Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Des surnoms pour les morts. Quelques remarques sur les surnoms princiers

Michel Parisse

Texte intégral

  • 1 L'étude peut se faire utilement déjà avec le Nouveau Testament. Dans le seul évangile de Luc, on r (...)
  • 2 On doit relever néanmoins : A. WRACKMEYER, Studien zu den Beinamen der abendlandischen Konige und (...)

1L'étude des surnoms qui deviennent des noms de famille, entreprise à partir de la documentation du XIe siècle, ne doit pas faire oublier l'histoire particulière du surnom, qui est aussi ancienne que celle des hommes1. Avant d'en venir à la période où les noms de personnes, acteurs ou témoins de chartes, sont de plus en plus accompagnés de surnoms, on rencontre dans l'histoire et la société carolingiennes et postcarolingiennes la pratique du surnom, mais en quantité infiniment moindre ; on a en effet devant les yeux, d'une part, des individus importants, des rois, des princes, considérés isolément et que l'histoire a plus tard et définitivement dotés d'un surnom, lequel n'est et ne sera jamais un nom de famille, d'autre part des masses d'hommes et de femmes cités dans des documents divers, diplômes, sources économiques, documents nécrologiques, et qui, sans surnoms, sont pour les historiens et les anthropologues, l'objet d'analyses particulières et aussi anonymes. Avant que le surnom, que ce soit dans la société romaine ou dans la société médiévale et moderne, ne devienne le support d'une lignée, le point de repère dans une société, il a donc joué pour certains individus un rôle identitaire particulier que l'on n'a pas encore suffisamment examiné2. Il peut s'agir du doublement du nom, comme pour le diacre austrasien bien connu « Adalgisel qui et Grimo », de la moquerie de l'infirmité de Notker le Bègue, du détournement de fonction de Hugues l'Abbé, de l'admiration portée définitivement à l'œuvre de Charles le Grand (Charlemagne), de la marque physique de Louis le Bègue. Seuls quelques individus, qui ont toujours joué un rôle important, ont été ainsi distingués, de leur temps déjà ou au cours des siècles postérieurs. Ce sont ces cas particuliers qui vont ici être retenus, et encore ne le seront-ils pas tous, car pour être exhaustif, il faudrait engager une enquête très vaste, qui reste à conduire ; il ne sera donc ici question que de quelques-uns des plus grands, de souverains et de princes, avec le souci de voir dans quelles conditions ils ont été dotés d'un surnom après leur mort, ou, de rares fois, de leur vivant déjà.

Coup d'œil chez Flodoard

  • 3 Cet annaliste et historien a fait l'objet d'une thèse magistrale de Michel SOT, parue sous le titr (...)
  • 4 Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 461 (3). Correction faite par Grandmaison, d'après un (...)

2L'annaliste rémois Flodoard est un historien à sa manière, non pas tant par ses annales, souvent sèches et non commentées, que par son histoire de l'église de Reims3. L'éditeur de ses Annales, Philippe Lauer, et son historien, Michel Sot, quand ils veulent traiter de la période que couvre le chanoine de Reims, surtout le Xe siècle, ne peuvent faire autrement, pour identifier commodément les grands personnages, que de les désigner par les surnoms que leur a donnés ou reconnus l'histoire : Louis d'Outre-Mer et Hugues Capet pour deux des rois, Robert le Fort et Hugues le Grand pour les ascendants du second, Guillaume Longue-Épée, Hugues le Noir, Bernard Plantevelue pour trois princes pris au hasard. Flodoard, qui est le contemporain de ces princes, en usait différemment ; il désignait ces hommes par leur nom simple, puis ajoutait des mentions qui permettaient de les reconnaître plus sûrement, de les différencier d'un homonyme. Il disait alors : le roi Louis, l'évêque Artaud, le duc ou le prince Hugues, le comte Hugues, Hugues roi d'Italie, la reine Gerberge. Ici la fonction lui servait utilement de repère, comme on le fera, et de façon commune, à partir du milieu du XIe siècle. La mention de la filiation était aussi souvent utilisée : on disait ainsi « Hugues, fils de Robert », pour le distinguer de « Hugues, fils d'Héribert ». L'utilisation de l'origine géographique, du lieu d'origine ou du lieu d'exercice de la fonction, se rencontrait encore peu. Dans quelques rares cas, Flodoard usait du surnom sobriquet. Ainsi à la date de 939, Hugues fils de Robert devient en fin d'année « Hugo Albus », ce qui est inhabituel. Cette mention est d'autant plus intéressante que l'année suivante apparaît un « Hugo Niger », appelé plus couramment Hugues fils de Richard. Le robertien Hugues, celui que l'histoire connaît sous son nom de Hugues le Grand, père de Hugues Capet, est surtout cité, et cela se comprend bien, comme Hugues fils de Robert (le Fort). En fait les surnoms ne sont pas alors fixés, et il y a de fréquentes confusions ; ainsi Hugues Capet a été lui aussi parfois appelé Hugues le Grand, et son père parfois appelé Capet. Il apparaît qu'il faut donc faire une distinction entre l'attitude des contemporains et celle des annalistes et historiens postérieurs. On ne tarda pas ainsi à voir appeler Louis IV (roi de 936 à 954) transmarinus, mais de son temps, chez Flodoard, cet adjectif n'accompagne que le nom du roi Edmond, dit « rex transmarinus », ce qui est traduit habituellement par « Edmond l'Anglais ». En ce qui le concerne, l'éditeur de chartes tourangelles retrouvées sous forme de fragments souvent illisibles a cru bon de restituer dans la date d'un acte datable de 942 l'expression « Ludovico ultramarino », mais on n'est pas assuré que l'original portait cette mention4. Si cela était, cela serait très surprenant, car ce serait un des rares exemples d'un roi surnommé de son vivant.

La pratique du surnom royal en France

3Nous sommes aujourd'hui habitués à user du surnom pour bon nombre de rois et de princes. Ainsi on connaît mieux Saint Louis que Louis IX, Hugues Capet que Hugues Ier, Philippe Auguste que Philippe II, et on pourrait multiplier les exemples de la sorte, si on sortait de France. La question qui nous retient ici est celle de savoir comment se répandit la pratique du surnom princier du IXe au XIIe siècle, à la lumière d'exemples pris sur le territoire français. Les rois mérovingiens n'ont pas été gratifiés de surnoms, et pourtant les confusions entre les Clotaire, Sigebert, Childéric et autres Chilpéric furent vite entretenues. Ni les annalistes anciens, ni les historiens postérieurs n'ont tenté ou n'ont été tentés de les surnommer. Il en est bien différemment des souverains carolingiens, à cette nuance, importante, près que la pratique des surnoms est tardive, entendons qu'elle est postérieure à leur mort. Prenons-les dans l'ordre chronologique.

  • 5 G. WAITZ, Kleine Beiträge zur fränkischen Geschichte 2 : Über den Beinamen « der Hammer » (Forschu (...)
  • 6 G. PARIS, « La légende de Pépin le Bref », dans Mélanges Julien Havet, Paris, 1895, p. 603-632.
  • 7 R. SCHIEFFER, « Ludwig der Fromme. Zur Entstehung eines karolingischen Herrscherbeinamens », dans (...)
  • 8 Reginonis abbatis Prumiensis chronicon, cum continuatione treverensi, éd. F. KURZE (Scriptores rer (...)
  • 9 Ecloga de calvis, PL 132, col. 1041.
  • 10 Chronique de Réginon (voir note 8), p. 114 : « Ludowicus rex, filius Caroli, qui Balbus appellabat (...)
  • 11 Chronique d'Adon, archevêque de Vienne, dans MGH, Scriptores, II, p. 325 (simplex) ; Adémar de Cha (...)
  • 12 Continuatio, op. cit., p. 157. Ici Réginon n'use d'aucun surnom.
  • 13 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 23.
  • 14 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, éd. R. H. BAUTIER et J. LABORY, Paris, 1965.
  • 15 J. DUFOUR, « Louis VI roi de France (1108-1137) », dans CRAIBL, 1990, avril-juin, p. 471 (Pinguis,(...)

4Le cas de Charles Martel a déjà retenu des historiens, G. Waitz autrefois et plus récemment Ulrich Norm5. La première mention serait d'environ 875, dans les Miracles de saint Benoît par Adrevald, avant que le surnom s'impose dans les chroniques à partir du milieu du XIe siècle, notamment grâce à Sigebert de Gembloux. On ne peut rejeter une mention aussi ancienne, même si elle est très isolée, même si on sait que les textes narratifs étaient parfois plus tard corrigés et complétés, comme cela fut au reste le cas pour Charles Martel dans la Vita Rigoberti de la fin du IXe siècle. Ulrich Nonn pense que le surnom était plus ancien que le milieu de ce siècle. Pour juger de la valeur de son hypothèse, il conviendra de prendre le problème des surnoms carolingiens dans son ensemble. En tout cas, Charles, le premier des Carolingiens, porta comme surnom soit Tudes/Tudites, soit Martellus, les deux mots désignant également le marteau du maréchal-ferrant, appliqué au prince du VIIIe siècle parce qu'il frappa durement ses ennemis. Sigebert de Gembloux, qui a beaucoup fait pour mettre à l'honneur les descendants de saint Arnoul, a désigné clairement le fils de Pépin II et d'Alpaïde comme « Karolum Tudetem sive Martellum » ; le pli fut dès lors pris et ne se perdit plus. L'usage du mot français « marteau » favorisa la survivance de ce surnom (en allemand : der Hammer). Pépin le Bref fut sûrement connu comme tel seulement à partir du XIIe siècle, à une époque où la diffusion des chansons de gestes avait contribué à familiariser les lecteurs et les auditeurs avec la pratique du surnom, mais au siècle précédent on le disait aussi « pieux ». G. Paris a montré que Pépin II avait été surnommé le Bref et Pépin III le Pieux, que l'aura de Pépin III devenu roi surpassa ensuite celle de son grand-père, qu'enfin une légende lui donna un rôle important dans une lutte contre un lion, dont il fut vainqueur, bien que de petite taille6. Charlemagne n'a pas eu beaucoup d'avance sur eux. L'expression toute faite et longtemps utilisée était : « Karolus magnus imperator », qu'il faut traduire par « Charles le grand empereur » et non pas par « Charlemagne empereur ». Il n'en reste pas moins que l'expression est à la base du surnom. On le constate dans la Chanson de Roland, qui entérine la pratique et où on lit conjointement « Charles empereur magne » et « Carlemagne » ; l'alliance du nom et du surnom est devenu définitive et a même créé un nouveau nom. Jamais on ne dit « Charles le Grand », jamais on n'utilise plus l'adjectif magne dans un autre contexte. C'est une alliance du même genre qui s'est produite pour « Louis le Pieux ». Rudolf Schieffer a tenté de montrer que le nom et le surnom n'ont pas été dans ce cas réunis avant le début du Xe siècle7. À l'année 939, le continuateur de la chronique de Réginon de Prum utilise l'expression « Ludovici pii imperatoris », que l'éditeur de 1890 écrit « Ludovici Pii imperatoris », car il imagine que le chroniqueur accole au nom du roi un surnom plutôt qu'un adjectif au mot d'empereur8. Pourtant la fréquentation des sources de la fin du IXe siècle m'a conduit à penser que l'adjectif pius s'accolait déjà naturellement au nom du fils et héritier de Charlemagne, que le surnom lui était déjà affecté. Là encore, on observera que le chroniqueur du XIe siècle déjà nommé a jugé bon de mentionner le surnom de Charlemagne à l'année de son avènement (« pro felicitatis magnitudine agnominatus Magnus ») et à celle de sa mort, mais ne dit rien de Louis le Pieux. Que l'idée de surnommer le souverain soit admise à la fin du IXe siècle n'est pas surprenante, si l'on en juge par les exemples des rois de France de cette époque. Voici Charles le Chauve : au lendemain de sa mort, Hucbald de Saint-Amand compose un long poème en hexamètres dont tous les mots, sans exception, commencent par la lettre C et qui est destiné à faire l'éloge des chauves et de la calvitie9. Nul doute que cet exercice de haute voltige littéraire était destiné à honorer la mémoire du défunt roi, dont la calvitie était sans aucun doute à la fois ancienne et notoire. Son fils, héritier et successeur, Louis le Bègue bénéficia, si l'on peut dire, d'un surnom aussi caractéristique. Réginon de Prum parle de sa mort à l'année 878 (au lieu de 879) dans les termes suivants : « Le roi Louis, fils de Charles, qui était appelé le Bègue, pour la raison qu'il avait une élocution assez difficile et lente, fut enlevé à ce monde »10. Dans le cas présent, et le temps à l'imparfait conduit à cette conclusion, le surnom servait sans doute déjà à le désigner de son vivant. Vient ensuite encore son fils Charles, connu sur le nom de Charles le Simple (roi de 898 à 923, mort en 929). En latin son surnom fut varié, puisqu'on trouve stultus, insipiens, hebes, simplex11. Réginon précise à la date de 925, sans mentionner d'adjectif : « (ce roi) qu'on dit être d'une intelligence émoussée et peu apte à répondre aux besoins du royaume » (« qui fertur vir hebetis esse ingenii et minus aptus utilitatibus regni »)12. Ni le roi Robert qui fut son concurrent, ni Raoul de Bourgogne ne furent surnommés. Louis IV, on l'a dit déjà, reçut une appellation anodine : d'Outre-Mer, tandis que son fils Lothaire est cité sans même son numéro d'ordre. Le plus infortuné fut sans conteste le dernier Carolingien, Louis V, mort à peine un an après son avènement, sans avoir eu le temps de rien faire ; ce que dit un chroniqueur, « qui nihil fecit », lui qui ne fit rien13. Malheureusement l'histoire a transcrit la remarque sous la forme brutale de l'adjectif « fainéant », traduction littérale de l'expression, mais mot qui renvoie à l'image des derniers rois mérovingiens, rejetés au monastère par Pépin le Bref, les « rois fainéants ». Hugues Capet se vit bientôt donner ce surnom, d'origine souvent discutée et qui fut considéré plus tard comme un possible nom de famille au point d'être assigné à l'infortuné Louis XVI. Son fils Robert eut la chance d'avoir un biographe de grande classe qui loua ses vertus et ses générosités, de sorte qu'un lecteur ajouta en tête du manuscrit : « Vie de Robert le Pieux roi » (Vita pii Roberti regis)14 ; l'adjectif devint pour toujours un surnom, ce qui n'est sans poser quelques problèmes aux lecteurs actuels, quand ils apprennent le comportement conjugal, pas très chrétien, du roi. Ni Henri Ier, ni Philippe Ier ne furent distingués à l'attention par un sobriquet ; est-ce une marque de leur discrétion qui leur vaut d'être aujourd'hui encore dans l'ombre de leurs prédécesseurs et de leurs successeurs ? Louis VI vit son obésité passer à la postérité grâce au récit de l'abbé Suger15. Louis VII n'eut qu'un surnom éphémère. À ce moment-là, la pratique était devenue habituelle de doter les grands de surnoms ; les chansons de gestes et leur diffusion avaient incontestablement contribué au succès de cette mode : Olivier le sage et Roland le preux.

Surnoms de princes

  • 16 Cartulaire du Vendômois, LXVI, p. 123 : « Herberti qui Evigilans canes dictus est » ; Histoire ecc (...)
  • 17 Acte de son père Foulques Nerra pour l'abbaye de Saint-Maur de Glanfeuil, vers 1015 : « Fuleo come (...)
  • 18 Il convient d'user avec prudence de cette mention, car la charte en question est considérée comme (...)
  • 19 Chronique d'Adémar de Chabannes (voir note 11), p. 173 : « Willemus cognomine Bucea Uncta, comes M (...)

5Au XIe siècle la dénomination d'un prince par un surnom dès son vivant continue d'être rare. Il est donc intéressant de relever quelques contre-exemples. On s'en tiendra ici aux sobriquets, en considérant à part le rappel du père dans les noms des chevaliers et des seigneurs normands (Fitz Obern). Un cas particulièrement bien connu est celui du comte du Maine Herbert, qui se dénomme lui-même en tête d'un acte Evigilans canes, traduit par Eveille-Chien16. L'interprétation de ce sobriquet est diverse ; on y voit volontiers la marque d'un homme prompt à se lever pour activer sa meute et partir à la chasse. Dans la famille des comtes d'Anjou, Geoffroi Martel est désigné comme tel par son père dès 101517. Une charte de l'évêque Garin de Beauvais à la date de 1039 citerait le comte de Flandre Baudouin comme « Balduinus honestae barbae »18 : s'agit-il encore de Baudouin IV dit à la Barbe, mais qui serait mort dès 1036, ou de Baudouin V, dit habituellement de Lille ? En tout cas, l'homme est donné pour un témoin vivant et son surnom lui est attaché ; mais il peut s'agir d'un ajout postérieur. Enfin Guillaume, comte de Mâcon, est dit de son vivant « Bucca uncta », qui est devenu en français Barbesale (et non Bouche grasse)19. La reprise du même nom dans une famille obligeait parfois à distinguer un senior d'un junior, mais on ne peut retenir cela comme surnom. Dans la lignée des ducs d'Aquitaine, l'attribution obligée du nom de Guillaume à chaque duc en fonction a contraint des frères, qui se sont succédé, à abandonner leur nom de baptême pour ce nom générique, que l'histoire a toujours agrémenté d'un surnom pour distinguer les princes successifs plus élégamment que par un numéro. Mais, il faut bien en convenir, la désignation de souverains et de princes par des surnoms intervient normalement après leur mort, et même dans certains cas longtemps après. Le procédé n'est pas étrange. Récemment un journal national titrait sur « Nixon le Tricheur » au lendemain de la mort de ce président des États-Unis, ce surnom n'ayant pas circulé plus tôt, sinon sous le manteau. Mais il fait inévitablement penser au cas de Thibaud le Tricheur, comte de Blois, dont il sera question plus loin.

Les comtes d’Anjou

6Ces comtes sont assez régulièrement surnommés dans la Chronique du XIIe siècle qui contient leurs aventures. Un seul, on l'a vu, fut qualifié de son vivant : Geoffroi Martel.

  • 20 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 40. F. LOT, « Geoffroi Grisegonelle dans l'épopée », dans Ro (...)
  • 21 Chronique de Nantes, éd. René MORLET, Picard, Paris, 1896, p. 122. Il est cité comme tel dans les (...)
  • 22 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 140.
  • 23 Cartulaire du Vendômois, p. 10. Chronique de Nantes (voir note 21), p. 128.
  • 24 Annales Angevines (voir note 21), p. 49.
  • 25 Chronique de Saint-Maixent, éd. Jean VERDON, Paris, 1979, p. 134 ; Chroniques d’Anjou (voir note 1 (...)
  • 26 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), H, p. 632.

7Cette famille nous livre surtout un exemple original, celui de Geoffroi Grisegonelle, comte mort en 987, cité dès 1029 avec ce surnom, dont on explique l'origine dans la chronique postérieure20. Voici ce qui se disait : le comte d'Anjou Geoffroi apprend qu'un Danois terrorise la région parisienne et que nul n'en vient à bout. Discrètement, de nuit, il vient seul en duel affronter le Danois et le tue ; il lui coupe la tête qu'il fait livrer au roi à titre de preuve. Le porteur de ce macabre objet affirme ne connaître ni le nom, ni le visage de l'auteur de l'exploit, que l'on voudrait honorer et récompenser. Une réunion de tous les grands a lieu : « Le comte d'Anjou Geoffroi, revêtu de la tunique de ce drap que les Francs appellent griset, et nous Angevins bure, était assis au milieu des princes. Le meunier, appelé dans ce but par le roi, ayant regardé autour de lui, le reconnut et, avec l'autorisation du roi, marcha vers le comte, le visage souriant. Genou fléchi, saisissant la tunique du comte, il dit au roi et aux autres : voici celui qui, en tunique grise, en abattant le Danois, a vengé l'opprobre des Francs et semé la terreur dans leur armée. Le roi décida qu'on l'appellerait dès lors Geoffroi « Grise Tunique » (ou Grisegonelle), ce à quoi consentit toute l'assemblée ». Les deux comtes susnommés ont donc une histoire particulière, puisqu'ils sont surnommés de leur vivant, mais ils se distinguent tout de même l'un de l'autre. La chronique ne livre aucune explication du sobriquet de Martel, qu'on peut imaginer inspiré de Charles Martel ; l'histoire de Grisegonelle est une invention tardive qui veut faire croire à une dénomination contemporaine. Les autres comtes de la même dynastie ont reçu leur surnom souvent longtemps après leur mort : Foulques le Roux (Rufus), mort en 942, est ainsi appelé en 105921. Foulques le Bon, mort en 960, attend le XIIe siècle pour être ainsi gratifié ; le mot latin bonus est parfois aussi remplacé par pius22, ce qui aide à comprendre pourquoi Louis le Pieux fut également appelé en Lotharingie le Débonnaire, le mot de pieux ayant le sens de bon, plein de mansuétude, plus que de piété. Foulques Nerra, mort en 1040, n'a pas tardé à être qualifié de Noir ou Nerra, en latin Niger (1059-1069)23 ; en rappelant sa dévotion particulière pour la Terre Sainte et ses voyages outre-mer, on a parfois utilisé à son égard le sobriquet de Jerosolimitanus24. On peut encore citer Geoffroi III le Barbu ou le Jeune, neveu de Geoffroi Martel et mort sans descendance en 1096, Foulques le Réchin, frère du précédent et qui doit aussi aux chroniqueurs un qualificatif trahissant son mauvais caractère de « grande gueule » qui rechigne25. On rencontre enfin Geoffroi Martel le Jeune, Foulques V le Jeune, Geoffroi V le Bel. Ce dernier n'a pas conservé l'adjectif Bel ; mort en 1151, il fut pour la première fois en 1184 dénommé « Plantegenest »26 et l'on sait que le surnom eut une belle fortune.

Les comtes d'Angoulême

  • 27 Chronique d'Adon (voir note 11), p. 202 : « Willemus Sactor Ferri hoc cognomen adeptus est quia lo (...)
  • 28 Chronique (idem), p. 149 : « Willemus Sector Ferri hoc cognomen indeptus est quia commisso proelio (...)
  • 29 Chronique d'Adémar (voir note 11), p. 149 : « Arnaldus cognomento Boirratio, pro eo quia cum ipsa (...)

8Deux comtes d'Angoulême ont reçu un surnom : Guillaume Ier Taillefer et Arnaud Bourration. Dans les deux cas c'est la légende plus que la réalité qui s'empare des personnages, comme on le voit dans les chroniques postérieures. Adémar de Chabannes fournit une explication pour Guillaume Taillefer : « Guillaume Taillefer reçut ce surnom parce que dans un combat il fendit d'un seul coup au moyen de son épée, par le milieu de la poitrine et du ventre, un Normand cuirassé d'une protection très dure »27. Une autre chronique reprend l'histoire presque dans les mêmes termes28. Si le courage de Guillaume ne devait faire aucun doute, si un tel exploit a pu être réalisé ou seulement approché, il est probable qu'après sa mort, on a embelli le souvenir de Guillaume et que les conditions de l'acquisition de son surnom se sont précisées. Pour Arnaud Bourration, les faits sont plus élémentaires : « Arnaud dit Bourration, parce que cuirassé et casqué, il attrapa avec ce vêtement un loup diabolique qui dévorait les hommes et, le portant dans ses mains, il le donna à tuer à ses chevaliers »29. La burra désigne une laine grossière.

Autres comtes

  • 30 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 94 : « nam validas vires animumque gerebat ». BESLY,(...)

9Adémar de Chabannes dénomme les comtes de Poitou Guillaume Tête d'Étoupe (Caput stupe), Guillaume Taillefer ou Bras de fer (Sectorierri), Guillaume le Grand, Guillaume le Gros, Guillaume Aigret (Acer). Il écrit peu de temps après la mort de ces comtes et nous présente ainsi une famille aux noms très typés. Ces surnoms furent vite indispensables en raison de l'attribution du nom de Guillaume à chaque duc, notamment à trois frères. Ainsi Pierre dut changer de nom pour prendre celui de Guillaume, mais complété d'Acer/Aigret. Pour les surnoms suivants, Le Grand, Le Gros, le Dur, on n'a pas beaucoup inventé, tandis que Tête d'Étoupe et Taillefer signifiaient quelque chose d'original. Il restait aux chroniqueurs et aux historiens à chercher une explication dans les cas les plus spectaculaires. Pour Tête d'Étoupe, dont le surnom est attribué en 1029 à un homme mort dès 963, on doit imaginer une note sur la couleur et la nature des cheveux du personnage. L'étoupe est la partie la plus grossière de la filasse de couleur jaune. Taillefer, quant à lui, est plutôt appelé Fier à bras, ou plutôt Bras de fer (Ferabrachia)30.

  • 31 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, II, p. 7.
  • 32 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), II, p. 632.
  • 33 Ibidem, II, p. 977.
  • 34 O. Vital (voir note 31), III, p. 475.
  • 35 Ibidem, II, p. 10.
  • 36 Ibidem, II, p. 435 ; III, p. 475 ; Suger, Vie de Louis VI le Gros, éd. M. WAQUET, Paris, 1964, p.  (...)
  • 37 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 170 ; O. Vital (voir note 31), II, p. 105 ; Chroniqu (...)
  • 38 O. Vital (voir note 31), II, p. 295 : « erat corpore pingui brevique statura, unde vulgo Gambaron (...)

10Guillaume de Normandie, mort en 943, bien avant l'époque où les surnoms sont donnés aux princes, fut surnommé au XIIe siècle « Longue Épée » (Longa Spata)31, puis le surnom se fixa. Ce surnom n'est pas une exclusivité de ce comte, puisque on rencontre un Guillaume, fils de Geoffroi V d'Anjou « qui dictus est cognomento Longa Spata »32, et un comte de Jaffa, homonyme : « Le marquis Guillaume, surnommé Longue-Épée, fils du marquis Guillaume le Vieux de Montferrat »33. Les ducs de Normandie furent presque tous gratifiés d'un surnom : Richard Ier fut appelé Le Vieux (Vetulus), ce qui ne surprend pas, puisque mort dès 996, il est un des plus anciens comtes, mais on le dit plus tard aussi « Sans Peur »34. Double nom aussi pour son fils Richard II, d'abord « Fils de Gonnor » ou Gonnorides, puis Le Bon35. La tradition a gardé un souvenir éclatant de Robert, dit au XIIe siècle « Le Magnifique ». On connaît mieux le double surnom de Guillaume, dit naturellement « Bâtard » (Nothus) avant de gagner dans l'histoire celui de Conquérant, mais aussi celui de Grand36. Ici il est clair que le jugement de l'histoire s'est exprimé. Pour les trois fils de Guillaume Ier, l'histoire s'est montrée moins indulgente. Ils ont vécu à la fin du XIe et au début du XIIe siècle, et les surnoms furent alors donnés sur le vif et non plus inventés a posteriori par les historiens. Il s'agit de Guillaume le Roux (Rufus)37, et l'on fait allusion à ses cheveux, de Robert Courteheuse, et l'on fait allusion à sa petite taille38, et enfin d'Henri Beauclerc et ici on rend hommage à l'instruction de celui qu'on ne s'attendait pas à voir monter sur le trône et qui devait avoir au départ une carrière cléricale devant lui.

  • 39 E. LE GLAY, Histoire des comtes de Flandre, Bruxelles, 1943, p. 45.
  • 40 Ibidem, I, p. 35 : « Baldewinus monarchiam Flandriarum gloriose pollebat, vir cujus ingenio et mil (...)
  • 41 Ibidem, I, p. 330.
  • 42 Ibidem, I, p. 315.
  • 43 Raoul Glaber (voir note 11), III, 9 (Trad. POGNON, p. 108).

11On revient à des faits légendaires avec deux autres exemples, Baudouin le Chauve en Flandre et Thibaud le Tricheur en Blésois. En Flandre, l'histoire des comtes exalte la lignée de Baudouin et explique le choix du surnom de chauve : « B. se fit surnommer chauve, non pas parce qu'il avait été réellement chauve, mais pour qu'en réveillant le nom de son grand-père, il exalte le nom de celui-ci et la noblesse de la famille »39. Son père, qui vécut au IXe siècle († 879), fut rattrapé par l'histoire et devint lui aussi un « Bras de Fer »40. Moins originaux sont les surnoms de ces successeurs : Arnoul le Vieux, Arnoul le Jeune, Baudouin à la Barbe (ou Bellebarbe ?). En ce qui concerne Robert le Frison, mort en 1093, et qui avait en quelque sorte usurpé le titre comtal, on ne se fit pas faute de rapporter son origine au XIIe siècle : « Robertus qui cognominatus est Friso », écrit Guillaume de Tyr41, tandis que Guillaume de Malmesbury se montre plus précis : « Robert qui, du vivant de son père, prit pour femme la comtesse de Frise, reçut le surnom de Frison »42. Quant au comte Thibaud de Blois et de Chartres, son surnom de Tricheur est bien connu. Ce prince mourut en 977, mais, un peu plus tard, Raoul Glaber exalta son souvenir et livra l'explication de son surnom : « Eudes (III) fut l'arrière-petit-fils de ce comte de Chartres Thibaud dont le surnom fut Tricheur (Tricator). Ce dernier, en effet, allié au comte de Flandre Arnoul, contactant par des messagers le duc de Rouen Guillaume pour une rencontre amicale de paix, promettant de lui dire des choses utiles de la part du roi de France ou de Hugues le Grand que le duc Otton de Saxe tua à Soissons. Celui-là, qui était un homme naïf bien que très puissant, vint rapidement en bateau par la Seine. Tandis qu'ils se jettent dans les bras l’un de l'autre à leur rencontre, l’un en toute innocence, les autres pleins de ruse, les discussions d'une paix et d'une amitié fausses commencèrent. Après avoir dit des paroles menteuses, au moment de se séparer, alors que Guillaume s'était avancé un peu plus loin, Thibaud le rappela, comme pour faire croire qu'il voulait dire des choses plus discrètes ou pour lui dire au revoir plus amicalement ; Guillaume, prenant une rame de la main droite, empêcha que quiconque descende avec lui et le suive, et vint sur la rive. Thibaud s'approcha de lui comme pour dire quelque chose, puis sortant de sous son manteau une épée qu'il portait avec lui, d'un seul coup, sépara la tête du corps »43.

  • 44 Chronique de Nantes (voir note 21), p. 82.
  • 45 O. Vital (voir note 31), II, p. 290 (Fergannum), et III, p. 196 (Rufus).
  • 46 Chronique de Nantes (voir note 21), p. 70.
  • 47 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), II, p. 631.
  • 48 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 103.
  • 49 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 134.
  • 50 Eudes de Saint-Maur, Vie de Bouchard le Vénérable, éd. Ch. BOUREL DE LA RONCIÈRE, Picard, Paris, 1 (...)
  • 51 O. Vital (voir note 31), IV p. 345.
  • 52 Chroniques d’Anjou (voir note 11), p. 103.

12Comme on le constate presque depuis le début de cet exposé, ce sont les dynasties princières de la moitié occidentale de la France qui ont donné des surnoms à leurs ancêtres. Aux exemples déjà mentionnés, on peut en ajouter quelques autres. C'est au XIIe siècle encore que la Chronique de Nantes et l'Histoire ecclésiastique d'Orderic Vital nous livrent les jugements de l'histoire. Alain II, comte de Nantes, mourut en 942 ; il fut « Alanus qui postea cognominatus est Barbatorta »44. On avait donc conservé un souvenir précis de ce comte devenu duc de Bretagne et il ne fallait pas le confondre avec des descendants homonymes, comme Alain IV Fergent ou le Roux45. La divergence entre ces deux noms disparaîtrait si on lisait derrière Fergent/Fergannus une mauvaise transcription de ferrugens, couleur de rouille. Ce n'est qu'un exemple de plus de ceux dont la rousseur frappait. Mais il y eut une série de Conan aussi et il fallait les distinguer ; les caractères physiques furent soulignés : le Tort ou le Courbe (Curvus) pour Conan Ier († 992)46, le Gros (Grossus) pour Conan III († 1148)47. L'essentiel est dit. On ajoutera peu de chose en rappelant Archambaud III le Fort de Bourbon48, Aubri le Contrefait de Gâtinais49, Bouchard le Vénérable de Vendôme50. Même Guillaume Barbesale ne surprend plus tant le port de la barbe fut remarqué. On n'est pas étonné devant l'audace de Guillaume « Tête Hardie » comte de Bourgogne (1057-1087)51, tant on rencontre d'exemples de courageux et même de téméraires. Plus surprenant en revanche, et là on tombe au niveau des sobriquets populaires peu clairs, est le cas d'un autre comte de Bourbon, Aimon Vairevache (Vache tachetée ?)52.

Conclusion

13Il ne saurait être question d'entreprendre ici l'étude complexe des surnoms royaux et princiers. On peut à tout le moins faire quelques remarques :

  1. Trois cas se présentent :
    • le surnom est donné du vivant, et il s'agit alors d'un travers très visible : le Chauve, le Bègue, le Gros, voire d'une donnée élémentaire, comme d'Outre-Mer. Mais cela peut être aussi le Bâtard, ou le Diable, enfin un adjectif commode dans les classements : le Vieux (Vetulus, qui ne veut pas dire le Veau comme on voulut parfois le dire à propos d'un Bernard du IXe siècle). Enfin parmi les surnoms simples ou simplistes, on peut inclure tous ceux qui désignent les barbus ;
    • le surnom est donné aussitôt après la mort d'un grand, ou dans un délai proche, et on reconnaît au défunt des qualités notoires qui ont frappé : le Grand, le Bon, le Pieux, le Libéral, voire même, hélas, des défauts : le Simple, le Tricheur ;
    • le surnom est dû à l'interprétation historique et vient beaucoup plus tard avec des explications compliquées. Tel est le cas des comtes d'Anjou, d'Angoulême, de Normandie. Au-delà, interviennent les chroniqueurs de la fin du Moyen Âge, puis les historiens, qui comblent les vides en surnom d'une généalogie en attribuant aux princes démunis des surnoms non historiques, en le souvenir d'un ancêtre mal connu, comme on le voit avec les Habsbourg qui voulaient descendre d'un Gontran, qu'on a appelé « le Riche », du Xe siècle, ou les ducs de Lorraine, leurs proches parents, qui se réclamaient d'un Richard qu'ils ont voulu « le Puissant ».
  2. Le surnom du grand n'a rien à voir avec le surnom donné aux gens du peuple et dans le peuple. Il ne devient pas un nom de famille (l'exception serait le Plantegenêt). Cependant ce qui se passe pour Baudouin de Flandre, qui se dit « Chauve » pour ne pas se séparer de son grand-père laisse songeur. Dans le sud-ouest, on a doublé et redoublé l'usage du nom, Guillaume, mais le choix de surnoms très typés fut peut-être une manière de distinguer cette famille.
  3. Le surnom stimule l'imagination, il est un aspect des mentalités, il est marqué par le mouvement des chansons de gestes, grandes créatrices de sobriquets à la période où ils se développent, soit à la fin du XIe siècle. Quand on constate que les chroniques et les histoires de cette époque et du début du XIIe siècle citent pour la première fois des surnoms de grands ancêtres des comtes et des ducs en place, on ne doute pas qu'il y ait là une politique généalogique, une élévation du souvenir des ascendants. L'exemple de Geoffroi Grisegonelle, entré dans le panthéon des héros courtois, est à cet égard caractéristique.

14Pour les souverains, il l'est encore plus, et on ne saurait se priver de revenir sur le cas de Charlemagne et de Louis le Pieux, qui furent sans le savoir des pionniers : Charles devint définitivement Charlemagne, dès qu'il fut pris comme héros des chansons, mais Louis devint très vite le Pieux, car son souvenir avait marqué très tôt les mentalités. On ne tarda plus à faire de Charles « le Martel » et de Pépin « le Bref ». La notion d'Auguste fut capitale pour l'histoire de Philippe II, comme celle de Grand pour Charles, Hugues, Otton, ou le Bon, ou le Libéral, ou le Pieux. Là, on entre dans une autre histoire, celle qu'il fallait enseigner, celle qui aimait à se référer aux ancêtres, celle des historiens, et non plus des chroniqueurs et des annalistes.

Notes

1 L'étude peut se faire utilement déjà avec le Nouveau Testament. Dans le seul évangile de Luc, on rencontre les quatre types de cognomina déterminés pour l'étude qui part du XIe siècle, le sobriquet, l'origine familiale, l'origine géographique et la fonction. Une partie des renseignements utilisés dans cet article ont été repris d'un mémoire de maîtrise réalisé à Nancy sous ma direction par Sophie LÉPINE en 1993, sous le titre « Surnoms royaux et princiers en France du IXe au XIIe siècle ». Cette étudiante a naturellement droit à tous mes remerciements pour les recherches qu'elle a faites et dont je peux ainsi tirer profit.

2 On doit relever néanmoins : A. WRACKMEYER, Studien zu den Beinamen der abendlandischen Konige und Fursten bis zum Ende des Xll. jahrhunderts, Marburg, 1936.

3 Cet annaliste et historien a fait l'objet d'une thèse magistrale de Michel SOT, parue sous le titre : Flodoard, un historien et son Église, Paris, 1993.

4 Archives départementales d'Indre-et-Loire, H 461 (3). Correction faite par Grandmaison, d'après une copie de Baluze (Bibl. École des Chartes, t. 46).

5 G. WAITZ, Kleine Beiträge zur fränkischen Geschichte 2 : Über den Beinamen « der Hammer » (Forschungen zur deutschen Geschichte 3), Göttingen, 1863, p. 147 et suiv. ; U. NONN, « Das Bild Karl Martells in den lateinischen Quellen vornehmlich des 8. und 9. Jahrhunderts », dans Frühmittelalterliche Studien, 4 (1970), p. 70-137 (über Karls BEINAMEN, p. 124-137).

6 G. PARIS, « La légende de Pépin le Bref », dans Mélanges Julien Havet, Paris, 1895, p. 603-632.

7 R. SCHIEFFER, « Ludwig der Fromme. Zur Entstehung eines karolingischen Herrscherbeinamens », dans Frühmittelalterliche Studien, 16 (1982), p. 58-73.

8 Reginonis abbatis Prumiensis chronicon, cum continuatione treverensi, éd. F. KURZE (Scriptores rerum germanicarum in usum scholarum), Hanovre, 1890, p. 161.

9 Ecloga de calvis, PL 132, col. 1041.

10 Chronique de Réginon (voir note 8), p. 114 : « Ludowicus rex, filius Caroli, qui Balbus appellabatur, eo quod impeditioris et tardions esset eloquii, ab hac luce subtractus est ». Le texte se poursuit par : « Fuit iste princeps vir simplex ac mitis » ; l'adjectif simplex fut réservé à son fils Charles.

11 Chronique d'Adon, archevêque de Vienne, dans MGH, Scriptores, II, p. 325 (simplex) ; Adémar de Chabannes, Chronique, éd. Jules CHAVANON, Picard, Paris, 1897, p. 138 (insipiens) ; Chroniques des comtes d’Anjou et des seigneurs d'Amboise, éd. Louis HALPHEN et René POUPARDIN, Picard, Paris, 1913, p. 23 (stultus) ; Raoul Glaber, Les cinq livres de son histoire, éd. Maurice PROU, Picard, Paris, 1886, p. 6 (hebes).

12 Continuatio, op. cit., p. 157. Ici Réginon n'use d'aucun surnom.

13 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 23.

14 Helgaud de Fleury, Vie de Robert le Pieux, éd. R. H. BAUTIER et J. LABORY, Paris, 1965.

15 J. DUFOUR, « Louis VI roi de France (1108-1137) », dans CRAIBL, 1990, avril-juin, p. 471 (Pinguis, Crassus, Grossus).

16 Cartulaire du Vendômois, LXVI, p. 123 : « Herberti qui Evigilans canes dictus est » ; Histoire ecclésiastique, H, p. 252 ; Chroniques d'Anjou, p. 77.

17 Acte de son père Foulques Nerra pour l'abbaye de Saint-Maur de Glanfeuil, vers 1015 : « Fuleo comes Andegavensis et filio suo Gofredo Martello » (Cartulaire du Vendômois, 1, p. 34). Mention confirmée en 1039 : « Vivente Goffrido Andegavorum comite, qui Martellus cognominatus est » (Cartulaire du Vendômois, I, p. 34).

18 Il convient d'user avec prudence de cette mention, car la charte en question est considérée comme un pseudo-original par Maurice Prou (Arch. dép. du Pas-de-Calais 1 H 3014).

19 Chronique d'Adémar de Chabannes (voir note 11), p. 173 : « Willemus cognomine Bucea Uncta, comes Masticonensis ».

20 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 40. F. LOT, « Geoffroi Grisegonelle dans l'épopée », dans Romania, XIX (1890), p. 377-393.

21 Chronique de Nantes, éd. René MORLET, Picard, Paris, 1896, p. 122. Il est cité comme tel dans les Chroniques d'Anjou, p. 31 et dans les Annales Angevines (Recueil d'annales angevines et vendômoises, éd. Louis HALPHEN, Picard, Paris, 1903), p. 1.

22 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 140.

23 Cartulaire du Vendômois, p. 10. Chronique de Nantes (voir note 21), p. 128.

24 Annales Angevines (voir note 21), p. 49.

25 Chronique de Saint-Maixent, éd. Jean VERDON, Paris, 1979, p. 134 ; Chroniques d’Anjou (voir note 11), p. 62 ; Chronique de Guillaume de Tyr, éd. R.B.C. HUYGENS, Tumhout, 1986, p. 631.

26 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), H, p. 632.

27 Chronique d'Adon (voir note 11), p. 202 : « Willemus Sactor Ferri hoc cognomen adeptus est quia loricatum Nortmannum in luctamine ensem proprio nomine corto durissimo per media pectoris et ventris secuit una tantem percussione ».

28 Chronique (idem), p. 149 : « Willemus Sector Ferri hoc cognomen indeptus est quia commisso proelio cum Normannis et neutro cedenti, postera die, pacti causa cum rege eorum Storin solito conflictu deluctans, en se corto durissimo per media pectoris secuit simul cum tarace una modo percussione ».

29 Chronique d'Adémar (voir note 11), p. 149 : « Arnaldus cognomento Boirratio, pro eo quia cum ipsa veste luppum diabolicum homines devorantem appetit ; in capto loricatus et galeatus et manibus gestans militibus occidendum praebuit ».

30 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 94 : « nam validas vires animumque gerebat ». BESLY, Histoire des comtes de Poitou, Paris, 1903, p. 237-238.

31 Orderic Vital, Historia ecclesiastica, II, p. 7.

32 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), II, p. 632.

33 Ibidem, II, p. 977.

34 O. Vital (voir note 31), III, p. 475.

35 Ibidem, II, p. 10.

36 Ibidem, II, p. 435 ; III, p. 475 ; Suger, Vie de Louis VI le Gros, éd. M. WAQUET, Paris, 1964, p. 6.

37 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 170 ; O. Vital (voir note 31), II, p. 105 ; Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), I, p. 437.

38 O. Vital (voir note 31), II, p. 295 : « erat corpore pingui brevique statura, unde vulgo Gambaron cognominatus est et Brevis ocrea » (ocrea est la jambière, gambaron aussi). En français c'est « courteheuse » qui l’a emporté.

39 E. LE GLAY, Histoire des comtes de Flandre, Bruxelles, 1943, p. 45.

40 Ibidem, I, p. 35 : « Baldewinus monarchiam Flandriarum gloriose pollebat, vir cujus ingenio et militia nil in viris clarissimis gloriosus unquam habuit Flandria ; cui ex occasione fortissimi animi cognomen accessit Ferrei ».

41 Ibidem, I, p. 330.

42 Ibidem, I, p. 315.

43 Raoul Glaber (voir note 11), III, 9 (Trad. POGNON, p. 108).

44 Chronique de Nantes (voir note 21), p. 82.

45 O. Vital (voir note 31), II, p. 290 (Fergannum), et III, p. 196 (Rufus).

46 Chronique de Nantes (voir note 21), p. 70.

47 Chronique de Guillaume de Tyr (voir note 25), II, p. 631.

48 Chroniques d'Anjou (voir note 11), p. 103.

49 Chronique de Saint-Maixent (voir note 25), p. 134.

50 Eudes de Saint-Maur, Vie de Bouchard le Vénérable, éd. Ch. BOUREL DE LA RONCIÈRE, Picard, Paris, 1892, p. 12.

51 O. Vital (voir note 31), IV p. 345.

52 Chroniques d’Anjou (voir note 11), p. 103.

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.