Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

L'état civil des notaires du Gévaudan à la fin du Moyen Âge : choix des parrains, choix des noms

Philippe Maurice

Texte intégral

  • 1 Ph. MAURICE, La famille en Gévaudan au XVe siècle, d'après les sources notariales (1380-1483), thè (...)
  • 2 Un seul livre de raison est conservé aux Archives départementales de la Lozère, pour le Moyen Âge. (...)
  • 3 Le rôle de chronique familiale des livres de raison est bien démontré par Jean TRICARD dans son ar (...)

1Lors de nos récentes recherches sur la famille en Gévaudan1, nous avons constaté que les Gabalitains tenaient fréquemment des livres de raison. Toutefois peu de ces derniers nous sont parvenus et leur existence se manifeste surtout dans les inventaires de biens après décès ou lors de rappels de créances2. En compensation de la pénurie des archives de ce type, nous avons eu la surprise de découvrir des documents qui assument une partie du rôle joué par les livres de raison : celui du maintien de la tradition familiale et de la perpétuation du souvenir des membres de la maison3.

  • 4 Barre-des-Cévennes, chef-lieu de canton du département de la Lozère. Vébron, dans le canton de Flo (...)

2Deux notaires sur les trente et un dont nous avons exploré les papiers rédigèrent en tête d'un de leurs registres professionnels ce qu'il est permis de désigner sous le nom de « cahier de raison », voire de « feuillets de raison », par allusion aux plus classiques « livres de raison ». Le premier notaire, Jehan Julien, exerça à Mende de 1456 à 1481, avec licences apostolique et épiscopale, le second, Jehan Martin junior, travailla à Vébron, de 1440 à 1519, sous les autorités royale, apostolique et seigneuriale de Barre4.

  • 5 Le registre de Jehan Julien est conservé aux Archives départementales de la Lozère sous la cote G. (...)
  • 6 Jehan Martin mourut certainement vers 1521, époque à laquelle son fils Guarin intervenait seul.

3Le texte de Jehan Julien rapporte des événements survenus de 1458 à 1472, celui de Jehan Martin des faits advenus de 1469 à 1494 et quelques autres de 1517 à 15195. Les deux hommes furent contemporains, même si Jehan Martin vécut plus longtemps6 et commença à écrire à l'époque ou Jehan Julien cessa de le faire.

  • 7 ADL (Archives départementales de la Lozère) 3E.2006-2009.
  • 8 À l'époque, les habitants des localités qui n'élisaient pas de syndics, ou de consuls, instituaien (...)
  • 9 Au début du XVe siècle, il existait un autre Jehan Julien, également notaire, mais ce dernier n'eu (...)
  • 10 Born, dans le canton de Mende.

4En apparence, les deux hommes appartenaient au même milieu. Dans les faits, une nuance s'imposait. Jehan Martin junior était le fils d'un autre notaire, et il fut précédé par une longue dynastie de tabellions puisque nous connaissons Jehan Martin de 1354 à 1398, Étienne en 1369 et « R » en 1337-13477. Les Martin occupaient donc une place prépondérante au sein de la bourgeoisie de Vébron et le père, Jehan Martin senior, fut même choisi comme procureur par la Communauté des habitants de cette ville en 14728. Au contraire, Jehan Julien était d'origine bien plus modeste9. Son patronyme était assez répandu en Gévaudan et nous le recensons dans quatorze localités différentes, mais nous ne serions pas surpris que Jehan soit né à Combe, dans la paroisse du Bom, au nord-est de Mende10, où une famille portant ce nom fut assez prolifique au début du XVe siècle. En effet, ce fut là que Jehan Julien se réfugia, dans un premier temps, lors de la peste de 1460, avant de se replier chez les parents de son épouse.

5Le document laissé par Jehan Julien recouvre un feuillet, recto-verso, et se compose de neuf alinéas : le premier concerne la réception de son fils bâtard, le second la naissance de son premier fils légitime, le troisième l'épidémie de peste de 1460-1461, le quatrième la mort de Charles VII, et les cinq derniers la venue au monde de ses cinq autres enfants. Jehan Martin fut plus prolixe et son écriture s'étale sur cinq pages regroupant dix-sept articles. Ce notaire plaça chacun de ses paragraphes sous une pieuse invocation, comme « Laus Deo omnipotenti ». Il n'évoqua jamais les événements de son époque, la mort des rois ou les épidémies, mais il enregistra ses deux mariages et détailla la dot octroyée à sa première femme. Il précisa les quartiers de lune et usa d'un langage plus imagé que celui de Jehan Julien. Les deux notaires ajoutèrent les dates de décès de leurs enfants.

  • 11 Seul l'article XVI de Jehan Martin recourt au présent.
  • 12 Mais nous admettons que cela ne présente rien d'exceptionnel. En fait, un changement d'écriture au (...)

6Se présente alors une première question de forme : comment ces chroniques furent-elles tenues dans le temps ? Les verbes sont conjugués au passé11, ce qui implique une écriture postérieure aux événements. Toutefois, Jehan Julien rédigea son premier compte-rendu en 1458, deux ans après l'ouverture de son protocole, et il le poursuivit jusqu'en 1472 alors que son dit manuel s'interrompt en 1461. Il est donc vraisemblable qu'il ait consigné les détails de sa vie, progressivement, alors que ceux-ci s'étaient déroulés, avec un léger décalage entre le temps de l'action et celui de l'écriture, ce qui expliquerait l'usage du « perfectum » latin. Nous sommes cependant étonné de constater une absence totale d'évolution de la calligraphie de Julien sur une durée de quinze ans12, mais les mentions dans les marges des décès de trois enfants attestent une rédaction postérieure à celle du texte principal.

7Les pages de Jehan Martin prouvent mieux l'étalement de l'enregistrement de ses notes dans le temps car les indications concernant les décès sont ostensiblement inscrites en surcharge du texte initial. Le notaire se voit parfois carrément contraint d'écrire sur les mots préexistants, rendant occasionnellement la lecture délicate. En revanche, assez curieusement, l'article X, daté de 1488, figure juste après le IX, de 1485, et avant le XI de 1487. Nous pourrions alors penser que Jehan Martin écrivit sa chronique familiale à une date plus tardive et non « au gré des événements ». Mais il est éventuellement admissible que Martin ait simplement omis de mentionner la naissance de Louise en 1487, et cela d'autant plus que cette dernière décéda dans le mois, après quoi, en 1488, à l'occasion de la naissance de son fils, Jacques, il se remémora la triste disparition de sa fille et se résigna à enregistrer le drame de Tannée précédente ! De toute manière, nous sommes certain que les mentions de décès furent pour la plupart ajoutées après celles des naissances, soit parce qu'elles apparaissent en surcharge, comme dans les articles III et VI, soit parce que la « main » a évolué et présente une écriture différente, comme dans les articles V et VII ; en outre, le style littéraire ou la calligraphie diffèrent réellement entre les alinéas I, V, IX, X, XIV et XVI.

8Une seconde interrogation, touchant à la forme, surgit : pourquoi ces notaires utilisèrent-ils leurs registres officiels afin de parler de leurs familles ? L'interrogation, aussi banale soit-elle, motive une réflexion attentive et suscite une réponse intéressante. À l'époque, les ecclésiastiques du Gévaudan ne rédigeaient pas encore de registres de catholicité, pas même des feuillets sur lesquels ils auraient enregistré les baptêmes ou les mariages. En effet, nous ne rencontrons jamais la moindre trace de l'existence de telles pièces dans les nombreux inventaires de biens d'ecclésiastiques ou de cures. Dès lors, l'état-civil individuel demeurait incertain et nul ne s'avérait réellement capable de prouver sa filiation. En tenant des livres de raison, les familles conservaient le souvenir des principaux événements familiaux, mais les informations griffonnées n'offraient aucune valeur probante sur le plan juridique. En revanche, en enregistrant ainsi les naissances, les mariages et les décès de leurs proches, Jehan Julien et Jehan Martin conféraient une valeur quasi juridique à leurs notes.

  • 13 Les notaires enregistraient d'abord leurs actes sur des feuilles volantes désignées sous le nom de (...)
  • 14 L'enregistrement proprement dit des actes commença bien plus loin, après la table analytique qui s (...)

9Le registre G.1416 correspond au premier protocole de Jehan Julien13 qui commença le premier feuillet par une invocation à la Vierge Marie, « Adsit principio Virgo Maria... », et précisa qu'il s'agissait de son premier manuel d'instruments reçus au titre de l'autorité épiscopale ; après quoi, il apposa son seing manuel, garant de sa capacité et de la valeur de ses actes, puis il tint sa chronique familiale. Quelle meilleure preuve de la volonté manifestée par Jehan pourrions-nous espérer ? Pour sa famille, Jehan fit œuvre d'officier d'état-civil à une époque où cette fonction n'existait pas. Il se réfugia derrière la puissance de son seing notarial qui gageait de sa probité. Jehan Martin usa d'un extensoire et son seing manuel figure à l'intérieur de la couverture en parchemin. Ensuite, il consigna quelques notes sur les trois premiers feuillets non numérotés et débuta sa chronique personnelle sur la quatrième feuille14.

  • 15 Il serait sans doute intéressant de chercher si d'autres notaires usèrent de ce stratagème. La dis (...)

10Nous connaissons le pragmatisme des notaires du Moyen Âge qui interprétaient le droit écrit et se jouaient de lui afin de s'adapter à la réalité quotidienne. En dehors de tout formulaire juridique, Jehan Julien et Jehan Martin apprirent à transcrire dans leurs minutiers des informations que les bourgeois inscrivaient dans leurs livres de raison. De plus, tous deux recoururent au latin, langue notariale par excellence dans le midi en cette fin de XVe siècle, et négligèrent le dialecte vernaculaire utilisé dans les livres de raison. En agissant ainsi, l'un et l'autre donnèrent valeur d'actes notariés à ce qui n'était ni un contrat, ni un pacte, ni un engagement, mais constituait tout simplement un « épisode de la vie quotidienne ». Qui aurait ultérieurement osé contester l'authenticité des faits ainsi consignés15 ?

  • 16 Mais il s'agit alors de notes isolées, non de chroniques.
  • 17 Dans ce cas, le terme annate désigne la commémoration annuelle de la mémoire d'un défunt.

11D'ailleurs, ces deux hommes récidivèrent16. Dans la même cote 3E.2044, sur l'une des pages qui précèdent la vie de son ménage, Jehan Martin consigna le décès de Jehan Rayraud, fils de feu Jacques, survenu le 11 février 1476. Ce Jehan était le père d'un autre Jehan Rayraud dont l'épouse fut la marraine d'une fille du récipiendaire. Pour sa part, Julien nota, dans son protocole G.1417, le trépas de son oncle, dom Étienne de Mirmont, et il précisa que sa propre femme se chargea de l'annate du défunt17.

  • 18 La désignation des clercs a été étudiée dans le Tome II-1 de la Genèse médiévale de l'anthroponymi (...)
  • 19 70 % des femmes dont nous avons recueilli les testaments.
  • 20 Ce sujet a été abordé, pour une période légèrement antérieure, dans le tome II-2 de la Genèse médi (...)
  • 21 10,39 % de ces femmes ont pour patronyme le nom de leur mari, les 89,61 % restant portant celui de (...)

12Le Gévaudan apparaissant pour la première fois dans les rencontres d'Azay-le-Ferron, il nous semble nécessaire de préciser que l'anthroponymie de ce pays se situe dans la norme puisque le système à deux noms y est présent dès le XIe siècle, avec toutefois la persistance du nom unique pour certains ecclésiastiques18. Aux XIVe et XVe siècles, l'anthroponymie, bien ancrée dans cette coutume d'une dénomination double, voit occasionnellement se développer l'usage d'un cognonem ajouté après le nomen proprium et le patronyme. Toutefois, dans ce cadre, la majorité des femmes19 est généralement désignée d'une façon particulière, comme « femme de » ou « veuve de »20, voire « fille de... », et seuls 16,45 % d'entre elles alignent un nom personnel suivi d'un patronyme21.

  • 22 Ceci ne signifie pas que Jehan Martin renonça à son patronyme pour désigner ses enfants puisque, d (...)
  • 23 La famille en Gévaudan..., p. 630.
  • 24 Dans notre thèse, nous avons découvert et mis à jour le processus de donation et de réception de l (...)

13Dans chacun de ces deux documents extraits du minutier lozérien, nous observons le recours à un langage différent. En effet, Jehan Julien cita presque tous ses enfants en indiquant leurs prénoms et leur patronyme alors que Jehan Martin se contenta de stipuler qu'à tel enfant « fut imposé le nom de... », après quoi il indiqua le nomen proprium de l'enfant22. Dans l'esprit du second, le patronyme était logiquement le sien et il n'éprouva pas le besoin de le préciser. En fait, dans les actes notariés, l'identité des enfants était communément affichée en référence au père : « untel, fils de... », ou « fille de... »23, et c'est la démarche de Jehan Julien qui pourrait nous surprendre. Pourquoi ce dernier ressentit-il la nécessité d'écrire son patronyme derrière le prénom de ses descendants ? Peut-être désira-t-il ainsi marquer une différence entre ses garçons légitimes et son « donat », Étienne24.

  • 25 Tout au plus Jehan Julien déclina-t-il différemment le patronyme en fonction du sexe, comme tous s (...)
  • 26 Il est vrai que Jehan Julien désigna sa seconde fille par le seul prénom d'Hélix, contrairement à (...)
  • 27 Comme celui de Jehan de La Mare junior.

14Une évidence s'affirme, quelles que soient les nuances distinguant nos deux notaires, aucun d'eux n'établit d'opposition entre les garçons et les filles25. L'anthroponymie à deux noms fut utilisée pour désigner les Julien26, et Jehan Martin ne chercha pas à différencier ses mâles des filles. À la naissance, nous ne relevons donc pas la scission existant entre les hommes et les femmes, alors que cette distinction en fonction des sexes se manifesta avec les parrains identifiés par leurs nom propre et nom générique, accompagnés de leurs titres et occasionnellement d'un surnom27, pendant que les marraines n'arboraient que leur nom propre, puis étaient qualifiées de mère ou de sœur de Jehan Martin, voire de « femme de... » ou de « fille de... » pour les autres.

  • 28 Anthonie de Pojols, Anthonie de Peyredier et Françoise Chapelle.
  • 29 Encore le patronyme d'Yzabelle Brunei fut-il ajouté en surcharge, ce indique que Jehan Julien comm (...)
  • 30 Dans notre thèse, nous avons conclu que le mode de dénomination découlait principalement de l'atti (...)
  • 31 Puisque Jehan Julien nia être le père d'Étienne, le baptême n'eut certainement pas lieu en sa prés (...)

15Les femmes issues de la noblesse échappèrent à ce système28 car Jehan Martin désira certainement rappeler la notabilité de ses commères. Il convient aussi de remarquer que l'épouse de Jehan Julien et la seconde femme de Jehan Martin furent désignées par leurs patronymes respectifs : Brunei et Chambon. Dans les deux cas, les notaires acceptèrent le rattachement patronymique de leurs femmes à leurs lignages d'origine tout en négligeant leurs filiations. Depuis longtemps, Jehanne Chambon s'était affranchie de la tutelle paternelle puisqu'elle était deux fois veuve et Jehan Martin marqua une hésitation puisqu'il commença à nommer sa femme « Pauleta », du nom d'un précédent mari, avant d'en venir à « Chambona » après avoir raturé la première indication. En fait, au moment de leurs mariages, l'un et l'autre furent contraints d'identifier clairement leurs conjointes. Ils ne purent les désigner par un unique nomen proprium, sans indication de lignage, ni les affubler de leurs propres patronymes, « Julien » ou « Martin », qui n'auraient apporté aucun éclaircissement sur leur passé29. Ils recoururent donc au patronyme de chacune. En fait, les rédacteurs conservaient une très grande liberté pour se déterminer, selon le contexte et la situation auxquels ils étaient confrontés, et c'est là une conclusion face à la question féminine30. L'article premier de Jehan Julien en apporte une preuve flagrante. Lorsqu'il évoqua la marraine de son bâtard, Étienne, né d'Yzabelle, femme Salaville, dont le prénom demeurait inconnu, Jehan indiqua qu'il s'agissait de « Rampolha, relicta Petri Rampolh ». En conséquence, ignorant le nomen proprium et le patronyme de celle que nous savons être Catherine Artald, Jehan Julien utilisa le patronyme du défunt époux sous une forme féminine et rappela que cette femme était la veuve de Pierre Rampolh31.

  • 32 Si nous exceptons ceux à caractère démographique, loin de la préoccupation de cet article.
  • 33 Comme ce fut antérieurement le cas dans certaines familles nobles.
  • 34 La famille en Gévaudan..., p. 653-654.
  • 35 Cette proportion a été calculée d'après le nombre de filleuls et de parrains relevés dans les test (...)

16Les principaux enseignements puisés à ces sources32 concernent le choix du prénom et l'institution du lien spirituel du parrainage. Les actes parlent d'eux-mêmes et nous constatons que les prénoms furent majoritairement dévolus par l'intermédiaire du parrain pour les garçons et de la marraine pour les filles puisque les six enfants de Jehan Julien et onze des treize de Jehan Martin relevèrent le prénom de celui ou de celle qui les tinrent sur les fonts baptismaux. En fait, en Gévaudan, à la fin du Moyen Âge, la dévolution du prénom n'indiquait plus une place dans l'ordre successoral33, mais la volonté qu'un individu exprimait de transmettre le sien à un enfant34, généralement à un filleul puisque plus des quatre cinquièmes des nouveau-nés reçurent celui du parrain35.

17Si la coutume de la transmissibilité par les parrains est explicite, nous remarquons également que le choix revient à plusieurs reprises à ces derniers. Dans les alinéas V et VI de la chronique familiale des Martin, le texte précise clairement que dom Pierre de Cumba et noble Anthonie de Peyredier, d'une part, et maître Anthoine Malafosse et Hélix Martin, d'autre part, imposèrent personnellement les prénoms de leurs filleuls. Dans les autres occurrences, l'identité des décideurs demeure indéfinie et rien n'exclut une décision parentale mais rien n'autorise non plus à l'avancer.

  • 36 La famille en Gévaudan..., p. 653.
  • 37 Les généalogistes, ou les anciens encore en vie, peuvent témoigner qu'à la fin du XIXe siècle, les (...)
  • 38 Seul le choix de Jehan Monbel est susceptible de relever d'une autre motivation (la notoriété de c (...)

18Au XVe siècle, la transmission du prénom de l'aïeul au père puis au fils relevait de l'exception, même si nous en avons découvert plusieurs exemples36. C'est logique à partir du moment ou la dévolution passait par le parrain mais, d'une façon détournée, le père et la mère conservaient toujours une influence en ce domaine puisque l'élection des parents spirituels leur incombait. L'exemple des deux notaires gabalitains montre comment assurer la perpétuation du prénom paternel : ces praticiens appelèrent des parrains homonymes. En 1472, Jehan Martin demanda à son beau-père, Jehan Dumond, de parrainer son premier-né, Jehan37. Le malheur voulut que l'enfant mourut peu après. Dix ans plus tard, un autre fils fut confié à la garde spirituelle de Jehan Monbel, ce qui permit une nouvelle tradition dudit prénom. En 1458, Jehan Julien procéda pareillement et requit Jehan Romieu de tenir son aîné sur les fonts baptismaux. Certes, le hasard intervient parfois dans la vie et l'homme risque de déceler en lui — à tort — l'expression d'une volonté prédéterminée, mais ces nominations de parrains portant le même prénom que le père nous paraissent mûrement réfléchies38.

  • 39 Nous pensons que le choix du parrain s'opérait occasionnellement en fonction du désir d'imposer un (...)
  • 40 La famille en Gévaudan..., p. 1097,1126.

19Le choix des parrains suivait donc une stratégie spécifique et mettait en jeu la détermination du prénom et l'entretien d'un réseau d'affinité et de parenté39. En ce domaine, nous noterons deux comportements légèrement différents entre les deux notaires. Tout d'abord, Jehan Julien, dont nous ne connaissons pas la famille, prit les parrains et marraines de ses enfants dans ses relations publiques. Il appela le neveu de son ancien maître, Guillaume Malros, et son ancien clerc, Vital Cortusson, devenu notaire. Il désigna aussi des prêtres, honorablement connus dans la cité de Mende, comme les prieurs Jacques Borriac et Pierre Catrebars. Mais son oncle, dom Étienne de Mirmont, conduisit tout de même son second fils dans le baptistère. En outre, nous savons que sa femme était une fille Brunei, originaire de Blanquet (Grèzes). Or, ces Brunei contractèrent une union avec les Vayssota, de Mende, et les Vayssota s'allièrent eux-mêmes avec les Brun. Parmi ces derniers, Jehan Brun, boucher de Mende, dont la soeur épousa Guillaume Vayssota en 1462, était le beau-frère d'Hélix Brolhet, femme de Pierre Balmas, parrain d'Hélix Julien en 1472, et le père d'Yzabelle Brun, femme de Louis du Leage dont la mère fut la marraine de Jacques Julien en 146440. Toutefois, les unions Balmas et Leage semblent postérieures aux liens spirituels forgés par Jehan Julien ; il ne faudrait donc pas détecter là une préférence familiale. Peut-être est-ce même plutôt la parenté fictive qui aurait ultérieurement facilité l'établissement de ces alliances matrimoniales.

  • 41 De tels choix constituent l'exemple type de l'influence exercée par les liens féodaux sur l'anthro (...)

20Au contraire, Jehan Martin impliqua beaucoup plus fréquemment sa famille, agnatique et cognatique, puisqu'il désigna son beau-père et ses beaux-frères, Jehan, Pierre et Guarin Dumond, ainsi que sa mère et ses sœurs. Nous relevons donc la dissemblance entre le personnage bien enraciné dans sa ville, entouré de son lignage et de celui de son épouse, et le modeste officier arrivé de la campagne, coupé des siens et isolé dans une grande cité en laquelle il tissa un nouveau réseau de relations avec ses voisins et quelques personnalités locales, de condition honorable mais peu élevée. Pour sa part, Jehan Martin sollicita encore le parrainage de deux des plus grands seigneurs du pays, les seigneurs de Gabriac et de Barre41, et celui du juge de la Cour temporelle de Mende, fils du juge de la Cour commune et, lui-même, bientôt juge de ladite Cour. D'autres notables acceptèrent encore de se lier ainsi avec le notaire de Vébron, des nobles cévenols ou mendois, des notaires et des ecclésiastiques.

  • 42 Lors de notre travail de doctorat, nous n'avions procédé qu'à un relevé superficiel de ces actes, (...)

21L'exemple de la famille Martin nous inspire un dernier enseignement concernant l'éventuelle influence sur l'anthroponymie de la consécration d'un enfant à un saint42. En effet, nous nous demandions si le placement d'un enfant sous la protection d'un saint patron impliquait l'attribution du nom individuel du second au premier ? Or Jehan Martin voua ses enfants Guillaume, Jehan, Étienne, Jacques, Guarin, Pierre et autre Pierre à saint Anthoine confesseur sans leur allouer ce prénom. Pourquoi ? Nous serait-il répondu que Jehan Martin avait déjà un fils Anthoine et une fille Anthonie que nous rétorquerions que ces deux enfants ne furent précisément pas confiés à la garde de saint Anthoine ! En outre, Jehan Martin fut le père de deux Jehan et de deux Pierre. Il eut donc pu avoir deux Anthoine. En conséquence, l'influence du patronage des saints ne se dessine aucunement. Saint Anthoine fut prié d'assurer la sauvegarde de plusieurs enfants de Jehan Martin, mais pas celle du garçon et de la fille qui portèrent son prénom !

22La principale conclusion, concernant le mode de désignation, qu'inspirent ces textes concerne la liberté dont jouissaient les scribes pour identifier les femmes et les enfants des deux sexes. La seule exigence portait sur le prénom, lorsqu'il était connu, après quoi le notaire complétait en fonction du système qui lui paraissait le plus approprié à la situation. Ce sont donc les transcriptions et traductions commentées des quatre feuillets de Jehan Julien et Jehan Martin que nous présentons, presque en intégralité.

1er texte : Jehan JULIEN, notaire épiscopal de Mende43

  • 43 Sont placés entre crochets les coupures, les mots ajoutés et les numéros fixés, par nous, pour ide (...)

[I]- « Nota prime quod Stephanus, quem michi (sic) dedit uxor cuiusdam appositum, natus fuit XXVIII, mensis januarii, anno domini M IIIIc LVII°. Fuit eius patrinus Stephanus Torrentis, notarius, et matrina Rampolha, relicta Petri Rampolh condam, de Mimata.

  • 44 En mention marginale : « Brunelli, de Blanquetis, parochie Gredone ».

[II]- Item, habui in uxore (rature sur « quamdam nuncupatam ») Ysabelle44 (deux mots illisibles) Johannem Juliani, primogenitum legiotimum (sic) meum qui natus fuit die XII mensis februarii, anno M IIIIc LIX, ab incarnationis computando, quod erat martis, circa crepusculum diey (sic) sive auroram. Fuerunt eius patrinus et matrina Johannes Romey, sonalherius de Mimata, filius alterius Johannis, et Margarita, uxor Petri Malelli, tavernerii de Mimata.

  • 45 Mention de la grande épidémie de peste qui sévit à Mende du mois de juin 1460 jusqu'au mois d'août (...)

[III]- Item [,..45].

  • 46 Mention de la mort du roi Charles survenue en juillet 1461. Le notaire, qui recommande que l'âme d (...)

[IV]- Item [,..46].

[V]- (déchirure) domini M IIII LXIIdo (« natus » est raturé) et die octava (déchirure) hora undecima post meridiem — videlicet (déchirure) noctem — quod erat lune, natus fuit michi Stephanus Juliani, secundo loco ex dicta Yzabelle, uxore mea, natus. Eius patrinus dominus Stephanus de Mirmont, prior Sancte Trinitatis, et matrina uxor magistri Stephani Torrentis.

  • 47 Mention marginale : « obit, condolenti(s) refferendo, in etate quatuor annorum qui pulcherimus et (...)

[VI]- Item, anno domini M IIIIc LXIIIIto et die XXIII mensis maii, hore prime diey ipsius quod erat mercuri post festum (un mot illisible) domini, fuit michi natus Jacobus Juliani, tercio loco ex dicta Yzabelle, uxore mea. Eius patrinus dominus Jacobus Borriacii, prior Beate Marie de Stabulis Ripe Olti, et matrina uxor Johannis du Leage, de Mimata47.

  • 48 Mention marginale : « obit etate biennali ».

[VII]- Item, anno domini M° IIIIc LXVII et die sabati quod intilutati fuit IIIIta mensis julii, hora prime diey ipsius, fuit michi nata Florencia Juliane, quarto loco ex dicta Yzabelle, uxore mea, nata. Eius patrinus Guilhelmus Maliruffi, clericus, nepos domini mei, metuendi et circumspecti viri domini Guilhelmi Maliruffi, in legibus licentiati, in decretis baccalarii, officiali Mimatensis, et honesta mulier Florencia, uxor magistri Johannis Tropelli, notarii de Mimata, eius matrina extiterunt48.

[VIII]- Item, anno M IIIIc LXIX°, die IIda mensis februarii, quod erat die Purifficationis Beate Marie Virginis, hora undecima post meridiem de nocte, natus michi extitit Petrus Juliani quinto loco ex dicta Yzabelle, uxore mea. Eius patrinus honorabilis vir dominus Petrus Catrobaris, presbyter, prior Omnis Sanctorum Mimatensis, et matrina uxor Jacobi Cavallerii, mercatoris de Mimata, extiterunt.

  • 49 Mention marginale : « obit in etate biennali ».

[IX]- Item, anno M° IIIIc LXXII, XXIII decembris, circa horam decimam ante mediam noctem, nata fuit michi ex dicto matrimonio, Hélixd, sexto loco. Eius patrinus magister Vitalis Cortussonis, notarius, olim clericus meus, et matrina, Hélixd, uxor Petri Balme, textoris, vicini mei »49.

2e texte : Jehan MARTIN, notaire apostolique de Vébron

« Sit Nomine domini benedictum

[I] - Anno de Nativitate domini M° IIIIc LXIX et die XII mensis octobris fuit (rature sur « copulatis ») celebratum matrimonium in facie sancte matris Ecclesie inter me, Johannem Martini juniorem, notarium, filium magistri Johannis Martini, notarii, habitatores loci et parochie Beati Petri de Vebronis, Mimatensis diocesis, ex una, et Arnaldam, filiam Johannis de Mundo, mercatoris Mimati, ex altera, cui fuit constita de dote IIc scuta auri, IIIIor vesta nubtialia (rature sur : « unam parmi »), duas panni Francie et alias duas parmi (vide), unum quintale plome sive VI scuta auri pro lecto dotali. Solbitur die nubtiarum vesta et lectum et quinquaginta scuta auri, residuum armo quolibet IlIIor scuta auri, constata per magistrum Franciscum Cayrelli, notarium regalem de Mimata.

  • 50 Cette mention fut ajoutée par la suite, en surcharge du texte principal.

De inde anno domini M° Vc XVII et die jovis intitulata XXIX octobris, obiuit dicta Arnalda fere post assumptionem sacramenti eucaristie et valide, honorabili, felici, tamquam vero honesta et devota mulier et in lecto suo cuius [ !], amen, requiescat in paradiso50.

  • 51 Dans la marge, devant chaque article, est inscrite la mention « filius » ou « filia » selon le sex (...)

Laus Deo omnipotenti51

[II] - Item, anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXIIdo et die (rature sur « mensis XII mensis januarii ») dominica XII mensis januarii, circa horam prime, vel circa, peperit (sic) dicta Amalda, uxor mea predicta, puerum masculum qui in fontibus sacris babtisatus fuit in eisdem tentus per dictum Johannem de Mundo et Beatricem, matrem meis, dicti Johannis Martini avum et avam suos. Qui, per inde, circa medium cadragesime decessit. Nuncupabatur dictus puer Johannes.

Laus tibi domine, Rex eteme secularie

  • 52 Mention plus tardive, inscrite en surcharge du texte principal.

[III] - Item, anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXIIIIto et die dominica IX mensis januarii, circa hora VIIInam post meridiem nocturna, peperit (sic) dicta Arnalda, uxor mea, alium filium masculum qui fuit babtisatus et in sacris fontibus tentus per nobilem et potentem virum dominum Raymundum de Grabiaco, militem, dominum de Grabiaco, et nobilem (ratures sur « Ysabelle de » et sur « Anthonia ») Anthoniam de Poiolio, dominam de Pogolio, et ei impositum nomine Raymundus.
Anno Nativitate domini M° Vc (rature) XVII et dominica die VIII februarii obiuit supradictus Raymundus, filius meus, in domo mea barri de « Mulolongis ». Et in crastinam feci portare eius funus Vebrono, et sepeliri in tumulum domini genitoris, mei magistri Johannis Martini, se efferre fuerat (deux mots illisibles) eius omnia. In pace requescat52.

Gratias ago tibi, omnipotens Deus, pro universis benefficiis tuis

[IV] - Item, anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXVIto et die sabbato ultima mensis (rature sur : « decembrum ante ») novembris qua celebrabatur festum beati Andree appostoli, (sic) ante die, per duas vel tres horas, peperit dicta Arnalda, uxor mea, alium filium masculum qui fuit babtisatus et in sacris fontibus tentus per discretum virum magistrum Anthonium Cappellani, notarium de Floriaco, et honestam filliam Margaritam, filliam Guilhelmi Alcayssi condam, de Quesaco, et ei impositum nomem Anthonius.

Benedictamus domine
Deo gratias, alleluia

  • 53 Mention apparemment ajoutée par la suite.

[V] - Quod anno domini M° IIIIc LXXIX et die dominica XXIII maii, hora tertiarum post missam parochialem, peperit dicta uxor mea quamdam filiam (rature sur : « et in sacris fontibus ») quam in sacris fontibus ad babtizandam tenuerunt venerabilis vir dominus Petrus de Cumba, presbyter, prior Sancti Ylarii de Vite, in utroque juribus baccalarius et in artibus magister, et nobilis ac honesta mulier Anthonia de Peyrederio, uxor Johannis Atgerii, filii Rollandi, de Nivoleriis, et per eosdem patrinos fuit et impositum nomem (rature sur « Anthonia ») Anthonia.
Quae ex Inde post pauces (sic) dies obiuit53.

Sit nomine domini nostri Jhesu Christi benedictum

  • 54 Mention plus tardive, en surcharge du texte principal.

[VI] - Quod anno domini M° IIIIc LXXX et die XXVI mensis septembris, hora meridiey, peperit supradicta Arnalda, uxor mea, quemdam filium quem in sacris fontibus, ad babtizandum, tenuerunt discretus vir magister Anthonius de Malafossa, notarius de Floriaco, et Helipd, soror mea, qui eidem imposuerint nomem istud Guilhelmus ; quem in confratria Beatissimi Anthoni posui, cum tribus denariis annuis singulis quantam vitam ducet (cuius ?) in humanis, cuius protectioni ipsi recommendo in domino, in tertio cartono lune.
Anno domini M° Vc XVII et die XXII aprilis, obiuit filius, post (certus genus) Vebroni, in domo mea, et efferebatur. Valens (un mot illisible) multi de eorum morte fuerunt dolentes cuius quanta in pace requiescat54.

Benedicta sit Sancta Trinitas unicus Deus

[VII] - Quod anno domini M° IIIIc LXXXIII et die veneris penultima mensis maii, circa horam tertiarum, peperit dicta Arnalda, uxor mea, alium filium (rature sur : « quem ») qui in sacris fontibus ecclesie parochialis de Vebronis fuit babtisatus quem tenuit dominus franciscus Martini, presbyter, frater meus, nomine viri venerabilis domini Johannis Monbelli, filii domini Guilhelmi Monbelli, de Mimata, una cum Catherina, filia domini de Poiolio et ei nomem impositum Johannes ; quem posui in confratria et commanda beatissimi Anthoni confessoris, cum tribus denariis annis singulis quantam vitam ducet in humanis. Et natus est in luna veteri per VI dies (un mot illisible) et alios recommendo toti curie civium superiorum.

  • 55 Mention apparemment plus tardive.

De inde post pauces (sic) dies decessit55.

Laus Deo omnipotenti

[VIII] - Quod anno domini M° IIIIc LXXXIIII, die XXIIIII maii, circa meridiem, peperit dicta Arnalda, uxor mea, unam filiam que in sacris fontibus levandam per dominum genitorem meum nomine domini (rature sur : « Fred ») Raymundi Fredaldi, de Marologio, cum Margarita, uxor Johannis Rayraudi, fabri de Vebronis, et ei impositum nomem Margarita. Nata fuit in luna juveni.

Gloria in exelsis Deo, et in terra pax homnibus

  • 56 Note marginale signalant qu'il faut se reporter à l'article XI qui doit être avant le X.

[IX] - Quod anno domini M° IIIIc LXXX quinto et die XXIX mensis novembris, ante diem et circa primum cantum gallis, peperit dicta Arnalda, uxor mea, unum filium qui in sacris fontibus babtisatus fuit per dominum Jacobum Rayraudi, presbyterum et curatum de Vebronis, et tentus in sacris fontibus per Stephanum Velayti, filium Laurencii Velayti, mercatoris de Barre, cum Anna, sorore (rature sur : « mea ») mea et impositum fuit sibi nomem Stephanus. Natus erat luna in ultimo cartono et usque ad finem currere habebat per VIII dies quem in confratri beatissimi Anthoni posui, cum tribus denariis annis singulis quantam vitam ducet in humanis, cuius protectioni ipsi in domino.
#56.

Gratias ago tibi, omnipotens Deus

[X] - Quod anno de Nativitate domini M° IIIIc (rature sur : « LXXXVII in mense februarii ») LXXXVIIImo et die sabbati, nona mensis augusti, circa meridiem, peperit dictam Arnalda, uxor mea, unum filium qui in sacris fontibus babtizatus fuit per dominum Stephanum Falvelli, alias Picardi, presbyterum, loco domini Jacobi Rayraudi, curati de Vebronis, et tentus in sacris fontibus per nobilem virum Anthonium de Fargia, de Burzeto, Vivariensis diocesis, bauilum de Barre, cum Jacobo Baudrerii, commissario Petri Dineti, receptoris tailliarum regalium in patriam Gabalitani, et impositum fuit ei nomem Jacobus. Erat in luna juveni intur per IIII dies tantum. Quem in confratria beatissimi Anthoni posui, cum tribus denariis annis singulis quantam vivam ducet, in cuius protectioni ipse recommendo. Deinde eadem anno decessit penultima decembris. In paradisi gloria requiet cum angelis, amen.

Deo patri sit gloria

  • 57 Note marginale rappelant que cet article doit prendre place après le IX.

[XI] - #57. Quod anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXXVII, in mense februari, peperit unam filiam dicta uxor mea que in sacris fontibus tenta fuit per dominum Jacobum de Cumba, presbyterum loci Sancti Laurentii de Treve, nomine nobilis et potentis viri Bertrandi de Taulinhano, domini de Barre, et Margaritam, filiam Ludovici Tinelli, mercatoris de Barre, et babtizata per discretum dominum Jacobum Rayraudi, et impositum nomem Ludovica. Vixit per mensem et inde decessit, in paradiso requiet cum angelis.

Benedictus sit dominus Deus noster

  • 58 Mention marginale : « fuit babtisatus per dominum Jacobum Rayraudi ».

[XII] - Quod anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXXIX, et die mercuri penultima mensis decembris, ante diem per unam horam, peperit Arnalda, uxor mea, unum filium qui levatus fuit in sacris fontibus per Guarinum de Mundo, cognatum meum, de Mimata, cum Beatrice, uxore magistri Stephani Saunerii, notarii de Barre, et impositum ei nomem Guarinus ; quem in confratria beatissimi Anthoni eum posui cum tribus denariis annis singulis cui et omnibus aliis sanctis Dei ilium recommendo pie et devote. Erat luna nova in primo cartono per VIIIto dies58.

Ago tibi gratias omnipotens pro universis
beneficiis tuis qui vivis et requas deus
per omnia secula seculorum, amen

  • 59 Rien ne prouve que cette mention ait été rajoutée et les deux paragraphes ont pu être rédigés en m (...)

[XIII] - Anno domini M° IIIIc LXXXXIIdo et die mercuri intitulata XIIII mensis novembris, de nocte, peperit dicta Arnalda, uxor mea, filium michi alium qui in sacris fontibus babtisatus fuit per dominum Jacobum Rayraudi, presbyterum, curatum de Vebronis, et tentus per cognatum meum Petrum de Mundo, pelliparium ville et civitate Mimate, et nobilem Francesiam (rature sur : « Chapelle ») Chapelle, filiam nobilis Johannis Chapele (sic), de Mimata, uxorem Johannis de Mara junioris, de Salgassio. Erat in luna veteri, per IIII dies ante lune, posui eum in confratria beatissimi Anthoni ad II denarios turonensis annuatim. Impositum fuit ei nomem Petrus.
Qui post tres septimanas obiuit in paradisio habeamus cum angelis, amen59.

Deo patri sic gloria [...] amen.

[XIV] - Anno de Nativitate domini M° IIIIc LXXXXIIII et die dominico XIIIa aprilis, de vespere circa mediam nocte, peperit dicta Arnalda, uxor mea, alium filium meum, qui in sacris fontibus babtisatus extitit per dominum Jacobum Rayraudi, presbyterum, curatum de Vebronis, et tentus per dominum Petrum Barnerii, presbyterum, priorem de Balneis, et Maria, sororem meam, uxorem Rigaldi Cumbas, de Costa Guiso, et impositum ei nomem Petrum. Erat luna juvenis in primo cartono et ultra sit in custodia beatissimi Anthoni [...].

Postquam deo placiut

[XV] - Anno domini M° Vc XVII et die jovis intitulata XXIX mensis octobris, de mane, Amalda, filia Johannis de Mundo condam, de Mimata, uxor mea, mei Johannis Martini, notarii junioris, de Vebronis, filii alterius magistri Johannis Martini condam, de mane, sumpsit corpus Christi, bene, devote et honorifice ut bona et honesta mulier et devota et inde eadem die circa horam vesporum, ab hoc migrat seculo pulcri mortis, cuius anima cum beatitatem requiescat, et eius funus in crastinam, fuit traditus ecclesie cepulture in cimiterio ecclesie parochialis de Vebronis, et in tumulo in quo fuerat cepulturam factum domine matris mee et vocati in dicta cepultura XIII presbyteros [...].

Sit laus Deo omnipotenti

[XVI] - Quod anno de Nativitate domini Millesimo quingentesimo decimo, octavo et die XXV mensis januarii, in qua celebrabatur festa sancti Pauli, Ego, Johannes Martini, notarius praedictus ad consilium amicorum meorum, itero me reconjugam in uxorem Johannam (rature sur : « Pauleta ») Chambona, relictam Pauleti, de (rature : « bliss ») Blismario, quod primo conjuguata fuit cum [vide] dicti loci de Blismario, et secundo reconjugata fuit cum Petro Atgerii, loco Petre de Faeto, parochie de Quesaco, et celebramus matrimonium in capella Sancti Juliani de Gurgite, juxta villam Floriaci et nos conjugit dominus Nicholaus Vineti, presbyter Floriaci, cum dispositionem domini officialis de Cevenis [...].

  • 60 Note en partie illisible mentionnant la naissance du premier fils du second lit.

[XVII] - Quod anno de Nativita te domini M° Vc XIX et die martis XXII mensis februarii »60.

Traduction du texte de Jehan JULIEN

  • 61 Un acte du 23 septembre 1458 révèle qu'Yzabelle, épouse de Vital Salaville, apothicaire de Mende, (...)
  • 62 Étienne Torrent, notaire royal, apostolique et épiscopal, originaire du Malzieu (chef-lieu de cant (...)
  • 63 Pierre Rampolh fut tisserand à Mende dès 1431 (ADL. G.1391/5). Il testa pour la troisième fois le (...)

[I] - Il est à noter qu'Étienne, que la femme de quelqu'un me donna en placement61, naquit le vingt-huitième jour du mois de janvier, en l'année du seigneur 1458 (ns). Son parrain fut Etienne Torrent, notaire62, et sa marraine Rampolha, veuve de feu Pierre Rampolh, de Mende63.

  • 64 Jehan Julien était clerc à Mende en 1481 (ADL. G.1419/11) et 1482 (ADL. 3E.2665/197). Il fut cité (...)
  • 65 Jehan Romieu senior, sonnailler de Mende, sexagénaire en 1471 (ADL. G.1414/181), fut le père de Je (...)
  • 66 Pierre Malel fut qualifié de chaussetier, de tavernier et de marchand. Il testa le 4 mars 1471 (ns (...)

[II] - En outre, j'eus pour épouse Yzabelle (en mention marginale : « Brunei, de Blanquet, de la paroisse de Grèzes), [et d'elle] Jehan Julien, mon premier-né légitime qui naquit le douzième jour du mois de février, en l'année 1460 (ns), à compter de l'incarnation, qui était un mardi, aux environs du crépuscule du jour ou à l'aurore64. Ses parrain et marraine furent Jehan Romieu, sonnailler de Mende, fils d'autre Jehan65, et Marguerite, femme de Pierre Malel, tavernier de Mende66.

[III et IV] - En outre [...].

  • 67 Dans le registre G.1417 de Jehan Julien, le feuillet d'incipit précise que dom Étienne de Mirmont (...)
  • 68 Cette chapelle, fondée en l'église de Mende, est citée dès 1425 (ADL. 3E.1476/12v°).

[V] - [En outre, en l'année] du seigneur 1462 et le huitième jour [du mois de....], à onze heures après midi — il va sans dire que c'était la nuit — qui était un lundi, me naquit Étienne Julien, né en second lieu de ladite Yzabelle, mon épouse. Son parrain [fut] dom Étienne de Mirmont67, prieur de la SainteTrinité68, et sa marraine l'épouse de maître Étienne Torrent.

  • 69 Il s'agit bien évidemment de l'Ascension.
  • 70 Jacques Borriac était le fils d'Aldebert, un pareur de draps présent à Mende en 1455-1461. Il est (...)
  • 71 Jehan du Leage (Leatge, Latge, Liège) était sergent d'armes du roi en 1447-1487 (ADL. 3E.2901/10v° (...)

[VI] - En outre, en l'armée du seigneur 1464 et le vingt-troisième jour du mois de mai, à la première heure du même jour qui était le mercredi après la fête (illisible) du seigneur69, me naquit Jacques Julien, en troisième naissance de ladite Yzabelle, mon épouse. Son parrain [fut] dom Jacques Borriac, prieur de Sainte-Marie d'Estables-de-Rive-d'Olt70, et sa marraine la femme de Jehan du Leage, de Mende71.
(En mention marginale : « mourut à l'âge de quatre ans, j'éprouve une grande douleur en le rapportant, celui qui était le plus beau et doux »).

  • 72 Les Malros étaient originaires du Rouergue et appartenaient à la clientèle des La Panouze qui donn (...)
  • 73 Jehan Tropel, notaire de Mende en 1462-1500 (ADL. 3E.2891/106, 2670/118), fut scribe de la Cour ép (...)

[VII] - En outre, en l'année du seigneur 1467 et le samedi qui fut intitulé le quatrième jour du mois de juillet, à la première heure du même jour, me naquit Florence Juliene, née en quatrième place de ladite Yzabelle, mon épouse. Son parrain et sa marraine furent Guillaume Malros, clerc, neveu de mon maître, le redoutable et circonspect homme dom Guillaume Malros, licencié ès lois, bachelier en décret, official de Mende72, et honnête femme Florence, épouse de maître Jehan Tropel, notaire de Mende73.
(En mention marginale : « Elle mourut à l'âge de deux ans »).

  • 74 Pierre Julien, devenu clerc, est cité avec son frère, Jehan, en 1486-1493 (ADL. 3E.2669/180, 2670/ (...)
  • 75 Pierre Catrebars était originaire de Thoras (dans le nord du Gévaudan, actuellement dans le canton (...)
  • 76 Le Collège de Tous les Saints (ou Toussaint) fut fondé en la cathédrale de Mende, en 1312, par l'é (...)
  • 77 Nous ignorons tout de l'épouse de Jacques Cavalier (Chavalier, Chevalier). Ce dernier fut syndic d (...)

[VIII] - En outre, en l'armée 1470 (ns), le second jour du mois de février, qui était le jour de la Purification de la Bienheureuse Vierge Marie, après midi, à onze heures de la nuit, Pierre Julien me vint au monde en cinquième naissance de ladite Yzabelle, mon épouse74. Furent désignés pour parrain honorable homme dom Pierre Catrebars, prêtre75, prieur de Tous les Saints de Mende76, et pour marraine la femme de Jacques Cavalier, marchand de Mende77.

  • 78 Vital Cortusson était le fils de Pierre, bastier de Mende en 1446, et d'Aygline Frayce (ADL. 3E.28 (...)
  • 79 Il y eut plusieurs Pierre Balmas à Mende. En l'occurrence, il s'agit d'un tisserand mort entre 148 (...)

[IX] - En outre, en Tannée 1472, le vingt-trois décembre, environ à dix heures avant minuit, me naquit dudit mariage, Hélix, en sixième naissance. Son parrain [fut] maître Vital Cortusson, notaire, autrefois mon clerc78, et sa marraine, Hélix, femme de Pierre Balmas, tisserand, mon voisin79.
(En mention marginale : « Elle mourut à l'âge de deux ans »).

Traduction du texte de Jehan MARTIN

Que soit béni le nom du seigneur

  • 80 Deux familles Dumond coexistaient à Mende au XVe siècle. La première, noble, était surnommée « Cha (...)
  • 81 François Cayrel était le fils de maître Guillaume Cayrel, bachelier en médecine (G.1400/1). Guilla (...)

[I] - En Tannée de la Nativité du seigneur 1469 et le douzième jour du mois d'octobre, fut célébré le mariage à la face de la sainte mère Église entre moi, Jehan Martin junior, notaire, fils de maître Jehan Martin, notaire, habitants des lieu et paroisse de Saint-Pierre de Vébron, diocèse de Mende, d'une part, et Arnalde, fille de Jehan Dumond, marchand de Mende80, d'autre part, à laquelle fut constituée en dot deux cents écus or, quatre vestes nuptiales, deux en tissu de France, et les deux autres en tissu (vide), un quintal de plumes ou six écus or pour le lit dotal. Elle sera soldée, le jour des noces, les vestes et le lit et cinquante écus or, le reste chaque année quatre écus or, [comme cela est] constaté par maître François Cayrel, notaire royal de Mende81.
Ensuite, en l'année du seigneur 1517 et le jour de jeudi intitulé le 29 d'octobre, peu après la consommation du sacrement de l'eucharistie, mourut ladite Arnalde, forte, honorable, heureuse, comme une honnête et vertueuse femme, et en son lit ; qu'elle repose au paradis, amen.

Louange à Dieu tout puissant

  • 82 Jehan Martin rédigea ses notes en débutant Tannée au mois de janvier. Si un doute subsistait à ce (...)

[II] - En outre, en l'année de la Nativité du seigneur 1472 et le dimanche, douzième jour du mois de janvier82, environ à la première heure, ou environ, ladite Arnalde, mon épouse susdite, accoucha d'un enfant mâle qui fut baptisé sur les fonts sacrés et sur eux tenu par ledit Jehan Dumond et [par] Béatrice, ma mère, grand-père et grand-mère dudit Jehan Martin. Lequel, par la suite, décéda environ à mi-carême. Ledit enfant était appelé Jehan.

Louange à toi seigneur, Roi éternel dans le siècle

  • 83 Raymond de Cadoëne, seigneur de Gabriac (canton de Barre-des-Cévennes), était l'un des vingt plus (...)
  • 84 À ce jour, cette famille est ignorée des érudits locaux. Nous ne la connaissons pas mieux et noton (...)
  • 85 Ce lieu n'a pas pu être identifié, mais il s'agit sans doute d'un faubourg de Vébron.
  • 86 Devenu notaire, Raymond Martin laissa un registre d'instruments datés de 1499 à 1515 (ADL. 3E.2066 (...)

[III] - En outre, en l'année de la Nativité du seigneur 1474 et le dimanche neuvième jour du mois de janvier, l'après-midi, environ à la huitième heure de la nuit, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un autre fils mâle qui fut baptisé et tenu sur les fonts sacrés par noble et puissant homme dom Raymond de Gabriac, chevalier, seigneur de Gabriac83, et [par] noble Anthonie de Pojols, dame de Pojols84, et lui fut imposé le nom de Raymond.
En l'année de la Nativité du seigneur 1517 et le dimanche huit février, mourut le susdit Raymond, mon fils, en ma maison du barri de « Mulolongis »85. Et le lendemain je fis porter son cadavre à Vébron et le fis inhumer dans le tombeau de mon seigneur [et] père, à moi maître Jehan Martin, qui s'y était fait enterrer (quatre mots). Qu'il repose en paix86.

Je te rends grâce, Dieu tout puissant, pour tous tes bienfaits

  • 87 Anthoine Chapelain fut notaire à Florac de 1470 à 1478 (ADL. 3E.2896/139v°, 2044/131). Il avait ép (...)
  • 88 Quézac, dans le canton de Sainte-Enimie. Un Guillaume, peut-être le même, fut le père d'une certai (...)

[IV] - En outre, en l'année de la Nativité du seigneur 1476 et le samedi dernier jour du mois de novembre, auquel était célébrée la fête de saint André apôtre, avant le jour, dans les deux ou trois heures, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un autre fils mâle qui fut baptisé et sur les fonts sacrés tenu par discret homme maître Anthoine Chapelain, notaire de Florac87, et [par] honnête fille Marguerite, fille de feu Guillaume Alcays, de Quézac88, et lui fut imposé le nom d'Anthoine.

Nous te rendons grâce, seigneur Dieu, alléluia

  • 89 Canton de Saint-Germain-de-Calberte.
  • 90 Manse de la paroisse d'Hures, dans le Causse Méjean (Hures-la-Parade, canton de Meyrueis). Les Atg (...)

[V] - Et en l'année du seigneur 1479 et le dimanche vingt-troisième jour de mai, à trois heures après la messe paroissiale, madite épouse accoucha d'une fille que tinrent sur les fonts sacrés, en vue de la baptiser, vénérable homme dom Pierre de Cumba, prêtre, prieur de Saint-Hilaire-de-Lavit89, bachelier dans les deux droits et maître ès arts, et noble et honnête femme Anthonie de Peyredier, épouse de Jehan Atger, fils de Rolland, de Nivoliers90, et par les mêmes parrains lui fut imposé le nom d'Anthonie.
Et celle-ci, depuis ce moment là, mourut peu de jours après.

Béni soit le nom de notre seigneur Jésus Christ

  • 91 Anthoine Malafosse fut notaire à Florac de 1479 à 1500 (ADL. 3E.2044/151, 2029/72v°).
  • 92 Nous ignorons tout de cette confrérie.
  • 93 Devenu notaire, Guillaume Martin laissa deux registres d'actes reçus entre 1506 à 1515 (ADL. 3E.20 (...)

[VI] - Et en l'année du seigneur 1480 et le vingt-sixième jour du mois de septembre, à midi, la susdite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un fils que tinrent sur les fonts sacrés, pour le baptiser, discret homme maître Anthoine Malafosse, notaire de Florac91, et Hélix, ma sœur, qui lui imposèrent le nom de Guillaume ; je l'ai placé en la confrérie du très bienheureux Anthoine ?92, avec trois deniers pour chaque année tant qu'il vivra parmi les hommes ; à cette même protection je le recommande dans le seigneur ; pendant le troisième quartier de la lune.
En l'année du seigneur 1517 et le vingt-deuxième jour d'avril, [ce] fils mourut, après (quelques gens) de Vébron, dans ma maison, et était enterré. Comme il était vigoureux (un mot illisible), beaucoup d'entre eux, par sa mort, furent affligés, de quel nombre il repose en paix93.

Que soit bénie la Sainte Trinité Dieu unique

  • 94 François Martin était diacre à Vébron en 1477-1478 (ADL. 3E.2044/96v°, 116).
  • 95 Guillaume Monbel III étudia à Avignon en 1438-1445. Il était bachelier ès lois en 1438, licencié e (...)

[VII] - Et en l'année du seigneur 1483 et le jour de vendredi pénultième du mois de mai, environ à trois heures, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un autre fils qui fut baptisé sur les fonts sacrés de l'église paroissiale de Vébron [et] que tint dom François Martin, prêtre, mon frère94, au nom de vénérable homme dom Jehan Monbel, fils de dom Guillaume Monbel95, de Mende, en compagnie de Catherine, fille du seigneur de Pojols, et lui [fut] imposé le nom de Jehan ; je l'ai placé en la confrérie et société du très bienheureux Anthoine confesseur, avec trois deniers pour chaque année tant qu'il vivra parmi les hommes. Et il est né pendant la lune vieille de six jours (un mot). (Et avec les autres) je [le] recommande à toute la cour des habitants du ciel.
Par la suite, il décéda peu de jours après.

Louange à Dieu tout puissant

  • 96 Nous connaissons mal Raymond Frédald et nous ignorons si les informations que nous avons réunies c (...)
  • 97 Jehan Rayraud était forgeron à Vébron en 1484-1496. Il est cité avec son père, Jehan Rayraud, en 1 (...)

[VIII] - Et en l'année du seigneur 1484, le 25 mai, vers midi, ladite Amalde, mon épouse, accoucha d'une fille qui allait être levée sur les fonts sacrés par mon seigneur et père, au nom de dom Raymond Frédald, de Marvejols96, avec Marguerite, épouse de Jehan Rayraud, forgeron de Vébron97, et il lui fut imposé le nom de Marguerite. Elle naquit pendant la lune jeune.

Gloire au Dieu très haut, et sur la terre paix aux hommes

  • 98 Dom Jacques Rayraud, prêtre de Vébron en 1452 (ADL. 3E.2026/7), parent de Jehan Rayraud, fut curé (...)
  • 99 Cette famille est méconnue. Laurent Velayt, marchand de Barre, est cité en 1471, et Étienne était (...)

[IX] - Et en l'année du seigneur 1485 et le vingt-neuvième jour du mois de novembre, avant le jour et environ au premier chant du coq, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un fils qui fut baptisé sur les fonts sacrés par dom Jacques Rayraud98, prêtre et curé de Vébron, et tenu sur les fonts sacrés par Étienne Velayt, fils de Laurent Velayt, marchand de Barre99, accompagné d'Anne, ma sœur, et lui fut imposé le nom d'Étienne. Il était né, tandis que la lune était en son dernier quartier, et à huit jours de la fin de sa course. Je l'ai placé dans la confrérie du très bienheureux Anthoine, avec trois deniers pour chaque année tant qu'il vivra parmi les hommes, et de cette protection je le [recommande] au seigneur.

Je te remercie, Dieu tout puissant

  • 100 Chef-lieu de canton du département de l'Ardèche.
  • 101 Noble Anthoine de La Farge fut bailli de Barre de 1467 à 1495, d'abord pour noble Louis de Taulign (...)
  • 102 Ledit Jacques Baudrier, originaire de Varen, dans le diocèse de Clermont (deux communes du Puy-de- (...)
  • 103 Pierre Dinet ne semble pas natif de Mende, même s'il fut bourgeois en cette cité où il possédait u (...)
  • 104 Jacques Martin n'eut donc pas de marraine, mais il eut deux parrains.

[X] - Et en l'année de la Nativité du seigneur 1488 et le jour de samedi, neuvième du mois d'août, environ à midi, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha d'un fils qui fut baptisé sur les fonts sacrés par dom Étienne Falvel, alias Picard, prêtre, à la place de dom Jacques Rayraud, curé de Vébron, et tenu sur les fonts sacrés par noble Anthoine de La Farge, de Burzet100, diocèse de Vivarais, bailli de Barre101, avec Jacques Baudrier102, commissaire de Pierre Dinet, receveur des tailles royales dans le pays de Gévaudan103, et lui fut imposé le nom de Jacques104. [C'] était quatre jours après la lune jeune seulement. Je l'ai placé dans la confrérie du très bienheureux Anthoine, avec trois deniers pour chaque année tant qu'il vivra parmi les hommes ; à cette même protection je le recommande.
Après quoi, la même année, il mourut le pénultième jour de décembre. Qu'il repose avec les anges dans la gloire du paradis, amen.

Gloire à Dieu le père

  • 105 Dans le canton de Florac. Jacques de Cumba (Combes) fut prêtre dès 1470 (ADL. 3E.2042/15v°). Il ét (...)
  • 106 Comme Raymond de Cadoëne, Bertrand de Taulignan fut l'un des vingt plus puissants seigneurs du Gév (...)

[XI] - Et en l'année de la Nativité du seigneur 1487, pendant le mois de février, madite épouse accoucha d'une fille qui fut tenue sur les fonts sacrés par dom Jacques de Cumba, prêtre de Saint-Laurent-de-Trèves105, au nom de noble et puissant homme Bertrand de Taulignan, seigneur de Barre106, et [par] Marguerite, fille de Louis Tinel, marchand de Barre, et baptisée par discret dom Jacques Rayraud, et lui [fut] imposé le nom de Louise. Elle vécut pendant un mois puis décéda, et elle reposera au paradis avec les anges.

Que soit béni notre seigneur Dieu

  • 107 Guarin Dumond est cité à Mende de 1471 à 1497 (ADL. 3E.2666/100, 2670/48v°), et il fut consul en 1 (...)
  • 108 Étienne Saunier fut notaire et marchand à Barre de 1488 à 1494. Il avait épousé Béatrice Fort dont (...)
  • 109 Il subsiste deux registres d'actes reçus par le notaire Guarin Martin de 1521 à 1539 (ADL. 3E.2070 (...)

[XII] - Et en l'année de la Nativité du seigneur 1489, et le mercredi pénultième jour du mois de décembre, une heure avant le jour, Arnalde, mon épouse, accoucha d'un fils qui fut levé sur les fonts sacrés par Guarin Dumond, mon beau-frère, de Mende107, en compagnie de Béatrice, femme de maître Étienne Saunier, notaire de Barre108, et lui [fut] imposé le nom de Guarin ; je l'ai placé dans la confrérie du très bienheureux Anthoine, avec trois deniers pour chaque année, et à tous les autres saints de Dieu je le recommande pieusement et dévotement. La lune pleine était en son premier quartier de huit jours109.
(En mention marginale : « Il fut baptisé par dom Jacques Rayraud »).

Je te remercie, Tout Puissant, pour tous tes bienfaits,
Toi qui vis et demeures, Dieu,
pour tous les siècles des siècles, amen

  • 110 Ce Jehan Dumond, dit « Chapelle », est cité à Mende de 1457 à 1490. Il fut lieutenant du bailli de (...)

[XIII] - En l’année du seigneur 1492 et le jour de mercredi intitulé le quatorzième du mois de novembre, de nuit, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha pour moi d'un autre fils qui fut baptisé sur les fonts sacrés par dom Jacques Rayraud, prêtre, curé de Vébron, et tenu par mon beau-frère Pierre Dumond, pelletier de la ville et cité de Mende, et [par] noble Françoise Chapelle, fille de noble Jehan Chapelle, de Mende, femme de Jehan de La Mare junior, de Salgas110. [C'] était pendant la vieille lune, quatre jours avant la lune ; je l'ai placé dans la confrérie du très bienheureux Anthoine, au prix de deux deniers tournois par an. Il lui fut imposé le nom de Pierre.
Et celui-là mourut après trois semaines, que nous le conservions au paradis avec les anges, amen.

Gloire à Dieu le père
[...] amen

  • 111 Localité légèrement à Test de Mende. Pierre Barnier fut prêtre à Bagnols dès 1468, époque à laquel (...)
  • 112 Lieu non identifié : le toponyme « Coste » est très fréquent en Gévaudan.
  • 113 Il est précisé que l'enfant fut placé en la confrérie de saint Anthoine.

[XIV] - En Tannée de la Nativité du seigneur 1494 et le dimanche, treizième jour d'avril, environ aux vêpres, à la moitié de la nuit, ladite Arnalde, mon épouse, accoucha de mon autre fils, qui fut baptisé sur les fonts sacrés par dom Jacques Rayraud, prêtre, curé de Vébron, et tenu par dom Pierre Barnier, prêtre, prieur de Bagnols111, et [par] Marie, ma sœur, femme de Rigald Cumbas, de Coste-Guise112, et lui [fut] imposé le nom de Pierre. La lune jeune était en son premier quartier. Et en outre, qu'il soit en la garde du très bienheureux Anthoine[…113].

Après qu'il eut plu à Dieu

  • 114 L'alinéa précise encore qu'une grande offrande fut réalisée lors des funérailles.

[XV] - En l'année du seigneur 1517 et le jour de jeudi intitulé le vingtneuvième du mois d'octobre, au matin, Arnalde, fille de feu Jehan Dumond, de Mende, mon épouse, de moi Jehan Martin, notaire junior, de Vébron, fils d'autre défunt maître Jehan Martin, au matin, consomma le corps du Christ, convenablement, dévotement et avec honneur, comme bonne et honnête femme et dévote ; et ensuite, le même jour, environ à l'heure des vêpres, à partir de cela, elle quitta le siècle d'une belle mort, de laquelle son âme repose avec béatitude, et de laquelle le cadavre fut porté, le lendemain en sépulture ecclésiastique dans le cimetière de l'église paroissiale de Vébron, et dans le tombeau en lequel avait été faite la sépulture de ma dame ma mère, et [furent] appelés dans ladite sépulture treize prêtres[…114].

Louange à Dieu tout puissant

  • 115 Actuel chef-lieu de canton de la Lozère.
  • 116 Commune du canton de Florac.
  • 117 Légèrement au nord de Florac.
  • 118 Sans doute l'official des Cévennes dut-il autoriser la célébration du mariage par un prêtre dont a (...)

[XVI] - Et en l'année de la Nativité du seigneur 1518 et le vingt-cinquième jour du mois de janvier, en lequel était célébrée la fête de saint Paul, Moi, Jehan Martin, notaire susdit, sur le conseil de mes amis, je me remarie pour la seconde fois avec Jehanne Chambon, veuve Paulet, du Bleymard. En premier, elle fut mariée avec (vide), du Bleymard115, puis en second elle fut remariée avec Pierre Atger, du lieu de la Peyre de Faet, paroisse de Quézac116, et nous célébrons le mariage en la chapelle Saint-Julien-de-Gourg-Ariges117, à côté de la ville de Florac, et dom Nicolas Vinet, prêtre de Florac, nous maria avec ordonnance du seigneur official des Cévennes[…118].

  • 119 Ce dernier article, difficilement lisible, à moitié effacé, mentionne la naissance du premier fils (...)

[XVII] - Qu'en l'année de la Nativité du seigneur 1519 et le jour de mardi vingt-deux du mois de février119.

PARRAINAGES DE LA FAMILLE JULIEN

PARRAINAGES DE LA FAMILLE JULIEN

PARRAINAGES DE LA FAMILLE MARTIN

PARRAINAGES DE LA FAMILLE MARTIN

Notes

1 Ph. MAURICE, La famille en Gévaudan au XVe siècle, d'après les sources notariales (1380-1483), thèse de doctorat de l'université de Tours, 1995. Le Gévaudan correspond approximativement à l'actuelle Lozère.

2 Un seul livre de raison est conservé aux Archives départementales de la Lozère, pour le Moyen Âge. Il s'agit de celui de Garin Alamand, rédigé en langue vernaculaire de 1382 à 1418 (ADL. E.3). Ce Garin appartenait à la grande bourgeoisie de Mende et était le neveu de dom Bernard Alamand Ier, évêque de Condom de 1369 à 1401.

3 Le rôle de chronique familiale des livres de raison est bien démontré par Jean TRICARD dans son article sur « Le journal d'Étienne Benoist, bourgeois du Limousin », dans L'histoire, no 99, avril 1987, p. 64-69.

4 Barre-des-Cévennes, chef-lieu de canton du département de la Lozère. Vébron, dans le canton de Florac.

5 Le registre de Jehan Julien est conservé aux Archives départementales de la Lozère sous la cote G.1416, celui de Jehan Martin sous la cote 3E.2044.

6 Jehan Martin mourut certainement vers 1521, époque à laquelle son fils Guarin intervenait seul.

7 ADL (Archives départementales de la Lozère) 3E.2006-2009.

8 À l'époque, les habitants des localités qui n'élisaient pas de syndics, ou de consuls, instituaient des procureurs pour les représenter (3E.2044/20).

9 Au début du XVe siècle, il existait un autre Jehan Julien, également notaire, mais ce dernier n'eut que des filles et aucun lien n'unit ces deux officiers homonymes.

10 Born, dans le canton de Mende.

11 Seul l'article XVI de Jehan Martin recourt au présent.

12 Mais nous admettons que cela ne présente rien d'exceptionnel. En fait, un changement d'écriture aurait prouvé une rédaction progressive au fil des années.

13 Les notaires enregistraient d'abord leurs actes sur des feuilles volantes désignées sous le nom de « brouillard » en raison de leur contenu réduit au minimum. Ensuite, ils recopiaient tous leurs actes dans des registres nommés « protocoles », ou registres de brèves car les instruments apparaissaient encore sous une forme « brève » dans laquelle étaient rarement enregistrées les clauses juridiques du formulaire conventionnel. Enfin, lors de la rédaction des grosses opérée sur la demande des clients, chaque officier enregistrait l'acte sous sa forme étendue, avec toutes les clauses juridiques, dans un grand registre intitulé « extensoire ».

14 L'enregistrement proprement dit des actes commença bien plus loin, après la table analytique qui s'étendit sur les huit feuillets suivant le « cahier de raison ».

15 Il serait sans doute intéressant de chercher si d'autres notaires usèrent de ce stratagème. La distance séparant Jehan Julien de Jehan Martin ainsi que la différence entre leurs origines nous autorisent à formuler l'hypothèse qu'une telle pratique fut relativement coutumière en Gévaudan, ou du moins assez répandue pour ne pas être exceptionnelle.

16 Mais il s'agit alors de notes isolées, non de chroniques.

17 Dans ce cas, le terme annate désigne la commémoration annuelle de la mémoire d'un défunt.

18 La désignation des clercs a été étudiée dans le Tome II-1 de la Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, pub. université de Tours, 1992, p. 43-157.

19 70 % des femmes dont nous avons recueilli les testaments.

20 Ce sujet a été abordé, pour une période légèrement antérieure, dans le tome II-2 de la Genèse médiévale...

21 10,39 % de ces femmes ont pour patronyme le nom de leur mari, les 89,61 % restant portant celui de leur père.

22 Ceci ne signifie pas que Jehan Martin renonça à son patronyme pour désigner ses enfants puisque, dans son article II, il n'hésita pas à déclarer que sa mère et son beau-père étaient les grands-parents « dicti Johannis Martini », son fils.

23 La famille en Gévaudan..., p. 630.

24 Dans notre thèse, nous avons découvert et mis à jour le processus de donation et de réception de l'enfant illégitime dans la maison du père. Le bâtard devenait alors un « donat » ou « donné ». En règle générale, il semble que l'enfant prît alors le patronyme de son père, mais nous n'avons pu apporter la preuve que ce rattachement patronymique fût systématique. En conséquence, nous pensons qu'Étienne, enfant illégitime de Jehan Julien, adopta un jour le nom de son lignage paternel, mais le notaire, père putatif, ayant exprimé sa réticence à reconnaître qu'il était le géniteur d'Étienne, nous supposons que Jehan Julien exposa ainsi ses réserves.

25 Tout au plus Jehan Julien déclina-t-il différemment le patronyme en fonction du sexe, comme tous ses confrères le faisaient en Gévaudan (La famille en Gévaudan..., p. 633-637). Cette pratique a déjà été observée dans le reste de la France, par exemple dans le Blésois (J.-P. SAUVAGE, dans « Formes anthroponymiques féminines à Blois d'après une liste d'habitants de 1334 », dans Genèse médiévale..., tome II-2, p. 45-66).

26 Il est vrai que Jehan Julien désigna sa seconde fille par le seul prénom d'Hélix, contrairement à la première, Florence Juliene, mais cela semble dû au style de son neuvième et dernier article, plus bref, plus rapide et non à une distinction volontaire.

27 Comme celui de Jehan de La Mare junior.

28 Anthonie de Pojols, Anthonie de Peyredier et Françoise Chapelle.

29 Encore le patronyme d'Yzabelle Brunei fut-il ajouté en surcharge, ce indique que Jehan Julien commença à désigner son épouse sans le moindre rattachement lignager.

30 Dans notre thèse, nous avons conclu que le mode de dénomination découlait principalement de l'attitude personnelle des notaires. Nous avons alors constaté que près de la moitié des femmes ayant rédigé leurs dernières volontés devant les notaires du Malzieu étaient identifiées par leur patronyme paternel, alors que ce n'était le cas que de 11,45 % de celles qui se présentèrent devant un notaire de Vébron et de 1,20 % de celles qui testèrent à Mende.

31 Puisque Jehan Julien nia être le père d'Étienne, le baptême n'eut certainement pas lieu en sa présence, et il est fort possible qu'il n'ait pas connu Catherine Artald.

32 Si nous exceptons ceux à caractère démographique, loin de la préoccupation de cet article.

33 Comme ce fut antérieurement le cas dans certaines familles nobles.

34 La famille en Gévaudan..., p. 653-654.

35 Cette proportion a été calculée d'après le nombre de filleuls et de parrains relevés dans les testaments gabalitains de la fin du Moyen Âge (La famille en Gévaudan..., p. 657).

36 La famille en Gévaudan..., p. 653.

37 Les généalogistes, ou les anciens encore en vie, peuvent témoigner qu'à la fin du XIXe siècle, les parrains et marraines étaient le grand-père paternel et la grand-mère maternelle pour le premier-né, puis le grand-père maternel et la grand-mère paternelle pour le second (voire l'inverse), lorsque les aïeux vivaient encore bien sûr.

38 Seul le choix de Jehan Monbel est susceptible de relever d'une autre motivation (la notoriété de ce Monbel, juriste éminent de Mende), mais Jehan Martin peut s'être livré à un double calcul : notoriété de Monbel et prénom identique. Une question demeure, si le grand-père Dumond s'était prénommé autrement, aurait-il été choisi comme parrain au détriment de la transmission du prénom « Jehan » ? En fait, le notaire eût encore pu appeler son propre père, Jehan Martin senior.

39 Nous pensons que le choix du parrain s'opérait occasionnellement en fonction du désir d'imposer un prénom, ce qui implique que l'anthroponymie commandait parfois aux relations d'affinités. Toutefois, dans la plupart des cas, les parents se déterminaient en faveur de relations préexistantes ou nouvellement instaurées ; dans ce cas, la situation s'inversait et le tissu relationnel influait sur l'évolution anthroponymique des lignages.

40 La famille en Gévaudan..., p. 1097,1126.

41 De tels choix constituent l'exemple type de l'influence exercée par les liens féodaux sur l'anthroponymie puisque le seigneur qui tenait un enfant sur les fonts baptismaux transmettait son prénom et assurait la diffusion de ce dernier dans le ressort de sa seigneurie s'il se livrait souvent à ce patronage.

42 Lors de notre travail de doctorat, nous n'avions procédé qu'à un relevé superficiel de ces actes, négligeant certaines parties, celle-ci en particulier.

43 Sont placés entre crochets les coupures, les mots ajoutés et les numéros fixés, par nous, pour identifier les alinéas, et entre parenthèses, les ratures, les déchirures, les blancs et les mots dont la lecture reste suspecte.

44 En mention marginale : « Brunelli, de Blanquetis, parochie Gredone ».

45 Mention de la grande épidémie de peste qui sévit à Mende du mois de juin 1460 jusqu'au mois d'août 1461. Le notaire précisa alors avoir fuit avec sa femme et ses deux garçons, à Saint-Martin du Born, puis à Rouvière (actuelle commune de Pelouse, canton de Mende), à Blanquet (Grèzes), et à Grèzes (Grèzes, canton de Marvejols) avant de rentrer à Mende.

46 Mention de la mort du roi Charles survenue en juillet 1461. Le notaire, qui recommande que l'âme du défunt repose en paix, semble ignorer que le décès est survenu le 22 de ce mois.

47 Mention marginale : « obit, condolenti(s) refferendo, in etate quatuor annorum qui pulcherimus et dulcís erat ».

48 Mention marginale : « obit etate biennali ».

49 Mention marginale : « obit in etate biennali ».

50 Cette mention fut ajoutée par la suite, en surcharge du texte principal.

51 Dans la marge, devant chaque article, est inscrite la mention « filius » ou « filia » selon le sexe de l'enfant.

52 Mention plus tardive, inscrite en surcharge du texte principal.

53 Mention apparemment ajoutée par la suite.

54 Mention plus tardive, en surcharge du texte principal.

55 Mention apparemment plus tardive.

56 Note marginale signalant qu'il faut se reporter à l'article XI qui doit être avant le X.

57 Note marginale rappelant que cet article doit prendre place après le IX.

58 Mention marginale : « fuit babtisatus per dominum Jacobum Rayraudi ».

59 Rien ne prouve que cette mention ait été rajoutée et les deux paragraphes ont pu être rédigés en même temps.

60 Note en partie illisible mentionnant la naissance du premier fils du second lit.

61 Un acte du 23 septembre 1458 révèle qu'Yzabelle, épouse de Vital Salaville, apothicaire de Mende, absent depuis un certain temps de la cité, fit donation à maître Jehan Julien de son enfant, Étienne. Elle avait auparavant fait serment devant la Cour temporelle de Mende que Jehan Julien en était le père ; ce dernier le nia mais il consentit à recevoir l'enfant et à l'entretenir (ADL. G.1405/143).

62 Étienne Torrent, notaire royal, apostolique et épiscopal, originaire du Malzieu (chef-lieu de canton), s'installa à Mende. Il épousa une certaine Catherine dont il eut Guillaume, pelletier en 1493, et Jehan, notaire de Mende. Lui-même était clerc en 1443 et notaire de 1443 à 1479. Il fut plusieurs fois membre du conseil municipal de Mende, comme conseiller, syndic ou consul. Il mourut avant le 8 juillet 1483 (La famille en Gévaudan..., p. 1007).

63 Pierre Rampolh fut tisserand à Mende dès 1431 (ADL. G.1391/5). Il testa pour la troisième fois le 4 avril 1455 (ADL. 3E.2887/42) et mourut avant le 21 octobre (ADL. 3E.2888/148v°). Sa femme, Catherine, était la fille d'un défunt Étienne Arnald, originaire de Saint-Gervais (paroisse rurale de Mende).

64 Jehan Julien était clerc à Mende en 1481 (ADL. G.1419/11) et 1482 (ADL. 3E.2665/197). Il fut cité avec son père en 1477 (ADL. 3E.1086/171) et était notaire en 1486-1493 (ADL. 3E.2669/180, 2670/41).

65 Jehan Romieu senior, sonnailler de Mende, sexagénaire en 1471 (ADL. G.1414/181), fut le père de Jehan junior, sonnailler de Mende en 1460-1463, puis de Chirac (canton de Saint-Germain-duTeil) en 1471. Le second épousa Bombarette Malel (ADL. G.1398/150v°, 1417/12,1423/51v°).

66 Pierre Malel fut qualifié de chaussetier, de tavernier et de marchand. Il testa le 4 mars 1471 (ns), avant de partir pour Saint-Jacques-de-Compostelle (ADL. G.1426/161v°). Il fut consul de Mende en 1476. Sa femme, Marguerite, était la fille de Jehan Bastard, dit Petit, sans doute originaire du diocèse de Saint-Flour (ADL. G.1409/118v°). Pierre Malel était le frère de la susdite Bombarette, épouse de Jehan Romieu (La famille en Gévaudan..., p. 1115).

67 Dans le registre G.1417 de Jehan Julien, le feuillet d'incipit précise que dom Étienne de Mirmont était l'oncle dudit Jehan Julien. Étienne de Mirmont, dit « Colin », décéda le 29 février 1464 (ns) et son annate fut commencée le 11 mars par Yzabelle, femme de Jehan. Étienne testa en 1463 et rédigea un codicille en 1464 (ADL. G.1417/130, 147) ; il avait passé plus de quarante ans dans l'Église. Il apparut pour la première fois, en 1424, comme prêtre et prieur de Vabres (commune d'Alleyras, arrondissement du Puy, département de la Haute-Loire), dans le nord du Gévaudan (ADL. G.1387/93), puis il fut prieur de Montferrier dans le diocèse de Maguelone (Montferrier-sur-Lez, canton de Montpellier, département de l'Hérault) en 1439-1441 (ADL. G.1395/45,1417/130), prieur de la Sainte-Trinité de Mende en 1441-1464 (ADL. G.1397/44,1417/incipit), économe de l'hôpital de Mende en 1441-1443 (ADL. G.1397/17, 1399/35), curé de Saint-Étienne-du-Valdonnez (canton de Mende) en 1446-1463 (ADL. 3E.2883/105, G.1417/130), et occupa encore divers bénéfices mineurs. Enfin, il assista à divers actes concernant la puissante famille mendoise des Alamand dont il fut un client.

68 Cette chapelle, fondée en l'église de Mende, est citée dès 1425 (ADL. 3E.1476/12v°).

69 Il s'agit bien évidemment de l'Ascension.

70 Jacques Borriac était le fils d'Aldebert, un pareur de draps présent à Mende en 1455-1461. Il est cité comme clerc chorier de la cathédrale de Mende en 1433-1444 (ADL. 3E.1709/75v°, 1166, G.1401/72), prêtre du Collège Saint-Didier d'Avignon en 1455-1463 (ADL. 3E.2888/131v°, G.1420/216v°. La collégiale de Saint-Didier fut fondée en 1355 par le cardinal Bertrand de Déaux), prieur d'Estables (actuelle commune de Saint-Laurent-d'Olt, canton de Campagnac, département de l'Aveyron), près de La Canourgue en 1457-1472 (ADL. G.1423/45v°, 1418/34). Il fut à plusieurs reprises bailli de la Communauté des prêtres de la Cathédrale de Mende dans laquelle il conserva un bénéfice jusqu'en 1472. Il mourut avant le 19 novembre 1474 (ADL. 3E.2898/115). Son frère, Bertrand, étudia le droit civil en l'université d'Avignon et exerça comme procureur et avocat dans cette cité (ADL. G.1418/282, 1422/76v°, et communication de Jacques Verger : AD. Vaucluse, D.134/317v°).

71 Jehan du Leage (Leatge, Latge, Liège) était sergent d'armes du roi en 1447-1487 (ADL. 3E.2901/10v°, 2670/63, 2668/157). Il fut aussi qualifié d'huissier d'armes du roi (ADL. 3E.2896/201v°). Il occupa diverses fonctions pour le roi : commissaire, garde de châteaux. Il épousa une certaine Jehanne Finete (ADL. 3E.2884/114).

72 Les Malros étaient originaires du Rouergue et appartenaient à la clientèle des La Panouze qui donnèrent deux évêques au diocèse de Mende. Guillaume Malros senior était licencié ès lois et curé de Saint-Bauzile (au sud de Mende) en 1452 (ADL. 3E.2887/77v°) ; il était familier de l'évêque Guy de La Panouze en 1454 (ADL. G.1400/10), bénéficier de la cathédrale en 1459 (ADL. G.1396/33), prieur des Bessons (canton de Saint-Chély-d'Apcher) en 1462-1473 (ADL. 3E.2884/236, G.1418/241), de Salses (canton de Saint-Germain-du-Teil) en 1472 (ADL. G.1418/37), chanoine de Marvejols en 1461-1463 (ADL. 3E.2892/108, G.1417/39v°), recteur de Saint-Laurent d'Albanhaco ( ?), dans le diocèse de Rodez, en 1464-1465 (ADL. G.1420/199, 225v°). Il fut institué official de Mende le 19 septembre 1461 (ADL. 3E.2892/108) et demeura à ce poste jusqu'au 23 mars 1473 (ADL. G.1418/312). Le 17 juillet 1473, bénédictin, il vivait retiré au couvent de Val-Bénédiction, de Tordre des Chartreux, près de Villeneuve-lez-Avignon (ADL. G.1422/16). Guillaume eut au moins deux neveux prêtres, Jacques et Guillaume junior. Guillaume Malros junior, parrain de Florence Julien, était clerc en 1465-1472 (ADL. 3E.2893/73v°, G.1418/86), acolyte le 8 janvier 1473, prêtre le 17 juillet 1473 (ADL. G.1418/241, 1422/16). Le 30 décembre 1472, toujours clerc, il était chanoine de Marvejols et conservait encore cette prébende en 1474 (ADL. G.1418/230v°, 1429/38v°). Il fut aussi prieur des Bessons en 1473-1482 (ADL. 3E.1086/87, 90, 1087/267v°) et bénéficier de la cathédrale à la même époque.

73 Jehan Tropel, notaire de Mende en 1462-1500 (ADL. 3E.2891/106, 2670/118), fut scribe de la Cour épiscopale et bailli de la confrérie des quatre évangélistes en 1466 (ADL. 3E.2894/72). Il fut aussi membre du conseil municipal en 1485, 1487, 1492, 1499 (La famille en Gévaudan..., p. 1087).

74 Pierre Julien, devenu clerc, est cité avec son frère, Jehan, en 1486-1493 (ADL. 3E.2669/180, 2670/4).

75 Pierre Catrebars était originaire de Thoras (dans le nord du Gévaudan, actuellement dans le canton de Saugues, département de la Haute-Loire) où il était clerc en 1441, lorsqu'il reçut la collation d'un surplis de la cathédrale de Mende qu'il venait d'échanger contre sa chapellenie de Sainte-Anne de Croisances (ADL. G.1397/8, 8v°. Croisances se trouve dans le canton de Saugues). Ensuite, il poursuivit sa carrière à Mende et testa le 23 juin 1482 (ADL. 3E.1087/253). Clerc présenté à la chapelle Saint-André de la cathédrale, le 14 décembre 1443, il fut prêtre bénéficier de ladite cathédrale dès le 22 juin 1444, époque à laquelle il était l'héritier universel d'Anthoine Catrebars, défunt chanoine de Marvejols (ADL. G.1401/45v°, 3E.2883/29). Il exerça comme notaire public en 1453, à titre épiscopal en 1482 (ADL. 3E.2887/117v°, 1087/238), et appartint au Collège de Tous les Saints, de 1448 à 1482 (ADL. 3E.1712/32v°, 1087/253), dont il fut le prieur dès 1465 (ADL. 3E.2893/144). Enfin, il était bénéficier de la collégiale de Marvejols lors de son testament et il occupa à plusieurs reprises l'office de bailli de la Communauté des prêtres de la cathédrale de Mende.

76 Le Collège de Tous les Saints (ou Toussaint) fut fondé en la cathédrale de Mende, en 1312, par l'évêque Guillaume Durand. Il s'agissait d'un collège de quatre prêtres (ADL. G.2366).

77 Nous ignorons tout de l'épouse de Jacques Cavalier (Chavalier, Chevalier). Ce dernier fut syndic de Mende en 1467 (ADL. 3E.2667/66v°) et il mourut entre 1480 et 1482 (ADL. 3E.2665/44, 1087/256v°).

78 Vital Cortusson était le fils de Pierre, bastier de Mende en 1446, et d'Aygline Frayce (ADL. 3E.2893/6). Il avait un premier frère, bastier à Mende, et un second tisserand à Florac (chef-lieu de canon). Il était clerc en 1464-1468 (ADL. 3E.2893/6, 2895/49), notaire royal et épiscopal en 1482 (ADL. 3E.1087/238), substitut du procureur fiscal de Mende en 1474 (ADL. 3E.2885/168). Il subsiste un registre d'actes reçus par lui conservé aux ADL.

79 Il y eut plusieurs Pierre Balmas à Mende. En l'occurrence, il s'agit d'un tisserand mort entre 1485 et 1498. Sa femme, Hélix, était la fille de Jaucelin Brolhet (ADL. 3E.1087/212).

80 Deux familles Dumond coexistaient à Mende au XVe siècle. La première, noble, était surnommée « Chapelle », du nom de son fief d'origine sis dans la paroisse de Grandrieu (chef-lieu de canton). La seconde, roturière, se livrait au commerce. Arnalde Dumond était la fille de Jehan Dumond, un marchand cité dès 1447 (ADL. G.1399/138v°), et toujours vivant en 1480 (ADL. 3E.2665/44). Ce Jehan Dumond fut membre du conseil municipal à plusieurs reprises et laissa au moins quatre fils, Guarin, marchand, Pierre, pelletier, Jehan, étudiant en médecine à Montpellier, et Vital, prêtre.

81 François Cayrel était le fils de maître Guillaume Cayrel, bachelier en médecine (G.1400/1). Guillaume fut médecin personnel des évêques Ranulphe de Peyrusse (G.1488/113) et Guy de La Panouze et exerça de 1415 à 1461. François apparaît comme clerc en 1453-1456 (G.1400/1, 1405/21v°), et comme notaire dès 1457 (3E.2884/158). Il vivait encore en 1499, époque à laquelle il était conseiller des syndics de Mende (3E.2673/270). Il fut à plusieurs reprises membre du conseil communal de Mende, comme syndic, consul ou simple conseiller. Il avait épousé Agnès, fille du riche marchand Pierre Monbel (3E.2885/104v°), et tint comme son beau-père le parti de l'évêque Anthoine de La Panouze lors de la révolte des mendois.

82 Jehan Martin rédigea ses notes en débutant Tannée au mois de janvier. Si un doute subsistait à ce sujet, il est levé par la lecture des articles X du 9 août 1488 et XI de février 1487. En effet, si nous avions modifié la datation de février 1487 en février 1488, nous aurions eu deux naissances successives en février et août 1488.

83 Raymond de Cadoëne, seigneur de Gabriac (canton de Barre-des-Cévennes), était l'un des vingt plus puissants seigneurs du Gévaudan et son fief lui ouvrait l'accès aux États particuliers du pays (vicomte de LESCURE, « Armorial du Gévaudan », Lyon, lib. André Badiou-Amant, 1929, réédité par Laffitte reprints, à Marseille, 1979, p. 180). Outre sa seigneurie de Gabriac et d'autres fiefs moins importants, il possédait des droits sur celle de Barre (ADL. 3E.2018/60v°, 2017/155). Raymond épousa Françoise Alamand, de la célèbre famille mendoise, vers 1448, et il testa en 1499.

84 À ce jour, cette famille est ignorée des érudits locaux. Nous ne la connaissons pas mieux et notons simplement l'existence d'un Raymond de Pojols, bailli royal de Marvejols en 1351 (Ph. MAURICE, « Les officiers royaux du bailliage de Marvejols à la fin du Moyen Âge », dans Revue Historique, no 582, avril-juin 1992, p. 285-309. Nous avions alors déclaré, à tort, que ce patronyme échappait à l'anthroponymie locale).

85 Ce lieu n'a pas pu être identifié, mais il s'agit sans doute d'un faubourg de Vébron.

86 Devenu notaire, Raymond Martin laissa un registre d'instruments datés de 1499 à 1515 (ADL. 3E.2066), et un second regroupant ses actes et ceux de son père (ADL. 3E.2067).

87 Anthoine Chapelain fut notaire à Florac de 1470 à 1478 (ADL. 3E.2896/139v°, 2044/131). Il avait épousé noble Yzabelle, fille de noble Jehan de Montgros (ADL. 3E.2042/7v°). Originaire d'Ispagnac, il était le frère de Pierre Chapelain qui fut official de Mende de 1497 à 1516 (ADL. 3E.2672/112v°).

88 Quézac, dans le canton de Sainte-Enimie. Un Guillaume, peut-être le même, fut le père d'une certaine Astruge, mariée en 1446 à noble Louis de Bressoles, de Mende (ADL. 3E.1477/87).

89 Canton de Saint-Germain-de-Calberte.

90 Manse de la paroisse d'Hures, dans le Causse Méjean (Hures-la-Parade, canton de Meyrueis). Les Atger vivant dans cette localité sont méconnus. De même, nous ignorons tout de la famille Peyredier.

91 Anthoine Malafosse fut notaire à Florac de 1479 à 1500 (ADL. 3E.2044/151, 2029/72v°).

92 Nous ignorons tout de cette confrérie.

93 Devenu notaire, Guillaume Martin laissa deux registres d'actes reçus entre 1506 à 1515 (ADL. 3E.2068-2069).

94 François Martin était diacre à Vébron en 1477-1478 (ADL. 3E.2044/96v°, 116).

95 Guillaume Monbel III étudia à Avignon en 1438-1445. Il était bachelier ès lois en 1438, licencié en 1445, et licencié dans les deux droits en 1457. Il fut juge de la Cour commune du Gévaudan de 1452 à 1483. Son fils, ledit Jehan VI, bachelier dans les deux droits en 1480, puis licencié dans les deux droits en 1490, fut juge de la Cour temporelle de Mende en 1483, avant de succéder à son père à la tête de la Cour commune, de 1484 à 1512. Guillaume Monbel III avait épousé Yzabelle Pelhicier, née dans une grande famille de marchands mendois, et son fils Jehan VI épousa noble Catherine de Corsac, de Mende (La famille en Gévaudan...).

96 Nous connaissons mal Raymond Frédald et nous ignorons si les informations que nous avons réunies concernent un seul homme ou deux personnages différents. En fait, Raymond Frédald, licencié ès lois en 1467-1475 (ADL. 3E.2894/209,1574/30v°), était régent de la baronnie de Peyre en 1468 (ADL. G.1413/167v°). Raymond, docteur ès lois en 1480, doyen de la collégiale de Marvejols en 1485, se dit professeur de droit et vicaire général de l'évêque de Mende en 1507 (ADL. 3E.2671/16v°). Selon nous, il s'agirait bien du même homme et du parrain de Marguerite Julien, mais un doute persiste.

97 Jehan Rayraud était forgeron à Vébron en 1484-1496. Il est cité avec son père, Jehan Rayraud, en 1472 (ADL. 3E.2044/29, 2045/134). Son grand-père, Jacques Rayraud, forgeron de Vébron, fut lieutenant du bailli de Saint-Etienne-Vallée-Française (canton de Saint-Germain-de-Calberte) en 1435 (ADL. 3E.2010/16v°).

98 Dom Jacques Rayraud, prêtre de Vébron en 1452 (ADL. 3E.2026/7), parent de Jehan Rayraud, fut curé de Vébron de 1464 à 1492 (ADL. 3E.2038/27, 2044/4).

99 Cette famille est méconnue. Laurent Velayt, marchand de Barre, est cité en 1471, et Étienne était son héritier universel en 1495 (ADL. 3E.2044/20, 2045/175v°).

100 Chef-lieu de canton du département de l'Ardèche.

101 Noble Anthoine de La Farge fut bailli de Barre de 1467 à 1495, d'abord pour noble Louis de Taulignan, puis pour noble Bertrand de Taulignan (ADL. 3E.2039/28v°, 2029/72, 2033/165v°, 179, 2045/183).

102 Ledit Jacques Baudrier, originaire de Varen, dans le diocèse de Clermont (deux communes du Puy-de-Dôme pourraient correspondre à ce lieu : Varennes-sur-Morge dans le canton d'Ennezat et Varennes-sur-Usson dans le canton de Sauxillanges), et Pierre Dinet, bourgeois de Mende, échangèrent des biens, en 1494, avec Jehan Almueis, de Vébron (ADL. 3E.2033/239v°).

103 Pierre Dinet ne semble pas natif de Mende, même s'il fut bourgeois en cette cité où il possédait une maison en 1484 (ADL. 3E.1089/275).

104 Jacques Martin n'eut donc pas de marraine, mais il eut deux parrains.

105 Dans le canton de Florac. Jacques de Cumba (Combes) fut prêtre dès 1470 (ADL. 3E.2042/15v°). Il était, semble-t-il, parent de Jehan et Pierre de Cumba, père et fils, qui transigèrent en 1480 avec maître Anthoine Malafosse, parrain de Guillaume Martin, dont il a été question (ADL. 3E.2044/162v°). Tous ces Cumba étaient peut-être les parents de dom Pierre de Cumba qui baptisa Anthoine Martin en 1479.

106 Comme Raymond de Cadoëne, Bertrand de Taulignan fut l'un des vingt plus puissants seigneurs du Gévaudan. Sa seigneurie de Barre lui donnait le droit de siéger aux États particuliers du pays. Il fut souvent cité de 1481 à 1490 et mourut avant 1508. Il avait succédé à son oncle, Louis de Taulignan, et de 1502 à 1508 son frère, Louis de Taulignan, intervint comme seigneur de Barre.

107 Guarin Dumond est cité à Mende de 1471 à 1497 (ADL. 3E.2666/100, 2670/48v°), et il fut consul en 1492 (La famille en Gévaudan..., p. 1084).

108 Étienne Saunier fut notaire et marchand à Barre de 1488 à 1494. Il avait épousé Béatrice Fort dont il eut Guillaume Saunier, marchand en 1506, date à laquelle Étienne était décédé (ADL. 3E.2033/160v°, 303v°).

109 Il subsiste deux registres d'actes reçus par le notaire Guarin Martin de 1521 à 1539 (ADL. 3E.2070-2071).

110 Ce Jehan Dumond, dit « Chapelle », est cité à Mende de 1457 à 1490. Il fut lieutenant du bailli de la Cour commune du Gévaudan de 1462 à 1465. Françoise était la petite-fille de Jehan Julien, notaire à Mende de 1394 à 1422, qu'il ne faut pas confondre avec le notaire et homonyme dont il est question dans le premier document. Françoise Dumond « Chapelle » épousa noble Jehan de La Mare II, cité de 1489 à 1512. Ce Jehan de La Mare II, seigneur de Salgas (Vébron) en 1512, était le fils de Jehan Ier, seigneur de Salgas de 1474 à 1510. Jehan Ier fut régent de la baronnie de Barre en 1470 et lieutenant du bailli de Vébron en 1472 (La famille en Gévaudan..., p. 1105, 1113).

111 Localité légèrement à Test de Mende. Pierre Barnier fut prêtre à Bagnols dès 1468, époque à laquelle il acheta une maison à Barre, pour laquelle il reçut un lods. En 1494, il était prieur de Bagnols et héritier de feu Bartholomé Barnier, ancien prieur du lieu. Il transigea alors avec Amada de Bessoles, femme de maître Pierre Barnier (ADL. 3E.2044/22, 24, 2673/50).

112 Lieu non identifié : le toponyme « Coste » est très fréquent en Gévaudan.

113 Il est précisé que l'enfant fut placé en la confrérie de saint Anthoine.

114 L'alinéa précise encore qu'une grande offrande fut réalisée lors des funérailles.

115 Actuel chef-lieu de canton de la Lozère.

116 Commune du canton de Florac.

117 Légèrement au nord de Florac.

118 Sans doute l'official des Cévennes dut-il autoriser la célébration du mariage par un prêtre dont aucun des mariés n'était le paroissien. Ensuite, les mariés passèrent la journée à Faet, un samedi de lune vieille, puis le lendemain ils rentrèrent à Vébron, en la maison de Jehan Martin.

119 Ce dernier article, difficilement lisible, à moitié effacé, mentionne la naissance du premier fils de la nouvelle union de Jehan Martin. L’enfant, prénommé Raymond, fut tenu sur les fonts baptismaux par un certain Raymond, dont le nom est illisible, prieur d'un lieu non lisible.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search