou héréditaire à partir du XIe siècle48, un supemomen personnel qui vient s'opposer au nomen parentale à partir du XIIIe siècle49. Il est remarquable qu'à partir du XIIe siècle, et beaucoup plus fréquemment dans les deux siècles suivants, dictus / dit est employé dans la moitié Nord de la France, en gros surtout au Nord de la Loire, comme mot vide et conventionnel liant le nomen proprium au nomen parentale.

  • 50 Petrus Hospitalis qui alias faciebat se cognominari Christianus, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), Wakefi (...)
  • 51 Petrus de Monte Acuto qui facit se vocari Berengarius, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudon (...)
  • 52 Petrus Tornerii fecit se vocari Petrus Martini in inquisitione, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), Wakefie (...)
  • 53 Astorga que alias faciebat se vocari Guillelma, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. (...)
  • 54 que vocabatur Blanca, licet se faceret vocari Condors, 1323, RegistreInquisitionFournier III, p. 1 (...)
  • 55 Petrus Arnaldifecit se scribi Petrus Gitbert, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 1 (...)

18se facere...
se facere... (faciebat se cognominari50 « s'est fait surnommer » ; facit se vocari51 « se fait appeler », fecit se vocari52, faciebat se vocari53, se faceret vocari54 « s'est fait appeler » ; fecit se scribi55 « s'est fait inscrire »). Ces expressions reviennent souvent dans les documents de l'Inquisition française aux XIIIe-XIVe siècles, et annoncent un supemomen personnel qui vient s'opposer au nomen parentale ou le remplacer quand il fait défaut.

  • 56 Alelmus qui vocatur del Miels id est de Meliore, XIIe siècle, CartulStGeorgesHesdin, no 241.

19id est
id est. Nous n'en avons trouvé qu'un exemple où, au sens de « c'est-à-dire », la locution introduit la traduction du surnom, ce au XIIe siècle56. Les formules onomastiques servant à introduire une traduction sont rarissimes en anthroponymie, alors qu'elles sont fréquentes pour les toponymes et le lexique dans les textes en latin médiéval.

  • 57 Petrus de Rebeira... Rotbertus monachus loquutus est, c.1048-97, CartulUzerche, no 52 quintus.

20loqui
loquutus. Le participe passé de loqui est rarissime dans les chartes : remplacé par dicere, loqui y est presque inusité, réservé à un style plus littéraire. Le seul exemple que nous ayons découvert, du XIe siècle, est particulièrement intéressant en ce que loquutus, au sens de « dit », introduit un (sur)nom de religion qui vient en remplacement du nomen personae57.

  • 58 uxor mea nomen Ildia, 922, ComtesLimoges, no VIII.
  • 59 genitore meo nomen Pontione Geiraldo, 1060-1108, CartulNDNîmes, no CLXXXIX.
  • 60 une povre femme qui a nom Larchevesque, 1299, ComptesRobertIIArtois, no XVI.
  • 61 homo nomen Gisalfredus Anricus vocatus qui fuit condam, 1007, CartulNDNîmes, no CIV.
  • 62 filia nomine Alexandria, 978, CartulAngoulême, no IV.
  • 63 clerico suo nomine Sigfredo Buzer, c.980, CartulStSerninToulouse, no 158.
  • 64 Guillelma Pencheria que nomine paterno nominatur Radoela de Cordua, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), Wak (...)
  • 65 Deide episcopo quem nominant Petit, 935, ÉvêquesRodez, no II.
  • 66 quidam qui nominatur Cavasier, 1299-1300, Inquisition Albi, p. 177.
  • 67 Bertradum presbiterum qui nominatus erat Bonus Homo, 1031-40, CartulLézat, no 1295.
  • 68 quidam Anglicus de Carlalo nominatus lo Picart, 1375, DocAubrac, no 485.
  • 69 escuier nommé Laurens, 1421, RôlesParis, p. 106.
  • 70 un nommé Pierre de Creilg, 1462, HistBeauvais, no XXXVIII.

21nomen
nom, nomen. Apparaît dès le Xe siècle, si ce n'est plus tôt. Avec le sens de « nom », il introduit le nomen proprium58, puis, dès le XIe siècle, le nomen personae59, enfin, à partir du XIIIe siècle, le nomen parentale seul60. Le mot nomen peut aussi être employé avec une valeur adverbiale, au sens de « du nom de »47 . Nomen « du nom de » s'oppose clairement à vocatus « appelé, surnommé »61.
nomine. Apparaît dès le VIIIe siècle31. Au sens de « du nom de », il introduit, dès le Xe siècle, aussi bien le nomen proprium62 que le nomen personae63. Il s'oppose clairement à cognomine 29 et cognomento 31 « du surnom de ». Nous n'avons trouvé qu'une attestation de la locution nomine paterno « du nom de son père »64.
nominare, nominan {on nomme, nomina(n)t, nominatur « on nomme »). Apparaît au Xe siècle. D'usage rare, il annonce le supernomen personnel, que ce soit après le nomen proprium65 ou seul66.
nommé, nominatus. Apparaît tard dans un cadre anthroponymique, au XIe siècle. Au sens de « nommé », il est d'abord employé pour annoncer le supernomen personnel s'ajoutant au nomen proprium67 et puis, semble-t-il seulement à partir du XIVe siècle où il commence à devenir fréquent, le supemomen personnel seul68, le nomen proprium seul69, enfin le nomen personae70.

  • 71 uxore videlicet Galten que Helvidis nuncupabatur, 1193, ChartesNesle, no 94.
  • 72 muliere Galienne nuncupata, 1403, RegCerisy, p. 552.
  • 73 Guillelmo Belloni mercerio habitatore Vapinci vulgariter nuncupato Ruffo, 1441, DocJarjayes, no CX (...)
  • 74 Amalrici nuncupante, 998, ChartesStÉtienneDijon, no 51.

22nuncupari
nuncupabatur. Fréquent en contexte toponymique, le verbe est très rare dans un cadre anthroponymique, surtout remplacé par vocare / vocari. Il y apparaît au XIIe siècle, au sens de « on appelait », pour introduire un nomen proprium71.
nuncupatus. De même fréquence que le verbe dont il est issu, il semble n'apparaître qu'au début du XVe siècle en contexte anthroponymique. Au sens de « appelé », il introduit un nomen proprium72 ou annonce un supemomen personnel qui vient s'opposer au nomen parentale73.
nuncupante. N'apparaît qu'au XIe siècle. Au sens de « du nom de », il introduit un nomen proprium74.

  • 75 A. BLAISE, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Tumhout, 1954, s.v. le mentionne dan (...)
  • 76 ego onomate Bertrannus, c.1037, CartulStJeanAngély, no CI.

23onomate
onomate. Un seul exemple, au XIe siècle. Emprunté au grec, cet adverbe est tout aussi rare dans la littérature médiévale75 que dans les chartes. Au sens de « du nom de », il sert à introduire un nomen proprium76.

  • 77 Pierres dit Beylaigue ou Beaumaistre, 1299, DocFontaineComte, no 251.

24ou
ou. Rarement utilisée à partir du XIIIe siècle, dans son sens actuel, cette conjonction sert à annoncer un supemomen personnel qui tend à remplacer le nomen parentale77.

  • 78 Le mot prénom ne semble attesté nulle part dans un texte médiéval français ou occitan. Praenomine (...)
  • 79 L'exemple suivant prouve amplement qu'il s'agit bien d'un surnom personnel et non hérité : Wido... (...)
  • 80 Hildeburgis genitrix Odonis quem Malas Erbas vulgus praenominat, 1032-1100, LivreSerfsMarmoutier, (...)
  • 81 Nous avons bien entendu exclu les nombreux textes où praenominatus a le sens de « susnommé, nommé (...)
  • 82 Bernardus prenominatus Grossus, 1031-62, CartulStVincentMâcon, no 479.
  • 83 miles quidam Dolensis Giraldus nomine Batailla praenominatus, 1032-64, LivreSerfsMarmoutier, no LX (...)

25praenomen78
praenomine, prenomine. Ne paraît attesté, très rare, qu'aux XIe et XIIe siècles. Au sens de « du surnom de », annonce toujours un supernomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium79.
praenominare (praenominat). Encore plus rare est le verbe dérivé de praenomen, dont nous n'avons trouvé qu'un exemple, au XIe siècle. Au sens de « surnomme », il annonce un supernomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium80.
praenominatus. Un peu moins rare81, il n'est aussi attesté qu'au XIe siècle. Au sens de « surnommé », il annonce toujours un supernomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium82. Une charte oppose clairement le praenomen « surnom » au nomen « nom (totémique) »83.

  • 84 Le mot pronom, en afr., désigne le « pronom » au sens grammatical.
  • 85 Hilgaldus pronomine vocatus Securis, 1060, CartulTrinitéVendôme, no CXXXIX. Du Cange connaît prono (...)

26pronomine84
pronomine. Rarissime, ne paraît attesté qu'au XIe siècle85. Au sens de « du surnom de », il annonce le supernomen qui s'ajoute au nomen proprium.

  • 86 Bartacius... qui proprio nomine dicitur Guillelmus Matfredus de Podio Laurentii, s.d. (XIIIe siècl (...)

27proprio nomine
proprio nomine. Locution très rare, attestée au XIIIe siècle. Au sens de « de son vrai nom », elle annonce le nomen personae, le nom entier de la personne en opposition à son supernomen86.

  • 87 Rocelinus qui et Romestannus, c.1155, ChartesStÉ tienneDijon, no 1 = Rocelinus quod Romestannus vo (...)

28qui et
qui et. Cette locution conjonctive apparente est rare, n'apparaissant qu'aux XIe et XIIe siècles. En fait, qui est ici un authentique pronom relatif qui amène une véritable relative dont vocatur est, ou non, sous-entendu. Au sens de « qui aussi (s'appelle) », elle annonce un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium87.

29renom
regnom. Très rare, trouvé par Godefroy dans Le Livre des Esches, au sens de « surnom » ; ne figure pas à l'intérieur d'une formule onomastique.

  • 88 Eschivard scilicet de Castellulo, XIIe siècle, ChartesIndre, no LXX.
  • 89 G(uillelmus) filius Petri Bruni scilicet Nothus, 1176-79, CartulBonnefoy, no 111 = Willelmi Bruni,(...)

30scilicet
scilicet. Ne semble attesté qu'au XIIe siècle. Au sens de « à savoir, c'est-àdire », il annonce un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium88, ou tend à remplacer le nomen parentale89.

  • 90 Leotheria sive Mummia, 719, CartulYorme I, no X.
  • 91 Dodolenus sive Dodo, 751, CartulStBénigneDijon, no 23.
  • 92 W(ilhelm)a Talhafera sive Taborela, 1335, DocSarlat, no II.
  • 93 Johanis da Rocha sive lo Pages, 1298, TerrierSalers, p. 500.
  • 94 Pondus de Naga seu Colonbus Yspani, 1318, GildRecordsToulouse, p. 134.
  • 95 Bernardo nomine seu Eldeardus, 972, ChartesStÉtienneDijon, no 45.

31seu, sive
seu, sive. Apparaît fréquemment, dès le VIIIe siècle. Au sens de « ou », il annonce au VIIIe siècle un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium, et peut être un nom de baptême90 ou un hypocoristique91. À partir du XIIIe siècle, il annonce un supemomen personnel qui s'oppose au nomen parentale92 ou à une désignation locative93, voire qui remplace le nomen personae94. Une charte oppose explicitement seu qui introduit un supemomen, à nomine qui annonce le nomen proprium95.

  • 96 Cf. GODEFROY, s.v.

32soubnom
soubnom, sounom. Très rare, paraît attesté en littérature dès Chrétien de Troyes, puis dans des chartes jusqu'au début du XVIe siècle96. Au sens de « surnom », il annonce le supemomen personnel ou héréditaire.

  • 97 Les variantes attestées dans GODEFROY, TOBLER-LOMMATZSCH et l'Anglo-Norman Dictionary sont les sui (...)
  • 98 les noms et surnoms desdits mesnagiers, 1479, ComptesVoyageMontferrand, p. 31.
  • 99 I autres clers qui a seurnom l''Aleman, 1320, ArchivesStQuentin, no 282.
  • 100 Engeberto vocabulo super-nomine Oreglart, s.d. (XIe siècle), CartulVierzon, no 73.
  • 101 Orri de Rimaucort dit Cornu en sornom, 1263, DocLingHauteMarne, no 45.
  • 102 Bertrommete ma fenme dite Aalis en sornom, 1254, DocLingHauteMame, no 39 : Marie ma fame Simonete (...)
  • 103 Claude Reaz susnomméDameyne bastard, 1556, ChartreuseStHugon III, no 51.

33supernomen
surnom, seurnom97. Le substantif employé en dehors de toute locution adverbiale est très rare et apparaît au XIIe siècle dans un cadre anthroponymique. Au sens de « surnom » qui s'ajoute au nomen proprium98, il introduit, dans un exemple, un supemomen personnel en l'absence de nomen proprium99.
super-nomine, au sorenon, de sobrenom, en sornom, en sornon, en sorenon, en seurnom. Ne semble apparaître qu'au XIe siècle, devient relativement fréquent à partir du XIIIe siècle, principalement dans la moitié Nord de la France. Au sens de « du surnom de », il annonce un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium100, ou s'oppose au nomen parentale101. Il paraît aussi opposer le nom de baptême au nom de naissance102.
surnommé, susnommé. Attesté dès le XIIe siècle dans la littérature française, nous n'en avons trouvé d'exemple dans un document non littéraire, curieusement, qu'au XVIe siècle. Au sens de « surnommé », il annonce toujours un supemomen personnel ou héréditaire ; au XVIe siècle, le supemomen s'oppose au nomen parentale103.

  • 104 Durandum vel Guarinum, 1007-10, LivreSerfsMarmoutier, no 54 = Durandus Guarinus, ibid., no 10.
  • 105 Willelmus Abrios vel de Grois, c.1222, ChartesStMaixent, no CCCCXXII.

34vel
vel. Paraît très rare dans un cadre strictement anthroponymique : attestée au moins du XIe au XIIIe siècle. Au sens de « ou », cette conjonction sert à annoncer un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium104 ou tend à remplacer le nomen parentale105.

  • 106 Bernardo videlicet Laura, c.1150, ChartesFertéGrosne, no 11.

35videlicet
videlicet. Très rare dans un cadre strictement anthroponymique, alors que, comme scilicet, il est d'usage fréquent dans les chartes, attesté au XIIe siècle. Au sens de « c'est-à-dire », annonce un supernomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium106.

  • 107 fidelium quorum hec sunt vocabula : Basilius de Toarcio..., c.1060, CartulMarmoutierBasPoitou XI, (...)
  • 108 abbatem Deus-Dedit vocabulo, 835, CartulYonne I, no XXIII ; quidam juvenis vocabulo Paganus, c.110 (...)
  • 109 rusticum vocabulo Humbertum de Lavilera, 1060-1108, CartulVierzon, no 76.
  • 110 Humbaudus vocabulo Tortus, 991, CartulVierzon, no 26.

36vocabulum
vocabulum. Très rare dans un cadre strictement anthroponymique où il est attesté au XIe siècle. Au sens de « nom », il introduit un nomen personae (nomen proprium + supernomen personnel ou héréditaire)107.
vocabulo. Relativement fréquent du IXe siècle au début du XIIe siècle, il semble disparaître après. Au sens de « du nom de », il introduit le nomen proprium108 puis le nomen personae109 ; dès la fin du Xe siècle, il annonce le supernomen personnel110. Une charte montre clairement l'opposition entre vocabulo et supernomine 100

  • 111 me qui Guiratus vocor, c.1046, ChartesStMaixent, no CX.
  • 112 Ademarus quae vocatur Buchardus, s.d. (XIIe siècle), CartulAngoulême, no LXXII.
  • 113 Bernardus de Cassanha qui vocatur Espar eg, 1238, ContratsToulousain, no XXXII.
  • 114 uxore sua vocata Elisabeth, 1120-39, CartulYonne I, no CXXVIII.
  • 115 feminam vocatam la Sígala, 1338, PaixAurillac, no LVIII.
  • 116 Wido presbiter Bonofilius vocatus,956, CartulNDNîmes, no LIII.
  • 117 Bernardus Ermenrandus vocatus Sacristanus, 1080-96, CartulNDNîmes, no CLXXIX.
  • 118 Emeltrudis qui alio nomine mutato Bona vocitabatur, 1044, ChartesStMaixent, no CVII. Et la formule(...)
  • 119 Gauterius de Monte Sancti Johanni qui et Dives vocitor, XIIe siècle med., CartulStVicteurMans, no  (...)
  • 120 quidam nobilis vocitatus Emeno, 1040-44, ChartesStMaixent, no CII.
  • 121 Archambaldus de Combor Camba Putrida vocitatus, c.933, CartulTulle, no 290. Dans un tel cas, le se (...)

37vocare
vocare, vocari (vocat, vocatur « on appelle », vocabat, vocaverunt, vocabatur « on appelait » ; vocor « suis appelé »). Se rencontre fréquemment dans les chartes, au moins depuis le XIe siècle dans un cadre anthroponymique. Le verbe, à la forme active ou passive, sert à introduire le nomen proprium111, à annoncer le supernomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium112 ou s'oppose au nomen parentale113.
vocatus. Aussi fréquent, il apparaît au XIIe siècle dans un cadre anthroponymique. Au sens de « appelé », il sert à introduire le nomen proprium114, à annoncer le supernomen personnel seul115, le supernomen personnel ou héréditaire qui s'ajoute au nomen proprium116, ou le supernomen personnel qui s'oppose au nomen parentale117.
vocitari (vocitabatur « on appelait » ; vocitor « suis appelé »). Très rare, n'apparaît qu'aux XIe et XIIe siècles. Il sert à annoncer un supernomen personnel qui remplace le nomen proprium, probablement comme nom de baptême118, mais aussi le supernomen personnel qui s'y ajoute119.
vocitatus. Un peu moins rare, d'emploi semble-t-il limité aux Xe et XIe siècles. Au sens de « appelé », il introduit le nomen proprium120, ou annonce un supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium121.

  • 122 nepos Gisleberti de Mario qui vulgo vocabatur Compains, c.1091, CartulStLeuEsserent, no III.
  • 123 Aoidis vulgo vocata Damet, 1120-39, CartulYonne I, no CXXVIII.
  • 124 Gisla... que uulgato nomine uocabatur Cara, p.1142, ChartesStÉtienneDijon, no 24.
  • 125 duabus sororibus vulgariter appellatis Clementes, 1286, PolyptLyon, App. no XLVI.
  • 126 mulier que dicitur vulgaliter damme Minout de Fourneaus, 1255, CartulNDVauxCernay, no DLVI.
  • 127 Katerine Gaschete vulgaument appellee Friouze, 1372, CartulOrbestier, no 220.

38vulgus
vulgo. Beaucoup employé dans un cadre lexical ou toponymique, il l'est rarement dans un cadre anthroponymique. Au sens de « communément, couramment », il annonce le supemomen personnel employé seul122 ou adjoint au nomen proprium123.
vulgato nomine. Un seul exemple, au XIIe siècle. Au sens de « communément, couramment », il annonce le supemomen personnel qui s'ajoute au nomen proprium124.
vulgariter, vulgaliter. Adverbe fréquent en contexte lexical au sens de « en langue vulgaire » — il traduit donc un mot de latin médiéval —, et dans un cadre toponymique au sens de « communément », rare dans un cadre anthroponymique, attesté au XIIIe siècle. Au sens de « communément, couramment », il introduit le nomen parentale seul125 ou le nomen personae (nomen proprium + nomen parentale)126.
vulgaument. Traduction de lat. vulgariter, il est fréquent en contexte lexical et toponymique, très rare dans un cadre anthroponymique : un seul exemple, au XIVe siècle. Au sens de « communément, couramment », il annonce le supemomen personnel qui s'oppose au nomen personae127.

39Ces nombreuses formules onomastiques, rapportées à leur contexte, montrent combien il est nécessaire de distinguer le sémantisme de la fonction pour éviter d'errer dans les habituels poncifs.

Notes

1 Pour comparer avec les formules onomastiques utilisées en contexte lexical ou dans un cadre toponymique, cf. « Nom propre et nom commun au Moyen Âge », dans Nouvelle Revue d'Onomastique, no 25-26,1995, p. 19-35.

2 quidam nobilis juvenis, nomine Wigo, a patris cognomine trahens agnomen Capels, a.1080, ChartesCluny, no 3577.

3 Rodulfus Albus vocatus agnomine, 990-91, ChartesStBénigneDijon, no 193.

4 Johannes quoque molendinarius eorum agnomine Dives, 1188, CartulÉvêchéArras, no 33.

5 Gaufrido filio suo qui Bosberaes agnominatus est [fils de Gaufredus Papabos], 1092, CartulVierzon, no 64 ; Gaufridum agnominatum Festucam, 1125-38, CartulNoirAngers, no CLXXIV.

6 Raymundum Desiderii alias cognominatum Godaylh, 1299-1300, InquisitionAlbi, p. 121.

7 Bernad de Binhau alias Berduc, 1531, ComptesPau, no 44.

8 Arnauguilhem de Hereter alias de Domenyoo, 1483, ComptesPau, no 16.

9 Guilleaume Chantereaul alias Gelyen, 1454, RentierBeuvray, p. 202 = Guilleaume Gelyen alias Chantereaul, ibid., p. 212.

10 Giroudi aliter Martini de Albana, 1457, ChartesMaurienne, no 128.

11 Johannes de Chiraio qui aliter vocatus sum Johannes Goulaut, 1247, CartulNDTrappe, p. 26.

12 Bernardus Sicardi alius cognominatus de la Boyssa, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 14.

13 Guisfredus levita qui alio nomine vocor Jaubertus, 949, CartulCuixà, no 72.

14 Robertas de Bruerolis qui alio nomine vocor Robertus de Verreriis, 1220, CartulNDTrappe, p. 457.

15 Relindes que alium nomen vocant Richica, 908, CartulRoussillonnais, no IV ; Emulgarie qui alium nomen vocant Falcheto, 957, CartulCuixà, no 81.

16 Arnald de Doat en autra manera apelat de Cabanas, 1321, ChartesAgen, no CLII.

17 Pierres de Chanilhat apellez autremant Pierres des Aées, 1301, ParlerBourbonnais, p. 63.

18 Peyre de Caussonilhas d’autramen apelat Milhat, XIVe siècle in., LivreStJacques, no II.

19 Alixons con apelle Katherine, 1272, ÉtudePropriétéMetz, no LVI.

20 macip que apela hom Johanna, 1381-82, DouzeComptesConsul Albi, p. 25.

21 pilhart que apelan Espanhol, 1382, LivreVieBergerac, p. 66.

22 sirven de Carcassona que apelavo Toz-Sangs, 1392-93, DouzeComptesConsulAlbi, p. 130.

23 un qui s'apela lo Gasquart, 1379, LivreVieBergerac,p. 28.

24 un ribaut pilhart qui se fa apela Toquanh, 1381, LivreVieBergerac, p. 52.

25 ung apelat Peyro, 1522-23, ProcèsGaffié, p. 22.

26 Augerot de la Grava apelat Rito, 1379, LivreVieBergerac, p. 18.

27 cuius Mainssendis cognomen erat Margarete, 1295, LivreRougeStQuentin, no LIV.

28 Humbaudus connomine Dives, 1025, CartulVierzon, no 32.

29 miles quidam nomine Petrus cognomine Reortherius, 1107-16, ChartesÉgliseLyon, no V.

30 Avelina cognomine Clara, 1160-68, CartulYonne II, no CXVI.

31 sodali suo Audoino nomine, cognomento Dadone, VIIIe siècle, VitaEligii, p. 675 (cit. D. BARTHÉLEMY, « Une enquête à poursuivre : l'anthroponymie des famuli de monastères au XIe siècle », dans Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, II-1, p. 52, n. 13. Nous corrigeons la datation fournie par Barthélemy (VIIe siècle) par la date de la rédaction de la vita).

32 Cf. note 29. De même, colibertum Petrum nomine cognomento Bonardinum, 1053-64, LivreSerfsMarmoutier, no XLIII.

33 Guillelmus miles qui Cuchivith cognominatur, c.1100, CartulLongpont, no CL.

34 Beraldus quem cognominabant Busionem, 1092-1101, ChartesStBénigneDijon, no 375.

35 Berta que cognominatur Dameta, 1166, ChartesClairvaux, no CXXVII.

36 Willelmus de Torta Quercu qui cognominatur Praepositus, 1220, CartulStYmer, no XXVIII.

37 Fordo Donato qui cognominatur Esquerrer de Belfai, 1210, CartulLézat, no 1731.

38 qui cognominatur Manum ad Saccum, 1157, CartulPontigny, no 93 = Hugonis qui cognomento dicitur Manum ad Saccum, 1146, ibid., no 96.

39 homo nomine Sicfredus qui cognominatus fuit Bellus Homo, 1031-40, CartulLézat, no 1295.

40 Raymundum Desiderii alias cognominatum Godaylh, 1299-1300, InquisitionAlbi, p. 121 = Raymundus Godail, ibid., p. 170.

41 messire Jehan du Plessis communement appelé Michault d'Argent, 1504, RôleFiefsChaumont, p. 143.

42 un pré lequel est appelé comunaument le Pré Bayver, 1285, LivreChaiseVicomte, no XXXV = petiam prati vulgariter vocatam Pratum Bayver, ibid., no XXXIV.

43 Ramundus Vitalis qui dicor Novemsolidos, 1191, CartulStSerninToulouse, App. no 31.

44 Gillon de Nuevile c'on dist Blanke Cape, 1249, ChartesVermandois, no XXXVIII.

45 de judeo qui dicitur Deus benedicat eum, 1182, JullyNonnains, p. 779.

46 Arnaldus de Villamuro qui dicitur Razigotus, 1203, CommuneToulouse, no LXII.

47 quidam vir Deum timens Teutbertus nomine dictus, 868, CartulAngoulême, no XXXVII.

48 Michael dictus Eigret, 1058, LivreBayeux, no CXIV.

49 Johannes Ruffus dictus Bruanz de Roure, 1306-07, ChartesStÉ tienneDijon, no 55.

50 Petrus Hospitalis qui alias faciebat se cognominari Christianus, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 17.

51 Petrus de Monte Acuto qui facit se vocari Berengarius, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 16.

52 Petrus Tornerii fecit se vocari Petrus Martini in inquisitione, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 17.

53 Astorga que alias faciebat se vocari Guillelma, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 12.

54 que vocabatur Blanca, licet se faceret vocari Condors, 1323, RegistreInquisitionFournier III, p. 192.

55 Petrus Arnaldifecit se scribi Petrus Gitbert, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms, p. 15.

56 Alelmus qui vocatur del Miels id est de Meliore, XIIe siècle, CartulStGeorgesHesdin, no 241.

57 Petrus de Rebeira... Rotbertus monachus loquutus est, c.1048-97, CartulUzerche, no 52 quintus.

58 uxor mea nomen Ildia, 922, ComtesLimoges, no VIII.

59 genitore meo nomen Pontione Geiraldo, 1060-1108, CartulNDNîmes, no CLXXXIX.

60 une povre femme qui a nom Larchevesque, 1299, ComptesRobertIIArtois, no XVI.

61 homo nomen Gisalfredus Anricus vocatus qui fuit condam, 1007, CartulNDNîmes, no CIV.

62 filia nomine Alexandria, 978, CartulAngoulême, no IV.

63 clerico suo nomine Sigfredo Buzer, c.980, CartulStSerninToulouse, no 158.

64 Guillelma Pencheria que nomine paterno nominatur Radoela de Cordua, s.d. (XIIIe-XIVe siècles), WakefieldPseudonyms. Pencheria est donc son supernomen personnel, Radoela son nomen paternum ou parentale.

65 Deide episcopo quem nominant Petit, 935, ÉvêquesRodez, no II.

66 quidam qui nominatur Cavasier, 1299-1300, Inquisition Albi, p. 177.

67 Bertradum presbiterum qui nominatus erat Bonus Homo, 1031-40, CartulLézat, no 1295.

68 quidam Anglicus de Carlalo nominatus lo Picart, 1375, DocAubrac, no 485.

69 escuier nommé Laurens, 1421, RôlesParis, p. 106.

70 un nommé Pierre de Creilg, 1462, HistBeauvais, no XXXVIII.

71 uxore videlicet Galten que Helvidis nuncupabatur, 1193, ChartesNesle, no 94.

72 muliere Galienne nuncupata, 1403, RegCerisy, p. 552.

73 Guillelmo Belloni mercerio habitatore Vapinci vulgariter nuncupato Ruffo, 1441, DocJarjayes, no CXII.

74 Amalrici nuncupante, 998, ChartesStÉtienneDijon, no 51.

75 A. BLAISE, Dictionnaire latin-français des auteurs chrétiens, Tumhout, 1954, s.v. le mentionne dans les Miracula Winnoci rédigés au XIe siècle dans le diocèse de Thérouanne.

76 ego onomate Bertrannus, c.1037, CartulStJeanAngély, no CI.

77 Pierres dit Beylaigue ou Beaumaistre, 1299, DocFontaineComte, no 251.

78 Le mot prénom ne semble attesté nulle part dans un texte médiéval français ou occitan. Praenomine est donc à considérer pleinement comme un latinisme réservé à la langue écrite.

79 L'exemple suivant prouve amplement qu'il s'agit bien d'un surnom personnel et non hérité : Wido... generoso genere genitus miles prenomine vocitatus Dives, XIe siècle med., ChartesStÉ tienneDijon, no 75. On a là un des très rares exemples de surnom dont la motivation est expliquée dans une charte.

80 Hildeburgis genitrix Odonis quem Malas Erbas vulgus praenominat, 1032-1100, LivreSerfsMarmoutier, no LXV.

81 Nous avons bien entendu exclu les nombreux textes où praenominatus a le sens de « susnommé, nommé plus haut ».

82 Bernardus prenominatus Grossus, 1031-62, CartulStVincentMâcon, no 479.

83 miles quidam Dolensis Giraldus nomine Batailla praenominatus, 1032-64, LivreSerfsMarmoutier, no LXII.

84 Le mot pronom, en afr., désigne le « pronom » au sens grammatical.

85 Hilgaldus pronomine vocatus Securis, 1060, CartulTrinitéVendôme, no CXXXIX. Du Cange connaît pronomen au sens de « surnom » qu'il a recueilli dans Vetus Irenaei Interpres.

86 Bartacius... qui proprio nomine dicitur Guillelmus Matfredus de Podio Laurentii, s.d. (XIIIe siècle), WakefieldPseudonyms, p. 12.

87 Rocelinus qui et Romestannus, c.1155, ChartesStÉ tienneDijon, no 1 = Rocelinus quod Romestannus vocabatur, XIIe siècle med., ibid., no 76. Cf. signum Hugonis qui et Raynardi vocatur comitis [fils de Milo comes], 1046, CartulYonne I, no XCIV.

88 Eschivard scilicet de Castellulo, XIIe siècle, ChartesIndre, no LXX.

89 G(uillelmus) filius Petri Bruni scilicet Nothus, 1176-79, CartulBonnefoy, no 111 = Willelmi Bruni, 1183-90, ibid., no 86.

90 Leotheria sive Mummia, 719, CartulYorme I, no X.

91 Dodolenus sive Dodo, 751, CartulStBénigneDijon, no 23.

92 W(ilhelm)a Talhafera sive Taborela, 1335, DocSarlat, no II.

93 Johanis da Rocha sive lo Pages, 1298, TerrierSalers, p. 500.

94 Pondus de Naga seu Colonbus Yspani, 1318, GildRecordsToulouse, p. 134.

95 Bernardo nomine seu Eldeardus, 972, ChartesStÉtienneDijon, no 45.

96 Cf. GODEFROY, s.v.

97 Les variantes attestées dans GODEFROY, TOBLER-LOMMATZSCH et l'Anglo-Norman Dictionary sont les suivantes : surnon, surnoun, surnum, surnun, sornon, sornoun, sornun, sournon, seurnon, seurenon.

98 les noms et surnoms desdits mesnagiers, 1479, ComptesVoyageMontferrand, p. 31.

99 I autres clers qui a seurnom l''Aleman, 1320, ArchivesStQuentin, no 282.

100 Engeberto vocabulo super-nomine Oreglart, s.d. (XIe siècle), CartulVierzon, no 73.

101 Orri de Rimaucort dit Cornu en sornom, 1263, DocLingHauteMarne, no 45.

102 Bertrommete ma fenme dite Aalis en sornom, 1254, DocLingHauteMame, no 39 : Marie ma fame Simonete en seurnom, 1263, ChartesStÉtienneDijon, no 17 = Marie qui est apelee Symone, 1259, ibid., no 97.

103 Claude Reaz susnomméDameyne bastard, 1556, ChartreuseStHugon III, no 51.

104 Durandum vel Guarinum, 1007-10, LivreSerfsMarmoutier, no 54 = Durandus Guarinus, ibid., no 10.

105 Willelmus Abrios vel de Grois, c.1222, ChartesStMaixent, no CCCCXXII.

106 Bernardo videlicet Laura, c.1150, ChartesFertéGrosne, no 11.

107 fidelium quorum hec sunt vocabula : Basilius de Toarcio..., c.1060, CartulMarmoutierBasPoitou XI, no II.

108 abbatem Deus-Dedit vocabulo, 835, CartulYonne I, no XXIII ; quidam juvenis vocabulo Paganus, c.1107, ChartesÉgliseLyon, no IV.

109 rusticum vocabulo Humbertum de Lavilera, 1060-1108, CartulVierzon, no 76.

110 Humbaudus vocabulo Tortus, 991, CartulVierzon, no 26.

111 me qui Guiratus vocor, c.1046, ChartesStMaixent, no CX.

112 Ademarus quae vocatur Buchardus, s.d. (XIIe siècle), CartulAngoulême, no LXXII.

113 Bernardus de Cassanha qui vocatur Espar eg, 1238, ContratsToulousain, no XXXII.

114 uxore sua vocata Elisabeth, 1120-39, CartulYonne I, no CXXVIII.

115 feminam vocatam la Sígala, 1338, PaixAurillac, no LVIII.

116 Wido presbiter Bonofilius vocatus,956, CartulNDNîmes, no LIII.

117 Bernardus Ermenrandus vocatus Sacristanus, 1080-96, CartulNDNîmes, no CLXXIX.

118 Emeltrudis qui alio nomine mutato Bona vocitabatur, 1044, ChartesStMaixent, no CVII. Et la formule alio nomine mutato et le nom donné (Bona nom latin et chrétien) permettent d'y voir un nom de baptême, Emeltrudis étant le nom de naissance.

119 Gauterius de Monte Sancti Johanni qui et Dives vocitor, XIIe siècle med., CartulStVicteurMans, no XXI.

120 quidam nobilis vocitatus Emeno, 1040-44, ChartesStMaixent, no CII.

121 Archambaldus de Combor Camba Putrida vocitatus, c.933, CartulTulle, no 290. Dans un tel cas, le sens plus précis est « surnommé », comme l'indiquent ces deux autres attestations du même personnage : Arcambaldi vicecomitis qui cognominatus est Cambaputrida, 986, CartulTulle, no 46 ; Arcambaldus vicecomes qui cognominatur Camba Poirida, 969, CartulTulle, no 345.

122 nepos Gisleberti de Mario qui vulgo vocabatur Compains, c.1091, CartulStLeuEsserent, no III.

123 Aoidis vulgo vocata Damet, 1120-39, CartulYonne I, no CXXVIII.

124 Gisla... que uulgato nomine uocabatur Cara, p.1142, ChartesStÉtienneDijon, no 24.

125 duabus sororibus vulgariter appellatis Clementes, 1286, PolyptLyon, App. no XLVI.

126 mulier que dicitur vulgaliter damme Minout de Fourneaus, 1255, CartulNDVauxCernay, no DLVI.

127 Katerine Gaschete vulgaument appellee Friouze, 1372, CartulOrbestier, no 220.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search