Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Une culture militaire en Asie Mineure hellénistique ?

John Ma

Texte intégral

I. À fait militaire, culture militaire ?

1Les cités d’Asie Mineure hellénistique ont connu des institutions militaires : on commence à bien les percevoir. Les milices et les fortifications civiques de l’époque hellénistique méritent leur place dans l’histoire militaire de la Grèce ancienne, aux côtés de la guerre à grande envergure des rois. Ces institutions militaires ne sont pas dénuées de sens, car les cités d’Asie Mineure hellénistique ont connu une expérience militaire : turbulentes années des Diadoques à la fin du IVe siècle, invasion galate au début du IIIe, guerres entre les rois à la fin du IIIe, guerres locales du début du IIe siècle, guerre d’Aristonicos en 133-29, guerre de Mithridate, invasion de Labiénus, guerres civiles romaines. À la grande histoire événementielle s’ajoutent les conflits de frontières, le contrôle des espaces et des gens dans le territoire civique, la pression micro-impérialiste des petits sur les plus petits encore. Tout cela aussi est bien connu, et forme un des principes structurants du monde hellénistique, à côté des grands appareils de contrôle et de territorialisation mis en œuvre par les rois.

  • 1 MILLAR (F.), Compte rendu de RAAFLAUB (K.), MOLHO (A.), EMLEN (J), éd., City-states in Classical an (...)
  • 2 « Les rituels funéraires en Asie Mineure et en Syrie à l’époque hellénistique (jusqu’au milieu du I (...)
  • 3 PFUHL (E.) et MÖBIUS (H.), Die ostgriechischen Grabreliefs, Mainz am Rhein, Zabern, 1977-1979 (cité (...)

2Mais les cités d’Asie Mineure hellénistique ont-elles connu une culture militaire, reflétant ces institutions et ces expériences ? Il convient de définir cette notion de culture militaire, en insistant sur la nécessité d’y voir plus que la continuité ou de développment, à l’époque hellénistique, des activités et des cadres militaires qui ont caractérisé la cité archaïque et classique, et en gardant à l’esprit les nuances nécessaires à l’intérieur de ce concept. La condition de soldat citoyen fait-elle partie intégrante de l’identité civique individuelle dans les poleis hellénistiques ? L’identité militaire a-t-elle été mise en valeur ? Les cités, pour être restées, tout au long de leur existence, des organismes fortement capables de violence d’Etat1, ont-elles affiché, ressenti le besoin d’afficher, le fait militaire comme partie constituante de leur identité collective ? Il faudrait examiner les institutions de reproduction du corps citoyen, pris au sens figuré mais aussi au sens concret : A. Chankowski, dans le présent volume, étudie l’éducation et l’éphébie. Il conviendrait aussi d’examiner les espaces publics, dans la pratique des images, des inscriptions et des monuments : décor des édifices publics, dédicaces des cités, des magistrats, des corps d’armée ; ces derniers monuments parlent d’une volonté de laisser sa marque, en tant que membre d’une communauté conçue comme militaire. Il faudrait lire la production littéraire, historiographie, poésie, théâtre, pour étudier la société imaginée de ces cités. Dans cet article, je me propose particulièrement de me pencher sur l’identité affichée sur les monuments funéraires, à travers les images et les épigrammes, dans l’Asie Mineure hellénistique. En cela, je prolongerai certains aperçus développés récemment par Marie-Thérèse Couilloud-Le Dinahet2 ; la tâche est facilitée par le recueil des stèles funéraires de « l’Orient grec », par E. Pfuhl et H. Möbius3.

  • 4 FEYEL (M.), Polybe et l’histoire de la Béotie au IIIe siècle de notre ère, Paris, 1942 ; ROESCH (P. (...)

3La documentation ne permettra pas l’étude en profondeur de discours ou de pratiques sociales, ou une finesse extrême dans la définition et la conceptualisation : on ne peut que rêver de la richesse du matériel dont disposent les spécialistes de la militarisation des sociétés européennes de la fin du XIXe et du début du XXe siècles, dans ce qu’elle pouvait avoir d’omniprésent (notamment au niveau de l’enfance) ou de contesté, ou de tendu dans les rapports entre public et privé. Cependant, quelques exemples peuvent du moins illustrer ce concept de culture militaire – non pas les cas rebattus de Sparte et d’Athènes classiques, mais des cas tirés du monde hellénistique. La Béotie hellénistique a eu une culture militaire. Au IIIe siècle, le territoire est structuré par l’organisation militaire en districts, qui doivent fournir des contingents ; les cités elles-mêmes doivent collaborer pour remplir leurs devoirs militaires. Les conscrits sont aussi des « inscrits », nommés sur de longues listes militaires ; les contingents participent à des concours entre eux, et commémorent leurs victoire par des dédicaces et des inscriptions. Les éphèbes apprennent le maniement des armes, et après 245, les manouvres militaire. Une épigramme d’environ 285, gravée sur la base d’une statue équestre, commémore la fin héroïque d’un commandant de cavalerie d’Akraiphia : un certain Eugnôtos, après avoir « affûté l’Arès béotien » et combattu contre les troupes innombrables du roi (probablement Démétrios Poliorcète), après dix-huit charges, se plongea une épée dans sa mâle poitrine ; son courage fut reconnu par les ennemis, qui rendirent son corps sans le dépouiller, alors qu’il versait encore un sang libre. L’insistance sanguinaire sur les détails du combat caractérise une culture militaire ; à un niveau plus humble, les stèles funéraires de Béotie, avec leurs casques béotiens et leurs boucliers, participent de la même culture (il ne faut pas voir dans telle stèle à casque et à thureoi, en provenance de Tanagra, celle d’un marchand d’armes, comme le faisait Charles Picard)4.

  • 5 VATIN (Cl.), « Polybe, Plutarque et la mort de Machanidas sous les coups de Philopoemen », Actes du (...)
  • 6 Syll.3, 527. Sur les guerriers crétois, notamment les archers, ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 194 (...)
  • 7 MIHAILOV (G.), Inscriptiones Graecae in Bulgaria repertae, vol. 1, 2e éd., Sophia, Academie Bulgare (...)

4L’Achaïe a dû avoir une culture militaire, à présent décelable non pas épi-graphiquement ou archéologiquement, mais dans Polybe : biographie du grand capitaine que fut Philopoimen, avec notamment récit de son fait d’armes contre Machanidas, avec poursuite, virevolte du cheval, grand coup de lance suivi de l’estocade portée avec le talon de l’arme – c’est un récit qui provient d’une culture où l’expertise militaire à tous les niveaux est appréciée. La même appréciation pour l’expertise peut se déceler dans le récit détaillé des exploits des troupes de choc achéennes en Asie Mineure en 190 : Polybe insiste sur le carnage, mais aussi sur la précision manœuvrière et la tenue tactique des cavaliers achéens5. Il n’y a pas lieu de s’étonner de ce que la Crète, à l’histoire événementielle violente et mouvementée, ait eu une culture militaire, comme en témoignent le serment des Drériens ou les épigrammes funéraires des bons combattants, souvent des archers.6 Les cités grecques de la Mer Noire, sans cesse en conflit entre elles ou contre des ennemis non-Grecs, ont connu une culture militaire, qu’on peut constater dans certaines stèles figurées à décor militaire (équipement ou soldats), certaines dédicaces des magistrats, et certaines épigrammes funéraires. Dans l’épigramme d’Aristôn, citoyen de Mésembrie, il est fait mention de ses combats contre les Bessoi, qu’il a tués en grand nombre, du cri de guerre, et des honneurs civiques (τίμια) qui le récompense après sa mort.7

  • 8 Syll.3, 588, 1226 ; voir maintenant ENGELMANN (H.) et DREYER (B.), Inschriften von Metropolis, Bonn (...)

5Ces exemples font plus qu’illustrer le concept de « culture militaire » et en démontrer l’existence en différentes régions du monde hellénistiques ; ils invitent également à la précision et à l’attention aux spécificités locales. L’heure n’est plus (simplement) aux grandes déclarations héroïques, qui nous assurent que « la cité grecque n’est pas morte à Chéronée », etc. Si d’aucuns l’ignorent toujours, tant pis pour eux, et les épigraphistes et spécialistes d’une certaine époque hellénistique ont mieux à faire que de multiplier les signaux de fumées et les grands gestes de bras. Il n’est pas difficile d’offrir un collage de l’expérience militaire des « cités combattantes » : conflit militaire du Bas Méandre, funérailles publiques à Alabanda pour officiers tombés à la guerre, récente publication d’un décret de Métropolis d’Ionie, suivi d’une liste des citoyens morts durant la guerre d’Aristonicos8. Mais l’exercice perd son intérêt, de par son caractère général ; plutôt que de s’appliquer à illustrer, de façon générale, l’existence du fait militaire, il convient d’être attentif aux différences dans la façon de vivre et d’afficher le fait militaire, entre régions, mais également à l’intérieur des régions. Dans les pages qui suivent, je me propose d’effectuer quelques brefs sondages : en Ionie ; à Samos ; autour de Rhodes et Cyzique. Ces sondages permettront de proposer, en conclusion, des vues plus générales sur la distribution d’une culture militaire en Asie Mineure hellénistique.

  • 9 PIMOUGUET (I.), « Défense et territoire : l’exemple milésien », Dialogues d’Histoire Ancienne, 21 ( (...)
  • 10 WEBB (P. A.), Hellenistic architectural sculpture: figural motifs in western Anatolia and the Aegea (...)
  • 11 ROBERT (J.) et ROBERT (L.), Histoire et géographie historique, avec le recueil des inscriptions ant (...)
  • 12 RIGSBY (K.), « Craton’s legacy », EA, 26 (1996), p. 137-9.

6Comment procéder à ces sondages ? Un exemple peut illustrer les problèmes méthodologiques. Prenons Milet, cité dont les institutions militaires sont bien connues au IIIe et au IIe siècles : fortifications urbaines et rurales, service militaire pour les citoyens9. Un survol de l’archéologie et de l’épigraphie donne peu : à part les boucliers sur le bouleutèrion du IIe siècle10, pas de monuments au décor militaire ; pas d’épigrammes parlant de morts au combat ou de glorieuses batailles ; pas de stèles à images militaires. Donc pas de culture militaire, et problème historique méritant réflexion ? L’exemple est caricatural et problématique (bien que je croie que la conclusion n’en soit pas complètement fausse). Il y a problème de source : tout n’est pas connu, fouillé, préservé. Les stèles à décor figuré dont la provenance milésienne est assurée sont au nombre de 9 dans le recueil de Pfuhl et Möbius (ajouter trois cas douteux). Un autre exemple : nous pouvons relever que la cité carienne de Tabai a été, à plusieurs moments de son existence, une cité de cavaliers ; certaines de ses monnaies ont porté Nikè, la déesse de la victoire, tenant une palme ou un trophée, symbole militaire. Mais ces motifs sont assez rares : quelle importance cette composante militaire revêtait-elle ? On ne peut répondre à cette question, faute d’information : on ne connaît pour l’instant rien du décor architectural de la ville ou de ses nécropoles11. Il y a également un problème d’adéquation et d’expression culturelle : pour en revenir aux Milésiens, ces derniers ont pu avoir une culture et une conscience militaires, qu’ils n’auraient pas choisi d’exprimer dans des formes archéologiquement visibles ; inversement, on peut imaginer le cas de populations paisibles raffolant d’images militaires et de récits va-t-en-guerre. Kratôn de Chalcédoine, le célèbre aulète, comptait une aspis et une lance parmi ses biens, ainsi que nous l’apprend son testament, même s’il est difficile d’imaginer que les Artistes Dionysiaques, groupement privilégié, étaient astreints au service militaire à Téos12. Ces armes symbolisaient-elles son statut d’homme libre et sa position d’homme aisé ? Reflétaient-elles un désir d’être « comme » un citoyen, au potentiel militaire ?

  • 13 FABRICIUS (J.), Die hellenistischen Totenmahlreliefs. Grabrepräsentation und Wertvorstellungen in o (...)

7Bien qu’on ne trouve pas à Milet de stèles funéraires à thème militaire, notons qu’il y a un problème d’interprétation iconographique : l’image représente-t-elle nécessairement le défunt, et comment ? (question qu’on peut se poser devant la stèle PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1273, représentant une magnifique scène de combat, mais inscrite au nom de « Nana, fille de Philiskos, femme d’Aristokrates fils de Timothéos, également connus sous le nom de Rhoitas, salut »). Le défunt est-il représenté « en » guerrier, et pourquoi ? Que signifie la présence d’armes ? Récemment, Joanna Fabricius a proposé de voir systématiquement dans les armes qui figurent à l’arrière-plan de certains Totenmahlreliefs des marques d’une héroïsation, comme le canthare, le serpent, l’arbre, le cheval (tête, avant-train, entier), l’autel. L’argument avancé est qu’à l’époque de grandes armées de mercenaires, les citoyens n’auraient plus eu de contact avec le combat.13 Ce propos doit être nuancé : au IIe siècle, quand les Totenmahlreliefs se généralisent, les armées des rois ne sont justement plus les grands acteurs de l’histoire événementielle qu’elles ont été au IIIe siècle, et les cités sont encore très militarisées, précisément à la faveur du recul du contrôle royal, surtout en Asie Mineure occidentale.

  • 14 Voir déjà ROBERT (L.), Etudes Anatoliennes, Paris, Adrien Maisonneuve, 1937, p. 98 note 2.

8Outre que le fondement historique de l’argument de Fabricius est douteux, un autel funéraire, sans provenance précise mais certainement d’Asie Mineure, offre un contre-exemple qu’il faut méditer. Il s’agit de PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 2225, conservé au musée d’Izmir (Konak), où on peut le voir, au bas du jardin lapidaire (fig. 1). Cet autel, est orné d’une paire de serpents sur le devant, de pièces d’armure sur les côtés, cuirasse musclée, casque, bouclier. Certes, le texte dit que cet autel marque un hérôon– mais également que le défunt est mort à la guerre : ἠριον Δίωνος τοῦ Ἀρτεμιδώρου ἐμ παρατάξει ὐπὲρ τῆς πατρίδος τελευτήσαντος, « Hérôon de Dion, fils d’Artémidoros, mort dans une bataille rangée pour la patrie »14. Les serpents signifient indiscutablement l’héroïsation du mort, dont la tombe est un hérôon, surmontée d’une pierre en forme d’autel, sans doute pour des rites funéraires de type héroïque ; mais les armes ne sont pas, ou pas uniquement, des signes de ce statut, puisque l’on doit explicitement les comprendre comme celles d’un homme tombé au combat, pour la patrie. Elles représentent concrètement l’équipement d’un « vrai » soldat-citoyen d’une des cités combattantes de l’Asie Mineure hellénistique – lourde cuirasse, aspis et casque de type attico-béotien, surmonté d’une aigrette ; elles symbolisent aussi, par métonymie, cette activité militaire du citoyen ; finalement, elles présentent l’image d’une absence, celle du mort, celle que l’héroïsation tente de sublimer, par un processus que les serpents, à leur tour, rappellent au spectateur. L’autel funéraire du musée d’Izmir montre qu’activité militaire et héroïsation ne sont pas incompatibles, et qu’il ne faut pas parler exclusivement d’héroïsation. Même s’il ne faut pas voir dans toutes les images où figurent des armes ou des combattants une référence à la mort au combat (c’est la fausse alternative que propose Fabricius, pour soutenir son affirmation que toutes les armes font référence à l’héroïsation), même si l’inscription de l’autel de Dion spécifie bien qu’il est tombé sur le champ de bataille précisément parce que les armes figurent également sur les stèles funéraires d’autres citoyens décédés de mort naturelle, on peut voir dans l’imagerie militaire l’expression d’une activité, voire d’une identité militaires.

II. L’Asie Mineure occidentale : Ionie, Rhodes, Cyzique

  • 15 ZANKER (P.), « The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna: Identity and Self-Image in the Polis », da (...)

9Après ces considérations méthodologiques, il faut néanmoins admettre que le phénomène constaté à Milet semble se confirmer pour la plupart des autres cités d’Asie Mineure, en Ionie et en Carie. Les images de combat, ou simplement de « guerrier » sont rares parmi le répertoire funéraire, ainsi que l’ont relevé Pfuhl et Möbius ; autour de Smyrne, la majorité des stèles funéraires représentent les hommes debout, en himation et en chiton, face au spectateur, dans une pose dont P. Zanker a analysé l’idéologie15. Une impression semblable se dégage du corpus des épigrammes funéraires, ainsi que l’a récemment souligné M.-Th. Couilloud-Le Dinahet ; peu « d’épigrammes sanguinaires », du genre qu’on rencontre en Grèce centrale. La seule épigramme militaire à Priène est celle d’un Messénien, sans doute un mercenaire (I. v. Priene, no 380) ; les autres documents – décrets de garnisaires, décrets pour Sotas ou pour Ménarès – relèvent d’institutions ou d’activités militaires dans le cadre des institutions civiques, mais pas vraiment d’une culture militaire ; les Priéniens, au IIIe et au IIe siècles, malgré leurs institutions militaires, leur fortifications, leur histoire mouvementée (guerres avec Magnésie et Milet, longue dispute territoriale avec Samos, contrôle des Pédieis, invasion galate, sans compter les grandes guerres de l’histoire hellénistique) n’ont pas choisi de mettre fortement en valeur la composante militaire de leur identité individuelle de citoyens.

10Cependant, il y a des exceptions, même dans le cadre de l’Ionie, notamment à Smyrne, pourtant centre des stèles funéraires de type « civique » (homme en himation, couronnes). L’épigramme sur la stèle de Lênaios, à Smyrne (I. Smyrna, no 516 ; PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1488), proclame :

καὶ τὸ πρὶν ἐν πολέμοις τηρῶν πύργον, παροδῖτα
καὶ νῦν τηρήσω, ὠς δύναμαι, νέκυς ὢν.

11« J’ai protégé la tour auparavant, dans les guerres, voyageur, et maintenant aussi, je la protégerai, autant que je peux, tout en étant cadavre ».

12« Dans les guerres » : il s’agit sans doute des guerres de la fin du IIIe et du début du IIe siècles, contre Antiochos III (d’après l’écriture, on datera la stèle dans la première moitié du IIe) ; je ne crois pas que Lènaios fasse allusion à sa tombe en forme de tour (Petzl), mais bien plutôt à la proximité de sa tombe, en dehors de la ville, près de la porte où Lènaios a dû servir comme phrouros lors des « guerres » Un texte, donc, qui place le service militaire au coeur de l’identité du mort, même dans la mort. Cependant, le décor de la stèle ne le représente pas en combattant, mais dans un Totenmahl : le bonhomme, bien nourri, se couronne de la main droite, tenant un skyphos plus que respectable dans la main, devant un luxueux guéridon chargé d’une grappe de raisins, de figues et d’une belle grenade ; au-dessus, son nom est à l’accusatif, dépendant de oJ dh`mo~, « le peuple » (de Smyrne), inscrit dans une couronne, et donc entité qui a couronné Lènaios. Le décor visuel insère le passé militaire dans un ensemble plus vaste : culture civique de la réciprocité évergétique et honorifique, luxe individuel et privé du banquet ; le fait militaire n’est qu’une composante de l’identité de Lènaios. Pourrait-on même voir de l’ironie dans le contraste entre la détermination martiale du texte, et la détente luxueuse de l’image ?

  • 16 PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1430, 1432, 1433, 1440, 1535, 1861. La provenance du no 1535 est a (...)
  • 17 PFUHL (E.), « Das Beiwerk auf den ostgriechischen Grabreliefs », Jahrbuch des deutschen archäologis (...)
  • 18 FABRICIUS, Die hellenistischen Totenmahlreliefs, p. 61.
  • 19 Le nom du défunt, Epithersès, se retrouve à Erythrées (IG II2 2313 col. II, ligne 38 ; Inschriften (...)
  • 20 POUILLOUX (J.), éd., Choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres, 1960, no 4.

13C’est également d’Ionie que provient un certain nombre de Totenmahlrefliefs avec armes. À Smyrne, le schéma associe banqueteur couché, cheval, et serviteur apportant un bouclier miniature et un casque16. Même si le cheval a des connotations héroïsantes, je proposerais de voir dans ces quelques stèles des références concrètes, par exemple l’appartenance à un corps de cavalerie civique, affichée comme composante importante de l’identité du défunt. Dans la presqu’île d’Erythrées, de cette dernière cité et de Téos proviennent des reliefs où le banqueteur est couché devant une tenture, au-dessus de laquelle on peut apercevoir trois cavaliers armés (bouclier, casque) qui défilent. Faut-il y voir, avec E. Pfuhl, une espèce d’armée des morts (das wilde Heer)17 ? Ou sont-ce des « cavaliers symboliques », voire une allusion à trois héros locaux, comme l’écrit Fabricius18 ? Erythrées et Téos étant des villes à institutions militaires (bien qu’une cavalerie civique n’y soit pas attestée), on pourrait voir dans les cavaliers sur les stèles de cette région une référence au service militaire, à une liturgie militaire (précisément l’hippotrophie), ou à un commandement. Une stèle du même genre, et sans doute d’Erythrées19, montre un Totenmahlrelief, orné, au registre supérieur, d’une proue de bateau de guerre, d’armes (cuirasse, bouclier, lance, épée, cuirasse), et de trois petits hoplites (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1900) (fig. 2). Fabricius y voit à nouveau le symbole des hypothétiques « trois héros » de la région ; je préfère voir des allusions précises, à un service sur une flotte de guerre, puis à un commandement exercé ou une période de service actif (στρατεα) remplie trois fois (on peut rapprocher le décompte du nombre des campagnes accomplies par Orthagoras d’Araxa)20. Le relief fonctionnerait comme une collection de symboles précis ; la célèbre stèle de Mènophila nous montre que certaines stèles, en tout cas, proposaient de véritables textes visuels dont le spectateur devait décoder les allusions et les symboles très précis (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 418). Si les observations proposées ci-dessus sont exactes, on peut en conclure que dans certaines cités de l’Ionie (Smyrne, Erythrées, Téos), il existait une minorité qui choisissaient des images à la fois héroïsantes (cheval, arbre, banquet funéraire) et spécifiquement militaires (cavalerie, commandement) pour leur tombes, et donc comme images fortes de leur identité dans le monde et au sein de leur communauté. Dans une culture majoritairement civique, certains choisissent de privilégier leur identité militaire : faut-il parler d’une élite militaire ? d’un groupe de familles à prétentions militaires ? D’où leur viennent ces images, ce discours ? Où les placer dans le paysage social de Smyrne ou d’Erythrées au IIe siècle ? Quelle part, quelle place pour cette identité militaire dans la culture politique de la cité de cette époque ?

  • 21 IG XII 6, 1, 462 (que je préfère dater du IIe ou du Ier siècle, malgré Kl. HALLOF), et 464.
  • 22 ROBERT (L.) « Les Asklepieis de l’Archipel », REG, 46 (1933), p. 423-442; SHIPLEY (G.), A History o (...)

14Si l’imagerie militaire est minoritaire à Smyrne et en Ionie, on la retrouve cependant de manière très présente à Samos. Les armes – bouclier, casque, cnémides, cuirasse, parfois épée – sont omniprésentes dans les nombreux Totenmahlreliefs samiens du IIe siècle, accompagnées du cheval, du serpent, et de l’arbre, dans des scènes de banquent mettant en scène la richesse et le luxe : guéridons ornés, vaisselle d’apparat (fig. 3). J. Fabricius, dans son étude passionnante sur ces reliefs, les interprète à la lumière de l’histoire samienne : l’omniprésence de l’héroïsation reflèterait la pratique locale (remontant aux honneurs pour Lysandre ?), l’inflation des honneurs, la société civile de Samos et ses groupements ; le luxe reflèterait la nostalgie au sein d’une société vivant petitement, sans prospérité, toujours lourdement affectée dans sa mentalité collective, au IIe siècle encore, par la terrible rupture de l’exil entre 365 et 323. On trouve toujours le fond historique qui convient à l’interprétation qu’on se propose. Cependant, l’histoire samienne est tout de même plus compliquée que cela. Samos a longtemps été une base ptolémaïque, et, en tant que telle, lourdement militarisée et exposée aux vicissitudes de la grande histoire ; les Samiens se sont soulevés contre la garnison de Philippe V, combattant avec les troupes ptolémaïques ; la cité aura tôt fait de regagner son indépendance, avec l’aide des Rhodiens, après 197. Aux IIe et Ier siècles, la cité libre de Samos possède une flotte de guerre, comme l’atteste une dédicace d’équipage, dressée après une expédition au secours d’Iasos ; des troupes protègent également l’Héraion21. De surcroît, Samos est une puissance locale, qui exerce des pressions micro-impérialistes dans la région : Ikaria a été annexée, Minôa d’Amorgos colonisée par les Samiens, sans que l’on sache très bien comment cela soit arrivé22. L’important n’est pas de prouver que les Samiens ont nécessairement exercé la violence d’Etat dans leur expansion, ni mené de farouches combats tout au long de leur histoire ; il faut simplement garder présent à l’esprit les moyens militaires, et surtout la faculté d’initiative et de politique étrangère à Samos, Etat libre au IIe siècle. Les armes dans le Totenmahlrelief samien symbolisent, pour chaque citoyen, sous forme visuelle, l’appartenance à une entité politique animée d’une volonté d’autonomie et d’action ; cet aspect militaire fait partie intégrante de l’identité des Samiens, affichée de façon stéréotypée à l’entrée des grands caveaux funéraires, et complétant, par polarité ou par attraction, d’autres éléments, tels que l’héroïsation, le goût du luxe affiché, ou la vie de la cellule familiale.

  • 23 BRESSON (A.), Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), Paris, Les Belles Le (...)

15A première vue, Rhodes offre un autre cas où on peut parler d’une culture militaire. Si on n’y trouve pas de Totenmahlreliefs avec armes, les images militaires sont présentes : sur des reliefs de facture très classique, des jeunes hommes nus et armés, des jeunes hommes en tunique et chlamyde, contemplant le casque qu’ils tiennent à la main (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 286-290) ; au IIe siècle, des figures d’hommes en armure (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 284-285). De la Pérée Rhodienne proviennent trois épigrammes funéraires pour combattants23 : une épigramme de l’époque classique pour Eurykratès, un ὐπέρθυμον πολεμιστήν, guerrier de grand cœur ; un texte hellénistique, sur la tombe, ornée de lions, d’un homme mort à la guerre, Diagoras (et de sa femme, la sage Aristomacha, aux beaux enfants) ; et surtout, une extraordinaire « épigramme sanguinaire », sans doute du IIIe siècle :

ὦ ξένε, θάησαι παριών, ἰδὲ τὸνδε δράκοντα
ἀνδρὸς ἐπὶ κρατεροῦ σάματι ϕαινόμενον
ὅς ποκα ναυσὶ θοαῖς πάτρας ὕπερ ἄλκιμον ἦτορ
[4] δεικνύμενος, πολλοὺς ὢλεσε δυσμενέων ·
πολλὰ δ᾿ ὁ γ᾿ ἐν χέρσωι κατενήρατο ϕοίνια δοῦρα
ἀνδρῶν ἀντιπάλων σάρκας ἐρείδομενος ·
νῦν δὲ, θανὼν γηραιός, ἐϕ᾿ αὑτῶι τόνδε δράκοντα
[8] εἵσατο τοῦδε τάϕου θοῦρον ἔμεν ϕύλακα,
ὃν καὶ ἐπ᾿ ἀσπίδος εἶχεν, ὅτ᾿ Ἄρεος ἔργα ἐπονεῖτο
πολλὰ ἐπὶ δυσμενέσιν πήματα μαιόμενος.
τοὔνομα δ εἴ κ᾿ εθέληις αὐτοῦ καὶ πατρός ἀκοῦσαι
[12] εἰδήσεις ἐτύμιος τὰ κατώτατα γράμματ᾿ ἁναγνούς.
Ἀπολλώ[νι]ος [. . . . . . .]ωνος

16« Étranger, contemple, et en passant vois ce serpent, exposé sur la tombe d’un homme vaillant, qui, sur les vaisseaux rapides, a toujours montré un brave cœur pour la défense de la patrie, et a tué beaucoup d’ennemis ; sur terre aussi, il a beaucoup occis, plantant sa lance rougie dans la chair des adversaires. À présent, mort vieux, il a fait placer sur lui ce serpent, pour être l’impétueux gardien de sa cette tombe, serpent qu’il portait sur son bouclier, lorsqu’il peinait aux travaux d’Arès, cherchant à procurer de nombreux maux aux ennemis. Si tu veux entendre son nom et celui de son père, tu l’apprendras de vrai en lisant les lettres tout en bas. Apollonios, fils de... » (traduction A. Bresson, légèrement modifiée).

  • 24 Par exemple Tituli Camirenses 65-78 ; I. v. Lindos, no 659 (monument funéraire avec frise d’armes)  (...)
  • 25 BRESSON, Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne, no 3.
  • 26 WIEMER (H.-U.), Rhodische Traditionen in der hellenistischen Historiographie, 2001, Frankfurt am Ma (...)

17L’épigramme retravaille un écho de l’Odyssée pour en faire une célébration du close combat ; le serpent sur la tombe ne fait nullement fonction héroïsante, mais rappelle les combats passés. Apollonios, comme l’indique A. Bresson, a servi comme épibate et dans l’armée de terre – de façon répétée, et peut-être bien comme soldat d’élite à plein temps, durant un nombre d’années. Le texte, qui vaut bien les « épigrammes sanguinaires » de Grèce centrale par son caractère violent, ne fait aucune place à d’autres valeurs morales ou familiales, mais est toute entière vouée à célébrer le service militaire, dans les détails du combat, de l’équipement, de l’attitude agressive du bon combattant. Si ce texte est pour l’instant unique dans le corpus rhodien, il démontre au moins la possibilité et l’existence de ce type de discours dans la Rhodes hellénistique. D’autres éléments montrent l’importance du fait militaire à Rhodes. L’épigraphie rhodienne contient beaucoup de dédicaces d’équipages ou de contingents, ou d’officiers après le service en temps de guerre24 : les citoyens se « monumentalisent » lors de moments militaires, ou à la sortie de tels moments dans leurs vies. Les monuments honorifiques privés, où la famille d’un individu parle des qualités mais aussi des activités publiques de ce dernier, prennent soin de détailler le service militaire : par exemple, le curriculum vitae de Teisias, fils de Theudamos, notable de Kédreai, comprend commandement, service naval, commandement naval, magistratures, honneurs civiques et militaires, prêtrise, victoires athlétiques, activités d’agonothète25. Finalement, Rhodes a produit une historiographie à forte coloration militaire, attentive de près aux combats des Rhodiens sur terre et sur mer ; Tite-Live en préserve des fragments, repris de Polybe, qui a dû en dépendre fortement26.

  • 27 Voir géneralement GABRIELSEN (V.) et alii, éd., Hellenistic Rhodes : politics, culture and society,(...)

18Le statut de Rhodes en tant que grande puissance navale, militaire et impérialiste explique ces manifestations de « culture militaire ». Il faudrait cependant apprécier ces manifestations dans le cadre plus général de la culture et de la société rhodiennes, d’une extrême complexité (commerce ; organisation civique ; société civile et vie associative, incorporant beaucoup d’étrangers aux statuts différenciés ; boom des statues familiales) ; il faudrait surtout inscrire la culture militaire des Rhodiens dans le temps, entre les jalons de 323 (et l’expulsion de la garnison macédonienne), le siège de 306, la montée en puissance du IIIe siècle, le contrôle de la Lycie et de la Carie entre 188 et 167, le tournant des années 140-120, la résistance à Mithridate en 8827. Une telle analyse montrerait sans doute que le temps fort de la culture militaire rhodienne s’est situé entre la deuxième moitié du IIIe siècle et 167 ; mais c’est une hypothèse qu’il conviendrait de vérifier dans une étude serrée.

  • 28 MERKELBACH (R.) et STEUBEL (J.), éd, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, 4 vols, Stuttgart, (...)
  • 29 ROBERT (L.), Hellenica, XI-XII, Paris, Adrien Maisonneuve, 1960, p. 275.
  • 30 ROBERT (L.), Monnaies grecques, Genève, Droz, 1967, 15-22 ; ROBERT (J. et L.), « Une inscription gr (...)
  • 31 ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1964, 227, p. 180.

19Un dernier exemple est celui de Cyzique. On y trouve deux épigrammes militaires, dont un long texte pour un homme mort à dix-huit ans, combattant pour la patrie contre la meurtrière phalange des ennemis, et statufié en armes, tenant la pose d’Enyalios (entendons une pose d’hoplite classique, promachos)28 ; on trouve également des dédicaces d’équipage, reflétant l’activité navale de la cité29 ; des stèles funéraires montrant des hommes combattant depuis un navire de guerre (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1275, 1277, 1278). Une stèle du IIe siècle montre un homme en armes, une main sur la hanche et l’autre, sans doute levée (tenant une lance sur laquelle le personnage s’appuie ?) ; à droite, la proue d’un navire, et surtout un personnage féminin, agenouillé, les mains ouvertes et implorantes, tournée vers l’homme (PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 283). Il est impossible d’y voir une servante, du type familier dans l’iconographie funéraire ; il s’agit plutôt une captive, qu’on choisisse d’y voir un symbole, ou une allusion précise à quelque expédition, par exemple sur le Rhyndakos. On doit mettre en rapport cette image avec l’expansionnisme de la cité, qui eut une puissante flotte, un grand territoire, et procéda à l’annexion de cités voisines30. La conscience de cette glorieuse histoire se perçoit dans le résumé d’histoire locale dans Strabon, XII, 8,11. Au Ier siècle, Cyzique célèbre des Hérôa, pour le dirigeant local Asklèpiadès et ses hommes, partis combattre avec César à Alexandrie, dans le contingent conduit par Mithradate, citoyen de Pergame ; la fête commémore non seulement un grand notable, et l’adhésion de la cité au bon parti dans les guerres civiles romaines, mais aussi la capacité de leur cité à être une entité militaire et victorieuse31. On pourrait offrir pour Byzance, Cnide et Cos des analyses semblables à celles proposées ici pour Rhodes et Cyzique.

III. En Anatolie : Kibyra, Pisidie, Mysie

  • 32 STRABON XIII, 4, 17 ; POUILLOUX (J.), éd., Choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres (...)

20Il faudrait prolonger l’enquête, pour examiner d’autres régions, dites belliqueuses, et qui pourraient offrir un contraste avec l’Asie Mineure occidentale. A Kibyra, une stèle funéraire montre un combattant, en armure, appuyé sur une lance, agrippant une épée, à côté d’un grand cheval de guerre, et piétinant un casque, à côté d’une cuirasse vide – dépouilles prises sur l’ennemi (fig. 4). Encore une fois, je ne crois pas qu’il faille voir là d’héroïsation : la référence doit être précise, à des combats et des dépouilles prises à la guerre. Peut-on parler de culture guerrière, pour les féroces Kibyratides, dont Strabon nous dépeint le militarisme, et qu’on peut voir à l’œuvre dans un décret d’Araxa, cité qui eut à en pâtir32 ? La stèle est de très bonne facture : comme en Pisidie, des manifestations de culture grecque de très haute qualité sont mises au service de valeurs locales.

  • 33 MITCHELL (S.), « Hellenismus in Pisidien », dans SCHWERTHEIM (E.), éd., Forschungen in Pisidien, Bo (...)
  • 34 KOSMETATOU (E.) et WAELKENS (M.), « The ‘Macedonian’ shields of Sagalassos », dans WAELKENS (M.) et (...)

21Les cités de Pisidie mériteraient également une attention prolongée ; quelques pistes intéressantes sont offertes par le passage de Polybe (V, 72-76) décrivant la résistance de Selgè, vieille cité guerrière, face au dynaste Achaios, et par les fouilles de Sagalassos, où ont été mises au jour nombre d’ostothèques ornées d’armes (dont le bouclier macédonien), un grand monument funéraire à décor militaire datant de la fin du IVe siècle, et un bouleuterion dont la frise représente une Athéna guerrière, abattant un adversaire33. Les boucliers macédoniens de Sagalassos reflètent peut-être la présence de colons macédoniens (séleucides ?) durant le IIIe siècle, ainsi que l’ont suggéré E. Kosmetatou et M. Waelkens34 ; il faudrait précisément se pencher sur la composante militaire dans la culture des cités royales, fondations séleucides, « colonies militaires » comme celle de Thyatire ou grandes cités comme Stratonicée de Carie, ou même colonies militaires promues au rang de cité comme Tyriaion sous Eumène II. Faute de sources archéologiques ou épigraphiques très étendues, on reste sur sa faim devant ces interrogations.

  • 35 Sur la géographie de cette région, DREW-BEAR (T.), dans TALBERT (R. J. A.), Barrington Atlas of the (...)
  • 36 MALAY (H.), « A new inscription concerning the Laikeni, Hodeni, Mocadeni and Ankyrani », EA, 1 (198 (...)

22Finalement, l’exemple pisidien soulève la question de la transmission et l’adoption d’éléments de culture grecque à contenu militaire, dans l’Anatolie : la « culture militaire » des cités grecques a, elle aussi, été véhiculée dans les courants d’échange et d’adaptation qu’on (ne) peut (pas) appeler du terme problématique « d’hellénisation ». Dans la région des confins entre Lydie et Mysie (Méonie/Lydie « brûlée », Mysiens de l’Abbaïttide)35, on trouve un dossier « militaire » assez étendu. Le document le plus simple est une stèle pour un Mysien, tombé « dans la bataille » (TAM V. 1, 444), provenant du village moderne de Karaoba. Du village proche de Ayazören provient une stèle funéraire pour un Môgétès, fils de Môgétès, stratège, honoré par « le peuple » (de quelle cité ou communauté ?). L’inscription nous apprend que Môgétès a reçu les honneurs civiques de la couronne, la statue de bronze et le portrait peint ; une longue épigramme nous montre Athéna couvrant Môgétès de dons, parmi lesquels la prouesse militaire (TAM, V. 1, no 468). Deux stèles de très belle facture, trouvées près de Yigitler, au sud de Demirci, montrent à la fois des combattants au départ, et des couronnes gravées, représentant les honneurs civiques. Sur l’une des stèles, le combattant est représenté sous deux couronnes (laissées vides), avec un serviteur tenant un grand thuréos, représenté de manière détaillée et réaliste (mince umbo central) ; l’inscription cependant parle d’un couple de défunts, et surtout, dans une épigramme, des qualités de la femme. Sur l’autre stèle, le combattant est représenté avec un cheval ; quatre couronnes, au-dessus du relief, portent le nom de communautés qui ont honoré le défunt – dont le nom, cependant, ne se lit nulle part sur la pierre36. Faut-il voir dans ces documents la trace d’activités militaires au moment de la guerre d’Aristonicos, comme le suggèrent les Robert (Bulletin Epigraphique 1984, 384) ? Si cette hypothèse était correcte, ce conflit aurait crystallisé sous forme visuelle une culture locale, à composante militaire, exprimée à travers des formes calquées sur celles des cités grecques de l’Asie Mineure occidentale.

23On pourrait poursuivre une réflexion analogue sur la stèle pour Ménas, (I. Kios, no 98), pour un Bithynien mort à la guerre, peut-être à Magnésie en 190. La stèle porte une image de bataille très mouvementée, et deux épigrammes militaires, avec force détails.

εἰ καὶ μεῦ δόλιχος περιαίνυται ὀστέα τύμβος
ξεῖνε, τὸ δυσμενέων γ᾿ οὐχ ὑπέτρεσσα βάρος
πεζόμαχος δ᾿ ἱππεῖας ἐνὶ προμάχοισιν ἔμεινα
[4] ὁππότε περ Κούρου μαρνάμεθ᾿ ἐμ πεδίωι
[Θ]ρήικα δὲ προπάροιθε βαλὼν ἐνὶ τεύχεσιν ἄνδρα
[κ]αὶ Μυσὸν, μεγάλας κάτθανον ἀμϕ᾿ ἀρετᾶς ·
τῶι τις ἐπαινήσειε θοὸν Βιοήριος υἷα
[8] Βιθυνὸν Μηνᾶν, ἔξοχον ἡγεμόνα ἄλλο

[Δ]άκρυα μὲν δειλοῖς τις ἰὼν ἐπὶ τύμβια χεύοι
[ν]ώνυμον ἐγ νούσων δεξάμενοις θάνατον ·
[12] αὐτὰρ ἐμὲ Φρυγίοιο παρά ῥοόν, ἀμϕὶ τε πάτρης
ἁμϕὶ τε κυδαλίμων μαρνάμενον τοκέων
εὐκλέα δέξατο γαῖα μετὰ προμάχοισι δαμέντα
δυσμενέων πολλοὺς πρόσθε δαϊξάμενον ·
[16] Βιθυνὸν τῶι τις Βιοήριος υἱέα Μηνᾶν
αἱνησαι με, ἀρετᾶ ϕέγγος ἁμειψάμενον

24« Quand bien même un tertre allongé couvre mes os, étranger, je n’ai pas tremblé devant la masse des ennemis. Fantassin, j’ai soutenu le choc des cavaliers, parmi les combattants du premier rang. lorsque nous avons combattu à Kouroupédion. Ayant d’abord atteint un Thrace en armes, et un Mysien, je suis mort, combattant pour une grande gloire ; pour cette raison, qu’on loue le vaillant fils de Bioeris, Ménas, le Bithynien, chef exceptionnel.

25Autre poème :

26Qu’on verse des larmes pour les lâches qui ont reçu une mort anonyme de la maladie, lorsque l’on visite leurs tombeaux ; mais moi, combattant près du flot du Phrygios, pour la patrie, pour mes glorieux parents, la terre m’a reçu comme un défunt glorieux, dompté par la mort parmi les combattants du premier rang, ayant d’abord abattu de nombreux ennemis. Pour cette raison, qu’on me loue, moi, le Bithynien, Ménas, fils de Bioeris, qui ai échangé la lumière du jour contre la vaillance ».

27J’ai peine à comprendre exactement en quelle qualité ce Bithynien a pu participer à l’une ou l’autre des batailles en question – mercenaire, membre d’un contingent allié ? Les deux épigrammes ne cherchent pas la précision du renseignement historique, mais l’émotion et la célébration de la gloire du combattant. Deux épigrammes, plutôt redondantes ; la deuxième parle de combat pour la patrie et les parents, vieux thème du répertoire militaire, remontant à Homère – mais peu approprié pour ce Bithynien, dont les exploits eurent lieu, quelle qu’en soit la date, dans la Lydie occidentale, mais dont la stèle fut trouvée sur les bords du lac de Nicée. A-t-on affaire à une appropriation mécanique d’un thème poétique, dans cette épigramme ? Quelle est la source du thème de la défense de la patrie, repris en Bithynie ? Et, question plus importante, quelle est sa fonction sociale ?

IV. Quelques propositions en guise de conclusion

28Les exemples dans les pages précédentes ont valeur de sondage, et souvent les sources font défaut. Pour récapituler, je me propose néanmoins d’esquisser trois propositions.

29Premièrement, les cités d’Ionie semblent ne pas avoir connu une culture militaire comparable à la Grèce centrale, même si elles ont eu des institutions militaires développées ; il est vrai qu’il existe certains éléments militaires, par exemple des stèles à thème militaire, dans certains cités ioniennes. Par contre, on trouve une culture militaire, ou des éléments très visibles de culture militaire, au sein de la culture civique, à Rhodes et à Cyzique, également (bien que je n’ai pas examiné ces cas) Cos, Cnide, Byzance. On trouverait sans doute une culture militaire développée en Pisidie et en Cibyratide : les indices sont éloquents, à Sagalassos.

  • 37 RAINBIRD (P.), « Representing nation, dividing community: the Broken Hill War Memorial, New South W (...)

30Deuxièmement, il est difficile de savoir quelle place et quel rôle attribuer à la culture militaire. L’histoire contemporaine illustre bien que les discours sociaux peuvent être d’une grande complexité. À Broken Hill, ville minière en Australie, un grand monument aux morts de la Première Guerre Mondiale, et son inscription, constituent en fait un texte social articulé par la classe dirigeante des patrons et de la chambre de commerce, reprenant la nouvelle mythologie nationale du « Digger » (version australienne du « poilu » français), afin de confronter, contrôler, mater les ouvriers, de tradition syndicaliste et pacifiste. Les classes ouvrières ne s’y sont pas trompées, comme en témoignent les réactions narquoises dans les journaux de gauche, et la constitution d’un contre-monument, la tombe d’un politicien socialiste et pacifiste, mort héroïquement alors qu’il tentait de convaincre un « forcené » de poser son revolver37. Le danger est toujours de reconstituer les cités hellénistiques comme monolithiques ; les éléments de culture militaire ont pu jouer des rôles stratégiques dans le champ du pouvoir dans les cités, par exemple dans l’occultation de conflits sociaux, la construction des élites, ou le conflit et la compétition entre élites. Il convient également de replacer les éléments de culture militaire dans une évolution chronologique, et notamment de garder présent leur forte concentration dans le IIe siècle a. C.

31Troisièmement, il est frappant de constater que la culture militaire, bien qu’articulée à travers un discours de défense de la patrie (mort pour la patrie, combats héroïques), est parfois associée à des poleis douées de volonté d’expansion : Rhodes, Samos, Cyzique (mais curieusement, cette imagerie est absente de Milet, pourtant elle aussi cité expansionniste au IIe siècle). La stèle de Cyzique, montrant une figure mâle dominatrice, au-dessus d’une prisonnière agenouillée et implorante, montre de manière muette, mais frappante, ce que le langage des épigrammes et des décrets ne sait pas dire. J’y vois la confirmation de l’association entre nature militaire de la cité-État, y compris à l’époque hellénistique, et la volonté de puissance.

Bibliographie

Bibliographie :

BRESSON (A.), éd., Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), Paris, Les Belles Lettres, 1991.

BRESSON (A.) et DESCAT (R.), éd., Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle a. C., Bordeaux, Ausonius, 2001.

BREUER (Chr.) Reliefs und Epigramme. Zeugnisse bürgelichen Selbstverstuandisses vom 4. bis 2. Jahrhundert v. Chr., Cologne, 1995.

COUILLOUD-LE DINAHET (M.-Th.), « Les rituels funéraires en Asie Mineure et en Syrie à l’époque hellénistique (jusqu’au milieu du Ier siècle av. J.- C. ». dans PROST (F.), éd., L’Orient méditerranéen de la mort d’A-lexandre aux campagnes de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 65-97.

FABRICIUS (J.), Die hellenistischen Totenmahlreliefs. Grabrepräsentation und Wertvorstellungen in ostgriechischen Städten, Munich, Friedriech Pfeil, 1999.

FEYEL (M.), Polybe et l’histoire de la Béotie au IIIe siècle de notre ère, Paris, de Boccard, 1942.

FRASER (P. M.) et RÖNNE (T.), Boeotian and West Greek tombstones, Lund, C. W. K. Gleerup, 1957.

GABRIELSEN (V.) et alii, éd., Hellenistic Rhodes: politics, culture and society, Aarhus, Aarhus University Press, 1999.

KOSMETATOU (E.) et WAELKENS (M.), « The ‘Macedonian’ shields of Sagalassos », dans WAELKENS (M.) et POBLOME (J.), Sagalassos IV : report on the survey and excavation camapign of 1994 and 1995, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 1997, 277-291.

MERKELBACH (R.) et STEUBEL (J.), éd, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, 4 vols, Stuttgart, Teuber, 1998.

MILLAR (F.), Classical Review, 43 (1993), p. 123-124, compte rendu de RAAFLAUB (K.), MOLHO (A.), EMLEN (J), dir., City-states in Classical antiquty and Mediaeval Italy, Stuttgart et Ann Arbor, 1991

MITCHELL (S.), « Hellenismus in Pisidien », dans SCHWERTHEIM (E.), dir., Forschungen in Pisidien, Bonn, Habelt, 1992, 1-27.

MALAY (H.), « A new inscription concerning the Laikeni, Hodeni, Mocadeni and Ankyrani », Epigraphica Anatolica 1 (1983), 25-28.

PETZL (G.), « Steinepigramme aus dem Museum Manisa », Epigraphica Anatolica 18 (1991), 83-90, ici no. 1, pp. 83-4.

PFUHL (E.), « Das Beiwerk auf den ostgriechischen Grabreliefs », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts 20 (1905), p. 47-96 et p. 123-154.

PFUHL (E.) et MÖBIUS (H.), Die ostgriechischen Grabreliefs, Mainz am Rhein, Zabern, 1977-1979.

PIMOUGUET (I.), « Défense et territoire : l’exemple milésien », Dialogues d’Histoire Ancienne, 21 (1995), 89-109

RAINBIRD (P.), « Representing nation, dividing community: the Broken Hill War Memorial, New South Wales, Australia », World archaeology 35.1, June 2003: The social commemoration of warfare, 22-34.

RIGSBY (K.), « Craton’s legacy », Epigraphica Anatolica, 26 (1996), p. 137-139.

ROBERT (L.) « Les Asklepieis de l’Archipel », REG, 46 (1933), p. 423-442.

ROBERT, L., Etudes Anatoliennes, Paris, Adrien Maisonneuve, 1937.

ROBERT (J. et L.), Histoire et géographie historique, avec le recueil des inscriptions antiques. Tome II. Le plateau de Tabai et ses environs. Paris ; A. Maisonneuve, 1954.

ROBERT (L.), Hellenica XI-XII, Paris, Adrien Maisonneuve, 1960.

ROBERT (L.), Monnaies grecques, Genève, Droz, 1967, p. 15-22.

ROBERT (J. et L.), « Une inscirption grecque de Téos en Ionie. L’union de Téos et de Kyrbissos », Journal des Savants (1976), p. 152-235 (OMS 7, 297-379).

ROESCH (P.), Thespies et la confédération béotienne, Paris, de Boccard, 1965.

ROESCH (P.), Etudes béotiennes, Paris, de Boccard, 1982.

SHIPLEY (G.), A history of Samos, 800-188 BC, Oxford, Clarendon Press, 1987.

VATIN (Cl.), « Polybe, Plutarque et la mort de Machanidas sous les coups de Philopoemen », Actes du IXe congrès international de l’Association Guillaume Budé 1973, Paris, Les Belles Lettres, 1975.

WEBB (P. A.), Hellenistic architectural sculpture: figural motifs in western Anatolia and the Aegean Islands, Madison, University of Wisonsin Press, 1996.

WIEMER (H.-U.), Rhodische Traditionen in der hellenistischen Historiographie, 2001, Frankfurt am Main, Marthe Clauss, 2001.

ZANKER, P., « The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna: Identity and Self-Image in the Polis », dans BULLOCH (A. W.), GRUEN (E.S), LONG (A.A) et STEWART (A.), éd., Images and Ideologies: Self-Definition in the Hellenistic World, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 212-30.

Fig. 1 – Hérôon de Dion. Provenance inconnue. Musée archéologique d’Izmir. Cliché de l’auteur.

Fig. 2 – Stèle à banquet funéraire, probablement d’Erythrées. Dresde (précédemment Ecole Evangélique de Smyrne). Jahrbuch des Deutschen Archäologischen Instituts, 20 (1905), p. 134.

Fig. 3 – Plaque à banquet funéraire, Samos. MDAI (A), 25 (1900), p. 182-183.

Fig. 4 – Stèle funéraire de Cibyra. Dans PETERSEN (E.) et VON LUSCHAN (F.), Reisen im südwestlichen Kleinasien, Vienne, C. Gerold, 1889, p. 190.

Notes

1 MILLAR (F.), Compte rendu de RAAFLAUB (K.), MOLHO (A.), EMLEN (J), éd., City-states in Classical antiquty and Mediaeval Italy, Stuttgart et Ann Arbor, 1991, dans Classical Review 43 (1993), p. 123-124.

2 « Les rituels funéraires en Asie Mineure et en Syrie à l’époque hellénistique (jusqu’au milieu du Ier siècle av. J.- C. », dans PROST (F.), éd., L’Orient méditerranéen de la mort d’Alexandre aux campagne de Pompée. Cités et royaumes à l’époque hellénistique, Rennes, UR, 2003, p. 65-97.

3 PFUHL (E.) et MÖBIUS (H.), Die ostgriechischen Grabreliefs, Mainz am Rhein, Zabern, 1977-1979 (cité ci-dessous PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs).

4 FEYEL (M.), Polybe et l’histoire de la Béotie au IIIe siècle de notre ère, Paris, 1942 ; ROESCH (P.), Thespies et la confédération béotienne, Paris, 1965 ; ROESCH (P.), Études béotiennes, Paris, 1982 ; SEG 3, 354, pour un exemple de dédicace agonistique par un contingent de Béotie. Pour l’épigramme d’Eugnôtos, MORETTI (L.), Iscrizioni storiche ellenistiche, Florence, 1967, vol. 1, no 69 (je prépare une réédition de ce texte après examen des diverses pierres constituant la base de la statue équestre). Dans le même volume, voir les textes no 68, 71, 84 pour d’autres épigrammes guerrières pour des Béotiens, et no 81, 85, 88, 89, pour des textes semblables en provenance d’Étolie et d’Acarnanie ; également ROBERT (J. et L.), Bull. épigr. 1946-1947, 133, sur les épigrammes de Damagetos. Sur les stèles de Béotie, FRASER (P. M.) et RÖNNE (T.), Boeotian and West Greek tombstones, Lund, 1957, p. 66-70 ; idem, Opuscula Athenensia, 10 (1971), p. 78, contre Ch. Picard (ce dernier dans Revue Archéologique (1960), p. 223).

5 VATIN (Cl.), « Polybe, Plutarque et la mort de Machanidas sous les coups de Philopoemen », Actes du IXe congrès international de l’Association Guillaume Budé 1973, Paris, Les Belles Lettres, 1975, p. 211-217, à propos de POLYBE, XI, 18 (merci à A. Jacquemin de cette référence). Asie Mineure en 190 : TITE-LIVE, XXXVII, 20-21.

6 Syll.3, 527. Sur les guerriers crétois, notamment les archers, ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1949, 138 et 1951, 175 ; IC IV, 243 (dédicace par le Crétois Pyrhoos d’un carquoiscuirasse de son invention, après des combats victorieux),

7 MIHAILOV (G.), Inscriptiones Graecae in Bulgaria repertae, vol. 1, 2e éd., Sophia, Academie Bulgare des Lettres, 1970, no 344 ; voir aussi no 388, 395 bis.

8 Syll.3, 588, 1226 ; voir maintenant ENGELMANN (H.) et DREYER (B.), Inschriften von Metropolis, Bonn, 2003.

9 PIMOUGUET (I.), « Défense et territoire : l’exemple milésien », Dialogues d’Histoire Ancienne, 21 (1995), 89-109

10 WEBB (P. A.), Hellenistic architectural sculpture: figural motifs in western Anatolia and the Aegean Islands, Madison, University of Wisonsin Press, 1996, p. 102.

11 ROBERT (J.) et ROBERT (L.), Histoire et géographie historique, avec le recueil des inscriptions antiques. Tome II. Le plateau de Tabai et ses environs, Paris, A. Maisonneuve, 1954, texte no 6, avec discussion de la cavaleries de Tabai, et p. 124-5 pour monnayage avec Victoire et trophée.

12 RIGSBY (K.), « Craton’s legacy », EA, 26 (1996), p. 137-9.

13 FABRICIUS (J.), Die hellenistischen Totenmahlreliefs. Grabrepräsentation und Wertvorstellungen in ostgriechischen Städten, Munich, Friedriech Pfeil, 1999, p. 61-63. Noter cependant que BREUER (Chr.), Reliefs und Epigramme. Zeugnisse bürgelichen Selbstverstuandisses vom 4. bis 2. Jahrhundert v. Chr., Cologne, Böhlau, 1995, p. 53-55, citée par Fabricius, parle bien de la continuité et même du développement des valeurs militaires dans les épigrammes hellénistiques, conjointement à d’autres valeurs civiques.

14 Voir déjà ROBERT (L.), Etudes Anatoliennes, Paris, Adrien Maisonneuve, 1937, p. 98 note 2.

15 ZANKER (P.), « The Hellenistic Grave Stelai from Smyrna: Identity and Self-Image in the Polis », dans BULLOCH (A. W.), GRUEN (E.S), LONG (A.A). et STEWART (A.), éd., Images and Ideologies: Self-Definition in the Hellenistic World, Berkeley, University of California Press, 1993, p. 212-230.

16 PFUHL et MÖBIUS, Grabreliefs, no 1430, 1432, 1433, 1440, 1535, 1861. La provenance du no 1535 est assurée, juste à l’Ouest du Nif Dağ, donc sur le territoire ancien de Smyrne ; les autres stèles avec même motif proviennent probablement aussi de Smyrne. On remarquera l’importance de savoir les provenances des stèles pour comprendre les images dans leur contexte local ; et, comme toujours, le dommage terrible causé par le commerce des antiquités.

17 PFUHL (E.), « Das Beiwerk auf den ostgriechischen Grabreliefs », Jahrbuch des deutschen archäologischen Instituts, 20 (1905), p. 47-96 et p. 123-154 ; citation aux pages 151-152. L’argument de Pfuhl est que les cavaliers ne pouvaient pas participer au cortège funéraire ; cependant, on voit un corps de cavaliers, peut-être civique, honorer un mort, sur une inscription en provenance de Gördes : TAM, V.1, no 700.

18 FABRICIUS, Die hellenistischen Totenmahlreliefs, p. 61.

19 Le nom du défunt, Epithersès, se retrouve à Erythrées (IG II2 2313 col. II, ligne 38 ; Inschriften von Olympia, no 186)

20 POUILLOUX (J.), éd., Choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres, 1960, no 4.

21 IG XII 6, 1, 462 (que je préfère dater du IIe ou du Ier siècle, malgré Kl. HALLOF), et 464.

22 ROBERT (L.) « Les Asklepieis de l’Archipel », REG, 46 (1933), p. 423-442; SHIPLEY (G.), A History of Samos, 800-188 BC, Oxford, Clarendon Press, 1987, p. 204-206.

23 BRESSON (A.), Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne (Pérée intégrée), Paris, Les Belles Lettres, 1991, no 173, no 56 et no 95.

24 Par exemple Tituli Camirenses 65-78 ; I. v. Lindos, no 659 (monument funéraire avec frise d’armes) ; SEGRE (M.), Claros Rhodos, 8 (1936), p. 227-44.

25 BRESSON, Recueil des inscriptions de la Pérée rhodienne, no 3.

26 WIEMER (H.-U.), Rhodische Traditionen in der hellenistischen Historiographie, 2001, Frankfurt am Main, Marthe Clauss, 2001. Voir p. ex. POLYBE, XVI, 9 ; TITE-LIVE, XXXIII, 18.

27 Voir géneralement GABRIELSEN (V.) et alii, éd., Hellenistic Rhodes : politics, culture and society, Aarhus, Aarhus University Press, 1999 ; sur le tournant de la deuxième moitié du IIe siècle, BRESSON (A.) et DESCAT (R.), éd., Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle a. C., Bordeaux, Ausonius, 2001. J’espère pouvoir revenir sur le thème du grand « boom » des statues honorifiques familiales à Rhodes.

28 MERKELBACH (R.) et STEUBEL (J.), éd, Steinepigramme aus dem griechischen Osten, 4 vols, Stuttgart, Teuber, 1998, 08/01/38 et 40.

29 ROBERT (L.), Hellenica, XI-XII, Paris, Adrien Maisonneuve, 1960, p. 275.

30 ROBERT (L.), Monnaies grecques, Genève, Droz, 1967, 15-22 ; ROBERT (J. et L.), « Une inscription grecque de Téos en Ionie. L’union de Téos et de Kyrbissos », JS (1976), p. 152-235 [ =OMS, VII, p. 297-379], aux pages 232-235 [p. 376-379].

31 ROBERT (J. et L.), Bull. épigr., 1964, 227, p. 180.

32 STRABON XIII, 4, 17 ; POUILLOUX (J.), éd., Choix d’inscriptions grecques, Paris, Les Belles Lettres, 1960, no 4.

33 MITCHELL (S.), « Hellenismus in Pisidien », dans SCHWERTHEIM (E.), éd., Forschungen in Pisidien, Bonn, Habelt, 1992, p. 1-27, Sagalassos étant étudiée aux pages 11-14.

34 KOSMETATOU (E.) et WAELKENS (M.), « The ‘Macedonian’ shields of Sagalassos », dans WAELKENS (M.) et POBLOME (J.), Sagalassos IV : report on the survey and excavation camapign of 1994 and 1995, Louvain, Presses Universitaires de Louvain, 1997, p. 277-291.

35 Sur la géographie de cette région, DREW-BEAR (T.), dans TALBERT (R. J. A.), Barrington Atlas of the Greekand Roman world, Map-by-map Directory, vol. 2, Princeton, Princeton University Press, 2000, p. 957 ; ROBERT (J. et L.), Bull. épigr. 1984, 384 (à propos d’un décret des Mysiens de l’Abbaïttide, trouvé à Gördes).

36 MALAY (H.), « A new inscription concerning the Laikeni, Hodeni, Mocadeni and Ankyrani », EA, 1 (1983), p. 25-28; PETZL (G.), « Steinepigramme aus dem Museum Manisa », EA, 18 (1991), p. 83-90, ici no 1, p. 83-84

37 RAINBIRD (P.), « Representing nation, dividing community: the Broken Hill War Memorial, New South Wales, Australia », World archaeology, 35.1, June 2003: The social commemoration of warfare, p. 22-34.

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540