Version classiqueVersion mobile

Les Cités grecques et la guerre en Asie mineure à l’époque hellénistique

 | 
Jean-Christophe Couvenhes
, 
Henri-Louis Fernoux

Sièges et défense de Pergame. Nouvelles réflexions sur sa topographie et son architecture militaires

Markus Kohl

Texte intégral

I. Topographie du pouvoir

  • 1 Citons parmi les premières sources littéraires HÉRODOTE, VI, 28, 2 ; plus tard STRABON, XIII, 4,2.
  • 2 p. ex. HÉRODOTE, VII, 41-42 ; XÉNOPHON, Anabase, VII, 8,7-8.
  • 3 ZGUSTA (L.), Kleinasiatische Ortsnamen, Heidelberg, (Beiträge zur Namensforschung, neue Folge. Beih (...)
  • 4 STRABON, XIII, 4,1 : ἔχει δέ τινὰ ἡγεμονίαν πρός τοὺς τόπους τούτους τό Πέργαμον (...)

1Pergame est constituée d’un éperon rocheux, pointant dans la plaine colluvionaire fertile du fleuve Kaïque1, et la divisant en deux bassins (fig. 1). La colline forme déjà un bastion naturel, légèrement en retrait de la côte et commandant la plaine avec une des voies majeures la traversant vers l’intérieur du continent2. La colline se prête par sa position géographique et par sa topographie comme un point de surveillance et un lieu d’exercice du pouvoir. Le nom d’origine pré-grecque micrasiatique, signifiant citadelle – fortification3 est déjà en lui-même une expression éloquente de ce dessein, et nous trouvons une appréciation allant dans le même sens chez Strabon4 lorsqu’il dit après avoir décrit la région avec ses agglomérations que Pergame exerce une sorte d’hégémonie sur ces lieux alentours.

Fig. 1 – La vallée du Kaïque et la région de Pergame. Forteresses, Fortins, Sanctuaires ruraux et bornes.

Fig. 1 – La vallée du Kaïque et la région de Pergame. Forteresses, Fortins, Sanctuaires ruraux et bornes.

Fond de carte : Talbert (R. J. A.) éd., Barrington Atlas of the greek and Roman World, Princeton Oxford 2000, carte p. 56, modifications apportées par M. Kohl.

  • 5 La forme de toupie relatée par STRABON, XIII, 4,1 (ἔστι δὲ στροβιλοειδὲς τὸ ὄρος εἰς ὀξεῖαν κορυϕὴν (...)

2La colline de Pergame est constituée d’un massif rocheux en andésite d’origine volcanique (fig. 2). Elle s’élève de 280 m environ au-dessus des rives des cours d’eau qui l’encadrent : le Sélinos à l’ouest et le Kétios à l’est5. Le sommet culmine à une altitude de ca. 330 m au-dessus de la mer. La colline est reliée à la chaîne du Pindasos au nord par un ensellement, majoritairement en tuf aux formes arrondies, haute d’environ de 200 m. Le versant ouest, mais surtout celui tourné vers l’orient sont abrupts et rocheux, la pente sud en revanche est plus douce. Le relief, plus accentué à mi-pente, présente une rupture continue depuis l’ouest vers l’est. Cette rupture de pente se situe entre 125 m et 200 m d’altitude environ. En contrebas de la rupture de pente, les versants s’inclinent doucement jusqu’aux rives des deux rivières Sélinos et Kétios qui se jettent au sud-ouest de la colline dans le Kaïque. Ces trois cours d’eau constituent un premier obstacle à l’approche de la colline.

Fig. 2 – La topographie de Pergame.

Fig. 2 – La topographie de Pergame.

Détail de : CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 1), 1912. Pl. 1.

3La partie de la colline située au-dessus de la rupture de pente se divise donc naturellement en deux zones avec des avantages défensifs évidents : un plateau sommital presque plat, étroit et étiré dans les sens nord-sud (ca. 100 m x 350 m) couvrant 3,5 ha et le versant sud trapézoïdal (ca. 350 m x 500 m) offrant une surface de 18 ha environ.

II. Architecture de protection

  • 6 Une étude systématique des fortifications pergaméniennes de l’Antiquité classique fait encore défau (...)
  • 7 LANG (F.), Archaische Stadtmauern in Griechenland, Berlin, 1996, p. 233-234.
  • 8 Voir les rapports préliminaires annuels par le directeur des fouilles RADT (W.), Archäologischer An (...)
  • 9 L’attribution rarement mise en doute par les chercheurs allemands de cette dernière construction à (...)
  • 10 Pour une synthèse plus ample voir KOHL (M.), « La Pergame d’Apollon depuis les temps de l’Iliade ho (...)

4Le site de Pergame a été fortifié très tôt dans son histoire6. La première attestation archéologique d’un système de fortification – si l’on ne veut pas accepter les termes d’enceinte ou de muraille7 – remonte au moins au VIIe siècle8. Cette construction est reprise ou remplacée par des murailles du Ve siècle et encore une fois probablement au cours du IVe siècle toujours approximativement sur le même tracé9. Ce survol de quatre siècles d’existence de Pergame10 par l’évocation de son architecture militaire – dont il faut supposer qu’elle n’a pas seulement un rôle de prestige – est nécessaire pour appréhender les possibilités de protection de la Pergame hellénistique du moins pour le IIIe et IIe siècles, avant les changements importants apportés par de nouveaux ouvrages d’art militaire au cours du IIe siècle.

  • 11 Voir aussi CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 148 et (...)
  • 12 POLYBE, VIII, 3,4.
  • 13 STRABON, XIII, 4,1 : (...) ἐπιϕανὴς πὸλις καὶ πολὺν συνευτυχήσασα χρόνον τοῖς Aτταλικοῖς βασιλεῦσι.

5L’ensemble des murailles est implanté juste au-dessus de la rupture de pente, s’appuyant fortement sur des dénivelés existants qui tire le plus grand bénéfice de la situation topographique11. On pourrait reprendre ici l’appréciation que Polybe utilise à propos de Syracuse12 : « La force de la cité venait de ce qu’elle avait une muraille qui occupait partout des positions dominantes et qu’elle était bordée par des escarpements, qui n’étaient aisément accessibles, même en l’absence de défenseurs, qu’en certains points limités ». En effet, les côtés ouest, sud et est de Pergame sont assez convenablement protégés par les cours d’eau et par la forte rupture de pente. Les murailles renforcent cette protection naturelle (fig. 3). Seule l’ensellement qui, au nord, relit la colline à la chaîne du Pindasos constitue un maillon faible, malgré le fait que la muraille de la forteresse a été judicieusement poussée le plus possible au nord, formant ainsi un bastion prolongeant le sommet. L’ensemble des fortifications présente de longs pans de murs aux cours quasiment rectilignes. Les tours semblent rares et sont le plus souvent installées proches des portes. On suppose dès le VIIe siècle l’existence d’une division de l’espace, entre la citadelle au sommet, et la zone sur le versant sud, qui pouvait servir de refuge et/ou d’habitat. Force est de parier que la population devait – en cas de danger – prendre part activement à la défense sur les plus de 2,5 km de remparts. La séparation en deux entités spatiales et surtout politiques à Pergame même découle entre autres du témoignage de Strabon13 qui retient que la prospérité de la ville avait pendant longtemps évoluée ensemble avec celle des Attalides, la documentation épigraphique, littéraire et archéologique l’atteste également.

Fig. 3 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.

Fig. 3 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.

Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.

III. Agressions et réactions relatées dans les textes

  • 14 Nous rejetons avec MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, University (...)
  • 15 WILL (Ed.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), (...)
  • 16 CHANDEZON (Chr.), « Guerre, agriculture et crises d’après les inscriptions hellénistiques », dans A (...)

6Pergame a été en effet la cible directe de plusieurs incursions qui menaçaient les Attalides et les habitants de la ville. Énumérons les plus importantes : Achaïos en 223, Philippe V en 201, Séleucos, le fils d’Antiochos III en 190 et Prousias II de Bithynie en 15514. Lorsque la population est retranchée derrière la muraille et ainsi protégée, une panoplie de mécanismes de provocation graduée est mise en œuvre par les adversaires, ayant pour but d’infléchir les élites urbaines et la population à se rendre ou à accepter une bataille15. Il suffit parfois uniquement de montrer les troupes en espérant que l’évaluation quantitative et qualitative convaincra les adversaires. Ravager le territoire, moissonner ou prendre en otage la récolte, pour affaiblir ainsi la base vitale et économique de la ville du moins à court terme16 – avec comme corollaire le bénéfice pour les propres troupes de l’agresseur que ce soit en valeur ou en fourrage – peut être considéré comme le degré suivant. Le siège est la mesure renforcée pour affaiblir la résistance de la ville et des habitants en les privant de leurs vivres et des échanges commerciaux. Enfin, la mesure la plus violente et la plus radicale reste l’assaut. Pergame a subi et a du répondre à plusieurs de ces agressions.

  • 17 POLYBE, IV, 48, 11: (…) τὸν μὲν Ἄτταλον εἰς αὐτ τὸ Πέργαμον συνέκλεισε (…)
  • 18 POLYBE, XVI, 1 ; DIODORE, XXVIII, 5 ; TITE-LIVE, XXXI, 46, 1-4 ; APPIEN, Mac. 3,1. KOHL (M.), « Das (...)
  • 19 Le sanctuaire d’Athéna, souvent désigné uniquement par « Nikèphorion » est situé sur la bordure oue (...)
  • 20 TITE-LIVE, XXXVII, 18, 3-12 ; 20, 1-14 ; 21, 1-4. FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berli (...)
  • 21 POLYBE, XXXII, 15 et XXXIII. 7 ; DIODORE, XXXI, 35 ; APPIEN, Mithr. 3 ; SUDA IV s.v. « Προυσίας ». (...)

7Si nous possédons trop peu d’informations sur l’incursion d’Achaïos17, les textes sont plus éloquents en ce qui concerne l’incursion par Philippe V18. Les auteurs rapportent que le site est excellemment fortifié et les défenseurs de Pergame parviennent facilement à tenir Philippe à distance. Attale avait en outre pris soin de mettre à l’abri tout ce qui aurait pu être emporté du territoire pergaménien comme butin par les troupes de Philippe. Ce dernier – pris de rage – se livre à des actes fortement condamnables : il détruit ou endommage les sanctuaires du territoire pergaménien, il coupe le bois sacré du sanctuaire d’Athéna, détruit son péribole et endommage des bâtiments19. L’incursion de Séleucos est plus explicitement relatée20. Les Pergaméniens sont obligés – après quelques escarmouches – de se replier derrière leurs murailles et de subir le siège. Grâce au renfort inattendu des Achéens qui a été introduit nuitamment dans la ville et le courage de leur commandant Diophanès, les assiégeants essuient une série de déboires. Séleucos est finalement contraint de lever le siège et de quitter les lieux. L’attaque de Prousias21 est décrite dans des termes qui sont proches des informations données sur les ravages de Philippe, avec toutefois plus de détails en ce qui concerne les dommages causés. Prousias saccage les sanctuaires alentour, répétant les outrages commis par Philippe, mais il ne parvient pas au bout de ses intentions. Le siège échoue et ses tentatives d’assaut (τάς προσβολάς) ne sont pas couronnées de succès. Pergame résiste encore une fois aux attaques ennemies.

8Quelques allusions dans les textes méritent une réflexion plus large. Les Pergaméniens et les Attalides s’appuient sur la solidité et l’efficacité de leur fortification. En cas de danger ils adoptent une tactique qui repose sur la protection immobile offerte par les murailles, se replient et mettent leurs denrées et probablement leur mobilier à l’abri. Les textes sous-entendent que la population de la chora est elle aussi mise en sécurité et engagée dans la défense. La défense a certainement eu recours aux armes de trait pour tenir à distance les attaquants, mais des sorties rapides et des escarmouches sont organisées, pour déstabiliser les adversaires, peut-être aussi pour détourner les assiégeants de quelque activité nuisible aux fortifications.

9Les destructions ou dommages des sanctuaires du territoire pergaménien visent à porter atteinte aux symboles de cohésion et d’identification de la communauté civique et à nuire à leur économie. Philippe ou Prousias tendent donc avec des mécanismes connus, utilisés néanmoins de façon détournée, et fortement condamnables du point de vue moral et réligieux, de faire pression sur la population afin qu’elle fléchisse. Les mêmes mécanismes sont utilisés lorsqu’ils ravagent le sanctuaire d’Athéna, sanctuaire destiné à célébrer le pouvoir et la suprématie des Attalides. Néanmoins, l’aménagement de ces sanctuaires représente également un investissement fort, les implications économiques devaient se faire sentir.

IV. Agressions, réparations et remèdes ; l’archéologie et les monuments

  • 22 KOHL (M.), Portiques pergaméniens. Études d’histoire, d’architecture et d’urbanisme sous les Attali (...)
  • 23 KOHL (M.), « La Pergame d’Apollon depuis les temps de l’Iliade homérique à l’époque hellénistique » (...)
  • 24 BOHTZ (H.), Das Demeter-Heiligtum, Berlin, (Altertümer von Pergamon XIII), 1981, passim ; KOHL (M.) (...)
  • 25 FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 1), 1890, passim  (...)
  • 26 Le meilleur exemple en est le temple de Déméter.
  • 27 Rappelons ici la transformation au cours du 2e siècle av. n.è. du temple d’Apollon en édifice d’ord (...)

10Ces textes donnent à comprendre – en termes plus au moins voilés – que la ville et avec elle la citadelle étaient les objectifs de sièges et d’attaques ayant comme résultat des dégâts matériels. Les recherches archéologiques semblent cependant avoir négligé dans leurs réflexions ces atteintes guerrières à l’intégrité du bâti, même si les observations n’en manquent pas. En effet, dans l’ensemble des sanctuaires, depuis celui consacré à Athéna sur le sommet de la colline, avec les bâtiments de concours implantés sur le versant ouest, en passant par le sanctuaire de Déméter22 et celui d’Apollon23 juste en contrebas de la rupture de pente au sud, jusqu’à l’Asclépieion24 à quelques kilomètres au sud-ouest de l’agglomération, de nombreux remplois, reprises et réparations ont été constatées sur les blocs d’architectures et les blocs épigraphiques, souvent datés vers le milieu ou après le milieu du IIe siècle25. Des blocs brisés puis rapiécés par des crampons, des bâtiments reconstruits sur d’anciennes fondations26, voir même des constructions sur des plans, dimensions et ordonnancements nouveaux, mais en réutilisant de matériaux anciens27 constituent comme une traîné de poudre illustrant le théâtre des opérations. Dans la mesure où les différents chercheurs avaient à charge un dossier limité, une seule entité architecturale ou un seul type de document, en négligeant et minimisant les incursions ennemies, ils n’ont pas mis en relation ces traces manifestes de destructions avec les actes de violence guerrière. On s’aperçoit que les troupes ennemies sont parvenues jusqu’aux pieds des murs, de la citadelle et de la ville.

  • 28 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 19 (...)
  • 29 Évoqués sans analyse par CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1 (...)
  • 30 GARBRECHT (G.), Stadt und Landschaft, Die Wasserversorgung von Pergamon, Berlin, (Altertümer von Pe (...)
  • 31 KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 247 et note 117-118 (...)
  • 32 Conze attribuait la reprise des murailles à Eumène II en s’appuyant sur le texte de Strabon. Pour é (...)

11Il n’est pas sans intérêt d’ajouter à ce bilan des dégâts, une série d’éboulements de parements extérieurs des murailles de la citadelle qu’avait déjà constaté R. Bohn et dont G. Kawerau nous entretint28. Ces éboulements repérés se situent du côté oriental de la citadelle, là où furent construits plus tard les édifices désignés par « groupe palatial 1 et 2, 3, 5 et 6 ». Ces dommages sont conservés grâce aux nouveaux pans de murs placés devant eux, implantés vers l’aval. Attachons-nous à livrer des éclaircissements à ces dégradations. Trois explications me semblent théoriquement possibles : une négligence d’entretien, une mauvaise assise de fondation ou un travail de sape. Un démontage volontaire pour la nouvelle construction me paraît selon les observations de Kawerau peu probable. Je serais plus enclin de mettre ces dégâts au compte des actes de malveillance de la part des adversaires, visant à déloger les Attalides de leur citadelle. La reprise des murailles sur un tracé plus en avale se comprend comme mesure de réparation afin de remettre en état la protection de la citadelle. Quelques modifications ponctuelles du tracé29 recèlent des indices de l’amélioration du système de défense (fig. 4) : l’imposant pan de mur haut de plus de 10 m qui forme la limite nord du « groupe palatial 1 et 2 » constitue désormais une avancée avec, en contrebas, un très fort bastion30. De grands efforts ont été menés également à l’angle sud-est de la citadelle afin de rectifier davantage le tracé de la fortification tout en implantant les murailles plus en aval, ce qui nécessite donc plus de matériaux de constructions, d’énergie et de finances. En ce lieu, aussi, a été finalement aménagé une sorte de bastion. Du côté opposé, à l’ouest, les murailles ont également été modifiées en deux points31. Le sens de trait de la meurtrière de la tour, à l’ouest de l’agora, juste au-dessus de l’accès à la terrasse du théâtre tire désormais vers le nord et non plus vers le sud-ouest. Au nord de la terrasse du théâtre, un bastion a été installé. L’ensemble de ses mesures, dont la datation est loin d’être précisée32, nous indique les points faibles de l’ancien système de protection et de défense de la citadelle qui constituent autant des points d’attaques des assiégeants et des assaillants.

Fig. 4 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.

Fig. 4 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.

Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.

12Ces réparations et modifications de faible envergure apportée aux fortifications de la citadelle peuvent être comprises comme de rapides mesures de remise en état. Si auparavant les murailles suivaient davantage le relief accentué et courbe du sommet, leur reprise sur un tracé plutôt rectiligne et ponctué par des avancées de bastions aux quatre angles permettent désormais une surveillance plus efficace et une défense active.

  • 33 L’attribution à Attale II et non plus à Eumène II n’est certes pas unanimement admise et reste pour (...)
  • 34 CONZE (M.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 151 et 204 ; Carr (...)

13Toutefois, la ville entière bénéficie également d’une nouvelle enceinte (fig. 5) augmentant la surface protégée à environ 90 ha33. Cette fortification, longue au total de 6 km environ, renforce encore davantage les aspects de protection des premiers réaménagements de la citadelle. Le rempart englobe la pointe nord de la citadelle, oblique vers l’ouest-sud-ouest pour rejoindre la rive gauche du Sélinos qu’il longe en demi-cercle à une distance de 400 m par rapport à l’ancienne muraille, s’approche à l’est du cours du Kétios sans l’épouser. Une barrière rocheuse sert d’appui pour faire remonter l’enceinte vers l’ouest afin de rejoindre l’ancienne fortification. De nombreuses tours ponctuent la muraille et le tracé des courtines est souvent brisé, formant des angles qui servent de pièges pour les assaillants. Un point reste à souligner : pour écarter tout danger venant du nord, le dénivelé a été fortement augmenté le long du tronçon nord-ouest en y exploitant des carrières34, le versant nord-est en contrebas de la citadelle est encadré par deux avancées des remparts formant en quelque sorte deux bastions, permettant ainsi de repousser tout éventuel attaquant. En plus, il semble que le nombre de portes est augmenté dans ces secteurs. Les leçons de la poliorcétique hellénistique sont assimilées sans faute, ce nouveau rempart semble parfait et illustre la puissance de la cité qu’il abrite.

  • 35 SCHAZMANN (P.), Das Gymnasium. Der Tempelbezirk der Hera, Berlin, (Altertümer von Pergamon VI), 192 (...)
  • 36 RADT (W.), Pergamon, Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, Wissenschaftliche Bu (...)
  • 37 Voir la contribution de A. Chankowski, p. 58 et suiv. dans le présent volume, même si la question d (...)

14La construction de la nouvelle enceinte renforce la protection non seulement de la ville, mais aussi de l’acropole en l’entourant sur son flanc ouest et la pointe nord, auparavant démunie de protection. Les principaux sanctuaires, de la communauté rurale, citoyenne, et dynastique qui étaient les cibles des outrances se trouvent maintenant également à l’abri. Mais ce sont désormais les citoyens qui sont davantage au premier rang des tirs et par cela conduits à se défendre. Le splendide agrandissement du gymnase des neoi35, sans compter l’aménagement à Pergame de quelques autres gymnases hellénistiques non encore localisés36, peut trouver son explication dans ce contexte d’amélioration et de renforcement de la défense urbaine à la charge de la communauté civique37. Aucun indice malheureusement ne permet de connaître les financiers de ces grands travaux, tout au plus peut-on supposer en extrapolant les indications de Strabon XIII, 4, 2, une contribution forte de la caisse royale aux travaux de fortification. Pour les sanctuaires et le gymnase, les inscriptions nous révèlent clairement l’implication des dynastes, mais la participation de la cité n’est pas à exclure d’office.

Fig. 5 – Pergame. Fortifications depuis le début du IIe s. av. n.è., après l’extension de la ville.

Fig. 5 – Pergame. Fortifications depuis le début du IIe s. av. n.è., après l’extension de la ville.

Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.

V. Les « arsenaux », les armes et les denrées

  • 38 WIEGAND (Th.), Abhandlungen der preussischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse no 3 ( (...)
  • 39 Il est intéressant de voir comment de l'interprétation comme greniers envisagée et discutée, l'aute (...)
  • 40 Pour une interprétation comme greniers avec des exemples de comparaison : GARLAN (Y.), Recherches d (...)
  • 41 UNTERMANN (H.), « Neues zur Skeuothek » dans HOEPFNER (W.) et SCHWANDNER (E.-L.), éd., Bauplanung u (...)
  • 42 Rapporté par KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Perga (...)
  • 43 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 19 (...)
  • 44 VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.) et KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer (...)

15Nous ne pouvons pas, dans une contribution sur l’architecture militaire de Pergame, laisser de côté les bâtiments qui se trouvent sur la pointe nord de l’acropole et qui sont souvent désignés et interprétés comme étant des arsenaux. Une série de ces bâtiments a été fouillée vers la fin des années 192038. La découverte à proximité, de près d’un millier de boulets en pierre de calibres différents et de quelques dizaines de pointes de flèches et de lances métalliques, projectiles d’oxybèles, ainsi que des considérations générales selon lesquelles les Attalides vivaient dans une période de guerre, amènent E. Boehringer à interpréter ces bâtiments comme des lieux de stockage d’armes39. Nombreux sont les contestations et les doutes émis : ces bâtiments correspondent en effet plus au type des greniers40 qu’à celui de la skeuothèque41. La bonne douzaine de grandes meules à grains observées par R. Bohn au cours des fouilles de l’acropole est sans doute en relation avec la destination de ces bâtiments42. On pourrait aisément gagner en certitude par une reprise des investigations archéologiques sur place en les complétant par des analyses carpologiques. Signalons aussi que des bâtiments du même type, d’autres granges donc, ont été repérés sous les édifices de l’acropole désignés comme « palais »43. Les datations de leur construction et de leur destruction parfois violente – des traces d’incendies ont été repérées44 – se calent cependant dans une fourchette très large : il est impossible d’exploiter les indications stratigraphiques bien trop sommaires et trop rares à l’instar de celles des murailles.

  • 45 VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.) et KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer (...)
  • 46 On pourrait – de façon purement hypothétique – les mettre en relation avec l'incursion improvisée d (...)

16La présence des boulets pose en effet problème. Ils sont, rappelons-le, à l’origine de l’interprétation des édifices, évoqués ci-dessus, comme des arsenaux militaires. Cependant, aucun des projectiles n’avait été trouvé à l’intérieur des fondations : tous ont été mis au jour à quelque distance des bâtiments. Aucun ordre ou rangement a été signalé au moment de leur découverte. Ce qui frappe également, c’est qu’il ne s’agit pas majoritairement de projectiles de défense, mais de siège et d’attaque, sinon d’artillerie navale45. Le moment de leur abandon reste inconnu, on peut tout au plus le supposer durant la période hellénistique. Dans la mesure où certains de ces boulets et des fers de lances ont été retrouvés dans des remblais apportés après l’extension de la forteresse et sous les « palais », avant leur construction donc, il n’est pas entièrement exclu que ces armes soient également le témoignage de quelques tentatives d’assaut ennemi46.

  • 47 En dernier: LAWALL (M.L.), « Early Excavations at Pergamon and the Chronologie of Rhodian Amphora S (...)
  • 48 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 19 (...)
  • 49 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 19 (...)
  • 50 TITE-LIVE, XXXVII, 37, 5.

17Ajoutons, dans le même registre, le célèbre dépotoir de débris d’amphores trouvées dans les remblais à l’intérieur de l’angle sud-est de l’acropole qui est à la base de la chronologie des amphores rhodiennes47. La série des timbres amphoriques s’arrête clairement vers la fin des années 160, début 150 av. n.è., arrêt qui n’est certainement pas un indicateur de la fin des relations commerciales et politiques avec Rhodes, mais plus probablement lié à un évènement local, et on pourrait penser à une destruction d’un bâtiment dans lequel on gardait des amphores48. Les débris des amphores ont pu être introduits dans le remblai au cours de travaux de rangement et de réaménagement du secteur rendu nécessaires après les dégâts causés. Dans le même secteur, un peu plus au sud, ont été retrouvés d’autres bâtiments de stockage avec au moins cinq pithoi hellénistiques, d’une contenance d’un hectolitre environ, sans doute d’huile d’olives49. Ces récipients ont été, ensemble avec le bâtiment les abritant, remblayés pour réaménager le secteur. C’est encore un indice de plus en faveur du stockage de denrées dans ce secteur et l’abandon au cours du réaménagement des fortifications. Que les Attalides aient eu des denrées en quantité facilement disponibles et stockées à Pergame nous est relaté par Tite-Live50. Il nous dit qu’Eumène II avait été envoyé avant la bataille de Magnésie par Scipion d’Elis à Pergame pour assurer le ravitaillement (frumentum, cibaria) des troupes alliées, Grecs et Romains, pour lesquelles des rations de longue durée ont été préparées. Où, sinon que sur l’acropole, Eumène prenait-il ces vivres ?

VI. La protection du territoire de Pergame

  • 51 HÉRODOTE, VI, 28, 2.
  • 52 ROSTOVTSEFF (M.), « Notes on the economic policy of the pergamene kings », dans BUCKLER (W.H.) et C (...)
  • 53 XÉNOPHON, Anabase, VII, 8, 9-23, avec le commentaire de LENDLE (O.), Kommentar zu Xenophons Anabasi (...)
  • 54 SCHUCHHARDT (C.) dans CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 1), 1912 (...)
  • 55 BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique » dans A (...)
  • 56 Si l’on veut accepter un document du temps de Philétairos et d’une autre cité que Pergame, à savoir (...)

18La grande quantité de denrées dont devait disposer le roi est certainement le fruit de contributions multiples : exploitation de terres royales, dîmes des agglomérations sujettes et taxes versées par les Pergaméniens. La plaine fertile du Kaïque est réputée pour ses exploitations agricoles. Notamment la culture céréalière est attestée dès l’époque archaïque51. Il y avait en outre des vignobles et des oliveraies52. Les textes corroborent le constat archéologique, grâce à la découverte de meules, de greniers et de pithoi. Comme il était aussi répandu que les adversaires mènent des incursions sur les territoires des villes, de fourragent ou de prennent en otage la récolte, des systèmes de protection ont été également développés en milieu rural. Des fermes fortifiées et la présence de contingents de garnison pouvant intervenir contribuent à sécuriser la campagne. L’épisode de l’expédition de Xénophon partant de Pergame pour ravitailler ses troupes et pour leur donner l’occasion d’emporter du butin, entreprise qui a failli échouer, donne l’idée que les fermes peuvent avoir un fort potentiel de sécurité et de défense53. En dehors de cette indication littéraire isolée et de surcroît pré-hellénistique, nous pouvons nous appuyer sur des données matérielles, qui tendent à montrer qu’encore à l’époque hellénistique, les plaines fertiles du territoire de la cité de Pergame sont pourvues de protection. C. Schuchhardt54 avait repéré et sommairement présenté une série de fortins qui occupent le territoire pergaménien (fig. 1). Ils sont implantés aux limites circonscrivant le territoire, ou sur les zones sensibles de passage, qui se prêtent a fortiori aux incursions ennemies. Malheureusement encore une fois les datations sont peu assurées, reposant uniquement sur des observations des appareils des murs55. Aucune intervention archéologique n’est venue compléter les prospections de Schuchhardt au tournant du XIXe au XXe siècle. Quoi qu’il en soit, ces ouvrages de fortification attestent que la population rurale n’était pas livrée à elle-même et pouvait compter sur la présence d’un appui militaire, du moins en cas de danger et de conflit guerrier. Il reste en revanche incertain, en l’état actuel de nos connaissances, de savoir si ces fortins étaient occupés par des éphèbes ou des garnisons professionnelles, ou même des troupes royales56.

  • 57 Sous Attale Ier: SCHALLES (H.-J.), Untersuchungen zur Kulturpolitik der pergamenischen Herrscher im (...)

19La distribution de ces fortins permet clairement de saisir l’étendue du territoire de la communauté pergaménienne, d’identifier les zones sensibles qui demandent une surveillance particulière et de pointer les lieux de passage vers d’autres territoires. Il est aisé de comprendre, par conséquent, qu’en cas de guerre, lorsque les adversaires campent par exemple à proximité des sources du Kaïque, ou ont été battus aux sources du Kaïque57, le territoire de la ville était en grand danger. La même menace est portée au territoire pergaménien, lorsque les troupes ennemies arrivent sur Adramyttion ou sur Elaia etc. C’est la première ceinture qui est dans ces cas visée par les adversaires. Au cas où les troupes franchiraient cette limite, il s’agit déjà d’une agression violente. Livrer bataille et repousser les adversaires en dehors de ces limites est de première importance et constitue un grand exploit pour la gloire de la ville et de ses habitants.

VII. La contribution des citoyens engagés

  • 58 Cf. SAVALLI-LESTRADE (I.), « Les Attalides et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle a. C. (...)

20Pergame et son territoire sont équipés de protections naturelles renforcées par des éléments construits : une ceinture de fortins et un ensemble de remparts qui divisent la colline en deux entités, la citadelle et l’espace urbain. Les attaques ennemies commencent par une phase de menaces en s’approchant de la première ceinture, puis s’intensifient en pénétrant sur le territoire de la ville, pour arriver parfois jusqu’aux murailles urbaines et de la citadelle. Le moyen de faire pression est avant tout la prise des richesses du terroir, les fruits de l’agriculture et de l’économie avant tout de la population, et indirectement des dynastes, qu’il importe de pouvoir mettre à l’abri quand il le faut. Les amples et nombreux bâtiments de stockage de denrées retranchés dans la citadelle illustrent parfaitement cet aspect, ainsi que les fortins qui entourent les plaines fertiles. D’importantes modifications du système de protection de la colline ont été réalisées au cours du second siècle, en repensant le tracé des remparts. La ville de Pergame, en tant qu’entité spatiale et physique et en tant que corps de citoyens est de façon croissante sollicitée pour concourir à la protection et à la défense de la ville et de la citadelle qui reste le domaine de la dynastie attalide. Le plus grand gymnase du monde hellénistique connu à nos jours en témoigne. Les deux zones, royale et civique, trouvent un engrenage de plus en plus fort et leur dépendance mutuelle croît considérablement. La contribution et l’implication de la cité dans la logistique des troupes, dans la défense, aux reconstructions et aux réparations des dégâts subis ont dû être considérables. Elles restent cependant difficiles à saisir, tellement la documentation écrite est tenue, et la prépondérance des bienfaits des Attalides écrasante58.

Bibliographie

BERTHOLD (R.M.), « Lade, Pergamum and Chios. Operations of Philip V in the Aegaen », Historia, 24 (1975), p. 150-163.

BOEHRINGER (E.), « Die letzten Ausgrabungen von Pergamon », Bolletino dell’Associazione internazionale degli studi mediterranei, I, 1 (1930), p. 14-17.

BÖRKER (Ch.) et BUROW (J.), Die hellenistischen Amphorenstempel von Pergamon, Berlin, (Pergamenische Forschungen XI), 1998.

BOHTZ (H.), Das Demeter-Heiligtum, Berlin, (Altertümer von Pergamon XIII), 1981.

CHANDEZON (Chr.), « Guerre, agriculture et crises d’après les inscriptions hellénistiques », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.), DESCAT (R.), Économie antique. La guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, (Entretiens d’archéologie et d’histoire V), 2000, p. 231-252.

CHANTRAINE (P.), Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968-1980.

CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 1), 1912.

CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913.

FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 1), 1890.

FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 2), 1895.

FRISK (H.), Griechisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1966.

GARBRECHT (G.), Stadt und Landschaft, Die Wasserversorgung von Pergamon, Berlin, (Altertümer von Pergamon I, 4), 2001.

GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXIII), 1974.

HABICHT (C.), « Über die Kriege zwischen Pergamon und Bithynien », Hermes, 84 (1956), p. 101-110.

HABICHT (C.), s.v. « Prusias I », dans RE, XXIII, 1, (1957), col. 1115-1122.

HESTER (D.A.), « “Pelasgian” – A new indo-european language? », Lingua, 13 (1965), p. 335-384.

HEUBECK (A.), Praegraeca. Sprachliche Untersuchungen zum vorgriechisch-indogermanischen Substrat, Erlangen, (Erlanger Forschungen, A, 12), 1961.

HOLLEAUX (M.), Études d’épigraphie et d’histoire grecques, IV, Rome, la Macédoine et l’Orient grec. Première partie (L. Robert, éd.) Paris, A. Maisonneuve, 1952, p. 211-298.

KÄHLER (H.), Der grosse Fries von Pergamon. Untersuchungen zur Kunstgeschichte und Geschichte Pergamons, Berlin, Gebr. Mann, 1948.

KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930.

KLINKOTT (M.), « Hellenistische Stützmauerkonstruktionen in Pergamon », dans HOFFMANN (A.), éd., Bautechnik der Antike, Internationales Kolloquium, Berlin 1990, Mainz, 1991, p. 131-136.

KLINKOTT (M.), « Pergamon als hellenistische Festung » dans SCHWANDNER (E.-L.) et RHEIDT (K.), éd., Stadt und Umland, Mainz, Philipp von Zabern, (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung VII), 1999, p. 201– 205.

KLINKOTT (M.), Die Stadtmauern. Die byzantinischen Befestigungsanlagen von Pergamon, mit ihrer Wehr-und Baugeschichte, Berlin (Altertümer von Pergamon XVI, 1), 2001.

KOHL (M.), Portiques pergaméniens. Études d’histoire, d’architecture et d’urbanisme sous les Attalides, Thèse de doctorat inédite, Aix-en-Provence, 1996.

KOHL (M.), « La Pergame d’Apollon depuis les temps de l’Iliade homérique à l’époque hellénistique » dans KOHL, (M.), éd., Pergame, Histoire et archéologie d’un centre urbain depuis ses origines jusqu’à la fin de l’Antiquité, Actes du XXIIIe colloque du centre de recherches HALMA Lille, Décembre 2000 (à paraître).

KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 227-253.

KOSMETATOU (E.), « Ilion, the Troad, and the Attalids », Ancient Society 31 (2001), p. 107-132.

LAWALL (M.L.), « Early Excavations at Pergamon and the chronologie of Rhodian Amphora Stamps », Hesperia, 71 (2002), p. 314-316.

LENDLE (O.), Kommentar zu Xenophons Anabasis, Darmstadt, 1995.

MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, University Press, 1999.

MANGANARO (G.), « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30 (2002), p. 403-414.

RADT (W.), Pergamon, Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999.

ROBERT (L.), « Strabon et la katoikia de Pergame », BCH, 109 (1985), p. 481 (repris dans Documents d’Asie Mineure, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXXIX bis), 1987.

ROSTOVTSEFF (M.), « Notes on the economic policy of the pergamene kings », dans BUCKLER (W.H.) et CALDER (W.M.), éd., Anatolian Studies presented to Sir W. M. Ramsay, London/New York, 1923, p. 371-375.

SAVALLI-LESTRADE (I.), « Les Attalides et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle a.C. » dans BRESSON (A.) et DESCAT (R.), Les cités d’Asie Mineure occidentale au IIe siècle a.C., Bordeaux, De Boccard, 2001, p. 77-91.

SCHALLES (H.-J.), Untersuchungen zur Kulturpolitik der pergamenischen Herrscher im dritten Jahrhundert vor Christus, Tübingen, (Istanbuler Forschungen XXXVI), 1985.

SCHAZMANN (P.), Das Gymnasium. Der Tempelbezirk der Hera, Berlin, (Altertümer von Pergamon VI), 1923.

UNTERMANN (H.), « Neuses zur Skeuothek » dans HOEPFNER (W.) et SCHWANDNER (E.-L.), éd., Bauplanung und Bautheorie der Antike, Mainz, Philipp von Zabern, (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung IV), 1984, p. 81-86.

VOEGTLI (H.), Die Fundmünzen aus der Stadtgrabung von Pergamon, Berlin, (Pergamenische Forschungen VIII), 1993.

VON FRITZE (H.), « Zur Chronologie der autonomen Prägungen von Pergamon », Corolla Numismatica. Numismatic Essays in Honour of B. V. Head, Glasgow, 1906.

VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.), KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer von Pergamon X), 1937.

WILL (Ed.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), p. 279-318 (repris dans Historica Graecohellenistica, Paris, 1998).

ZGUSTA (L.), Kleinasiatische Ortsnamen, Heidelberg, (Beiträge zur Namensforschung, neue Folge. Beiheft 21), 1984.

Notes

1 Citons parmi les premières sources littéraires HÉRODOTE, VI, 28, 2 ; plus tard STRABON, XIII, 4,2.

2 p. ex. HÉRODOTE, VII, 41-42 ; XÉNOPHON, Anabase, VII, 8,7-8.

3 ZGUSTA (L.), Kleinasiatische Ortsnamen, Heidelberg, (Beiträge zur Namensforschung, neue Folge. Beiheft 21), 1984, p. 484 § 1042-2 s.v. Πέργαμον cf. aussi § 1042-3 s.v. Πέργαμος. HEUBECK (A.), Praegraeca. Sprachliche Untersuchungen zum vorgriechischindogermanischen Substrat, Erlangen, (Erlanger Forschungen, A, 12), 1961, p. 63-66. FRISK (H.), Griechisches etymologisches Wörterbuch, Heidelberg, 1966, s.v. Πύργος. HESTER (D.A.), « “Pelasgian” – A new indo-european language? », Lingua, 13 (1965), p. 335-384. CHANTRAINE (P.), Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, 1968-1980, s.v. Πύργος.

4 STRABON, XIII, 4,1 : ἔχει δέ τινὰ ἡγεμονίαν πρός τοὺς τόπους τούτους τό Πέργαμον (...)

5 La forme de toupie relatée par STRABON, XIII, 4,1 (ἔστι δὲ στροβιλοειδὲς τὸ ὄρος εἰς ὀξεῖαν κορυϕὴν ἀπολῆγον.) se révèle depuis le nord-nord-ouest.

6 Une étude systématique des fortifications pergaméniennes de l’Antiquité classique fait encore défaut : W. Radt dans la préface à KLINKOTT (M.), Die Stadtmauern. Die byzantinischen Befestigungsanlagen von Pergamon, mit ihrer Wehr-und Baugeschichte, Berlin (Altertümer von Pergamon XVI, 1), 2001. Considérations générales: RADT (W.), Pergamon, Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999, p. 53-61; KLINKOTT (M.), « Pergamon als hellenistische Festung » dans SCHWANDNER (E.-L.) et RHEIDT (K.), éd., Stadt und Umland, Mainz, Philipp von Zabern, (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung VII), 1999, p. 201-205. KLINKOTT (M.), « Hellenistische Stützmauerkonstruktionen in Pergamon », dans HOFFMANN (A.), éd., Bautechnik der Antike, Internationales Kolloquium, Berlin 1990, Mainz, 1991, p. 131-136. Nos réflexions s’appuient sur des données matérielles publiées depuis les premières investigations archéologiques sur le site dans les Altertümer von Pergamon et les revues spécialisées.

7 LANG (F.), Archaische Stadtmauern in Griechenland, Berlin, 1996, p. 233-234.

8 Voir les rapports préliminaires annuels par le directeur des fouilles RADT (W.), Archäologischer Anzeiger (1988) à (1992) ; RADT (W.), « Die frühesten Wehrmauern von Pergamon und die zugehörigen Keramikfunde » Istanbuler Mitteilungen, 42 (1992), p. 163-234 avec un complément Istanbuler Mitteilungen, 44 (1994), p. 397 ; RADT (W.), « Die archaische Befestigungsmauer von Pergamon und zugehörige Aspekte », Revue des études anciennes, 96 (1994), p. 63-75 ; RADT (W.), « Landscape and Greek Urban Planning : Exemplified by Pergamon and Priene », dans KRISTENSEN (Th.M.), LARSEN (S.E.), MØLLER (P.G.), PETERSEN (S.E.), éd., City and Nature. Changing Relations in Time and Space, Odense, sans date, p. 201-209.

9 L’attribution rarement mise en doute par les chercheurs allemands de cette dernière construction à Philétairos repose sur l’autorité de CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, passim et surtout p. 177 en interprétant STRABON XIII, 4,1. Dernière acceptation : KLINKOTT (M.), Die Stadtmauern. Die byzantinischen Befestigungsanlagen von Pergamon, mit ihrer Wehr-und Baugeschichte, Berlin (Altertümer von Pergamon XVI, 1), 2001, p. 2-3 qui trouve aisément le financement de ces travaux dans le trésor de Lysimaque. À ces attributions trop allègres à Philétairos s’opposent l’ensemble de ses mesures édilitaires à Pergame qui se situent exclusivement en dehors du périmètre urbain, voir KOHL (M.), Portiques pergaméniens. Études d’histoire, d’architecture et d’urbanisme sous les Attalides, Thèse de doctorat inédite, Aix-en-Provence, 1996, p. 57-99.

10 Pour une synthèse plus ample voir KOHL (M.), « La Pergame d’Apollon depuis les temps de l’Iliade homérique à l’époque hellénistique » dans KOHL, (M.), éd., Pergame, Histoire et archéologie d’un centre urbain depuis ses origines jusqu’à la fin de l’antiquité, Actes du XXIIIe colloque du centre de recherches HALMA Lille, Décembre 2000 (à paraître). Voir le compte rendu du colloque par HELLMANN (M.-Ch.), Topoi, 10 (2000), p. 617-622.

11 Voir aussi CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 148 et 150.

12 POLYBE, VIII, 3,4.

13 STRABON, XIII, 4,1 : (...) ἐπιϕανὴς πὸλις καὶ πολὺν συνευτυχήσασα χρόνον τοῖς Aτταλικοῖς βασιλεῦσι.

14 Nous rejetons avec MA (J.), Antiochos III and the Cities of Western Asia Minor, Oxford, University Press, 1999, p. 279-281 l’incursion inventée d’Antioche III en 198 av. n.è. ; autrement : KLINKOTT (M.), « Pergamon als hellenistische Festung » dans SCHWANDNER (E.-L.) et RHEIDT (K.), éd., Stadt und Umland, Mainz, Philipp von Zabern, (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung VII), 1999, p. 201.

15 WILL (Ed.), « Le territoire, la ville et la poliorcétique grecque », Revue historique, 253 (1975), p. 279-318 (repris dans Historica Graeco-hellenistica, Paris, 1998). GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXIII), 1974, p. 27, 41-42, 57-58.

16 CHANDEZON (Chr.), « Guerre, agriculture et crises d’après les inscriptions hellénistiques », dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.), DESCAT (R.), Économie antique. La guerre dans les économies antiques, Saint-Bertrand-de-Comminges, (Entretiens d’archéologie et d’histoire V), 2000, p. 235.

17 POLYBE, IV, 48, 11: (…) τὸν μὲν Ἄτταλον εἰς αὐτ τὸ Πέργαμον συνέκλεισε (…)

18 POLYBE, XVI, 1 ; DIODORE, XXVIII, 5 ; TITE-LIVE, XXXI, 46, 1-4 ; APPIEN, Mac. 3,1. KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 227-253. La tentative d’inverser l’ordre des opérations par BERTHOLD (R.M.), « Lade, Pergamum and Chios. Operations of Philip V in the Aegaen », Historia, 24 (1975), p. 150-163 n’emporte pas sur les bons arguments de HOLLEAUX (M.), Études d’épigraphie et d’histoire grecques, IV, Rome, la Macédoine et l’Orient grec. Première partie (L. Robert, éd.) Paris, A. Maisonneuve, 1952, p. 211-298.

19 Le sanctuaire d’Athéna, souvent désigné uniquement par « Nikèphorion » est situé sur la bordure ouest de la citadelle de Pergame. Pour son identification et son histoire ainsi que les destructions et réparations voir KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 227-253.

20 TITE-LIVE, XXXVII, 18, 3-12 ; 20, 1-14 ; 21, 1-4. FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 1), 1890, no 64. Pour un commentaire de ces évènements voir KÄHLER (H.), Der grosse Fries von Pergamon. Untersuchungen zur Kunstgeschichte und Geschichte Pergamons, Berlin, Gebr. Mann, 1948, p. 134-135.

21 POLYBE, XXXII, 15 et XXXIII. 7 ; DIODORE, XXXI, 35 ; APPIEN, Mithr. 3 ; SUDA IV s.v. « Προυσίας ». FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 1), 1890, no 225. HABICHT (C.), « Über die Kriege zwischen Pergamon und Bithynien », Hermes, 84 (1956), p. 101-110. HABICHT (C.), s.v. « Prusias I », dans RE, XXIII, 1, (1957), col. 1115-1122 ; KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 227-253.

22 KOHL (M.), Portiques pergaméniens. Études d’histoire, d’architecture et d’urbanisme sous les Attalides, Thèse de doctorat inédite, Aix-en-Provence, 1996, p. 64-75.

23 KOHL (M.), « La Pergame d’Apollon depuis les temps de l’Iliade homérique à l’époque hellénistique » dans KOHL, (M.), éd., Pergame, Histoire et archéologie d’un centre urbain depuis ses origines jusqu’à la fin de l’Antiquité, Actes du XXIIIe colloque du centre de recherches HALMA Lille, Décembre 2000 (à paraître).

24 BOHTZ (H.), Das Demeter-Heiligtum, Berlin, (Altertümer von Pergamon XIII), 1981, passim ; KOHL (M.), Portiques pergaméniens. Études d’histoire, d’architecture et d’urbanisme sous les Attalides, Thèse de doctorat inédite, Aix-en-Provence, 1996, p. 149-163.

25 FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 1), 1890, passim ; KÄHLER (H.), Der grosse Fries von Pergamon. Untersuchungen zur Kunstgeschichte und Geschichte Pergamons, Berlin, Gebr. Mann, 1948, passim.

26 Le meilleur exemple en est le temple de Déméter.

27 Rappelons ici la transformation au cours du 2e siècle av. n.è. du temple d’Apollon en édifice d’ordre ionique, à l’origine un bâtiment d’époque classique érigé en ordre dorique.

28 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930, p. 9, 12, 17-19, 40. avec pl. 1-3, 5-6. Pour l’enceinte de la ville nous manquons d’études détaillées qui pourraient fournir des observations similaires.

29 Évoqués sans analyse par CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 163-165.

30 GARBRECHT (G.), Stadt und Landschaft, Die Wasserversorgung von Pergamon, Berlin, (Altertümer von Pergamon I, 4), 2001, p. 125 y reconnaît un bastion et non pas les fondations pour l’aqueduc.

31 KOHL (M.), « Das Nikephorion von Pergamon », Revue Archéologique, 2 (2002), p. 247 et note 117-118 avec fig. 7 (a) et (b).

32 Conze attribuait la reprise des murailles à Eumène II en s’appuyant sur le texte de Strabon. Pour étayer cette datation par une preuve archéologique il faisait valoir une pièce de monnaie trouvée dans le remblai de construction du mur à l’est du « groupe palatial 1 et 2 », monnaie datée par CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 214 en se fondant sur VON FRITZE (H.), « Zur Chronologie der autonomen Prägungen von Pergamon », Corolla Numismatica. Numismatic Essays in Honour of B. V. Head, Glasgow, 1906, p. 55, pl. II no 23, dans la première moitié du second siècle av. n. è. Objectons que des monnaies en bronze ont une durée de circulation beaucoup plus longue qu’on ne le croyait : VOEGTLI (H.), Die Fundmünzen aus der Stadtgrabung von Pergamon, Berlin, (Pergamenische Forschungen VIII), 1993, p. 8. En outre, le tronçon n’est pas représentatif pour l’ensemble de l’enceinte, mais seulement d’une petite partie de la fortification de l’acropole.

33 L’attribution à Attale II et non plus à Eumène II n’est certes pas unanimement admise et reste pour l’instant très fortement dépendante de la lecture de Strabon XIII, 4, 2. L’autorité avec laquelle ROBERT (L.), « Strabon et la katoikia de Pergame », BCH, 109 (1985), p. 481 (repris dans Documents d’Asie Mineure, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXXIX bis), 1987, p. 535) remarque « (…) que ce passage est consacré, en entier et uniquement, à présenter le règne d’Eumène II et qu’il n’y a pas à introduire Attale II dans cette phrase. » n’emporte pas entièrement l’adhésion, car l’ensemble du paragraphe est destiné à présenter toute la lignée des régents attalides et leurs épouses.

34 CONZE (M.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 2), 1913, p. 151 et 204 ; Carrières-obstacles : GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXIII), 1974, p. 191 qui accentue trop la distinction entre carrière-obstacle et carrière d’exploitation.

35 SCHAZMANN (P.), Das Gymnasium. Der Tempelbezirk der Hera, Berlin, (Altertümer von Pergamon VI), 1923.

36 RADT (W.), Pergamon, Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999, p. 113-114.

37 Voir la contribution de A. Chankowski, p. 58 et suiv. dans le présent volume, même si la question de savoir si le nombre de citoyens sera suffisant pour défendre cette muraille reste en suspens.

38 WIEGAND (Th.), Abhandlungen der preussischen Akademie der Wissenschaften, phil.-hist. Klasse no 3 (1928), p. 4sqq. Pl. 1-7.

39 Il est intéressant de voir comment de l'interprétation comme greniers envisagée et discutée, l'auteur glisse vers celle d'arsenaux sur les trois pages consacrées au sujet : BOEHRINGER (E.), « Die letzten Ausgrabungen von Pergamon », Bolletino dell'Associazione internazionale degli studi mediterranei, I, 1 (1930), p. 14-17. Le même glissement se trouve dans la publication monographique : VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.) et KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer von Pergamon X), 1937, p. 25-27, avec pl. 27 et 31.

40 Pour une interprétation comme greniers avec des exemples de comparaison : GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome CCXXIII), 1974, p. 369-370 ; voir aussi RADT (W.), Pergamon, Geschichte und Bauten einer antiken Metropole, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1999, p. 76-78.

41 UNTERMANN (H.), « Neues zur Skeuothek » dans HOEPFNER (W.) et SCHWANDNER (E.-L.), éd., Bauplanung und Bautheorie der Antike, Mainz, Philipp von Zabern, (Diskussionen zur archäologischen Bauforschung IV), 1984, p. 81-86.

42 Rapporté par KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930, p. 47.

43 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930, p. 11.

44 VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.) et KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer von Pergamon X), 1937, p. 15.

45 VON SZALAY (A.), BOEHRINGER (E.) et KRAUSS (Fr.), Die hellenistischen Arsenale, Berlin, (Altertümer von Pergamon X), 1937, p. 50-54. GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Ecoles Françaises d'Athènes et de Rome CCXXIII), 1974, p. p. 376.

46 On pourrait – de façon purement hypothétique – les mettre en relation avec l'incursion improvisée de Philippe V.

47 En dernier: LAWALL (M.L.), « Early Excavations at Pergamon and the Chronologie of Rhodian Amphora Stamps », Hesperia, 71 (2002), p. 314-316. BÖRKER (Ch.) et BUROW (J.), Die hellenistischen Amphorenstempel von Pergamon, Berlin, (Pergamenische Forschungen XI), 1998.

48 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930, p. 35. FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 2), 1895, p. 423-426.

49 KAWERAU (G.) et WIEGAND (Th.), Die Paläste der Hochburg, Berlin, (Altertümer von Pergamon V, 1), 1930, p. 41-44 avec pl. 25. FRÄNKEL (M.), Die Inschriften von Pergamon, Berlin (Altertümer von Pergamon VIII, 2), 1895, p. 500-502.

50 TITE-LIVE, XXXVII, 37, 5.

51 HÉRODOTE, VI, 28, 2.

52 ROSTOVTSEFF (M.), « Notes on the economic policy of the pergamene kings », dans BUCKLER (W.H.) et CALDER (W.M.), éd., Anatolian Studies presented to Sir W. M. Ramsay, London/New York, 1923, p. 371-375, avec toutefois une vision trop imprégnée par la période conflictuelle et d’armement entre les deux grandes guerres.

53 XÉNOPHON, Anabase, VII, 8, 9-23, avec le commentaire de LENDLE (O.), Kommentar zu Xenophons Anabasis, Darmstadt, 1995, p. 480-487.

54 SCHUCHHARDT (C.) dans CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 1), 1912, p. 65-82 et 93-143 avec carte. Sur l’étendu du territoire, mais aujourd’hui discutable : MEYER (E.), Die Grenzen der hellenistischen Staaten in Kleinasien, O. Füssli, Zürich/Leipzig, 1925, p. 94-107, 145-156 avec la contribution de KOSMETATOU (E.), « Ilion, the Troad, and the Attalids », Ancient Society 31 (2001), p. 107-132 ; sans pourtant prendre en compte la distinction réllement existante du territoire de la ville et du territoire royale.

55 BAKER (P.), « Coût des garnisons et fortifications dans les cités à l’époque hellénistique » dans ANDREAU (J.), BRIANT (P.) et DESCAT (R.), Économie antique. La guerre dans les économies antiques, Entretiens d’archéologie et d’histoire, Saint-Bertrand-de-Comminges (2000), p. 177-196. GARLAN (Y.), Recherches de poliorcétique grecque, Paris, EFA, (Bibliothèque des Écoles Françaises d’Athènes et de Rome CCXXIII), 1974, p. 80. Voir dans ce présent volume la contribution de LABARRE (G.), p. 221-248.

56 Si l’on veut accepter un document du temps de Philétairos et d’une autre cité que Pergame, à savoir Kymè, nous serions tenté de voir les citoyens de Pergame à la charge de leur territoire, même si les dynastes y contribuent : MANGANARO (G.), « Kyme e il dinasta Philetairos », Chiron, 30 (2002), p. 403-414.

57 Sous Attale Ier: SCHALLES (H.-J.), Untersuchungen zur Kulturpolitik der pergamenischen Herrscher im dritten Jahrhundert vor Christus, Tübingen, (Istanbuler Forschungen XXXVI), 1985, p. 50-52 avec bibliographie note 323.

58 Cf. SAVALLI-LESTRADE (I.), « Les Attalides et les cités grecques d’Asie Mineure au IIe siècle a. C. » dans BRESSON et DESCAT, Cités d’Asie Mineure, p. 77-91.

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – La vallée du Kaïque et la région de Pergame. Forteresses, Fortins, Sanctuaires ruraux et bornes.
Crédits Fond de carte : Talbert (R. J. A.) éd., Barrington Atlas of the greek and Roman World, Princeton Oxford 2000, carte p. 56, modifications apportées par M. Kohl.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1644/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre Fig. 2 – La topographie de Pergame.
Crédits Détail de : CONZE (A.), Stadt und Landschaft, Berlin (Altertümer von Pergamon I, 1), 1912. Pl. 1.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1644/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Fig. 3 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.
Crédits Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1644/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre Fig. 4 – Pergame. Fortifications du IVe au IIe s. av. n.è., avant les modifications de la fortification de la citadelle.
Crédits Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1644/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 5 – Pergame. Fortifications depuis le début du IIe s. av. n.è., après l’extension de la ville.
Légende Fond de carte : Carte topographique de Pergame 1 : 2500 (éd. Deutshes archäologishes Institut) 1973, modifications apportées par M. Kohl.
URL http://books.openedition.org/pufr/docannexe/image/1644/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Presses universitaires François-Rabelais, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search