Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Des Noms et De La Gloire : deux essais de Michel de Montaigne

Anne Chareille

Texte intégral

1« Ainsi, lecteur, je suis moy-mesme la matière de mon livre... »

2Si Montaigne a cherché à explorer et surprendre les plus secrets mouvements de sa pensée, c'est afin d'élaborer par la méditation, l'expérience, la lecture, une sagesse personnelle. Au terme de son enquête, au fil des éditions des Essais, après de longues années d'écriture et de réécriture, le moi reste impénétrable, en perpétuelle mutation. Montaigne échoue à peindre l'être, il saisit alors le moment, le passage. Toutefois, le sujet protéiforme et passager révèle dans ses méandres « la forme entière de l'humaine condition », les vices et les vertus des hommes.

  • 1 Au XVIe siècle Gloire et Nom sont synonymes et employés l'un pour l'autre.
  • 2 Il faut comprendre ce dernier terme au sens le plus proche de l'étymologie, il s'agit d'avoir un n (...)

3Au rang des vices, la quête d'une vaine gloire est pour Montaigne l'une des plus violentes formes de l'aliénation. Ainsi, une lecture du chapitre « DES NOMS » ne saurait être satisfaisante sans que soit au préalable établi le lien, d'abord sémantique1, qui unit les substantifs Gloire et Nom : le défaut d'être, de qualité, de vertu se signale d'abord dans l'intérêt que Ton prend à la gloire, à la renommée2 et, par extension, à la gloire du nom lui même.

4« Nous appelons agrandir nostre nom, Testandre et semer en plusieurs bouches ; nous voulons qu'il y soit receu en bonne part, et que cette sienne accroissance luy vienne à profit : voylà ce qu'il y peut avoir de plus excusable en ce dessein. Mais l'excès de cette maladie en va jusque là que plusieurs cerchent de faire parler d'eux en quelque façon que ce soit. (...) Ce vice est ordinaire. Nous nous soignons plus qu'on parle de nous, que comment on en parle ; et nous est assez que nostre nom courre par la bouche des hommes, en quelque condition qu'il y courre. » (« De La Gloire », II, 16).

5L'être se sacrifie à sa renommée, il n'est plus qu'un nom, pur signifiant qui circule d'une bouche à l'autre. Telle est bien la problématique qui informe le chapitre « Des Noms » dans son ensemble.

  • 3 Cf. infra le texte intégral de l'essai « Des Noms ». La présente réflexion s'inspire largement des (...)

6Précédant le chapitre « De La Gloire » mais témoignant de la même volonté de dénoncer le souci de gloire, « Des Noms », chapitre XLVI du premier livre des Essais, est publié en 1580, très largement étoffé dans l'édition de 1588, augmenté encore en 1595. Montaigne y dénonce avec constance et opiniâtreté la grande confusion du système de désignation français3. En effet, les esprits soucieux d'exactitude ne sauraient se satisfaire de son imprécision : « Quelque diversité d'herbes qu'il y ait tout s'enveloppe sous le nom de salade ». En vérité, quelques « salades » pour une infinité « d'herbes », l'homonymie règne sans partage et permet toutes les méprises et toutes les confusions. En regard, la démarche explicitement choisie par Montaigne au fil de l'essai est alors à l'image de son objet : une « galimafrée de divers articles », soit un discours embrouillé et lui même confus.

7Cependant, le texte qui s'ouvre sur une métaphore végétale, s'appuiera à plusieurs reprises sur l'image, jamais explicite mais pourtant très prégnante, de l'arbre (généalogique s'entend) : « ... cependant, l'originel de la tige nous est eschappé. (...)... et qu'on n'ait anté en quelque illustre tige ». L'image de l'arbre se développe en ramifications désignées par l'adverbe « Item », en tête de six paragraphes consécutifs. Ces rameaux se réduisent, au milieu du chapitre, en deux branches principales, « premièrement », « secondement », pour s'achever sur une autre voie, « Toutesfois... », orientation nouvelle, tronc principal, qui ouvre le propos tout autant qu'il le conclut et suggère une relecture du chapitre « De La Gloire ». La structure du texte apparaît au lecteur attentif parfaitement maîtrisée, du foisonnement des remarques initiales au rétrécissement progressif qui ramène Montaigne à l'un des thèmes les plus récurrents des Essais : la condamnation de ce qu'il faut emprunter, de ce que l'on tient d'autrui. La gloire est une forme de dette et comme telle dangereuse.

  • 4 Selon les notes de Thuasne, Rychner et Henry sur le vers 1354 du Testament de Villon, Jean signifi (...)
  • 5 Les rois portant le nom de Charles n'ont pas tous été heureux : que Ton pense à Charles III le sim (...)
  • 6 Le « froid rencontre » est un calembour. Cette étymologie de Guyenne se trouve dans les Annales d' (...)

8Considérons d'abord cette série d'« Items » présentés comme autant de problèmes. En premier lieu, Montaigne affirme que certains prénoms ont mauvaise réputation. Cette considération reste énigmatique, jamais légitimée par l'auteur4. Tout au plus élargit-il son propos aux généalogies princières5 parfois « fatalement affectez ». L'arbitraire préside encore, semble-t-il, à l'évolution phonétique « des Guillaumes, d'où Ton dict que le nom de Guienne est venu : par un froid rencontre6. ».

  • 7 Un pourcentage non négligeable de la population porte en effet le nom de Guillaume entre le XIIe e (...)

9Le second « Item » rapporte l'histoire du fameux festin qui rassembla en France cent dix chevaliers portant le même nom. L'anecdote, tirée à nouveau des Annales d'Aquitaine de Jean Bouchet, suggère plaisamment « l'invalidité » du prénom Guillaume qui, plus haut, était déjà pris en mauvaise part et portait malheur à certains princes. Nous sommes frappés par la fréquence de ce prénom qui sera cité à cinq reprises dans le chapitre, en écho très certainement à sa fréquence effective7 au moment où Montaigne écrit.

  • 8 Voir Monique BOURIN, « Bilan de l'enquête », dans Genèse médiévale..., Tome I, op. cit., p. 244-24 (...)

10Quoi qu'il en soit, s'il existe une multitude de Guillaume ou de Jehan, plus généralement il existe infiniment plus d'individus que de noms disponibles pour les baptiser. L'homonymie est problématique, renforcée encore par les effets de mode qui imposent une concentration des choix8.

  • 9 Nous dirions aujourd'hui « de bonne renommée ».
  • 10 La dimension poétique d'un mot permet, entre autre, de le mieux mémoriser. Nous songeons ici à la (...)
  • 11 Il ne pouvait prononcer correctement son nom.
  • 12 Le nom de sa famille sans doute maternelle. Cf. Jean-Louis FLANDRIN, Familles. Parenté, maison, se (...)
  • 13 Les documents de la pratique, de la fin du Moyen Âge et des Temps Modernes, ne sont pas avares d'e (...)

11L'« Item » suivant évoque successivement le « bon nom » qui traduit crédit et réputation9, puis le « nom beau », dont l'élégance s'avère fort commode lorsqu'elle permet qu'il se puisse aisément « prononcer et retenir ». Le glissement du signifié (le prénom renvoie à un contenu : malédiction ou bénédiction) au signifiant (le prénom n'est que pure forme, un son, et à l'extrême un bruit) n'est pas anodin. La disqualification du nom pour Montaigne tient paradoxalement à sa dimension poétique10, à la recherche de beauté ou de simplicité dont il fait l'objet et qui nuit à sa fonction essentielle : être un signifiant. N'est-ce pas par simple souci de commodité que le Roy Henri second débaptisa l'un de ses princes car il ne parvenait jamais à le « nommer à droit11 », et qu'à une demoiselle d'honneur de la Reine « il luy fut mesme d'advis de donner le nom général de la race12, parce que celuy de la maison paternelle luy sembla trop revers » ? Que vaut un nom, s'il est possible d'en changer13 ?

12Avec le quatrième « Item », le propos se poursuit sur la question de la musicalité du mot et du pouvoir qu'elle lui confère : les exemples du jeune débauché « converti » au seul nom de Marie et de la musicienne dont l'art calme les ardeurs de ses auditeurs prouvent ce que peut sur l'âme la « correction voyelle et auriculaire ». Mais le nom n'est plus que musique et le signifiant plus important que le signifié : Montaigne réprouve cette inadéquation du nom à l'individu, annonce ici sa condamnation de la synonymie qu'il développera plus loin dans le sixième et dernier « Item ».

  • 14 « prenait en compte ».
  • 15 La pratique est certaine, mais semble-t-il marginale, exclusivement notée parmi les aristocrates q (...)

13Au cinquième « Item », il est question de la Réforme qui est allée « jusqu'à combattre ces anciens noms de nos baptêmes Charles, Loys, François, pour peupler le monde de Mathusalem, Ezechiel, Malachie, beaucoup mieux sentans de la foy ». La Réforme a certainement œuvré en ce sens privilégiant les noms vétéro-testamentaires. Mais, plus généralement, le phénomène dénoncé par Montaigne est celui des différenciations culturelles constamment avérées dans la répartition des noms : le nom traduit une appartenance sociale autant que religieuse et l'exemple protestant est doublé de celui du gentil-homme voisin qui, pour s'attribuer la noblesse de ses ancêtres, en « mettait en conte14 » le nom « Don Grumedan, Quedragan, Agesilan »15.

14Le sixième et ultime « Item » envisage les difficultés de la traduction des noms. De la version au thème, l'exigence de Montaigne reste la même : donner les noms entiers, « sans les bigarrer et changer pour leur donner une cadence Françoise », se garder de les métamorphoser, de « les garber à la Grecque ou à la Romaine ». Ce souci du nom authentique introduit dans le propos de l'auteur une dimension nouvelle. Le nom a une histoire, pour le moins il est daté, attaché à une époque. Pour cette raison il est inopportun et mal venu de reprendre des noms « du vieux temps ». L'erreur des protestants, celle du gentil-homme voisin s'expliquent mieux ici. Car « en faisant de Vaudemont, Vallemontanus (...) nous ne sçavons où nous en sommes et en perdons la connoissance ». La perte des repères temporels, celle aussi d'une identité propre se jouent dans cet abus de métamorphoses et d'emprunts intempestifs.

  • 16 Les additions de 1588 et 1595 placent ce passage à égale distance du début et de la fin du chapitr (...)
  • 17 S'agit-il ici de « l'exposé » ou bien du « compte », puisque l'argument vise à clore la série des (...)
  • 18 Montaigne confirme ici, et surtout donne un sens à la nette tendance perçue dans les cartulaires : (...)
  • 19 Notons cependant que Montaigne lui même, qui prend pour ancêtres les Montaignes à qui les Eyquems (...)

15Montaigne annonce ensuite son dernier grief16 : « Pour clorre nostre conte17, c'est un vilain usage, et de très mauvaise conséquence en nostre France, d'appeler chacun par le nom de sa terre et seigneurie, et la chose du monde qui fait le plus mesler et mesconnoitre les races18 ». Il est question ici des « surnoms » fluctuants et galvaudés qui, de fait, permettaient à une seule personne de porter plusieurs noms, cette synonymie récurrente empêchant toute identification satisfaisante de l'individu19.

  • 20 Ce terme est encore courant dans la langue juridique et fiscale.
  • 21 Roi de carnaval à la tête de ce que nous nommerions une république bananière...

16« Mutations20 (...) falsifications » font encore l'objet du paragraphe suivant qui resserre le propos autour du problème de la généalogie. Si l'on peut « garber et bigarrer » son propre nom, ne peut-on faire de même avec celui de ses aïeux et s'inventer ainsi une généalogie abusive et fantasmatique ? Le phénomène de falsification prend une coloration nouvelle puisqu'il entache, à cet endroit du chapitre, jusqu'à la famille royale soudain agrandie jusqu'à la démesure, et par la même abâtardie : « Combien avons nous de gentils-hommes en France, qui sont de Royalle race selon leurs comptes ? Plus, ce croys-je, que d'autres ». C'est en ce point névralgique que l'on rencontre la métaphore végétale de la « tige ». N'est-ce pas alors le suprême affront que de falsifier l'arbre royal en y rattachant d'obscures rameaux ? L'exemple du « Roy d'outremer », autre forme du « roi nègre21 », souligne encore l'ironie du passage à l'endroit de ceux qui garbent et bigarrent leurs « surnoms ». Au paragraphe suivant, Montaigne signale que les « Mutation[s] » touchent aussi bien l'usage des armoiries qui redoublent, dans leur fonction représentative, la valeur et la portée du surnom et ajoutent ainsi à la « confusion ».

  • 22 Platon, Cratyle, partie 384D, Hermogène a admis : « que les noms appartiennent naturellement aux c (...)

17« Mais cette considération me tire par force à un autre champs ». La conjonction introduit ici une rupture forte. Il ne sera plus question désormais de « surnoms » et de « noms », mais plutôt du renom, c'est-à-dire de la considération qui s'attache à tel ou tel. Le thème est évidemment développé dans le chapitre « De La Gloire » : « Nous appelons agrandir nostre nom, l'estandre et semer en plusieurs bouches ; nous voulons qu'il y soit receu en bonne part, et que cette sienne accroissance luy vienne à profit... ». Mais il figure aussi dans ce chapitre « Des Noms » car gloire, réputation, renommée « que nous allons questant avec si grand peine », passent aussi par le « surnom » que l'on porte : le nom de famille et le renom qui s'y attachent sont un « plaisant jouët », un leurre à l'intention des voleurs « d'æternité ». Quant au nom (il faut entendre le prénom), Montaigne regrette qu'il ne soit plus désormais que « traits de plume » : dans le chapitre « De La Gloire », il écrit qu' : « Il y a le nom et la chose ; le nom, c'est une voix qui remerque et signifie la chose ; le nom, ce n'est pas une partie de la chose ny de la substance, c'est une pièce estrangère joincte à la chose et hors d'elle ». Une noblesse digne de ce nom ne saurait alors tenir à un son, un signifiant, de même que la vertu ne saurait être qu'un mot. À en croire Montaigne la ruine de l'idéal énoncé vingt siècles auparavant dans le Cratyle22 est totale et, plus généralement, le monde du langage est dévalué puisque le nom ne correspond plus à la chose.

18L'absurdité du renom est démontrée en deux temps : « premièrement », « secondement », et ces deux étapes reproduisent en miroir la double attaque du début du chapitre sur la pratique anthroponymique : un seul nom pour plusieurs sujets (le cas des Guillaumes) et plusieurs noms pour un seul sujet (le problème des mutations, changements de noms).

  • 23 Ces trois variantes du nom sont chez Jean Bouchet et Froissard. Villon en emploie une autre dans l (...)

19En effet, les variations Guesquin, Glesquin, Gueaquin23, formes diverses du nom Guesclin, posent de nouveau le problème de la synonymie. Ne s'agit-il pas une fois encore de quatre noms pour un seul personnage ? De la même façon, lorsque Nicolas Denisot se forge le pseudonyme « Conte d'Alsinois », il se joue de ce lien qui devrait unir indissolublement l'individu à un nom unique, un nom qui lui serait véritablement propre. Ce faisant, le poète renie ou écarte la tige de l'arbre auquel il appartient, il néglige le nom paternel et participe à ces innombrables « confusion » et « mutations » inlassablement dénoncées par Montaigne. Denisot cependant construit plus qu'un pseudonyme : à partir des lettres de son nom de baptême il crée un anagramme. N'est-ce pas alors une forme indirecte de respect et d'allégeance à l'endroit de son nom d'origine, et du système qui lui a fait porter ce nom ? Mais Montaigne à cet égard pose une autre question : « Nicolas Denisot n'a eu soing que des lettres de son nom, et en a changé toute la contexture, pour en bastir le Conte d'Alsinois qu'il a estrené de la gloire de sa poésie et peinture. », il en revient à la question de la gloire qui s'attache à tel ou tel nom. Quoi de plus factice que ce genre de privilège, que ce « renom » qui ne tient qu'à l'ordre dans lequel sont disposées les lettres qui composent le nom et le surnom.

  • 24 Lenis, en latin signifie « calme, modéré ».
  • 25 tranquillus, a, um, signifie « calme, paisible, tranquille », en particulier lorsqu'il est questio (...)
  • 26 Terrail est le nom de Bayard.
  • 27 Ces trois noms désignent le même personnage, lieutenant général des galères. R. Escalin (il signai (...)

20Plus loin, dans le même paragraphe, Montaigne évoque Suétone qui déroge également au respect du nom paternel. Il a supprimé de son nom ce qui lui venait de son père : « Lénis24 », et « a laissé tranquillus25 successeur de la reputation de ses escrits ». Certes, il s'agit d'un léger glissement de sens et non d'une radicale conversion. La signification concède alors au nom une valeur, une orientation immédiatement perceptible, mais elle ramène également le nom, le « surnom » au rang des autres mots de la langue. Enfin : « Qui croiroit que le Capitaine Bayard n'eût honneur que celuy qu'il a emprunté des faits de Pierre Terrail26 ? et qu'Antoine Escalin se laisse voler à sa veuë tant de navigations et charges par mer et par terre au Capitaine Poulin et au baron de la Garde27 ». Le jeu de la synonymie s'approfondit et s'aggrave. Les variations qui touchaient le nom Guesclin ne concernaient finalement qu'une lettre ou deux. Denisot s'il modifia radicalement son nom, en a conservé les lettres. Suétone modifie tout son nom, mais en conserve le sens littéral. Mais quoi de commun entre Bayard et Terrail ? Le mouvement s'amplifie encore lorsque Escalin, Poulin et De la Garde ne font qu'un.

21« Secondement ce sont traits de plumes communs à mill'hommes. Combien y a-t-il, en toutes les races, de personnes de mesme nom et surnom ? ». Pour illustrer le propos, la première version du texte s'achevait sur l'exemple aussi plaisant que significatif du « palefrenier Pompée le Grand ». Montaigne rajoutera par la suite des citations de Scipion l'Africain, Cicéron et Juvénal. Et sans doute est-il aussi possible de faire appel au triste constat énoncé par Montaigne au chapitre « De La Gloire » : « Je n'ay point de nom qui soit assez mien : de deux que j'ay, l'un est commun de toute ma race, voire encore à d'autres. Il y a une famille à Paris et à Montpellier qui se surnomme Montaigne ; une autre en Bretagne et en Xaintonge, de la Montaigne. (...) Quant à mon autre nom, il est à quiconque aura envie de le porter ».

***

  • 28 Voir la contribution de Jean-Yves TILLIETTE dans ce même volume.

22Le nom, le surnom remplissent d'autres fonctions, ont d'autres ambitions que celle d'assurer à l'individu une identité propre. Montaigne le regrette, mais en revendiquant pour la dénomination la simplicité — la vertu — de l'identité entre le nom et la chose, il ne fait que véhiculer de vieux fantasmes étymologiques dont la pratique et certains intellectuels28 ont régulièrement dénoncé l'utopie.

DES NOMS, Essais, Livre I, chapitre XLVI

23/ Quelque diversité d'herbes qu'il y ait, tout s'enveloppe sous le nom de salade. De mesme, sous la consideration des noms, je m'en voy faire icy une galimafrée de divers articles.

24Chaque nation a quelques noms qui se prennent, je ne sçay comment, en mauvaise part : et à nous Jehan, Guillaume, Benoit.

25Item, il semble y avoir en la genealogie des Princes certains noms fatalement affectez : comme des Ptolomées à ceux d'Ægypte, de Henris en Angleterre, Charles en France, Baudoins en Flandres, et en nostre ancienne Aquitaine des Guillaumes, d'où l'on dict que le nom de Guienne est venu : par un froid rencontre, s'il n'en y avoit d'aussi cruds dans Platon mesme.

26Item, c'est une chose legiere, mais toutefois digne de memoire pour son estrangeté et escripte par tesmoing oculaire, que Henry, Duc de Normandie, fils de Henry second, Roy d'Angleterre, faisant un festin en France, l'assemblée de la noblesse y fut si grande que, pour passetemps, s'estant divisée en bandes par la ressemblance des noms, en la premiere troupe, qui fut des Guillaumes, il se trouva cent dix Chevaliers assis à table portans ce nom, sans mettre en conte les simples gentils-hommes et serviteurs.

27/ / Il est autant plaisant de distribuer les tables par les noms des assistans, comme il estoit à l'Empereur Geta de faire distribuer le service de ses mets par la consideration des premieres lettres du nom des viandes ; on servoyt celles qui se commençoient par M : mouton, marcassin, merlus, marsoin ; ainsi des autres.

28/ Item, il se dict qu'il faict bon avoir bon nom, c'est à dire credit et reputation ; mais encore, à la verité, est-il commode d'avoir un nom beau et qui aisément se puisse prononcer et retenir, car les Roys et les grands nous en connoissent plus aisément et oublient plus mal volontiers ; et, de ceux mesme qui nous servent, nous commandons plus ordinairement et employons ceux desquels les noms se presentent le plus facilement à la langue. J'ay veu le Roy Henry second ne pouvoir jamais nommer à droit un gentil-homme de ce quartier de Gascongne ; et, à une fille de la Royne, il fut luy mesme d'advis de donner le nom general de la race, parce que celuy de la maison paternelle luy sembla trop revers.

29/ / / Et Socrates estime digne du soing paternel de donner un beau nom aux enfans.

30/ Item, on dit que la fondation de nostre Dame la grand, à Poitiers, prit origine de ce que un jeune homme débauché, logé en cet endroit, ayant recouvré une garce et luy ayant d'arrivée demandé son nom, qui estoit Marie, se sentit si vivement espris de religion et de respect, de ce nom Sacrosainct de la Vierge mere de nostre Sauveur, que non seulement il la chassa soudain, mais en amanda tout le reste de sa vie ; et qu'en consideration de ce miracle il fut basti, en la place où estoit la maison de ce jeune homme, une chapelle au nom de nostre Dame, et, depuis, l'Eglise que nous y voyons.

31/ / /Cette correction voyelle et auriculaire, devotieuse, tira droit à l'ame ; cette autre, de mesme genre, s'insinüa par les sens corporels : Pythagoras, estant en compagnie de jeunes hommes, lesquels il sentit complotter, eschauffez de la feste, d'aller violer une maison pudique, commanda à la menestriere de changer de ton, et, par une musique poisante, severe et spondaique, enchanta tout doucement leur ardeur et l'endormit.

32/ Item, dira pas la posterité que nostre reformation d'aujourd'huy ait esté delicate et exacte, de n'avoir pas seulement combatu les erreurs et les vices, et rempli le monde de devotion, d'humilité, d'obéissance, de paix et de toute espece de vertu, mais d'avoir passé jusque à combattre ces anciens noms de nos baptesmes, Charles, Loys, François, pour peupler le monde de Mathusalem, Ezechiel, Malachie, beaucoup mieux sentans de la foy ? Un gentil-homme mien voisin, estimant les commoditez du vieux temps au pris du nostre, n'oublioit pas de mettre en conte la fierté et magnificence des noms de la noblesse de ce temps, Don Grumedan, Quedragan, Agesilan, et qu'à les ouïr seulement sonner, il se sentoit qu'ils avoyent esté bien autres gens que Pierre, Guillot et Michel.

33Item, je sçay bon gré à Jacques Amiot d'avoir laissé dans le cours d'un oraison Françoise, les noms Latins tous entiers, sans les bigarrer et changer pour leur donner une cadence Françoise. Cela sembloit un peu rude au commencement, mais dès-jà l'usage, par le credit de son Plutarque, nous en a osté toute l'estrangeté. J'ay souhaité souvent que ceux qui escrivent les histoires en Latin, nous laissassent nos noms tous tels qu'il sont : car, en faisant de Vaudemont, Vallemontanus, et les metamorphosant pour les garber à la Grecque ou à la Romaine, nous ne sçavons où nous en sommes et en perdons la connoissance.

34Pour clorre nostre conte, c'est un vilain usage, et de très-mauvaise consequence en nostre France, d'appeller chacun par le nom de sa terre et Seigneurie, et la chose du monde qui faict plus mesler et mesconnoistre les races. Un cabdet de bonne maison, ayant eu pour son appanage une terre sous le nom de laquelle il a esté connu et honoré, ne peut honnestement l'abandonner ; dix ans après sa mort, la terre s'en va à un estrangier qui en faict de mesmes : devinez où nous sommes de la connoissançe de ces hommes. Il ne faut pas aller querir d'autres exemples que de nostre maison Royale, où autant de partages, autant de surnoms ; cependant l'originel de la tige nous est eschappé.

35/ /Il y a tant de liberté en ces mutations que, de mon temps, je n'ay veu personne, eslevé par la fortune à quelque grandeur extraordinaire, qui on n'ait attaché incontinent des titres genealogiques nouveaux et ignorez à son pere, et qu'on n'ait anté en quelque illustre tige. Et, de bonne fortune, les plus obscures familles sont plus idoynes à falsification. Combien avons nous de gentilshommes en France, qui sont de Royalle race selon leurs comptes ? Plus, ce croys-je, que d'autres. Fut-il pas dict de bonne grace par un de mes amys ? Ils estoyent plusieurs assemblez pour la querelle d'un Seigneur contre un autre, lequel autre avoit à la verité quelque prerogative de titres et d'alliances, eslevées au-dessus de la commune noblesse. Sur le propos de cette prerogative chacun, cherchant à s'esgaler à luy, alleguoit, qui un'origine, qui un'autre, qui la ressemblance du nom, qui des armes, qui une vieille pancarte domestique, et le moindre se trouvoit arriere fils de quelque Roy d'outremer.

36Comme ce fut à disner, cettuy cy, au lieu de prendre sa place, se recula en profondes reverences, suppliant l'assistance de l'excuser de ce que, par temerité, il avoit jusques lors vescu avec eux en compaignon : mais, qu'ayant esté nouvellement informé de leurs vieilles qualitez, il commençoit à les honnorer selon leurs degrez, et qu'il ne luy appartenoit pas de se soir parmy tant de Princes. Après sa farce, il leur dict mille injures : « Contentez vous, de par Dieu, de ce / / / dequoy nos peres se sont contentez, et de ce / / que nous sommes ; nous sommes assez, si nous le sçavons bien maintenir ; ne desadvouons pas la fortune et condition de nos ayeulx, et ostons ces sotes imaginations qui ne peuvent faillir à quiconque a l'impudence de les alleguer. »

37Les armoiries n'ont de seurté non plus que les surnoms. Je porte d'azur semé de trefles d'or, à une pate de Lyon de mesme, armée de gueules, mise en face. Quel privilege a cette figure pour demeurer particulierement en ma maison ? Un gendre la transportera en une autre famille ; quelque chetif acheteur en fera ses premieres armes : il n'est chose où il se rencontre plus de mutation et de confusion.

38/ Mais cette consideration me tire par force à un autre champ. Sondons un peu de près, et, pour Dieu, regardons à quel fondement nous attachons cette gloire et reputation pour laquelle se bouleverse le monde. Où asseons nous cette renommée que nous allons questant avec si grand peine ? C'est en somme Pierre ou Guillaume qui la porte, prend en garde, et à qui elle touche. / / / O la courageuse faculté, que l'esperance qui, en un subjet mortel, et en un moment, va usurpant l'infinité, l'immensité, l'aeternité ; nature nous a là donné un plaisant jouët. / Et ce Pierre ou Guillaume, qu'est-ce, qu'une voix pour tous potages ? ou trois ou quatre traicts de plume, premièrement si aisez à varier, que je demanderois volontiers à qui touche l'honneur de tant de victoires, à Guesquin, à Glesquin ou à Gueaquin ? Il y auroit bien plus d'apparence icy qu'en Lucien, que Σ mit T en procez, car

non levia aut ludiera petuntur
Præmia ;

39il y va de bon : il est question laquelle de ces lettres doit estre payée de tant de sieges, batailles, blessures, prisons et services faits à la couronne de France par ce sien fameux connestable Nicolas Denisot n'a eu soing que des lettres de son nom, et en a changé toute la contexture, pour en bastir le Conte d'Alsinois qu'il a estrené de la gloire de sa poésie et peinture. Et l'Historien Suetone n'a aymé que le sens du sien, et, en ayant privé Lénis, qui estoit le surnom de son pere, a laissé Tranquillus successeur de la reputation de ses escrits. Qui croiroit que le Capitaine Bayard n'eût honneur que celuy qu'il a emprunté des faits de Pierre Terrail ? et qu'Antoine Escalin se laisse voler à sa veuë tant de navigations et charges par mer et par terre au Capitaine Poulin et au Baron de la Garde.

40Secondement, ce sont traicts de plumes communs à mill'hommes. Combien y a-il, en toutes les races, de personnes de mesme nom et surnom ? / / / Et en diverses races, siecles et païs, combien ? L'histoire a cognu trois Socrates, cinq Platons, huict Aristotes, sept Xenophons, vingt Demetrius, vingt Theodores : et devinez combien elle n'en a pas cognu. / Qui empesche mon palefrenier de s'appeller Pompée le grand ? Mais, après tout, quels moyens, quels ressors y a-il qui attachent à mon palefrenier trespassé, ou à cet autre homme qui eut la teste tranchee en Ægypte, et qui joignent à eux cette voix glorifiée et ces traicts de plume ainsin honorez, affin qu'ils s'en adventagent ?

Id cinerem et manes creáis curare sepultos ?

41/ / / Quel ressentiment ont les deux compagnons en principale valeur entre les hommes : Epaminondas, de ce glorieux vers qui court pour luy en nos bouches :

Consiliis nostris laus est attonsa Laconum ?

42et Africanus, de cet autre :

A sole exoriente sutra Maeotis paludes
Nemo est qui factis me æquiparare queat

43Les survivants se chatouillent de la douceur de ces voix, et, par icelles solicitez de jalousie et desir, transmettent inconsidérément par fantasie aux trespassez cettuy leur propre ressentiment, et d'une pipeuse esperance se donnent à croire d'en estre capables à leur tour Dieu le sçait ! / Toutesfois

ad hæc se
Romanus, Graiusque, et Barbarus Induperator
Erexit, causas discriminis atque laboris
Inde habuit, tanto major famae sitis est quam
Virtutis.

Bibliographie

Bibliographie

Michel de Montaigne, Essais, Garnier-Flammarion, Paris, 1969.

François Villon, Le Testament, édition THUASNE, RYCHNER et HENRY, Droz, Genève, 1974.

A. BURGIERE, « Un nom pour soi », dans L'Homme, revue française d'anthroponymie, no 4, oct.-déc. 1980, p. 25-41.

A. COMPAGNON, Nous, Michel de Montaigne, Paris, Le Seuil, 1980.

J.-L. FLANDRIN, Familles. Parenté, maison, sexualité dans l'ancienne société, Paris, Le Seuil, rééd. 1995, coll. « Points ».

Genèse médiévale de l'Anthroponymie moderne-I, sous la direction de M. BOURIN, Université de Tours, 1989, rééd. 1990, 252 pages.

Genèse médiévale de l’Anthroponymie moderne - II-1 - Persistances du nom unique : le cas de la Bretagne, L’anthroponymie des clercs, Études réunies par Monique BOURIN et Pascal CHAREILLE, Université de Tours, 1992, 162 pages.

Genèse médiévale de l'Anthroponymie moderne - II-2 - Persistances du nom unique : Désignation et anthroponymie des femmes, Méthodes statistiques pour l’anthroponymie, Études réunies par Monique BOURIN et Pascal CHAREILLE, Université de Tours, 1992, 330 pages.

Genèse médiévale de l’Anthroponymie moderne - III - Enquêtes généalogiques et données prosopographiques, Études réunies et publiées par Monique BOURIN et Pascal CHAREILLE, Université de Tours, 1995, 239 pages, 26 tableaux généalogiques.

Notes

1 Au XVIe siècle Gloire et Nom sont synonymes et employés l'un pour l'autre.

2 Il faut comprendre ce dernier terme au sens le plus proche de l'étymologie, il s'agit d'avoir un nom qui « courre par la bouche des hommes ».

3 Cf. infra le texte intégral de l'essai « Des Noms ». La présente réflexion s'inspire largement des travaux de Michel Compagnon sur Montaigne (cf. infra bibliographie) et les prolonge seulement dans la perspective du groupe de recherche sur la Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne.

4 Selon les notes de Thuasne, Rychner et Henry sur le vers 1354 du Testament de Villon, Jean signifiait, comme Thibault, « cornard ». Quant à Benoît, il a laissé bénêt.

5 Les rois portant le nom de Charles n'ont pas tous été heureux : que Ton pense à Charles III le simple, mort en 929 dans la tour de Peronne où on lui tendit un piège, à Charles VI le fou, à Charles IX qui venait de laisser faire la Saint-Barthélemy en 1572, année où cet Essai a probablement été écrit.

6 Le « froid rencontre » est un calembour. Cette étymologie de Guyenne se trouve dans les Annales d'Aquitaine de Jean Bouchet bien connues de Montaigne.

7 Un pourcentage non négligeable de la population porte en effet le nom de Guillaume entre le XIIe et le XVIe siècle. Selon Caroline BOURLET entre 9 et 10 % à Paris à la fin du XIIIe siècle, Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tome II-2, Tours, 1992, p. 32. Même chose en Bourgogne dès la fin du XIIe siècle, d'après Patrice BECK, idem, Tome I, Tours, 1989, p. 68-69.

8 Voir Monique BOURIN, « Bilan de l'enquête », dans Genèse médiévale..., Tome I, op. cit., p. 244-245.

9 Nous dirions aujourd'hui « de bonne renommée ».

10 La dimension poétique d'un mot permet, entre autre, de le mieux mémoriser. Nous songeons ici à la fonction première de la poésie grecque, lieu et moyen de transmission du savoir avant que les connaissances ne soient consignées par écrit. Les procédés poétiques étaient alors supposés faciliter le travail de la mémoire.

11 Il ne pouvait prononcer correctement son nom.

12 Le nom de sa famille sans doute maternelle. Cf. Jean-Louis FLANDRIN, Familles. Parenté, maison, sexualité dans l’ancienne société, Paris, Le Seuil, rééd. 1995, coll. « Points », p. 21.

13 Les documents de la pratique, de la fin du Moyen Âge et des Temps Modernes, ne sont pas avares d'exemples de substitution de désignation : nombre de surnoms sont longtemps individuels aux côtés de surnoms collectifs, familiaux et/ou patronymiques (cf. Genèse médiévale...).

14 « prenait en compte ».

15 La pratique est certaine, mais semble-t-il marginale, exclusivement notée parmi les aristocrates qui attribuent non sans une certaine affectation à leurs fils des noms riches de connotations mythologiques tels Dalmacius, Manasses ou Rolandus. Cf., Genèse..., Tome 1, op. cit., p. 73.

16 Les additions de 1588 et 1595 placent ce passage à égale distance du début et de la fin du chapitre.

17 S'agit-il ici de « l'exposé » ou bien du « compte », puisque l'argument vise à clore la série des griefs ?

18 Montaigne confirme ici, et surtout donne un sens à la nette tendance perçue dans les cartulaires : les déterminants toponymiques sont très présents dans la formation des surnoms aristocratiques. Cf. Genèse..., op. cit.

19 Notons cependant que Montaigne lui même, qui prend pour ancêtres les Montaignes à qui les Eyquems avaient racheté leurs terres, participe de ce « vilain usage ». Cf. De La Gloire.

20 Ce terme est encore courant dans la langue juridique et fiscale.

21 Roi de carnaval à la tête de ce que nous nommerions une république bananière...

22 Platon, Cratyle, partie 384D, Hermogène a admis : « que les noms appartiennent naturellement aux choses, et qu'il n'est pas donné à tout le monde d'être un artisan de nom, mais a celui-là seulement qui, les yeux fixés sur le nom naturel de chaque objet est capable d'en imposer la forme aux lettres et aux syllabes ».

23 Ces trois variantes du nom sont chez Jean Bouchet et Froissard. Villon en emploie une autre dans le Testament (v 381) : « Ou est clacquin le bon Breton... ? ».

24 Lenis, en latin signifie « calme, modéré ».

25 tranquillus, a, um, signifie « calme, paisible, tranquille », en particulier lorsqu'il est question de la mer. Le Gaffiot signale tranquillus comme surnom couramment employé.

26 Terrail est le nom de Bayard.

27 Ces trois noms désignent le même personnage, lieutenant général des galères. R. Escalin (il signait ainsi), baron de la Garde, dit le capitaine Poulin ou Polin se distingua sous François premier et ses successeurs. Il est connu par Brantôme (Vie des grands capitaines français, IV).

28 Voir la contribution de Jean-Yves TILLIETTE dans ce même volume.

Auteur

Université de Tours

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search