Version classiqueVersion mobile

Genèse médiévale de l'anthroponymie moderne. Tome IV : Discours sur le nom

 | 
Patrice Beck

La dénomination dans les recueils d'exempla

Marie Anne Polo de Beaulieu

Texte intégral

  • 1 Cl. BREMOND, J. LE GOFF, J.-Cl. SCHMITT, L’Exemplum, Typologie des Sources de l'Occident Médiéval,(...)

1En l'état actuel de notre enquête, il nous semble que l'on ne trouve pas à proprement parler de discours raisonné sur la dénomination dans les recueils d’exempla. En effet, les exempla sont avant tout des anecdotes, comme l'indique la définition devenue canonique de l'exemplum homilétique : « un récit bref donné comme véridique et destiné à être inséré dans un discours (en général un sermon) pour convaincre un auditoire par une leçon salutaire »1. La logique est celle du récit. C'est donc au travers de la mise en scène du héros, de la description de ses qualités et de ses aventures que se dessinent des usages particuliers de la dénomination.

2Cette source particulière semble riche de mille détails ayant trait à la vie quotidienne et, en ce sens, les exempla ont été appelés « bibles de la vie quotidienne ». Mais il se révèle parfois que ces scènes hautes en couleurs ne sont que des topoï recopiés de compilations en florilèges pendant des siècles. Ainsi, on pourra se demander si certaines dénominations sont de véritables noms usuels ou de pieuses inventions. Enfin, les exempla se situent à mi-chemin entre oralité et écriture, entre culture savante et culture folklorique et, surtout, entre discours normatif et acte de la pratique. En effet, nos textes se donnent parfois comme des miroirs de la vie des laïcs tout en poursuivant une stratégie de normalisation des comportements religieux, destinée à assurer dans une société chrétienne le salut de chacun. Ces recueils constituent donc une source précieuse mais à manier avec précaution.

3Notre tâche consistera donc à relever les usages de la dénomination des personnes dans les exempla et de tenter d'en déduire le cadre conceptuel qui assure leur cohérence.

4Notre corpus se compose de trois recueils d'exempla, l'un du début du XIIIe siècle et deux du XIVe siècle, pour lesquels nous disposons de fichiers informatisés. Nous avons donc pu faire une recherche sur trois lemmes et leurs formes fléchies : Nomen, nominare et vocare. Si nomen a permis de retrouver de nombreuses données, le lemme nominare n'avait que peu d'occurrences (8 dans la Scala coeli), tandis que vocor et vocare offraient de nombreuses occurrences plus souvent liées au sens d'appeler (appel) qu'au sens de dénommer. Un tri a donc été nécessaire.

Le recueil dit de Beaupré2

  • 2 Recueil dit de Beaupré, édition en cours par le Groupe de Recherches sur les Exempla Médiévaux (s. (...)

5Ce recueil aurait selon toute vraisemblance été composé à l'abbaye cistercienne de Beaupré (près de Beauvais) dans les années 1200 environ. Il est composé de plusieurs centaines d'exempla répartis dans 79 rubriques hétéroclites et non classées dans l'ordre alphabétique. Le manuscrit est divisé en deux parties distinctes : le recueil d'exempla et une compilation du Liber Miraculorum d'Herbert de Clairvaux. Notre étude ne porte que sur la première partie.

6Les numéros des exempla de ce recueil seront précédés de l'abréviation Beaupré.

L'Alphabetum narrationum3

  • 3 Alphabetum narrationum, éd. Colette RIBAUCOURT, thèse dactyl. EHESS, 1988, à paraître aux éditions (...)

7L'Alphabetum narrationum a été composé presque un siècle plus tard, entre 1297 et 1308, par le dominicain Arnold de Liège. C'est un recueil de 800 exempla répartis dans 555 rubriques rangées dans l'ordre alphabétique de Abbas à Zelotypa. La centaine de manuscrits conservés dans toute l'Europe témoigne de son succès.

8Les numéros des exempla de ce recueil seront précédés de l'abréviation Alphabetum.

La Scala coeli4

  • 4 La Scala coeli de Jean Gobi, éd. M.A. POLO DE BEAULIEU, Éditions du CNRS, coll. Sources d'Histoire (...)

9Ce recueil d'exempla a été composé dans les années 1327-1330 au couvent royal de Saint-Maximin en Provence par son lecteur Jean Gobi junior, dominicain. Il compte environ mille exempla répartis dans 122 rubriques rangées dans l'ordre alphabétique de Abstinentia à Usura. La quarantaine de manuscrits dispersés dans toute l'Europe et les trois éditions incunables attestent de son succès durable.

10Les numéros des exempla de ce recueil seront précédés de l'abréviation Scala.

11Le dépouillement de ces trois recueils fait apparaître sept types d'usages et de discours implicites sur la dénomination. En allant du plus simple au plus complexe, notons la simple identification du héros d'un récit à l’exemplum entièrement fondé sur une allégorie ou sur un jeu sur la dénomination.

12Dans le premier type nous avons regroupé toutes les expressions fondées sur le nom, dans le second toutes les modalités d'identification de personnes, dans le troisième tous les récits dans lesquels le nom préfigure le destin et/ou le caractère du personnage. Le quatrième type réunit les usages allégoriques de la dénomination, le cinquième les textes mettant en relation dénomination et saint patronage, le sixième tous les récits mettant en jeu le Livre de Vie. Nous avons consacré le septième type aux exempla évoquant un véritable culte du nom divin.

1er TYPE : Expressions fondées sur le nom

13Nous trouvons dans les deux premiers recueils une quasi-synonymie entre les termes nomen et officium d'une part, nomen et fama d’autre part.

Quasi-synonymie entre Nomen et Officium

14Beaupré no 1.5 (rubrique De Superbia) : « Contentio inter romanam ecclesiam et arrogantiam Johannis, episcopi Constantinopolitani, universalis patriarche nomen sibi usurpantis,... »

15Beaupré no 2.20B (rubrique De Humilitate) : « Cum beato Anthonio a Pauli habitaculo rervertenti duo discipuli occurrissent dicentes : « Ubi tantum moratus es pater ? » — respondit : « Ve mihi peccatori, quia falsum nomen monachi porto... »

16Beaupré no 4.9 (rubrique De Caritate) : « ... Tunc secum virgo : « Quid agam hodie aut virgo aut martyr ? Altera mihi invidetur corona. Sed hec virginis nomen agnoscitur, ubi virginitatis auctor negatur. Tolerabilius est autem mentem virginem quam carnem habere... »

17Beaupré no 18.3 (rubrique De Confessione) : « Quidam heremita prolapsus in lubricum carnis ait : « Doleo usque ad mortem et nisi scandalum timerem nomenque monachorum vilipendí facerem, peccatum meum publice omnibus confiterer. »

18On retrouve le même phénomène dans l'Alphabetum narrationum.

19Alphabetum no 2 (rubrique Abbas) : « Ex Vitis Patrum. Quidam frater turpiter impugnatus confessus est seni. Qui non eum benigne corripuit, sed deterrens ipsum dixit esse indignum nomine monachi qui tam viliter temptaretur. »

20Alphabetum no 590 (rubrique Obstinatio) : « Beda in Gestis Anglorum. Novi conversum solo nomine, sed moribus perversum, qui cum corriperetur non emendabatur sed pervertebatur, sed quia faber erat optimus, propter necessitatem officii tollerabatur... »

21Notons le jeu de mots sur con-versum et per-versum en relation avec le terme nomen au sens de fonction.

Quasi-synonymie entre Nomen et fama

22Beaupré no 15.6 (rubrique De Virtute orationis) : « ...Verumptamen hoc nominunt virgines universe, quia omnis violencia si sine consensu animi fiat, non pro corruptionis turpitudine pro passionis vulnere deputatur... »

23Beaupré no 24.6 (rubrique De Pugna contra temptamenta) : « ... Et vox ad eum facta est : « Antoni, hic eram sed expectabam videre certamen tuum. Nunc autem quia dimicando viriliter non cessisti, semper auxiliabor tibi et faciam te in omne orbe nominan. »

24Beaupré no 29.1 (rubrique De Diversis generibus martyrum) : « Ecclesiastica ystoria. (...) in omnibus tormentis nisi christianum se esse respondit : « Hoc mihi nomen, hoc genus, hoc patria est... »

25Cette trilogie reprend une définition antique de l'individu, preuve de la prégnance des sources d'origine antique dans la culture des frères compilateurs d'exempla.

26Beaupré no 32.8 (rubrique De Dignitate ordinis cisterciensis) : « ... nunc videlicet ordo Cartusie, nunc Grandemontensium, grande nomen, nunc libera reclusorum vacatio... »

27Beaupré no 37.9 (rubrique De Vana gloria) : « Dixit abbas Zenon : « Numquam maneas in loco nominato, neque sedeas cum homine magnum nomen habente. »

28Le même usage se retrouve dans l'Alphabetum narrationum :

29Alphabetum no 325 (rubrique Familiaritas) : « Ex Miraculis beate Virginis. (...) et mulier sic liberata a macula consciencie et fame coram populo invenit nomen grande, ipsam beata Virgine protegente. »

30Alphabetum no 810 (rubrique Usurarius) : « Usurarii nomen est confusibile. Jacobus de Vitriaco. Predicator quidam volens ostendere ignominiosium usurandi officium, cum in fine sermonis faceret absolutionem, dixit quod omnes ad absolutionem surgerent secundum officia sua prout eos vocaret... »

31Le terme nomen est souvent employé dans diverses formules liturgiques :

Formule liturgique du baptème

32Alphabetum no 97 (rubrique Baptismus) : « Baptismus in forma debita debet celebran. Ex cronicis. Circa annum Domini CCCCCC, cum quidam episcopus arianus quamdam nomini Barbam baptizare volens, diceret : « Baptizo te, Barba, in nomine Patris, per Filium, in Spiritu Sancto. », Filium et Spiritum Sanctum per hoc minorem Patre ostendere volens, subito aqua disparuit et baptizandus ad ecclesiam confugit. »

33Ce baptême hérétique est une illustration des conséquences théologiques majeures des moindres modifications d'une formule liturgique.

34Scala no 116 (rubrique Baptismus) : baptême d'un Juif converti « in nomine Domini ».

35Scala no 930, rubrique Satisfactio, le baptême de Robert le Diable : « ... Que concepit et peperit filium, quem in baptismo vocavit Robertum, ... »

36La Scala coeli propose d'autres formules liturgiques liées au signe de croix et à la conjuration.

Formules liturgiques diverses

37Scala no 586 (rubrique Incamationis virtus) : « Ego signo me in nomine Patris et Filii et Spiritus Sancti », dit Saint Aymon pour se signer en paroles alors que le diable lui tient les mains.

38Scala no 702 (rubrique Miles) : Pour se débarrasser d'un diable devenu son serviteur un chevalier dit : « In nomine crucifixi tibi precipio ut recedas. »

39L’Alphabetum narrationum et la Scala coeli présentent des usages particuliers de la dénomination.

Étymologie du nom

40Alphabetum no 224 (rubrique Crudelitas) : « ...et sic quasi quodam presagio Seneca nomen habuit qui se necans. »

  • 5 La Légende Dorée, traduction J.B. ROZE, éd. Garnier-Flammarion, 1967, t. 2, p. 123.

41Notons que dans la Légende Dorée du dominicain Jacques de Voragine presque toutes les Vies de Saints commencent par une présentation de l'étymologie de leur nom. Ainsi, Timothée viendrait de timorem tenens, tenant peur, ou de timor et Théos, crainte de Dieu5.

Nominare Christum au sens de croire

42Alphabetum no 287 (rubrique Dormido) : « ... Dormientium septem. Ex Gestis eorum. (...) Audiens autem Christum ibi nominare, vidensque civitatem aliter edificatam, nec aliquem per vicos recognoscens, quesivit si illa Ephesus esset... »

Nom et Mémoire

43Alphabetum no 488 (rubrique Memoria) : « Memoriam sui acquirunt aliqui per aliqua facta interdum etiam mala. Valerius. (...) Sic etiam inventus est qui Dyane Ephesie templum incedere vellet ut, opere pulcherrimo consumpto, nomen suum per totum orbem innotesceret. Hoc etiam valet ad nomen et laudem. »

Se connaître de nom

44Scala no 68 (rubrique Amicicia) : « Refert Pater Alphonsus quod duo mercatores erant, unus de Egipto, alter de Baldaco, agnoscentes se nomine tantum. »

Authentifier une lettre par le nom

45Scala no 671 : (rubrique Maria Virgo Dei Genitrix) : histoire de saint Jean Damascène pris par des pirates et vendu à un homme riche. Il apprend si bien à son fils à écrire, que celui-ci sait imiter l'écriture du saint. Jean est racheté par l'empereur de Constantinople et devient puissant à sa cour. Son ancien élève jaloux écrit une lettre de trahison au Soudan de Babylone en imitant l'écriture de son ancien précepteur : « ... Unde scripsit litteram sub nomine dicti Johannis... ».

2e TYPE : identification des héros du récit

Recueil de Beaupré

  • 6 Bernard II le Gros, mort peu avant 1070, d'une famille noble d'Uxelles à 25 km de Cluny. Voir G. J (...)

46Dans la majorité des cas (utilisant le terme nomen), l'identification du héros se fait par une courte incise dans la phrase d'introduction du récit. Ces noms sont généralement simples, mais il convient de noter la présence, dans le recueil de Beaupré, d'une désignation à deux éléments dont le second terme est introduit par cognomento : « Vir quidam prepotens, Bemardus cognomento Grossus » (Beaupré no 55.18), noble de la région de Mâcon attesté dans les années 10706.

47Les quelques autres désignations à deux éléments sont des expressions dont le second terme a été consacré par la tradition parfois depuis l'Antiquité, comme le troisième roi de Rome : Tullius Hostilius (Beaupré 1.3). Le second terme désigne soit une qualité particulière du personnage : Johannes Elemosinarius (Beaupré 59.4), Johannes Chrisostomus (Beaupré 59.4), soit sa position dans une dynastie : Valentinien Junior (Beaupré 22.5), soit sa profession : Petrus Thelonearius (Beaupré 55.25D) ou Petrus Cantor, soit peut être sa provenance comme le magister R. de Thalamo (Beaupré 58.6 et 58.7). Une seule désignation double semble véritablement correspondre à une dénomination figée : Alpaïs Plectrude (Beaupré no 596).

48Nous ne plaçons pas dans cette liste les abbés de Cluny dont le nom (Odon, Odilon, Hugues etc.) est suivi de Cluniacensis, ou les évêques dont le nom est suivi du nom de leur évêché tels que beatus Petrus Tarentinus archiepiscopus, beatus Anselmus Cantuariensis archiepiscopus.

49Voici quelques exemples (non exhaustifs) d'expressions identifiant le héros d'un récit par son nom.

50Beaupré no 2.19 (rubrique De Humilitate) : « Rex Eduuardus habuit multas filias quarum una, Eburga nomine, dum vix adhuc trima esset, sic ab ipso probata est utrum ad Dominum an ad seculum declinatura esset. »

51Beaupré no 8.6 (rubrique Contra ambitionem) : « De ecclesiastica anglorum hystoria. (...) Erat autem non longe a Neapoli quidam abbas, Adrianus nomine, (...) Cumque monachum quemdam de vicino monasterio virginum nomine Andream offerret,... (...) invenit quemdam monachum notum sibi Theodorum nomine, (...) »

52Beaupré no 8.14 (rubrique Contra ambitionem) : « In Tracia rex potentissimus, nomine Dionisus, (...). »

53Beaupré no 9.2 (rubrique De P atienda) : « ... a quadam matrona, nomine Lucina, in viduitate.XXX. annos habente honorifice suscipitur. (...) »

54Beaupré no 9.9 (rubrique De Patiencia) : « De Dyalogi Severi. Quidam presbyter, Brictio nomine, ex discipulis beati Martini,... »

55Beaupré no 22.20 (rubrique De Pudicitia) : « ... De libro qui vocatur Paradysus. Quedam puella, Alexandria nomine, per decem annos intra quoddam sepulchrum sic latuit,... »

56Beaupré no 25.12 (rubrique De Silentio) : « De vita sancti Odonis Cluniacensis. Prater quidam, Godefridus nomine, jussu beati Odonis abbatis cum equorum pastoribus in campum perrexerat... »

57Beaupré no 38.22 (rubrique De Cupiditate) : « ... ait ad episcopum : « Ama et honora frater Troile, fratres Christi, hoc erat ei nomen,... »

58Beaupré no 55.27 (rubrique De Elemosina) : « ... vocat quendam tabellionem secreto, cui rem ex ordine pandens ait : « Vade et in veteribus cartulis scribe testamentum cujusdam nominis Theopenti... »

59Beaupré no 63.19 (rubrique De Corpore Christi) : « Quidam monachus Cluniacensis, Gerardus nomine,... »

60Beaupré no 34.7 (rubrique De Penis animarum), nommer les revenants : « ait : « Tune es ille (proprio nomine eum vocans) qui... ex hoc mundo migrasti ? »

61Beaupré no 37.1 (rubrique De Vana gloria), taire son nom pour protéger la personne : « Jeronimus. « Vidi, nomen taceo, ne satiram putes, nobilissimam mulierum romanorum... »

62Ces quelques textes n'épuisent pas le stock important des noms de personnes cités dans le recueil dit de Beaupré, le plus souvent au fil du texte et sans présentation préalable dans la phrase d'introduction du récit utilisant le terme nomen et ses dérivés. Les noms qui méritent un tel traitement ne se différencient guère des autres. Notons cependant l'importance numérique des mentions de religieux (abbas, presbyter, vir venerabilis vite, diaconus, frater, monachus, soror) et de quelques laïcs de haut rang (rex, matrona, dives, miles etc.).

Alphabetum narrationum

63Il semble inutile de reprendre ici toutes les occurrences des formules d'identification du héros du récit. Nous nous bornerons à citer quelques exemples de formules utilisées par Arnold de Liège.

64Alphabetum no 16 (rubrique Abscondere) : « Heraclides. Quedam puella cui nomen erat Alexandra, urbe relicta, consedebat intra quoddam sepulcrum... »

65Alphabetum no 46 (rubrique Ager) : « Cesarius. In dyocesi Colonensi rusticus quidam, Henricus nomine, cum morti appropinquaret, lapidem grandem ignitum supra se in aere pendere conspexit. »

66Alphabetum no 297 (rubrique Elemosina) : « Gregorius. Quidam, Deusdedit nomine, calciamenta operari solebat, de quo quidam per revelationem vidit quod ei domus edificaretur in celo... »

67Alphabetum no 316 (rubrique Eustachii Placidi) : « ... Tunc imperator ab hostibus pressus, recordatus strenuitatis Eustachii, misit duos milites ad querendum eum ubique. Qui vidit eum in agro transeuntes et querentes si peregrinum nomine Placidum cum uxore et duobus filiis vidisset, respondit se non vidisse. »

68Alphabetum no 364 (rubrique Honor) : « Cesarius. Juvenis quidam de Mosella natus, Henricus nomine, matrem simplicem verbis hujusmodi decepit : « Da, inquit, mihi omnia bona tua ut sic eorum gracia uxorem ducere valeam honestiorem, et ego tibi honestissime providebo. »

69Alphabetum no 393 (rubrique Infirmitas) : « Gregorius in Dyalogo. Quidam Servulus nomine, pauper rebus, meritis dives et quo ilium scire potuimus, usque ad finem vite sue semper paraliticus jacebat... »

70Alphabetum no 485 (rubrique Matrimonium) : « Agellius. Cato filiam habuit nomine Marciam que, mortuo primo viro, cepit apud patrem conqueri cur alii viro non nuberet... »

71Alphabetum no 636 (rubrique Peregrinus) : « Cesarius. In villa Hallebach miles quidam, Gerardus nomine, plurimum erat devotus sancto Thome apostolo. »

72Alphabetum no 801 (rubrique Votum) : « Cesarius. Miles quidam, Ludovicus nomine, infirmatus ad mortem, de licencia uxoris sue, vovit in manu abbatis cujusdam quod ordinem suum cysterciensem intraret. »

Scala coeli

73L'identification des personnes s'opère en général grâce à la formule : « fuit quidam... nomine qui... », mais Jean Gobi inaugure une diversification des formules de présentation. Cinq schémas se dégagent.

741- Quidam + Nom seul + nomine [ ou nomine + nom seuil] :

75Scala no 56 : « Fuit quidam Robertus nomine qui... »

76Scala no 58 : « Fuit in Cicilia quidam Theophilus nomine qui... »

77Scala no 739 : « Fuit quidam Nicolaus nomine qui... »

78Scala no 798 : « Fuit quidam Symeon nomine qui... »

792- Quidam + mention du sexe + nom + nomine, schéma fréquent pour les femmes :

80Scala no 182 : « Refert Vincencius quod in Egypto in finibus Eliopoleos fuit quidam princeps consiliarius Pharaonis, et iste habebat filiam pulcerrimam nomine Assenech, pulcram... »

81Scala no 183 : « Unde legitur in Hystoria Romanorum quod Rome fuit quedam honesta mulier Macidiana nomine mater sancti dementis... »

82Scala no 185 : « Refert Heraclius quod quedam juvencula nomine Alexandrina que... »

83Scala no 633 : « Refert Vincencius quod fuit quedam mulier Eugenia nomine quam... »

843- Quidam + fonction sociale + nom + nomine :

85Les fonctions sont religieuses (abbas, doctor (in theologia), presbyter, sanctus), ou bien politiques (imperator, rex, princeps) ou signes de connaissance supérieure (sapiens, philosophus). On notera la présence d'un seul rusticus et l'absence de femmes dans ce schéma.

86Scala no 140 : « Unde refert Helinandus quod episcopus Belvacensis Philippus nomine... »

87Scala no 189 : « Refert Mercurius quod quidam philosophus fuit nomine Plotinus qui... »

88Scala no 194 : « Legitur in Vitas Patrum quod quidam abbas nomine Pambo qui... »

89Scala no 263 : « Unde refert Cesarius quod quidam rusticus Euticus nomine qui... »

904- Schéma plus complexe associant plusieurs dénominations :

91Scala no 385, deux noms, saint Quiriace appelé aussi Judas : « Legitur in Passione beati Quiriaci qui alio nomine Judas fuit vocatus qui... »

92Scala no 712, un nom et un surnom, Maria Egyptiaca : « Referí sanctus Ozynias quod fuit quedam mulier in Egypto Maria Egyptiaca nomine que... »

93Scala no 254 : « liefert Cesarius quod quidam doctor mirabilis fuit Parisius de ordine fratrum predicatorum cujus nomen est sanctus Thomas de Aquino... »

94Il s'agit en réalité de la « récupération » d'un maître Thomas anonyme cité par Césaire de Heisterbach (en 1220) devenu le saint Thomas d'Aquin des Dominicains dans ce recueil composé après sa canonisation (proclamée le 18 juillet 1323).

955- Des variations dans le vocabulaire de la dénomination :

96Scala no 62 (rubrique Amicicia) : « Fuerunt duo amici fidelissimi, quorum unus vocabatur Damianus, alter Physiacus. »

97Scala no 190 (rubrique Clericus) : « Refert Valerius quod Athenis fuerunt septem sapientes. Primus vocabatur Solonius,... Secundus sapiens vocabatur Yaspenus,... »

98Scala no 520 (3) (rubrique Femina) : « Unus rex fuit in terra mea qui vocabatur rex Grossus... »

99Scala no 520 (4) : « rex in Jherusalem Herodes nomine... »

100Notons la fréquence très haute de la mention précise de la source dans ces introductions comportant un nom de personne, alors que les exempla de la Scala coeli sont souvent introduits par de simples Unde, Item ad idem, ou Legitur quod...

3e TYPE : Le nom préfigure le destin et/ou le caractère du héros

Recueil de Beaupré

101Nous n'avons pas repéré d'occurrences de ce type dans le recueil de Beaupré.

Alphabetum narrationum

102Alphabetum no 170 (rubrique Concupiscentia carnis) : « Ex Historia Barlaam. Rex quidam, cum filium vix habuisset, dixerunt peritissimi medici quod, si infra.X. annos solem vel lunam videret, lumine oculorum privaretur. Rex igitur in quadam spelunca ipsum usque ad. X. annos manere fecit. Quibus finitis, rex jussit ut omnium rerum genera ante eum adducerentur, ut omnium nomina et notitiam posset habere. Adductus igitur ante eum auro, argento et omnium rerum generibus cum de omnium nominibus interrogaret, ministri singulorum ei nomina indicabant. Cum autem nomen mulierum anxie quereret, quidam ludendo dixit : « Demones sunt que homines seducunt. » Rege autem interrogante filium quid de omnibus que viderat plus amaret, « Quid, inquit, nisi, pater demones qui homines seducunt, in nullo enim sicut in his exarsit anima mea. »

103Ce texte est repris dans la Scala coeli dans la rubrique Aspectus (no 89).

Scala coeli

104Scala no 64 (rubrique De Amicicia) : « ... Baptisati vero a papa, filio comitis imposuit nomen Amelius et filium militis vocavit Amicum,... »
Ami sera l'exemple vivant de l'amitié fidèle.

105Scala no 75 (rubrique Amor) : Un abbé mourant fait désigner son neveu comme successeur. Celui-ci entend dans la source du monastère la voix de son oncle défunt qui l'accuse d'être la cause de ses tourments : « ... nam tunc Judas est et re et nomine qui propter parentum amiciciam dissipat que sunt sanguinis Jhesu Christi crucifixi. »

106Scala no 97 (rubrique Avaricia) : « Sexto [avaricia] est divitiarum Dei diminutiva.
Unde narrat Cesarius quod fuerunt duo abbates quorum unus erat epularius et abundabat, alter avarus et indiguit. Cujus causam a sancto viro requirens, audivit : « Duo fratres fuerunt simul quorum unus vocabatur Date et alter vocabatur Dabitur. Quia vero tu repulisti Date, ideo perdidisti Dabitur, reducas ergo primum et habebis secundum. »
Quod fecit et abundavit ».

107Scala no 250 (rubrique De Confessione) : « ... Et quia pater alium filium non habebat una cum uxore sua suas facultates sic distribuebant pauperibus ut jam patres pauperum vocarentur... »

108Scala no 259 (rubrique De Confessione) : « ... illa domina mater pauperum et castitatis nominaretur. »

109Scala no 361 (rubrique Corpus Christi) : « Item ad idem. In partibus ultramarinis dum quidam scismaticus sacerdos celebraret missam et ante receptionem Sarraceni invasissent eum, ipse subito sanguinem assumpsit et corpus Christi in manu posuit. Qui credentes quod esset pecunia, interrogabant quid esset, tunc Ule : « Caro Christi est. » Et aperiens manum, visa est pecia camis. Iterum secundo dixit : « Lux Dei est. » Statim apparuit in figura lucis, et quocienscumque diversificabat nomina per que sacramentum exprimitur, statim ille in illis speciebus monstrabatur. Et tunc territi Sarraceni fugerunt. »

  • 7 Ce titre désigne le recueil du dominicain Étienne de Bourbon, Tractatus de diversis materiis praed (...)

110Scala no 757 (rubrique Negligencia) : « Secundo [negligencia] inducit excecationem. Legitur in Libro de Septem Donis Spiritus Sancti7 quod cum quidam pater requireret filium quo nomine vocaretur, respondit puer : « Nescio. ». Cumque pater plus instaret, respondit puer : « Nomen vestrum est Cito oblitus, quia cito obliviscimini omnium bonorum datorum vobis, omnium bonorum perditorum et omnium peccatorum operatorum. »

111Scala no 920 (rubrique De Religioso bono) : « Item ad idem. Legitur in Speculo Exemplorum quod cum beatus Bernardus patrem suum ad ordinem recepisset et hesitaret quomodo eum vocaret, an patrem, an filium, ait pater cum humilitate : « Tu vocabis me frarem Musardum quare soy vengut tan tart. »

112Scala no 942 (rubrique Temptatio) : « Secundo temptatio est nociva.
Legitur in Libro de Septem Donis Spiritus Sancti quod dum quidam frater in Lumbardia predicaret, et expulso demone requireret quod nomen esset sibi, respondit : « Milleartes, quia mille modos habeo homines seducendi ; et ut sciatis, ait, quod dico verum, ego sum qui decipio magnos theologos, decretalistas, phisicos, legistas, barones, milites, prepositos et mercatores ; et discurro omnia officia usque ad domicellas dominarum que serviunt eis in cameris. »
Blandiendo, adulando, exposuit omnem modum temptandi. »

4e TYPE : Usage allégorique de la dénomination

Recueil de Beaupré

113Beaupré no 21.13 (rubrique De Luxuria) : « ... Ego, ait ille, solo nomine Benedictus fui, qui nuper apostolice sedis apicem indignus obtinui »... Quia igitur luxuriose et camaliter vixit, in asini et ursi forma comparuit. »
Notons que c'est l'âme damnée qui fait elle-même le sinistre jeu de mots sur Benedictus/maledictus, son prénom et son destin.

Alphabetum narrationum

  • 8 Jacques de Vitry, auteurs de nombreux sermons abondamment illustrés par des exempla.

114Alphabetum no 150 (rubrique Clericus) : « Clerici in ecclesia debent devote dicere officium divinum. Jacobus de Vitriaco8. Quidam vir sanctus, dum esset in choro, vidit dyabolum quasi sacco pleno valde oneratum. Quesivit ergo vir sanctus quid portaret. Ille ait : « Hec sunt syllabe et dictiones syncopate et versus psalmodie que isti clerici in istis matutinis furati sunt. »
Et quesivit : « Quale nomen habes ? »
Et respondit : « Vocor Titinullus »

Ille autem inde fecit versum :

« Fragmina psalmorum

Titinullus collegit horum. »

115Titinullus contient un jeu de mots par allusion à Titinius ancien poète comique latin et à titillus-i : chatouillement.

Scala coeli

116Le plus souvent ce sont des personnages qui sont nommés par la vertu ou le vice qu'ils incarnent, à moins que ce ne soit directement des notions abstraites qui se nomment elles-mêmes pour faire la leçon à un pécheur ou à un visionnaire.

117Scala no 98 (rubrique Avaricia), deux clercs voyagent ensemble, l'un chichement, l'autre dans l'abondance, ils se présentent mutuellement : « Alter respondit quod quicquid comedebat in ventrem vertebatur ; qui requisitus quomodo vocaretur, respondit quod avaricia, cujus venter est desiderium... »

118Scala no 289 (rubrique De Consuetudine) : « Legitur in Libro de Septem Donis Spiritus Sancti quod quidam vir sanctus vidit quandam mulierem nigerrimam supra quendam furnum ardentem et hec tenebat unum circulum infra quem erant multe personne non valentes exire. Cumque interrogasset que esset, respondit quod vocabatur consuetudo peccandi... »

119Scala no 707 (rubrique De Misericordia), vision d'un mauvais frère prêcheur qui se voit perdu dans un champ et, menacé par la tempête, frappe à la porte d'une maison : « Tunc domina intus inclusa respondit : « Ego que habito in hac domo vocor Justicia, unde mecum habitare non potestis... »

5e TYPE : Dénomination et saint patronage

Recueil de Beaupré

120Beaupré no 2.3 (rubrique De Humilitate) : « Lugdunenses martyres in tanta gloria positi et semel et iterum et frequentius martyres effecti, post bestias (...), neque se ipsi martyres dicebant, neque aliis ita se appellantibus indulgebant. Sed si forte aliquis, vel in epístola, vel in sermone, martyres nominasset, increpabant acrius, dicentes quod hec appellatio soli Christo debetur, vel illis qui in ipsis penis animas posuerunt. »

121Beaupré no 2.13 (rubrique De Humilitate) : « Beatus Gregorius papa, primus se servum servorum in suis epistolis nominavit. »

122Beaupré no 9.2 (rubrique De Patiencia) : « ... Qui et domum suam nominis beati Marcelli titulo dedicans, cum ipsis Domino Jhesu jugiter serviebat... »
Cet exemplum est un hapax dans nos recueils, est-ce parce que cet usage était tombé en désuétude ?

123Beaupré no 61.10 (rubrique De Virtute sanctorum) : « Multa feruntur in nomine beati Martini fecisse virtutes. Canis siquidem uni ex discipulis ejus aliquando importuniter oblatrabat. « In nomine, inquit, Martini, jubeo te obtumescere. » Canis hesit latratus in gutture lingua ut abscissa putares obmutuit. »
Cet exemplum ne sera pas repris tel quel dans les recueils suivants, qui insistent sur le fait que tous les miracles sont faits par le saint « in nomine Domini » et jamais au nom du saint lui-même.

Alphabetum narrationum

124Dans le Canon de la messe le prêtre ne peut nommer que les saints défunts, comme le prouve ce récit d'Arnold de Liège :

125Alphabetum no 274 (rubrique Dyonisii) : « Ex Legenda Lombardica. Cum apud Arelatem beatus Regulus episcopus sollempnia missarum celebraret, apostolorum nominibus in Canone nominatis, adjunxit : « et beatis martyribus tuis Dyonisio, Rustico et Eleutherio ». Quo dicto, cum Dei famulus eos vivere crederet, mirari cepit cur eorum nomina sic nesciens protulisset. Et ecce, eidem miranti tres columbe apparuerunt super crucem altaris residentis, que sanctorum martyrum nomina habebant sub pectoribus suis sanguine insignata. Quas diligenter intuens, intellexit sanctos a corpore migrasse. »

Scala coeli

126Scala no 181 (rubrique Castitas), Catherine, fille très chaste de l'empereur de Constantinople, dans toutes ses tribulations prend la Vierge comme auxiliatrice (adjutricem) et sainte Catherine comme avocate (advocatam). Elle est achetée comme esclave par un marchand de Toulouse et, avec sa complicité, se fait passer pour un homme : « ... ne nomines me nomine meo Katherinam, sed nomines socium tuum. »... « induitur vestibus hominis, nominatur socius,... »

127Scala no 647 (Maria Virgo Dei genitrix), un chevalier qui a acheté le droit de prendre une jeune fille pauvre, lui demande : « Cumque miles requisisset nomen suum, ac illa cum voce flebili respondisset quod vocabatur Maria... »
Elle est sauvée par ses larmes et par son nom : Maria. Il lui déclare : « Quia hec dies est deditus honori beate Virginis et nomen tuum est ei conforme, nunc te integram offero sibi, et teste Deo, si vis venire mecum ad meas expensas in monasterium monialium te introducam. »
Cette bonne action (accomplie un samedi, jour dédié à la Vierge) vaut au chevalier d'obtenir son salut malgré une mort infamante (sans sépulture) dans un tournoi.

6e TYPE : Le nom et le Livre de Vie

Recueil de Beaupré

128Beaupré no 45.5 (rubrique De Transgressione voti) : « ... Petrus librum manu tenebat, in quo ad preceptum Domini legens, cum inter cetera sanctorum nomina, nomen ipsius Johannis legisset, « Toile, ait Dominus, tolle, dele, dele eum, quia meum se futurum promiserat et resiliit a promisso. » Accedens ergo propius beatus Jacobus et obsecrans dicebat : « Meus est, Domine, peregrinus, ne deleas, obsecro, nomen ejus ! »

129Beaupré no 63.9 (rubrique De Corpore Christi) : « ... vidit angelum Dei stantem juxta altare, et quorumdam monachorum qui accedebant, nomina scribentem et quorumdam non... »

Alphabetum narrationum

130Nom et jugement post-mortem : Arnold de Liège reprend la célèbre histoire de la sorcière de Berkeley et de son spectaculaire enlèvement par les démons, qui ne manquent pas de l'interpeller par son nom.

131Alphabetum no 744 (rubrique Sortilegi puniuntur) : « ... Tertia vero nocte circa gallicantum, strepitu advenientium visum est templum a fundamento moveri. Unus angelus vultu terribilior et statura celsior arroganti gestu accessit ad sarcofagum, et inclamato nomine ejus, ut surgeret imperavit. Qua respondente : « Nequeo, pre vinculis... »

Scala coeli

132Autour de la problématique du salut, le thème du Livre de Vie où sont inscrits les noms des élus apparaît à plusieurs reprises.

133Scala no 319 (rubrique Conversio) : « Item ad idem. Refert Jacobus de Vitriaco quad fuit quidam clericus immundissime vite, cui in visione senex apparuit in manum librum vite tenentem, in quo erant scripta nomina salvandorum. Et quia iste contritus religionem intraverat, dum in libro legeret nomen suum, ita frequenter casum invenit quod vix poterat sustinere pergamenum ; et petens ab angelo causam, ait : « Proposuisti pluries correctionem et tunc eras scriptus et resiliendo deletus, et nisi modo religionem intrasses damnatus fuisses. »

134Le diable tient aussi ses registres à jour, pour preuve cet exemplum tiré de la rubrique consacrée aux croisés (De Crucesignatis) :

135Scala no 394, au temps du roi saint Louis, un chevalier en traversant la forêt de Chartres surprend la conversation des démons se plaignant des nombreux voeux de croisade : « ... audivit horribiles planctus demonum dicentium : « Ve ! Ve nobis ! Quia omnia nostra amittimus et jam pro magna parte amisimus propter crucis signationem et susceptionem. Nam tales barones et tales et nominabant eos suis nominibus quos diu possideramus amisimus. »

7e TYPE : Le culte du Saint Nom

Recueil de Beaupré

136- Le blasphème du Saint Nom :

137Beaupré no 5.2 (rubrique De Crudelitate) : « Primus Nero super omnia scelera sua Christi nomen persequitur. »

138Beaupré no 47.1 (rubrique De Disciplina) : « ... Qui cum hoc dixisset, Majestatis nomen blasphemavit et animam reddidit. »

139- Miracles obtenus par l'invocation du Nom divin :

140Beaupré no 4.12 (rubrique De Caritate) : « ... In Fundensi monasterio erat quidam monachus hortolanus, qui cum olera sua sibi furari animadverteret, totum ortum circuiens invertit iter unde fur venire consueverat, et serpentent reperiens, « In nomine, inquit, Jesu Christi, precipio tibi ut aditum istum custodias. »

141Beaupré no 9.28 (rubrique De Patientia) : « (...) Jam qui aderant in sacrilegum involabant, sed prevenit eos serous Domini clamans et adjurans per nomen Christi nullatenus eum tangere, sed educere caute et curam ejus habere ne ab aliquo ei vel in aliquo lederetur. (...) »

142Beaupré no 14.15 (rubrique De Obedientia) : « ... Quod Ule tota devotione omnis confusionis verecundia pro nomine ac desiderio Christi calcata complevit. »

143Beaupré no 18.20 (rubrique De Confessione) : « (...) Ule injungit penitentiam confitenti, oransque super earn ut Deus omnipotens det ei spiritum mansuetudinis, in nomine Domini Jhesu ne ultra irascatur jubet. (...) »

144Beaupré no 21.18 (rubrique De Luxuria) : « De vita sancti Pachomii. Vir quidam cum filia male vexata a demonio venit ad beatum Pachomium, obnixe deprecans ut filie sue redderet sanitatem. Qui per ostiarium ei sic respondit : « Non est nobis consuetudo cum mulieribus loqui, sed si quid habes ex vestimentis ejus, affer nobis, et nos in nomine Domini benedicemus et sic puella sanabitur. »

145Beaupré no 33.2 (rubrique Quantum valeat oratio...) : « Inultam ne dimittemus injuriam Domini et nostram. Immo, licet pauci cum multis congrediamur viriliter in nomine Domini. »

146Beaupré no 34.6 (rubrique De Penis animarum) : « ... Precipio tibi, inquit, in nomine Domini ut qualiter tecum agatur mihi in proximo iterum innotescas... »

147Beaupré no 55.9 (rubrique De Elemosina) : « ... Adjuro te, inquit, per nomen Domini nostri Jhesu Christi, ut peracto tue dispositionis itinere ad me revertí non differas. »

148Beaupré no 55.25D (rubrique De Elemosina) : « ... Ipse hec audiens, cucurrit ad portum cum puero ostiario, qui erat surdus et mutus a nativitate, auditum in nomine Domini reddidit ei loquelam... »

149Beaupré no 61.7 (rubrique De Virtute sanctorum) : « In nomine, inquit, Jhesu Christi, audi quae vera sunt... »

150Beaupré no 63.17 (rubrique De Corpore Christi) : « In partibus Apulie quedam mulier demoniaca oblata est sancto Bernardo, cujus collo sanctus cartulam hanc continentem scripturam fecit appendi : « Precipio tibi in nomine Domini nostri Jhesu Christi ne ulterius ad earn accedere presumas... »

151- Martyre pour le Saint Nom :

152Beaupré no 28.12 (rubrique De Ardore fidei) : « ... Expectabamfateor magnum aliquid aut gladium pro Christi nomine, aut incendium... »

153- L'impossible dénomination de Dieu :

154Beaupré no 29.2 (rubrique De Diversis generibus martyrum) : « ... Et interrogatus quod nomen habet Deus, respondit : « Qui unus est non indiget nomine. »

155Le chapitre 56 du recueil de Beaupré, De virtute nominis Christi, propose deux exempta sur quatre utiles à notre propos.

156Beaupré no 56.3 : « De vita sancti Anthonii. Pulsavit aliquando diabolus ostium monasterii sancti Anthonii. Qui egressus/98d/vidit hominem enormi sublimitate porrectum caput usque ad celum. Cumque ab eo quisnam esset inquireret, ait : « Ego sum Sathanas. »
Et Anthonius : « Quid hic, inquit, queris ? »
Respondit : « Cur mihi frustra imputant omnes monachi ? Cur mihi omnes christiani maledicunt ? »
Et Anthonius : « Juste, inquit, faciunt tuis enim frequenter molestantur insidiis. »
Et Ule : « Non, inquit, facio, sed ipsi se invicem turbant. Nam ego miserabilis factus sum. Num legistis quia defecerunt inimici framee in finem et civitates eorum destruxisti. Nullum jam habeo locum. Nullam possideo civitatem. Jam ubique Christi personat nomen, solitudines ipse monachorum stipantur choris. »
« Vere, inquit Anthonius, Jhesus tuas funditus subruit vires et honore nudatus angelico volutaris in sordibus. »
Vix autem Anthonius Jhesum nominaverat et Ule sublimis aspectu Jhesu nomine dejectus est. »

157Beaupré no 56.4 : « Quadam nocte beatus Hylarion infantium cepit audire vagitus, balatus pecorum, mugitus bovum, planctus quasi muliercu—/99a/—larum, leonum rugitus, murmur exercitus et prorsus variarum portenta vocum aut ante sonitu quam aspectu territus caderet, sed cum ille inclamasset Jhesum, ante oculos ejus repentino terre hyatu pompa omnis absorta est. »

Alphabetum narrationum

158- Pénitence terrible, ne pas nommer Dieu :

159Alphabetum no 2 (rubrique Abbas) : « Ex Vitis Patrum. (...) Tunc accessit Appollonius ad ostium celle illius senioris, (...) dicente sene quod non erat dignus Deum nominare... »

160Alphabetum no 641 (rubrique Perseverantia) : « Johannis Anachorita. Fuit vir quidam pessimam vitam ducens, qui compunctus intra quoddam sepulcrum se recludens peccata lacrimis abluebat, semper prostratus ad celum oculos levare nolebat nec nomen Dei nominare, sed in solis gemitibus perdurabat... »

161- Miracles attestant la puissance du nom divin :

162Alphabetum no 157 (rubrique Columba) : « Cesarius. (...) « Vos columbe, si voluntas Dei est ut mecum habitetis, manete. Sine autem precipio vobis in ejus nomine ut statim recedatis. » Ad quod verbum, mox omnes columbe simul se levantes pariter avolaverunt, nec ultra reverse sunt ad illa domicilia. »

163Alphabetum no 574 (rubrique Nomen) : « Nomen Christi semper est in corde habendum. Ex Legenda beati Ignacii. Cum Ignacius inter tormenta genera numquam ab invocatione nominis Jesu Christi cessaret, et tortores requirerent cur hoc nomen tociens replicaret, ait : « Hoc nomen cordi meo inscriptum habeo ; et ideo ab ejus invocatione cessare non valeo. » Post mortem igitur ejus, illi qui hoc audierunt, volentes hoc curiosius experiri, cor ejus ab ejus corpore avellunt, et illud scindentes per medium totum cor inscriptum hoc nomine Jhesu Christi litteris aureis invenerunt. Unde ex hoc plurimi crediderunt.
Benedictum sit ergo nomen Domini Dei nostri Jhesu Christi. »

Scala coeli

164La rubrique consacrée au Nom de Jésus Christ offre quatre exempta évocateurs du culte de ce Saint Nom.

165Scala no 607 : « Istud nomen Jhesus multa bona operatur in nobis. Primo tollit rancorem.
Legitur in Eibro de Septem Donis Spiritus Sancti quod quidam erat habens rancorem contra alium nec poterat placari. Quidam sanctus scripsit in fronte ejus hoc nomen Jhesus, et statim ipsemet ivit ad eum qui eum offenderat ad remittendum offensam. »

166Scala no 608 : « Secundo inducit amorem.
Legitur in Libro de Septem Donis Spiritus Sancti quod fuit quidam juvenis ignarus omni sciencia, sed vitans omne peccatum. Cumque orasset Deum ut sibiformam orandi donaret ut cor suum totum per amorem poneretur in eo, apparuit ei angelus Domini et portavit folium lauri in quo erat hec scripture : « Jhesus Christe, Lili Dei vivi, propicius esto mihi peccatori. » Et ait ei : « Aperi os tuum et comede hanc scripturam, quia tante virtutis ponitur esse ut demones vincat, celos aperiat, peccata expellit, sanctissimam Trinitatem attrahit et angelí Dei famulentur dicenti. »
Cumque comedisset, tanto dulcore sunt repleta os et viscera ejus, ut statim experiretur angelí verbum esse verum. »

167Scala no 608A (Ms de Soest) : « Item ad idem. Dicitur de quodam monacho qui multa mirabilia de virtute nominis Christi audiens, cum accessio febris eum canderet, hoc nomen Jhesu scripsit in aqua et earn bibit. Et statim febris eum dimisit. Quod contigit in Hibernia. »

168Scala no 608B (Ms de Soest) : « Item. Quidam obstinarius fuit cui semel diceret : « Renuncia rancorem » ; ait : « Nec pro Deo, nec pro diabolo, ad hoc induci possum, si deberem non ipse me esse. » Et accesit frater cum devotione in fronte cum dígito scripsit : « Jhesus Nazarenus », et statim pro peccato cepit gemiscere et ait : « Amove, Jhesu, rancorem michi. »

169Le nom de Marie offre prise à un culte qui s'exprime essentiellement par des prières (Rubrique Maria Virgo Dei Genitrix) :

170Scala no 654 : « Legitur in Mariali Magno quod fuit quidam vir devotus beate Marie Virgini ; et ideo ad reverentiam sui nominis pro quinque litteris ibi contentis quinque psalmos dicebat... »
Cette prière appelée la Corona est constituée par la récitation des cinq psaumes dont la première lettre forme l'acrostiche M.A.R.I.A.

171Scala no 656 : Un clerc « quocienscumque nomen ejus audiebat flexis genibus ei reverentiam exhibebat. »

172Inversement, si l'on ne parle pas bien sûr de culte du nom du diable, celuici a une charge de puissance comparable à celui de Jésus et de Marie. Le seul fait de le nommer, fait immédiatement advenir le diable.

173Scala no 446 (rubrique De Dyabolo) : « ... Puero ergo flente mater ait : « Tace maledicte sin autem dyabolus te suffocet ista nocte ! » Dyabolus hoc audiens manu elevata voluit suffocare puerum. Latro igitur cum furaretur porcum et audiret a matre pueri dyabolum nominan, se signo crucis signavit et dyabolo potestatem suffocandi puerum virtute signi abstulit... »

Conclusion

174La comparaison entre les deux recueils dominicains ne fait guère apparaître de contrastes, ce qui s'explique sans doute par leur proximité dans le temps et par la même appartenance religieuse de leurs auteurs. L'Alphabetum narrationum et la Scala coeli forment donc plutôt une série homogène de données. En revanche, la comparaison avec le recueil cistercien fait surgir des différences significatives : le manuscrit de Beaupré renvoie à une culture différente et à un public moins varié que les recueils mendiants destinés à une prédication de masse.

175Dans le recueil de Beaupré l'identification des personnes renvoie massivement à un groupe religieux et pour les laïcs aux classes dirigeantes de la société (avec de nombreuses réminiscences antiques), tandis que dans les recueils dominicains l'ouverture sur la société urbaine contemporaine est bien plus marquée et diversifiée. Les récits liés à un usage métaphorique de la dénomination absents dans le premier recueil se développent nettement dans le second et surtout le troisième (l'Alphabetum narrationum et la Scala coeli). Le 5e type de discours (dénomination et saint patronage) s'attache essentiellement chez les Cisterciens à savoir qui donne l'appellation de martyr, tandis que la protection du saint patron sur ceux qui portent son nom et lui vouent un culte fervent est nettement mise en scène par les Dominicains. Le 6e type (Le nom et le Livre de Vie) rappelle l'importance du Livre de Vie dans la liturgie des monastères, mais également comme projection eschatologique de la foi chrétienne valable pour tout fidèle. Enfin, le 7e type (Le culte du Saint Nom) illustre dans le recueil de Beaupré le dogme selon lequel tous les miracles (grands et petits) ne sont accomplis que par le nom de Dieu invoqué le plus souvent en paroles dans une expression devenue « passe-partout » (in nomine Domini) et une fois dans un document écrit : une affichette mise au cou d'une possédée par saint Bernard. Si cette dimension reste prégnante dans les recueils dominicains, l'on assiste dans la Scala coeli à une prise en charge particulière du culte du nom divin dans des rituels confinant à la magie. Dans ce recueil, le plus tardif, apparaît un culte du nom de Marie exprimé essentiellement sous forme de prières.

  • 9 Éd. J. SCLAFER, Archivum Fratrum praedicatorum, 1993, p. 137-206. Traduction en préparation.

176Notre projet initial était de comparer les résultats de cette étude avec un autre corpus : le recueil de miracles composé à saint Maximin par Jean Gobi senior (l'oncle du précédent). Or, dans ce Liber Miraculorum beate Marie Magdalene9, les personnes ne sont nommées qu'à titre de témoins ou bénéficiaires du miracle. Les mentions de noms propres sont très nombreuses, mais aucun discours sur la dénomination (explicite ou implicite) ne les accompagne.

177À titre d'exemple voici quelques mentions de noms de bénéficiaires et de témoins de miracles :
no 5 : « Retulit quidam nomine Rlaymundus] de civitate Uticensi, et hoc etiam sub juramento firmavit, quod (...) »
no 26 : « Item de visu. Raymundus Morlani de Sancto Maximino visu unius oculi totaliter est privatus. (...) »
no 48 : « Item de gutta. Duo conjuges cum sua filia, que Marquesia vocabatur, apud Sanctum Maximinum venerunt, (...) »

  • 10 F.C. TUBACH, Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales, FF Communications, no 204, (...)

178En revanche, il nous a paru utile de compléter cet échantillon par une recherche transversale dans le corpus des exempta grâce à l'Index exemplorum de F.C. Tubach10. Celui-ci a recensé plus de 5000 canevas narratifs d'exempla dans les principaux recueils édités disponibles dans les années 1965.

179L'examen de l'Index exemplorum fait apparaître 10 entrées pour le terme « name », nom :

  • 11 Les no 251, 3448, 3449, 3450 et 5183 renvoient à des exempla présentés ci-dessus et les no 345, 34 (...)

changé 3446
oublié 3448
de Jésus et de st. Paul 3628
de Jésus calme la colère 251
de Jésus déroute une armée 345
de Jésus écrit 3448
de Marie 3450
de la Vierge éloigne le démon 3449
de la Vierge peint 3451
enlevé du Livre de Vie 518311

180Nous retrouvons ici plusieurs des thèmes évoqués précédemment, mais l'Index de Tubach nous permet de découvrir deux exempla dans lesquels la dénomination est le principal ressort dramatique.

181La rubrique no 3446 de Tubach donne le résumé suivant : « Une femme change son nom de Sussy en Rose afin de séduire ses prétendants » et renvoie à deux recueils d'exempla.

  • 12 Éd. J. Th. WELTER, La Tabula exemplorum, 1927, Paris-Toulouse, Reprints Slatkine, Paris-Genève, 19 (...)

182Dans la Tabula exemplorum, recueil d'exempla compilé entre 1261 et 1292 siècle par un franciscain français anonyme, se trouve le texte suivant (no 268 dans l'édition de Welter12) :
« Item nota de filia fabri pulcherrima quam multi barones et nobiles voluerunt desponsare propter suam pulchritudinem, sed quando querebant quod erat nomen ejus, quod turpissimum habebat, non curabant. Tunc pater mutavit sibi nomen et vocavit earn Rosam et tunc cito post unus magnus accepit eam. »

183Une autre version existe dans un manuscrit latin du XIVe siècle du British Museum, Harley 7322 :
« Erat quedam domicella Sussy, quam propter nomen nullus voluit habere. Quod videns mutavit nomen suum et vocata est Rosa et post desiderata est a pluribus. Ita est de superbia, que est filia dyaboli, quam nullus vult habere, sed mutato nomine in custesye et honestate, statim quasi omnes ipsam volunt habere... »

  • 13 On trouve également ce récit dans la liste internationale des contes-types sous le no 1461. Voir A (...)

184Il est intéressant de noter que dans la première version c'est le père qui change le nom de sa fille (dans le but de lui faire épouser un homme de plus haut rang social), tandis que dans la seconde il semble bien que ce soit la fille elle-même qui change son nom13.

185Un autre exemplum évoque le lien essentiel déjà souligné entre le nom et la mémoire.

186La rubrique no 3448 de Tubach résume ainsi l'anecdote : « Un clerc à qui l'on demande son nom ne peut s'en souvenir. »

  • 14 Présentation du Liber exemplorum dans J. Th. WELTER, L'Exemplum dans la littérature religieuse et (...)

187Elle se trouve dans le Liber exemplorum de Durham, recueil d'exempla compilé en Angleterre entre 1275 et 1279 par un franciscain14.

188Exemplum no 65 dans la rubrique De advocatis (éd. Little) :
« Terribile est dictu et auditu horribile exemplum quod de Stephano rectore ecclesie de Caldecote reperitur.
In Anglia siquidem sunt plures ville quarum nomen Caldecote appelatur, set sicut invenimus, quidam Stephanus nomine, qui rector erat unius Caldecote, cum per plures annos audisset leges, tandem dixit fratri suo militi, Roberto de Bloy : « Nosti Stephanum de Caldecote ? » Qui respondit : « Tu es ille. Signa frontem tuam cruce. » Et ait Stephanus : « Non novi clericum ilium, set quicumque ille fuerit, duo nigri monachi in angulo illo tulerunt contra ipsum sententiam que nunquam poterit revocan. » Et hoc dicto statim expiravit. Explicit exemplum. »

  • 15 Marie Anne POLO DE BEAULIEU, Dialogue avec un fantôme de Jean Gobi, Paris, Les Belles Lettres, col (...)

189Si cet exemplum est présenté par l'auteur comme terribile et horribile, c'est parce que le fait de ne plus savoir son propre nom équivaut à une perte d'identité, dont la conséquence est la mort sociale de l'individu et l'impossibilité pour lui de faire son salut, étroitement lié à la mémoire de ses actions passées. Dans un autre ouvrage de Jean Gobi15, la perte de cette mémoire individuelle est présentée comme l'un des buts poursuivis par les diables qui tourmentent les agonisants. Nous conclurons sur ce récit effrayant, qui, dans l'optique d'un « catéchisme de la peur », rappelle à tout un chacun la valeur irremplaçable du nom reçu au baptême.

Notes

1 Cl. BREMOND, J. LE GOFF, J.-Cl. SCHMITT, L’Exemplum, Typologie des Sources de l'Occident Médiéval, Turnhout, Brepols, 1982, p. 27.

2 Recueil dit de Beaupré, édition en cours par le Groupe de Recherches sur les Exempla Médiévaux (s.d. J. BERLIOZ et M. A. POLO DE BEAULIEU), d'après le ms. BNF lat. 15912. Voir B. P. McGUIRE, « The Cistercians and the rise of the Exemplum in early XIIIth century France : a reevaluation of Paris BN ms. lat.15912 », dans Classica et Mediaevalia, vol. 34,1983, p. 211-267.

3 Alphabetum narrationum, éd. Colette RIBAUCOURT, thèse dactyl. EHESS, 1988, à paraître aux éditions Brepols, Tumhout. Colette Ribaucourt a eu la gentillesse de me fournir toutes les données concernant l'Alphabetum narrationum avant son édition.

4 La Scala coeli de Jean Gobi, éd. M.A. POLO DE BEAULIEU, Éditions du CNRS, coll. Sources d'Histoire Médiévale, 1991.

5 La Légende Dorée, traduction J.B. ROZE, éd. Garnier-Flammarion, 1967, t. 2, p. 123.

6 Bernard II le Gros, mort peu avant 1070, d'une famille noble d'Uxelles à 25 km de Cluny. Voir G. JEANTON et J. MARTIN, « Le château d'Uxelles et ses seigneurs », dans Annales de l'Académie de Mâcon, 3e série, t. XII (1907), p. 157-392, cf. p. 163-164 et 184-198.

7 Ce titre désigne le recueil du dominicain Étienne de Bourbon, Tractatus de diversis materiis praedicabilibus, en cours d'édition sous la direction de Jacques BERLIOZ.

8 Jacques de Vitry, auteurs de nombreux sermons abondamment illustrés par des exempla.

9 Éd. J. SCLAFER, Archivum Fratrum praedicatorum, 1993, p. 137-206. Traduction en préparation.

10 F.C. TUBACH, Index exemplorum. A Handbook of medieval religious tales, FF Communications, no 204, Helsinki, 1969, rééd. 1981 ; Cross-reference index, p. 476.

11 Les no 251, 3448, 3449, 3450 et 5183 renvoient à des exempla présentés ci-dessus et les no 345, 3451 et 3628 n'apportent guère à notre échantillon.

12 Éd. J. Th. WELTER, La Tabula exemplorum, 1927, Paris-Toulouse, Reprints Slatkine, Paris-Genève, 1973.

13 On trouve également ce récit dans la liste internationale des contes-types sous le no 1461. Voir A. AARNE et S. THOMPSON, The Types of the Folktale, Helsinki, 1961.

14 Présentation du Liber exemplorum dans J. Th. WELTER, L'Exemplum dans la littérature religieuse et didactique du Moyen Âge, Paris-Toulouse, 1927, Reprints Slatkine, 1973, p. 290, Édition par A. G. LITTLE, Aberdeen, 1908.

15 Marie Anne POLO DE BEAULIEU, Dialogue avec un fantôme de Jean Gobi, Paris, Les Belles Lettres, coll. La Roue à livres, 1994, p. 82 : Huitièmement le prieur demanda : « Qu'est-ce qui accable le plus les hommes au moment de mourir, ou qu'est-ce qui fait le plus de tort aux hommes à l'instant de la mort ? » L'esprit répondit : « La foule des démons qui s'assemblent et se réunissent pour arracher les hommes à leur foi et au souvenir d'eux-mêmes par leurs grincements de dents et leur apparence effrayante... ».

© Presses universitaires François-Rabelais, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search