Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

Du nom à l'armoirie. Héraldique et anthroponymie médiévales

Michel Pastoureau

Texte intégral

1L'héraldique est la science qui a pour objet l'étude des armoiries. Celles-ci peuvent se définir comme des emblèmes en couleurs, propres à un individu, à une famille ou à une collectivité et soumis dans leur composition à des règles particulières qui sont celles du blason. Leur fonction première est d'exprimer l'identité. C'est pourquoi elles entretiennent avec les noms propres de personne des relations étroites, complexes et multiformes. Je souhaiterais dans la présente contribution attirer l'attention sur quelques-unes de ces relations et montrer comment l'héraldique — ainsi que la sigillographie, science sœur qui a pour objet l'étude des sceaux — peut être une auxiliaire précieuse de l'anthroponymie médiévale. Faute de place, je me limiterai aujourd'hui à un certain nombre de remarques générales, réservant pour une autre fois des études de cas, présentées et analysées dans le détail. J'insisterai à dessein sur le dossier concernant les armoiries parlantes. Il est au cœur des relations que l'héraldique et l'anthroponymie entretiennent dans les sociétés médiévales.

  • 1 Pour un bilan récent des travaux concernant le problème de l'origine et de l'apparition des armoir (...)

2La question de l'origine des armoiries a fait couler beaucoup d'encre depuis le XVIIe siècle. On a tour à tour situé leur apparition dans l'Antiquité grecque, dans la Germanie païenne décrite par Tacite, puis à l'époque des invasions barbares et, surtout, pendant la première croisade : les Francs auraient emprunté aux Musulmans (ou aux Byzantins) un système de signes emblématiques qui se serait épanoui en Occident. Cette dernière théorie a longtemps prévalu — et continue malheureusement de prévaloir auprès du grand public — mais elle est aujourd'hui rejetée par tous les spécialistes. Ceux-ci s'accordent pour reconnaître que l'apparition des armoiries en Europe occidentale n'est en rien due ni aux croisades, ni à l'Orient, ni aux invasions barbares, ni à l'Antiquité romaine, mais qu'elle est liée d'une part aux transformations de la société occidentale après l'an mil, d'autre part à l'évolution de l'équipement militaire entre la fin du XIe siècle et le milieu du XIIe : il n'existe pas encore d'armoiries à l'époque de la première croisade ; elles sont déjà bien en place au moment de la seconde. C'est en Occident qu'elles sont nées ; c'est en Occident qu'étaient réunies les conditions de cette naissance ; c'est en Occident qu'il faut en rechercher les causes et les modalités1.

3On observe ainsi qu'entre ces deux dates, les combattants occidentaux, rendus méconnaissables par le capuchon de leur haubert (qui monte vers le menton) et par le nasal de leur casque (qui descend sur le visage), prennent peu à peu l'habitude de faire représenter sur la grande surface de leur bouclier en forme d'amande des figures leur servant de signes de reconnaissance au cœur de la mêlée des batailles et, plus encore, des premiers tournois. Ces figures sont géométriques, animales ou florales. Elles sont peintes en couleurs et deviennent de véritables armoiries à partir du moment où leur emploi est constant chez un même personnage et où leur représentation obéit à quelques principes simples, fixes et récurrents. Cela se situe dans la première moitié du XIIe siècle. Par la suite, les professionnels de la guerre et des tournois que sont les hérauts d'armes, s'efforcent de transformer ces principes en règles véritables et de consigner les armoiries portées par les combattants dans des recueils leur servant d'aide-mémoire : les armoriaux. Ceux-ci, toutefois, ne sont pas antérieurs au milieu du XIIIe siècle.

4Cette origine matérielle, liée à l'évolution de l'équipement militaire, n'explique cependant pas tout et n'est pas l'essentiel. Les problèmes importants se situent ailleurs, du côté des transformations de la société. L'apparition des armoiries, en effet, se rattache étroitement au nouvel ordre social qui se met en place à l'époque seigneuriale. Non pas aux environs de l'an mille, lorsque se laissent entrevoir les premiers signes forts et récurrents d'une nouvelle organisation sociale, mais un siècle plus tard lorsque cet âge seigneurial connaît son apogée. Comme les premiers surnoms patronymiques, qui naissent à la même époque et qui se diffusent à peu près au même rythme, ou bien comme les attributs iconographiques, qui commencent alors à se multiplier dans les images, l'héraldique apporte des signes d'identité nouveaux à une société qui vient de se réorganiser. Au milieu du XIIe siècle, les armoiries, comme les cognomina, aident à reconnaître et à désigner des individus, à les placer dans des groupes, à distinguer ces groupes et à les situer dans l'ensemble du système social. C'est pourquoi ces premières armoiries — qui au moment de leur apparition au cœur des combats étaient en majorité des emblèmes individuels — opèrent une greffe rapide sur la parenté. Dès la fin du XIIe siècle, au sein d'une même famille, leur usage devient héréditaire, et c'est ce caractère familial et héréditaire qui leur donne leur essence définitive.

5Dans sa phase classique (du début du XIIIe siècle jusqu'au milieu du XVIIe) l'héraldique apparaît ainsi comme un système de signes entièrement construit sur l'identité et sur la parenté. D'où le lien étroit qui existe entre l'armoirie et le nom de famille. Pour tous les juristes, tant au Moyen Âge que sous l'Ancien Régime, l'armoirie est un équivalent du nom, et il existe un parallélisme rigoureux entre le droit aux armes et le droit au nom. Au reste, pour beaucoup d'auteurs, c'est parce que ce droit au nom est reconnu à tout le monde qu'il en est de même du droit aux armoiries. Voici par exemple ce qu'écrit au milieu du XIVe siècle le célèbre jurisconsulte italien Bartole, au début de son Tractatus de insignis et armis, dans un chapitre qui pose la question de savoir si chacun peut ou non adopter librement des armoiries :

  • 2 Tractatus de insignis et armis, I, 4-5. Voir l'excellente édition récemment publiée par O. CAVALLAR (...)

6« Quidam tarnen arma seu insignia sua propria auctoritate assumunt sibi, et istis an liceat videndum est. Et puto quod liceat. Sicut enim nomina inventa sunt ad recognoscendum homines, ita etiam ista insignia inventa sunt. Sed ut talia nomina licet cuilibet sibi imponere ad placitum, ita ista insignia cuilibet licet portare et depingere in suo tantum, non in alieno (...). Sed quero, unus portat certa arma vel insignia, alius vult portare eadem, an liceat vel prohiberi possit ? Et videtur quod liceat, quia potest quis assumere nomen alterius ; et possunt esse plures eiusdem nominis. Ergo potest quis assumere arma alterius et plures eadem arma portare et rebus imponere, cum utrumque fiat ad recognoscendum »2.

  • 3 F. HAUPTMANN, Das Wappenrecht. Historische und dogmatische Darstellung der im Wappenwesen geltende (...)

7À chaque question posée pour déterminer ce qui est licite et ce qui ne l'est pas en matière de port d'armoiries, Bartole s'en réfère au nom et aligne le droit des armes sur le droit du nom. Idée essentielle qui sera reprise par tous les juristes jusqu'au XVIIIe siècle et qui permettra d'affirmer, toujours et partout, le principe de la libre adoption et du libre usage des armoiries3. Il est dommage que parmi les érudit contemporains, ni les héraldistes ni les anthroponymistes n'aient insisté sur ce lien essentiel, ontologique même, entre l'armoirie et le nom. Il est au cœur des problèmes, comme nous le verrons plus loin. Du moins pour ce qui concerne les personnes physiques, car pour les personnes morales — grandes utilisatrices d'armoiries, elles aussi — les questions se posent autrement.

  • 4 Sur cette diffusion des armoiries comme signes d'identité et marques de propriété dans toutes les (...)

8D'abord utilisées par les princes et par les grands seigneurs, les armoiries sont progressivement adoptées par l'ensemble de l'aristocratie occidentale. Au début du XIIIe siècle, toute la petite et moyenne noblesse en est pourvue. Mais en même temps leur emploi s'étend aux non combattants, aux non nobles et à différentes communautés : tour à tour, les femmes (dès 1180, et peut-être plus en amont), les prélats (vers 1200), les patriciens et les bourgeois (vers 1220), les artisans (vers 1230), les villes (dès la fin du XIIe siècle), les corps de métiers (vers 1240), les communautés religieuses (à la fin du XIIIe siècle et au début du XIVe) prennent des armoiries. Dans certaines régions (Normandie, Flandre, Angleterre méridionale), même les paysans en font usage. L'Église, d'abord méfiante envers ce système entièrement élaboré en dehors de son influence — comme le souligne l'emploi, dès l'origine, de la langue vernaculaire et non pas du latin pour décrire des armoiries — s'y introduit pleinement à partir du XIVe siècle. Dès lors, les églises et les monuments ecclésiastiques deviennent de véritables « musées » d'armoiries : on en trouve sur les sols, sur les murs, sur les verrières, sur les plafonds, sur les objets et les vêtements du culte. L'art religieux de la fin du Moyen Âge leur accorde une place considérable4.

9C'est essentiellement par les sceaux que cet usage des armoiries s'est étendu à l'ensemble de la société. De bonne heure, en effet, seigneurs et chevaliers ne se contentent pas de faire peindre sur leur bouclier les armoiries qu'ils viennent d'adopter. Ils les font également représenter sur leur bannière, sur la housse de leur cheval, sur leur cotte d'armes, puis sur différents biens meubles et immeubles leur appartenant, dont principalement leur sceau, symbole de leur personnalité juridique. Peu à peu, toutes les personnes qui possèdent un sceau les imitent et prennent l'habitude d'en remplir le champ au moyen d'armoiries : d'abord les femmes, puis les roturiers, plus tard les prélats et les clercs, enfin les institutions et les communautés. Le sceau est, du XIIe au XVe siècle, le principal agent de la diffusion des armoiries dans toutes les classes et catégories sociales. À cet égard un chiffre est significatif : nous connaissons pour l'Europe occidentale environ un million d'armoiries médiévales (publiées ou repérées) ; or sur ce million, plus des trois-quarts nous sont connues par des sceaux.

  • 5 Parmi les principaux manuels et traités de sigillographie, on lira : W. EWALD, Siegelkunde, Munich (...)

10Ceux-ci constituent donc la source principale pour étudier les armoiries médiévales. Malgré leur petite taille, ce sont des documents riches d'informations de toutes natures. Il est regrettable, ici aussi, qu'ils restent aujourd'hui si peu étudiés, si peu consultés même. Seuls les héraldistes et les diplomatistes les sollicitent régulièrement. Bien d'autres spécialistes pourraient les imiter. À commencer par ceux de l'anthroponymie : les sceaux médiévaux nous livrent plusieurs millions de noms propres de personnes, et ces noms sont datés, localisés, attribués à des individus sur lesquels nous possédons également, grâce au sceau, d'autres informations. Le sceau, en effet, engage la responsabilité juridique et la crédibilité sociale de son possesseur. C'est un objet fabriqué avec soin. Les renseignements qu'il fait connaître sont toujours précis et exacts. Appendu ou plaqué sur un acte, il est situé avec précision dans l'espace et dans le temps. Enfin, à partir du XIIe siècle, l'usage du sceau est largement répandu et concerne l'ensemble de la société. Le grand nombre des sceaux conservés permet l'application de méthodes quantitatives ou statistiques dans des domaines (iconographie, faits de mentalité et de sensibilité, étude de la culture matérielle) où elles sont peu habituelles. Malheureusement, cette richesse documentaire reste méconnue de bien des médiévistes5.

  • 6 Plusieurs exemples cités par R.C. VAN CAENEGEHM, « La preuve dans l'ancien droit belge des origine (...)
  • 7 Pour la France, voir la belle étude de J.-L. CHASSEL, « L'usage du sceau au XIIe siècle », dans Ca (...)
  • 8 M. PASTOUREAU, « Les sceaux et la fonction sociale des images », dans Cahiers du Léopard d'or, vol (...)

11Comme l'armoirie, le sceau, émanation juridique de la personne, entretient avec le nom et l'identité des rapports privilégiés. Mais ces rapports n'ont guère retenu l'attention des érudits. Pourtant, parmi ses nombreuses fonctions (clore, valider, authentiquer, affirmer la propriété, etc.), le sceau sert souvent à dire et parfois à prouver l'identité d'un individu : soit directement (le possesseur du sceau montre la matrice accrochée à sa ceinture pour se faire connaître ou reconnaître), soit indirectement (l'empreinte, qui circule et voyage, fait connaître l'identité du sigillant très loin du lieu où celui-ci se trouve)6. En ce sens, le développement intense de l'usage du sceau à partir du XIIe siècle ne doit pas seulement être mis en relation avec la diffusion des actes écrits et de la culture écrite, comme l'affirment toujours les diplomatistes, mais aussi avec l'attention plus grande portée à l'identité et aux signes d'identité à partir du tournant des XI-XIIe siècles. L'extension de l'usage des sceaux est en effet concomitante de la naissance des armoiries et des noms de familles7. À partir du XIIe siècle, la société occidentale entre dans une phase de longue durée où l'identité et l'expression de l'identité jouent de manière croissante un rôle considérable. Il est désormais essentiel de savoir à qui l'on a affaire ; il importe que chacun se tienne à sa juste place, se fasse connaître et reconnaître, prouve qui il est et à quel groupe (familial, professionnel, institutionnel, religieux, ethnique, etc.) il appartient. Certaines formules, certaines images, certains objets sont spécialement conçus pour ce faire : on les montre pour dire qui l'on est. À cette fonction d'identification s'ajoute souvent une fonction de proclamation : « voilà qui je suis » ; l'image sigillaire, comme l'image héraldique, faisant connaître non seulement l'identité et le statut social du possesseur mais aussi, par le choix de tel ou tel type, de telle ou telle légende, sa personnalité, ses aspirations, ses revendications. En ce sens, elle est à la fois emblème et symbole8.

  • 9 Cette pratique, contrairement à ce que Ton croit trop souvent, est loin d'avoir été générale. Elle (...)
  • 10 C'est ainsi que fut retrouvée dans son tombeau à Notre-Dame de Paris la matrice en argent du sceau (...)

12Cette fonction d'identification et de proclamation ne concerne du reste pas seulement la société des vivants ; elle concerne également les morts puisque, jusqu'au XIIIe siècle au moins, il n'est pas rare qu'au lieu de briser la matrice d'un défunt afin d'en éviter tout usage frauduleux après sa mort9, cette matrice — cancellée ou non — soit placée dans le cercueil en même temps que le corps lui-même. Non seulement à des fins d'identification dans l'au-delà ou par la postérité, mais aussi parce que le corps et la matrice ne font qu'un : ce sont les deux incarnations d'une même personne. Quelquefois, lorsque pour une raison quelconque la matrice n'a pu être retrouvée, ou qu'elle doit être réutilisée après l'ensevelissement, une seconde matrice, en tous points identique à la première, est spécialement gravée pour les funérailles et accompagne le corps dans son voyage vers l'éternité. S'il s'agit d'un très haut personnage, cette matrice spéciale peut être en argent ou en ivoire au lieu d'être en bronze10.

13Enfin cette relation privilégiée entre l'identité et le sceau ne concerne pas seulement les personnes physiques. Elle concerne aussi les personnes morales qui sont parfois conduites à se nommer et qui ne disposent guère de moyens pour ce faire. L'image sigillaire apporte à ces personnes morales des possibilités de figurabilité, de nomination et d'identification qu'elles ne trouvent pas ailleurs ; ce faisant, elle leur donne leur véritable cohésion interne et leur apporte une authentique personnalité juridique.

  • 11 Voir quelques exemples cités par L. DOUËT d'ARCQ, ibid., p. CVIII-CIX.

14À l'historien des noms propres, les quelques trois millions de sceaux médiévaux parvenus jusqu'à nous livrent ainsi une foule de noms de personnes et de noms de lieu, avec toutes les graphies, toutes les variantes et toutes les formulations possibles. Et ces noms sont souvent plus précis, plus corrects ou plus complets que ceux inscrits dans les chartes. Pour certains actes, par exemple, où l'on s'est contenté de l'initiale du nom de baptême suivie du sobriquet ou du patronyme, ou bien du nom de baptême suivi de la seule désignation d'une charge, d'une dignité, d'une fonction, d'un métier, l'examen du sceau aide à compléter les informations manquantes11. De même, lorsqu'un personnage porte à la fois un nom patronymique et un nom de terre, l'acte ne mentionne souvent que l'un des deux, et c'est le recours au sceau qui permet les rapprochements et évite des confusions. Par sa légende, par son type, par ses armoiries surtout, le sceau aide également à distinguer les homonymes et à démêler le réseau enchevêtré des parentés. Il fournit à la généalogie des dates, des filiations et des précisions de toutes sortes.

15Au reste, ce qui est vrai des noms propres l'est aussi des noms communs. Quel document fournit un tableau plus complet de la société médiévale ? Tous les fiefs, toutes les juridictions, toutes les « administrations », toutes les communautés sont concernés par le sceau. Tout le répertoire des titres, dignités, fonctions, qualités, charges, offices et profession s'y trouve détaillé, daté, localisé, attribué. Ici aussi, le sceau donne souvent plus de précision que l'acte, complétant le nom de baptême ou le patronyme par l'indication d'une charge, d'un métier, d'une possession.

  • 12 Cité par T. ILGEN, Sphragistik, Leipzig et Berlin, 1912, p. 2.

16Source essentielle des études prosopographiques, le sceau Test également pour celles des structures sociales. À la différence de ce qui est écrit sur le parchemin, ce qui est gravé dans le métal du sceau est plene validum et authenticum, pour reprendre une expression utilisée par Conrad de Mure au milieu du XIIIe siècle12. Quand un personnage change d'état, de qualité, de titre ou de fonction, il change de sceau. C'est là une supériorité du sceau sur beaucoup d'autres documents qui mériterait d'être davantage prise en compte par les historiens. Que Ton songe, par exemple, à ce que la terminologie des légendes de sceau pourrait apporter au problème, tant débattu, des rapports entre milites et nobiles, région par région, décennie par décennie, famille par famille.

17Tout ce qui vient d'être dit des sceaux peut l'être aussi des armoiries. Celles-ci constituent une source d'une très grande richesse pour l'étude de l'identité et de la parenté, et l'héraldique apparaît souvent comme une science auxiliaire de la généalogie. Code social, le blason, par le jeu de ses règles de composition, situe l'individu dans un groupe et ce groupe dans l'ensemble de la société. Qui sait déchiffrer des armoiries peut parfois y lire : la place d'un personnage au sein d'une famille, ses alliances matrimoniales, ses fonctions et sa situation sociale ; puis la position d'une famille au sein d'un lignage, ses origines, l'histoire de ses alliances et de ses filiations ; enfin les rapports des différents lignages entre eux, l'histoire de leurs titres et possessions, celles des fiefs, des dynasties, des royaumes, des états.

18Au sein d'une même famille, en effet, un seul individu, l'aîné de la branche aînée, porte les armoiries familiales « pleines », c'est à dire entières. Les autres, tous les autres (ainsi les fils du vivant de leur père ou bien, le père étant mort, les frères puînés du vivant de l'aîné) n'y ont pas droit et doivent introduire dans l'écu une légère modification qui montre qu'ils ne sont pas « chef d'armes », c'est à dire aîné de la branche aînée. Cette modification s'appelle une brisure. Les femmes n'y sont pas soumises : les filles non mariées portent les mêmes armoiries que leur père, tandis que les femmes mariées portent généralement des armoiries associant à l'intérieur du même écu les armes du mari et celles du père.

  • 13 Sur les brisures : L. BOULY DE LESDAIN, « Les brisures d'après les sceaux », dans Archives héraldi (...)

19Les brisures se rencontrent surtout dans les pays d'héraldique « classique », c'est à dire ceux qui ont vu naître les armoiries sur les champs de bataille au XIIe siècle : France, Angleterre, Écosse, Pays-Bas, Allemagne rhénane, Suisse. Ailleurs elles sont plus rares (Scandinavie, Autriche, Espagne) ou bien inusitées (Italie, Pologne). Briser les armoiries familiales parce que l'on est un cadet peut se faire de nombreuses façons : ajouter ou retrancher une figure, changer une couleur, inverser la couleur du fond et celle de la figure, etc. Au début, les brisures sont bien supportées et donc bien voyantes. Par la suite, on aime moins proclamer avec trop de force que l'on est un cadet et on préfère une brisure discrète, le plus souvent l'addition d'une petite figure. Les armoiries se transmettant de manière héréditaire, il peut arriver, après plusieurs générations et brisures successives, que les armes des branches cadettes ne ressemblent plus guère aux armes de la branche aînée. Parfois, au contraire, c'est la ressemblance entre les armoiries de deux familles apparemment non parentes qui permet de reconnaître qu'elles sont issues d'un ancêtre commun. L'héraldique, auxiliaire précieuse de la généalogie, aide ainsi à identifier des personnages, à retrouver leurs noms, à établir des filiations, à reconstituer des parentés, à distinguer les homonymes13.

  • 14 Pour ne pas encombrer les notes de cet article, qui se veut une synthèse introductive et non pas u (...)
  • 15 C.R. HUMPHERY-SMITH, Anglo-Norman Heraldry and Related Studies, Canterbury, 1973, p. 69, no 103.

20Toutes les armoiries entretiennent des rapports étroits avec le nom. Mais il en est qui entretiennent avec lui des rapports plus étroits encore : ce sont celles que les héraldistes qualifient de « parlantes ». Les définir n'est pas très aisé car elles s'expriment par des formules diverses. Grossièrement on peut dire que sont « parlantes » les armoiries dans lesquelles le nom de certains éléments — le plus souvent le nom de la figure principale — forme un jeu de mots ou établit une relation de sonorité avec le nom du possesseur de l'armoirie. Le cas le plus simple est celui où le nom de la figure principale et le nom du possesseur entretiennent un relation directe : Hugues de La Tour porte une tour ; Thomas le Leu, un loup ; Raoul Cuvier, un cuvier14. Mais il en existe beaucoup d'autres. La relation peut être allusive (ainsi toutes les familles dont le nom évoque une porte et qui placent des clefs dans leurs armes) ou bien se faire avec une partie du nom seulement (Guillaume de Capraville place dans son écu une simple chèvre ; les seigneurs d'Orgemont, trois épis d'orge). Elle peut également être construite sur le nom d'une couleur et non pas d'une figure (la grande famille florentine des Rossi porte un écu de gueules plain, c'est à dire tout rouge) ; ou encore sur les noms associés de plusieurs figures et former une sorte de rébus : les comtes de Helfenstein, par exemple, largement possessionnés dans le nord de la Suisse et dans le Wurtemberg, associent dans leurs armes un éléphant et un rocher ; les Chiaramonte, originaires de Vérone, un mont surmonté d'une étoile qui semble l'éclairer. Exceptionnellement, la relation parlante se fait non pas avec le nom de famille mais avec le nom de baptême. Citons pour exemple l'écu gironné d'or et d'azur d'un sheriff du Northampshire nommé Garin (Waryn) de Bassingburne, écu blasonné par plusieurs armoriaux de la seconde moitié du XIIIe siècle15.

  • 16 Ces expressions latines ne sont toutefois pas antérieures au XVIIe siècle, tandis que l'expression (...)

21La notion de « jeu de mots » est elle-même très floue, ou du moins évolue avec le temps : ce qui constitue un jeu de mots au XIIIe siècle, peut ne plus être perçu ou considéré comme tel au XVIe ou au XVIIe siècle. D'où la difficulté qu'il y a à définir de manière univoque ces armoiries que le français et l'allemand (redende Wappen) qualifient de « parlantes ». L'anglais, plus poétique ou plus précis, les nomme joliment canting arms. Cette expression, qui insiste sur l'harmonie sonore de la relation entre le nom de la personne et celui de la figure, se retrouve en latin : arma personantia, arma cantabunda16.

  • 17 Il n'existe aucune étude scientifique sur la question des armoiries parlantes. Outre les paragraph (...)
  • 18 C'est l'opinion de tous les auteurs français et anglais du XIXe siècle. Un témoignage prolongé de (...)
  • 19 W. MERZ et F. HEGI, Die Wappenrolle von Zürich..., Zurich, 1930, no 10 et 11.

22Malgré leur grand intérêt, les armoiries parlantes attendent encore leurs historiens. Ni les héraldistes (trop peu philologues), ni les philologues (trop peu héraldistes), ni les anthroponymistes ne s'y sont jusqu'à présent véritablement intéressés17. Le matériel est pourtant abondant et suscite de nombreuses interrogations. Mais il semble que ces armoiries souffrent encore du discrédit dans lequel les ont tenues les héraldistes du XVIIe et du XIXe siècles. Elles passent pour moins anciennes, moins nobles et, héraldiquement, moins pures que les autres armoiries18. Ce qui est absolument faux. Les armoiries parlantes existent depuis la naissance de l'héraldique et de très grandes familles en ont, dès la fin du XIIe siècle, fait usage : ainsi les comtes de Bar (deux bars adossés), les comtes de Boulogne (trois « boules » ou tourteaux), les comtes de Minzenberg (une branche de menthe), les Candavène comtes de Saint-Pol (des gerbes d'avoine), les sires de Hammerstein (un marteau), les seigneurs de Créquy (un créquier) et bien d'autres, sans compter le royaume de Castille (des châteaux) et celui de Léon (un lion). Au reste, les hérauts d'armes du Moyen Âge, quand ils ne connaissent pas les armoiries d'un royaume (réel ou imaginaire) ou d'une grande seigneurie, n'hésitent pas à forger des armoiries parlantes pour pallier les lacunes de leur information. De telles armes leur semblent naturelles et parfaitement fidèles à l'esprit du blason. C'est ainsi qu'un héraut compilant un armorial dans la région de Zurich à l'horizon des années 1340 attribue au roi de Portugal un écu ayant pour figure une porte, au roi de Galice un écu orné d'un calice et au « roi » du Maroc un écu à trois rocs d'échiquier19.

  • 20 En France, l'Armorial Général de 1696, entreprise à but plus fiscal que proprement héraldique, abo (...)

23Les armoiries parlantes ne sont ni moins anciennes, ni moins honorables, ni moins héraldiques que les autres. Mais leur abondance dans l'héraldique non noble à partir de la fin du Moyen Âge et les médiocres calembours sur lesquels elles sont parfois construites à l'époque moderne, les ont déconsidérés aux yeux des héraldistes de l'Ancien Régime20. Ceux d'aujourd'hui ne peuvent plus les regarder ainsi. Ils doivent les étudier comme d'authentiques documents d'histoire, des documents riches d'informations de toutes natures pour l'histoire sociale et culturelle.

24À dire vrai, apprécier pour chaque époque, chaque région, chaque classe ou catégorie sociale la proportion des armoiries parlantes par rapport à l'ensemble des armoiries n'est pas un exercice facile. Surtout pour la période médiévale. Cette proportion est toujours sous-évaluée parce que parfois, souvent même, nous ne savons pas reconnaître de telles armes. Tantôt la relation « parlante » se construit sur des termes dialectaux (dans les armoiries bretonnes, par exemple) ou disparus, tantôt elle s'appuie sur le latin ou sur une langue étrangère, tantôt elle est plus allusive que proprement « parlante », et ce qui était limpide ou ingénieux pour nos ancêtres ne l'est plus nécessairement pour nous.

25Prenons quelques exemples. Dès la fin du XIIe siècle la grande famille anglaise des Lucy porte dans ses armes trois brochets : la relation parlante entre le nom de la famille et le nom de la figure n'est aujourd'hui intelligible que si Ton sait que « brochet » (qui en anglais moderne se dit pike) se dit en latin lucius ou en anglo-normand lus. De même, les exemples sont nombreux de familles anglaises d'origine normande qui portent dans leurs armes un animal parlant en français mais pas en anglais : un lévrier (greyhound) pour les Maulévrier, une loutre (otter) pour les Luttrel, un veau (calf) pour les de Vele, un ours (bear) pour les Fitz-Urse. Pour comprendre de tels choix il faut remonter aux origines de la famille et connaître la langue française.

  • 21 L. DOUËT d'ARCQ, Archives de l'Empire... Collection de sceaux, tome I, Paris, 1863, no 1298.
  • 22 H.S. LONDON, Aspilogia II. Rolls of Arms Henry III, Londres, 1967, p. 155, no 203.

26Dans les exemples qui viennent d'être cités, la figure parlante est un animal. Retrouver la relation existant entre le nom de cet animal et le nom du possesseur de l'armoirie est parfois aisé, parfois plus difficile, jamais impossible. Mais quand il s'agit d'une figure géométrique, la relation parlante est souvent moins directe ou moins limpide, et au problème de la langue s'ajoute celui du degré de relation ou d'allusion. Lorsqu'en 1265 Guillaume des Barres, simple chevalier, orne le champ de son sceau d'un écu losangé, c'est à dire d'un écu paraissant chargé d'un grand filet21, la relation parlante est malaisée à deviner ; elle existe pourtant : le losangé évoque des « barres », c'est à dire un obstacle. La même idée se retrouve en Angleterre, vers la même époque, dans les armes de John Maltravers, seigneur possessionné dans le Dorset. Il porte un écu de sable fretté d'or22, c'est à dire un écu tout noir semblant chargé d'un treillis jaune. Pour voir une relation parlante entre le nom patronymique et l'idée exprimée par la figure, il faut à la fois comprendre que cette sorte de treillis évoque lui aussi une barrière et que le nom « Maltravers » fait allusion à quelque-chose qu'il est difficile de traverser.

  • 23 M. PASTOUREAU, Traité d'héraldique, p. 298-299.
  • 24 Voir d'autres exemples cités par E. BABELON, Description historique et chronologique des monnaies (...)

27De telles combinaisons entre le nom et la figure existent dès l'apparition des premières armoiries. En fait, il semble bien qu'au XIIe siècle, la jeune héraldique ait hérité des sceaux et des monnaies cet usage des emblèmes parlants. Avant même d'adopter des armoiries, quelques-uns des grands lignages cités plus haut faisaient déjà représenter des figures parlantes dans le champ de leurs sceaux ou dans celui des monnaies qu'ils faisaient frapper. Au tournant des XIe-XIIe siècles, c'est déjà le cas des comtes de Bar, des comtes de Minzenberg, des comtes de Boulogne. Les trois « boules » de ces derniers se voient même sur la broderie de Bayeux, à l'horizon des années 1080, soit plus d'un demi-siècle avant l'apparition des premières armoiries : dans une scène figurant la bataille d'Hastings, Eustache II comte de Boulogne, allié du duc Guillaume, porte un gonfanon déjà orné de ces trois bollae (bullae), emblèmes parlants du comitatus Boloniensis23. Ce témoignage est évidemment capital pour étudier la genèse des armoiries et la protohistoire de l'héraldique. Toutefois, délaissant cette question et quittant l'époque féodale, on pourrait remonter beaucoup plus haut et constater que l'usage d'emblèmes familiaux parlants a déjà cours dans l'Antiquité romaine : sous la République, par exemple, la gens Porceia a pour emblème un sanglier et la gens Calpurnia, l'image d'un cheval au galop (en grec kalpis)24. Ou bien, sans remonter aussi loin, souligner que dès le haut Moyen Âge, des saints ont reçu pour attribut iconographique une figure formant un jeu de mots avec leur nom : un agneau pour sainte Agnès dès l'époque paléochrétienne, plus tard un coq pour saint Gall, un loup pour saint Loup, un ours pour saint Ursin et sainte Ursule, etc. Au reste, à partir des XIIe-XIIIe siècles, peut-être sous l'influence de l'héraldique, ces attributs parlants donnés aux saints vont en se multipliant : citons pour exemple la scie de saint Simon et de saint Cyr, le chat (felis) de saint Félix, le lion de saint Léon, le taureau de saint Taurin, la peau noire (mama) de saint Maurice, ou même la Sainte Face (vera icona) imprimée sur le linge de sainte Véronique. Ces attributs parlants de saints varient du reste d'une langue à l'autre, tel jeu de mots possible dans l'une ne l'étant pas nécessairement dans l'autre. Eux aussi attendent encore leurs historiens.

28Sur l'ensemble des armoiries médiévales publiées à ce jour, au moins 20 % peuvent être reconnues comme parlantes, à un titre ou à un autre. Mais cette proportion est certainement inférieure à la réalité puisque la relation parlante entre le nom et tel ou tel des éléments composant l'armoirie ne se laisse pas toujours reconnaître. Chronologiquement, il semble que cette proportion devienne plus grande encore à la fin du Moyen Âge lorsque beaucoup de roturiers et de collectivités se dotent d'armoiries. C'est le procédé le plus simple pour se choisir une figure héraldique. Les villes, par exemple, y ont fréquemment recours : une fleur de lis pour Lille (dès la fin du XIIe siècle) et pour Florence, un ours (Bär) pour Berne et pour Berlin, un lion pour Lyon, une roue de moulin pour Mulhouse, trois rats pour Arras, etc. Les exemples en sont très nombreux. Pour les corps de métiers, la figure est en général plus allusive que parlante : un bœuf ou un porc pour les bouchers, un champ de vair pour les pelletiers, des ciseaux pour les tailleurs, mais faire ici une distinction nette entre emblème parlant et emblème allusif n'est pas toujours aisé ni pertinent.

  • 25 Les Visconti, ducs de Milan et comtes de Pavie, ne sont à l'origine que seigneurs d'Anguaria, terr (...)

29Géographiquement les armoiries parlantes se rencontrent partout mais il semble bien que dans les pays germaniques elles soient plus nombreuses que dans tout autre pays ou région. À cela des raisons à la fois linguistiques et culturelles. La langue allemande (et, d'une manière générale, les langues germaniques) semblent mieux se prêter à jouer ainsi sur les mots. En outre, l'anthroponymie germanique sollicite plus directement que l'anthroponymie romane les noms d'animaux, de végétaux, de couleurs ou d'objets ; ou du moins la relation entre le nom et la chose y semble plus claire, plus facile à exprimer et à reconnaître. Enfin, l'usage de figures parlantes paraît avoir eu en Allemagne et dans les pays germaniques meilleure presse que dans le reste de l'Europe. C'est peut-être pourquoi on en a usé et abusé. Aux XIVe et XVe siècles, par exemple, alors que quelques grandes familles françaises, espagnoles ou italiennes cherchent à dissimuler l'origine parlante de leurs armes et inventent des légendes héroïques pour en expliquer la genèse et la signification — le cas des Visconti est le plus fameux25 — les familles comtales allemandes ou autrichiennes n'ont aucunement honte de leurs emblèmes parlants et sont fières de souligner le lien qui unit le nom et la figure. Ce lien, qui parfois nous semble très proche du rébus ou du calembour, n'est aucunement perçu comme dévalorisant : les comtes de Henneberg sont ainsi fiers de montrer leur poule (Henne) perchée sur un mont (Berg) ; les comtes de Thierstein s'amusent à changer l'animal (Tier) présent dans leurs armes : tantôt c'est une biche, tantôt un chien, parfois un loup ou un mouton, mais cet animal instable est toujours posé sur une pierre (Stein) afin que les deux figures associées forment un rébus parlant ; quant aux célèbres Wolkenstein, puissants seigneurs du Tyrol qui ont donné deux poètes, ils mettent partout en scène leur curieux écu tranché-nébulé, c'est à dire divisé obliquement par une ligne en forme de nuages (Wolken). Mieux que toute autre formule, l'armoirie parlante — véritable procédé mnémotechnique — exprime la mémoire et la cohésion du lignage, articulées autour d'un nom pleinement assumé et exprimées par une ou plusieurs figures qui constituent un authentique patrimoine emblématique.

30C'est du reste dans les pays de langue allemande qu'à la même époque bon nombre de saints reçoivent pour attributs ces figures, déjà évoquées, formant des jeux de mots plus ou moins approximatifs avec leur nom. Parfois la relation parlante ne s'établit pas seulement entre le nom du saint et son attribut mais entre son nom et le mal qu'il est censé guérir : saint Gall, par exemple, est invoqué pour guérir la jaunisse (Galle), saint Blaise pour réduire les ampoules (Blasen) et saint Augustin, pour soulager les troubles des yeux (Augen) — maux pour lesquels en France et en Italie on sollicite non pas saint Augustin (le jeu de mots est impossible avec « œil ») mais sainte Claire ou sainte Lucie (jeu avec le mot latin lux).

31De telles pratiques et croyances n'ont rien d'anecdotique. Elles relèvent pleinement de l'histoire culturelle et mettent en valeur l'immense pouvoir des noms, propres ou communs, dans les sociétés médiévales. En héraldique comme partout ailleurs, c'est d'abord par les noms que l'on accède à la vérité des êtres et des choses.

32La place manque pour s'attarder ici sur ces armoiries parlantes. Il s'agit d'un dossier foisonnant qui pose des questions complexes, liées à la formation et à la perception des noms propres, à la symbolique des sons, à l'histoire des corrélations analogiques et aux constantes préoccupations étymologiques de la culture médiévale. Ce dossier mériterait un colloque à part entière, réunissant héraldistes, philologues et historiens, ainsi que des travaux renouvelés à la lumière des acquis récents des études anthroponymiques et des recherches en cours sur les parétymologies. Il mériterait également d'être comparé avec des pratiques semblables existant dans l'Antiquité ou dans des cultures non occidentales. Mais son étude nécessite aussi beaucoup de prudence car sur ces terrains difficiles le danger de l'anachronisme guette l'historien à chaque coin de document. Il lui est, en effet, absolument impossible de projeter tels quels dans le passé des savoirs, des définitions, des classements et des modes de sensibilité qui sont les nôtres aujourd'hui. Ce n'étaient pas ceux d'hier ni d'avant-hier. Les systèmes de valeurs et les formes d'expression autour desquels se construisent et fonctionnent les armoiries parlantes varient dans le temps (et parfois dans l'espace) : l'humour, l'ironie, le jeu de mots, le calembour, l'assonance, l'allitération et même les notions d'analogie et d'étymologie ne sont pas exactement les mêmes au XIIe siècle, au XVe, au XVIIe et de nos jours. L'historien doit constamment s'en souvenir.

33Deux problèmes sur lesquels je souhaiterais attirer l'attention pour terminer cette rapide présentation des relations entre l'armoirie et le nom dans les sociétés médiévales, mettent pertinemment en valeur la richesse des armoiries parlantes et des interrogations qu'elles suscitent.

  • 26 S. de VAJAY, L'héraldique hongroise, Lausanne, 1961, p. 20 ; S. K. KUCZYNSKI, Polskie herby ziemsk (...)
  • 27 J. WOODWARD et G. BURNETT, A Treatise on Heraldry British and Foreign, 2e éd., Londres, 1896, p. 6 (...)
  • 28 Sur l'origine du nom Plantegenêt et sur l'emblème de Geoffroi voir, faute de mieux, C.W. SCOTT-GIL (...)

34Le premier est lié est à la genèse des noms de famille entre le XIe et le XIIIe siècle. Dans plusieurs cas, il apparaît bien que ce n'est pas l'emblème — héraldique ou pré-héraldique — qui s'est construit sur le nom mais qu'au contraire c'est le nom qui résulte de l'usage collectif d'un emblème jouant un rôle plus ou moins « clanique » ou « totémique » (j'emploie évidemment ces mots dans un sens très galvaudé par rapport à l'usage qu'en font les anthropologues). Autrement dit, dans certains pays et dans certaines sociétés, l'emblème familial précède le nom et lui donne naissance. Les exemples en sont nombreux en Hongrie et en Pologne26. Mais ils existent aussi en Italie, en Écosse et en Suède (la grande famille des Oxenstierna, par exemple, a longtemps scellé d'une tête de bœuf avant de recevoir son nom27,) trois pays où l'héraldique est longtemps restée greffée sur la parenté large et non pas construite sur la parenté étroite, comme en France ou en Angleterre. Mais dans ces deux derniers royaumes, ainsi qu'en Allemagne et en Espagne, il est probable que des cas semblables, sans doute moins faciles à discerner, existent aussi. Pensons simplement au cognomen prestigieux des « Plantegenêt », né de l'usage (réel ou fictif, peu importe) d'un emblème en forme de branche de genêt par leur ancêtre éponyme Geoffroi le Bel, comte d'Anjou et duc de Normandie28. Pensons aussi aux emblèmes héraldiques qui aident à distinguer deux branches d'une même famille et qui donnent à chacune son nom complet : ainsi chez les riches Fugger d'Augsbourg, dès le milieu du XVe siècle, « les Fugger au daim » sont distingués des « Fugger au lis » par une formule anthroponymique qui fait appel à la figure héraldique de chacune des deux branches. Pensons enfin à des exemples plus récents comme le nom des Rothschild, tardivement formé à partir de l'enseigne de leur maison de Francfort (zum roten Schild : à l'écu rouge). Des enquêtes approfondies sur ces questions essentielles seraient les bienvenues.

35L'autre problème touche aux systèmes de valeurs médiévaux. On constate en effet que certaines familles ne portent pas d'armoiries parlantes alors que leur nom s'y prêterait facilement. Parfois, cette absence d'armoiries parlantes est liée à l'histoire héraldique primitive de la famille : des armes de fief, liées à la terre et non pas au nom, ont pu perdurer et rendre inutile la création d'une armoirie parlante ; ou bien la famille a simplement repris les armes de son seigneur en en changeant les couleurs (cas fréquent dans l'est de la France et en Flandre). Mais dans d'autres cas, plus nombreux, c'est parce que la figure qui aurait pu constituer un emblème parlant était par trop péjorative qu'elle a été rejetée. Ainsi les familles (ou les individus) dont le nom évoque le chat — comme la puissante famille souabe des Katzenellenbogen — ont préféré prendre pour emblème un autre animal (lion, léopard) ou une autre figure parce que le chat, jusqu'à la fin du Moyen Âge, est une créature diabolique. Même fuite devant le porc (domestique), le renard, le crapaud, le serpent et d'autres animaux prenant place dans le bestiaire du Diable. Mais alors pourquoi l'anthroponymie fait-elle appel à de telles figures (qui peuvent aussi être des végétaux, notamment dans le cas de noms anthropo-toponymiques ; citons pour exemples l'if, l'aulne et le noyer, trois arbres maléfiques pour la culture médiévale) alors que l'héraldique les évite ? Contrairement à l'armoirie, le nom de famille est-il dès l'origine un emblème totalement subi et non pas choisi ? Et ce aussi bien pour les nobles que pour les roturiers ? Pour les personnes physiques que pour les communautés ?

36Autant de questions fondamentales, intéressant aussi bien l'héraldique que l'anthroponymie, auxquelles devraient tenter de répondre des travaux à venir.

Sceau équestre de Jean de Chalon, comte de Bourgogne, seigneur de Salins (vers 1235), d’après une cire originale conservée dans les archives de Saint-Maurice d’Agaune, E. 1., no 23.

La plus ancienne brisure connue : une bande sur les armes des comtes de Guines, sceau de Guillaume frère du comte Arnoul de Guines (1177), gravé dans A. Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines..., Paris, 1631, p. 101.

Empreinte du sceau d’Isabelle de Hainaut (+ 1189), reine de France, d’après la matrice retrouvée dans son tombeau à Saint-Denis, Paris, Arch. nat., Sceaux D 153.

Sceau de Marguerite veuve de Simon de Verneuil (1277), Paris, Arch. nat., Sceaux D 3859.

Sceau de Robert d’Aubrometz, seigneur de Laca, chevalier (Picardie, 1248), Paris, Arch. nat., Sceaux P103.

Sceau de Richard le Bigre, paysan normand (vers 1280), Paris, Arch. nat., Sceaux N 697.

Sceau de Ase fille de Osbert Hondof, paysan normand (1235), Paris, Arch. nat., Sceaux N 637.

Un folio de l'Armorial Bellenville (vers 1380) : armoiries de seigneurs flamands, Paris, BNF, ms. 5230, fol. 37.

Armoiries parlantes imaginaires du poète Walther von der Vogelweide dans le Codex Manesse (début du XlVe siècle), Heidelberg, Universitätsbibliothek, Cod. Pal. Germ. 848, fol. 126.

Notes

1 Pour un bilan récent des travaux concernant le problème de l'origine et de l'apparition des armoiries, on me permettra de renvoyer à mon étude « La naissance des armoiries », dans Cahiers du Léopard d'or, vol. 3,1995, p. 103-122. De même, pour une approche générale des problèmes posés par l'héraldique, on m'autorisera à renvoyer à mon Traité d'héraldique, Paris, nouv. éd., 1993.

2 Tractatus de insignis et armis, I, 4-5. Voir l'excellente édition récemment publiée par O. CAVALLAR, S. DEGENRING et J. KIRSHNER, A Grammar of Signs. Bartolo da Sassoferato's Tract on Insignia and Coats of Arms, Berkeley, 1994, p. 109-121 (ici p. 110).

3 F. HAUPTMANN, Das Wappenrecht. Historische und dogmatische Darstellung der im Wappenwesen geltenden Rechtssätze, Berlin, 1895, passim et pour les relations entre noms et armoiries spécialement p. 54-85. Voir aussi, pour ce qui concerne la France, R. MATHIEU, Le système héraldique français, Paris, 1946, p. 97-166.

4 Sur cette diffusion des armoiries comme signes d'identité et marques de propriété dans toutes les classes et catégories sociales : G.A. SEYLER, Geschichte der Heraldik, Nuremberg, 1890, p. 292-312 et 479-529 ; R MATHIEU, op. cit., p. 25-37 ; M. PASTOUREAU, Traité d'héraldique, p. 47-55.

5 Parmi les principaux manuels et traités de sigillographie, on lira : W. EWALD, Siegelkunde, Munich et Berlin, 1914 (réimpr. Munich, 1975) ; H. JENKINSON, A Guide to Seals in the Public Record Office, Londres, 1968 ; G.C. BASCAPÉ, Sigillografia. Il sigillo nella diplomatica, nel diritto, nella storia, nell'arte, Milan, 1969-1975, 2 vol. ; E. KITTEL, Siegel, Braunschweig, 1970 ; M. PASTOUREAU, Les sceaux, Tumhout et Louvain, 1981 (Typologie des sources du Moyen Âge occidental, fasc. 36).

6 Plusieurs exemples cités par R.C. VAN CAENEGEHM, « La preuve dans l'ancien droit belge des origines à la fin du XVIIIe siècle », dans Recueil de la Société Jean Bodin, vol. 17,1965, p. 375-430.

7 Pour la France, voir la belle étude de J.-L. CHASSEL, « L'usage du sceau au XIIe siècle », dans Cahiers du Léopard d'or, vol. 3,1994, p. 61-102.

8 M. PASTOUREAU, « Les sceaux et la fonction sociale des images », dans Cahiers du Léopard d'or, vol. 5,1996, p. 275-303.

9 Cette pratique, contrairement à ce que Ton croit trop souvent, est loin d'avoir été générale. Elle concerne surtout les grands personnages (empereurs, rois, papes, princes et prélats), plus rarement les simples particuliers. Dans les pays d'Empire, la matrice d'un sceau noble n'est souvent détruite qu'à l'extinction d'une famille ou d'une branche de la famille ; symboliquement, elle disparaît donc en même temps que le nom et les armes de cette famille ou de cette branche. Sur ces questions : W. EWALD, Sigelkunde, Munich et Berlin, 1914, p. 111-116 ; H. BRESSLAU, Handbuch der Urkundenlehre..., 2e éd., tome H, Leipzig, 1931, p. 554-557 ; F. EYGUN, Sigillographie du Poitou jusqu'en 1515, Poitiers, 1938, p. 79-83 ; R. FAWTIER, « Ce qu'il advenait des sceaux de la couronne à la mort du roi de France », dans Comptes rendus de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, 1938, p. 522-530. Voir aussi P.M. BAUMGARTEN, « Das päpstliche Siegelamt bei Tode und nach Neuwahl des Papstes », dans Römische Quartelschrift für christliches Altertum..., tome 21,1907, p. 32-42.

10 C'est ainsi que fut retrouvée dans son tombeau à Notre-Dame de Paris la matrice en argent du sceau d'Isabelle de Hainaut, première femme de Philippe Auguste, morte en 1190, matrice spécialement réalisée pour les funérailles et dont bien évidemment aucune empreinte n'est jamais sortie. L. DOUËT d'ARCQ, Archives de l'Empire... Collection de sceaux, tome I, Paris, 1863, no 153. La matrice de ce sceau se trouve aujourd'hui conservée au British Museum.

11 Voir quelques exemples cités par L. DOUËT d'ARCQ, ibid., p. CVIII-CIX.

12 Cité par T. ILGEN, Sphragistik, Leipzig et Berlin, 1912, p. 2.

13 Sur les brisures : L. BOULY DE LESDAIN, « Les brisures d'après les sceaux », dans Archives héraldiques suisses, t. 10, 1896, p. 73-78, 98-100, 104-116 et 121-128 ; R. GAYRE OF GAYRE, Heraldic Cadency. The Development of Differencing of Coat of Arms, Londres, 1962 ; Académie internationale d'héraldique, Brisures, augmentations et changements d'armoiries. Actes du 5'colloque international d'héraldique (Spolète, 1987), Bruxelles, 1988.

14 Pour ne pas encombrer les notes de cet article, qui se veut une synthèse introductive et non pas un exposé érudit et détaillé de tous les cas rencontrés, c'est à dessein que je ne donne pas toutes les références des exemples proposés sous forme de listes. La plupart sont empruntés aux ouvrages cités ci-dessus à la note 4 ainsi qu'à G.J. BRAULT, Early Blazon. Heraldic Terminology in the twelfth and thirteenth Centuries..., Oxford, 1972 et aux principaux manuels de blason français, anglais et allemands.

15 C.R. HUMPHERY-SMITH, Anglo-Norman Heraldry and Related Studies, Canterbury, 1973, p. 69, no 103.

16 Ces expressions latines ne sont toutefois pas antérieures au XVIIe siècle, tandis que l'expression française « armes parlantes » se rencontre dès le XIVe siècle. Les auteurs anglais utilisent parfois l'expression punning arms au lieu de canting arms.

17 Il n'existe aucune étude scientifique sur la question des armoiries parlantes. Outre les paragraphes consacrés à cette question dans les principaux manuels et traités d'héraldique, on lira : M. PRINET, « Cimiers et supports parlants d'armoiries françaises », dans Archives héraldiques suisses, 1916, p. 12-21 ; W. HALL, Canting and Allusive Arms of England and Wales, Canterbury, 1966 ; J. PRETO, Des armoiries qui parlent. Propos sur la science du blason et la linguistique, Lisbonne, 1986 (cette dernière brochure est quelque peu ésotérisante et contient plusieurs erreurs ; mais elle cite de nombreux exemples espagnols et portugais).

18 C'est l'opinion de tous les auteurs français et anglais du XIXe siècle. Un témoignage prolongé de ce discrédit des armoiries parlantes à l'époque contemporaine est fourni par l'héraldique urbaine : beaucoup de petites villes françaises dont le nom s'associerait facilement avec une figure parlante, refusent d'adopter une telle figure lorsqu'elles se font créer des armes. Elles ont l'impression que cette relation parlante est plus ou moins ridicule et fort peu héraldique. Idées fausses mais idées indélébiles, malheureusement. Cette réticence devant les emblèmes parlants se retrouve semblablement dans le monde des logos, du moins en France.

19 W. MERZ et F. HEGI, Die Wappenrolle von Zürich..., Zurich, 1930, no 10 et 11.

20 En France, l'Armorial Général de 1696, entreprise à but plus fiscal que proprement héraldique, abonde en armoiries parlantes ridicules attribuées d'office à des individus ou à des personnes morales qui avaient négligé ou refusé de faire enregistrer dans cet immense armorial général du royaume leurs véritables armoiries (et de payer la taxe d'enregistrement obligatoire...). Un notaire du Nivernais nommé Pierre Pépin se vit octroyer des armoiries d'argent à trois pépins de raisin de sable ; à Caen, un certain Le Marié, avocat, reçut pour figures héraldiques des cornes de cerf ; tandis qu'à Paris, un sieur Bobeau hérita d'un écu orné d'une main, l'index blessé et entouré d'un pansement ! L'héraldique française du XVIIe siècle n'a jamais eu peur de l'humour ni du calembour. Quelques années plus tôt, un héraldiste avait composé pour le grand-père de Jean Racine, l'illustre Racine, un écu « parlant », chargé un rat et un cygne. Voir R. MATHIEU, op. cit., p. 75-86 ; M. PASTOUREAU, Traité d'héraldique, p. 68-70. Des exemples semblables, qui nous paraissent relever de l’à-peu-près ou du mauvais goût, se rencontrent également dans les armoiries et les sceaux du Moyen Âge : au XIVe siècle, le doyen du chapitre de Saint-Germain d'Auxerre aurait porté dans le champ de son sceau un singe entouré d'étoiles (pour figurer l'air) et serrant ses mains dans son dos (= singe/air/mains/dos/serre). Aucune empreinte de ce sceau étonnant ne nous est malheureusement parvenue. Voir E. GEVAERT, L'héraldique, son esprit, son langage et ses applications, Bruxelles, 1930, p. 68.

21 L. DOUËT d'ARCQ, Archives de l'Empire... Collection de sceaux, tome I, Paris, 1863, no 1298.

22 H.S. LONDON, Aspilogia II. Rolls of Arms Henry III, Londres, 1967, p. 155, no 203.

23 M. PASTOUREAU, Traité d'héraldique, p. 298-299.

24 Voir d'autres exemples cités par E. BABELON, Description historique et chronologique des monnaies de la République romaine, tome I, Paris, 1885, p. XLVI-L, et par M.H. CRAWFORD, Roman Républic Coinage, Cambridge, 1974, p. 725-734.

25 Les Visconti, ducs de Milan et comtes de Pavie, ne sont à l'origine que seigneurs d'Anguaria, terre dont le nom évoque celui du serpent (anguis). Il est probable que leur célèbre figure héraldique en forme de « guivre » (serpent vomissant un enfant) est au départ une figure parlante avec le nom de cette terre. Mais dès le milieu du XIVe siècle est forgée une légende héroïque expliquant que cette guivre a été tuée par le fondateur du lignage, revenu de croisade au moment même où son fils venait d'être enlevé et englouti par ce serpent monstrueux. Il parvint à le vaincre et à lui faire vomir l'enfant. Voir Académie internationale d'héraldique, Le cimier : mythologie, rituel, parenté, des origines au XVIe siècle, Bruxelles, 1990, p. 360, note 22.

26 S. de VAJAY, L'héraldique hongroise, Lausanne, 1961, p. 20 ; S. K. KUCZYNSKI, Polskie herby ziemskie, Varsovie, 1993, p. 39-67.

27 J. WOODWARD et G. BURNETT, A Treatise on Heraldry British and Foreign, 2e éd., Londres, 1896, p. 671-672.

28 Sur l'origine du nom Plantegenêt et sur l'emblème de Geoffroi voir, faute de mieux, C.W. SCOTT-GILES, The Romance of Heraldry, nouv. éd., Londres, 1965, p. 49-50.

Table des illustrations

Légende Sceau équestre de Jean de Chalon, comte de Bourgogne, seigneur de Salins (vers 1235), d’après une cire originale conservée dans les archives de Saint-Maurice d’Agaune, E. 1., no 23.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende La plus ancienne brisure connue : une bande sur les armes des comtes de Guines, sceau de Guillaume frère du comte Arnoul de Guines (1177), gravé dans A. Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines..., Paris, 1631, p. 101.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Légende Empreinte du sceau d’Isabelle de Hainaut (+ 1189), reine de France, d’après la matrice retrouvée dans son tombeau à Saint-Denis, Paris, Arch. nat., Sceaux D 153.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende Sceau de Marguerite veuve de Simon de Verneuil (1277), Paris, Arch. nat., Sceaux D 3859.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Sceau de Robert d’Aubrometz, seigneur de Laca, chevalier (Picardie, 1248), Paris, Arch. nat., Sceaux P103.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 246k
Légende Sceau de Richard le Bigre, paysan normand (vers 1280), Paris, Arch. nat., Sceaux N 697.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Sceau de Ase fille de Osbert Hondof, paysan normand (1235), Paris, Arch. nat., Sceaux N 637.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Un folio de l'Armorial Bellenville (vers 1380) : armoiries de seigneurs flamands, Paris, BNF, ms. 5230, fol. 37.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Armoiries parlantes imaginaires du poète Walther von der Vogelweide dans le Codex Manesse (début du XlVe siècle), Heidelberg, Universitätsbibliothek, Cod. Pal. Germ. 848, fol. 126.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16462/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 753k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search