Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Phrourarques et phrouroi des cités grecques d’Asie Mineure à l’époque hellénistique

Guy Labarre

Texte intégral

  • 1 GARLAN (Y.), Recherche de poliorcétique grecque, Paris, 1974, p. 276-277.
  • 2 WILL (Éd.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), (...)

1« Philippe lança ensuite quelques assauts, qui restèrent sans résultat à cause de la solidité de la place, puis s’en retourna, en saccageant les forts (phrouria) et les hameaux dans la campagne ». Ce court passage du livre XVI de Polybe (11,1) relate l’expédition du roi de Macédoine en Carie en 201/0 et son échec devant Cnide. Il montre qu’une ville, abritée derrière ses remparts, pouvait résister à l’armée royale et que l’organisation défensive de la cité se fondait sur la présence d’un ensemble de places fortes réparties sur son territoire. Celles-ci étaient ordinairement occupées par des garnisons. Les garnisaires (phrouroi) étaient sous le commandement d’un chef, le phrourarque. À l’époque hellénistique, les liens unissant la ville à son territoire n’étaient pas coupés. La ville et ses fortins frontaliers n’étaient pas seulement des places fortes que les grands empires hellénistiques se disputaient1. Le territoire avait conservé toute son importance et restait un élément constitutif de la cité2.

  • 3 Rhétorique, 1, 4.
  • 4 Voir LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, II, Paris, 1987 (réimpression de l’édit (...)

2Touchant la défense du territoire (περὶ ϕυλακς τς χώρας), Aristote3 souligne qu’il ne faut pas ignorer comment il est défendu, mais savoir le nombre et l’espèce de troupes qui le défendent et les emplacements des ouvrages défensifs (οἱ τόποι τῶν ϕυλακτηρίων). Suivant la remarque du Stagirite, observons tout d’abord comment se répartissaient les places fortes sur le territoire des cités de façon à comprendre quel système défensif elles avaient mis en place. Ensuite, l’étude des garnisons et des fonctions de commandement montreront que le citoyen restait, à l’époque hellénistique, un acteur de premier plan. Car ce ne sont pas les garnisons composées d’allogènes au service de la cité ou dirigées par des phrourarques royaux4 que nous étudierons ici, mais celles établies par les cités en mobilisant leurs citoyens.

  • 5 Architecture de la défense. Histoire des fortifications antiques de Carie. Époques classique et hel (...)

3L’Asie Mineure a été le théâtre des affrontements entre diadoques, puis entre les grandes monarchies hellénistiques, avant de passer sous la domination romaine. Les sources littéraires, à l’occasion de ces conflits ou de descriptions géographiques, renseignent sur la localisation des places fortes, leur utilisation par les rois et sur les phrourarques qu’ils nommaient, mais elles n’offrent pas de témoignages sur les garnisons des cités et donnent peu d’indications sur leurs systèmes de défense. Les vestiges archéologiques sont nombreux, mais leur exploitation pose problème. D’abord, on est loin de disposer pour l’Asie Mineure d’études d’ensemble. Des études régionales, comparables à celle menée par I. Pimouguet-Pédarros5 sur la Carie, manquent pour pouvoir dresser un inventaire complet des ouvrages fortifiés selon les époques et analyser les systèmes défensifs. Ensuite, les vestiges livrent peu d’indications : rien ou presque sur les garnisons qui les ont occupés ; les dates de construction, d’agrandissement ou de réparation des forteresses sont larges et souvent approximatives. En revanche, les textes épigraphiques apportent une lumière sur la manière dont les cités organisaient leur défense en installant des garnisons dans des places fortes.

I. Les lieux de garnisons et la défense du territoire

  • 6 Sur la terminologie employée pour désigner les ouvrages fortifiés, voir MAIER (F. G.), Griechische (...)
  • 7 Dans le traité entre Eupolémos et Théangela (fin IVe – début IIIe s.), il est prévu qu’Eupolémos pr (...)
  • 8 ROBERT (L.), Études épigraphiques et philologiques, Paris, 1938, p. 260-261 note 1. Voir aussi SCHU (...)
  • 9 Syll.3, 569, l. 8-9 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, 1959, p. 174 no 46) : καπορίσας ες τατ (...)
  • 10 TAM, III. 1, no 1; no 895; no 897. İPL İKÇ İOĞLU (B.), « Zum territorium von Termessos in Pisidien  (...)
  • 11 DAVIES (G.), « Greek Inscriptions from Lycia », JHS, 15 (1895), p. 109 no 19. Cf. ZIMMERMANN (M.), (...)
  • 12 GAUTHIER (Ph.), « Isopolitie entre Xanthos et Myra », REG, 107 (1994), p. 319-347 (après 167 et san (...)
  • 13 Teichos désigne généralement un mur, mais il peut prendre aussi le sens de forteresse. ROBERT (L.),(...)

4Le lieu de garnison est désigné par le mot phrourion6. Il s’applique à des ouvrages fortifiés à proximité d’une ville, d’un sanctuaire et à ceux isolés sur le territoire. D’autres mots sont également utilisés. Akra correspond à une citadelle dominant une ville et peut-être aussi à une forteresse isolée sur une hauteur dans la chôra7. Chôrion8 est fréquemment employé. Il ne qualifie pas seulement la place forte dans laquelle le personnel militaire se tenait, mais aussi l’agglomération attenante. Sa population participait à la subsistance de la garnison et profitait de sa protection. Péripolion définit une place forte : un décret d’Halasarna9 honore Theuclès qui a fourni des fonds pour la fortification du péripolion. Mais des témoignages montrent que ce mot désigne aussi une communauté disposant d’une relative autonomie au sein de la cité : des bienfaiteurs sont honorés par des péripolia à Termessos10 ; dans une inscription funéraire trouvée au sud-ouest de Cyaneae, celui qui ne respecte pas l’interdiction doit payer l’amende au péripolion de Tyinda11 ; dans le traité d’isopolitie entre Xanthos et Myra12, ceux qui se feraient inscrire postérieurement à la convention doivent obtenir une lettre émanant des magistrats après avoir résidé trois ans dans la cité ou dans les péripolia d’où ils auront obtenu la lettre. Ochurôma est employé pour qualifier un petit ouvrage fortifié. Quant à pyrgos, il est fréquemment utilisé pour les tours de flanquement des murailles des villes, mais il peut s’agir aussi d’une tour isolée sur le territoire13.

  • 14 Politique, VII, 5, 3.
  • 15 I. v. Priene, no 4, l. 50-51; no 19, l. 6; no 252, l. 1-2.
  • 16 La cité a été plusieurs fois conquise par les Antigonides, les Lagides, puis est passée sous le con (...)
  • 17 BEAN (G. E.), « Notes and Inscriptions from Caunus », JHS, 73 (1953), p. 12, Fig. 3 (F sur le plan) (...)
  • 18 Antigone prit la ville en 313 ; à l’exception de la citadelle (πλν τς ἄκρας) précise DIODORE, XIX (...)
  • 19 XIV, 2, 3 : ὑπέρκειται δὲ τῆς πόλεως ἐν ὕψει ϕρούριον Ἴμβρος. Cf. aussi QUINTUS DE SMYRNE, VIII, 79 (...)
  • 20 JHS, 73 (1953), p. 22. Pour la description du système défensif sur l’Ölemez, voir p. 16-17 et Fig. (...)
  • 21 Ainsi COLLIGNON (M.), « Emplacement et ruines de la ville de Caunos », BCH, 1 (1877), p. 338-339 et (...)
  • 22 MERITT (B. D.), WADE-GERY (H. T.), Mc GREGOR (M. F.), The Athenian Tribute Lists, 1, Cambridge, 193 (...)
  • 23 Certaines sections sont composées de moellons. Selon PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense (...)

5Les villes étaient protégées par des citadelles d’où étaient assurée en même temps la surveillance du territoire. Lorsque celui-ci peut être saisi d’un seul coup d’œil, souligne Aristote14, il est alors facile à secourir. Ainsi à Priène, la citadelle de Telôneia s’étend sur un plateau rocheux situé à 340-380 m au-dessus du niveau de la mer et domine la ville de plus de 230 m. De là, il est aisé d’observer tout mouvement dans la vallée du Méandre, des montagnes du Latmos à la mer. Une garnison tenait la citadelle, comme le montrent les décrets en l’honneur des phrourarques Apellis et Hélikôn, et une inscription honorifique sur une base de statue élevée par des gardes15. À Caunos16, au sud-est de la Carie (Fig. 1), un fort17 localisé sur la colline orientale et des citadelles défendues par des garnisons18 assuraient la protection de la ville. Strabon19 rapporte qu’au-dessus de celle-ci, sur une hauteur, se trouvait Imbros, un phrourio G E. Bean20 a localisé Imbros, non sur l’acropole des Cauniens21 ou sur le Sandras Dağ22, mais sur Ölemez Dağ. Sur la cime méridionale de cette montagne située au Nord de la ville, il a découvert une forteresse, de plan ovale (350 x 150 m), flanquée de neuf tours, avec des murs de courtine de 2,15 m d’épaisseur en appareil rectangulaire isodome plus ou moins réguliers23. Aucun vestige de construction n’a été repéré à l’intérieur, à l’exception d’une citerne dans l’angle nord-est. Cette forteresse surveillait Caunos et son panorama embrassait toute la campagne environnante. Sur la cime septentrionale, culminant à près de 900 m d’altitude, une autre place forte de 30 m de diamètre a été retrouvée. Ses murs sont en général similaires dans leur construction à ceux de la forteresse précédente, mais moins épais (1,40 m). Des vestiges d’un mur retrouvés sur le col entre les deux cimes montrent que ce système défensif visait aussi à contrôler le passage.

  • 24 Son nom est connu par STRABON, XIV, 2, 2. Selon BEAN (G. E.), JHS, 73 (1953), p. 15, il était navig (...)
  • 25 BEAN (G. E.), JHS, 73 (1953), p. 15-16 et Fig. 12.
  • 26 Documents d’Asie Mineure, p. 494-495. Sur l’arrière pays de Caunos et ses liaisons par la vallée de (...)

6Des places fortes contrôlaient l’accès au territoire. Au Sud-Ouest, surveillant le fleuve Calbis24 et la plaine, un fort de plan rectangulaire (65 x 20 m) a été trouvé sur la colline K1z1l Tepe. Ses murs, de plus de 2 m d’épaisseur, sont en appareil rectangulaire isodome, parfois trapézoïdaux, avec un fort bossage. Dans l’angle sud-est, une tour carrée est bien préservée. Au pied de la colline, à l’ouest, des vestiges d’un mur d’enceinte sont conservés. Ce fort contrôlait l’accès à Caunos en venant de la mer, puisqu’il est situé au sud de l’ancien port, à l’emplacement de l’actuel lac de Sülüklü. Au Nord-Est, à Yank, sur une colline à 80 m environ au-dessus de la plaine, se trouvent les vestiges d’une place forte dont le mur d’enceinte est formé de blocs polygonaux. À l’intérieur, des murs, des fondations de bâtiments et de nombreux blocs taillés avec soin ont été repérés25. Ce site fortifié contrôlait au nord, entre les montagnes et le lac, le territoire de la cité dont L. Robert26 a souligné l’isolement.

  • 27 Ancient Smyrna. A History of the City from the Earliest Times to 324 AD, Oxford, 1938, p. 40-45. Vo (...)
  • 28 « Ada Tepe Again (Sancakl Kalesi) », JHS, 67 (1947), p. 128-134 et « The Defences of Hellenistic Sm (...)
  • 29 KEIL (J.), Jahreshefte des österreichischen archäologischen Institutes in Wien, 28 (1933), Beiblatt (...)
  • 30 KEIL (J.) et VON PREMERSTEIN (A.), Bericht über eine dritte Reise in Lydien ausgeführt 1911, Wien, (...)

7L’importance du contrôle des voies d’accès à la cité se remarque également à Smyrne (Fig. 2). Dans l’arrière-pays, plusieurs citadelles ont été localisées par C. J Cadoux27, puis étudiées par G. E Bean28. Au Nord, une place forte, avec un mur d’enceinte de 240 m de long d’Est en Ouest et d’une centaine de mètres en largeur, entoure un promontoire naturel, près de la route conduisant vers les sommets du Yamanlar Dağ, à 120 m d’altitude. Bien que la maçonnerie soit irrégulière et de qualité variable, plusieurs blocs rectangulaires et taillés en bossage indiquent une construction hellénistique. Les fragments de céramiques et de tuiles trouvés sur le site datent aussi de cette époque. Une tour (11,5 x 8 m), avec des murs en appareil polygonal d’1,20 m d’épaisseur environ, se trouve également à Çobanpınarı, à plus de 365 m d’altitude. Puis à Sancaklı, se tient une forteresse dont le mur d’enceinte s’étend sur un périmètre de 260 m. Selon les sections, il est en appareil polygonal ou en appareil rectangulaire isodome. À l’exception d’une vaste citerne (2,15 x plus de 5 m) située sur le promontoire naturel à l’intérieur de la forteresse, peu de traces de constructions sont visibles. Une deuxième citerne (3,30 x 2,30 m), sans doute postérieure à la première, a été construite à l’Ouest, alimentée par un canal venant de la colline. La structure des murs et les céramiques trouvées sur le site, désignent l’époque hellénistique. Selon G. E Bean, une garnison était installée en permanence dans cette forteresse. Ces places fortes surveillaient les voies de communication dans la plaine littorale menant de Smyrne à la basse vallée de l’Hermos. Au sud de Smyrne, la vallée entre le Dikmen Dağ et le Nif Dağ, qui permet de rejoindre l’arrière-pays de Colophon et la vallée du Caystre, était surveillée par une place forte située à 430 m d’altitude à Akçakaya. Deux entrées offrent un accès, à l’Ouest, au plateau rocheux formé de deux terrasses étagées. Sur la plus élevée des deux, au Nord, une citerne (4,7 x 3,1 x 3 m) est visible. Les murs sont, par leur structure, d’époque hellénistique, et les tessons de céramique confirment une occupation dès le IIIe s. À onze kilomètres environ à l’Est de Smyrne, le passage entre la montagne du Sipyle et celle du Nif Dağ à l’Ouest du Tmôlos était contrôlé par une forteresse située à Belkahve. Sa superficie, 180 m de long par 150 m de large, est délimitée par un mur d’enceinte mal conservé. Les vestiges d’une porte sont encore visibles à l’Est, ainsi que ceux d’une tour de flanquement carrée au Sud-Ouest. À l’intérieur, des fondations de trois bâtiments rectangulaires apparaissent. Au sommet de la colline, en dessous du mur d’enceinte, deux murs délimitent un espace circulaire dans lequel se trouve une citerne (5-6 x 3 x 3 m). L’un des murs est flanqué de deux tours carrées. Deux inscriptions honorant des stratèges ont été trouvées dans cette forteresse. L’une d’elles précise que le stratège est préposé à la garde du chôrion. Elles émanent de ceux qui servent sous leurs ordres comme soldats et assurent la défense du chôrion29, mais aussi de ces habitants. Un peu plus à l’Est, vers Nymphaion, à Akkaya, deux inscriptions30 attestent la présence d’une garnison. Près d’une tombe rupestre, G. E Bean a relevé la présence d’une canalisation et d’une cavité pouvant avoir servi de citerne et il suggère que le lieu ait pu servir de poste d’observation. Ces points de défense étaient idéalement situés pour surveiller le passage menant à la moyenne vallée de l’Hermos et à Sardes.

  • 31 BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Cnidia », ABSA, 47 (1952), p. 179-183 et pl. 36-37. Voir aussi (...)

8À Cnide31, le contrôle de la route traversant la péninsule et menant à la ville était assuré par plusieurs places fortes. Dans la montagne du Yarık Dağ, deux forts ont été localisés, l’un au Nord-Ouest d’Hızırş ah au sommet d’un col, l’autre au-dessus de Döşeme, surveillant la route. Au sud de Yazıköy, le défilé était gardé par une place forte. Située sur la crête de Saranda, elle servait aussi de poste d’observation. L’accès à Cnide était encore protégé par la forteresse de Kumyer, puis par deux tours situées près de la route ancienne.

  • 32 BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Carian Cost III », ABSA, 52 (1957), p. 109 et pl. 22e ; COOK (J (...)
  • 33 REHM (A.), Das Delphinion in Milet, I, 3, Berlin, 1914, no 149 (sera cité sous la forme REHM, Milet (...)
  • 34 WIEGAND (Th.) et SCHRADER (H.), Priene, Ergebnisse des Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahre (...)
  • 35 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 23-24 et Abb. 12-13 et p. 29-30.
  • 36 I. v. Priene, no 37, l. 9 sq (AGER [Sh.], Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B.C., (...)
  • 37 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 30, et Taf. 1 (Karische Burg) et 2 (antike Befestigung).
  • 38 KLEINER (G.), HOMMEL (P.), MÜLLER-WIENER (W.), Panionion und Melie, (JDAI, suppl. 23), 1967, p. 78- (...)
  • 39 « Mélia, le Panionion et le culte de Poséidon Héliconios », Les cultes locaux dans les mondes grec (...)

9Les zones frontalières faisaient l’objet d’une surveillance attentive. Le site fortifié de Doğanbeleni, identifié à Teichioussa, protégeait le territoire milésien32 face à celui de Iasos (Fig. 3). Lorsque Pidasa, identifié par J. M Cook à la place forte de Cert Osman Kalesi, est devenu un phrourion de Milet33, le versant oriental de la montagne du Grion est passé sous son contrôle et protégeait le territoire de Milet face à celui d’Eurômos au Sud et à celui d’Héraclée du Latmos au Nord. Dans le Mt Thorax, Th. Wiegand a repéré un fort34 dont le rôle était de surveiller la zone frontalière, sans que l’on sache s’il était aux mains des gens de Magnésie du Méandre ou de ceux de Priène. La zone frontalière entre Priène et la Pérée samienne faisait aussi l’objet d’une surveillance. Sur le versant septentrional du Mycale, à 600 m d’altitude au-dessus de la baie de Kalamaki, une forteresse35 hellénistique (80 x 50 m environ) a été retrouvée. Son mur d’enceinte est flanqué d’une tour carrée au Sud. Au centre, sur une partie surélevée, se dresse une autre tour carrée, à côté de laquelle se trouve une citerne. Les Priéniens se sont opposés aux Samiens pour la possession de la plaine de la Dryoussa et d’une forteresse appelée Karion (ϕρούριον καλεῖται Κάριον)36. Selon Th. Wiegand37, le Karion correspondrait à un site fortifié sur le Kale Tepe, près de Güzelçamı P. Hommel38 l’a identifié à l’acropole de Mélia, mais cette hypothèse est remise en cause par H. Lohmann39. En fait, l’identification du Karion à la fortification délimitée par un mur ellipsoïdal (205 x 93 m) sur le Kale Tepe reste, en l’état actuel des connaissances, une hypothèse et cet exemple montre combien il est difficile de trouver des sources textuelles coïncidant avec les sources matérielles issues de l’archéologie.

  • 40 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 22 et Abb. 11.
  • 41 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 29 ; I. v. Priene, no 365 : Ἀμεινίας Θεμιστοκλέος ϕρουραρχήσας.
  • 42 FGrHist, II, B, p. 539 no 23 : Θεόπομπος δ ν τοῖς Ἑλληνικοῖς καὶ περὶ τὴν
    Μυκάλην ἄλλας εἶναί
    ϕησι (...)
  • 43 « Les fortifications de la Pérée rhodienne », dans DEBORD (P.) et DESCAT (R.) éd., Fortifications e (...)
  • 44 I. v. Lindos, no 151 : Νικαγόρας Παμϕιλίδα ... στραταγήσας ἐν τι πέραν κατὰ πόλεμον ἐκ πάντων ἕςαν (...)
  • 45 HOLLEAUX (M.), « Notes sur l’épigraphie et l’histoire de Rhodes », BCH, 17 (1893), p. 53-55 no 5 (r (...)

10Lorsqu’une cité insulaire possédait un territoire sur le continent, un système défensif en assurait le contrôle. Selon Th. Wiegand40, les Samiens disposaient d’un phrourion (60 x 25 m) sur le versant septentrional du Mycale. Ils pouvaient observer la circulation maritime sur le chenal séparant Samos du continent et intervenir en empruntant un chemin menant à leur base navale. Une stèle41, datée par l’écriture du IVe s., trouvée sur le versant sud, près de Thèbes du Mycale, est consacrée par un phrourarque sortant de charge, Ameinias fils de Thémistocle. Wiegand voulait qu’il dirigeât un phrourion samien, mais F. Hiller a fait remarquer, en s’appuyant sur le témoignage de Théopompe42 dans une scholie à Euripide, que la région devait être milésienne. Concernant les possessions rhodiennes sur le continent, I. Pimouguet-Pédarros43 a montré que l’organisation spatiale des fortifications de la Pérée intégrée répondait à une conception globale de défense avec, de Loryma à Kedreai, des places fortes situées entre trois et six kilomètres les unes des autres. Des bases navales, des postes de garde et d’observation étaient nécessaires pour contrôler les axes stratégiques majeurs et garantir la défense de la région ainsi que celle de Rhodes. Quant aux ouvrages établis par les Rhodiens dans la Pérée sujette, ils n’auraient eu pour fonction que de protéger Rhodes et ses environs. L’épigraphie témoigne aussi de cette occupation. Le stratège rhodien Nicagoras, nommé pour le continent pendant la guerre, quatre fois de suite, a sauvegardé le territoire et les phrouria44. Selon un décret de Panamara45, Nikophaneus a été envoyé comme épistate par le peuple de Rhodes et a assuré la garde d’un chôrion excellemment et avantageusement.

  • 46 MANGANARO (G.), « Le iscrizioni delle isole milesie », Annuario della scuola archeologica di Atene,(...)
  • 47 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 306 no 3. Cf. les remarques de ROBERT (J. et L.), (...)
  • 48 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 318 no 18, 6-8 : καλ[ς] καὶ δικαίοις τῆς τε κατὰ (...)
  • 49 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 322-323 no 21 et 22.
  • 50 XIV, 1, 7 : πρόκειτει δ᾿ ἡ Λάδη νῆσος πλησίον καὶ τὰ περὶ τὰς Τραγαίας νησία ὑϕόρμους ἔχοντα λῃσταῖ (...)
  • 51 Vie de César, 1, 8 et 2, 5. Cf. aussi SUÉTONE, César, 4, 1, qui situe l’événement après le procès d (...)
  • 52 I. Ephesos, I, no 5, 14-20 : ἐπ[ι]πλευ[σάντων δὲ μετὰ ταῦτα τῶν π]ειρατῶν καὶ ἐπὶτὴν ἡ[μ]ετ[έραν χώ (...)
  • 53 ROBERT (L.), RPhil., 93 (1967), p. 36-40 (OMS, V, p. 376-380) ; I. Ephesos, IV, no 1408, l. 2-4 : κ (...)
  • 54 KOLDEWEY (R.), Die antiken Baureste auf der Insel Lesbos, Berlin, 1890, p. 32, 61-62 et Taf. 27. Vo (...)

11Inversement, des cités littorales ont été amenées à contrôler des îles proches du continent pour protéger leur accès par la mer. C’est le cas des îles milésiennes sur lesquelles se trouvaient des tours et des fortifications d’époque hellénistique : deux tours au Nord et au Sud de Léros, un site fortifié sur la colline qui domine le petit port de Lepsia et un pyrgos à Kastelli à Patmos46. À Léros, un décret en l’honneur du phrourarque Apollonios47, daté du IIIe-IIe s., témoigne de la présence d’une garnison. De même à Lep48, un décret du IIe s. rappelle que Timothéos fils d’Arètos a pris soin impeccablement et équitablement de la garde du chôrion. Deux autres inscriptions49 du Ier s., sans doute des dédicaces, donnent les noms de deux phrourarques de Lepsia. Leur autorité s’étendait à toute l’île puisque l’un d’eux, Antiochos fils d’Eschine, est phrourarque de l’île (ϕρούραρχος τς νήσου). Strabon50 rappelle que les îles autour de Tragia offraient des mouillages aux pirates et Plutarque51 rapporte que César, après avoir séjourné quelques temps en Bithynie, avait été enlevé par des pirates près de Pharmacoussa, au Sud-Ouest de Milet. Ces garnisons avaient donc pour mission de protéger les populations insulaires de la piraterie et, surtout, elles la privaient de ses repères tout en offrant des points d’appui à une police des mers efficace. La circulation importante des hommes et des marchandises aux abords des grands ports de commerce des cités littorales d’Asie Mineure était une aubaine pour les pirates qui n’hésitaient pas à lancer des raids sur les côtes. Dans un décret d’Éphèse52, datant du IIe s., les Astypaléens sont honorés pour être intervenu contre des pirates : ces derniers ont fait irruption sur le territoire d’Éphèse, à Phygela ; ils ont enlevé des gens, libres et esclaves, du sanctuaire d’Artémis Mounychia, pillant leurs biens, ceux des habitants du chôrion et des lieux alentours. Il est certain que ce chôrion était une place forte puisque un officier royal53 en assurait la garde au début du IIIe s. Dans les îles côtières de l’Asie Mineure, c’est sur le littoral que les tours sont les plus nombreuses, comme on peut le voir à Érésos54 sur l’île de Lesbos. À Makara et Apothikè, elles surveillaient l’entrée du golfe de Kalloni, un lieu propice pour le mouillage des navires. Il en allait de même à Sigri sur la côte occidentale. En revanche, les tours retrouvées dans la vallée du Tsichliontas à l’Ouest d’Érésos et celle située à Kroussos, à l’Est, avaient pour fonction de protéger les vallées, leurs zones cultivables et les populations rurales. Le souci de se protéger contre le fléau de la piraterie a donc été constant pour les cités jusqu’à ce que Pompée y mette un terme grâce aux pouvoirs qui lui furent conférés en 67 par la lex Gabinia.

  • 55 « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS, (1976), p. 153- (...)
  • 56 REHM, Milet, I. 3, no 149, l. 15-17 : πέμπειν δ Μιλησίους ες Πίδασα τν λαχόντα τν πολιτṿ ϕρούρ (...)
  • 57 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 234-235.

12Durant l’époque hellénistique, des cités se sont renforcées en absorbant de petites communautés civiques voisines. Le centre de ces communautés déchues pouvait alors être transformé en un poste de surveillance avec une garnison. Dans le décret réglant l’union de Téos et de Kyrbissos au IIIe s., admirablement commenté par L. et J. Robert55, les Téiens s’engagent par serment à ne pas détruire Kyrbissos, à ne pas permettre à d’autres de le faire, ni à abandonner ceux qui résident à Kyrbissos. De leur côté, les habitants de Kyrbissos doivent prêter serment de ne pas abandonner le phrourarque envoyé par le peuple et de conserver le chôrion dans la propriété du peuple. Ces derniers étaient donc annexés à Téos. Ils continuaient à habiter leur ancienne cité qui avait conservé son toponyme et la garnison assurait leur protection. Dans le traité inégal conclu entre Pidasa et Milet56 peu après 188, les Milésiens envoient à Pidasa un phrourarque et des gardes en nombre suffisant, et ils veillent à ce que les murailles soient réparées. Pidasa était devenu un phrourion de Milet. Les Pidaséens continuaient à habiter sur place. Ceux qui avaient prêté serment et qui avaient été inscrits sur une liste pouvaient participer aux cultes, aux magistratures et à tout ce à quoi participaient les autres Milésiens. Daskyleion avait également été absorbée par Cyzique et un phrourarque57 y était envoyé.

  • 58 DIODORE, XIX, 57, 5, dit qu’Antigone le Borgne avait établi sur les territoires qu’il contrôlait en (...)
  • 59 SHERWIN-WHITE (S. M.), Ancient Cos. An Historical Study from Dorian Settlement to the Imperial Peri (...)
  • 60 PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 109.

13Les sites fortifiés avaient donc des spécificités différentes et souvent multiples. Un rôle d’observation pour la défense du territoire permettait de prévenir en cas d’attaque soudaine grâce à des signaux lumineux58. À partir des places fortes, les garnisons pouvaient tenter de bloquer toute incursion sur le territoire, freiner l’avance d’un ennemi supérieur en nombre en attendant la venue de troupes de secours et après avoir donné l’alerte. Ainsi à Halasarna, lors de la guerre crétoise, des assaillants ont été mis en échec grâce à l’intervention de Dioclès fils de Léodamas59 : avec des troupes plus nombreuses et ceux qui étaient assignés à la garde, il a fait obstacle aux assaillants, et, appelant à l’aide les habitants, ils ont défendu ensemble le péripolion jusqu’à ce que les ennemis renoncent. Les places fortes pouvaient servir de refuges pour les populations et leur bétail, et servir de réserves agricoles. En temps de paix, le maintien de l’ordre était assuré dans les campagnes. Il s’agit donc d’un dispositif de défense globale dont l’efficacité se fondait sur une organisation en réseau60.

II. Le phrourion, un enjeu dans les luttes politiques internes

  • 61 Gnomon, 42 (1970), p. 601-602.
  • 62 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 210-214 et p. 222-228.
  • 63 Dans le traité entre Smyrne et Magnésie du Sipyle (OGIS, 229, 67-68), les colons prêtent aussi serm (...)

14Tenir une forteresse n’était pas seulement un enjeu de politique extérieure pour les cités. Comme l’a souligné L. Robert61, le phrourarque pouvait devenir un tyran imposant son pouvoir et son action ne s’appuyait pas nécessairement en premier lieu sur l’acropole de la ville. Dans le décret concernant l’union de Téos et de Kyrbissos62, le phrourarque et les gardes prêtent serment sur l’agora de conserver le chôrion, mais aussi de le rendre. Des dispositions sont prises pour empêcher qu’un phrourarque ne se maintienne en place. Il doit être banni et maudit, ses biens doivent être confisqués, et s’il est tué, son meurtrier ne sera pas considéré comme impur. S’il meurt au combat, ses biens doivent être confisqués. Les habitants de Kyrbissos prêtent serment, si quelqu’un complote contre le chôrion ou le phrourarque, de le dénoncer et de s’y opposer dans la mesure de leurs forces63.

  • 64 I. Ephesos, VI, no 2001.
  • 65 Sur Ainétos, stratège de Démétrios Poliorcète, cf. POLYEN, V, 19.
  • 66 « Éphèse et les Priéniens du Charax », REG, 29 (1916), p. 29-45. Voir notamment p. 37-38 et p. 45. (...)
  • 67 Gnomon, 42 (1970), p. 602 note 4.
  • 68 Cette phrase est recopiée sans autre commentaire par R. Merkelbach et J. Nollé, I. Ephesos, VI, 198 (...)
  • 69 L. 12-15 : ἐπαινέσαι δὲ Αἴνητον, ὅτι περὶ ὧν αὐτῶι διελέχθησαν οἱ στρατηγοὶ καὶ οἱ [σύνεδροι παρακα (...)

15Inversement, les hommes d’un parti pouvaient résister dans une forteresse et de là tenter de reconquérir le pouvoir. Un décret d’Éphèse64 du IIIe s. témoigne que des Prièniens se sont réfugiés dans la forteresse du Charax et s’engagent à garder le phrourion. Ils envoient un ambassadeur aux gens d’Éphèse pour demander des armes et du matériel pour défendre le fort. S’ils ne sont pas suffisamment puissants pour sauver le Charax, ils demanderont une aide militaire. Le peuple d’Éphèse décide de décerner l’éloge aux citoyens exilés de Priène réfugiés au Charax, de leur donner les armes dont ils ont besoin. Pour trouver les ressources nécessaires, les Éphésiens décident de vendre le droit de cité à des hommes libres pour six mines, tout en limitant le nombre des bénéficiaires, sans doute à quinze. Le produit de la vente doit rapporter un talent et demi, consacré en partie à l’achat d’armes. On décerne aussi l’éloge à Ainétos65. Les stratèges et les synèdres l’ont prié, selon M. Holleaux66, « de veiller sur les Priéniens du Charax et de ne point négliger le fort ‘passé aux mains des étrangers’ ». Le Charax aurait été aux mains des Priéniens exilés « avec l’autorisation des Éphésiens » : il « appartenait aux Éphésiens qui en firent un abandon volontaire, et certainement temporaire, aux exilés de Priène ». L. Robert67 a critiqué avec raison ce point de vue : « on ne voit pas comment les Éphésiens auraient cédé ainsi, en se retirant complètement, et fait ‘abandon volontaire’, même temporaire, d’un fort de leur territoire à des exilés de Priène ». Il ajoute : « le stratège avait été invité à ‘ne pas tolérer (supporter, voir sans réagir) que le fort passe entre les mains d’autres gens’ que ce groupe de Priéniens de la ville de Priène (dirigée par un tyran) »68. Pourtant cette interprétation ne correspond pas à ce qui dit le texte69. En réalité, les stratèges et les synèdres ont discuté avec Ainétos et l’ont invité à veiller sur les exilés de Priène réfugiés au Charax et à ne pas permettre que le fort tombe en d’autres mains. Auparavant, Ainétos s’était soucié de s’attacher à leur salut et maintenant, il promet de ne pas manquer de zèle pour que soient sauvés du danger les exilés de Priène réfugiés au Charax. Autrement dit, Ainétos ne devait pas tolérer que quiconque s’empare du Charax resté aux mains des exilés de Priène, pas même les Priéniens de la ville sous l’autorité du tyran.

  • 70 I. v. Priene, 37, 67-68 (AGER, Interstate Arbitrations, no 74) : καὶ τόν τε ϕρούραρ[χο]ṿ καὶ τοὺς ϕ (...)
  • 71 L. 77-80 : κα[ὶ] ἄλλο ψάϕισμα παρὰ Ῥοδίων ὑπὲρ τοῦ καταϕυγε[ῖν το]ὺς περὶ [τὸν τ]ύραννον καὶ ἄλλο ὑ (...)
  • 72 L 82-83 : καὶ τὸ ϕρούριον ἔχειν καθὰ καὶ πρότερο[ν, κ]αὶ τ[ὰν χ]ώραν νέμεσθαι.

16Dans une autre inscription, les Priéniens sont opposés aux Samiens pour la possession de la Dryoussa et de la forteresse du Karion, et sont provisoirement départagés au début du IIe s. par un arbitrage des Rhodiens. À cette occasion, les Priéniens rappellent qu’à l’époque où régnaient encore Démétrios et Lysimaque, des opposants à la tyrannie se sont réfugiés dans la forteresse du Karion. Ils ont tué le phrourarque et les gardes qui s’y trouvaient et qui avaient pris le parti du tyran70. Durant les années où ils se sont maintenus dans la forteresse, ils ont correspondu avec le tyran et avec un grand nombre de cités. Ils ont envoyé plusieurs décrets à Rhodes au sujet de leur résistance face à la tyrannie, pour obtenir des armes et pour solliciter un prêt d’argent71. Lors de la chute de la tyrannie, trois années s’étant écoulées, ils sont revenus du Karion vers la ville. Ainsi, la cité comme avant, tenait le fort et exploitait la campagne72.

III. La mobilisation des citoyens

  • 73 REHM, Milet, I. 3, no 33 e, l. 6-7 et l. 12-13. Sur les Crétois à Milet, voir LAUNEY (M.), Recherch (...)
  • 74 REHM, Milet, I. 3, no 37 d, 65-66: [λαγχ]αṿἐτ[ω]σαν δὲ ϕυλακὴν καὶ ϕρουραρχίαν
    ἐτ
    ν παρελ[θόντων εἴ](...)
  • 75 REHM, Milet, I. 3, no 37 e, l. 81-82: [συνδιατηρήσω τὴν πόλιν] καὶ τὰ ϕρούρια.
  • 76 REHM, Milet, I. 3, no 143, l. 30-31: ϕυλακὴν δὲ καὶ ϕρουραρχίαν συγκληροσθαι διελθόντων ἐτν δέκα (...)
  • 77 REHM, Milet, I. 3, no 146, l. 39-40. Daté de 209/8.
  • 78 REHM, Milet, I. 3, no 150, l. 51-52 : ϕρο[υ]ραρχίας δ κα ϕυλακς τς κατ πόλιν καὶ ϕρουρικῆς μετ (...)
  • 79 Cf. OGIS, 229, l. 52-55. Sur ἐπικληρόω, assigner par le sort dans des subdivisions de la cité, voir (...)
  • 80 ERRINGTON (R. M.), « Inschriften von Euromos », EA, 21 (1993), p. 28-29 (sans doute de la fin du II(...)
  • 81 L. 11-13 : δεδόσθαι δὲ ατι καὶ μετουσία[ν πάντων ὧν καὶ oἱ λοι]ποὶ πολῖται μετέχουσιν, Errington  (...)

17À l’époque hellénistique, le citoyen continuait à être mobilisé pour assurer la garde d’un lieu fortifié et assumer la phrourarchie. En deux vagues successives, les Milésiens ont décerné la citoyenneté à des soldats crétois recrutés comme mercenaires ou comme auxiliaires. La première fois, en 234/3, ils sont installés dans le chôrion de Myous et le droit de propriété foncière leur est accordé à condition que la terre concédée reste inaliénable pendant vingt ans73. La distribution et l’inaliénabilité des terres ont pour but de fixer ces néopolitai, et peut-être est-ce aussi un moyen de rémunérer des soldats qui restent mobilisables, de tenir et de mettre en valeur un territoire frontalier entre Magnésie du Méandre et Milet. La seconde fois, en 229/8, de nombreux Crétois reçoivent la citoyenneté et leurs droits politiques sont définis. Là encore, vingt années sont nécessaires pour que le soldat crétois fait citoyen milésien soit complètement intégré, car le décret74 stipule qu’ils ne peuvent être tirés au sort pour la garde et la fonction de phrourarque qu’au bout de vingt ans. De plus, il leur est demandé, par serment, de s’engager à défendre la cité et les phrouria75. Que la citoyenneté soit nécessaire pour assurer la défense de la cité, cela se remarque aussi dans les traités d’isopolitie. Dans le traité entre Milet et Séleucie-Tralles, il est prévu d’accorder la citoyenneté aux Séleukéens et que les nouveaux citoyens participent à tout ce à quoi ont accès les Milésiens, mais ils ne peuvent recevoir la garde de la cité et de ses forteresses, et accéder à la fonction de phrourarque qu’au bout de dix ans après chaque assignation par le sort76. Une formule identique se trouve dans le traité d’isopolitie entre Milet et Mylasa77 et une autre comparable se lit dans celui entre Milet et Héraclée du Latmos78. Dans ce dernier traité, les deux cités font aussi alliance en s’engageant à se défendre mutuellement en cas d’attaque contre la ville, le territoire ou les phrouria. L’assignation par le sort (épiclérosis)79 correspond en fait à la répartition des nouveaux citoyens dans les tribus. Le délai de dix ans n’entre donc en vigueur qu’à partir du moment où le nouveau citoyen participe effectivement à la vie civique. Il est remarquable que ce délai soit deux fois moins long que pour les soldats crétois dont on se méfiait davantage. Dans un décret honorifique d’Eurômos80, Amyntès fils d’Ainéas, est préposé à la garde par le peuple en un lieu nommé Petra. Selon R. M Errington, il s’agit d’un étranger, car, dans la liste des honneurs qui lui sont décernés, le peuple lui donne la participation aux sacrifices81 dans les mêmes conditions que les autres citoyens. Comme le décret ne dit pas que la citoyenneté lui est accordée, Errington suppose que le lapicide a omis d’en graver la mention. Mais selon Cl. Brixhe, du fait d’une sympolitie, il pourrait s’agir d’un Mylasien ayant pour subordonnés des Eurôméens, car la formule de sanction du décret précise qu’il s’agit du démos d’Eurômos, l’ethnique de l’officier n’est pas mentionné et, à deux reprises, il est fait référence au peuple tout entier (σύμπας δμος).

  • 82 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 196-204.
  • 83 I. v. Priene, no 4, l. 50-51 : ϕρούραρ[χος] α[ἱρ]εθεὶς τ[ῆ]ς ἄκρας τῆς ἐν Τηλωνείαι. Daté de 327/6 (...)
  • 84 I. v. Priene, no 21, l. 11-12 et no 22, l. 4-5 : ϕρούραρχος ἀποδειχθεὶς τῆς ἄκρας πὸτοῦ δήμου. Dat (...)
  • 85 I. v. Priene, no 19, l. 5-6 : ἀποδειχθεὶς πὸ τοῦ [δή]μου ϕρούραρχος ες Τηλώνηαν. Daté de la secon (...)
  • 86 REHM, Milet, I. 3, no 37, l. 65 ; no 143, l. 30 ; no 146, l. 39-40.
  • 87 REHM, Milet, I. 3, no 149, l. 15-16 : πέμπειν δὲ Μιλησίους ες Πίδασα. τὸν λαχόντα τῶν πολιτῶν ϕρού (...)
  • 88 « La vallée du Méandre : cités et institutions militaires », dans BRESSON (A.) et DESCAT (R.) éd., (...)
  • 89 SHERWIN-WHITE, Ancient Cos, p. 119 note 192 ; BAKER, Cos et Calymna, p. 31 : ἑλόμενος κατὰ ψάϕισμα (...)

18Quelles étaient les conditions d’accès à la fonction de phrourarque, son rôle et celui des garnisaires ? Le phrourarque de Kyrbissos82 ne doit pas être âgé de moins de trente ans. Il est choisi pour ces qualités ainsi qu’en atteste le serment des gens de Téos : « je désignerai phrourarque pour Kyrbissos celui qui m’aura paru devoir être le meilleur et le plus juste pour veiller à la garde de la place et conserver la place dans la possession de la ville ». Le phrourarque doit être un propriétaire foncier : un cens, en terre et en maison, libre d’hypothèques, est exigé pour un montant de quatre talents. Ce critère de richesse est une garantie pour la cité que le chef de garnison ne se laisse pas corrompre et qu’il soit concerné personnellement dans sa mission de sauvegarde du territoire. Le phrourarque est élu par l’assemblée du peuple. Celui de Kyrbissos est désigné par les citoyens qui prêtent serment dans l’assemblée. À Priène, Apellis83, Nymphôn84 et Hélikôn85 sont aussi désignés par le peuple. En revanche, les Milésiens recourent au tirage au sort, tant pour les garnisaires que pour leurs phrourarques86. Un chef de garnison tiré au sort parmi les citoyens est envoyé à Pidasa87. Selon P. Baker88, le tirage au sort « intervenait certainement au moment de l’affectation à un fort en particulier des phrourarques désignés et des gardes constituées ». Cette explication n’est pas satisfaisante, car le décret concernant les soldats crétois faits citoyens milésiens et les traités de sympolitie ont le souci de définir la participation du nouveau citoyen à la garde de la cité et au commandement des garnisons. Le lieu d’affectation est une question secondaire dont les textes ne disent rien. En fait, puisque les fonctions militaires, particulièrement celles du commandement, nécessitaient des qualités que n’importe quel citoyen ne possédait pas, une sélection permettait sans doute d’écarter les citoyens les moins compétents. En temps de guerre, à Halasarna89, Dioclès choisit conformément au décret les hommes les plus capables de prendre soin de la garde.

  • 90 I. v. Priene, no 19, l. 6-8 : ϕρουραρχή[σα]ς ἐπὶ στεϕανηϕόρου Πρωτάρχου τὴν πρην [τ]ετράμηνον.
  • 91 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 205-206.
  • 92 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 318 no 18, l. 4-6 : ἐπειδὴ Τιμόθεοςʼ Αρήτου γεν[ό] (...)
  • 93 Idem, p. 322-323 no 21 et 22.
  • 94 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 234-235.
  • 95 I. v. Priene, no 19, l. 21.
  • 96 I. v. Priene, no 4, l. 51-52 καλῶς καὶ ϕιλοτίμος διεϕύλα[ξε] τὸμ [π]ύρ[γ]ογ καὶ ἀπέδωκε τῶι δήμωι.
  • 97 I. v. Priene, no 21, l. 14-15; no 22, l. 6-7: παρέδω[κεν αὐ]τὴν τῶι δήμωι καθότι καὶ παπέλαβεν.
  • 98 I. v. Priene, no 4, l. 15-17. Daté de 332/1 selon F. Hiller ; de 294/3 selon CROWTHER (C. V.), Chir (...)

19La fonction de phrourarque s’exerçait sur une durée courte allant de quatre mois à un an. À Priène, Hélikôn90 a assuré cette fonction sous le stéphanéphore Prôtarchos pendant les quatre premiers mois. À Kyrbissos91, le phrourarque ne reste pas en place plus de quatre mois. Il est possible que la durée ait été d’une année dans les îles milésiennes. Le décret de Lepsia92 dit que Timothéos fils d’Arètos est devenu phrourarque dans l’année du stéphanéphore Eukratès et les dédicaces93 d’Antiochos, phrourarque de l’île, et d’Artémidore, sont datées par le stéphanéphore de l’année. Dans la dédicace attribuée à Daskyleion par L. et J. Robert94, Prôtagoridès rappelle qu’il a été phrourarque l’année où Zeus était hipparque. L’annalité était la durée habituelle pour la plupart des magistratures, mais pour la garde des forteresses, il était plus prudent que le chef de garnison soit relevé de ses fonctions plus souvent. C’était un gage de sécurité. De plus, maintenir trop longtemps une garnison comportait des risques pour le maintien de la discipline et pénalisait les propriétaires fonciers absents de leurs domaines. La réitération était possible, mais après un intervalle qui pouvait être assez long. À Kyrbissos, il est prévu de ne pas nommer le même phrourarque pendant un délai de cinq ans. Deux listes sont dressées dans le bouleuterion, l’une indiquant ceux qui ont été phrourarques et l’autre désignant peut-être, dans une partie lacunaire du texte, ceux qui ont le cens nécessaire. À Priène, Hélikôn a été phrouraque deux fois95, mais on ne sait quel intervalle était imposé. À l’expiration de sa fonction, le phrourarque doit remettre la forteresse au peuple ou la transmettre au nouveau phrourarque mandaté par la cité. À Priène, Apellis a conservé le fort excellemment et avec zèle et l’a remis au peuple96. À son tour, Nymphôn97 a transmis la forteresse au peuple comme il l’avait reçue. Le bannissement et la confiscation des biens sont prévus pour le phrourarque de Kyrbissos s’il se maintient dans la forteresse, et son meurtrier n’est pas impur. Ces fonctions militaires restaient donc sous le contrôle de la cité. Elles étaient assurées par des citoyens qui pouvaient aussi exercer d’autres charges. Le phrourarque Apellis98, par exemple, a été secrétaire pendant vingt ans et secrétaire des stratèges pendant quatorze ans.

  • 99 I. v. Priene, no 19, l. 8-10 : τῆς τε ϕυλακῆς πᾶσαν ἐπιμέλει[α]ν καὶ σπουδὴν ἐποιήσατο, ὅπως ἂν εὐτ (...)
  • 100 L. 18-20 : λογιζομένους ὡς οὐθὲ[ν με]ῖζόν ἐστιν ἀνθρώποις Ἓλλησιν τῆς ἐ[λε]υθερίας.
  • 101 I. v. Priene, no 21, l. 12-13: διέμεινέ τε πάντα τὸγ χρόνον ἐν τῶι ϕρουρίωι κατὰ τὸν νόμον.Voir aus (...)
  • 102 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 214-219.
  • 103 I. v. Priene, no 19, l. 12-16 : καὶ τῶμ ϕρουρῶν προενόησεν ἔν τε τοῖς ἄλ[λ]οις καὶ ὅπῶς ἂν τὸ ἴσον (...)
  • 104 I. v. Priene, no 21, l. 15-16 : καὶ τοῖς ϕρουροῖς ὀρθῶς καὶ δι καίως χρώμενος διετέλεσεν. Voir auss (...)
  • 105 ERRINGTON (R. M.), EA, 21 (1993), p. 28 : » [καὶ] ἰδίαι τε ἑκάστωι τῶν διατριβό[ντων τῶν πολιτῶν ἐν (...)
  • 106 I. v. Magnesia am Maeander, 15 b, 24-26 : ὅταν δὲ ποιῶνται τὴν ἄϕοδον, ὅπως [ἀσϕαλῶςπαραπεμϕθῶσι, τ (...)
  • 107 I. v. Magnesia am Maeander, no 14, l. 9-10.
  • 108 Cette restitution a été également proposée par BAKER (P.), La défense de la cité en Ionie à la péri (...)
  • 109 I. v. Magnesia am Maeander, no 97, l. 91-93 : ἵνα δὲ καὶ ἀσϕαλῶς παραπεμϕθ[ῶσιν το[ὺς πολεμάρχας κα (...)
  • 110 I. v. Magnesia am Maeander, no 98, l. 26; no 100 a, l. 40. Respectivement du début et de la moitié (...)
  • 111 I. v. Magnesia am Maeander, no 14, l. 9-10: [- - - ἢ στρατηγοὺ]ς ἢ ϕρουράρχους ἢ ἡγεμό[ας] La resti (...)
  • 112 Syll.3, 1226 (Alabanda de Carie). REYNOLDS (J.), Aphrodisias and Rome, London, 1982, p. 12 no 2, 6- (...)

20La mission du chef de garnison était d’assurer la garde du fort qui lui avait été confiée. À Priène, Hélikôn99 l’a assurée avec tout le soin et le zèle voulus, et pour qu’elle se fasse dans l’ordre, il a fait des rondes lui-même. Son rôle est aussi de pousser ses hommes à la vigilance en les invitant à assurer la garde avec soin et de faire appel à leur conscience civique en leur disant que, pour des Hellènes, il n’est rien de plus grand que la liberté100. La présence du phrourarque doit être permanente. À Priène, Nymphôn101 est resté tout le temps dans la forteresse conformément à la loi. Le décret sur l’union entre Téos et Kyrbissos102 stipule aussi que le phrourarque ne peut s’absenter. Les trésoriers lui versent la solde des quatre mois lorsqu’il va prendre son poste. Ainsi, lui et ses hommes étaient sûrs d’être payés, ce qui réduisait les risques d’une trahison. Le phrourarque doit faire régner la discipline : à Kyrbissos, il peut mettre aux liens ou renvoyer un garde désobéissant. Mais pour maintenir le bon ordre, il doit être attentif à ses hommes et faire preuve de nombreuses qualités. Ainsi à Priène, Hélikôn103 s’occupe des garnisaires, veille à leur égalité et au bon règlement de tout ce qui concerne la forteresse. Le décret souligne sa conduite intègre et juste. Nymphôn104 s’est également comporté avec les gardes de façon droite et juste. Dans le décret des Eurôméens105, le phrourarque a rendu des services en particulier à chacun des citoyens séjournant dans le fort, et en général au peuple tout entier, se montrant impartial et incorruptible. Selon O. Kern106, un phrourarque chargé de la garde du territoire devrait, avec les polémarques et les hipparques, prendre soin du retour des ambassadeurs cnidiens venus à Magnésie du Méandre. Mais cette restitution doit être remise en cause. Les phrourarques sont mentionnés dans un fragment de loi sur les polémarques107. On ne voit pas que l’un d’eux ait été plus particulièrement chargé de la garde du territoire. Faut-il restituer [στρατηγν τν π τς ϕυ]λακς108 ? Dans une clause comparable109, seuls les hipparques et les polémarques sont chargés de s’occuper de la sécurité des ambassadeurs de Téos pour leur retour, et le stratège apparaît seul aux côtés des polémarques, des hipparques et d’autres magistrats de la cité dans les décrets relatifs au culte de Zeus Sosopolis et d’Artémis Leukophriénè110. Mais un collège des stratèges111 existait à Magnésie et l’un d’eux a pu être chargé du territoire comme cela se faisait dans d’autres cités d’Asie Mineure112. Cette restitution est donc préférable, car assurer la sécurité des ambassadeurs pour leur retour est un rôle qui convient mieux à un stratège du territoire qu’à un phrourarque.

  • 113 ETIENNE (R.) et MIGEOTTE (L.), « Colophon et les abus des fermiers des taxes », BCH, 122 (1998), p. (...)
  • 114 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 206-209, 216 et 219-222.
  • 115 Syll.3, 569, 21-23 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, p. 174 no 46) : καὶ περὶ τς κατ γράμμα πά (...)

21Les citoyens installés temporairement pour la garde étaient distingués des résidents permanents des phrouria. Lorsque Colophon l’ancienne dans la première moitié du IIIe s. prend des décrets relatifs aux abus des fermiers des taxes113, cela concerne non seulement la cité, mais aussi les Colophoniens habitants à Notion et ceux des fortins de Colophon, sauf ceux qui sont inscrits à Notion et à Colophon. Selon R. Etienne et L. Migeotte, cette restriction s’appliquait aux résidents temporaires inscrits sur les registres centraux, autrement dit « les citoyens détachés en tant que milice civique ». À Kyrbissos114, le nombre minimum des gardes est fixé à vingt. Ils ne sont pas armés en hoplite puisque ils n’ont qu’un bouclier, une lance, une machaira et un casque. Leur rôle était essentiellement de patrouiller, d’assurer l’ordre, d’alerter en cas d’attaque et d’attendre des renforts venant de Téos. Trois chiens de garde, achetés sur le trésor public, sont confiés au phrourarque qui paie leur nourriture sur sa solde. Celle-ci est de quatre drachmes d’Alexandre tandis que celle des garnisaires est d’une drachme d’Alexandre. En temps de guerre et selon le danger, la répartition des gardes en ville et sur le territoire pouvait être réévaluée. Ainsi à Halasarna115 où une liste des tours de garde existait, Theuclès libère les démotes de la garde de la ville pour qu’ils restent dans leurs localités et conservent les phrouria.

  • 116 I. v. Priene, no 19, l. 1 : Oἱ ϕρουροὶ oἱ ἐν Τηλωνήα[ι] suit le nom du phrourarque dans une couronn (...)
  • 117 I. v. Priene, no 108, l. 210-212: [ἔτυχε πασῶν τῶv] τιμῶν παρὰ τῶν. συνδιατριψάν[των ατῶι κατὰ τὴν (...)
  • 118 I. v. Priene, no 252 A. Voir aussi no 251.
  • 119 I. v. Priene, no 19, l. 40-56.
  • 120 « Notes d’épigraphie hellénistique », BCH, 50, 1926, p. 501-510 (OMS, I, p. 65-74) ; I. of Alexandr (...)
  • 121 I. v. Priene, no 23, l. 10-15. Daté du IIIe s.

22Lorsque leur mission était accomplie avec succès, les phrourarques étaient honorés par la cité, mais aussi par les garnisaires. À Priène, les phrouroi de Telôneia décrètent des honneurs pour Hélikôn116. Dans un long décret honori117relatant les services rendus par Moschiôn à sa cité, entre 150 et 120 av. J.-C., on rappelle que le bienfaiteur a reçu des honneurs de ceux employés avec lui à la garde de la forteresse. Une statue est dressée pour le phrourarque Thrasybule, comme en témoigne la base trouvée sur la terrasse du temple d’Athéna118. Dans le décret pour Hélikôn119, les gardes désignent deux représentants et les envoient devant le conseil et le peuple pour demander l’inscription du décret sur la parastade du portique du sanctuaire d’Asclépios et un emplacement pour l’affichage d’une stèle dans le hieron de Telôneia. Ils demandent également la proclamation publique des honneurs aux Dionysies. Si l’on suit les restitutions de L. Robert120, les citoyens d’Alexandrie de Troade à Chrysa qui avaient honoré leur phrourarque d’une couronne d’or, ont également demandé au conseil et au peuple de garantir la proclamation des honneurs et de placer la stèle du décret dans le temple d’Apollon. Répondant favorablement à cette double demande, les citoyens offrent une autre couronne d’or. Les honneurs décernés par les cités sont l’éloge, une couronne d’or, la proclamation publique dans le théâtre aux Dionysies. C’est le cas par exemple à Priène pour le phrourarque Bias121. Les décrets étaient affichés : par exemple, à Priène, dans le sanctuaire d’Athéna pour Apellis et Nymphôn ; à Eurômos, dans le lieu le plus en vue du sanctuaire de Zeus Lepsynos.

  • 122 I. Mylasa, no 901, l. 1-2: τὸ ἀργύριον ... [τῆς κα]τασκευῆς το χυρώματος. Daté du IIe s.
  • 123 Syll.3, 569: l. 8-11, καὶ πορίσας εἰς ταῦτα χρήματα προενοήθη το[ῦ κα]τὰ τάχος ἀποχυρωθέντος τοῦ πε (...)
  • 124 L. 15-16: σπεύδων τε καὶ εἰς τὸν μετὰ ταῦτα χρόνον ἄθικτον τὰν ὑποθήκαν τοῖς περιπολίοις ὑπάρχεν, π (...)
  • 125 Voir BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », (...)

23Les cités faisaient appel aux citoyens pour organiser leur défense, assurer les commandements, mais aussi prendre leur part des dépenses. Ainsi un décret122 honorifique d’Hydai rappelle que l’argent a été dépensé pour la construction d’un ochurôma. À Halasarna, Theuclès a fourni des fonds et a veillé à ce que le péripolion, ayant été fortifié au plus vite, les habitants soient en sécurité avec leurs femmes et leurs enfants. Puis il a renforcé le nombre des gardes de la ville et du péripolion, et a augmenté la solde. Enfin, il a procuré de l’argent pour l’armement de ceux qui étaient assignés à la garde du péripolion123. Theuclès a également veillé à ce que le fonds réservé pour les péripolia soit préservé en prenant part aux affaires publiques et en faisant une administration des dépenses avantageuse et vigoureuse contre les citoyens désobéissants aux décisions de l’assemblée124. Bien que les documents fassent défaut pour évaluer précisément les coûts125 que représentaient pour la cité la construction des forteresses, leurs réparations et l’entretien des garnisons, on mesure par cet exemple dans quelle situation financière fragile pouvaient se trouver les cités.

  • 126 ROBERT (L. et J.), La Carie II, Paris, 1954, p. 97 no 5 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, 1959, (...)

24Ainsi la mobilisation des citoyens ne répondait pas seulement à une conception idéologique héritée de la cité classique, mais aussi à des considérations matérielles. Lorsque les moyens manquaient, les cités n’engageaient pas de mercenaires et n’avaient pas une politique de défense cohérente dans la durée. Dès lors, leur rôle ne pouvait être que modeste face aux grandes monarchies. Avec la conquête romaine, leur autonomie en matière de défense s’est amoindrie. La cité de Tabai126, par exemple, ayant résisté à Mithridate en 88, est autorisée par un sénatus-consulte – confirmant des mesures prises par Sylla – à fortifier Thyessos situé dans les montagnes sur son territoire. Peu à peu les témoignages sur les phrouroi et les phrourarques des cités vont disparaître. Des relations nouvelles mises en place entre les cités et le pouvoir central ou ses représentants dans la province, et entre elles, notamment au sein des koina, rendent alors caduque la mobilisation du citoyen pour la défense de la cité.

Bibliographie

Bibliographie:

AGER (Sh.), Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B. C., University of California Press, Berkeley, 1996.

BAKER (P.), Cos et Calymna, 205-200 a.C. : esprit civique et défense nationale, Québec, 1991.

BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), éd, La guerre dans les économies antiques, Entretiens d’archéologie et d’histoire – St Bertrand de Comminges, 2000, p. 177-196.

BAKER (P), « La vallée du Méandre : cités et institutions militaires », dans BRESSON (A.) et DESCAT (R.), éd.. Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle a.C.. Bordeaux. 2001. p. 61-75

BEAN (G. E.), « Notes and Inscriptions from Caunus », JHS, 73 (1953), p. 10-35.

BEAN (G. E.), « Ada Tepe Again (Sancaklý Kalesi) », JHS, 67 (1947), p. 128-134.

BEAN (G. E.), « The Defences of Hellenistic Smyrna », Anadolu Araştırmaları, I, (Jahrbuch für kleinasiatische Forschung, III), 1955 (1957), p. 43-55 et pl. XVI-XX.

BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Cnidia », ABSA, 47 (1952), p. 171-212 et pl. 36-41.

BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Carian Cost III », ABSA, 52 (1957), p. 106-111.

BRESSON (A.) et DESCAT (R.), éd., Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle a. C., Bordeaux, 2001.

BRESSON (A.), « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », dans MÜLLER (Chr.) et HASENOHR (Cl.), éd., Les Italiens dans le monde grec. IIe s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C., Actes de la Table Ronde, Paris, ENS, 14-16 mai 1998, BCH Suppl. 41, 2002, p. 147-162.

BRULÉ (P.), La piraterie crétoise à l’époque hellénistique, Paris, 1978.

CADOUX (C. J.), Ancient Smyrna. A History of the City from the Earliest Times to 324 AD, Oxford, 1938.

COOK (J. M.), « Some Sites of Milesian Territory », ABSA, 56 (1961), p. 90-101 et Pl. 15-16.

DEBORD (P.) et DESCAT (R.) éd., Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, Table ronde CNRS, Istanbul, 20-27 mai 1993, REA, 96, 1994.

ERRINGTON (R. M.), « The Peace Treaty between Miletus and Magnesia (I. Milet 148) », Chiron, 19, 1989, p. 279-288.

ERRINGTON (R. M.), « Inschriften von Euromos », Epigraphica Anatolica, 21 (1993), p. 15-31.

ETIENNE (R.) et MIGEOTTE (L.), « Colophon et les abus des fermiers des taxes », BCH, 122 (1998), p. 143-157.

GABRIELSEN (V.) et alii éd., Hellenistic Rhodes: Politics, Culture, and Society, Aarhus University Press, 1999.

GARLAN (Y.), Recherche de poliorcétique grecque, Paris, 1974.

GAUTHIER (Ph.), Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe–Ier siècle avant J.-C.), BCH Suppl. 12, Paris, 1985.

HOLLEAUX (M.), « Éphèse et les Priéniens du Charax », REG, 29 (1916), p. 29-45.

LABARRE (G.), Les cités de Lesbos aux époques hellénistique et impériale, Lyon, 1996.

LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, 1 et 2, Paris, 1987 (réimpression de l’édition de 1950 avec addenda et mise à jour, en postface par Y. Garlan, Ph. Gauthier, Cl. Orrieux).

LÉVÊQUE (P.), « La guerre à l’époque hellénistique », dans VERNANT (J.-P.), Problèmes de la guerre en Grèce ancienne, 1968, p. 261-287.

MAIER (F. G.), Griechische Mauerbauinschriften, 1 et 2, Heidelberg, 1959 et 1961.

McNICOLL (A. W.), Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford, 1997.

MANGANARO (G.), « Le iscrizioni delle isole milesie », Annuario della scuola archeologica di Atene, 41-42, 1963-1964 (1965), p. 239-349.

PIMOUGUET-PÉDARROS (I.), Architecture de la défense. Histoire des fortifications antiques de Carie. Époques classique et hellénistique, Besançon, 2000.

PIMOUGUET-PÉDARROS (I.), « Défense et territoire. L’exemple milésien », DHA, 21 (1995), p. 89-109.

PIMOUGUET-PÉDARROS (I.), « Les fortifications de la Pérée rhodienne », dans DEBORD (P.) et DESCAT (R.), éd., Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, Table ronde CNRS, Istanbul, 20-27 mai 1993, REA, 96 (1994), p. 243-272.

ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie, 1, Paris, 1983.

ROBERT (L.), Collection Frœhner, 1, Paris, 1936.

ROBERT (L.), « Notes d’épigraphie hellénistique », BCH, 50, 1926, p. 501-515 (repris dans OMS, I, p. 65-79).

ROBERT (L.), « Sur des inscriptions d’Éphèse », RPhil., 93 (1967), p. 36-40 (OMS, V, p. 376-380)

ROBERT (L.), « F. G. Maier, Griechische Mauerbauinschriften », Gnomon, 42 (1970), p. 579-603 (OMS, VI, p. 629-653).

ROBERT (L.), « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS, (1976), p. 153-235 (OMS, VII, p. 297-379).

ROBERT (L.), « À Caunos avec Quintus de Smyrne », BCH, 108, 1984, p. 499-532 (repris dans Documents d’Asie Mineure, Paris, 1987, p. 487-520).

SCHMITT (H. H.), Die Staatsverträge des Altertums. Die Verträge der griechisch-römischen Welt von 338 bis 200 v. Chr., volume 3, München, 1969,

SCHULER (Chr.), Ländliche Siedlungen und Gemeiden im hellenistischen und römischen Kleinasien, München, 1998.

SEGRE (M.) et PUGLIESE CARATELLI (I.), Tituli Camirenses, Rome, 1952.

SHERWIN-WHITE (S. M.), Ancient Cos, an Historical Study from the Dorian Settlement to the Imperial Period, Göttingen, 1978.

WIEGAND (Th.) et SCHRADER (H.), Priene, Ergebnisse des Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1895-1898, Berlin, 1904.

WILL (Éd.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), p. 297-318 (repris dans Historica graeco-hellenistica, choix d’écrits 1953-1993, Paris, 1998, p. 595-616).

Notes

1 GARLAN (Y.), Recherche de poliorcétique grecque, Paris, 1974, p. 276-277.

2 WILL (Éd.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), p. 312-318 (repris dans Historica graeco-hellenistica, choix d’écrits 1953-1993, Paris, 1998, p. 610-616).

3 Rhétorique, 1, 4.

4 Voir LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, II, Paris, 1987 (réimpression de l’édition de 1950 avec addenda et mise à jour, en postface par Y. Garlan, Ph. Gauthier, Cl. Orrieux), p. 633-689.

5 Architecture de la défense. Histoire des fortifications antiques de Carie. Époques classique et hellénistique, Besançon, 2000 (cité PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense).

6 Sur la terminologie employée pour désigner les ouvrages fortifiés, voir MAIER (F. G.), Griechische Mauerbauinschriften, 2, Heidelberg, 1961, p. 78-80 et ROBERT (L.), « F. G Maier, Griechische Mauerbauinschriften », Gnomon, 42 (1970), p. 588-589 et 598-601 (repris dans OMS, VI, p. 638-639 et p. 648-651). Voir aussi PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 111-118.

7 Dans le traité entre Eupolémos et Théangela (fin IVe – début IIIe s.), il est prévu qu’Eupolémos prenne la ville et les citadelles, παραλαμβανέτω τμ πόλιν κα τς κρας, cf. ROBERT (L.), Collection Frœhner, 1, Paris, 1936, p. 69 no 52, l. 20. Deux citadelles défendaient la ville carienne selon ROBERT, p. 81-86 et pl. XXVI, mais le texte pourrait aussi faire référence à celles disséminées sur les collines environnantes qui protégeaient le territoire selon PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 239. Dans un décret de Samos pour un médecin (entre 201 et 197), IG XII 6, 16, l. 5-6 et l. 28-30, on lit qu’au cours de la réoccupation de la cité et des sièges des citadelles (ἐν τας τν κρν πολιορ[κί]αις), il y eut de nombreux blessés.

8 ROBERT (L.), Études épigraphiques et philologiques, Paris, 1938, p. 260-261 note 1. Voir aussi SCHULER (Chr.), Ländliche Siedlungen und Gemeiden im hellenistischen und römischen Kleinasien, München, 1998, p. 49-53. Dans un décret pour des soldats et leurs chefs publié par ROBERT (J. et L.), Fouilles d’Amyzon en Carie, 1, Paris, 1983, p. 196-198 no 19, et datant de peu après la conquête par Antiochos III, le chôrion assiégé désigne l’Artémision avec son péribole.

9 Syll.3, 569, l. 8-9 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, 1959, p. 174 no 46) : καπορίσας ες τατα χρήματα προενοήθη το[ κα]τ τάχος ποχυρωθέντος το περιπολίου. Cf. BAKER (P.), Cos et Calymna, 205-200 a.C. : esprit civique et défense nationale, Québec, 1991, p. 39-45. C’est le cas aussi à Rhodes, cf. SEGRE (M.) et PUGLIESE CARATELLI (I.), Tituli Camirenses, 1952, p. 238 no 110 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, p. 183 no 49).

10 TAM, III. 1, no 1; no 895; no 897. İPL İKÇ İOĞLU (B.), « Zum territorium von Termessos in Pisidien » dans SCHERRER (P.), TAEUBER (H.), THÜR (H.) éd., Steine und Wege, Festschrift für Dieter Knibbe zum 65. Geburstag, Österreichisches Archäologisches Institut, Sonderschriften Band 32, Vienne 1999, p. 312 et note 39, 41, 42.

11 DAVIES (G.), « Greek Inscriptions from Lycia », JHS, 15 (1895), p. 109 no 19. Cf. ZIMMERMANN (M.), Untersuchungen zur historischen Landeskunde Zentrallykiens, Bonn, 1992, p. 77-83 qui date l’inscription du IIe-Ier s. et la localise aux limites du territoire de Cyaneae faisant face à Phellos, à proximité de trois établissements fortifiés.

12 GAUTHIER (Ph.), « Isopolitie entre Xanthos et Myra », REG, 107 (1994), p. 319-347 (après 167 et sans doute entre 150 et 120 av. J.-C.). Sur péripolion, voir aussi SCHULER, Ländliche Siedlungen, p. 45-49.

13 Teichos désigne généralement un mur, mais il peut prendre aussi le sens de forteresse. ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 600-601 montre que ce terme a laissé en ce sens des traces dans la toponymie : Néon Teichos en Éolide ; Didyma Teichè en Mysie Hellespontique ; Artaiou Teichos sur le Rhyndacos ; Miletou Teichos qui devint Miletoupolis ; Abônou Teichos en Paphlagonie ; Gordiou Teichos en Carie ; Panémou Teichos en Pisidie. Sur charax désignant une fortification et ses traces dans la toponymie, voir p. 599 note 12. L’épigramme I. Smyrna, 1, no 525, trouvée sur le Mt Pagos, mentionne le lieu de sépulture « près d’un fort de la patrie », πρὸς πατρίδος χάρακι.

14 Politique, VII, 5, 3.

15 I. v. Priene, no 4, l. 50-51; no 19, l. 6; no 252, l. 1-2.

16 La cité a été plusieurs fois conquise par les Antigonides, les Lagides, puis est passée sous le contrôle des Rhodiens, ne retrouvant sa liberté que pendant une brève période, entre 167 et 84. Les sources ne permettent pas de savoir quelles garnisons occupaient les places fortes de la cité. Voir McNICOLL (A. W.), Hellenistic Fortifications from the Aegean to the Euphrates, Oxford, 1997, p. 190-192.

17 BEAN (G. E.), « Notes and Inscriptions from Caunus », JHS, 73 (1953), p. 12, Fig. 3 (F sur le plan) et p. 22 Fig. 20, mais aucune description n’en est donnée. PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 245, précise : « on pouvait voir il y a encore quelques temps, les restes d’un fort mesurant 39,6 x 19,5 m constitué d’un appareil rectangulaire isodome ». Mais elle ne renvoie qu’à la photographie de Bean Fig. 20 et elle ajoute note 905 : « Lors de nos visites sur le site en 1991 et 1992, nous n’avons retrouvé aucune trace de cette construction ». Sur les remparts de la ville, voir McNICOLL (A. W.), Hellenistic Fortifications, p. 192-199 et PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la Défense, p. 247-253.

18 Antigone prit la ville en 313 ; à l’exception de la citadelle (πλν τς ἄκρας) précise DIODORE, XIX, 75, 5. Antigone dut l’investir et Polémaios la contraignit à se rallier. En 309, Ptolémée s’empara de la ville. Selon DIODORE, XX, 27, 2, les citadelles défendues par des garnisons (τὰς δὲ ἀκροπόλεις ϕρουρουμένας), l’Heracleion et le Persicon, furent attaquées et prises. Selon McNICOLL (A. W.), Hellenistic Fortifications, p. 192, Fig. 47 et pl. 88, le Persicon serait la citadelle évoquée par Diodore lors du siège d’Antigone et correspondrait à la colline de l’acropole où se trouvent les vestiges du fort F trouvé par Bean ; l’Heracleion serait, soit une colline basse près du port, soit plus probablement la colline à l’ouest de la cité sur le versant de laquelle courent les remparts. PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 246, s’oppose à cette identification de l’Heracleion, car les auteurs anciens auraient précisé qu’il s’agissait d’un rempart urbain et non une acropole fortifiée.

19 XIV, 2, 3 : ὑπέρκειται δὲ τῆς πόλεως ἐν ὕψει ϕρούριον Ἴμβρος. Cf. aussi QUINTUS DE SMYRNE, VIII, 79-80, qui décrit la creuse Caunos, tout près de son lac limpide, sous les neiges de l’Imbros au pied du Tarbelos. Voir ROBERT (L.), « À Caunos avec Quintus de Smyrne », Documents d’Asie Mineure, Paris, 1987, p. 487-520.

20 JHS, 73 (1953), p. 22. Pour la description du système défensif sur l’Ölemez, voir p. 16-17 et Fig. 13-15.

21 Ainsi COLLIGNON (M.), « Emplacement et ruines de la ville de Caunos », BCH, 1 (1877), p. 338-339 et MAIURI (A.), « Notizario, escursioni nella Caria Rovine di Caunos », Annuario della Scuola archeologica di Atene, 3, 1916-1920 (1921), p. 263-265, 269 et fig. 117 et 119.

22 MERITT (B. D.), WADE-GERY (H. T.), Mc GREGOR (M. F.), The Athenian Tribute Lists, 1, Cambridge, 1939, p. 499. Sur l’identification du Tarbèle avec le Sandras Dağ, voir ROBERT (L.), Documents d’Asie Mineure, p. 498-501.

23 Certaines sections sont composées de moellons. Selon PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 245, il n’est pas impossible que ce système de défense ait été élaboré avant le IVe s., puis qu’il ait été réoccupé sous les Hécatomnides. Il aurait alors subi des réparations et des additions de tours : ainsi s’expliqueraient les différences dans le traitement des appareils.

24 Son nom est connu par STRABON, XIV, 2, 2. Selon BEAN (G. E.), JHS, 73 (1953), p. 15, il était navigable de la mer jusqu’au lac.

25 BEAN (G. E.), JHS, 73 (1953), p. 15-16 et Fig. 12.

26 Documents d’Asie Mineure, p. 494-495. Sur l’arrière pays de Caunos et ses liaisons par la vallée de l’Indos, voir BRESSON (A.), « Italiens et Romains à Rhodes et à Caunos », dans MÜLLER (Chr.) et HASENOHR (Cl.), Les Italiens dans le monde grec. IIe s. av. J.-C. – Ier s. ap. J.-C., Actes de la Table Ronde, Paris, ENS, 14-16 mai 1998, Athènes (BCH Suppl. 41), 2002, p. 157-160.

27 Ancient Smyrna. A History of the City from the Earliest Times to 324 AD, Oxford, 1938, p. 40-45. Voir aussi les vues vers Smyrne à partir de Belkahve et la plaine de l’Hermos à partir d’Akkaya, to face p. 115.

28 « Ada Tepe Again (Sancakl Kalesi) », JHS, 67 (1947), p. 128-134 et « The Defences of Hellenistic Smyrna », Anadolu Ara t rmalar, I, (Jahrbuch für kleinasiatische Forschung, III), 1955 (1957), p. 43-55 et pl. XVI-XX. Sur Akçakaya, voir aussi WEBER (G.), « Eine unbekannte Felsburg bei Smyrna », MDAI (A), 10 (1885), p. 212-216. Au pied du Yamanlar Dağ, G. E. Bean, p. 55 note 29, situe un autre point de défense à Bayraklı, mais n’en donne aucune description.

29 KEIL (J.), Jahreshefte des österreichischen archäologischen Institutes in Wien, 28 (1933), Beiblatt, p. 121-124 et Abb. 44 ; I. Smyrna, no 609 : oἱ συνστρατευσάμενοι καὶ ταγέντες ὑϕ᾿ ἐαυτὸν ἐν τῷ χωρίω καὶ συνδιατηρήσαντες.BEAN (G. E.), art. cit., 1955 (1957), p. 45 et fig. 4 ; I. Smyrna, no 610 : τὸν στρα[τ]ηγὸν ... προστάντα τῆς ϕυλακῆς τοῦ χωρίου ;[οἱ] τ[α]γέντες κ[α]ὶ κατοικοῦντες ἐν τ[ι] χω[ρί]ωι. Selon leurs éditeurs, elles dateraient de la guerre contre Aristoniscos.

30 KEIL (J.) et VON PREMERSTEIN (A.), Bericht über eine dritte Reise in Lydien ausgeführt 1911, Wien, 1914, p. 5-6 ; I. Smyrna, no 611 et 612 : oἱ συνδιατηρήσαντες τὸ χωρι᾿ov. Du IIIe-IIe s.

31 BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Cnidia », ABSA, 47 (1952), p. 179-183 et pl. 36-37. Voir aussi PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 331-333.

32 BEAN (G. E.) et COOK (J. M.), « The Carian Cost III », ABSA, 52 (1957), p. 109 et pl. 22e ; COOK (J. M.), « Some Sites of Milesian Territory », ABSA, 56 (1961), p. 90-98. Voir aussi PIMOUGUET-PÉDARROS, « Défense et territoire. L’exemple milésien », DHA, 21 (1995), p. 89-109.

33 REHM (A.), Das Delphinion in Milet, I, 3, Berlin, 1914, no 149 (sera cité sous la forme REHM, Milet, I. 3). Sur Pidasa, son territoire et ses ressources, voir ROBERT (L.), Documents d’Asie Mineure, p. 186-196.

34 WIEGAND (Th.) et SCHRADER (H.), Priene, Ergebnisse des Ausgrabungen und Untersuchungen in den Jahren 1895-1898, Berlin, 1904, p. 28 et Abb. 15 (sera cité sous la forme WIEGAND et SCHRADER, Priene). D’autres phrouria ont été repérés, celui sur la colline Assar Alt et celui d’Ilica Tepe, près d’Anaia.

35 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 23-24 et Abb. 12-13 et p. 29-30.

36 I. v. Priene, no 37, l. 9 sq (AGER [Sh.], Interstate Arbitrations in the Greek World, 337-90 B.C., 1996, University of California Press, Berkeley, p. 196-210 no 74). Sur l’arbitrage des Rhodiens, voir CURTY (O.), « L’historiographie hellénistique et l’inscription no 37 des Inschriften von Priene », dans PIÉRART (M.) et CURTY (O.) éd., Historia Testis, Mélanges d’épigraphie et d’histoire ancienne et de philologie offerts à Tadeusz Zawadski, Fribourg, 1989, p. 21-35.

37 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 30, et Taf. 1 (Karische Burg) et 2 (antike Befestigung).

38 KLEINER (G.), HOMMEL (P.), MÜLLER-WIENER (W.), Panionion und Melie, (JDAI, suppl. 23), 1967, p. 78-79 et 158-159.

39 « Mélia, le Panionion et le culte de Poséidon Héliconios », Les cultes locaux dans les mondes grec et romain, colloque de Lyon, 7 et 8 juin 2001, p. 38-40 (à paraître), parce qu’on ne trouve aucune trace d’une ville haute à l’intérieur de la fortification et pas davantage celles d’une ville basse fortifiée.

40 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 22 et Abb. 11.

41 WIEGAND et SCHRADER, Priene, p. 29 ; I. v. Priene, no 365 : Ἀμεινίας Θεμιστοκλέος ϕρουραρχήσας.

42 FGrHist, II, B, p. 539 no 23 : Θεόπομπος δ ν τοῖς Ἑλληνικοῖς καὶ περὶ τὴν
Μυκάλην ἄλλας εἶναί
ϕησι, ταύτας δὲ Μιλησἰους ἀλλάξασθαι πρὸς Σαμίους.Voir. I. v. Priene, p. 185.

43 « Les fortifications de la Pérée rhodienne », dans DEBORD (P.) et DESCAT (R.) éd., Fortifications et défense du territoire en Asie Mineure occidentale et méridionale, Table ronde CNRS, Istanbul, 20-27 mai 1993, REA, 96 (1994), p. 243-272 et Architecture de la défense, p. 379-412.

44 I. v. Lindos, no 151 : Νικαγόρας Παμϕιλίδα ... στραταγήσας ἐν τι πέραν κατὰ πόλεμον ἐκ πάντων ἕςαν τετρά[κις] καί τάν τε χώραν καί τά φρούρια ά παρέλαβε πάντα διαϕυλάξας τι δάμωι. Daté de 200-197 par Chr. Blinkenberg. Cf. REGER (G.), « The Relations between Rhodes and Caria from 246 to 167 BC », dans GABRIELSEN (V.) et alii éd., Hellenistic Rhodes: Politics, Culture, and Society, Aarhus University Press, 1999, p. 79.

45 HOLLEAUX (M.), « Notes sur l’épigraphie et l’histoire de Rhodes », BCH, 17 (1893), p. 53-55 no 5 (repris dans Études, I, p. 411-412); I. Stratonikeia, no 9 : Νικοϕάνευς᾿ Ρόδιος, ἀποσταλεὶς ἐπιστάτης πὸ τοῦ δήμου τοῦ Ῥοδίων, τῆς τε ϕυλακῆς τοῦ χώριου καλς καὶ συμϕερόντως. Selon M. Holleaux, il est vraisemblable que le nom de l’épistate ait été martelé lorsque le pays de Stratonicée s’est affranchi de la domination rhodienne en 166.

46 MANGANARO (G.), « Le iscrizioni delle isole milesie », Annuario della scuola archeologica di Atene, 41-42, 1963-1964 (1965), p. 295, 300-301, 317-318, 329 (cité Le iscrizioni delle isole milesie). Dans les îles Korsiai, appartenant vraisemblablement à Samos, se trouvait également la présence d’une garnison commandée par un phrourarque, peut-être secondé par un a [ἄρχών τν στρατιωτν : cf. DUNST (G.), « Die Inschriften von Korsiai », Mélanges helléniques offerts à Georges Daux, Paris, 1974, p. 118 no 2 et p. 137.

47 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 306 no 3. Cf. les remarques de ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1966, 315 : « M. a restitué largement, et la plupart de ses suppléments doivent être écartés parce qu’ils ne sont pas grecs et qu’ils ne conviennent pas au sens ; les parallèles allégués ne portent pas ». Sur les no 14 et 15 p. 315-316, voir Bull. épigr., 1965, 301 p. 144-145 : il s’agit de deux fragments d’une même inscription concernant un phrourarque à l’époque impériale.

48 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 318 no 18, 6-8 : καλ[ς] καὶ δικαίοις τῆς τε κατὰ τὸ χωρίον [ϕ]υλακῆ[ς] ἐπεμελήθη. Cf. Bull. épigr., 1966, 317. Rien ne prouve que l’inscription p. 321 no 19 concerne un phrourarque, le mot phrourarchia étant restitué.

49 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 322-323 no 21 et 22.

50 XIV, 1, 7 : πρόκειτει δ᾿ ἡ Λάδη νῆσος πλησίον καὶ τὰ περὶ τὰς Τραγαίας νησία ὑϕόρμους ἔχοντα λῃσταῖς.

51 Vie de César, 1, 8 et 2, 5. Cf. aussi SUÉTONE, César, 4, 1, qui situe l’événement après le procès de Dolabella, au moment où César se rendait à Rhodes, dans l’hiver 75-74.

52 I. Ephesos, I, no 5, 14-20 : ἐπ[ι]πλευ[σάντων δὲ μετὰ ταῦτα τῶν π]ειρατῶν καὶ ἐπὶτὴν ἡ[μ]ετ[έραν χώραν τὴν ἔϕοδον π]ο[ιη]σαμένων ἐκ τῆς Φυγ[ε]λίδος [καὶ σώματα ἐκτοῦ] ἱε[ρ]οῦ τῆς’ Αρτέμιδος τῆς Μ[ουνι]χίας ἀ[παγαγόντων ἐλ]εύθερα τε καὶ δοῦλα, διαρπασάν[των] δὲ καὶ τὰ[ς οὐσίας τῶν σ]ωμάτω[ν κα]ὶ τῶν ἐν τῶι χωρίωι [καὶ] τοῖς περι[κειμέν]οις τόποις. Voir ROBERT (L.), « Sur des inscriptions d’Éphèse », RPhil., 93 (1967), p. 38-39 (OMS, V, p. 378-379). Selon lui, les habitants se seraient réfugiés dans le sanctuaire.

53 ROBERT (L.), RPhil., 93 (1967), p. 36-40 (OMS, V, p. 376-380) ; I. Ephesos, IV, no 1408, l. 2-4 : κατασταθεὶς ἐπὶ τῆς ϕυλακῆς τῆς ἐμ Φυγέλοις πάσαν εὔνοιαγ καὶ προθυμίαμ παρεχόμενος διατελεῖ καὶ τὰ περὶ τὴμ ϕυλακὴν τοῦ χωρίου καὶ τῶμ πολιτῶν τῶν ἐμ Φυγέλοις κατοικ[ού]ντων τὴν ἐπιμέλειαμ ποιούμενος.

54 KOLDEWEY (R.), Die antiken Baureste auf der Insel Lesbos, Berlin, 1890, p. 32, 61-62 et Taf. 27. Voir aussi LABARRE (G.), Les cités de Lesbos aux époques hellénistique et impériale, Lyon, 1996, p. 198-200, Fig. 6 et Pl. no 38-47.

55 « Une inscription grecque de Téos en Ionie : l’union de Téos et de Kyrbissos », JS, (1976), p. 153-235 (OMS, VII, p. 297-379). Sur les devoirs réciproques de Téos et de Kyrbissos, voir p. 188-192.

56 REHM, Milet, I. 3, no 149, l. 15-17 : πέμπειν δ Μιλησίους ες Πίδασα τν λαχόντα τν πολιτṿ ϕρούραρχον καὶ ϕρουρούς, ὅσους ἄν ἰκανοὺς εἶναι ϕαίνηται, καὶ προνοεῖν ὅπως τὰ τείχη ἐπισκευάζηται καὶ κατὰ χώραν μένηι. Voir GAUTHIER (Ph.), « Les Pidaséens entrent en sympolitie avec les Milésiens : la procédure et les modalités institutionnelles », dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 117-127.

57 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 234-235.

58 DIODORE, XIX, 57, 5, dit qu’Antigone le Borgne avait établi sur les territoires qu’il contrôlait en Asie un dispositif de signaux à feu et de courriers qui devait permettre une exécution rapide des ordres. Les cités devaient en faire autant sur leurs territoires.

59 SHERWIN-WHITE (S. M.), Ancient Cos. An Historical Study from Dorian Settlement to the Imperial Period, Göttingen, 1978, p. 119 note 192 : καθ᾿ ὅμ μὲγ γάρ καιρὸν ποταγγέλετο ἐν τι Κρητικι πολέμωι ἐπιβουλεύεσθαι τὸν τόπον, ατος παραγενόμενος μετὰ πλειόνων συνεϕώδευε μετὰ τν τεταγμένων ἐπὶ τς ϕύλακς τός τε κατοικεῦντας παρακαλέσας παρεστάσατο συνελθεῖν ἐς τὸ περιπόλιον καὶ συνδιατηρεῖν μέχρι ὅπου συνέβα τς ἐπιβολς ἀποσστμεν τὸς πεναντίος. Voir BAKER, Cos et Calymna, p. 30-35.

60 PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 109.

61 Gnomon, 42 (1970), p. 601-602.

62 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 210-214 et p. 222-228.

63 Dans le traité entre Smyrne et Magnésie du Sipyle (OGIS, 229, 67-68), les colons prêtent aussi serment : « si quelqu’un forme quelque projet contre la ville ou les chôria de la cité ou contre la démocratie ou contre l’isonomie, je le déclarerai au peuple de Smyrne ». Cf. ROBERT (L.), Gnomon, 42 (1970), p. 589. Voir aussi le serment prêté par les citoyens dans l’accord d’homopolitie entre Cos et Calymna réglé par les diagraphai de Ptolémée dans les dernières années du IIIe s., SEGRE (M.), Tituli Calymni, 1952, p. 9 no XII, 21-24 (SCHMITT, Staatsverträge, III, p. 285 no 545 ; SHERWIN-WHITE, Ancient Cos, p. 126) : on n’établira ni oligarchie, ni tyrannie, ni un autre régime que la démocratie et on empêchera que quelqu’un s’empare des phrouria et de la citadelle.

64 I. Ephesos, VI, no 2001.

65 Sur Ainétos, stratège de Démétrios Poliorcète, cf. POLYEN, V, 19.

66 « Éphèse et les Priéniens du Charax », REG, 29 (1916), p. 29-45. Voir notamment p. 37-38 et p. 45. Cette explication est suivie par PIMOUGUET-PÉDARROS, Architecture de la défense, p. 108.

67 Gnomon, 42 (1970), p. 602 note 4.

68 Cette phrase est recopiée sans autre commentaire par R. Merkelbach et J. Nollé, I. Ephesos, VI, 1980, p. 3.

69 L. 12-15 : ἐπαινέσαι δὲ Αἴνητον, ὅτι περὶ ὧν αὐτῶι διελέχθησαν οἱ στρατηγοὶ καὶ οἱ [σύνεδροι παρακαλοῦντες τῶν ἐκ Πριήνης τῶν έν τῶ|ι Χάρακι ὄντων ἐπιμέλειαν ποήσασθαι καὶ μὴ περιιδεῖν ἀλλοτριωθὲν τὸ ϕρούριον, [πρότερόν τε ἐϕιλοτιμεῖτο συναντι λαβέσ]θαι εἰς τὴν σωτηρίαν αὐτῶν, καὶ νῦν ἐπαγγέλεται μηδὲν ἐλλείψειν προθυμία[ς εἰς τὸ διασωθῆναι τῶν ἐκ Πριήνης τοὺς ἐ]ν Χάρακι.

70 I. v. Priene, 37, 67-68 (AGER, Interstate Arbitrations, no 74) : καὶ τόν τε ϕρούραρ[χο]ṿ καὶ τοὺς ϕύλα[κας] διὰ τὸ αἰρεῖσθαι τὰ τοῦ τυράννου πάν[τ]ας διαϕθε(ῖ)ραι. CROWTHER (C. V.), « I. Priene 8 and the History of Priene », Chiron, 26 (1996), p. 212-216 et p. 233, fixe la tyrannie de Hieron entre 301/0 et 298/7.

71 L. 77-80 : κα[ὶ] ἄλλο ψάϕισμα παρὰ Ῥοδίων ὑπὲρ τοῦ καταϕυγε[ῖν το]ὺς περὶ [τὸν τ]ύραννον καὶ ἄλλο ὑπὲρ ὅπλων δόσιος καὶ ποτὶ Ῥοδίους ὑπὲρ δανεισμοῦ χρημάτων.

72 L 82-83 : καὶ τὸ ϕρούριον ἔχειν καθὰ καὶ πρότερο[ν, κ]αὶ τ[ὰν χ]ώραν νέμεσθαι.

73 REHM, Milet, I. 3, no 33 e, l. 6-7 et l. 12-13. Sur les Crétois à Milet, voir LAUNEY (M.), Recherches sur les armées hellénistiques, p. 660-664 et BRULÉ (P.), La piraterie crétoise à l’époque hellénistique, Paris, 1978, p. 165-170. Sur les dates de l’acquisition de la citoyenneté milésienne par les Crétois, voir GÜNTHER (W.), « Milesische Bürgerrechts – und Proxenieverleihungen der hellenistichen Zeit », Chiron, 18 (1988), p. 412.

74 REHM, Milet, I. 3, no 37 d, 65-66: [λαγχ]αṿἐτ[ω]σαν δὲ ϕυλακὴν καὶ ϕρουραρχίαν
ἐτ
ν παρελ[θόντων εἴ]κοσι.

75 REHM, Milet, I. 3, no 37 e, l. 81-82: [συνδιατηρήσω τὴν πόλιν] καὶ τὰ ϕρούρια.

76 REHM, Milet, I. 3, no 143, l. 30-31: ϕυλακὴν δὲ καὶ ϕρουραρχίαν συγκληροσθαι διελθόντων ἐτν δέκα ἀϕʼ ἐκάστης ἐπικληρσεως. Daté de 212/1.

77 REHM, Milet, I. 3, no 146, l. 39-40. Daté de 209/8.

78 REHM, Milet, I. 3, no 150, l. 51-52 : ϕρο[υ]ραρχίας δ κα ϕυλακς τς κατ πόλιν καὶ ϕρουρικῆς μετεῖναι ατοῖς διελθόντων ἐτν δέκα ἀϕʼ οὗ ἃν ἕκαστοι ἐπικληρωθσιν. « No ealier than 185/4, therefore in the second half of the 180 s. » selon ERRINGTON (R. M.), « The Peace Treaty between Miletus and Magnesia (I. Milet 148) », Chiron, 19, (1989), p. 288.

79 Cf. OGIS, 229, l. 52-55. Sur ἐπικληρόω, assigner par le sort dans des subdivisions de la cité, voir aussi Bull. épig., 1950, p. 129 no 25.

80 ERRINGTON (R. M.), « Inschriften von Euromos », EA, 21 (1993), p. 28-29 (sans doute de la fin du IIe s.). Cf. BRIXHE (Cl.), Bull. épigr., 1995, 527.

81 L. 11-13 : δεδόσθαι δὲ ατι καὶ μετουσία[ν πάντων ὧν καὶ oἱ λοι]ποὶ πολῖται μετέχουσιν, Errington ; μετουσία[ν ἱερν], Brixhe.

82 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 196-204.

83 I. v. Priene, no 4, l. 50-51 : ϕρούραρ[χος] α[ἱρ]εθεὶς τ[ῆ]ς ἄκρας τῆς ἐν Τηλωνείαι. Daté de 327/6 selon F. Hiller ; de 285/4 selon CROWTHER (C. V.), Chiron, 26 (1996), p. 230 et 233.

84 I. v. Priene, no 21, l. 11-12 et no 22, l. 4-5 : ϕρούραρχος ἀποδειχθεὶς τῆς ἄκρας πὸτοῦ δήμου. Datés ca 270-262.

85 I. v. Priene, no 19, l. 5-6 : ἀποδειχθεὶς πὸ τοῦ [δή]μου ϕρούραρχος ες Τηλώνηαν. Daté de la seconde moitié du IIIe s.

86 REHM, Milet, I. 3, no 37, l. 65 ; no 143, l. 30 ; no 146, l. 39-40.

87 REHM, Milet, I. 3, no 149, l. 15-16 : πέμπειν δὲ Μιλησίους ες Πίδασα. τὸν λαχόντα τῶν πολιτῶν ϕρούραρχον.

88 « La vallée du Méandre : cités et institutions militaires », dans BRESSON (A.) et DESCAT (R.) éd., Cités d’Asie Mineure, p. 67-69.

89 SHERWIN-WHITE, Ancient Cos, p. 119 note 192 ; BAKER, Cos et Calymna, p. 31 : ἑλόμενος κατὰ ψάϕισμα τὸς μάλιστα δυνασομένος [ἐπιμ]εληθῆ[μεν τᾶ]ς ϕυλακς.

90 I. v. Priene, no 19, l. 6-8 : ϕρουραρχή[σα]ς ἐπὶ στεϕανηϕόρου Πρωτάρχου τὴν πρην [τ]ετράμηνον.

91 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 205-206.

92 MANGANARO, Le iscrizioni delle isole milesie, p. 318 no 18, l. 4-6 : ἐπειδὴ Τιμόθεοςʼ Αρήτου γεν[ό]μενος ϕρούραρχος ἐν τῶι ἐνιαυτῶι τῶι ἐπὶ στεϕανηϕόρου Εκράτου.

93 Idem, p. 322-323 no 21 et 22.

94 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 234-235.

95 I. v. Priene, no 19, l. 21.

96 I. v. Priene, no 4, l. 51-52 καλῶς καὶ ϕιλοτίμος διεϕύλα[ξε] τὸμ [π]ύρ[γ]ογ καὶ ἀπέδωκε τῶι δήμωι.

97 I. v. Priene, no 21, l. 14-15; no 22, l. 6-7: παρέδω[κεν αὐ]τὴν τῶι δήμωι καθότι καὶ παπέλαβεν.

98 I. v. Priene, no 4, l. 15-17. Daté de 332/1 selon F. Hiller ; de 294/3 selon CROWTHER (C. V.), Chiron, 26 (1996), p. 217-218 et 233.

99 I. v. Priene, no 19, l. 8-10 : τῆς τε ϕυλακῆς πᾶσαν ἐπιμέλει[α]ν καὶ σπουδὴν ἐποιήσατο, ὅπως ἂν εὐτακτῆται, ἐϕοδεύων αὐτὸς.

100 L. 18-20 : λογιζομένους ὡς οὐθὲ[ν με]ῖζόν ἐστιν ἀνθρώποις Ἓλλησιν τῆς ἐ[λε]υθερίας.

101 I. v. Priene, no 21, l. 12-13: διέμεινέ τε πάντα τὸγ χρόνον ἐν τῶι ϕρουρίωι κατὰ τὸν νόμον.Voir aussi no 22, 9-10.

102 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 214-219.

103 I. v. Priene, no 19, l. 12-16 : καὶ τῶμ ϕρουρῶν προενόησεν ἔν τε τοῖς ἄλ[λ]οις καὶ ὅπῶς ἂν τὸ ἴσον ἔχωσιν καὶ εὖ συν[α]λλακτῆται τὰ κατὰ τὴν ἄκραν πάντ[α], καὶ ἐϕέστη τὸγ χρόνον πάντα καθαρῶ[ς καὶ δι]καίẉς.

104 I. v. Priene, no 21, l. 15-16 : καὶ τοῖς ϕρουροῖς ὀρθῶς καὶ δι καίως χρώμενος διετέλεσεν. Voir aussi no 22, l. 11-12.

105 ERRINGTON (R. M.), EA, 21 (1993), p. 28 : » [καὶ] ἰδίαι τε ἑκάστωι τῶν διατριβό[ντων τῶν πολιτῶν ἐν] τῶι χωρίωι χρείας παρείσχη[ται καὶ κοινῆι τῶι] σύμπαντι δήμωι ἀνερίθευτ[ον καὶ ἀδωροδόκη]τον. Cf. BRIXHE (Cl.), Bull. épigr., 1995, p. 526-527 no 527.

106 I. v. Magnesia am Maeander, 15 b, 24-26 : ὅταν δὲ ποιῶνται τὴν ἄϕοδον, ὅπως [ἀσϕαλῶςπαραπεμϕθῶσι, το]ὺς πολεμάρχας καὶ τοὺς ἱππάρχας καὶ τὸμ [ϕρούραρχον τὸν ἐπὶ τῆς ϕυ]λακῆς τῆς χώρας τὴν ἐπιμέλειαν ποιήσα[σθαι]. Daté de 221/0.

107 I. v. Magnesia am Maeander, no 14, l. 9-10.

108 Cette restitution a été également proposée par BAKER (P.), La défense de la cité en Ionie à la période hellénistique, thèse présentée à l’EPHE, IVe section (1995), p. 92 no 40 et p. 243-245.

109 I. v. Magnesia am Maeander, no 97, l. 91-93 : ἵνα δὲ καὶ ἀσϕαλῶς παραπεμϕθ[ῶσιν το[ὺς πολεμάρχας καὶ τοὺς ἱππάρχ[ας τὴν ἐ]πιμέλειαν ποιήσασθαι. Vraisemblablement de la première moitié du IIe s.

110 I. v. Magnesia am Maeander, no 98, l. 26; no 100 a, l. 40. Respectivement du début et de la moitié du IIe s.

111 I. v. Magnesia am Maeander, no 14, l. 9-10: [- - - ἢ στρατηγοὺ]ς ἢ ϕρουράρχους ἢ ἡγεμό[ας] La restitution des stratèges est due à WILHELM (Ad.), JÖAI, 4 (1901), Beiblatt, p. 24. De la fin du IIIe s d’après l’écriture. Le collège des stratèges à Magnésie est connu par un décret honorifique pour le médecin Tyrannos originaire de Magnésie et affranchi de l’empereur Claude, I. v. Magnesia am Maeander, no 113, l. 3-4 : γνώμη στρατηγῶν.

112 Syll.3, 1226 (Alabanda de Carie). REYNOLDS (J.), Aphrodisias and Rome, London, 1982, p. 12 no 2, 6-9 et p. 166 no 41, 1-2. Voir aussi à Rhodes, IG XII 1, 49, 25.

113 ETIENNE (R.) et MIGEOTTE (L.), « Colophon et les abus des fermiers des taxes », BCH, 122 (1998), p. 143-157. Voir p. 145, l. 36-42 : Κολοϕωνίων τν κατοικούνκον ἐν Νοτίωι ἢ Κολοϕῶνι<οι> (ἢ) τοῖς ϕρουρίοις τοῖς Κολοϕωνίων πλὴν ὅσοι γράϕωνται ἐν Νοτίωι ἢ ἐν Κολοϕῶνι.

114 ROBERT (L. et J.), Téos et Kyrbissos, p. 206-209, 216 et 219-222.

115 Syll.3, 569, 21-23 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, p. 174 no 46) : καὶ περὶ τς κατ γράμμα πάλιν ἐσσευμένας ϕυλακς ἀπέλυσε τὸς δαμότας τς κατὰ πόλιν ϕυλακς, νομίζων δεῖν μένοντας ἐπὶ τῶν ἰδίων τόπων συνδιατηρῆσαι τὰ ϕρούρια. Voir BAKER, Cos et Calymna, p. 35-47.

116 I. v. Priene, no 19, l. 1 : Oἱ ϕρουροὶ oἱ ἐν Τηλωνήα[ι] suit le nom du phrourarque dans une couronne ; 31-34 : ἵνα οὖν οἱ ϕρουροὶ ϕαίνωνται τγ καλ[ν καὶ] ἀγαθῶν ἀνδρῶν καὶ μνήμης ἀξιων [πρ]όνοιαν ποιούμενοι, δεδόχθαι τοῖς ϕρου[ρο]ῖς.

117 I. v. Priene, no 108, l. 210-212: [ἔτυχε πασῶν τῶv] τιμῶν παρὰ τῶν. συνδιατριψάν[των ατῶι κατὰ τὴν τῆς] ἄκρας ϕυλακήν. Sur Moschiôn, voir GAUTHIER (Ph.), Les cités grecques et leurs bienfaiteurs (IVe – Ier siècle avant J.-C.), BCH Suppl. 12, Paris, 1985, p. 73-74.

118 I. v. Priene, no 252 A. Voir aussi no 251.

119 I. v. Priene, no 19, l. 40-56.

120 « Notes d’épigraphie hellénistique », BCH, 50, 1926, p. 501-510 (OMS, I, p. 65-74) ; I. of Alexandreia Troas, 4. Le texte fait allusion à une situation de guerre. Si l’inscription se place au début du IIe s., les affrontements doivent faire référence à la guerre antiochique.

121 I. v. Priene, no 23, l. 10-15. Daté du IIIe s.

122 I. Mylasa, no 901, l. 1-2: τὸ ἀργύριον ... [τῆς κα]τασκευῆς το χυρώματος. Daté du IIe s.

123 Syll.3, 569: l. 8-11, καὶ πορίσας εἰς ταῦτα χρήματα προενοήθη το[ῦ κα]τὰ τάχος ἀποχυρωθέντος τοῦ περιπολίου ἐν ἀσϕαλείαι ὑπάρχεν τὸς κατοικοῦντας μετὰ τέκνων καὶ γυναικῶν ; 1. 23-25, ἀκολούθως δὲ τᾶι τῶν καιρῶν περιστάσει καθιστὰς ϕυλακὰν τᾶς πόλιος ἐϕρόντιξεν τὸν ἐκτενέστατον τρόπον καὶ τοῦ περιπολίου, ποτίθεσιν ποιησάμενος τοῦ τε πλήθους τῶν ϕυλάκων καὶ τᾶς μισθοδοσίας ; 1. 33-34. πεπόρικε χρήματα εἰς τὸν καθοπλισμὸν τῶν τεταγμένων ἐπὶ τᾶς ϕυλακᾶς τοῦ περιπολίου.

124 L. 15-16: σπεύδων τε καὶ εἰς τὸν μετὰ ταῦτα χρόνον ἄθικτον τὰν ὑποθήκαν τοῖς περιπολίοις ὑπάρχεν, πεπολίτευται συνϕέρουσαν καὶ δυνατὰν διοίκησιν ποιησάμενος κατὰ τῶν ἀπειθούντων τοῖς δόγμασιν τᾶς ἐκκλησίας.

125 Voir BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), éd, La guerre dans les économies antiques, Entretiens d’archéologie et d’histoire – St Bertrand de Comminges, 2000, p. 177-196.

126 ROBERT (L. et J.), La Carie II, Paris, 1954, p. 97 no 5 (Griechische Mauerbauinschriften, 1, 1959, p. 246 no 75), l. 12-13 : [ὅπω]ς τε χωρίον Θυησσὸν ὅ ἐστιν ἐντὸς τῶν [ὁρίω]ν αὐτῶν, ἐὰν βούλωνται, ὀχυρώσωσιν.

Table des illustrations

Légende Fig. 1
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1648/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig. 2
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1648/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 3
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1648/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search