Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Discours littéraires sur l'anthroponymie (vie-xvie siècles)

Patrice Beck

Texte intégral

  • 1 Voir Genèse Médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989-1990, tome I ; 1992, tome II ; 1995, (...)

1Les fortes mutations anthroponymiques qui animent les pratiques administratives1 ont-elles été réfléchies par ce miroir de la société que constitue la littérature narrative, de fiction ou historique ? Nommer est-il un acte d'une trivialité telle qu'il n'est l'objet d'aucun enjeu et donc rarement mis en scène, ou bien est-il perçu comme riche de sens, utilisé régulièrement sinon souvent comme ressort d'intrigue et témoin frappant des ambitions humaines ?

  • 2 M. GALLY et Ch. MARCHELLO-NIZIA, Littératures de l'Europe médiévale, Magnard, « Textes et contexte (...)

2Pour tenter de répondre à ces interrogations, les sources sont à priori innombrables et foisonnantes de diversité. À la lecture des ouvrages spécialisés, l'exhaustivité s'avère rapidement impossible et l'échantillonnage raisonné fort délicat à conduire en raison de l'extrême difficulté à cerner précisément les genres. Dans les 598 pages qu'elles consacrent à une présentation des « Littératures de l'Europe médiévale », Michèle Gaily et Christiane Marchello-Nizia offrent déjà à découvrir plus de 250 auteurs au travers de 380 œuvres ou presque, écrites « entre le Ve et le XVIe siècle, en Islande ou en Castille, en Irlande ou sur les rives du Danube, en France du nord ou du sud, en latin ou en arabe, en français ou en occitan, en italien ou en gaélique, en norois ou en catalan, en allemand ou en anglais »2.

  • 3 Voir la récente et magistrale démonstration de C. BEAUNE à propos du Journal d'un bourgeois de Par (...)

3Pour maîtriser au mieux les contenus, sans doute est-il possible de distinguer des types : hagiographies et chansons de gestes, poésies, romans et fabliaux, soties et mystères, chroniques et exempla. Mais ces séparations restent somme toute théoriques car bien souvent les œuvres jouent implicitement ou explicitement sur plusieurs registres. Comment situer les contes pieux, les poésies épiques, les romans généalogiques ou les chroniques romancées ? Comment faire le tri entre des genres qui associent et enchaînent volontiers au service de la vérité qu'ils poursuivent réalités et fictions, exigences historiques et nécessités allégoriques ? Derrière la plus descriptive des chroniques, il faut s'attendre en effet à trouver le jeu déformant des idéologies et des partis-pris plus ou moins conscients3.

  • 4 La chanson de Guillaume, édition F. Suard, Bordas, Paris, 1991.
  • 5 Voir Cl. BREMOND, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT, L'exemplum, « Typologie des sources du M (...)
  • 6 Le comte du clerc par exemple, est une parfaite compilation, anthroponymie comprise, de la dixième (...)

4Comment d'autre part songer à cerner sérieusement la chronologie, la sociologie et la géographie des créations quand, aux dires même des spécialistes de la littérature médiévale, il est bien difficile, au travers des thèmes et des procédés narratifs génériques, des emprunts attestés à la tradition orale et des compilations, d'identifier les vraies copies, les adaptations partielles ou totales, les anachronismes assumés et volontaires ? À titre d'exemples, il suffit de rappeler que La chanson de Guillaume utilise des faits distincts des VIIIe et IXe siècles dont les traditions narratives ne commencent à se mêler sans doute qu'après l'an mil et qu'elle ne nous est parvenue qu'au travers d'un manuscrit du milieu du XIIe siècle4 ; que les recueils d'exempla modifient les histoires qu'ils tirent de la tradition orale et populaire en les fixant par écrit et en latin5 ; que les emprunts de l'anglais Chaucer à l'Italien Boccace sont nombreux6.

5Nécessairement donc, l'ambition de cet article ne pouvait que se limiter à explorer superficiellement cet immense corpus et à ne mesurer qu'à grands traits son intérêt pour l'anthroponymie, à partir d'œuvres dont l'édition en facilitait l'accès.

  • 7 Voir infra le tableau des données anthroponymiques enregistrées et la bibliographie des ouvrages u (...)

648 textes, le plus souvent traduits et heureusement commentés, ont été exploités. Il s'agit essentiellement de romans et de chroniques, plus ou moins riches d'informations et très inégalement répartis dans le temps car couvrant essentiellement les quatre derniers siècles du Moyen Âge7.

7Deux types d'information anthroponymique s'y trouvent : d'une part des désignations, c'est-à-dire des identifications de personnages, d'autre part des réflexions, des discours mettant en perspective, commentant et donc expliquant les formes anthroponymiques, leurs choix et leurs usages.

  • 8 Voir infra la citation 83 du corpus. Cette matière a, au reste, déjà suscité index et analyses. Vo (...)

8Le premier type a été largement écarté de l'analyse : seul un historien de la littérature, doublé d'un linguiste, peut être capable d'en tirer tout le sens, de révéler les « programmes » et les allégories placés par les auteurs dans les noms qu'ils ont attribués à leurs personnages. Certains sont certes identifiables plus ou moins facilement mais leur interprétation n'est jamais simple. L'un des meneurs de jeu du Decameron, Filostrato, souhaite voire raconter des histoires sur ce qui est le plus conforme à son sort, à savoir les amours aux fins tragiques : Boccace aide ainsi clairement ses lecteurs en les invitant à réfléchir sur les métaphores que portent les noms de ses narrateurs8. Mais tous les auteurs ne sont pas aussi complaisants et bien des occurrences anthroponymiques restent solidement hermétiques.

9Ce sont les discours sur le fait de nommer qui ont surtout retenu notre attention.

  • 9 Le journal d’un bourgeois de Paris, voir infra la bibliographie et les citations 104 à 107 du corp (...)
  • 10 ibidem, respectivement notices 297, 316, 332, 508.
  • 11 ibidem, respectivement notices 326, 874 et 552.

10La récolte est somme toute maigre : 152 citations retenues pour 48 œuvres, soit trois pour une. Plus ou moins complexes et riches, elles livrent un peu plus de 200 informations. En fonction de la vigueur des mutations anthroponymiques que dévoilent les documents administratifs, il était possible de s'attendre à plus, d'imaginer que la littérature s'était d'avantage emparée du fait. Mais bien des auteurs ne prêtent au sujet qu'une attention mesurée. Eilhard von Oberg, contrairement à Béroul, n'éprouve pas le besoin d'affubler ses deux Isoldes de surnoms commentés pour les identifier ; Hélinand de Froidmont ne range pas le nom parmi les coquetteries ou les orgueils terrestres dont il régale ses Vers de la mort ; Antoine de la Salle ne consacre aucune des digressions didactiques de son Saintré au sujet. Quant au Bourgeois de Paris, il fait preuve d'une faible curiosité en la matière : sur les 904 notices qu'il a laissées9, quatre seulement abordent le sujet et encore s'agit-il dans un cas non pas d'un être humain mais d'un loup dont, il est vrai, on parlait... comme d'un larron de bois ou d'un cruel capitaine : le loup Courtaut... pour ce qu'il n'avoit point de queue. Pourtant, les faits qu'il rapporte auraient pu largement susciter ses commentaires et exciter une ironie dont il fait par ailleurs largement usage. Mais rien sur le surnom du nouvel évêque de Paris Courtecuisse, élu en 1420 ; certes le narrateur est sans doute clerc mais rien non plus sur Pierre le Verrat, nommé prévôt de Paris en 1421 et déposé l'année suivante, ni sur le routier Sauvage de Frémainville, ou encore sur les sœurs siamoises nées, baptisées et inhumées le même jour de l'année 142910 et, contrairement aux chroniqueurs de la cour qui lui sont contemporains, il ne fait aucun commentaire sur les noms des princes baptisés, pas même quand il s'agit d'Antoine de Bourgogne, christianisé le 17 janvier 1431, le jour de la Saint-Antoine11.

  • 12 Voir infra le tableau des données anthroponymiques enregistrées.

11Certains nouvellistes ou romanciers sont en revanche plus attentifs au fait, sans que l'on puisse trouver quelqu'explication à cette attention variable : Boccace est fort prolixe en jeux de noms, Jean Wauquelin aussi mais irrégulièrement, sa Belle Hélène de Constantinople en est riche autant que son Histoire du bon roi Alexandre en est pauvre12.

12Au total, ne sont rassemblées ici que quelques expressions isolées, issues d'un océan d'expériences restées dans l'ombre. De quoi sont-elles alors représentatives ? Elles permettent au moins d'explorer des champs du possible parallèles aux logiques administratives, d'approcher la manière dont ces auteurs du Moyen Âge envisageaient certaines pratiques anthroponymiques quotidiennes, de l'aristocrate comme du roturier, d'énoncer quelques éléments de réponse à des questions simples qu'il était vain de poser aux cartulaires : quand attribue-t-on le nom ? Qui désigne ? Qui donne son nom ? Pourquoi tel choix ? Quand, comment et pourquoi en changer ?

Du baptême et de quelques autres occasions : un nom pour la vie ?

  • 13 Citations 1 à 3.
  • 14 Citation 5.
  • 15 Citations 77, 87, 92.
  • 16 Citations 38, 77, 113 et 117 - XIIIe et XVe s.
  • 17 Citation 87 - XIVe s.
  • 18 Citations 118 et 134 - XVe s.
  • 19 Citation 8 - XIIe s.

13Qu'ils soient roturiers ou chevaliers, enfants de chrétiens ou sarrasins adultes convertis, la majorité des personnages reçoivent leur nom au baptême. Baptême et dation du nom sont indissociables, consubstantiels même. Dès le VIe siècle pour Grégoire de Tours, certes un évêque soucieux de prêcher le bon exemple, la chose est entendue13 ; au milieu du XIe siècle, l'auteur de La vie de Saint Alexis dit de son héros, en conformité avec les textes saints, que par le saint baptême, ils l'ont fait renaître14 ; et au temps de la Peste Noire, le profane Boccace n'imagine pas d'autres situations, que l'impétrant soit un enfant abandonné, un adulte juif ou turc15. Au reste, les baptêmes d'adultes convertis, leitmotiv tant des chansons de gestes du XIIe siècle que des romans des XIV et XVe siècles, le confirment parfaitement. La substitution du nom est alors fréquente, justifiée par la nécessité de donner un nom chrétien. Séraphé, Abraam, Ardoubourg et Robastre deviennent respectivement au baptême Nascien, Jean, Amaury et Constancien16, Teodoro renaît en Pietro pour rappeler à la fois sa conversion et son périple qui l'a conduit d'Orient en Occident17. Ce changement n'est cependant pas systématique et ne peut donc passer pour un simple effet littéraire, une opération technique d'identification manichéenne des « bons » et des « méchants ». Trois convertis en effet ne changent pas de nom : pour Plaisance et Hélène18, aux noms certes familiers à l'Occident et de choix peut-être programmatique, comme pour Galafre le Sarrazin, le nom n'a pas été changé mais confirmé en nom de chrétien19.

  • 20 Citation 17-XIIe s.

14Dans le baptême, la conversion anthroponymique apparaît donc moins essentielle que la dation du nom. Celui-ci n'est pas obligatoirement clairement chrétien, pourvu qu'il soit donné au baptême : l'enfant trouvée sous un frêne, peut bien être nommée Frène pourvu que ce soit sur les fonts baptismaux20.

  • 21 Exilé : tel est même le nom que Boccace (citation 79) fait attribuer à un enfant par sa mère éloig (...)
  • 22 La chanson de Guillaume, voir la bibliographie, CLXXV p. 199 - XIIe s.
  • 23 Citation 114 - XVe s.
  • 24 Citation 150 - XIV-XVe s. La référence à la tradition de « l'homme sauvage » est transparente : vo (...)

15L'exemple précédent attire l'attention sur un ensemble de désignations curieuses car fondées sur des noms de chose ou d'animaux soulignant des situations particulières souvent dramatiques. Elles concernent en effet des individus mort-nés, abandonnés, exilés21. Hors du baptême, ils sont exclus de la société, rejetés même du genre humain car l'homme ne se conçoit que baptisé : ce sont des êtres qui se confondent, physiquement, moralement et anthroponymiquement avec les choses et les bêtes, tout comme les brutes païennes. Ainsi Tabur de Canaloine, un Sarrasin que Dieu l'écrase ! Son corps est gros et son échine bossue ; il a de longues dents, est poilu comme un ours. Point d'armes sur lui : il n'a que son bec et ses ongles22. Ainsi Lion et Bras que Termite avait ainsi nommé parce-qu'il avait trouvé l'un dans la tanière d'un lion et l'autre tenant le bras de sa mère, qu'il avait instruits dans l'amour et la sainte foi de Jésus-Christ sans pour autant les avoir baptisés car il n'avait pas ce qui lui était nécessaire. Les enfants étaient vêtus de feuilles d'arbre et de peaux de bête23. Ainsi encore l'enfant dans le bas enterré sans baptême et sans nom qui, lorsqu'il eut ensuite reçu un nom... exulta de joie et, dès lors, marcha dressé sur ses pieds alors qu'auparavant il s'était traîné sur le sol24.

  • 25 Un canon du second concile d'Orléans, en 533, indique sans autre précision « qu'en aucun cas l'on (...)

16Sans le baptême, l'être ne fait pas partie de la société des hommes, est condamné à une existence bestiale. Après la mort, sans le nom de baptême qui s'inscrit aux cieux dans le Grand Livre des Morts et qui sert à l'identifier au temps de la Résurrection, il hante les vivants. Tous les auteurs consultés, explicitement ou non, de manière militante ou non, ont parfaitement intégré ce « rite de passage » : ils se font sans doute ainsi l'écho de traditions folkloriques mais dans les formes imposées par l'Église25.

  • 26 Citations 4 et 119 - VIe et XVe s.
  • 27 Citations 90 et 93 - XIVe s.
  • 28 Citation 60 - XIIIe s.

17Certes, des noms sont attribués à d'autres occasions que le baptême mais ces situations sont très minoritaires et les cas observés n'entachent pas la norme. Deux d'entre eux évoquent une substitution par entrée dans une charge ecclésiastique26, deux autres sont des hypocoristiques27. D'autres sont des masques transitoires nécessaires à quelque intrigue28.

  • 29 Citation 80 - XIVe s.
  • 30 Citation 64 - XIIIe s.
  • 31 Citation 132 - vers 1450.

18Deux cas encore paraissent figurer des substitutions définitives. Chez Boccace, la vie du comte d'Anvers et de ses enfants Louis et Violaine étant menacée, la dissimulation devait être parfaite : avec l'exil, pour mieux réussir, le comte jugea nécessaire de changer leur nom et ainsi fut fait : il nomma le garçon Pierrot et Jeannette la petite fille, c'est-à-dire deux des noms les plus usités alors dans l'Occident chrétien. La réhabilitation se fait attendre et les enfants ont le temps de s'installer, de contracter même des alliances matrimoniales. Malheureusement, la nouvelle s'achève sans que la vérité enfin rétablie ne s'accompagne de la restitution ou de la confirmation anthroponymique29. L'autre exemple est donné par Joinville30 utilisant le thème si souvent repris de Tristan : bien que la reine ait accouché d'un fils qui fut nommé Jean, on l'appelait Tristant pour la grant dolour là où il fu nez. Mais un siècle et demi plus tard, l'auteur du Livre de Baudoin, racontant la même histoire, préfère laisser le mot de la fin au baptême31 : Lorsqu'il fut dans la joie apporté à sa mère qui demanda si on lui avait bien donné (au cours de la cérémonie du baptême) le nom de Jean, on répondit qu'on avait suivi son ordre mais qu'on avoit ajouté un surnom, Jean Tristan, à cause des douleurs qu'il avait causé à sa mère.

19Le baptême fixe donc le nom presque toujours pour la vie ; en tout cas pour la mort, c'est-à-dire pour la vie éternelle. Voilà la donnée essentielle, incontournable. Tant mieux si de surcroît le nom fait immédiatement référence au panthéon catholique romain. Mais cela n'est pas et ne peut être une obligation, car le choix du nom n'appartient pas à l'Église.

  • 32 Les statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit.

20Celle-ci a sans doute fait en la matière des efforts considérables d'incitation et d'orientation qui ont été largement couronnés de succès : dans les cartulaires en effet, à partir de Tan mil, l'effacement des noms germaniques au profit des noms testamentaires et hagiographiques de la première heure va s'accélérant, le resserrement des choix sur quelques uns de ces noms est toujours plus fort, Jean et Pierre figurent même à titre d'exemple dans les formulaires de baptême dont les synodes du XIIIe siècle multiplient les énoncés32.

  • 33 Citation 12 - XIIe s.
  • 34 Citation 132 – XVe s.

21Il reste que le choix revient aux proches. Même s'il s'agit de concrétiser une profonde dévotion chrétienne, même si dans les douleurs de l'accouchement on s'en remet à Dieu, même lors de la cérémonie du baptême quand une pensée brutalement s'impose, le choix du nom est le fait des parents. Triste j'accouche, triste est la première fête que je te fais, à cause de toi j’ai tristesse à mourir et comme ainsi tu es venu sur terre par tristesse, tu auras nom Tristan33. C'est aussi pendant un accouchement difficile que telle autre noble reine, implorant l’aide de Dieu et de saint Jean-Baptiste, accoucha d'un beau fils que l'on nomma Jean car auparavant elle avait dit que si ce devait être un fils, on le nommerait ainsi, que si c'était une fille elle serait nommée Jeanne et qu'elle consacrerait l'enfant qu'elle aurait à saint JeanBaptiste34. L'enfant, comme on le sait, fut finalement nommé au baptême Jean Tristan et la mère doubla sa dévotion chrétienne d'une auguration profane : Par Dieu !... ce nom me plait. Qu'il égale le mérite du vaillant Tristan.

Le choix du nom : des parents, des parrains, des saints, des héros et quelques autres protecteurs

22Le choix du nom se fait résolument dans le cercle familial, charnel ou d'adoption.

  • 35 Citation 79 - XIVe s.
  • 36 Citations 12 et 132 - XIIe et XVe s.
  • 37 Citation 75.

23La mère a assurément son mot à dire, apparaît même seule à décider dans des cas certes peu nombreux mais pas seulement paroxystiques : sur les quatre situations rencontrées, on note un abandon suivi d'un exil35, deux accouchements certes difficiles mais au sein de la famille36 et une dévotion apparemment tranquille et mûrie : en 1377, d'après les Grandes Chroniques de France37, la reine met au monde une fille laquelle fut nommée Katherine... par dévocion que la dite royne avoit à madame Sainte Katherine.

  • 38 Citations 40 et 122 - XIIe et XVe s.
  • 39 Citations 111 et 114 à 116 – XVe s.

24Cependant, le rôle des hommes est dominant. Une fois éliminés les indéfinis collectifs « on » ou « ils », le père se détache nettement parmi les 24 cas explicités de dation du nom. C'est même le seul cas de figure : les intervenants extérieurs, empereurs et rois, papes et évêques, n'agissent qu'en tant qu'autorité consultée ou bien comme substitut du père disparu. Et la désignation attribuée, quand elle n'est pas guidée par la famille, apparaît plus comme un surnom que comme un nom. Tel mystérieux chevalier est accueilli par un roi et nommé par lui Le Bel Inconnu et le roi Clovis nomme l'enfant Joseran parce qu'il l’avait trouvé enveloppé d'un jaseran38. Dans La belle Hélène de Constantinople, à la naissance des deux enfants du roi au loin prisonnier, le gouverneur du royaume rassemble tous les grands barons du pays pour chercher avec eux quel nom donner aux enfants sur les fonts baptismaux. Une fois réunis, ils décidèrent d'attendre le retour des messagers qu'on allait envoyer au roi afin de connaître sa volonté. Pour les besoins de l'intrigue, la lettre n'arrivera pas et les premiers noms que ces enfants reçoivent sont Lion et Bras, donnés par Termite qui les recueille39.

  • 40 Citations 1, 2, 3 puis 111, 144, 150.
  • 41 Citations 5 et 110.
  • 42 Deux cas d'homonymie père-fils enregistrés (citations 39 et 54 - XIIIe s.), un cas d'homonymie par (...)

25C'est bien le père, réel ou de circonstance, roi ou manant, aux temps mérovingiens comme sous les Valois40, associant la mère au XIe comme au XVe siècle41, qui décide le plus souvent du nom à donner. Mais si la décision est bien celle du noyau familial, par quelles motivations est-elle guidée ? Car si les parents directs donnent leur nom42, ce n'est pas le schéma majoritaire et les choix déclarés montrent une belle diversité.

  • 43 Citations 12, 64 et 132, 17, 22, 114, 122 - XIIe et XVe s.

26Les coups du sort imposent des noms rappelant les circonstances de l'apparition du personnage : Tristan accouché dans la douleur, Frène abandonnée sous un frêne, Thessala née en Thessalie, Bras trouvé tenant le bras de sa mère, Lion recueilli dans la tanière d'un lion, Joseran vêtu d'un jaseran43.

  • 44 Citation 59 - XIIIe s. Voir aussi citations 13 et 14 - XIIe s.

27Les traits physiques sont également utilisés, telle Blonde dont les cheveux ressemblent à de l'or fin et brillant44.

  • 45 Citations 50 et 143 - XIIIe et XVe s.
  • 46 Citations 75, 121 et 132 - XIVe et XVe s.

28La dévotion, profane ou religieuse, est aussi une explication avancée par les chroniques comme par les romans : Sigfrid pour l'amour du héros, Marie pour l'amour d'une mère reine de France45 ; Katherine pour sainte Katherine, Titus en l'honneur de Titus qui vengea à la pointe de l'épée la mort de notre sauveur Jésus-Christ, Hélène en l'honneur de cette sainte femme Hélène à qui apparut la Sainte Croix, ainsi que Jean pour une consécration de l'enfant à saint Jean-Baptiste46.

29Cependant, la majorité des cas fait référence à la parenté, à des personnes déjà proches par le sang et les intérêts et qui, par le partage du nom, transmettent au baptisé un patrimoine.

  • 47 Citations 23, 39 et 54 - XIT et XIIIe s.

30Les géniteurs participent : Alexandre et Alis sont fils d'Alexandre et de Tantalis, Bohort de Gaunes s'avoue fils du roi Bohort et Nibelung fils de Nibelung47.

  • 48 Citations 49, 95 et 109 - XIIIe et XVe s.

31Les géniteurs convoquent aussi les collatéraux et les ascendants : les premiers pour conserver la cohésion et la force collective des groupes de parents dispersés, les seconds pour maintenir le courant qui lie les générations. Gunther reçoit le nom de son oncle et n'avait pas lieu d'en rougir. Heureux cet enfant s'il devait marcher sur les traces de ses parents burgondes. Hervé prend ce nom en souvenir de son arrière grand-père, tout comme Philippe de Bourgogne le nom de son grand père48.

  • 49 Citations 53 et 55 - XIIIe s.

32Le nom est un marqueur familial et les auteurs mettent bien en scène des stocks familiaux de noms, utilisent même la tradition germanique des partages de racines anthroponymiques comme pour Sigfrid fils de Sigmund et de Sigelinde ou Lüdeger frère de Lüdegast49.

33Les parents font aussi volontiers appel à des personnes extérieures à la famille : des amis, des voisins ou des personnalités qui entrent ainsi dans la famille du baptisé, forment sa parenté spirituelle et, par le partage du nom, lui transmettent force et vertus, lui accordent avec ostentation leur protection.

  • 50 Citation 8-1131-1137.
  • 51 Citation 16-1160-1170.

34Il est vrai que la fonction anthroponymique du parrainage, le parrain dormant son nom au filleul, apparaît plus tardive que l'institution. Au début du XIIe siècle encore, des parrains ne donnent pas leur nom50 ; trente ans plus tard, c'est chose faite chez le héros de Marie de France qui choisit son voisin pour être parrain de l'un de ses fils et le prie de lui donner son nom51.

  • 52 Voir infra les termes homonyme et parrainage dans l'Index thématique.
  • 53 Citation 73.
  • 54 Citation 75.
  • 55 Citation 110.

35La pratique qui veut que le parrain soit sélectionné par le père en fonction du nom qu'il porte, pour à la fois agrandir le cercle des protecteurs et préserver la cohérence du stock familial des noms, est en marche et s'impose progressivement à tous pour devenir à la fin du Moyen Âge et aux Temps modernes, dans la littérature comme dans la réalité, une norme rarement transgressée. Les cas d'homonymie rencontrés s'y rapportent en majorité52 et les écarts sont évités au mieux : en 1371, à l'occasion du baptême de Louis, second fils du roy de France, Louis duc d'Anjou, l'oncle de l'enfant, devait être parrain mais, indisponible, il fut remplacé par un autre Louis, le comte d'Etampes53. Les programmes dévotionnels particuliers sont remplis à la lettre, non sans certaine recherche voire affectation : en 1377, pour répondre à la dévocion que la royne avoit à Madame Sainte Katherine,...fut le parrain le prieur de Sainte-Katherine du Val des Escholiers de Paris et marraine une damoiselle qui aidait à dire les heures à la dite royne, appellée damoiselle Katherine de Villiers54. Les manquements sont soulignés par les commentateurs, tel Enguerrand de Monstrelet qui, à propos du baptême de Josse, fils de la duchesse de Bourgogne né le 14 avril 1433, éprouve le besoin de préciser : jà-soit-ce que nul desdits parrains et marraines eussent ainsi nom, mais l'avoient ordonné lesdits ducs et duchesse55.

  • 56 Citations 113, 92, 112 - XIVe, XVe s.

36Quand la famille manque, elle est construite : le païen vaincu prend pour parrain son vainqueur car il veut en adopter le nom, les mères abandonnées ou exilées prennent pour père spirituel de leurs enfants le protecteur rencontré sur le chemin afin qu'il leur donne leur nom56.

37Les hommes de lettre, chroniqueurs et romanciers, ne contredisent pas les données statistiques recueillies dans les cartulaires : ils ont bien compris et restitué les enjeux religieux et les stratégies familiales dont le nom était l'objet, sans ignorer, bien au contraire, les causes aléatoires, les coups du sort et la motivation personnelle. Rien de plus normal, bien sûr, que les aspects hors normes, les curiosités anthroponymiques, figurent en bonne place dans la fiction : ce sont des « effets spéciaux ». Mais ce sont aussi des « faits divers » que se plaisent à rapporter les chroniqueurs ; ce sont sans doute les cas particuliers enregistrés aux marges des tendances générales définies par l'analyse systématique des cartulaires.

À la recherche d'une identité : un surnom pour chaque occasion ?

  • 57 Citations 8 à 10 - XIIe s.

38Le style épique, à l'instar du style homérique, se plaît à multiplier les épithètes : chaque héros de la mythologie chevaleresque s'en voit attribué plus d'un qui, gouailleurs ou empesés, intimistes ou ostentatoires, servent tour à tout à l'identification du personnage sans que la logique soit toujours très évidente entre la situation et la désignation. Si ces accumulations de surnoms symbolisent l'importance des personnages, Guillaume de Barcelone ou d'Orange se présente comme l'un des champions incontestés de cette foule bigarrée. Guillaume le Belliqueux ou Guillaume le Marquis, Guillaume au Court Nez ou au courbe nez ne sont que les plus courantes de ses désignations57.

  • 58 Citations 9 et 11 - XIIe s.
  • 59 Citation 68 - XIVe s.
  • 60 Citation 84 - XIVe s.
  • 61 Citation 86 - XIVe s.
  • 62 Citation 107 - XVe s.

39Pour l'extrême majorité des cas rencontrés, le surnom apparaît donc surtout individuel et fluctuant, soumis à la conjoncture, aux aléas des destinés personnelles : Guillaume acquiert son fameux nez court ou nez courbe sur le champ de bataille58 ; un autre Guillaume, celui de la chronique de Grancey, voit sa désignation s'allonger à l'occasion d'un revers de fortune59 ; Berto della Massa, personnage scélérat de Boccace60, se rend d'Imola à Venise ou il devient Alberto da Imola ; Carapresa (Bonneprise), autre personnage de Boccace61, a sans doute été affublée de se surnom par les pirates de Berbérie qui la retiennent en esclavage ; et Guillaume de Mende dont le Bourgeois de Paris évoque la triste destinée62, doit le surnom de Petit Berger à Renaud de Chartres, archevêque de Reims, qui eut l'idée de le substituer à la bergère de Domrémy dans le rôle de sauveur national.

40Les surnoms s'inspirant d'une caractéristique physique ou morale ont-ils des chances d'être plus pérennes et exclusifs ? Il est permis d'en douter fortement à la lecture des exemples fournis par nos auteurs mettant en scène tant des aristocrates que des bourgeois et de petites gens.

  • 63 Citation 76 - XIVe s.
  • 64 Citation 85 - XIVe s.
  • 65 Citation 89 - XIVe s.
  • 66 Citations 96 et 99 - XIVe s.

41Boccace rapporte qu'un certain maître Cepparello de Prato, qui descendait souvent... à Paris,... était appelé Ciapelletto en raison... de sa petite taille par la communauté italienne, et Ciappello par les Français qui, ignorant le sens de Cepparello, croyaient que ce mot signifiait, comme dans leur langage Capello, c'est-àdire chapel63. Le jeune Galeso, un mal dégrossi mis en scène par le même Boccace64, est surnommé par son entourage Cimone, ce qui, dans leur langue, signifiait « grosse brute » : il perd ce qualificatif quand l'amour en fait un parfait chevalier. La confusion est plus grande encore avec le valet de Frère Cipolla dont Boccace raconte que les uns l’appelaient Guccio Balena, d'autres Guccio Imbratta et d’autres enfin Guccio Porco, c'est-à-dire Baleine, Crasseux ou Cochon, en raison de sa saleté physique et mentale repoussante65. Certes le sixième fils de Mélusine, appelé Geoffroy et rapidement nommé Geoffroy la Grande Dent car il arriva sur terre avec cette dent qui lui sortait de la bouche..., assume bien ce surnom, en fait un signe distinctif au point même de ne plus jurer qu'emblématiquement sur la dent de Dieu. Mais il sait, dans certaines circonstances, utiliser une autre identité, plus cérémonieuse et plus frappante qui le replace dans une entité familiale sinon lignagère : au chevalier menaçant qui lui demande qui il est, Geoffroy la Grande Dent répond vous le saurez donc, et vous ferez demi-tour malgré que vous en avez : je suis Geoffroy de Lusignan66.

42Dans cet exemple, le changement de registre, du burlesque au sérieux, est brutal ; l'introduction de la dimension familiale a dramatisé la scène, lui a donné une épaisseur, une tension remarquables. Le fait est d'autant plus intéressant qu'il ne paraît concerner que la littérature aristocratique, ne pas toucher le monde bourgeois et urbain, celui de Boccace et de Chaucer au moins. Chez ces deux auteurs, le surnom sert surtout à marquer les aspérités les plus notables des personnages et la charge portée sur l'identité, essentiellement collective et diffuse, est somme toute faible, traitée en tout cas sur le mode burlesque, sur le ton de la dérision. L'opposition est saisissante avec les chansons de geste et les romans de chevalerie où le surnom apparaît souvent mono voire auto-attribué et où l'identité constitue l'objet central de ces douloureuses quêtes initiatiques qui comportent assurément une dimension anthroponymique.

  • 67 Comment ici ne pas faire référence aux travaux de Georges DUBY, notamment sur Guillaume le Marécha (...)

43Deux cas de figure se présentent chez les chevaliers, selon que la renommée est à construire ou à hériter. De toute façon, elle est à conquérir et à mériter : à travers les épreuves qu'il rencontre, le héros doit se faire un nom ou bien se montrer digne de celui dont il doit hériter67.

  • 68 Citation 58 - XIIIe s. L'idée est tirée de la vie même de l'auteur qui prend le titre de sire de B (...)
  • 69 Citation 100 - XIVe s.
  • 70 Citation 57-XIIIe s.

44C'est pourquoi tous les personnages usent, abusent même pour certains, de surnoms. Pour les uns, quand le héros est fondateur, ce sont des signes d'identification personnels à tester. L'un d'entre eux finira par s'imposer et être fixé pour la postérité. La réussite se marque, féodalité oblige, souvent par l'appropriation d'une terre et la création de cités sur lesquelles l'identité se cristallise, soit en en prenant le nom, soit en lui donnant son nom. C'est le cas de Jean, l'amoureux de Blonde, qui volontiers s'identifie sous l'appellation Jean de Dammartin et qui, alors que l'intrigue se dénoue, est fait pour toujours seigneur de la ville dont il porte le nom68. C'est encore le cas de Mélusine qui fonde et nomme Lusignan, lignage et cité69. La même ambition guide ce Guillaume de Dole qui, bien qu'il ne soit pas maître de la ville,... utilise... ce nom... parce qu'il habite tout près, dans un manoir. Dôle donne à son nom plus d'éclat que le nom d'un simple village : c'est de sa part bon sens plus que tromperie70.

  • 71 Citations 24 à 26 et 30 à 32 - XIIe s.
  • 72 Citation 36-XIIe s.
  • 73 Citations 40 et 47 - XIIIe s.

45D'autres doivent hériter d'un nom prestigieux mais ils le cachent ou, mieux encore, ils ne le connaissent pas. Le nom est dans les deux cas protégé tant que le héros n'a pas prouvé, en surmontant bravement les épreuves du parcours initiatique, sa capacité à en maintenir la renommée. Une révélation plus ou moins magique lui restitue finalement son identité véritable, l'installe dans son nom. C'est pourquoi Chrétien de Troyes fustige tous les indiscrets qui tentent de percer, de manière insistante et irritante, l'identité des chevaliers errants71 ; si Perceval le Gallois sait bien qu'il doit son surnom à son origine, étant né en terre de Galles, il ne peut en dire plus, ignorant le nom de son père72 ; et Le Bel Inconnu, qui ne conserve de sa famille qu'un vague souvenir de gynécée — l'appellation de « mon cher fils » que sa mère lui donnait — entend à la fin de ses épreuves une voix qui lui révèle ses origines et son lignage73, non pas un surnom mais son nom de baptême et sa filiation.

46Comment ne pas voir les parallélismes étroits entre ces expressions littéraires et les tendances perçues au travers des cartulaires ? La quête angoissée de l'identité, la recherche douloureuse mais têtue du nom au travers des aventures chevaleresques, traduisent les tendances attestées de l'anthroponymie aristocratique définie par la précocité de l'apparition du surnom et son enracinement dans le lignage et le patrimoine. La conquête de l'identité, symbole de la conquête sociale, est à la fois essentielle et longue, parsemée d'épreuves, héroïsée donc.

47En face, les roturiers l'ont certes adopté mais avec grand retard : le surnom est un outil pour les ambitieux, une créature du pouvoir, une arme d'identification administrative et fiscale. Entre eux, dans le monde de proximité qui est le leur, ils s'en passent ou organisent leur opposition en forçant le trait de l'humour grinçant, en tournant en dérision ce que les aristocrates vénèrent ; ils atténuent le pouvoir inquisitorial de l'usage de la dénomination à deux éléments en sur-consommant du surnom, en les multipliant pour se perdre derrière leur diversité.

***

  • 74 Citation 37 - XIIe s.

48N'ayez longuement compagnon, en chemin ou en logis, que vous ne demandiez son nom car par le nom on connaît l'homme74. Chrétien de Troyes comme nos autres écrivains n'ont rien inventé. Ils ont puisé dans la réalité de leurs temps, celle des pratiques comme des idées, pour alimenter leurs romans et leurs chroniques. En donnant à voir les situations et en dévoilant les motivations, ils font plus que rendre compte des choix et des tendances : ils en donnent 1'explication.

CORPUS DES CITATIONS

49Chiffre en gras = indexation ; parenthèse = références (paragraphe ou/et pagination de l'édition)

50573/594- Grégoire de Tours. Histoire des Francs.
1 - (56-13) : La reine présenta son fils au baptême... l'enfant, ayant été baptisé et appelé Ingomar...
2 - (57-13) : Elle (la reine) engendra ensuite un second fils, qui reçut au baptême le nom de Clodomir.
3 - (166-71) : Le roi Chilpéric alla à Paris... y fit baptiser son fils, que Ragnemode, évêque de cette ville, tint sur les fonts de baptême... Il lui fit donner le nom de Thierry.
4 - (98-38) : Emile... c'est ainsi qu'ils avaient coutume d'appeler Emeri dans son enfance (évêque de Saintes).

51vers 1040 - La vie de Saint Alexis.

525 - (26-VI) : Par le saint baptême, ils l'ont fait renaître ; un beau nom ils (les parents) lui donnent selon la foi chrétienne.
6 - (27-VII) : Il fut baptisé, ainsi il fut nommé Alexis.

531090/1130- La chanson de Roland.

547 - (123) : Quand l'empereur eut fini sa vengeance (supplice de Ganelon), il appela les évêques de France, ceux de Bavière et ceux d'Allemagne : en ma maison y a une captive noble. Elle a tant ouï de sermons et d'exemples qu'elle veut croire en Dieu, chrétienté demande. Baptisez-la, pour que Dieu ait son âme. Ils lui répondent : soit fait avec des marraines. Aux bains d'Aix... (deux vers presque entièrement illisibles), ils baptisèrent la reine d'Espagne et lui ont trouvé le nom de Juliane. Elle est chrétienne par vrai connaissance.

551131/1137- Le couronnement de Louis.
8 - (64-1286) : Alors on a baptisé le roi (Galafre le Sarrasin). Il a eu pour parrain Guillaume le belliqueux ainsi que Guiélin et le courtois Gautier et au moins trente vaillants chevaliers qui sont tous de haut rang. Mais on ne lui a pas changé son nom : on l'a confirmé en nom de chrétien.
9 - (60-1157) : « Oncle, fait Bertrand, êtes-vous sain et sauf ? — Oui, fait-il, par la grâce du Dieu céleste, excepté que j'ai le nez un peu raccourci : je sais bien que mon nom en sera allongé ». Le comte s'est alors lui-même baptisé : « désormais que ceux qui m'aiment et m'estiment m'appellent tous, Français et Berruyers, le comte Guillaume au court nez le belliqueux ». Et depuis ce jour on n'a pu changer son nom.
10 - (47-818) : « Je m'appelle Guillaume le marquis par Dieu, fils d'Aimeri le vieillard à la barbe chenue et d'Hermengart, ma mère au clair visage ; je suis frère de Bernard de Brebant, la cité, et d'Ernaut de Gironde sur la mer, frère de Garin qui mérite tant d'être loué et de Bovon de Comarchis le redouté, frère de Guibert d'Andernas, le dernier né. Et lui aussi mon frère le noble Aimer ».

56XIIe s. - Le charroi de Nîmes.
11 - (130) : De son brant (épée) nu me donna un cop tel desur le heaume que oi a or gemé, que le cristal en fist jus avaler. Devant le nes ma copa le nasel ; / Tresqu'as narilles me fist son brant coler ; / A mes deux mains le m'estut relever ; / Grant fu la boce qui fu au renoer. / Mal soit del mire qui le me dut saner ! / Por ce m'apelent Guillelme au cort nés. / Grant honte en ai quant vieng entre mes pers / Et vers le roi en nostre seignoré !

57milieu du XIIe s. - Le roman de Tristan et Iseut.

5812 - (18) : « Triste j'accouche, triste est la première fête que je te fais, à cause de toi j'ai tristesse à mourir. Et comme ainsi tu es venu sur terre par tristesse, tu auras nom Tristan. »
13 - (31) : Iseut la Blonde, aux cheveux d'or...
14 - (137) : « ... et comme les mains de ma sœur font courir les fils d'or sur ce samit blanc ! Par foi, belle sœur, c'est à droit que vous avez nom Iseut aux blanches mains. »

591170/1190- Eilhart von Oberg, Tristrant.

6015 - (193-195) : (6845-6876) « Aujourd'hui j'ai vu Tristrant... je l'ai conjuré par votre nom de tourner bride. Il a continué sa route au grand galop, comme s'il n'avait pas entendu... » (6877-6912) Une vive colère s'empara de la souveraine à la pensée que Tristrant n'avait pas voulu tourner bride pour l'amour d'elle... il avait bien mal agi en refusant de tourner joyeusement bride... Et pourtant il Ta conjuré par mon nom de faire demi-tour... (6877-6912) « Je sais que je suis innocent... Quoiqu'il puisse advenir, heur ou malheur, quiconque me demanderait pour l'amour d'elle de faire demi-tour, et même s'il était accompagné de mille chevaliers, je retrournerais aussitôt sur mes pas et lui livrerais bataille... (6913-6966) Et elle doit être certaine que jamais je n'ai manqué de faire ce qu'on me demandait ou m'ordonnait d'accomplir pour l'amour de ma dame. Et j'agirai toujours ainsi. C'est pourquoi ce ne serait pas le bon moment pour moi de refuser de faire ce qu'on me demanderait en son nom. » 1160/1170

61- Marie de France. Lais - Frêne.

6216 - (37) : Il fait savoir à son bon voisin que sa femme vient d'avoir deux garçons... Il lui en confiera un pour qu'il le tienne sur les fonts baptismaux et il le prie de lui donner son prénom.
17 - (42-43) : J'ai apporté ici un enfant que j'ai trouvé dehors dans le frêne... L'abbesse elle-même l'a tenue sur les fonts baptismaux. Parce qu'elle a été trouvée sur le frêne, c'est Frêne qu'on lui donne comme nom et Frêne qu'on l'appelle.

63vers 1165 - Chrétien de Troves. Erec et Enide.

6418 - (52) : Quand Erec prit femme, il convint de la nommer par son propre nom, car une femme ne peut être épousée si elle n'est pas nommée par son propre nom mais on l'apprit pour la première fois : elle avait reçu au baptistère le nom d'Enide.
19 - (161) : « Vous m'avez maté comme par un sortilège ma valeur et ma chevalerie ; aussi est-il bien juste que je vous dise mon nom puisque vous voulez le connaître : on m'appelle Maboagrain mais je ne suis point connu sous ce nom dans les lieux où l'on m'a vu, sauf en ce pays-ci seulement. Tant que je fus jeune homme, je ne disais jamais mon nom et je ne le connaissais pas ».

65vers 1176 - Chrétien de Troves. Cligès.

6620 - (20) : « On me donna le nom d'Alexandre quand je reçus le sel, le chrême et le titre de chrétien au baptême. »
21 - (48) : « Mais pourquoi son nom (Alexandre) m'est-il si difficile à prononcer que je veux lui donner un surnom ? Il y a, je crois, trop de lettres, et je m'arrêterais au beau milieu. Mais si je l'appelais « ami », je dirais facilement le nom tout entier. Parce que je crains de manquer de courage à dire l'autre, je voudrais, au prix de mon sang, qu'il eût pour nom « mon doux ami ». »
22 - (88) : On la nommait Thessala parce qu’elle était née en Thessalie.
23 - (12) : L'impératrice était belle et noble, dont l'empereur eut deux enfants... Le premier était nommé Alexandre, le cadet Alis ; leur père s'appelait Alexandre, leur mère Tantalis.

671177/1181- Chrétien de Troyes. Le chevalier de la charrette (Lancelot).

6824 - (72) : Elle veut obtenir de lui quelque intérêt, elle veut de sa bouche apprendre enfin son nom. Pour le connaître, elle insiste à tel point, priant et suppliant, qu'à bout de patience il lui répond : « ne vous ai-je pas dit que je suis né au royaume du roi Arthur ? Par la foi que je dois à Dieu le tout puissant, de mon nom vous ne saurez rien. »
25 - (74) : Apprenez seulement que le repas fini, on n'eut aucune peine à trouver des sujets de conversation. D'abord le vavasseur cherche à savoir qui est son hôte et la contrée où il est né, mais sans lui demander son nom. Sur le champ, l'inconnu répondit : « Je suis du royaume de Logres ; je viens dans ce pays pour la première fois. »
26 - (78) : Ils continuent leur chemin tous les trois. Déjà l'heure de none était passée quand soudain les voilà devant un indiscret prompt à leur demander qui ils sont. « Nous sommes chevaliers, répondent-ils, et nous allons où notre devoir nous appelle. »
27 - (108, 109, 110) : Saurait-il que la reine attache ses regards sur lui de la fenêtre qu'elle occupe, il reprendrait sa force et son audace : ainsi pensait la demoiselle. Ah ! que n'est-elle assurée de son nom ? Quel plaisir elle aurait à lui crier de regarder un peu autour de lui ! Lors elle s'approcha de la reine et lui dit : « Pour votre bien, madame, et pour le notre aussi, de par Dieu je vous en supplie, sans autre but qu'il doive en obtenir secours, apprenez-moi le nom de ce chevalier-là, si vous le connaissez.
— Ce dont vous me priez, demoiselle, est à mon sens exempt de malveillance et de noirceur : je n'y vois que du bon. Le nom du chevalier est Lancelot du Lac, je crois. »
À l'ouïe de son nom, Lancelot fut prompt à se retourner... Elle avait allumé dans ses veines le feu qui l'animait sans trêve.
28 - (114) : « ... aussitôt que nous avons entendu votre nom, nous avons tressailli de joie, car d'emblée nous fûmes certains que nous serions tous délivrés ».
29 - (152) : Chacun demande avec une fiévreuse ardeur : « Comment savoir le nom de ce parfait jouteur ? »

691180 - Chrétien de Troyes. Yvain ou le chevalier au lion.

7030 - (246-247) : « Ne vos doi celer cornent le me faz apeler. Ja del Chevalier au lion. N'orrez parler se de moi non. Par cest nom vuel que l'on m'apielt. Por Dieu, biau sire ! ce qu'espielt (qu'est-ce qui explique) que oncques mes de vos meïmes ne vostre nom nommer n'aimes ? Dame ! par ce savoir poez, que ne sui gueires renomez. »
31 - (253) : « De mal et de honte avons tant, Que le quint ne vos en sait dire. Mais ce nos fait esragier d'ire, que mout sovent morir veomes chevaliers riches et prodomes, qui as deus maufez se conbatent. L'ostel mout chierement achatent, aussi com vos ferez demain ; que trestot seul de vostre main vos conviendra, voiliez ou non conbatre et perdre vostre nom encontre les deux vifs deables. »
32 - (259) : « Mes avez li vos dit de moi qui je suis ? — N'aie, par ma foi ! Ne ne sait cornent avez nom se chavaliers au lion non. »

711182/1190- Chrétien de Troyes et.... Perceval ou le roman du Graal.

7233 - (348) : Evalac accepta et Joseph lui fit renoncer à sa mauvaise religion pour ne se fier qu'au Roi de gloire d'où vient toute force victorieuse. Evalac se fit baptiser, après quoi il vainquit Tolomé et prit le nom de Mordrain pour son nom de baptême.
34 - (111) : Sagremor, qui pour ses colères subites était aussi appelé Sagremor le Derêglé.
35 - (117) : Perceval... lui demande son nom. « Je suis le fèvre de ce village des Mares, Seigneur, et je n'ai d'autre nom. »
36 - (335) : « Sire roi, je suis Perceval le Gallois, étant né en terre de Galles, mais j'ignore le nom de mon père. Je sais seulement que ma mère fut dame de la Gaste Forêt. »
37 - (44) : « N'ayez longuement compagnon, en chemin ou en logis, que vous ne demandiez son nom car par le nom on connaît l'homme. »

731200/1230- La quête du saint-Graal.

7438 - (127) : Il avait un beau-frère dont le nom païen était Séraphé mais qui, une fois baptisé, prit le nom de Nascien.
39 - (151) : Il lui demande alors comment il s'appelle et Bohort lui répond qu'il se nomme Bohort de Gaunes, fils du roi Bohort et cousin de monseigneur Lancelot du Lac.

75XIIIe s. - Le bel inconnu.
40 - (24) : Le roi s'adressa à Bedoier : « allez vite trouver le chevalier, celui qui m'a réclamé un don et demandez lui son nom. — j'y vais, dit Bedoier. » Il s'approcha du chevalier et dit : « seigneur, le roi vous demande, il vous prie et même il vous donne l'ordre de me dire votre nom : vous en tirerez grand avantage. » L'autre lui répondit : « à vrai dire, je ne le connais pas moi-même et tout ce que je puis dire, c'est que ma mère m'appellait « mon cher fils » et que je ne sais pas si j'ai jamais eu un père ». Bedoier retourna auprès du roi qui lui demanda : « a-t-il dit son nom ? — Non, seigneur, car il ne le connaît pas et ne connaît personne qui puisse le lui apprendre, si ce n'est que sa mère l'appelait « mon cher fils » quand elle s'adressait à lui. — je vais lui donner un nom, dit le roi. Puisque ni lui ni moi ne connaissons son nom, parce que Nature a permis que toute la beauté que l'on puisse concevoir brille et se reflète en lui et parce qu'il ne sait pas qui il est, je veux qu'il s'appelle le Bel Inconnu. Ainsi l'appelleront tous les seigneurs de ma cour ! »
41 - (30) : « Je vais vous dire comment se nomme celui dont j'ai reconnu être le prisonnier : il m'a dit qu'il s'appelait le Bel Inconnu. D'ailleurs, il m'a frappé si fort que c'est à peine si j'ai compris son nom. »
42 - (34) : Il la fit asseoir à côté de lui sur l'herbe et lui demanda comment les géants avaient pu s'emparer d'elle pour l'ammener ici ; qu'elle lui dise comment elle s'appelait, qui elle était, de quel endroit elle venait, qu'elle ne lui cache rien.
43 - (41) : « Seigneur, vous m'avez demandé de vous dire mon nom ; maintenant je veux savoir le vôtre. » Et l'autre fut bien obligé de dire à son tour la vérité comme on le lui commandait : « je m'appelle l'Orgueilleux de la Lande. »
44 - (44) : Son heaume était couronné de roses, son cheval couvert d'une soie brodée ou des roses vermeilles étaient admirablement représentées. Et son amie, qui s'appelait Rose épanouie, chevauchait à ses côtés sur un palefroi.
45 - (45) : « Dites moi votre nom, qui vous êtes... — Seigneur, mon nom est Giflet ; Giflet fis de Do, c'est ainsi qu'on m'appelle et me nomme dans ce pays. »
46 - (47-49) : C'était la maitresse de la ville... la Belle aux Blanches Mains... Le chevalier était le prétendant de la jeune suzeraine de la ville... On lui amena son cheval, recouvert d'un drap de soie rouge d'une incomparable beauté : au centre du drap se trouvaient incrustées deux blanches mains, découpées dans de la soie aussi blanche que la fleur de l'aubépine. Son bouclier était de sinople, orné de deux blanches mains ; son heaume aussi était orné d'une paire de gants.
47 - (63) : C'est alors qu'il entendit une voix qui lui révélait ses origines et son lignage. La voix ne murmurait pas, elle criait : « Fils de monseigneur Gauvain... Le roi Arthur s'est trompé quand il t'a appelé le Bel Inconnu : ton vrai nom de baptême est Guinglain. Je peux te raconter tout ce qui te concerne : ton père, c'est monseigneur Gauvain et je te dirai aussi qui est ta mère, tu es le fils de la fée Blanchemal. C'est moi qui t'ai donné ton armure et ton épée, puis elle t'envoya au roi Arthur qui te confia la mission de secourir cette demoiselle. Tu es bien venu à bout de cette tâche. » Son discours fini, la voix s'est tue. Et lui reste là, très heureux de ce que la voix lui avait dit : elle lui a révélé, par ce discours, qui est son père et quel est son propre nom.
48 - (87) : Il a reçu le nom de gainglain à son baptême et il a pour père le noble Gauvain.

76XIII e s. - La chanson des Nibelungen.
49 - (716) : On se hâta de baptiser l'enfant et on lui donna le nom de Gunther, qui était celui de son oncle ; il n'avait point lieu d'en rougir. Heureux cet enfant, s'il devait marcher sur les traces de ses parents burgondes !
50 - (718) : Or là-bas aussi, aux bords du Rhin, nous est-il rapporté, chez Gunther, le puissant roi, la belle Brünhild avait donné le jour à un fils en pays burgonde. Pour l'amour de Sigfrid, le héros, cet enfant reçut le nom de ce dernier.
51 - (1388) : Elle n'eut de cesse qu'elle n'eût obtenu que l'enfant d'Etzel fût baptisé selon la règle chrétienne : il reçut le nom d'Ortlieb.
52 - (1477) : Qui était se Volker ? Je vais vous le dire. C'était un seigneur de noble lignage ; il avait pour sujets nombre de preux guerriers du pays burgonde. Comme il s'entendait à jouer de la vielle, on l'appelait le Ménestrel.
53 - (20-21) : En ce temps-là grandissait en Néerlande le fils d'un noble roi. Son père se nommait Sigemund et sa mère Sigelinde... Sigfrid était le nom de ce preux et valeureux chevalier.
54 - (87) : Ce héros a, de sa main, tué les hardis Nibelungen, Schilbung et Nibelung, les puissant fils de roi (fils de Nibelung).
55 - (140 et 192) : Je vous nommerai ses ennemis : c'étaient Lüdeger, du royaume de Saxe, prince noble et puissant, et Lüdegast, roi de Danemark (frères).
56 - (499) : Le nain demanda alors : « quel est votre nom ? » — « Je m'appelle Sigfrid » répondit ce dernier, « je pensais être bien connu de vous. »

77vers 1215 - Jean Renard. Guillaume de Dole ou le roman de la Rose.
57 - (20) : « Tous les habitants du pays l'appellent Guillaume de Dole, bien qu'il ne soit pas maître de la ville. — Pourquoi utilise-t-il donc ce nom ? — Parce qu’il habite tout près, dans un manoir. Dole donne à son surnom plus d'éclat que le nom d'un simple village : c'est de sa part bon sens plus que tromperie. »

78vers 1240 - Philippe de Rémi. Le roman de Jehan et Blonde.
58- (33) : « Comment vous-appelez vous mon ami ? — Seigneur on m'a donné le nom de Jean... (49) Jean de Dammartin... (71) Jean Martin... (93) Je vous fais pour toujours seigneur de la ville dont vous portez le nom. Recevez de moi Danmartin. »
59- (34) : La demoiselle s'appelait Blonde ce qui était bien juste car nulle part au monde femme ne porta plus belle chevelure... Ses cheveux ressemblent à de l'or fin et brillant.
60- (64) : « Seigneur » répondit Jehan, « je m'appelle Gautier et je suis né du côté de Mondidier. — Gautier ? Diable ! Ceci être nom de sot. »
61 - (90) : Le prêtre s'avance dans la chapelle, s'adresse à Jehan et Blonde en les appelant par leur nom et leur demande s'ils veulent être unis par la religion. Si ce n'était pas la coutume de le faire...
62- (105) : Le roi ceignit Jehan de l'épée en le faisant chevalier et lui donna aussitôt la colée ainsi qu'à ses frères. Je ne vous ai jamais dit leurs noms : je vais le faire maintenant car ce n'est que justice : Robert... Tristan..., Manessier.

791298/1307- Joinville. Histoire de Saint-Louis.
63 - (XX-220) : Li grans cuens Tybaus, qui gist à Laingny, ot trois fiz : li premiers ot non Henri, li secons ot non Tybaut, li tiers ot non Estienne. Cis Henris desus diz fu cuens de Champaingne et de Brie, et fu appelez li cuens Henris li Larges ; et dut bien ainsi estre appelez, car il fut larges à Dieu et au siècle.
64 - (LXXVIII-288) : La royne acoucha d'un fil qui ot à non Jehan ; et l'appeloit l'on Tristant, pour la grant dolour là où il fu nez.

80vers 1300 - La roue de la Fortune ou Chronique de Grancey.
65 - (4-IV) : Hector et Hélène, qui se firent aussitôt baptiser à Toul... Hector pris le nom d'Amédée et Hélène celui de Bonne.
66 - (41-LV) : Pierre vicomte d'Orléans... ne se plaisait que dans le mal... On l'avait surnommé Mauregard.
67 - (44-LV) : La dame de Grancey excitait l'admiration par sa rare bonté et on l'appelait « Adeline », ou vulgairement « La Essaulnoye », parce que la richesse et les honneurs lui croissaient chaque jour.
68 - (45-LXI) : Comme Guillaume, qui avait été fort riche, était devenu pauvre par sa faute, on l'appelait « Briche » ou encore « Le Fou ». Il eut une fille, Marguerite, qui fut abbesse de Remiremont, et trois fils : Hémon dit le Fou, Jean et Hemonet dit Briche.
69 - (59-LXXXI) : (Hémon dit le Fou est ici appelé) Hemonin de Villey, le fils du fou de Vesvres.

811350/1380- Chronique des règnes de lean II et de Charles V - 1350-1380.

8270 - (II-20/21) - 1366 : De la naissance de madame Jehanne, fille du roy.
Le dymenche VIIe jour de Juin, entre tierce et midy, l'an mil CCC LXVI dessus dit, la royne de France appellée Jehanne, fille du duc de Bourbon qui avoit esté mort en la bataille de Poitiers et femme du roy Charles qui lors estoit, ot une fille au bois de Vinciennes, laquelle fu baptisiée en la chapelle dudit bois de Vinciennes, le jueudy ensuyvant VIe jour du dit mois et fu apellée Jehanne ; et fu parrein monseigneur Jehan duc de Berry et d'Auvergne, frère dudit roy ; et marraines les roynes Jehanne d'Evreux qui avoit esté femme du roy Charles qui fu mort l'an (1327) et Blanche de Navarre, qui avoit esté femme du roi Philippe qui mourut l'an (1350) en la ville de Nogent-le-roy, et Marguerite, comtesse d'Artois, mère du comte de Flandres Loys.
71- (II-62) - 1368 : De la solempnité du baptisement de Charles, filz du roy Charles le Quint de ce nom.
Le merquedy ensuyvant, VIe jour de décembre, l'an M CCC LX VIII dessus dit, le dit filz du roy fu crestienné en l'église de Saint-Pol de Paris, environ heure de prime, par la manière qui s'ensuit... Et le tint sur les fons ledit seigneur de Montmorency, et fu appelé Charles pour les diz seigneur de Montmorenci et conte de Dampmartin qui ce meismes nom avoient.
72 - (II-150) - 1370 : De la nativité de Madame Marie, fille du roy de France Charles le Quint et de son baptisement.
Le jeudi XXVIIe jour de février ensuyvant M CCC LXX dessus dit, trois heures après myenuit et avoit la lune XII jours, fu née à Paris en l'ostel du roy empris Saint-Pol, Madame Marie fille dudit roy Charles et de la dite royne Jehanne de Bourbon.
Et fu lendemain baptisée es fons de l'église Saint-Pol et furent marraines madame Jehanne de France, fille du roy Philippe qui avoit esté mort l'an (1350) et la dame de Lebret, suer de la dite reigne (Marguerite de Bourbon, femme du sire d'Albret) et monseigneur le dalphin, ainsné fils du roy et frère de la dite marie fu parrain.
73 - (II-161) - 1371 : De la nativité de monseigneur Loys secont fils du roy de France et de son baptizement.
Le samedi XIIIe jour de mars (1371), environ deux heures après minuit, et avoit la lune IX jours, à Paris en l'ostel du roy empris Saint Pol, fu né messire Loys, second fils du roy Charles, et fu baptisié es fons du dit moustier de Saint-Pol, à très grant compaignie et solempnité, par messire Jehan de Craon, lors arcevesque de Reims, le lundi ensuyvant, environ midy ; et fu parrain messire Loys, comte d'Etampes (à la place et au nom de Louis, duc d'Anjou, oncle de l'enfant « ex eo quod haberet nomen ipsium quod habet dictus cornes ». Un autre parrain fut du Guesclin) et madame d'Alençon (Marie d'Espagne), mère du dit comte, fu marraine.
74 - (II-170)-1373 : De la naissance de madame Ysabel, fille du roy.
Le samedi (23) juillet (1373) fu née madame Ysabel, fille du roy Charles et de la ditte royne Jehanne de Bourbon... Et le lendamain, jour de dymenche, après disner, fu baptisée... par messire Jehan de Dormans, cardinal, et fu parrain monseigneur le dalphin, aisné fils des dits roy et royne, et madame Marguerite, comtesse de Flandres et d'Artois, et madame Ysabel, duchesse de Bourbon, mère de ladite royne, furent marraines.
75 - (II-277)-1377 : Comment la royne de France enfanta une fille... laquelle fu nommée Katherine.
Le jeudi (4) février (1377)... le lendemain fu baptisée... à Saint-Pol par messire Aymery de Maignac, évêque de Paris, et fu parrain le prieur de Sainte Katherine du Val-des-Escholiers de Paris et marraine une damoiselle qui aidait à dire les heures à la dicte royne, appellée damoiselle Katherine de Villiers (fille de Pierre de Villiers, grand-maître de l'Hôtel du roi). Et fu ce fait par dévocion que la dicte royne avoit à madame Sainte Katherine, et fu la dicte fille appellée Katherine.

831349/1351- Boccace, Decameron.
76 - (I-1, 58) : Il se souvint d'un certain maître Cepparello de Prato qui descendait souvent chez lui souvent à Paris : petit et toujours tiré à quatre épingles, il était appelé Ciapelletto en raison précisemment de sa petite taille, et non Ciappello, par les Français qui, ignorant le sens de Cepparello, croyaient que ce mot signifiait, comme dans leur langage « capello », c'est-à-dire chapel ; et tout le monde le connaissait sous le nom de Ciappelletto, mais bien peu sous celui de maître Cepparello.
77 - (I-2, 75) : Giannotto... ayant accompagné Abraam à Notre-Dame-de-Paris,... demanda aux prêtres de ces lieux de le baptiser. Ces derniers le voyant consentant s'exécutèrent aussitôt. Giannotto le tint sur les fonts baptismaux et lui donna le nom de Jean.
78 - (I-8, 94/95) : Non seulement il tenait sa bourse serrée pour les autres mais aussi pour lui même... Raison pour laquelle nul ne l'appelait plus par son nom de Grimaldi mais, simplement, et pour cause, messire Ermino Avarizia.
79 - (II-6,150) : Elle abandonna tout ce qu'elle avait ; enceinte et démunie, avec un fils d'environ huit ans nommé Giuffredi, elle monta dans une embarcation et s'enfuit à Lipari. C'est là qu'elle mit au monde un second fils, qu'elle nomma l'Exilé.
80 - (II-8,189-190-196) : Ils devaient se garder avec grande précaution de jamais révéler à qui que ce fût d'où ils venaient et qui était leur père, s'ils tenaient à la vie. Le garçon, du nom de Louis, était âgé de neuf ans environ et la petite fille, qui s'appelait Violaine, en avait à peu près sept... Pour mieux réussir, le comte jugea nécessaire de changer leurs noms et ainsi fut fait : il nomma le garçon Perrot et Jeannette la petite fille. Dans Londres, en habits de pauvres, ils se mirent à mendier, à la façon de ces vagabonds que nous voyons venir de France... Elle ne se présenta jamais autrement que comme la fille d'un Picard... Perrot... n'avait son pareil dans tout le pays. Appelé Perrot le Picard, il était en tous lieux connu et célèbre.
81 - (III-3, 248) : Or, un homme (dont à vrai dire j'ignore le nom mais qui me semble quelqu'un de bien).
82 - (III-5, 262) : Il y avait alors à Pistoia un jeune homme nommé Ricciardo, de modeste origine mais très riche, si soigné et si élégant de sa personne qu'on le surnommait généralement Zima (Le Coquet).
83 - (III-conclusion, 323) : (Filostrato — ce qui veut dire « victime de l'amour » — devient roi de la quatrième journée et annonce ainsi le programme)... je souhaite que demain l'on prenne pour thème de nos récits ce qui est le plus conforme à mon sort à savoir des amours aux fins tragiques, puisque telle est la misérable issue à laquelle je me prépare à long terme : ce n'est d'ailleurs pas par hasard si je porte le nom par lequel vous m'appelez et qui m'a été imposé par quelqu'un qui n'en ignorait pas le sens.
84 - (IV-2, 350) : Il y avait donc à Imola... un homme menant une vie scélérate et dissolue, nommé Berto della Massa... Il se transféra à Venise, réceptacle de tous les vices, et pensa trouver là d'autres débouchés à ses activités peu honorables... Il... devint frère mineur sous le nom d'Alberto da Imola.
85 - (V-1, 415) : Parmi ses enfants, il avait un fils qui surpassait tous les autres jeunes gens par la taille et la beauté physique mais il était presque idiot sans espoir de guérison. Son vrai nom était Galeso mais, comme jamais ni les efforts d'un maître, ni les caresses ou les corrections paternelles, ni le talent de qui que ce soit n'avaient réussi à lui mettre dans la cervelle les lettres ou les bons usages — au contraire, sa voie rauque et déformée et son comportement étaient ceux d'une bête plutôt que d'un être humain —, par dérision tout le monde l'appelait Cimone, ce qui, dans leur langue, signifiait « grosse brute ».
86 - (V-2,428) : Gostanza (héroine égarée en Berbérie) demanda... à cette femme qui parlait un peu italien qui elle était. Celle-ci lui répondit qu'elle était originaire de Trapani, s'appelait Carapresa (Bonneprise) et était au service de quelques pêcheurs chrétiens. À ce nom de Carapresa, malgré sa douleur et sans savoir pourquoi, la jeune fille sentit que c'était de bon augure et elle commença à espérer elle ne savait quoi et à renoncer à son désir de mourir.
87 - (V-7, 458) : (Un gentihomme sicilien achète des esclaves pris sur les côtes d'Asie Mineure par des corsaires génois) Presque tous avaient l'air de bergers mais, parmi eux, il y en avait un qui semblait éduqué et de meilleure tournure que les autres et il s'appelait Teodoro. Dans cette condition d'esclave, il n'en grandit pas moins au milieu des enfants de messire Amerigo. Son naturel prévalant sur le sort qui lui était échu, il devint si policé et avait de si belles manières qu'il gagna l'affection de messire Amerigo et que celui-ci l'affranchit. Le croyant turc, il le fit baptiser sous le nom de Pietro, en fit son intendant et lui accorda toute sa confiance.
88 - (VI-10, 519) : Certaldo... est un bourg de la Valdesa, situé sur le territoire florentin ; bien que de taille modeste, il fut habité autrefois par des gens nobles et aisés. Y trouvant bonne pâture, un frère de saint Antoine avait coutume de s'y rendre une fois l'an pour recueillir les offrandes des sots ; il s'appelait frère Cipolla (Oignon) et était fort apprécié tant pour son nom que pour tout autre motif de dévotion, car le terrain de Certaldo produit les meilleurs oignons de toute la Toscane.
89 - (VI-10, 521) : Frère Cipolla avait un valet que les uns appelaient Guccio Balena, d'autres Guccio Imbratta et d'autres enfin Guccio Porco (Baleine, Crasseux, Cochon)... toujours en retard, souillard et roublard ; insouciant, désobéissant et médisant ; négligé, écervelé, et mal élevé.
90- (VIII-4, 629) : Cette dame avait une servante d'âge mûr... Son nom était Ciuta mais son visage était si repoussant que tout le monde l'appelait Ciutazza (suffixe péjorant).
91 - (VIII-10, 688) : Il n'y a pas encore très longtemps, un jeune marchand de notre ville appelé Niccolo da Cignano mais surnommé Salabaetto.
92 - (X-5, 782) : Messire Gentil se levant prit dans ses bras le petit enfant et la dame par la main et allant vers Niccollucio il lui dit : « lève-toi, compère ; je ne te rends point ta femme, que ta famille et la sienne abandonnèrent, mais je veux te faire don de cette dame, ma comère, avec son petit enfant, dont je suis certain que tu es le père, mais que j'ai tenu sur les fonts baptismaux et nommé Gentile. »

841386/1387- Geoffroy Chaucer, Les contes de Cantorbery, Prologue du Conte de la femme de Bath.
93 - (51-52) : « Mon cinquième mari — que Dieu bénisse son âme ! — avait été clerc à Oxford ; il avait quitté l'école et était venu prendre pension chez mon amie intime, qui habitait dans notre ville. Que Dieu ait son âme ! Elle portait le nom d'Alison et connaissait mieux mon cœur et mes secrets que notre prêtre paroissial !... Or, un jour de carême, mon Jeannot le clerc, dame Alice mon amie intime et moi-même allâmes aux champs. »

851392/1393- Jean d'Arras. Le roman de Mélusine ou l'histoire des Lusignan.
94 - (75) : Mélusine accoucha d'un enfant mâle... Il fut baptisé et reçut le nom d'Urian.
95 - (168) : (mariage d'Urian et de la fille du roi de Chypre)... La reine accoucha d'un très beau garçon. Il fut baptisé et appelé Hervé en souvenir de son arrière-grand-père.
96 - (105-107) : Elle accoucha de son second enfant. C'était un fils, qu'on baptisa du nom d'Eudes...
L'année suivante, elle eut un fils qui fut appelé Guion...
La chronique certifie que, deux ans plus tard, Mélusine eut un fils qu'on appela Antoine...
... deux ans plus tard, Mélusine attendit son cinquième enfant et elle donna le jour, quand son terme arriva, à un fils qu'on appela Renaud...
... la huitième année après son mariage, Mélusine eut son sixième fils, qu'on appela Geoffroy. Il arriva sur terre avec cette dent qui lui sortait de la bouche de près de trois centimètres. On le nomma Geoffroy la Grande Dent. (à noter qu'il adopta un juron emblématique : (178) par la dent de Dieu ; (228) par les dents de Dieu).
L'année suivante, Mélusine eut un fils, c'était le septième, il s'appela Fromont...
Enfin la chronique rapporte que Mélusine resta ensuite deux ans sans avoir d'enfant mais, la onzième année de son mariage, elle eut un fils, le huitième, incroyablement grand... Il était si cruel et si mauvais qu'avant d'avoir quatre ans il avait tué deux de ses nourrices (Il n'est ici pas nommé et l'on apprend plus loin qu'il s'appelle Horrible (p. 254 sq.)
97 - (176) :... la forteresse de Sion, où se trouvait un de ses ennemis, Claude de Sion...
98 - (186) :... le château de Valbruyant... tenu par Garnier de Valbruyant...
99 - (178) :... il faudrait que nous sachions qui vous êtes... « Et bien, dit Geoffroy la Grande Dent, vous le saurez donc, et vous ferez demi-tour, malgré que vous en avez : je suis Geoffroy de Lusignan. »
100 - (73-74) : « Messeigneurs... je vous ai réunis ici pour avoir votre avis sur le nom à donner à cette forteresse pour qu'on se souvienne à tout jamais qu'elle doit sa fondation à une aventure merveilleuse... — Ma foi, ma chère cousine, dit le comte de Blois... jamais personne ne vous imposera un nom. Puisque c'est vous qui avez réussi à construire cette place forte..., il est juste que ce soit vous qui lui donniez un nom. — Monseigneur, dit Mélusine, s'il ne peut en être autrement, puisque je vois que vous voulez que je lui donne un nom, elle s'appellera Lusignan. — En vérité, dit le comte, ce nom lui va bien pour deux raisons. En effet vous vous appelez Mélusine d'Écosse, ou d'Albanie et Albanie, en grec, veut dire « qui ne fait pas défaut », et Mélusine signifie « prodige » ou « prodigieuse ». Or cette place forte a été fondé de façon prodigieuse, et je crois qu'aussi longtemps qu'elle durera, il y surviendra des événements prodigieux. »
101 - (21) : C'est avec stupéfaction qu'Elinas s'entendit nommer, car il ne connaissait pas celle qui lui parlait.
102 - (26) : « ... la forteresse que tu auras construite et nommée de ton nom... »
103 - (100) : « Monseigneur, je vous suplie de me permettre de donner à mon cousin Hervé la baronnie de Léon qui était à Hervé mon père. — Que Dieu lui fasse miséricorde ; ainsi la terre aura recouvré le nom de son seigneur légitime et vous le nom de votre vassal, puisqu'il appartient au même lignage. »

861405/1449- Journal d'un bourgeois de Paris.
104 - (572) : Item, la vigile du Saint Sacrement en celui an (1431), qui fut le 30e jour de mai dudit an 1431, dame Jeanne qui avait été prise devant Compiègne, qu'on nommait la Pucelle... Elle avait fait idolâtrer le simple peuple, car par sa fausse hypocrisie ils la suivaient comme sainte pucelle... (dans le paragraphe suivant (573), elle est identifiée comme « ladite Jeanne la Pucelle » ; plus loin (578) à nouveau « dame Jeanne »).
105 - (579) : Et cette semaine (fin mai 1431) fut pris le plus mauvais et le plus tyran et le moins piteux de tous les capitaines qui fussent de tous les Armagnacs, et était nommé pour sa mauvaiseté La Hire... (note 139 : « la colère ». Il n'est pas sûr que cela soit l'origine exacte du surnom d'Étienne de Vignoles).
106 - (772) : La vigile Saint-Martin (le 10 novembre 1439), fut tant chassé un loup terrible et horrible qu'on disait que lui tout seul avait fait plus des douleurs devant dites que tous les autres ; celui jour fut pris et n'avait point de queue, et pour ce fut nommé Courtaut et (on) parlait autant de lui comme (on fait) d'un larron de bois ou d'un cruel capitaine.
107 - (581) :... y avait un méchant nommé Guillaume le Berger... (note 184 : Guillaume de Mende, dit le Petit Berger, est un adolescent visionnaire et simplet que Renaud de Chartres, archevêque de Reims, eut l'idée de substituer à Jeanne à la tête des troupes royales).

87après 1416 - Chronique de France et de Bourgogne depuis l'an 366 jusqu'en 1416.

88108 - (21) : En l'an VIIc XIIII morut pepin li somoer prince de france et tint après lui sa seignuerie charles martiaulx son fils... estoit appelle par ce nom martiaulx pour ce qui pourtoit par coustume avec lui grant marteaulx en bataille.
109 - (349) : En l'an mil IIIc IIIIxx XVI au mois de mars... le dux Jehan premier né de monseigneur le duc philippe et de madame marguerite de flandres sa femme, lequel jehan se intituloit comte de nevers... ma dame de bavière sa femme... accoucha d'un beau fils qui fut nommé philippe et intitulé comte de charolois et a pris le nom de son grant père.

891440/1453- Enguerrand de Monstrelet. Chroniques (1400-1444).

90110 - (6-68/69) : En cet an (1433), le quatorzième jour d'avril, la duchesse de Bourgogne accoucha d'un fils en la ville de Gand, lequel fut tenu sur les fonts de baptême par le cardinal de Vincestre, anglais, et les comtes de Saint-Pol (Pierre de Luxembourg) et de Ligny (Jean de Luxembourg), frères, et la comtesse de Meaux fut marraine ; et fut icelui fils, sur lesdits fonts, nommé Josse, jà-soit-ce que nul desdits parrains et marraines eussent ainsi nom, mais ainsi l'avoient ordonné lesdits duc et duchesse.

911448 - Jean Wauquelin. La belle Hélène de Constantinople.
111 - (XXXVI-152) : Dès la naissance de ces deux beaux enfants, on fit parvenir la nouvelle au duc de Clocestre, gouverneur du royaume ; il en fut très heureux et rassembla tous les plus grands barons du pays pour chercher avec eux quel nom donner aux enfants sur les fonts baptismaux. Une fois réunis, ils décidèrent d'attendre le retour des messagers qu'on allait envoyer au roi afin de connaître sa volonté et les instructions qu'il donnerait. On fit aussitôt écrire une lettre de la part du duc de Clocestre... ; quelle est votre volonté pour le baptême de vos deux fils et quels noms vous souhaitez leur donner (pas de réponse car la lettre n'arriva pas, pour les besoins de l'intrigue).
112 - (CII-200) : Dame Plaisance est hébergée chez un sénateur... nommé Joceran... Elle accouche d'un fils, appelé Joceran, dont le sénateur était le parrain.
113 - (CVIII-200) : Le roi Ardoubourg (roi de Jérusalem vaincu par Amaury, roi d'Écosse) ayant entendu ce beau récit à propos du roi Amaury, voulut l'avoir pour parrain à son baptême et recevoir lui-même le nom d'Amaury. Il dit aux seigneurs que ce n'était que justice qu'il portât son nom puisque c'était lui qui l'avait vaincu.
114 - (LXVIII-181) : (Un ermite trouve les enfants de la reine) : Le saint homme avait appelé celui qui portait le bras de sa mère Bras, et l'autre, parce qu’il l'avait trouvé dans la tanière du lion, Lion. Le bon et saint ermite les avait instruits dans l'amour et la sainte foi de Jésus-Christ, sans pour autant les avoir encore baptisés, car il n'avait pas ce qui lui était nécessaire. Les enfants étaient vêtus de feuilles d'arbre et de peaux de bête.
115 - (LXXVIII-183) : Le bon chevalier Lion, qui n'était pas encore baptisé, voyant cette pauvre créature qui n'avait pas de quoi se couvrir les os, tira son épée qui pendait à son côté, prit le pan du manteau qu'il portait à l'épaule, le coupa en deux et en donna la moitié au pauvre... La nuit suivante, Lion, qui fut ensuite appelé martin, entendit la voix d'un ange qui disait :... Martin que n'est encore que catéchumène, ce qui signifie non baptisé, m'a couvert de ce vêtement... Après que le bon Lion eut ainsi coupé son vêtement, son frère et lui se logèrent dans la ville... Selon l'histoire, c'est justement à cette époque qu'était arrivé dans la ville d'Amiens un prélat connu, du nom de Martin, évêque de Tours... Il sembla aux deux jeunes gens qu'il était maintenant temps d'être baptisé de la main de ce saint évêque Martin.
116 - (LXXIX-184-185) : Peu de temps après, le saint évêque prit les deux jeunes gens... pour les baptiser... Il voulu d'abord baptiser Bras... à qui il donna le nom de Brice à cause du bras. Pour qu'aucune erreur ne trouble ceux qui écoutent cette histoire, il ne s'agit pas de saint Brice mais, comme dit notre histoire, du père de saint Brice, qui, après le bienheureux saint Martin de tours, fut évêque de Tours. Une fois Brice baptisé, Lion le fut à son tour et reçut le nom de Martin, d'après le nom de l'évêque Martin qui voulut être son parrain.
117 - (LXXXVII-188) : Tous les Sarrazins se rendirent et se mirent à la merci du roi Henry d'Angleterre ; ce dernier reçut la soumission de la ville qui lui revint de sa victoire. Il y entra et on baptisa en premier lieu Robastre qui reçut le nom de Constancien.
118 - (CI-199) : La bonne reine Plaisance... reprit la mer avec d'autres marchands qui la conduisirent à Rome. Aussitôt arrivée elle alla trouver le Saint-Père, le pape Clément, qui était alors en vie, et lui demanda le baptême. Il la baptisa sans changer son nom.
119 - (II-116) : Il y avait dans la ville de Rome un pape qui portait, soit par baptême, soit du fait de son état de pape, le nom de Clément.
120 - (CXXXV-228) : Peu après, on fit élever des fonts baptismaux dans lesquels le comte Maradin fut baptisé (un Sarrazin vaincu) et reçut le nom de Meurant.
121 - (IV-118) : La noble épouse de l'empereur fut enceinte. Son ventre commença à s'arrondir et celà réjouit fort son excellent mari Antoine. Rempli de joie, il envoya sur-le-champ un messager au bon pape Clément par lequel il se recommandait à lui ; il lui apprenait que sa nièce était enceinte et la confiait à ses prières. Le pape, très heureux, fit fête au messager et lui offrit de magnifiques présents. Il renvoya le messager à l'empereur Antoine avec une lettre où il lui demandait, si sa femme accouchait d'un fils, de lui donner le nom de Titus, en l'honneur de Titus qui vengea à la pointe de l'épée la mort de notre Sauveur Jésus-Christ ; si c'était une fille, de l'appeler Hélène, en l'honneur de cette sainte femme, Hélène, à qui apparut la Sainte Croix, élevée pour notre rédemption. Antoine consentit à cette requête.
122 - (CIII-202) : Joseran est abandonné, trouvé et recueilli par le roi Clovis qui le fit appelé Joseran parcequ'il l'avait trouvé enveloppé d'un jaseran et ainsi ils ne lui changèrent son nom que d'une lettre : un a pour un o...
123 - (CXXVIII-221) : Ainsi la dame devint princesse et souveraine de la ville qui, à cause d'elle, fut appelée Plaisance et l'est encore aujourd'hui... L'empereur et le roi, par une proclamation faite dans toute la ville, ordonnèrent expressément que celle-ci fût dorénavant appelée Plaisance en l'honneur de la dame à qui ils en avaient fait don.
124 - (CXXXIII-226-227) : Selon notre histoire, c'est à cause de ce nain qui était si « court » (appelé Malotru) — il avait à peine trois pieds de haut — que le château et la ville où il fut pendu s'appela Courtrai. Cette dénomination demeure encore aujourd'hui.

92vers 1450 - Le livre de Baudoin, comte de Flandre.
125 - (I-9) : En l'an 1180, il y avait en Flandre un comte nommé philippe, qui recevait l'hommage de quatorze autres comtés... Il était le filleul de Philippe, alors roi de France, dont il portait le nom et qui était un homme fort avisé et loyal.
126 - (I-10) : Alors le comte de Flandre qui se trouvait à la cour du roi Philippe lui dit... « Mon très cher seigneur, vous êtes mon parrain et je porte votre nom. Pour cette raison, par votre grâce, accordez-moi un don : celui d'aller secourir le marquis de Milan, de chasser les Sarrazins et de venger le Saint-Siège apostolique. »
127 - (XI-18) : La dame lui dit qu'elle avait reçu à son baptême le nom d'Hélius.
128 - (XI-18) : Le comte de Flandre (devant une belle inconnue sa future épouse, en fait le diable)... demanda à la dame comment elle se nommait, comment se nommait son père et qu'elle était la terre dont il était le seigneur. Mue par de mauvais sentiments, la dame lui dit qu'elle avait reçu à son baptême le nom d'Hélius : mais, ajouta-t-elle, vous ne saurez point le nom de mon père, tant que je n'en aurai pas reçu l'ordre de Dieu. Ne demandez rien d'autre, il ne peut en être autrement.
129 - (XI-19) : Peu après, elle fut enceinte et, au bout de neuf mois, naquit une fille qui au baptême reçut le nom de Jeanne.
130 - (XLVI-68) : Or le roi (de France, Philippe) avait un filleul qui se nommait Philippe le Long.
131 - (LXV-87) : La dame eut un second fils qui fut nommé Guillaume « Patre-Nostre », parce qu'il allait souvent à l'église.
132 - (LXVIII-89/90) : Peu après la noble reine sentit venir les douleurs de l'accouchement, qui durèrent quatre jours et trois nuits. En implorant l'aide de Dieu et de saint Jean-Baptiste, elle accoucha d'un beau fils que l'on nomma Jean car auparavant elle avait dit que si ce devait être un fils, on le nommerait ainsi, que si c'était une fille elle serait nommée Jeanne, et qu'elle consacrerait l'enfant qu'elle aurait à saint Jean-Baptiste. En sortant du sein de sa mère, cet enfant nommé Jean, dont Dieu permit la naissance, portait une croix vermeille sur l'épaule droite, ce qui signifiait qu'il était venu au monde par la grâce de Dieu et qu'un jour il serait roi. L'évêque de Paris le baptisa sur les fonts baptismaux, on lui donna le nom de Jean. Mais l'une des dames lui donna un surnom parce qu’à sa naissance, il avait causé tant de douleurs à sa mère : elle le nomma Jean Tristan. Lorsqu'il fut baptisé, il fut dans la joie apporté à sa mère, qui demanda si l'on lui avait bien donné le nom de Jean. On répondit qu'on avait suivi son ordre mais qu'on avait ajouté un surnom, Jean Tristan, à cause des douleurs qu'il avait causé à sa mère ; « Par Dieu ! dit la mère, ce nom me plait ! Qu'il égale le mérite du vaillant Tristan et, s'il plait à Dieu, je le nourrirai de mon lait pour l'amour que je porte à son père. »
133 - (LXIX-91) : (Après la disparition de l'enfant Jean Tristan)... « Monseigneur saint Jean-Baptiste ! Rendez-moi mon enfant qui au baptême reçut votre nom. Je vous le confie ! »
134 - (LXXXII-104) : Hélène demanda au roi d'être baptisée et, sans tarder, l'évêque de Paris la baptisa et ne changea point son nom.

93vers 1450 - Jean Wauquelin. Histoire du bon roi Alexandre.
135 - (CXIII-560) :... Or comme nous avons maintenant à relater comment ceux qui empoisonnèrent Alexandre furent anéantis, il nous est laissé de dire ce qu'allègue une histoire dont l'auteur se donne pour un certain Jean le Nevelon, qu'à ce qu'il expose, il fit et composa à la requête d'un comte appelé Henri, mais sans préciser d'où celui-ci fut seigneur, sauf à apprendre que c'était un homme très large, très bienveillant, très courtois et très gracieux, catholique et compatissant envers les pauvres, farouche envers les mauvais et le plus excellent des excellents. Et je pense qu'il ne voulut pas dévoiler le surnom de ce comte Henri parce qu'il entendait que c'était le plus valeureux Henri au monde, comme au dirait de Charlemagne qu'il fut le plus vaillant des rois de France, de même qu'en parlant de Jules César, de Judas Macchabée et de Hercule, il n'est aucun besoin de préciser leur qualité, car du moment qu'il en est question, on sait bien ce que cela veut signifier et, à mon opinion, je pense que Jean le Nevelon le comprenait ainsi, quant à ce comte Henri.

94vers 1450 - Le roman de Gillion de Trazegnies.
136 - (IX-267) : Après le départ de Gillion de Trazegnies, sa noble femme, dame Marie, resta enceinte par la grâce de Notre-Seigneur. Elle porta pendant neuf mois. Le jour venu, elle accoucha de deux beux fils, ce qui provoqua la liesse générale de tous ceux qui étaient là, parents et voisins. Tous deux furent baptisés... On appela le premier-né Jean, le second Gérard.

951449/1450- Le pas d'armes de la Fontaine des Plours.
137 - (4/5) : Dans ces rencontres brillait par dessus tous ses compagnons un certain chevalier du hainault, nommé messire Jacques de Lalain, conseiller et chambellan du duc de Bourgogne... Il était le roi des jouteurs... on l'avait surnommé « le bon chevalier ».

961455 - Antoine de La Salle. Saintré.
138 - (51/52) : Le premier récit, que voici, parlera des amours d'une dame des Belles Cousines, de France (elle n'a pas d'autre nom, ni de surnom) et du très valeureux chevalier, le sire de Saintré.
Au temps du roi Jehan de France, fils aîné du roi Philippe de Valois, vivait en sa cour le seigneur de Pouilly en Touraine qui, dans sa maison, avait un jeune homme très bien fait et de très grande qualité qui se nommait Jehan et était le fils aîné du seigneur de Saintré, de Touraine lui aussi... Le dit Jehan de Saintré, au milieu des autres jeunes gens exerçant l'office de page, servait chacun à sa table.
139 - (76) : L'affirmation du sage qui dit malo mori fame quam nomen perdere fame. C'est-à-dire, mon ami : j'aime beaucoup mieux mourir de faim que perdre ma bonne réputation.
140 - (102) : Le maître d'hôtel, qui prit note de la décision du roi et vit le petit Saintré au milieu des autres gentilhommes, l'appela à lui et lui dit : « Petit Saintré, mon ami, comment vous nomme-t-on ? — Monseigneur le maître d'hôtel dit-il, je me nomme Jehan. — Jehan dit-il, à partir de maintenant vous ne serez plus page : le roi a fait de vous son valet tranchant. » Alors Jehan de Saintré, avec humilité, douceur et bonne grâce, les remercia.
141 - (194) : Il ne tarda guère à apprendre la nouvelle de la mort de son père, ce qui fit qu'on l'appela le seigneur de Saintré.
142 - (214) : L'excellent roi, qui aimait beaucoup le roi Jehan et tous les Français, éprouva une très grande joie à lui donner la colée et lui conférer l'ordre de chevalerie, priant Dieu de lui accorder toute la gloire et toutes les satisfactions qu'il désirait. C'est de là que, depuis, il fut partout appelé le seigneur de Saintré.

971456/1466- Jacques du Clercq. Mémoires.

98143 - (III-XXVI-205-206) - 1456 : En c'est an mil quatre cent cinquante six, par ung mardy, dix-septième jour de fevrier, ma dame Catherine, femme du comte de Charrollois et fille du duc de Bourbon, en la ville de Bruxelles, accoucha d'une fille. Et la tinst sur fonts, monsieur le dauphin de Vienne, la duchesse de Bourgogne et la dame de Ravestain, niepce d'icelle duchesse, et femme de Adolf de Clesves ; et lui donna icelui dauphin à nom Marie, pour l'amour de la Reine de Franche sa mer, laquelle s'appelloit Marie.
144 - (III-XLVII-311-312) - 1459 : Par ung venderdy dix-septième de Juillet, la fille du duc de Savoye, et femme de Loys, aisné fils du roy de Franche, ens ou chasteau de Genappe en Braband, accoucha d'ung fils... et le cinqième jour d'aoust fust lesdit enfant baptisé ès fons de la paroisse dudit Genappe, èsquels, tout comme on disoit, avoit jadis esté baptisé Godefroy de Bouillon, qui jadis avoit conquesté Jhérusalem, et en avoit esté roy, et sy avoit esté né au chasteau ; et vollut ledit monsieur le dauphin, qui estoit audit Genappe, que on appellast son fils Joachim. Et tindrent ledit enfant sur fonts, et feurent pareins et maryne le duc de Bourgogne, le sieur de Croy (Antoine), premier chambellan du duc, et la dame de Ravestein, femme Adolf de Clèves, nepveu du duc.

99145 - (IV-XLI-196-197) - 1462 : Audit an soixante et ung, environ le mois de mars, la duchesse d'Orléans, niepce du duc de Bourgogne, fille de sa soeur duchesse de Clesves, accoucha d'ung fils, lequel olt à nom loys ; et le tint sur les fonts Loys, roy de Franche, et la reine d'Angleterrre, laquelle estoit venue vers le roy Loys, lequel lui estoit germain, et à son mari le roy Henri, pour avoir secours et aide contre Edouard, roy d'Angleterre, elle, son mari et son fils.

1001468/1474- Georges Chastelain. Chronique du bon chevalier Messire Jacques de Lalain.
146 - (11/12) : Icelui jeune enfant, après ce qu'il fut venu sur terre et que la jeune dame à joie en fut délivrée, fut porté baptiser et lui fut donné le nom Jacques ou Jacquet ; lequel nom il porta toujours jusques à ce qu'il vint en âge d'être chevalier.
147 - (13) : Guillaume de Lalain, qu'on nommait le seigneur de Buignicourt, eut deux moult beaux fils : dont l'un eut nom Messire Philippe, pour le bon duc de Bourgogne qui le leva des fonts.

1011479/1476 - Jean l'Orfèvre. Les actions et paroles mémorables d'Alphonse roi d'Aragon...
148 - (XXVII-649) : Hugues de Sienne, qui fut de son temps un très grave médecin, prit pour épouse une femme nommé Laye, qui était de la famille des Sozzini. Les gens de cette famille étaient vertueux mais rarement très beaux. Cette femme, qui était contrefaite, Hugues avait l'habitude de l'appeler la bonne Laye ; et il disait qu'il aurait mieux aimé perdre toute sa fortune que de la perdre. Ainsi donc on peut aimer une femme laide, mais une mauvaise femme, non.

102XIIe s., transcrip. fin XVe s. - La chronique du bon chevalier Messire Gilles de Chin.
149 - (4) : Un vaillant chevalier nommé messire Gille de Chin, qui fut filz de messire Gérart de Chin... grand baron au pays de Henau... Lequel eult à nom Gillion, pour le vaillant chevalier messire Gillion de Trasignies qui l'avoit levé des sains fons de baptesme.

103XIV/XV e s. - L'enfant dans le bas (exemplum).
150 - (XXIV) : À la fin du cortège, Richard aperçut ce qui lui sembla être un petit enfant se roulant sur le sol ; il était vêtu d'un bas. Richard le conjura et lui demanda qui il était et pourquoi il se roulait ainsi. L'enfant répondit : « tu n'as pas besoin de me conjurer. En effet, tu es mon père et je suis ton fils avorté, enterré sans baptême et sans nom. » À ces mots, le pélerin retira sa chemise et la lui donna, au nom de la sainte trinité, et il garda pour lui le vieux bas en témoignage de cet événement. Lorsqu'il eut ensuite reçu un nom, l'enfant exulta de joie et, dès lors, marcha dressé sur ses pieds alors qu'auparavant il s'était traîné sur le sol.
Parce qu'il était le parrain de son fils ainsi avorté, Richard se sépara de son épouse, mais je crois que ce divorce a fortement déplu à Dieu.

104Vers 1480 - Les Évangiles des Quenouilles.

105151 - (VI-276) : Fille qui veult savoir le nom de son mari a venir doit tendre devant son huis le premier fil qu'elle filera cellui jour, et de tout le premier homme qui par illec passera, savoir son nom. Sache pour certain que tel nom aura son mari.

1061512/1527- Guillaume Cretin,... sur la mort de feu Guillaume de Bissipat...
152- (1240) : C'est ung Guillaume — il en portoit le nom. Dont mieulx l'aymoye — et estoit son surnom De Bissipat.

Nombre de données anthroponymiques enregistrées

Nombre de données anthroponymiques enregistrées

INDEX THÉMATIQUE

107(les numéros renvoient aux chiffres en gras du corpus des citations)

108Baptême : 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8, 16, 17, 18, 20, 33, 38, 47, 48, 49, 51, 65, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 77, 87, 92, 94, 95, 96, 110, 111, 112, 113, 114, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 121, 125, 126, 127, 128, 129, 130, 132, 133, 134, 136, 143, 144, 145, 146, 147, 149, 150.

109Chevalerie : 15, 19, 21, 27, 28, 29, 30, 31, 41, 44, 46, 47, 50, 52, 57, 58, 62, 63, 97, 98, 99, 100, 12, 103, 105, 108, 113, 126, 135, 137, 138, 139, 140, 141, 142.

110Classe sociale : 60, 80.

111Désignant du nom : 3, 4, 5, 7, 12, 16, 17, 33, 65, 77, 79, 80, 92, 110, 111, 113, 114, 116, 121, 122, 132, 143, 144.

112Désignant du surnom : 9, 11, 40, 45, 76, 78, 82, 85, 89, 90, 148.

113Dévotion : 49, 50, 74, 86, 88, 107, 121, 132, 133, 143, 152.

114Éponyme : 57, 58, 97, 98, 100, 102, 103, 123, 124.

115Explication du nom : 12, 17, 22, 49, 50, 58, 59, 64, 71, 75, 83, 88, 90, 95, 109, 112, 113, 114, 116, 121, 122, 123, 124, 125, 132, 133, 143, 144, 147, 149.

116Explication du surnom : 9, 11, 13, 14, 34, 35, 36, 40, 52, 57, 63, 66, 67, 68, 76, 78, 79, 80, 82, 84, 85, 86, 89, 93, 96, 100, 105, 106, 108, 131, 137, 141, 148.

117Généalogie : 10, 23, 39, 49, 53, 54, 55, 68, 69, 95, 109, 138, 141, 143.

118Homonyme : 39, 49, 54, 70, 71, 73, 74, 75, 77, 92, 103, 109, 112, 113, 116, 125, 126, 130, 132, 133, 143, 145, 147, 149, 151.

119Identification : 18, 24, 25, 26, 37, 42, 43, 47, 56, 57, 61, 62, 81, 99, 101, 114, 128, 135, 139, 141, 142, 150.

120Parrainage : 3, 7, 8, 16, 17, 70, 71, 72, 73, 74, 75, 77, 92, 110, 112, 113, 116, 125, 126, 130, 143, 144, 145, 147, 149, 150.

121Substitution du nom : 4, 8, 19, 33, 38, 47, 64, 65, 80, 87, 90, 93, 113, 115, 116, 117, 118, 119, 120, 132, 134, 146.

122Variation de la désignation : 9, 10, 21, 40, 66, 67, 68, 69, 76, 78, 80, 82, 84, 85, 89, 91, 93, 99, 105, 107, 137, 138, 141, 142, 148.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Références des œuvres utilisées

VI e s.
Grégoire de Tours, Histoire des Francs, édition A. DUBY, U.G.E. / 10 :18, Paris, 1970.

IX e s.
Abbon, Le siège de Paris par les Normands, édition H. VAQUET, Les Belles Lettres / Les classiques de l'histoire de France au Moyen Âge, Paris, 1964.

XI e s.
La chanson de Roland, édition A. PAUPHILET, Poètes et romanciers du Moyen Âge. NRF - La Pléiade, Paris, 1952.

La vie de Saint Alexis, traduit en Français moderne par G.-R. MERMIER et S. MELHADO-WHITE, H. Champion / Traductions, Paris, 1983.

XII e s.
Chrétien de Troyes, Erec et Enide, traduit en français moderne par R. LOUIS, H. Champion / Traductions, Paris, 1984.

Chrétien de Troyes, Cligès, traduit en français moderne par A. MICHA, H. Champion / Traductions, Paris, 1982.

Chrétien de Troyes, Le chevalier de la charrette (Lancelot), traduit en français moderne par J. FRAPPIER, H. Champion / Traductions, Paris, 1982.

Chrétien de Troyes, Yvain ou le chevalier au lion, édition A. PAUPHILET, Poètes et romanciers du Moyen Âge, NRF - La Pléiade, Paris, 1952.

Chrétien de Troyes et ses continuateurs (Manuscrit de Mons), Perceval ou le roman du Graal, traduction et notes de J. P. FOUCHER et A. ORTAIS, Gallimard / Folio, Paris, 1974.

Eilhart von Oberg, Tristrant, texte établi et présenté par D. BUSCHINGER et W. SPIEWOK, U.G.E. / 10 :18, Paris, 1986.

Guernes de Pont-Sainte-Maxence, La vie de Saint Thomas Becket, traduit en français moderne par J.-G. GOUTTEBROZE et A. QUEFFELEC, H. Champion / Traductions, Paris, 1990.

Hélinand de Froidmont, Les vers de la mort, traduit en français moderne par M. BOYER et M. SANTUCCI, H. Champion / Traductions, Paris, 1983.

La chanson de Guillaume, édition de F. SUARD, Bordas/Classiques Garnier, Paris, 1991.

Le charroi de Nîmes, édition A. PAUPHILET, Poètes et romanciers du Moyen Âge. NRF - La Pléiade, Paris, 1952.

Le couronnement de Louis, traduit de. l'ancien Français par A. LANDY, H. Champion / Traductions, Paris, 1983.

Le roman de Renard, branche I, traduit en français moderne par H. REY-FLAUD et A. ESKÉNAZI, H. Champion/Traductions, Paris, 1982.

Le roman de Tristan et Iseut, traduit en français moderne par Joseph BÉDIER, U.G.E. / 10 :18, Paris, 1981.

Marie de France, Lais, traduit en français moderne par P. JONIN, H. Champion / Traductions, Paris, 1982.

XIII e s.
Jean Bodel, La chanson des Saxons, rédaction A, traduit en français moderne par A. BRASSEUR, H. Champion / Traductions, Paris, 1992.

Jean Renard, Guillaume de Dole ou le roman de la Rose, traduit en Français moderne par J. DUFOURNET et alii, H. Champion / Traductions, Paris, 1988.

La chanson des Nibelungen, traduction intégrale avec introduction et notes par M COLLEVILLE et Ernest TONNELAT, Aubier-Montaigne / Bibliothèque de philologie germanique, Paris, 1944.

La quête du saint-Graal, traduit en français moderne par Emmanuelle BAUMGARTNER, H. Champion / Traductions, Paris, 1983.

Le bel inconnu, traduit en français moderne par M. PERRET et Isabelle WEILL, H. Champion / Traductions, Paris, 1991.

Le chevalier au barisel, traduit en français moderne par Annette BRASSEUR, H. Champion / Traductions, Paris, 1976.

Le roman de Renard, branche X, traduit en français moderne par J. DUFOURNET, H. Champion / Traductions, Paris, 1982.

Philippe de Rémi, Le roman de Jehan et Blonde, traduit de l'ancien Français par S. LÉCUYER, H. Champion / Traductions, Paris, 1987.

XIV e s.
Boccace, Decameron, Traduction nouvelle, introduction et notes sous la direction de Christian BEC, Le livre de Poche, Paris, 1994.

Geoffroy Chaucer, Les contes de Cantorbery, contes choisis, introduction et traduction par Juliette DOR, U.G.E. / 10 :18, Paris, 1991.

Jean d'Arras, Le roman de Mélusine ou l'histoire des Lusignan, mis en français moderne par Michelle PERRET, préface de J. LE GOFF, Stock + Moyen Âge, Paris, 1979.

Joinville, Histoire de Saint-Louis, édition établie et annotée par A. PAUPHILET et E. POGNON, Historiens et chroniqueurs du Moyen Âge. Paris, NRF - La Pléiade, 1952.

La roue de la Fortune ou Chronique de Grancey, traduit et publié pour la première fois par Émile JOLIBOIS, Chaumont, 1857.

Les Grandes Chroniques de France, Chronique des règnes de Jean II et de Charles V - 1350-1380, publiée par R. DELACHENAL, 2 vol., Paris, 1910-1916.

XV e s.
Antoine de La Salle, Saintré, traduit en français moderne par Roger DUBUIS, H. Champion / Traductions, Paris, 1995.

Chronique de France et de Bourgogne depuis l'an 366 jusqu’en 1416, manuscrit conservé à la Bibliothèque Municipale de Dijon Ms. 2562 (mic. 232).

Enguerrand de Monstrelet, Chroniques (1400-1444), édition Douët d'Arecq, Paris, 1857-1862.

Georges Chastelain, Chronique du bon chevalier Messire Jacques de Lalain frère et compagnon de l'ordre de la Toison d'Or, par Messire Georges Chastelain, chevalier, roi d'armes de la Toison d'Or, Indiciaire et conseiller des ducs de Bourgogne Philippe le Bon et Charles le Téméraire, édition J. A. BUCHON, Paris, 1825.

Jacques du Clercq, Mémoires, édition A. BUCHON, Paris, 1827.

Jean l'Orfèvre, Les actions et paroles mémorables d'Alphonse roi d'Aragon et de Naples, traduction du latin, entre 1469 et 1476, de l’œuvre écrite par Antoine Beccadelli et Eneas Piccolomini en 1455, présenté par S. LEFÈVRE, Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques. Paris, 1995, p. 629-736.

Jean Wauquelin, La belle Hélène de Constantinople, roman en prose, présenté par M.-Cl. DE CRÉCY, Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques. Paris, 1995, p. 111-249.

Jean Wauquelin, Histoire du bon roi Alexandre, adaptation en prose, présenté par O. COLLET, Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques. Paris, 1995, p. 483-627.

Journal d'un bourgeois de Paris de 1405 à 1449, texte original et intégral présenté et commenté par Colette BEAUNE, Le livre de Poche, Paris, 1990.

La chronique du bon chevalier Messire Gilles de Chin, publiée d'après un manuscrit de la Bibliothèque de Bourgogne à Bruxelles, Mons, 1837.

Le livre de Baudoin, comte de Flandre, roman en prose, anonyme, présenté par D. RÉGNIER-BOHLER, Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques. Paris, 1995, p. 3-110.

Le pas d'armes de la Fontaine des Plours, Chronique chalonnaise du XVe siècle, texte reconstruit à partir des chroniques du temps par M. CANAT-DE-CHISY, Chalon-sur-Saône, 1879.

Le roman de Gillion de Trazegnies, roman en prose, anonyme, présenté par M. SANTUCCI, Splendeurs de la cour de Bourgogne, récits et chroniques, Paris, 1995, p. 251-370.

Les esprits et les morts, croyances médiévales, Claude LECOUTEUX et Philippe MARCQ, H. Champion / essais, Paris, 1990, L'enfant dans le bas, p. 101.

Les Évangiles des Quenouilles, Anne PAUPERT, Les fileuses et le clerc, une étude des Evangiles des Quenouilles. H. Champion/Bibliothèque du XVe siècle, Paris, 1990.

XVI e s.
Guillaume Cretin, La complaincte sur la mort de feu Guillaume de Bissipat, seigneur d'Anaches, vicomte de Falaise, 1ère éd. 1527, édition A. PAUPHILET, Poètes et romanciers du Moyen Âge. NRF - La Pléiade, Paris, 1952.

Notes

1 Voir Genèse Médiévale de l'anthroponymie moderne, Tours, 1989-1990, tome I ; 1992, tome II ; 1995, tome 3.

2 M. GALLY et Ch. MARCHELLO-NIZIA, Littératures de l'Europe médiévale, Magnard, « Textes et contextes », Paris, 1985.

3 Voir la récente et magistrale démonstration de C. BEAUNE à propos du Journal d'un bourgeois de Paris, Le livre de Poche, Paris, 1990.

4 La chanson de Guillaume, édition F. Suard, Bordas, Paris, 1991.

5 Voir Cl. BREMOND, Jacques LE GOFF et Jean-Claude SCHMITT, L'exemplum, « Typologie des sources du Moyen Âge occidental - 40 », Turnhout, Brepols, 1982. Voir aussi A. PAUPERT, Les fileuses et le clerc, une étude des Évangiles des quenouilles, H. Champion, Paris, 1990.

6 Le comte du clerc par exemple, est une parfaite compilation, anthroponymie comprise, de la dixième nouvelle du dixième jour. Voir infra la bibliographie.

7 Voir infra le tableau des données anthroponymiques enregistrées et la bibliographie des ouvrages utilisés.

8 Voir infra la citation 83 du corpus. Cette matière a, au reste, déjà suscité index et analyses. Voir, notamment, L.-F. FLUTRE, Table des noms propres avec toutes leurs variantes figurant dans les romans du Moyen Âge écrits en français ou en provençal publiés, Poitiers, 1962 ; R. HANNING, « Uses of Names in Medieval litterature », dans Names, vol. 14, 1968, p. 325-337 ; H. KRATZ, « Names in Parcevals Saga and valvers pator », dans Names, vol. 25, 1977, p. 63-77.

9 Le journal d’un bourgeois de Paris, voir infra la bibliographie et les citations 104 à 107 du corpus.

10 ibidem, respectivement notices 297, 316, 332, 508.

11 ibidem, respectivement notices 326, 874 et 552.

12 Voir infra le tableau des données anthroponymiques enregistrées.

13 Citations 1 à 3.

14 Citation 5.

15 Citations 77, 87, 92.

16 Citations 38, 77, 113 et 117 - XIIIe et XVe s.

17 Citation 87 - XIVe s.

18 Citations 118 et 134 - XVe s.

19 Citation 8 - XIIe s.

20 Citation 17-XIIe s.

21 Exilé : tel est même le nom que Boccace (citation 79) fait attribuer à un enfant par sa mère éloignée de ses pénates.

22 La chanson de Guillaume, voir la bibliographie, CLXXV p. 199 - XIIe s.

23 Citation 114 - XVe s.

24 Citation 150 - XIV-XVe s. La référence à la tradition de « l'homme sauvage » est transparente : voir F. TINLAND, L'homme sauvage, Payot, Paris, 1968.

25 Un canon du second concile d'Orléans, en 533, indique sans autre précision « qu'en aucun cas l'on n'ordonne un prêtre ou un diacre illettré ou ignorant le rite du baptême », Les canons des conciles mérovingiens (VI-XIIe s.), Le Cerf, Paris, 1989. Le canon 4 du synodal de l'Ouest, en 1216-1219, précise que si le baptême est d'abord affaire de prêtre, « il faut, pour parer les urgences, que les prêtres enseignent fréquemment les rites et les paroles aux laïcs : en langue vulgaire, c'est aussi avec cette formule — ego baptizo te in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti. Amen — que les laïcs et même les père et mère de l'enfant, doivent conférer le baptême en cas d'absolue nécessité » mais sans « donner le nom de l'enfant », Les statuts synodaux français du XIIIe siècle, Bibliothèque Nationale, Paris, 1971. L'article 31 du synodal d'Albi, en 1230, ordonne en revanche qu'en cas de nécessité les laïcs peuvent et doivent baptiser en donnant le nom, ibidem.

26 Citations 4 et 119 - VIe et XVe s.

27 Citations 90 et 93 - XIVe s.

28 Citation 60 - XIIIe s.

29 Citation 80 - XIVe s.

30 Citation 64 - XIIIe s.

31 Citation 132 - vers 1450.

32 Les statuts synodaux français du XIIIe siècle, op. cit.

33 Citation 12 - XIIe s.

34 Citation 132 – XVe s.

35 Citation 79 - XIVe s.

36 Citations 12 et 132 - XIIe et XVe s.

37 Citation 75.

38 Citations 40 et 122 - XIIe et XVe s.

39 Citations 111 et 114 à 116 – XVe s.

40 Citations 1, 2, 3 puis 111, 144, 150.

41 Citations 5 et 110.

42 Deux cas d'homonymie père-fils enregistrés (citations 39 et 54 - XIIIe s.), un cas d'homonymie partielle entre une mère et un fils (citation 23 - XIIe s.).

43 Citations 12, 64 et 132, 17, 22, 114, 122 - XIIe et XVe s.

44 Citation 59 - XIIIe s. Voir aussi citations 13 et 14 - XIIe s.

45 Citations 50 et 143 - XIIIe et XVe s.

46 Citations 75, 121 et 132 - XIVe et XVe s.

47 Citations 23, 39 et 54 - XIT et XIIIe s.

48 Citations 49, 95 et 109 - XIIIe et XVe s.

49 Citations 53 et 55 - XIIIe s.

50 Citation 8-1131-1137.

51 Citation 16-1160-1170.

52 Voir infra les termes homonyme et parrainage dans l'Index thématique.

53 Citation 73.

54 Citation 75.

55 Citation 110.

56 Citations 113, 92, 112 - XIVe, XVe s.

57 Citations 8 à 10 - XIIe s.

58 Citations 9 et 11 - XIIe s.

59 Citation 68 - XIVe s.

60 Citation 84 - XIVe s.

61 Citation 86 - XIVe s.

62 Citation 107 - XVe s.

63 Citation 76 - XIVe s.

64 Citation 85 - XIVe s.

65 Citation 89 - XIVe s.

66 Citations 96 et 99 - XIVe s.

67 Comment ici ne pas faire référence aux travaux de Georges DUBY, notamment sur Guillaume le Maréchal ou le meilleur chevalier du monde, Fayard, Paris, 1984.

68 Citation 58 - XIIIe s. L'idée est tirée de la vie même de l'auteur qui prend le titre de sire de Beaumanoir en 1249 ou 1255 selon les spécialistes. Ceux là ne sont pas non plus d'accord sur l'identité de cet auteur : s'agit-il du juriste Philippe de Beaumanoir, rédacteur des Coutumes du Beauvaisis ? Non affirme Jacques Chaurand, il s'agirait du père du Juriste (Nouvelles Revue d’Onomastique, no 25-26, 1995, p. 260) ; ce n'est pas certain préfèrent écrire Michelle Gaily et Christiane Marchello-Nizia (Littératures de l'Europe médiévale, op. cit., p. 324) ; oui a décidé Sylvie Lécuyer dans son introduction à la traduction du roman Jehan et Blonde ici utilisée (voir la bibliographie, p. 22 et 24).

69 Citation 100 - XIVe s.

70 Citation 57-XIIIe s.

71 Citations 24 à 26 et 30 à 32 - XIIe s.

72 Citation 36-XIIe s.

73 Citations 40 et 47 - XIIIe s.

74 Citation 37 - XIIe s.

Table des illustrations

Titre Nombre de données anthroponymiques enregistrées
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 434k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search