Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

L’iconographie de l'« Imposition du nom » dans l’Europe occidentale du Moyen Âge

Aline Debert

Texte intégral

1Seul des quatre Évangiles, celui de Luc (I, 20-25 et 57-66) relate l'incrédulité de Zacharie quand l'archange Gabriel lui annonce la naissance prochaine d'un fils, et le miracle de la parole retrouvée au moment de lui donner un nom. Plus tard, Jacques de Voragine (XIIIe siècle) développe dans la Légende dorée les raisons du châtiment qui frappe Zacharie.

2C'est au moment de la circoncision de Jean-Baptiste, huit jours après sa naissance selon le texte biblique, qu'intervient le miracle dont bénéficie son père, Zacharie. Frappé de mutisme pour avoir douté de la promesse de l'ange qui lui annonçait la naissance prochaine d'un fils, Zacharie retrouve la parole après que, invité à donner un nom à cet enfant, il l'a écrit sur une tablette. Mais la première à nommer Jean, c'est sa mère, ƒlisabeth. En réponse aux voisins et aux proches qui veulent l'appeler Zacharie, du nom de son père, elle proteste et dit : « non, il s'appellera Jean ». La parole précède l'écrit qui redonne la parole.

3Si le thème de l'« Imposition du nom de Jean » n'est pas des plus répandus dans l'iconographie chrétienne, le Moyen Âge néanmoins en offre quatre types de représentations : 1o) La confrontation père/mère ; 2°) L'Imposition du nom au regard du groupe social ; 3°) L'Imposition du nom au moment du « baptême » juif ; 4°) L'Imposition du nom au moment de la Nativité de saint Jean-Baptiste sous deux variantes, en deux scènes accolées ou en une seule scène.

4La scène de l'« Imposition du nom », seule ou liée à une autre, se retrouve aussi bien dans les manuscrits (Bibles, sacramentaires, bréviaires, livres d'heures) que dans les peintures, les vitraux ou les sculptures.

L'« Imposition du nom » : tradition du père, rupture inspirée de la mère

  • 1 Sacramentaire, XIe siècle, Ivrea, Bibliothèque capitulaire, ms. 86, f° 88.
  • 2 Cité par Alexandre MASSERON, Saint Jean-Baptiste dans l'art, Grenoble, Arthaud, 1957.

5Cet épisode n'a été que très exceptionnellement traité par les artistes. Dans une miniature du Sacramentaire d'Ivrea (XIe siècle)1, Élisabeth, debout, tient son enfant tandis que Zacharie, assis, est en train d'inscrire « Joh » sur une tablette. La chapelle Saint-Gabriel dans la cathédrale de Canterbury, possède des fresques (XIIe-XIIIe siècles) où l'on voit Élisabeth portant un phylactère avec l'inscription « Non sed vocabitur Johannes »2.

L'« Imposition du nom » au regard du corps social

  • 3 Commentaires sur les Évangiles, les Actes des apôtres et l’Apocalypse de Pierre de Camerata, 1322, (...)

6Dans les Commentaires sur les Évangiles de Pierre de Camerata (1322)3, l'Évangile de Luc s'orne d'une image où l'on voit à gauche Zacharie, assis, inscrivant « Johannes » sur une tablette et, à droite, un groupe d'hommes et de femmes assis eux-aussi.

  • 4 Légendier angevin, XIVe siècle, Bibliothèque vaticane, Vat. Lat. 8541, f° 17V.

7Au XIVe siècle toujours, le Légendier angevin4 conservé à la Bibliothèque vaticane contient une scène similaire dans le cycle consacré à saint Jean-Baptiste.

8L'« Imposition du nom » a été sculptée par Andrea Pisano en 1336 sur les portes du baptistère de Florence. Tandis que dans la première moitié du XVe siècle, Fra Angelico en a fait le sujet d'une peinture sur toile conservé au Musée Saint-Marc de Florence. Toutes ces représentations ont en commun d'opposer Zacharie, le plus souvent assis à gauche, seul, à un groupe, debout à droite, au milieu duquel se détache Élisabeth tenant le Précurseur.

L'« Imposition du nom » et la circoncision

  • 5 Breviarium ad usum fratrum minorum ou Bréviaire de Blanche de France, 1310-1320, Bibliothèque vati (...)
  • 6 Heures, XVe siècle, Baltimore, Walters Art Gallery, ms. W. 288, f° 41.

9Mais d'autres oeuvres montrent à la fois Zacharie écrivant et la circoncision de Jean-Baptiste. Dans le Bréviaire de Blanche de France5, la miniature qui illustre le Propre des saints, montre le grand prêtre en train de circoncire l'enfant, allongé nu sur l'autel et soutenu par sa mère tandis qu'assis à côté, son père est sur le point d'inscrire son nom sur des tablettes. La même scène remplit un des médaillons marginaux consacrés à la vie de saint Jean-Baptiste et qui encadrent la Visitation dans un Livre d'heures du milieu du XVe siècle6. Mais Élisabeth est remplacée par un jeune homme.

L'« Imposition du nom » et la « Naissance de Jean-Baptiste »

10La scène de l'Imposition du nom peut être associée à celle de la Naissance de Jean-Baptiste, chacune restant cependant bien distincte. C'est le cas des peintures de la chapelle des Paruzzi réalisées par Giotto (fin XIIIe-début XIVe siècle) dans l'église Sainte-Croix de Florence. De même une verrière du XIIIe siècle de la cathédrale de Lyon réunit l'un au-dessus de l'autre deux médaillons : celui du haut a pour sujet l'Imposition du nom et celui du bas la Naissance de saint Jean-Baptiste.

  • 7 Évangiles, XIV e siècle, Bibliothèque vaticane, Vat. Lat. 120, 166V.

11La miniature des Évangiles, du XIVe siècle, de la Bibliothèque vaticane7, est un peu plus complexe. Chacun des deux registres qui la composent se divise en deux scènes séparées par une colonne architecturale. En haut à gauche se trouve un groupe d'Hébreux, à l'extérieur du Temple, situé à droite, où l'archange Gabriel apparaît à Zacharie. En bas à gauche, Zacharie, entouré d'Hébreux, s'apprête à écrire sur des tablettes et tourne le dos à la scène de droite qui représente la Naissance de Jean-Baptiste où se retrouve Zacharie. Le dédoublement du père de Jean-Baptiste met en évidence qu'il s'agit bien de deux scènes différentes : deux lieux, deux moments.

L'« Imposition du nom » incluse dans la « Nativité de saint Jean-Baptiste »

12Vers la fin du Moyen Âge, l'Imposition du nom cesse d'être une scène isolée et s'inscrit presque toujours dans la Nativité de saint Jean-Baptiste. Les deux épisodes qui, dans la Bible, se déroulent à huit jours d'intervalle, sont alors rassemblés dans un même lieu, la chambre de l'accouchée, et dans un même moment.

  • 8 Petites heures du duc de Berry, XIVe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 18014, (...)
  • 9 Heures d'Étienne Chevalier, XVe siècle, Chantilly, Musée Condé.
  • 10 Heures à l'usage de Rome ou Heures de Louis de Laval, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. (...)
  • 11 Bible, 1476-1478, Bibliothèque vaticane, Urb. Lat. 2, f° 224.
  • 12 Bréviaire de Besançon ou de Charles de Neufchâtel, fin XVe siècle, Besançon, Bibliothèque municipa (...)

13Les manuscrits le démontrent assez bien, des Petites heures du duc de Berry8 (fin XIVe siècle) (fig. 1) aux Heures d'ftienne Chevalier9 ou de Louis de Laval10 (fig. 2), de la Bible de Florence11 au Bréviaire de Charles de Neufchâtel12 (fin XVe siècle). La Naissance de saint Jean-Baptiste devient le sujet principal — c'est même la plupart du temps le seul titre que retiennent les iconographes — et Zacharie, écrivant ou s'apprêtant à le faire, est relégué dans un coin à côté du lit quand ce n'est pas dans un arrière-fond comme dans les Heures de Milan-Turin, conservées à Turin (folio 93V).

***

  • 13 Louis RÉAU, Iconographie de l'art chrétien : 2, Iconographie de la Bible : 1, Ancien testament, Pa (...)

14Ce rapide tour d'horizon de l'iconographie de l’« Imposition du nom de Jean » ne saurait être exhaustif. Il permet cependant de dégager une évolution qui tend vers son intégration comme élément de la naissance du Précurseur. Il restera à analyser les raisons d'une telle tendance. Parmi elles il y a certainement la volonté de distinguer sur le plan iconographique la Naissance de la Vierge (plutôt que celle du Christ ainsi que le pense L. Réau13) de celle de saint Jean-Baptiste. En effet Anne et Joachim, les parents de Marie, sont très âgés, comme le sont ceux de Jean-Baptiste. Le miracle de Zacharie devient alors un attribut d'identification. En inscrivant le nom de son fils sur une tablette, Zacharie identifie non seulement l'enfant nouveau-né mais la scène elle-même.

Petites Heures du Duc de Berry, fin XIVe siècle, Paris, BNF, Lat. 18014, f° 207 (cliché Bibliothèque Nationale de France - Paris)

Heures de Louis de Laval, XVe siècle, Paris, BNF, Lat. 920, f° 90 (cliché Bibliothèque Nationale de France - Paris)

Notes

1 Sacramentaire, XIe siècle, Ivrea, Bibliothèque capitulaire, ms. 86, f° 88.

2 Cité par Alexandre MASSERON, Saint Jean-Baptiste dans l'art, Grenoble, Arthaud, 1957.

3 Commentaires sur les Évangiles, les Actes des apôtres et l’Apocalypse de Pierre de Camerata, 1322, Bibliothèque vaticane, Urb. Lat. 11, f° 166V.

4 Légendier angevin, XIVe siècle, Bibliothèque vaticane, Vat. Lat. 8541, f° 17V.

5 Breviarium ad usum fratrum minorum ou Bréviaire de Blanche de France, 1310-1320, Bibliothèque vaticane, Urb. Lat. 603, f° 402.

6 Heures, XVe siècle, Baltimore, Walters Art Gallery, ms. W. 288, f° 41.

7 Évangiles, XIV e siècle, Bibliothèque vaticane, Vat. Lat. 120, 166V.

8 Petites heures du duc de Berry, XIVe siècle, Paris, Bibliothèque nationale de France, Lat. 18014, f° 207.

9 Heures d'Étienne Chevalier, XVe siècle, Chantilly, Musée Condé.

10 Heures à l'usage de Rome ou Heures de Louis de Laval, Paris, Bibliothèque nationale de France, ms. Lat. 920, f° 90.

11 Bible, 1476-1478, Bibliothèque vaticane, Urb. Lat. 2, f° 224.

12 Bréviaire de Besançon ou de Charles de Neufchâtel, fin XVe siècle, Besançon, Bibliothèque municipale, ms. 69, p. 632.

13 Louis RÉAU, Iconographie de l'art chrétien : 2, Iconographie de la Bible : 1, Ancien testament, Paris, Presses universitaires de France, 1956, p. 444-445.

Table des illustrations

Légende Petites Heures du Duc de Berry, fin XIVe siècle, Paris, BNF, Lat. 18014, f° 207 (cliché Bibliothèque Nationale de France - Paris)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16456/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 697k
Légende Heures de Louis de Laval, XVe siècle, Paris, BNF, Lat. 920, f° 90 (cliché Bibliothèque Nationale de France - Paris)
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/16456/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 575k

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search